Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Nouvelle condamnation politique d'Eric Zemmour par la justice politique

17 Janvier 2022, 14:36pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Succès de la Marche pour la Vie 2022

17 Janvier 2022, 06:29am

Publié par Thomas Joly

Succès de la Marche pour la Vie 2022Succès de la Marche pour la Vie 2022

Grand succès de la Marche pour la Vie dimanche 16 janvier à Paris où plus de 20.000 personnes ont défilé pour défendre les tout petits.

Voir les commentaires

Les entretiens du PdF - n°22 - Invité : Thomas Joly (16/01/2022)

17 Janvier 2022, 06:11am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Djokovic expulsé par le gouvernement covidiste australien

16 Janvier 2022, 14:47pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Eric Zemmour calomnié sur les enfants handicapés

16 Janvier 2022, 14:44pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Eric Zemmour répond aux questions de BFMTV

14 Janvier 2022, 06:01am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Election présidentielle : que manigancent-ils ?

13 Janvier 2022, 06:31am

Publié par Thomas Joly

Mardi 11 janvier, Gérald Darmanin, à sa demande, nous précise un communiqué laconique du Conseil constitutionnel, a rencontré Laurent Fabius, président de cette institution. « Le ministre a évoqué la possibilité que, après concertations, le Gouvernement élabore de nouvelles mesures d’organisation qui apparaîtraient rendues nécessaires par la crise sanitaire, afin de garantir le bon déroulement de l’élection présidentielle. Le Président du Conseil constitutionnel en a pris bonne note et lui a confirmé que l’adoption de telles mesures appelleraient un contrôle constitutionnel, chargé aux termes du premier alinéa de l’article 58 de la Constitution, de veiller à la régularité de l’élection du Président de la République ». Laconique, disions-nous et, il faut bien l’avouer, un peu énigmatique. Un communiqué qui n’est pas sans nous rappeler les fameux « milieux autorisés » de Coluche, milieux autorisés dont vous n’êtes pas et qui s’autorisent des tas de trucs.

Comme l’a twitté Marion Maréchal : « Peut-on savoir de quel genre de mesures il s’agit ? » Pour l’instant, mystère et boule de gomme. S’il s’agit de mesures pratiques auxquelles nous sommes habitués depuis bientôt deux ans et que l’on a éprouvées lors des élections régionales et départementales en 2021 (masques, distanciation, nombre de personnes maximum dans les bureaux de vote et toutes sortes d’autres choses), on ne voit pas en quoi le ministre de l’Intérieur, chargé de l’organisation des élections, a besoin de consulter le Conseil constitutionnel. Il sait faire, semble-t-il…

On n’imagine pas un instant, bien évidemment, que ces mesures soient, par exemple, l’obligation de présenter un passe vaccinal pour accéder aux bureaux de vote, comme on a pu le lire, ici et là. Les amendements présentés à l’Assemblée nationale pour mettre « noir sur blanc » que tous les électeurs pourront voter aux prochaines élections (présidentielle et législatives) ont été rejetés au motif qu’« on ne met pas dans un texte de loi quelque chose qui est déjà établi par la Constitution », comme l’a déclaré à Libération, le directeur de cabinet du député LaREM Jean-Pierre Pont, rapporteur du projet de loi. Logique. Du reste, le Conseil constitutionnel avait rendu cette décision le 9 novembre dernier : « En période électorale, la présentation du ‘‘pass sanitaire’’ ne peut être exigée pour l’accès aux bureaux de vote ou à des réunions et activités politiques ». On imagine, par extrapolation, que cela exclut aussi le passe vaccinal.

Alors quelles sont ces « mesures d’organisation » ? Va-t-on, à moins de cent jours de l’échéance et à la va-vite modifier la loi organique du 29 mars 2021 portant diverses mesures relatives à l’élection du Président de la République ? Ce serait une première. Nous ne sommes pas constitutionnaliste mais l’on pourrait imaginer, par exemple, que l’on étende le vote par correspondance, prévu pour les personnes placées en détention provisoire et les détenus purgeant une peine n’entraînant pas une incapacité électorale, aux personnes non vaccinées. Après tout, si l’on en croit le président de la République, garant de notre Constitution, ces gens-là ne sont pas des citoyens à part entière. Pas comme les détenus.

Mais rassurons-nous, Jean Castex a installé, ce même 11 janvier, une instance de dialogue avec les partis politiques pour que la campagne présidentielle puisse se dérouler  dans les meilleurs conditions.

On attend donc avec impatience de savoir que seront ces mystérieuses « mesures d’organisation »…

Georges Michel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°648

13 Janvier 2022, 06:12am

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : disparition de Stéphane Blet, la difficile quête des parrainages pour les candidats à l'élection présidentielle, la crise de l'autorité, Valérie Pécresse, la nécessaire réforme de la politique pénale, la grève des enseignants opposés aux protocoles sanitaires du gouvernement.

Voir les commentaires

Disparition de Guy Mouminoux alias Dimitri

13 Janvier 2022, 06:04am

Publié par Thomas Joly

Guy Mouminoux, plus connu depuis les années 1970 sous la signature de Dimitri, né le 13 janvier 1927 à Paris, auteur de BD et écrivain français, nous a quittés ce 11 janvier à 94 ans. Auteur très prolifique de bandes dessinées pour enfants dès l’après-guerre, il accède à la reconnaissance à la fin des années 1970 lorsqu’il crée Le Goulag, s’adressant, par ses multiples allusions politiques, à un public plus adulte. C’est pour Patrick Gaumer « l’un des auteurs les plus originaux de la langue française ». Il est également connu sous le nom de Guy Sajer pour un ouvrage autobiographique, « Le Soldat oublié » publié en 1967 relatant son adolescence dans la Wehrmacht sur le front de l’Est.

Source : http://jeune-nation.com

Voir les commentaires

Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie dimanche 16 janvier

12 Janvier 2022, 18:03pm

Publié par Thomas Joly

Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie dimanche 16 janvier
Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie dimanche 16 janvier

En 2022, la Marche pour la vie s’inscrit dans un contexte très politique. Après les différents confinements et les attaques contre le droit à la vie, elle n’a peut-être jamais été aussi attendue. Elle aura lieu le dimanche 16 janvier 2022 à Paris (départ proche de la gare Montparnasse).

Son thème est imposé par l’actualité, principalement l’extension du délai légal d’avortement à 14 semaines. Les marcheurs ne manqueront toutefois pas de rappeler qu’une vie n’en est pas moins humaine à sa conception, qu’à 14 semaines : il n’y a pas de hiérarchie des valeurs dans la biologie.

Le Parti de la France sera représenté, entre autres, par son Secrétaire général, Bruno Hirout, et son adjoint, Guillaume Aguillé.

Tous les militants et sympathisants du PdF sont invités à prendre part à cette manifestation de défense des tout petits face à la culture de mort mise en place par les gouvernements successifs depuis des décennies.

Voir les commentaires

Parrainages : en 2022, en France, plus de 35.000 élus paralysés par… la peur

12 Janvier 2022, 15:58pm

Publié par Thomas Joly

Donc, on en est là. Dans le pays le plus généreux du monde en leçons de démocratie, entre 35.000 et 40.000 élus (sur 42.000 au total) refusent de donner leur signature aux candidats à la présidentielle. Ils évoquent mille raisons mais, au fond, ils n’en ont qu’une : ils ont peur. Eux aussi. En signant pour d’autres listes que le PS, désormais sous la barre des 5 %, LR, aujourd’hui en troisième position, ou LREM, le parti présidentiel, les maires craignent mille maux. Ceux qui auront mal signé savent ce qu’ils risquent. D’abord une révolte venue d’une partie de leur propre conseil municipal car les conseillers sont souvent, dans les petites villes, de tendances différentes. C’est le meilleur moyen de diviser une équipe qui a besoin d’être unie pour administrer la commune. On promet encore à ces maires l’opposition efficace et feutrée des communautés de communes : sans le dire, elles ne seront pas pressées de donner un coup de main aux projets du maire déviant. Provoquer la majorité départementale ou régionale et leurs potentats en signant pour un candidat auquel ils s’opposent ne peut rien apporter de bon non plus. Enfin, il ne faut pas oublier les charmants activistes, les MRAP, LICRA, antifas et la myriade de mouvements gauchistes confortablement financés par toutes sortes de moyens, y compris étatiques.

Ces grands démocrates l’ont montré à plusieurs reprises lors des dernières présidentielles : ils sont prêts à afficher et bomber de nuit, voire à menacer et casser dans les communes des maires coupables d’avoir parrainé de travers.

Ce n’est pas tout. Les campagnes coûtent cher et les partis ne sont remboursés qu’à la fin. Les particuliers sont autorisés à donner avec un plafond de 7.500 euros par personne, mais ils ne peuvent pas prêter au parti ou au candidat, ce qui est permis pour d’autres scrutins. Pourquoi ? De leur côté, les banques prêteuses doivent être de la communauté européenne et ont, bien sûr, toute liberté de prêter ou non. Résultat : un parti comme le Rassemblement national, qui a pourtant fait d’autres campagnes de deuxième tour, n’est pas du tout assuré de se financer. On ne vous parle pas des médias publics, entretenus par nos impôts et dont l’objectivité ne saute pas toujours aux yeux… Pour de nombreux partis français, la course à la présidentielle a ainsi des allures de raid de survie tout nu face aux partis surarmés du système.

Pour Zemmour, qui en parle souvent, la crise est majeure. Le candidat de Reconquête peinerait à atteindre les 300 signatures. Pour La France insoumise, la situation est aussi critique. Et ce serait un scandale que ce parti, qui pèse quelque 10 % des intentions de vote, ne réunisse pas les signatures nécessaires. Pour le Rassemblement national, la crise est moins aiguë : « On a 300 élus, donc 300 signatures quasi automatiques, explique Philippe Olivier, député européen et conseiller spécial de Marine Le Pen. On doit avoir aujourd’hui entre 400 et 500 signatures, mais il faut une marge de sécurité car les maires envoient eux-mêmes leurs parrainages au Conseil constitutionnel. » Le parti craint les déperditions, renoncements ou oublis. Et la concurrence fait rage, à droite : les équipes de Philippot battent la campagne pour récupérer les précieux parrainages que Nicolas Dupont-Aignan ou François Asselineau recueillent avec une certaine efficacité. Mais atteindront-ils les 500 ?

Le président du Sénat Gérard Larcher a beau inciter, le barrage aux candidats reste entier : « Je considère que Mélenchon, Le Pen et Zemmour doivent pouvoir se présenter à la présidentielle, dit-il sur France Inter. Ne pas y parvenir serait un mauvais signal pour notre démocratie. Les élus doivent utiliser sans crainte leur droit de parrainage. Parrainer n’est pas soutenir. » Peine perdue jusqu’ici. Le système est verrouillé à triple tour, il handicape clairement la démocratie. Quand la persécution des non-vaccinés laissera un peu de temps libre au pouvoir, il serait bon qu’il se penche sur ce dossier, faute de quoi les réactions des électeurs risquent d’être vives. Macron et sa majorité ont donc les clés de l’affaire. C’est encore Noël, on peut rêver !

Marc Baudriller

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

13 janvier : la grève des fainéants et des hypocondriaques

11 Janvier 2022, 19:28pm

Publié par Thomas Joly

Grève du jeudi 13 janvier : si les lamentables atermoiements du gouvernement sur les règles sanitaires kafkaïennes dans les écoles sont bien sûr à dénoncer, les syndicats d'enseignants et de parents d'élèves réclament un protocole encore plus strict, dans le but de donner un prétexte à tout un tas de fainéants et d'hypocondriaques pour exercer leur droit de retrait.

À aucun moment ce ramassis de paresseux égoïstes ne se soucie de l'intérêt de nos enfants qui doivent subir depuis des mois le port d'un masque inutile et maintenant des tests Covid à répétition alors qu'ils ne risquent au pire qu'un rhume.

Thomas Joly - Président du Parti de la France

Voir les commentaires

De Papy Voise au passant traîné par des racailles : la sauvagerie en pleine expansion

11 Janvier 2022, 06:49am

Publié par Thomas Joly

Les images dénichées par la journaliste de Livre noir Maud Koffler ont fait le tour du Web, dimanche. Des hommes hilares se filment eux-mêmes dans une voiture, attrapent un piéton par l’épaule et le font courir de plus en plus vite, malgré ses plaintes, jusqu’à sa chute sur le macadam. La même équipe poste une autre vidéo du même petit jeu : « Wallah, tu vas courir », lance un des passagers de la voiture à la seconde victime. Un jeu si drôle qu’ils ont cru bon d’en poster les images sur Twitter. « Un homme a été interpellé et placé en garde à vue ce lundi », indique le parquet de Bobigny à LCI. Tandis que Macron traque et tente avec application de pourrir la vie des Français non vaccinés, les banlieues s’amusent. En balayant les réseaux sociaux et la presse quotidienne régionale, on s’aperçoit que l’exercice se répand. Ce qui n’arrête bien sûr pas les meurtres et tabassages devenus le quotidien des Français. À Marseille, dans la nuit de vendredi à samedi, un homme de 25 ans est mort poignardé, non pas dans un règlement de comptes mais pour avoir résisté à deux voleurs de téléphone, selon La Provence. À Toulouse, La Dépêche rapporte que le pasteur Fernand Frantz, grand résistant, centenaire, s’est fait molester au cours d’un cambriolage au point d’en perdre la vue. La cruauté est à la mode. Les agressions d’élus, de gendarmes, de pompiers, de professeurs se comptent en centaines.

Douce France. On se souvient de l’affaire Papy Voise, lorsque, en 2002, juste avant la présidentielle, la France s’était étonnée des images de ce vieux monsieur couvert de bleus, dont la maison avait été brûlée. Son sort avait alors suscité un élan de générosité, tant l’affaire avait heurté les Français. Quelques semaines plus tard, un certain Jean-Marie Le Pen accédait au deuxième tour de la présidentielle. Les Français avaient alors vu de leurs yeux le déploiement des grandes consciences de gauche : les médias, TF1, France 2 et d’autres, en relayant le sort de celui que la France appelait Papy Voise, avaient fait le lit du Front national. Crime inexpiable. Pour nos grandes consciences, ce fait divers était isolé, on avait braqué l’attention sur un épiphénomène, on avait manipulé les Français, on avait fait croire au peuple qu’il y avait en France des bandes cruelles, des sauvages insuffisamment intégrés. Tout cela était faux, bien sûr. On psychologisait dans les grands médias, on luttait contre l’amalgame, la stigmatisation et la manipulation. Vingt ans ont passé, et combien de drames ? Le sort de Papy Voise annonçait bien pire. Depuis, il y a eu le terrorisme islamiste et la poussée incontrôlable de l’insécurité. Les agriculteurs eux-mêmes, dans les campagnes, font face aux prédateurs et pilleurs de toutes espèces. Et nos « chances pour la France » attrapent les piétons pour les traîner sur la chaussée en hurlant d’un rire frénétique. Le cher pays tourne au cauchemar et il faut être particulièrement égoïste et replié sur soi-même pour ne pas voir les faits, ne pas lire les statistiques et ne pas entendre les plaintes de ceux qui n’ont pu fuir ces zones ensauvagées.

Comment en est-on arrivé là ? Qui a laissé faire ? Le bandeau que la gauche avait serré sur les yeux des Français se déchire. Macron a beau jeter de l’huile sur le feu de la situation sanitaire, l’insécurité et sa cause première (l’immigration) qu’il a tout simplement abandonnées s’imposent dans les discours de campagne parce qu’elles dominent les préoccupations des Français. Et si elles dominent les préoccupations des Français, c’est bien parce que nos compatriotes ont été trahis par ceux auxquels ils avaient confié leur destin. Ces drames du quotidien, si nombreux, si méprisés des intellectuels, racontent un pays abîmé qui peut encore se ressaisir.

Marc Baudriller

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Zemmour, le candidat des automobilistes qui en ont marre d'être persécutés par l'État !

11 Janvier 2022, 06:33am

Publié par Thomas Joly

Zemmour, le candidat des automobilistes qui en ont marre d'être persécutés par l'État !

Voir les commentaires

Les voeux d'Éric Zemmour à la presse

11 Janvier 2022, 06:29am

Publié par Thomas Joly

Les bons vœux d'Éric Zemmour à la presse : les médias d'État et les petits journaleux militants se font magistralement remettre à leur place.

Voir les commentaires