Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

À quand le partage de la grossesse entre le père et la mère ?

8 Juin 2011, 11:20am

Publié par Thomas Joly

Homme-enceint.jpgComme le rapporte un article du Nouvel Observateur, un rapport prône la création d'un congé paternité facultatif d'un mois, une façon de mieux répartir les tâches familiales et de faciliter l'égalité professionnelle entre femmes et hommes.

 

"L'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, et, dans son sillage, l'égalité sociale, ne peut être atteinte tant qu'il y aura inégal partage des responsabilités domestiques et familiales", écrit Brigitte Grésy, membre de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas).

 

Les enragés du travail (salarié) féminin oublient une fois de plus qu'égalité ne signifie pas identité et que l'idéologie la plus tenace se heurte un jour où l'autre aux réalités biologiques incontournables.

 

Source

Voir les commentaires

C’est beau la République

8 Juin 2011, 09:26am

Publié par Thomas Joly

shoah[...] Donc la démocratie, pétrie de ses principes à la con, attendait jusque là généralement de se prendre une toise pour réagir, et c’est l’ennemi qui lui a offert sur un plateau la belle solution pour anticiper toutes les toises : la Shoah.

 

Ben oui, tout ce qui menace la République mène à la Shoah, donc faut serrer les rangs, tas de cons, pas dépasser des tranchées, et voter pour des candidats certes pas bandants, mais ô combien sur la ligne du parti, c’est-à-dire républicains. Ils sont pas terribles mais ça peut être pire. Et il y a du choix, ils sont de gauche, de droite, du centre, écolos, rebelles, conservateurs, féministes, homosexuels, formatés, proches du peuple, aristos, jeunes, vieux, académiques, trublions, etc.

 

Et leurs mérites et petites péripéties sont obligeamment relatés par des journalistes qu’on sent très proches d’eux.

 

Ce sont tous des braves gens, y’a pas de doute, un peu comme les animateurs des jeux télévisés, qui vivent dans un monde imaginaire, entre eux. La démonstration que l’aristocratie démocrate a de beaux jours devant elle. Le droit du sang y fonctionne à plein, bien plus que l’allégeance absolue à ladite caste. Les journalistes se recrutent entre eux, les enseignants aussi. Pour être élu, faut passer à la télé, et pour passer à la télé, faut être élu.

 

bigbrother2La République et les médias, c’est toute une histoire. La République a d’ailleurs fait très tôt des lois intéressantes sur la liberté de ladite presse, à une époque où elle était un peu trop libre. L’exploit de la loi de 1881 est de passer pour une loi libertaire alors qu’elle explique froidement que la liberté de la presse n’existe pas. Bien sûr, la République n’a eu de cesse de serrer les boulons au fil des décennies, jusqu’aux sympathiques lois communistes (logique !) que nous avons vu naître ces dernières années. Et il faut aussi surveiller Internet, parce que ça y discute et ça y argumente que c’est pas tolérable.

 

Parce que la liberté, en République, ça devient vite la porte ouverte à tous les fascistes. Donc pour s’en préserver, il vaut mieux que la porte soit blindée par tous les communistes.

 

Maintenant, tous les médias à qui l’on vend des publicité et offre des subventions, ils sont biens. Quand un fait divers malencontreux et pétainiste blesse une fillette de neuf ans devant les Tarterêts, ils disent toutes les vérités que la République doit à ses citoyens : « C’est les bandes », « c’est l’exclusion », « Ci la poulice ». La droite, le centre et la gauche, l’opinion tricolore en relief, black-blanc-beur qu’on vous dit. Ça c’est de la pluralité d’opinion, du journalisme d’information honnête qui va investiguer pour savoir si ce ne serait pas par hasard le « très contesté » flash-ball des flics qui aurait honteusement stigmatisé une gamine de neuf ans, alors qu’elle jouait paisiblement au milieu de l’incendie que les pompiers ont tenté d’éteindre, étrangement sous protection policière, ce qui n’est pas très respectueux et propice au dialogue, avant de se faire légitimement caillasser par des jeunes très sensibles et en colère de ne pas pouvoir s’exprimer pour dire combien ils apprécient les gigantesques plans d’aides lancés avec toute la générosité du législateur et tout l’argent des gros contribuables.

 

emeute racaillesC’est qu’elle a son territoire, la République, et qu’elle n’entend pas l’abandonner complètement, mais comme dans la réalité on ne rétablit pas encore l’ordre en jouant au football avec des émeutiers, on a doté les Compagnies républicaines de sécurité de pistolets à eau, à bouchon, électriques, de matraques molles, d’un équipement de footballeur américain qui coûte cher aux gros contribuables mais qui permet à ses policiers de se faire massacrer suffisamment sans trop mourir. C’est ça, la police de proximité. Elle reçoit des gros coups dans la gueule, mais il y a les jambières pour faire médiation entre la chevrotine et la peau du flic.

 

Attention, c’est un gouvernement de droite dure qui commande, ils l’ont dit à la télé, si si, et même que la gauche le dit souvent, z’avez qu’à voir comment c’est vrai. Mais comme on est attaché à la liberté républicaine, on permet même à un fasciste comme Sarkozy de gouverner. Du moment qu’il est élu par la majorité. C’est beau, toute cette équité, cette éthique, le CSA, la polémique, l’opinion, le scandale, le dérapage, l’affaire machin… le député untel qui monte au créneau, bidule qui est vent debout contre chose, truc qui demande des excuses à ducon… C’est orgasmique, presque autant qu’un éditorial de Joffrin ou de Plenel.

 

corruption 1Et la République, avec les millions d’euros des gros contribuables, maintient en vie tous ses vieux journaux que personne ne lit, qui ne représentent que la caste qui se contente de suivre sans éclat la ligne du parti progressiste. Les journaux ne fonctionnent plus parce qu’on les achète, en se basant sur un lectorat : ils sont devenus un couteux service public destiné à occuper l’espace, pour qu’on ait l’impression que les choses fonctionnent, que le journalisme non-prostitué existe encore. Ne parlons pas des journaux locaux, totalement dépendants des collectivités qui, en cas d’insoumission, n’ont qu’à couper toute communication, retirer annonces légales et publicités pour asphyxier le vilain petit canard. Pour survivre, la presse républicaine ne cherche plus un lectorat, elle se trémousse pour obtenir les faveurs de la caste. Même chose pour les journaux en ligne dont le côté « dérangeant » est subventionné avec vigueur. Parce que sur Internet, des gens parlent librement, et du coup ont l’air subitement beaucoup trop rebelles, en comparaison, pour ce que la République peut tolérer. Il est urgent de les récupérer et de les ramener du côté des bons révolutionnaires et des « citoyens indignés ». C’est ça qu’ils pensent les Français indignés, si si, un sondage l’a démontré. Ils veulent de la justice sociale, une réduction des inégalités, un peu plus d’argent, un peu moins d’impôts, davantage de sécurité, moins de flics, et aussi moins de riches et plus d’employeurs…

 

sarko grimaceVoyez jusqu’où la République permet d’aller : le plus martial et le plus sécuritaire de tous les candidats qui n’a jamais existé a pu parler de « kärcher » et de « racailles ». Incroyable, non ? Ça permet d’aller très loin dans les mots la République. Et vous pensez qu’un type pareil mourrait pour Sevran ?

 

En général, tous les candidats à sa présidence promettent le changement et une nouvelle politique. Éventuellement de grandes réformes et une VIe… République. En général, on parle de refonte des institutions, de dépoussiérage de la fonction, d’assouplissement des administrations… Manière de dire qu’on change tout sauf le fond de la coquille.

 

Et c’est une manière de faire croire que l’on se bat contre un ordre établi. Ben oui, un régime né dans le sang du régicide et nécessairement soutenu par un troupeau majoritaire ne peut pas faire moins : la Révolution est continue. Faut que les Républicains d’aujourd’hui ait l’impression de lutter contre quelque chose, toujours, sinon y’a pas grande gloire que d’être républicain.

 

Après un si long règne, c’est un peu compliqué de donner l’impression de se battre contre l’ordre établi.

 

tout-le-monde-il-est-francais.jpgMais la République a trouvé l’astuce : elle se bat contre l’invincible, c’est-à-dire la nature et la réalité. Elle mène une croisade sans fin contre les différences, tout en prétendant le faire au nom de celles-ci.

 

La méthode ? La parité, la discrimination positive ou les quotas (dans le bon sens, bien sûr : si vous parlez de quota à propos d’un sport où l’équipe nationale est constituée de 10 étrangers sur 11, vous aurez droit au pilori).

 

On célèbre tout le malheur que les Blancs ont fait peser sur toute la planète. On s’excuse et on répare. Et du coup, on accepte, on tolère et on accueille, la moindre des choses. Et puis on peut faire des décrets : La transexualité n’est plus une maladie mentale, l’homosexualité n’est plus une déviance. Tout le monde il a les mêmes droits. Les médias lancent l’idée, la font pénétrer par martèlement dans les cerveaux, puis les politiques font semblant de devoir s’en emparer pour l’entériner. Si vraiment les cerveaux sont rétifs, la fausse droite fait semblant de jouer les conservateurs sous les huées de la gauche, et on attend quelques mois avant de relancer le sujet. Histoire de donner l’impression aux électeurs qu’ils peuvent encore ralentir la chute.

 

magistrat.jpgEt si la nature et les réalistes ne veulent pas fermer leur gueule, on se chargera de la leur fermer. La justice, séparée de l’exécutif (hu-hu-hu) applique docilement les lois égalitaires du législateur et punit seule comme une grande les peines décidées par ledit séparé. Et pour appliquer le tout, il y a les renseignements, la surveillance numérique, la police… Sans parler des moutons zélés, qui adorent dénoncer, parce que c’est citoyen. Su-sucre.

 

Qu’est-ce qu’être républicain, sinon adhérer « aux valeurs » de la République, c’est-à-dire aux droits de l’homme, donc à l’égalité ? Être républicain, c’est être de gauche. On en revient à l’égalité. L’égalité, c’est forcément la démocratie. Après moult promesses individuelles, on additionne des millions de voix égales et c’est celui qui a le plus de cons derrière lui qui gagne le droit de diriger le collectif.

 

La démocratie, fer de lance de la République… Dans les urnes, un gros débile vaut un génie. C’est beau. Les gens ils aiment ça, ils s’en rengorgent, de leur devoir de citoyen, ils aiment dire avec importance que des gens sont morts pour ça, comme on dit à un gosse que les petits noirs aimeraient eux aussi pourvoir manger des épinards. Ils savent que c’est la plus grosse meute qui a raison, et comme ils veulent le plus avoir raison, ils votent pour celui qui a le plus de chances d’avoir raison. C’est pour ça qu’on les sonde bien profondément.

 

Ils savent que la démocratie est là pour élire des représentants, représentants de la République fantasmée, c’est-à-dire des minorités imaginaires ou réelles, qui n’ont pas les moyens d’accéder seules à la représentation.

 

Dati-Yade.JPGCela nous donne une Dati, ex-ministre et garde des sceaux niveau maîtrise à l’arrache, nommée partout depuis toujours uniquement parce qu’elle est une Arabe, qui se révolte comme un vulgaire Kurde en transit parce que Fillon envisage de se présenter sur sa circonscription, celle qu’on lui a donné, alors qu’on y avait promu selon elle « le féminisme et la diversité ». C’est bien ça, la démocratie. Les électeurs doivent l’aimer parce qu’elle est représentative. Oh, certainement pas d’eux, mais ce n’est pas grave : on ne leur demande par leur avis, on leur demande leur bulletin.

 

Marianne-noire.jpgEt ils savent qu’ils se font enfiler chaque année par des grotesques promesses, mais ils retournent, fidèles aux mêmes, comme un client honteux mais qui à ses habitudes avec un laideron, un client qui regrette après le coït mais qui sait qu’il y reviendra ardemment, régulièrement, comme à chaque fois. Et n’allez pas croire que les gens votent selon leurs petites préoccupations du moment, non, ils pensent en terme d’intérêt général, c’est bien connu, comme les politiques qui s’offrent à leur suffrages, pour devenir les riches esclaves d’une putain qu’on nomme opinion publique…

 

Vraiment, c’est beau, la République.

 

Lire le texte intégral

Voir les commentaires

Quand les crasseux d'Attac, les profs mao-ménopausées et les étrangers revendicatifs unissent leurs forces pour refaire le monde

7 Juin 2011, 17:58pm

Publié par Thomas Joly

Je tiens à préciser que les concepteurs de cette petite science-fiction sont manifestement convaincus que l’enfer qu’ils veulent bâtir sera un authentique paradis. Bah oui, puisque c’est participatif. C’est même obligatoirement participatif.

 

Je vous épargne l’exégèse du bazar, largement pétri de contradictions, d’ignorance, de partis-pris complètement biaisés, de raccourcis idiots, et de nunucherie à haute toxicité. Dix minutes d’immersion dans la Gauche qui joue à se faire peur.

 

 

Source

Voir les commentaires

Vers des allocations familiales contre la famille ?

7 Juin 2011, 08:17am

Publié par Thomas Joly

assemblee-nationaleC'est tout le sens d'une proposition de loi "tendant au versement des allocations familiales dès le premier enfant et à allouer une somme identique à chaque enfant", déposée au mois de mai dernier. Texte (à lire ici) qui cumule la mauvaise foi et l'esprit anti-famille.

 

Mauvaise foi :

 

Plus une famille a d'enfants, moins ces derniers coûteraient cher : qu'on indique donc aux parents les moyens de trouver de telles réductions !

"selon une enquête de l’INSEE, le coût d’un enfant, l’année de sa naissance, a été évalué à 36 861 € par an alors que le second reviendrait à 3 084 € par an et le troisième à 1 689 € par an".

L'allocation proposée n'a rien à voir avec ce coût estimé puisque la loi propose 65 € par enfant par mois pour réduire les coûts des allocations.

 

familleEsprit anti-famille :

"Une première lecture peut laisser penser qu’une telle réforme désavantagerait les familles nombreuses mais il faut bien garder à l’esprit qu’une famille de 3 ou 4 enfants est au départ une famille d’un enfant".

Certes, mais une famille nombreuse est justement une famille de 3, 4 enfants ou plus pour laquelle la proposition de loi suggère les dévalorisations suivantes :

 

1 enfant

2 enfants

3 enfants

4 enfants

Système actuel

0

120

270

420

Système proposé

65

130

195

260

Gains/Pertes

65

10

-90

-160

Nombres de familles concernés

3 600 000

3 300 000

1 300 000

470 000

Cette proposition de loi s'oppose aux intérêts des familles nombreuses.

Ajouter au système actuel une allocation dès le premier enfant peut répondre à un besoin, mais n'est plus incitatif comme l'est le système actuel.

 

L'objectif de ce texte est clair - surtout quand la proposition débute par une citation de Malthus - : réduire le coût que représente la famille pour les dépenses publiques et diminuer le nombre d'enfants. L'objectif "intéressant" aujourd'hui est d'avoir un ou deux enfants. Pas plus.

 

Source

Voir les commentaires

1997 : anonymat garanti pour les magistrats pédophiles

6 Juin 2011, 12:31pm

Publié par Thomas Joly

balance-justice.jpgA l'heure où les fosses à purin de la République commencent à déborder malgré une connivence écoeurante de l'ensemble des médias qui ne semblent pas presser d'enquêter sur ce cloaque pestilentiel, voici le rappel d'un scandale passé inaperçu en 1997.

 

Le 28 juin 1997, la PJ du Val de Marne a passé les pinces à un magistrat à la retraite, ancien président de chambre à la cour d’appel de Paris. Il avait été surpris dans les toilettes de la piscine de Cachan après y avoir suivi un jeune garçon de 13 ans. Dans les WC, l’ancien président avait escaladé une cloison pour rejoindre le gamin et lui faire des propositions.

 

Les moniteurs de natation avaient repéré le manège du magistrat depuis plusieurs jours et ils sont intervenus. Interrogée par la police, son ex-épouse a confirmé qu’il avait de l’attirance pour les très jeunes garçons.

 

rien-vu-rien-entendu-singes.pngL’ancien magistrat a été laissé en liberté. Et la PJ du Val-de-Marne a diffusé, comme d’habitude, un télégramme d’informations à toutes les directions de PJ. Mais pas dans les échelons inférieurs ni dans les commissariats.

 

Lors d’une opération lancée par la gendarmerie contre les acheteurs de cassettes pédophiles, on avait aussi remarqué l’absence de certaines catégories professionnelles, dont celle des magistrats. Soixante et onze d’entre eux figurent pourtant sur la liste des clients !

 

chut.jpgLes officiers de gendarmerie et les commissaires de PJ se réservent ces « témoins » et les auditionnent en personne, pour éviter les fuites. Le télégramme de la PJ signalant le magistrat pris en flagrant délit à la piscine de Cachan portait d’ailleurs la mention : « Ne pas diffuser à la presse ». Il ne faut pas porter atteinte à la réputation de la magistrature…

 

Source : Le Canard enchaîné n°4004 du 23/07/97, article non signé.

Voir les commentaires

Compte-rendu du déjeuner-débat avec Roger Holeindre à Fluy

5 Juin 2011, 16:37pm

Publié par Thomas Joly

4-juin-2011-a.jpgSamedi 4 juin, le Parti de la France organisait à Fluy (80) un déjeuner-débat avec Roger Holeindre (jeune résistant, héros de guerre, combattant de l'Algérie française, grand reporter, écrivain, membre fondateur et ancien vice-président du Front National, ancien député, président du Cercle National des Combattants). Militants du Parti de la France et membres du CNC avaient répondu présent pour ce rendez-vous politique qui s'est déroulé lors d'une journée splendide dans le cadre convivial d'une sympathique auberge campagnarde.

 

4-juin-2011-b.jpgAprès une longue séance de dédicace des nombreux ouvrages de Roger Holeindre, Alexandra Mériguet, déléguée départementale du PDF pour la Somme, a prononcé un mot d'accueil avant le repas. Puis Thomas Joly, secrétaire général et délégué régional du PDF, a pris la parole pour revenir sur les élections cantonales en Picardie où le PDF avait 5 candidats et les scores obtenus en progression par rapport aux dernières élections régionales. Les futures échéances électorales de 2012 ont également été évoquées : le Parti de la France y participera activement avec ses partenaires politiques dans le cadre d'une grande union des forces de droite nationale, tant 4-juin-2011-c.jpgpour l'élection présidentielle que pour les législatives ; le monopole électoral de la droite nationale, organisé médiatiquement par le Système, ne pouvant être abandonné à un parti politique qui s'est renié, qui pratique une démagogie consternante et qui cherche avant tout à devenir comme les autres.

 

Vint ensuite l'intervention de l'invité d'honneur au talent d'orateur toujours intact. Roger Holeindre a expliqué les raisons qui l'ont conduit à quitter un mouvement politique qu'il a contribué à fonder et notamment parce qu'il est persuadé que Marine Le Pen ne croit pas un mot de ce qu'elle dit et parce que la majorité des cadres dirigeants du FN d'aujourd'hui sont des invertis notoires. Passant à l'actualité nationale, Roger Holeindre est 4-juin-2011-d.jpgrevenu sur les affaires de moeurs sordides qui font la une de l'actualité (DSK, ministre suspecté de pédophilie), rappelant les lourds soupçons qui pèsent sur le dépravé Jack Lang qu'il n'avait pas hésité à dénoncer dès 1998. Énonçant les menaces qui pèsent sur notre identité nationale et l'existence-même de notre Nation, il a fortement insisté sur la nécessité de poursuivre le combat politique, ce qu'il fera, comme il l'a fait toute sa vie, tant que Dieu lui prête vie. Après une salve d'applaudissements fournis répondant à ce discours magistral, au nom de la mémoire des soldats français morts 4-juin-2011-e.jpgen Afghanistan, quel que soit notre position politique quant à la pertinence de la présence de nos troupes là-bas, une minute de silence fut observée.

 

C'est regonflée à bloc et ravie par cette journée que l'assistance s'est retirée et que rendez-vous est pris pour les prochains combats politiques et électoraux.

 

Merci à Bernard pour les photos

Voir les commentaires

La République ne veut qu’aucun jeune cerveau lui échappe

3 Juin 2011, 07:43am

Publié par Thomas Joly

franc maçonnerieQu’importe que les élèves d’aujourd’hui soient illettrés et ignares. L’important est que les « valeurs de la République » (franc-maçonne) soient bien inscrites dans leur esprit : immoralité, démocratisme, shoatisme, ethno-masochisme, mondialisme, individualisme, négation de tout ordre naturel, etc.


Toujours dans cette optique, alors que l’UMP vient de porter un terrible coup à la normalité, via les manuels scolaires, le PS n’est pas en reste, comme vous le voyez ci-dessous.

 

La large fraction pro-maçonnique du Parti socialiste, Jean Glavany et Jean-Marc Ayrault en tête, repart au combat contre l’enseignement privé sous et hors contrat. Avec une soixantaine de députés, ils viennent de déposer une proposition de création d’une « commission d’enquête sur les pratiques intégristes, fondamentalistes et sectaires portant atteinte aux lois, aux principes et aux valeurs de la République dans des établissements privés d’enseignement qu’ils soient sous ou hors contrat, et sur les moyens de contrôle qu’exerce l’Education nationale sur ces pratiques ». Ce, alors même que tous ces établissements, aux résultats en général excellents, sont soigneusement inspectés au moins une fois par an. (Source : Faits & Documents n°316)

 

Source

Voir les commentaires

Les imbéciles n’aiment pas la rumeur

3 Juin 2011, 07:11am

Publié par Thomas Joly

Ferry-Luc-Grand-Journal.jpgLes imbéciles, on les reconnaît à ce qu’ils n’aiment pas la rumeur.

 

En réalité, si les rumeurs sont tellement détestées, c’est parce qu’elles requièrent de l’intelligence et du bon sens, qu’il appartient à celui qui l’entend d’évaluer sa valeur. L’imbécile fier de l’être, lui, n’aime pas la rumeur parce qu’il exige qu’on ne lui confie pas ce travail-là, qu’on lui donne de la vérité officielle.

 

Ainsi donc, le philosophe et ancien ministre Luc Ferry a colporté la rumeur selon laquelle un ancien ministre serait un pédophile qui s’est fait arrêter un jour au Maroc et qui a été exfiltré par les autorités françaises, qu’il était incapable d’en apporter une preuve « formelle », mais qu’un premier ministre le lui a dit.

 

Rumeur.jpgFaisons preuve d’un peu d’intelligence, et examinons cette rumeur-là :
- Soit le premier ministre en question a bien tenu ces propos à Luc Ferry, soit Luc Ferry est non pas un menteur, mais un déséquilibré, d’autant plus que ledit premier ministre a forcément entendu ses déclarations, et que dans le cas où il n’aurait rien dit, il se répandrait partout pour l’affirmer en cherchant à être confronté au menteur sous les regards hilares d’observateurs trop heureux de contempler un mythomane en train de se liquéfier.
- Si le premier ministre a bien tenu ses propos, soit il a dit vrai lui aussi, soit c’est lui qui est non pas un menteur mais un déséquilibré.

 

Comme il est très probable qu’aucun de ses deux-là relèvent de l’hôpital psychiatrique, on peut dire que Luc Ferry a apporté la preuve non pas qu’un ancien ministre est un pédophile qui fût un jour arrêté au Maroc, mais que c’est très probablement le cas…. S’il y avait des journalistes en France, c’est de ce postulat qu’ils partiraient, ils n’auraient alors de cesse que d’essayer de mettre un nom sur notre pédophile anonyme, les candidats les mieux placés feraient déjà leurs unes, et nous pourrions espérer que la très probable vérité énoncée par Luc Ferry se transforme en vérité judiciaire d’ici quelques mois.

 

dep_tv_cerveau.jpgL’ennui avec la rumeur, c’est la populace. La populace, elle l’adore, « la théorie de la rumeur », car l’idée selon laquelle tout ce qui n’est pas officiellement prouvé est a priori faux, elle est grotesque, mais elle a l’apparence de l’intelligence, du bon sens et de la pondération…. En conséquence, quand les faux journalistes qualifient de « rumeurs » les informations officieuses qui devraient leur servir de matières premières, la populace est toute fière de comprendre ce qu’elle prend pour un raisonnement de haut vol, et pour tout dire, elle a même l’impression qu’elle y a pensé toute seule…. Pire, s’il apparaît un jour, même à elle, qu’il fallait examiner la rumeur avant de la rejeter dédaigneusement, elle se sentira privée de son petit objet de vanité, et elle cherchera toutes les excuses au pédophile pour pouvoir continuer à détester encore un peu celui qui a fait courir la rumeur.

 

On ment beaucoup au peuple, mais on a trop tendance à oublier qu’il adore ça… Non parce qu’il est masochiste, mais parce qu’il y trouve son compte.

 

Guaino.jpgPour comprendre quelles idées mauvaises animent vraiment ceux qui fustigent la rumeur, il suffit de s’arrêter un instant sur cette hallucinante déclaration : le conseiller spécial du chef de l’Etat Henri Guaino a dénoncé hier soir le climat « détestable » causé par la récente affaire DSK, redoutant « un grand déballage » qui finisse « par sombrer dans l’ordre moral ». « Je suis navré par ce climat […] tellement lourd et tellement détestable […]. On a le sentiment qu’on a enlevé un couvercle et que le grand déballage s’annonce », a regretté M. Guaino interrogé sur Europe 1.

 

Absolument tout est dit ici : le climat « lourd et détestable », propice aux « rumeurs », c’est celui qui survient quand la police arrête les gens qu’elle suspecte d’être des criminels sexuels, ce Monsieur Guaino l’avoue textuellement. Un climat léger, agréable, où la rumeur n’a pas le droit de cité, pour Monsieur Guaino, c’est celui dont on bénéficie quand on « maintient le couvercle », quand DSK peut commettre des crimes sexuels sans que la presse n’en dise un mot et sans que ça dissuade le parti socialiste de le propulser à la tête de l’Etat.

 

Al-Capone.jpgDans une République bananière, dans laquelle il n’y a pas de journalistes, « la rumeur » est le pendant de la présomption d’innocence, elle est par avance réputée fausse comme l’accusé est par avance réputé innocent s’il fait partie de l’oligarchie.

 

La petite pègre frankistanaise de la politique et des journaux affirme que Luc Ferry en a trop dit ou pas assez, qu’il doit aller voir le juge et donner un nom ou se taire… C’est exactement ce que disait Al Capone : « Vous en avez trop dit ou pas assez ! Apportez-moi des témoins, ou si vous n’en avez pas, arrêtez de salir la réputation d’un honnête commercant… »

 

Source

Voir les commentaires