Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le 8 février, manifestation nationale pour la dissolution des Femen

27 Janvier 2014, 09:15am

Publié par Thomas Joly

http://www.lagrif.fr/media/k2/items/cache/157c6c6cd616f458d56a6caf427711f8_XL.jpg

 

Face aux profanations régulières, aux actes de terrorisme, au racisme antichrétien et à l'impunité du groupuscule Femen depuis plus de deux ans, l’AGRIF appelle à une grande manifestation nationale, le samedi 8 février, pour exiger la dissolution du groupuscule terroriste et raciste anti-chrétien des Femen.

 

Carl Lang, président du Parti de la France, prendra la parole lors de cet événement où les militants, adhérents et sympathisants du PdF sont invités à se joindre.

Voir les commentaires

Des Femens interpellées au début de la manifestation "Jour de Colère"

27 Janvier 2014, 08:57am

Publié par Thomas Joly

 

Des militantes gouvernementales antichrétiennes Femen sont venues s’en prendre à la manifestation, à son début, mais ont été rapidement embarquées par la police, qui voulait surtout leur éviter de passer un très sale quart d’heure.

 

Quelques dizaines « d’antifas », violents extrémistes de gauche au service du Système, ont également regretté d’être venus provoquer (casqués et armés) d’un peu trop près les manifestants.

 

Source

Voir les commentaires

Jour de colère dans Paris (par Gabrielle Cluzel)

27 Janvier 2014, 08:29am

Publié par Thomas Joly

http://s-www.estrepublicain.fr/images/6049D72E-0746-4F18-B217-615DE8140C77/LER_15/a-l-appel-du-collectif-heteroclite-jour-de-colere-des-milliers-de-manifestants-ont-battu-le-pave-parisien-ce-dimanche-afp.jpgDimanche, de la Bastille aux Invalides, c’était Jour de colère. Alors ils sont tous venus, la carpe et le lapin, de Sarcelles à Versailles, avec leur colère en bandoulière, sous une pluie assortie à leur humeur. 17.000 selon la police, 160.000 selon les organisateurs. Des organisateurs que personne ne connaît. Car aucun parti politique, aucun mouvement d’envergure, ni bonnets rouges ni LMPT, n’a appelé à manifester. Le succès n’en est que plus inattendu, déconcertant, inquiétant… À cette manif un peu foutraque, pas de « tenue correcte », ni de carton d’invitation exigé à l’entrée. On y vient dans son jus, comme on est, avec la pancarte qu’on s’est bricolée sur un coin de table. Suffit d’être en colère. C’est le principe.

 

26-01-14.jpgBeaucoup de jeunes, énormément de jeunes. Derrière la banderole « lycéens et étudiants en colère », il y a les Hommen. Une trentaine de jeunes gens marchent symboliquement enchaînés par un homme casqué en scooter… Au-dessus de leur pantalon coloré, ils sont torse nu, certains grelottent, mais ils crient pour se tenir chaud. Dans la foule qui marche, les slogans sont souvent drôles, parfois graveleux, actualité oblige. Hasard de manif, des mères de familles cathos marchent derrière un « Pendant que la France part en c… Hollande promène les siennes ». Si vous croyez que ça dérange les petites dames… La respectabilité, le bon goût, l’impression que l’on va faire au 20h sur les médias de bon aloi, on finit par s’en battre les roupettes, justement. Parce que quoi qu’on fasse, quoi qu’on dise, on aura toujours tout faux. Parce que même en mettant un tutu rose, en faisant les pointes devant la caméra, en ayant l’air jeune, sympa, sexy et ouvert d’esprit, on sera toujours un facho. Parce que quand la maison brûle, on ne fait pas taire le p’tit gars qui crie « au feu » avec vous, sous prétexte qu’il mettrait ses coudes sur la table ou aurait fait une quenelle au lycée.

 

http://cache.20minutes.fr/photos/2014/01/26/manifestation-jour-colere-d359-diaporama.jpgCar des quenelliers, il y en avait quelques-uns. Et même des quenelliers « de la diversité ». Mais quel était donc le ciment de cette manif bigarrée ? Quel était donc l’improbable point commun entre Renaud Camus, Christine Boutin, des militants LMPT et des aficionados de Dieudonné venus de la banlieue ? La détestation de Hollande, bien sûr… Et surtout une immense soif de liberté d’expression. Quand un jour l’étau se sera desserré – s’il se desserre un jour –, n’ayez crainte, tout ce monde-là se remettra sur la gueule. Mais en attendant, ils partagent leur colère. Hollande, au moins, aura réussi ça. Le « vivre ensemble » pour des populations aux antipodes. La cohésion négative. Aux fenêtres des « beaux quartiers », comme dit Aragon, des électeurs d’Anne Hidalgo leur font parfois des « doigts ». Puis rentrent en fermant soigneusement les rideaux. Comme si cette colère qu’ils méprisent leur faisait vaguement peur.

 

http://s1.lemde.fr/image/2013/04/18/534x0/3162236_7_285e_beatrice-bourges-du-collectif-printemps_efeac6a468839334ba2e831e8dbb146f.jpgÀ l’arrivée, place Vauban, les orateurs n’en sont pas. Mais dans leurs discours, ils déballent leurs tripes… Le chômage, l’exclusion, la famille persécutée, les impôts. La mère de famille succède à l’étudiant, le chômeur au petit patron. Hollande ne veut pas les entendre ? Eux ne veulent plus le voir. Il faut qu’il parte. Démocratiquement. Avec l’énergie un peu folle du désespoir. Car ils croient avoir trouvé la faille, le biais, l’issue de secours : l’article 68 de la Constitution qui permet aux deux Assemblées d’engager la procédure de destitution du président de la République pour « manquement grave ». Et pour convaincre les députés, Béatrice Bourges entame une grève de la faim au Mur pour la Paix, sur le Champ-de-Mars. Jusqu’au départ de Hollande. Portée par la colère de ces milliers de manifestants.

 

26-01-14-affrontements.jpgÀ 18h, l’ordre de dispersion est lancé. À 18h10, les forces de l’ordre bloquent les avenues donnant sur la place et balancent les premiers gaz lacrymogènes. Pour apaiser la colère, sans doute ? Les grands médias, eux, n’ont rien vu, rien entendu. Quelle manif ? Quelle colère ? Préfèrent parler du dîner de gala à Bombay de madame Trierweiler que du jeûne de madame Bourges.

 

Source

Voir les commentaires

Jour de Colère : les dernières minables magouilles de Valls ! (par Yves Darchicourt)

26 Janvier 2014, 08:13am

Publié par Thomas Joly

http://a392.idata.over-blog.com/213x300/3/83/08/42/picture10/manuel-gaz-01.JPGManuel Gaz Valls n'a pas osé faire interdire la manifestation d'aujourd'hui à Paris, ce "Jour de Colère" qui s'annonce grandiose aura donc bien lieu.

 

Au dernier moment cependant, les galonnés de la Préfecture de Police ont décrété une modification du trajet initialement prévu, un itinéraire pourtant déposé depuis le 7 janvier ! Il a été imposé un parcours rallongé évitant le boulevard St-Germain, bien évidemment dans le but d'une part de rendre un peu moins visible le cortège, d'autre part de rendre difficile le respect de l'ordre de dispersion à 18h et quasiment d'empêcher les allocutions finales. Il s'agit là sans doute de ces petites magouilles typiques du gominé naturalisé dont on se souvient qu'il n'avait pas hésité à faciliter les provocations d'un groupe de Femen lors d'une manifestation patriotique. C'est peut-être aussi dans l'espoir de débordements que le staff vallsien de la PP a refusé comme lieu de dispersion la place de l'Opéra, remplacé par la place Vauban considérée de source policière comme "plus aérée" et donc de faciliter les mouvements des robocops en cas de besoin.

 

http://i.huffpost.com/gen/1054550/thumbs/o-MANIF-POUR-TOUS-facebook.jpgOn signalera aussi que les sbires préfectoraux de Valls n'ont pas hésité à livrer à la presse les coordonnées privées d'une des co-déclarantes (adresse personnelle, lieu de travail), une malveillance qui devrait déboucher sur une plainte en bonne et due forme.

 

Tout ce minable remue ménage aura au moins l'avantage de révéler que Valls et ses maîtres ont la frousse, qu'ils crèvent de trouille à l'annonce d'un puissant rassemblement populaire d'opposition qui pourra bien un de ces prochains jours virer avec pertes et fracas cette clique ripoublicaine... Après tout nous allons bientôt commémorer le 80e anniversaire du 6 février 1934 ! A bas les voleurs !

 

Source

Voir les commentaires

Avec les pompiers, Valls n’hésite pas… (par Joris Karl)

25 Janvier 2014, 09:47am

Publié par Thomas Joly

http://www.nicematin.com/media_nicematin/imagecache/article-taille-normale-nm/image/2010/07/20/Image_RCA17Q100_FV_MANIF_POMPIERS__Small_.jpgDans la France des années Valls, il est une catégorie de la population à part : les sapeurs-pompiers. Les êtres les plus serviables qui soient, risquant souvent leur vie pour sauver celles des autres, souvent bénévolement. Néanmoins, ces bons Français sont de plus en plus souvent accueillis à coups de pierres dans les zones dites sensibles, et maintenant, c’est l’État qui s’y met de la plus ignoble des façons. En voici un triste exemple.

 

En décembre dernier, les pompiers manifestent à Grenoble pour protester contre une réunion qui devait augmenter leur temps de travail sans compensation salariale. Avec eux, pas grand risque pour les braves gens, rien à voir avec ces barbares qui défoncent tout sur leur passage mais qu’on doit surtout ne pas stigmatiser. Devant la préfecture, quelques manifestants tentent d’enlever les barrières métalliques censées bloquer le passage. C’est alors que, face à eux, les forces de l’ordre, en l’occurrence des CRS, réagissent avec vigueur, balançant des gaz lacrymo. Les pompiers répliquent à coup de lance à incendie puis, cette fois, les flics arrosent au Flash-Ball les dangereux délinquants ! D’ordinaire – des officiers me l’ont maintes fois raconté en off –, les CRS ont ordre de « ne pas intervenir » face aux émeutiers de banlieue. Ont ordre ferme de « ne pas provoquer, ne pas pénétrer dans certains quartiers ». Mais là, visiblement, face à des pompiers, on peut se faire plaisir. Qui va les défendre ? Aucun lobby, aucun média. Alors le fils Bedos ne versera pas une larme, Libé n’appellera pas à la résistance. Rien à foutre.

 

Il n’y a qu’un malheur, et un gros : c’est que ce jour-là, un des pompiers, Quentin Charron, touché par un tir de Flash-Ball, a perdu un œil. Dégueulasse punition quand on sait que les pires voyous peuvent se la couler douce grâce à Taubira.

 

http://www.lefigaro.fr/medias/2011/01/04/88e57de0-1839-11e0-afce-054fdd6f40f3.jpg

Dans Le Dauphiné libéré, la mère du jeune homme pousse un cri de révolte contre cette injustice : « Monsieur le Ministre, pourquoi envoyer, ce 27 décembre, 90 CRS avec un arsenal de guerre contre 150 pompiers ? Si la porte de la préfecture s’était ouverte, il n’y aurait pas eu toute cette répression, cet acharnement de violence, presque un état de guerre. » Elle ajoute : « Pour une mère, c’est très difficile à vivre, ce qui est arrivé à Quentin […] Aucun élu n’a condamné ces faits […] Je n’ai jamais supporté l’injustice, je me suis toujours battue pour les autres, et je ne pensais pas vivre ça sous un gouvernement de gauche… »


Madame, voyez-vous, le ministre Valls – ce caudillo de fête foraine – est dans le rôle que lui a confié son gouvernement : tant pis si les chiffres de la délinquance explosent, tant pis si les cambriolages sont en augmentation exponentielle. C’est sur le peuple français qu’il faut taper, très fort. Ce peuple encore récalcitrant qui, bien souvent, ne vote pas bien. Quelque chose me dit que ce pauvre Quentin n’est que le premier d’une longue liste de bavures…

 

Source

Voir les commentaires

La racaille Patrick Benguigui dit "Bruel" (légèrement) condamnée

25 Janvier 2014, 09:39am

Publié par Thomas Joly

http://cdn-lejdd.ladmedia.fr/var/lejdd/storage/images/media/images/societe/people/patrick-bruel-top50/1616679-1-fre-FR/patrick-bruel-top50_pics_809.jpg

 

En marge d’une manifestation contre la légalisation de l’accouplement homosexuel, Patrick Bruel avait été arrêté à un barrage de police. Il avait insulté deux policiers avant de blesser l’un d’eux en redémarrant avec sa voiture. Pour outrages et blessures contre des dépositaires de l’autorité publique dans l’exercice de leur fonction, le parquet avait requis quatre mois de prison avec sursis et 4.000 euros d’amende.

Les juges n’ont pas suivi les réquisitions ; il a été condamné à 10.000 euros, sans peine de prison.

 

Source

Voir les commentaires

L’AGRIF porte plainte contre une avocate extrémiste

25 Janvier 2014, 09:33am

Publié par Thomas Joly

http://jeune-nation.com/wp-content/uploads/2014/01/asocialeKZ-LGBT-copie-ecran-2014-01-24-.png

 

Maître Caroline Mécary, avocat militant du lobby LGBT, vient d’émettre un tweet stupéfiant, qui suscite l’indignation tant des catholiques que de très nombreux avocats : « Vigilants nous devons être car les réactionnaires s’agitent encore et cela ne cessera que lorsqu’ils seront morts. »

http://imworld.aufeminin.com/story/20130223/caroline-mecary-3743_w1000.jpgSon tweet met en lien un article de Libération relatant la marche pour la vie du 19 janvier 2014 à l’appel de nombreuses organisations catholiques. Il s’agit donc très précisément d’un appel au meurtre des catholiques.

L’AGRIF a immédiatement fait constater les faits par voie d’huissier de justice et a chargé son avocat Maître Jérôme Triomphe de poursuivre sans plus attendre devant le tribunal correctionnel Maître Mécary pour provocation au meurtre des catholiques, infraction qui lui fait encourir 5 ans d’emprisonnement.

L’AGRIF rappelle que l’association LGBT ACT UP avait déjà appelé au meurtre des chrétiens. Son Président vient d’être mis en examen sur sa plainte.

 

Source

Voir les commentaires

Jour de colère : c'est dimanche !

24 Janvier 2014, 10:39am

Publié par Thomas Joly

http://4.bp.blogspot.com/-dWpFufMyYO0/Ut2Yu-AInzI/AAAAAAAAI3c/W51o1UrcEfI/s1600/JDC-trajet.jpg

 

Car au départ d'Amiens (10h30) et Beauvais (11h30), pour tout renseignement ou réservation : 06.82.92.75.03 (après 18h30). Tarif : 20 €, 10 € pour les revenus modestes.

Voir les commentaires

Clément Méric serait mort de sa chute et non des coups reçus

24 Janvier 2014, 10:26am

Publié par Thomas Joly

http://i.huffpost.com/gen/1180973/thumbs/o-CLEMENT-MERIC-facebook.jpgRapidement après la mort de Clément Méric, un délinquant violent qui avait attaqué en groupe de jeunes parisiens qui faisaient des courses, il avait été affirmé que le militant d’extrême-gauche était mort non pas de sa chute, mais des coups portés par Samuel et Esteban pour se défendre. Les médias ont révélé qu’un rapport du 2 janvier montre que « les médecins peinent à établir la cause exacte du décès ». Les médecins sont dans l’impossibilité de déterminer si ce sont les coups ou la chute du délinquant qui sont à l’origine de la mort. Par ailleurs, les médecins sont incapables de confirmer l’usage d’un poing américain, ce qui a toujours été démenti par les protagonistes. « L’aspect des sutures en points séparés des ecchymoses sur les joues, la plaie de la face latérale droite du nez pourraient faire évoquer l’utilisation d’objet métallique. Cependant et au vu des conclusions de l’expert légiste, ces aspects morphologiques des lésions traumatiques ne permettent pas de l’affirmer » affirme le rapport ; or la violence appuyée des coups, établie par ailleurs dans ce rapport, rend improbable l’usage d’un poing américain.

 

Esteban et Samuel sont incarcérés depuis plus de 7 mois dans cette affaire pour s’être défendus face à une bande de racailles antifascistes, le 5 juin 2013 à Paris.

 

Source

Voir les commentaires

Et maintenant ils veulent s'attaquer à l'enseignement à domicile !

24 Janvier 2014, 10:12am

Publié par Thomas Joly

http://www.afpssu.com/wp-content/uploads/2013/07/enseignant_aide-300x300.jpgTout est dit dans l'introduction de cette proposition de loi déposée au Sénat le 18 décembre 2013 : c'est à l'Etat qu'il appartient de définir où est le bien de l'enfant ! Sophisme hallucinant et lieux communs, mais plus c'est gros, plus ça passe : 

 

L'un des buts de la scolarisation de l'enfant est sa socialisation. Celle-ci nécessite une éducation qui ait une dimension collective, qui lui permette de découvrir la diversité des conditions et des cultures des enfants de son âge et de rendre son développement plus harmonieux.

Dans cet esprit, l'éducation à domicile par la famille ne peut être qu'une situation exceptionnelle [
Oui, vous lisez bien... Hallucinant ! NDL], liée à l'état de santé ou à l'incapacité permanente ou temporaire de l'enfant. 

Elle ne peut être le prétexte d'une désocialisation volontaire, destinée à soumettre l'enfant, particulièrement vulnérable, à un conditionnement psychique, idéologique ou religieux [Et si les parents étaient reconnus pour ce qu'ils sont, les premiers éducateurs de leurs enfants !? NDL].

http://www.lexpress.fr/pictures/1006/515243_le-ministre-de-l-education-vincent-peillon-g-le-president-francois-hollande-et-la-ministre-deleguee-a-la-reussite-educative-george-pau-langevin-dans-une-salle-de-classe-a-trappes-le-3-septembre.jpgLa présente proposition de loi, qui respecte l'esprit de la convention internationale relative aux droits de l'enfant, ratifiée par la France en 1990 (et notamment les articles 3, 13, 14 et 29 alinéas 1er a) et d) vise donc à redimensionner cette possibilité en la limitant aux cas d'incapacité et à la soumettre à un contrôle de professionnels agréés par l'Éducation Nationalesans faire pour autant disparaître l'enquête sociale de la commune.

C'est le retour de la jeunesse contrôlée par l'Etat ! Les socialistes se croient autorisés à violer ainsi un autre principe non-négociable : « la protection du droit des parents d'éduquer leurs enfants ». Le Pape François peut en être averti avant de recevoir notre Président.

 

Source

Voir les commentaires

Criminalité : Manuel Valls annonce un bilan catastrophique pendant que plusieurs milliers de policiers manifestent

24 Janvier 2014, 08:43am

Publié par Thomas Joly

http://jeune-nation.com/wp-content/uploads/2014/01/criminalite-agression-immigation.jpg

 

Aucun véritable bilan sur la situation de la criminalité n’avait été publié depuis 18 mois par le gouvernement. Dès son arrivée, Manuel Valls a fait modifier les outils statistiques utilisés jusque-là avec deux objectifs en tête : retarder la publication de son premier bilan qui s’annonçait mauvais et parvenir à faire artificiellement baisser les statistiques ou en rendant impossible toute comparaison avec les années passées en effectuant une « rupture statistique ». Lire la suite

Voir les commentaires

Bon père de famille : du totalitarisme linguistique

24 Janvier 2014, 08:08am

Publié par Thomas Joly

http://b68389.medialib.glogster.com/media/83d0585fbe3a3eecee1a541eebba9afc32edcbdf85dc6a7e8760226a13405d68/1984-by-opallynn-d4lnuoh.jpgLes idéologues fous qui nous gouvernent ont trouvé une nouvelle forme de censure du langage, destinée à plier les cerveaux à leur vision orwellienne du monde : désormais c’est l’expression « bon père de famille » qu’ils veulent éradiquer…

 

La majorité écolo socialo qui fait mine de nous gouverner, a au moins le mérite de disposer d’une imagination sans limite quand il s’agit de faire diversion sur son incompétence face aux vrais problèmes. Ainsi, cette semaine, des élus EELV ont déposé un amendement à la loi immonde de Najat Belkacem sur l’égalité des chances, afin d’exiger la suppression de l’expression, « bon père de famille » du code civil.

 

Après la tentative de suppression du mot mademoiselle (misogyne), après celle du mot race (raciste), après celle du mot quenelle (antisémite), après celle du mot école maternelle (misogyne) et du mot épiphanie (catholique, soit ce qui se fait de pire au monde), c’est au tour du bon père de famille de subir les foudres de la gauche plurielle et de sa volonté d’interdire carrément des mots.

 

Tous-identiques.gifAlors, ne nous voilons pas la face, les écolos et les socialistes sont avant tout des politiciens : quand on est incapable de lutter contre le chômage, contre le problèmes de logement ou d’insécurité, on se tourne vers des propositions démagogues, qui donneront des gages de « bonne moralité de gôche » et qui diviseront un peu plus les Français, les empêchant de s’inquiéter des vrais problèmes. Mais souvent la faiblesse et la peur des dirigeants les conduisent à la violence. Une violence symbolique et liberticide pour le moment…

 

Une diversion, un coup de com' pour donner l’illusion qu’on est différent de la méchante droite, rien de plus. Malheureusement, avec ces manœuvres lâches et ineptes, ces fous sont en train de détruire toute forme de liberté d’expression. A refuser d’évoquer la différence, on en vient à la supprimer. Un monde indifférencié, où les humains auraient tous la même couleur, le même sexe, voilà ce que souhaitent secrètement ces adeptes de la théorie du genre et autre pourfendeurs de racistes, d’antisémites, d’homophobes, d’islamophobes, de misogynes…

 

On sait bien que la manipulation du langage pour « diriger » les esprits est un marqueur d’un régime totalitaire.

 

Source

Voir les commentaires

Journalisme : les caresses de Caroline Fourest… (par Joris Karl)

23 Janvier 2014, 09:43am

Publié par Thomas Joly

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2014/01/caroline-fourest.jpgMais comment vouliez-vous que notre Caroline nationale résistât à cette provocation de chair et de sang, à cette poitrine militante, à ce sourire libertaire, à ces cuisses fermement gauchistes et musclées ? Inna Shevchenko, c’est quand même autre chose que ces tue-l’amour d’Arlette Laguiller ou Louise Michel. Pour une fois, la révolution est bandante, alors, pourquoi s’en priver ?

 

Du jour où notre trépidante reporter a vu Inna Shevchenko, la star des Femen, à la télé, elle avait déjà craqué, alors que votre serviteur restait de marbre à siroter un 15 ans d’âge. Du whisky, je précise. La suite ? Une aventure – que dis-je ? –, une enquête, où elle a fouillé sous les textes, sous les slogans, sous les draps. Du grand art, môssieur. Alors la jeunette (23 berges) s’est livrée, corps et âme, aux interviews voluptueuses, aux séances photo prolongées, « tour à tour enquêtrice, conseillère, amie, amoureuse et femme libre, Caroline Fourest raconte à la fois ses doutes, leur combat et leur romance. Et pour la première fois se livre », annonce la quatrième de couv’ du bouquin, sobrement titré « Inna », histoire de faire saliver le pékin.

 

Fourest-Inna.jpgPas besoin d’acheter, vous pouvez feuilleter chez Carrefour : c’est une romance d’aujourd’hui, caricaturale d’une société dont on ne lèche plus que le mince vernis médiatique, où tout se mélange, où maintenant les journalistes pieutent avec les rebelles pisseuses sur lesquelles elles investiguent et s’en vantent tranquillos…

 

Au fil des pages, de plus en plus excitée par sa timbrée, Caroline Fourest débloque devant ce bloc de l’Est brûlant comme un verre de vodka glacée. Pas facile d’assurer une biographie racoleuse avec le feu au ventre. Inna représente peut-être ce que Caro aurait caressé d’être, une battante, une amazone forte en gueule, jouissant du bitume et des coups de matraque, sûrement des symboles phalliques pour les foutraques en mini-short. Loin des studios, loin du velours du prêt-à-penser. Les seins en danger, le cul menacé par des rangers. La dictature du vedettariat, en somme, le centralisme pornocratique, pourquoi pas.

 

Caro raconte avoir « infiltré » les Femen pendant un an. C’est joliment dit. Bon, OK, elle ne s’attarde pas sur les origines et les financements du groupuscule, c’est plutôt la forme — on la comprend — qui http://www.palestine-solidarite.org/femen-notre-dame6.jpgl’intéresse. Alors Caroline finit par dérailler, en plein orgasme déontologique : « Suis-je la seule à ressentir ce qui se passe ? – Comment ça ? – Cette attirance, Inna… À peine ai-je fini ma phrase que Inna se décompose. Ses joues s’empourprent, sa respiration se bloque. Comme si elle allait défaillir. – Oh, mon Dieu… »


Honnêtement, des fois, on se dit que c’est écrit avec un vibromasseur plutôt qu’un stylo, et en plus ça coûte une vingtaine d’euro pour 400 pages. À votre bon cœur, m’sieurs dames, c’est pour la bonne cause, et avec l’argent récolté, qui sait, Caro pourra payer un squatt sympa à sa bolchérie en string…

 

Source

Voir les commentaires

Les députés veulent encore plus d'avortements

23 Janvier 2014, 08:45am

Publié par Thomas Joly

Avortement.jpgL’Assemblée nationale a profité de l’examen du projet de loi sur « l’égalité femmes-hommes » (sic) pour voter, mardi 22 janvier, un article supprimant la notion de détresse qui devait exister pour permettre un avortement. La droite libérale a fait semblant de s’en offusquer.

 

« Faute morale car il risque de ‘banaliser’ l’avortement qui, selon les termes de Simone Veil, devait rester ‘l’exception’. Faute politique, car il prend le risque de diviser, une fois encore, les Français » a déclaré François Fillon, feignant d’ignorer la réalité des avortements, devenus pour leur immense majorité des avortements de complaisance, comme le fait qu’il s’agit là de la seule évolution possible pour une société libérale individualiste.

 

Alors que les députés de gauche comme de droite s’étaient agités autour de ce sujet ces derniers jours, ils n’étaient qu’une centaine mardi soir pour en débattre et voter.

 

Source

Voir les commentaires