Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Trump annonce une baisse massive des impôts et régulations ainsi que des taxes aux frontières

24 Janvier 2017, 06:33am

Publié par Thomas Joly

A peine 48 heures après son accession officielle à la présidence des USA, Donald Trump a rencontré les principaux hommes d’affaires des États-Unis pour discuter des grandes lignes de son programme.

Le nouveau chef de l’État américain a lancé le début de sa révolution économique mêlant protectionnisme aux frontières et libéralisme au plan domestique. Il a annoncé la suppression de « 75 % des régulations » en place dans le pays, « peut-être plus » a ajouté Donald Trump.

« Le problème avec les régulations que nous avons à présent, c’est que vous ne pouvez rien faire. J’ai rencontré des gens qui m’ont dit qu’ils avaient plus de personnels à travailler sur les régulations qu’ils n’en ont sur la réalisation de produits. C’est hors de contrôle. C’est devenu hors de contrôle… Si quelqu’un veut construire une usine, cela doit être expéditif. Vous devrez passer les procédures, mais ça doit être expéditif » a martelé le président

Donald Trump a en outre précisé que les impôts sur les entreprises seraient drastiquement réduits, passant de 35 % à 15 %. Il a assuré que les classes moyennes bénéficieraient aussi de réductions d’impôts « massives ».

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Avortement : quand ces sacrifices humains s’arrêteront-ils ? (par Jérôme Bourbon)

24 Janvier 2017, 06:26am

Publié par Thomas Joly

Le 17 janvier la loi Veil a soufflé ses quarante-deux bougies lugubres. En l’espace d’un peu plus de quatre décennies ce sont huit à dix millions d’enfants à naître qui ont été tués, éventrés, aspirés dans le ventre de leur mère. En toute légalité. Et cet acte horrible est même remboursé par la Sécurité sociale comme s’il s’agissait d’une maladie. D’abord à 70 % par la loi Roudy en 1982 et depuis avril 2016 à 100 %, non seulement l’acte chirurgical lui-même mais tout ce qui le précède et le suit. L’échographie du bébé d’une femme qui veut mener sa grossesse jusqu’à son terme est actuellement moins remboursée que celle d’un bébé destiné à être froidement éliminé. Cela suffirait à soi seul à condamner notre société.

Comme toujours dans ces questions l’ennemi avance masqué et procède par étapes. La loi Veil réservait officiellement l’IVG, un pudique acronyme qui cache un acte horrible, aux cas de détresse, un entretien préalable était également obligatoire, ainsi qu’un délai de réflexion. Au fil des années toutes ces restrictions uniquement destinées à faciliter l’adoption de la loi du 17 janvier 1975 ont disparu les unes après les autres : l’entretien préalable et l’autorisation parentale pour les mineures ont été supprimés en 2001, la notion de détresse a été abrogée en 2014, la clause de conscience pour les responsables de service de gynécologie et d’obstétrique des hôpitaux publics a été supprimée tandis qu’a été réduite celle des médecins qui ont l’obligation de communiquer à la femme des noms de praticiens pratiquant l’avortement (loi Aubry de juillet 2001), le délai de réflexion a, quant à lui, été éliminé en janvier 2016. Pour l’achat d’un bien, d’une voiture, d’un logement, d’un appareil électro-ménager le consommateur a un délai de sept jours pour se rétracter mais une femme peut avorter sans aucun délai. Pour les quarante ans de la loi Veil, l’Assemblée nationale a voté le 26 novembre 2014 par 143 voix contre 7 une résolution pour « réaffirmer le droit fondamental à l’IVG en France et en Europe ». L’avortement n’est donc même plus considéré comme un pis aller, un mal inévitable (discours tenu dans les années 1970) mais comme un droit fondamental, une conquête fantastique, le symbole magnifique de la liberté et de l’émancipation féminines.

Ce qui est d’ailleurs un mensonge éhonté car, loin de libérer la femme comme le prétendent les féministes, la banalisation de la contraception et de l’avortement lui a considérablement nui. Car enfin c’est la femme moderne, et quasiment elle seule (la contraception chimique masculine étant quasiment inexistante) qui, au risque de ruiner sa santé, de bouleverser son métabolisme et sa psychologie, porte le poids de la pilule, du stérilet, du diaphragme, des spermicides, de la pilule Norlevo ou du RU 486 en vente libre dans les pharmacies ! Et ce qui est vrai de la contraception et de l’avortement l’est aussi dans une certaine mesure de l’avortement, du Pacs et du concubinage où c’est souvent la femme qui est socialement et psychologiquement la plus fragilisée. Ce n’est d’ailleurs un secret pour personne que l’avortement fut cyniquement favorisé dans les pays de l’Est car les dirigeants communistes pouvaient ainsi mieux contrôler la vie intime des femmes. On se demande là encore où est l’émancipation féminine.

Toute opposition au massacre industriel des innocents est quasiment un blasphème dans leur République. Depuis 1993 il existe un délit d’entrave à l’IVG qui interdit tout rassemblement, même pacifique et silencieux, à proximité des avortoirs (en vertu de cette loi inique le docteur Dor est allé plusieurs mois en prison en 1998 et a été ruiné en étant condamné à plusieurs dizaines de milliers d’euros d’amende) et dans quelques semaines cette disposition d’exception sera étendue à Internet. Le délit d’entrave numérique à l’IVG vise en effet les sites et les blogs qui militent contre l’avortement au motif qu’ils pratiqueraient la désinformation (sic !). Toute réserve exprimée à l’égard de ce qu’il faut bien appeler des sacrifices humains à grande échelle déclenche une levée de boucliers et l’hystérie des promoteurs de la culture de mort.

Les chiennes de garde, qui ne sont plus depuis longtemps une poignée d’activistes excitées mais ont des maroquins ministériels comme Marisol Touraine, crient actuellement au scandale. Non content d’avoir fait publier par Le Figaro une publicité de sa campagne « IVG : Tous concernés », le collectif La Marche pour la Vie — qui rassemble plusieurs associations pro-vie telle la fondation Jérôme Lejeune et qui a organise le dimanche 22 une grande marche à Paris — a en effet affiché le lundi 16 janvier ses publicités aux slogans éloquents dans plusieurs abribus parisiens. On y voit un médecin affirmer à une patiente « C’est une courte intervention (pour une longue dépression) », une mère dire « Ma fille je ne te laisserai pas (ruiner ta vie avec ce type) » ou encore un homme rassurant sa concubine : « T’inquiète, je vais t’aider (à ne pas gâcher ma vie) », la campagne juxtaposant des paroles qui se veulent rassurantes avec les arrière-pensées supposées des protagonistes encourageant la femme enceinte à avorter. Il n’en fallait pas plus pour déclencher l’ire de certains habitants du quartier, et, magie des réseaux sociaux, l’entreprise JC Decaux, qui possède les panneaux d’affichage, est aussitôt alertée. Mise en demeure de s’expliquer, la société affirme qu’elle n’a rien à voir avec l’opération, et pour montrer sa bonne volonté, dépêche aussitôt ses agents afin de cacher ces affiches que l’on ne saurait voir et même… porte plainte contre la Marche pour la vie ! C’est faire montre de beaucoup de zèle pour contenter des décideurs avides de leurs 220.000 IVG annuels.

Ni “scandale” ni “polémique”, en revanche, lorsque le gouvernement affiche partout, et avec nos deniers, des images de grandes embrassades homosexuelles avec des slogans bien plus explicites comme « avec un amant, avec un ami, avec un inconnu » ou « coup de foudre, coup d’essai, coup d’un soir » pour promouvoir l’usage tous azimuts du préservatif. Ou plutôt si, polémique il y a, lorsque les utilisateurs catholiques de Twitter et de Facebook s’en sont offusqués. Nos lecteurs l’auront compris, il faut se scandaliser à bon escient, et comme le soulignait une campagne pro-vie il y a quelques années, préférer les causes à la mode, comme la défense des baleines ou des oies gavées plutôt que celle des enfants à naître.

Car, disons-le franchement, la loi Veil n’est qu’un échec apparent. Loin de vouloir restreindre les IVG comme c’était sa finalité officielle, elle participait en fait de cette volonté de subvertir la société, de bouleverser les mœurs, d’atteindre le sens moral et de liquider le monde blanc, européen et chrétien par l’offensive conjointe et concomitante de la limitation des naissances indigènes et de l’immigration de masse. De même loin de freiner les avortements, la généralisation de la contraception les a contraire favorisés. Et ce phénomène s’observe partout. Ce n’est qu’un apparent paradoxe. Dès lors que l’on s’en prend à un pan de la morale, tous les autres s’effondrent rapidement de sorte qu’il n’est pas excessif d’affirmer le lien logique et comme nécessaire entre toutes les lois de destruction de la famille, de la nuptialité et de la natalité, du divorce au concubinage en passant par le Pacs, le “mariage” homosexuel, la contraception et l’avortement. Après avoir détruit le mariage (concubinage, divorce), on le singe (Pacs, « mariage pour tous »). Il ne s’agit même pas là d’un jugement moral mais d’un simple constat partout vérifiable. Lorsqu’on développe une atmosphère hédoniste, subjectiviste, que l’on dilue le sens des responsabilités, que l’on promeut sans vergogne toutes les formes de sexualité, il ne faut pas s’étonner que le nombre d’IVG ne cesse d’augmenter. Or la mentalité contraceptive favorise l’individualisme et la dilution des responsabilités.

Reste qu’il n’est nul hasard, nulle fatalité dans cette révolution du droit de la famille, de la loi Naquet (1884) rétablissant le divorce aux lois Neuwirth (1967) et Veil (1975) en passant par la théorie de genre de Judith Butler et le «mariage pour tous ». Voulu par les loges maçonniques et par les cosmopolites, le génocide par persuasion ou par anesthésie de notre civilisation rend possible l’avènement du mondialisme métisseur qui n’entend pas que se dressent sur son chemin des peuples enracinés, croyant en des valeurs intangibles et ayant la foi chevillée au corps. Il lui faut des esclaves apostats se satisfaisant d’être des consommateurs, des jouisseurs, évoluant tels des automates ou des pantins dans un monde purement matérialiste où Dieu même s’est retiré puisqu’il n’y est plus ni accueilli ni attendu ni aimé.

Jérôme Boubon, Directeur de Rivarol

Voir les commentaires

Y a-t-il eu enfumage pour la primaire de la gauche ?

24 Janvier 2017, 06:10am

Publié par Thomas Joly

Le nombre de participants à la primaire de la gauche était bloqué, à 10h30, à 1.249.000. Brutalement, à 11h00 ce lundi matin, il est passé à 1.601.138 pour 95 % des bureaux. Mais ce qui est étrange et interpelle les observateurs, c’est que les pourcentages donnés pour chaque candidat sont restés les mêmes (à 0,1 près). Statistiquement, c’est impossible (moins de 4 chances sur 1.000, et encore, en étant large !).

Il y a donc eu manipulation. Soit le nombre de 1.601.138 votants est faux : on aurait gonflé les statistiques pour se rapprocher des 2,7 millions de 2011 et des 4,1 millions de la droite. Mais la méthode choisie est, alors, fort maladroite. Soit le nombre de votants est bon (ce que prétend l’autorité qui régit cette primaire) mais, faute de temps pour calculer les nouveaux pourcentages, on a remis provisoirement les anciens. On ajustera plus tard. Or, rien n’a encore bougé cinq heures plus tard… Étrange !

Remarquons, néanmoins, à la décharge des organisateurs de la consultation du 22 janvier que les chiffres définitifs de la primaire de la droite et du centre n’ont été connus que le mardi dans l’après-midi. En outre, les socialistes n’ont pas les moyens (ni les ordinateurs) dont dispose le ministère de l’intérieur. Il y avait 8.000 bureaux de vote.

Il faut donc rentrer, sans doute manuellement, 80.000 données et les vérifier ! Une tâche titanesque.

Écartons, d’abord, les soupçons de fraude. Même si les pourcentages obtenus par les candidats sont faux, M. Montebourg étant rejeté à 13 % du second, à moins d’un bourrage d’urnes massif (qui serait vite détecté !), les deux premiers sont bien MM. Valls et Hamon. Qu’importe le nombre exact de voix que chacun a obtenu ou même l’ordre d’arrivée, puisqu’il y aura un second tour. Rien à voir, donc, avec les élections des dirigeants de l’UMP en 2012 et avec le congrès du PS en 2008, où le tripatouillage était à son comble. (Mmes Royal et Aubry ont avoué, naïvement, que leurs partisans ne s’étaient pas gênés de rajouter pléthore de bulletins dans les fédérations que chacune contrôlait !)

Seul le ridicule a empêché la justice d’être saisie dans ces deux cas délétères. Néanmoins, l’incertitude qui plane désormais sur la primaire de la gauche est malvenue. Si le résultat de dimanche prochain est serré (50,5 – 49,5), le vaincu sera en droit de contester car des erreurs matérielles, dues non à la malveillance mais à la désorganisation, sont possibles. Au-delà de 1 % de marge, le battu n’aura qu’à s’incliner sauf s’il apporte la preuve d’une tricherie manifeste. (On en est loin !)

Le PS a gâché bêtement un de ses atouts. Les Français vont penser : « quand c’est flou, il y a un loup. » Surtout que les partisans de MM. Macron, Mélenchon et Fillon vont enfoncer le clou dans les médias. Désastreux ! La droite, elle, a réussi sa primaire si on excepte quelques attaques trop féroces de M. Juppé contre M. Fillon entre les deux tours.

Décidément, les élections présidentielles de 2017 seront un long chemin de croix pour les socialistes.

Christian de Moliner

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Réinfo du 23 janvier 2017

23 Janvier 2017, 19:15pm

Publié par Thomas Joly

Au sommaire :

• 11e marche pour la vie : Le Parti de la France était mobilisé ce dimanche pour la 11e édition de cette manifestation. Notre équipe a ramené quelques images.

• Le gouvernement Cazeneuve sous dogmatisme idéologique : ce syndic de faillite qui a pris pour cible la famille : le délit d'entrave à l'avortement, le contrôle des écoles libres, l'assouplissement de la classification des films à caractère pornographique ou violent, voilà les derniers objectifs prioritaires du gouvernement Cazeneuve.

• Un nouveau président pour le Parlement européen. C'est Antonio Tajani qui a été élu pour deux ans et demi. Candidat de la droite, il n'est pas celui que le système voulait voir à la tête du PE.

• Donald Trump est le 45e Président des États-Unis. Et il ne lâche rien. Malgré l'attitude des médias américains, de l'establishment et des agences de renseignement américaines et occidentales, il a redonné les grands axes de son mandat, sans concession et il a déjà signé son premier décret, pour la suspension l'Obama-care.

Et pour finir, l’actualité du Parti de la France et les prochains rendez-vous du mouvement.

Voir les commentaires

Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie

23 Janvier 2017, 06:44am

Publié par Thomas Joly

Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie
Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie
Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie
Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie
Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie
Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie

Le Parti de la France, seul parti politique opposé à l'avortement et à l'euthanasie, était présent hier à la Marche pour la Vie, représenté par Bruno Hirout et Christian Baeckeroot, membres du Bureau politique du mouvement, ainsi qu'un certain nombre de militants.

Contrairement à ce qu'ont dit les organisateurs de cet événement annuel, le fait que Sens Commun ait appelé à participer à cette manifestation n'était pas "la première fois qu'une organisation politique appelle à rejoindre la Marche pour la Vie". En effet, le Parti de la France, depuis sa création il y a huit ans, a toujours appelé ses cadres, ses militants et ses sympathisants à venir manifester publiquement leur attachement à la vie en participant à cette marche.

Voir les commentaires

Les manifestations « féministes » anti-Trump incluent des islamistes et sont financées par Soros

23 Janvier 2017, 06:26am

Publié par Thomas Joly

Le président Donald Trump n’était élu que depuis 24 heures que déjà la gauche et l’extrême-gauche américaines défilaient dans les rues. Officiellement, la « Marche des Femmes » est « indépendante ». Pourtant il apparaît qu’au moins 50 organisations y participant sont financées par le milliardaire George Soros.

Une journaliste du New York Times explique : « D’après mes recherches, Soros a financé, ou a des relations proches, avec au moins 56 partenaires de la marche dont des « partenaires clefs » comme le Plan Familial, qui s’oppose à la politique anti-avortement de Trump, et le Conseil National de Défense des Ressources, qui s’oppose à sa politique environnementale. Les autres liens de Soros avec la « Marche des femmes » inclut notamment le mouvement partisan MoveOn.org (qui est férocement pro-Clinton)… D’autres bénéficiaires de Soros sont partenaires de la marche dont le Syndicat Américain des Libertés Civiles, le Centre pour les Droits Constitutionnels, Amnesty International et Human Rights Watch. »

Une des affiches officielles de la marche prend la défense du voile islamique, affirmant ainsi une alliance de fait avec l’islam contre le président américain.

La journaliste du New York Times, Asra Nomani, une musulmane, aborde également ce sujet dans son article, indiquant que l’organisation liée aux Frères Musulmans « CAIR » (Council for American-Islamic Relations) fait partie des « partenaires » de la « Marche des femmes ».

Parmi les organisatrices de la marche, on dénombre Linda Sarsour, une musulmane favorable à l’instauration de la charia, la loi islamique, aux USA.

Ironiquement, cette « marche féministe » compte des islamistes partisans de l’institutionnalisation de l’infériorité légale de la femme.

Source : http://breizatao.com/2017/01/22/usa-les-manifestations-feministes/

Voir les commentaires

La victoire de Hamon ouvrira un boulevard à Macron

23 Janvier 2017, 06:14am

Publié par Thomas Joly

Jean-Christophe Cambadélis n’a pas perdu de temps pour se montrer à la télévision dimanche soir peu après 20 heures. Il n’avait pas grand-chose à dire mais ce n’était pas une raison pour se taire. Il a salué l’avènement d’un « nouveau temps » et s’est félicité de la mobilisation d’un « ensemble stable et durable dans une Belle Alliance ».

« Nouveau temps » ? Ça reste à démontrer. Benoît Hamon est arrivé en tête avec cinq points d’avance sur Manuel Valls. Il incarne une gauche bien à gauche avec tout ce que cela implique de vieilles lunes, d’idéologie et de gabegie financière (revenu universel d’existence atteignant, à terme, 750 euros pour toute personne âgée de plus de 18 ans, hausse des rémunérations dans la fonction publique, recrutement de 40.000 enseignants, légalisation du cannabis, droit de vote des étrangers aux élections locales, mixité sociale et diversité obligatoires dans les écoles privées). Ses propositions permettent de ratisser large, font allègrement fi du réel et ont de quoi séduire ceux qui sont drogués, notamment à l’argent public.

« Ensemble stable et durable » ? C’est, à tout le moins, discutable, avec environ 1.800.000 votants, soit un recul de presque un million par rapport au niveau de participation atteint à la primaire de 2011. Vincent Peillon, l’un des perdants, a reconnu que cette participation était moyenne, voire décevante.

Le premier secrétaire du Parti socialiste avait fixé la barre à un million et demi. Il ne prenait pas trop de risques. Laurent Joffrin, directeur de Libération, peu suspect de détestation ciblée à l’encontre du PS, estimait qu’à moins de deux millions de votants, ce parti aurait du mal à survivre en l’état.

« Belle Alliance » ? La gauche façonnée par François Mitterrand a explosé depuis belle lurette. Jean-Luc Mélenchon poursuit son bonhomme de chemin avec ses imprécations, ses péroraisons et ses sondages à deux chiffres. Emmanuel Macron a pris son envol, il remplit ses salles en se mouillant le moins possible et il se rapproche de François Fillon, retranché dans son silence assourdissant. Entre les deux, François Hollande abandonne ses petits camarades presque dans l’état où il laisse le pays. On va assister, dimanche prochain, à un face-à-face entre une gauche qui se présente comme responsable, apte à gouverner (mais ses résultats sont loin de plaider en sa faveur) et une gauche des utopies, des symboles et des dérives. Dans la grande tradition socialiste, cette dernière a toutes les chances de l’emporter.

Avec, si ce scénario se réalise, deux conséquences : conformément au code de bonne conduite accepté par les participants à la primaire, Manuel Valls devra soutenir le candidat Hamon et son fameux revenu universel, dont il pense et dont il dit pourtant beaucoup de mal ; et puis l’espace politique s’ouvrant devant Emmanuel Macron s’élargira davantage encore. Mieux qu’un boulevard. Peut-être une autoroute sur laquelle il pourra embarquer en auto-stop de nombreux amis de Manuel Valls et d’Alain Juppé.

Fabrice Le Quintrec

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang

22 Janvier 2017, 20:07pm

Publié par Thomas Joly

La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang

Les forces nationales et identitaires d'Occitanie se sont retrouvées nombreuses samedi soir à Palavas-les-Flôts, près de Montpellier, à l'invitation du Comité Jeanne de l'Hérault autour de Jean-Marie Le Pen, Président d'honneur du Front national. Plus de 700 personnes s'étaient en effet inscrites pour le banquet et beaucoup d'autres sont venues écouter les intervenants. 

Il faut dire que la grande famille nationaliste était (presque) au complet puisque se sont succédés à la tribune les responsables des principales organisations patriotiques.

Ce fut d'abord, Stéphane Goepfert, Président du comité régional, qui fit un discours de bienvenue, puis se succédèrent : Lorrain de Sainte Affrique, Secrétaire général des Comités Jeanne, présenta son association aux multiples comités locaux, suivirent le délégué de Riposte laïque qui lu un message de Pierre Cassen, Président de cette courageuse organisation, retenus en Région parisienne ; Hocine Kader, émouvant représentant de la communauté Harquis très implantée dans la région rappela le sort peu enviable qui fut infligé aux siens par la Ve République ; Olivier Roudier, le dynamique animateur de la Ligue du Midi qui a largement contribué au succès de cette belle réunion ; Roland Hélie, au nom de Synthèse nationale, se félicita de voir se perpétuer ici, en terre languedocienne, l'esprit unitaire de notre dixième journée du 2 octobre dernier à Rungis, Pierre Vial, Président de Terre et peuple, fit une magnifique intervention avec la talent que nous lui connaissons et que nous apprécions ; Carl Lang, Président du Parti de la France, prouva avec brio que l'avenir de la droite nationale, sociale et populaire, au-delà des chimères momentanées de ceux qui veulent l'édulcorer de ses fondamentaux, est bien assuré.

Il revenait à Jean-Marie Le Pen, ovationné par la foule, de conclure ce meeting en redonnant l'espoir aux patriotes désorientés par les dérives des mauvais bergers qui sont sensés les représenter. Fidèle aux traditions, le fondateur du FN appela les Français à se retrouver nombreux le 1er mai prochain à Paris pour honorer Jeanne d'Arc. C'est à cette occasion qu'il donnera ses consignes de vote pour le second tour de l'élection présidentielle.

Un peu avant minuit la soirée, admirablement encadrée par les Mousquetaires du Président et par le SEP (le service d'ordre du Parti de la France), se termina sans incident et chacun repartit avec le sentiment d'avoir assisté à un événement majeur pour notre famille politique. Aux législatives de juin prochain les nationalistes authentiques rassemblés seront présents dans de nombreuses circonscriptions, donnant ainsi à la France non reniée l'occasion de dire haut et fort sa volonté de renaître.

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com

L'intervention de Carl Lang, Président du Parti de la France

Voir les commentaires

Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens

22 Janvier 2017, 10:18am

Publié par Thomas Joly

Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens

Samedi 21 janvier, les militants du Parti de la France de la Somme se sont retrouvés à Amiens pour la traditionnelle galette des rois organisée par notre mouvement.

C'est tout d'abord Sabrina Le Corronc, Déléguée départementale, qui a, au nom du PdF 80 présenté ses meilleurs voeux aux participants puis a tenu à remercier les militants de la Somme qui collent et tractent sans relâche tout au long de l'année.

Thomas Joly, Secrétaire général, a ensuite choisi de faire une intervention des plus optimistes quand à l'émergence d'une véritable alternative de droite nationale, rappelant que de plus en plus de nos compatriotes sortent de leur léthargie, se retrouvent sur nos propositions de bon sens et de sauvegarde de notre civilisation. C'est au Parti de la France et à la droite nationale non-reniée d'être la structure d'accueil de tous ceux qui refusent une France africanisée et islamisée. Il a annoncé la participation du Parti de la France, allié aux Comités Jeanne de Jean-Marie Le Pen ainsi qu'à Civitas, aux prochaines élections législatives.

Daniel Conversano, pamphlétaire nationaliste, a conclu par un discours lui aussi positif, rendant hommage au Parti de la France qui incarne une droite nationale qui ne transige pas avec la lutte contre la submersion migratoire, l'islamisation ou encore la destruction de la famille traditionnelle. Il a insisté sur l'illusoire « réconciliation nationale » prônée par certains avec les Afro-Maghrébins islamisés et rappelé que ces envahisseurs arrogants ne veulent ni plus ni moins que conquérir l'Europe, nous asservir et imposer la Charia.

Après quelques réponses aux questions posées par les participants, ceux-ci ont partagé la galette des rois et du matériel de propagande a été remis aux militants qui le souhaitaient.

Voir les commentaires

Entendu sur BFM TV : « Les manifestants anti-Trump sont payés par Soros »

21 Janvier 2017, 11:03am

Publié par Thomas Joly

Le journaliste André Bercoff confirme les propos d’Evelyne Joslain qui affirmait quelques heures plus tôt sur BFM TV que les manifestants anti-Trump étaient financés par George Soros.

Propos d’Evelyne Joslain (spécialiste des Etats-Unis) : « Les manifestants anti-Trump sont payés par Soros. Ca devient un job lucratif d’être manifestant anti-Trump. »

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Trump : « Nous unirons le monde contre l’islam radical et l’éradiquerons de la surface de la terre »

21 Janvier 2017, 10:52am

Publié par Thomas Joly

Lors de son discours d’investiture, le 45ème président des États-Unis, Donald Trump, a déclaré la guerre à l’islam radical.

« Nous renforcerons nos vieilles alliances et en formerons de nouvelles et nous unirons le monde civilisé contre le terrorisme islamique radical, que nous éradiquerons complètement de la surface de la terre ! » a affirmé le nouveau Président de l’État américain.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

« Dati Gate » : François Fillon divise jusque dans son camp

21 Janvier 2017, 10:47am

Publié par Thomas Joly

François Fillon ne parvient toujours pas à réunir la grande famille des « Républicains ». Il divise ses cadres et pourrait diviser son électorat. Les partisans de Nicolas Sarkozy sont orphelins. Pourront-ils, d’ailleurs, un jour pardonner à son ancien Premier ministre, qui n’a jamais émis le moindre signe de protestation quand il était à Matignon, d’avoir trahi leur favori, allant, selon certaines sources, jusqu’à demander à François Hollande d’accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy, visé dans le cadre de l’affaire Bygmalion ?
 
Une chose est sûre : l’investiture de Nathalie Kosciusko-Morizet dans la circonscription parisienne de François Fillon, déjà promise à Rachida Dati en 2012, ne devrait pas arranger les affaires de l’impétrant. Terrain ultra-favorable à la « droite », englobant une partie importante du VIe arrondissement et le VIIe arrondissement, dont Rachida Dati est maire, cette circonscription réveillera des rivalités qui pourraient pourrir la campagne du Sarthois. « François Fillon a souhaité que l’on lève la réserve qui était actée depuis le conseil national sur la deuxième circonscription. C’est la sienne et il souhaite que l’on investisse Nathalie Kosciuski-Morizet », déclarait à l’issue Jean-François Lamour, président de la commission des investitures (CNI).
 
Les investitures des Républicains sont désormais décidées par un tout petit groupe d’une vingtaine d’individus, tous plus ou moins proches de François Fillon. L’équipe a été réduite après le second tour de l’élection primaire, excluant une soixantaine d’élus de la CNI.

Selon certains responsables républicains cités anonymement, la candidature de Rachida Dati, pourtant plus légitime que celle de Nathalie Kosciusko-Morizet, parachutée dans une circonscription et envisagée pour un poste de ministre en cas de victoire de François Fillon, n’aurait pas même été étudiée. Un procédé étonnant qui dévoile un pan de la personnalité de François Fillon. Si l’homme est volontiers dépeint en rassembleur, il serait plutôt de tempérament rancunier et autocratique.
 
Dans un entretien accordé au Parisien, Rachida Dati s’est lâchée. Connue pour ne pas manier la langue de bois, elle dit notamment : « La première décision de François Fillon n’est donc pas de revoir sa réforme de la Sécurité sociale mais de nommer Nathalie Kosciusko-Morizet ! Voilà une drôle de personnalité qui va d’échec en échec, de parachutage en parachutage, de trahison en trahison, même vis-à-vis de François Fillon, qu’elle a traité de misogyne et de sexiste, et c’est cette personne qu’il récompense ! Quel signal ! » Le reste est à l’avenant. À l’image de Laurent Wauquiez ou de Christian Estrosi, Rachida Dati semble douter de François Fillon.

Celle que l’on surnomme « NKM », représentante d’une fausse droite gagnée à l’idéologie libre-échangiste la plus totale, jusqu’à défendre l’immigration-invasion, a donc été privilégiée par François Fillon en personne, alors que le conseil national des Républicains l’avait investie à l’unanimité sur une autre circonscription un peu moins facile, la 11e de la ville de Paris. Rien ne change à droâte. Toujours les mêmes combinazione, les mêmes magouilles électoralistes. Ces gens n’ont pas de convictions en dehors de leurs petites ambitions personnelles.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

75 % de musulmans et 5 % d’Européens dans les prisons franciliennes où l’islam radical se généralise

19 Janvier 2017, 06:28am

Publié par Thomas Joly

Même si les prisons ne sont pas la filière privilégiée du recrutement djihadiste, l’islam radical s’y est généralisé. Face à cette menace, les personnels pénitentiaires sont handicapés par le manque de moyens et l’absence d’arsenal judiciaire approprié.

« Dans les prisons parisiennes, il y a à peu près trois quarts de musulmans et seulement 5 % d’Européens. »

Prières collectives illégales, apologie du terrorisme, prosélytisme omniprésent : le dernier ouvrage du sociologue Farhad Khosrokhavar dresse un portrait alarmant des prisons françaises, devenues l’un des théâtres de la propagation de l’islam radical en France. Il aura fallu des centaines de morts pour que, en haut lieu, on prenne le problème au sérieux. Reste à se demander si les moyens mis en œuvre sont à la hauteur des enjeux.

Que se passe-t-il vraiment à l’ombre des cellules, derrière les portiques de sécurité, dans le secret des parloirs, entre les yeux des miradors ? Nous avons interrogé surveillants, hauts fonctionnaires de la pénitentiaire, directeurs honoraires ou en fonction, experts et conseillers qui, tous, vivent ou ont vécu la prison au quotidien. Derrière les grilles, on ne parle pas. Aussi ont-ils tous tenu à être protégés par un strict anonymat, refusant d’être identifiés, fût-ce par de faux prénoms.

Pour commencer, il faudrait connaître la véritable ampleur du problème. « Lors du ramadan, 80 % des détenus des prisons franciliennes demandent des plateaux-repas compatibles avec leurs impératifs religieux ».

L’une de ses collègues confirme : « Le Coran est, avec le Code de procédure pénale, l’ouvrage le plus emprunté dans les prisons. »

Pour autant, tous deux rejettent toute corrélation systématique entre prison et radicalisation. « Il est ridicule de jeter la pierre à la seule pénitentiaire. Avant d’atterrir chez nous, ils ont fréquenté des terreaux infiniment plus favorables à la radicalisation. Il peut exister un phénomène de contagion, mais la prison est loin d’être un élément déclencheur. »

Source : Causeur via Fdesouche

Voir les commentaires