Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Catholiques comme nationalistes : n’abdiquez sur rien, refusez les compromissions mortifères

29 Novembre 2020, 16:25pm

Publié par Thomas Joly

C’est aujourd’hui le premier dimanche de l’Avent. Puisse chaque catholique profiter de cette préparation à l’arrivée du Christ pour se rapprocher de l’essentiel : la bonne santé de nos âmes de chrétiens.

Mais ce premier dimanche de l’Avent, qui marque le début de l’année liturgique, est également l’occasion de se rappeler que si nous pouvons bénéficier de la vraie sainte messe, c’est parce que des catholiques qui refusaient légitimement de tourner le dos au Christ et à la tradition de toujours, se sont mobilisés pour protéger la liturgie du poison moderniste.

On en voit le résultat aujourd’hui, cinquante-cinq ans après le concile Vatican II : il y a d’un côté la messe traditionnelle, la vraie messe catholique, celle qui honore le Christ et les saints évangiles, celle qui fortifie les âmes, et de l’autre côté une messe qui ne ressemble plus à rien et qui, selon la sensibilité personnelle du prêtre, va de près ou de loin avoir l’air d’être une messe traditionnelle en apparence, ou alors être un ersatz de carnaval.

Ce qu’on déduit de cette situation, c’est qu’il n’y aurait peut-être plus de vraies messes catholiques si des hommes de la trempe d’un Monseigneur Lefebvre n’avaient pas résisté de toutes leurs forces de catholiques aux nouveautés destructrices issues du concile Vatican II. Et cette résistance, elle s’est faite sans haine et sans amertume, mais animée par la volonté radicale de rester fidèles au Christ, à son Église et à la sainte messe.

Rester fidèles à ce que nous sommes, résister à la subversion et à la décadence, voilà ce à quoi nous encourage le combat liturgique. Ce sont des valeurs que nous pouvons aisément transposer au combat politique : n’abdiquer sur rien, refuser les compromissions mortifères.

Bonne et sainte période de l’Avent à tous !

Bruno Hirout - Secrétaire général du Parti de la France

Voir les commentaires

Retrouvez le Parti de la France sur Odysee

29 Novembre 2020, 14:10pm

Publié par Thomas Joly

Une bonne alternative à Youtube où règne la censure cosmopolite, retrouvez la chaîne du Parti de la France ici : https://odysee.com/@partidelafrance:5

Voir les commentaires

Un demi-milliard d’euros : le projet pharaonique du Parlement européen !

29 Novembre 2020, 11:20am

Publié par Thomas Joly

Depuis 1958, Strasbourg est le siège du Parlement européen parce qu’il symbolise la réconciliation franco-allemande et la paix en Europe. Pour Strasbourg et sa région, le Parlement, c’est 11.000 emplois indirects et 637 millions d’euros par an.

Pourtant, en 1993, un deuxième Parlement a été (mal) construit à Bruxelles. Les cathédrales durent 1.000 ans, mais ce bâtiment sera prochainement détruit. La démolition a été repoussée après les élections européennes pour éviter tout scandale. La reconstruction coûtera au moins 500 millions d’euros. Le projet prévoit 900 places de députés dans l’hémicycle, soit 200 en trop (est-ce pour les 96 députés turcs ?) et 940 places de bar pour les députés et leurs collaborateurs, contre 1.260 places en salles de réunions. Reçues le 7 janvier 2020, les propositions sont étudiées, en ce moment même, par l’administration du Parlement européen.

Tous les anti-Strasbourg cachent ces dépenses pharaoniques à venir, promettent moins de CO2 (gaz carbonique) et 616 millions d’euros en vendant le Parlement de Strasbourg et en licenciant son personnel. La stratégie inverse de concentrer les activités à Strasbourg n’a jamais été étudiée.

Des économies, on peut en trouver ailleurs : la Cour européenne des comptes a révélé que l’Agence européenne du médicament a un bail de location à hauteur de 465 millions d’euros de loyer à Londres jusqu’en 2039, alors que son siège est désormais à Amsterdam depuis le 1er mars 2019. Rien que pour le Covid-19, la Commission a engagé 775 millions au Maghreb alors qu’il était moins touché que la France.

Ce jeudi, un eurodéputé tchèque a appelé à fermer le Parlement de Strasbourg pour « économiser 114 millions d’euros par an et du CO2 ». Qui va lui rappeler que l’Union européenne est financée par les impôts des Allemands, des Français et des Italiens : 83 milliards d’impôts français depuis 2004 ? Son indécence nous oblige à révéler que la facture de la participation des Tchèques, depuis 2004, au grand cirque de Bruxelles, c’est 31 milliards. Pendant qu’on arrache 23.000 hectares de vignes en France, Bruxelles donne 5 millions chaque année pour améliorer la compétitivité des vins tchèques. La France était à l’équilibre en 1999, nous sommes désormais contributeurs nets de l’Union européenne entre 6 et 9 milliards d’euros. Chaque année et pour l’éternité !

La France paye les violons de Maastricht. C’est pourquoi la France a droit au respect. Elle gardera le Parlement européen à Strasbourg. Éternellement si elle le souhaite.

Virginie Joron - Député européen

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Avec le PdF au pouvoir, la racaille d'extrême-gauche serait mise au pas

29 Novembre 2020, 11:19am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Priorité de Matignon pendant la crise : la « politique de la ville »

28 Novembre 2020, 17:00pm

Publié par Thomas Joly

Jean Castex, en visite dans le Val-d'Oise, a annoncé la mise en œuvre d'un plan d'action « ambitieux » pour ce département sur le modèle de celui lancé pour la Seine-Saint-Denis par son prédécesseur, Édouard Philippe, le 31 octobre 2019.

Plan d'action pour la mise en valeur du patrimoine culturel, religieux et naturel du Val-d'Oise, berceau historique de la France mérovingienne puis capétienne ? Pour l'entretien de l'abbaye de Royaumont, la restauration de la multitude d'églises romanes ou de châteaux du Moyen-âge et de la Renaissance ? Plan de sauvegarde de l'agriculture, des commerces et des services publics dans les zones rurales du 95 ? Plan d'aides aux petites et moyennes entreprises ? Plan d'action pour la sécurité et la tranquillité des braves gens menacés par l'ensauvagement?

Non bien sûr ! Plan d'action globale pour la « rénovation » urbaine, l'aménagement des territoires séparés de la France et l'investissement en faveur des populations venues d'ailleurs. Plan d'action en faveur de « cette belle jeunesse pleine d'avenir » selon les termes employés par la Présidente LR du Conseil départemental saluant l'annonce de Jean Castex.

Rappelons qu'il y a moins d'une semaine, le Premier ministre annonçait par ailleurs un crédit de un milliard supplémentaire pour les banlieues et souvenons-nous qu'en 30 ans la politique de la ville — autrement dit la politique de préférence immigrée — a coûté plus de 100 milliards d'euros aux contribuables.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

« Le gouvernement nous transforme en esclaves par la codification administrative de chacun de nos actes »

28 Novembre 2020, 13:56pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Au diable les ressentiments... Soutenons nos policiers !

28 Novembre 2020, 11:53am

Publié par Thomas Joly

Je comprends parfaitement la rancœur que peuvent parfois éprouver certains de nos amis qui, dans des manifestations — certains en étant hélas restés mutilés a vie — lors d'opérations militantes, ou soudain confronté à la bêtise bureaucratique et au zèle de fonctionnaires butés, ont eu à un moment où un autre maille à partir avec les forces de l'ordre.

Des gardes à vue j'en ai connues. Des manifs agitées, j'en ai vécues. Des collages qui finissaient au commissariat, je ne les ai plus comptées au bout d'un moment. Des coups reçus — y compris aux côtés de Jean-Marie Le Pen comme ce fut le cas en 1983 place du Palais Royal ou le Président eut la main brisée lors d'une charge de gendarmerie mobile, ou à la Préfecture de Nanterre un peu plus tard où les coups de crosses des mousquetons frappaient dur — je ne les ai pas oubliés.

Mais ça, c'est la vie militante.

Pour autant face à la menace gauchiste, face à la barbarie, face à la pègre des cités, face à la racaille qui attend son heure, face à l'islamisme qui étend son aile noire, nous devons soutenir, défendre et encourager nos policiers et nos gendarmes qui, lorsque la droite nationale sera parvenue aux responsabilités, disposeront enfin des moyens matériels, logistiques et légaux qu'ils n'ont pas aujourd'hui, recevront les ordres qui, pour le moment, leur font défaut, seront libérés de la tétanie qui les empêchent d'intervenir comme il le faudrait dans les banlieues ou sur les scènes de pillages, et constitueront ainsi le rempart de l'Etat fort que nous saurons instituer.

Soutien donc à notre police.

Quand on voit qui les attaque et quand on regarde qui les lache, on ne peut évidemment qu'être avec eux.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Le renoncement d'Hervé Ryssen au suicidaire affrontement judiciaire est tout à fait respectable

28 Novembre 2020, 11:33am

Publié par Thomas Joly

Le renoncement d'Hervé Ryssen au suicidaire affrontement judiciaire est tout à fait respectable et raisonnable. Son emprisonnement est un scandale d'État mais il n'y a rien à gagner à foncer droit dans le mur quand les dés sont pipés.

Voir les commentaires

Bientôt une cellule de soutien psychologique pour le groupe parlementaire LREM ?

28 Novembre 2020, 10:52am

Publié par Thomas Joly

Les députés LREM seraient-ils au bord de la crise de nerfs ? Nous n’en sommes manifestement pas loin. De gilets jaunes en coronavirus, marcheuses et marcheurs se sentent de moins en moins écoutés par l’Élysée et de plus en plus confinés à l’Assemblée.

Ceux qui ont la fibre écologiste se sentent floués par les mamours faits aux chasseurs et la perspective d’une éventuelle réindustrialisation du pays. Quant à l’aile libérale de la majorité, elle ne peut que demeurer perplexe devant l’actuelle remise à l’honneur d’un certain colbertisme gouvernemental. De même, les partisans d’une immigration sans frontières sont gênés aux entournures par le tour de vis annoncé en matière de droit d’asile, alors que les adeptes de la méthode forte jugent que les annonces en la matière demeurent bien floues.

Avec la loi de « sécurité globale », le trouble atteint des sommets. Citée par Le Point de ce 27 novembre, une députée macroniste reconnaît : « Je crains l’utilisation de cette loi par un régime autoritaire à l’avenir, j’ai du mal à être favorable à ce texte. » Le problème, c’est que le texte en question est, justement, le fruit des réflexions du groupe LREM, même si aussi initié par la place Beauvau.

D’où un autre problème consistant en la perpétuelle agitation du ministre de l’Intérieur, toujours selon les mêmes sources. À en croire un proche d’Emmanuel Macron, « ce qui a énervé les députés, c’est la libre interprétation de Gérald Darmanin sur le texte, et particulièrement de l’article 24 [celui relatif au floutage des visages des policiers, NDLR]. » Ainsi s’agirait-il d’une promesse faite par ce dernier aux syndicats de police, mais dont il n’était pas, à l’origine, fait mention dans ce texte législatif.

Malgré son jeune âge, Gérald Darmanin est un vieux renard et ce n’est pas pour rien qu’il a fait ses classes avec un autre reître en politique, Nicolas Sarkozy ; lequel avait, d’ailleurs, été à bonne école avec Jacques Chirac, son premier mentor. Bref, une fois de plus, les pimpants élus macronistes découvrent la cruauté du monde politicien. Et l’un d’eux de faire mine de réinventer la roue en s’étonnant : « Darmanin travaille pour son propre public, pas pour l’intérêt général ni Emmanuel Macron et encore moins LREM. » Un homme politique qui jouerait perso ? Ça serait du jamais-vu.

Mais, au fait, Gérald Darmanin travaille-t-il véritablement pour Gérald Darmanin ? Il est permis d’en douter, sachant qu’il s’est précipité pour saisir l’IGPN, la police des polices, dans l’affaire de l’évacuation des immigrés clandestins de la place de la République, à Paris ; ce que son « public » n’a dû que modérément apprécier. Pour tout arranger, alors que la loi de « sécurité globale » est au cœur de la tourmente, c’est maintenant le Premier ministre Jean Castex qui se mêle de la partie en proposant la nomination d’une commission indépendante chargée d’en réécrire le fameux article 24…

Que les jeunes pousses du parti présidentiel soient des amateurs, la cause est entendue. Que l’exemple puisse également venir de haut l’est tout autant. Ainsi, Rémy Buisine, journaliste du site Brut, très en pointe dans les luttes sociétales, et lui aussi bousculé par les forces de l’ordre lors de cette évacuation, aurait été discrètement et personnellement reçu à l’Élysée par Emmanuel Macron. Voilà qui ne devrait pas aider à clarifier la situation.

Une chance, pour le gouvernement, que Christophe Castaner soit chargé, en tant que président du groupe parlementaire LREM, de remettre un peu d’ordre dans des troupes déjà bien malmenées. Il est vrai que, dans le registre de l’apaisement et de la cellule de soutien psychologique, l’homme ne manque pas de lettres de noblesse.

En d’autres mots, le navire tangue. Avant de couler ?

Nicolas Gauthier

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

« Les policiers lâchés et sanctionnés par nos gouvernants dès qu'ils bousculent un allogène »

27 Novembre 2020, 06:51am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Affolé, Biden menace les juges américains

27 Novembre 2020, 06:34am

Publié par Thomas Joly

Et si, finalement, Trump l’emportait ? Le camp Biden commence à vaciller et laisse planer le spectre du chaos, en cas de basculement de l’élection.

Preuve que la fraude est bien là et que le tricheur devient fébrile.

Et surtout, preuve que le basculement est très possible !

Les médias ne savent que rabâcher, tels des perroquets hystériques : « pas de preuves »,  « pas de preuves » !

La vérité est que la fraude est tellement colossale que plus personne, à part Biden, n’ose encore affirmer que ce n’est qu’un pur fantasme de la Maison Blanche. Et c’est bien ce qui va perdre Biden : l’ampleur démentielle de la triche, à des niveaux jamais vus, impossible à cacher, preuve indéniable d’une machination parfaitement orchestrée au plus haut niveau.

La bataille judiciaire se poursuit donc dans les 6 États-clés, y compris l’Arizona, avec un Donald Trump très loin de capituler, malgré les dires de la presse occidentale qui instrumentalise tout évènement anecdotique, pour « prouver » que le milliardaire accepte enfin la défaite.

Biden devient d’ailleurs menaçant, signe qu’il n’est pas tranquille.

Tandis que Trump, loin de désarmer, appelle ses partisans à inverser le résultat du scrutin frauduleux : « Nous devons inverser cette élection”, a-t-il déclaré hier. “Les démocrates ont triché. Ça a été un scrutin frauduleux. »

Biden, de son côté, annonce le 25 novembre, lors de son discours de Thanksgiving, que les Américains n’accepteraient pas que les résultats de l’élection du 3 novembre ne soient pas respectés.

C’est le tricheur qui voudrait se poser maintenant en victime ! « Moi ou le chaos », en quelque sorte !

Autrement dit, il faudrait entériner la fraude, accepter l’inacceptable et laisser un tricheur accéder à la Maison Blanche, pour éviter des émeutes.

Ce qui reviendrait à reconnaître devant le monde entier que les États-Unis sont un État mafieux, capable de trahir le peuple et de truquer une élection majeure en toute impunité. Il ose tout !

Espérons que les juges fédéraux et la Cour suprême mettront un point d’honneur à ne pas reculer et à faire triompher la vérité et la justice, face aux ennemis de la démocratie, capables du pire pour voler sa victoire à Trump.  

« Je pense que cette sombre saison de divisions et de diabolisation va céder la place à une année de lumière et d’unité », a lancé le Démocrate dans une allocution depuis sa ville de Wilmington, dans le Delaware.

« Nous avons des élections libres et justes », ose déclarer Biden.

 Notre démocratie a été mise à l’épreuve cette année. Et voilà ce que nous avons appris : le peuple de cette nation a été à la hauteur , a-t-il estimé.

« En Amérique, nous avons des élections libres et justes, et nous en respectons les résultats. Les habitants et les lois de ce pays n’accepteront pas autre chose », a-t-il prévenu.

La menace est claire. Pas question d’accepter un renversement de la situation, pas question d’accepter une décision de la Cour suprême favorable à Trump, pas question de rendre justice au peuple américain.

Pour le leader démocrate, qui n’a cessé de faire pression sur l’opinion en se déclarant vainqueur prématurément, mettant ainsi le monde entier devant le fait accompli, dans l’espoir d’intimider les juges, il faudrait entériner la fraude pour éviter le chaos !

Et pour faire passer la pilule, Biden promet de tendre la main au camp adverse. Le tricheur veut jouer les grands seigneurs !

« Vous voulez des solutions, pas des cris. De la raison, pas de l’hyper-sectarisme. De la lumière, pas des flammes », a-t-il martelé.

« Vous voulez que nous nous écoutions les uns les autres à nouveau, que nous nous regardions les uns les autres à nouveau, que nous nous respections les uns les autres à nouveau. Vous voulez que nous travaillions ensemble, Démocrates, Républicains, et Indépendants », a ajouté Biden, qui a promis de tendre la main au camp adverse malgré les divisions sans précédent qui traversent la classe politique américaine.

C’est renversant !

Nous avons assisté à la plus grande escroquerie électorale de tous les temps, et c’est le tricheur qui ose parler de réconciliation, après avoir volé sa victoire au peuple américain !

Même en Afrique, on ne voit pas pareille trahison et pareil mépris du peuple !

Jacques Guillemain

Source : https://ripostelaique.com/affole-biden-menace-les-juges-americains.html

Voir les commentaires

Migrants : une minorité de gauchistes manipule l'opinion

27 Novembre 2020, 06:19am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Indignations anti-françaises

27 Novembre 2020, 06:15am

Publié par Thomas Joly

Les espèces de sous-merdes qui se plaignent de l’évacuation de la pouillerie du tiers-monde par les forces de l’ordre, on entendait moins leurs grandes gueules quand c’était NOTRE peuple qui se faisait défigurer par la police dans l’impunité la plus totale.

Même dans leurs indignations, ces enfoirés appliquent la préférence étrangère.

Par leur comportement dégueulasse et anti-français ils légitiment (si besoin était) la position des nationalistes. Nous vaincrons !

Bruno Hirout - Secrétaire général du Parti de la France

Voir les commentaires

Castex à l’index

27 Novembre 2020, 06:00am

Publié par Thomas Joly

Après l’annonce, par Jean Castex, des mesures qui vont nous être encore imposées, le mensonge et l’absurdité, enfants monstrueux du « en même temps macronien », sont plus que jamais exposés à la vue de tous.

Et même des évêques. Dès l’annonce, mardi, de la limitation à 30 personnes pour l’assistance à la messe, annonce confirmée par Jean Castex ce jeudi malgré une tentative maladroite et fourbe d’Emmanuel Macron de « rattraper le coup » avec Mgr de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, mardi soir, les catholiques se sont levés comme un seul homme – une fois n’est pas coutume. Même Mgr Aupetit, qui n’avait pas de mots assez durs pour fustiger celles de ses ouailles qui voulaient battre le parvis pour demander le rétablissement des messes publiques – son funeste « petit business » restera sans doute longtemps dans les mémoires -, s’emporte au micro de Radio Notre Dame : « Jusqu’à présent, nous avons été extrêmement loyaux envers les autorités légitimes comme saint Pierre et saint Paul nous le demandent, mais quand on va trop loin, et qu’on touche à notre conscience et à notre bon sens, cela ne va pas passer du tout. » Des mots qui, soit dit en passant, auraient été d’actualité dès le début du confinement.

Au-delà du fait que, par cette humiliation, Macron a réussi ce tour de force de rassembler à nouveau les catholiques qui, la semaine dernière, s’écharpaient sur la question des manifestations pour la messe, on espère vivement que les évêques comprennent enfin que le « dialogue » avec « les autorités légitimes » du moment n’est qu’illusion, mensonge, tromperie. Et que la légitimité des évêques dans la société française ne vient pas de leur capacité à dialoguer avec les pouvoirs publics : ils ne sont leurs interlocuteurs que parce qu’ils sont nos évêques, nos pasteurs.

Cette énième humiliation de la frange la plus policée, la plus civilisée de la société française aura de lourdes conséquences, prévient, dans les colonnes du Figaro, Maître Henri de Beauregard : elle signe, en effet, « une rupture de la confiance entre les catholiques et l’État. Cette rupture risque bien d’être irréversible. » Tandis que, sur le front des libertés publiques, elle annonce des heures bien sombres. « Le gouvernement multiplie les atteintes à d’autres piliers de la vie démocratique : liberté de réunion, confiance dans la parole publique, sentiment de faire nation. Au plan juridique, on installe des jurisprudences très préoccupantes. Avec des interdictions ineptes ou intenables, on installe l’idée d’une légitime désobéissance. »

Mensonges – Jean Castex affirmait, ce jeudi matin, que les messes étaient des clusters, alors que le contraire a été prouvé – et absurdité, fruits tout ensemble de la malveillance et de l’incompétence.

Car comment expliquer autrement cette perle paroxystique du « en même temps macronien » : les stations de ski seront ouvertes pendant les vacances de Noël, mais pas les remontées mécaniques. Le Gorafi n’a plus qu’à mettre la clé sous la porte ! Même son de cloche chez Alexandre Maulin, président des domaines skiables de France, que chez les évêques : « On s’est foutu de nous, on s’est fait avoir », dit-il au Dauphiné. Il est, par ailleurs, intéressant de savoir que l’Allemagne ferme aussi ses stations de ski pour les vacances de Noël, mais qu’Angela Merkel a dit essayer par tous les moyens de demander que cette mesure soit étendue à l’ensemble de l’Union européenne pour éviter une concurrence déloyale : en effet, c’est en Pologne, en Autriche et en Suisse que l’on pourra skier à Noël. La décision d’Emmanuel Macron relève-t-elle réellement d’une « stratégie » sanitaire ou est-ce la conséquence de la pression allemande ?

Machiavel au petit pied, Emmanuel Macron réalise-t-il qu’en agissant ainsi, il creuse toujours plus violemment la fracture entre le peuple et toutes ses composantes, d’une part, et l’élite dont son gouvernement est aujourd’hui la caricature ?

Marie d'Armagnac

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

« Macron obsédé par le Grand Remplacement ? Ses actes démontrent le contraire ! »

26 Novembre 2020, 06:48am

Publié par Thomas Joly

« Macron obsédé par le Grand Remplacement ? Ses actes démontrent le contraire ! »

Voir les commentaires