Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

L'émission Face à Face du 5 décembre 2016 avec Carl Lang

6 Décembre 2016, 06:47am

Publié par Thomas Joly

Les thèmes abordés :

  • La Primaire de la Droite et du Centre. La fausse polémique Juppé.
  • L'annonce de la non-candidature de Hollande à sa succession
  • La diplomatie honteuse de Ségolène Royale à Cuba
  • La Primaire socialiste vaut-elle primaire de la Gauche ?
  • Plus de Français, plus de tricolore, plus de flamme, plus de Le Pen, qui est cette Marine qui veut vos voix ?…

Voir les commentaires

De puissants sadiques au sein de l'oligarchie ? (par François-Xavier Rochette)

6 Décembre 2016, 06:13am

Publié par Thomas Joly

En France, on connaît les bons esthètes Jack Lang, Frédéric Mitterrand, et d'autres moins célèbres avec leur figure de démon qui ne porte que l'image contrôlée de pédérastes, d'individus appréciant charnellement les jeunes hommes, les très jeunes hommes quand même si l'on en croit, pour le miteux du moins, ses propres déclarations : « C'est au-dessus de 14 ans que c'est dégueulasse ». Une  sortie qui fit rire les invités et les animateurs d'un plateau de télévision il y a quelques années. Quant à Jack Lang, il déclarait tranquillement en 1991 dans le magazine très très pédérastique Gai-pied : « La sexualité puérile est encore un continent interdit, aux découvreurs du XXIe siècle d’en aborder les rivages. » Son nom apparaît dans de multiples affaires mais il ne sera jamais condamné ; c'est donc un innocent qui jusqu'au quatrième âge jouira de la fonction publique et de ses postes prestigieux, et bien sûr de la culture qu'il chérit tant. Fredo écrit, lui, des livres en exposant sa vie de pervers et le microcosme littéraire l'applaudit : « Quelle plume ! Bravo ! Quelle sensibilité ! ». Etrangement, depuis 35 ans, l'un des deux est présenté par le media pourri comme le chouchou des vieilles dames et le second comme un parangon de coolitude, de « branchitude ». Chébran le Jack. Autant dire que nos élites qui dirigent le media pourri et celles qui le surveillent (les maîtres) voient d'un très bon œil le penchant de ces vérolés pour le scandale. Ils sont in, faut-il comprendre, alors qu'ils sont assurément utilisés comme les brise-glace pourfendant la mentalité traditionnelle, chrétienne et normale selon laquelle le mineur doit être préservé du sadisme du pervers, de l'immoralité du cinglé. Cette ligne de conduite normale, normale dans l'Occident chrétien, n'est malheureusement pas partagée dans l'esprit par toutes les religions, par toutes les communautés.

Les braises de l'enfer

Empressons-nous d'ajouter qu'il n'existe pas d'exclusivité ethnique ou religieuse en matière d'infamie même si certains groupes n'ont pas rendu tabous certaines pratiques qui sont objectivement abominables et qu'aucun relativisme moral ne pourrait rendre acceptables. Et pourtant, les pointeurs de tout profil, psychopathes au calme surfait, n'ont jamais baissé les bras quant à leur projet de légaliser le « sexe » des adultes avec les petits enfants qu'ils souhaitent souiller et torturer par tous les moyens. Autre étrangeté, les pédomanes repérés dont le scandale est médiatisé appartiennent tous soit à la lie de la société (les cas sociaux pour parler trivialement), soit à la classe moyenne, soit au clergé. Alors qu'il a été démontré scientifiquement que la classe des dirigeants de la grande banque, de la finance, de l'industrie et du monde politique comporte une proportion astronomique de narcissiques pervers, de psychopathes (qui se distinguent -et trompent tout le monde- par un calme apparent et une patience hors normes) et de pervers sexuels que la presse évoquent uniquement lorsque les scandales ne touchent pas de malheureux gosses. Incontinents mais puissants, certains de ces fous sont bien sûr plus que mouillés dans des viols  de bambins. Il est vrai qu'il est impossible de le démontrer factuellement sauf avec les rares cas que l'on connaît bien malgré le media pourri. Polanski, l'esthète satanique (tous ses films font référence au Démon, tous) a commis le pire sur une jeune fille de 13 ans après l'avoir droguée. La journaliste Léa Salamé qui osa évoquer en octobre dernier cette sordide affaire devant le coupable obtint cette réponse de ce dernier en pleine interview vidéo : « Je vais vous pulvériser ». La séquence est visible sur Internet. Où l'on a l'impression d'avoir affaire à un homme blasé de sa puissance nuisible. Il faut dire que le père de Rosemary's baby est soutenu par le monde de la culture, un monde flasque à la Jack Lang, et par tous les copains du cochon. En septembre 2009, le bon Frédéric Mitterrand a défendu comme une chatte défend ses chatons l'abuseur ami. Plus tard, on a compris la source de sa colère. On ne touche pas au Syndicat. On ne touche pas aux potes. Et puis, nous savons que beaucoup de politiciens et de journaleux, aujourd'hui apparemment assagis, ont été, hier, les zélés soutiens de pédomanes sadiques qui furent jugés pour répondre de leurs monstruosités.  Durant de longues années, particulièrement pendant les années 70, et il aura fallu des scandales horrifiques pour calmer leurs ardeurs, des journalistes de Libération faisaient littéralement la promotion de la pédomanie (toutes les archives à ce sujet sont consultables sur Internet), et Le Monde offrait des tribunes à ces saletés. Mais une sourdine n'a jamais fait disparaître une trompette. Les avocats de la pire perversion sont moins nombreux, apparemment. Peut-être ont-ils pris des chemins de traverse et utilisent-ils aujourd'hui des images, des dessins, des messages subliminaux déversés dans des films et dans des dessins animés pour inciter inconsciemment (peuvent-ils croire) les spectateurs à s'adonner à la pratique de cette perversion ? Toujours est-il que les pédomanes n'ont pas disparu le jour même de la fin de la promotion visible de la pédomanie. Ils sont trop nombreux, partout, en particulier dans les hautes sphères qui sont des nids de sadiques (leur nombre est proportionnellement plus important qu'au sein des masses), trop dérangés pour que le phénomène de pédo-satanisme (car il s'agit de cela, d'une volonté cruelle de détruire des enfants, et principalement leurs esprits par le biais de souffrances inimaginables que ces démons leur infligent)  ait disparu. Tout semblait d'ailleurs tranquille pour les bourreaux d'enfants jusqu'à ce que Julian Assange diffuse des centaines de pages de mails d'Hillary Clinton et de ses divers correspondants et qu'une multitude de curieux ont épluchés scrupuleusement.

La petite cuisine de John et Tony Podesta

Au mois de mai dernier, Foxnews avait épluché les livres de vol du Boeing 727 de Jeffrey Epstein, proxénète et violeur de mineurs (certaines victimes n'avaient que 13 ans au moment des faits) qui n'a fait que 18 mois de prison pour des centaines de viols et pour proxénétisme d'esclaves sexuelles mineures. On apprit de sources officielles au mois d'octobre seulement que Bill Clinton avait pendant son dernier mandat et après avoir accompli sa fonction de président des Etats-Unis voyager à 26 reprises dans cet avion privé équipé d'un grand lit garni de plusieurs prostituées mineures. On savait déjà que Clinton était un obsédé sexuel, le monde entier apprit qu'il était aussi un sérieux délinquant sexuel. Evidemment, l'affaire éclaboussa son épouse déséquilibrée mais aiguisa également la curiosité des Internautes quant aux individus interlopes qui entourent le couple pestilentiel. Une dynamique s'est créée, un phénomène qui déborda complètement les initiateurs de l'affaire Epstein. Les Internautes, révoltés par cette déferlante sordide, ont pris les choses en mains, ont fait leurs propres recherches, ont investigué. On leur demande de se taire ? Ils intensifient leur quête salvatrice. Des documents sont consultables ? Ils les consultent, tous, malgré l'énormité de la tâche. A force de travail, avec cette volonté de fer de ceux qui ont la conviction d'oeuvrer pour le Bien, ils découvrent un foyer maléfique avec ses codes, ses règles, ses jeux atroces où la domination d'une élite satanique sur les plus innocents s'exprime d'une manière intensément cruelle.

John David Podesta est un individu important aux Etats-Unis. Il était le chef de cabinet de Bill Clinton à la Maison Blanche de 1998 à 2001. Et tout dernièrement, il fut le directeur de campagne de Hillary Clinton. Dans les documents wikileaks, on trouve naturellement une quantité importante de mails envoyés par John Podesta à Clinton et à ses secrétaires personnels. Les enquêteurs bénévoles découvrirent parmi des milliers et des milliers de mails anodins une récurrence invraisemblable. Dans des dizaines de mails, Podesta et des membres du premier cercle clintonien évoquent des parties pizza, des menus, des ingrédients de cuisine (de la garniture pour pizza en particulier), parlent de l'établissement tenu par James Alefantis, le Comet ping-pong, une pizzeria apparemment familiale où l'on peut jouer au... ping pong. Alefantis est une personnalité de Washington et il figure parmi les plus populaires d'entre elles dans différents classements mais personne ne sait pourquoi. Ce que l'on sait en revanche, c'est que le bonhomme qui passe pour un gentil homosexuel tranquille publie sur un compte privé des photos de cercueils d'enfants avec le hashtah « murder » et « killroom ». En outre, quand on jette un œil sur la façade du Comet ping pong, on voit clairement les symboles de la secte des Shriners (membres de la branche américaine des Sabbataïstes Bektashis dont de nombreux présidents américains ont officiellement été membres). A proximité du Comet ping pong, nos vigilants citoyens ont découvert un autre établissement bizarre, la pizzeria Besta Pizza (anagramme de Beast Pizza, la Pizza de la Bête). Plusieurs signes de reconnaissance des pédosatanistes y sont apparents. Il ne peut plus s'agir d'une blague de mauvais goût : ici se trouve le symbole de la très légale National American Boy Lover Association, la NAMBLA, lobby pédophile officiel actif aux USA. Un triangle bleu en forme de spirale auquel ont été ajouté plus discrètement 3 six... Dans tous les cas de figures, peut-on considérer tout cela comme une plaisanterie ? Les citoyens vigilants interpelés par ces signes pédosataniques (ces signes existent bel et bien) ont alors fouillé dans tous les profils des réseaux sociaux des acteurs de cette mouvance avec l'aide de la nouvelle piraterie informatique et ont découvert des photos prises par de puissants malades mentaux.

Un univers d'humiliations et de tortures

Des photos de l'intérieur du Comet ping pong où l'on voit des enfants de deux ans attachés à une table par les bras avec de l'adhésif épais, des gosses avec des liasses de billets dans la bouche, des poupées en cire la bouche ouverte recouvert d'un écriteau « A vendre ». Où l'on voit un homme vêtu d'un maillot sur lequel il est écrit « J'aime l'enfant ». Dans ce restaurant irrationnellement célébré par l'élite, la décoration y est pour le moins surréaliste. Des reproductions et des originaux d' « artistes » azimutés dessinant des enfants en souffrance, des enfants traumatisés au plus haut point, devenus fous... Les citoyens vigilants, désormais convaincus que tous ces gens ne tournaient pas rond, se sont mis à travailler jours et nuits, par centaines. Et découvrirent tout récemment ce que signifiait le langage « pizza ». Une part de pizza représente un enfant. Un Hot dog représente un petit garçon sodomisé, le ketchup, autre chose encore. Cela commence à faire beaucoup et il faudrait être vraiment de mauvaise foi pour dire que cette histoire n'est qu'une affaire de rumeurs, que le fruit de la méchanceté des geeks. C'est pourtant ce que font actuellement les media stipendiés. La réaction a débuté avec les sites aux ordres comme Slate ou Les Inrocks qui ont simplement écrit que les citoyens vigilants n'étaient que des conspirationnistes méchants... La palme revient aux Inrocks, journal mesquin qui a d'ailleurs déclenché la colère de ses lecteurs avec cet article dépourvu du moindre argument. Bon sang ! A quoi rime toutes ces représentations d'enfants ligotés, violés, torturés ? Est-ce donc anodin, tout cela, pour la journaillerie ?! Mais on n'arrête pas la déferlante succédant à la destruction d'un barrage. Alors, les gros sont intervenus comme RTL pour tenter de l'endiguer... Toujours en utilisant l'anathème mais jamais, jamais, les arguments. Ainsi pour Slate.fr, les accusations des Citoyens vigilants constituent des accès de « théories conspirationnistes délirantes ». Pis, les journaleux à l'âme noire désignent les lanceurs d'alerte comme de dangereux personnages. Attention, à cause de leur bavardage insolent, les acteurs du Comet ping pong seraient « menacés de mort » ! Comme si les gosses ne l'étaient pas, eux... Répugnants naquets à la plume sèche.

Une révolte des victimes ?

Si les hommes qui gravitent autour de cette pizzeria tiennent leurs promesses, on ne retrouvera pas leurs victimes.  En revanche, les victimes du Lolita express, fort nombreuses, ont commencé à parler et leurs violeurs se taisent. Des malheureuses souvent âgées de 12 ans à l'époque des premiers viols, témoignent désormais comme si elles n'avaient plus peur de se faire liquider. L 'une d'entre elles qui aurait « rencontré » un ancien président a d'ailleurs déclaré : « Détruite, je n'ai plus rien à perdre ». A son tour le Pizzagate  aurait-il déclenché chez de nombreuses victimes de pédomanie et chez les anonymes « se doutant de quelque chose » un supplément de courage les incitant à parler, à pousser la police à agir vigoureusement. Toujours est-il que 500 pédomanes ont été raflés en Norvège la semaine dernière. Une grande enquête a débuté en Angleterre dans le milieu du football où des joueurs professionnels évoquent aujourd'hui les viols subis lorsqu'ils étaient apprentis en centre de formation. Les révélations de l'animatrice Flavie Flament concernant l'étrange photographe David Hamilton violeur en série de jeunes filles (et qui se serait finalement suicidé après ces révélations -qui n'en étaient pas vraiment puisque en 1997, une jeune femme avait essayé de porter plainte contre le bonhomme, en vain...) nous montrent que les gros sadiques pédomanes s'en sont donnés à cœur joie ces dernières années.  En Espagne, les policiers ont arrêté une cinquantaine d'hommes coupables de faire le commerce de vidéos horribles de bébés torturés... Mais, pour le media sans âme, il n'y a pas de pizzagate, il n'y a rien à aller voir, il n'y a pas d'indices éloquents. Et pour lui, il est tout à fait normal « de passer un heure avec une part de pizza »...

François-Xavier Rochette

Voir les commentaires

Valls ne nous fera pas oublier qu’il a été Premier ministre de Hollande !

6 Décembre 2016, 06:08am

Publié par Thomas Joly

C’est fait. Manuel Valls sera candidat à l’élection primaire de la gauche. En dépit de sa stature d’ancien ministre de l’Intérieur et de Premier ministre, Manuel Valls n’aura pas partie gagnée d’avance. Au contraire, serait-on tenté de dire… Peu aimée des militants et des sympathisants socialistes, la « ligne Valls » est l’héritière directe des expériences menées par la deuxième gauche européenne en Angleterre avec Tony Blair, en Allemagne avec Gerhard Schröder ou, plus récemment, en Italie avec Matteo Renzi, balayé par son référendum constitutionnel qui a été rejeté par une large majorité des votants.

Déjà candidat à l’élection primaire de la gauche de 2011, Manuel Valls n’avait alors recueilli que 5,63 % des suffrages. Avant-dernier du scrutin, il avait simplement réussi à devancer l’ectoplasmique propriétaire de La Dépêche du Midi, Jean-Michel Baylet. Avec 17,19 %, Arnaud Montebourg, lui aussi candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2017, terminait troisième. Un précédent qui devrait donner matière à réflexion à Manuel Valls dans les jours à venir. Profondément divisés par cinq années chaotiques, les socialistes fourbissent leurs armes et sont nombreux à espérer une défaite de Manuel Valls.

Si Manuel Valls avait sèchement échoué en 2011, il a pu constituer une tendance importante du Parti socialiste, prouvant qu’il vaut mieux être le fer de lance d’un courant minoritaire qu’un petit poisson dans la majorité. Sa campagne clivante lui a clairement permis d’être identifié comme appartenant à un Parti socialiste réformateur, concerné par les enjeux sécuritaires, plus apprécié à droite qu’à gauche.

Reste qu’il sera tributaire du bilan de François Hollande. Manuel Valls a beau lâcher en off qu’il ne supporte plus François Hollande, il a participé aux politiques voulues par l’actuel Président.

Coresponsable de ces cinq années calamiteuses, Manuel l’orgueilleux ne pourra pas se défaire facilement de l’image qui lui colle à la peau. Nerveux, autoritaire, rigide, plus concentré sur la communication que sur l’action concrète : le Premier ministre, depuis mars 2014, a accumulé les ennemis dans son camp comme dans le reste de la population. Volontiers aboyeur, Manuel Valls a pourtant toujours cédé face au roseau Hollande. Son renoncement sur le projet d’extension du champ d’application de la déchéance de nationalité en est la preuve formelle.

Face à lui, Arnaud Montebourg pourra se targuer d‘avoir quitté le gouvernement en 2014. Ennemi intime de Manuel Valls, l’avocat est beaucoup plus populaire dans les fédérations socialistes importantes, notamment celles du Sud-Ouest. Il aura pleinement sa chance face à l’ancien Premier ministre, misant sur le social et l’espoir de pouvoir unir la gauche française dès le premier tour des élections.

En résumé, la gauche cherche à faire du neuf avec du vieux, à l’image des Républicains. Conscients du dégoût que la politique menée par François Hollande a suscité, les ténors du Parti socialiste espèrent de l’élection primaire qu’elle fera croire aux Français que le candidat désigné pourra représenter l’alternance plutôt que la continuité. Une prouesse qui, d’ici, paraît impossible à réaliser. En outre, le candidat socialiste devra compter sur une énorme concurrence : au centre avec Emmanuel Macron et sur sa gauche avec un Jean-Luc Mélenchon gonflé à bloc.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Bordeaux : une jeune fille inculpée pour « tentative de meurtre » après avoir frappé son agresseur

5 Décembre 2016, 06:55am

Publié par Thomas Joly

Une jeune fille de 18 ans placée en garde à vue pour avoir porté des coups de pied à un ivrogne qui l'importunait vendredi soir, place de la Victoire à Bordeaux, a été mise en examen par un juge d'instruction pour « tentative de meurtre ». Le parquet de Bordeaux a en effet décidé, au regard des faits, de l'ouverture d'une information judiciaire et requis son placement en détention.

La jeune fille se trouvait au niveau de l’arrêt de tramway de la place de la Victoire, vendredi vers 22h, lorsqu’elle a été agressée par un homme âgé de 30 ans, visiblement en état d’ébriété. Pour se défendre, elle a poussé le trentenaire qui est tombé au sol. Elle lui aurait ensuite asséné plusieurs violents coups de pied au niveau de la tête. Secouru par les sapeurs-pompiers et le Smur, l’homme a été transporté dans un état très grave sur le service des urgences de l’hôpital Pellegrin.

Le parquet de Bordeaux aurait sûrement préféré que la victime se laisse violer sans résistance voire assassiner plutôt qu'il soit porté atteinte à l'intégrité physique de son agresseur...

Voir les commentaires

Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16

5 Décembre 2016, 06:50am

Publié par Thomas Joly

Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16
Compte-rendu de la réunion militante du PdF à Montbéliard du 03/12/16

Samedi 3 décembre, s'est déroulée une réunion militante à Montbéliard (25), à l'initiative de Christophe Devillers, Délégué régional du PdF pour la Franche-Comté.

La journée a commencé par une réunion informelle consacrée aux élections législatives suivie d'un déjeuner convivial entre militants patriotes et nationalistes.

Dans l'après-midi, après un préambule de Christophe Devillers, Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, a commenté l'actualité et détaillé les grandes orientations du Parti de la France pour entreprendre une véritable reconquête nationale et identitaire.

Voir les commentaires

Réinfo du 5 décembre 2016

5 Décembre 2016, 06:45am

Publié par Thomas Joly

Au sommaire :

Une politique soi-disant écolo. Les vignettes automobiles sont de retour à Paris. Les problèmes de pollution ne seront pas résolus, mais tout le monde mettra la main à la poche. Une solution inefficace et injuste, c'est une solution socialiste.

Le retour de Daesh en Europe. C'est l'agence Europol qui avertit : la prochaine génération de combattants terroristes étrangers formés par Daesh, pourrait constituer une menace pour la sécurité des États membres.

Le nouveau président de l'Allemagne sera socialiste. Cette nomination prévue pour février 2017 permet à Angela Merckel d'éviter une confrontation d'où la CDU n'était pas sûre de sortir vainqueur et qui l’aurait affaibli. Alors que la Chancelière allemande souhaite se présenter pour un quatrième mandat consécutif, le choix d'un cadre du SPD confirme également son assise à gauche.

Donald Trump met en place son équipe. Alors que l'Establishment américain tente d'affecter la légitimité du nouveau président des États-Unis, celui-ci ne se laisse pas déstabiliser et continue de constituer son équipe dans un esprit de rassemblement.

Et pour finir, l’actualité du parti de la France et les prochains rendez-vous du mouvement.

Voir les commentaires

Drame de l’école bienveillante

5 Décembre 2016, 06:32am

Publié par Thomas Joly

Encore un lycéen poignardé, à Marseille. Pas de noms ni de prénoms dans les journaux sur les protagonistes de l’affaire : on s’en doutait un peu. En la matière, l’anonymat prime selon les circonstances. Les journaux se contentent de décrire un climat délétère global dans les lycées de la ville tristement célèbre pour ses kalachnikov.

Le ministre se fend d’un communiqué marquant son profond désarroi et la sempiternelle cellule psychologique tient lieu de cache-misère pour laisser croire que l’on fait quelque chose. Mais il n’y a pas qu’à Marseille, hélas. En son temps, l’ex-ministre Vincent Peillon était convenu, début février 2014, en interview qu’il se passait, parmi les douze millions d’élèves, quelque chose de grave tous les jours. Et encore : heureusement, tout n’apparaissait pas dans la presse. La méthode habituelle étant de demander aux cadres de l’Éducation de ne pas porter plainte ou de ne pas ébruiter ces affaires qui ne dépassent, en général, pas le cadre de la presse locale.

Étrangement, les incidents ont lieu, pour la plupart, là où on les attend. Au-delà de cette violence, il est une autre statistique dont le ministère se vante peu : 48 % des garçons d’immigrés réussissent le baccalauréat, avec 26 % seulement pour ceux dont les parents sont originaires de Turquie, 40 % pour l’Afrique sahélienne et 41 % pour l’Algérie, quand la population générale est à 55 % et les enfants d’Asiatiques à plus de 70 %. Une dernière statistique est éloquente : en 2015, près d’un responsable d’établissement scolaire sur deux a été agressé par des parents d’élèves. Cela montre que les enfants sont vindicatifs, mais que leurs parents le sont aussi et soutiennent la violence de leurs rejetons. Le total est encore plus alarmant si on compte les agressions des cadres et des professeurs par les élèves eux-mêmes.

Cela signe une faillite éducative globale à tous les niveaux, aussi bien parentale que scolaire, l’échec de l’intégration par le savoir, les méthodes et l’acquisition des codes communs de ce que l’on ose encore appeler le « vivre ensemble », qui ressemble de plus en plus au « bastonner ensemble ».

Ajoutons que la chute des résultats scolaires, en maths et ailleurs, est patente et une énième enquête est venue le rappeler dernièrement, même si le taux de réussite au bac est artificiellement gonflé – tout le monde sait comment. L’actuel ministre Belkacem a balayé l’effondrement d’un revers de main. C’est la génération sacrifiée, avec les directives de 2008, en somme la faute à Fillon, Premier ministre, qui a eu la très mauvaise idée de remporter la primaire de droite. Elle même a donné des consignes de bienveillance aux professeurs. Ça veut dire quoi, la bienveillance ? En l’occurrence, supprimer les notes au caractère traumatisant, tenter par tous les moyens d’étouffer les violences à l’école et comprendre le désarroi de pauvres élèves, obligés d’en venir aux mains et aux coups de couteau ? Il ne reste qu’à souhaiter bon courage au futur ministre…

Pierre Duriot

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Négationnisme de Ségolène Royal sur la terreur castriste

5 Décembre 2016, 06:13am

Publié par Thomas Joly

Ségolène Royal était à La Havane pour le dernier hommage au terroriste révolutionnaire Fidel Castro. Elle a osé dire : "Grâce à Fidel Castro, les Cubains ont récupéré leur territoire, leur vie, leur destin. Ils se sont inspirés de la Révolution française sans pour autant connaître la terreur qu'il y a eue pendant la Révolution française".

Interrogée sur les violations des droits de l'homme, Ségolène Royal a souligné au contraire l'existence sur l'île d'"une liberté religieuse" et d'"une liberté de conscience".

"Ecoutez, il y a beaucoup de désinformation, ce que j'observe c'est que jamais les relations diplomatiques n'ont été coupées avec Cuba, y compris de la part de certains responsables politiques qui me critiquent, qui critiquent la France, jamais". "Il y a toujours du positif et du négatif dans les histoires, mais certains ne vont pas se rhabiller à bon compte au nom des droits de l'homme alors qu'on sait qu'ici, quand on demande des listes de prisonniers politiques, on n'en a pas. Et bien fournissez-moi des listes de prisonniers politiques, à ce moment-là on pourra faire quelque chose". "Donc il faut savoir regarder les choses positivement même si ça dérange".

Ce révisionnisme là n'est pas puni par les lois françaises, on peut allégrement piétiner les victimes du communisme international et rendre hommage à leurs bourreaux sans risquer quoi que ce soit.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Une jeune Allemande de 19 ans violée et assassinée par un envahisseur afghan

4 Décembre 2016, 19:01pm

Publié par Thomas Joly

Maria Ladenburger, était étudiante en médecine et la fille d’un haut-fonctionnaire travaillant à la Commission Européenne. La police a arrêté un réfugié de 17 ans venant d’Afghanistan. Il est suspecté d’avoir violé et assassiné l’étudiante au début du mois de novembre, ont annoncé la police et le procureur samedi lors d’une conférence de presse.

Le corps de la jeune fille avait été retrouvé au bord de la Dreisam derrière le stade « Schwarzwaldstadion » de Fribourg. L’étudiante en médecine était sur son vélo et revenait d’une fête étudiante quand elle a été violée et tuée.

Sur le corps de la victime, la police a trouvé de nombreuses traces d’ADN mâle et des cheveux appartenant à un homme. C’est ensuite que des caméras de surveillance placés non loin de la scène du meurtre ont permis aux autorités de confondre le violeur et de l’arrêter.

L’assassin présumé est d’origine afghane, s’est rendu en Allemagne en tant que pseudo-réfugié non accompagné en 2015, a déclaré le procureur Dieter Inhofer.

Ironie de l'histoire, selon une copie d’écran de Facebook circulant sur la Toile, la victime du violeur afghan aurait fait partie d’une association d’aide aux réfugiés...

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Délit d’entrave numérique : le cheval de Troie des restrictions de libertés

4 Décembre 2016, 18:42pm

Publié par Thomas Joly

« Croyons-nous nos arguments si faibles qu’il faille interdire ceux de nos adversaires ? », s’interrogeait Guillaume Erner, journaliste à Charlie Hebdo. Adopté le jeudi 1er décembre à l’Assemblée nationale, la proposition de loi socialiste instituant un délit d’entrave « numérique » (sic) à l’IVG constitue une nouvelle restriction dans l’exercice de nos libertés d’opinion et d’expression.

Sera désormais puni de deux ans de prison et de 30.000 euros d’amende « le fait d’empêcher ou de tenter d’empêcher de pratiquer ou de s’informer sur une interruption de grossesse » par « tout moyen », « y compris en diffusant ou en transmettant par voie électronique ou en ligne, des allégations, indications de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une interruption volontaire de grossesse ».

Seule la parole d’État sera donc tolérée sur Internet au sujet de l’avortement. Interdiction de penser différemment. Si vous êtes opposé à l’IVG et que vous le faites savoir, vous risquerez la prison. Le délit d’opinion fait son retour dans le pays de la liberté. Une régression majeure qui en appellera probablement d’autres. Big Brother ne supporte pas la contradiction : l’IVG sera son cheval de Troie. Prochainement, les délits d’entrave « numérique » se multiplieront.

Immigration ? Islam ? Perturbateurs endocriniens ? Union européenne ? Réchauffement climatique ? Colonisation ? Bilan du communisme ? Quel sujet sera placé dans la liste des tabous intouchables de la République irénique ?

Cette loi porte atteinte aux droits fondamentaux. Aux États-Unis, une telle chose pousserait des millions de personnes dans les rues. En créant le premier délit d’entrave « numérique », la majorité socialiste montre sa crainte profonde de la liberté d’expression que les nouveaux moyens de communication garantissent et augmentent. N’ayant pas de prise sur Internet, les pouvoirs publics veulent prévenir d’éventuelles contestations.

Pour y parvenir, ils ont fait du sujet de l’IVG leur cheval de Troie. En amalgamant la consultation de sites Internet à ces commandos qui se sont parfois attachés devant les cliniques pour empêcher des femmes d’avoir recours à l’avortement, les députés ont fait preuve d’une grande malhonnêteté intellectuelle. Qui peut pourtant imaginer que des textes d’opinion seraient comparables à des actions physiques ?

À l’Assemblée, Marion Maréchal-Le Pen a rappelé que la loi Veil prévoyait une information, y compris sur les alternatives à l’avortement. Elle a eu raison. Par leur attitude, les parlementaires favorables à ce délit d’entrave « numérique » trahissent l’esprit même de la loi Veil. Avons-nous à ce point perdu le goût du débat d’idées ? En sommes-nous réduits à sombrer dans l’hystérie la plus pure sur chaque sujet un tant soit peu complexe ? La France trahit Voltaire tout en s’y référant quotidiennement…

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires