Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La première crèche française qui nie la différence entre filles et garçons

12 Mars 2013, 09:31am

Publié par Thomas Joly

genderElle s’est ouverte à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, avec la bénédiction de Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits de la femme (qui sont très curieusement distingués des droits de l’homme), et Dominique Bertinotti, ministre délégué à la « famille ».

 

Par conséquent, les petites filles ne sont pas encouragées à jouer à la poupée et les petits garçons au bricolage, « on préfère plutôt encourager les pratiques inverses, quitte à pousser les enfants à aller contre leurs envies. » (Source) 

 

Il est clair que les instigateurs de ces fabriques à dégénérés relèvent de la psychiatrie lourde, comment pouvons-nous confier l'avenir de nos enfants à de tels tarés ?

Voir les commentaires

Nouveau reportage de la TV russe sur la colonisation et l’islamisation de la France

11 Mars 2013, 09:47am

Publié par Thomas Joly

 

Source

Voir les commentaires

Des cellules de foetus avortés pour réhausser le goût : Obama a dit oui !

11 Mars 2013, 09:35am

Publié par Thomas Joly

http://www.agoracosmopolitan.com/news-img/maximum/5329.jpgLa société Pepsi, en vue de lancer son produit « Pepsi Next », a fait face à la réaction d’une partie de la population américaine laquelle, pro-vie, appelait au boycott. Et pour cause, la société utilise dans ses recherches des cellules issues de foetus avortés afin de réhausser le goût de la boisson. Eh bien Pepsi a obtenu gain de cause grâce à l’aide de l’administration Obama : la Security and Exchange Commission, mise en place par le président Obama, a statué et rendu publique sa décision le 28 février : le laboratoire Semonyx, filiale de recherche du groupe PepsiCo’, est autorisé à utiliser des restes de foetus avortés comme rehausseurs de goût.

http://www.francetvinfo.fr/image/74rh17x5e-4a78/908/624/981353.jpgSigne avancé d’une société de mort qui se substitue à la Civilisation. Le fœtus n’est-il donc qu’un amas de cellule ? Qu’un matériau à la disposition de la toute puissance d’un homme qui a voulu se faire Dieu ? Ou bien n’est-ce pas d’abord une vie humaine qui a été conçue ? N’est-ce pas plutôt un être humain en gestation ?

 

Mais le pire, c’est qu’en plus de légiférer sur un usage que condamnent tous les principes traditionnels sur lesquels s’est bâtie la civilisation occidentale, et dont témoigne par exemple le serment d’Hippocrate, l’administration Obama considère cet usage comme des « opérations commerciales ordinaires ».  Ou comment banaliser la culture mort… Ignoble !

 

Source

Voir les commentaires

À Chagny, Bamboula ne sera pas guillotiné : dommage ! (par Joris Karl)

11 Mars 2013, 08:58am

Publié par Thomas Joly

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2013/03/bamboula.jpgIl était une fois une bourgade oubliée, assoupie dans un coin de Bourgogne, entre Chalon et Beaune : Chagny, un peu plus de 5.000 âmes au compteur. Chagny, son pensionnat catho, son port de plaisance, ses bons vins tout autour et surtout… son « Bamboula » !

 

Rien que ce nom, c’est un coup de tournevis au fond des oreilles chastes.

 

Il faut le voir pour le croire. Chaque année, lors de la mi-carême, se tient une fête à l’ancienne, avec des reines couleur locale, des chars décorés et un défilé où rivalisent les jolis déguisements. C’est là qu’intervient Bamboula, personnage « symbole du mal ». « Après le défilé, le deuxième dimanche, on exécute Bamboula. » explique sobrement le site internet de la ville. Vous vous rendez compte du dérapage ? Caroline Fourest vite !

 

non---la-haine.jpgVigilant gardien des valeurs modernes, le Journal de Saône et Loire avait posé la dramatique question il y a quelques années : « Faut-il interdire Bamboula ? » ou au moins, changer son nom… À notre douce époque du « vivre ensemble », cet ignoble vocable nous rappelait en effet les heures les plus sombres. « Bamboula », ça puait le colonial, ça sentait le racisme à plein nez. Du coup, ces dernières éditions au moins, les organisateurs avaient eu l’intelligence de donner un visage blanc à Bamboula. La mini polémique n’avait pas fait long feu car une partie de la population aurait été choquée que les élus touchassent à la tradition, née… en 1947 ! Bamboula survécut finalement, contrairement aux biscuits du même nom dans les années 90.

 

Comme l’a bien souligné Laurent Obertone dans « France orange mécanique », la presse régionale est pleine de saveurs pour les historiens du présent. En lisant un nouvel article consacré à Bamboula (JSL du 8 mars 2013) on en est convaincu : la tradition perd encore une bataille. Ils n’ont pas encore eu la peau de Bamboula, mais celle de la guillotine dont on se servait pour le zigouiller !

 

http://a402.idata.over-blog.com/265x265/4/69/65/45/5506-tete-de-negre.jpg« C’est la fin d’une tradition, une évolution avec le temps » écrit le journaliste. « Cette année, Bamboula ne sera plus guillotiné. Non, sa peine va le faire réfléchir pendant toute une année. » Taubira serait-elle passée par là ? Le président du comité de la Mi-Carême nous donne la raison de la modification : « Il n’y a plus la peine de mort en France et en plus, on guillotinait quelqu’un qui revenait l’année d’après. » Belle trouvaille et beau foutage de gueule. On espère qu’il ira dire aux Corses qu’il n’y a plus de décapitation de Maures en France et qu’il faudrait changer leur drapeau. Et puis cette « Marseillaise » de facho avec son « sang impur », ses jours sont comptés.

 

Plus de guillotine, bientôt sûrement plus de Bamboula. On l’appellera peut-être Kevin, ou François « pour ne pas stigmatiser ». Dans un village tout proche, une boulangerie sert toujours des « têtes de nègres ». Pour combien de temps encore ?

 

Source

Voir les commentaires

Une favela de Rio ?

10 Mars 2013, 18:40pm

Publié par Thomas Joly

http://sphotos-g.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash3/578012_134620110049276_1612109696_n.jpg

 

http://sphotos-h.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/483683_134620190049268_1861075140_n.jpg

 

http://sphotos-d.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash3/45380_134620803382540_1551098406_n.jpg

 

Non, le quartier gitan de Perpignan...

Voir les commentaires

Le racisme, c’est quoi ?

10 Mars 2013, 10:47am

Publié par Thomas Joly

 

En bref, un raciste, ce n’est pas celui qui n’aime pas une personne de couleur, mais c’est plutôt celui qu’une personne de couleur n’aime pas !

 

Source

Voir les commentaires

Le « boloss » ? Une sorte de « bougnoule pâlichon » (par François Delaître)

10 Mars 2013, 10:35am

Publié par Thomas Joly

racailles CPEMarie Drucker nous l’annonce tout sourire : on s’apprête à introduire une nouvelle fournée de mots savants dans le dictionnaire. Le premier qu’elle cite, pimpante : « boloss ».

 

Merveilleux vocable que le linguiste Alain Rey hésite pourtant encore à intégrer à son Petit Robert, nous dit-on.

 

L’homme n’est pourtant pas un puriste chevillé à un usage archaïque de la langue française. Il serait même plutôt de ces intellectuels qui estiment qu’une langue s’enrichit lorsqu’on la passe à la centrifugeuse pour en inverser l’ordre des syllabes ou des lettres.

 

Ainsi, Monsieur Rey nous fait part de sa fierté d’avoir inclus dans son dictionnaire, et ce dès le début des années 1990, des « meufs » et des « keufs ». Car depuis, nous dit-il, ces mots sont entrés dans le langage familier de tout un chacun.

 

http://cdn.c.photoshelter.com/img-get/I0000izaP5i1j4ys/s/750/750/AD-Alain-Rey-0188.jpgIl s’agit d’une avancée, n’en doutons pas. Et la langue française s’est enrichie, qui pourrait le nier ?

 

La question du « boloss » semble un peu plus délicate. Monsieur Rey cherche toujours son étymologie exacte. Il lui faut encore éplucher ses dictionnaires de latin et de grec pour valider la définition avant-gardiste de la journaliste : le « boloss » serait un abruti.

 

Mais cette journaliste n’a manifestement pas beaucoup étudié les arbres généalogiques desdits abrutis qui, une source anonyme et un peu d’observation nous l’indiquent, seraient très majoritairement d’origine « sous-chienne » ; des « bourgeois lopettes » comme le définit une source autorisée, plus érudite que Monsieur Rey.

 

Le « boloss » serait, pour résumer, une sorte de « bougnoule pâlichon » qui, au nom de la tolérance et de l’amitié entre les peuples, mériterait bien les honneurs du Petit Robert 2014.

 

Source

Voir les commentaires

Le déclin de Marine Le Pen et le triomphe d’Eric Zemmour (par Nicolas Bonnal)

10 Mars 2013, 10:18am

Publié par Thomas Joly

http://img.youtube.com/vi/o63q0ANYBko/0.jpgJ’aurais préféré me taire parce que j’adore le père et que je pensais que l’idéal, même faiblard, tiendrait… mais tant pis, je me lance. Les scores dont on a fait grand cas l’an dernier ne sont pas meilleurs en 2012 qu’en 2002 quand les deux candidats nationalistes caressaient les 20% déjà au premier tour de la présidentielle la plus géniale de l’histoire. Depuis, on fait du surplace, depuis on régresse, quoiqu’en pensent les experts en dédiabolisation.

 

Dernièrement Eric Zemmour ironise : le FN devient un parti de gauche, voire d’extrême-gauche. Ce n’est pourtant pas un extrémiste, Zemmour, sauf pour les fous (il y en a).

 

phillipot briois marineVoyons voir : le Front National de Marine Le Pen est-il en perte de vitesse ? Le message de l’ex-parti le plus diabolisé du monde est-il encore bien reçu ? Y a-t-il encore un message, d’ailleurs ? Ou est-on en train de le brouiller, le beau parti débarbouillé, pardon, dédiabolisé ? Et a-t-on compris en pas très haut lieu que le 13 janvier fut une splendide occasion gâchée ? A-t-on compris que pour Chesterton la famille est le seul État qui crée et aime ses citoyens, et que pour cette raison il vaut tous les États et tous les partis du monde ? Ou s’est-on soumis platement aux commandements d’une camarilla et d’un lobby noyauteur par trop efficaces ? Car depuis quand le FN se doit-il d’être le parti islamophobe alors qu’il est le parti de la patrie française trahie par les gaullistes, depuis quand le FN est-il devenu le parti de l’ultra-laïcité, alors que cette laïcité a fait depuis 1870 le lit de l’hexagone moderne nihiliste et jouisseur, mais arrogant et harceleur ? Et depuis quand le FN sozial promeut-il un SMIC ridiculement élevé alors qu’il était le parti de la baisse des impôts ? Depuis quand et pourquoi, surtout, le FN ne veut-il plus être le parti de la pensée sauvage, comme l’avait superbement baptisé Jean Baudrillard ?

 

On ne peut pas être mieux dénoncé (je n’écris pas trahi) que par les gens qui vous voulaient du bien, ou attendaient beaucoup de vous. Surtout lorsque ces gens ont du talent. Je pense à un journaliste célèbre et courageux.

 

http://www.leparisien.fr/images/2012/12/11/2398677_le-pen.jpgIl faut voir cette étonnante émission : Eric Zemmour tentait avec son culot et sa faconde de remonter les pendules du flageolant Front National et de rappeler Marine Le Pen non pas à l’ordre nouveau mais ancien, celui de la famille par exemple (si j’ose dire il voulait la rappeler sous les drapeaux !). Comme elle a peu d’arguments pour justifier son absence remarquée le 13 janvier dernier au défilé du sauvetage de la famille française, Marine Le Pen se braque et s’en prend de sa grosse voix toujours enrouée à la personne de notre journaliste préféré ainsi qu’à celle de son compère. Elle s’embrouille et nous sort un brouet politique sur les raisons de ne pas y aller pour ne pas tomber dans le piège du gouvernement (alors que c’est en n’y allant pas qu’elle y est justement tombée), qui détourne l’attention de la situation sociale qui est si grave et patati patata.

 

Quel argument sot, tout de même. Car la situation sociale est grave, elle l’est d’ailleurs depuis mille ans, mais elle ne rassemble pas un million de personnes dans la rue. Elle ne rassemble plus, la situation sociale. La famille, oui, rassemble : et c’est pourquoi ils vont l’achever, les socialistes. Lire la suite

Voir les commentaires

Femen : des militantes du RF Paris se rendent à leur local

8 Mars 2013, 11:11am

Publié par Thomas Joly

 

Il y a quelques jours, une quinzaine de militantes du RF Paris ont envahi le local de la milice extrémiste antichrétienne Femen (grassement subventionnée par de discrets oligarques).

Cette première action est une « déclaration de guerre » à la bêtise et à la haine qu’incarnent les Femen, sous le vocable trompeur de « féminisme ». Les Françaises sont dans leur très grande majorité plus proches des valeurs que défendent nos militantes, que de celles d’une minorité de bobos libertaires.

 

Les VRAIES femmes n’ont pas dit leur dernier mot.

Non, les Fem’haine ne défendent pas les femmes, mais seulement la vulgarité et la haine du christianisme.

 

Source

Voir les commentaires

Le MRAP défend le jihad à la maternelle (par Maurice Vidal)

8 Mars 2013, 08:22am

Publié par Thomas Joly

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2013/03/jihad-565x252.jpgEn soutenant la famille du petit garçon prénommé Jihad, le MRAP vient de confirmer sa vraie nature : ce mouvement, qui prétend œuvrer pour l’Amitié entre les Peuples, n’est autre qu’un des fers de lance de l’islam radical. Les explications et les excuses qu’il donne pour minimiser l’affaire du tee-shirt porté par le garçonnet de 3 ans vont dans ce sens. Tout est bon, en effet, pour justifier la normalité d’un intégrisme politico-religieux prompt à manier aussi bien la takia que le sabre !

 

bigard-11septembre.jpgLe problème est qu’un tel aveuglement idéologique condamne le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples à n’être que son contraire, l’amitié entre les peuples ne pouvant aller de pair avec les bombes humaines, sauf à penser qu’un Dieu a acheté la vie des croyants « en échange du Paradis », ces derniers tuant et se faisant tuer lorsqu’ils combattent « dans le sentier de Dieu » (Coran 9 :111). Car enfin, est-il normal qu’un bambin se présente à l’école de la République vêtu d’un tee-shirt sur lequel on peut lire « Je suis une bombe » ou encore « Jihad, né le 11 Septembre » ? Ces deux inscriptions ne sont-elles pas explicites ? N’atteignons-nous point ici le sommet de l’horreur en mêlant l’innocence à la barbarie ?

 

http://extremecentre.org/wp-content/uploads/2006/03/saint%20jacques%20matamore%204.JPGSupposons que l’enfant soit de sexe féminin : la formule « Je suis une bombe » pourrait être interprétée en devenir ! Mais quid de la précision renvoyant au « 11 Septembre » ? L’Histoire n’est-elle pas l’Histoire ? Aurait-elle mille significations ? Si d’aucuns voient dans les avions pénétrant les Tours jumelles un acte d’amour universel, allons-nous pour autant en accepter l’augure ? Jusqu’à quand la France va-t-elle tolérer l’intolérable ? Suffit-il qu’un père choisisse le prénom de son enfant pour que ce prénom figure sans contestation possible sur les registres de l’État civil ? Que dirait-on si j’appelais mon petit garçon « Matamore », c’est-à-dire « Tueur de Maures » ? Y verrait-on une « marque d’humour », ou encore une « mauvaise blague » ? La « plaisanterie » serait-elle jugée « innocente » ? Aurais-je le droit d’invoquer mes origines espagnoles pour souligner qu’un tel prénom a toute sa place dans ma culture d’origine ? En tant que chef de famille, serais-je l’archétype d’une « famille paisible » ? Manuel Valls me soutiendrait-il ?

 

Source

Voir les commentaires

Un maire abolit dans les cantines publiques les repas de substitution pour les musulmans

8 Mars 2013, 08:10am

Publié par Thomas Joly

http://www.sudouest.fr/images/2013/03/05/985506_a1-5739942_460x306.jpgA Arveyres, en Gironde, une petite commune de 1900 habitants située près de Libourne, le maire sans étiquette,  Benoît Gheysens, a pris une décision courageuse qui a suscité l’émoi de la communauté musulmane. La mairie a décidé en effet de supprimer à l’école les fameux plats de substitution destinés aux enfants qui ne mangeant pas de porc. Le motif ? Les contraintes budgétaires et techniques auxquelles est confrontée la municipalité. Sur 180 enfants, 28 sont musulmans : selon le maire,  si les familles des enfants musulmans ne sont pas satisfaites par la décision de la mairie, elles « peuvent retirer leurs enfants de la cantine ce jour-là ».

Une décision massivement saluée parles habitants et l’opinion publique, malgré l’hostilité de certaines familles, concernées par les repas de la cantine, la pression qu’exercent les médias, ou encore le sous-préfet de Libourne, Patrick Martinez. Preuve de la popularité de cette démarche, les villages voisins de http://4.bp.blogspot.com/-Dteu-quP_48/T5xeAdlPJCI/AAAAAAAAAc8/FXyAW3KIDH0/s1600/porc_vesel.jpgSaint-Germain-du-Puch et de Saint-Quentin-de-Baron ont décidé d’appliquer la même décision que le maire d’Arveyres.

 

« Personne ne peut obliger ces musulmans à manger du porc, mais personne non plus les a obligés à venir dans notre pays », résumera un internaute. Comme quoi, le bons sens n’a pas encore abandonner la population ! Car en France, on mange du porc : chaque pays a sa tradition culinaire, marquée par son terroir, sa religion, et tout cet ensemble de tissus et de liens, sécrétés par l’histoire, et qui contribuent à façonner des codes commun, en bref, une culture qui cimente le lien social. Sans culture, sans règles de vie commune, les individus peuvent éventuellement coexister, mais ils ne peuvent pas vivre ensemble. Pour vivre ensemble, il faut avoir quelque chose à partager. Le « copain », c’est celui qui partage le même pain…

 

Source

Voir les commentaires

La Belgique en phase avancée de colonisation migratoire

7 Mars 2013, 08:55am

Publié par Thomas Joly

bruxelles islam

 

La Belgique est une terre d’immigration qui refuse de s’assumer. Une étude démographique vient confirmer ce constat : selon les calculs du sociologue Jan Hertogen, le Royaume compte 2,6 millions de citoyens « issus de l’immigration », soit 24% de la population totale.

 

Exemple : région de Bruxelles

http://nimga.fr/m/TkVXd.png

Légende :
pointeur rouge : de 50 à 80 % de la population issue de l’immigration
pointeur bleu : plus de 80 % de la population issue de l’immigration
pointeur mauve : près de 100 % de la population issue de l’immigration

 

Carte globale : cliquez ici

 

Source

Voir les commentaires

Et si Détroit, l’afro-américaine en faillite, était… notre futur ? (par Joris Karl)

7 Mars 2013, 08:41am

Publié par Thomas Joly

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2013/03/detroit.jpgCette fois-ci on y est presque. Détroit, l’ancienne « Motor City », fierté de l’Amérique des fifties, risque d’aller à la casse : Rick Snyder, le gouverneur de l’État devrait mettre la ville… sous tutelle, dernière étape avant la faillite !

 

À ce niveau-là, on n’est même plus dans l’urgence car la ville est en panne sèche. Pour l’exercice en cours, le déficit budgétaire a déjà crevé le plafond (100 millions de dollars) ; quant à la dette, elle dépasse 14 milliards ! Les tuteurs auront le pouvoir de décider unilatéralement de fermer des départements entiers de la municipalité, de modifier les contrats de travail, de vendre des actifs de la ville et de changer lois et règlements.

 

emeutes los angeles 1992C’était couru d’avance : qu’un gouverneur blanc veuille mettre cette ville sous tutelle a enclenché une polémique raciale. Car l’ancienne capitale de l’automobile est devenue quasi noire en 30 ans. L’évolution démographique est effarante : de 1.850.000 en 1950, Détroit a plongé à 700.000 habitants aujourd’hui ! Autrefois blanche, la ville est composée désormais de Noirs à 90 %.

 

Tout a commencé par l’explosion raciale de 1967. 43 morts. Des combats de rue ultra violents. Les chars de l’US Army. Le gouverneur avait survolé la ville en hélico : « Merde, on dirait que Motown a été bombardée » avait-il lâché… Au sol, la loi martiale. Des mecs avec coupe afro et t-shirt moulant qui gueulaient. Des brigades avec des chiens fous furieux. Des snipers blacks Panthers sur les toits qui dégommaient les pompiers. Il fallait que ça crame. Que tout crame !

 

http://img.timeinc.net/time/daily/2009/0909/wdetroit_history_b_1005.jpgLa descente aux enfers commençait. En 73, Coleman Young, le « Mother Fucker in charge » comme il s’appelait lui-même, fut élu… Enfin un afro-américain au pouvoir ! Young avait voulu affirmer l’identité noire de sa ville en rebaptisant des rues ou en érigeant des monuments à la gloire des figures du mouvement afro-américain. La population blanche commença à fuir le centre ville, s’éloignant toujours plus vers des banlieues « protégées ».

 

Pour ne rien arranger, les « nuits du diable », durant Halloween, étaient prétexte à des actes de petit vandalisme dans toute la ville. Mais à partir des années 70, ces drôles de fiestas dégénérèrent. En 84, ce fut l’apocalypse : 1.000 bagnoles avaient flambé, des viols, des meurtres et tout le tralala. Les flics n’en revenaient pas. Détroit devenait la ville la plus cinglée d’Amérique.

 

http://scrapetv.com/News/News%20Pages/usa/images-7/detroit-ghetto.jpgEn 2013, le chaos urbain vous prend à la gorge. Les gens hagards, l’insécurité partout, les voitures laissées pour mortes dans les cours des maisons fantômes. Certains disent que l’endroit est à l’image du pays. Que le rêve est passé. Le pire, c’est peut-être la « chose qui faisait peur », la Michigan Central Station. L’énorme gare édifiée au temps de la splendeur, en 1913, voici plus d’un siècle. Ce bâtiment sent la poisse, sorte de Mary Céleste échouée à l’écart. Le dernier train est parti en 1988. Depuis, tout le monde est à quai. Détroit, ou la sensation malsaine de voir notre futur…

 

Source

Voir les commentaires

Où mon code pénal semble incomplet… (par Luc Pécharman)

7 Mars 2013, 08:18am

Publié par Thomas Joly

http://ndpiledefrance.hautetfort.com/media/01/00/2906878966.jpgVingt-quatre heures que je cherche, et je n’ai toujours rien trouvé. Je parcours fébrilement les pages de mon Dalloz à la recherche de l’article correspondant, mais celui-ci ne veut rien livrer qui puisse apporter un début de réponse au problème soulevé.

 

A l’ère du tout numérique, je me suis donc rabattu sur sa version en ligne, le fameux site Légifrance qui recense tous les codes en vigueur sur le territoire national, et qui a le grand avantage d’être en permanence à jour. Mais là non plus, rien. Chou blanc.

 

Me servant de mon expérience, je me suis souvenu que lorsque internet ne répond pas aux demandes qui lui sont soumises, c’est souvent que l’on n’a mal défini les mots clefs de sa recherche.

 

http://www.tempe.fr/images/illustration/produits/jambon-torchon.jpgListons-les alors, et voyons lesquels j’ai bien pu oublier :

Menace avec jambon armé ? Aucun résultat.

Envoi de porc prohibé ? Aucun résultat.

Incitation à la haine avec charcuterie ? Pas mieux.

Agression à l’aide de cochon par destination ? Toujours rien.

 

C’est toujours le problème lorsque l’on tombe sur un article qui ne donne pas tous les détails. Il est difficile d’approfondir la question. Mais peut-être qu’une petite explication s’impose :

 

Ma perplexité provient de la lecture d’une brève sur le site du CCIF(Collectif contre l’Islamophobie en France). Celle-ci relate qu’il y a quelques jours, la mosquée de Mulhouse a reçu dans sa boîte postale une enveloppe contenant de la viande de porc. Émoi et sanglots. Mais, plus surprenant, le même article indique qu’une plainte a été déposée suite à cette infâme agression. Sans hélas indiquer sous quelle qualification cet odieux fait a pu être enregistré par la police.

 

D’où ma recherche.

 

http://www.ajib.fr/wp-content/uploads/2011/10/islamophobie-une.gifPlus sérieusement, cela fait déjà plusieurs années que la question de savoir si la loi pourra dans un avenir proche punir le blasphème se pose. Bon, pas tous les blasphèmes, bien entendu, mais seulement ceux qui pourraient heurter la sensibilité d’une population déjà largement malmenée par le racisme et l’islamophobie(1) de ces salauds de Français.

 

Bien sûr, le fait ici relaté n’a qu’une importance toute relative. Mais que le simple envoi postal de viande porcine puisse donner lieu à des poursuites pénales en dit tout de même assez long sur l’influence grandissante des lobbies religieux dans notre société.

 

Mais puisque plainte a été déposée, enquête devrait s’en suivre. Et la première question à laquelle un investigateur doit répondre pour tenter de résoudre une affaire est de se demander à qui profite le crime. A qui profite vraiment le fait que l’on puisse faire du foin autour d’un jambon qui voyage par la poste ? Écartons d’emblée les services postaux et les producteurs de cochon, qui tous deux semblent étrangers au drame. Il nous reste les affreux racistes et les pseudos-victimes. Si, si, ça c’est déjà vu. D’aucuns se souviendront, entre autres, d’une affaire mêlant un futur président de la république et un observatoire.

 

http://francaisdefrance.files.wordpress.com/2011/09/2863195434_1_5.jpgPiste 1 : les vilains racistes. Bon, mis à part un absurde sentiment de résistance, cet acte ne sert pas à grand-chose. Il est même relativement contre-productif puisqu’il permet à l’institution visée par l’agression porcine de se poser en victime, de réaffirmer la pureté de ses intentions et de déplorer le climat délétère autour de la question de l’Islam en France.

 

Piste 2 : les victimes. Et bien la dite agression n’a pas provoqué de dégât matériel ou autre. Elle permet d’amplifier la stratégie de victimisation, en gonflant à peu de frais le recensement des faits d’islamophobie(1). Elle permet d’exiger une qualification pénale pour des faits au demeurant anodins. Elle participe ainsi à la culpabilisation du peuple d’accueil. Et l’on pourrait continuer la liste…

 

inspecteur gadgetBien évidemment, ce travail tout personnel n’a comme seul but que de donner des pistes de réflexions, et n’a en aucun cas la prétention d’interférer avec l’enquête officielle.

 

Allez, encore un peu de patience pour voir quel sera le prochain blasphème réprimé par la République…

 

Note :

(1) Oui, je sais qu’il faut toujours soigneusement éviter d’employer les terminologies inventées par nos adversaires, sous peine de participer à leur banalisation et par là même à leur justification, mais il m’était difficile ici d’y substituer une périphrase qui n’aurait pas rendu aussi fidèlement le mécanisme de soumission que l’on nous impose insidieusement. Mea culpa.

 

Source

Voir les commentaires