Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Cote d’impopularité : François Hollande bat un record vieux de plus de 35 ans

5 Septembre 2014, 08:36am

Publié par Thomas Joly

Selon TNS SOFRES-SOPRA, la cote de popularité de François Hollande s’est effondrée de cinq points en un mois, à 13 % d’opinions favorables, le plus bas niveau historique jamais atteint par un président depuis 1978. Dans l’enquête du CSA, François Hollande recule de 4 points en un mois à 19 %.

Son premier ministre subit un recul encore plus violent, -6 points à 31 % selon le CSA, et -12 points chez les ouvriers et employés à 19 % d’opinions favorables. À l’inverse, il reste relativement populaire chez les cadres à 42 % (-1). Dans l’enquête TNS, il perd au total 14 points durant l’été, tombant à 30 % d’opinions favorables. Seule Édith Cresson était tombée aussi bas après six mois à Matignon.

Source

Voir les commentaires

Thomas Thévenoud doit quitter le gouvernement après avoir fraudé les impôts

5 Septembre 2014, 07:45am

Publié par Thomas Joly

Le secrétaire d’État au Commerce extérieur, au Tourisme et aux Français de l’étranger  a « démissionné » selon l’Élysée ou a été contraint à « remettre sa démission » du gouvernement selon Matignon.

François Hollande, ajoutant un nouveau mensonge à son palmarès, a annoncé dans un communiqué le départ de son ministre soupçonné de corruption en prétendant que Thomas Thévenoud partait « à sa demande et pour des raisons personnelles ». Les services de Manuel Valls ont eux reconnu qu’il s’agissait d’une nouvelle affaire de corruption, précisant qu’il s’agissait d’un problème de « conformité [sic] avec les impôts ». Ce proche de Laurent Fabius aurait été confondu par les services fiscaux, pour avoir, au moins ces trois dernières années, menti sur ses déclarations de revenus.

Ce libéral de gauche, spécialiste des questions financières et économiques, avait été nommé en 2013 par les députés socialistes vice-président de la mission d’information sur la fraude fiscale et vice-président de la commission d’enquête sur l’affaire Cahuzac à l’Assemblée antinationale. Il y a quelques jours, il se vantait d’avoir voté en faveur la loi sur la transparence du patrimoine des députés.

« En cette période particulière, il faut aller au-delà du factuel et expliquer les choses aux citoyens : on n’est pas tous des Cahuzac ! » déclarait-il. Il pourrait retrouver rapidement son poste de député de Saône-et-Loire. Entre-temps sa famille continuera à vivre sur le dos des Français, sa femme étant elle chef de cabinet du président du groupe socialiste au Sénat, Didier Guillaume. Dans son dernier article paru sur son site www.thomasthevenoud.fr, Thomas Thévenoud faisait la promotion des ABCD de l’Égalité et de l’idéologie du genre.

Source

Voir les commentaires

Cet égoïsme monstrueux et assassin… (par Marie Delarue)

5 Septembre 2014, 07:35am

Publié par Thomas Joly

Se tenir, et tant qu’à faire se tenir bien. Se retenir surtout. Être maître de soi, de ses fureurs, de ses instincts. Par respect de soi-même et des autres, éviter les débordements et les cris. Voilà ce qu’on nous enseignait autrefois. Voilà, au temps des tweets et du triomphe de l’impulsion, ce qui n’existe plus.

Les faits du jour : sauvagerie à tous les étages. Des parents qui assassinent leur enfant et se livrent pendant dix jours à une mise en scène macabre, promenant une poupée dans son landau, chauffant des biberons pour la galerie avant d’inventer une fumeuse histoire d’enlèvement. Un adolescent qui se précipite en sang chez les voisins, dénonçant dans des propos incohérents un « crime de rôdeur » des plus improbables. Et puis une ex-première dame qui fait sous elle, qui chie sa haine en 300 pages comme l’autre lâche ses coups sur un nourrisson qui pleure, comme le frère exaspéré – ou jaloux lui aussi – a poignardé ses frère et sœur.

On peut juger le rapprochement osé. Il ne l’est pas. Tout cela relève du même mal : l’incapacité de tous ceux-là à penser plus loin que soi-même. Le père qui cogne le petit Loan, la mère qui s’en débarrasse comme on met les déchets au compost, l’adolescent de Moernach (Haut-Rhin) qui supprime ceux qui le gênent comme il le fait sur l’écran, Trierweiler qui confond l’État et la télé-réalité.

Interrogée par Yves Calvi sur RTL, la psychologue Sophie Marinopoulos assurait que l’assassinat du petit Loan témoigne de « la carence affective » des parents, soulignant qu’aujourd’hui « la famille est le lieu le plus violent de la société française ». La famille, ou le couple : je cogne, donc je suis.

Pour reprendre l’image prêtée au Président, la famille du petit Loan appartient aux « sans-dents ». Celles de madame Trierweiler sont immaculées et bien rangées. Le tribunal populaire accordera peut-être aux premiers le manque de discernement. Pas à la seconde.

Le petit Loan attend sa sépulture. Ses parents sont en prison, ses grands-parents disent qu’ils n’ont pas les moyens de payer les obsèques. La petite fille de Moernach est aujourd’hui sur la table d’autopsie. Son frère de 8 ans se bat contre la mort. Madame Trierweiler a eu un époux dont elle porte encore le nom et qui n’en demandait pas tant ; elle a trois fils, aujourd’hui de jeunes hommes qui doivent certainement, à l’heure qu’il est, affronter les quolibets. François Hollande a quatre enfants nés de son compagnonnage avec Ségolène Royal. Tous adultes, certes, mais qui doivent eux aussi subir la honte de cet étalage obscène d’une intimité qu’ils n’avaient pas à connaître.

Le commun dénominateur ? L’égoïsme, monstrueux. L’assouvissement immédiat des pulsions qui ne connaît rien d’autre que soi-même. L’ignorance de ce qui, au fil des siècles, a forgé la civilisation. La barbarie, en somme, chez les Groseille comme chez les Lequesnoy.

Source

Voir les commentaires

Il était simplement fils de flic ! (par J-P Fabre Bernadac)

5 Septembre 2014, 07:26am

Publié par Thomas Joly

Samedi soir, dans le centre-ville de Châlons-en-Champagne, un adolescent de 16 ans se promène avec son amie. Bras dessus, bras dessous, les deux jeunes échangent photos et souvenirs sur leurs vacances respectives lorsqu’ils sont abordés par trois mineurs de 14, 15 et 17 ans. « Toi, t’es un fils de flic ! » lance l’un d’eux. Après ces simples mots et sans explication supplémentaire, l’échauffourée éclate. Les trois malfrats frappent violemment le jeune homme. Celui-ci n’a que le temps de mettre ses mains devant son visage avant de recevoir une avalanche de coups.

Devant les cris et appels à l’aide de l’amie de la victime, les trois agresseurs s’enfuient précipitamment. Secouru par le SAMU, le gamin est hospitalisé à Châlons-en-Champagne. Les blessures sont graves, plusieurs fractures au visage sont diagnostiquées. Aussi, les médecins décident son transfert dimanche au CHU de Reims où il est opéré dès son arrivée.

Rapidement, les agresseurs sont identifiés puis localisés. Arrêtés quelques heures plus tard, les deux mineurs de 14 et 17 ans sont mis en examen sous contrôle judiciaire pour violences aggravées. Le suspect de 15 ans, lui, à l’issue de sa mise en examen, devait être conduit lundi en fin de journée dans un centre éducatif fermé. Manque de chance, lors de ce transfert en voiture opéré par des éducateurs, il profite de l’arrêt du véhicule à un feu rouge pour prendre la fuite et disparaître dans la nature. Suite à cette évasion, le juge pour enfants a émis un mandat d’amener à l’encontre du jeune délinquant.

Que conclure de ces événements ? Que, aujourd’hui, il est plus dangereux d’être fils de flic que voyou. Car il est bien évident que devant la jeunesse des agresseurs et suite aux lois Taubira, ces individus — y compris le dernier lorsqu’il sera retrouvé — resteront peu de temps entre quatre murs même dans un centre d’éducation fermé. Et que, bientôt, les fils de juges, d’enseignants, de militaires ou de… gardiens de square devront se tenir sur leurs gardes lors de leurs déplacements.

On peut également se demander si cette « punition » administrée au fils n’est pas un message délivré au père : « On te connaît et on connaît ton fils, alors si tu ne veux pas que la baston reprenne, lâche-nous la grappe dans nos activités illicites ! »

Je ne peux m’empêcher de penser à mon fils ou à mes filles qui sont nettement plus âgés mais qui auraient pu, eux aussi, être tabassés de la même manière. Et cela d’autant plus facilement que les enfants de gendarmes habitent avec leurs parents à l’intérieur d’une caserne. Décidément, et comme le Süddeutsche Zeitung, on est en droit de se demander s’il n’y a pas « quelque chose de pourri dans le royaume de France »

Source

Voir les commentaires

Attaques de clandestins contre le port de Calais

4 Septembre 2014, 08:12am

Publié par Thomas Joly

Plus de deux cents délinquants étrangers ont attaqué le port de Calais hier après-midi. Quatre-vingt-cinq d’entre eux ont réussi à pénétrer dans l’enceinte portuaire et tenté de prendre d’assaut les ferries en partance pour l’Angleterre. Cela a conduit à une importante mobilisation policière, pendant qu’environ cent cinquante autres étrangers se massaient devant l’entrée principale du port. Le trafic du port a été perturbé pendant une près d’une heure.

« C’est devenu assez courant » a commenté, désabusée, la société P&O Ferries.

Source

Voir les commentaires

C'est la rentrée pour Rivarol !

4 Septembre 2014, 08:07am

Publié par Thomas Joly

3,50 € chez votre marchand de journaux

Pour s'abonner, cliquez ici

Voir les commentaires

Pape François : le Gorbatchev du christianisme ? (par Nicolas Bonnal)

4 Septembre 2014, 08:00am

Publié par Thomas Joly

Un qui semble ne rien épargner à son Église est le pape actuel, chouchou nouveau de la mondialisation et de la perestroïka catholique. Il ne sait pas quoi dire ou faire pour justifier et encourager les démons de notre société et pour scier la branche sur laquelle les croyants se croyaient assis. On me dira que c’est pour cela, sans doute, qu’il a remplacé le brave Benoît XVI compromis par sa rigueur traditionaliste et par son esprit supérieur. Avec son successeur, tout est plus clair, encycliques y compris. Le 6 juin dernier, il en a oublié son latin et s’est exprimé dans un anglais de pacotille quand le rabbin et l’imam invités le faisaient dans leur langue liturgique.

On connaît la chanson : le pape n’aime pas le protocole, il n’aime pas les tenues de pape, il défend les pauvres et surtout l’immigration, s’il confesse « n’être pas de droite » et pourfendre les « obsédés de l’avortement » et autres « idéologues de la foi » ; il dialogue avec les femmes prêtres anglicanes et, enfin, il ne s’estime pas compétent pour juger les gays !

Mais tout en défendant les homosexuels, ce pape raffole quand même de dénoncer la pédophilie de son clergé. Ce grand ami des médias a ainsi fait état le 13 juillet dernier au journal maçonnique italien La Repubblica de son inquiétude à ce propos. Chose étonnante, les propos donnés en italien ont été retranscrits en français mais pas en France. Je cite la meilleure version : À la question de savoir ce que fait l’Église, le pape répond : « Plusieurs de mes collaborateurs qui luttent avec moi me rassurent avec des données fiables qui évaluent la pédophilie dans l’Église à 2 %. Ces chiffres devraient me tranquilliser mais ce n’est pas le cas. »

2 %, voilà qui nous paraît énorme ! Que diraient les associations de parents d’élèves si 2 % d’enseignants pédophiles étaient avoués par un ministre ? Et que dirait-on si quelqu’un prétendait appliquer le principe de précaution à toute cette faune ? Mais ce pontife baba cool (qui veut faciliter aussi l’annulation des mariages) s’en prend aussi à sa hiérarchie : « Ces 2 % de pédophiles sont des prêtres et même des évêques et des cardinaux. Et d’autres, encore plus nombreux, savent mais se taisent, ils punissent mais sans en dire le motif. Je trouve cela intenable et j’ai l’intention de m’y attaquer avec la sévérité requise [...] »

Le Vatican a cru nécessaire de rajouter peu après que l’on n’avait pas compris les propos du pape ! Ce n’est pas la première fois, du reste, qu’on doit recadrer ses provocants ou irresponsables propos.

Imposé par les médias et le politiquement correct, suppôt d’Obama et du Nouvel ordre mondial, tel est le François ; j’ignore par contre si ce pape plaît vraiment à ses ouailles. Il semblerait que c’est plus compliqué que ça et c’est heureux. La brebis sent confusément quelque chose. Mais on ne demandera pas de sondage à l’heure de la religion œcuménique universelle imposée à la barbe des bons chrétiens.

Source

Voir les commentaires

Hollande, l’oligarque exemplaire qui n’aimait pas les sans-dents

4 Septembre 2014, 07:53am

Publié par Thomas Joly

« Il s’est présenté comme l’homme qui n’aime pas les riches. En réalité, le président n’aime pas les pauvres. Lui, l’homme de gauche, dit en privé : les sans-dents, très fier de son trait d’humour » écrit Valérie Trierweiler dans un livre qui fait scandale depuis sa parution hier. Merci pour ce bon moment s’annonce comme le plus grand succès de librairie de la rentrée ; il a été publié à un moment crucial et devrait enfoncer plus encore, si cela était possible, François Hollande. L’ancienne première maîtresse de France, répudiée et remplacée depuis par Julie Gayet, y brosse, selon les nombreuses analyses publiées hier soir, le portrait d’un « homme froid, sans cœur, totalement dépassé par les événements, calculateur, parfois méchant, enfermé dans une bulle » (Le Point).

« Notre différence d’origine sociale est criante. Il se moque gentiment de moi, me surnomme Cosette. Il ne comprend pas ce blocage sur l’argent. Il ne peut pas l’imaginer, lui qui n’a jamais manqué de rien. Il lui faut toujours le meilleur, rien que le meilleur. François et moi n’avons pas le même rapport à la mort. Il la redoute plus que tout. Il fait partie de ces hommes qui se construisent un destin pour échapper à celui du commun des mortels. Pour laisser une trace, pour survivre d’une façon ou d’une autre. Pour rester dans les livres et dans l’Histoire. C’est sa quête d’immortalité. Il refuse de parler de la mort, il ne sait pas faire avec les mourants ni avec les grands malades. Il en a peur. Il fuit ceux qui vivent des drames, comme si le malheur était contagieux » rapporte encore Valérie Trierweiler.

Selon des proches de François Hollande, le pouvoir n’a pas eu connaissance de la parution du livre, imprimé en Allemagne pour maintenir le secret, jusqu’à la veille de sa parution et n’a pu en connaître le contenu que mercredi après-midi.

Ces révélations s’ajoutent aux très durs jugements de Cécile Duflot et Arnaud Montebourg ces dernières semaines et achèvent de dresser l’image du plus incapable des présidents de la Ve République qui, de De Gaulle en Chirac, de Mitterrand en Sárközy, avait déjà porté très haut le degré d’incompétence, de trahison, de bassesse.

Depuis hier, le mot-clic #sansdents était ce matin le plus populaire sur Twitter. Le président de leur République est, sur ce réseau social, la cible d’attaque d’une violence peu commune.

Source

Voir les commentaires

Quand le bâtiment va, tout va… Mais ça ne va plus du tout ! (par Marie Delarue)

4 Septembre 2014, 07:38am

Publié par Thomas Joly

On nous le répète à l’envi, « Quand le bâtiment va, tout va ». Et il ne va pas bien. Le reste non plus et vice versa. En un an, les mises en chantier ont chuté de 10,7 % et 25.000 emplois ont été détruits dans le secteur du bâtiment. Une dégringolade qu’on évalue à 0,4 point de PIB. Les ventes sont à l’arrêt, les locations sans locataires. Dans le même temps, l’État dépense annuellement 42 milliards d’euros pour une « politique du logement » totalement inefficace : rien qu’à Paris, on recense plus de 150.000 demandes de logement social en attente, certaines depuis plus de dix ans.

Dernières responsables en date de cette déconfiture, l’ineffable Cécile Duflot et sa loi ALUR votée, faut-il le rappeler, le 20 février de cette année. Une loi élaborée dans le seul but, fort louable, de « protéger le locataire » – figure christique à l’instar de l’immigré – contre les basses manœuvres des odieux propriétaires. Propriétaires que cette gauche ringarde voit évidemment tous comme des marchands de sommeil sans scrupules, de même qu’elle voit dans tout patron un salopard du CAC 40 à stock-options et salaire à 7 chiffres.

La loi de Mme Duflot vient d’être rebaptisée loi Pinel pour mieux la faire oublier, et le Premier ministre Manuel Valls, affolé par l’ampleur du désastre, a annoncé vendredi dernier son « détricotage ». La loi ALUR, ses loyers qu’elle voudrait encadrer et ses tonnes de paperasse est certes un (gros) boulet de plus à l’entreprise, mais ce n’est pas le seul. Le vrai problème du logement en France est celui d’une fiscalité assassine propre à décourager tout investissement dans le secteur.

L’affreux propriétaire qu’il convient de terrasser est, la plupart du temps, Monsieur et Madame Tout-le-Monde, un ménage qui a économisé euro après euro pour s’offrir un bien dont il espère qu’il pourra arrondir une maigre retraite. En attendant, il n’a pas le droit de le louer à sa famille. Pourquoi ? Mystère. Si tout va bien – comprenez : s’il trouve un locataire qui paie régulièrement son loyer –, il peut espérer, après impôt, une rentabilité à peu près équivalente à celle du Livret A : 1 %. Si ce n’est pas le cas, alors commence la galère : impayés, procès, expulsion pratiquement impossible, charges qui continuent de courir, et quand on arrive enfin à se débarrasser de l’indélicat (en moyenne deux à trois ans de procédures), il faut en général refaire l’appartement à neuf. Et puis, pire encore si l’on ose dire, il y a ceux qui héritent d’un bien à la mort de papa-maman. Et là, pour peu qu’ils habitent Paris ou une métropole où la pierre est au prix de l’or, les voilà automatiquement couronnés « grande fortune ».

Le ticket d’entrée pour l’ISF est à 1,3 million d’euros. À Paris, ou sur l’île de Ré, ça vient très vite. Alors que la « fortune », la vraie, peut s’expatrier et se rendre insolvable, M. Tout-le-Monde ne peut se faire la malle avec son appartement sur le dos. Alors il paie. Bien obligé. J’en connais qui ont ainsi vu leur impôt exploser de 10.000 euros cette rentrée. Doivent emprunter pour payer. D’autres qui empruntent chaque année car les prix montent, mais comme ils ne vendent pas, ils s’appauvrissent chaque fois un peu plus. D’autant que la taxe sur les plus-values de cession est de 34 % (+ 6 % cette année). À préciser aussi que l’ISF, créé en 1989, s’ajoute à tous les autres impôts sur le patrimoine : droits de mutation exorbitants, taxes foncières, etc.

Bref, sachant cela, qui peut être encore assez fou pour vouloir investir dans l’immobilier ? À l’heure qu’il est, plus personne. Les gens préfèrent garnir leur assurance-vie, et s’ils ont un bien, surtout ne pas le louer. Conclusion : un plan de relance des logements n’ira pas sans la suppression de l’ISF. Mais personne n’ose le dire ! Chut ! C’est le tabou suprême, bien pire que celui des 35 heures.

