Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Voile au Conseil régional de Bourgogne : la minable direction du RN lâche Julien Odoul !

14 Octobre 2019, 06:48am

Publié par Thomas Joly

Vendredi 11 octobre 2019, lors de la séance plénière du Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté à Dijon, le Président du groupe RN, l'inverti Julien Odoul, a demandé qu'une musulmane voilée, qui accompagnait une sortie scolaire dans l'hémicycle, soit priée de sortir au nom de la laïcité.

Suite au buzz de la vidéo de l'incident, presse d'État et politiques islamophiles ont condamné avec vigueur cette demande pourtant banale et de bon sens.

Il n'en fallait pas plus pour que les deux vice-présidents du RN, mandatés par leur Présidente Marine Le Pen, Nicolas Bay et Jordan Bardella, se désolidarisent de leur élu, courbant docilement l'échine devant leurs adversaires et les médias.

Pathétique, pitoyable, ridicule... La direction du RN n'est vraiment plus qu'un ramassis de lâches soumis au politiquement correct. Cette bande d'imposteurs ne peut en aucun cas représenter le moindre espoir de libération nationale pour la France et les Français.

Voir les commentaires

Aide médicale de l’État : le scandale est encore bien pire !

11 Octobre 2019, 05:05am

Publié par Thomas Joly

Si vous critiquez l’aide médicale de l’État, vous avez toutes les chances d’être catalogué comme un xénophobe. Si vous ajoutez qu’il existe des abus patents, que des étrangers, en situation irrégulière ou non, profitent de l’AME sans même remplir les conditions pour en bénéficier, vous aggravez votre cas : vous voilà irrémédiablement classés dans le camp des ennemis de l’humanité ! Pourtant, ce n’est pas un fantasme : Le Figaro de ce mercredi publie un article sur « les effarantes dérives de l’aide médicale d’État » en se fondant sur un ouvrage de Véronique Prudhomme, qui a travaillé pendant onze ans à la direction financière d’un hôpital d’Île-de-France : La Vérité sur l’AME.

Agnès Buzyn, le ministre de la Santé, qui a défendu, devant l’Assemblée nationale, « le droit à la santé pour tous », ajoutant qu’« on ne laisse pas des gens périr parce qu’il leur manque le bon tampon sur le bon document », tout en annonçant le déploiement d’un « plan de lutte contre les fraudes », ferait bien de lire ce livre. Elle y apprendrait, si elle l’ignore – ce qui serait un comble, compte tenu de la fonction qu’elle occupe –, que touristes, étrangers fortunés, fraudeurs en bande organisée, resquilleurs de tout poil profitent du système.

Quelques exemples suffisent à en montrer les dysfonctionnements.

Un patient venu d’Afrique du Nord débarque de l’avion et se présente aux urgences avec le courrier d’un médecin de son pays pour un traitement chirurgical précis. Ce n’est pas la première fois qu’il se rend ainsi dans l’Hexagone. Il n’est ni clandestin, ni réfugié. Il bénéficie de l’AME, tout en continuant de résider chez lui. La médecine française a sans doute bonne réputation, mais est-il normal qu’un étranger vienne faire du tourisme médical pour se faire soigner aux frais des contribuables ?

Le cas le plus fréquent, selon cet ouvrage, est celui du patient qui arrive avec un visa touristique et attend que son autorisation de séjour soit périmée pour devenir un étranger en situation irrégulière et avoir droit à l’AME. Il cite l’exemple d’un homme en rééducation fonctionnelle qui refuse d’être transféré dans un hôpital de son pays, où il pourrait être soigné, jurant qu’« il préférerait se jeter dans la Seine ». Il continue de bénéficier de l’AME. « Près d’un tiers des lits de rééducation » seraient, ainsi, occupés « par ce type de patients », témoigne un professeur de médecine, privant ainsi de places des Français qui « ont contribué toute leur vie au système par le paiement de cotisations sociales ».

La fraude devient parfois un véritable trafic. On voit ainsi « arriver des personnes de tous les coins de la planète, notamment des pays du Golfe », accompagnées d’un interprète qui connaît tous les rouages. Les interprètes se relaient, disposent de quelques adresses autour de l’hôpital : « la preuve d’une organisation bien rodée ». Apparemment, le gouvernement ferme les yeux ou laisse faire. Craint-il des incidents diplomatiques ? Craint-il d’être accusé de racisme ou d’islamophobie ? Dans tous les cas, il est le premier responsable de la situation.

D’aucuns objecteront qu’il s’agit de dérives et que ces resquilleurs n’ont rien à voir avec les migrants clandestins. Sans doute. Mais quand un système permet de telles fraudes, c’est qu’il est fondamentalement mauvais et abusivement permissif. Il serait temps que le gouvernement s’en rendît compte et prît les mesures qui s’imposent, non pas pour des raisons électorales, mais pour des raisons de justice sociale à l’égard de tous les Français. Son impéritie en la matière lui ôte, s’il en était besoin, toute légitimité politique.

Philippe Kerlouan

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Offensive turque : Erdogan a la voie libre

10 Octobre 2019, 18:35pm

Publié par Thomas Joly

L'offensive de la Turquie contre les forces kurdes engagées en Syrie contre l’État islamique amène de notre part trois réflexions.

1- La politique des États forts est d'abord celle de la continuité et de la ténacité. La Turquie d'Erdogan dont l'objectif principal n'est pas seulement de peser sur le plan régional mais bien la reconstitution de l'Empire Ottoman et le rétablissement de son leadership planétaire sur les musulmans sunnites, sait que ce projet à long terme passe par l'anéantissement de toute velléité de fondation d'un État kurde. Dès lors, tout sera mis en œuvre pour éradiquer cette menace considérée comme majeure par Ankara.

2- Cette offensive n'a été rendue possible que par la énième fluctuation des positions stratégiques américaines et par le retrait total de tous les soldats US présents sur le terrain d’opération. Une fois de plus, comme ce fut si souvent le cas dans leur pourtant courte histoire, les États Unis ont trahi leurs engagements et abandonné ceux qu'ils étaient sensés soutenir. La sympathie que nous éprouvons souvent, à tort ou à raison, pour Donald Trump ne change rien à l'affaire. Quelle sorte d'alliés avons nous là ? Avec de tels amis, pas besoin d'ennemis.

3- La faiblesse de l'Europe est patente, son impuissance aveuglante, sa décomposition avérée. Par la faute opérationnelle d'Angela Merkel et la complaisance passive de l'ensemble des dirigeants des États de l'UE, l'abandon du contrôle des routes migratoires Centre Europe et balkaniques au dictateur islamique Erdogan a permis à celui ci d'exercer un chantage mortel sur les européens contraints de se coucher au moindre froncement de sourcils du nouveau sultan. La peur, si Erdogan décidait de rouvrir les vannes, de la déferlante migratoire qui s'en suivrait — déferlante qui, comme chacun le sait, n'est pourtant qu'un fantasme de l'extrême droite — ajoutée aux pressions exercées à l'intérieur même de nos territoires par la diaspora, suffit à changer tout responsable politique continental en statue de sel. Dès lors, Erdogan peut avancer ses pions. Et il vise loin...

Il n'y a pas d'indépendance sans liberté d'agir et pas de liberté d'agir sans force, sans volonté, sans détermination, sans objectif de puissance. Il n'y aura jamais d'Europe tant que des eunuques la dirigeront.

Jean-François Touzé - Délégué national du Parti de la France aux Études et Argumentaire

Voir les commentaires

Jean-Marie Le Pen jugé pour avoir dit que 90 % des faits divers sont commis par des immigrés

10 Octobre 2019, 05:42am

Publié par Thomas Joly

Le parquet de Paris a requis mercredi une amende pouvant se transformer en emprisonnement contre le cofondateur du Front national Jean-Marie Le Pen, jugé pour avoir dit en 2009 que « 90% des faits divers ont à leur origine soit un immigré soit une personne d'origine immigrée ».

Coutumier des procès politique, Jean-Marie Le Pen, 91 ans, s'est présenté devant le tribunal correctionnel pour répondre de diffamation publique à caractère racial. Les propos litigieux, tenus sur l'antenne de RTL, remontent au 20 août 2009, quand il était encore président du Front national et député européen. Ils ne font l'objet d'un procès qu'aujourd'hui, Jean-Marie Le Pen ayant invoqué son immunité d'eurodéputé pour justifier son refus de se présenter devant le juge. Le Parlement européen avait fini par lever cette immunité en juin 2017, à la demande de la justice française.

90 % ? « La proportion est peut-être un peu excessive mais c'est ce qui me saute aux yeux quand je regarde les pages "Faits divers" », a commenté Jean-Marie Le Pen devant le tribunal. L'ancien tribun de l'extrême droite s'est décrit en « lanceur d'alerte ». En tant que parlementaire, « je suis payé pour dire ce que je pense », a-t-il estimé, avant d'affirmer que « notre civilisation est menacée de mort » par « l'explosion démographique ». « Si on esquive le problème de l'immigration pour des raisons humanitaires, on ne remplit pas la mission d'un homme public chargé de la défense de ses concitoyens », a-t-il insisté.

Dénonçant « l’amalgame le plus crasse mais le plus efficace » entre immigration et délinquance, l'avocate de l'association SOS Racisme, à l'origine de cette procédure, a souligné que « le chiffre de 90% ne peut pas exister car en France, les statistiques ethniques sont interdites ». Valentine Rebérioux a demandé 5.000 euros de dommages et intérêts. « D'où viennent ces chiffres ? De nulle part », a insisté la procureure, requérant 150 jours-amende à 20 euros, soit 3.000 euros d'amende qui, s'ils ne sont pas payés, peuvent se transformer en emprisonnement.

L'avocat de Jean-Marie Le Pen, Frédéric Joachim, a plaidé la nullité de la procédure avant de soutenir la relaxe, estimant les poursuites prescrites ou, à défaut, que les « immigrés » ne constituent pas un « groupe de personnes » au sens de la loi de 1881 sur la liberté de la presse puisqu'ils appartiendraient aux yeux de son client « à la nation française ». L'avocat a également soutenu qu'il n'y avait « rien de déshonorant à se voir assimilé aux faits divers ». Jugement le 13 décembre.

Source : http://parismatch.com

Voir les commentaires

Journées de Synthèse Nationale : grand entretien avec Roland Hélie dans le journal Présent

10 Octobre 2019, 05:21am

Publié par Thomas Joly

Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, présente le rendez-vous Bleu Blanc Rouge (13e Journées nationalistes et identitaires) des 12 et 13 octobre prochains à Rungis (propos recueillis par Fabrice Dutilleul pour le journal Présent).

Samedi 12 et dimanche 13 octobre prochains, votre revue Synthèse nationale organise à Rungis ses 13e Journées annuelles. Comment cela va-t-il se passer ?

Pour la 13e année consécutive, Synthèse nationale organise ses journées nationalistes et identitaires. Mais cette année, il y a du nouveau. Tout d’abord, vu le succès grandissant des précédentes éditions, nous avons décidé de les tenir sur deux jours, le samedi et le dimanche. De plus, en accord avec le président Jean-Marie Le Pen, détenteur du titre et qui sera d’ailleurs présent dimanche 13 octobre, nous les avons intitulées « Le grand rendez-vous Bleu Blanc Rouge », ce qui, n’en doutons pas, évoquera bien des souvenirs aux patriotes et donnera un nouvel élan à ce rassemblement annuel des Français attachés à la défense de la France française et de la civilisation européenne…

Dans le contexte actuel, il y a beaucoup à faire, ne croyez-vous pas, pour maintenir face au mondialisme triomphant, la volonté nationale et européenne ?

Tout d’abord, il convient de bien faire la part des choses. Si la « mondialisation », à l’heure des voyages et transports rapides et de l’internet, est un fait, le « mondialisme » destructeur des nations et des identités, lui, est un dogme. Et c’est ce type de dogme que nous combattons.

Il se trouve que nous sommes français et européens et que nous entendons le rester. Je dis cela sans aucun mépris pour quiconque, mais je pense que notre pays ne doit pas disparaître dans le magma nationicide et ethnocide que veulent nous imposer les promoteurs du monde globalisé dans lequel seuls les profits et la finance seraient les gagnants. Cela aux dépens des peuples qui en paieront très cher les conséquences bien sûr…

Comment cela se caractérise-t-il ?

Par le formatage systématique, à l’école comme dans les médias, des cerveaux. Par le grand brassage des populations avec toutes les conséquences néfastes que l’on observe de plus en plus. Par la destruction volontaire des repères, familiaux, sociétaux, historiques, géographiques… En fait, les mondialistes n’ont qu’une ambition, celle de réduire les humains à l’état de consommateurs dociles et bien gavés juste bons à enrichir les multinationales apatrides…

Que proposez-vous face à cela ?

Pour nous, il ne peut pas y avoir d’avenir radieux pour notre peuple sans une rupture totale avec le dogme mondialiste. Il faut que la France et l’Europe retrouvent leur liberté et leur identité. Seule une mobilisation unitaire des forces nationales et nationalistes pourra mettre à bas les prétentions de la classe politico-affairiste. Notre devoir à tous est de redonner par tous les moyens à nos compatriotes une conscience nationale et identitaire. C’est dans cet esprit que, depuis la création de la revue Synthèse nationale, en 2016, nous nous battons.

Revenons au « Rendez-vous Bleu Blanc Rouge » des 12 et 13 octobre…

Nous essayons de faire en sorte que toute la famille nationale, tout du moins ses composantes qui le veulent bien, se retrouve afin de montrer que, pour nous, les mots « nations » et « civilisations » ont encore un sens. Nous ne demandons pas aux gens de forcément s’unir, nous leur proposons simplement de travailler pour la même cause. Chacun a ses particularités, mais tous ont un dénominateur commun (le plus petit peut-être, mais pas le moindre à nos yeux), celui de l’amour de la France et de l’Europe. Voilà pourquoi, durant ses deux jours, une trentaine d’intervenants, aux sensibilités différentes et parfois même opposées, se succéderont lors des forums ou du meeting final.

Notre but est de prouver, grâce à ces journées, que le courant national non renié, au sens large du terme, a plus que jamais toute sa place dans le paysage politique et culturel français…

Dernièrement s’est déroulée à Paris une « convention de la droite » qui a beaucoup fait parler d’elle. N’est-ce pas une sorte de concurrence pour vous ?

Absolument pas. Il faut que cent fleurs s’épanouissent. Cette convention, comme toutes les initiatives similaires, montre que le curseur se déplace de plus en plus vers « la droite » (employons ce terme pour faire simple) et je m’en réjouis. Nous n’avons pas la prétention d’agir seuls. Si d’autres nous emboitent le pas, c’est tant mieux… Nous, c’est-à-dire l’ensemble des mouvements et associations présents à nos journées, nous sommes le pôle précurseur.

La situation se détériore de jour en jour. Nous n’avons plus le temps ni les moyens de nous offrir le luxe d’entretenir des querelles stériles. Il est regrettable que certains ne l’aient pas compris et continuent à lancer des anathèmes stériles internes à notre famille de pensée. Bientôt, il sera trop tard si rien n’est fait… C’est aussi pour instaurer un nouvel état d’esprit que nous agissons… Mais, je le rappelle, Synthèse nationale n’est ni un parti ni un mouvement. C’est simplement une revue qui propose… Après, les organisations compétentes disposent.

Concrètement, comment cela se déroulera-t-il ?

Ouverture des portes samedi 12 octobre à partir de 14h00. Plus de 70 stands politiques, associatifs, culturels et mêmes commerciaux seront là pour vous accueillir. Trois forums dans l’après-midi : un sur la liberté d’expression animé par Hugues Bouchu, délégué francilien des Amis de SN, avec des victimes récentes de la répression d’État comme Yvan Benedetti, Jérôme Bourbon (Rivarol), Daniel Conversano, Caroline-Christa Bernard, les responsables du Bastion social dissout en mai dernier… Un deuxième sur l’Europe, animé par Gabriele Adinolfi de l’institut Polaris avec l’écrivain Thomas Ferrier et des amis venus de Grèce, d’Italie, d’Espagne, de Belgique et d’ailleurs… Un troisième sur la culture autour de Philippe Randa (EuroLibertés et collaborateur de Présent) avec Anne Brassié, Thierry Bouclier, Pierre Gillieth (Réfléchir et Agir)… De nombreuses autres personnalités participeront à ces forums.

Le samedi soir, à partir de 19h30, se déroulera un grand banquet patriotique et festif (concert de Dr Merlin et des Feux follets, groupe de folk traditionnel européen, auquel nous vous invitons à participer nombreux (30 euros par personne).

Le dimanche, ouverture à 11h avec un forum sur l’avenir de notre nation et de notre civilisation auquel participeront entre autres Jean-François Touzé, Serge Ayoub, Vincent Vauclin (la Dissidence française) et aussi l’économiste Bernard Monot. Après le déjeuner (restauration et bar sur place), le concert très attendu de nos chères Brigandes (14h30) puis, à partir de 16h, le meeting final avec Pierre Vial (Terre et peuple), Richard Roudier (Ligue du Midi), Pierre Cassen (Riposte laïque), Alain Escada (Civitas), Thomas Joly (Parti de la France), Martin Peltier (journaliste et écrivain), Roger Holeindre sur lequel nous venons d’éditer un livre-entretien, des amis européens, et, comme je vous l’indiquais, Jean-Marie Le Pen qui nous parlera du deuxième tome de ses Mémoires qui vient de paraître. Je conclurai pour ma part ces journées vers 18h.

Ajoutez à tout cela de nombreuses animations ludiques et musicales, les dessinateurs Ignace et Pinatel, des auteurs indépendants et non-conformistes… Bref, vous ne regretterez certainement pas d’être venu. Le programme complet est disponible sur notre site cliquez là

Un nouveau succès pour Synthèse nationale en perspective ?

Qui y sera verra…

Rendez-vous Bleu Blanc Rouge, 13e Journées de Synthèse nationale, samedi 12 (à partir de 14h) et dimanche 13 octobre (à partir de 11h), Espace Jean Monnet 43 rue des Solets à Rungis (94), entrée (pour deux jours) : 10 €. Facile d’accès par RER ou par métro et tram. Parking assuré.

Voir les commentaires

Une « révolution salafiste » s’est emparée d’une partie importante de la population musulmane en France

10 Octobre 2019, 05:15am

Publié par Thomas Joly

S’exprimant lundi à l’Assemblée nationale, lors de l’ouverture du débat parlementaire sur l’immigration, le Premier ministre Édouard Philippe a reconnu des « dérives communautaires » qui entraînent « une sécession insidieuse dont nous ne voulons pas ». Ce thème de la communautarisation croissante dans certains territoires est régulièrement abordé dans ses ouvrages par le politologue Bernard Rougier​, auteur d’un livre à paraître Les territoires conquis de l’islamisme.

Invité mardi d’Europe 1, l’universitaire explique qu’une « révolution salafiste s’est emparée d’une partie non négligeable de la population ».

« Sur les vingt dernières années, on a un travail de conquête auprès des populations les plus vulnérables, originaires du Maghreb et d’Afrique subsaharienne, par des entrepreneurs religieux qui ont imposé leur conception de l’islam », explique-t-il au micro de Matthieu Belliard. Ces réseaux religieux, « souvent liés à des foyers idéologiques au Moyen Orient et au Maghreb », ont « pris le pouvoir sur une partie non négligeable de cette population », ajoute le chercheur.

Pour mener ce travail de conquête, « l’idée est de faire fonctionner une machine de prédication qu’est la mosquée, les cours qui y sont donnés, les sermons », ou encore par « l’écosystème qui fonctionne autour de la salle de sport, la sandwicherie halal, les pèlerinages à la Mecque, etc », décrit encore Bernard Rougier.

Cet écosystème, explique-t-il, « va diffuser des conceptions le plus souvent en rupture par rapport à la société française », ainsi que « l’idée que la société française est mécréante, qu’il faut se dégager de ses influences ». Cette logique d’entre-soi, ajoute Bernard Rougier, est « entretenue à travers différents réseaux religieux qui peuvent être en concurrence entre eux pour la conquête de territoires locaux et des esprits (…) mais savent être solidaires quand il s’agit de dénoncer la laïcité, décrite comme une machine de guerre contre l’islam ».

Revenant sur les propos d’Édouard Philippe, Bernard Rougier estime que le Premier ministre « reconnaît l’existence d’un problème », alors que ce phénomène « existe depuis une vingtaine d’année ». Et le chercheur de pointer des « cadres idéologiques qui viennent directement du Moyen-Orient, qui se sont enracinés par le discours, par la pratique », et qui s’assument « dans une révolution salafiste ». Et cette « révolution salafiste », explique-t-il encore, « s’est emparée d’une partie non négligeable de la population qui dit que c’est le principal islam ».

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Vrai-faux impeachment : Trump contre-attaque

10 Octobre 2019, 05:05am

Publié par Thomas Joly

Le feu-follet trumpien semble avoir compris que faire alliance avec le lobby de la guerre contre celui des frontières ouvertes était une illusion : ce ne sont que les deux faces d’une même pièce, celle du gouvernement mondial, interchangeables ad libitum en vue d’ahurir la population en de faux débats entre « gauche » et « droite ».

Trump contre-attaque donc, diffusant une longue lettre, officiellement destinée aux leaders démocrates de la Chambre des représentants, mais en fait ciblant l’establishment du Sénat ainsi que les électeurs indépendants, dont une frange commençait à le lâcher, impressionnée par les critiques constantes à son encontre des dinosaures républicains, furieux de son refus de bombarder l’Iran, et du renvoi par ses soins de son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, le père de la dernière guerre en Irak.

Après l’éclatement de la bulle russe, qui a paralysé le gouvernement pendant deux ans et demi, voici donc que les collaborateurs de la Maison-Blanche plantés par le « Deep State », certains éléments de la CIA, les bureaucrates, les néoconservateurs bipartisans, tous paniqués par le spectre d’une réélection de Trump en 2020, ont passé un mois d’août studieux à bâtir une nouvelle trahison trumpienne. Car Trump, confirmant ses doutes sur le bien-fondé des aides militaires à l’Ukraine et son exigence d’en partager le coût avec les Européens, avait temporairement gelé le transfert des fonds récemment votés par le Congrès. Impardonnable.

Or, au cours d’une discussion avec le nouveau président – anticorruption – ukrainien Zelensky, Trump a instamment rappelé à ce dernier son désir de faire la lumière sur les ingérences du gouvernement précédent (celui de Porochenko) dans le coup monté contre sa propre élection, en 2016, pour le compte du gouvernement Obama et de sa candidate, Hillary Clinton. Ce qui donne des chances de succès à l’actuelle enquête lancée par le ministre de la Justice sur le « Spygate », autrement dit le détournement de l’appareil d’État par la CIA, le FBI, afin de sortir Trump du jeu. Comment ose-t-il ?

Un discours, subversif, émerge en août : Trump a détourné l’appareil d’État pour le compte de sa campagne électorale (en mentionnant Biden dans la conversation). Quoi de mieux, alors, que de détourner la loi sur les lanceurs d’alerte de son but (la dénonciation des exactions des services de renseignement) en faisant comme si Trump était membre de la hiérarchie de ces services, puis en utilisant les services d’un prête-nom absent lors de la téléconférence avec l’Ukraine… dont on découvre qu’il est un analyste de la CIA, impliqué dans les activités d’un candidat démocrate actuellement en lice pour la présidentielle, et qu’il a été coaché en secret par l’équipe parlementaire d’Adam Schiff, président du House Intelligence Committee. Vive la neutralité !

Notre précédente chronique a vu trois raisons à ces manœuvres. Dans sa lettre à la Chambre, cinglante et très documentée, Trump dit tout simplement qu’il ne se pliera pas, lui et ses agents, à un processus non constitutionnel, secret, qui ne respecte pas les droits du parti minoritaire, ni de l’accusé, bref, à une tentative illégale d’éviction fictivement habillée du terme d’« enquête-impeachment ». Car il n’y a pas eu de vote de la Chambre avant de lancer les enquêtes. Trump défie ses tombeurs… au moment où le ministre de la Justice resserre l’étau sur les anciens de la CIA et du FBI. Qui tombera le premier ?

André Archimbaud

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

« Manifestation en mémoire du terroriste Mickaël Harpon interdite ! Ce n'est pas trop tôt ! »

9 Octobre 2019, 05:23am

Publié par Thomas Joly

La préfecture du Val d'Oise refusait jusqu'alors d'interdire l'indécente manifestation organisée en mémoire du terroriste islamiste Mickaël Harpon ce jeudi à Gonesse, Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France avait appelé à la mobilisation contre cette infamie.

Finalement, le Ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, est enfin sorti de sa léthargie :

 

Voir les commentaires

Le terroriste Mickaël Harpon pouvait accéder à la liste des policiers infiltrés dans les mosquées !

9 Octobre 2019, 05:08am

Publié par Thomas Joly

C’est le Canard Enchaîné qui le révèle mercredi, et c’est une information extrêmement inquiétante.

C’est une source anonyme exerçant en haut lieu qui l’affirme : “Du fait de ses fonctions, Harpon avait accès aux fichiers protégés, notamment à celui où figure l’identité des taupes. Il nous faut savoir s’il les a partagés”

Un commandant, vieux routier du Renseignement, se montre particulièrement inquiet auprès de nos confrères : “S’il a pu accéder à la liste de nos sources infiltrées dans les mosquées salaf, on risque de pleurer bientôt d’autres morts”.

Source : http://lalettrepatriote.com

Voir les commentaires

Débat sur l'immigration : une mascarade vide de tout sens

8 Octobre 2019, 17:26pm

Publié par Thomas Joly

Hémicycle aux trois quarts vide, annonces de circonstance, échanges stériles, discours fossilisés... Le débat sur l'immigration — sans vote, bien sûr, mais y en aurait il eu un que cela n'aurait évidemment rien changé — qui s'est tenu lundi soir à l'Assemblée nationale n'était que le reflet des effets de tribunes de Macron sur le sujet : vide de tout sens.

Champion de la triangulation, le Président de cette République de tous les mensonges, de toutes les supercheries et de toutes les manipulations, tente, en s'emparant du thème de l'immigration, de séduire une partie de la droite à quelques mois des Municipales et d'apparaitre aux yeux des Français comme le chef, modéré mais réaliste et libéré des tabous de la pensée unique, de ce parti de l'ordre juste, républicain et démocrate qu'il veut incarner. Posture qui, face aux critiques venues de sa gauche à l'intérieur même de son camp, lui a valu le soutien appuyé d'un autre imposteur chronique — Jean-Pierre Chevénement (« nous ne devons pas être dans le déni »), dont on chercherait vainement la trace du commencement d'un début de volonté de mener une lutte déterminée contre la déferlante migratoire, lorsqu'il était ministre de l'Intérieur.

Au bal des faux culs, ils sont toujours, il est vrai, plusieurs à se bousculer pour ouvrir la danse.

Macron, lui, joue ainsi les Janus biface, tentant de dissimuler l'immigrationnisme absolu qui transpire par tous les pores de sa peau, et affirme son credo de chauve-souris politicienne : « Je suis oiseau, voyez mes ailes protectrices, je suis souris, vive les rats de l'ouverture planétariste ».

Et pendant ce temps, par la mer, par les chemins de terre et par les airs... ILS ARRIVENT !

Jean-François Touzé - Délégué national du Parti de la France aux Études et Argumentaire

Voir les commentaires

Un islamiste africain d'Aulnay-sous-Bois appelle à une manifestation en mémoire du terroriste Mickaël Harpon

7 Octobre 2019, 18:27pm

Publié par Thomas Joly

Le révolutionnaire islamique Hadama Traoré, “militant associatif” à Aulnay-sous-bois, appelle à une manifestation à Gonesse ce jeudi 10 octobre pour protester contre la “désinformation” autour de l’attentat de Mickaël Harpon. En effet, le mahométan africain prétend que ce n’était pas un attentat islamique.

Sur sa page Facebook, il renverse le sens des choses et victimise le djihadiste qui aurait été “moqué au travail” pour sa surdité et “surnommé Bernardo”. Il écrit sans ironie: “C’est tout ce contexte qui explique pourquoi il a craqué.” Oui, oui vous avez bien lu, en dépit des faits, l’islamiste prétend qu’il a juste “pété un cable”.

Hadama Traoré dit vouloir “rétablir la vérité et communiquer différemment sur Mickaël: c’est une personne qui a craqué, pété les plombs et commis l’irréparable non pas parce qu’il est un terroriste, mais parce qu’il a craqué sous la pression de conditions de travail et surtout d’une vie difficile, d’un contexte difficile pour lui.”

Dans son live vidéo, il dit clairement: “Mickaël Harpon c’est une crème”, puis ne cache pas sa vraie nature “tous les faits qu’ils ont donnés pour décrire Mickaël Harpon comme un si-disant terroriste qui est animé par une revendication religieuse, ils décrivaient ma personne.”, rassurant donc.

Puis l’islamiste se lance dans les menaces: “Et ça j’ai juré, après l’histoire de Mickaël Harpon, il n’y a plus un être humain en France qui pourra se permettre de salir une religion du Livre, ça, ne l’oubliez jamais!”

“On a le bras long, n’oubliez jamais ! La révolution (ndlr : islamique) est en marche!” et de réitérer dans sa rhétorique complotiste : “Ils ont fabriqué un terroriste”. Qui désigne-t-il derrière ce “ils” ?

Source : http://fl24.net

Voir les commentaires

L’Église de Suède déclare Greta Thunberg « successeur du Christ »

7 Octobre 2019, 05:32am

Publié par Thomas Joly

L’hérésie dans ses ultimes développements : l’Église protestante de Suède, aux racines luthériennes, a déclaré l’activiste climato-tarée, Greta Thunberg, « successeur du Christ » pour notre temps en raison de sa « défense de l’environnement ».

L’Église de Suède a annoncé sur Twitter que Thunberg et son discours étaient l’image de nos jours la plus ressemblante du Christ.

Cette déclaration témoigne de l’abyssal fossé qui sépare les protestants de la vraie doctrine divine catholique.

Et c’est pourtant avec de tels hérétiques, qui ne gardent plus une claire notion de qui est véritablement le Christ Jésus, le Fils de Dieu fait homme, qui en font un agitateur pseudo-humaniste qui aurait approuvé toutes les causes de la bien-pensance post-moderne, que l’Église conciliaire dialogue, prie, s’ébaudit, donne la main, chemine, pour bâtir un messianique « meilleur des mondes » terrestre où l’individu, sans patrie sans religion sans culture sans sexe parce que inter-religieux, inter-ethnique, inter-culturel, inter-tout, sera roi !

Source : http://medias-presse.info

Voir les commentaires

Succès de la manifestation contre la PMA, le Parti de la France présent

7 Octobre 2019, 05:10am

Publié par Thomas Joly

Succès de la manifestation contre la PMA, le Parti de la France présent
Succès de la manifestation contre la PMA, le Parti de la France présent
Succès de la manifestation contre la PMA, le Parti de la France présent
Succès de la manifestation contre la PMA, le Parti de la France présent
Succès de la manifestation contre la PMA, le Parti de la France présent
Succès de la manifestation contre la PMA, le Parti de la France présent
Succès de la manifestation contre la PMA, le Parti de la France présent

Dimanche 6 octobre, des centaines de milliers de Français attachés à la famille traditionnelle et au droit de l'enfant à avoir un père ont manifesté dans les rues de Paris pour s'opposer à la loi autorisant la PMA pour les lesbiennes et les femmes seules.

Les militants du Parti de la France et de la mouvance nationale en général étaient présents en nombre pour défendre l'ordre naturel face à cette nouvelle offensive des idéologues fous qui nous gouvernent.

Le succès de cette manifestation démontre que les Français les plus lucides sont capables de descendre dans la rue pour dire non aux lubies sociétales des minorités dégénérées. Il faut maintenant transformer cet effort en engagement politique, sinon cette mobilisation n'aura servi à rien !

Les médias d'État annoncent le chiffre bidonné par un soi-disant « institut indépendant » de 75.000 participants, la police politique 42.000 (!), on vous laisse seuls juges avec ces images :

Voir les commentaires

Banlieues, immigration : Mazerolle, l'informateur qui a besoin de s'informer

7 Octobre 2019, 05:09am

Publié par Thomas Joly

Entendu le 5 octobre sur LCI, dans la bouche d'Olivier Mazerolle, au cours d'un débat portant sur l'attentat de la préfecture de police : « Les immigrés sont parqués entre eux dans des cités ghettos, c'est naturel qu'ils reproduisent leurs façons de faire, et ensuite malheureusement ils se sentent en décalage avec le reste de la société. »

Monsieur Mazerolle désigne ainsi la société française comme responsable de tout ce que commettent des immigrés, ou des personnes d'origine immigrée. Mais sait-il comment s'est passée la ghettoïsation des banlieues ? Croit-il qu'il y a eu choix ethnique des offices HLM ou des mairies pour peupler les quartiers ? S'il s'informait un peu, avant de pérorer sur les plateaux télé, il saurait que les populations de souche européenne ont quitté ces endroits, recherchés il fut un temps, parce que les nouveaux arrivants, du Maghreb essentiellement, ont fait le ménage en imposant leurs mœurs et leurs principes religieux, ramadan, tenues des femmes, etc... Que beaucoup d'occupants originels de ces immeubles ont été menacés, brutalisés, insultés. Que depuis vingt ans au moins, les trafiquants prennent en main des quartiers totalement en dehors des lois de la République. Que beaucoup ont préféré s'éloigner des proches banlieues pour échapper à la pression de l'Islam et à celle des trafics. Sans parler bien sur des incivilités, des petites violences et menaces du quotidien.

La société a toujours bon dos, mais il me semble que chacun est responsable de l'éducation de ses enfants, les immigrés comme les autres. Quand on décide de s'installer dans un pays étranger, on doit faire des efforts pour s'y adapter- fut-ce t-on musulman. Tout le monde sait cela, sauf ceux qui arrivent chez nous, cajolés et confirmés dans leur droit à imposer leurs mœurs, leur religion, par médias, assistantes sociales, avocats, ONG etc... Le système, qui les victimise en tant qu'ex-colonisés, et à présent « racisés », leur donne même un droit implicite à l'incivilité, tolère leurs entorses à la légalité. Ils seraient avant tout des victimes, de l'histoire d'abord, mais aussi d'un prétendu tropisme raciste persistant de l'occidental, qui les maintiendrait en marge de la société.

En fait, tous ceux qui ont vécu, ou vivent encore dans ces quartiers, pourraient facilement témoigner que la jeunesse incivile ou délinquante des quartiers s'appuie sur cette victimisation pour plaider sa cause devant les tribunaux, et se doter d'une bonne conscience totalement factice. Monsieur Mazerolle prétend informer, il ne fait que répéter les messes gauchistes qui incitent la jeunesse des quartiers à ne plus respecter la France, sa culture, ses mœurs, ses lois. Il contribue ainsi, lui comme tant d'autres, à entrainer la France dans le chaos quotidien.

Olivier Piacentini

Voir les commentaires

Manifestation du 6 octobre contre la PMA sans père : la mobilisation doit être totale !

6 Octobre 2019, 07:49am

Publié par Thomas Joly

La grande manifestation du 6 octobre contre la gestation sans père doit mobiliser toutes les énergies. Faut-il le rappeler : la PMA doit être réservée aux couples homme/femme qui ne peuvent engendrer naturellement. Une famille c'est un père, une mère, des enfants. Point final.

Après le mariage pour tous et avant la légalisation de la Gestation pour autrui (GPA) qui ne manquera pas d'être accordée dans la foulée au nom de l'égalité (faute de quoi, n'est ce pas, seuls les hommes homosexuels ne pourraient procréer... Scandale absolu aux yeux des progressistes), la PMA pour toutes constitue une étape supplémentaire dans la déconstruction de notre civilisation traditionnellement basée sur le respect des valeurs héleno-chrétiennes et fondée sur le socle de l'ordre naturel.

La destruction parfois brutale, souvent lente et progressive des piliers de force des édifices nationaux que furent les hiérarchies aristocratiques, militaires, étatiques, spirituelles et bien sûr familiales, correspondent, nous le savons, à une volonté et à un dessein nihilistes qui est la négation de tout ce à quoi nous croyons et qui fait le sens de notre combat.

Le Parti de la France, fidèle à la conception traditionnelle de la famille qui constitue un des socles de notre civilisation et aux principes de l'ordre naturel, appelle à la mobilisation le dimanche 6 octobre contre ces dérives mortelles. Le 6 octobre nous devrons être des centaines de milliers dans les rues de Paris.

Rendez-vous à 13h, place Edmond Rostand (Sénat) à Paris.

 

Voir les commentaires