Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie

23 Janvier 2017, 06:44am

Publié par Thomas Joly

Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie
Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie
Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie
Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie
Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie
Le Parti de la France présent à la Marche pour la Vie

Le Parti de la France, seul parti politique opposé à l'avortement et à l'euthanasie, était présent hier à la Marche pour la Vie, représenté par Bruno Hirout et Christian Baeckeroot, membres du Bureau politique du mouvement, ainsi qu'un certain nombre de militants.

Contrairement à ce qu'ont dit les organisateurs de cet événement annuel, le fait que Sens Commun ait appelé à participer à cette manifestation n'était pas "la première fois qu'une organisation politique appelle à rejoindre la Marche pour la Vie". En effet, le Parti de la France, depuis sa création il y a huit ans, a toujours appelé ses cadres, ses militants et ses sympathisants à venir manifester publiquement leur attachement à la vie en participant à cette marche.

Voir les commentaires

Les manifestations « féministes » anti-Trump incluent des islamistes et sont financées par Soros

23 Janvier 2017, 06:26am

Publié par Thomas Joly

Le président Donald Trump n’était élu que depuis 24 heures que déjà la gauche et l’extrême-gauche américaines défilaient dans les rues. Officiellement, la « Marche des Femmes » est « indépendante ». Pourtant il apparaît qu’au moins 50 organisations y participant sont financées par le milliardaire George Soros.

Une journaliste du New York Times explique : « D’après mes recherches, Soros a financé, ou a des relations proches, avec au moins 56 partenaires de la marche dont des « partenaires clefs » comme le Plan Familial, qui s’oppose à la politique anti-avortement de Trump, et le Conseil National de Défense des Ressources, qui s’oppose à sa politique environnementale. Les autres liens de Soros avec la « Marche des femmes » inclut notamment le mouvement partisan MoveOn.org (qui est férocement pro-Clinton)… D’autres bénéficiaires de Soros sont partenaires de la marche dont le Syndicat Américain des Libertés Civiles, le Centre pour les Droits Constitutionnels, Amnesty International et Human Rights Watch. »

Une des affiches officielles de la marche prend la défense du voile islamique, affirmant ainsi une alliance de fait avec l’islam contre le président américain.

La journaliste du New York Times, Asra Nomani, une musulmane, aborde également ce sujet dans son article, indiquant que l’organisation liée aux Frères Musulmans « CAIR » (Council for American-Islamic Relations) fait partie des « partenaires » de la « Marche des femmes ».

Parmi les organisatrices de la marche, on dénombre Linda Sarsour, une musulmane favorable à l’instauration de la charia, la loi islamique, aux USA.

Ironiquement, cette « marche féministe » compte des islamistes partisans de l’institutionnalisation de l’infériorité légale de la femme.

Source : http://breizatao.com/2017/01/22/usa-les-manifestations-feministes/

Voir les commentaires

La victoire de Hamon ouvrira un boulevard à Macron

23 Janvier 2017, 06:14am

Publié par Thomas Joly

Jean-Christophe Cambadélis n’a pas perdu de temps pour se montrer à la télévision dimanche soir peu après 20 heures. Il n’avait pas grand-chose à dire mais ce n’était pas une raison pour se taire. Il a salué l’avènement d’un « nouveau temps » et s’est félicité de la mobilisation d’un « ensemble stable et durable dans une Belle Alliance ».

« Nouveau temps » ? Ça reste à démontrer. Benoît Hamon est arrivé en tête avec cinq points d’avance sur Manuel Valls. Il incarne une gauche bien à gauche avec tout ce que cela implique de vieilles lunes, d’idéologie et de gabegie financière (revenu universel d’existence atteignant, à terme, 750 euros pour toute personne âgée de plus de 18 ans, hausse des rémunérations dans la fonction publique, recrutement de 40.000 enseignants, légalisation du cannabis, droit de vote des étrangers aux élections locales, mixité sociale et diversité obligatoires dans les écoles privées). Ses propositions permettent de ratisser large, font allègrement fi du réel et ont de quoi séduire ceux qui sont drogués, notamment à l’argent public.

« Ensemble stable et durable » ? C’est, à tout le moins, discutable, avec environ 1.800.000 votants, soit un recul de presque un million par rapport au niveau de participation atteint à la primaire de 2011. Vincent Peillon, l’un des perdants, a reconnu que cette participation était moyenne, voire décevante.

Le premier secrétaire du Parti socialiste avait fixé la barre à un million et demi. Il ne prenait pas trop de risques. Laurent Joffrin, directeur de Libération, peu suspect de détestation ciblée à l’encontre du PS, estimait qu’à moins de deux millions de votants, ce parti aurait du mal à survivre en l’état.

« Belle Alliance » ? La gauche façonnée par François Mitterrand a explosé depuis belle lurette. Jean-Luc Mélenchon poursuit son bonhomme de chemin avec ses imprécations, ses péroraisons et ses sondages à deux chiffres. Emmanuel Macron a pris son envol, il remplit ses salles en se mouillant le moins possible et il se rapproche de François Fillon, retranché dans son silence assourdissant. Entre les deux, François Hollande abandonne ses petits camarades presque dans l’état où il laisse le pays. On va assister, dimanche prochain, à un face-à-face entre une gauche qui se présente comme responsable, apte à gouverner (mais ses résultats sont loin de plaider en sa faveur) et une gauche des utopies, des symboles et des dérives. Dans la grande tradition socialiste, cette dernière a toutes les chances de l’emporter.

Avec, si ce scénario se réalise, deux conséquences : conformément au code de bonne conduite accepté par les participants à la primaire, Manuel Valls devra soutenir le candidat Hamon et son fameux revenu universel, dont il pense et dont il dit pourtant beaucoup de mal ; et puis l’espace politique s’ouvrant devant Emmanuel Macron s’élargira davantage encore. Mieux qu’un boulevard. Peut-être une autoroute sur laquelle il pourra embarquer en auto-stop de nombreux amis de Manuel Valls et d’Alain Juppé.

Fabrice Le Quintrec

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang

22 Janvier 2017, 20:07pm

Publié par Thomas Joly

La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang
La droite nationale et identitaire rassemblée à Palavas-les-Flots autour de Jean-Marie Le Pen et de Carl Lang

Les forces nationales et identitaires d'Occitanie se sont retrouvées nombreuses samedi soir à Palavas-les-Flôts, près de Montpellier, à l'invitation du Comité Jeanne de l'Hérault autour de Jean-Marie Le Pen, Président d'honneur du Front national. Plus de 700 personnes s'étaient en effet inscrites pour le banquet et beaucoup d'autres sont venues écouter les intervenants. 

Il faut dire que la grande famille nationaliste était (presque) au complet puisque se sont succédés à la tribune les responsables des principales organisations patriotiques.

Ce fut d'abord, Stéphane Goepfert, Président du comité régional, qui fit un discours de bienvenue, puis se succédèrent : Lorrain de Sainte Affrique, Secrétaire général des Comités Jeanne, présenta son association aux multiples comités locaux, suivirent le délégué de Riposte laïque qui lu un message de Pierre Cassen, Président de cette courageuse organisation, retenus en Région parisienne ; Hocine Kader, émouvant représentant de la communauté Harquis très implantée dans la région rappela le sort peu enviable qui fut infligé aux siens par la Ve République ; Olivier Roudier, le dynamique animateur de la Ligue du Midi qui a largement contribué au succès de cette belle réunion ; Roland Hélie, au nom de Synthèse nationale, se félicita de voir se perpétuer ici, en terre languedocienne, l'esprit unitaire de notre dixième journée du 2 octobre dernier à Rungis, Pierre Vial, Président de Terre et peuple, fit une magnifique intervention avec la talent que nous lui connaissons et que nous apprécions ; Carl Lang, Président du Parti de la France, prouva avec brio que l'avenir de la droite nationale, sociale et populaire, au-delà des chimères momentanées de ceux qui veulent l'édulcorer de ses fondamentaux, est bien assuré.

Il revenait à Jean-Marie Le Pen, ovationné par la foule, de conclure ce meeting en redonnant l'espoir aux patriotes désorientés par les dérives des mauvais bergers qui sont sensés les représenter. Fidèle aux traditions, le fondateur du FN appela les Français à se retrouver nombreux le 1er mai prochain à Paris pour honorer Jeanne d'Arc. C'est à cette occasion qu'il donnera ses consignes de vote pour le second tour de l'élection présidentielle.

Un peu avant minuit la soirée, admirablement encadrée par les Mousquetaires du Président et par le SEP (le service d'ordre du Parti de la France), se termina sans incident et chacun repartit avec le sentiment d'avoir assisté à un événement majeur pour notre famille politique. Aux législatives de juin prochain les nationalistes authentiques rassemblés seront présents dans de nombreuses circonscriptions, donnant ainsi à la France non reniée l'occasion de dire haut et fort sa volonté de renaître.

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com

L'intervention de Carl Lang, Président du Parti de la France

Voir les commentaires

Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens

22 Janvier 2017, 10:18am

Publié par Thomas Joly

Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens
Compte-rendu de la galette des rois du Parti de la France à Amiens

Samedi 21 janvier, les militants du Parti de la France de la Somme se sont retrouvés à Amiens pour la traditionnelle galette des rois organisée par notre mouvement.

C'est tout d'abord Sabrina Le Corronc, Déléguée départementale, qui a, au nom du PdF 80 présenté ses meilleurs voeux aux participants puis a tenu à remercier les militants de la Somme qui collent et tractent sans relâche tout au long de l'année.

Thomas Joly, Secrétaire général, a ensuite choisi de faire une intervention des plus optimistes quand à l'émergence d'une véritable alternative de droite nationale, rappelant que de plus en plus de nos compatriotes sortent de leur léthargie, se retrouvent sur nos propositions de bon sens et de sauvegarde de notre civilisation. C'est au Parti de la France et à la droite nationale non-reniée d'être la structure d'accueil de tous ceux qui refusent une France africanisée et islamisée. Il a annoncé la participation du Parti de la France, allié aux Comités Jeanne de Jean-Marie Le Pen ainsi qu'à Civitas, aux prochaines élections législatives.

Daniel Conversano, pamphlétaire nationaliste, a conclu par un discours lui aussi positif, rendant hommage au Parti de la France qui incarne une droite nationale qui ne transige pas avec la lutte contre la submersion migratoire, l'islamisation ou encore la destruction de la famille traditionnelle. Il a insisté sur l'illusoire « réconciliation nationale » prônée par certains avec les Afro-Maghrébins islamisés et rappelé que ces envahisseurs arrogants ne veulent ni plus ni moins que conquérir l'Europe, nous asservir et imposer la Charia.

Après quelques réponses aux questions posées par les participants, ceux-ci ont partagé la galette des rois et du matériel de propagande a été remis aux militants qui le souhaitaient.

Voir les commentaires

Entendu sur BFM TV : « Les manifestants anti-Trump sont payés par Soros »

21 Janvier 2017, 11:03am

Publié par Thomas Joly

Le journaliste André Bercoff confirme les propos d’Evelyne Joslain qui affirmait quelques heures plus tôt sur BFM TV que les manifestants anti-Trump étaient financés par George Soros.

Propos d’Evelyne Joslain (spécialiste des Etats-Unis) : « Les manifestants anti-Trump sont payés par Soros. Ca devient un job lucratif d’être manifestant anti-Trump. »

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Trump : « Nous unirons le monde contre l’islam radical et l’éradiquerons de la surface de la terre »

21 Janvier 2017, 10:52am

Publié par Thomas Joly

Lors de son discours d’investiture, le 45ème président des États-Unis, Donald Trump, a déclaré la guerre à l’islam radical.

« Nous renforcerons nos vieilles alliances et en formerons de nouvelles et nous unirons le monde civilisé contre le terrorisme islamique radical, que nous éradiquerons complètement de la surface de la terre ! » a affirmé le nouveau Président de l’État américain.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

« Dati Gate » : François Fillon divise jusque dans son camp

21 Janvier 2017, 10:47am

Publié par Thomas Joly

François Fillon ne parvient toujours pas à réunir la grande famille des « Républicains ». Il divise ses cadres et pourrait diviser son électorat. Les partisans de Nicolas Sarkozy sont orphelins. Pourront-ils, d’ailleurs, un jour pardonner à son ancien Premier ministre, qui n’a jamais émis le moindre signe de protestation quand il était à Matignon, d’avoir trahi leur favori, allant, selon certaines sources, jusqu’à demander à François Hollande d’accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy, visé dans le cadre de l’affaire Bygmalion ?
 
Une chose est sûre : l’investiture de Nathalie Kosciusko-Morizet dans la circonscription parisienne de François Fillon, déjà promise à Rachida Dati en 2012, ne devrait pas arranger les affaires de l’impétrant. Terrain ultra-favorable à la « droite », englobant une partie importante du VIe arrondissement et le VIIe arrondissement, dont Rachida Dati est maire, cette circonscription réveillera des rivalités qui pourraient pourrir la campagne du Sarthois. « François Fillon a souhaité que l’on lève la réserve qui était actée depuis le conseil national sur la deuxième circonscription. C’est la sienne et il souhaite que l’on investisse Nathalie Kosciuski-Morizet », déclarait à l’issue Jean-François Lamour, président de la commission des investitures (CNI).
 
Les investitures des Républicains sont désormais décidées par un tout petit groupe d’une vingtaine d’individus, tous plus ou moins proches de François Fillon. L’équipe a été réduite après le second tour de l’élection primaire, excluant une soixantaine d’élus de la CNI.

Selon certains responsables républicains cités anonymement, la candidature de Rachida Dati, pourtant plus légitime que celle de Nathalie Kosciusko-Morizet, parachutée dans une circonscription et envisagée pour un poste de ministre en cas de victoire de François Fillon, n’aurait pas même été étudiée. Un procédé étonnant qui dévoile un pan de la personnalité de François Fillon. Si l’homme est volontiers dépeint en rassembleur, il serait plutôt de tempérament rancunier et autocratique.
 
Dans un entretien accordé au Parisien, Rachida Dati s’est lâchée. Connue pour ne pas manier la langue de bois, elle dit notamment : « La première décision de François Fillon n’est donc pas de revoir sa réforme de la Sécurité sociale mais de nommer Nathalie Kosciusko-Morizet ! Voilà une drôle de personnalité qui va d’échec en échec, de parachutage en parachutage, de trahison en trahison, même vis-à-vis de François Fillon, qu’elle a traité de misogyne et de sexiste, et c’est cette personne qu’il récompense ! Quel signal ! » Le reste est à l’avenant. À l’image de Laurent Wauquiez ou de Christian Estrosi, Rachida Dati semble douter de François Fillon.

Celle que l’on surnomme « NKM », représentante d’une fausse droite gagnée à l’idéologie libre-échangiste la plus totale, jusqu’à défendre l’immigration-invasion, a donc été privilégiée par François Fillon en personne, alors que le conseil national des Républicains l’avait investie à l’unanimité sur une autre circonscription un peu moins facile, la 11e de la ville de Paris. Rien ne change à droâte. Toujours les mêmes combinazione, les mêmes magouilles électoralistes. Ces gens n’ont pas de convictions en dehors de leurs petites ambitions personnelles.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

75 % de musulmans et 5 % d’Européens dans les prisons franciliennes où l’islam radical se généralise

19 Janvier 2017, 06:28am

Publié par Thomas Joly

Même si les prisons ne sont pas la filière privilégiée du recrutement djihadiste, l’islam radical s’y est généralisé. Face à cette menace, les personnels pénitentiaires sont handicapés par le manque de moyens et l’absence d’arsenal judiciaire approprié.

« Dans les prisons parisiennes, il y a à peu près trois quarts de musulmans et seulement 5 % d’Européens. »

Prières collectives illégales, apologie du terrorisme, prosélytisme omniprésent : le dernier ouvrage du sociologue Farhad Khosrokhavar dresse un portrait alarmant des prisons françaises, devenues l’un des théâtres de la propagation de l’islam radical en France. Il aura fallu des centaines de morts pour que, en haut lieu, on prenne le problème au sérieux. Reste à se demander si les moyens mis en œuvre sont à la hauteur des enjeux.

Que se passe-t-il vraiment à l’ombre des cellules, derrière les portiques de sécurité, dans le secret des parloirs, entre les yeux des miradors ? Nous avons interrogé surveillants, hauts fonctionnaires de la pénitentiaire, directeurs honoraires ou en fonction, experts et conseillers qui, tous, vivent ou ont vécu la prison au quotidien. Derrière les grilles, on ne parle pas. Aussi ont-ils tous tenu à être protégés par un strict anonymat, refusant d’être identifiés, fût-ce par de faux prénoms.

Pour commencer, il faudrait connaître la véritable ampleur du problème. « Lors du ramadan, 80 % des détenus des prisons franciliennes demandent des plateaux-repas compatibles avec leurs impératifs religieux ».

L’une de ses collègues confirme : « Le Coran est, avec le Code de procédure pénale, l’ouvrage le plus emprunté dans les prisons. »

Pour autant, tous deux rejettent toute corrélation systématique entre prison et radicalisation. « Il est ridicule de jeter la pierre à la seule pénitentiaire. Avant d’atterrir chez nous, ils ont fréquenté des terreaux infiniment plus favorables à la radicalisation. Il peut exister un phénomène de contagion, mais la prison est loin d’être un élément déclencheur. »

Source : Causeur via Fdesouche

Voir les commentaires

« Sens commun » obtient de Fillon cinq investitures aux législatives dans des circonscriptions de gauche

19 Janvier 2017, 06:21am

Publié par Thomas Joly

Sens commun est une association issue des manif’ pour tous, affiliée à l’UMP puis à LR. Elle s’est fixé pour but de pousser l’UMP/LR à revenir sur la loi Taubira (alors que la majorité de ses principaux ténors n’ont pas pris part aux manifestations ou ont déclaré depuis ne pas vouloir abroger cette loi). Elle a soutenu François Fillon lors de la primaire de la droite et du centre dés le premier tour. Pourtant, celui-ci n’a jamais manifesté en 2013 et a toujours dit qu’il n’abrogerait pas cette loi.

On aurait pu s’attendre à ce que Sens commun soutienne au moins Jean-Frédéric Poisson à cette élection : celui-ci n’a pas manqué une manifestation, a toujours dit qu’il abrogerait le prétendu « mariage pour tous » et n’a eu de cesse de rappeler que le mariage est l’union d’un homme et d’une femme. Les convictions oubliées, Sens commun aura donc obtenu cinq investitures dans des circonscriptions, qui aujourd’hui sont toutes à gauche. Comme l’aurait dit Salvador Dali : « tant d’arrivisme pour si peu d’arrivage ».

D’après Europe 1, les cinq candidats sont : Anne Lorne dans la 1ère circonscription du Rhône, Sébastien Pilard (ancien président de Sens Commun) dans la 2e de Loire-Atlantique, Hayette Hamidi dans la 2e de Seine-Saint-Denis, Charles d’Anjou dans la 10e circonscription de Seine-Maritime et Maxence Henry dans la 2e circonscription du Maine-et-Loire.

Source : http://www.contre-info.com/

Voir les commentaires

Primaires de la gauche : vous reprendrez bien un peu de cannabis ?

19 Janvier 2017, 06:11am

Publié par Thomas Joly

Pour éviter d’affronter les vrais problèmes du pays, les candidats à la primaire de la gauche nous ont offert une de ces aimables diversions dont ils raffolent, avec un sujet très apprécié au zinc des bistrots, style burkini ou heure d’été : la légalisation du cannabis.

Curieusement, aucun des autres candidats n’a fait remarquer qu’il suffisait de regarder Jean-Luc Bennahmias cinq minutes pour appréhender les ravages du tétrahydrocannabinol. Alors, chacun y alla de son avis, à commencer par Benoît Hamon, chaud défenseur de la légalisation au motif premier que le « tout-répressif » est inefficace. Dame ! Vu que, chez nous, on peut être interpellé dix fois pour trafic sans faire un seul jour de prison, on peut difficilement le contredire… Le cannabis jouit, chez les bobos, d’une indulgente réputation de drogue douce. Mais la douceur, c’était au temps de Rimbaud, parce qu’aujourd’hui les croisements de plants permettent de mettre sur le marché des concentrations de THC hallucinantes, c’est le cas de le dire.

Et il est avéré que la quasi-totalité des consommateurs réguliers de cocaïne et d’héroïne ont d’abord consommé régulièrement du cannabis. Sans doute une consommation récréative, occasionnelle, comme un cognac du samedi soir, chez un adulte, ne lui fait probablement pas courir grand danger.

Mais il n’en est pas de même pour les adolescents et les adultes jeunes car, jusqu’à 25 ans environ, le cerveau continue à se développer et, de ce fait, la consommation dans cette tranche d’âge accroît la dépendance (en fréquence et en intensité) et l’impact cérébral, cognitif et émotionnel. On parle, alors, de syndrome « amotivationnel », qui se manifeste comme une perte de contact et d’élan vital, conduisant progressivement à l’abandon scolaire et au repli social. Pathologie souvent associée à une méfiance paranoïde pouvant confiner au délire de persécution chez un jeune initialement normal, et chacun connaît au moins une famille ravagée par ce fléau. Aujourd’hui, les psychiatres sont quasiment unanimes pour affirmer une association claire entre consommation de cannabis et développement ultérieur de troubles psychotiques, notamment la schizophrénie, chez la personne saine.

Moins graves, d’autres études montrent aussi que la légalisation du cannabis provoque une augmentation du nombre de fumeurs, en particulier dans les catégories de population qui y ont moins accès lorsqu’elle est illégale, comme les femmes et les jeunes adultes. Donc, si les vœux abolitionnistes des Hamon, Pinel, Bennahmias ou Rugy se réalisaient, on pourrait voir un jour au ministère de la Santé deux bureaux contigus : celui de la lutte contre le tabac et celui de la dispensation du cannabis…

Bien sûr, le caractère électoraliste de cette attitude, propre à mobiliser une population plutôt abstentionniste, n’échappe à personne. Et elle a un intérêt collatéral, bien pointé par Huxley dès 1932 à propos de la liberté sexuelle : « Le dictateur fera bien d’encourager cette liberté-là. Conjointement avec la liberté de se livrer au songe en plein jour sous l’influence des drogues, du cinéma et de la radio, elle contribuera à réconcilier ses sujets avec la servitude qui sera leur sort. »

Richard Hanlet

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Jean-Paul Gourévitch : « Les statistiques de l’INSEE sur le solde migratoire sont un enfumage »

19 Janvier 2017, 06:02am

Publié par Thomas Joly

Jean-Paul Gourévitch conteste les statistiques de l’INSEE qui, selon lui, confond dans ses calculs immigration et expatriation et oublie les naissances d’origine étrangère. Il réclame la mise en place d’un observatoire indépendant des migrations qui permettrait d’éviter les schémas, les amalgames, les rumeurs et les faux chiffres.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La France, premier pourvoyeur de djihadistes « européens » de l'État islamique

18 Janvier 2017, 06:48am

Publié par Thomas Joly

Voilà un record dont la France se serait bien passé. Dans une interview publiée par Le Figaro, Loïc Garnier, le chef de l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat), explique que notre pays est le plus gros pourvoyeur de djihadistes de l’État islamique.

En Syrie et en Irak, les Français sont 700 à mener leur guerre sainte, parmi les 12.000 “soldats du Califat” étrangers engagés au Moyen Orient. Les Européens sont 3.000, et 232 “compatriotes” seraient morts selon Loïc Garnier.

Encore plus inquiétant : le policier estime que sur notre territoire, 1.000 individus ont des velléités de départ en Syrie, et 200 sont déjà rentrés des zones de combat. Certains sortent “des radars en prenant des routes improbables et trompent la vigilance des services de police” explique-t-il.

Source : http://www.valeursactuelles.com

Voir les commentaires

Un auditeur de France Inter à Manuel Valls : « On est 66 millions à vouloir te la mettre, la claque ! »

18 Janvier 2017, 06:36am

Publié par Thomas Joly

Mardi 17 janvier, lors d'un déplacement en Bretagne, Manuel Valls a été visé par un jeune homme de 18 ans qui a tenté de lui mettre une gifle et est parvenu à le toucher. Il a annoncé avoir porté plainte contre l'auteur. La scène, notamment filmée par Le Télégramme, a beaucoup tourné. Et a fait des émules. Au micro de France Inter ce 18 janvier, un autre jeune homme - un certain Guillaume, de Grenoble - est parvenu à interpeller en direct l'ancien Premier ministre. Mais en lieu et place de question, il lance : "C’était pour te dire Manu… Je sais pas si tu trouves ça normal ou pas mais la claque on est juste 66 millions à vouloir te la mettre, c’était juste trop bon ! Sans déconner quoi, il a été parfait le bonhomme !"

Il est immédiatement interrompu par le journaliste Patrick Cohen : "Alors cet appel à la violence sur l'antenne de France inter, c'est non !" On ne sait pas encore si le jeune homme a pu prendre l'antenne sous un prétexte fallacieux ou si le programmateur était conscient du propos qui serait tenu.

Manuel Valls est pour sa part resté sur sa ligne de conduite depuis l'épisode de la gifle : dénoncer "toute forme de violence", "la violence de notre société" qu'il "combat". Visiblement un peu perturbé par l'intervention, il évoque du tout au tout "les gens qui souffrent, ceux qui sont au RSA" puis son "combat contre Dieudonné", puis ajoute : "Quand, sur une antenne, on fait profession de violence, ça veut dire qu'il y a quelque chose qui bascule." Il conclut : "C'est parce que je peux gagner qu'on me vise, je ne me laisserai pas impressionner".

Source : http://www.marianne.net

Voir les commentaires