Source

Voir les commentaires

Le député PS Yann Capet demande l’interdiction de la manifestation de Sauvons Calais

3 Septembre 2014, 14:10pm

Publié par Thomas Joly

S’ils refusent de s’attaquer aux problèmes du chômage, de la pauvreté, du consumérisme ou de la criminalité, les députés PS poursuivent leur guerre contre les libertés publiques et les Français. Reçu par Bernard Cazeneuve hier, le député PS Yann Capet a demandé l’interdiction de la manifestation de Sauvons Calais contre l'invasion migratoire qui se tiendra ce dimanche 7 septembre. Il a évoqué de prétendus troubles à l’ordre public pour justifier cette demande liberticide. À l’inverse, les rassemblements des extrémistes – des groupuscules violents ont annoncé des rassemblements à Calais ces prochains jours – ne semblent pas avoir été évoqués par les deux hommes.

Source

Voir les commentaires

Carl Lang dans le Morbihan le 27 septembre !

3 Septembre 2014, 14:04pm

Publié par Thomas Joly

Carl Lang, Président du Parti de la France, à l'invitation de Jean-Marie Lebraud (Délégué régional du PdF), sera présent samedi 27 septembre à Pont-Augan près de Baud dans le Morbihan.

Participation aux frais : 25 €

Voir les commentaires

Le très réactif, professionnel et exemplaire chef de la police municipale de Poissy

3 Septembre 2014, 13:34pm

Publié par Thomas Joly

Le directeur de la police municipale de Poissy a été écroué dimanche. Soupçonnant sa femme d’infidélité, Fath-Edine Mankhar, un individu de 35 ans, père de trois enfants, a violemment agressé sa femme vendredi à leur domicile de Carrières-sous-Poissy. Il a menotté et bâillonné sa victime avant de lui faire subir diverses violences. La jeune femme, employée dans la même commune au service de l’état civil, est parvenue à s’enfuir après qu’il lui eut coupé des mèches de cheveux. Elle s’est alors réfugiée chez leurs voisins qui ont appelé la police.

Lors de l’arrivée de ses collègues, il a lâché : « J’ai dépassé les bornes ». Il a été mis en examen pour séquestration, violences volontaires aggravées et menaces de mort.

Le maire UMP de la ville est immédiatement intervenu pour le défendre : « C’est un agent réactif, professionnel, exemplaire. » On ne saurait mieux dire.

Source

Voir les commentaires

Volte-face de Cazeneuve : Calais aura son centre d’accueil pour les clandestins

3 Septembre 2014, 13:26pm

Publié par Thomas Joly

La mairesse UMP de Calais, Natacha Bouchart, réclamait depuis plusieurs semaines la création d’un centre d’accueil pour les délinquants afro-maghrébins de la ville, précisant qu’il devait être à la charge de l’État. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait rejeté cette demande, rappelant notamment qu’elle serait perçue comme un nouveau recul des autorités et provoquerait un appel d’air. Malgré ces arguments pourtant de bon sens, il a hier totalement capitulé : recevant la maire de Calais au ministère, il l’a assurée qu’un centre d’accueil, totalement financé par le contribuable français, serait construit.

Source

Voir les commentaires

Incendie d'un temple franc-maçon en Normandie : Accident ? Provocation ? Escroquerie à l’assurance ?

3 Septembre 2014, 13:15pm

Publié par Thomas Joly

Émoi dans la République maçonnique : un « temple » maçonnique, dépendant de l’association mafieuse du Grand Orient de France (GOF), aurait été légèrement touché par un incendie à Bernay (Normandie).

Selon le procureur de la République, « tous les éléments montr[eraient] qu’il s’agit d’un incendie criminel ». S’agit-il d’une nouvelle tentative d’escroquerie à l’assurance ? D’une provocation des francs-maçons pour se lancer une nouvelle fois dans une opération de victimisation ? D’un accident ? D’un acte de résistance face à la pieuvre ? « Toutes les pistes sont ouvertes » a précisé le procureur.

« L’incendie a été d’une grande violence et il n’y a pratiquement plus ni toit ni murs. […] L’incendie a eu lieu de l’intérieur et miraculeusement [sic] les archives du temple, qui étaient dans une pièce au bout de la maison, ont été épargnées » a déclaré le Grand Parrain Daniel Keller.

Source

Voir les commentaires

À Puteaux, cartables roses pour les filles et bleus pour les garçons ! (par François Teutsch)

3 Septembre 2014, 09:57am

Publié par Thomas Joly

Heureusement que la presse veille à l’orthodoxie républicano-socialiste et dénonce les scandales comme celui qui vient d’éclater dans les Hauts-de-Seine. En cause, la décision de la mairie de Puteaux d’offrir un cartable aux écoliers de la commune. Rien à redire sur le sujet lorsque l’objet en question est noir. Mais cette année, les objets du délit sont roses pour les filles et bleus pour les garçons. Et, en prime, on offre à ces derniers un livre pour apprendre à monter un robot, tandis que leurs sœurs reçoivent un guide pour créer leurs propres bijoux.

Il faut dire que la théorie du genre, qui n’existe pas sauf dans l’esprit de quelques paranoïaques homophobes et malintentionnés, s’oppose formellement à la perpétuation de tels stéréotypes. D’ailleurs, le très sérieux Point titre « Des fournitures scolaires très “genrées” », tandis qu’un opposant politique confie généreusement à Libé : « Ce n’est pas un message politique contre la théorie du genre. C’est juste du stéréotype bête et idiot. » Mais, on vous le dit, ladite théorie n’existe pas.

Stéréotypes : le mot est lâché. Il est devenu, comme le racisme il y a trente ans, l’hydre contre lequel il faut lutter sans relâche. Pour sauver l’humanité, luttons contre les stéréotypes. Celui selon lequel les filles préfèrent les poupées et les garçons les soldats. Celui selon lequel les femmes ont moins d’accidents que les hommes : désormais, il est discriminatoire d’appliquer des tarifs d’assurance moins élevés pour nos compagnes ! Celui selon lequel les déménageurs qui montent les pianos au huitième sans ascenseur sont plutôt des hommes costauds. Celui selon lequel un catho est forcément homophobe, doublé d’un imbécile s’il est de droite… Pardon ? Ce n’est pas un stéréotype ? Ah, je suis confus, je ne recommencerai pas.

C’est bien, le stéréotype : ça fait moderne, un peu savant, et personne n’a rien contre le fait qu’on voie les choses telles qu’elles sont plutôt qu’au travers d’un cliché, non ? Mais ça dépend desquels. Parce que, comme pour le racisme, il y a le bon et le mauvais stéréotype. On pourrait en faire un jeu pour s’entraîner de façon ludique. À chaque expression, répondez « bon » ou « mauvais ». Exemples : socialiste généreux ; femme coquette ; curé pédophile ; romanichel trafiquant ; homme qui fait bouillir la marmite ; musulman intégriste ; etc.

À Puteaux, le maire ne semble pas avoir compris l’importance d’un tel combat. Pourtant, nous disait France Intox le 2 septembre, l’édile ne semble pas particulièrement proche de la Manif pour tous. Tiens, en voilà encore un. Un bon, évidemment.

On en viendrait à regretter Jacques Chirac : sous sa présidence, personne ne se serait étonné de la création d’une Haute Autorité de lutte contre les stéréotypes, dont la présidence aurait été confiée à une personnalité socialiste bien en vue. C’est désormais inutile. Non seulement les chiens de garde veillent, mais encore l’égalité hommes-femmes a fait de grands progrès. Ainsi, trois jeunes filles ont torturé une des leurs parce qu’elle regardait un peu trop leurs petits amis. De vrais comportements de garçons. Des Mesrine en puissance.

Najat peut se réjouir : mission accomplie !

Source

Voir les commentaires