Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Un problème de retraite ? Non, un problème d’emploi, de fraude, et de démographie !

2 Juillet 2021, 04:23am

Publié par Thomas Joly

Cette réforme devient le serpent de mer d’Emmanuel Macron, marqueur de courage politique selon les uns, fossoyeur de notre système social selon les autres. On martèle qu’il ne reste qu’un cotisant par retraité, que le régime explose. La seule solution proposée ? Réduire le montant des pensions, allonger le temps de cotisation, retarder l’âge de la retraite. Une fatalité ! Autrement dit, courbez l’échine et travaillez !

En réalité, la situation est toute autre. Si notre régime devient déficitaire, c’est parce que le montant des cotisations perçues chute avec la baisse du nombre de cotisants. Or, paradoxe, la population de la France augmente chaque année et atteint aujourd’hui 67 millions.

Et pourtant la situation se dégrade encore ! Les chiffres sont effrayants : six millions de chômeurs avec les catégories A, B et C, auxquels s’ajoutent deux millions de foyers au RSA, soit 8 millions sans emploi pourtant en âge de travailler.

L’absence d’emploi signifie absence de cotisation, et la faillite à terme de notre système de retraite. Or, la solution n’est pas la casse du régime de retraite par répartition, diminuer les prestations ou y ajouter une retraite par capitalisation au bonheur des financiers ! La solution est simple, évidente.

Il faut créer des emplois.
Avec un million d’emplois supplémentaires, par relocalisation, par création, en aidant nos entreprises, en protégeant notre marché intérieur, nous aurions au minimum 13 milliards par an de cotisation sociales, dont 4 spécifiquement pour notre régime de retraite. Avec deux millions, ce serait 26 milliards d’euros de cotisation, dont 8 milliards pour le régime vieillesse.
On le voit, plus d’emploi comblerait le déficit retraite annoncé, réduirait les dépenses de solidarité, d’allocation chômage, d’aides mises en œuvre pour ces personnes inactives. A condition que ces emplois ne soient pas occupés par des travailleurs détachés versant leurs cotisations, notamment de retraite, dans leur pays d’origine, pratique tolérée, encouragée par l’Union européenne.

Il faut combattre les fraudes sociales.
Nombre de travailleurs étrangers repartent légitimement au pays, en Afrique, au Maghreb et y perçoivent indéfiniment leurs pensions de retraite. Les études évaluent à 15 % à 30 % de fraude. En contrôlant ces fameux retraités « centenaires », on économiserait presque 1 milliard d’euros !

Il faut développer la démographie.
Les gouvernements successifs ont mis fin à la politique nataliste voulue par De Gaulle, notamment en mettant sous conditions de ressources les allocations familiales. La natalité française est en net recul depuis 2015. Avec 1,84 %, on ne renouvellera pas la population ! Les européistes privilégient l’entrée d’une main d’œuvre étrangère adulte plutôt que d’encourager notre natalité. Or, le travailleur immigré, avec un emploi de faible qualification, générant peu de cotisation, ira dépenser sa retraite dans son propre pays au détriment du nôtre. C’est la double peine !

Aucun politique n’ose remettre en cause cette politique suicidaire suivie depuis 30 ans. Le mythe du nouvel Eden, de la mondialisation rêvée, d’une immigration sans contrainte, prime sur l’intérêt national ! Ces quelques mesures de bon sens peuvent sauver notre système de retraite et redonner confiance aux Français. Oui c’est possible !

Gerbert Rambaud

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Disparition de Marie-Claude Joly

2 Juillet 2021, 04:03am

Publié par Thomas Joly

J'apprends avec beaucoup de tristesse la mort de Marie-Claude Joly. Femme de fidélité et de courage, catholique fervente et patriote infatigable, elle fut l'assistante de notre ami Dominique Chaboche au groupe FN de Haute Normandie avant de devenir la secrétaire administrative de la fédération FN de Seine Maritime lorsque j'en étais le responsable départemental.

Dès la création du Parti de la France elle suivit Carl Lang, fut plusieurs fois candidate et resta adhérente jusqu'à sa disparition.

Thomas Joly, Président du PdF, et l'ensemble du Bureau politique se joignent à moi pour saluer sa mémoire et adresser nos plus sincères condoléances à sa famille et en particulier à son fils Joseph-Marie.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Le Qatar exige Zidane et Benzema à la place de Deschamps et Giroud

1 Juillet 2021, 13:22pm

Publié par Thomas Joly

Ainsi, l’équipe de France, où le militantisme musulman est de plus en plus visible, a été éliminée en huitièmes de finales contre la Suisse, suite au pénalty manqué par Kylian Mbappé.

Manifestement, une gigantesque campagne de démolition contre Didier Deschamps se met en place. Objectif : pour la Coupe du monde, qui sera organisée au Qatar, faire plaisir aux émirs, moyennant aide financière à la Fédération Française de Football, en mettant Zinedine Zidane à la place de Didier Deschamps et Karim Benzema à la place d’Olivier Giroud, avec le militant politique musulman Paul Pogba aux manettes.

La France dont rêve Macron, et qui comblera les organisateurs qataris et leurs pétro-dollars qui pourraient combler l’énorme déficit du football français…

Source : https://ripostelaique.com/le-qatar-exige-zidane-et-benzema-a-la-place-de-deschamps-et-giroud.html

Voir les commentaires

Perquisition au ministère de la justice : Dupond-Moretti soupçonné de prise illégale d’intérêt

1 Juillet 2021, 09:06am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Würzburg : un « féminicide » si discret

1 Juillet 2021, 04:11am

Publié par Thomas Joly

Élections en France, distance, accoutumance… les trois à la fois ? On ne peut pas dire que l’égorgement de Würzburg, vendredi (l’Allemagne, à, l’instar de la France, découvre le syndrome afghan : ce jour de la semaine est à risque), ait suscité un grand intérêt dans notre pays. Pourtant, tout est si semblable à ce que vous vivons… 

Libération s’en est fait l’écho, dans ce qui ressemble à un morceau d’anthologie : « Selon un témoin, il aurait crié lors de son acte Allah Akbar », mais « on ignore encore les motivations précises de l’agresseur » (sic). C’est vrai qu’on se gratte la tête avec perplexité, on se perd en conjectures… Pour la défense de Libération, les autorités allemandes ont elles-mêmes fait montre de pudeurs de rosière : était-ce le fait d’un déséquilibré – l’homme était connu pour faits de violences et avait été interné pour troubles psychiatriques – ou d’un islamiste ? Le ministre bavarois de l’Intérieur, Joachim Herrmann, s’interrogeait quelques heures après les faits, reconnaissant que l’un n’était pas forcément exclusif de l’autre. On pourrait même dire, soyons fous à notre tour, que les deux vont de paire. Quelle sorte de de braves gens sains d’esprit et bien dans leur peau se lèvent le matin avec l’idée irrépressible d’aller assassiner leur prochain ? 

Quoiqu’il en soit, dimanche soir, ledit ministre admettait finalement (Bild) “qu’à la lumière de ce [qu’ils] avaient retrouvé, beaucoup d’éléments [indiquaient] qu’il pourrait s’agir d’un acte islamiste.” Le Monde parle de « retenue politique » dans les réactions. Préférant sans doute laisser passer la vague de l’émotion et de la colère avant de lâcher tout le morceau, les gouvernants allemands, gênés aux entournures, se hâtent aussi lentement que leurs homologues français. 

Würzburg est le chef lieu de Basse-Franconie, en Bavière, et compte 130.000 habitants. La ville est le point de départ septentrional, sur le Main, de la Route romantique. Son château est un chef-d’œuvre baroque, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, digne, dit-on, du château de Schönbrunn à Vienne ou de celui de Versailles. Une description à la fois singulière et banale de tant de villes d’Europe… toutes frappées par les mêmes maux. En 2016, Würzburg avait d’ailleurs déjà connu une attaque à la hache dans un train, par un Afghan, qui avait fait cinq blessés. Cette fois c’est un Somalien, Abdirahman J., arrivé avec la vague migratoire de 2015, qui est passé à l’acte. Pour l’heure, les habitants de Würzburg, impuissants, déposent sur les lieux du crime – un centre commercial – des bougies et des fleurs. Tout pareil qu’en France, on vous dit !

Que faisait sur le sol allemand ce fou dangereux arrivé clandestinement ? Il « avait droit », entend-on, au statut de réfugié. Pas de dysfonctionnement, paraît-il. Itou chez nous. 

Les officines féministes, de ce côté-ci du Rhin comme du nôtre, pourtant habituellement si promptes à s’offusquer d’une peccadille, n’ont pas bronché : elle n’ont pas souligné que ce carnage était au sens littéral du mot (qu’elles affectionnent) un féminicide : selon le journal Bild am Sonntag « Abdirahman J. (24 ans) à Würzburg (Bavière) a tué trois femmes (24 ans, 49 ans, 82 ans) avec un couteau et en a blessé six autres – deux sont toujours en danger de mort. L’agresseur a ciblé les femmes ! ». La plus jeune d’entre elles, Steffi W., choisissait dans le magasin sa robe de demoiselle d’honneur pour le mariage d’une amie. 

Si friandes d’exemples de courage au féminin, elles n’ont même pas rendu hommage à Christiane H.,  professeur de son état, qui a donné sa vie pour protéger sa fille de 11 ans (Bild). 

« L’Europe n’est pas un supermarché. L’Europe est un destin commun » avait lâché Emmanuel Macron à des journalistes suisses peu de temps après son élection. 

De fait l’Europe n’est pas un supermarché, car ce que l’on nous impose, nous ne l’aurions jamais choisi. Quant au destin commun, nous l’entrevoyons aujourd’hui : fait de larmes, de sidération, de pusillanimité et de déni. 

Gabrielle Cluzel

Source : http://bvoltaire.fr

 

Voir les commentaires

Il n'y a rien à attendre du Congrès du Rassemblement National

30 Juin 2021, 04:53am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°622

30 Juin 2021, 04:50am

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : analyse de l'abstention et des résultats du 2nd tour des élections régionales et départementales, les raisons de l'échec du Rassemblement National, le prochain Congrès du RN, présence au Bal des Quenelles de Dieudonné.

Voir les commentaires

Loi de bioéthique adoptée : ni bio ni éthique !

30 Juin 2021, 04:08am

Publié par Thomas Joly

Sans surprise, l’Assemblée nationale vient d’adopter la loi de bioéthique. Cette loi porte bien mal son nom car elle n’est ni bio, ni éthique. Elle n’est pas bio car elle se dresse contre la filiation et la famille naturelles ; elle n’est pas éthique car, au nom des caprices du lobby LGBT, elle planifie froidement la création d’orphelins. Car la vie, ce n’est pas un concept et les mots y prennent tout leur sens : décider d’avance qu’un enfant n’aura pas de père, ou pas de mère, c’est créer un orphelin.

Cette PMA de confort, ce sacrifice de l’équilibre des enfants offert aux « couples » qui ont pourtant choisi un mode de vie stérile en rejetant de fait la possibilité de la procréation, est une étape de plus dans le cycle infernal des lois dont on nous jurait qu’elles n’arriveraient pas.

Lors du vote du PACS, on nous a dit que ce n’était pas une étape vers le mariage des couples de même sexe, et pourtant nous l’avons eu.

Lors du vote du mariage des couples de même sexe, on nous a dit que ce n’était pas une étape vers la PMA, et pourtant nous venons de l’avoir.

Aujourd’hui on nous dit que le vote de la PMA n’est pas une étape vers la GPA, c’est donc qu’elle arrivera bientôt, car nous voyons bien que toutes ces dispositions vont dans le même sens : celui de la destruction pièce par pièce de notre civilisation, de nos traditions et de nos valeurs chrétiennes.

Le Parti de la France rappelle son opposition radicale et fondamentale à la PMA sans père et à la GPA, c’est pourquoi il milite depuis plus de dix ans pour la défense et la promotion de la famille traditionnelle : un père, une mère, des enfants !

Bruno Hirout - Secrétaire général du Parti de la France

Voir les commentaires

Agression de Lorenzo : une mère en colère

30 Juin 2021, 03:59am

Publié par Thomas Joly

24 août 2020 : il est 4h30 du matin, Lorenzo et ses amis avec lesquels il vient de passer la soirée sont agressés avec une violence inouïe sur un parking de la petite ville de Lattes, dans l’Hérault. Selon sa mère Élise Vera, ils sont deux à s’être acharnés sur son fils, ciblant à sa nuque, son dos, visiblement pour blesser irrémédiablement, voire tuer.

Comme ça, pour rien.

Lorenzo a passé 16 jours dans le coma, plusieurs de ses vertèbres sont en miettes, la moelle épinière est sérieusement atteinte, il est tétraplégique. Cet amateur de rugby ne peut plus se servir ni de ses mains ni de ses jambes. Trois de ses agresseurs présumés sont placés en détention provisoire sur réquisition du parquet … et « remis en liberté et placés sous contrôle judiciaire quatre jours plus tard grâce à une procédure en urgence de référé liberté devant la cour d’appel, où ils ont présenté des garanties de représentation », selon le Midi Libre. Au total, cinq personnes sont désormais placées sous contrôle judiciaire dans le cadre de cette procédure, explique au Figaro Fabrice Belargent, le procureur de la République de Montpellier.

Devant ce qui ressemble pour la famille du jeune homme à un certificat d’impunité, la mère de Lorenzo alerte les réseaux sociaux. En effet, curieusement, la presse locale passe sous silence l’agression du jeune homme et n’en parle que deux mois plus tard.

Le 9 janvier dernier une marche blanche était organisée à Montpellier pour dénoncer « toutes les violences ». La famille de Lorenzo y est conviée mais les organisateurs, on ne sait pourquoi, renoncent à la manifestation : elle sera reprise par la mère-courage de Lorenzo.

Depuis dix mois donc, la famille du jeune n’a rien lâché : portant à bout de bras le combat d’un fils qui a déjà failli mourir deux fois, elle lance régulièrement des appels sur les réseaux sociaux, pour lutter contre les lenteurs de la justice et soulever la chape de silence qui pèse sur cette affaire. Récemment, dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, Elise s’adresse à Emmanuel Macron et lui demande pourquoi les agresseurs de son fils sont libres. « Est-ce parce qu’ils ont le bras long » demande-t-elle ? Est-ce parce que l’un d’entre eux est « le fils d’un monsieur haut placé à Montpellier ? Ils connaissent du monde et sont donc privilégiés ? » Dans une autre vidéo réalisée par le vidéaste Rémi Gaillard et relayée notamment sur RT, Élise Vera continue de s’interroger : « L’un a son papa qui travaille pour les services de l’État. Un autre, témoin, est élu à Lattes », « pourquoi sont-ils en liberté ? Pourquoi ne respectent-ils pas le contrôle judiciaire ? Sont-ils protégés ?».

Une fois de plus, une fois de trop, cette triste affaire fait ressurgir le problème très aigu de la violence gratuite en France, de l’aggravation de cette violence dans la délinquance et les atteintes aux personnes. En cause, ce sentiment d’impunité des délinquants, fruit d’une loi pénale française qui par idéologie privilégie toujours l’agresseur à la victime, en exerçant envers le premier une bienveillance qu’elle ne manifeste que très rarement envers la seconde.

Le psychiatre Maurice Berger, spécialiste de la violence juvénile exerce auprès de ces jeunes délinquants, il travaille aussi dans un centre de réadaptation pour les victimes : « la connaissance de l’état physique et psychique des victimes a considérablement modifié ma vision des situations ». Dans des cas comme celui de Lorenzo et de sa famille, la justice est essentielle à la reconstruction, « il ne s’agit pas là de vengeance ».

Aujourd’hui, l’instruction de « l’affaire » Lorenzo est toujours en cours. Sa famille espère que justice sera bientôt faite. Sinon, à ce cauchemar qu’ils vivent depuis dix mois s’ajoutera un autre traumatisme, l’impression terrible de subir une double peine. En effet, les juges ne devraient jamais oublier que « la nature de la sanction tient une place majeure dans la restauration psychologique de la victime, si tant est qu’on s’en soucie. » (Maurice Berger).

Marie d'Armagnac

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Sortie du premier numéro du magazine « Réflexions »

29 Juin 2021, 04:20am

Publié par Thomas Joly

Un nouveau magazine trimestriel dirigé par Bruno Hirout.
 

Voir les commentaires

Fin de parcours à l'Euro pour les « Bleus »

29 Juin 2021, 04:03am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Élections régionales et départementales : la fracture électorale avec les Français se confirme au 2nd tour

28 Juin 2021, 04:14am

Publié par Thomas Joly

Le 2nd tour des élections régionales et départementales a confirmé les tendances du 1er : une abstention massive, un électorat clientéliste et âgé qui favorise les décombres de LR, une gauche qui conserve tout de même 5 grandes régions, un RN grand perdant de ces scrutins avec des électeurs qui ne se sont pas mobilisés.

Tout ceci traduit une fracture électorale profonde entre une offre politique visiblement insatisfaisante et une sourde colère du peuple français qui ne se sent plus représenté.

La droite nationale a évidemment un rôle à jouer dans les mois qui viennent pour que cette défiance vis-à-vis d'un Système à bout de souffle se transforme en mouvement politique de fond. Pour cela, il faut en finir avec les lubies de dédiabolisation, de normalisation voire d'islamophilie délirante. Une alternative nationale sans concession, au cœur des véritables préoccupations des Français, doit donc voir le jour et se mettre en capacité de jouer un rôle décisif à court terme. Le Parti de la France y œuvrera de toutes ses forces.

Thomas Joly - Président du Parti de la France

Voir les commentaires

Quand Blanche-Neige est trop blanche pour les progressistes

28 Juin 2021, 04:02am

Publié par Thomas Joly

En théorie, une marque de meuble est supposée vendre des meubles, pour s’asseoir, dormir ; une marque de voiture, des voitures, pour rouler ; idem pour la lessive ; tout comme regarder un film est censé, en théorie, divertir plutôt que de lessiver le cerveau. Là où ça se complique, c’est la mise en pratique : les meubles, les voitures, la lessive et le cinéma, sont devenus, entres autres, autant de redoutables moyens de propagande où les pulsions consuméristes d’Homo festivus constituent l’anesthésiant parfait pour faire passer, sans douleur, le suppositoire du progressisme. Selon l’expression consacrée, le « temps de cerveau humain doit être toujours disponible » aux sirènes du progrès sociétal. Encore plus vicelard quand le public cible est constitué d’enfants, et, dans ce domaine, Disney est passé maître.

L’endoctrinement, comme l’orthographe et le calcul, est d’autant plus efficace quand il est administré tôt dans le cerveau de nos chères têtes blondes. Signe des temps, dans le dernier épisode de la saga progressiste, Blanche-Neige a pris des couleurs, elle a meilleur teint, moins blanche, métissée. Dans le jargon progressivement correct, c’est la tendance du blackwashing ou, pour les impies de la nouvelle religion woke, imposer de la diversité dans les séries et les films, y compris (et probablement surtout) quand les personnages sont historiquement blancs ou, si fictifs, imaginés par des Blancs. L’inverse n’est jamais vrai, et là, dans le milieu éclectique du lavage des cerveaux, le Blanc est lessivé, remplacé, annulé, en référence à la pandémie de la cancel culture anglo-saxonne.

Cette politique est la conséquence d’un programme de rééducation interne chez Disney baptisé « Reimagine Tomorrow » qui propose des formations d’éveil pour conscientiser les employés sur les problématiques raciales. On y apprend, par exemple, que les employés racisés sont « très mal à l’aise avec la politique maison qui fait la promotion de contenus racistes » ou que « les États-Unis ont une longue histoire de racisme systémique et de transphobie ». Tous les historiens vous le diront : Abraham Lincoln, Benjamin Franklin ou même George Washington étaient tous de nauséabonds transphobes. Mais encore, les employés blancs sont invités à « travailler sur leurs sentiments de culpabilité, de honte, afin de mieux comprendre leur nature profonde et ce qui doit y être guéri ». L’entreprise demande également à ses employés de remplir une liste de privilèges blancs, incite les Blancs à ne plus financer la police, à participer aux réparations envers les Noirs et à « décoloniser leur bibliothèque ».

Pendant des générations, Walt Disney était la plus célèbre société de divertissement, aux États-Unis comme dans le monde. En regardant ses films, à aucun moment nous n’avions le sentiment d’être les victimes d’une manipulation ourdie par le Ku Klux Klan. Alors que, durant la Seconde Guerre mondiale, elle produisait des films de propagande pour encourager les Alliés à vaincre le fascisme, aujourd’hui, c’est plutôt de la propagande en faveur du totalitarisme progressiste où l’entreprise s’investit.

La production du conte des frères Grimm, version métissée, devrait débuter en 2022. Blanche-Neige conservera-t-elle son patronyme offensant ? Qui interprétera les rôles des sept nains, le risque étant significatif de verser dans l’achondroplasiaphobie. Pour éviter tout amalgame, une équipe de basket serait-elle un bon compromis ? De quelle ethnie sera le prince ? On sait déjà qu’il ne pourra pas embrasser l’empoisonnée à l’insu de son plein gré. Si l’acteur choisi est blanc, éviterait-on les cris d’orfraie sur le retour du droit de cuissage racialiste ? Ça y est, j’ai trouvé, le prince sera une princesse : et ils se marièrent, eurent recours à la PMA et vécurent heureux en polyamoureux.

Pierre Mylestin

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les entretiens du PdF - n°12 - Invité : Gérard Boyadjian (27/06/21)

28 Juin 2021, 03:58am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires