Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le militantisme islamique explose dans nos écoles

29 Juin 2022, 14:16pm

Publié par Thomas Joly

La présence visible de l'islam explose dans nos établissements scolaires, si bien que même le nouveau ministre de l’Éducation nationale ne le cache plus. Samedi 25 juin, Pap Ndiaye a enfin pris officiellement la parole. Dans sa première interview, donnée au Parisien, il a évoqué l’augmentation des salaires des enseignants, le rétablissement des mathématiques dans le tronc commun, mais aussi la question de la laïcité à l’école, collège et lycée.

« Avez-vous les résultats de l’évaluation sur les ports de signes religieux ostentatoires à l’école ? », demande le quotidien. La réponse du ministre en dit long sur l’état de nos écoles : entre décembre 2021 et mars 2022, soit sur trois mois seulement, 627 signalements pour atteinte à la laïcité ont été relevés. Des chiffres « globalement stables » par rapport au semestre précédent, selon le ministre, qui relève tout de même une bombe : cette fois-ci, 22 % des signalements sont relatifs à des tenues religieuses, un chiffre en augmentation qui confirme la tendance observée partout. « C'est lié au phénomène des abayas. J'ai décidé d'avoir une évaluation mensuelle à partir du mois de septembre plutôt que trimestrielle, pour avoir moins d'attente sur ces chiffres », a affirmé Pap Ndiaye.

Les statistiques ne disent pas de quelle religion il s’agit, mais le communiqué accessible sur le site du ministère de l’Éducation nationale détaille ces signalements. Ainsi, 50 % des faits recensés surviennent dans le cadre du collège, ce qui peut inquiéter pour l’avenir, 28 % au lycée et 22 % dans le premier degré. Autre remarque : les professeurs signalent très peu ces tenues. 82 % des signalements ont été faits par des élèves, 7 % par des parents d’élèves et seulement 6 % par le personnel enseignant.

Face à ces chiffres, le ministre woke promet de mettre en place « un prof devant chaque classe à la rentrée ». Confrontée à des problèmes de recrutements de professeurs, l’Éducation nationale se charge donc aussi de faire la police du vêtement religieux... Le communiqué de presse a enfin compté 321 demandes de conseil, ce semestre, formulées par les directions d’école ou d’établissements auprès des équipes académiques « Valeurs de la République ». Soit une augmentation de 10 % par rapport au trimestre précédent.

Capucine Gidoin

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le Forum du PdF - Jeudi 30 juin à 21h

28 Juin 2022, 06:35am

Publié par Thomas Joly

Le Forum du PdF - Jeudi 30 juin à 21h

Dans le prochain Forum du PdF, Alexandre Hinger reçoit Thomas Joly (Président du Parti de la France), Crystal Florealis (La Cocarde) et Scipion de Salm (historien et collaborateur de l'hebdomadaire Rivarol).

L'émission sera consacrée à l'immigration mais aussi et surtout à la remigration.

C'est jeudi à 21h et c'est sur Telegram : https://t.me/partidelafrance

Voir les commentaires

Pour l’attentat d’Oslo, Mediapart a trouvé le coupable : l’extrême droite, bien sûr !

28 Juin 2022, 06:01am

Publié par Thomas Joly

Dans la nuit de vendredi à samedi dernier, vers 1 h du matin, un Norvégien de 42 ans d’origine iranienne a fait feu dans la foule aux abords du London Pub, en pleine Oslo Pride. Deux personnes ont été tuées, vingt et une blessées. Rapidement arrêté, le tireur a revendiqué son geste comme un acte « terroriste islamique ».

La confirmation est venue des services norvégiens de renseignement intérieur (PST) qui ont dit le suivre « depuis 2015, en lien avec des inquiétudes sur sa radicalisation » et son appartenance « à un réseau islamiste extrémiste » (Europe 1 et AFP, 25 juin).

Cela, c’est une vérité bonne pour les Norvégiens, pas pour les gens de Mediapart. Ces fins limiers – dont le slogan est « le courage d’enquêter (sic), le devoir d’informer » – ont une autre analyse, exprimée dès le lendemain par Edwy Plenel sur son compte Twitter :

L’article de Mediapart vers lequel renvoie ce post est difficile à qualifier. Sidérant de malhonnêteté, il est fondé sur des amalgames scandaleux et des raccourcis qui n’ont d’autre raison d’être que la volonté d’imposer une idéologie. On nous explique ainsi que « c’est une fin de semaine noire pour les libertés » car « alors que la Cour suprême américaine a acté, vendredi, un retour en arrière sans précédent sur le droit à l’avortement aux États-Unis, un attentat anti-LGBT+ a été perpétré à Oslo, en Norvège, quelques heures plus tard ». Quel rapport ? Aucun, mais qu’importe.

Que le tireur soit un radicalisé sous surveillance des services antiterroristes n’intéresse pas la journaliste de Mediapart qui glisse sur le sujet. Ce qui la préoccupe, c’est la possible contagion : « L’attentat résonne ainsi douloureusement chez les militants et militantes des libertés, dans un contexte où l’extrême droite ne cesse de s'enraciner dans le paysage politique », écrit-elle. Et de citer Terrence Katchadourian, secrétaire général de Stop Homophobie, lequel « estime qu’un regain d’homophobie est en cours dans l’Hexagone depuis la Manif pour tous ». Et d’enchaîner : « Celui qui a tué est un inculte, mais à force d’entendre des Zemmour parler de “lobby gay”, d’“homosexualisation” de la société ou d’“identité de genre”, ça donne forcément des idées. »

Mediapart a dégoté un autre témoin de moralité, une nommée Mimosa, militante au pôle des luttes du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), qui « s’alarme elle aussi de la poussée de l’extrême droite » et livre cette fine analyse : « Quand on voit que 89 députés du Rassemblement national font leur entrée à l’Assemblée nationale et vont avoir une tribune et des financements, oui, il y a des raisons d’être inquiets pour les droits des LGBT+. Ça, plus l’attentat, ça nous percute au fond de nous-mêmes. »

Même son de cloche d’une nommée Rachel, de l'association féministe, lesbienne, bi et trans FièrEs. Elle estime que « l'étau se resserre, car on évolue dans un climat où l'homophobie et les discours anti LGBT+, notamment vis-à-vis des personnes racisées, sont de plus en plus admis du fait de la montée de l'extrême droite ». Et l’on apprend incidemment que, pour la Marche des fiertés qui avait lieu samedi, certaines organisations « ont elles-mêmes pris contact avec les réseaux antifascistes par “vigilance“ ».

Nous, ce qui « nous percute au fond de nous-mêmes », pour reprendre l'expression de Mediapart, c’est le déni du réel au profit d’un travestissement scandaleux de la vérité : une fois de plus, c’est un islamiste qui a tiré dans la foule. Pas Marine Le Pen ni Éric Zemmour !

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Qui pour dénoncer la culture de mort ?

27 Juin 2022, 19:38pm

Publié par Thomas Joly

C'est tout de même incroyable qu'au sein de la droite nationale qui a accès aux médias (RN, Reconquête), il ne se trouve pas un seul dirigeant qui défende publiquement le droit à la vie pour les tout petits. L'avortement est une abomination contre-nature ! Halte à la culture de mort !

Voir les commentaires

IVG dans la constitution : Borne et Macron dans la fuite en avant progressiste et les petits calculs politiciens

27 Juin 2022, 06:35am

Publié par Thomas Joly

La « sanctuarisation » (puisque c'est le mot qu'ils emploient) de l'IVG par son inscription dans la constitution va-t-elle fournir à Emmanuel Macron et à Élisabeth Borne cette « majorité de projet » après laquelle ils courent vainement depuis une semaine après le refus des oppositions de participer à l'aventure Macron 2 ? En tout cas, l'affaire tombe bien pour un exécutif sans boussole. Aurore Bergé, nouvelle présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée, a annoncé ce samedi déposer une proposition de loi dans ce sens qui sera discuté dès lundi par les nouveaux députés. Immédiatement, Élisabeth Borne a annoncé que le gouvernement soutiendrait cette proposition. Et tous les groupes de gauche de la NUPES ont suivi comme un seul homme, si je puis dire : Mathilde Pannot et Clémentine Autain, laquelle a même salué dans son tweet le « revirement » de LREM qui avait refusé une telle constitutionnalisation durant le quinquennat précédent.

La décision de la Cour suprême américaine a réussi ce que les coups de fil d'Emmanuel Macron n'avaient pu faire : réunir NUPES et LREM et, peut-être, sauver la tête d'une Élisabeth Borne très fragilisée depuis dimanche dernier, comme le souligne Le Monde, qui qualifiait la drôle de semaine politique que nous venons de vivre de « jeu de poker menteur » entre l'exécutif et les oppositions.

Le jeu continue et c'est donc la constitution qui, une fois encore, pourrait en faire les frais.

Sauf que les ficelles sont vraiment très grosses. Certes, la NUPES est dans son rôle, en poussant la surenchère idéologique. Mais la majorité et l'exécutif, dont le JDD nous apprend qu'il est en chute libre (- 8 points pour Elisabeth Borne, - 3 pour Emmanuel Macron), en collant ainsi à une ligne gauchisante, manifestent un opportunisme caricatural : où sont les priorités du pouvoir d'achat, du climat et de la sécurité ? C'est cette diversion opportuniste qu'a dénoncée sur twitter l'économiste Christian Saint-Etienne :

Cette constitutionnalisation était-elle dans le programme du candidat Macron, des députés Renaissance élus dimanche ? Que nenni. Politiquement, cet épisode montre le risque du quinquennat très (trop ?) parlementaire qui s'ouvre : une majorité macroniste condamnée à courir derrière la gauche et tous ses excès, sur les sujets sociétaux, et un gouvernement lui-même prisonnier de cet attelage. L'affaire a aussi pour but de voir quels députés, dans les groupes LR et RN, seraient tentés de s'y rallier. En fait, cette collusion NUPES-LREM montre les convergences « progressistes » de ces faux adversaires, comme le souligne Jean-Frédéric Poisson : 

Lire la suite

Voir les commentaires

Présidence française de l’Union européenne : symboles et fariboles

27 Juin 2022, 06:01am

Publié par Thomas Joly

Afin de marquer en fanfare le début de la présidence française de l’Union européenne, Emmanuel Macron avait fait déployer le drapeau européen sous l’Arc de triomphe le 1er janvier dernier. Seul. L’absence du drapeau français à ses côtés, qui eut été logique puisqu’il s’agissait de la présidence française de l’Union européenne, avait aussitôt provoqué la polémique. Aussitôt balayée d’un revers de main par Jupiter. Mais le propre d’un symbole est de signifier quelque chose. En l’occurrence l’effacement de la France.

Alors que cette présidence française, évidemment chamboulée par la guerre en Ukraine et la succession d’élections en France, s’achèvera dans quelques jours peut-on en dresser un bilan ?

Dans un discours inaugural, le Président avait déclaré : « nous vivons un moment européen. Face aux défis militaires et économiques, à l’affirmation de puissances hostiles, ou au dérèglement climatique la meilleure réponse est européenne ». Une forme de prophétie auto réalisatrice mal fondée comme devaient le révéler la suite des événements. Et de conclure que cette présidence était d’abord une fierté, « celle de pouvoir dire nous agissons en Européens » ! Or « l’Européen » sui generis n’existe pas. Nous sommes européens parce que Français. Pour bien agir en Européens, commençons donc par bien agir en Français.

Le gouvernement Macron avait donc défini « trois ambitions » : une Europe plus souveraine, un nouveau modèle européen de croissance, une Europe humaine. Vagues généralités.

Une Europe plus souveraine, signifie une France qu’il l’est moins. Or cette Europe souveraine a-t-elle fait preuve de son efficacité ? Le seul énoncé des domaines d’action envisagés répond à la question : renforcer Schengen, protéger nos frontières, maîtriser les migrations, avoir une politique d’asile améliorée « dans le respect de nos valeurs », avoir une Europe plus forte et capable d’agir en matière de sécurité. La liste des échecs les plus patents de l’Union européenne ! Quant à la force militaire et la capacité d’agir en matière de sécurité, on a vu ce qu’il en était avec la guerre en Ukraine. Non seulement l’UE a été incapable de la prévenir, mais sa politique à l’égard de la Russie depuis la chute de l’Union soviétique n’est pas étrangère au déclanchement du  conflit. Et l’UE n’a été capable que de se réfugier sous l’aile protectrice des Etats-Unis et de refaire allégeance.

Certes Emmanuel Macron a tenté la voie diplomatique avec Vladimir Poutine, mais il ne pouvait réussir. D’une part parce qu’en matière de diplomatie, il convient d’avoir la capacité de comprendre les ressorts politiques et psychologiques de la partie adverse, ce que l’Union européenne n’a jamais voulu faire. D’autre part parce que cette guerre est aussi le résultat d’une périlleuse lutte de suprématie entre les USA et la Russie par Ukraine interposée, et que ni la France, ni l’UE  n’en détiennent les clefs.

Quant au nouveau modèle européen de croissance, il s’agit de la phraséologie eurocratique sur la croissance verte et « l’ambition climatique ». Or nous voyons venir une crise inflationniste et des tensions sociales qui marqueront sans doute la fin de la mondialisation dite « heureuse », que la guerre en Ukraine contribuera, par ses conséquences en matière énergétique et alimentaire à accélérer.

L’Europe humaine, serait à l’écoute des citoyens, grâce à la « Conférence sur l’avenir de l’Europe », manipulée par la Commission européenne ! Ce serait celle qui « dépend de l’état de droit » définit pour amener à l’obéissance les peuples qui ne communient pas à l’idéologie libertaire mondialisée ! Ce serait enfin une Europe fière de sa culture, incarnée par Mme von der Leyen qui ne s’exprime généralement qu’en anglo-américain !

Les textes proposés ou discutés, furent ceux de l’agenda de la Commission. Notamment concoctés dans la perspective des prochaines élections européennes : révision du statut du financement des partis politiques, encadrement de la publicité politique en ligne, modification de l’acte électoral. Ce changement des règles avant l’élection ne peut que susciter méfiance.

Que conclure donc de cette présidence française macroniste ? Un non événement. Dont le symbole est bien ce drapeau européen même pas officiel, puisque le projet de constitution qui l’instituait en droit a été rejeté en 2005. Une illusion donc, car l’adjectif « française » ne signifie rien dans la réalité. Il s’agissait seulement de suivre la programmation d’une souveraineté européenne illusoire en lieu et place de souverainetés nationales évanouies. « God bless America ».

Stéphane Buffetaud

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les entretiens du PdF - N°33 - Scipion de Salm nous parle d'Emile Driant (26/06/2022)

26 Juin 2022, 21:18pm

Publié par Thomas Joly

Epona reçoit Scipion de Salm qui nous parle du Lieutenant-Colonel Émile Driant, héros de la Grande Guerre.

Voir les commentaires

La fête du cochon du PdF Bretagne le 11 septembre à Treffendel (35) !

26 Juin 2022, 11:55am

Publié par Thomas Joly

La fête du cochon du PdF Bretagne le 11 septembre à Treffendel (35) !

La traditionnelle fête du cochon du PdF Bretagne aura lieu dimanche 11 septembre à Treffendel (35). Faites vos réservations dès maintenant !

Voir les commentaires

Le prix du carburant au service des intérêts mondialistes

25 Juin 2022, 17:11pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Grande victoire contre l'avortement aux États-Unis !

24 Juin 2022, 18:53pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Rediffusion du Forum du PdF du 23 juin 2022

24 Juin 2022, 18:39pm

Publié par Thomas Joly

Voici la rediffusion du Forum du PdF du 23/06/22. Les invités commentent le résultat des élections législatives et surtout étrillent Sarah Knafo, son staff et son influence néfaste sur Éric Zemmour et Reconquête.

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°667

24 Juin 2022, 14:59pm

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : 94e anniversaire, 89 députés du RN qui entrent à l'Assemblée nationale, l'allocution d'Emmanuel Macron, la possibilité d'une dissolution prochaine de l'Assemblée, l'avenir appartient à la droite nationale, l'échec de Mélenchon, la belle campagne d'Éric Zemmour.

Voir les commentaires

Keke dans le caca : elle a fricoté avec Bachar et les fachos…

24 Juin 2022, 06:28am

Publié par Thomas Joly

Rachel Keke était devenue tête de gondole pour LFI. Pensez donc : une femme de ménage élue députée de la Nation ! Grâce à la gauche qui, unie, peut gagner tous les paris. Enfin presque. LFI criait victoire.

Un petit bémol est tout de suite arrivé par l’intermédiaire des réseaux sociaux (pas sur les médias de grands chemins qui ont d’autres chats à fouetter) : Rachel n’était pas la seule femme de ménage élue à l’Assemblée nationale.

Sous l’étiquette Rassemblement national, Lisette Pollet a été élue députée de la 2e circonscription de la Drôme, celle de Montélimar, avec 57,12 % des suffrages exprimés ce dimanche, face au candidat France Insoumise-Nupes, Gilles Reynaud.

« Lisette Pollet, 54 ans, vit à Mirabel-et-Blacons près de Crest, en dehors de la deuxième circonscription. Née à Romorantin dans une famille originaire du Portugal, la désormais députée de la Drôme s’installe dans le département en 1991. D’abord salariée d’Elior (où elle est pendant un an déléguée CFDT du personnel) puis de Sodexo, elle exerce le poste de cheffe d’équipe de ménage à l’école privée Saint-Victor à Valence, avant de quitter son travail et de se consacrer exclusivement à la vie politique en novembre 2021. » commente France Bleu Ardèche.

Après ce petit bémol est venu un gros couac. Rachel Keke n’a pas toujours partagé les idées qu’elle prétend défendre aujourd’hui. Il lui est même arrivé de fréquenter le site FdeSouche, pas vraiment connu pour être un parangon de la gauche, molle ou dure, et de relayer sur son compte Facebook des articles laudateurs sur Marine Le Pen.

Pire, elle a même soutenu Bachar el Assad, le dictateur syrien d’extrême on-ne-sait-trop-quoi – mais d’extrême quoi-qu’il-en-soit.

« Donc Rachel Keke soutenait l’extrême droite et BACHAR EL ASSAD, criminel de guerre ayant systématisé le bombardement de civils, la torture, le viol de masse et l’utilisation d’armes chimiques mais YOUPI depuis 2018 elle a beaucoup changé », ironise la journaliste Sophia Aram dans un tweet

Après plusieurs jours de silence, la pauvrette (je parle de Rachel) se défend comme elle peut dans un message qu’elle a publié ce jeudi sur son compte Facebook officiel de députée :

« Depuis quelques jours, je subis des attaques sur les réseaux sociaux, venant en particulier de l’extrême droite, visant à me déstabiliser et me décrédibiliser. Il y a quelques années, j’ai repartagé sur Facebook des posts qui ne reflètent absolument pas qui je suis et ce que je défends aujourd’hui dans mon combat politique. J’ai beaucoup appris de mon engagement syndical et de la lutte à l’Ibis Batignolles. Je l’affirme : en tant qu’élue de la France Insoumise et de la NUPES, je partage pleinement les combats et les valeurs de ces organisations qui ont composé cette belle union de la gauche. Il n’y a aucun terrain d’accord possible avec l’extrême droite. Les idées racistes, sexistes et LGBT-phobes doivent être combattues sans relâche ! La lutte continue ! »

C’est beau comme l’antique. Mais – une fois n’est pas coutume – nous rejoindrons Sophia Aram : est-ce crédible ?

Rachel Keke aurait mieux fait de mettre en avant des troubles de la personnalité, pulsions schizoïdes, et autres schèmes aliéniformes (le fait de devenir étranger à soi-même et de perdre le sens des réalités). Elle aurait suscité de la sympathie, voire de l’empathie, alors que là, elle n’inspire que circonspection, défiance, doute, scepticisme, soupçons et suspicion… Peut-on virer de bord à ce point ?

Henri Dubost

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Plus de 300 millions d’euros de fraudes détectés par la CAF en 2021

24 Juin 2022, 06:20am

Publié par Thomas Joly

La Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) annonce dans son bilan annuel que 43.208 cas de fraude ont été enregistrés en 2021. Plus de 70% des sommes escroquées concernent le RSA et la prime d’activité.

Voir les commentaires

Vers le retour du masque obligatoire ?

23 Juin 2022, 12:07pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires