Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Sciences (pi)Po baisse le niveau de son concours pour accueillir plus de "diversité"

13 Décembre 2011, 09:08am

Publié par Thomas Joly

science-po-zep.jpgSciences Po Paris va profondément réformer pour 2013 son concours d'entrée en première année, dans une perspective de "diversification accrue" des profils des étudiants. Les épreuves écrites se dérouleront avant le baccalauréat, en mars, et non après, l'admission directe avec mention très bien au bac est supprimée, une appréciation sur dossier est créée au niveau de l'admissibilité, ainsi qu'un entretien et une épreuve orale de langue étrangère au niveau de l'admission. Le nombre des épreuves écrites va être en outre réduit de quatre à trois (Histoire, langue et option au choix), l'épreuve d'ordre général étant supprimée.

 

Sous la houlette de Richard Descoings, l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris est engagé depuis dix ans dans un processus d'ouverture à la diversité sociale, notamment via les "conventions ZEP".

 

Source

Voir les commentaires

Une clique de voyous manipule l’opinion. Dans quel but ? (par Philippe Costa Di Costanzo)

13 Décembre 2011, 08:07am

Publié par Thomas Joly

Philippe-Costa-Di-Costanzo.jpgLe site Web du Nouvel Observateur titrait le 9 décembre : « Le Sénat a adopté jeudi 8 décembre au soir, par 173 voix contre 166, une proposition de loi constitutionnelle de la nouvelle majorité de gauche accordant le droit de vote aux municipales des étrangers non communautaires. Ce vote est intervenu après un long débat houleux au cours duquel la droite, menée par le Premier ministre François Fillon a sorti l'artillerie lourde contre ce texte. »

 

Sur cette page Facebook, que j’ai voulue avant tout professionnelle, je me suis toujours tenu soigneusement à l’écart des combats politiques et des faits de société. Mais aujourd’hui, c’en est trop ! Et comme je l’écris en devise sur ma page « Infos » : « À n’être pas des éveilleurs, l’artiste et l’écrivain courent le risque de n’être que des prostitués. »

 

Où est le problème ? Dans les instituts de sondages et, plus que probablement, dans les influences politiques gauchisantes ainsi que dans certains grands médias, au premier chef de ces derniers : les chaînes de télévision, ces grandes laveuses de cerveaux devant l’Éternel.

 

sondage.jpgIl y a quelques jours seulement, nombre d’entre vous a pu voir comme moi, lors du journal télévisé de TF1 présenté par Laurence Ferrari, un reportage concernant le projet socialiste de faire adopter par le Sénat une loi permettant aux étrangers non citoyens de l’Union européenne résidant depuis plus de cinq ans en France, de voter et d’être élus aux élections municipales. Ce reportage était assorti de l’évocation d’un sondage BVA réalisé les 25 et 26 novembre, publié par Le Parisien et faisant état de 61% de Français se déclarant « Pour » et 13% « Contre ». Toujours selon BVA, les « Pour » atteindraient 75% chez les jeunes et 60% parmi les ouvriers. De son côté, le site RMC, sur une page datée du 27 novembre et qui est toujours en ligne aujourd’hui 9 décembre, fait lui aussi référence à ce sondage BVA de 61% de Français favorables en titrant : « Une large majorité de Français pour le vote des étrangers ». Le 28 novembre, le site du Nouvel Observateur reprend ce sondage BVA et titre : « Le sujet fait presque l'unanimité ». Puis l’hebdomadaire de gauche développe ainsi : « Gaël Sliman (BVA) note que "sociologiquement, le sujet fait presque l’unanimité". "Cette adhésion est majoritaire (…) dans la quasi totalité des catégories de population. L’adhésion passe ainsi de 75% auprès des 25-34 ans à 51% auprès des seniors et de 72% auprès des cadres à 60% auprès des ouvriers", relève-t-il. » Gageons que BVA, qui dit avoir réalisé ce sondage parmi un échantillon de 980 personnes représentatives de la population, a dû omettre de préciser qu’elles étaient toutes au moins sympathisantes du PS, des Verts ou du NPA…

