Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Pécresse, Bertrand, Barnier : ces candidats LR qui se tirent une balle dans le pied

1 Octobre 2021, 04:08am

Publié par Thomas Joly

Entre congrès et primaire, la désignation laborieuse du candidat LR pour les présidentielles commence à ressembler à un conclave du temps des papes d’Avignon. La fumée blanche sort pour le moment essentiellement des oreilles de Christian Jacob dont le cerveau est en ébullition. Il faut dire que l’enjeu est de taille.

De Rachida Dati à Xavier Bertrand, ils le répétaient dans le parti, études d’opinion à l’appui : les Français ne veulent pas du duel Macron-Le Pen. L’arrivée en fanfare d’Éric Zemmour pourrait, in fine, exaucer leurs souhaits : les récents sondages montrent que s’il grignote un peu l’électorat LR, il taille surtout des croupières à l’électorat RN, faisant passer Marine Le Pen sous la barre des 20 %. Éric Zemmour prend d’un côté et de l’autre, mais moins d’un côté que de l’autre. « L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme » (Hugo) : dans l’hypothèse où Marine Le Pen et Éric Zemmour se phagocyteraient l’un l’autre, la qualification au second tour du candidat LR deviendrait donc possible.

Mais il ne suffira pas d’être en finale. Il faudra aussi gravir l’ultime marche du podium en raflant la somme de deux électorats que l’on pourrait appeler du petit nom de ZemmouRN.

Mais voilà, certains ont déjà douloureusement compromis le succès de l’entreprise. Xavier Bertrand, par exemple, a déclaré benoîtement, lors d’un débat des régionales face à Sébastien Chenu, qu’il préférait être du côté des communistes (foin des millions de morts) que des identitaires. Une phrase facile à retenir et à diffuser sur les réseaux sociaux, mais qui pourrait lui coûter cher. Ou la Versaillaise Valérie Pécresse qui se rend à la Fête de l’Huma (décidément, la faucille et le marteau font recette) mais snobe, au dernier moment, la Journée du conservatisme en apprenant la venue d’Éric Zemmour. Celui-ci, du reste, n’a pas manqué de la brocarder à la tribune, provoquant rires et sifflets : « Sans doute a-t-elle eu d’attraper un virus en étant dans la même salle que moi ! » Comme une récente sortie sur la supposée « violence » de la Manif pour tous pour justifier son virage bioéthique à 180 degrés. Gageons qu’un certain nombre de ceux qui ont jadis battu le pavé avec elle ont été agacés, et c’est un euphémisme…

Vient enfin Michel Barnier, qui avait pourtant bien commencé, brossant dans le sens du poil les intéressés. Le ci-devant ministre délégué aux Affaires européennes, député européen, commissaire européen, conseiller spécial européen, négociateur de l’Union européenne pour le Brexit, a fait d’un moratoire de trois à cinq ans sur l’immigration dans l’Union européenne son étendard pour sa candidature. Dans son livre La Grande Illusion : journal secret du Brexit (2016-2021), il appelle de ses vœux un retour à une « souveraineté juridique » de la France en matière d’immigration, mettant en garde contre l’inaction dans ce domaine : « Si on ne change rien, il y aura d’autres Brexit. »

Certains ont ricané, devant cette cocotte candidate à un concours de rosières, mais à tout péché miséricorde, n’est-ce pas ? Las, patatras ! Invité par Léa Salamé sur France Inter, il vient de déclarer tout à trac : « Vous aurez beaucoup de mal à trouver des points communs entre Monsieur Zemmour et moi. » Carrément. Aucune convergence ? Même pas une tout petite, minuscule, sur les flux migratoires ? Pas seulement quand Michel Barnier professait, il y a trois jours, sur France Info, qu’une « nation, c’[était] une langue, c’[était] un peuple, c’[était] des traditions dont il faut être fier, c’[était] une histoire » ?

À l’instar de Valérie Pécresse, et pour la même raison, il aurait également décliné la Journée du conservatisme. Par crainte, lui aussi, à l’issue de la petite fête, d’être testé positif, non pas au Covid-19 mais au Zemmour-22 ?

Parmi les Comédies et Proverbes de la Comtesse de Ségur que l’on faisait lire, jadis, aux enfants pour leur édification, il y en avait une intitulée « On ne prend pas les mouches avec du vinaigre ». D’aucuns feraient bien d’apprendre par cœur ces petit saynètes et leur morale finale, sommets d’esprit et d’intelligence, fine pointe de cette civilisation dont ils se découvrent soudainement terriblement épris.

Gabrielle Cluzel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Éric Zemmour : réaction sur la réduction des visas pour l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

29 Septembre 2021, 04:12am

Publié par Thomas Joly

Eric Zemmour donne quelques conseils au gouvernement pour en finir avec l'immigration illégale.

Voir les commentaires

Sandrine Rousseau baisée par Jadot, Bayou et Dominion !

29 Septembre 2021, 04:08am

Publié par Thomas Joly

C’est la consternation chez les éco-féministes et les déconstructeurs, sans oublier les décoloniaux, les islamistes, les Afghans et le comité Traoré. Sandrine Rousseau n’a pas réussi son incroyable pari, alors que la présidentielle lui tendait les bras. Rappelons qu’elle avait assurée être présente au deuxième tour, rien de moins.

Il est bien évident qu’il y avait une collusion d’hommes, pour empêcher une femme d’accéder à cette élection. Jadot et Bayou, qui ne sont pas des hommes déconstruits, ne pouvaient supporter que Sandrine représente la véritable écologie. Comme tous les hommes blancs, ils ont pris, utilisé et jeté le corps des femmes.

Donc de véritables questions se posent, auxquelles il nous faut des réponses.

Pourquoi a-t-on éliminé plus de mille inscrits, comme par hasard l’écart qui sépare les deux candidats, dont ceux qui, étiquetés à l’extrême droite, entendaient voter pour Sandrine Rousseau et ne l’avaient pas caché, comme Damien Rieu et Sébastien Chenu ? N’y a-t-il une discrimination évidente, voire une rupture avec le pacte républicain, puisque l’égalité des droits entre citoyens n’est plus respectée ?

Pourquoi, alors que 122.000 votants s’étaient inscrits, et avaient payé 2 euros, seulement 104.000 ont voté, et donc 18.000 n’ont pas été comptabilisés, car je ne crois pas une seule seconde que 15 % de citoyens qui ont payé aient pu ne pas voter. Qui dont a bien pu, d’une manœuvre électronique, supprimer près de 20.000 électeurs, et sur quelle base cela a-t-il pu se faire ? Est-il vrai que Yannick Jadot et Julien Bayou aurait passer un coup de fil à Joe Biden, et que celui-ci aurait mis à leur disposition son meilleur informaticien ?

Pourquoi a-t-on accepté le vote électronique, sous le seul contrôle de la direction Bayou, inféodée à Jadot ? Nul n’a oublié les élections américaines, et l’ampleur du scandale qui commence à apparaître ! Cela sent le bourrage d’urnes à plein nez, comme cela se pratique à Cuba, au Vénézuela, et à présent aux États-Unis !

J’espère que Sandrine Rousseau n’avouera pas sa défaite, qu’elle va contester les résultats, demander des comptes sur les électeurs qui ont été virés, demander à ce qu’on contrôle la fiabilité des machines à voter, et porter l’affaire en justice.

Cette histoire est loin d’être terminée.

La France a encore besoin de Sandrine Rousseau pour animer la campagne, durant 7 mois, et surtout la déconstruire.

De tout cœur avec toi, Sandrine, le combat continue, n’accepte pas cette défaite injuste !

Lucette Jeanpierre

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

C'est la Saint-Michel !

29 Septembre 2021, 03:50am

Publié par Thomas Joly

La fête de l’archange Saint Michel est très populaire chez les Chrétiens et la liturgie de ce dimanche lui rend hommage.

C’est le plus grand des anges, vainqueur de Lucifer, chef de la « milice céleste », « défenseur de la foi », mais aussi… ange protecteur de la France !

Il est le patron des soldats (et en particulier des parachutistes) et de nombreux corps de métier.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Voir les commentaires

LR incarne la démission suprême, la lâcheté totale. Pas une voix pour ces traîtres !

28 Septembre 2021, 04:43am

Publié par Thomas Joly

Quiconque a un peu approché les politiques sait comment ils fonctionnent : ils n'ont pas d'idées, encore moins d'initiative. Ils se laissent porter par le courant médiatique et se positionnent en fonction de l'humeur du moment.

Sur les questions d'immigration et d'identité, en privé presque tout le monde, même à gauche mais surtout à droite, sait que la France fait absolument n'importe quoi et que plus rien n'a de sens, et sait bien sûr qu'on se dirige vers une catastrophe. Mais l'humeur médiatique ne se prêtant pas à une critique franche et frontale de l'immigration et de ses conséquences à cause du terrorisme intellectuel qui continue de régner, personne n'ose moufter sur ce sujet.

Les politiques sont donc dans l'attente que quelqu'un d'autre dise en premier ce qu'ils accepteront de dire aussi ensuite mais seulement dans un second temps. Personne ne veut être en première ligne, personne ne veut recevoir les premiers coups. Ils attendent que le terrain soit déminé avant, et ensuite seulement ils viendront éventuellement dire : « Oui, sur l'immigration, il faut reconnaître que ça déraille un peu ».

C'est un peu comme dans une foule : personne n'ose jeter le premier pavé mais dès que quelqu'un le fait, les autres se lancent aussi et les pavés fusent de partout.

C'est pourquoi le phénomène Z est intéressant : parce qu'il démine le terrain, décomplexe la parole sur le sujet. En théorie, ce serait un moment intéressant pour que les barons de LR se libèrent aussi sur le sujet. Et au lieu de ça, ces énormes crétins préfèrent verrouiller leur congrès pour en interdire l'accès à Z, avant de se répandre minablement sur Twitter sur le mode « Zemmour n'a pas nos valeurs, nous n'avons rien en commun avec cet extrémiste ».

Alors que la parole peut enfin se libérer sur la question migratoire, ces imbéciles, au lieu de saisir cette chance inespérée de pouvoir enfin faire sauter les verrous imposés par la gauche depuis quarante ans, préfèrent continuer de se goinfrer de moraline gauchiste et nous ressortir le couplet périmé et délirant « des valeurs ».

LR incarne la démission suprême, la lâcheté totale. Ces gens, pour s'assurer de faire 12% aux élections, acceptent de ne pas sauver la France. Pas une voix pour ces traîtres ! Pour aucun de ces traîtres. Pas une voix pour Jacob, pour Pécresse, pour Bertrand, pour Wauquiez, pour aucun de ces clowns !

Jonathan Sturel

Voir les commentaires

Eric Zemmour ne veut pas de lobbys LGBT dans les écoles

28 Septembre 2021, 04:17am

Publié par Thomas Joly

Eric Zemmour à Ruth Elkrief sur LCI le 27/09/21 : « Les lobbys LGBT n’ont rien à faire à l’école. Vous seriez contente si on faisait de la propagande LGBT à vos enfants, quand ils ont 6 ou 7 ans ? Je suis sûr que les Français sont en désaccord total avec ça. »

Voir les commentaires

Zemmour agressé à Paris

28 Septembre 2021, 04:06am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Covid-19 : quelle folie s’est donc emparée de l’Australie ?

27 Septembre 2021, 04:43am

Publié par Thomas Joly

Mais que se passe-t-il, en Australie ? Alors que l’île du Pacifique occupe l’actualité française depuis une semaine suite à la rupture d’un très gros contrat militaire avec Naval Group, le pays fait face à un autre débat qui mérite amplement qu’on s’y attarde. L’Australie semble s’être empêtrée dans une folie « covidiste » qui dure depuis des mois et qui remue le pays tout entier.

Si le gouvernement australien affiche, depuis le début de la pandémie, une volonté forte de lutter face au virus, il semblerait tout de même que la gravité de la situation soit à nuancer. Selon les chiffres de Reuters, il y a eu 88.710 cas recensés dans le pays depuis le début de la pandémie et « seulement » 1.178 décès… Au niveau mondial, l’Australie affiche l’un des taux de décès les plus bas de la planète. Et s’il est vrai que le pays connaît un taux record de contaminations, ces dernières semaines, les autorités de ne recensent, pour le moment, que 46 cas pour 100.000 personnes au cours des sept derniers jours. La France en compte 66 et le voisin allemand 71.

Malgré ces chiffres assez peu inquiétants, le gouvernement australien, mené par le Premier ministre libéral Scott Morrison, s’entête à mener une politique sanitaire extrêmement restrictive faite de couvre-feux et de confinements interminables ; de quoi susciter l’indignation parmi la population et laisser la place à des manifestations qui ressemblent de plus en plus à des émeutes.

L’approche zéro Covid choisie par les autorités australiennes a drastiquement réduit les libertés des citoyens. Melbourne et Sydney sont confinées soit totalement soit partiellement depuis douze semaines ! Dans les quartiers les plus confinés de Sydney, les gens sont cloîtrés chez eux 23 heures sur 24 ! Terrains de jeux, parcs publics et commerces non essentiels sont fermés. La police a demandé aux habitants de Melbourne de rentrer chez eux avant le coucher du soleil.

Une politique liberticide aux conséquences humaines désastreuses puisque, selon le Syndey Morning Herald, la Nouvelle-Galles du Sud, l’État le plus peuplé d’Australie, voit affluer dans ses hôpitaux plus de 40 mineurs par jour pour tentatives de suicide ou d’automutilation. Dans le même temps, l’économie nationale s’effondre et les restaurants et bars ferment leurs portes un à un…

En parallèle de cette stratégie du « tout confinement », le gouvernement australien a mis en place un système de surveillance par reconnaissance faciale. Objectif : contrôler les rares citoyens autorisés à quitter leur État moyennant une stricte quarantaine de 14 jours. Baptisé « Home Quarantine SA », ce logiciel, qui n’a rien à envier à Big Brother, permet aux autorités d’envoyer un SMS aux confinés qui ont, dès lors, quinze minutes pour se prendre en selfie. Le logiciel se charge ensuite de géolocaliser la personne et de reconnaître son visage afin d’informer les autorités si, oui ou non, le confiné se trouve bien là ou il doit être. Dans le cas contraire, la police peut être envoyée sur place.

Ce contrôle inédit a poussé les Australiens à sortir dans la rue manifester pour leurs libertés fondamentales.

À Melbourne, Sydney ou Canberra, des dizaines de milliers de personnes ont bravé l’interdit et défilé, pacifiquement dans un premier temps, pour faire fléchir leur gouvernement. En vain. La répression fut d’une violence inouïe dans ce pays habitué à une relative paix sociale, donnant lieu à de véritables émeutes. Les journalistes indépendants de Conflict Collective, qui ont couvert la dernière protestation à Melbourne, dressent un portrait de la situation. Des policiers braquent les protestataires au fusil d’assaut pour les faire reculer, des manifestants tabassent un gardien de la paix isolé. On a vu des dizaines de voitures en feu, des enfants en pleurs sous les gaz lacrymogènes, une police montée chargeant la foule au galop.

La politique sanitaire australienne semble suivre une logique schizophrène dont le bilan s’alourdit de jour en jour…

Geoffroy Antoine

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Hongrie : le forum de l'espoir !

27 Septembre 2021, 04:39am

Publié par Thomas Joly

Les 23 et 24 septembre derniers, s’est tenu à Budapest le quatrième sommet démographique, réunissant du « beau linge » : outre le premier ministre de Hongrie, puissance invitante, on trouvait ceux de la Slovénie et de la Tchéquie, de la Pologne, l’ancien Vice-président américain Mike Pence et, « cerises sur le gâteau », Marion Maréchal Le Pen et Eric Zemmour. Ce dernier s’est longuement entretenu avec Viktor Orban « pour parler de l’Histoire réelle et de l’Humanité » selon ses dires. Il a également conversé avec l’ancienne député du Vaucluse que plus personne ne présente : histoire de confronter leurs visions convergentes sur le devenir de la France et des peuples européens. Pour sa part, elle a déclaré qu’avec la surnatalité étrangère, les Français de souche seront minoritaires en 2060, encore est-elle bien optimiste !

En revanche, « La nièce de la tante », prudemment, s’est bien gardée de dire qui elle choisirait en cas de duel à droite, entre Marine Le Pen et Éric Zemmour. (Encore qu’il soit difficile de classer Marine Le Pen « à droite ».)

Une pulsion de vie

L’hôte de l’événement, Viktor Orban, n’est pas non plus un adepte, avec le turbulent éditorialiste et polémiste français, de la « langue de bois », en déclarant,  « Nous sommes ici parce qu’au lieu de subir ces tendances démographiques, nous voulons les créer », critiquant au passage la « solution » immigrationniste choisie d’une façon suicidaire par des pays comme l’Allemagne, par exemple. « La migration est ici une question d’identité. Un pays européen ne peut fonctionner que si ses membres ont largement les mêmes vues sur les questions fondamentales. Les nations européennes qui n’ont pas ce terrain d’entente sont vouées à la destruction », a-t-il ajouté. Que nous aimerions entendre pareil discours dans la bouche de l’Elyséen ! La Hongrie a fait le choix d’une réelle politique familiale en y consacrant 5 % de son PIB. Les familles nombreuses se voient offrir 7.500 euros d’aide pour l’achat d’une automobile, des prêts défiants toute concurrence pour l’achat d’une maison et d’un terrain, plus aucun impôt à partir du quatrième enfant, etc. Aussi, les effets certes lents, se font déjà sentir, l’indice de fécondité passant des catacombes, 1,25 en 2010 à 1,56 enfant par femme en 2020, ce qui est encore bien insuffisant pour assurer le renouvellement de la population. « Peut mieux faire », dirait un professeur !

« Être ou ne pas naitre »…

Le Premier ministre tchèque Andrej Babis, à la tête d’un pays où il y a une sorte d’unanimité de toutes les forces politiques contre l’immigration extra-européenne - « la Bohème me ravit ! » - a récemment commencé à mettre en place, lui aussi, sa propre politique nataliste, suivant en cela la piste défrichée par les Magyars depuis 2010, et les Polonais catholiques-conservateurs du PIS depuis 2015. Du côté du Danube, l’augmentation constante des mariages et la chute du nombre des divorces, est un signe encourageant, sans aucun doute, du « désir d’enfant ».

Un charlatan ?

Hervé Le Bras, qui est un démographe objectif comme moi je suis jockey, nous amuse avec ses chiffres relatifs à la France, avec son 1,82 comme indice synthétique de fécondité, oubliant de dire au passage, qu’est prise en compte dans cette statistique, la natalité extra-européenne, et l’on sait que les femmes afro-maghrébines sont plus près d’avoir trois enfants qu’à peine deux, comme les dames « de souche » !

Et s’il pousse un « cocorico » en comparant nos résultats à ceux de la Scandinavie, - 1,75 et 1,70 aux États-Unis par exemple -, nous n’avons aucune raison de nous réjouir. Bien que les statistiques ethniques soient interdites en France contrairement aux USA, on peut, approximativement, par le nombre des dépistages de la drépanocytose qui ne concernent que les personnes d’origine africaine ou maghrébine, et le choix des prénoms, avoir une idée de l’importance des naissances étrangères ou d’origine étrangère. Un bon tiers, 33 % en moyenne pour toute la France, pas loin de 80 % dans la « willaya » du 9-3, là où sont inhumés nos rois. Demain, si nous n’y prenons garde, la Seine Saint-Denis sera notre Kosovo !

Un espoir ?

Si, en Europe centrale et à la périphérie des Balkans, on prend conscience de cette menace mortifère qu’est l’explosion démographique du tiers-monde - Afrique, Inde, Pakistan etc - parallèlement à la décadence européenne, on est loin de ce constat en Europe occidentale, où la natalité est carrément en berne. Des pays chrétiens, Grèce, Espagne et Italie, vont bientôt fabriquer - comme en Russie il y a un certain temps - plus de cercueils que de berceaux ! Éric Zemmour qui parle « cash », qui met le doigt là où ça fait mal, va-t-il réveiller les consciences ? À côté du message terne du Rassemblement national, complètement « normalisé », il redonne espoir à une bonne partie des citoyens lassés de toujours entendre le même discours, et de subir les avanies de ce qui prend l’allure d’une véritable occupation étrangère. Ira-t-il jusqu’au bout de sa démarche et, surtout, le système le laissera-t-il faire ? Déjà, des « boules puantes » ont éclaté. Patience, réponse dans quelques semaines.

Jean-Claude Rolinat - Membre du Bureau politique du Parti de la France

Voir les commentaires

Disparition de Gilles Soulas

27 Septembre 2021, 04:20am

Publié par Thomas Joly

Gilles Soulas faisait parti de ces rocs invincibles, toujours debout face à l'adversité, sachant s'élever au-dessus des querelles, souvent futiles, qui traversent de manière récurrente notre camp ; c'était à la fois un esprit libre et un exemple de courage et fidélité. Il n'hésita pas à mettre sa peau au bout de ses idées, comme ce fut le cas au Liban en 1976 au moment où la guerre faisait rage, en s'engageant avec quelques autres jeunes nationalistes français aux côtés des combattants chrétiens. Cela faisait plus de quarante ans que nous nous connaissions, que nous nous battions pour la même cause et jamais, ô grand jamais, il ne sombra dans le désespoir, ni dans le reniement. Que de souvenirs...

Toute sa vie, il s'est dépensé sans compter pour épauler les nombreuses initiatives militantes qui lui semblaient justes. Toute sa vie, en particulier grâce à ses multiples responsabilités professionnelles, il a donné du travail à des camarades dans le besoin. C'était ce que l'on appelle un Homme de Qualités.

Je pense à Louise, son épouse, à leurs enfants... Je pense aussi à toutes celles et tous ceux qui formaient autour de lui cette phalange soudée de camarades toujours volontaires pour continuer, quelle qu'en soit la forme, le combat pour la France française et pour l'Europe européenne, cet idéal qui lui était si cher.

Gilles, tu viens de partir, tu nous manques déjà...

Roland Hélie

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com/

Voir les commentaires

Philippot drague Taubira, mais se fait éconduire : trop blanc !

27 Septembre 2021, 04:09am

Publié par Thomas Joly

Chantre de la dédiabolisation du Front national – auquel il a adhéré en 2011 et qu’il a quitté en 2017, notamment à cause de son virage identitaire, selon lui –, Florian Philippot nage désormais seul dans les eaux troubles de la politique, à la tête d’un nouveau parti : Les Patriotes. Parti qui a longtemps stagné, jusqu’à ce que son président organise depuis plusieurs mois des manifestations contre les lois liberticides liées au Covid-19. Dès lors à la pointe de l’opposition à la folie paranoïaque covidiste, Philippot a connu un regain d’intérêt, lequel intérêt est abondamment relayé dans les médias.

Certes, ces manifestations du samedi rencontrent une large adhésion – même si elles ne sont pas les seules en France –, mais elles ont tout de même – pour ce que j’en ai vu à Paris – une allure très électorale et ne sont donc pas dénuées d’arrière-pensées politiques. Toutefois, peut-on le reprocher à Philippot lorsque l’ensemble des politiciens tentent de récupérer çà et là les révoltes populaires ? Les Gilets jaunes, après avoir été vilipendés par le monde politique, ont ainsi été phagocytés par les partis d’extrême-gauche, dont le très dispensable et vénéneux Les Insoumis.

Rassembler c’est bien, mais il y a cependant des limites, à moins de se parjurer et risquer de perdre son crédit. Et c’est précisément ce qu’a fait Philippot en proposant une absurdité qui, hélas, trahit un certain opportunisme sans honneur. Ainsi, le président des Patriotes a racolé rien moins que l’odieuse Christiane Taubira – celle qui étale un bien maigre bagage littéraire avec une morgue insupportable.

Cette idée folle – et qui pourrait lui coûter cher auprès de son électorat – est venue à l’esprit de Philippot en raison des propos de l’ancienne furie du ministère de la Justice tenus à l’antenne de RTL. En effet, Taubira a récemment déclaré qu’elle n’appellerait pas les Guyanais à se faire vacciner, déclarant : « Je suis un responsable politique qui n’est pas en exercice et qui par conséquent ne dispose pas des éléments d’information qui lui permettraient formellement soit de donner consigne, soit de considérer qu’au vu de ces éléments d’information je considère que je tiens un propos responsable. » Face aux réactions qui ont suivi lesdits propos – et pour ne pas perdre l’opportunité d’un futur poste juteux, qui sait ? –, elle s’est cependant empressée de twitter que « les arguments antivax sont un tissu d’imbécillités », ajoutant qu’elle était elle-même vaccinée.

Et voici que Philippot a invité Christiane Taubira via un tweet : « J’ai de très nombreux désaccords avec Mme Taubira, ce que chacun sait, mais son refus de se substituer aux individus dans leur CHOIX de se faire vacciner ou non, est courageux et doit être salué comme tel ! Elle peut venir l’expliquer en manif samedi si elle le souhaite. »

Donc, suivant cette étonnante logique, puisque Mélenchon a lui-même fustigé la gestion de la crise sanitaire, lors des universités d’été de son parti – évoquant « une addition de sottises sans nom, dans une inefficacité totale et une brutalité absolue » –, on l’invite aussi ?!

Décidément, ce n’est pas comme ça que Philippot rassemblera les bonnes volontés patriotiques autour de lui. À moins qu’il n’ait décidé de virer à nouveau de bord vers la gauche de la gauche, ce qui risque de faire naufrager son frêle navire politique. Car l’ambition est souvent ennemie des convictions, sachant aussi qu’« en France, le deuil des convictions se porte en rouge et à la boutonnière » (Jules Renard)…

La réponse n’a pas tardé…

Charles Demassieux

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Zemmour favorable à l'abrogation des lois liberticides

27 Septembre 2021, 04:01am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Antifa, prends garde à toi !

25 Septembre 2021, 07:54am

Publié par Thomas Joly

Violents, bêtes et méchants, ils le sont assurément. Les antifas ne se résument malheureusement pas qu’à ça. Derrière leurs exactions, se cache de petits kapos, au service des puissants. Ce qui leur octroie une certaine protection, pour le moment.

A vrai dire, leur principal fonction est de s’en prendre à nos manifestations. A Nantes, lors d’un récent rassemblement anti-pass sanitaire, un groupe s’est attaqué à quelques militants pacifiques et catholiques venus défiler. Les images parlent d’elles-mêmes, des racailles de banlieues n’auraient pas mieux fait. Pourtant, il faut bien le préciser, les antifas sont de bons petits blancs, parfois même issus des beaux quartiers. Clément Méric, pour ne citer que le plus célèbre d’entre eux, était fils de prof. Alors, pourquoi ont-ils autant de haine envers leurs frères de sang?

Cela peut d’abord s’expliquer sociologiquement.

Depuis 50 ans, la lobotomie a fait son effet. Dès le plus jeune âge, le mâle blanc européen est conditionné. La rééducation nationale fabrique du névrosé prêt à s’auto-flageller, et à haïr ses semblables. L’explosion démographique d’origine africaine étant exponentielle, il faut expliquer à nos petites têtes blondes, que tout celà est « naturel ».

Notons aussi, que ces névrosés sont d’ardents défenseurs de la cause LGBT. A force de déconstruire, on finit par créer des êtres sans repères, sans identité, prêts à défendre les pires déviances de nos sociétés.

Évidemment, ceux qui ont su résister à ce lavage de cerveau, sont aujourd’hui traités de.. Fachos !

Voyons plutôt à quelle fin politique, ils sont employés.

Dans les loges, et les cercles fermés, avoir des marionnettes aussi faciles à manipuler, c’est une aubaine.

Ceux qui tiennent les ficelles, qui les financent (Soros, avec les Femen) s’en servent pour terroriser les braves gens, et imposer leur grand projet: la surveillance généralisée.

Encagoulés, le visage dissimulé, à coup de barre de fer, ils cassent du matériel urbain sans importance, ou quelques vitrines de banques. Une mode d’action parfaitement calculé, filmé par les caméras de télévision, pour en rajouter dans la dramatisation.

Ravager un centre-ville au frais du contribuable, quoi de mieux pour effrayer le bourgeois qui votera par réflexe, pour celui censé le protéger.

Souvenez-vous des Gilets jaunes, qui sont passés d’un mouvement ultra populaire, à une menace pour notre démocratie, juste à cause des casseurs infiltrés.

De Colomb à Darmanin, nos ministres de l’intérieur promettent de terribles sanctions.

Mais, aucune peine de prison, aucune dissolution, rien n’est prononcé. Les Antifas sévissent dans la plus totale impunité, au grand désespoir des forces de l’ordre.

Au-delà de la relative terreur qu’ils suscitent, leur véritable utilité est bien de casser tout soulèvement populaire, toute révolution nationale, pourtant si nécessaire.

Lire la suite

François Le Franc

Voir les commentaires

Analyse du débat entre Eric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon

24 Septembre 2021, 04:09am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires