Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Suspension des soignants réfractaires à la vaccination obligatoire

15 Septembre 2021, 10:07am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Prénom et immigration

15 Septembre 2021, 10:06am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Tout le monde va à la Fête de L’Huma… même la droite !

14 Septembre 2021, 05:11am

Publié par Thomas Joly

Ils sont venus, ils sont tous là, pas un ne veut louper la Fête de L’Huma. C’est tellement sympa. Thomas Piketty, Philippe Martinez, Sandrine Rousseau, Anne Hidalgo, Gabriel Attal, et même Valérie Pécresse.

S’il était un symbole de l’hégémonie idéologique de la gauche, ce serait celui-là. Foin des millions de morts du communisme. Foin de la présence tonitruante d’Assa Traoré – Sandrine Rousseau poste même fièrement, sur Twitter, un selfie avec elle -, foin du concert, vendredi soir, du rappeur marseillais, ancien dealer et repris de justice Soso Maness, et de la foule en délire qui a scandé avec lui « Tout le monde, tout le monde déteste la police ».

Gérald Darmanin, faisant chorus aux syndicats de police, a dénoncé la scène. Valérie Pécresse, lors de la table ronde à laquelle elle participait, samedi après-midi, a précisé, sous les huées de la foule, qu’elle soutenait les forces de l’ordre… mais n’en a pas moins maintenu sa venue.

Les faits, pourtant, n’ont rien d’étonnant et ceux qui s’en émeuvent aujourd’hui ne peuvent exciper de leur surprise. Assa Traoré est présente en fanfare à la Fête de l’Huma depuis 2017. Cette « petite polémique » (sic) est d’ailleurs jugée parfaitement « ridicule » par les intervenants du média communiste Regards, qui évoquent dans une vidéo des “pudeurs de gazelle” : ce slogan est finalement pour eux assez banal, ils suffit de fréquenter les manifs de leur bord pour le savoir, alors qu’« à la Fête de l’Huma, ça se dise, ça ne [les] surprend pas ».

S’il est inquiétant de voir deux femmes de gauche briguant la magistrature suprême cautionner, par leur présence, de tels propos, s’il est choquant de voir un membre du gouvernement en faire autant, il est assez simple de comprendre les motivations des trois larrons : la quête éperdue d’un électorat populaire porté disparu.

Mais que venait donc faire dans cette galère Valérie Pécresse ? Quelle onction venait-elle chercher ? N’a-t-elle pas tout à perdre – en troublant son électorat – et rien à gagner… sinon un brevet de respectabilité ?

Dans son entourage, on dit qu’il est important de savoir dialoguer avec tout le monde. Sauf que le seul dialogue, la seule ouverture que s’autorise la droite est à la fois bigle et unijambiste : elle louche toujours vers la gauche.

Et, cerise sur le gâteau, si l’on en croit Libération, la région d’Île-de-France, dont Valérie Pécresse est présidente, « sponsorise la Fête ». Une information dont nous n’avons pour le moment eu, de la part des intéressés, ni confirmation ni infirmation.

Après Xavier Bertrand, qui préfère les communistes aux identitaires, Valérie Pécresse, qui se rend à la Fête de l’Huma… sans vouloir déranger, il faudra un jour songer à parler à la droite ?

Gabrielle Cluzel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Après « vous n’aurez pas ma haine », place à la « justice restaurative »

14 Septembre 2021, 05:04am

Publié par Thomas Joly

Je suis en plein dans le procès du Bataclan et il est vrai assez accaparé par les débats. Les gens qui me connaissent, qui me suivent,  savent tous que je ne suis pas fait du même bois qu’un Antoine Leiris dont la femme a été tuée au Bataclan, et qui malgré que son fils ne connaîtra pas sa maman, n’a pas la haine des assassins de sa femme. Et encore moins de la même race que cet abruti qui n’a rien trouvé de mieux que d’écrire un bouquin avec l’assassin de son fils (j’espère quand même qu’il marche moins bien que  Pas devant les caméras). 

Cependant ces gens atteints, me semble-t-il, du syndrome de Stockholm font des émules. En effet à Nancy, la justice va permettre aux victimes de rencontrer des détenus condamnés dans le cadre de « la justice restaurative ». Ne riez pas, ça vient de sortir. C’est-à-dire que vous pourrez rencontrer le mec qui a abusé sexuellement votre fille ou votre femme et vous pourrez lui poser des questions : « comment l’as-tu trouvée ? elle était bonne ? ». C’est tout récent, cela a été signé le 09/09/2021 et devrait débuter début 2022 ! Il paraît que c’est très réparateur chez les victimes (effectivement chez des gens mais j’espère qu’ils sont rares tel qu’Antoine Leiris ou Georges Salines ou autre Nicolas Hénin). Moi évidemment, si on me fait rencontrer les assassins de ma fille, je les zigouille sans aucune hésitation ni sans aucun remord ! Et bien maintenant la mode c’est de faire ami-ami avec vos tortionnaires !

Le pardon qu’une victime pourrait accorder à la personne qui lui aurait porté préjudice, (et ici, me concernant il s’agit du préjudice le plus grand !) n’a de sens que si d’abord c’est le bourreau qui le demande parce qu’il regrette sincèrement ce qu’il a fait. C’est la condition sine qua non du pardon, mais ce n’est pas une condition suffisante, il faut encore que la victime l’accepte et que le bourreau répare, ce qui est impossible.

Ici, le bourreau ne demande pas pardon, il s’enorgueillit de son crime et ne regrette rien, bien au contraire, il suffit encore aujourd’hui d’entendre ses vociférations. Heureusement le président ne s’est pas laissé impressionner, au contraire il a menacé de l’expulser.

Lui accorder le pardon, c’est passer à ses yeux pour une lopette… Je suis très étonné du silence de la communauté musulmane après la première déclaration du terroriste : il a fait son acte de foi musulman ce qui signifie que c’est en tant que musulman qu’il a commis son crime et conformément à l’islam. Aucune autorité musulmane n’a condamné ses propos. Pourquoi ? Pourquoi un tel silence assourdissant comme disent les médias ? C’est bien ce que je pense : très peu de musulmans vont se lamenter sur ce qui s’est passé ; en fait je ne sais pas si c’est par peur ou parce que finalement ils approuvent ce qui s’est réellement passé…

Pour l’instant les audiences sont un peu rébarbatives car c’est une description continue de ce que les services de police ont constaté.

Patrick Jardin

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Vers la dissolution de la Ligue de Défense Noire Africaine ?

13 Septembre 2021, 14:31pm

Publié par Thomas Joly

 

Il a fallu que cette bande de voyous s'en prenne à des Kurdes pour que le gouvernement agisse enfin. Tant que leurs cibles étaient des Blancs, ça ne dérangeait personne en haut lieu...

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

Eric Zemmour lance sa chaîne Youtube

13 Septembre 2021, 05:44am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Eric Zemmour interdit d'antenne par le CSA !

13 Septembre 2021, 05:27am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Macron n’aura fait que gesticuler et vider les caisses !

13 Septembre 2021, 05:21am

Publié par Thomas Joly

En France, le Président Macron vit de l’argent facile emprunté parce qu’il n’a jamais eu le courage de diminuer véritablement les dépenses publiques, nonobstant l’usine à gaz jamais réalisée de la réforme technocratique des retraites, après l’usine à gaz du prélèvement à la source en lieu et place d’un simple prélèvement mensuel pour les impôts. La seule véritable petite réforme économique du quinquennat, c’est l’assurance chômage. Macron ne savait pas ou n’a pas eu la volonté d’engager les réformes difficiles pour diminuer les dépenses publiques, dès le début de son mandat.

Actuellement, Macron et son gouvernement, au lieu de faire la guerre à l’insécurité dans nos banlieues et à l’invasion migratoire qui menace l’identité de la France, continuent à mener la guerre facile contre le Covid avec l’argent public emprunté, à coups de déclarations sans fin, de seringues et de passes sanitaires, et à nous faire miroiter une reprise économique conjoncturelle qui ne signifie absolument rien, tout comme les Byzantins se querellaient sur le sexe des anges avant de tomber sous les coups des cimeterres turcs.

La réalité économique de la France, c’est une dette publique avec les engagements hors bilan de 7.000 milliards d’euros, soit une dette de 100.000 euros par Français. Les Pays-Bas exportent davantage que la France avec une balance commerciale excédentaire de 65 milliards d’euros, alors que la France est en déficit de 82 milliards d’euros. La part de marché mondial de la France dans les biens industriels est passée de 6,3 % à 3 %, soit moins que les Pays-Bas ! L’industrieuse, plus maligne et sérieuse Allemagne est en excédent de 182 milliards d’euros ; même l’Italie a une balance commerciale excédentaire de 64 milliards d’euros.

En quarante ans, le PIB industriel de la France est passé de 23 % à 10,5 % du PIB, tandis que le nombre d’emplois industriels est passé de 6 millions à 2,7 millions, avec une perte de 2 millions ces vingt dernières années. L’industrie française est laminée suite à la non-compétitivité française avec des charges sociales et fiscales trop lourdes, face aux autres pays de l’Union européenne et à la délocalisation dans les pays de l’Europe de l’Est, en Chine et dans les pays émergents.

Le gouvernement laisse filer les dépenses avant les élections, renonce définitivement à la réforme des retraites, annonce de nouvelles dépenses pour la contraception des femmes de moins de 25 ans et pour les jeunes (2 milliards d’euros), un nouveau plan de 30 milliards d’investissements avec de l’argent encore emprunté. Le pire déficit public en Europe pour 2021 sera le déficit français, supérieur à 9,11 % du PIB. Mais quand et qui va pouvoir payer la facture ? La dette publique qui vient s’alourdir de 424 milliards d’euros avec le « quoi qu’il en coûte » est déjà de l’ordre de 120 % du PIB. Alors, la relance du Président Macron avec de l’argent emprunté, des billets imprimés et des produits importés ? Une illusion pour se faire élire par ceux qui croient avoir remporté une bataille décisive pour l’avenir français face à la grippe parfois mortelle du Covid !

Le bilan de la BCE est gonflé comme jamais, suite à la création monétaire du « QE » (8.035 milliards d’euros au lieu de 1.200, en août 2007) ; le taux d’intérêt européen, qui était de 3,25 % en 2007, est passé aujourd’hui à -0,5 %. Les banques centrales n’ont fait que créer de l’argent ex nihilo en inondant le monde de liquidités, mais comment sortir de ce guêpier sans créer un krach et l’effondrement du système lorsqu’il faudra augmenter les taux d’intérêt ou réduire les liquidités (« tapering ») ? Avec un taux à 6 %, les intérêts à payer représenteraient environ les deux tiers du budget de l’État français !

Macron n’a fait que poursuivre la politique facile et démagogique de la fuite en avant de ses prédécesseurs, aidé par la BCE, en empruntant à tour de bras, sans s’attaquer aux dépenses publiques, en pratiquant seulement quelques réformes sociétales décadentes pour plaire à la galerie « bien-pensante » et en laissant rentrer 2.500.000 immigrés, ce que nous n’aurions pas connu avec Fillon. S’il est réélu, la seule chose de certaine, c’est que pendant son mandat, nous aurons probablement au moins 2.500.000 immigrés de plus, que la France connaîtra enfin la faillite méritée depuis longtemps lorsque les taux d’intérêt augmenteront et que le Système explosera en même temps que la zone euro !

NDLA : pour les chiffres de l’immigration, cf. les chiffres du ministère de l’Intérieur pour l’année 2019. 275.000 titres de séjour + 130.000 demandes d’asile, auxquels il faut ajouter 40.000 MNA et environ 60.000 clandestins (voir rapport du Sénat), soit un total annuel de 500.000. D’où 2.500.000 sur un quinquennat.

Marc Rousset

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les entretiens du PdF - n°14 - Invité : Roland Hélie (12/09/21)

13 Septembre 2021, 05:08am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Les 20 ans des attentats du 11 septembre

11 Septembre 2021, 14:06pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Zemmour, le « polémiste » qui bouscule le jeu présidentiel

10 Septembre 2021, 05:48am

Publié par Thomas Joly

Zemmour n’est pas – pas encore, en tout cas – candidat et, déjà, il a renversé le jeu de quilles des présidentielles. Pourquoi ?

Parce que les hommes (et les femmes) politiques du système – de Xavier Bertrand à Marine Le Pen – sont des astres morts. Qui saturent l’espace médiatique d’éléments de langage et de faux-semblants. Comment croire Valérie Pécresse quand elle dit vouloir combattre l’islamisation alors qu’elle a fait élire sur sa liste, comme conseiller régional des Yvelines, Sami Damergy, le nouveau maire de Mantes-la Ville, élu en 2020 au son des youyous et des « Viva l’Algérie », et emmenant avec lui, au conseil municipal, une membre de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) ? Comment croire Marine Le Pen quand elle dit vouloir limiter l’immigration, réformer le Code de la nationalité et expulser les clandestins, alors ? Et ce ne sont pas les déclarations de son conseiller Philippe Olivier qui sont de nature à rassurer ses potentiels électeurs lorsqu’il déclare : « Nous intégrons dans notre réflexion politique les contraintes du fonctionnement de l’État et ses logiques internes, y compris avec des instances comme le Conseil constitutionnel ou le Conseil d’État. Pas de quoi imaginer une réforme en profondeur avec Marine au pouvoir… » À quoi bon, dans ces conditions, remplacer Macron ou écarter Xavier Bertrand ?

A contrario, c’est précisément la force d’Éric Zemmour : être fidèle à l’enseignement de Péguy, tué à l’ennemi, il y a 107 ans, le 5 septembre 1914, un Péguy qui affirmait, dans Notre Jeunesse : « Il faut toujours dire ce que l’on voit. Surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit. »

C’est précisément la force de Zemmour, voir ce qu’il voit et le dire : appeler « Grand Remplacement »… le Grand Remplacement (démographique et civilisationnel) que les lâches ne veulent pas nommer. Dénoncer la dictature des juges qui accaparent la souveraineté et rendent impossible la défense de l’identité et l’arrêt de toute immigration clandestine. Refuser de bêler avec les moutons (en attente d’égorgement halal…) que « l’islam est compatible avec la République ». Quelle blague !

Valérie Pécresse, Marine Le Pen et les médias répètent à l’unisson : « Un polémiste ne peut pas être candidat à l’élection présidentielle. » Les naïfs qui se prennent pour des esprits forts partagent ce point de vue. C’est un contresens total !

C’est précisément parce qu’il est « polémiste » – c’est-à-dire qu’il décrit le réel et dit les choses telles qu’elles sont – que Zemmour est jugé sincère et courageux par l’opinion et qu’il est audible. En politique, ce qui mobilise, c’est ce qui clive. Et Zemmour est clivant : ce n’est pas un handicap, bien au contraire, c’est un atout. En 2007, c’est ainsi que Sarkozy fut élu. En clivant, en mobilisant et avec la plus forte participation électorale des vingt dernières années. Les imbéciles qui pasteurisent en croyant (à tort) se dédiaboliser n’ont rien compris !

Quoi qu’il en soit, Zemmour a déjà réussi son pari : avant même d’entrer en campagne, il contraint les nains qui occupent l’espace politique à parler des vrais sujets. Que la campagne Zemmour cristallise dans l’opinion – comme c’est probable – ou non, les questions d’immigration, d’identité, de sécurité et de tyrannie judiciaire et médiatique ne pourront pas être occultées. Comme le dit le proverbe africain, « Quand le lion est dans la savane, le gnou réapprend à courir ». Bravo, Éric ! Que le débat commence !

Jean-Yves Le Gallou

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°631

10 Septembre 2021, 05:34am

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : l'ouverture du procès des attentats du 13 novembre 2015, une tribune offerte aux terroristes, les émeutes à Corbeil-Essonnes, la mère d'un dealer expulsée de son HLM à Nice, la nécessaire suppression des aides sociales aux familles de délinquants, la disparition de Jean-Paul Belmondo, conseil de lecture.

Voir les commentaires

Patrick Jardin traite Salah Abdeslam de « porc » en pleine audience

10 Septembre 2021, 04:57am

Publié par Thomas Joly

Patrick Jardin a perdu sa fille au Bataclan, depuis, contrairement aux dégénérés qui refusent de haïr les terroristes responsables de la mort atroce de leurs proches, celui-ci dénonce la colonisation migratoire et islamique de l'Europe et réclame le rétablissement de la peine de mort.

Patrick Jardin raconte comment se déroule le procès des attentats du 13 novembre 2015 où il est partie civile :

« Le président a pu continuer l’appel des parties civiles jusqu’au moment où Farid Kharkhach fit un malaise. Le président demanda alors une suspension d’audience. Au retour, l’avocat de ce Kharkhach en profita pour attirer l’attention du président sur les conditions de détention de son client, qui, le pauvre malheureux, a dû subir deux fouilles à nu avant de pénétrer dans l’enceinte du tribunal. Pauvre petit. OUI, VOUS LISEZ BIEN ! C’est là qu’on a vu Salah Abdeslam se plaindre des conditions de détention allant jusqu’à dire qu’ils étaient traités comme des chiens.

Je ne pouvais laisser passer ça, c’en était trop ! Et je me manifestais en lui répondant qu’il était traité comme un porc et non comme un chien et qu’il fallait réfléchir avant de faire cela, si les conditions de détention ne lui convenaient pas. Mon avocat situé au premier rang et moi au dernier m’a dit : "je ne me suis pas retourné car j’étais sûr que c’était vous". Ce n’est quand même pas un de ces enculeurs de chèvres qui vont faire la messe chez nous dans notre palais de justice ! »

Lire l'article complet

Voir les commentaires

Hommage aux Invalides : Bébel doit se marrer d’être ainsi honoré

9 Septembre 2021, 05:39am

Publié par Thomas Joly

Jean-Paul Belmondo fut un grand acteur : il est naturel que les Français lui rendent hommage. Mais faut-il, comme l’a décidé l’Élysée, aller jusqu’à un hommage national dans la cour d’honneur des Invalides, historiquement réservée aux militaires ou à quelques personnalités exceptionnelles ? Peut-être Macron aime-t-il beaucoup Bébel – bien qu’il ait montré récemment des goûts plus extravagants et que cet acteur doive lui paraître vieux jeu – mais le choix des Invalides ressemble beaucoup à de la récupération politique.

En mai 2017, juste avant sa retraite forcée, François Hollande l’avait décoré des insignes de grand officier de l’ordre national du Mérite, comme s’il voulait laisser de son mandat un geste impérissable. Son successeur l’a, en novembre 2019, nommé grand officier de la Légion d’honneur. L’interprète du Marginal s’y était prêté de bonne grâce, mais on peut douter qu’il ait accepté ces médailles par simple vanité, comme c’est souvent le cas. Il doit bien se marrer dans son cercueil, devant cet hommage officiel aux Invalides.

On a le sentiment que la mise en scène de ces honneurs rendus à cette figure du septième art, qui a plus de 80 films à son actif, est, pour notre Président, un moyen opportuniste de rehausser sa popularité en endossant par procuration la popularité d’autrui. « Il restera à jamais Le Magnifique », a-t-il déclaré, lundi soir, rêvant, sans doute, d’avoir autant de fans et de se mettre dans la peau de « l’as des as ». Ne devient pas qui veut un monstre sacré.

Jean-Paul Belmondo n’a pas besoin de cet hommage, venu de politiciens intéressés, pour rester éternellement dans nos mémoires. Un hommage dans un lieu culturel lui aurait certainement plu davantage. Comme tous les grands artistes, c’est son talent qui le rend immortel. Ses répliques célèbres traduisent son humour, sa joie de vivre et son détachement des honneurs illusoires, tout ce qui fait l’esprit français. Comme celle-ci, dans Un singe en hiver, d’Henri Verneuil : « Une paella sans coquillages, c’est comme un gigot sans ail, un escroc sans rosette : quelque chose qui déplaît à Dieu ! »

Philippe Kerlouan

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Face au terrorisme, il faut une justice expéditive et radicale

9 Septembre 2021, 05:34am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires