Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Peine de mort pour les complices des terroristes du 15 janvier 2015 !

16 Décembre 2020, 20:52pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Terrorisme : l’ultra-gauche ferait-elle concurrence aux islamistes ?

16 Décembre 2020, 06:34am

Publié par Thomas Joly

Le gouvernement vient d’adopter en Conseil des ministres un projet de loi contre le séparatisme, étrangement devenu projet de loi « confortant les principes républicains ». Cette euphémisation illustre sa réticence à nommer les choses, en l’occurrence l’islamisme. Voudrait-il persuader l’opinion que le séparatisme, dont l’expression extrême est le terrorisme, concerne, au-delà de l’islam dit radical, de nombreux courants politiques ? Le hasard fait bien les choses, puisque les médias soulignent actuellement les arrestations survenues dans les milieux de l’ultra-gauche.

Depuis plusieurs mois, les services de renseignement s’inquiètent d’un regain d’activisme chez cette mouvance. Le 8 décembre, neuf personnes ont été arrêtées à Toulouse, à Rennes, en Dordogne, dans le Val-de-Marne. Le 11 décembre, ce sont sept autres personnes (six hommes et une femme) qui ont été mises en examen pour « association de malfaiteurs terroriste ». Elles sont soupçonnées d’avoir projeté des actions violentes, sans être encore passées à l’acte. Le Monde rapporte que l’un des suspects serait, selon une source proche du dossier, « ancré dans une idéologie prônant la révolution ».

Le gouvernement se réjouit sans doute de pouvoir montrer, par des exemples concrets, que le terrorisme qui menace la France n’est pas exclusivement lié à l’islam. Bien sûr, il aurait préféré qu’ils sortissent de l’extrême droite, mais ce n’est pas tous les jours qu’on a sous la main un retraité de 84 ans qui tire sur deux personnes devant une mosquée. Il faut bien se contenter de ce qui se présente, l’important étant de trouver d’autres coupables que des islamistes. Cette recrudescence de l’activisme d’extrême gauche est néanmoins inquiétante. Les attentats commis par Action directe dans les années 80 ne sont pas si lointains. Et si ça recommençait ?

Il ne faudrait pas minimiser les accointances qui peuvent exister entre ces révolutionnaires anticapitalistes et les islamistes. Leurs relations sont complexes : les premiers aimeraient bien trouver chez les seconds des alliés dans leur combat anti-impérialiste. D’aucuns estiment que les islamistes se trompent de combat en voulant instaurer leur loi religieuse et qu’ils seraient plus avisés de s’associer aux luttes des prolétaires. Mais dans tous les cas, ils leur sont rarement hostiles : ils font feu de tout bois, tout leur est bon pour parvenir au Grand Soir dont ils rêvent.

Il est malheureusement difficile, comme dans d’autres domaines – l’incohérence des mesures sanitaires en est une nouvelle illustration –, de faire confiance à Macron et à son gouvernement pour lutter contre le séparatisme et le terrorisme. Il leur faudrait nommer explicitement leurs véritables ennemis, dénoncer leurs complices, clarifier leurs relations avec des pays soupçonnés de financer l’islamisme, faire preuve d’une totale transparence dans leur communication. On peut douter qu’ils en prennent le chemin : ils gesticulent plus qu’ils n’agissent !

Philippe Kerlouan

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Tous au lit à 9 heures !

16 Décembre 2020, 06:27am

Publié par Thomas Joly

Knock l’avait dit, Castex l’a fait : le 15 décembre, l’heure rectale sonnera pour tous à partir de 20 heures. Jusqu’au 7 janvier, si tout va bien. Et ce n’est pas gagné. Mieux vaut parler de « revoyure ». C’est terrifiant, c’est morbide. Adieu, veau, vache, cochon, couvée ! Culte, culture, agriculture : même combat.

À ce coup de tonnerre dans un ciel plombé a répondu une salve d’indignations. Depuis Renaud Capuçon, en passant par Grand Corps Malade, père d’un nouvel opus Pas essentiel , à Philippe Torreton, déjà en route pour Martigues, à Patrick Bruel qui parle d’expérience, ce fut une vague (une sacrée) de protestations. Incohérent ! Catastrophique ! Consternant ! Les musées seraient-ils plus dangereux que les Galeries Lafayette ? tweete Oriane Beaufils, conservatrice des peintures du Musée de Fontainebleau. A-t-on constaté des clusters dans les musées ? Les librairies ? Plus que dans les supermarchés ? Les supérettes ? Les manifs ? Qu’on fasse un test à l’entrée des théâtres ! Qu’ils se cultivent, les politiques, avant de décréter ! Knock a haussé le ton sous son masque. Non ! C’est non ! Noël ? Le plus dangereux des clusters, a écrit un journal. L’essentiel est de mourir en bonne santé. Homicidé peut-être, mais pas « covidé ».

Couvre-feu, donc, mardi, et strict. Tous au lit à 9 heures ! Pas plus de six par lit. Contrôle de police renforcé. Adieu, musées ! Adieu, théâtres ! Adieu, concerts ! Adieu, les jobs ! Ave, Netflix ! Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle. Spleen assuré. La Garde républicaine est de sortie. C’est Roselyne Bachelot qui a eu les mots justes, en globish, frondant, mutine, la loi Toubon : « Ce qui serait terrible pour la culture, c’est le stop-and-go. Rouvrir pour refermer, on assassinerait la culture si on faisait cela. » On en frémit d’avance.

De l’avis de tous, la manif de samedi fut une réussite. Pensez : les forces de l’ordre étaient allées chercher les Black Blocs dès le début, pour les amener vers la Justice. Certes, c’était violent, ce carré de légions romaines en marche, mais combien efficace ! On pouvait faire ses courses, flanqué de la police, lavée de tout soupçon, qui a montré sa force sans en user. Les commentateurs ne tarissaient pas d’éloges : une manif, c’est du folklore. C’est le peuple qui parle. C’est jouissif. C’est surtout « un plus démocratique ». Alors, puisque le théâtre est un acte de communion de la cité tout entière, pourquoi ne pas envisager quelques manifestations « d’en commun » chaque samedi que Dieu fait ?

Ce dimanche avant Noël, dit le dimanche de Gaudete, aux chasubles roses, il pleuvait sur Paris, à traits fins sur les quais, comme dans une gravure de Méryon. Notre-Dame était illuminée. Dans un restaurant, à côté de Panis, toujours fermé, un père Noël rouge trônait mélancolique sur un tabouret, devant un tableau noir aux lettres blanches : « Pizza couvre-feu à emporter. » Derrière lui, le vide. Pas un passant dans la rue. Place Maubert, le clochard refaisait son lit mouillé. « Laissez-nous travailler ! » crient les Français.

Marie-Hélène Verdier

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Vive la famille Lefèvre ! Vive la famille française traditionnelle !

16 Décembre 2020, 05:57am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Démission magouillée de Rubirola : il faut revoter et élire Stéphane Ravier pour libérer Marseille !

15 Décembre 2020, 19:53pm

Publié par Thomas Joly

A Marseille plus encore qu'ailleurs, la gauche a toujours joué au bonneteau municipal au détriment des Français.

L'arrivée à la mairie en juin dernier de l'écolo Michèle Rubirola à la tête d'une coalition encore plus gauchiste que progressiste relevait de l'arnaque électorale. Sa démission aujourd'hui, sous prétexte de problèmes de santé, pour laisser le champ libre à une expérience version Vieux-Port de ce que pourrait être demain, au niveau national, la nouvelle gauche radicale, tient du hold-up institutionnel. Si le tour de passe-passe était avéré, ou si la situation devenait ingérable, il appartiendrait à la Préfète des Bouches-du-Rhône de prendre ses responsabilités. Un retour aux urnes s'imposerait alors.

Il est temps que Stéphane Ravier, sénateur courageux et militant exemplaire de la droite nationale, accède aux responsabilités de la Municipalité pour libérer Marseille de ses maux et de ceux qui leur ont permis de croître et multiplier.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Idéologie climatique et référendum fantôme

15 Décembre 2020, 06:32am

Publié par Thomas Joly

Mitterrand avait, en 1984, inventé le référendum sur le référendum pour éviter de donner aux Français la parole sur la défense de l'enseignement libre.

Macron, lui, sort de son parapluie de vendeur de bretelles à la sauvette le référendum fantôme pour élever l'idéologie climatique au rang de dogme constitutionnel, sachant parfaitement que la crise/prétexte du COVID, tout autant que les réticences du Sénat dont l'accord préalable pour toute consultation directe des électeurs est nécessaire, en empêcheront l'organisation d'ici la fin de son mandat. Peu lui importe puisqu'il s'agit seulement de fournir un dérivatif commode aux cinglés verts et rouges de cette Convention citoyenne sur le climat mise en place par lui et à laquelle il avait imprudemment promis que ses conclusions seraient reprises « sans filtre » par l'Exécutif.

Au demeurant les Français, accablés par les contraintes imposées par la dictature sanitaire, confrontés à une crise économique et sociale qui s'annonce dévastatrice, angoissés par la montée de l'ensauvagement du pays et conscients, même s'ils la subissent passivement, de la submersion migratoire, se foutent totalement d'être consultés. Ni sur ce sujet ni même sur un autre.

Ce qu'ils attendent c'est un État fort qui les gouverne, les protège et leur indique la voie nationale.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Castex siffle la fin des cours en avance

15 Décembre 2020, 06:10am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Covid-19 : l’horreur progressiste démasquée

15 Décembre 2020, 06:05am

Publié par Thomas Joly

Depuis le début de la pandémie, le progressisme est le mot qui revient à chaque fois à la charge pour justifier toutes les mesures de confinement et autres, au nom de la préservation de la santé, du caractère sacré de la vie. Thème récurrent du progressisme, que l’on retrouve d’ailleurs dans des pays comme Cuba qui, bien que très pauvre, et totalement privé de toute liberté, est doté d’un système de santé que bien des pays peuvent lui envier.

Si le premier confinement pouvait se justifier par l’effet de surprise, la méconnaissance du virus, l’impréparation de notre système de santé, le même argument ne tient plus aujourd’hui. Les mesures liberticides d’ampleur exceptionnelle prises en France, bien plus sévères que partout ailleurs, ne se justifient que par l’incompétence de ce gouvernement à adapter notre système de santé au risque, alors qu’il a disposé de huit mois pour améliorer les capacités hospitalières ! Il a gaspillé ce temps et, aujourd’hui, ce sont les Français qui paient au prix fort les pots cassés de ses errances.

Progressisme signifierait protection de la santé : oui, mais visiblement pas pour toutes les pathologies. Car si les statistiques nous font un état précis quotidien de la mortalité due au Covid-19, personne ne nous parle des décès liés à des reports de soin, d’examen, pour les autres maladies. Très peu nous parlent de mal-être des Français : il y aurait un doublement des cas de dépression nerveuse. La tristesse et la détresse s’installent dans nos populations. Et il y a de quoi. De nombreuses professions se voient interdites de travailler, d’exploiter leur commerce, de gagner leur vie : restaurateurs, exploitants de salles de cinéma, de spectacle, de discothèque, et bien d’autres. Ces gens se voient privés de revenu, accablés par les charges et les crédits, dépossédés de leur droit fondamental à travailler : ils sont des centaines de milliers en France. Ils sont au bord de la rupture économique, sociale, familiale, psychique, mais pour eux, le progressisme ne compte pas : ils n’ont qu’à faire comme tout les assistés, attendre patiemment que le gouvernement daigne leur débloquer des aides qui ne couvrent même pas 20 % de leurs besoins… Pas grave, ils ne sont pas essentiels, nous dit-on…

Des humoristes « progressistes » salariés du service public ont même été jusqu’à se moquer d’eux, les « chouineurs »… Les vieux n’ont, eux, qu’à rester à l’isolement, et tant pis s’ils meurent de chagrin. Pour les jeunes, pas de travail, pas de cours à l’université, pas de sortie, pas de distraction, pas le moindre job en vue en cette période de récession sans précédent : ne vous plaignez pas, le pouvoir vous sauve la vie, et celle de vos aînés…

Cette année, la dépense publique en France va atteindre les 63 % du PIB : un score inégalé, digne de la Hongrie ou de la Pologne au temps du bloc soviétique. Mais peut-être est-ce là le vrai but recherché par le « progressisme » qui, depuis Marx, s’oppose au « populisme » réactionnaire des petits propriétaires ? Pendant que Macron et sa bande versent des larmes de crocodile sur les indépendants, ce sont Amazon et les GAFAM qui se frottent les mains de sa politique. Que deviendront nombre de commerces et restaurants poussés à la faillite ? Nombre d’entre eux seront probablement, demain, la propriété de grands groupes, grandes banques qui les rachèteront à la casse.

Doit-on vivre seulement pour ne pas mourir ? C’est le choix qu’un régime comme celui de Cuba a proposé à son peuple. C’est un choix que le progressisme nous impose aujourd’hui sans nous permettre d’évaluer le pour et le contre. Comme il nous a déjà imposé le libre-échangisme, l’immigration de masse : à chaque fois, on nous pousse dans un sens précis sans nous permettre d’évaluer sérieusement les tenants et aboutissants. Après nous avoir dépouillé de nos usines, de nos emplois, de notre identité, de notre sécurité, voilà qu’on veut s’emparer de nos libertés et de ce qu’il nous reste de patrimoine. Mais rassurez-vous, c’est pour notre santé que le gouvernement progressiste agit ainsi…

Olivier Piacentini

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le suicide électrique français

14 Décembre 2020, 05:52am

Publié par Thomas Joly

Deux mois après que M. Macron a fait fermer d’autorité deux réacteurs nucléaires à Fessenheim, l’EDF a dû relancer d’urgence les quatre centrales à charbon françaises. Quatre centrales équipées de cheminées qu’on a montées à 240 mètres, tant leur pollution est extraordinaire ; mieux vaut que les habitants n’en aient pas conscience. Votre vieux diesel, à côté, c’est petit bras.

Notons, au passage, à quoi nous mène l’imitation béate de nos voisins allemands et de leurs mercenaires Grünen : nous avons dépensé 121 milliards dans l’éolien, et nous relançons notre charbon. Et ça ne suffira pas : RTE a annoncé qu’il allait y avoir, cet hiver, s’il fait grand froid, des coupures tournantes d’électricité, par paquets de 200.000 foyers, soit environ 450.000 habitants. Monsieur Macron n’a pas fini d’avaler des couleuvres.

Sauf s’il se moque du chauffage des Français – ce qui est possible.

À propos de chauffage, la France s’est engagée à lutter contre le réchauffement et les émissions de gaz à effet de serre.

Du moins, c’est ce qu’elle prétend. Souvenez-vous de Fabius et de son ridicule marteau de commissaire-priseur. Plus bidon que la COP21, tu meurs. Et c’est dans le cadre de cette lutte que les chaudières au fioul et à gaz vont être interdites dans les constructions neuves à partir de l’an prochain ; vous devrez installer une pompe à chaleur.

Ça paraît logique…

Sauf si l’État fait fermer les seules centrales électriques qui n’émettent aucune fumée ni aucun gaz à effet de serre : les centrales nucléaires. Or, le ministre Barbara Pompili a déclaré qu’on allait continuer à fermer ces centrales. On pourra compenser, dit-elle, par des « économies d’électricité ». Et le pire, ce n’est pas qu’elle le dise, mais c’est qu’elle le pense. « Je vais économiser 30 watts avec mes ampoules à LED et je vais pouvoir brancher ma voiture électrique à 100.000 watts. » C’est exactement le raisonnement de nos pseudo-écologistes. À se demander s’ils fument la moquette ; ce qui est également possible.

Donc, ça ne suffira pas. Aussi, après avoir fermé Fessenheim et fait quelques milliers de chômeurs, après avoir relancé les centrales à charbon, la France va construire… une centrale thermique en Bretagne, qui fonctionnera au gaz.

Vous avez bien noté qu’on va fabriquer de l’électricité avec du gaz et exiger des Français qu’ils se chauffent à l’électrique. Encore bravo, M. Macron ! Mais on va plus loin : la construction de cette centrale a été attribuée à Siemens, une entreprise allemande, qui aura l’entretien et la maintenance pour les vingt ans à venir. Et le gaz, de surcroît, sera acheté à l’étranger. Ainsi, la France aura à la fois les chômeurs et le déficit. Mais les émissions de CO2 seront, elles, bien françaises.

Ça s’appelle organiser le déclin du pays. La construction de cette centrale, outre qu’elle est la suite des errances de notre politique énergétique depuis que les écolos s’en mêlent, montre la faillite des éoliennes et autres EnR (énergies renouvelables). Un scandale.

Pourtant, cette faillite était certaine : les éoliennes ne fonctionnent que 24 % du temps, soit un jour sur quatre. Si vous en plantez 100.000 au lieu de 100, vous aurez 100.000 machines qui ne serviront à rien trois jours sur quatre. De plus, ces éoliennes très peu puissantes – il en faut des milliers, sur des milliers d’hectares – vont épuiser les ressources mondiales de métaux et matières nécessaires à leur construction. Cet aspect très inquiétant des éoliennes est peu mis en avant, et pourtant réel : nous épuisons nos ressources pour une chimère. Et le raisonnement est exactement le même pour l’énergie photovoltaïque.

Et pourtant, en dehors des barrages et de la géothermie qui sont réservés à quelques régions peu nombreuses, il n’existe que trois énergies qui n’émettent ni fumée ni gaz carbonique : l’éolien, le solaire et… le nucléaire.

Jean-Marc Prenove

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les entretiens du PdF - N°01 - Invité : Thomas Joly (12/12/2020)

13 Décembre 2020, 20:07pm

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : la catastrophique gestion gouvernementale de la « crise sanitaire », le vaccin anti-Covid, le couvre-feu, la loi « Sécurité globale », les violences des Blacks Blocs, la loi bidon sur le séparatisme, le psychodrame antiraciste du match PSG-Basaksehir, les élections présidentielles américaines, l'agression contre l'Arménie, l'ignoble crèche du Vatican, les activités du Parti de la France, appel aux dons.

Voir les commentaires

Les Blancs désormais éliminés des nouvelles publicités ?

13 Décembre 2020, 14:40pm

Publié par Thomas Joly

Franchement, il se passe quoi dans les publicités depuis quelques temps ? À la télévision ou sur Internet, partout où la publicité s'affiche ? Les directeurs de casting ont l'air d'avoir tous décidé de ne plus prendre que des acteurs et des actrices noirs. Il n'y a plus du tout de Blancs qui tentent leur chance dans les auditions ?

C'est hallucinant avec quelle vitesse la gauche est en train de complètement changer notre univers visuel. Cette propagande est inouïe par son intensité et son matraquage. Il y a une volonté délibérée d'effacer progressivement les Blancs du champ visuel et culturel. Nous sommes en train d'assister à notre extinction, et en ne nous y opposant pas, nous nous rendons complices de notre propre meurtre.

C'est un suicide collectif à l'échelle d'un continent, du jamais vu dans l'Histoire humaine. Et pendant ce temps, on nous empêche toujours de dire qu'un Grand remplacement est à l’œuvre. Ils nous mettent la tête sous l'eau et nous interdisent de dire que nous nous noyons.

Jonathan Sturel

Voir les commentaires

Répression des Ouïghours : les sermons du révérend père Griezmann !

13 Décembre 2020, 11:40am

Publié par Thomas Joly

Nos amis footballeurs sont, décidément, très en verve, en ces temps de confinement. Après Lilian Thuram, autoproclamé spécialiste en sociologie, et Demba Ba, nouvel arbitre des élégances antiracistes , c’est au tour d’Antoine Griezmann de venir marcher sur le gazon des experts en géopolitique.

Ainsi, l’ancien champion du monde (millésime 2018) vient-il de rompre le contrat publicitaire le liant à Huawei depuis 2017. La raison de ce divorce ? Le soutien de cet opérateur téléphonique chinois dans la répression des Ouïghours, peuplade musulmane du nord-est de l’empire du Milieu et suspectée de velléités séparatistes. Il est un fait que Pékin, dans sa lutte contre le terrorisme, réel ou supposé, de cette minorité turcophone aurait plutôt tendance à employer les grands moyens.

Car là, c’est reconnaissance faciale à tous les étages (merci Huawei, donc), traçage des citoyens incriminés, placement en camps de détention des récalcitrants, sans négliger un programme de stérilisation plus ou moins officiel des femmes ouïghoures. La surveillance électronique (merci Huawei, une fois encore) permettrait même de repérer ces citoyens chinois de seconde zone, dès lors qu’ils renonceraient à boire et fumer, signe indubitable de radicalisation islamiste… Comme quoi l’hygiénisme d’État est à géométrie variable : chez nous, c’est à moins de cinq fruits frais et légumes par jour qu’on est susceptible de menacer l’ordre public.

On remarquera que notre homme, d’ascendance germano-portugaise, héros tricolore en passe de devenir héraut de la cause ouïghoure, paraît avoir quelques problèmes avec la patrie l’ayant vu naître, ayant assuré, le 18 juin 2016, au Parisien : « Dans la vie de tous les jours, je me sens plus espagnol que français parce que ça fait dix ans que j’y suis [à l’Atlético de Madrid, NDLR]. En fait, je suis mieux en Espagne qu’en France. » Comme le disait naguère Évelyne Thomas à la télévision : c’est mon choix.

Mais revenons-en aux Ouïghours et à la soudaine affection qu’Antoine Griezmann semble leur porter. L’occasion de lui rappeler que la majeure partie des pays musulmans, si prompts à accabler la France dans nos affaires de caricatures, sont tout aussi prompts à se taire face à la Chine, tant il est vrai que les milliards de dollars déversés par cette dernière pour financer ces mêmes pays musulmans, afin de poursuivre son pharaonique projet de route de la soie, ne pèsent que peu vis-à-vis d’indignations politico-religieuses à géométrie manifestement variable.

Mais, à y mieux réfléchir, pourquoi notre paladin des temps modernes s’arrête-t-il en si bon chemin ? Car c’est sûrement louable de vouloir en finir avec les violences policières, celles faites aux femmes et à l’homophobie. Mais, dans ce cas, pourquoi ne rien dire du Qatar, pays on ne peut plus en vue dans le paysage footballistique français en tant que propriétaire du PSG ? Ignorerait-il que dans cet émirat, l’homosexualité est toujours passible de la peine de mort et qu’une femme adultère peut y encourir jusqu’à cent coups de fouet ? Et que les immigrés, là-bas souvent philippins, n’y sont pas près de manifester, la police locale n’ayant pas la réputation de manier des matraques en carton.

Bref, Antoine Griezmann se risque à faire de la politique. En attendant que Dominique Strauss-Kahn se penche sur la délicate question du harcèlement sexuel ?

Nicolas Gauthier

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

« Ras-le-bol des manifs du samedi à Paris ! »

12 Décembre 2020, 19:44pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Un démon marxiste de l'ANC veut s’installer dans la ville 100 % blanche d’Orania en Afrique du Sud

11 Décembre 2020, 06:38am

Publié par Thomas Joly

Deshi Ngxanga, secrétaire provincial de l’ANC au Cap Nord, a demandé un terrain à Orania car il a l’intention d’y construire une maison et de s’installer dans l’enclave afrikaner.

La ville du Cap-Nord, considérée comme ayant un taux de criminalité très bas, met “fortement et fièrement” l’accent sur l’autonomie et la préservation de l’héritage culturel afrikaner.

Dans une lettre adressée au directeur municipal du conseil municipal d’Orania et à l’ancien chef du mouvement Orania, Carel Boshoff, Ngxanga s’est enquis des parcelles de terrain disponibles dans la ville.

“Je vous adresse cette lettre pour connaître les parcelles résidentielles possibles qui sont disponibles à Orania. Orania fait partie de l’Afrique du Sud et je suppose qu’elle est ouverte aux personnes de toutes les races qui sont intéressées à résider dans la ville. Des lois comme la loi sur les zones de groupe et l’autonomie gouvernementale des Bantous ont été déclarées incompatibles avec la constitution et ont été supprimées des textes de loi”, a écrit Ngxanga.

Il a déclaré qu’en vertu de la Constitution et de la Déclaration des droits, chaque citoyen a le droit d’entrer, de rester et de résider n’importe où dans la République.

“Veuillez me faire connaître les parcelles disponibles et leur coût. Je souhaite construire ma maison et m’installer à Orania dès que possible. J’envoie également des copies à mes avocats afin que nous puissions engager une action en justice si jamais on me refusait la résidence à Orania en raison de la couleur de ma peau.”

Ngxanga a indiqué qu’il était prêt à porter l’affaire devant la Cour constitutionnelle si nécessaire.

“Chacun devrait être libre de choisir où il souhaite séjourner en Afrique du Sud. Nous nous opposerons à toute discrimination fondée sur la race”.

Un résident a fait remarquer mercredi que pour être considérés comme éligibles pour un terrain à Orania, les candidats devaient se soumettre à un examen et recevoir l’autorisation du conseil municipal.

“Quiconque souhaite rester dans la ville est tenu de respecter les règles et règlements. Il y a un certain nombre de conditions strictes qui doivent être respectées”, a déclaré le résident.

Boshoff a déclaré qu’aucune demande officielle de terrain n’avait été reçue, bien qu’il ait vu des messages sur les réseaux sociaux.

“Je ne suis pas directement impliqué dans la demande car elle sera traitée par le conseil municipal. Elle sera traitée comme n’importe quelle autre demande”, a déclaré M. Boshoff.

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

Les racailles feront-elles le sacrifice de brûler moins de voitures le 31 décembre ?

11 Décembre 2020, 06:10am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires