Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Désinformation sur la libération d'Alep, TV Libertés rétablit la vérité

17 Décembre 2016, 12:41pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Le gadget de la circulation alternée : inefficace et très coûteux !

17 Décembre 2016, 12:31pm

Publié par Thomas Joly

Ce vendredi, jour d’affluence et de départs en vacances, les Parisiens et tous ceux qui circulent dans et autour de la capitale sont astreints à la « circulation alternée ». Plaques paires au garage. Ou l’inverse. Avec des dérogations pour ceux qui partent avec belle-maman et les enfants dans la voiture. Ou la copine de palier et son chat, c’est selon. Vrai ou pas. Qu’importe, d’ailleurs, puisque cela ne changera strictement rien à l’affaire.

Les détracteurs de ce gadget écolo-électoraliste sont d’ailleurs légion.

Entre l’efficacité extrêmement douteuse et la pénalisation des banlieusards désargentés, les arguments ne manquent pas pour dénoncer une mesure inepte et, c’est probable, contre-productive à plus d’un titre. Selon Airparif, alors que cette mesure était appliquée voilà dix jours, le trafic n’a été réduit que de 5 à 10 %. Pas de quoi diminuer la pollution !

En revanche, l’addition a été très salée, notamment pour le STIF (le syndicat des transports d’Île-de-France) et l’État : en raison de la gratuité, la facture pour les seuls transports en commun s’élève à 4 millions d’euros par jour. Mais il est vrai que la région, c’est Valérie Pécresse, pas Anne Hidalgo, alors madame le maire s’en lave sans doute les mains. À cette facture s’ajoutent, toutefois, pour la ville de Paris celles des Vélib’ et Autolib’, gratuits également : 40.000 euros pour les deux-roues, 20.000 pour les autos, nous dit Le Figaro. Manque à gagner, également, pour le stationnement (50.000 euros) et coût supplémentaire en raison de la mobilisation des effectifs de police pour verbaliser les automobilistes récalcitrants ou distraits…

Enfin, ce qui pour l’instant n’est pas chiffré, c’est le préjudice économique. Aggravé à deux reprises par la grève du RER B, l’accès à l’aéroport de Roissy étant, en plus, rendu impossible ce vendredi par les barrages des VTC en guerre contre Uber !

Lorsque cette mesure de circulation alternée avait été appliquée, en 2014, Jean-Paul Huchon – président PS de la région Île-de-France – avait dû batailler pour que l’État prenne en charge la moitié de la facture du STIF (10 millions d’euros) au nom de l’impératif de santé publique. Gageons que, cette fois, la bataille sera encore plus rude.

Reste un espoir aux Parisiens : qu’ils soient nombreux à quitter la ville pour le bon air de la montagne… à condition qu’ils n’aillent pas à Grenoble, encore moins en passant par Lyon…

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

L’insolite promesse de campagne de Manuel Valls !

17 Décembre 2016, 12:22pm

Publié par Thomas Joly

Les dents de notre cher ex-Premier ministre n’arrêtent pas de rayer le plancher de la présidentielle, et on peut se demander jusqu’où le mèneront ses ambitions. La dernière, qui aurait pu être une facétie, nous laisse pantois. Élu sur le siège de son complice Hollande, il promet de supprimer de la Constitution « purement et simplement » le fameux et mortel article 49-3.

Et ce sera même une priorité puisqu’il promet de mettre un terme à cet article dès la rentrée parlementaire de l’automne 2017, soit en passant par le Parlement réuni en Congrès, soit « en consultant directement le peuple », par référendum – un moyen démocratique pourtant banni des socialistes.

Le Monde a choisi cet extrait pour se moquer en douceur de Manuel Valls : « Y a-t-il, oui ou non, une crise démocratique, de confiance ? Qui affecte toutes les démocraties, quel que soit le type de régime ? Il faut essayer d’y répondre. Avec un langage de vérité, et en tenant ses engagements. Moi, je m’engage sur ce que je propose : le renouvellement démocratique. »

Manuel Valls a dû oublier qu’il avait lui-même « peu démocratiquement » fait appel au 49-3 par six fois au cours de son mandat pour outrepasser la démocratie parlementaire et imposer, à l’Assemblée, les lois Macron sur la croissance, en 2015, et El Khomri, un an plus tard, sur la réforme du Code du travail. Cette sinistre loi qui, entre autres et en catimini, impose aux patrons d’ouvrir des salles de prière pour qui l’on sait, si ces « qui-l’ont-sait-mais-qu’on-ne-peut-pas-identifier » le demandent. Pardon, l’exigent.

Pour rappel, cet article voulu par de Gaulle dans la Constitution de 1958 permet au Premier ministre d’engager sa responsabilité devant l’Assemblée nationale sur un texte de loi.

Mais c’est un coup de pub assuré que d’avoir lancé ce ballon d’essai lors d’un entretien à France Inter, renouvelé ensuite lors d’un déplacement à La Rochelle. Comme toute promesse électorale faite à un journaliste ou à un meeting, elle n’engage personne, et surtout pas celui qui l’improvise, car une telle déclaration n’a pu qu’être l’œuvre d’un coup de chaleur dans un studio surchauffé. 


Oui mais, me direz-vous, pourquoi diable avoir imaginé la suppression d’un tel article si Manuel Valls savait qu’on lui rétorquerait aussitôt : « Mais pourquoi, Monsieur le Premier Ministre, avoir utilisé cet outil constitutionnel aussi souvent, et pourquoi, alors que vous étiez aux commandes, ne pas l’avoir “purement et simplement” supprimé s’il était si nocif ? »

Avant son départ raté pour Alep, Hervé Mariton a eu beau jeu de déclarer : « C’est l’hôpital qui se fout de la charité ! » Et ses deux concurrents, Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, n’ont pas vraiment surenchéri mais tous deux ont tout de même proposé une utilisation modérée (comme un rebelle syrien ?) de cet article pourtant fort pratique lorsque les députés ne sont pas en accord avec le gouvernement.

Il faut quand même avoir un culot certain ou aimer la valse pour déclarer, toujours au micro de France Inter : « Je connais parfaitement les effets pervers du 49-3, je suis lucide et puis j’ai appris, et puis on prend du recul […]. Son utilisation est dépassée et apparaît comme brutale. ». Fermez le ban. Tout est dit. Et on peut s’attendre à ce que la bataille à gauche nous entraîne vers les promesses les plus insolites.

Floris de Bonneville

Source : http://www.bvoltaire.fr

 

Voir les commentaires

Une députée américaine pro-Trump accuse formellement le gouvernement d’armer Al-Qaeda et l’État Islamique

16 Décembre 2016, 06:50am

Publié par Thomas Joly

Tulsi Gabbard, représentante (députée) au Congrès américain, a formellement remis en cause l’histoire officielle promue par le gouvernement US et les médias dominants au sujet de la Syrie.

Dans un tweet, la représentante de Hawaï a ainsi déclaré : « Si vous ou moi donnions de l’argent, des armes ou un soutien à al-Qaeda ou à l’Etat Islamique, nous serions jetés en prison. Pourquoi notre gouvernement a un laissez-passer là dessus ? »

Cette déclaration n’est pas anodine. Tulsi Gabbard, connue comme une des représentantes du Parti Démocrate les plus à gauche, est pressentie pour être la future ambassadrice des USA à l’ONU (source).

Son rapprochement avec le Président-élu a surpris beaucoup de commentateurs mainstream, mais en réalité cela correspond parfaitement à la « doctrine Trump ». Le nouveau président s’est clairement positionné contre la politique dite « néo-conservatrice » d’ingérence dans les affaires intérieures d’autres États, ou du moins à tout renversement de gouvernements étrangers. Surtout s’il profite aux islamistes comme en Syrie, en Irak ou en Libye.

Tulsi Gabbard ne s’est pas contenté de tirer un coup de semonce en direction de la Maison Blanche et de son ambassadrice à l’ONU, Samantha Powers, qui soutenait, il y a quelques jours, au Conseil de Sécurité, les djihadistes d’Alep. Elle a introduit une nouvelle loi au Congrès US mardi dernier visant à interdire tout soutien aux islamistes et djihadistes.

Intitulé « Loi pour l’arrêt du soutien aux terroristes », cette loi a été introduite en ces termes par Tulsi Gabbard : « La CIA a également délivré des armes et de l’argent via l’Arabie Saoudite, la Turquie, le Qatar et d’autres pour apporter un soutien direct et indirect à des groupes tels que l’État Islamique et al-Qaeda […] Cette folie doit cesser. Nous devons cesser d’armer les terroristes. »

Cette politique a également été soutenue par le gouvernement français. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a personnellement supervisé ce soutien aux djihadistes en Syrie avec le gouvernement terroriste saoudien.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Les civils d’Alep des grands médias sont en vérité des blogueurs et des journalistes

16 Décembre 2016, 06:39am

Publié par Thomas Joly

Alors que les forces gouvernementales avancent face aux rebelles à Alep-Est, les médias occidentaux sont inondés de témoignages d'« habitants » de la ville qui sont en vérité des blogueurs et des journalistes.

Des vidéos bien articulées annonçant la mort imminente de leurs auteurs arrivent depuis Alep et inondent les médias occidentaux. Il y a juste un problème : ce ne sont pas de simples civils, mais des blogueurs et des journalistes qui les tournent.

Cependant Anissa Naouai de RT assure : une simple recherche internet suffit pour vérifier rapidement leur identité.

Le récit est le même à chaque fois : l’armée syrienne commet un génocide et les civils d’Alep n’ont d’autre choix que de fuir. Les forces de Bachar el-Assad vont de ville en ville tuant leur propre peuple en ne faisant aucun prisonnier, au moment où les rebelles à Alep affrontent vaillamment la mort…

Voir les commentaires

Bourdin humilié : 91% des Français considèrent que les médias mentent !

16 Décembre 2016, 06:33am

Publié par Thomas Joly

L’animateur de RMC Jean-Jacques Bourdin s’est pris une grande claque en lançant sur Twitter un sondage en ligne pour savoir si les utilisateurs pensaient que les journalistes étaient des menteurs.

« Est-ce que les médias nous mentent ? Votez ! »

Jean-Jacques Bourdin ne s’attendait certainement pas à ce que 91 % des utilisateurs de Twitter répondent que les médias mentent, ajoutant souvent des commentaires salés pour Bourdin lui-même, et pour ses collègues journalistes, remettant par là massivement en cause la crédibilité de la caste médiatique.

Source : http://www.medias-presse.info

Voir les commentaires

Taxe sur les loyers fictifs : ils sont enragés !

16 Décembre 2016, 06:29am

Publié par Thomas Joly

L’idée démente de taxer les propriétaires qui occupent leur logement revient en force. Le ministre du Budget, M. Eckert, avait pourtant juré qu’elle était définitivement enterrée. Le soi-disant principe d’équité mis en avant par les technocrates anti-propriétaires se résume ainsi : si vous occupez votre appartement dont le loyer serait de 800 €, vous économisez 9.600 € par an, ce qui constitue pour les Savonarole de la fiscalité un revenu échappant à l’impôt (si on excepte la taxe foncière égale, en moyenne, à un mois de loyer). Après l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) en novembre, voilà que France Stratégie, une officine rattachée aux services du Premier ministre, propose deux pistes pour faire cesser ce scandale imaginaire.

La première option est la plus saugrenue : permettre la déduction des loyers de son habitation principale. En compensation, on augmenterait de 10 % l’impôt sur le revenu. Certes, les personnes âgées aux revenus modestes seraient épargnées mais les classes moyennes seraient laminées ! On peut se demander si les auteurs, sans doute locataires de logements confortables et chers à Paris, n’ont pas d’abord pensé à eux en proposant cette solution.

L’autre piste est classique : intégrer les loyers fictifs au revenu. Avec cette logique absurde, un couple de retraités, percevant une modeste pension mensuelle de 2.000 € par mois et occupant un pavillon au loyer potentiel de 800 € paierait 1.587 € d’impôts en plus ! Pire : une veuve vivant dans une maison similaire et ne recevant que le minimum vieillesse verrait ses impôts augmenter de 1.450 € ! De la pure spoliation ! Bien sûr, les auteurs cyniques de cette proposition offrent, en échange, de supprimer la taxe foncière.

Dans les deux cas que j’ai évoqués, la perte serait de 700 €, donc un demi-mois à un mois de revenus ! Plus que choquant !

Bien sur, s’il ne choisit pas l’option micro-foncier, le contribuable pourra déduire les intérêts, les assurances et les travaux. Mais les retraités ont, en général, fini de payer leur logement et évitent les travaux trop lourds par manque des moyens financiers.

Les moyens d’évitements existeraient. Le plus simple est de faire appel à la finance islamique : comme cette religion proscrit les taux d’intérêt, la banque achète pour vous votre logement et vous demande un loyer pendant quinze ou vingt ans. Vous ne devenez propriétaire qu’à la fin. Vous changez alors de domicile principal et le tour est joué. Vous pouvez aussi n’acheter que des logements comportant le maximum de travaux (car ils seraient déduits des impôts). La construction reculerait, l’immobilier serait grippé – une catastrophe.

En fait, les rapporteurs ne dissimulent pas leur but réel : taxer les aînés sous prétexte que les jeunes ont soit des loyers à payer, soit des emprunts immobiliers à rembourser. Cette haine anti-vieux se retrouve dans les projets de revenu universel qui, in fine, constituent tous une spoliation des retraites. C’est une constante des technocrates qui peuplent nos ministères.

Christian de Moliner

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Danemark, les secrets d’une identité heureuse

15 Décembre 2016, 06:52am

Publié par Thomas Joly

Jeudi dernier, le JT de France 2 a diffusé un sujet fascinant signé Alexia Mayer sur le Danemark. Le présentateur de service, Julian Bugier, lance le reportage : « le Danemark, une économie florissante, un taux de chômage faible, des impôts élevés et un pays où on se dit les plus heureux au monde. Quelle est la clé de cette réussite ? Tout repose sur la notion de confiance, de l’école à l’entreprise. »

Alexia Mayer, rendue sur place, enquête et explique. Et on en apprend de belles ! Ainsi, j’ai découvert que les descendantes de Vikings croient que la santé de leurs bébés sera renforcée par des siestes dans le froid. Quand elles prennent une boisson chaude dans un café, elles laissent leurs bambins à l’extérieur, dans la poussette, exposés aux rigueurs de l’automne scandinave…  Mais cette pratique étrange – qui à elle seule peut en dire long sur cette société et ses performances – n’est pas le sujet. Le point à souligner est que les mamans laissent leurs poussettes et leurs cargaisons humaines sans surveillance. A Copenhague, ville d’un peu moins de 600.000 habitants, ça ne craint rien et les mamans ne sont obsédés ni par des pédophiles ni par des voleurs. C’est que, comme l’avait annoncé Julian Bugier, la confiance règne.

Pour en savoir plus, Alexia Mayer interroge Morten Frederiksen, professeur associé au département de sociologie et travail social à l’université d’Aalborg, spécialiste de la question de la confiance. Pour lui, la confiance repose sur l’homogénéité de la société. Oui, vous avez bien lu – et moi bien entendu. Le secret du Danemark est que les Danois sont tous pareils. Selon le professeur Frederiksen « le pays est homogène à plusieurs titres, le pays est culturellement homogène, les inégalités salariales sont réduites aussi. Les gens pensent se comprendre, se connaitre profondément, connaitre les envies et les intentions les uns des autres. » Le Danemark, résume Alexia Mayer, est une tribu unie et égalitaire.

Malheureusement le reportage passionnant et important d’Alexia Mayer a été classé d’avance par la rédaction de l’actualité de France 2 dans la même rubrique que les sujets « bébé panda né au zoo d’Amsterdam » et « topinambour, les coulisses d’un légume oublié ».  C’est vraiment dommage car, en creux, Alexia Mayer nous dit que le secret du Danemark, c’est qu’il n’est pas multiculturel, ou comme le dit le sociologue « qu’il est culturellement homogène ». Autrement dit, qu’il n’y a pas ou peu d’immigration et/ou que l’assimilation – et non pas l’intégration – y marche très bien.  Le Danemark n’est donc pas « riche de ses différences » mais tout le contraire, riche et heureux grâce à l’absence ou à la très grande faiblesse des différences en son sein.

Il y a, ensuite, la question des écarts des revenus. Effectivement, selon les chiffres de 2015, le Danemark est le pays de l’OCDE avec l’écart des revenus le plus faible, les 10% les plus riches gagnent seulement 5,2 fois plus que les 10% les moins riches. En France, l’écart est de 7,4 (en Allemagne 6,6 et aux Etats-Unis 18,8). Est-ce cet écart entre la France et le Danemark suffit pour expliquer les différences de performances entre les deux sociétés et les deux économies sans prendre en compte les différences anthropologiques entre une société homogène et une société multiethnique et multiculturelle ? La question est ouverte.

Il aurait été intéressant d’essayer de comprendre comment les deux homogénéités (culturelle et économique) sont liées, laquelle des deux est dominante dans la réussite du pays (et il ne s’agit pas de croissance mais du fait que les Danois se sentent heureux). Il aurait été bien évidemment légitime et nécessaire de poser la question de la pertinence de l’exemple danois pour la France mais tout cela a été balayé par la rédaction : en fin de JT on ne va pas se prendre la tête…

Ainsi, malgré le travail d’Alexia Mayer, l’information extrêmement importante qu’elle a rapportée de Copenhague a été traitée comme une anecdote sans conséquence car ceux qui déclaraient « vouloir découvrir la clé de la réussite danoise » cherchaient en fait autre chose : se rassurer et confirmer ce qu’ils savaient déjà avant que l’avion de Mme Mayer n’ait quitté la France. Jérémie l’avait déjà si bien dit : « Ils ont des yeux et ne voient point, ils ont des oreilles et n’entendent point ».

Source : http://www.causeur.fr

Voir les commentaires

A quoi sert encore le Front national ? (par Jérôme Bourbon)

15 Décembre 2016, 06:45am

Publié par Thomas Joly

Voilà des années que nous l’écrivons dans une grande solitude et les faits — hélas ! — nous donnent raison chaque jour davantage : Marine Le Pen n’est pas du camp national. C’est fondamentalement une femme de gauche, une bobo, une libérale-libertaire. L’avortement, l’euthanasie et le “mariage” homosexuel ne lui posent aucun problème. Pour elle, se battre sur ces questions, refuser l’IVG, ou même seulement son remboursement intégral, combattre le “mariage” homosexuel, n’a aucun sens. Ne comptent que les questions économiques. Comme l’a dit avec son mépris habituel son maître à penser Philippot, l’éventuelle abrogation du « mariage pour tous » est aussi importante que « la culture du bonsaï ». Marine Le Pen a dit substantiellement la même chose dimanche au grand jury RTL-LCI, tous ces débat dits sociétaux sont des sujets “lunaires”, des thèmes « de diversion ». Il faut éviter les “chicayas” sur des questions qui, pour la présidente du Front national, n’ont non seulement aucune importance mais ne présentent aucun intérêt. Ces questions sont à ce point négligeables qu’elle reconnaît avoir menti activement par le passé lorsqu’elle s’était prononcée, à plusieurs reprises, en 2011 et en 2012, pour le déremboursement de l’avortement. C’était, avoue-t-elle avec un parfait cynisme, pour donner des gages aux partisans de Bruno Gollnisch. Elle reconnaît ouvertement qu’elle ne pensait pas un traître mot de ce qu’elle professait à l’époque, elle confesse publiquement, mais sans contrition ni ferme propos, qu’elle n’est qu’une sale menteuse prête à tous les reniements, toutes les entourloupettes, tous les coups tordus, pour faire carrière, pour parvenir à ses fins.

Beaucoup de dirigeants historiques du FN, lorsqu’elle était plus jeune, appelait Marine Le Pen la night-clubbeuse car elle hantait les discothèques. Mais ce n’est pas en fréquentant assidûment le monde de la nuit, où sévit toute une faune interlope, qu’on peut avoir une morale, des principes et des convictions solides. On y rencontre plutôt ce qui peuple aujourd’hui en masse le néo-FN : des folles immatures, des fêtards invétérés, de vils tire-au-flanc qui s’éclatent la nuit et dorment le jour, des parasites qui vivent au crochet de la société et qui ne font rien de leur vie, des débauchés qui ne pensent qu’à jouir et dont l’horizon s’arrête à la prochaine beuverie. Nous l’avons souvent écrit, Marine Le Pen n’a pas la densité humaine, intellectuelle, culturelle, politique et morale pour être le chef du camp national. De plus, elle et ses mignons sont totalement dépourvus d’humour. Ils se prennent tellement au sérieux, ils sont tellement gonflés de leur importance, alors qu’ils ne sont que des médiocres infatués, qu’ils sont incapables de la moindre distance critique avec eux-mêmes, de la moindre autodérision. Ils ne pensent qu’à exclure, à purger. Si on leur résiste, que l’on émet poliment des objections, on est rabroué et chassé. Plus ils sont incultes et minables, moins ils souffrent la contradiction, moins ils admettent le débat. Au point par exemple de mettre en sommeil les instances dirigeantes du FN pour ne pas avoir à convoquer Jean-Marie Le Pen, ou à les réunir lorsque le Menhir est en convalescence à l’étranger.

Marine Le Pen prétend être une femme de conviction, elle l’a dit le 7 décembre au soir sur TF1, alors qu’elle n’en a manifestement aucune, qu’elle est capable, comme n’importe quel politicien, de dire tout et son contraire au gré de ses intérêts, de ses caprices, de ses humeurs (la preuve par la question du remboursement de l’avortement mais aussi sur la sortie de l’euro et sur beaucoup d’autres sujets où ses positions sont fluctuantes, incertaines, imprécises). Elle prétend être la candidate naturelle du camp patriotique (elle l’a dit également sur TF1) alors qu’elle se moque comme de son premier amant des fondamentaux du nationalisme. Elle serait davantage à sa place sur un char de la gay Pride avec un fouet à la main entourée de ses folles !

Marine Le Pen a fait siennes les trois religions de la Ve République et du mondialisme : la religion de la Shoah, la religion de l’avortement et la religion de l’homosexualisme. Ces trois religions ne peuvent être critiquées : la loi Gayssot depuis 1990 interdit tout débat historique sur la shoah, la loi créant un délit d’“homophobie” en 2004 empêche toute critique de l’homosexualité et paralyse ou entrave les adversaires du “mariage” homosexuel, de la GPA et de la PMA, la loi Neiertz depuis 1993 interdit toute manifestation de rue contre l’avortement à proximité des avortoirs et l’on est en train de créer un délit d’entrave numérique à l’IVG qui sera probablement adopté définitivement en février 2017 et qui interdira toute critique de ce crime sur la Toile. Non seulement Marine Le Pen ne résiste pas à cette triple religion qui est à l’origine de notre tragédie mais elle y adhère totalement. Or il ne peut y avoir d’avenir pour une nation qui organise, légalise, promeut et rembourse à 100 % le massacre industriel des enfants à naître, qui en fait un droit fondamental et une fantastique conquête.

Ne pas voir que l’avortement de masse favorise et accélère le Grand Remplacement est faire preuve d’une sottise et d’une cécité stupéfiantes. Depuis la légalisation de l’IVG, un acronyme qui cache une horreur bien réelle, environ dix millions d’enfants français (200 à 250 000 par an) ont été froidement assassinés, démembrés dans le ventre de leur mère alors qu’ils étaient parfaitement viables, qu’ils avaient un cœur qui battait et qui ne demandait qu’à aimer et à être aimé en retour. Pendant ce temps l’on faisait entrer autant d’immigrés venus du Tiers Monde avec leur famille, immigrés qui, une fois sur le territoire national, ont fait des enfants. Ce n’est pas un hasard si la loi Veil (1975) a été adoptée quasiment au même moment où l’on instituait le regroupement familial (1976). Marine Le Pen n’est pas choquée par ce génocide silencieux des innocents. Elle ne trouve rien à y redire. Bien au contraire. Elle ne veut toucher, dit-elle, « ni au périmètre, ni à l’accès, ni au remboursement de l’avortement ». On ne touche pas à cette religion moderne. Dès 2002 elle avait d’ailleurs dit qu’elle était opposée à la suppression de la loi Veil qui figurait alors en toutes lettres au programme du Front national. On comprend que les media audiovisuels en aient fait depuis ce jour leur coqueluche. Etre pour la culture de mort, c’est montrer qu’on fait partie du jeu, qu’on travaille pour Satan, qu’on est comme tous les autres un suppôt de l’Enfer, bref qu’on a sa place dans leur République judéo-maçonnique.

Pas plus que la nation n’a d’avenir avec l’avortement de masse, elle n’en a avec la promotion de l’homosexualité. Or non seulement elle s’est engagée à ne pas “démarier” les invertis déjà “mariés”, non seulement elle veut aggraver le Pacs au bénéfice des paires d’homosexuels, mais de plus Philippot et ses proches, sans qu’elle n’y trouve rien à redire, ont approuvé bruyamment la campagne gouvernementale prétendument contre le sida et qui promeut par voie d’affichage le sexe gay de la manière la plus crue et la plus explicite. On y voit sur des abris-bus, où les enfants et adolescents attendent chaque jour les ramassages scolaires, des hommes dénudés s’embrasser avec des slogans plus vomitifs les uns que les autres et que par décence nous ne reproduirons pas. Eh bien Philippot et ses mignons trouvent cela très bien et Marine Le Pen manifestement aussi puisqu’elle a dit à ceux qui se sont plaints auprès d’elle de cette prise de position philippotiste que cela n’avait aucune importance.

Pour la tenancière de la cage aux folles rien n’a d’importance. Sauf l’obligation de se soumettre au politiquement, au moralement et à l’historiquement correct. Elle a exclu son père auquel elle doit tout et sans lequel elle ne serait rien parce qu’il avait osé rendre justice au maréchal Pétain et très légèrement écorné la religion de la shoah. Mais quand on y réfléchit bien, tout cela est cohérent car la shoah, l’IVG et l’homosexualisme sont plus liés qu’on pourrait le penser de prime abord. Il n’y a pas d’avenir pour la nation, c’est évident, avec l’avortement et l’homosexualité de masse mais il n’y en a pas davantage sous le règne sans partage du Dogme holocaustique. Car si nos aïeux ont été des criminels, se disent les jeunes Allemands dont beaucoup se font stériliser, à quoi cela sert-il d’avoir des enfants qui demain pourraient être aussi des monstres vu leur hérédité chargée ? Si l’Europe blanche et chrétienne après des siècles de civilisation a commis, ou laissé commettre, froidement un génocide de six millions d’individus, à quoi sert-il qu’elle vive encore ? N’est-elle pas condamnée à mort ?

On le voit, avortement, shoatisme, homosexualisme sont le triptyque de notre tragédie, la trinité infernale de notre décadence, de notre submersion, de notre disparition. Ils sont à la racine de notre suicide. Mais sur tous ces points essentiels le FN ne combat pas. Pis il s’est déjà rendu. Et vendu.

Jérôme Bourbon, Directeur de Rivarol

Voir les commentaires

Clémentine Autain soutient le cafetier islamiste de Sevran… et n’est même pas gênée !

15 Décembre 2016, 06:34am

Publié par Thomas Joly

On s’étonnait du silence des féministes après le reportage de Sevran. On avait tort. L’une d’entre elles vient de sortir de son mutisme. Pour apporter son soutien… au cafetier.

Clémentine Autain, sur Twitter, s’affiche tout sourire, accoudée au bar PMU de Sevran – où elle est élue Front de Fauche - avec cette légende : « Je consomme et demande au CSA de visionner intégralité bande caméra cachée France 2. Stop stigmatisation banlieue. »

Une phrase qui décrit en moins de 140 caractères toute l’imposture féministe. Si le violoniste aime le violon, le progressiste le progrès, le chimiste la chimie, la féministe n’aime pas la femme. Et loin de prendre sa défense, met sa parole en doute, minimise les faits, demande à revoir tout le film – sans doute a-t-il été tronqué – et fanfaronne : « Regardez-moi, je peux boire tous les cafés que je veux ! »

Oubliant que, le scandale ayant été éventé, il ne sera pas de sitôt réitéré, qu’elle est une personnalité et qu’elle n’est pas « typée », donc moins susceptible d’être rabrouée que celles qui se voient reprocher de ne pas avoir gardé les mœurs « du bled ». Telle Scarlett O’Hara arpentant gaiement Tara, elle n’imagine pas que d’autres, moins gâtées par la vie, puissent être traitées avec un peu moins d’aménité dans la plantation.

Et Clémentine Autain n’en est pas à son coup d’essai. Il y a près d’un an, après les viols de Cologne, elle n’avait pas jugé bon de faire montre de la moindre compassion pour les victimes, se contentant de relativiser l’événement en évoquant un précédent, les « Allemandes violées par les soldats pendant la Deuxième Guerre mondiale ». Le tweet avait fait grand bruit sur les réseaux sociaux, tant par son caractère « comique » – une communiste dénonçant les exactions des soudards soviétiques ? Mieux vaut tard que jamais ! – que parfaitement absurde : en quoi les viols des unes excusent-ils les viols des autres ?

Mais d’où vient donc, lisait-on dans Marianne en 2010, que les féministes françaises se sentent « gênées aux entournures » dès qu’il est question d’islam ?

En six ans, une marche a été franchie : les féministes françaises comme Clémentine Autain ne sont plus « gênées ». Elles n’ont même aucune honte à afficher leurs priorités.

Clémentine Autain se décrit comme héritière de Christine Delphy – cofondatrice, avec Simone Beauvoir, de la revue Nouvelles questions féminines – qui, après avoir enjoint les Françaises à brûler leur soutien-gorge, dénonce furieusement quiconque s’aviserait de remettre en cause le voile islamique. Leur tir d’artillerie, ethno-ciblé, ne vise que l’homme occidental. Et elles le revendiquent.

Rappelons la disgrâce dont a fait l’objet l’association Ni Putes ni soumises, son discours – qui tentait de dénoncer quelques « usages » dans les quartiers – ayant été accusé (Les Inrocks) d’être devenu « un alibi anti-arabe, une cause de la xénophobie d’État », « du féminisme de bas étage (sic) et donc extrêmement dommageable pour le féminisme ». Clémentine Autain, loin de se sentir coupable d’avoir laissé prospérer dans la ville dont elle a, pour part, la charge un climat délétère pour les femmes, pratique donc un féminisme de « haut vol », que l’on pourrait nommer – mot-valise oxymorique – « féminislamisme ».

En brouillant son identité, en niant sa nature, en dénigrant son statut au sein de notre culture, les féministes ont fait de la femme occidentale table rase, la laissant nue, propre à être rhabillée – au propre comme au figuré – par d’autres, dotés sur ce sujet d’idées bien arrêtées.

Elles ont fait le lit de l’islam. Elles viennent à présent le border maternellement.

Gabrielle Cluzel

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le FBI ouvre une enquête criminelle contre le Planning familial pour vente illégale de foetus avortés

15 Décembre 2016, 06:32am

Publié par Thomas Joly

En cause : la vente illégale de tissus issus de foetus humains avortés.

Le président du Comité Judiciaire du Sénat, le sénateur Chuck Grassley, a annoncé le renvoi de plusieurs sociétés affiliées à Planned Parenthood et des sociétés impliquées dans les ventes de tissus fœtaux, ainsi que la Fédération du Planning Familial des Etats-Unis, au FBI et au ministère de la Justice pour des poursuites éventuelles. Cette recommandation est l'un des fruits d'un rapport massif (20.000 pages) sur la recherche sur les tissus fœtaux humains.

L'enquête du Comité Judiciaire du Sénat a révélé que diverses sociétés de Planned Parenthood avaient violé les lois contre la vente de parties du corps humain.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

« Boomerang » : cette religion et ce prophète dont il faut taire les noms…

15 Décembre 2016, 06:22am

Publié par Thomas Joly

On ne présente plus Augustin Trapenard. Normalien, agrégé d’anglais, il a très vite abandonné la recherche et l’enseignement. Non pas pour la politique : ça, c’était avant, quand l’intelligence se mettait au service du pays et que les normaliens investissaient la sphère politique. Cela donnait un Blum, un Herriot, la République des professeurs décrite naguère par Albert Thibaudet. Avec ses grandeurs et ses limites.

Désormais, fini les Pompidou, les VGE. Juppé fut le dernier dinosaure de cette tradition. Les politiciens n’ont même plus à fournir de prestigieux diplômes. Soit ils crachent dessus, soit ils s’en fabriquent de faux : Macron pseudo-normalien. Le Roux faux HEC-ESSEC.

Car maintenant, les normaliens émancipés, avides de reconnaissance et de gloire, mettent leurs compétences et leur narcissisme au service… des médias.

Raphaël Enthoven serait le meilleur symbole de cette dérive de la culture et de l’intelligence diplômée. Quant à Augustin Trapenard, lui, il a choisi France Inter et Canal+. Tout ce qu’il y a de plus… À vous de juger !

On pourrait donc espérer, à côté de la pauvreté abêtissante de nos radios et télés, un surcroît d’intelligence, d’esprit critique, de vision. Mais malheureusement, de même que les normaliens en politique ont souvent manqué d’intelligence face aux situations (Alain Juppé), les normaliens des médias, eux aussi, sont parfois confondants de conformisme, de cécité, de servitude volontaire.

Et notre cher Trapenard, jeudi dernier, en fut l’exemple criant.

Il recevait dans sa matinale culturelle, bienheureusement intitulée « Boomerang », l’artiste féministe Annette Messager, plasticienne couronnée par le Praemium Imperiale, le Nobel des arts, qui venait parler de sa nouvelle installation à la galerie Marian Goodman à Paris. Et ladite Messager avait évidemment un « message » à délivrer, surtout avec ce qui faisait l’actualité du moment. Vous savez, ces bars qu’un média ami, France 2, au-dessus de tout soupçon, avait révélé à cette France qui ignorait la chose, ou ne voulait pas la voir.

Ces bars interdits aux femmes. Dans certains endroits de France. Ces choses d’une autre époque qu’on ne pensait plus voir en France. Cet « ordre moral » ! Eh bien, notre normalien surdiplômé, spécialiste de tous les langages, de toutes ses subtilités et ses ruses, et notre plasticienne « impériale » ont réussi l’exploit d’évoquer ces bars (mais tenus par qui ? Et dans quels quartiers ?) et ces Femen se tatouant sur le corps « Je suis mon propre prophète » sans jamais nommer cette religion, cette culture, ce prophète qui règnent dans ces bars et ces quartiers.

Et la tranquille conversation politico-cultureuse grave glissa sur ce non-dit, cet innommé, ce tabou.

Pour finir avec : La Manif pour tous, bien sûr ! C’était donc ça ! Tous ces bars de nos banlieues, à Sevran, Tourcoing, Marseille, Toulouse où les femmes sont persona non grata, ce sont des bars LMPT, tenus par des catholiques rétrogrades ! C’était tellement évident !

Il fallait bien tout le talent interprétatif d’un normalien et d’une plasticienne de renommée mondiale pour créer cette œuvre d’art éphémère, cette « installation », cette « performance » d’un jeudi matin sur nos ondes.

Vous avez dit « Boomerang » ?

Pascal Célérier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Testing : 100 % des kebabs coupables de discrimination envers les kouffars

14 Décembre 2016, 06:57am

Publié par Thomas Joly

L’INSOUMIS a mené une grande enquête sur les discriminations à l’embauche dans les kebabs. Les résultats sont formels : 100% des mécréants sont rejetés puisque 100% des employés sont musulmans.

Une grande étude pour compléter celle du ministère du travail

L’INSOUMIS souhaitait faire écho à l’étude du ministère du travail qui a constaté que les entreprises françaises rechignaient parfois à s’intéresser aux candidatures musulmanes. La discrimination constatée s’élève à 9 ou 11 points selon les emplois, ce qui est très peu. On aurait pu s’attendre à pire, vu les inconvénients multiples lorsque l’on recrute un musulman. En plus de demander une salle de prière ou de revendiquer le port de signes ostentatoires, les musulmans sont en effet inaptes au travail pendant environ un mois par an, au moment du ramadan (ils refusent de s’hydrater toute la journée).

Une étude menée partout en France

Nous avons répertorié 50 kebabs au hasard et avons enquêté. Les résultats sont affligeants : 100% des trancheurs de sandwich sont musulmans. La discrimination à l’embauche est systémique : aucune chance de décrocher un emploi si vous êtes un mécréant. Cela concerne donc des dizaines de milliers d’emplois inaccessibles aux non-musulmans. Il y aurait en effet environ 11.000 boutiques à kebabs en France.

Il faut cependant noter qu’en haut de la pyramide, ce sont des mécréants qui récupèrent les gros sous. Bernard Thibaut, le président du grossiste France Kebab est un homme d’affaire non-mahométan qui a juste flairé le bon coup. Le marché français du kebab se chiffre à 280 millions d’euros par an.

Déconstruire les préjugés dès le plus jeune âge

Nous nous permettons donc d’interpeller Myriam el Khomri pour qu’elle prenne des mesures qui permettront aux mécréants de devenir kébabeurs si le coeur leur en dit. De plus, il y a un problème structurel avec un grand manque de vocations : beaucoup de mécréants pensent qu’ils ne peuvent pas faire carrière dans le Kebab. Ces préjugés devraient être déconstruits dès le plus jeune âge. El Khomri devrait donc consulter sa consoeur Najat pour mettre en place des programmes de sensibilisation à la kébaberie pour les mécréants, dès 4 ans.

Nous prévoyons peut-être de publier un autre volet à cette étude, dans lequel nous nous intéresserons à la place des femmes dans les kebabs. Un sujet épineux.

Source : http://www.linsoumis.com

Voir les commentaires

La République des copains du parti ou de la Loge

14 Décembre 2016, 06:50am

Publié par Thomas Joly

« Moi président, je ferai en sorte que mon comportement soit exemplaire. Moi président, il y aura un code de déontologie pour les ministres ». Paroles du prophète Hollande.

Or qu’avons-nous vu ? Une véritable épuration des cadres supérieurs de l’État (magistrats, préfectures, Éducation nationale, police, médias). Bien sûr il y avait tellement de copains du parti ou de la Loge à placer… Qu’importe leurs compétences ! Marisol Touraine et Najad Vallaud- Belkacem sont les exemples les plus frappants. Le premier gouvernement Hollande (Premier Ministre Ayrault) comportait 35 ministres, quasiment tous affiliés au Grand Orient de France. Le plus récent avec Valls, ils étaient 38. Hollande a sans doute évité d’en mettre 40 : cela faisait un peu trop Ali Baba.

Actuellement, la fin étant proche, c’est une véritable débandade dans les cabinets ministériels ; et comme ce sont des copains ou des « frères », il faut bien les caser quelque part. D’où le scandale de l’Institut Gustave Roussy à Villejuif, ce prestigieux service médical de cancérologie. Mme Touraine veut imposer comme directeur général adjoint Frédéric Varnier, un des conseillers membre de son cabinet. Toutefois, ce poste a bien sûr un titulaire. Or le directeur général de l’Institut ne veut pas de Varnier, estimant qu’il n’en a nullement besoin. En outre, la cancérologie est une activité tout à fait particulière nécessitant les conseils de médecins. Rappelons que l’Institut Gustave Roussy est un établissement privé à vocation non lucrative et ne dépend pas de l’État. Il faut noter que le pistonné en question, n’avait pas réussi à être casé à la direction de l’hôpital de Pontoise, dans la mesure où il ne semblait pas avoir les compétences nécessaires. 

L’idée initiale était d’envoyer le directeur adjoint actuel de Gustave Roussy au CHU de Nice pour laisser sa place à Varnier. Mais personne n’était d’accord. Si bien qu’une réunion est prévue : elle va être sanglante. Toutefois, le directeur de Roussy, furieux serait prêt à quitter la France si Touraine insistait.

Notre ministre de la santé n’en était pas à son coup d’essai. En décembre 2015, Touraine avait imposé un autre de ses « conseillers », un dénommé Le Moign, directeur adjoint de son cabinet. Celui-ci s’est retrouvé directeur général du CHU de Toulouse (quatrième CHU de France) ; ceci, sans même que soit prévenu le maire de la ville qui, dans les hôpitaux publics, est le président du conseil d’administration. Bizarrement l’archive de cette nomination n’est plus visible sur le site Internet du CHU de Toulouse depuis le 09/01/2016.

Bref l’affaire de Gustave Roussy a été qualifiée de « parachutage ». « On se croirait dans une république bananière » a déclaré Jean-Pierre Davant ancien président de la Mutualité Française.

Jean-Pierre Dickès

Source : http://www.medias-presse.info/

Voir les commentaires

Carl Lang : « Protéger la vie de la conception à la mort naturelle : un devoir d'État »

14 Décembre 2016, 06:48am

Publié par Thomas Joly

Sur Twitter, Carl Lang  rappelle que la protection de la vie, de la conception à la mort naturelle, est une priorité politique du Parti de la France.

 

Voir les commentaires