Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Affaire Buzyn : le bal des irresponsables !

18 Mars 2020, 15:55pm

Publié par Thomas Joly

Voila donc Madame Buzyn qui met en cause le gouvernement, après avoir mis en cause la mairie de Paris.

Alors que la France s’apprête à vivre la pire épreuve qu’elle ait connu depuis l’après-guerre, alors que la mort rode dans nos villes, nos villages, alors que le peuple fait preuve d’esprit de sacrifice, de courage et de solidarité, voilà que ceux qui nous gouvernement, et sont censés nous guider dans cette terrible épreuve, s’écharpent en public. Et nous démontrent qu’à la différence des Français, ils n’ont aucune dignité, aucune retenue, mais aussi aucune vision réaliste des événements, aucune perspective sur la tragédie qui se noue.

Madame Buzyn s’est dite, dans un journal, effondrée au sortir de la campagne des municipales à Paris, à tel point qu’elle s’est mise à pleurer en rentrant chez elle de la soirée de dimanche : on n’a pas compris si c’est la situation du pays, ou la claque électorale qu’elle a essuyée, qui l’a mise dans cet état. Plus grave, Madame Buzyn a révélé avoir prévenu le gouvernement, dès le 11 janvier de la nécessité d’annuler les élections compte tenu de l’ampleur prévisible de l’épidémie.

Pourtant, elle a déclaré, le 24 janvier, que le risque de propagation de l’épidémie en France, depuis la Chine était quasi nul. De deux choses l’une : soit Madame Buzyn dit vrai, et le gouvernement est donc coupable d’une inconséquence gravissime, qui appelle sanction, soit elle ment, et elle mérite de passer directement devant les tribunaux d’exception, pour mise en cause du gouvernement en période d’état d’urgence.

Concernant Madame Buzyn, que d’aucuns trouvaient compétente, la femme de la situation, je voudrais rappeler ceci : elle a remplacé au pied levé Griveaux le 16 février suite à sa grotesque démission. Elle a ce faisant abandonné la santé des Français, au moment où elle était en danger mortel, et alors que, selon ses propres déclarations, elle avait conscience à ce moment là de l’ampleur de la catastrophe a venir, et que ces élections seraient « une mascarade ». Que penser de son attitude, dans ce cas, elle qui a préféré se prêter à « une mascarade », plutôt que de se tenir au secours de la santé des Français dans ces circonstances ?

Le 24 février, Madame Buzyn, en pleine campagne, critique la Mairie de Paris, selon elle mal préparée face à la montée en puissance de l’épidémie de coronavirus. Polémique que les adjoints de Madame Hidalgo ont soutenu, affirmant avoir réclamé en vain du ministère de la Santé un plan global pour préparer le choc sanitaire. Ils ont montré des lettres en ce sens, ainsi que d’autres courriers où ce sont eux qui délivrent un ensemble de consignes aux hôpitaux, cliniques et professionnels de santé en l’absence de tout plan émanant du Ministère, dirigé à l’époque par Agnès Buzyn.

Voila donc Madame Buzyn qui met en cause le gouvernement, après avoir mis en cause la mairie de Paris. Mais n’est ce pas elle qui a abandonné sa mission en pleine tempête, et alimente sans vergogne, à présent qu’elle a perdu à la fois son ministère et la mairie, de basses polémiques alors que la France entière est au supplice et dans l’angoisse ?

Comportement indigne et gravissime en la circonstance. Car il met en cause directement le gouvernement, au moment où la confiance est plus que jamais indispensable pour tenir le choc, et alors que le gouvernement lui même est critiqué sur sa gestion de la catastrophe. Car si on a pris dès lundi des mesures drastiques, en ayant l’air de faire la leçon aux Français, cela ne fera pas oublier la légèreté et les atermoiements qui ont précédé, jusqu’au dernier moment : Macron au théâtre, pour montrer qu’il faut continuer à vivre normalement, et jusqu’au maintien du premier tour des municipales, alors qu’on appelle dans le même communiqué à rester confiné chez soi…

Les polémiques indécentes en pleine crise, et alors que les Français ont bien d’autres chats à fouetter, n’augurent pas d’une grande stature personnelle des uns ni des autres. Surtout, elles pourraient nuire à la cohésion générale pour passer ce très mauvais cap. En cela, les déclarations de Madame Buzyn sont graves, et je dirai presque criminelles, dans les circonstances présentes… Elles confirment, si besoin était, que la France a confié son destin à des gens décidément peu dignes de confiance, dans un des pires moments de son Histoire…

Olivier Piacentini

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

In memoriam François Duprat

18 Mars 2020, 12:58pm

Publié par Thomas Joly

N’oublions jamais notre camarade de combat François Duprat assassiné il y a aujourd’hui 42 années, le 18 mars 1978.

Frontiste de la première heure, grand et irremplaçable ami de Jean-Marie Le Pen, militant exemplaire, François Duprat était un brillant intellectuel, libre et éclairé, passionné d’histoire et de politique. Écrivain hors-pair, travailleur infatigable, il possédait une véritable plume d’acier qui le fit collaborer à la plupart des rédactions des journaux de la Droite Nationale. Il ne cessera pas d’y dénoncer les risques que faisait peser l’immigration sur l’identité des peuples européens.

François Duprat était un amoureux de la liberté d’expression, cette liberté qui lui a coûté la vie. Car c’est bien pour avoir osé écrire tant et tant de vérités interdites à exprimer qu’il a été éliminé.

François Duprat gênait, dérangeait, bousculait avec talent le politiquement correct, le terrorisme intellectuel et le prêt-à-penser. Il écrivait et proclamait tout haut ce que beaucoup pensait tout bas. Il n’avait peur de rien. Il est mort au devoir, au combat, sur la route qui le menait à une école pour accomplir simplement ce qu’il aimait par-dessus tout : enseigner la simple et pure vérité historique.

Plutôt que d’oser l’affronter sur le terrain des idées et du débat, les misérables lâches, anonymes et vagabonds, qui l’ont exécuté ont placé une bombe dans sa voiture...

Esprit ouvert, fidèle défenseur de notre identité, François Duprat aurait exécré la liberticide loi Gaysoot qui interdit en France toute véritable Liberté d’expression qui est pourtant un Droit fondamental de notre Pays.

Que François Duprat repose en paix auprès de tous ces grands intellectuels honnêtes et courageux qui ne faisaient que proclamer, à temps et à contre temps, la Vérité qui seule nous rendra libres.

Alexandre Simonnot - Membre du Bureau politique du Parti de la France

Voir les commentaires

Michel Cymès, le tocard donneur de leçons

18 Mars 2020, 11:30am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Europe 2020 : un parfum de décadence romaine

18 Mars 2020, 10:59am

Publié par Thomas Joly

En 2015, je publiais Vers la chute de l’Empire occidental, ouvrage dans lequel j’établissais un syllogisme historique entre l’Occident de l’après-guerre et la Rome du quatrième siècle.

Jugez plutôt. À partir de 190 après J.-C., la peste dite antonine frappe l’Empire et tue près d’un tiers de la population. L’Empire est durablement affaibli démographiquement face aux barbares.

Avec l’Empire, Rome préfère importer du blé d’autres provinces (Gaule, Afrique du Nord) plutôt que de le cultiver en Italie. On préfère aussi le recours à l’esclavage. S’ensuit le chômage massif de la plèbe romaine et italienne. Phénomène que l’on pallie avec des distributions gratuites de pain, de blé et la multiplication des jeux et spectacles qui détournent le peuple des révoltes.

Les invasions barbares ne sont pas une arrivée militaire, belliqueuse et massive qui a détruit l’Empire d’un coup. Ce sont les barbares les plus pauvres, qui entraient dans l’Empire pour s’établir sur des terres… Face au problème, les empereurs les utilisaient comme soldats pour défendre les frontières de l’Empire, compte tenu de la désaffection des fonctions guerrières parmi les Romains. Peu à peu, les barbares s’imposent au sein de l’Empire, réclament terres et tributs de plus en plus lourds.

L’attitude des barbares face à l’Empire est ambiguë : d’un coté, ils rêvent du confort, de la richesse qu’il procure, de l’autre ils veulent conserver une part de leur identité, leur religion ou coutume. L’assimilation se fait difficilement et certains trahissent, comme Arminius, officier romain d’origine germaine et adopté dans son enfance, qui se retourne contre Rome, rejoint les tribus germaines et inflige aux légions une terrible défaite à Teutobourg. Les dirigeants romains pensaient que, vu l’attrait de leur civilisation, les barbares finiraient par s’embourgeoiser et s’assimiler totalement : erreur fatale…

Face à ces exigences, l’État romain s’endette, émet de la monnaie en abondance : de crise en crise, l’économie romaine s’effondre par paliers, bientôt les empereurs ne pourront plus payer le tribut exigé par les barbares pour assurer la sécurité de l’Empire.

Tout ceci ne vous rappelle rien ? Comme je l’ai dit dans mon livre, lisez l’histoire de la décadence romaine, vous n’aurez plus besoin de me lire : tout y est. En ce début d’année 2020, tout semble se coaliser pour enfoncer l’Europe, affaiblie depuis des années alors qu’elle croyait se renforcer. Le coronavirus nous frappe de plein fouet parce nous sommes le continent le plus pénétré par la Chine, en termes de population et d’économie. Avec la chute actuelle de sa production industrielle, nous sommes menacés de pénuries dans des produits essentiels comme les médicaments, les textiles, des pièces mécaniques, les processeurs et matériels électroniques parce que nous lui avons cédé toutes nos industries. Nous sommes devenus en tous points dépendants de ce pays, dirigé par un régime totalitaire et communiste à mille lieues de nos valeurs.

Pour ce qui est de l’immigration, cela fait des années que nous laissons entrer tout le monde, au mépris de nos intérêts, mais aussi de la conformité des entrants à nos principes. Une part de l’immigration se retourne contre nous car elle veut conserver ses valeurs, sa religion. Et pour pallier le problème, nous payons un tribut à un de nos pires ennemis, Erdoğan, qui projette publiquement l’islamisation de l’Europe via l’immigration : sommes-nous fous, naïfs ou complices de notre propre perte ?

Les mêmes causes produisent, à mille sept cents ans d’intervalle, les mêmes réactions mortifères et probablement, au final, les mêmes résultats. Puisse cette crise protéiforme nous éclairer et nous aider à retrouver vite nos esprits, la force qui était celle de nos aïeux pour vaincre, et reconquérir notre liberté, notre sécurité, notre prospérité, notre puissance.

Olivier Piacentini

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les premiers pillages de magasins d'alimentation ont commencé dans les enclaves afro-musulmanes

17 Mars 2020, 12:23pm

Publié par Thomas Joly

Nous savions que nous pouvions compter sur le sens civique de nos compatriotes afro-musulmans en cette période de crise sanitaire ; ils n'ont pas attendu bien longtemps les mesures de confinement annoncées hier par le Président de la République pour se livrer à l'une de leur spécialité : le vol, le pillage, la razzia.

C'est dans le riant bidonville de Trappes que, dès hier soir, un groupe de pillards a attaqué une supérette de quartier, avant de se retourner contre la police qui est intervenue pour faire cesser les vols.

Ils étaient déjà à l'avant-garde pour dévaliser avec agressivité les supermarchés, constituant des stocks délirants de produits de première nécessité (pour la revente au marché noir ?), voici qu'ils passent à la vitesse supérieure en pillant des magasins d'alimentation. L'étape suivante consistera sûrement dans l'attaque de particuliers à leur domicile pour les dépouiller de tous leurs biens.

Il fallait bien se douter, qu'en période de troubles, le « vivre ensemble » allait se transformer en véritable cauchemar pour les Français...

 

Voir les commentaires

L’idéologie droit-de-lhommiste « open society » a tué des Français

17 Mars 2020, 11:05am

Publié par Thomas Joly

Il ne fallait pas fermer les frontières. C’était une idée monstrueuse, une idée fascisante, nationaliste, de repli rance, que sais-je? Il n’y avait aucun rapport entre un virus importé de Chine et des frontières ouvertes à tous les vents. Le mot frontière était même devenu sale, impoli, du « monde d’avant », ok, boomer ?

Et puis les morts. Près de 150 déjà en France. Pendant que Sibeth se moque des Italiens, qui eux, tentent par tous les moyens de juguler la catastrophe sanitaire qui s’abat sur leur pays.

150 morts, dont la quasi totalité aurait pu être évitée si on avait simplement, tout simplement, fermé les frontières. Mais enfin, ça ne se fait pas ! Et puis d’abord, on ne peut pas, on n’a pas les douaniers, on n’a pas les moyens… Jusqu’à cette fameuse soirée du lundi 16 mars, pendant laquelle le jeune locataire de l’Élysée annonça, menton en avant, que on allait voir ce qu’on allait voir, et que l’Europe – oui, encore l’Europe ! – fermait désormais ses frontières.

Car voilà ce qu’il refusait de faire : il refusait que la France manifeste quelque souveraineté que ce soit. Il refusait que la France protège les siens, sans l’aval de Bruxelles et de maman Merkel. Il refusait à la France de la sauver, car le Président ne te touche pas pour que Dieu te guérisse depuis que la gueuse a remplacé notre bon vieux royaume.

Toute la macronie avait en horreur cette idée toute simple, de bon sens : fermer les frontières de notre pays. Tout simplement parce que nation et pays sont des concepts qui leurs sont étrangers, qu’ils ont relégués aux livres d’Histoire, dans les heures les plus sombres, etc. Il leur fallait l’Europe, l’Europe, l’Europe.

Pendant ce temps-là, des Français mouraient.

Julien Michel

Source : http://lalettrepatriote.com

Voir les commentaires

À circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles : le recours temporaire à la dictature

17 Mars 2020, 10:30am

Publié par Thomas Joly

À l’évidence, le « Covid 19 », désormais appelé sous son nom millésimé, comme pour montrer la singulière nocivité d’un virus pandémique, s’avère bien plus grave et plus létal que la « banale » grippe saisonnière.

Le président de la République et le gouvernement d’Édouard Philippe ont réagi assez tardivement, lors même que, a minima, les mesures italiennes de confinement auraient dû les alerter sur les risques sérieux de propagation galopante du virus. Quand la Pologne ou le Danemark fermaient leurs frontières, la France, de manière assez stupéfiante, maintenait ses transports aériens et ferroviaires !

À l’heure où nous écrivons cet article, l’Élysée, par la voix d’Emmanuel Macron, n’a pas encore pris la parole pour annoncer ce que les préfectures et les autorités régionales de santé savent déjà et qui n’est, dès lors, plus qu’un secret de polichinelle, à savoir le confinement obligatoire (couvre-feu sanitaire, en quelque sorte) de la population dans ses pénates.

Reste la grande inconnue du deuxième tour des élections municipales. Outre que le fort taux d’abstention, pour un scrutin habituellement considéré comme très suivi en raison de ses enjeux de proximité, posera et pose d’ores et déjà un problème de légitimité des nouveaux élus – ou réélus –, la question demeure lancinante de l’obstination du pouvoir à maintenir, ab initio, un scrutin manifestement à haut risque…

Le gouvernement s’empêtre dans les consultations expertocratiques pour étalonner au mieux ses décisions. On notera qu’avec le passage à la phase 3 du plan sanitaire, c’est, en principe, le Premier ministre et ses services qui prennent la main, la latitude des autres membres du gouvernement étant réduite, ou peu s’en faut, à la simple exécution.

L’on voit d’autant plus les limites de l’exercice du pouvoir, en ces circonstances particulières, que la décision politique se montre confuse, brouillonne, bavarde et, in fine, anxiogène, engluée, qui plus est, dans un technocratisme soulignant bien l’effroyable complexité de l’administration française. Les principaux de collèges comme les proviseurs de lycées peuvent abondamment témoigner du caractère totalement improvisé de directives de rectorats s’annulant ou se contredisant toutes les dix minutes.

« Est souverain celui qui décide de la situation d’exception », affirmait Carl Schmitt aux premières lignes de sa Théologie politique, souvent mal interprétée car mal digérée. Le format de cet article est évidemment bien trop court pour exposer la doctrine décisionniste du grand juriste allemand. On peut, au moins, la résumer dans cet adage tiré du droit romain : « Salus populi suprema lex est », qui peut être traduit par « le salut du peuple est la loi suprême ».

Or, notre Constitution, pensée et façonnée, notamment par des lecteurs avisés de Schmitt – l’on pense au gaulliste social, René Capitan –, recèle un précieux article 16 qui autorise le chef de l’État, « après consultation officielle du Premier ministre, des présidents des Assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel », à mobiliser, entre ses mains, ce que l’on appelait, du temps de De Gaulle, son unique utilisateur sous la Ve République, « les pleins pouvoirs ».

À tout le moins, si l’on estimait ce recours par trop « césarien » – sinon « jupitérien –, le gouvernement pourrait-il mettre en œuvre, à bon droit, la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 sur l’état d’urgence – notamment applicable « en cas de calamité publique ». Le salut du peuple l’exigerait assurément.

Mais nous n’avons déjà plus d’État. Doit-on s’étonner de n’avoir pas de (vrai) chef ?

Aristide Leucate

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Improvisation totale d'Emmanuel Macron face au Coronavirus : il faudra exiger des comptes en temps voulu

16 Mars 2020, 21:51pm

Publié par Thomas Joly

Cinq jours seulement après une première intervention consacrée au coronavirus, deux jours après celle de son Premier ministre, Emmanuel Macron a cru utile de reprendre la parole témoignant ainsi de l'improvisation totale dans laquelle l'Exécutif prend ses décisions, gérant la crise au jour le jour sans stratégie ni ligne de force.

Le pouvoir découvre ainsi, mais bien tard, qu'un confinement ne va pas sans contraintes, qu'une annulation du second tour des élections municipales s'impose quand la tenue du premier tour était indispensable à notre vie démocratique, que la fermeture des frontières extérieures de l'Europe pourrait s'avérer utile là où le dogme libre-échangiste l'interdisait, que le retrait de la réforme des retraites pouvait contribuer à l'unité nationale, et que seules des mesures autoritaires peuvent permettre l'application d'un plan d'endiguement.

L'incompétence du pouvoir est patente et les annonces floues de soutien économique et social seront jugées à l'aune de leur application.

Pour autant, la responsabilité de chacun d'entre nous est désormais engagée. Le Parti de la France appelle tous les Français à la discipline, au sang froid, au courage tranquille et à la patience. Les mauvais jours finiront. Il sera temps alors d'exiger des comptes.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Premier tour des Municipales : bilan et perspectives

16 Mars 2020, 18:59pm

Publié par Thomas Joly

En ces temps difficiles, les jeux politiciens semblent plus que jamais dérisoires.

Le premier tour des Municipales - il n'y en en aura sans doute pas de second avant un moment - peut apparaître dans ces conditions comme un non-événement incongru et dérisoire, manifestation presque anachronique d'une démocratie irréelle

Quelques enseignements doivent pourtant être tirés de ce scrutin.

Le rejet du pouvoir en place est patent. Les candidats macronistes ne tirent leur épingle du jeux que lorsqu'ils bénéficiaient d'une implantation préalable acquise sous les couleurs de la gauche ou, plus encore, de la droite comme Gérard Darmanin à Tourcoing.

Les Républicains et, dans une moindre mesure les socialistes, limitent largement les dégâts du fait, là encore, de l'enracinement électoral des maires sortants. La gauche radicale reste, quant à elle, municipalement marginale mais active tandis que les Verts progressent dans de nombreuses villes et confortent leurs positions dans d'autres comme Grenoble, sans que, pour autant — sans doute par un effet de saturation des esprits, las du martèlement écolo-climatique — il ne soit possible d'y voir une tendance lourde autrement qu'à la faveur de recompositions à venir.

Le Rassemblement national, quant à lui, enregistre des résultats particulièrement décevants pour ceux qui voulaient y croire.

Certes, la plupart des maires sortants, sont réélus grâce à leur bilan dont personne ne peut nier qu'il soit bon. Mais les arbres Briffaut, Rachline, Briois, Sanchez ne peuvent dissimuler la forêt des échecs. Certains dont nous nous félicitons comme celui à Denain de Sébastien Chenu, parangon du néo-Front et de ses aberrations. D'autres bien regrettables comme celui d'Amaury Navaranne à Toulon ou, dans une moindre mesure, le résultat quelque peu décevant de Stéphane Ravier à Marseille arrivé seulement troisième malgré une magnifique campagne et les qualités qui lui sont propres.

Ces élections, aussi atypiques soient-elles, intervenues dans un contexte de crise sanitaire majeure et de menaces économiques et sociales lourdes, ne constituent qu'une indication. Mais la boussole est aisément lisible.

  1. Comme toujours quand surviennent les catastrophes, les Français, de manière circonstancielle, ont choisi les valeurs refuges des maires sortants.
  2. La gauche n'est pas aussi diminuée que certains ont pu le croire. Le succès d'Anne Hidalgo à Paris le montre comme les percées vertes dans de nombreuses grandes villes comme Bordeaux ou Lyon. Sous des habits neufs, dans des coalitions rénovées dont radicalité, écologie et progressisme sociétal seront les pivots, elle se prépare à se reconstruire et à se positionner pour 2022.
  3. Le Rassemblement national, miné par la gestion incompétentes et hasardeuse de sa Présidente qui l'a conduit au bord de la faillite, affaibli par les incohérences de son programme, anémié par son hémorragie militante, déconsidéré par ses reniements n'emporte pas les faveurs populaires et n'apparait ni comme un espoir de salut national ni comme un facteur alternatif au Système.

C'est ce troisième constat qui, pour nous, doit être source de réflexion aujourd'hui, de mobilisation, d'imagination et de volonté d'action politique demain.

Le temps approche, en effet, où il faudra reconstruire nous aussi. Les semaines qui viennent seront douloureuses. Les mois prochains lourds de périls. Mais tout cela finira. Sol Invictus ! Le moment venu, nationaux et nationalistes devront rebâtir. Ce qui était difficilement concevable hier — le vrai rassemblement de tous les partisans de la Cause — dans une structure unique de conquête du pouvoir peut devenir demain une réalité.

J'appelle de mes vœux ce rassemblement.

Rien, bien sûr, ne pourra être fait avant des semaines et des mois. Mais lorsque la tempête reculera, des initiatives devront être prises.

D'ores et déjà, nous devons y réfléchir. Roland Hélie et Synthèse nationale ont, dans cette perspective, un grand rôle à jouer.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Thomas Joly dans l'émission « Vive l'Europe ! » pour la seconde fois

16 Mars 2020, 14:05pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

L’État islamique déconseille à ses djihadistes de se rendre en Europe… à cause du coronavirus !

16 Mars 2020, 13:30pm

Publié par Thomas Joly

C’est une information révélée par le New York Post et le Sunday Times.

Après des années à exhorter les musulmans à attaquer les grandes villes européennes, l’État islamique leur conseille maintenant de se tenir à l’écart en raison de la propagation du COVID-19.  

Cependant, tous les djihadistes malades déjà en Europe devraient y rester, probablement pour infester les « infidèles », selon une fatwa [édit religieux] publiée dans le bulletin de propagande Al-Naba.    

« Les personnes en bonne santé ne doivent pas entrer dans les pays affectés par l’épidémie et celles qui sont contaminées ne doivent pas en sortir », a indiqué le bulletin qui y voit dans l’émergence de la pandémie du COVID-19 un « châtiment de Dieu ».   

L’Irak, où la plupart des groupuscules du nébuleux État islamique subsistent, a recensé dimanche matin 110 cas de personnes contaminées par le coronavirus, dont 10 mortels, selon l’université Johns-Hopkins.

Source : http://lalettrepatriote.com

Voir les commentaires

Municipales : les résultats des listes soutenues par le Parti de la France

16 Mars 2020, 11:30am

Publié par Thomas Joly

Le contexte exceptionnel de ces élections municipales en fausse évidemment les résultats, la tenue du deuxième tour étant d'ailleurs plus qu'incertaine. Ce n'est donc pas avec ces élections que l'on pourra se faire une idée précise du degré de résistance nationale et identitaire des Français.

Côté bonnes nouvelles, saluons la réélection de notre camarade Alexandre Simonnot à Taverny, de Christophe Devillers qui fait 23 % de plus qu'en 2014 à Ronchamp, de Cassandre Fristot réélue à Hombourg-Haut et de Franck Briffaut réélu maire dès le 1er tour à Villers-Cotterêts, tout comme Robert Ménard à Béziers.

Tarascon (Bouches-du-Rhône) : Valérie Laupies 35,77 %

Hombourg (Haut-Rhin) : Cassandre Fristot 12,05 %

Niort (Deux-Sèvres) : Jean-Romée Charbonneau 3,69 %

Villers-Cotterêts (Aisne) : Franck Briffaut 53,47 %

Orange (Vaucluse) : Jacques Bompard 47,56 %

Bollène (Vaucluse) : Marie-Claude Bompard 44,74 %

Mornas (Vaucluse) : Joseph Joly 11,19 %

Guînes (Pas-de-Calais) : Christophe Marécaux 18,69 %

Metz (Moselle) : Françoise Grolet 11,79 %

Nancy (Meurthe-et-Moselle) : Grégoire Eury 3,71 %

Montpellier (Hérault) : Olaf Rokvam 4,78 %

Angers (Maine-et-Loire) : Olivier Douay 4,76 %

Le Mans (Sarthe) : Louis de Cacqueray-Valmenier 6,05 %

Nantes (Loire-Atlantique) : Eléonore Revel 4,76 %

Rethel (Ardennes) : Hervé Cambraye 8,06 %

Elbeuf (Seine-Maritime) : Marie Durand 15,75 %

Le Luc (Var) : Pascal Verelle 37,96 %

Béziers (Hérault) : Robert Ménard  68,74 %

Romchamp (Haute-Saône) : Christophe Devillers 36,68 %

Taverny (Val-d'Oise) : Alexandre Simonnot 5,65 %

Toulon (Var) : Amaury Navarranne 14,99 %

Marseille (Bouches-du-Rhône) : Stéphane Ravier 19,45 %

Clamecy (Nièvre) : Julien Guibert 17,24 %

Voir les commentaires

Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20

14 Mars 2020, 16:42pm

Publié par Thomas Joly

Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20
Photos, vidéos et compte-rendu du rassemblement devant l'ambassade de Turquie du 13/03/20

Le compte-rendu de Synthèse nationale :

Vendredi soir, dans le XVIe arrondissement de Paris, les militants franciliens du Parti de la France se sont rassemblés aux abords de l'ambassade de Turquie afin de marquer symboliquement leur solidarité avec la Grèce envahie par des multitudes de prétendus réfugiés envoyés par Erdogan. 

Préparé en seulement quelques jours, ce rassemblement visait à rappeler aux Français que, face à l'expansionnisme islamique, une riposte européenne est indispensable.

Erdogan, en bon mahométan qu'il est, sait que sa mission est de contribuer à l'implantation de l'islam sur toute la planète. Quant à l'Europe, bercée depuis des décennies dans les illusions mondialistes, elle préfère fermer les yeux. Et c'est le peuple helénnique qui paye lourdement ce dénie de réalité.

C'est afin de montrer aux Grecs que les Français lucides sont à leurs côtés face à l'invasion de leur pays que les nationalistes du Parti de la France ont organisé cette manifestation.

Le compte-rendu de Riposte Laïque : https://ripostelaique.com/soutien-a-la-grece-initiative-utile-du-parti-de-la-france.html

Le discours de Fiorina Lignier :

« L’histoire se répète. Si aujourd’hui nous vivons dans l’Europe telle que nous la connaissons c’est parce qu’il y a 2500 ans des grecs s’opposaient déjà à l’Orient. Ce ne sont plus des Perses qui veulent déferler sur la Grèce et sur toute l’Europe, mais des envahisseurs venus d’autres contrés : Pakistan, Afghanistan, Syrie et même d’Afrique… Cependant des constantes perdurent, l’origine change, mais les dangers restent les mêmes : disparition de notre civilisation, de notre culture, de notre religion et surtout de notre race. Les Spartiates qui ont freiné l’armée de Xerxès étaient 300 et ils ont combattue jusqu’à la mort. Aujourd’hui, ce sont des milliers de citoyens grecs qui ont repris le flambeau, défendant leur peuple, mais pas seulement, ils sont le rempart de l’Europe entière. C’est une nouvelle illustration d’un conflit qui structure le monde depuis des millénaires. Il fut d’abord celui de l’Europe face à l’Orient, qui a été remplacé depuis 1500 ans bientôt, par celui de l’Occident face à l’Islam. L’Union Européenne, ce monstre destructeur des Nations, pourtant censée nous protéger et garantir la paix (d’après la dogme médiatique) est aux abonnés absents. Frontex, l’agence européenne en charge de la sécurité de nos frontières, devrait déployer des milliers d’hommes dans le pays berceau de notre civilisation. Au lieu de cela, les dirigeants européens de l’Ouest, Merkel en tête, se couchent devant le sultan Erdogan, et sortent le carnet de chèque. 500 millions d’euros vont être versés, en plus des 3 milliards qui l’ont déjà été. Soyez fiers de la contribution Française au budget Européen, vous payez Erdogan pour le ménager. Merkel non contente d’avoir déjà accueilli 1,5 million de syriens en 2015, parle d’importer des milliers de ces nouveaux envahisseurs massés à la frontière Gréco-turque. Il faut l’admettre, les ennemis des européens, sont à la fois hors de l’Europe, mais aussi, en son sein. Notre civilisation se meurt sous nos yeux, mais ils continuent et nous dirigent sciemment vers notre disparition. Nos dirigeants, sont bien aidés dans cette entreprise de destruction par la religion des Droits de l’Homme et les juges zélés qui la font appliquer. Sachez qu’à cause de la Cour de Justice de l’Union Européenne, les clandestins qui arriveront en France ne pourront pas être expulsés, car leurs pays ne sont pas dans la liste des pays dit « sûrs ». Ils resteront donc, ad vitam aeternam, chez nous ! La remigration n’étant pas au programme pour tout de suite (même si nous devons l’espérer), il faut donc absolument éviter l’entrée sur le sol européen de ces hommes. Mais heureusement, une lueur d’espoir nous vient de l’Est et d’Europe centrale, là où des pays ont envie de rester européen. La Bulgarie, la Pologne, la Hongrie, l’Autriche, et même plus loin Chypre, chacun à leur manière œuvre pour tenter de nous protéger de ce fléau. La voilà l’Union Européenne que nous voulons, une union des Nations, protectrice des peuples et qui œuvre pour nos intérêts. Aussi, si nous sommes ici au pied de l’ambassade turque, c’est pour rappeler qu’Erdogan est notre ennemi. Cette tentative d’invasion, que subissent nos amis grecs, est une déclaration de guerre d’Ankara. La Turquie n’est pas un pays allié. Pourtant comme la Grèce, elle fait partie de l’OTAN. Nous devons faire un choix, en ce qui me concerne je choisis cent fois la Grèce. Tout comme la Turquie n’a pas sa place dans l’OTAN, elle n’a nullement sa place dans l’Union Européenne. Il faut rappeler que celui qui se veut être l’héritier de Mehmet 2, Erdogan, a appelé aussi les turcs à nous grand remplacer en faisant « 5 enfants » par femme. Enfin, et je parle là en tant que jeune femme, je ne veux pas voir à Paris le viol de milliers de Blanches par des musulmans comme ce fut le cas à Cologne, Rotterdam ou Telford. Les mœurs des pakistanais et afghans qui attendent de l’autre côté de la mer Egée peuvent nous faire craindre le pire. L’immigration afro-musulmane étant déjà responsable du harcèlement de rue (dans sa grande majorité) et de l’infréquentabilité de certains quartiers par les femmes non-voilées, accepter toute nouvelle immigration, c’est aggraver le problème. Je finis par ces mots, puisque nous ne pouvons pas compter sur nos dirigeants, c’est entre nos mains que repose le sort de l’Europe. Elle ne peut se faire sans ses peuples, que nous devons donc préserver. Vous qui êtes là aujourd’hui, vous êtes déjà convaincus, reste à convaincre les absents. Tout mon soutien au peuple Grec et aux européens fiers d’eux-mêmes. »

Voir les commentaires

Lorrain de Sainte-Affrique invité de Bistro Libertés

14 Mars 2020, 16:19pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

« Je souhaite prompt Coronavirus aux irresponsables (souvent immigrés) qui dévalisent les supermarchés »

14 Mars 2020, 14:11pm

Publié par Thomas Joly

 

 

Voir les commentaires