Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Changement de sexe : ces allers sans retours

9 Novembre 2021, 06:21am

Publié par Thomas Joly

Dans les contrats de fourniture de logiciel ou d’hébergement informatique, il y a un aspect essentiel qui est la réversibilité. C’est un peu comme de négocier les conditions du divorce dans le contrat de mariage, mais cela évite qu’un fournisseur prenne en otage son client en verrouillant du point de vue contractuel les obligations auxquelles il sera tenu pour que le client puisse poursuivre sa vie avec toutes ses données après la séparation. C’est un exemple de principe de précaution qui n’est que l’anticipation d’un événement possible/probable dont les conséquences pourraient être défavorables.

Sauf que ça ne fonctionne pas partout comme dans le monde de l’informatique. Prenez une personne atteinte de dysphorie de genre qui se ferait opérer : mastectomie, hystérectomie et phalloplastie dans le sens femme vers homme ; ou pénectomie et vaginoplastie, pose d’implants mammaires et rabotage de la pomme d’Adam dans le sens homme vers femme : ce sont des opérations lourdes dont la réversibilité semble compliquée ou impossible. C’est un aller sans retour et, en plus, vous rajoutez un bon cocktail d’hormones.

Il y a des personnes qui regrettent les modifications qu’elles ont infligées à leur propre corps. The Economist raconte l’histoire de Carol, en Californie, qui a subi des effets secondaires graves du fait de sa transition : douleurs, cholestérol, palpitations, anxiété, dépression. Elle a fini par arrêter la testostérone mais, bien sûr, tout ne redevient pas comme avant : si elle a retrouvé un niveau de cholestérol normal, elle garde sa pilosité faciale et ne retrouvera pas sa poitrine.

Le Dr Lisa Littman, qui a pour thème principal de recherche la dysphorie de genre, a récemment publié une étude portant sur une centaine de personnes ayant effectué une détransition de genre. Elle avait déjà encouru les foudres du lobby LGBT-YUIOP en évoquant la possibilité d’un effet de mode ou de contagion dans la dysphorie de genre soudaine en recrudescence chez les adolescents. Trois pourcentages de cette nouvelle étude méritent d’être mis en lumière.

49 % des personnes de la cohorte ont invoqué les complications médicales avérées ou craintes. C’est beaucoup.

Un chiffre stupéfiant : 55 % pensent ne pas avoir eu de diagnostic/d’évaluation adéquate par un médecin ou un spécialiste de la santé mentale. Est-ce à dire qu’aux États-Unis d’Amérique, la médecine est devenue une simple prestation de service à titre onéreux où se donner les moyens d’un diagnostic fiable importe peu quand se présentent des occasions de dollars générés par un traitement lourd ?

La logique se réinvite : seulement 24 % de ceux qui ont détransitionné dans cette population ont prévenu leurs thérapeutes. Cette perte de confiance est sans doute légitime, compte tenu des deux premiers chiffres.

Ces signaux devraient inciter à la prudence, mais il n’en est rien. Un père de Vancouver qui refusait le changement de prénom de sa fille et continuait à clamer que sa fragilité psychologique aurait dû lui interdire une transition s’est vu condamner à six mois de prison. Voilà.

Si les médecins et les juges sont complices, comment préserver les enfants ? Et quelqu’un peut-il m’expliquer le principe de précaution appliqué aux transitions de genre ?

Rémy Mahoudeaux

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Si Cassandre Fristot avait milité à gauche, elle enseignerait toujours

9 Novembre 2021, 06:09am

Publié par Thomas Joly

Alors que l’enseignante Cassandre Fristot est toujours suspendue par l'Éducation nationale, et a été condamnée à 6 mois de prison avec sursis et près de 10.000 euros d’amende et de dommages et intérêts, pour une simple pancarte où elle dénonçait ceux qu’elle pensait responsables de la pandémie, dont quelques Juifs, un autre éminent professeur, le dénommé Olivier Tonneau, se permet d’insulter notre pays, sa population, notre histoire, et d’inciter au terrorisme contre CNews, en toute impunité.

Olivier Tonneau (LFI) sur le Grand Remplacement : « Je l’espère de tout mon cœur. Il faut basaner les rues, blasphémer le roman national, chanter Nique la France, faire sauter CNews » (MàJ : Il supprime son billet)

Il est vrai qu’Olivier Tonneau, c’est son nom, milite chez les Insoumis, et crache sur la France. Chez Macron-Blanquer, cela ne mérite aucune sanction.

Si Cassandre avait milité chez les Insoumis, elle serait toujours en fonction. Mais elle est de droite nationale et catholique. Deux graves erreurs.

Pierre Cassen

Source : https://ripostelaique.com/si-cassandre-fristot-avait-milite-chez-les-insoumis-elle-enseignerait-toujours.html

Voir les commentaires

La fermeture de nos frontières ou la guerre

8 Novembre 2021, 16:07pm

Publié par Thomas Joly

La fermeture de nos frontières ou la guerre

Voir les commentaires

La Pologne démontre que c'est possible de sécuriser une frontière face à un afflux de migrants

8 Novembre 2021, 15:07pm

Publié par Thomas Joly

Les autorités polonaises ont averti ce lundi que des centaines de migrants se dirigeaient vers la frontière polonaise, limite orientale de l’Union européenne, en provenance de Biélorussie. « Informations très inquiétantes de la frontière. Un groupe important de migrants s’est rassemblé en Biélorussie, près de la frontière avec la Pologne. Ils viennent de se diriger vers la frontière de la République de Pologne. Ils essaieront d’entrer en Pologne en masse », a tweeté Stanislaw Zaryn, porte-parole du ministre coordinateur des services spéciaux, en postant des vidéos montrant des centaines de migrants en Biélorussie.

Les Polonais tiennent bon et refusent de les laisser passer.

Voir les commentaires

Sortie du nouveau numéro de Synthèse nationale

8 Novembre 2021, 06:37am

Publié par Thomas Joly

Sortie du nouveau numéro de Synthèse nationale

Sortie du numéro d'automne 2021 de Synthèse nationale. Pour le commander, c'est ici : https://synthese-editions.com/produit/synthese-nationale-n58-automne-2021/

Voir les commentaires

Quand Ikea fait de la discrimination anti-française à l'embauche au profit de pseudo-réfugiés

8 Novembre 2021, 06:21am

Publié par Thomas Joly

KEA recherche quinze personnes pour une formation rémunérée afin devenir préparateur(rice) (sic) ou cariste en CDD ou CDI dans un dépôt de l’enseigne scandinave situé à Châtres, en Seine-et-Marne. Conditions requises ?

Primo : être inscrit à Pôle emploi. Rien à dire jusque-là.

Secundo : être réfugié ou bénéficiaire de la protection subsidiaire (statut accordé à un étranger qui ne peut recevoir celui de réfugié mais qui, en revanche, peut prouver qu’il est exposé dans son pays à certains risques : peine de mort, par exemple). Donc, logiquement, si vous êtes un Français lambda qui aspirerait à devenir cariste après des années de galère à faire des petits boulots ou de chômage, ce n’est pas la peine d’envoyer votre CV. Idem si vous habitez en plein milieu de la Brie et que vous avez assez de faire des heures de bagnole chaque jour pour aller bosser de l’autre côté de Paris. Mais on imagine qu’il ne faut surtout pas appeler cela de la discrimination. Donc, ce twittos n’a rien compris : « Donner la chance à des réfugiés de trouver une formation, c’est très bien, par contre, empêcher les Français de postuler c’est vraiment honteux. »

Tertio : avoir un niveau de français A2 minimum. Le minimum que l’on puisse attendre de quelqu’un qui travaille en France. Le niveau A2, c’est, comme l’explique le site gouvernemental, « pouvoir communiquer lors de tâches simples et habituelles ne demandant qu’un échange d’informations simple et direct sur des sujets familiers et habituels ». Le b.a.-ba. Ce niveau de français est-il suffisant pour appréhender les questions de sécurité dans un métier non sans risque et soumis à des règles de sécurité draconiennes ? La question est posée, quand on voit que pour passer un permis CACES (certificat d’aptitude à la conduite en sécurité), on exige la maîtrise de la langue française. Mais passons.

Revenons à l’offre d’embauche d’IKEA. On découvre sur cette fiche que l’offre est faite en partenariat avec Pôle emploi et each One. D’ailleurs, pour toute question, il faut s’adresser à cet organisme. Qu’est-ce que each One ? Comme l’explique son site, « each One est une solution clé en main de recrutement et de formation, dédiée aux personnes réfugiées et nouveaux arrivants, qui fait de l’inclusion une expérience incroyable pour les entreprises et leurs équipes ». On y conçoit « des solutions RH qui révèlent tout le potentiel de la multiculturalité » et l’on explique aux entreprises qui seraient tentées de recruter des réfugiés tout le bénéfice que cela représente (une entreprise n’est pas une œuvre de charité) : « Selon une étude récente, les employés réfugiés ont un taux de rétention de 15 % plus élevé que leurs homologues non réfugiés. Augmentez votre productivité et votre capacité à innover ! Encourager les employés à la création d’un environnement inclusif permet de stimuler la performance et la collaboration au sein des équipes. Lorsqu’elles sont inclusives, elles augmentent de 20 % leur potentiel d’innovation et de 87 % leur pertinence commerciale dans leurs décisions. Renforcez votre marque employeur ! » La France étant une grande entreprise, on se demande pourquoi on ne pousse pas l’extrapolation de ces constats managériaux au plan national.

La démarche de each One, pour le compte d’IKEA, est soutenue par le gouvernement et un certain nombre de préfets comme celui des Bouches-du-Rhône ou de la région Île-de-France. Donc, faut-il en déduire que l’État soutient indirectement une démarche aux allures discriminatoires ? Car, comment qualifier autrement cette recherche, pour le même dépôt, qui ne doit pas compter des milliers de collaborateurs, de quinze personnes exclusivement réfugiées ? Exclure au nom de l’inclusion : très fort !

Georges Michel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Situation tendue dans les hôpitaux, EHPAD, centres pour handicapés : la faute au Covid, vraiment ?

8 Novembre 2021, 06:06am

Publié par Thomas Joly

Emmanuel Macron va donc parler mardi soir. Avec un taux d’incidence en hausse, il lui sera facile de justifier la prolongation du passe sanitaire. Le fera-t-il ? En tous cas, la seule annonce de son allocution a déjà fait bondir les inscriptions pour la troisième dose. Pourtant, alors qu’il n’y a nul embouteillage aux urgences ou en réanimation, ce qui frappe, c’est la situation tendue, voire parfois franchement inquiétante, dans certains services hospitaliers ou paramédicaux, du fait du manque de personnel. Dans un reportage choc de BFM, il y a quinze jours, Pierre Amarenco, chef du service neurologie à l’hôpital Bichat, ouvrait les portes de chambres vides et d’une salle pleine de matériel, mais sans patient. Le personnel manquait pour faire tourner le service. Depuis, les informations alarmantes se multiplient.

Ainsi, samedi, la presse a relayé la fermeture des urgences, la nuit, à Draguignan (Var), faute de médecins en nombre suffisant, ce qui oblige la population – 100.000 habitants concernés – à faire plusieurs dizaines de kilomètres supplémentaires. Un médecin urgentiste cité par 20minutes a expliqué les raisons de la fermeture : « Nous travaillons 100 heures par semaine depuis plus de six mois. Déjà, quand il y avait des intérimaires, on était au taquet, mais maintenant qu’il n’y en a plus, c’est un taquet qui est dépassé car on ne peut pas faire plus, physiquement et même légalement. » Le journal précise que « le service d’urgences, qui accueillait entre 100 et 150 personnes avant sa fermeture la nuit, tourne actuellement avec 6 médecins alors qu’une vingtaine seraient nécessaires ». La direction incrimine « une démographie médicale particulièrement défavorable ». En effet, on sait bien qu’il y a de moins en moins de médecins pour une population âgée en augmentation*. Mais qui est responsable des nécessaires ajustements de recrutement rendus indispensables par ces données démographiques connues ?

En cette fin de semaine, on apprenait aussi que l’hôpital Saint-André, à Bordeaux, connaissait une certaine désorganisation à cause d’un cluster interne de cas de Covid impliquant 16 soignants et 9 patients. Tous étaient pourtant vaccinés… La direction du CHU était obligée de reconnaître que cela l’amenait « à des fermetures de lits qui font cruellement défaut dans un contexte où nos girondins sont très sollicités avec les pathologies hivernales qui commencent, le Covid qui continue et qui reprend (84 hospitalisations en Gironde plus 28 en réanimation) », rapporte France 3 Nouvelle-Aquitaine. Elle ajoutait que d’autres lits étaient fermés « parce qu’on est en vacances scolaires, parce qu’on a des postes vacants ». « En général, poursuit-elle, au mois de septembre, on reconstitue les équipes et là, nous n’avons pas pu le faire en Gironde […] Mais c’est un phénomène national. On a près de 300 lits hospitaliers fermés en Gironde, aujourd’hui. » Ce dimanche, dans Sud-Ouest, le directeur de l’ARS de Nouvelle-Aquitaine parlait de « situation crispée » et reconnaissait qu’« il existe de la tension sur les lits, dans toute la région ».

Un cercle vicieux s’est engagé dans les recrutements à l’hôpital. Il était évidemment prévisible. Était-il donc nécessaire et judicieux de se priver, en plus, des soignants non vaccinés qui ont été écartés d’autorité par le gouvernement ? À l’heure où il est avéré que des clusters peuvent surgir chez les soignants vaccinés, comme celui de Saint-André, ne serait-il pas salutaire de revenir sur cette décision et d’arrêter de se priver ainsi de compétences indispensables ?

Mais il y a pire : à tous ces services hospitaliers désorganisés par des impérities de gouvernance et de recrutement s’ajoute la situation inquiétante de bien des foyers d’accueil médicalisés pour personnes handicapées. Le Monde a eu la bonne idée de se rendre dans l’un d’eux, à Lormont, en banlieue bordelaise. Le constat est dramatique, partagé par la direction, les personnels épuisés et les familles, très inquiètes : « hémorragie de personnel », « manque d’effectif alarmant », personnels « à bout de souffle ». Les chiffres du reportage sont éloquents : « L’effondrement est palpable : l’équipe soignante et d’éducateurs est passée, en moins d’un an, de 10 à 2 titulaires chargés des résidents. » Avec des conséquences dramatiques pour les pensionnaires, et des situations qui frôlent la maltraitance : « Quelques-uns de nos résidents n’ont pas pu être nourris pendant plus d’une journée. Ils avaient besoin d’une sonde et on n’avait pas d’infirmière pour s’en occuper. » Cela se passe en France, en 2021, sous Emmanuel Macron.

La faute à qui ? Le directeur de la structure n’hésite pas : le Ségur de la santé, dont Olivier Véran et nous vantent les mérites soir et matin, a été mal pensé et produit des effets pervers. « En attribuant 183 euros d’augmentation aux seuls employés des EHPAD et des , explique-t-il au Monde, on a créé de la concurrence. Nos infirmières, nos aides-soignantes qui touchent à peine le SMIC préfèrent les rejoindre, et c’est bien normal. »

Des réalités, des chiffres et des paroles à garder à l’esprit. Mardi soir, par exemple.

Frédéric Sirgant

Source : http://bvoltaire.fr

* « Alors que la population augmente et vieillit, l’Atlas de la démographie médicale française 2011 (5e édition) du CNOM (Conseil national de l’ordre des médecins) confirme un écart croissant entre le taux de médecins nouvellement inscrits (+2,5 % en un an, soit 5.392 médecins/an) et le taux de départ (+11,2 % en un an, soit 4.310 médecins) » (sources : Wikipédia).

Voir les commentaires

COP26 : bobard et culpabilisation de l'homme blanc !

6 Novembre 2021, 18:16pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°638

5 Novembre 2021, 19:54pm

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : la relaxe dans l'affaire de la « fournée », nouvel afflux de migrants à Calais, Sophie Pétronin de retour au Mali, le laxisme de la justice pour « les Daltons », des tags violemment anti-police découverts dans une cité, la crédibilité des sondages, les nouveaux ennuis judiciaires de Nicolas Sarkozy, la propagande dans les séries Netflix, conseils de lecture.

Voir les commentaires

Hommage à Jean-Pierre Stirbois

5 Novembre 2021, 19:22pm

Publié par Thomas Joly

N’oublions jamais notre ami et camarade de combat Jean-Pierre Stirbois, disparu il y a aujourd’hui 33 années dans un tragique accident de la route.

Des « Jeunes Tixier-Vignancour » à la Présidentielle de 1988, en passant par le célèbre « Tonnerre de Dreux », Jean-Pierre Stirbois aura été un extraordinaire fédérateur, un militant infatigable, un Secrétaire Général exceptionnel, un travailleur acharné. Son unique combat était de servir Jean-Marie Le Pen et le Front National pour le salut de la France.

Suivons sans cesse l’exemple de cet homme admirable et unique à qui nous devons tant.

Qu’il intercède pour nous auprès de notre Sainte Patronne Jeanne d’Arc afin qu’elle nous aide à persévérer, jour après jour, à temps et à contre temps.

Que Jean-Pierre Stirbois repose en paix, au Paradis des héros de la Patrie.

Alexandre Simonnot - Membre du Bureau politique du Parti de la France

Voir les commentaires

Refus du RSA aux non-injectés : les socialauds sont vraiment des ordures

4 Novembre 2021, 17:08pm

Publié par Thomas Joly

Les socialopes préfèrent voir les Français morts plutôt que non piquouzés. Il faudra bien qu’un jour le peuple de France tirent les choses au clair avec ces gens-là.

C’est ainsi que quinze présidents de départements, tous socialistes : Ariège, Aude, Côtes-d’Armor, Gers, Gironde, Haute-Garonne, Haute-Vienne, Landes, Loire-Atlantique, Lot-et-Garonne, Lozère, Nièvre, Pyrénées-Orientales, Seine-Saint-Denis et Tarn viennent d’adresser une lettre ouverte au Premier ministre Jean Castex pour lui faire part de leur opposition au versement du RSA – le revenu de solidarité active – aux salariés « privés d’emploi suite à un refus d’obligation de vaccination ».

Autrement dit, nos quinze philanthropes sont prêts à voir crever des gens de faim plutôt que d’admettre que chacun a le droit de refuser leur piquouze de merde.

Les distingués signataires objectent que le RSA, qui est à la charge des départements, est un « dispositif d’insertion sociale et professionnelle », et qu’il ne peut donc « remplacer une allocation nationale versée suite à un arrêt d’activité pour motif d’absence de pass sanitaire ».

Nos socialopes contestent formellement les termes d’un courrier qu’ils ont reçu de la Caisse d’allocations familiales (CAF) les informant que « les personnes non vaccinées voyaient leurs ressources neutralisées, et basculaient de fait dans le RSA »

Le président du conseil départemental des Landes, Xavier Fortinon, explique que « L’État prend une décision et demandent aux départements d’en assumer les conséquences. C’est incohérent et injuste. Ce n’est pas à nous de supporter cela ! »

« C’est toujours pareil », ajoute ce grand ami du peuple : « C’est le national qui décide et il demande à d’autres de payer à sa place. Que l’Etat assume jusqu’au bout ! »

Fortinon conforte son argumentation par cette affirmation : « Les personnes qui ne respectent pas cette obligation de vaccination ne sont pas très nombreuses »

Très fort le Fortinon : il constate qu’énormément de personnes, le pistolet sur la tempe, ont dû céder au chantage sanitaire du pouvoir et que très peu ont refusé de jouer à la roulette russe avec des produits dont les effets délétères apparaissent de jour en jour plus évidents.

Il argue du fait que le versement du RSA à ces résistants serait finalement une faible dépense pour… ne pas la faire !

Nul doute qu’en revanche, il est prêt, comme tout bon socialo, à dépenser des millions d’euros pour accueillir toute la misère du monde, à condition naturellement qu’elle soit exotique.

Pour voir la photo des quinze socialopes signataires de cette lettre abjecte, cliquez ici. Au cas où vous les croiseriez dans les rues de vos villes, n’hésitez pas à leur dire votre façon de penser.

Henri Dubost

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Macron, le flambeur de l’Élysée… avec l’argent des contribuables

4 Novembre 2021, 09:31am

Publié par Thomas Joly

Il est facile d’être prodigue avec l’argent des autres. Dans ce domaine, Macron est un champion et mériterait bien le sobriquet de « flambeur de l’Élysée ». Jugez-en donc. Il vient d’annoncer, sous l’appellation ampoulée de « Contrat Engagement Jeune », une allocation pouvant aller jusqu’à 500 euros par mois pour les jeunes de 16 à 25 ans, sans formation ni emploi, en échange de 15 à 20 heures par semaine de formation ou d’accompagnement. « Il faudrait expliquer au chef de l’État que l’argent des Français ne sont (sic) pas des billets de Monopoly », a tweeté, non sans raison, la sénatrice Valérie Boyer.

L’intention est apparemment louable : Macron veut aider au retour à l’emploi de jeunes « sans ressources et sans perspectives ». Mais la « pensée de derrière », comme la nommait Pascal, semble moins noble : ne s’agit-il pas, pour lui, de faire son autopromotion, à l’approche de l’élection présidentielle ? Voyez comme il se réjouit de l’action gouvernementale dans sa lettre aux jeunes générations : « Le chômage des jeunes est plus faible aujourd’hui qu’avant la crise », mais il faut faire encore mieux ! Et de préciser qu’« il n’a d’ailleurs jamais été aussi faible depuis 2008 ». Une manière de laisser entendre que Sarkozy et Hollande étaient des glandeurs, des bons à rien, tandis que Bibi…

Cette allocation nouvelle, dont l’efficacité reste à prouver, suinte la démagogie. Si tant de jeunes sont sans emploi, c’est peut-être, avant tout, parce que le système de formation fonctionne mal et que l’enseignement est en faillite. Des diplômés ne trouvent pas de travail : l’ambition d’amener 60 % d’une classe d’âge à un niveau d’enseignement supérieur (après 80 % au baccalauréat), le manque d’exigence, l’inflation des diplômes ont conduit à les déconsidérer sur le marché de l’emploi. Que dire de tous les jeunes qui sortent de l’école sans qualification et, souvent, sans même savoir lire et écrire correctement ? Si l’on se soucie vraiment de leur avenir, c’est tout le système éducatif qu’il faut revoir.

L’assistanat permet aux politiciens de dissimuler leur impéritie et d’acheter une relative paix sociale. Ils feignent de s’inquiéter du sort des jeunes, du chômage qui les touche massivement, mais ne s’attaquent qu’aux symptômes et en négligent les véritables causes. Prétendant vouloir le bonheur des Français, ils cherchent surtout à les inhiber pour mieux servir leurs intérêts et mener à bien leurs petites affaires. L’annonce de cette allocation, à cinq mois de l’élection présidentielle, a quelque chose d’hypocrite, d’indécent et de méprisant pour ses bénéficiaires.

Ces flambeurs n’en sont pas à leur coup d’essai. Ce mercredi 3 novembre, sur CNews, Florian Tardiff est revenu sur les dépenses de communication du gouvernement : selon un rapport parlementaire, elles s’élèveraient à 30 millions d’euros, alors que la loi de finances en avait alloué 14,1 millions. Du simple au double, on dépense sans compter ! À Matignon, on concède que c’est « un budget anormalement élevé ». Mais tout est bon pour essayer de tromper son monde et promouvoir une politique dont la qualité, c’est le moins qu’on puisse dire, ne s’impose pas d’emblée. Avec l’argent des contribuables, comme de bien entendu !

Philippe Kerlouan

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les entretiens du PdF - n°19 - Invité : Eric Pinel (31/10/21)

3 Novembre 2021, 20:30pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

« Zemmour aura le dernier mot »

3 Novembre 2021, 20:24pm

Publié par Thomas Joly

« Zemmour aura le dernier mot »

Les deux auteurs voient en Eric Zemmour l’homme providentiel, seul capable de transporter la France des ténèbres à la lumière, après 40 années de trahisons de ses élites. Un livre clair, précis, concis, qui ne s’embarrasse pas de grandes envolées lyriques ou de considérations philosophiques superflues. Puisse « Zemmour aura le dernier mot » convaincre le lecteur que 2022 sera le point de non retour, au delà duquel notre pays sera sauvé de la folie mondialiste ou bien sera condamné à mourir. Un vote existentiel donc.

2022, Zemmour aura le dernier mot, Pierre Cassen et Jacques Guillemain, 15,00 €, 25 € deux exemplaires, 30 € trois exemplaires .

Règlement par chèque à l’ordre de RIPOSTE LAIQUE à envoyer à RIPOSTE LAIQUE BP32 27140 GISORS

Voir les commentaires

« La liberté dans le hijab » : une campagne de publicité financée par Bruxelles

3 Novembre 2021, 09:45am

Publié par Thomas Joly

À bien y réfléchir, cet énième spot de propagande nord-coréenne, pourtant si maladroit et si grossier qu’on le dirait découpé à la scie sauteuse dans un tract des Frères musulmans, n’est pas absurde. Je m’explique.

Ce clip, assez court, montre plusieurs femmes (de toutes les couleurs), d’abord vêtues « à l’européenne », c’est-à-dire n’importe comment, puis en hijab. Ce hijab est d’ailleurs européen, lui aussi, semble-t-il, puisque cette campagne est financée par le Conseil de l’Europe, c’est-à-dire par nous. Les images se superposent verticalement, une moitié en civil, une moitié en foulard. C’est la même femme et en même temps non. Merveilleux. Le slogan s’affiche en anglais (le Brexit n’y a rien fait) : « Beauty is in diversity as freedom is in hijab. » Pas besoin de traduction, on a tous compris.

Il n’est pas absurde que ce slogan parle finalement à tous les camps. Oui, la beauté est dans la diversité : diversité des paysages, des silhouettes, des costumes, des traditions, des architectures, des couleurs de peau, des religions, des gastronomies, etc. Mais pour défendre cette diversité, il ne faut pas transformer le monde en un dépotoir uniformisé, recouvert de béton et de cages à poules, d’employés du tertiaire et de McDo, de survêtements et de décorations d’Halloween, de chichon et de Netflix, un monde perfusé par la morphine d’une religion séculière, celle de l’humanisme devenu fou. Il ne faut pas non plus considérer que le hijab, c’est l’Europe, tandis que les chrétiens sont massacrés dans les pays musulmans. Il faut, au contraire, que la diversité, dans sa beauté singulière, soit préservée dans chacun de ses lieux naturels de déploiement, et non mélangée au mixeur pour obtenir une purée humaine décérébrée, universalisée, déculturée.

Oui, également, la liberté est dans le hijab. La paix, même, est dans le hijab. Je m’explique (bis). Nos lecteurs savent que les mots arabes se forment autour de trois consonnes, qui sont la racine de leur sens : par exemple JHD, qui a trait à l’effort, donne ainsi jihad, bien connu, mais aussi ijtihad, qui signifie interprétation (du Coran) et est encore pratiqué par les musulmans chiites. Sur le même modèle, SLM a donné salam, la paix, mais aussi islam, la soumission. Le philosophe allemand Ludwig Wittgenstein, dans son Tractatus logico-philosophicus (1918), avait tout dit : « Les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde. » Ainsi de cette corrélation entre paix et soumission, en arabe et dans la culture islamique.

En islam, donc, les femmes ne sont libres que dans la soumission consentie ; c’est probablement, d’ailleurs, ce que veut dire le Conseil de l’Europe en publiant, en parallèle de sa campagne vidéo, des affiches de femmes voilées avec le slogan « my headscarf, my Choice » (« mon foulard, mon choix »). « La femme sans voile est comme une pièce de deux euros : visible de tous, elle passe de main en main », résumait, il y a quelques années, avec un appréciable sens de la formule, Hani Ramadan, frère de Tariq.

Notre civilisation européenne, gréco-latine, pagano-chrétienne, ne meurt pas seulement sous les coups de ses envahisseurs. Elle meurt aussi de la dépression suicidaire de ses élites. Je pense à la fin de ce poème de Baudelaire, Je suis comme le roi d’un pays pluvieux, qui parle d’un prince apathique et malheureux, et j’y vois, en conclusion, un parallèle avec la situation présente, entre carnage terroriste et démission des puissants :

Le savant qui lui fait de l’or n’a jamais pu
De son être extirper l’élément corrompu,
Et dans ces bains de sang qui des Romains nous viennent,
Et dont sur leurs vieux jours les puissants se souviennent,
Il n’a su réchauffer ce cadavre hébété
Où coule au lieu de sang l’eau verte du Léthé.

Les Grecs avaient décidément tout prévu, puisque Léthé, la déesse du fleuve éponyme, déesse de l’Oubli, était la fille d’Éris, la Discorde. L’Europe a oublié la guerre séculaire (Lépante, Vienne, la Grèce) que lui a toujours faite l’islam. Elle la revivra. La parenté entre Léthé et Éris plane au-dessus de nos têtes.

Arnaud Florac

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires