Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Autoroutes : le nouveau racket ? (par Nicolas Gauthier)

29 Novembre 2014, 11:15am

Publié par Thomas Joly

Si l’on résume, lors de notre chère Révolution française, le peuple aura au moins gagné ce droit fondamental consistant à aller se faire trouer la peau gratuitement sur les champs de bataille de l’Europe entière pour des guerres ne le concernant finalement que de loin. Pour le reste, peau de zob et balai de crin.

Ah si, on allait oublier : les gueux ont au moins connu deux avancées sociales significatives consistant au droit de chasse et à l’emprunt gratuit de tous les ponts et chaussées de France. Ce premier n’en finit plus d’être ramené à portion congrue. Entre chasses municipales dont la surface s’amenuise chaque jour davantage, tandis qu’augmente le prix des permis, des armes et des munitions, ce loisir de plus en plus privatisé est en train de redevenir un luxe de nantis. Façon Serge Dassault qui, dans la forêt de Rambouillet, chassait naguère la biche en 4×4 et au fusil-mitrailleur. Logique : il n’avait pas de temps à perdre…

Pour le reste (les routes), n’en parlons pas. Ou plutôt, parlons-en. Le péage autoroutier devrait ainsi être augmenté de 0,57 % dès le mois de février prochain, « dans le cadre de la revalorisation annuelle » qui leur est accordée depuis leur scandaleuse privatisation, sous le règne de Nicolas Sarkozy. De quoi faire bondir Ségolène Royal, qui s’insurge, à en croire Le Figaro du 27 novembre dernier : « Ces sociétés ont fait payer 20 % de trop aux usagers. Sur 100 euros de péage, 22 sont du profit net ! C’est une situation anormale. » On ne le lui fait pas dire.

Mais le pire réside encore en ce qu’elle ne dit pas : car pour les gueux des temps modernes, c’est la double peine. Obligés de payer pour emprunter des autoroutes dont les coûts de construction et d’entretien ont déjà été largement amortis par l’argent de leurs impôts, le seul droit qu’ils y gagnent consiste à s’y faire racketter. À coups de radars fixes, à tronçons, mobiles ou embarqués. Et c’est ainsi que près d’un million de Français sont désormais contraints de rouler sans permis de conduire, juste histoire d’aller au boulot. Et que de plus en plus de ces derniers atterrissent en prison, parce que leur seul crime consiste à avoir persisté à gagner de quoi faire vivre leur famille.

À l’heure où une Christiane Taubira conteste « la force injuste de la loi », pour paraphraser le défunt François Mitterrand, et entend vider les prisons de ses criminels multirécidivistes, ce sont des pères et des mères de famille qu’on rançonne et qu’on encabane. Dans ma campagne, j’en connais un qui passera Noël en prison. Huit mois ferme, ce n’est pas rien. Et sans remise de peine en perspective. Son crime ? Conduite sans permis. Pourquoi ? Pour avoir seulement roulé pour gagner de quoi bouffer. Et il n’avait même pas de quoi se payer le péage autoroutier. Il y a des jacqueries qui s’annoncent. Et elles ne seront pas le fait de bonnets rouges et encore moins de ceux de Schtroumpfs.

Source

Voir les commentaires

Le Real Madrid ou la Reconquista à l’envers… (par Joris Karl)

29 Novembre 2014, 11:05am

Publié par Thomas Joly

L’affaire paraîtra anecdotique à certains. Ici, pas d’affaire de gros sous, pas de starlette beur en taule, pas de valise de billets à l’UMP. Simplement la croix du Christ qui s’efface.

On apprend en effet ce 27 novembre que le club de football le plus puissant du monde, le Real de Madrid, a choisi de renier son âme pour une poignée de dollars. En effet, la petite croix chrétienne – laquelle figure au sommet du logo du Real – a été supprimée quand ce logo apparaît sur la carte de crédit du partenaire du club, la Banque nationale d’Abou Dhabi. Cette carte faisant également office de carte d’abonnement au Real. Selon le quotidien sportif Marca, il s’agissait « de ne pas froisser les clients musulmans ».

Le Real Madrid, club naguère traditionaliste si l’en fut, club de Franco et de la droite espagnole, continue à gommer son identité et à s’ouvrir à de nouveaux marchés. La venue et la mise en avant de l’insipide Karim Benzema, qui a fait exploser les ventes de T-shirts en banlieue « française » et dans les pays arabes, en est la preuve.

Le Christ empêche le business, voyez-vous. Alors les marchands du temple font table rase. Le puissant rival catalan du Real, le Barça, a lui aussi fait retirer sa croix de son logo dans les maillots vendus dans le monde arabe. Milan aurait également fait de même…Quant au Paris Saint-Germain, le nouveau logo insiste sur « Paris » et « Saint-Germain » est devenu minuscule, avant probable disparition… Le landau qui recevait la fleur de lys a été déjà effacé par la nouvelle direction qatarie, tout comme la date de création du club, 1970.

On ne se souvient peut-être déjà plus que, chez nous, les magasins Intermarché avaient « modernisé » leur logo en stylisant à l’extrême leur mousquetaire… et en effaçant la croix.

Ce sont des petits riens, qui finissent par faire un grand tout. La chrétienté crève à grand feu, et ce n’est pas le discours bisounours et gauchisant du pape devant les eurodéputés cette semaine qui a vraiment changé la donne. Le souverain pontifiant nous demande d’accueillir encore mieux les zentils migrants. En oubliant que la plupart d’entre eux feront mieux qu’effacer la croix du Christ. Mais que l’Europe s’agenouille dans une dhimmitude commercialo-compatible ne le gêne visiblement pas plus que ça…

Source

Voir les commentaires

Propagande LGBT : Roselyne Bachelot remet l’Ordre du Mérite à un transsexuel

28 Novembre 2014, 10:28am

Publié par Thomas Joly

C’est au Centre LGBT Paris/IDF que l’ancienne ministre UMP Roselyne Bachelot a remis hier soir l’Ordre du Mérite au transsexuel « Bambi » qui se fait désormais appeler Marie-Pierre Pruvot.

L’ex-ministre de la Santé agissait au nom du Président de la République. Un acte politique trans-courant, dans la logique UMPS, en quelque sorte.

Marie-Pierre Pruvot, dit « Bambi », est né Jean-Pierre Pruvot en 1935. Pendant vingt ans, ce personnage a été « meneuse de revue » dans des cabarets, avant de devenir professeur dans un collège.

Tout cela fera sans doute pleurer dans les chaumières LGBTI mais une question s’impose : en quoi cette personne a-t-elle mérité d’être fait chevalier de l’Ordre national du Mérite ?

Rappelons que cet ordre français institué en 1963 par le général De Gaulle récompense « les mérites distingués, militaires ou civils, rendus à la nation française ».

Il est permis de douter que « Bambi » se voit récompensé pour avoir versé son sang sur un quelconque champs de bataille. A titre civil, qu’a donc pu faire ce transsexuel de si « distingué » au service de la nation française ?

Mais c’est bien sûr ! D’avoir placé la France à la pointe de la révolution sexuelle et du nouvel ordre sexuel mondial. Allons enfants de la patrie…

Source

Voir les commentaires

Record historique pour le chômage en France : 3,46 millions (A) et 5,8 millions au total

28 Novembre 2014, 10:22am

Publié par Thomas Joly

Malheureusement sans surprise, dans une France minée par une immigration-invasion dévastatrice autant que par une bureaucratie étouffante et des gouvernements incapables, le chômage a une fois encore augmenté en octobre. Il atteint 3.460.900 pour la catégorie A, en augmentation en un mois de 28.400 (+0,8 %) et de 180.000 sur un an (+ 5,5 %). Ces chiffres dramatiques concernent aussi bien les jeunes (+ 1,3 % sur un an) que les seniors (11,4 %), les hommes (+ 6,7 %) que les femmes (+ 4,2 %).

