Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Véronique Bouzou lance l'association "Profs de droite et fiers de l'être !"

10 Septembre 2012, 08:29am

Publié par Thomas Joly

Bouzou-Veronique.jpgPas facile d’avouer être « de droite » quand on est prof, une profession dont le coeur penche à gauche. Pour briser ce « tabou » et défendre des « valeurs traditionnelles », Véronique Bouzou, enseignante en région parisienne, vient de créer l’association Profs de droite et fiers de l’être.

 

« C’est un sujet que je n’aborde pas car aussitôt, les gens haussent le ton ». Si certains collègues savent qu’elle vote à droite, ou « s’en doutent », elle ne le dit pas à tous car « pour les autres, si on est de droite, on est facho ».

 

prof-gauchiste.jpgD’après un sondage Ifop réalisé en février, avant l’élection présidentielle, pour le quotidien Le Monde, 46% des 712 enseignants représentatifs interrogés comptaient voter pour le candidat socialiste François Hollande au premier tour. Au second tour, ils étaient 79%.

 

Cette prof qui s’avoue volontiers « réac » veut « secouer le mammouth ». Et promouvoir certaines valeurs: « la discipline et l’autorité, par opposition au laxisme, la responsabilisation contre l’assistanat, et des valeurs identitaires, contre le racisme anti-blanc et des nouvelles formes d’antisémitisme ».

 

Source

Voir les commentaires

C'est l'histoire normale d'un mec normal qui naît à Bagdad... (un conte d'Emmanuel Ratier)

10 Septembre 2012, 08:07am

Publié par Thomas Joly

irakien-assassine.jpgDans les années 70, sa famille immigre au Royaume-Uni pour raison politique. Normal !
En 2002, cet irakien obtient la nationalité britannique. Normal!
En 2002 juste avant que l'Angleterre n'attaque l'Irak ! Normal !
Il s'avère que le mec est un chef d'entreprise, ingénieur-consultant qui bosse dans les satellites... Normal !
Son dernier client était l'entreprise SSTL, Surrey Satellite Technology Ltd, entreprise travaillant pour l'agence spatiale britannique et faisant partie du groupe EADS, complexe militaro-industriel français. Le job normal quoi !
Le mec, il habite avec toute sa famille dans un quartier aisé de la capitale londonienne dans une maison cossue d'une valeur minimum d'1 million d'euros ; mais il aime aller en France régulièrement pour aller faire du camping avec sa caravane. Normal !
Toute la famille est sous surveillance des services secrets britaniques, Normal !
Le mec, il décide juste au moment de la rentrée scolaire et du business, en Septembre, de partir en vacances avec toute sa famille. Normal !
Il part avec sa voiture, prend le ferry pour aller dans un camping français en Haute-Savoie, mais sans sa caravane qui, elle, est restée en Angleterre. Normal !
Par contre, le mec, en plus de son passeport britannique, il prend également son passeport irakien pour aller en France! Normal ! Lire la suite

Voir les commentaires

Flandre : parution prochaine du nouveau livre de Filip Dewinter

9 Septembre 2012, 10:03am

Publié par Thomas Joly

Comme à son habitude Filip Dewinter, le leader du Vlaams Belang et candidat à l’élection municipale d’octobre prochain à Anvers, ne mâche pas ses mots quand il s’agit de dénoncer l’immigration, le multiculturalisme et l’islamisation de l’Europe. En effet, d’ici quelques jours, Filip Dewinter sortira un livre, associé à un DVD, intitulé “Immigration-Invasion : la nouvelle colonisation”. Dans cet opuscule, Filip Dewinter explique également comment et pourquoi il est possible d’y mettre fin.

 

En attendant cette sortie, voici la vidéo de bande-annonce :

 

 

Source

Voir les commentaires

Scandale du prof travesti à Nantes : le Renouveau Français réagit sur le terrain

9 Septembre 2012, 09:55am

Publié par Thomas Joly

tractage-RF-Nantes.jpgLe Renouveau français a promptement réagi à l’annonce du scandale frappant un établissement « catholique » nantais : un professeur est revenu après les vacances d’été, déguisé en femme, exigeant qu’on l’appelle madame, avant de se faire « opérer » dans les prochains mois, et le tout avec l’accord du rectorat et la bénédiction du diocèse !

 

Une dizaine de jeunes militants du Renouveau Français se sont retrouvés jeudi dernier à proximité du collège-lycée pour sensibiliser les étudiants qui n’ont jamais eu leur mot à dire dans cette sordide affaire.

 

Environ 200 tracts ont été distribués en mains propres, attisant la curiosité et l’intérêt de nombreux jeunes, favorisant pour la première fois une amorce de débat sur la question depuis la rentrée des classes.

 

Le directeur et quelques professeurs, visiblement pris de panique à l’idée d’une remise en question de leurs décisions hasardeuses, ont tenté de récupérer les tracts distribués aux élèves, au mépris de leur liberté de jugement et du droit à l’information.

 

Source

Voir les commentaires

La rentrée de la discrimination positive (par Raoul Fougax)

7 Septembre 2012, 09:49am

Publié par Thomas Joly

Hollande-Peillon-rentree.jpgLa diversité de la population française est devenue une réalité. On peut la juger définitive et « positive » ou au contraire fruit d’une erreur des gouvernements de droite comme de gauche, qu’il faut faire refluer. Mais la diversité, nom politiquement correct pour désigner l’immigration, si elle doit être prise en compte ne peut être l’étalon unique de la politique française.

 

C’est pourtant la réalité. Une discrimination positive qui n’ose pas dire son nom est mise en place. Comme si les problèmes de la France et des français pouvaient se réduire aux problèmes des populations issues de l’immigration dans nos banlieues dites sensibles. Ils ont des problèmes certes mais sont-ils les seuls ?

 

Une population prioritaire

 

Hollande ArabesLa priorité du président Hollande, c’est la jeunesse. Mais c’est une jeunesse bien spécifique, celle issue de l’immigration. L’effort dans l’éducation c’est pour les « jeunes », les emplois aidés c’est pour les « jeunes », les zones prioritaires de sécurité aussi, la politique de logement social c’est pour leurs familles.

 

Il y a dans cette soumission de la politique gouvernementale aux intérêts des immigrés une dérive politique grave et finalement un abandon de la majorité des français au profit des minorités. [...]

 

On veut assurer la paix sociale dans des quartiers où l’économie parallèle fait rouler en Ferrari des incultes sans travail. Cherchez l’erreur ! Que peut-on leur offrir de mieux ? Rien.

 

La France n’est pas seulement une immense banlieue immigrée où il faut supprimer les notes pour ne pas traumatiser les analphabètes qui font des études. Il faut imposer l’éducation à tous mais pas par l’abaissement du niveau scolaire mais par le retour de l’ordre, du respect et de la discipline. Bon courage. Quand Vincent Peillon parle de morale à l'école ,on ne sait pas très bien ce que cela veut dire. C’est l’auberge espagnole.

 

Et revoilà Pétain

 

On sait que le sujet est délicat. Surtout avec notre classe politique toujours figée à la 2nde Guerre mondiale. Un exemple consternant : la polémique Chatel-Peillon. Lundi dernier, un message sur le compte Twitter de Luc Chatel a mis le feu aux poudres. « Effarante interview de Vincent Peillon dans le JDD : redressement intellectuel et moral », mot pour mot l'appel du maréchal Pétain le 25 juin 1940 », a écrit celui qui soutient Jean-François Copé pour la présidence de l'Ump. « Ce sont les propos d'une déclaration du maréchal Pétain. Alors naturellement, j'y vois une maladresse fâcheuse », a ensuite expliqué devant le tollé l'ex-ministre Ump.

 

Chatel-Petain-Peillon.jpg« Je ne sais pas quoi vous dire, je suis un peu désolé qu'il ait fait ça, pour lui... Toute ma tradition est le Conseil national de la Résistance », a rétorqué Vincent Peillon. On n’en sort pas... « La morale laïque à instaurer dans l'enseignement ne doit s'apparenter ni à l' ordre moral ni à l'instruction civique », a-t-il au contraire assuré. On respire.

 

Le porte-parole du Ps, David Assouline a jugé « désolants » les propos de l'ancien ministre Ump. Selon lui, Luc Chatel « n'a pas dû mesurer l'ampleur de ces mots qui (...) doivent certainement atteindre ceux qui ont vécu dans leur chair ce qu'a signifié les pages sombres de l'Histoire de France et du pétainisme ». Au moins il ne créera pas de polémique.

 

Le politiquement correct appuyé sur l’historiquement correct ne permet pas un débat critique en toute liberté. Il faudrait au contraire instaurer à l’école un cours sur l’esprit critique, pour avoir le droit de faire soi-même son opinion, par la connaissance des opinions diverses mais présentées objectivement par des professeurs compétents. On peut rêver.

 

Ce n’est pas la « morale » de Vincent Peillon, le nouveau pétainiste sans doute bien surpris de l’être, qui y parviendra. Luc Chatel, le « gaulliste » qui accepte la suppression des cours d'Histoire à l’école, devrait tout de même passer à autre chose qu’à l’épuration permanente des idées en se référant à une période ignorée de la plupart des jeunes.

 

Le rôle des médias

 

ecoliers-diversite.jpgLe malaise de l’Éducation nationale concerne tous les Français et pas seulement les enfants respectables de maliens en difficultés. Les médias, grand vecteur de la discrimination positive devraient comprendre que les usagers africains ne sont pas les seules victimes des grève de trains. Pourquoi leur donner quasi exclusivement la parole ?

 

Mais c’est sans doute beaucoup leur demander. Ils font de la discrimination positive au quotidien par idéologie, une idéologie largement partagée par les gouvernements quels qu’ils soient. Celui de François Hollande et Jean-Marc Ayrault n’y fait pas exception comme le prouvent les initiatives de la rentrée.

 

Source

Voir les commentaires

Les bébés de la CAF...

7 Septembre 2012, 08:49am

Publié par Thomas Joly

CAF-bebes.jpg

 

Toujours en pointe en matière de promotion de l'invasion et du métissage généralisé, la CAF exclut même les bébés français de souche de ses illustrations (Source de la photo : Vies de famille, le magazine des CAF, août 2012, page 9).

 

Source

Voir les commentaires

Marseille, territoire perdu : la police dépassée par la criminalité

6 Septembre 2012, 13:57pm

Publié par Thomas Joly

reglement-de-compte-truands.jpgLes meurtres se multiplient (touchant heureusement surtout la pègre), mais la drogue, elle, arrose toute la ville. La République livre le territoire et les Français à la criminalité et aux exactions étrangères. Aujourd’hui Marseille, demain toutes les grandes villes.

 

Les policiers marseillais sont débordés, comme le montre cet article du Figaro, et chaque passage dans une zone envahie se traduit par des agressions : « Depuis un an, notamment dans les quartiers nord, le sentiment d’impunité des gangs armés est tel que chaque intervention en zone sensible se fait sous les caillassages et que les patrouilles sont systématiquement prises à partie » explique un gradé. « Récemment, on a dû mobiliser seize fonctionnaires de la PJ et des renforts de la BAC pour aller chercher un seul suspect dans une cité. Le rapport de force s’est inversé » raconte un responsable syndical.

 

armes-saisie-police.jpgLes voyous sont surarmés, et la police locale a saisi depuis le début de l’année près d’une tonne de résine de cannabis, 192 armes longues, dont 31 kalachnikovs et 95 armes de poings. Et pas moins de 470 trafiquants sont tombés (pour pas longtemps, on peut le deviner).

 

La justice républicaine fait preuve d’une incroyable mansuétude à l’égard des criminels, loin du traitement qu’encourent les militants nationalistes. Ainsi, « en juillet dernier, un suspect recherché pour tentative d’homicide aurait ainsi été interpellé en possession de chargeurs de kalachnikov, de dix kilos de drogue et d’un revolver. Avant d’être relâché par le juge des libertés et de la détention. »

 

Source 

Voir les commentaires

Les mesures du gouvernement entretiendront la pénurie de logements

6 Septembre 2012, 09:02am

Publié par Thomas Joly

154-hlm-annee-1960.jpgRenforcement du blocage des loyers, augmentation des quotas de construction sociale fixés par la loi SRU et, enfin, annonce de la création d'une nouvelle niche fiscale sur le logement pour remplacer le "Scellier". Les premières annonces du gouvernement en matière de logement ne sont qu'une continuation entêtée des recettes appliquées depuis plus de 20 ans, et qui ont prouvé leur incapacité à résoudre la crise du logement dans le pays aux 700.000 SDF et 3 millions de logés précaires.

 

Ces mesures ne traitent en rien les deux problèmes de fond. D'une part, le rationnement bureaucratique du foncier rend le logement privé inabordable pour bien des ménages modestes et moyens. D'autre part, une fiscalité ravageuse et des lois trop laxistes vis à vis des mauvais payeurs dissuadent de plus en plus l'investissement locatif. Tant que ces deux verrous subsisteront, l'État sera condamné à verser toujours plus d'un argent qu'il n'a plus dans le tonneau des Danaïdes du logement social, dont une bonne moitié des locataires ne devraient en aucun cas bénéficier d'une telle subvention pour se loger.

 

SDF-dessin.jpgLibérer le marché foncier et rendre aux contrats locatifs une liberté simplement encadrée par des considérations juridiques élémentaires abaisseraient considérablement le coût du logement privé en libérant l'offre, à la condition de réduire l'incertitude fiscale sur les investissements immobiliers et de restaurer la sécurité juridique des investissements immobiliers. La collectivité pourrait ainsi limiter ses interventions à caractère social aux seuls cas d'urgence, pour une fraction des 35 milliards annuellement dilapidés en interventions publiques. Un marché enfin fluide et une aide bien plus ciblée soulageraient tous les Français, notamment les personnes et les ménages modestes.

 

Source

Voir les commentaires

Quelle morale publique ? (par Patrick Parment)

6 Septembre 2012, 08:34am

Publié par Thomas Joly

formatage-ecole.jpgElevé dans une famille communiste de haut rang et pour le moins psycho-rigide, le camarade Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, veut réintroduire la morale à l’école. Grand bien lui fasse, mais la question se pose de savoir laquelle ?

 

La laïcarde et néanmoins républicaine, il va sans dire, celle-là même concoctée dans les Loges et qui régissait les mœurs des escrocs de la IIIème République qui nous gouvernaient. Aujourd’hui, cette morale a pour nom les droits de l’homme et le politiquement correct. Ce qui revient à vouloir soigner la peste par le choléra. Satan est toujours en embuscade.

 

Le problème est que la morale n’est pas comme l’Histoire où il suffit d’une loi Gayssot pour faire taire tout le monde. La morale qui prévaut de nos jours, est celle qui ressort des familles, de l’école (la cour de récréation plus exactement), de la télévision et du racisme ordinaire qui ne cesse d’enfler chaque jour pour la bonne raison que nos gouvernants sont incapables de fixer les règles migratoires, de mettre fin aux abus et de protéger les citoyens français en mettant fin, notamment, au droit du sol.

 

negresco.pngMieux encore, de quelle morale parle-t-on quand on laisse libre court à l’islam et sa loi coranique de s’exprimer dans les banlieues, que l’on tolère des zones de non-droit où la morale et la loi républicaines sont muselées ? Ou bien, comme à Marseille, où la morale semble de plus en plus s’exprimer à coups de flingue !

 

Ce n’est pas en rétablissant ce qu’autrefois on appelait l’instruction civique dans les classes et les cours d’école que l’on rétablira la morale publique et les bonnes mœurs.

 

Peillon VincentLa morale, elle est le fruit d’une cohésion nationale où les individus partagent les mêmes valeurs et ont conscience de vivre un destin commun. Ce qui est loin d’être le cas, on en conviendra.

 

L’école est aujourd’hui pour partie une garderie, pour l’autre une machine inégalitaire où l’argent et le milieu social sont redevenus les principaux critères de réussite. M. Peillon, comme tous les communistes de son acabit, est un amoureux du bavardage, vieil héritage de la culture des cellules du parti.

 

Source

Voir les commentaires

Richard Millet nouvelle victime des bien-pensants (par Françoise Monestier)

5 Septembre 2012, 08:28am

Publié par Thomas Joly

Millet-Richard.jpeg« Il n’y a pas plus de racisme en France qu’il n’y a de fruits d’or aux branches des arbres, et l’idéologie antiraciste a besoin d’en inventer pour justifier la terreur permanente qu’elle exerce sur tout le monde à commencer par les écrivains (…) S’opposer à cette idéologie dominante revient à endosser un habit d’infamie (…) dans un monde aux valeurs entièrement inversées et où le mot interdit de « race » devient l’obsessionnelle métaphore de la femme, de l’homosexuel, de l’obèse, du jeune, de l’animal… »

 

C’est par ces mots prophétiques que commence un des derniers pamphlets de Richard Millet, sobrement intitulé « De l’antiracisme comme terreur littéraire ». On peut y voir comme une introduction prémonitoire à son « éloge littéraire d’Anders Breivik » également récemment publié et contre lequel se mobilisent les habituels donneurs de leçons qui reprochent à Richard Millet d’avoir démontré que le prétendu « antiracisme » était devenu une arme idéologique pour étouffer la liberté d’expression de tous ceux qui osent s’en prendre à la doxa immigrationniste. Lire la suite

Voir les commentaires

Un enseignant transexuel dans une école catholique : la direction diocésaine valide

4 Septembre 2012, 14:29pm

Publié par Thomas Joly

travelo.jpegUn enseignant du lycée Saint-Stanislas à Nantes doit faire se rentrée devant ses élèves avec une nouvelle identité de femme. Ce professeur de Technologie et sciences industrielles, âgé d'une quarantaine d'année, est revenu lundi pour sa pré-rentrée avec une apparence féminine, un prénom féminin, en attendant de subir dans les prochains mois une intervention chirurgicale pour véritablement changer de sexe.

 

Ce changement s'est fait en plein accord et concertation avec la direction diocésaine de l'enseignement catholique à Nantes, a confirmé Didier Groleau, adjoint au directeur diocésain de l'enseignement catholique de Loire-Atlantique : « Il nous avait prévenu de son choix l'année dernière. (...) Nous l'avons invité à prévenir le rectorat qui est son employeur. Nous avons ensuite organisé, avec son accord, l'information auprès des autres enseignants et des parents d'élèves et élèves concernés, qui ne sont qu'une petite vingtaine ».

 

Des courriers ont été envoyés aux familles et le service psychologique de l'enseignement catholique a été avisé.

Voir les commentaires