 

droit-de-vote-des-etrangers.jpgHeureusement, les internautes sont vigilants. Nous sommes vigilants. Sur le site de BFM TV, la chaîne française de diffusion d’informations en continu, ils ont remarqué, hier 7 décembre, que les résultats d’un sondage en cours posant la même question ont été brusquement supprimés en fin d’après-midi alors qu’ils faisaient apparaître, le même jour un peu plus tôt, 73% de « Contre » et 27% de « Pour ». J’ajoute qu’on peut aller aujourd’hui sur ce site y chercher ces résultats : on ne trouvera rien. Ils ont disparu comme par enchantement… Par contre, on y trouve un extrait du journal télévisé de BFM TV d’hier, 8 décembre, suivi d’un micro-trottoir n’interrogeant, sur le même sujet, non pas que des Français favorables au droit de vote pour les étrangers mais, pire : uniquement des immigrés nord-africains… Devinez les réponses. Toujours pire : sur le site de RMC faisant état du sondage BVA selon lequel 61% de Français seraient « Pour » et 13% « Contre », les commentaires des internautes qui venaient à l’appui des « Contre » ont été, eux aussi, purement et simplement supprimés, ne laissant donc en ligne que ceux qui sont favorables au droit de vote des étrangers non citoyens de l’UE…

 

Or, qu’en est-il vraiment ? La réalité c’est que, selon RTL qui a organisé, ces jours derniers sur son site, son propre sondage reprenant la même question, 83,6% des Français sont « Contre » et 14,61% « Pour ». De son côté, le site de France-Soir faisait état de 76% de « Contre » et de 17% de « Pour ». Donc, tant pour le site de RTL que pour celui de France-Soir, exactement le contraire que pour BVA. Et même, si j’ose dire : plus que le contraire.

 

pinocchioDe mon côté, j’ai pour la première fois la preuve évidente, incontestable, que les sondages sont truqués. Mais attention ! Pas un peu truqués seulement, par exemple de l’ordre de quelques points comme 5 à 10%, laissant donc à leurs organisateurs ou leurs commanditaires la possibilité de nous expliquer qu’il peut y avoir une certaine marge d’erreur ou, plus doctement, que certaines corrections d’ordre mathématique ont dû être appliquées. Non, trois fois non ! Ils n’hésitent pas à complètement inverser les résultats et ainsi à manipuler l’opinion d’une façon éhontée pour la faire adhérer à leur idéologie mortifère compte tenu de ce qui est en jeu : l'inexorable progression de l'islam. Et ils y parviennent parfaitement bien. Des méthodes dignes de l'URSS, de la Corée du Nord ou de l'Allemagne nazie avant la Seconde Guerre mondiale. Au fait, à quoi vise cette idéologie ? Compte tenu de l'évolution démographique, du fait également que le vote d'hier, par le Sénat, est la porte grande ouverte vers le droit de vote des étrangers aux législatives et aux présidentielles, qu'ils le veuillent ou non, elle vise, à terme, à substituer une population à une autre. Mon pays me fait mal… Mais comment nous débarrasser de cette clique de voyous ?

 

Source

Voir les commentaires

Les véritables raisons de l'ultra-médiatisation du fait divers (par André Dart)

12 Décembre 2011, 13:03pm

Publié par Thomas Joly

dep_tv_cerveau.jpgUn nouveau terrible fait divers, une nouvelle loi toute aussi inutile que les précédentes sont inefficaces ! Ces faits divers tragiques sont parfaits pour noyer le poisson et maintenir l'illusion que nos institutions protègent sérieusement la sécurité des biens et des personnes. On exacerbe l'émotionnel par l'exploitation du sensationnel, permettant alors aux politiques de surfer sur les "problèmes" ainsi générés afin d'y proposer des "solutions" et se rendre "indispensable" à défaut d'être utile ou de remplir leur mission.

 

En attendant, comment se porte la véritable criminalité ?

Réseaux pédophiles et pédocriminels, viols, tortures et meurtres d'enfants filmés, trafic des snuff movies ?

Réseaux de prostitutions qui envahissent nos villes ?

Réseaux de traffic de drogue qui n'ont jamais manqué dans nos rues, ni dans les soirées de l'élite ?

Réseaux maffieux organisés et généralisés d'attribution des marchés publics ?

Disparitions d'êtres humains à des fins de sacrifices rituels ?

Réseaux de corruptions maçonnico-mafieux dans le cadre d'enjeux économiques ou judiciaires importants ?

Mafias médicales et lobbys industriels ou pharmaceutiques qui s'attachent à nous empoisonner afin de mieux pouvoir nous "soigner" le tout financé sur fond de dette publique ?

 

franc-macon satanismeDestruction des valeurs sociales, familiales comme des souverainetés nationales. Perversion par l'hyperconsommation. Culte et banalisation de la pornographie qui s'invite en permanence dans l'espace public et est donc accessible à tous, petits et grands. Apologie de l'ésotérisme et de l'occultisme dans les productions cinématographiques, musicales et audiovisuelles jusque dans les dessins animés pour les plus petits. Telles sont les nouvelles normes, la véritable idéologie de notre système corrompu dont nous sommes acteurs et complices.

 

Ne nous y trompons pas, les véritables organisations criminelles et leurs cohortes de complices, nous administrent, nous dirigent, nous manipulent et là est la véritable criminalité, le reste n'est que faits divers.

 

Source

Voir les commentaires

Succés de la marche contre la christianophobie

12 Décembre 2011, 08:38am

Publié par Thomas Joly

manif-civitas.jpgCommuniqué d'Alain Escada, secrétaire général de l'Institut Civitas

 

La marche organisée ce 11 décembre par l’Institut Civitas entre la place de l’Alma et le Rond-Point des Champs-Élysées a rencontré un vif succès. Près de sept mille catholiques, venus des chapelles traditionalistes comme des églises avoisinantes, soutenus par la présence de prêtres d’horizons divers, ont d’abord prié en réparation des violentes offenses faites au Christ et aux Chrétiens dans la pièce qui se jouait cet après-midi à Paris. Rejoints même par des non catholiques, ils ont eu à cœur de faire passer un message à leurs élus et compatriotes en affirmant leur volonté de ne plus voir l’image de Dieu traitée de la manière la plus ordurière qui soit. Le bon sens fera comprendre qu’il ne s’agit pas là de porter atteinte à quelque art ou liberté, termes abusivement sollicités pour l’occasion, mais tout simplement de garantir la forme la plus élémentaire du respect. Lors de ce rassemblement, c’est la ferveur et la sérénité qui régnaient. La seule « Carl-Lang-Touzot.JPGviolence » que les journalistes auront pu constater, c’est cette visibilité le long des quais de Paris d’une foule jeune, porteuse d’espérance, décidée à ne pas déserter le débat dans les mois qui viennent et que certains médias ont discréditée en l’injuriant du nom de « fondamentalistes ». Mais ceux qui défendent le Christ se rappellent de ses propos qui les ont assurés de la béatitude lorsqu’ils seront persécutés en son nom.

 

Carl Lang, président du Parti de la France, candidat de l'Union de la Droite Nationale à l'élection présidentielle, participait, accompagné de cadre et militants du PDF, à cette manifestation.

Voir les commentaires

Israël : Netanyahu doute des bienfaits de l'immigration africaine

12 Décembre 2011, 08:19am

Publié par Thomas Joly

netanyahu.jpgLe premier ministre israëlien a déclaré dimanche 11 décembre (source : Foxnews) que « l'immigration illégale africaine était une calamité pour l'économie et la sécurité d'Israël ». Qu'en pensent la LICRA et le MRAP ? Pas de réaction ?

 

Peut-être n'ont-ils pas entendu. Il faudrait demander à M. Netanyahu de refaire sa déclaration à Paris.

 

Pendant ce temps-là, Louis Aliot, vice-président du FN, et accessoirement compagnon de Marine Le Pen, est en visite "secrète" à Tel-Aviv. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

(Merci à Alain)

Voir les commentaires

Encore un scandale économique républicain : les préfets fantômes

11 Décembre 2011, 18:05pm

Publié par Thomas Joly

prefet.jpgDes dizaines de hauts fonctionnaires ont le titre de préfet alors qu’ils ne le sont pas. Un copinage politique qui leur permet notamment de toucher une retraite de préfet sans en exercer la fonction.

 

Parmi eux, prenons les exemples des politicards PS Michel Vauzelle et Michel Delebarre. Ils touchent aujourd’hui une pension mensuelle de 4.000 € brut en tant que préfets fantômes, qui vient s’ajouter à leurs indemnités de parlementaires et d’élus locaux : soit 15.124 € brut (Michel Delebarre) et 9.760 € brut (Michel Vauzelle). Sans compter pour chacun une indemnité (forfaitaire) représentative de frais de mandat de député de 6.000 € net.

 

D’ici quelques années, lorsqu’ils décideront d’abandonner leurs mandats, ces deux parlementaires pourront cumuler la totalité de leurs retraites de préfet, de parlementaire et d’élu local ! Soit en tout, de l’ordre de 12.000 € mensuels brut pour le premier et 10.000 pour le second.

 

Rappelons que, selon l’Insee, le montant moyen brut des pensions en France s’élevait, en 2009, à 1.196 € par mois…

 

Source

Voir les commentaires

Sommet de Bruxelles : la fuite en avant, le grand renoncement et la soumission

10 Décembre 2011, 17:13pm

Publié par Thomas Joly

carl lang matignon-copie-1Analyse de Carl Lang, Président du Parti de la France, candidat de l’Union de la Droite Nationale à l’élection présidentielle

 

Mario Draghi, le nouveau président de la Banque Centrale Européenne et ancien vice-président pour l’Europe de la banque d’affaire américaine Goldman Sachs a qualifié de « résultats très bons pour la zone Euro » les décisions prises lors du sommet européen de Bruxelles.

 

Nous pouvons donc en conclure que le résultat est calamiteux et constater qu’aucune solution concrète n’est apportée aux États pour les libérer de l’étranglement mortel de la dette publique. Mario Draghi peut se réjouir car la B.C.E se voit attribuer, comme cadeau de fin d’année, la gestion du fonds Européen de stabilité budgétaire ainsi que celle du futur mécanisme européen de stabilité. Voilà une victoire supplémentaire et facile de la B.C.E sur des États dont les dirigeants sont totalement inféodés aux volontés du cartel bancaire occidental et soumis aux diktats du marché financier. M. Draghi est par ailleurs tout à fait serein car personne ne conteste plus l’intouchable et vénérée indépendance de la B.C.E.

 

Cette reddition des États est d’autant plus choquante que l’on explique depuis des mois à l’opinion publique que la seule mission de la B.C.E est la stabilité monétaire et le contrôle de l’inflation et qu’à ce titre elle ne pourrait pas monétiser la dette des États européens en achetant directement les obligations souveraines. Cela aurait pourtant comme effet immédiat de protéger les États de la spéculation. Les banques centrales du monde entier, à commencer par la réserve fédérale américaine, ne se gênent pas pour monétiser leur dette, d’autant que le risque aujourd’hui est moins celui de l’inflation que de la déflation. Ainsi, non seulement la Banque Centrale Européenne abandonne délibérément les États à la voracité spéculative des marchés, mais se voit accorder de plus par ces mêmes États des prérogatives nouvelles. Ce n’est plus une reddition, c’est une capitulation honteuse du pouvoir politique. Ce sommet parachève ainsi la soumission du politique à la finance, à la globalisation et au mondialisme idéologique.

 

BCEPar ailleurs, c’est dans un climat de confusion, de divisions et d’agitation que ce sommet a accouché de l’annonce d’un dérisoire accord intergouvernemental pour un futur pacte de discipline budgétaire avec des sanctions inapplicables et un contrôle par la Commission européenne. Ce sommet ne débouche en fait que sur des déclarations de principe à contretemps et des vœux pieux d’États endettés et mendiants qui annoncent pour demain le respect de règles qu’ils ont été incapables d’appliquer hier, alors même qu’elles étaient définies par le pacte européen de stabilité et de croissance. Il s’agissait de maintenir les déficits publics en dessous de 3% du PIB et la dette publique en dessous de 60% du PIB.

 

Pour rappel, fin 2010, la dette publique de la France s’élevait à 81,7% du PIB, celle de l’Allemagne à 83,2%, celle de l’Italie à 119%, de la Grèce à 143%, du Royaume-Uni à 80%.

 

dette-publique-sarkozy.jpgLa dette de la zone Euro se montait à 85% du PIB et celle de l’ensemble de l’Union à 80%.

 

Et les mêmes nous annoncent aujourd’hui qu’ils vont réduire à 0,5% les déficits publics annuels alors que les États sont écrasés par les intérêts de la dette et asphyxiés par une croissance quasi nulle. Personne ne peut croire à cette fable.

 

Plusieurs pays, membres ou non de la zone Euro qui ont eu la chance de ne pas être gouvernés par des irresponsables et des démagogues ont su rester dans les normes comme la Finlande, le Danemark, la Suède…

 

sommet-bruxelles.jpgLa France, elle, a été dirigée, avec une grande constance et le soutien répété des électeurs, par une caste gouvernementale toujours parfaitement irresponsable, dépensière et démagogique. Les peuples ont les gouvernements qu’ils choisissent.

 

Entre gaspillages publics, immigration ruineuse, démagogie socialiste, dogme du libre- échange et du marché ouvert à la mondialisation sauvage, rien ne nous aura été épargné. L’héritage de cette république est une France colonisée, appauvrie et soumise !

 

L’affligeant spectacle du sommet de Bruxelles ne résout aucun des problèmes de la France et de l’Europe et ne sert qu’à gagner du temps, ou plutôt à en perdre, avant les premiers défauts de paiement et la vraie crise qui arrivent.

 

Affiche_europe_aux_europeens.jpgIl existe pourtant une possible gestion patriotique de cette crise basée sur des règles d’or qui ne sont pas celles de la troïka Union Européenne, Banque Centrale Européenne et Fonds Monétaire International :

 

- Briser le carcan devenu mortel de la spéculation financière sur les dettes souveraines en imposant à la BCE l’achat des obligations d’État et en organisant, dès à présent et avant la débâcle, la restructuration de l’ensemble des dettes des États Européens. Si la décote de la dette n’est pas organisée et maitrisée, elle sera sauvage et incontrôlée. La dégradation programmée par les agences de notation américaines de la note des États Européens rendra impossible une sortie conventionnelle de la crise. A ce stade, les États se soumettront au pouvoir de la finance internationale ou ils soumettront le pouvoir financier. Il faut choisir entre la souveraineté des États et la soumission aux marchés financiers.

 

- Instaurer le patriotisme social en réservant les aides sociales et familiales aux seuls nationaux dans chacun des pays d’Europe. L’immigration ruine la France et L’Europe. Réduisons à zéro le coût financier de l’immigration.

- Instaurer le patriotisme économique par le rétablissement de la préférence nationale et communautaire permettant la reconquête de notre marché intérieur, le développement de nos entreprises, de nos filières de production et de nos emplois. Il faut produire français en France avec des Français !

 

- Établir une véritable régulation commerciale et douanière afin de protéger notre marché intérieur national et européen de la concurrence sauvage ou déloyale. Il faut en finir avec la religion économique du libre-échange au service d’Etats prédateurs.

 

Affiche-Carl-copie-1.jpg- Imposer la préférence nationale à l’embauche dans chacun des pays d’Europe.

 

- En finir avec les gaspillages publics des collectivités territoriales, de l’Etat et de l’Union européenne en réduisant les dépenses de fonctionnement, de communication et de prestige et en concentrant les politiques des collectivités locales sur leurs seuls domaines de compétence. Le gouffre financier de la politique dite « de la ville » est un exemple parmi tant d’autres de ce qu’il ne faut plus faire. Les élus vont devoir apprendre à n’engager des dépenses publiques d’investissement qu’avec la certitude d’un effet économique sur la croissance et l’emploi.

 

- Sortir enfin du collectivisme post marxiste, de l’étatisme et du fiscalisme qui contaminent la France. La persécution fiscale des classes moyennes et des entreprises n’a jamais eu d’autre effet que de générer la pauvreté, le déclin économique et finalement la régression sociale.

 

Le temps est venu de décréter l’état d’urgence financière, économique et sociale et de mettre en place notre plan de sauvegarde nationale.

Voir les commentaires

Des réfugiés politiques qui retournent dans leur pays pour les vacances

9 Décembre 2011, 08:28am

Publié par Thomas Joly

clandestins.gifLe journal suisse alémanique Blick a découvert que l’année dernière 2.500 requérants au droit d’asile vivant en Suisse ont passé leurs vacances… dans leur pays d’origine, où ils se disent menacés (essentiellement en Turquie, Irak et dans les Balkans). Ce qui a été confirmé par Michael Glauser, responsable de l’Office fédéral des migrations : « les personnes concernées se rendent dans des pays dans lesquels elles ne pouvaient soi-disant plus vivre ».

 

Source

Voir les commentaires

Vote des étrangers, naturalisations massives : une même menace pour notre Identité (par Yves Darchicourt)

9 Décembre 2011, 08:09am

Publié par Thomas Joly

Tout-le-monde-il-est-francais.jpgOn va nous bourrer le mou encore des mois avec la question du droit de vote possiblement octroyé aux étrangers non-européens à certaines élections. Et pendant ce temps là, on ne parlera pas de l'explosion des naturalisations qui amène insidieusement de plus en plus de "néo-français" - en grande partie allogènes - non seulement à voter, mais aussi à se faire élire notamment par les scrutins de listes.

 

Entre 1995 et 2009, le corps électoral s'est "enrichi" de près de deux millions de ces français administratifs originaires à 62,70% du continent africain dont parmi eux 41,20% sont des arrivants du Maghreb. Les naturalisations qui font des français, des électeurs français, et qui concernaient 95.410 personnes en 1995, ont intéressé 133.479 individus en 2009, avec une cerise sur le gâteau de 165.140 en 2004 : l'année où Sarközy était ministre de l'Intérieur. Pour 2010, les naturalisations atteignaient 80.175 de janvier à août. Ce qui représente une moyenne de quelques 130.000 par an ! Et ces "zissus", en général fort prolifiques, inondent et inonderont l'électorat indigène de leurs enfants (les fameuses branches de l'arbre France si chères à d'aucune politicienne) bientôt automatiquement inscrits sur les listes électorales.

 

Marianne-noireIl s'agit là de l'aspect insidieux de l'entreprise de substitution de population mise en oeuvre par les partis politiques du Système. Les attributions en nombre de naturalisations à des membres de populations allogènes ressortant de civilisations radicalement étrangères à la nôtre auront finalement le même résultat que celui de l'octroi du droit de vote à tous leurs congénères restés "étrangers". Ce sera un peu plus long, c'est tout. L'assimilation, l'intégration d'allogènes sont des leurres; on appartient viscéralement, charnellement, ancestralement à une civilisation et aux nations comme aux provinces qui la portent en elles et cette appartenance, cette européanité - transmise par nos aïeux pour que nous la transmettions à nos enfants - s'hérite, elle ne se distribue pas en cartes plastifiées.

 

Source

Voir les commentaires

Québec : un imam qui justifie l'amputation et la lapidation

8 Décembre 2011, 08:45am

Publié par Thomas Joly

L'imam Selmoune parle des bienfaits de l'amputation et de la lapidation (à partir de 1:08) :

 

Le 22 novembre dernier, le Téléjournal de Radio-Canada rapportait les propos ahurissants de l'imam du Centre communautaire de Brossard, Foudil Selmoune, propagandiste de la charia au Québec.


lapidation.jpgSes déclarations ont de quoi alerter les autorités politiques et policières. Dans un état de sérénité totale, Foudil Selmoune explique que la charia commande de couper la main aux voleurs parce que « ça sert de leçon aux autres et ça crée une société et une ambiance où il y a la paix et la justice ». Mais l'imam sait faire preuve de discernement et précise qu'on ne doit pas couper la main « à celui qui vole pour manger, mais seulement à ceux qui ont de l'argent et qui volent ». Nous sommes rassurés !

 

Selmoune ajoute que la lapidation des femmes, « c'est aussi dans la charia. Il faut voir pourquoi Dieu a fait ces lois: c'est pour créer une société saine, pure, claire, équilibrée et balancée. C'est pour éviter les crimes, éviter les malentendus. [...] Ce n'est pas nous qui nous donnons ce droit ; ce sont des lois de Dieu et on ne peut pas les changer. »


Abdur-Raheem-green.jpgEn octobre dernier, l'annonce de la venue à Montréal des islamistes Abdur Raheem Green et Hamza Tzortzis, connus pour leur propos justifiant l'amputation des voleurs et la lapidation des adultères et des homosexuels, avait soulevé toute une vague de protestations, qui a amené l'Assemblée nationale du Québec à adopter à l'unanimité une motion exigeant du gouvernement fédéral « qu'il refuse l'entrée au Canada d'Abdur Raheem Green et d'Hamza Tzortzis considérant leurs propos homophobes et leurs discours banalisant la violence envers les femmes ». La même motion affirmait que « ces positions rétrogrades n'ont pas leur place dans une société démocratique et vont à l'encontre des valeurs fondamentales de la société québécoise, soit l'égalité entre les hommes et les femmes et le respect de l'intégrité physique des personnes ».

 

Source 

Voir les commentaires

Après l'emploi de "jeune" à la place de "voyou nord-africain", voici celui de "gamin"

7 Décembre 2011, 09:30am

Publié par Thomas Joly

racailles.jpgLu dans Présent : "Après le terme jeune (comprenez : « jeune ») créé pour éviter d’appeler un chat un chat, Libération lance gamin. Exemple : « Un gamin de Saint-Ouen tué par balles. » Le « gamin » en question, un certain Kamel, a 18 ans. A cet âge-là, Bonaparte était presque général…"

 

Proposons à Libération quelques autres termes appropriés pour parler de nos jeunes racailles africaines majeures : "mouflets", "galopins", "bambins", "mioches"...

 

Source

Voir les commentaires

L'art (?) idéologique contemporain : inhumain, désincarné et abstrait (par Yvan Blot)

7 Décembre 2011, 08:45am

Publié par Thomas Joly

yvan-blot-2.jpgLes partisans de « Golgota picnic » ou « Piss Christ », œuvres (?) subventionnées et médiatisées prétendent défendre la liberté d’expression. Mais la liberté d’expression, c’est aussi de pouvoir dire que le roi est nu. C’est aussi pouvoir dénoncer de fausses provocations subventionnées. C’est enfin pouvoir critiquer le non–art contemporain – un art (?) idéologique inhumain, désincarné et abstrait – et penser que l’avenir est à la reprise vivifiante du fil interrompu de la tradition.

 

L’art traditionnel, dans la plupart des pays et des époques, représente généralement les quatre thèmes qui constituent, selon, Heidegger, le « monde » des hommes.

 

CultureLa divinité, les hommes, la nature, l’idéal

L’art représente la Divinité : c’est le cas de l’art grec classique qui a tant marqué le nôtre. C’est le cas de l’art du Moyen Age, principalement religieux. L’art religieux constitue la plus grande part des chefs-d’œuvre présentés dans nos musées d’art anciens. L’art qui représente le bouddha appartient aussi à cette catégorie. L’islam se refuse à représenter Dieu mais les versets du Coran sont représentés de façon décorative.

L’art représente les hommes. C’est notamment le cas de l’art du portrait. Le visage humain est représenté non seulement dans les tableaux, mais aussi sur les monuments et sous forme de sculptures. Dans le Christianisme, représentation de Dieu et représentation des hommes convergent souvent car le Dieu s’incarne dans un homme, le Christ. Mais le portrait peut aussi représenter un roi, un guerrier, ou un simple paysan, des femmes ou des enfants.

L’art peut aussi représenter la nature, la terre qui porte les hommes. C’est l’art paysagiste. Au 19ème siècle, l’art paysagiste a pris une connotation patriotique. Mais l’art patriotique est plus ancien que cela.

L’art représente enfin l’idéal, les idéaux de la société. On représente sur nos monuments nationaux une femme qui symbolise la justice, la bravoure ou la charité. Des scènes peuvent représenter des batailles, l’aumône faite au pauvre, scènes réalistes mais où un idéal s’incarne dans l’action.

Ces arts ne sont pas « idéologiques » au sens des idéologies modernes. Dire que l’art chrétien est « idéologique » serait abusif.

 

Piss ChristIdéologies modernes et destruction des formes d’art issues de la tradition

Mais les idéologies modernes ont détruit peu à peu les formes d’art issues de la tradition et qui représentent le monde des hommes, sur terre, sous le ciel et face à la Divinité. L’art du Gestell (système utilitariste qui arraisonne les hommes à son service), pour utiliser ce concept de Heidegger, détruit ce qui n’est pas dans sa logique utilitaire.

Dieu n’est plus représenté car il est assimilé à la superstition. L’art idéologique officiel élimine toute forme d’héritage religieux et de transcendance. Il sera à l’occasion blasphématoire (voir le « piss christ » par exemple) afin de choquer, car le scandale médiatise et fait vendre.

L’idéal est considéré comme un outil de la répression conformément aux idées des faux prophètes Marx ou Freud. Il est donc évacué sans ménagement. L’homme n’est plus représenté car la masse est honorée et les particularités de l’individu, de sa classe, de sa profession, de sa race sont des choses gênantes qu’il faudrait oublier pour que les hommes soient parfaitement interchangeables dans le processus économique et social. Le paysage, la nature disparaissent car ils sont des éléments d’enracinement de l’homme sur la terre.

 

picasso.jpgL’art contemporain : inhumain, abstrait et désincarné

L’art contemporain, qui devient l’art officiel obligatoire (voir les murs des ministères et des préfectures et bâtiments officiels), obéit à ces impératifs idéologiques. Il ne doit plus représenter le « monde » traditionnel.

Il rompt délibérément avec l’héritage religieux et humaniste de notre civilisation. C’est un art de rupture révolutionnaire.

Il est abstrait et désincarné car il rejette toute forme d’enracinement. Il n’incarne aucun idéal au nom d’un subjectivisme total. Sa tendance dominante est de représenter, s’il représente encore quelque chose, le monde quotidien dans ce qu’il a de plus insignifiant, utilitaire ou prosaïque. Souvent, il se veut choquant car en choquant, on attire l’attention des medias et des financements oligarchiques.

Cet art est inhumain au sens propre du terme car il ne représente jamais la figure humaine, et s’il la représente, c’est pour la défigurer le plus possible : comme l’a écrit Salvador Dali, « un homme normal n’a pas envie de sortir avec les demoiselles d’Avignon de Picasso ». (voir son livre : Les Cocus du vieil art moderne).

 

art moderne biteL’art contemporain : un art autoritaire qui interdit toute forme de critique

Enfin cet art inhumain ou ahumain est de nature profondément autoritaire comme est toute idéologie par essence. Cet art s’étend partout. Il interdit toute forme de critique laquelle est méprisée sinon diabolisée avec violence. Le bon conformiste n’osera jamais avouer qu’il n’aime pas une œuvre dite contemporaine. Cet art autoritaire est irresponsable car il ne répond pas à la commande d’un roi, d’un bourgeois ou d’un prince de l’église comme autrefois. Il peut répondre à la demande d’une bureaucratie anonyme : faites donc une fresque pour l’entrée de nos bureaux ! De plus, cet art officiel est soutenu par les pouvoirs publics autant que par des personnes privées. Il est financé bien souvent par l’impôt, c’est-à-dire par la force, ce qui accentue encore son caractère autoritaire.

Art déraciné, idéologique, inhumain et autoritaire, il fait l’objet d’une propagande médiatique permanente. Il reflète la boursouflure de l’ego de l’artiste, lequel pense se substituer au Dieu créateur, il favorise les spéculations financières et l’argent est souvent son seul impératif catégorique, il est déraciné, comme l’idéologie, car il veut avoir une vocation universelle. Cet art idéologique n’a guère les préférences du peuple censé être « inculte » mais il est révéré par l’oligarchie dominante.

 

L’art contemporain versus l’art traditionnel humaniste et enraciné

L’idéologie de l’art officiel déploie son dynamisme autour de ces quatre pôles :

L’argent

L’ego ← art idéologique → les medias

Abstraction (négation des racines)

 

L’art traditionnel, qui survit notamment en Russie (Saint Pétersbourg a aujourd’hui la plus grande école d’art figuratif) et sur certaines marges artistiques dissidentes en Occident, pourrait être représenté par le schéma suivant :

Idéal (le Bien, le Beau)

Divinité ← Art traditionnel→ les hommes

Nature

 

etronL’art traditionnel est humaniste et enraciné, il a la plupart du temps une dimension spirituelle ou idéaliste afin de tirer l’homme vers le haut. L’art idéologique, dit contemporain, et qui semble avoir son centre à New York méprise Dieu et les hommes pour établir l’ego et l’argent, ses fétiches, comme les moteurs de son dispositif autoritaire. Cet art idéologique, souvent financé par la force (l’impôt) n’est ni humaniste ni démocratique, contrairement au discours de ses promoteurs : on a donc bien à faire à un art idéologique officiel.

 

Source

Voir les commentaires

Les élections russes ou le rejet de l’occident (par Xavier Moreau)

7 Décembre 2011, 08:25am

Publié par Thomas Joly

RUSSIE.jpgLes élections législatives marquent à n’en pas douter, un ancrage définitif de la Russie dans un modèle de développement démocratique autonome, éloigné des influences occidentales. La baisse de Russie Unie était prévisible tant le résultat de 2007 fut exceptionnel, avec plus de 60% des voix. Le parti au pouvoir conserve une confortable avance sur ses rivaux. L’importance de ces élections n’est pas dans cette baisse de Russie Unie, qui n’empêchera pas, de toute façon, Vladimir Poutine de gouverner pendant son prochain mandat. Ce qui compte avant tout, c’est le rejet massif de l’influence occidentale par le peuple russe. Les moyens engagés par les ONG américaines l’auront été en pure perte. Même à Moscou, le parti Yabloko, considéré comme le plus libéral, recueille à peine 10%. La nouvelle classe moyenne russe ou les milieux populaires, lorsqu’ils n’ont pas voté Russie unie (49,7%), ont voté communiste (KPRF : 19,15%), Russie Juste (parti proche de Russie Unie : 13,16%) ou pour les ultra-nationalistes de Vladimir Jirinowski (LDPR : 11,7%). Au total, plus de 90% du corps électoral russe rejette l’influence occidentale.

 

russie-chretienne.jpgLa Russie semble définitivement guérie de son engouement pour le modèle occidental du début des années 90. Le modèle consumériste, si visible à Moscou, n’est pas venu à bout à bout de l’âme russe. Les trois millions de fidèles qui ont défilé devant la ceinture de la Vierge dans toute la Russie, attendant pendant des heures, la nuit et dans le froid sont là pour en témoigner. Les Russes, soutenus en cela par leurs élites reconstruisent leur identité autour du christianisme, ce qui est également une rupture nette avec l’Occident ou la laïcité militante est devenue religion d’État.

 

Absence de partis pro-occidentaux à la Douma, reconstruction de l’identité russe autour du christianisme, piété populaire, refus de l’affrontement civilisationnel, interdiction du prosélytisme homosexuel, c’est le modèle européiste au complet qui est rejeté par le peuple russe et ses élites dirigeantes. Paradoxalement, c’est un modèle de développement qui pourrait inspirer les sociétés européennes enfoncées dans une crise autant économique que morale.

 

Source

Voir les commentaires