Pour l’ensemble des catégories de demandeurs d’emploi (A, B, C, D et E), il y avait fin octobre 5.822.000 personnes inscrites au chômage. La hausse est quasiment ininterrompue depuis sept ans, que l’État soit dirigé par les libéraux-conservateurs ou par la gauche, aucun n’ayant ni la volonté ni les moyens de mettre en œuvre les réformes radicales nécessaires.

Source

Voir les commentaires

Nicolas Sárközy : Israël « c’est le combat de ma vie »

28 Novembre 2014, 10:05am

Publié par Thomas Joly

L’ancien président de la République Nicolas Sárközy se produisait lors d’une réunion publique à Boulogne-Billancourt mardi. À la toute fin de son intervention, deux questions ont été posées par le public. La première concernait les islamistes partis de France pour rejoindre les égorgeurs de l’État islamique (ÉI) au Levant, les mesures qu’il comptait prendre contre eux et contre les pays qui financent les groupes terroristes comme l’Arabie séoudite et le Qatar. La seconde, posée par une étrangère, portait sur la « diversité ».

Concernant les tueurs islamistes, Nicolas Sárközy a refusé – ou oublié – de répondre sur les individus partis de France. Il n’a pas évoqué une seule mesure ni contre les traîtres à notre peuple, ni contre les occupants. Il s’est par contre longtemps attardé sur les vertus de la « diversité » au Proche-Orient.

Il en a profité pour revendiquer un soudain amour pour l’Iran, pour l’Irak, pour la Syrie, pour la Russie, rappelant sa proximité avec le Qatar en le défendant et refusant d’avancer des mesures contre les pays qui soutiennent les groupes terroristes.

Surtout, près de la moitié du temps de la réponse à la question a été consacré à Israël alors que l’entité sioniste n’avait été évoquée à aucun moment par l’intervenant. Il a livré encore une étonnante échelle des valeurs selon laquelle la démocratie elle-même devait s’effacer devant la diversité.

« Pour ces pays, il y a beaucoup plus important que la démocratie : il y a la diversité. […] C’est pour ça qu’il faut défendre le droit inaliénable à la sécurité d’Israël parce qu’un Moyen-Orient et un Proche-Orient sans Juif qui y sont depuis des millénaires, ce n’est plus le Moyen-Orient et c’est n’est plus le Proche-Orient. Ça ne s’appelle pas la démocratie, ça s’appelle la diversité.
Et enfin puisqu’on en est là, et que ce n’est pas votre question, mais que ce sera ma réponse, je suis étonné de ce qui va se passer dans quelques jours où une résolution du Parti socialiste voudrait faire reconnaître de façon unilatérale [sic] l’État palestinien [huées], quelques jours après les attentats odieux et sanglants de Jérusalem [applaudissements].
Là encore je vous dois ma vérité. Je n’accepterai jamais que l’on remette en cause le droit à la sécurité d’Israël. Jamais. [applaudissements nourris] C’est le combat de ma vie.
Je vais vous dire une chose. Je me battrais – Patrick tu le sais – pour que les Palestiniens un jour aient leur État. J’ai pris la responsabilité – qui a été bien critiquée, souviens-toi, Claude – de faire rentrer les Palestiniens à l’UNESCO. Mais la reconnaissance unilatérale, quelques jours après un attentat meurtrier, alors qu’il n’y a aucun processus de discussion de paix, au hasard d’une motion déposée par le Parti socialiste pour régler les équilibres entre eux, cela ne je ne peux pas l’accepter et je demande à mes amis de ne pas la voter. On veut jeter de l’huile sur le feu ? On veut tout compliquer ? » a déclaré Nicolas Sárközy, déclenchant l’hystérie parmi les nombreux juifs présents dans la salle.

L’ancien président a très lourdement insisté encore sur la « diversité » lors de sa réponse à la dernière question.

« Je veux continuer à promouvoir des hommes et des femmes de la diversité, parce que je veux que nous ressemblions à la France et non pas à une partie de la France » a-t-il déclaré, évoquant la France comme telle que conçue par le projet mondialiste. Ce raciste antiblanc a reconnu n’avoir nommé Rachida Dati au ministère de la Justice uniquement parce que c’est une étrangère : « J’avais voulu Rachida Dati comme garde des Sceaux parce que je m’étais dit que Rachida Dati, avec père et mère algérien et marocain, pour parler de la politique pénale, ça avait du sens. » a-t-il lancé. Cette déclaration a provoqué une polémique dans les médias, dont aucun n’a rappelé les implications de plusieurs frères de Rachida Dati dans des affaires criminelles, notamment des trafics de drogues internationaux.

« Ou que Rama Yade, cette jeune femme arrivée à 8 ans […] c’était important que nous la droite et le centre républicains nous représentions la France dans sa diversité, parce que la France d’aujourd’hui elle est comme ça. Et si vous ne représentez pas la France dans sa diversité, la France ne se reconnaîtra pas en vous. Donc je crois à la représentation de la diversité » a ajouté Nicolas Sárközy, dans des propos à l’opposé des discours tenus devant les Français blancs du sud du pays il y a seulement quelques jours contre l’immigration-invasion.

Source

Voir les commentaires

Les prisons sont surpeuplées, vidons-les ! (par François Teutsch)

28 Novembre 2014, 09:27am

Publié par Thomas Joly

En 1969, dans le film Le Cerveau, Bourvil creusait un tunnel à l’aide d’une machine de son invention pour permettre à son vieux copain Belmondo de s’échapper de la Santé, dans des conditions tellement rocambolesques que, si nul ne pouvait y croire, chacun pouvait en rire. Le père ayant disparu, seuls subsistent ses films et ses fils dont un, prénommé Dominique, est député socialiste. Nul n’est parfait. Sans doute marqué à vie par ce morceau d’anthologie souterrain, mais n’ayant peut-être pas compris que les prisons françaises de 2014 n’ont rien à voir avec celles de 1969, et que les détenus y ont rarement la gueule de Bébel, notre député veut vider les prisons.

L’idée n’est guère originale, non seulement depuis l’arrivée de la délicieuse madame Taubira place Vendôme, mais même avant puisqu’en dépit des effets d’annonce, et de quelques réformes positives, le gouvernement Fillon avait déjà rendu plus aisée la libération conditionnelle et moins fréquent le recours à l’incarcération.

Mais la situation est aujourd’hui différente puisque le président de la commission des lois de l’Assemblée nationale a refusé à madame Taubira de prolonger le moratoire sur l’application d’une règle inscrite dans notre droit depuis plusieurs décennies, soit l’encellulement individuel des détenus dans les prisons françaises.

En soi, la mesure apparaît légitime. En premier lieu parce que nos prisons sont souvent vétustes, anciennes, inadaptées à la population qui y vit, et que quelle que soit la considération que l’on peut avoir pour des individus dont la place est manifestement derrière les barreaux, ils n’en restent pas moins des hommes qui, comme tels, doivent être traités avec dignité et humanité. Et vivre à trois dans une cellule de 9 m², avec des toilettes non cloisonnées au milieu, est littéralement indigne.

Mais les prisons françaises sont surpeuplées, et le gouvernement a fait stopper le programme de construction immobilier de son prédécesseur… Le mélange de raisons budgétaires et idéologiques n’appelait pas d’autre réponse. L’encellulement individuel est, en l’état actuel de nos prisons, impossible à mettre en œuvre, à moins de construire des prisons ou… de réduire le nombre de détenus ! C’est dans ces conditions que monsieur Raimbourg a proposé toute une série de mesures destinées à en limiter le nombre, à les faire sortir plus vite, à surseoir à la mise à exécution des peines d’emprisonnement, voire à allonger les délais de jugement : les victimes apprécieront, si toutefois elles ont encore quelques illusions sur la considération que leur porte le système judiciaire.

Incompétence ? Imprévision ? Non, idéologie. Ces gens-là savent parfaitement ce qu’ils font. La politique de décarcéralisation est trop systématique pour être accidentelle et relève d’une ligne de conduite très claire : excuser le délinquant, déconsidérer la victime. Et, accessoirement, flanquer le bazar dans une société dont les fondements sont méthodiquement sapés. La prison pour les délinquants et criminels doit relever du stéréotype à combattre. Comme la poupée pour les filles et l’aptitude à courir le marathon pour les Kenyans. Cela ne vous rappelle rien ?

On a beau dire que les chiens ne font pas des chats, être le fils de Bourvil ne prédispose pas nécessairement à faire rire…

Source

Voir les commentaires

Ferguson : malgré une propagande raciste antiblanche à l’échelle mondiale, très faible mobilisation

27 Novembre 2014, 11:24am

Publié par Thomas Joly

De l’aveu même des médias du Système, seuls quelques « milliers de personnes » ont défilé dans « une centaine de villes » (AFP) aux États-Unis, c’est-à-dire en moyenne moins de 50 personnes par manifestation. Ou 0,001 % de la population ; pour mémoire, plus de 2 % des Français sont descendus dans la rue à Paris en une seule manifestation contre la destruction du mariage, un fait qui était alors considéré comme insignifiant par les mêmes médias.

Même absence de réaction au niveau mondial, malgré la propagande fanatique des médias, souvent haineuse et parfois criminelle par l’appel au meurtre, tant en France qu’à l’étranger. À Londres, moins de 500 individus se sont retrouvés devant l’ambassade américaine. Il n’y avait visiblement que les journalistes payés par les gouvernements ou les oligarques à croire la version de la mère du criminel noir qui, malgré la diffusion d’une vidéo montrant son fils frapper un commerçant le voler, ose prétendre en regardant les gens dans les yeux que sont fils n’aurait « jamais fait de mal à personne ».

À l’image des terroristes d’extrême gauche en France, plusieurs de ces manifestations, malgré la très faible mobilisation, ont tourné à l’émeute, comme à New York.

Cette nuit paraît avoir été nettement plus calme, alors que les conditions météo à Ferguson étaient difficiles. Après deux nuits de pillages, les criminels avaient sans doute de plus envie de profiter du butin amassé avec l’assentiment du Système.

Source

Voir les commentaires

Interview exclusive de Carl Lang, Président du Parti de la France (par Jean-René Laget)

27 Novembre 2014, 11:07am

Publié par Thomas Joly

Je rencontrais Samedi 22 Novembre 2014 dans un restaurant à Nice le Président du Parti de la France, Carl LANG venu rencontrer ses troupes maralpines et le nouveau responsable de sa toute nouvelle section mentonnaise. Des troupes remontées à bloc venues acclamer l’Espoir d’une fédération de la Droite Nationale et patriote déjà débutée en 2011 avec la création de l’UDN, Union de la Droite Nationale, dont le MNR jadis de Bruno MEGRET et la NDP, Nouvelle Droite Populaire font partie.

JRL : « Bonjour Monsieur le Président ».

CL : « Bonjour. »

JRL : « En ce jour de lancement de la section mentonnaise et de votre visite dans les Alpes Maritimes, dtom.fr vous a proposé de vous rencontrer et de réaliser votre interview. Tout d’abord, nous allons procéder à votre présentation. »

CL : « Le Parti de la France a été fondé en 2009. Pour ce qui me concerne, de 1978 à 2008, c’est à dire entre ma vingtième et ma cinquantième année, j’ai été membre du FN. A deux reprises son Secrétaire Général de 1988 à 1995 et de 1998 à 2005. Député Européen de 1994 à 2009 et Conseiller Régional du Nord Pas de Calais de 1992 à 2010. J’exerce, et de nouveau, ma profession de masseur-kinésithérapeute. »

JRL : « Présentez nous votre parti, le Parti de la France ainsi que l’UDN, l’Union de la Droite Nationale. »

CL : « Le Parti de la France est un parti de Droite Nationale et Européenne. J’insiste sur : Droite, Nationale et Européenne. Dans le domaine économique, il défend les valeurs de Droite de promotion de l’entreprise, du travail, des libertés économiques, du refus de l’étatisme, du fiscalisme et du collectivisme. Des valeurs pour sortir la France de l’ornière économique et sociale dans laquelle elle se trouve. A la fois national et européen car je considère en effet qu’il faut réaffirmer les droits du Peuple Français à disposer de lui même et à rester lui même. Fier de son histoire, de son identité, de sa culture. Mais cette démarche nationale s’inscrit dans un enjeu de civilisation. Notamment de la défense des valeurs européennes et chrétiennes. Tous les patriotes des nations d’Europe devront relever ensemble au cours du 21 ème siècle les mêmes défis : démographique, migratoire, culturel, islamique et économique et social. » Lire la suite

Voir les commentaires

Sarkozy et la « diversité » : un rare moment de vérité… (par Marie Delarue)

27 Novembre 2014, 10:58am

Publié par Thomas Joly

Ah, Sarkozy, quel homme ! C’est bien simple, si je ne détestais pas autant sa gouaille, son invraisemblable culot, ses tics et ses façons racoleuses, je l’aimerais, cet homme : il est énoooôôôrme ! Franchement, de vous à moi, il n’y en a pas deux comme lui. Heureusement. Mais tout de même, un truc pareil, ça mérite qu’on s’y penche.

Certes, la concurrence en ce domaine est rude, mais il semble bien que le candidat à la présidence de l’UMP soit notre champion en matière de démagogie. À deux jours du scrutin qui devrait le ramener à la tête du parti avec – du moins le croit-il – un score de dirigeant nord-coréen, Nicolas Sarkozy est prêt à débiter n’importe quoi. Sur l’air de « en veux-tu en voilà ! », sa machine à promesses fonctionne à plein régime. Sa machine à dézinguer aussi. Le mariage pour tous ? Abrogé. Ou pas. Les primaires ? T’en veux, je t’en donne. Ou pas. L’alliance avec le centre ? T’en veux, je t’en donne. Ou pas. Le frère Juppé ? Sifflé.

Pourtant, il le jure au Figaro, Sarkozy veut « tourner la page » de cette UMP qui a donné aux Français « le spectacle navrant d’affrontements brutaux » (il ne faudrait évidemment pas croire qu’il y est pour quelque chose), et surtout « réconcilier la droite avec elle-même ». Ça ne mange pas de pain. En revanche, si on le suit bien, il ne serait pas contre un peu de couscous… En meeting à Boulogne-Billancourt, l’ancien président a en effet déclaré vouloir « continuer à promouvoir des hommes et des femmes de la diversité ». Par simple calcul, il ne s’en cache même pas, car « tous [l]’ont trahi », a-t-il affirmé, ajoutant « On ne peut pas dire que je sois enclin à une sympathie immense ». Un rare moment de vérité dans un océan de mensonges…

Mais il est des vérités plus insidieuses que d’autres. De celles qui vous sortent spontanément quand l’inconscient jaillit. Porté par les applaudissements d’une salle chauffée à blanc, Nicolas Sarkozy a complaisamment exposé les raisons de la nomination de Rachida Dati au poste de garde des Sceaux, en 2007 : « J’avais voulu Rachida Dati comme garde des Sceaux parce que je m’étais dit, avec père et mère algérien et marocain, pour parler de la politique pénale, ça avait du sens. »

Vous me direz que ça n’est pas un scoop, et que tout cela, on le savait déjà : la discrimination positive à la française, l’origine plutôt que la compétence, le sexe en prime. On avait connu l’avènement des juppettes en blanc, il nous les offrait en noir et en couleur. Classique. En revanche, ce qu’on aimerait que Sarkozy nous dise, c’est ce que recouvre l’expression « ça avait du sens », car on peut y voir diverses interprétations. Est-ce pour la stricte origine ethnique de Rachida Dati ? Ou bien est-ce parce que, en tant qu’ancien ministre de l’Intérieur, il connaissait des chiffres qu’on nous cacherait : ceux, par exemple, d’une surreprésentation des Algériens et des Marocains dans la population carcérale ? Ou, peut-être, parce que Jamal Dati, le frère de la ministre, comptait douze inscriptions à son casier et partait lui aussi direction la zonzon ?

On vous en prie, cher Nicolas, dites-nous tout : on brûle de savoir… Et votre réponse, pour une fois, « ça aurait du sens » !

Source

Voir les commentaires

Pour une législation consacrant le droit à la vie de la conception jusqu'à la mort naturelle

26 Novembre 2014, 14:57pm

Publié par Thomas Joly

Communiqué de Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France

En ce funeste 40e anniversaire de la loi Veil dépénalisant l'avortement, le Parti de la France rappelle sa volonté d'abroger les lois Veil-Aubry-Roudy et de les remplacer par une législation consacrant le droit à la vie de la conception jusqu'à la mort naturelle.

Durant 40 ans, les fanatiques de l'IVG ont entrepris d'habituer les consciences à l’abominable, de changer les mots pour tromper les intelligences, d'asservir les volontés.

A l'inverse, le Parti de la France s'engage à remplacer la législation sur l’avortement par une législation de protection de la mère de famille et de protection de l’enfant. Celle-ci permettrait de tourner définitivement le dos à une véritable culture de mort au profit de l'accueil de la vie.

Voir les commentaires

Immigration et délinquance : bobard d’État sur France 2 (par Jean-Yves Le Gallou)

26 Novembre 2014, 14:46pm

Publié par Thomas Joly

France 2 s’est surpassée, hier soir, 25 novembre 2014 : avec l’argent des contribuables (la redevance), France 2 a prétendu démontrer qu’il n’y avait aucun lien entre immigration et délinquance. D’après un reportage de John Paul Lepers. Un homme qui est au journalisme et à la statistique ce que DSK est à sainte Bernadette. Il s’agissait, selon Renaud Dély (d’opinion) du Nouvel Observateur, d’une « enquête à vocation pédagogique à diffuser dans les écoles de journalisme » (sic) dans le but de « déconstruire des préjugés » (resic !).

Ben voyons ! Mais qu’est-ce qu’un préjugé ? En novlangue, c’est un fait politiquement incorrect qu’il s’agit de nier.

Car la corrélation immigration/délinquance ne souffre aucun doute. Certes, les immigrés ne sont pas tous délinquants (heureusement), mais une partie importante (très importante même) de la délinquance provient des populations immigrées.

Vous prendrez bien quelques chiffres ?

Selon l’INSEE (2011), les étrangers représentent 6 % de la population française mais 19 % des détenus au 1er avril 2014 [PDF], selon le ministère de la Justice. Soit un coefficient multiplicateur de plus de trois.

Selon le rapport Larrivé de l’Assemblée nationale, « environ 40.000 détenus peuvent être considérés comme de religion ou de culture musulmane », soit 50 % de la population carcérale alors que les musulmans ne représentent, selon les estimations, que 6 % à 9 % de la population. Bref, un coefficient multiplicateur de délinquance de plus de 5 (même en tenant compte des Français de souche convertis, ce qui est au demeurant une conséquence de l’immigration).

Allons plus loin : cela fait 60 % d’étrangers et/ou d’immigrés d’origine dans les prisons : 50 % de musulmans + de l’ordre de 10 % d’étrangers non musulmans venus d’Europe (Roms, notamment), d’Asie, d’Amérique du Sud ou de la partie non musulmane de l’Afrique.

Cela fait au grand maximum 30.000 Français de souche en prison pour 80.000 détenus. Bref, s’il y a surpopulation carcérale, c’est bien l’immigration qui en est la cause.

Et la population carcérale représente bien la population délinquante. Une étude de l’INHESJ (Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice, présidé par le préfet Cyrille Schott récemment nommé par le gouvernement socialiste) le prouve [PDF]. Sur les quatre départements de la petite couronne d’Île-de-France, de 2007 à 2013, 76 meurtres ont été commis dans le 92 mais 204 dans le 93 ; or, les 2 départements ont à peu près la même population mais l’un a trois fois plus d’immigrés que l’autre…

Tels sont les faits. Il faut les rappeler. Il est temps de jeter par-dessus les moulins la censure légale, la censure médiatique et la censure sociale. Et de dénoncer les bobardeurs des médias de propagande.

MM. Nick, Cayatte et Lepers ? Ne les appelez plus « journalistes » mais propagandistes subventionnés.

Source

Voir les commentaires

Non au camp de migrants dans l’agglomération caennaise !

26 Novembre 2014, 11:51am

Publié par Thomas Joly

Communiqué du Parti de la France du Calvados

Le Parti de la France du Calvados tient à faire part de son soutien à tous les opposants au projet de création d’un camp de migrants dans l’agglomération caennaise, à Saint-Contest, à Epron ou même à Ouistreham.

L’Etat, inconscient des réalités quotidiennes que vivent les Français, a déjà plongé la ville de Calais dans le chaos, et il n’est pas question de laisser la Normandie devenir le dépotoir des belles idées droits-de-l’hommistes de la classe politique, fausse droite et vraie gauche confondues.

Le Parti de la France du Calvados estime que la seule façon de gérer les innombrables problèmes liés à l’immigration avec bon sens, est d’empêcher de nouveaux migrants d’entrer sur le territoire et d’en expulser tous ceux déjà présents.

Le Parti de la France du Calvados se joint aux riverains légitimement inquiets et révoltés, et se range avec eux derrière le slogan non au camp !

Voir les commentaires

Taubira complétement hystérique après la disculpation du policier blanc de Ferguson

25 Novembre 2014, 12:15pm

Publié par Thomas Joly

Dans une série de tweets rageurs publiés au petit matin ce mardi 25 novembre, la garde des Sceaux s'est émue de l'affaire Michael Brown, du nom de ce jeune voyou afro-américain abattu par un policier blanc à Ferguson aux États-Unis. Ces messages ont été écrits juste après que la justice américaine a décidé que l'auteur des coups de feu ne sera pas poursuivi, ayant agi en état de légitime-défense.

« Quel âge avait #Mickael Brown? 18. #TrayvonMartin? 17. #TamirRice? 12. Quel âge aura le prochain? 12 mois? "Tuez les avant qu'ils ne grandissent" Bob Marley »

Cette dernière phrase est un extrait de la chanson "I shot the sheriff" de la star jamaïcaine du reggae. Mais elle peut surtout être interprétée comme la dénonciation d'une bavure policière à caractère raciste, alors même que la justice américaine a disculpé le policier.

Le tribalisme au mépris du droit et de la non-ingérence dans les décisions de justice d'un autre pays, rien de vraiment étonnant de la part de Madame Taubira...

Voir les commentaires

Racket fiscal : Les annonces immobilières de particuliers bientôt interdites ?

25 Novembre 2014, 11:27am

Publié par Thomas Joly

Le député socialiste de Vendée Sylviane Bulteau envisage l’interdiction des annonces immobilières des sites de ventes entre particuliers (le Bon Coin, De particulier à particulier, etc.) car cela réduirait le chiffre d’affaires des agences immobilières et donc la TVA et autres impôts que touche l’Etat sur ces transactions et sur les agences…

D’autres députés socialistes se sont déjà opposés aux transactions sur internet entre particuliers en raison de la perte de TVA, y compris pour les biens d’occasion.

Source

Voir les commentaires