Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Miss Belgique, trop blanche et nauséabonde, se fait tondre sur internet

16 Janvier 2017, 19:10pm

Publié par Thomas Joly

Romanie Schotte, la nouvelle Miss Belgique, a fait scandale. Sur son compte Instagram, dans un selfie pris à bord d’un bus, on peut voir un noir à l’arrière. Un des commentaires posté dit « That nigga » (= « Ce nègre »), à quoi elle répond « je sais » avec une émoticône de caca.

Depuis, son compte est spammé d’icônes de caca pour tondre virtuellement la facétieuse Miss. Est-ce que cet étalage décomplexé de malpensance dans un commentaire public est un signe que de plus en plus, les jeunes générations n’en ont plus rien à faire du bourrage de crâne antiraciste ?

En tous cas, ce n’est pas Miss Helsinki qui risque de faire ce genre de dérapage ! Par précaution, les pays européens ne devraient élire que des Miss noires, c’est l’unique solution pour éviter ce genre de dérapage diversophobe.

Source : http://suavelos.eu

Voir les commentaires

Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy

16 Janvier 2017, 18:53pm

Publié par Thomas Joly

Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy
Compte-rendu de la galette des rois Comités Jeanne/Parti de la France à Nancy

Samedi 14 janvier 2017, à l’invitation de Pierre-Nicolas Nups, la droite authentique et sans compromission s’est réunie au coeur de la cité ducale afin de partager la traditionnelle galette des Rois qui fut suivie d’un repas copieux issu des savoirs faire de nos terroirs, dans une célèbre brasserie nancéienne.

Des militants accompagnés de Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France, Lorrain de Saint-Affrique, directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen, ainsi que Dominique Biry et Pierre-Nicolas Nups, responsables des Comités Jeanne pour les départements de la Moselle et Meurthe-&-Moselle, sont arrivés en début de matinée. L’occasion de prendre un café en ville et de discuter des prochaines échéances électorales où nous présenterons des candidats au sein d’une alliance commune dans le but de défendre nos valeurs de droite non reniée.

Après un déjeuner dans la rue gourmande de la Vieille ville, les organisateurs ont accueilli les inscrits à la réunion de l’après-midi qui s’est déroulée en plein centre-ville.

Pierre-Nicolas Nups commença par les traditionnels usages de la politesse – un peu démodés mais auxquels nous sommes attachés – voulant que l’on remercie les participants qui sont venus de loin pour certains, comme nos amis David et Isabelle, militants historiques de la Somme ; mais aussi des vétérans du combat national tel Monsieur Charles-Norbert Degrelle, quatre fois vingt ans et venu spécialement de Sarrebourg (57) à travers la neige, sur les routes mal entretenues et givrées de son département. La météo ne les a pas dissuadés d’être parmi nous.

Le maitre de cérémonie présenta ensuite son parcours et s’expliqua de façon très simple sur la nature de son engagement. A un journaliste qui rétorqua à notre responsable que lorsqu’on a son âge et son profil, on devrait plutôt choisir Marine Le Pen, il répondit : « Je suis Jean-Marie Le Pen depuis que j’ai 12 ans. J’ai 13 années de militantisme derrière moi, donc ce n’est pas à 25 ans que je vais l’abandonner« . Dont acte.

Mildred Frey, notre secrétaire régionale du Grand Est, se présenta brièvement car elle aussi dispose d’un bagage militant qui force le respect : plusieurs fois candidate et toujours fidèle à l’esprit de notre parti, elle a décidé de rester digne et choisir la fidélité plutôt que la compromission. Elle profita de cette conférence pour rappeler la venue de Jean-Marie Le Pen dans notre région le 12 février 2017.

Thomas Joly fît un brillant exposé sur ce qui nous sépare, nous les militant de la vraie droite, de ceux qui se veulent « ni de gauche ni de droite » ou même « de droite », mais qui valident par leurs discours et leurs actes TOUS les progrès autoproclamés de la gauche ; et qui sont en vérité des entreprises de destruction de notre civilisation et de nos valeurs séculaires.

Lorrain de Saint-Affrique présenta en détail le projet des Comités Jeanne qui ne sont pas une dissidence mais le Front National authentique. Il est bien placé pour en parler, puisqu’il s’agit de notre secrétaire général et qu’il côtoie quotidiennement notre président Jean-Marie Le Pen. Il profita de cette occasion afin de mettre en garde des personnes qui seraient bien inspirées de l’écouter : « en quelques mois, nous avons assisté aux renversement de quilles de la politique que l’on croyait indéboulonnables : Nicolas Sarkozy et Alain Juppé pour la droite, François Hollande pour la gauche et peut être même Manuel Valls face à Macron. Ce phénomène qui touche la droite et la gauche, pourrait bien arriver à un autre parti… ».

Pierre-Nicolas Nups clôtura la réunion en annonçant sa candidature pour le Front National canal historique dans la première circonscription de Meurthe-&-Moselle. Florian Baschung, responsable des Comités Jeanne Vosges, sera candidat dans la première circonscription de son département. D’autres candidats tel que Dominique Biry pour la Moselle, se sont également présentés et il est fort probable que d’autres suivront dans les semaines à venir.

Après une journée studieuse et conviviale, une partie de l’assemblée s’est retrouvée dans une célèbre brasserie nancéienne afin de partager un délicieux repas à base de produits et vins régionaux. Dans la bonne humeur et la sobriété !  « Le nationalisme est une amitié ». Maurice Barrès, père fondateur de la doctrine nationaliste et député de Nancy.

Source : http://pnnups.fr

Voir les commentaires

Voici ce qui est dit aux enfants belges à propos du radicalisme…

16 Janvier 2017, 07:34am

Publié par Thomas Joly

« On peut pratiquer sa religion, même de façon radicale parfois, sans pour autant basculer dans la violence. »

Ou ceci : « Des milliers [de] personnes qui pensent que le magazine [Charlie Hebdo] était raciste, notamment à l’égard des musulmans, ont lancé le slogan Je ne suis pas Charlie. »

Et encore : « Quand un jeune est suspecté de vouloir se radicaliser, il est très vite surveillé, arrêté et parfois même enfermé en IPPJ [Institutions publiques de protection de la jeunesse], même s’il n’y a pas encore toutes les preuves qu’il risque de passer à l’acte.

Or, pour ce jeune qui se sent déjà rejeté par la société, cela ne fait que renforcer son sentiment d’injustice et renforcer sa radicalisation: c’est un cercle vicieux ! »

Ce sont là quelques phrases tirées d’une brochure [PDF] adressée aux enfants (!) belges francophones par le délégué général de la Communauté française aux droits de l’enfant.

Dans la version « pour adultes » du rapport annuel présenté par Bernard De Vos devant les parlementaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’auteur, islamologue de formation, rappelle cette fois, à coups de tirades enflammées, que le radicalisme n’a absolument rien à voir avec l’islam, dénonce l’enfermement de mineurs radicalisés pour ne pas les radicaliser davantage et estime qu’il ne faut en aucun cas faire appel aux solutions sécuritaires.

L’homme n’est pas un inconnu. Au lendemain de l’attentat qui a endeuillé Nice en juillet dernier, il avait déclaré, sans aucune compassion pour les enfants victimes de la tuerie : « Je ne pense pas que l’on soit face à un problème de radicalisation mais plutôt à une série de situations individuelles qui explosent car les jeunes issus de l’immigration subissent une stigmatisation et victimisation importante. »

Évidemment, dans son rapport, Bernard De Vos omet de préciser, par exemple, que certains enfants belges sont conspués, dans leurs écoles, parce qu’ils mangent des tartines au jambon ou se voient interdire de manger des bonbons contenant de la gélatine. Il ne faudrait surtout pas stigmatiser les petits musulmans, car ça pourrait les radicaliser.

Grégory Vanden Bruel

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le camp de vacances de Salah Abdeslam

16 Janvier 2017, 07:20am

Publié par Thomas Joly

Ignoble tueur de sang-froid motivé par une vision radicale de la religion islamique, Salah Abdeslam est le dernier survivant du commando qui a ensanglanté la France en novembre 2015. Il est présentement emprisonné à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, lieu depuis lequel il peut s’adonner à quelques-unes de ses passions : la musculation, les programmes de télé-réalité et répondre aux nombreuses missives amoureuses qu’il reçoit. Vous êtes scandalisés ? Moi aussi. Libération a pu se procurer une lettre que Salah Abdeslam a envoyée à l’une de ses nombreuses admiratrices. Rempli de fautes d’orthographe, le courrier dévoile une personnalité aussi narcissique que fanatisée :

« Je t’écris sans savoir par ou commencé. J’ai reçu l’ensemble de tes lettres et ne pourrais te dire qu’elle me font plaisir ou non, ce qui est sur c’est qu’elle me permette de passé quelque temps avec le monde extérieur. D’abord, je n’ai pas peur de faire sortir quelque chose de moi car je n’ai pas honte de ce que je suis et puis qu’est-ce qu’on pourrai dire de pire que ce qui ce dit déjà. Tu es sincère alors je vais l’être aussi, si je te demande les intentions de ta démarche c’est pour m’assuré que tu ne m’aime pas comme si j’étais une « star ou une idole » parce que je reçois des courriers comme ca et je ne cautionne pas cela car le seul qui mérite d’être adorer c’est Allah, Seigneur de l’univers. »

Comment l’administration pénitentiaire, la justice et les différents services de renseignement de l’État français peuvent-ils permettre à Salah Abdeslam d’échanger avec le monde extérieur, sachant que son aura pourrait fasciner de jeunes âmes perdues et les pousser à commettre l’irréparable ? En le laissant continuer à propager l’idéologie de l’État islamique, et sa violence inhérente envers les « mécréants » vivant en Occident, les pouvoirs publics nous mettent en danger. En outre, il me semble profondément immoral que le complice du pire massacre de masse commis sur le sol français, depuis les guerres mondiales, puisse se divertir de la sorte. C’est un crachat lancé à la figure des victimes et de leurs proches.

Tous les tueurs attirent des femmes borderline (elles sont souvent atteintes de ce trouble du comportement découvert par les médecins-psychiatres), c’était déjà le cas pour le docteur Petiot, Landru ou Patrice Alègre. En l’espèce, l’affaire qui nous occupe est encore plus grave puisque monsieur Abdeslam est un combattant animé par une foi et un objectif politique. Il continue à convertir, à professer sa haine et à pratiquer le djihad avec les armes que le laxisme généralisé lui laisse à portée de main.

Ces prisonniers si spéciaux requièrent des mesures d’enfermement exceptionnelles, à la hauteur de leurs crimes et de la menace qu’ils représentent. Ils ne devraient avoir aucun contact en dehors de leurs geôliers. Fleury-Mérogis est un camp de vacances pour Salah Abdeslam, ce Belge de papiers transformé en vedette du mouvement islamo-racaille qui pourrit le continent européen, particulièrement notre pays. Il est urgent que les responsables politiques prennent conscience du problème. Nous sommes en train de nous ridiculiser.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Caen : aucun spectacle antichrétien dans aucune église !

15 Janvier 2017, 16:30pm

Publié par Thomas Joly

Communiqué du Parti de la France du Calvados

Le spectacle ouvertement antichrétien DeSacre !, qui a légitimement mobilisé les catholiques contre lui lorsqu’il devait se dérouler en l’église Notre-Dame de la Gloriette, a été déplacé dans une autre église, l’église Saint-Nicolas, toujours à Caen.

Le fait que l’église Saint-Nicolas soit désacralisée ou pas n’a aucune importance, il s’agit d’une église et les catholiques ne sauraient accepter qu’y soient reprises des danses du groupe Pussy Riot, groupe qui a été condamné par la justice russe pour « haine religieuse » il y a cinq ans, après avoir réalisé ses pseudo-danses dans une église orthodoxe.

Le Parti de la France du Calvados maintient son indignation et demande à nouveau que ce spectacle christianophobe ne puisse pas être produit dans quelque église que ce soit.

Le temps des provocations antichrétiennes doit cesser et les autorités, si elles persistent à ne pas dissuader ces pseudo-artistes de se produire dans une église, devront faire face à la légitime colère des catholiques insultés.

Le Parti de la France du Calvados tient à rappeler qu’il est impensable qu’une église puisse servir de scène de spectacle à des ennemis déclarés de la religion catholique, alors que des communautés catholiques traditionnelles locales sont toujours à la recherche de lieux de culte décents où célébrer la messe.

Voir les commentaires

A Paris en 2035 : je suis retourné là-bas

13 Janvier 2017, 07:47am

Publié par Thomas Joly

Cher Parrain,

Pour un Européen, titulaire d’un passeport impérial, venir à Paris est toujours une aventure.

C’est pourquoi, lorsque l’Académie m’a désigné, comme tu le sais, pour cette mission d’étude là-bas, j’étais à la fois fier et un peu inquiet aussi. Ce fut un séjour délicat mais instructif à plus d’un titre.

Malgré une invitation officielle de la République Islamique, j’ai dû supporter des formalités interminables à l’aéroport de Roissy : successivement la police des frontières, la douane et la police de la charia. On a fouillé mes valises deux fois ! J’étais prévenu, mais quand même.

Heureusement mon guide traducteur m’attendait : Leila, une jeune femme moderne puisqu’elle ne portait qu’une longue robe noire et un foulard. Elle était gentille mais j’avais parfois du mal à la comprendre car la langue a changé. Elle intègre beaucoup de mots et de tournures arabes ou algériennes et le débit très saccadé rend la compréhension pénible à nos oreilles.

Néanmoins mes interlocuteurs officiels au ministère de l’Education et de la Révélation, puisque ma visite s’inscrivait dans la perspective d’éventuels échanges avec notre Fédération impériale, ont mis un point d’honneur à essayer de parler un français correct durant nos entretiens. Du moins l’ont-ils pensé…

J’ai d‘ailleurs globalement été assez bien reçu, les seules manifestations d’hostilité émanant des Européens restés là-bas et convertis, bien reconnaissables à leurs longues barbes.

On m’a fait visiter pendant cette semaine de nombreux établissements d’enseignement et médersas, puisque le gouvernement de la République a fait un gros effort en la matière. Ces établissements m’ont cependant paru assez sous-équipés et leurs méthodes, basiques par rapport à ce que l’on trouve chez nous.

Au collège coranique de la Rue d’Ulm mes interlocuteurs ont beaucoup insisté sur le fait que l’enseignement était ouvert à tous, y compris aux non-musulmans, aux Noirs et aux femmes. Mais ils ne m’ont pas caché, cependant, que le corps enseignant était « croyant » – comme on dit là-bas– dans sa très grande majorité. J’ai compris que notre chauffeur n’était, lui, pas musulman, mais je n’ai pu parler avec lui car mon guide ne me quittait pas et, en sa présence, il se taisait. Dommage !

Malgré ces nombreux entretiens et visites, on m’avait quand même aménagé une après-midi de détente.

J’ai ainsi pu visiter Paris comme un vrai touriste saoudien ! Les magasins de luxe des Champs-Elysées, l’inévitable monument des martyrs de la Révolution, le Musée religieux de Notre-Dame, la grande mosquée du Louvre, la palmeraie du Trocadéro et, bien sûr, le dîner dans le meilleur restaurant de Paris : Les Mille et Une Nuits d’Argent. Malheureusement je ne supporte pas bien la nourriture du pays et surtout… de devoir manger sans couverts !

A propos de nourriture, d’après ce que j’ai pu voir dans mes déplacements, le spectre de la Grande Famine semble désormais oublié là-bas. Les commerces d’alimentation paraissent bien achalandés en semoule, olives et raisins secs et j’ai vu que les queues devant les boucheries restaient raisonnables. « La France va mieux », comme n’ont cessé de le répéter mes interlocuteurs. Sans doute pour s’en persuader eux-mêmes.

Evidemment j’aurais bien aimé revoir l’endroit où habitaient nos grands-parents, près de la Gare de Lyon. Mais mon programme chargé ne l’a pas permis. Finalement je ne le regrette pas car je crois que j’aurais été déçu. En dehors des quartiers touristiques, en effet, Paris est sale et pollué et les immeubles sont constellés d’antennes paraboliques du plus mauvais effet ! Je préfère donc conserver le souvenir de l’album de photographies familial !

En tout cas, et même si je dois maintenant m’atteler à mon rapport pour l’Académie, je me réjouis de m’en retourner chez nous, à Novossibirsk. Je crois bien que les cloches, la neige, le bon vin et les robes des filles me manquaient !

On ne remerciera jamais assez ceux qui nous ont permis d’échapper à ce qui est arrivé là-bas, et qui nous ont donné la possibilité de reconstruire (*) ici, en Sibérie, notre civilisation, au sein d’une Fédération impériale puissante et respectée. A l’abri de la Grande Barrière, qui nous protège du chaos migratoire qui ravage le monde.

Tu avais bien raison, Parrain, de dire que ceux qui parmi nous se font volontiers critiques de notre quotidien feraient bien d’aller passer quelques jours là-bas, pour se rafraîchir les idées.

C’est bien pourquoi, dès mon retour, j’irai allumer un cierge en l’honneur de Saint Serge, comme il est de tradition chez nous !

Je t’embrasse, Parrain.

Michel Geoffroy

Source : http://www.polemia.com

Voir les commentaires

L’autre vérité sur l’affaire Adama Traoré

13 Janvier 2017, 07:32am

Publié par Thomas Joly

Présentée comme une « bavure » par l’extrême gauche, la mort d’Adama Traoré après son interpellation par les gendarmes, le 19 juillet 2016, a mis le feu à Persan et à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise).

En enquêtant, un élément surprend : à chaque fois que des questions sont posées sur la famille Traoré, les habitants de Beaumont refusent de s’exprimer. « La vérité, c’est que tout le monde a peur des frères Traoré ici », finit par livrer l’un d’eux. « Ce sont des caïds, un clan, c’est Bagui, la tête de réseau », cible carrément un autre qui nous fait jurer de ne pas citer son nom. En creusant, on apprend que Bagui Traoré — actuellement en prison —, qui selon nos informations n’aurait pas hésité à donner trois identités différentes aux enquêteurs et se fait appeler Gibs Traoré sur Facebook, a fait l’objet de plusieurs procédures judiciaires pour « extorsion (en 2003 et 2005), détention non autorisée de stupéfiants en 2013 […], vol à l’aide d’une effraction, port prohibé d’une arme de 6e catégorie […] ». Pas vraiment un tendre.

Quant à Youssouf, qui met en avant sa probité sur Canal Plus, il serait tout de même connu pour « violences sur personne dépositaire de l’autorité publique, violences volontaires, rébellion, menaces de mort ». De son côté, Adama est connu depuis 2007 à travers dix-sept procédures !

Pas tout à fait le profil de l’enfant de choeur décrit dans les médias. Le jour de sa mort, cela fait seulement un mois qu’Adama est sorti de prison, où il a tout de même été accusé de viol par son codétenu! Ensemble Bagui et Adama auraient été impliqués dans une affaire de recel de bien provenant d’un vol et pour usage de stupéfiant, en 2010. La fratrie Traoré est connue pour être proche des associations SOS Racisme, le Cran ou encore le collectif Urgence notre police assassine, très influents dans ces quartiers.

Pour lire l'article complet : Valeurs Actuelles

Voir les commentaires

La confusion des genres : un pactole inespéré pour les psychanalystes

13 Janvier 2017, 07:23am

Publié par Thomas Joly

La redéfinition des genres, ou ingénierie sexuelle, procède de cette volonté manifeste de perturber la sphère identitaire de manière à araser les différences qui fondaient la complémentarité de l’espèce humaine. Arme de destruction massive, la théorie du genre fait partie d’un vaste arsenal qui s’attaque à pulvériser toutes les frontières constitutives d’une vie en société appelée à atteindre cette dimension qui fonde toute civilisation véritable.

Le gender est le fils spirituel d’un structuralisme français qui allait fournir toute une panoplie de grilles d’analyse utilisées afin de déconstruire les spécificités de l’humanité. Chemin faisant, le langage, les coutumes et les traditions qui fondaient nos cités deviendront suspects. C’est ce qui explique les incessantes réformes de nos systèmes éducatifs et de nos conventions culturelles ; tout cela dans un contexte où nulle frontière ne saurait être tolérée par ce nouveau désordre symbolique érigé en passage obligé vers une mutation du genre humain.

Et voilà que la psychanalyse prend fait et cause pour le gender. Vincent Bourseul, psychanalyste français, vient de nous pondre un essai (Le sexe réinventé par le genre, Éditions érès) destiné à apporter sa pierre à ce combat qui prétend nous libérer du carcan d’une « différence des sexes en tant que croyance ».

Le sexe réinventé par le genre ambitionne, selon son auteur, de renouveler une pratique de la psychanalyse trop normative et pénalisante.

Ne ménageant pas sa peine, ce militant queer est persuadé que « le gender permet de réinventer les sexes et non plus seulement de renouveler la sacro-sainte différence des sexes dont nous nous débrouillons si mal en psychanalyse. Ainsi le genre nous encourage tout simplement à nous en passer, de cette différence des sexes, pour préférer créer le sexe nouveau. »

Tout est dit. Il ne s’agit pas tant de guider la personne confuse que de l’engager dans une cure qui prend toutes les apparences d’une fuite en avant. Cette perpétuelle recherche d’une identité sexuelle imaginaire constitue une véritable mine d’or pour la psychanalyse qui, bientôt, pourrait être mobilisée auprès des préadolescents, dans un contexte où l’école ne sert plus à transmettre des savoirs. Arraché à sa famille par l’État, le futur adolescent deviendra le cobaye d’une ingénierie sexuelle prescrite par les plus hautes autorités.

Bourseul, plus militant que chercheur désintéressé, explique sur son blog du Huffington Post France, le 8 décembre dernier, que « l’identité rend triste, fâche ou suscite la jalousie, car elle ne nous soutient que très partiellement dans notre tentative de raisonner notre expérience d’êtres vivants ». Ainsi, donc, la différence ne serait qu’un facteur de division, alimenté par cette fameuse « haine de l’autre », une excroissance psychologique qui handicaperait l’individu désireux de s’affranchir de cette foutue identité mortifère. C’est mal parti pour que les hommes et les femmes fassent la paix…

Manifestement, l’auteur tente de berner ses lecteurs puisqu’il sait fort bien que l’identité demeure la pierre angulaire de toute communication véritable, par-delà les soliloques qui tiennent trop souvent lieu d’échanges interpersonnels. Il en rajoute en nous prévenant que « divers phénomènes identitaires sont apparus, fascinent et inquiètent. Ils concernent tant les identités sociales que politiques, culturelles, nationales, religieuses ou sexuelles. » N’en rajoutez plus, nous avons compris ! Cette perpétuelle réinvention des identités est devenue le passage obligé vers un transhumanisme qui, désormais, avance en toute impunité.

Patrice-Hans Perrier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Primaire de la gauche : le grand sommeil

13 Janvier 2017, 07:12am

Publié par Thomas Joly

Soldes obligent, si le ticket d’entrée de la primaire de la droite se montait à deux euros, pour celle de la gauche, ce sera -50 % ; soit un euro seulement ! Tout doit disparaître, avant changement de propriétaire et liquidation finale.

Pourtant, il y a primaire et primaire. Celle de la droite consistait à savoir qui aurait la chance de concourir au second tour de la prochaine élection présidentielle, contre Marine Le Pen, si possible. Celle de la gauche est une toute autre affaire, et ce pour deux raisons :

La première consiste à comprendre que les deux seuls candidats “crédibles” de cette même gauche, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, font actuellement la course sondagière en tête, tout en se moquant ouvertement de cette primaire comme de leurs premiers youpalas.

La seconde, découlant de la première, est autrement plus prosaïque : on ne concourt plus à gauche pour savoir qui sera l’éventuel Président ; mais juste pour élire le prochain Premier secrétaire d’un Parti socialiste en perdition. Nous sommes en 2017 ? Ils sont déjà en 2022.

Que la fête commence… C’est sur TF1, chaîne destinée à laisser un peu de temps de cerveau disponible au téléspectateur par ses soins hébété. Ça commence par Nicolas Canteloup, humoriste pas drôle et imitateur si doué que lorsqu’il est censé singer quelqu’un, personne ne sait de qui il s’agit.

Bref, on se croirait dans Hit-Parade, prochain spectacle en stuc et toc, annoncé comme succès incontournable par cette même chaîne de BTP. Des hologrammes… Des fantômes de Claude François, de Joe Dassin, de Mike Brandt, de Sacha Distel ; voire même, de François Mitterrand et de Dalida. Remarquez que pour demeurer dans un semblable registre, nous avons là affaire à des comptables sachant à peu près aussi bien compter que celui de Michel Polnareff.

Parce qu’à part causer d’un argent qu’ils n’ont pas et se disputer à propos de la manière dont ils entendent néanmoins le gaspiller (taux progressif de la CSG ou pas ?) ou de la grippe (quid d’une éventuelle réforme hospitalière ?), l’honnêteté intellectuelle la plus élémentaires nous oblige à dire que ces sept clampins ne tiennent pas exactement le discours que l’électeur serait en droit d’entendre de la part de chefs d’État putatifs.

Pour le reste, on s’attend à ce que cela cause enfin de politique.

En vain pour l’instant. 22 heures 17, Waterloo morne plaine et peau de zobi. Ça redémarre un peu moins de vingt minutes plus tard. Le terrorisme, donc. Globalement, ils sont contre. Et comme ils ne peuvent être partout, au moins sont-ils Charlie ; ce qui ne mange jamais de pain, quitte à défendre des opérations militaires françaises à l’étranger de plus en plus erratiques, tout en tenant Vladimir Poutine et Donald Trump pour enfants cachés de Dark Vador.

Et l’état de la société française ? Peau de Waterloo et morne plaine de zobi. La République, c’est bien et la laïcité, ce n’est pas mal non plus. Quant à l’extrême droite, ça craint velu, semble-t-il. Tandis que la parité vaudrait pour tous et toutes, hormis une Marine Le Pen, qui pourrait bien être la première femme à s’installer à l’Élysée.

Comme il était prévisible, ce sont Benoît Hamon, Arnaud Montebourg et même Jean-Luc Bennahmias, qui s’en sortent le moins mal, rehaussant ainsi un spectacle à peine moins pénible que les coupures publicitaires de TF1 venues allonger, si besoin en était, ce supplice télévisuel.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Dylann Roof condamné à mort, silence des médias et des militants abolitionnistes

12 Janvier 2017, 21:22pm

Publié par Thomas Joly

Le jeune Dylann Roof, qui avait assassiné neuf Afro-Américains à Charleston aux États-Unis, a été condamné à mort hier.

Exceptionnellement, aucun média ni aucune association militant en faveur de l'abolition de la peine de mort ne s'est indigné de cette condamnation à la peine capitale.

Ce qu'il faut en retenir, c'est que les belles âmes abolitionnistes, qui sont remplies de compréhension, de justifications et d'excuses pour les criminels, deviennent impitoyables lorsqu'il s'agit d'un homme blanc ayant commis un crime raciste.

Ceci prouve que ce ne sont pas des abolitionnistes, ce sont juste des gauchistes dégénérés qui sont contre tout ce qui ressemble à l'ordre et à la fermeté... sauf quand l'ordre et la fermeté doivent s'appliquer à leurs ennemis politiques !

En cela, ce sont de bons descendants politiques de leurs ancêtres communistes.

Nous souhaitons à Dylann Roof de trouver la paix au moment de son exécution, lui qui aura avant tout été une victime d'une impossible société cosmopolite imposée par ses gouvernants obsédés par la destruction de l'Amérique blanche.

Source : http://pdf14.over-blog.com

Voir les commentaires

Deux migrants syriens avaient fait d’une Suédoise leur esclave sexuelle enchaînée dans leur cave

12 Janvier 2017, 21:00pm

Publié par Thomas Joly

Après avoir été acceptés en tant que « réfugiés » en Suède, deux migrants syriens âgés de 23 et 28 ans avaient reçu l’aide de volontaires « humanitaires » afin qu’ils ouvrent leur propre entreprise : un café oriental. Dès que les autorités sont venues inspecter l’entreprise, c’est une horrible découverte qui les attendaient dans le sous-sol du magasin.

La police suédoise a en effet découvert qu’une femme suédoise kidnappée était enchaînée dans la cave. La victime violentée était retenue comme esclave sexuelle personnelle et a été violée par au moins 7 Arabes musulmans.

La perquisition a permis la découverte de preuves indiquant que la femme avait été kidnappée sous la menace d’une arme à Malmö avant que 4 demandeurs d’asile musulmans ne la transportent en voiture jusqu’au magasin. Elle a ensuite été enchaînée à une conduite d’eau dans la cave avant que le groupe ne la viole de façon répétée.

Les autorités ont confirmé que dès que la voiture est arrivée au magasin, 3 autres Arabes l’attendaient pour commettre leur agression sexuelle. Les hommes l’ont placée de force sur un matelas, l’ont déshabillée avant de pratiquer un viol « oral, vaginal et anal » sur la victime. A une occasion au moins, la femme a été violée par deux hommes en même temps selon la police.

Un début d’explication peut être le sentiment de frustration que ressentent ces musulmans suite à la colonisation de la Syrie par la Suède. Ou quelque chose d’approchant.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Divisée, la gauche garde intact son poison idéologique

12 Janvier 2017, 19:03pm

Publié par Thomas Joly

Extrait de l'éditorial de Jérôme Bourbon dans le n°3265 de l'hebdomadaire Rivarol

Si les perspectives électorales sont plutôt sombres pour la présidentielle et les législatives, si son immigrationnisme et son antiracisme unilatéral font de moins en moins recette dans l’opinion, la gauche est toutefois loin d’être morte. Son idéologie se love au cœur de toutes les institutions, prédomine dans les media, dans la culture, dans les syndicats, dans la magistrature, dans l’Éducation nationale, dans le monde associatif subventionné, dans le discours de la plupart des dignitaires religieux. A la loge, à l’école, à l’église, au cinéma, à la télévision, dans la chanson, c’est la même idéologie de gauche qui règne en maître. On peut même aller jusqu’à dire que nous vivons dans un pays à la mentalité communiste. La destruction de la famille, de la nation, de l’armée, de la morale, de la religion n’a sans doute jamais été aussi totale qu’aujourd’hui. Même dans la défunte URSS on n’avait pas à ce point détruit et subverti la cellule familiale. Quant à l’antiracisme, comme l’avait justement analysé la regrettée Annie Kriegel, il est depuis les années 1980 l’un des avatars de l’idéologie communiste, comme le furent l’antifascisme dans les années trente et l’anti-impérialisme et l’anticolonialisme dans les années soixante. Au nom de l’antiracisme l’on a démantelé méthodiquement les frontières nationales, détruit les défenses immunitaires des peuples européens, organisé le Grand Remplacement, bref fait du passé table rase comme le professe l’Internationale. Au nom de la lutte contre toutes les formes de discrimination, même les plus légitimes et les plus solidement ancrées dans l’histoire de notre civilisation, l’on a effacé toute distinction entre le national et l’étranger, entre le marié et le concubin, entre l’homme et la femme, entre l’hétérosexuel et l’homosexuel, entre l’enfant légitime et l’enfant adultérin.

La gauche est par excellence le défenseur des perversités morales et des tares sociales. Elle est l’avocate des transsexuels, des drogués, des sodomites, des délinquants, des immigrés clandestins, des sans papiers, des sans patrie, des sans morale, des sans identité, des tire-au-flanc, des parasites, des envieux, des malades mentaux. Loin de défendre l’ouvrier français menacé par la mondialisation, par l’idéologie libérale-libertaire, par le sans-frontiérisme géographique et sociétal, la gauche est le porte-voix de l’immigration, de la contraception, de l’avortement et de l’homosexualité de masse, de tous les lobbies mortifères et contre-nature dont le lobby LGBT (lesbien, gay, bisexuel et transsexuel). Elle fait le jeu de la finance internationale et des cénacles mondialistes. Et de ce point de vue la fausse droite est son fidèle allié, malgré les apparences. Quant aux mouvements populistes, un peu partout en Europe, ils se font eux aussi, chaque jour davantage, les champions des transgressions morales comme si une nation pouvait survivre dans l’immoralité et dans la stérilité générales. La seule voie de salut est pourtant de refuser les mots d’ordre et slogans de la gauche, son vocabulaire (homophobie, parité, discrimination, racisme, xénophobie, droit à l’avortement, mariage pour tous, droit de mourir dans la dignité, etc.), son magistère, son idéologie et de la combattre sans faiblesse. Soit l’inverse de ce que font un peu partout en Occident les partis dits conservateurs qui, selon le fameux principe du cliquet, ne remettent jamais en cause les lois votées, promulguées et appliquées par la gauche, du Pacs au “mariage” homosexuel en passant par l’abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l’homosexualité ou l’institution de lois mémorielles. C’est même parfois la “droite” influencée par la gauche qui prend l’initiative de lois mortifères comme la légalisation de la pilule contraceptive il y a un demi-siècle cette année (loi Neuwirth, 28 décembre 1967) ou la dépénalisation de l’avortement (loi Veil, 17 janvier 1975). Le combat contre le poison idéologique de la gauche est pourtant plus que jamais indispensable. Il en va de notre survie en tant que peuple, en tant que nation, en tant que civilisation.

Voir les commentaires

Najat Vallaud-Belkacem, un ministre si « cocasse »…

12 Janvier 2017, 18:46pm

Publié par Thomas Joly

Une vidéo fait grand bruit, depuis hier, sur les réseaux sociaux. La scène se passe à l’Assemblée nationale, au moment des questions au gouvernement. Virginie Duby-Muller, députée LR de Haute-Savoie, attire l’attention de Najat Vallaud-Belkacem sur la situation critique des lycées d’éducation prioritaire. Une cinquantaine de ces établissements est en effet en grève depuis plusieurs semaines.

Najat Vallaud-Belkacem, sur son siège, s’esclaffe. Se marre. Glousse toute seule. On dirait même qu’elle presse l’arête de son nez entre le pouce et l’index pour empêcher de petites larmes de perler. C’est si désopilant. Quand elle saisit le micro, on entend encore des hoquets, il lui faut quelques secondes pour reprendre son sérieux. Cette pauvre Virginie Duby-Muller est impayable, n’est-ce pas ? Avec ses questions « cocasses », comme les appelle Najat Vallaud-Bekacem, pour justifier son hilarité.

C’est vrai que la situation des ZEP est très amusante, comme celle de toute l’Éducation nationale, d’ailleurs. En même temps, il vaut mieux en rire qu’en pleurer, hein ? À quoi sert de se miner ? Osez dire que vous-même, dans ce domaine, n’avez jamais rigolé ? Prenez la nouvelle façon d’enseigner de la grammaire, telle qu’elle est prévue par la réforme des collèges : les premiers témoignages des profs ayant reçu leur formation ont commencé à filtrer dans Le Parisien ou Télérama.

On y lit, par exemple, qu’un élève pourra peut-être bientôt écrire « le plafond s’émiettent ». « Cocasse », non ? Vous voyez, vous aussi, vous pouffez. C’est, en effet, avec cet exemple que l’on a expliqué aux enseignants qu’il existait « un degré d’acceptabilité des erreurs des élèves, s’ils peuvent justifier la logique de leur démarche ». « À chacun sa vérité », disait Pirandello, jusque dans l’orthographe.

Il y a aussi ce concept de « prédicat », qui recouvrira de son blanc manteau le COD, le COI et les compléments circonstanciels, réputés trop compliqués et reportés, dans l’apprentissage, sine die. Sauf qu’évidemment, on ne pourra plus expliquer les accords des participes, et que l’apprentissage de l’accusatif et du datif en allemand ou en latin deviendra impossible. En même temps, on s’en fout, puisqu’on ne fera plus ces langues-là ! N’est-ce pas cocasse ? Il est écrit que, dans la barcasse de l’Éducation nationale, il n’y aura plus que des gourdasses. Souriez, c’est pour la photo.

Est-il utile, enfin, d’évoquer – on l’a déjà tellement fait – les classements PISA dans les chaussettes, l’illettrisme, le communautarisme, la violence, le harcèlement et le sauve-qui-peut général… Le Monde, journal de droite et catholique s’il en est, se grattait le menton ces jours derniers : et si les réformes de la gauche avaient fait fuir les familles vers le privé ? Oui, je sais, c’est un peu cocasse.

Pour Najat Vallaud-Belkacem, la question de Virginie Duby-Muller fait rire car les lycées de ZEP manifestent, en réalité, leur inquiétude de voir les acquis octroyés par la gauche remis en cause par un éventuel changement de gouvernement. Ils sont tellement contents qu’ils viennent crier avec colère leur bonheur, et cette grève serait en réalité, pour résumer, une déclaration d’amour à l’endroit du gouvernement. Convenez que l’explication est cocasse.

Qu’importe, du reste, le fond de l’intervention. C’est le spectacle de ce gouvernement gouailleur, dominateur, sans pudeur, railleur sur son tas de ruines, comme du haut d’un promontoire, qui suscite l’indignation. Il devrait bientôt en descendre. Les Français – ce n’est pas gentil – risquent de trouver ça cocasse.

Gabrielle Cluzel

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La peine de mort est dissuasive selon les études économétriques

11 Janvier 2017, 07:53am

Publié par Thomas Joly

Voici 10 études économétriques relatant les effets dissuasifs de la peine de mort. Il est établi que la peine de mort demeure la plus dissuasive des peines.

1. Hashem Dezhbakhsh & Paul H. Rubin
From the ‘econometrics of capital punishment’ to the ‘capital punishment’ of econometrics: on the use and abuse of sensitivity analysis
Applied Economics, Vol. 43, Issue 25, pages 3655-3670 (2011)

2. Kenneth C. Land, Raymond H. C. Teske, Jr., & Hui Zheng
The Short-Term Effects of Executions on Homicides: Deterrence, Displacement, or Both?
Criminology, vol. 47, no. 4, pp. 1009-1043 (2009)

3. Paul R. Zimmerman
Statistical Variability and the Deterrent Effect of the Death Penalty
American Law and Economics Review, vol. 11, no. 2, pp. 370-398 (2009)

4. Michael Frakes & Matthew Harding
The Deterrent Effect of Death Penalty Eligibility: Evidence from the Adoption of Child Murder Eligibility Factors
American Law and Economics Review, vol. 11, no. 2, pp. 451-497 (2009)

5. Randi Hjalmarsson
Does Capital Punishment have a « Local » Deterrent Effect on Homicides?
American Law and Economics Review, vol. 11, no. 2, pp. 310-334 (2009)

6. John J. Donohue, III & Justin Wolfers
Estimating the Impact of the Death Penalty on Murder
American Law and Economics Review, vol. 11, no. 2, pp. 249-309 (2009)

7. Ethan Cohen-Cole, Steven Durlauf, Jeffrey Fagan, & Daniel Nagin
Model Uncertainty and the Deterrent Effect of Capital Punishment
American Law and Economics Review, vol. 11, no. 2, pp. 335-369 (2009)

8. Bijou Yang & David Lester
The deterrent effect of executions: A meta-analysis thirty years after Ehrlich
Journal of Criminal Justice, vol. 36, no. 5, pp. 453–460 (2008)

9. Paresh Narayan & Russell Smyth
Dead Man Walking: An Empirical Reassessment of the Deterrent Effect of Capital Punishment Using the Bounds Testing Approach to Cointegration
Applied Economics, vol. 38, no. 17, pp. 1975-1989 (Sept. 20, 2006)

10. Isaac Ehrlich and Zhiqiang Liu
Sensitivity Analysis of the Deterrence Hypothesis: Lets Keep the Econ in Econometrics
Journal of Law and Economics, vol. 42, no. 1, pp. 455-487 (April 1999)

Conclusion. Il s’agit de 10 études parmi tant d’autres. La peine de mort est une sanction nécessaire et exemplaire pour les crimes les plus odieux, qui élimine tout risque de récidive et sauve incontestablement des vies innocentes.

Source : http://lesquen2017.com

Voir les commentaires