Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Fillon et Cazeneuve se marrent pendant la messe en hommage au prêtre égorgé

30 Juillet 2016, 18:43pm

Publié par Thomas Joly

Fillon et Cazeneuve se marrent pendant la messe en hommage au prêtre égorgé

François Fillon et Bernard Cazeneuve ont bien ri pendant la messe d’hommage au Père Jacques Hamel, égorgé par deux terroristes.

Le 26 juillet, il n’y avait pas eu de place pour tout le monde à l’intérieur de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Beaucoup de catholiques avaient été refoulés à l’entrée par des policiers. La priorité allait aux VIP, personnalités politiques diverses venues prendre la pose devant caméras et photographes.

Mais une messe dure visiblement trop longtemps pour que certains conservent le minimum de dignité qui s’impose dans de telles circonstances.

Bernard Cazeneuve et François Fillon ont donc échangé quelques plaisanteries. Mais les photos ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux et nombreux ont laissé éclater leur colère devant cette attitude scandaleuse de ces deux politiciens. Cela a pris à ce point d’ampleur que plusieurs médias ont fini par signaler la chose. Avec souvent un certain étonnement, non pas vis-à-vis de l’attitude des deux compères, mais à l’égard des réactions vives de nombreux Français outrés.

On parie que si la victime dans le cercueil avait été un rabbin, tout cela serait bien différent…

Source : http://www.medias-presse.info

Voir les commentaires

Une élue d’extrême-gauche s’amuse de l’égorgement du prêtre normand et le qualifie de pédophile

30 Juillet 2016, 16:57pm

Publié par Thomas Joly

L’élue d’extrême-gauche brestoise Julie Le Goïc, connue pour son engagement en faveur de l’imam salafiste de Brest (voir ici) et son soutien aux filières de migrants clandestins, vient probablement de commettre la provocation de trop : une apologie d’acte de terrorisme en bonne et due forme.

Sur son compte Twitter, Julie Le Goïc s’amuse publiquement de l’exécution barbare du Père Hamel à Rouen, suggérant qu’il était pédophile et que sa récompense pour avoir été égorgé par deux djihadistes serait “70 enfants de choeur”. Une analogie à la promesse faite aux musulmans engagés dans le djihad de recevoir 72 vierges au paradis s’ils meurent au combat.

Les connaisseurs de la vie politique brestoise se rappellent que cette anarcho-gauchiste, élue en 2014 sur la socialiste de François Cuillandre avant de s’en dissocier, avait introduit des clandestins musulmans dans la salle du conseil municipal de Brest récemment. Une scène ubuesque – et filmée – qui s’était terminée par de la casse de matériel et des menaces à l’encontre des élus (voir ici et ici).

BREIZ ATAO a régulièrement dénoncé dans ses colonnes le soutien actif de Le Goïc aux salafistes de Brest au nom de “l’antiracisme” ainsi que son aide aux filières d’immigration clandestine de la mafia albanaise musulmane opérant dans la ville. L’impunité dont elle bénéficie – comme l’avait à nouveau démontré l’émeute qu’elle avait orchestrée lors du conseil municipal – signalant la complicité active de la gauche socialiste avec cet élément radical.

Source : http://breizatao.com/2016/07/28/brest-lelue-dextreme-gauche-julie-le-goic-soutien-de-limam-salafiste-samuse-de-legorgement-du-pretre-de-rouen-et-le-qualifie-de-pedophile/

Voir les commentaires

Brigitte Bardot condamne « l'Aïd-el-Kebir humain » et « vomit les terroristes islamistes »

30 Juillet 2016, 14:13pm

Publié par Thomas Joly

Alors que l'ancienne actrice a eu une réaction saine et offensive sur Twitter ce vendredi : « Attentats : J'ai mal au coeur, à tous mes coeurs. Je vomis ces terroristes islamistes. Stop à l'Aïd el Kebir humain ! », l'habituelle crasse médiatique islamophile condamne ses propos pourtant de bon sens.

Voir les commentaires

Face au terrorisme islamique, préparons la riposte !

27 Juillet 2016, 11:48am

Publié par Thomas Joly

Face au terrorisme islamique, préparons la riposte !

Suite à l'annulation du concert de Northmen Impakt pour des raisons techniques, l'événement, qui se déroulera à proximité de Saint-Quentin (02), est remplacé par une soirée de résistance nationaliste suivie d'une animation musicale (RAC, Oï, RIF,...) par un DJ natio.

Thomas Joly prendra la parole pour rappeler qu'il n'est pas question de se laisser égorger comme des moutons par la racaille islamiste et qu'il existe encore des Français non-reniés qui sont prêts à rendre la France aux Français.

Réservation obligatoire à cette adresse mail : thomasjoly60@yahoo.fr ou 06.09.96.44.37

Evénement Facebook : https://www.facebook.com/events/735406413264099/

Voir les commentaires

Face à la barbarie islamiste, armons 100 000 Français !

26 Juillet 2016, 19:43pm

Publié par Thomas Joly

Communiqué du Parti de la France

Résistance nationale : la nation et le peuple en armes
Carl Lang et Le Parti de la France s’insurgent contre le nouvel acte de barbarie islamiste perpétré aujourd’hui à Saint-Etienne-du-Rouvray et revendiqué par l’Etat islamique.
Le Parti de la France s’associe à la douleur des proches du prêtre égorgé et des fidèles blessés par les assassins islamistes et apporte à la communauté des catholiques de France son soutien  indéfectible.
Il est temps que nos compatriotes comprennent que les niaiseries déclamatoires du « vivre ensemble », les appels répétés à la « fraternité citoyenne et républicaine » ainsi que les logorrhées politiques et médiatiques du « pas d’amalgame » ne sont pas une réponse aux actions révolutionnaires et terroristes menées par les « soldats de l’Islam ».
Le Parti de la France qui a déjà présenté ses mesures de sécurité nationale et de défense du peuple français rappelle l’urgente nécessité de constituer une garde nationale de 100 000 volontaires, formés, encadrés et armés en toutes circonstances, comme première étape d’une nation et d’un peuple en armes.
La France et son peuple sont aujourd’hui en état de légitime défense.
Les effectifs annoncés par le ministre de l’Intérieur de la « réserve opérationnelle » composée de 9.000  volontaires dans la gendarmerie et de 3.000 dans la police sont dérisoires au regard des enjeux de sécurité intérieure et de la guerre de religion que nous font les militants de l’Etat islamique.
La réponse se doit d’être aussi une réponse politique à cette guerre politico-religieuse et révolutionnaire.
Le Parti de la France appelle tous les sympathisants de la cause nationale attachés à la défense de notre modèle de civilisation, à notre sécurité et à nos libertés ainsi qu’au droit du peuple français à rester lui-même à s’engager à ses côtés afin d’organiser la résistance nationale.

Voir les commentaires

Seine-Maritime : deux islamistes égorgent un prêtre dans son église

26 Juillet 2016, 12:10pm

Publié par Thomas Joly

Dans une église située à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). Deux pourritures islamistes armées sont entrées dans l'édifice alors qu’une messe se déroulait, égorgeant un prêtre (décédé) et un paroissien (grièvement blessé), et prenant en otage 5 personnes. La police a rapidement donné l'assaut et abattu les deux raclures musulmanes.

La guerre islamique continue en France et le gouvernement refuse de désigner l'ennemi ni même d'entrer en guerre contre le terrorisme directement lié à la clonisation migratoire.

Voir les commentaires

Nous sommes tous des forcenés #LesMediasNousPrennentPourdesCons

24 Juillet 2016, 10:59am

Publié par Thomas Joly

De Magnanville à Nice et Munich, l’été 2016 prend des couleurs ensanglantées. Cette période, qui devrait n’être qu’insouciance et légèreté, se teinte de cadavres, de stupeur, de peur et d’inhumanité.

Oui, mais voilà, la France est en guerre et même le formuler n’a pas incité nos dirigeants à s’y préparer. Pour nous protéger. Le 14 juillet à Nice, un camion de 19 tonnes a écrasé des enfants, des familles entières, une mère, son fils. Coincées entre ses roues, d’innocentes victimes et Manuel voudrait que l’on joue les blasés.

Alors les médias ont choisi l’hypnose générale. Celle qui est censée endormir les foules sans réveiller les consciences. Celle qui lève un coin du voile en livrant l’information, mais qui anesthésie toute réflexion.

Le « padamalgm » contre « forcené-déséquilibré ». Tout est dans le dosage, la version, la nuance. Au fil du temps et pour endormir ceux qui pourraient commencer à se lasser des commémorations et autres flonflons.

À Nice, les médias pas merdeux nous ont tout d’abord sorti la version du type divorcé un peu secoué. Le poor lonesome déséquilibré que rien ne rattachait à Daech : cachez ce début d’islam que nous ne saurions voir sans y appliquer d’abord le placebo de la bien-pensance.

On interroge le voisin qui le trouvait bien urbain, les amis en Tunisie : ça ne mange pas de pain. Pas la femme, sur qui il cognait, mais bon, un divorce, vous comprendrez. Il faut gagner du temps, dissocier absolument le choc des images de ce qui pourrait relier l’événement à l’islam radical. Créer de la distance, étirer l’information, la diluer pour la noyer.

À Magnanville le tueur a crié « Allah Akhbar » : forcément, ça calme ; il a égorgé ses victimes, voilà qui se confirme… Alors il est SEUL et nous le voilà auto-radicalisé. Dans son pavillon, voire sa prison, mais en ermite du Coran, en solitaire de la machette. Pas de réseau, pas d’amis. Fin de l’histoire.

Et nous revoilà à Munich, vendredi 22 Juillet, un Germano-Iranien. La poisse.

Mais où sont donc les indépendantistes bretons, les catholiques agressifs, les bouddhistes mous du genou ? Dans le doute et la confusion, les médias osent même nous resservir les plats de l’extrême droite. Là où il y a de la gêne, y a pas d’info.

Et puis arrive l’acte isolé. Sans lien avec Daech. Un forcené. Les morts peuvent mourir tranquilles, pas vu pas pris.

Que des déséquilibrés, on vous dit, des loups solitaires divorcés, aucun lien avec qui vous savez.

Le parquet a demandé la destruction de 24 heures de vidéo à Nice, histoire que le pékin que nous sommes parte en vacances tranquille. Faudrait pas qu’en plus, la réalité des images d’enfants couchés sous des draps envahisse les télés entre « Fort Boyard » et nos séries de l’été. France 2 avait diffusé les images crues le 14 juillet. Un homme à coté du cadavre de sa femme. France 2 s’est excusée. Pour l’image du petit Syrien mort sur une plage, vous êtes autorisés à pleurer.

Anne-Sophie Désir

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Fusillade à Munich ? Aucun lien avec Daech !

24 Juillet 2016, 10:37am

Publié par Thomas Joly

Ça y est ! Après un suspense insoutenable, moins de 24 heures après « la fusillade », hier soir, dans un McDonald’s et un centre commercial de Munich ayant mortellement atteint 9 personnes et blessé 16 autres, les médias peuvent enfin affirmer que l’auteur, qui s’est suicidé après avoir été touché par les forces de l’ordre, n’a « aucun lien avec Daech ».

Ali David Sonboly ? Âgé de 18 ans, né en Allemagne, accablé de « problèmes psychologiques », n’ayant jamais eu maille à partir ni avec la police ni avec ses voisins. Seulement un « dépressif » chez lequel la police a trouvé « des éléments montrant qu’il se préoccupait des questions liées aux forcenés » et qui aurait attiré sur les lieux ses victimes en piratant un compte Facebook. Un jeune qui a même décliné sa nationalité aux passants : « Je suis allemand, je suis né ici »

Il a suivi de près l’attaque à la hache survenue il y a quelques jours, comme le révèle le chef de la police de Munich. Aucun lien avec un acte de terrorisme islamique. Mais si ni sa double nationalité germano-iranienne ni son cri « Allah Akbar » – selon des témoins, dont Lauretta, interviewée par CNN, même si la police a écarté tout lien avec la problématique islamiste – n’ont à voir avec ce carnage, quelle raison a poussé cette « bonne personne », ainsi décrite par une voisine interrogée par l’AFP, à tuer tous ces innocents ? En fait, quel genre de type c’était, le tueur de Munich ? Ali David Sonboly était… d’extrême droite. Il s’est identifié à Anders Breivik. Vous vous souvenez, celui qui a massacré 77 personnes, à Utøya, il y a plusieurs années : vous haussez un sourcil ?

Si, les enquêteurs sont formels : entre Sonboly le binational et Breivik le Norvégien, « le lien est évident ». Sa chambre était tapissée de croix gammées ? Son ordinateur, son portable peut-être ont révélé d’horribles penchants ? La police n’en parle pas. Sauf qu’il y a un signe qui ne trompe pas : la date ! La preuve : le 21 juillet, c’est, jour pour jour, cinq ans après, celle des attentats de Norvège commis par Breivik. Admettons.

On peut dire qu’entre la fusillade, hier en fin d’après-midi, et les conclusions annoncées en milieu de journée dès le lendemain, l’enquête a été rondement menée. Claire, nette, précise. On a même appris une chose : qu’entreprendre « un traitement psychiatrique » et se transformer en tueur d’extrême droite, il n’y a qu’un pas…

Et en ces temps d’attentats islamistes se succédant à un rythme de plus en plus rapide, sans vouloir me montrer désobligeante, certains médias semblaient – presque – soulagés…

Caroline Artus

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Nouvelle attaque islamiste dans un centre commercial de Münich

22 Juillet 2016, 19:19pm

Publié par Thomas Joly

Des coups de feu ont été signalés dans un centre commercial de Munich en Allemagne. Selon des témoins, il y aurait plusieurs morts et plusieurs blessés. La police, elle, évoque un mort et 10 blessés. Selon la police toujours, il n’y aurait qu’un seul tireur. 

Un vaste secteur autour du centre commercial Munich Olympia a été bouclé par les forces de l'ordre.

Source : https://m6info.yahoo.com/allemagne-des-coups-de-feu-1477596634341430.html

Voir les commentaires

Antisémitisme : quels antidotes ? (par François-Xavier Rochette)

22 Juillet 2016, 17:02pm

Publié par Thomas Joly

Le 12 juillet dernier, L'Obs relayait le mécontentement du directeur du musée de ce qu'on appelle la shoah de Washington (United States Holocaust Memorial Museum). Le patron du musée spécialisé dans la pédagogie infantile (il existe 22 musées géants de ce type aux Etats-Unis), Andrew Hollinger, fit son cinéma (le plus gros donateur du musée n'est autre que Spielberg) parce que quelques visiteurs shoatiques n'auraient pas, selon ses dires, respecté religieusement les codes des lieux (visage éteint, souffreteux, yeux humides, pâleur, nausée...) en jouant, dit-il, à la nouvelle application célébrée par le media obèse, le fameux Pokémon Go. Ce jeu vidéo qui met du virtuel dans la réalité et qui incite ses participants à galoper, à droite, à gauche, à parcourir des kilomètres pour capturer de nouvelles créatures fictives sorties de quelques cervelles japonaises ne doit pas tourner en ridicule le musée du mal absolu. C'est un blasphème ! Le jeu fonctionne pour le moment en Australie et aux Etats-Unis (et à la frontière canadienne) et ferait donc fureur au point de rendre complètement abrutis un tas de jeunes qui n'en demandaient pas tant. Les Pokémons peuvent se trouver partout et même, donc, dans un musée propret dédié à la mémoire de l'Indicible. Quand le virtuel vient faire de l'ombre à l'inexprimable, quelle ironie ! Partout dans le monde, les journaleux aux ordres ont mis en exergue ce cas particulier que Nintendo est sommé de résoudre. Pauvres Japonais qui ne font qu'utiliser les technologies de géolocalisation qui embrassent la Terre entière -sinon quelques zones secrètes, top défense ou très isolées.

Un coup de pub

Pour se faire de la publicité, les autorités d'Auschwitz ont fait savoir, le lendemain, le mardi 13 juillet, qu'elles n'accepteront pas d'entendre parler de ce jeu qui nuit au recueillement et à la pureté des larmes avant même que son application sur le territoire polonais soit activée... Immédiatement, les sites Internet conformes diffusèrent l'alerte des gardiens de la mémoire obligatoire. Et se moquèrent dans le même temps joyeusement du fait que l'on trouvait une foule de Pokémons dans les cimetières chrétiens, les seuls qui ne sont pas, dans leurs esprits, sanctuarisés. On en trouve plein, de ces petites bêtes, dans les cimetières, et c'est « cocasse » lit-on sur un site québéquois. Les bestioles numériques sont légion dans les cimetières et l'information n'est pas scandaleuse alors qu'il semblerait que cette surpopulation de Pokémons dans les cimetières ait été voulue par leurs concepteurs pour faire vibrer d'émotion les petites joueuses en quête de sensations fortes. Voilà où nous en sommes. Les cimetières deviennent des terrains de jeu cocasses (comme nous l'avaient appris avant Nintendo les jeunes abrutis qui déferlèrent sur les tombes des soldats de Verdun sous les ordres de François Hollande et du foutriquet Zimet) alors que la religion shoatique s'érige comme l'unique chose sacrée de la société occidentale. La seule communauté méritant protection et déférence est donc aussi la seule qui se permet d'exiger un pare-feu anti-Pokémons. Même quand les bestioles n'existent pas. A quand des revendications pour obtenir des subventions afin d'équiper Auschwitzland de canons laser anti-aliens ?

L'usure de la couverture juive ?

Ce n'est pas nouveau. La communauté diasporique a toujours tiré la couverture à elle, et en particulier en période de mauvais temps. Après l'orage, c'est toujours la cave du CRIF qui est la plus inondée ; pendant la canicule, c'est toujours la vieille Eliette qui morfle et quand la délinquance générale connaît enfin ses grandes eaux, c'est Moshe qui est dépouillé de son portable et de sa gourmette quand Martin et Christian vivraient encore l'insouciance de leur jeunesse sur le parking d'une cité radieuse en jouant au ballon avec Mamadou. C'est à la lumière de ce comportement qu'il faut analyser l'incroyable colère du dessinateur de bédé, Joann Sfar, auteur du célèbre Chat du rabbin, qui a convoqué la presse le 21 juin dernier (après les attentats du vendredi 13 et quelques jours seulement après les meurtres du couple de policiers devant les yeux de son très jeune fils) parce que, pincez-vous, un exemplaire du Chat du rabbin a été retrouvé écorné (vandalisme par écornage) dans la médiathèque de Lannion dans les Côtes-d'Armor ! Ouest-France donne immédiatement la parole à cet auteur largement surévalué par le media dégoulinant après avoir découvert son message Facebook concernant l'érosion de l'ouvrage. Il s'agit pour notre ganache habituellement primesautier sinon sémillant d'un fait extrêmement grave, d'un indice épouvantable de la montée de l'antisémitisme qui tue ! « Ils commencent par brûler des livres et après ils s'en prennent aux hommes. » Joann Sfar poursuit : « Dans ce monde où chaque semaine annonce une nouvelle tuerie, la première pensée qui me vient, c'est en plus on défonce des livres. Pardon pour mon apathie. » En plus il y a des Pokémons dans un musée à Washington, aurait-il pu ajouter,  sans, ici aussi, ressentir le ridicule de sa pleurnicherie. Et notre Cassandre de Nice (il y est né, voilà tout), toujours plein d'humilité, de prédire des temps sombres et affreux pour les membres de sa communauté. « J'arrive face à vous après quinze ans d'interventions en Zep durant lesquels j'ai vu comme (sic) enseigner la Seconde Guerre mondiale devenait un acte périlleux. Vraiment, au point où on en est, je devrais ne même pas être ému, de découvrir que mes livres qui ne parlent que de vivre-ensemble et de rapprochement entre les hommes sont l'objet de déprédations ». Enfin, aigri, appréhendant l'indifférence du Goy avec force nervosité, le pauvre, qui ne se relève pas de l'écornage de l'exemplaire de Lannion prédit l'excroissance de la haine sur toute l'humanité : « Les juifs sont un baromètre : quand on commence à cogner dessus, c'est que les libertés ne sont plus là pour longtemps. » Moins d'un mois après cette agitation qui a certainement stimulé les ventes de ses misérables albums, l'artiste s'est une nouvelle fois illustré en attaquant les chaînes de télévision française coupables de n'avoir pas assez informés et divertis les téléspectateur d'une manière agréable, réactive, la nuit durant laquelle le monstre tunisien écrabouilla plus d'une centaine d'innocents (en en tuant 84 à l'heure où nous écrivons ces lignes) le 14 juillet à Nice. Un scandale ! Tranquillement chez lui, Joann Sfar a du surfer, se plaint-il, sur le Twitter du New-York Times pour en savoir plus sur le massacre de Nice. Pourtant le  nerveux dessinateur vit actuellement à Nice et il se trouvait chez lui au moment des faits. Pourquoi n'est-il pas sorti avec son chat juif sous le bras pour essayer d'en savoir plus sur cette tuerie puisqu'il semblait tant souffrir du manque de rythme de BFM TV ? Peu importe, les media en plastique, comme 20 minutes,  ont cru important de relayer la petite colère du bonhomme dont on retransmet publiquement la  moindre éructation. L'usure de son album à la médiathèque de Lannion expliquait peut-être le déploiement d'une herse de micros devant sa grande bouche mais pourquoi devrait-on l'écouter sur un sujet qui ne concerne ni son album écorné ni la communauté juive. Quoi ?! Voulait-il observer en direct l'agonie de petits enfants sur son canapé? En quoi cela est-il important pour le lectorat des journaux ?

Croquer les antisémites en bouffons

Les livres juifs écornés dans les médiathèques gangrenées par l'antisémitisme ne constituent pas un phénomène nouveau. Mais personne avant Joann Sfar n'avait osé témoigner à visage découvert contre cet autodafé par érosion des couvertures en carton. Cependant, il semblerait que la petite communauté qui a tant souffert s'était donnée le mot pour agir sur les consciences grâce à la magie du divertissement et du cinéma en particulier qu'elle contrôle à défaut de maîtriser son art. Il faut dire qu'à force de népotisme et de cooptation tribale, le monde du septième art en France n'a jamais été aussi médiocre et sa décadence n'est pas près de s'arrêter tant ses dignitaires ont perdu toute lucidité en méconnaisant les talents et le goût du beau à la française. Mais ce n'est pas grave pour elle tant qu'elle ne souffre pas d'une concurrence sérieuse sur le plan de la diffusion des idées et de la propagande. C'est ainsi que le pouacre Yvan Attal a pu sortir son super navet le premier juin dernier, « Ils sont partout » ! Ils ont partout ! Non les Juifs, ou les gredins sectaires mais les antisémites, carrément ! Ce film n'a aucun intérêt, c'est certain. En revanche, les « critiques » adressées par quelques membres de la petite communauté sur le contenu du navet sont intéressantes sur le plan strictement politique. Sans surprise, l'on retrouve les remarques les plus décomplexées dans la revue Causeur d'Elisabeth Lévy. « Certains penseront, comme nous, pouvait-on y lire dans un papier du mois dernier, que le réalisateur aurait dû être plus explicite sur l'antisémitisme qui sévit en banlieue. Mais beaucoup hurleront qu'il en dit déjà trop. Bref, on va beaucoup en parler et nous en avons beaucoup causé. » La réponse d'Attal, l'époux de Charlotte Gainsbourg est éloquente quant à la stratégie communautaire : « Je suis d’accord, on peut le dire comme ça. Je peux comprendre qu’on ressente ça. J’ai une espèce de réponse un peu lâche mais qui est la plus sincère du monde. D’abord, quand je commence à penser au film, c’est quoi les clichés antisémites ? « Les Juifs ont de l’argent, les Juifs sont partout, les Juifs s’entraident. Les Juifs ont tué Jésus. » Il n’y a pas encore tout à fait ce « Ras-le-cul de la Shoah ! » Et il n’y a pas l’antisionisme. Cependant, je ne suis pas aveugle, au moment où je commence à écrire, je ne peux pas ignorer qu’il y a un antisémitisme musulman, et je ne veux pas entrer là-dedans parce que je sens le piège. Si j’en parle, je risque d’être attaqué, et si je n’en parle pas aussi. Donc j’essaie de slalomer. » Traduction : la petite communauté doit passer pour toute gentille devant les beurs comme Hanouna avec son gorille Mokhtar dans ses émissions absurdes. Elle n'a pas à apparaître en première ligne dans les grosses production de propagande populaire.  La confrontation directe, ce sera donc pour les autres.

L'Education nationale au service de la tribu

Pour pallier l'inquiétude des Sfar, des Attal victimes de l'antisémitisme, l'Etat pense et agit sur sa politique éducative.  Et quand on lutte contre l'antisémitisme, on ne prend pas de vacances ! C'est pourquoi une soixantaine de professeurs d'histoire-géographie des académies de Toulouse, Montpellier et Bordeaux ont participé jusqu'au mercredi 13 juillet à une très intense université d'été sur « l'enseignement de la shoah » afin d'optimiser leur rhétorique, leurs techniques pour convaincre, leur talent pédagogique. Le but affiché tranquillement ? Combattre l'antisémitisme qui est un racisme très maléfique. Pour la première fois, ce rendez-vous humaniste incontournable depuis 2008 a eu lieu en province, à Toulouse où l'on trouve une antenne du Mémorial de la shoah parisien. Séquence émotion pour les profs de shoah-géo. Qui ressortent galvanisés de ce stage de perfectionnement. Car désormais, on enseigne non seulement l'histoire shoatique mais également « le présent ». L'idée, c'est de mettre en avant la collusion entre le racisme, l'antisémitisme et le terrorisme. Une priorité pour l'Etat à Toulouse où, cette année, des lycéens ont refusé d'écouter un rescapé-martyr-survivant de la shoah pendant un cours consacré à la sensibilisation anti-antisémitique. L'objectif est de convertir au shoatisme ces jeunes-là aussi.  C'est ce que l'Etat entreprend, notamment à Vauvert, dans le Gard avec les encouragements du député Gilbert Collard, le père fouettard des antisémites maghrébins. Pourtant, car il faut les encourager, les enseignants du pays feraient malgré tout un travail merveilleux dans cette discipline qui supplante toutes les autres. « Les enseignants du collège unique me disent: « Quand on quitte les élèves le vendredi, ce sont des parfaits citoyens. Mais le lundi, quand on les retrouve, il faut tout recommencer », raconte Gilles Clavreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Il faut toujours remettre l'ouvrage sur le métier, inlassablement. L'important est de protéger le noyau dur de la république et son assiette au beurre.

Chez nous, en France, on lâche les pédagogues dans les écoles et on incite tous les journaleux imbéciles à taper sur les cervelles à coup de shoah et de mythes faisandés. Nos voisins allemands tout ébaubis par le déferlement de migrants obsédés sexuels n'ont nonobstant pas compris la profondeur du problème perclus qu'ils sont par la dénéazication qui dure depuis plus de 70 ans. Les plus éveillés de nos amis Teutons se croyaient en sécurité lorsqu'ils échangeaient entre eux, tranquillement, sur des groupes privés gérés par le réseau social Facebook. Las, les discussions privées, les groupes privés dits « secrets », furent observés par la police de la pensée qui crut voir de l'antisémitisme ici ou là, et attaqua, et alpagua d'honnêtes Allemands pour cela. Nous sommes entrés dans une ère nouvelle, celle non pas seulement de la trépanation des consciences mais aussi celle de leurs visites impestives. On entre dans les plus petites cavités sociales pour y déceler les pensées impures qui pourraient, éventuellement, contaminer d'autres regroupements cachés ailleurs. On élimine dans l'oeuf  la réflexion, l'analyse, l'intelligence. Les hommes libres ne doivent plus exister. Les sentiments, les émotions, les questions sur l'insolence tribale doivent être sanctionnés, écrasés.  Aucun doute ne doit contaminer l'autre. Chaque abruti doit rester sur son rail. Il a son porno, son shit, son job ? Qu'il vive dans leurs frontières, qu'il se taise et ne contamine point par la pensée le voisin qui s'interroge. Gazé par le mensonge, sidéré par la violence absolue, écrasé par la main de la police, quelle voie reste-t-il pour le jeune homme européen plein de vie et de justice ?

François-Xavier Rochette

Article publié dans l'hebdomadaire d'opposition nationale et européenne Rivarol

Voir les commentaires

Après l’attentat de Nice, une « armée de l’amour ». Tremble Daech !

22 Juillet 2016, 11:09am

Publié par Thomas Joly

En réponse aux attentats de Nice, Jérôme Jarre a donc lancé une « Love army ». L’idée est simple: n’importe où en France, chacun est invité à mener une action positive pour diffuser de l’amour et du bonheur. « Combattre la morosité que les terroristes, les attentats ont installée, par de la solidarité, de la créativité, des bonnes actions », explique le jeune homme dans une vidéo diffusée sur Internet. Lors de chaque initiative, une vidéo peut être tournée qui sera, ensuite, diffusée sur les comptes des réseaux sociaux de Jérôme Jarre, mis à disposition pour l’occasion. Une caisse de résonance énorme au vu du nombre de fans qu’il recense. « Voyons cela comme une sorte de média alternatif pour le bonheur, la positivité, les choses qui marchent. C’est comme ça que la France se relèvera », souligne-t-il, son habituel sourire aux lèvres.

Dans tout le pays, les internautes jouent le jeu. Dans les rues de Colmar, les passants ont ainsi pu croiser une jeune femme, déguisée en Blanche Neige, proposer des câlins gratuits et des danses improvisées. À Lille, de petites citations liées au bonheur ont été distribuées dans les rues. À Lyon, ce sont des roses qui ont été offertes en échange de sourires…

Source : http://www.fdesouche.com/750517-apres-lattentat-de-nice-une-armee-de-lamour

Voir les commentaires

Gauloises ou Gitanes ? Peut-on encore fumer français ?

22 Juillet 2016, 10:50am

Publié par Thomas Joly

On le sait, la France est en état d’urgence. Logique, donc, que Marisol Touraine, madame « le » ministre de la Santé, participe à l’effort de guerre ; après tout, dans les heures les plus graves de notre histoire, les femmes ont aussi accompli des miracles, que ce soit pour le soin du guerrier ou le repos du soldat.

Là, en ligne de mire, la cigarette. À défaut d’en découdre avec les maux, il est toujours possible de supprimer les mots. « Gold », « Light », « Slim » et autres noms d’oiseaux seraient donc en voie d’interdiction, tandis que l’avènement du paquet neutre et anonyme serait, lui aussi, au programme.

Pourtant, il faut bien qu’il y ait une bonne nouvelle de temps à autre, surtout en période estivale. Les Français pourront finalement continuer à fumer des Gauloises et des Gitanes, même si ces deux marques emblématiques n’ont pas été loin d’être prohibées.

Les Gauloises ? Était-ce un sournois racisme anti-français ? Pourtant, le paquet dessiné par le graphiste Jacno fait encore partie du patrimoine national. À ce titre, nous ne saurions que vous recommander la lecture d’un autre Jacno, fumeur invétéré des cigarettes du même nom – d’où son surnom –, Itinéraire du dandy pop. Là où l’on apprend qu’illustre descendant du membre éminent d’un certain quarteron de généraux à la retraite, il se servit parfois de cette digne filiation pour faciliter quelques contrats discographiques avec des compagnies pas toujours bien disposées à son égard. On notera que le Jacno en question fut le producteur, entre autres artistes, d’Elli Medeiros, Lio, Étienne Daho ou Françoise Hardy. Et que ses mémoires sont à se plier de rire en quatre. Petit exemple : son grand-père, vieux militant d’Action française, refusait d’affranchir son courrier pour ne pas avoir à lécher le cul de Marianne. Toute une époque…

Plus nauséabonde encore, après la tentative d’interdiction des Gauloises, celle des Gitanes. Manouchophobie ou stigmatisation des gens du voyage ? Là encore, un autre sublime paquet, signé d’un autre graphiste faisant lui aussi partie de notre héritage national : Max Ponty. Trop glamour, la Gitane ? Entre jupons froufroutants et voleuse de poules ? C’était quand même la marque préférée de David Bowie ; alors, s’il vous plaît, respect.

Aux dernières nouvelles, cette énième dinguerie serait finalement partie dans les poubelles de l’Assemblée nationale. En attendant la prochaine tentative, les crétins de l’espèce persistante étant généralement des plus nuisibles pour la santé mentale de nos contemporains.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Attentat de Nice : le parquet de Paris demande à la mairie de détruire 24 heures d'images

21 Juillet 2016, 18:54pm

Publié par Thomas Joly

Une réquisition judiciaire urgente a été envoyée au centre de supervision urbain de Nice mercredi 20 juillet. Le parquet de Paris évoque un souci « d'éviter la diffusion non contrôlée de ces images ».

Panique et incompréhension à la mairie de Nice. Mercredi à 11 heures, la sous-direction antiterroriste (SDAT) a envoyé aux agents qui gèrent la vidéosurveillance de la ville une réquisition citant les articles 53 et L706-24 du code de procédure pénale et de l'article R642-1 du Code pénal leur demandant l'effacement «complet» de 24 heures d'images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l'attentat ayant eu lieu sur la promenade des Anglais, dans la nuit du 14 juillet.

De quoi mettre en état de sidération les agents du centre de supervision urbain de Nice. «C'est la première fois que l'on nous demande de détruire des preuves, précise une source proche du dossier. Le centre de vidéosurveillance et la ville de Nice pourraient être poursuivis pour cela et d'ailleurs les agents en charge du dispositif n'ont pas compétence pour se livrer à de telles opérations».

La demande paraît d'autant plus étonnante que la SDAT a envoyé depuis vendredi dernier des serveurs afin de récupérer les 30.000 heures de vidéosurveillance liées aux événements. Une opération de sauvegarde qui va s'étendre encore sur plusieurs jours. «Nous ne savons pas si donner un ordre de destruction alors que nous sommes en pleine sauvegarde ne va pas mettre en rideau tout le système», s'inquiète-t-on dans l'entourage du dossier.

Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/07/21/01016-20160721ARTFIG00225-attentat-de-nice-quand-la-justice-demande-a-la-mairie-de-detruire-24-heures-d-images.php

Voir les commentaires

Quand la sécurité routière « assassine » le portefeuille des automobilistes

21 Juillet 2016, 09:42am

Publié par Thomas Joly

En cette période estivale, le sujet est cruellement d'actualité : les radars guettent l'automobiliste inattentif, source inépuisable de subsides pour un Etat toujours plus gourmand, au nom de notre "sécurité" . Une nouvelle enquête d'Armel Joubert des Ouches pour Réinformation TV.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Vers l’ubérisation du terrorisme ?

21 Juillet 2016, 09:36am

Publié par Thomas Joly

L’actuelle période troublée que nous traversons est propice à toutes les inflations langagières et autres surenchères sémantiques. En ce domaine, Manuel Valls n’a pas son pareil. « Guerre civile », « guerre » tout court, « état d’urgence », en attendant « l’état de siège » et le vote des pleins pouvoirs au maréchal Hollande ?

Au cœur de ce débat qui n’en est d’ailleurs pas un : le « terrorisme », auquel il faut « faire la guerre », une « guerre totale », dixit l’énervé de Matignon. Traditionnellement, la violence légitime – peine de mort incluse – est monopole d’État. Idem pour la violence illégitime – le terrorisme d’État, donc. Ce dernier peut être franc et direct (opérations de déstabilisation conjointes entre CIA et KGB, opposant blocs de l’Est et de l’Ouest) ou de manière détournée : le Mossad israélien était prompt à aider l’OAS, tandis que la CIA américaine ne fut jamais la dernière à filer quelques discrets coups de main au FLN.

Ce terrorisme institutionnel, l’Europe l’a longtemps affronté. Il y eut l’OLP palestinienne, les Brigades rouges italiennes, l’IRA irlandaise, la Fraction armée rouge d’Andreas Baader, la plus française Action directe et même Carlos – pas le chanteur, mais l’énervé argentin. Le dernier de cette lignée de « princes » du terrorisme ? Oussama ben Laden qui, lui au moins, avait des revendications claires : obliger l’armée américaine à quitter ses bases installées dans le sanctuaire mecquois. Et une organisation digne de ce nom, Al-Qaïda, laquelle n’existe plus depuis 2006, sachant qu’aucune officine de ce type ne peut tenir longtemps si elle a tous les services secrets de la planète sur le râble.

De la même façon, la campagne d’attentats ayant frappé la France dans les années 80 du siècle dernier était parfaitement identifiable et identifiée. L’Iran était à la manœuvre tandis que l’État syrien assurait la sous-traitance. Paris avait arnaqué Téhéran sur le dossier nucléaire – déjà ! –, empiétait sur le pré carré syro-iranien du Liban. Mais, à l’époque, il était encore possible de temporiser la situation, de faire libérer nos otages beyrouthins, d’arranger le tout à l’amiable, malgré quelques victimes collatérales, dans les deux camps, précisons ; ce, grâce aux services secrets français, forts de la bonne connaissance du terrain.

Mais aujourd’hui ? À l’instar d’une économie globalisée, le terrorisme lui aussi se mondialise. Al-Qaïda avait franchisé la chose, façon Benetton ; d’où ses épigones maliens et maghrébins. Avec l’État islamique, c’est l’ubérisation de la profession. Chacun peut être son propre terroriste. Tout près au coin de la rue, comme ces supérettes tentant de coloniser nos centres-villes.

Mais là, il n’y a plus personne au bout du fil ; un peu comme chez Orange, lorsque vous pleurez pour avoir un être humain dans le turlu, naviguant entre touches étoile et dièse. Ainsi le moindre dingue peut-il sortir de l’anonymat, histoire de se faire une célébrité planétaire. Tenez, celui de Nice… En Amérique, il se serait contenté de buter quelques dizaines d’étudiants sur un campus ou de faire un carton lors de la première du dernier Batman, film certes mauvais – la peine de mort n’aurait pas été de trop pour son réalisateur et son scénariste –, mais de là à démastiquer l’assistance entière… Qui sait leurs noms ?

Celui de Nice, se proclamant d’un État islamique ne revendiquant ce triste bazar que de loin, aura donc le sien gravé sur le trottoir, façon Hollywood Boulevard.

Ce monde est définitivement le sien. Fortuitement, il est aussi le nôtre.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires