Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Jean-Marie Le Pen à Amiens samedi 25 mars : les réservations sont ouvertes !

24 Février 2017, 06:34am

Publié par Thomas Joly

A l'invitation du Parti de la France, samedi 25 mars (12h) à Amiens, Jean-Marie Le Pen, fondateur et Président d'honneur du Front National, présidera un déjeuner patriotique aux côtés de Thomas Joly (Secrétaire général du PdF) et d'Alexandre Gabriac (cadre de Civitas) qui prendront également la parole.

La participation au déjeuner est de 29 € (règlement sur place à l'entrée). Au menu : apéritif (punch ou cocktail sans alcool) - ficelle picarde - suprême de volaille/gratin de pommes de terre - assiette gourmande de desserts - café et vin compris.

Menu enfant à 7 € : escalope de poulet à la crème/frites - gâteau au chocolat - boisson

Réservation obligatoire au : 06.25.10.21.14 ou pdfdu80@yahoo.fr (laissez un message avec vos coordonnées)

Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/445312895799906/

Voir les commentaires

Face à la toute-puissance des dealers, l’OPAC de l’Oise exfiltre ses locataires

24 Février 2017, 06:31am

Publié par Thomas Joly

L’affaire avait déjà été évoquée dans les médias en janvier dernier et les mesures annoncées. Un mois plus tard, Arnaud Dumontier, le président de l’OPAC (Office public d’aménagement et de construction) de l’Oise est passé à l’action : devant l’incurie de l’État face aux trafiquants qui « tiennent » une cité HLM, il mure les tours et déménage les familles. Pour leur sécurité.

Après « Les Grandes Gueules » de RMC, après Le Parisien, c’est France 5 qui évoquait, mercredi soir, le drame des habitants de la cité du Clos-des-Roses à Compiègne. Reçu par Axel de Tarlé pour « C à dire ?! », Arnaud Dumontier y décrivait cette réalité que nos politiques persistent à vouloir ignorer : « Plus personne ne rentre facilement au Clos-des-Roses. C’est réputé comme un supermarché de la drogue. Ici, une vitre a été brisée pour que les guetteurs puissent alerter les autres trafiquants si les forces de sécurité, à qui je rends hommage, pénètrent dans ce quartier. Vous avez des vannes et des réseaux d’électricité qui ont été arrachés […] Des vannes de gaz ont été manipulées et des systèmes incendie sont systématiquement détruits. C’est un état de barbarie qui prévaut aujourd’hui sur le quartier » où se côtoient deux types de trafic : drogue et prostitution, car « les femmes viennent donner leur corps en échange d’une dose ».

Non seulement la vie est devenue impossible pour les résidents de trois cages d’escalier, mais du fait des déprédations évoquées ci-dessus, plusieurs rapports annoncent « un risque imminent d’une explosion ou d’un incendie ».

C’est donc pour protéger les habitants dont il est tenu d’assurer la sécurité que le président de l’OPAC a décidé d’évacuer les 24 familles exposées et de murer les bâtiments. « Nous assumons nous-mêmes les déménagements financièrement ainsi que la différence de loyer si elle existe pour ne pas que les locataires subissent ce que j’appelle une triple peine : le trafic de drogue, l’abandon de l’État de droit et l’OPAC de l’Oise qui ne prend pas ses responsabilités. »

Une opération qui ne s’est pas déroulée sans risques. En effet, comme le précise Arnaud Dumontier : « Les déménagements doivent avoir lieu au plus tôt de la journée lorsque les trafiquants dorment encore. Nous avions prévu un deuxième déménagement dont les conditions ont été très compliquées à mettre en place dans la mesure où les trafiquants ont agressé à la fois les vigiles et les déménageurs. »

Où est l’État, dans tout cela ? Il est inexistant. M. Dumontier a été reçu au ministère de l’Intérieur en juin dernier. Pour rien. Depuis, Bernard Cazeneuve est devenu Premier ministre, sans plus de résultats. « J’en veux aux pouvoirs publics qui ferment les yeux sur une situation connue de tous depuis longtemps », ajoute-t-il. D’autant que tous ces trafics qui nourrissent une « économie parallèle » sont, sauf pour ceux qui les côtoient au quotidien, une façon d’éviter le pire…

« La détermination de ces trafiquants, que j’appelle des “prédateurs”, est proportionnelle aux rémunérations qu’ils retirent de ce trafic de drogue. C’est 200.000 à 300.000 euros par mois », dit Arnaud Dumontier. « Un trafiquant gagne 3.000 euros par jour. C’est déjà un système de gangs qui est mis en place. C’est 60 à 80 jeunes qui tiennent ce quartier. » Et qui se savent quasiment assurés de l’impunité…

Quant au Président Hollande, accouru ventre à terre au chevet du malheureux Theo, il ne témoignera évidemment aucune compassion aux habitants du Clos-des-Roses. Ces victimes-là sont, pour sa clique, de bien peu d’intérêt…

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

En Italie, les médecins avorteurs se font rares

24 Février 2017, 06:27am

Publié par Thomas Joly

La décision d'un hôpital romain de recruter deux obstétriciens pour réaliser des interruptions volontaires de grossesse (IVG) a ravivé une polémique en Italie sur la possibilité de faire jouer la clause de conscience pour ce type d'opérations. 70 % des médecins refusent cette pratique en faisant jouer leur clause de conscience, l'Italie étant un pays à forte tradition catholique.

Les deux praticiens, qui doivent prendre leurs fonctions dans les prochains jours à l'hôpital public San Camillo de Rome, ont été recrutés à la suite d'un appel à candidatures. Ce dernier prévoit notamment qu'il puissent répondre aux besoins de l'établissement en matière d'IVG, conformément à une loi communément appelée en Italie "la loi 194".

Ce critère de sélection excluait de fait tout candidat objecteur de conscience, a réagi la conférence des évêques italiens (CEI) en rappelant qu'un article de la loi autorise aussi les médecins à refuser de pratiquer des avortements pour des raisons religieuses ou personnelles. Le gouvernement s'est joint aux critiques par la voix de la ministre de la Santé, Beatrice Lorenzin, qui a souligné que la loi "ne prévoyait pas ce type de sélection".

Le cas du Latium est observé avec intérêt par plusieurs régions italiennes où les gynécologues-obstétriciens non objecteurs de conscience font cruellement défaut, notamment dans le sud du pays très conservateur. Dans le Molise par exemple, ils sont plus de 90 % à refuser de pratiquer les avortements."

Ce cas de discrimination à l'embauche est intéressant et mériterait d'être poursuivi en justice.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

La famille de Théo Luhaka poursuivie pour avoir escroqué 678.000 € à l'État !

24 Février 2017, 06:21am

Publié par Thomas Joly

Les milliers de manifestants, dont hier les lycéens et les inévitables antifas, vont-ils regretter leur fraternel soutien au jeune Théo Luhaka ? D’abord parce que le « viol » par un policier n’est pas du tout établi, selon les premières conclusions de l’enquête de l’IGPN — et ne le sera que lorsque la justice en aura décidé ainsi —, mais surtout parce que toute sa famille, et lui compris, sont au cœur d’un scandale financier qui vient de sortir du chapeau indépendant de la Justice.

Si l’on en croit Le Parisien, il y a de quoi faire frémir l’Élysée dont le locataire, un peu précipitamment, s’est rué au chevet du « violé » sans penser que ce jeune homme à la puissante stature s’était battu avec les policiers qu’il accuse de brutalités et de viol, et qu’il était donc, de ce fait, déjà hors la loi.

En effet, selon les informations recueillies par notre confrère auprès du service départemental de la police judiciaire, les Luhaka seraient sous le coup d’une enquête ouverte par le parquet de Bobigny pour « suspicion d’abus de confiance et escroquerie ».

 Pas très futé, pour un président de la République, d’aller verser une larme auprès d’une victime criminalisée, même si l’enquête qui pointe du doigt Théo et sa famille ne remet pas en cause les présumées violences policières du 2 février.



Qu’en est-il exactement ? La famille Luhaka a fondé l’association Aulnay Events dont le but était de lutter contre la violence dans le 93. Un objectif louable qui avait permis à son président, Mickael Luhaka, frère du désormais célèbre Théo, de récolter 678.000 euros de subvention de l’État. Du bel argent qui aurait permis d’embaucher, via le système des contrats aidés, trente jeunes. Le conditionnel est de rigueur depuis la création d’Aulnay Events, car un contrôle de l’inspection du travail, effectué courant 2015, n’a abouti qu’à de mystérieux collaborateurs, introuvables.

Sans compter une ardoise de 350.000 euros de cotisations sociales impayées lorsque l’association a mis fin à ses activités (fictives ?), courant 2016. Mais ce n’est pas tout. Les Luhaka forment une famille unie. Selon les policiers du SDPJ 93, ses huit membres ont perçu 170.000 euros de leur association, dont… 52.000 euros sur le compte de « Théo l’innocent ».

Qu’avez-vous fait, M. Hollande, en vous rendant à l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois ? Nous savons bien que vous n’en êtes pas à une faute politique près, mais en saluant devant les caméras de télévision ce « jeune qui a toujours été connu pour [son] comportement exemplaire dans une famille […] qui veut vivre en paix et dans un rapport de confiance avec la police », n’avez-vous pas été vite en besogne ? À ce stade des informations que Le Parisien vient de révéler, doit-on rire ou pleurer de votre précipitation à mettre un bon coup de com’ à votre actif ?

Précisons tout de même que Mickael Luhaka nie en bloc les accusations du SDPJ, affirmant qu’il a vraiment recruté 30 jeunes en CDI, dont les membres de sa famille.

Sortir cette nouvelle « affaire Théo » tombe à pic, c’est vrai. Et la justice sera priée de faire son travail le plus rapidement possible afin de rendre à nos rues un semblant de paix. 

Il est vrai que l’escroquerie de près de 700.000 euros, si elle est prouvée, n’est rien par rapport aux millions de dégâts que les manifestations contre les policiers ont causés jusqu’à présent…

Floris de Bonneville

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

6 millions de migrants afro-musulmans sur le point d’envahir l’Europe selon les services secrets allemands

23 Février 2017, 06:49am

Publié par Thomas Joly

Un rapport secret des autorités allemandes divulgué par le magazine Bild affirme que 6 millions de migrants en provenance des pays afro-musulmans auraient l’intention de pénétrer dans l’UE à très court terme.

D’après le rapport que le journal allemand Bild s’est procuré, les autorités allemandes sont certaines du fait qu’au moins 5.950.000 migrants sont postés dans les pays du pourtour méditerranéen et attendent l’opportunité de pénétrer à l’intérieur des frontières de l’UE. Dans la seule Turquie, 2,93 millions de personnes comptent, d’après le rapport, demander l’asile dans un pays d’Europe occidentale, notamment en Allemagne. On en trouve 1,2 million en Libye. En Jordanie, ce nombre atteint 720.000, des réfugiés syriens pour la plupart.

Les migrants d’Afrique centrale sont également pris en compte dans ce rapport. Selon les journalistes du Bild, la majorité de ces migrants vient d’Algérie, du Mali et du Niger.

En d’autres termes, l’Europe joue désormais sa survie. Ces six millions de colons musulmans escomptant rejoindre les dizaines de millions déjà implantés sur le continent ne sont, en réalité, qu’une maigre avant-garde.

Et pour ceux qui nous accuseraient de crise de délire, sur la seule période 2015 – 2035, l’Afrique gagnera 800 millions d’habitants de plus. Soit 1 fois et demi la population totale des 28 pays de l’Union Européenne. Les bassins de peuplement en Afrique sont déjà saturés. Ce qui signifie une lutte impitoyable pour les ressources et des déplacements massifs de populations.

Si seuls 5 % de ces 2 milliards d’habitants tentent de rejoindre l’Europe – une estimation résolument conservatrice – cela représenterait 100 millions d’individus. Si l’on divise ce chiffre entre les 4 grands pays d’Europe Occidentale – France, Allemagne, Grande-Bretagne et Italie – cela ferait 25 millions d’immigrés de plus en 20 ans pour chacun.

Si l’on y ajoute le phénomène global du djihadisme et de l’islamisme, chacun peut voir que nous sommes face à une seule chose : une guerre pour la survie où l’Europe devient la proie.

Des mesures radicales doivent être prises et vite. Et d’abord contre l’ennemi qui soutient l’invasion.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Un ex-détenu de Guantanamo, dédommagé 1 million d'euros, devient kamikaze en Irak

23 Février 2017, 06:44am

Publié par Thomas Joly

Un djihadiste du groupe Etat islamique, qui a fait exploser sa voiture contre une base irakienne à Tal Gaysum, au sud-ouest de Mossoul, fait couler beaucoup d'encre au Royaume-Uni. Le groupe tat islamique l'appelle Abu-Zakariya al-Britani. Mais il s’agirait en fait du nom de guerre de Jamal Udeen al-Harith, un homme de 50 ans originaire de Manchester, dont le nom de naissance est Ronald Fiddler, patronyme qu'il aurait abandonné au début des années 1990 lors de sa conversion à l’islam.

Ce qu’il faut savoir, c’est que Ronald Fiddler a été enfermé dans la prison militaire américaine de Guantanamo, à Cuba, en 2002, après avoir été arrêté en Afghanistan en 2001 par l’armée américaine, explique la BBC. Ronald Fiddler, selon le site du think tank conservateur Henry Jackson society, après avoir effectué des voyages au Soudan et en Arabie saoudite dans les années 1990, s'était rendu au Pakistan, puis s'était fait enfermer par le régime des Talibans dans une prison de Kandahar.

Ronald Fiddler a été libéré de Guantanamo deux ans après y être entré. Et selon le Daily Mail, il doit sa libération au gouvernement britannique de l'époque.

Après sa libération, Ronald Fiddler a poursuivi devant la justice le gouvernement britannique avec trois anciens détenus de Guantanamo. Arguant que le MI6, les services de renseignements de Sa Majesté, avaient participé aux mauvais traitements à Guantanamo, il aurait obtenu un accord pour une indemnisation à hauteur d'un million de livres (plus d'un million d'euros).

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20170222.OBS5622/relache-de-guantanamo-dedommage-1-million-de-livres-avant-de-devenir-djihadiste-en-irak.html

Voir les commentaires

Sarkozy préfère AccorHotels au PSG… pour l’instant !

23 Février 2017, 06:42am

Publié par Thomas Joly

On nous l’annonçait comme nouveau patron du PSG, il va donner dans l’hôtellerie. Un communiqué du groupe AccorHotels nous apprenait, en effet, ce mercredi matin, que Nicolas Sarkozy allait désormais présider aux destinées du « géant hôtelier ».

Embauché comme « administrateur indépendant » – un tout nouveau poste –, l’ex-président de la République que les Français ont envoyé bouler aux primaires de la droite, en novembre dernier, va « accompagner la vision internationale » de ce « fleuron des entreprises françaises ». Nicolas Sarkozy dixit.

Un accompagnement lucratif, de plus de 60.000 euros annuels sous forme de jetons de présence pour six réunions.

Ça laisse un peu de temps libre pour d’autres activités…

Dans son communiqué, le PDG du groupe, Sébastien Bazin, explique que « l’expertise internationale de Nicolas Sarkozy et sa parfaite connaissance des enjeux géopolitiques mondiaux seront de formidables atouts pour le groupe ». Sans doute… Quoique…

Si l’on considère sa brillante réussite à la tête de l’État français, notamment l’augmentation colossale de la dette (465 milliards, hors organismes sociaux et collectivités territoriales, 597 milliards au sens de Maastricht) et celle du chômage passé, durant son quinquennat, de 8,4 % à 10,2 %, on peut légitimement se demander si Nicolas Sarkozy n’est pas, au contraire, l’homme qu’il faut pour couler la boîte…

Mais il paraît que son carnet d’adresses vaut de l’or. Plus, sans doute, que sa réputation… On se souvient, en effet, que l’ex se plaignait d’être bien moins sollicité pour les conférences de prestige qu’un Tony Blair ou, mieux encore, un Bill Clinton.

Les missions et la composition du tout nouveau « Comité de stratégie internationale » créé tout exprès pour l’ancien Président ne sont pas encore fixées. Elles seront précisées, dit le communiqué, lors d’un prochain conseil d’administration. À défaut, on peut imaginer : vu le profil bling-bling du personnage, on le voit bien faisant la tournée des établissements du groupe, sachant qu’AccorHotels « exploite sous ses 20 marques Sofitel, Pullman, Novotel, Mercure, Ibis, hotelF1 mais aussi Raffles, Fairmont et Swissôtel, plus de 4.000 hôtels, dans 95 pays ».

Enfin, il en ira sans doute de « l’expertise » de Sarkozy à la tête d’AccorHotels comme de celle d’un Montebourg chez Habitat : un coup de com’ pour la marque et puis s’en va…

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Mehdi Meklat se plaint de « la fachosphère » et quitte la France : bon débarras !

23 Février 2017, 06:41am

Publié par Thomas Joly

Il était plus intrépide sur les réseaux sociaux. Medhi Meklat, co-auteur du roman Minute, rattrapé par les tweets haineux qu'il a publiés depuis 2011, s'apprêterait à quitter la France. C'est en préambule de l'interview donnée au magazine Télérama, mardi 21 février, que le journaliste Lucas Armati a précisé que celle-ci se déroulait « depuis l’aéroport, où [Mehdi Meklat] s’apprêtait à partir, quelque temps, loin de la France et de la tourmente ».

« Je suis arabe »

Sur le contenu de l'entretien, rien de bien neuf, le jeune homme de 24 ans continue de tenir une ligne de défense plutôt bancale - les tweets provenaient de l'esprit de son double maléfique Marcelin Deschamps, mais pas de lui -, et y ajoute la victimisation.

« Je suis la cible de la fachosphère, qui menace ma vie, qui m’attend à chaque coin de rue. (...) Je suis aussi tiraillé par des courants politiques qui n’acceptent pas mes pensées et qui ont trouvé en cette affaire une aubaine pour me catégoriser comme raciste, antisémite, homophobe. C’est facile : je suis un jeune, j’ai grandi en banlieue, j’ai 24 ans, je suis Arabe. Mais je ne suis pas ce qu’ils croient », a-t- déploré.

Source : http://www.valeursactuelles.com

Voir les commentaires

L'administration Trump met fin aux toilettes transgenres aux États-Unis

23 Février 2017, 06:34am

Publié par Thomas Joly

L'administration du président américain Donald Trump a annoncé hier qu'elle mettait fin à un dispositif fédéral de protection des droits étudiants transgenres.

Les ministères de la Justice et de l'Éducation ont publié un communiqué indiquant qu'ils "retiraient les recommandations faites au titre de l'article IX (anti-discrimination, ndlr) en 2015 et 2016", sur l'accès à des installations non mixtes, comme des vestiaires ou des toilettes par exemple.

Il revient donc aux États fédérés et aux districts scolaires de trancher dans ce qui avait été surnommé "la guerre des toilettes". Elle avait été déclenchée par le gouverneur de Caroline du Nord, qui imposait notamment l'utilisation des toilettes publiques en fonction de l'identité sexuelle et non de l'identité de genre. Barack Obama avait pris le parti ubuesque de mettre en oeuvre des mesures fédérales au titre de l'article IX permettant aux écoliers et étudiants de se rendre dans les toilettes et les vestiaires du genre avec lequel ils s'identifient et non pas celui qui est sur leur acte de naissance.

Comme quoi il est possible de revenir sur toutes les aberrations sociétales imposées par des gauchistes dégénérés...

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Ce 22 février, Bayrou et Macron ont échangé leurs alliances

23 Février 2017, 06:29am

Publié par Thomas Joly

Bayrou n’avait pas d’autre possibilité. Les sondages ne lui concédaient que des miettes, entre un Fillon qui a préempté l’électorat provincial et sage qui aurait pu se satisfaire de lui, et un Macron qui a, en six mois, rajeuni le centrisme vieillot qu’il n’a jamais réussi à faire exister. Pas d’autre choix, non plus, car, dans cette présidentielle portée par un puissant désir de renouvellement, une quatrième candidature Bayrou, après 6 % en 2002, 18 % en 2007 et 9 % en 2012, aurait fini en deçà des 5 %. Il aurait rejoint la charrette des figures que les Français de 2017 veulent congédier : Hollande, Sarkozy, Juppé. Et quelques autres encore. En fait, il les a déjà rejoints, il le sait, mais sa momie Duracell bégaie encore : « Je suis François Bayrou. L’heure est grave. Je fais don de ma personne au favori du moment. »

Un homme du passé, notre Béarnais : giscardien d’origine, ministre de l’Éducation nationale pour la cogérer avec le SNES sous Balladur et sous Juppé de 1993 à 1997, et puis, depuis vingt ans, une aventure solitaire, terne, qui a culminé lamentablement dans l’appel à voter Hollande en 2012. Un de ces gestes dont on ne se remet jamais : avoir vu en Hollande le sauveur…

Bayrou aura été un champion des mauvais choix : après Hollande, il choisit Juppé. Et dans l’équipe du maire de Bordeaux, on sait désormais que cette mauvaise fréquentation a pesé… C’est pourquoi l’équipe Macron ne devait pas être très enthousiaste non plus.

« Macron est brillant », a lancé M. Bayrou, lui qui le traitait cet été d’« hologramme ». Et, donc, M. Bayrou, qui ne l’est pas, s’est tourné vers ce qu’il croit être une promesse assurée de succès, comme avec Hollande, comme avec Juppé… Avec, évidemment, le secret espoir de décrocher enfin un poste national, puisque les deux brillances précédentes n’y ont pas réussi.

Ne soyons pas injuste avec Bayrou : au moins a-t-il su vendre le 2 % de son panache au bon moment, quand son brillant banquier, dont l’éclat pâlit dangereusement dans les sondages, a eu besoin de rajouter à son socle friable ce petit vernis vieux centriste. D’ailleurs, M. Macron a accepté l’offre immédiatement. Une précipitation qui sent bon la panique, chez les En Marche !

Donc M. Bayrou, qui a soutenu Hollande en 2012, et a dit les pires choses sur sa politique et son ministre de l’Économie, va soutenir le candidat de M. Hollande.

Jusque dans sa conférence de presse, il a persévéré dans son illogisme.

Sans rire, il a posé comme condition de son ralliement « la séparation nécessaire de la politique et de l’argent ». Il y a six mois, M. Macron était pour lui « le candidat des forces de l’argent ».

Il a aussi déploré l’éclatement dangereux de l’offre politique qui mettrait en péril la démocratie, tout en demandant l’instauration de la proportionnelle, assurément le meilleur vecteur d’instabilité.

M. Bayrou, fidèle à lui-même, a qualifié sa prestation de « tournant » dans cette campagne. Non, dans la trajectoire Bayrou : aucun tournant, mais toujours le même manque de flair et de logique politiques.

Pascal Célérier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Une femme de 104 ans tabassée chez elle par trois racailles pour lui voler 10 €

22 Février 2017, 19:48pm

Publié par Thomas Joly

C'est la fille de la victime qui l'a retrouvée couchée sur le sol et baignant dans son sang, ce mardi, peu avant midi. La centenaire venait d'être agressée par trois « jeunes » d'une vingtaine d'années.

Après avoir pénétré par la force chez elle, rue Casimir Brenier à Grenoble, le groupe de racailles a violemment agressé la Grenobloise de 104 ans, qui a dû être transportée d'urgence à l'hôpital. Son pronostic vital n'est pas engagé.

Les trois ordures sont partis après lui avoir volé l'argent liquide qu'elle possédait chez elle. À savoir deux billets de cinq euros. Ayant pris la fuite après l'agression, les trois lâches sont toujours recherchés par les forces de l'ordre.

Source : http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/femme-104-ans-agressee-elle-trois-jeunes-grenoble-isere-1201045.html

Voir les commentaires

L'assistant parlementaire d’un sénateur socialiste interpellé pour son appartenance à la mouvance djihadiste

22 Février 2017, 17:32pm

Publié par Thomas Joly

Résultat du recrutement massif d’extra-européens par les partis de gauche hexagonaux, l’infiltration djihadiste y progresse également. Un assistant parlementaire d’un sénateur socialiste a été interpellé pour son appartenance à la mouvance islamiste militante.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris visant l’attaché parlementaire d’un sénateur socialiste soupçonné d’apologie du terrorisme sur sa page Facebook, a-t-on appris aujourd’hui de source judiciaire. Une militante associative, alertée par les messages de propagande djihadiste postés par le collaborateur, avait fait un signalement aux autorités, conduisant le 25 janvier à l’ouverture de cette enquête préliminaire, d’après une source proche du dossier.

Et un florilège des goûts de l’activiste : selon Le Canard enchaîné, qui a révélé l’affaire, la page Facebook du jeune homme contenait notamment des appels au djihad et des images d’égorgements. Elle aurait été un temps retirée avant de réapparaître en langue arabe, d’après l’hebdomadaire.

Le sénateur PS était parfaitement au courant du profil de l’intéressé d'ailleurs condamné pour violences conjugales.

Le Parti Socialiste Français recrute massivement des allogènes dans sa bureaucratie interne, faute d’ouvriers. Les premières conséquences s’en font ressentir et ce n’est pas l’orientation du candidat de ce parti aux élections présidentielles qui changera la donne.

Source : http://breizatao.com/2017/02/22/un-assistant-parlementaire-musulman/

Voir les commentaires

De quoi Aulnay-sous-Bois est-il le nom ?

22 Février 2017, 12:40pm

Publié par Thomas Joly

« La police n’a pas sa place dans la République.
La police est gangrenée par le racisme.
Nous sommes rassemblés contre la police qui assassine.
La violence est structurelle au sein de la police. »

Voici quelques-unes des « petites phrases » qui ont émaillé les différentes prises de parole lors des manifestations anti-police et anti-État qui ont suivi les événements d’Aulnay-sous-Bois. Simples témoins, du moins se présentant comme tels, ou représentants d’un monde associatif très engagé contre la police, de nombreux orateurs se sont ainsi succédé pour déverser, pendant un long moment, des paroles de haine et d’intolérance, contribuant ainsi à jeter de l’huile sur le feu et à semer la discorde au sein de quartiers déjà en feu.

Face à ces discours en forme de déclaration de guerre à nos institutions, nos responsables politiques, au plus haut niveau, restaient muets quand ils ne semblaient pas, par des actes ou des paroles inconsidérés, donner raison à ceux qui enflamment nos banlieues depuis plusieurs jours. Pour parachever ce dramatique tableau d’une France à la dérive, et promise au chaos sans un sursaut urgent, à quelques milliers de kilomètres de là, un candidat à l’élection présidentielle — Emmanuel Macron —, en déplacement en Algérie, jetait l’opprobre sur la France et les pieds-noirs lors d’une interview télévisée.

Il apparaît aujourd’hui comme une évidence que la situation n’a jamais été aussi dégradée et conflictuelle dans nos villes et nos banlieues, entre certaines catégories de nos populations et la République. Les raisons de cette détérioration sont connues et remontent à de nombreuses années. Elles tiennent en premier lieu à des politiques migratoires et urbaines menées en dépit du bon sens. Les regroupements, dans certains secteurs urbains, de populations étrangères ont permis le développement de communautarismes dont on paie maintenant les effets.

Par ailleurs, l’échec du système scolaire, qui fabrique de plus en plus d’illettrés, et le chômage endémique qui touche les plus défavorisés ont fini de marginaliser toute une frange de la population qui ne se reconnaît plus dans la société française d’aujourd’hui. Laissées pour compte et souvent livrées à elles-mêmes, ce sont de véritables « sociétés parallèles » qui se sont développées dans des quartiers où les services publics en général, et la police en particulier, se rendent de moins en moins souvent. Intervenir dans ces territoires perdus de la République relève maintenant du défi quotidien. Les rapports entre la police et les populations se sont tendus et, sur fond d’économie souterraine et de criminalité galopante, il n’y a plus aucun échange possible.

Face à ces échecs, à mettre au crédit de tous les gouvernements qui se succèdent depuis quarante ans, ne reste plus souvent que le rapport de force. Car il faut le dire et le redire : l’État n’est pas le bienvenu dans nombre de ces territoires qui ont fait le choix de vivre en marge de la République. Médecins, pompiers, infirmières, et même parfois travailleurs sociaux n’y pénètrent plus qu’avec la peur au ventre, et parfois sous escorte policière. Quant aux élus locaux, ils ont déjà fait le choix de ne plus voir ce qui s’y passe et de cautionner à coups de subventions publiques, via le secteur associatif, une paix sociale qui reste à la merci du premier incident venu.

Aulnay-sous-Bois n’est, en fin de compte, que le révélateur d’un pays qui n’en finit pas de se déchirer.

Olivier Damien

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Lettre ouverte de Jean-Yves Le Gallou aux journalistes : « Et si vous redécouvriez le pluralisme ? »

21 Février 2017, 15:28pm

Publié par Thomas Joly

Beaucoup de journalistes sont malheureux. Ils ont l’impression – plutôt juste, d’ailleurs – d’appartenir à une profession détestée.

Les plus sots ont décidé de s’en prendre à la réinfosphère, aux médias alternatifs et aux réseaux sociaux qui leur ont fait perdre le monopole de l’information. Au lieu de se remettre en question, ils réagissent comme des chauffeurs de taxi furieux de la concurrence d’Uber et des chauffeurs privés. C’est stupide. Ce n’est pas en labellisant les sites des médias officiels de pastilles vertes qu’on les crédibilise : bien au contraire! A la fin de l’Union soviétique la Pravda arborait la pastille verte pendant que les auteurs des samizdats étaient marqués au fer rouge. Cela n’a pas suffi à sauver le régime communiste.

Les journalistes les plus lucides devraient, eux, s’interroger sur la manière dont la majorité de leurs confrères exercent leur profession à coups de moraline : en prétendant dire le « bien », au lieu de chercher à découvrir le vrai, à décrire les faits.

Ce qui manque aux médias c’est le pluralisme. Pluralisme intellectuel et pluralisme politique.

Il y a quelques années encore il était possible de regarder ou d’écouter Zemmour, Ménard ou Taddei. Ils ont été chassés ou marginalisés. Qui plus est à la suite de campagnes de presse montées par des gentils « confrères » ! Ménard et Zemmour pourchassés par le soviet d’i-télé. La tête de Zemmour menacée par le SNJ au Figaro. Tous les Français qui suivaient ces journalistes en ont tiré les conséquences. Et sont partis voir ailleurs… sur Internet !

Certes, il y a encore des débats dans les médias officiels, mais uniquement dans l’entre-soi. Dans l’entre-soi de gens qui partagent les mêmes convictions : mondialistes, libre-échangistes, immigrationnistes, islamophiles et déconstructionnistes.

Les « experts » invités à s’exprimer pensent tous la même chose. C’est bien qu’il y ait des gens pour prétendre que l’immigration est une chance pour la France, l’islam une religion de paix et que la mondialisation est heureuse. Mais à une condition : que l’opinion adverse ait aussi droit de parole. Car dans la pensée européenne il ne peut y avoir d’approche de la vérité et de la réalité que dans la libre confrontation des points de vue.

C’est pour cela que les débats contradictoires sont absolument essentiels. Mais certains intellectuels soliloquent chaque semaine pendant que d’autres ne sont jamais invités.

Lire la suite : http://www.polemia.com/lettre-ouverte-aux-journalistes-et-si-vous-redecouvriez-le-pluralisme/

Voir les commentaires

Trump avait raison, le quartier musulman de la capitale suédoise en proie à des émeutes raciales

21 Février 2017, 10:54am

Publié par Thomas Joly

Moins de 24 heures seulement après la campagne de presse lancée contre Trump à propos de ses commentaires sur la situation en Suède (voir ici), le quartier musulman de Rinkeby, dans la banlieue de Stockholm, a été le théâtre d’affrontements entre la police et des gangs ethniques.

Le gouvernement « féministe » suédois s’était fait fort, via son ambassade aux USA, d’annoncer vouloir « expliquer » la politique d’immigration et d’intégration du pays au président américain.

Cela devrait s’avérer nécessaire d’autant que Donald Trump devrait être rapidement informé de ces derniers développements.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires