Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Victime d'attouchements, elle tire le signal d'alarme dans le RER et se fait insulter

15 Mai 2017, 06:34am

Publié par Thomas Joly

Agressée sexuellement par un passager, une jeune femme affirme avoir été insultée par le conducteur et poussée hors du train par un voyageur pressé.

Il était 20h30 quand une jeune femme de 21 ans monte dans la ligne J, aux Mureaux, en région parisienne. Pendant le trajet, un jeune homme de 15 ans commence à lui toucher les fesses, rapporte Le Parisien. Pensant qu'il s'agit d'un geste involontaire, elle ne réagit pas immédiatement. Mais le jeune homme réitère son geste. Cette fois-ci de façon plus appuyée, laissant peu de doutes sur ses intentions.

Au moment où l'adolescent s'apprête à descendre, elle le retient et prévient la police. Des agents de médiation interviennent. Il s'excuse. L'incident est clos pour eux. Sauf qu'une main aux fesses c'est bien une agression sexuelle. Et une agression sexuelle est passible de cinq ans de prison et de 75.000 euros d'amende, selon l'article 222-27 du Code pénal. 

La passagère qui souhaite porter plainte ne comprend pas la réaction des agents de médiation. Pour empêcher le train de repartir et attendre la police avec son agresseur présumé, elle tire la sonnette d'alarme.  Là, le conducteur du train intervient à son tour et s'en prend à elle. Puis un autre passager la pousse hors de la rame, pressé de repartir.

Une fois sur place, les policiers interpellent l'agresseur présumé. Mais là encore les difficultés continuent. Les agents de médiation tentent de s'interposer entre le suspect et les forces de l'ordre. L’adolescent est finalement placé en garde à vue à l’hôtel de Police de Mantes-la-Jolie, où se rend également sa victime présumée.

Contactée par Le Parisien, la SNCF confirme l’incident en gare de Mantes-la-Jolie. "Il s’est effectivement passé quelque chose, mais nous en avons différentes versions", indique un porte-parole de l’entreprise, précisant qu’"une enquête interne est en cours".

Selon une étude du Haut conseil à l'égalité entre les hommes et les femmes, 100% des femmes en ont déjà été agressées ou harcelées au moins une fois dans les transports en commun.

Source : http://www.bfmtv.com

Voir les commentaires

Compte-rendu du Conseil national du Parti de la France du 13/05/17

14 Mai 2017, 09:25am

Publié par Thomas Joly

Compte-rendu du Conseil national du Parti de la France du 13/05/17
Compte-rendu du Conseil national du Parti de la France du 13/05/17
Compte-rendu du Conseil national du Parti de la France du 13/05/17
Compte-rendu du Conseil national du Parti de la France du 13/05/17
Compte-rendu du Conseil national du Parti de la France du 13/05/17
Compte-rendu du Conseil national du Parti de la France du 13/05/17
Compte-rendu du Conseil national du Parti de la France du 13/05/17
Compte-rendu du Conseil national du Parti de la France du 13/05/17
Compte-rendu du Conseil national du Parti de la France du 13/05/17
Compte-rendu du Conseil national du Parti de la France du 13/05/17

Le Parti de la France, dirigé par Carl Lang, tenait ce samedi à Paris son Conseil national. Plus de 150 responsables nationaux et locaux ont assistés à cette réunion au cours de laquelle a été annoncée l'entente entre le PdF, les Comités Jeanne et Civitas pour les législatives du mois de juin. Ainsi, plus de 130 candidats représenteront la Droite nationale à ces élections.

Compte tenu du positionnement hasardeux adopté ces dernières années par le néo FN et vu l'échec de la campagne "dé-diabolisée" de sa candidate à la Présidentielle, le Parti de la France et ses alliés entendent s'imposer comme étant dorénavant la seule alternative nationale crédible au pouvoir mondialiste de Macron.

Notons les interventions de Roger Holeindre, Christian et Myriam Baeckeroot, Jean-François Touzé, Dominique Slabolepszy, responsables du Parti, Thomas Joly, son Secrétaire général qui sera dimanche prochain à Nieppe (près de Lille) pour la 5e Journée régionale de Synthèse nationale.

Jean-Marie Le Pen, Président d'honneur du Front national, est venu dans la matinée a prononcé un discours sur la situation générale du pays et apporter son soutien aux candidats patriotes. Carl Lang a conclue, en fin d'après-midi, ce Conseil national par un exposé à la fois politique et militant.

Parmi les invités à cette réunion, il y avait Alain Escada, Président de Civitas, Alexandre Cabriac, candidat de ce mouvement à Grenoble, Lorrain de Saint Affrique, Secrétaire général des Comités Jeanne, Thierry Bouzard, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale...

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com

Voir les commentaires

Dimanche 14 mai à Paris, le Parti de la France honorera Jeanne d'Arc avec Civitas

12 Mai 2017, 17:53pm

Publié par Thomas Joly

Civitas invite l’ensemble des patriotes et des défenseurs de la famille à faire du défilé d’hommage à sainte Jeanne d’Arc, le dimanche 14 mai 2017, un grand rassemblement unitaire pour réaffirmer publiquement nos valeurs non négociables.

Le Parti de la France sera présent comme chaque année.

Rendez-vous à 14h, Place Saint-Augustin.

 

Voir les commentaires

Jean-Paul Delevoye, proche conseiller de Macron : « L’Europe a besoin de 50 millions d’immigrés »

12 Mai 2017, 17:34pm

Publié par Thomas Joly

Le député LR, Jean-Paul Delevoye, en charge de la commission d’investiture des candidats du mouvement La République en Marche a une vision très précise du futur de l’Europe.

Dans un entretien accordé au média La Vie, il assure que l’Europe doit accueillir 50 millions d'extra-européens : « Pour équilibrer sa population active, l’Europe aura besoin, dans les trente ans qui viennent, de 50 millions de travailleurs immigrés. Notre continent est à la fois une terre d’immigration et d’émigration. Nous avons l’obligation politique d’expliquer cela à nos concitoyens. »

Et, paradoxalement, le soutien d’Emmanuel Macron se lamentait des conséquences de cette politique : « Mais derrière la question de l’immigration, je vois se profiler une autre réalité qui inquiète : la lutte des identités, culturelles ou religieuses, est en train de remplacer la lutte des classes. Des frontières identitaires sont en train de se constituer et cela est extrêmement préoccupant, ne serait-ce que pour les minorités. De nouveaux murs sont en train de construire, bien plus sournois et bien plus périlleux que le mur de Berlin. »

Les « minorités » qui deviennent, déjà, des majorités dans un nombre croissant de quartiers, voire de villes, comme à Roubaix.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Près de mille agressions de médecins en 2016 dans les banlieues afro-musulmanes

12 Mai 2017, 17:22pm

Publié par Thomas Joly

Mardi 2 mai, en fin de matinée, le docteur Pierre Goidin, exerçant à Dunkerque, quitte son cabinet après une matinée de consultations. À la sortie de son lieu de travail, il est pris à partie par des « jeunes désœuvrés » qui squattent régulièrement cet endroit. Ce groupe se retrouve pour fumer et faire hurler leurs radios devant l’immeuble ou face à celui-ci dans un petit square. Leur passe-temps favoris : haranguer les passants.

« Ils sont là en permanence, à faire du tapage, mettant la musique à fond », se plaint le médecin à La Voix du Nord.

Mais ce jour-là, la tension monte d’un cran, le généraliste est frappé, il reçoit un violent coup de pied qui lui occasionne une fracture du plateau tibial, juste en dessous du genou. Après cette attaque, les trois agresseurs s’enfuient en courant. Le médecin se fait soigner puis dépose plainte.

Les trois mêmes individus, dans l’après-midi, reviennent dans le quartier mais, cette fois, ils changent de victime et s’en prennent à un kinésithérapeute. Ils font irruption dans son bureau et le projettent violemment en arrière avant, de nouveau, de prendre la fuite. Le kiné signale immédiatement par courrier les faits au procureur de Dunkerque. Résultat néant. Lorsque Pierre Goidin reprend son travail, avec des béquilles, ses agresseurs sont toujours là, c’est ce qu’il explique dans le journal nordiste : « Ils étaient là mercredi, jeudi et vendredi, toujours menaçants, insultants […] J’étais en consultation quand ils mettaient des coups de pied dans la porte du cabinet, en vociférant. Mon patient était terrorisé. C’est une situation insupportable. »

Vendredi, dans la soirée, le toubib est de nouveau agressé physiquement mais, cette fois, la police intervient.

Elle interpelle les trois adolescents, âgés de 13, 14 et 15 ans, et les place en garde à vue pour violences en réunion. C’est maintenant à la justice des mineurs de statuer, mais Pierre Goidin croit savoir qu’ils ont été remis en liberté à l’issue des gardes à vue. Depuis, il vit dans la crainte des représailles.

« Je reviens au travail la boule au ventre. C’est une angoisse permanente. J’ai déposé plainte à deux reprises. Je n’ai aucune nouvelle des suites de la procédure. Mes patients ont peur, ma remplaçante ne veut plus venir. »

Il confiait au quotidien ne plus savoir quoi faire : « Le plus délicat, c’est le soir, quand je termine mes consultations, entre 21h et 21h30. Je m’attends forcément à ce qu’ils reviennent Et là, qu’est-ce qui va se passer ? »

Voilà une histoire banale comme il en survient de nombreuses fois à proximité de quartiers chauds de notre belle France. Vous pensez, il suffirait de trois claques et l’affaire serait réglée. Hélas, vous avez tout faux car, avec une telle action, ce serait le médecin qui se trouverait en garde à vue. Et puis, imaginez l’attitude des grands frères devant cette offense. Là, pour le coup, on l’empêcherait d’exercer en saccageant son cabinet, voire en le blessant grièvement.

Dans un reportage du journal de TF1 sur ce sujet, l’Observatoire pour la sécurité des médecins a annoncé 968 agressions en 2016. Alors, que faire ?

La Confédération des syndicats médicaux a la réponse à ces phénomènes récurrents : aide à la vidéosurveillance, création d’un numéro poste agression et statut de professionnel protégé. Comme on le voit, le but n’est pas de s’attaquer frontalement aux délinquants en exigeant une police plus prompte et une justice plus sévère, mais de mettre la tête dans le sable et de ne pas regarder en face la criminalité.

Moralité : sans sanction efficace, nous aurons de moins en moins de médecins dans les banlieues à risques !

J-P Fabre Bernadac

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Marseille envahie : pour lui voler sa montre, Samir tue un étudiant en l’égorgeant à coups de tesson de bouteille

11 Mai 2017, 20:15pm

Publié par Thomas Joly

Il a avoué avoir égorgé avec un tesson de bouteille un étudiant de 21 ans, une nuit d’août 2013, en pleine rue à Marseille, pour lui voler sa montre: Samir Dardouri, un voleur récidiviste aux centaines d’alias, comparaît vendredi devant les assises des Bouches-du-Rhône.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Destination « Terre inconnue » : bon voyage en Macronésie !

11 Mai 2017, 18:26pm

Publié par Thomas Joly

Vous connaissez peut-être la Micronésie, cette fédération d’iles de l’océan Pacifique ou la Macaronésie qui regroupe géographiquement Madère, les Açores, les iles du Cap-Vert et les Canaries. Désormais, il faudra y ajouter dans votre atlas politique la « Macronésie », rimant d’ailleurs avec « frénésie », tant les admirateurs du jeune éphèbe leader d'« En Marche » sont électrisés.

Le candidat du vide, surtout celui des milieux d’affaires mondialistes

Ainsi, Emmanuel Macron, chouchou des médias, candidat préféré du MEDEF et des Européistes, favori des « bobos », des jeunes boutonneux et autres écolos des beaux quartiers, a gagné dès sa première joute électorale le sommet du cocotier. Reconnaissons-lui au passage, objectivement, un talent certain qui lui a permis, indépendamment des coups de pouce en provenance du système, de ringardiser les vieux canassons du sérail politique. Son programme est creux et le peu que l’on en sait nous donne déjà de l’urticaire : immigration, sécurité, à gauche toute ! Et, en ce qui concerne la réforme du code du travail – épais comme un dictionnaire – ou celle des régimes spéciaux de retraite, on lui souhaite bien du plaisir avec les gréviculteurs de la CGT, de FO, et autre CFDT. Au niveau du commerce mondial et de l’Europe de Bruxelles, en européiste qu’ il est, mondialiste il sera. D’autre part, comment peut-on être Président de la République en insultant la mémoire de la patrie,en l’accusant d’être l’auteur de « crimes contre l’humanité », mettant ainsi la France au niveau des criminels de guerre nazis ou des exterminateurs bolchéviques ? Le jeune Monsieur Macron n’avait sans doute pas les mêmes manuels d’histoire que votre serviteur. Seul indice de satisfaction, sa volonté apparente de modifier la loi électorale et d’introduire une dose de proportionnelle aux élections législatives, permettant ainsi une représentation parlementaire de tous les courants politiques. Examinons maintenant les résultats de cette élection présidentielle hors normes, qui restera dans les annales de l’histoire comme celle des coups tordus et de l’effacement des deux grandes forces politiques qui structuraient, jusque-là, la vie politique française.

Comme en 1942, un sabordage de la « Marine nationale » ?

Une première constatation, évidente, la majorité des électeurs ne veut toujours pas du leader de «  la France insoumise » pas plus que de la présidente du Front national comme Chef de l’Etat, en dépit de leurs bons scores respectifs. L’élimination, dès le premier tour , de François Fillon est la conséquence immédiate de ce que les médias ont appelé le « Pénélopegate ». Quant au Parti socialiste, grand gagnant de 2012, il passe cette année à la trappe, sinon aux oubliettes…Toutefois, relativisons un peu la victoire d’Emmanuel Macron. Au premier tour, il ne captait, en gros, qu’un électeur sur quatre s’étant prononcé. C’est dire si les trois quarts n’en voulaient pas. Au second tour, il l’emporte par 66,1 % des suffrages exprimés ne représentant « que » 43,62 % des inscrits. A noter le très grand nombre de bulletins blancs et nuls ou d’abstentions, soit un tiers du corps électoral avec presque 34 % de votants potentiels. Et si l’on additionne les abstentionnistes, les « blancs ou nuls » aux résultats de Marine Le Pen – 10 644 118 voix – on obtient un pourcentage de 56,37 %, c’est-à-dire plus d’un Français sur deux rejetant l’ancien ministre de l’économie. Combien se sont ralliés au candidat « d’En Marche » par crainte ou rejet de Marine Le Pen ? Cette dernière, après une bonne campagne de premier tour avec, toutefois, une absence de programme économique crédible, s’est littéralement suicidée lors du débat télévisé de l’entre deux tours, faisant apparaitre en creux un Macron ayant la stature d’un présidentiable. Un comble, quel gâchis pour elle, mais ce n’est pas notre souci ! L’heure des règlements de compte a-t-elle sonné au sein d’un Front national attrape-tout, une «  auberge espagnole » qui devra bien clarifier, un jour, sa ligne politique ? Le départ de la nièce annonce-t-il une accentuation de la « ligne Philippot » qui, en tout état de cause, a fait perdre les élections à ce parti en dépit de sa progression en termes de voix ? Ce n’est plus notre problème ; ce mouvement, aux ambitions gouvernementales hors de portée, flotte dans des habits trop grands pour lui, avec pas mal d’élus pour peu de militants présents sur le terrain… « Caramba », une « armée mexicaine » en quelque sorte : beaucoup de « chefs » et peu de soldats !

Le nouveau Président sera-t-il « le Pierre Laval d’Angéla Merkel ? »

La précipitation avec laquelle les nouveaux Présidents français, à peine élus, se rendent à Berlin, doit-elle être interprétée comme un acte de soumission, le vassal rendant hommage à son suzerain en quelque sorte, ou est-ce une simple visite de courtoisie d’un ami chez son voisin ? L’Allemagne pèse plus que la France économiquement, comme elle pesait hier de tout son poids militaire pendant les tragiques et funestes années quarante. La chancelière allemande ouvre délibérément son pays à l’invasion migratoire, prétextant la faible démographie de la RFA .Des bras étrangers pour l’industrie en lieu et place d’une énergique politique familiale ? On peut redouter la même propension chez le nouveau « R »ésident français du Faubourg Saint-Honoré et son alignement sur les positions les plus fédéralistes, alors qu’il faudrait redonner de l’air aux nations européennes, respecter le principe de subsidiarité, condamner une idéologie libérale-libertaire, immigrationniste, libre-échangiste, pour tout dire « mondialiste ».

L’explosion des vieux partis

En attendant la suite des évènements, redoutant comme tout Gaulois qui se respecte que « le ciel ne nous tombe sur la tête », ne goûtons pas notre plaisir devant la recomposition accélérée du paysage politique français. A peine battu, Fillon demandait de voter en faveur de celui que, 24 heures auparavant, il qualifiait « d’Emmanuel Hollande » ! Estrosi esquisse des pas de danse du ventre, tandis que « Bruno, c’est le renouveau » - vous savez, le député de l’Eure - est prêt à faire don de sa personne à la France…Mais le spectacle le plus truculent de ces reptations vers le nouveau maître, est celui offert par l’ancien Premier ministre qui s’humilie à quémander l’investiture « d’En Marche » pour sauver son gagne-pain de député dans la circonscription d’Evry, s’exposant ainsi à une exclusion de ce qui reste du Parti socialiste ! On sait dans le monde des affaires, que pour les vautours et prédateurs de la finance, «  tout homme a un prix » mais, dans le monde politique, mon Dieu que les hommes sont petits devant les pots de miel ! Les élections législatives qui se profilent permettront-elles de dégager une majorité absolue pour le nouveau Président ? Ou le spectre politique sera-t-il élargi, recomposé selon des axes nouveaux, faisant de la traditionnelle division droite molle/gauche sectaire, un accessoire obsolète du monde politique ?

En tout cas, là où des candidats du Parti de la France, de Civitas ou des Comités Jeanne seront présents, l’électeur patriote pourra accomplir son devoir.

Jean-Claude Rolinat

Voir les commentaires

Marion Maréchal-Le Pen tire sa révérence

11 Mai 2017, 06:34am

Publié par Thomas Joly

On disait autrefois, à propos des gens athées, qu’ils ne croyaient ni à Dieu ni à diable. Eh bien, au PS, on ne croit pas beaucoup à Dieu (enfin, autant que je puisse en juger), mais on croit à diable. La députée des Hautes-Alpes Karine Berger a évoqué en effet, mardi soir, sur CNews, le « calcul démoniaque » (n’ayons pas peur des mots) de Marion Maréchal-Le Pen. Si on avait trouvé cet adjectif dans la bouche de Christine Boutin, toute la presse réunie se serait esclaffée devant tant d’obscurantisme outrancier mais, la dame étant socialiste, l’analyse semble somme toute assez nuancée et pondérée.

Que penserait donc par-devers elle – selon Karine Berger – la diabolique Marion Maréchal ? « Si le bipartisme, comme certains le rêvent, populiste, s’installe en France, j’ai ma carte à jouer dans cinq ans. » On a compris l’idée, Karine Berger n’est pas du genre à s’en laisser conter : Marion Maréchal-Le Pen fait ciao de la main, mais en réalité court se tapir derrière le fourré, pour attendre accroupie, les dents aiguisées luisant dans l’ombre, son heure pendant cinq ans.

Parce que nul ne veut croire qu’elle puisse être désintéressée. Parce que l’une des raisons par elle invoquées, en particulier, paraît improbable à notre monde aux valeurs inversées. Aurore Bergé (avec un « é », cette fois ; ne pas confondre les deux donzelles) a d’ailleurs fait remarquer sur Twitter qu’il était malséant de mettre cette explication en exergue au motif qu’il s’agirait d’un « argument sexiste » : une jeune femme serait prête à renoncer à la popularité, la visibilité, les responsabilités, les ors du palais Bourbon pour regarder grandir son bébé, quand d’autres s’empoignent comme des chiffonniers pour garder un quart de siège à l’Assemblée ? Un enfant aurait tellement de prix que sa mère jugerait que le sacrifice se justifie ?

Les militants de son camp peuvent se sentir lâchés, les sympathisants attristés, les analystes supputer qu’elle gâche de grandes occasions, certains de sa famille la taxer de légèreté, d’autres encore trouver qu’elle aurait pu s’arranger autrement, ses adversaires se moquer, se méfier ou s’en trouver soulagés… tout cela est sans doute vrai, là n’est pas le propos. Mais on ne peut nier qu’elle a tiré sa révérence avec la même élégance décomplexée qu’elle a eue pour toutes choses, faisant souffler un vent de fraîcheur inespéré sur notre pays, qui semble parfois si vieux et asséché : c’est l’amour d’une mère pour son enfant, aujourd’hui, qui fait la une de l’actualité politique.

Gabrielle Cluzel

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Donald Trump vire le patron pro-Clinton du FBI, les gauchistes poussent des cris d'orfraie

10 Mai 2017, 19:53pm

Publié par Thomas Joly

Alors que James Corney, le patron du FBI, avait orchestré les accusations de collusion de Trump et de son staff avec la Russie pendant la campagne électorale, son limogeage justifié fait hurler les Démocrates qui perdent là un allié de poids pour mettre des bâtons dans les roues du Président américain.

"Comey a perdu la confiance de pratiquement tout le monde à Washington, Républicains comme démocrates. Quand les choses se calmeront, ils me remercieront", a répondu Donald Trump à ses détracteurs.

Voir les commentaires

Seine-Saint-Denis islamisée : le gouvernement fait réouvrir la mosquée radicale de Stains

10 Mai 2017, 19:17pm

Publié par Thomas Joly

Le ministère de l’Intérieur a annoncé ce mercredi avoir abrogé l’arrêté ordonnant la fermeture provisoire de la mosquée de Stains, en Seine-Saint-Denis.

Ses portes étaient closes depuis novembre 2016. La mosquée de Stains, en Seine-Saint-Denis, va pouvoir rouvrir. Le ministère de l’Intérieur a abrogé l’arrêté visant à fermer le lieu de culte, considéré jusqu’alors comme un lieu influent de la mouvance salafiste. La mosquée Al Rawda avait notamment été fréquentée par plusieurs jihadistes ou candidats au jihad, dont certains sont soupçonnés d’être les instigateurs des projets terroristes sur le sol français.

Après la confirmation de sa fermeture à deux reprises par des juridictions différentes, le Centre culturel franco-égyptien, l’association en charge de la mosquée de Stains, a pris plusieurs « mesures » pour obtenir la réouverture des lieux, précise la Place Beauvau. A commencer par se séparer de l’imam considéré comme radical qui officiait, Hatem Rounzo. « D’après diverses notes des services de renseignement, il incitait au djihad ‘en aparté’, ou appelait à faire des ‘douas’ (invocations) pour les ‘frères syriens’, considérés comme des allusions aux combattants de l’EI (l’Etat islamique, soit Daesh, NDLR) », détaille Le Monde.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Samedi 13 mai : Conseil national élargi du Parti de la France

10 Mai 2017, 06:37am

Publié par Thomas Joly

Le Conseil national du Parti de la France, qui se déroulera samedi 13 mai à Paris, est ouvert aux candidats, suppléants et mandataires financiers du PdF aux élections législatives de juin 2017. Informations et réservations : 06 38 73 25 61

Jean-Marie Le Pen sera présent lors de nos travaux et interviendra en fin de mâtinée.

Voir les commentaires

Qui à Matignon ? Le casting a déjà commencé !

10 Mai 2017, 06:32am

Publié par Thomas Joly

Emmanuel Macron et son projet Matignon. Comment faire du neuf avec de l’ancien, sachant que tel que déjà écrit ici, ses puissants sponsors l’ont mandaté pour mettre sur pied une coalition de type allemand – centre gauche et centre droit, CDU et SPD –, sans que cela ne se voie trop ?

Bref, le grand chambardement dans la continuité, s’agissant de mettre en œuvre ce qu’un Alain Juppé, avant lui, avait naguère conceptualisé. Pas facile, l’affaire devant être bouclée avant ce lundi prochain. Les possibles prétendants, trop connus ou pas assez, sont aussi souvent trop vieux pour être assez jeunes et vice versa.

Emmanuel Macron laisse pourtant entendre : « J’ai plusieurs profils en tête, dont un profil masculin et un profil féminin. » Ce sera donc un homme ou une femme, mais qui devra avoir ceci de commun d’être une sorte de transgenre politique. Petit détail qui a toute son importance, « ce ne sera pas un collaborateur, ni le porteur d’un agenda personnel ». Ce qui signifie qu’Emmanuel Macron ne veut pas d’un autre éventuel Emmanuel Macron, que ce soit à Matignon ou dans son gouvernement.

Et le même de nous faire savoir : « Ce sera quelqu’un qui aura une expérience dans le champ politique, les compétences pour diriger une majorité parlementaire et les compétences pour animer un collectif gouvernemental qui sera profondément renouvelé. » Si l’on résume, quelqu’un de pas trop jeune, une fois de plus, mais pas trop vieux non plus. Avec une solide expérience de la politique politicienne, mais sans excès. Un homme – ou une femme, donc – d’expérience, mais qui aurait tout à apprendre, qui saurait sans savoir, qui saurait ménager la chèvre et le chou, qui serait de gauche tout en étant de droite. Soit une prostipute qui aurait su conserver sa virginité, ou une rosière susceptible d’arguer d’un sacré paquet d’heures de vol dans la culotte. Nous voilà bien avancés.

Après, les noms défilent déjà, tel qu’il se doit, entre les authentiques présélectionnés du casting et les autres qui s’y voient déjà alors que rien ne leur a été demandé. Et sont, dès lors, inscrits sur le carnet de bal :

Édouard Philippe, député-maire du Havre, ancien socialiste passé chez Les Républicains, tendance Alain Juppé tout en se réclamant de Michel Rocard.

Bien de sa personne, malgré un look assez Village People, et parfait inconnu du grand public.

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense et poids lourd du précédent gouvernement. Élu sans discontinuer depuis 1978. Dans le genre renouveau, on a vu mieux.

François Bayrou, qu’on ne présente plus, mais dont la cote en matière de fidélité politique n’est pas exactement au top. Lui, au moins, est connu de tous, et c’est peut-être bien ce que certains lui reprochent.

Jean-Louis Borloo, qu’on ne présente plus non plus, éternel vieux jeune homme à la mine toujours un peu chiffonnée. Il est prétendu que le courant passe mal entre les deux hommes, mais quelle idée, aussi, de lui mettre plus de glace que de whisky dans son verre…

Richard Ferrand, secrétaire général d’En Marche !, élu socialiste en 2012, il a été le rapporteur de la loi Macron à l’Assemblée et entretient les meilleures relations avec Renaud Dutreil, ancien ministre sarkozyste et fondateur du club La droite avec Macron. L’un des plus plausibles, malgré un indéniable charisme d’huître pas tout à fait fraîche.

Gérard Collomb, le maire de Lyon, rallié de la première heure mais qui, à bientôt soixante-dix balais, n’a plus rien du perdreau de l’année.

Anne-Marie Idrac, proche de François Bayrou. Une femme, évidemment, ancien secrétaire d’État aux Transports dans le premier gouvernement chiraquien de 1995, mais un visage présentant l’insigne inconvénient d’être trop connu sans avoir jamais été célèbre.

Sylvie Goulard, encore une proche de François Bayrou. Même punition, même motif, quoiqu’en pire, sachant qu’elle n’a jamais été ni connue ni encore moins célèbre. Pour couronner le tout, elle a largement passé l’âge de se faire passer pour une jeune pousse.

Après, demeure toujours une possibilité jusque-là négligée. Le soir de son discours, place du Louvre, le 7 mai dernier, rappelez-vous le gros plein de soupe scotché derrière le tout nouveau Président en ce touchant cliché de famille nombreuse. Si, si, celui qui avait trouvé malin de se présenter à la cérémonie avec un tee-shirt de camionneur et une casquette de baseball, sorte de sosie quasi officiel du cinéaste américain Michael Moore. Eh oui, pourquoi pas lui ? Dans cette jolie foire d’empoigne qui s’annonce, nul doute qu’il présente une belle tête de vainqueur.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Bruno Hirout : « Refuser l'infantilisme et le défaitisme »

10 Mai 2017, 06:22am

Publié par Thomas Joly

Depuis le résultat de l'élection présidentielle, et pour certains depuis le débat de la semaine dernière, les réseaux sociaux ont largement été utilisés par des militants de la cause nationale pour répandre les poisons du désespoir et du défaitisme.

Cette attitude négative est totalement contre-productive pour les idées que nous souhaitons voir appliquées à notre pays.
 
Un peu de décence
 
Tout d'abord, le minimum de décence impose à chaque homme de ne pas se plaindre, et encore moins de se répandre en lamentations lorsqu'il s'exprime, surtout lorsqu'il s'exprime sur les réseaux sociaux, c'est-à-dire lorsqu'il couche ses états d'âmes par écrit, sur un support qui permet à n'importe qui de "partager" l'information.
 
C'était juste une bataille
 
Ensuite, ceux qui ont vu dans le débat ou dans la défaite électorale une catastrophe, un début de la fin ou un cataclysme politique et qui s'en sont répandus sur internet, ont commis un double faute : ils ont potentiellement découragé des Français qui souhaitent s'investir en politique pour aider leur pays, et ils ont montré à nos ennemis de quoi les réjouir et éventuellement se foutre de notre gueule.
 
Chaque bataille n'est qu'une bataille, et chialer après une défaite est une attitude puérile et stérile.
 
C'était juste une élection
 
C'est peut-être le plus important, tout ce cirque qui a monopolisé les chaînes d"information continue pendant plusieurs mois, n'était qu'une élection. Une parmi d'autres, et surtout, l'élection n'est qu'un événement parmi d'autres. Qu'est-ce qu'une élection par rapport à la naissance d'un enfant blanc ? Qu'est-ce qu'une élection par rapport à l'arrivée dans le clan d'un militant qui croyait être le seul nationaliste dans sa ville ? Qu'est-ce qu'une élection par rapport à la puissance du rosaire ? Rien du tout !
 
Notre combat est total
 
Notre combat ne peut pas se résumer à la performance d'une patriote laïcarde à la télévision, ni aux turpitudes isoloiriennes d'une masse d'électeurs sous-informés et sous-formés.
 
Notre combat est familial, ethnique, démographique, culturel, religieux, civilisationnel et territorial. Pleurer sur son sort après un vote ou une émission est une grave démonstration non seulement de déséquilibre émotionnel, mais aussi d'absence de sens des priorités et des réalités. Chaque nationaliste doit remettre sa tête à l'endroit et cesser de s'effondrer à chaque épreuve à laquelle il est confronté, il n'est même pas besoin d'être nationaliste pour cela, mais simplement... un homme !
 
Nous ne capitulerons jamais
 
Nous célébrions hier le 8 mai 1945, c'est l'occasion de se rappeler cette épatante injonction allemande : Niemals kapitulieren ! Il n'est jamais question de lâcher le morceau, de se laisser aller à la dépression, au défaitisme et au renoncement. Celui qui cesse de combattre ne fait que s'offrir à l'ennemi, c'est bien sûr une posture inadmissible pour qui veut pouvoir continuer à se regarder en face chaque matin.
 
Nous ne pouvons pas prédire l'avenir
 
Comme nous ne savons pas de quoi le futur sera fait, à part les cyber-oracles qui se trompent tout le temps et qui, tels des Témoins de Jéhovah, nous annoncent chaque jour l'apocalypse pour après-demain, la seule chose que nous avons à faire c'est de continuer le combat, dans tous les secteurs, partout et tout le temps. Ne jamais cesser d'être nationaliste, toujours se demander ce qu'on peut faire pour la nation et pour le nationalisme, ne jamais trouver normal que quelqu'un se plaigne de notre situation sans proposer un seule solution crédible !
 
Nous ne sommes pas des enfants mais des militants politiques, engagés dans une lutte qui nous dépasse : la survie de notre peuple et de notre nation.
 
Bruno Hirout
 

Voir les commentaires

92 % des musulmans ont voté pour Emmanuel Macron

9 Mai 2017, 17:44pm

Publié par Thomas Joly

Une écrasante majorité de musulmans a voté en faveur du candidat du mouvement En Marche, Emmanuel Macron, élu dimanche huitième président de la Ve République, selon un sondage Ifop pour La Croix et Le Pèlerin.

L’ancien ministre de l’Économie a obtenu 92 % des suffrages exprimés par les pratiquants musulmans.

M. Macron a obtenu 67 % des suffrages exprimés par les protestants contre 62 % pour les catholiques.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires