Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Michel Onfray, penseur pour dames ménopausées

8 Novembre 2016, 06:34am

Publié par Thomas Joly

J’ai lu Michel Onfray, oui, et je l’ai pris au sérieux. Le problème étant que j’avais alors dix-sept ans, et que ma crise d’adolescence n’en finissait plus : cela aurait du me mettre la puce à l’oreille… Mais enfin ! Je l’ai relu dernièrement, et j’ai compris ! Ce type est le miroir de notre époque, au même titre que Nabilla ou Cyril Hanouna. Une stupéfiante adaptation de la culture aux besoins de l’époque, un marketeur hors pair…

Michel a bien compris ce que d’autres millionnaires des Lettres ont compris bien avant lui ; il connaît parfaitement le cœur de cible de l’édition courante : la retraité divorcée de gauche ex-membre de l’éducation nationale. Et il y va dans la pommade à vanité… « Pensée solaire de Mai 68 », « Jouisseur libertin célibataire », « Hédonisme libertaire », « Corps jubilatoire », « Nietzschéisme de gauche », « Rébellion individualiste », notre philosophe Cohn-Bendien s’y connaît pour conceptualiser – et donc justifier – l’inconséquence morale et la vacuité politique de sa grosse niche de marché : notre chère retraitée divorcée de l’éducation nationale, ai-je dit et répète encore ; celle-la même qui pourrit le marché du roman contemporain à force de publications à son intention, pleines de fadaises gauchistes bien-pensantes ; celle-là même qui se dit féministe en lisant Christine Angot alors qu’elle ne s’est pas faite fourrer depuis dix ans….

Alors oui, le boulot d’Onfray consiste ni plus ni moins qu’à gonfler d’hélium rhétorique et de verroterie sophistique l’ego fragile de vieilles femmes abandonnées à elles-mêmes, c’est là le nœud coulant de son système philosophique libéral/libertaire/athée/hédoniste/mon cul, mais attention : il le fait en rebelle ! Car Michel Onfray est un rebelle, il le dit, le redit et le répète sur les plateaux de télévision ou dans les locaux mis gracieusement à sa disposition par ses amis élus pour son « université populaire ». Il est, en plus d’être leur porte parole, le « rebelle » en chef de ces dames qui hantent les libraires en semaine, y laissant derrière elles comme un parfum ranci de vieille fête de la rose… Sa coupe de cheveux qui se BHLise d’année en année, sa petite bedaine de rock star sur le retour, ses petites lunettes carrées qui font tant « taisez-vous, je pousse, je vais avoir une idée… » Je le soupçonne, in fine, de déployer toute cette énergie télévisuelle et capillaire uniquement pour faire trempette de temps en temps dans une de ses groupies… – Faire trempette, si c’est du joli !

Vous vous demanderez : Mais comment en suis-je arrivé à réduire un « penseur » à un simple marketeur judicieux doublé d’un jouisseur cynique (dans l’acception moderne du terme, très cher Michel…) ? Eh bien, il n’y a pas plus simple : foutez les pieds une fois à son « université populaire », observez autour de vous ; – on est le produit de son public, après tout…

Pour ceux qui veulent aller plus en avant dans la compréhension de notre philosophe-chanteur de charme, je conseille la lecture de sa Politique du rebelle.

Claude Marion

Source : http://suavelos.eu

Voir les commentaires

Véronique Sanson tacle les catholiques : comme c’est original !

8 Novembre 2016, 06:28am

Publié par Thomas Joly

« Véronique Sanson tacle la religion catholique dans son nouvel album », titre Le Point. « Dans son titre phare “Dignes, dingues, donc”, la chanteuse raille une Église qu’elle trouve sectaire. Sauf le pape ! » Sur RTL, elle explique : « Ça m’est venu en voyant le messe de Pâques à la télé. Et je voyais tous les gens habillés pareils. On a l’impression que c’est faux, qu’ils ont besoin de se déguiser pour se faire respecter, alors qu’ils n’en ont pas besoin. »

Tacler la religion catholique ? Comme c’est original ! Quelle imagination. Ça ne s’est jamais vu. Et pourquoi pas, aussi, jouer du piano debout ? Sucer des sucette à l’anis ? Ou parler des rêves qui la hantent dans le port d’Amsterdam ? Avec son fils, sa bataille, par exemple.

Comme elle le chantait elle-même en 1984, « Le temps est assassin ». Et les artistes, avec l’âge, c’est normal, peinent à innover. Si vous croyez que c’est simple. Et c’est encore dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes : l’anticléricalisme est une valeur sûre, un peu vintage, certes, mais qui vous vaudra toujours une certaine couverture presse.

Puis, c’est sans risque. Elle garde un souvenir cuisant de sa chanson « Allah », en 1988, pour laquelle elle avait reçu des menaces de mort et qu’elle avait prudemment retirée de son répertoire avant son passage à l’Olympia. Elle ne la reprendrait plus aujourd’hui, reconnaît-elle, « pour éviter de tomber dans la provocation… » Mieux vaut provoquer les catholiques, c’est plus peinard.

Quand Georges Brassens (« Le Mécréant », « Dieu s’il existe », « Tempête dans un bénitier »), Jacques Brel (« Les Bigotes »), Léo Ferré (« Monsieur tout blanc »), Jean Ferrat (« Le Sabre et le Goupillon ») chantaient leur anticléricalisme, on pouvait trouver un certain panache dans ces accents de rébellion contre l’ordre établi, attendu que l’Église et ses clercs affichaient encore la superbe que donne l’autorité morale.

Mais aujourd’hui ?

Véronique Sanson avait 20 ans, ou presque, en mai 68. Et jamais le mot-valise « adulescent » n’a mieux collé qu’à cette génération-là. Elle est la vieille fillette que sa mère l’Église a vexée, par la voix, peut-être, de telle bonne sœur revêche et maladroite, de tel prêtre peu amène, et qui continue avec immaturité de lui en vouloir, incapable de voir que celle-ci est devenue chose bien fragile, attaquée de toute part.

Il n’y a donc vraiment que le pape qui trouve grâce à ses yeux ? Elle trouve le reste de l’Église « sectaire » ? Parce que les gens sont tous « habillés pareils » ? L’argumentaire est un peu faible. Une collégienne de 67 ans, on vous dit. Que l’on peine à suivre. Elle dit ça peut-être à cause de la chasuble, qui donne un vague air Temple solaire ? Le père Hamel était, lui aussi, « habillé pareil », pour célébrer sa messe. C’est même à cela que les terroristes l’ont reconnu. Véronique Sanson juge que les clercs n’ont vraiment « pas besoin de se déguiser pour se faire respecter ». Il faut reconnaître que, même déguisé, le père Hamel n’a pas été tellement respecté. Que n’est-il resté en pyjama devant sa télé ce jour-là. À son âge, c’eût été plus raisonnable. Comme le dit Sanson, il était digne, dingue, donc… il a été assassiné.

Il eût été, tiens, un bon sujet de chanson. Qu’elle aurait pu interpréter avec autant de sensibilité que « Et je l’appelle encore », un autre titre de ce nouvel album, qui rend hommage à sa mère décédée peu ou prou au même âge que le père Hamel.

Et un sujet inexploré celui-là.

Gabrielle Cluzel

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Intégration républicaine : 80 % des jeunes musulmans ne se sentent pas français

8 Novembre 2016, 06:18am

Publié par Thomas Joly

Révélé au détour d’un article du journal Le Point, une étude indique que 80% des musulmans ne se sentent pas français. Un chiffre qui préfigure un puissant mouvement séparatiste, sur fond ethnique et religieux, sur tout le territoire hexagonal.

Cela ne constitue pas une surprise pour ceux qui acceptent de regarder la réalité comme elle est, à savoir l’impossibilité pour n’importe quel pays européen ou occidental d’intégrer des masses extra-européennes et musulmanes toujours plus nombreuses.

Plusieurs régions historiquement françaises sont déjà démographiquement perdues dont le coeur de la Francie médiévale (Île-de-France). La désarticulation ethno-religieuse préfigure naturellement l’implosion politique du territoire précité sur cette base.

Le républicanisme français et sa nationalité administrative appartiennent objectivement au passé.

Source : http://breizatao.com/2016/11/07/france-80-des-jeunes-musulmans/

Voir les commentaires

Le Charles-de-Gaulle, cache-misère des armées ?

8 Novembre 2016, 06:06am

Publié par Thomas Joly

Visitant, en octobre 2015, comme beaucoup d’autres avant et après lui, le Charles-de-Gaulle avec une commission du Sénat, Jean-Pierre Raffarin, président de la commission des Affaires étrangères de la chambre haute, déclarait fièrement : « Les Français ne connaissent pas suffisamment le rôle du Charles-de-Gaulle : c’est à la fois une université militaire, c’est un pôle de compétitivité. Non seulement il y a toute la qualité humaine de nos armées, mais il y a la qualité scientifique, la qualité industrielle. » Fermez le ban !

Sans doute entendu et pour combler ce manque d’information des citoyens, les reportages et manifestations autour de « l’université » se sont enchaînés, motivés par les visites répétées du Président et les départs en campagne successives – trois depuis début 2015.

Lundi 7 novembre, France 3 a diffusé un documentaire de 90 minutes qui devrait combler les méconnaissances et idées fausses des téléspectateurs, s’il en demeure encore…

Mais dans le même temps, ce qui n’est pas étalé devant les Français, c’est l’état réel de nos forces et la vétusté de beaucoup de leurs équipements. Une intervention récente du député Cornut-Gentille à propos du budget 2017 lui fait dire devant la commission ad hoc : « Jamais la situation de la défense n’a été rendue aussi critique. » Sans entrer dans les détails qui peuvent être consultés sur le lien, il est clair que les trois composantes des armées sont affectées, mais particulièrement l’Armée de terre et l’Armée de l’air.

Matériels vieux de 40 ans, avions et hélicoptères de nouvelle génération livrés avec retard et en nombre restreint, fiabilité mise en défaut, acquisition en urgence de matériels américains pour pallier une rupture opérationnelle et affrètement de gros porteurs étrangers pour suppléer aux moyens nationaux limités. Ou encore, aux fins d’assumer les frappes aériennes contre Daech, les stocks étant épuisés, le réapprovisionnement en bombes encore auprès de pays étrangers.

Dans ce climat de « misère », les 20 millions (?) que coûte, par mois, le déploiement opérationnel du porte-avions peuvent, à juste titre, faire tiquer les chefs d’états-majors anémiés.

Alors, le Charles-de-Gaulle, outil de promotion du Président ou cache-misère des moyens de la Défense ?

Henri Gizardin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

L’Afrique souffrirait encore d’un système éducatif colonial…

7 Novembre 2016, 06:21am

Publié par Thomas Joly

Le 21e Salon international du livre, à Alger (SILA), vient de se terminer. L’Afrique, y compris le Maghreb, se sont soulevés de concert contre les dangers de la culture et de l’éducation, fruits d’un système éducatif « colonial ».

En effet, Abdelkader Messahel, ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes, a déclaré : « Nous avons un grand problème d’aliénation par rapport à l’Occident. L’origine de cette aliénation est notre système d’éducation hérité de la colonisation et qui perdure aujourd’hui avec des effets sournois. » Faut-il rappeler à ce ministre que la « colonisation » a pris fin il y a plus d’un demi-siècle ? Qu’attendent-ils, alors, pour se débarrasser de ces « effets sournois » ?

« Il faut se rapproprier l’Histoire, se rapproprier l’école pour qu’elle soit authentiquement africaine. Il faut que nos enfants soient fiers de cette culture. Le rôle des intellectuels est fondamental. L’Afrique aux Africains ! », a souligné Messahel.

De son côté, la Sénégalaise Hulo Guillabert s’inquiète que les programmes scolaires sont conçus, écrits et imprimés en France : « L’Afrique est un continent riche. Nous sommes assis sur un tas d’or et pensons que nous sommes sur un tas de poubelle. Ce n’est pas normal ! Il faut conduire un grand changement de conscience pour que l’Afrique devienne une terre promise pour ses enfants, au lieu d’être l’enfer qui les oblige à fuir vers d’autres cieux. » Hélas les nôtres ! Et, sur ce constat, nous sommes entièrement d’accord : faites tous les efforts nécessaires, tout ce qui est en votre pouvoir pour que des millions de vos enfants ne fuient pas vers l’Occident. Elle poursuit : « Il faut que le système scolaire soit totalement refondé, surtout en Afrique francophone où nous sommes tous le fruit d’un système éducatif « colonial » bien ficelé pour nous aliéner gravement. ». Même remarque que plus haut : pourquoi sont-ils encore aliénés plus d’un demi-siècle après leur indépendance ?

Hulo Guillabert a qualifié de « cancer » les programmes scolaires « caricaturaux » et non conformes aux identités et valeurs africaines : « Le cancer de la géographie européenne, apprise par cœur, du spectre de ces grands rois européens qui hantent l’esprit de nos enfants, alors que les nôtres sont totalement absents. Nos rois sont présentés comme des despotes, sanguinaires et esclavagistes. Il ne faut plus laisser l’Occident éduquer nos enfants de loin. » On serait tenté de dire : mais qu’attendent-ils donc pour prendre en charge l’éducation de leurs enfants ?

Une simple remarque, tout de même : si la Sénégalaise Hulo Guillabert et le Maghrébin Abdelkader Messahel peuvent se parler, s’entendre et se comprendre, c’est bien à l’éducation « colonialiste » française qu’ils le doivent, non !

Et si l’Afrique, y compris le Maghreb, voit nombre de ses enfants honorés par les prix Goncourt, Renaudot et autres – Leïla Slimani et Yasmina Reza ces derniers jours, Yasmina Khadra et Kamel Daoud, ces dernières années et, plus anciennement, Tahar Ben Jelloun, Amin Maalouf, le Malien Yambo Ouologuem, l’Ivoirien Ahmadou Kourouma, le Congolais Alain Mabanckou, le Guinéen Tierno Monénembo, la Rwandaise Scholastique Mukasonga, et j’en oublie -, c’est bien grâce à la culture, transmise par l’éducation de cette « colonisation » française, qu’ils doivent cette reconnaissance de leur talent !

Manuel Gomez

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Theresa “Iron Maiden” May respecte la voix du peuple britannique : une leçon

7 Novembre 2016, 06:15am

Publié par Thomas Joly

« Le résultat a été clair. Il est légitime. Les parlementaires qui regrettent les résultats du référendum doivent accepter ce que le peuple a décidé », déclarait aujourd’hui Theresa May, Premier ministre britannique. Une leçon d’esprit démocratique que feraient mieux d’entendre nos responsables politiques, souvent tentés de mépriser les Français. Effrayés par la démocratie directe depuis 2005, les différents exécutifs qui se sont succédé n’ont plus organisé de référendums. Ils sont censés « représenter » mais s’en éloignent chaque jour un peu plus.

Face aux parlementaires tentés de bloquer le Brexit, après que la Haute Cour a jugé qu’ils devaient être consultés, Theresa May et son gouvernement conservateur se montreront inflexibles, conscients de l’ampleur historique de la tâche qui leur a été confiée. Les parlementaires eurolâtres ne pourront pas empêcher ce que les Britanniques ont souverainement décidé, faisant fi des cris d’orfraie de la communauté internationale, des « pipoles » moralistes et de la classe médiatique. Le processus de mise en œuvre de la sortie de l’Union européenne sera lancé en mars, selon les souhaits de Theresa May.

« Ce n’est pas dans l’intérêt du pays, et cela ne nous aidera pas à obtenir de meilleures conditions pour la Grande-Bretagne. Nous devons maintenant nous concentrer sur la recherche de la meilleure issue. Cela signifie maintenir notre plan et notre ordre du jour, développer notre stratégie de négociation et ne pas mettre toutes nos cartes sur la table », a ainsi jugé celle qui fut députée de la circonscription de Maidenhead (un nom prédestiné).

Déterminée, intelligente, soucieuse des intérêts de la Grande-Bretagne, Theresa May est une dirigeante qui paraît à des années-lumière de ses contemporains européens.

La comparaison avec la France est très cruelle. Alors que nos voisins ont regagné leur indépendance et lancent une politique volontariste de réindustrialisation, notre Président se couvre de ridicule en se confessant à des journalistes, trahissant sans sourciller les secrets d’État les plus sensibles… Comprenons bien que la plupart des candidats déclarés aux élections présidentielles à venir entendent ne surtout rien changer.

Représentativité ? Personne n’envisage d’instaurer la proportionnelle. Insécurité ? Ils ne proposent que des réformettes. Immigration ? À l’exception de Marine Le Pen [et encore...], aucun candidat ne remet en cause la logique migratoire à l’œuvre aujourd’hui. Ces observations valent pour toutes les questions majeures. De leur côté, les Britanniques ont eu la chance d’élire David Cameron, un Premier ministre qui a fait concrètement ce qu’il avait promis en organisant le référendum. Une chance confirmée par la conservatrice Theresa May.

L’une des principales raisons du déclin de l’Occident est que ses élites n’ont pas su, ou pas voulu, entendre le bon sens populaire. Collectivement, les vieux peuples historiques sont sages. Légataires de centaines d’années d’Histoire, ils savent d’instinct ce qui est bon pour leur pays. Maintenant, il serait temps de faire confiance aux Français en organisant des référendums sur les sujets qui les engagent.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Ils aiment les immigrés sans les connaître

7 Novembre 2016, 06:12am

Publié par Thomas Joly

Après avoir démontré que le gauchiste est très généralement un membre de la bourgeoisie défendant en priorité ses intérêts de classe, grâce à « l’armée de réserve du Capital » (l’immigration), et décrit sa lutte éternelle contre la prise du pouvoir par le prolétariat - aujourd’hui naturellement acquis à la cause nationale grâce à sa compréhension du rôle protecteur joué par un état patriote (les ouvriers votent FN) - nous pouvons analyser les autres facettes de l’illégitimité foncière du gauchiste à parler d’un réel qu’il ne connait pas.

L’argument souvent décrié par le gauchiste du « j’ai un ami noir ou arabe », prononcé par le prolétaire pour se défendre d’une accusation de racisme, est assez éloquent ; en effet, le bourgeois de gauche n’a que très peu côtoyé l’extra-européen au cours de sa vie, compte-tenu de sa caste sociale de naissance, que ce soit à l’école, dans les très coûteux établissements d’enseignements supérieurs qu’il a fréquentés ou à son travail de cadre, de banquier ou de fonctionnaire bien placé, sans parler de son habitat très éloigné des banlieues multiculturelles.

Aussi, un simple coup d’œil sur sa liste d’amis Facebook démontre toute son hypocrisie par l’uniformité raciale des relations sociales qu’il entretient. Il n’est ami qu’avec des blancs, ce soi-disant amoureux du tiers-monde ! Le prolétaire, lui, va dans des écoles, et exerce métiers et loisirs de prolétaires… où il est bien plus à même de connaitre et d’échanger avec l’autre partie de la population défavorisée, comme il l’est lui-même. C’est à dire des noirs, des Maghrébins, et des Européens de l’est (polonais, balkaniques, roumains). 
Le prolétaire peut parler du comportement et de la nature des immigrés, car IL LES CONNAIT VRAIMENT.

L’immigré n’est pas un problème pour le riche possédant de gauche, il n’est en aucun cas un concurrent ou une source d’insécurité (puisque le bobo ne le croise jamais ou presque), bien au contraire en divisant le prolétariat et en empêchant toute lutte méritocratique pour le pouvoir et l’influence, il peut garder à jamais sa place de nanti ; en sa qualité de bourgeois, il sait pertinemment que la baisse des salaires (des prolétaires bien sûr) lui fera faire des économies qu’il pourra réinjecter pour son propre intérêt dès lors qu’il en aura besoin dans ses travaux, ses services ou ses biens de consommation au quotidien.  

Sa « haine de soi » n’en est pas vraiment une. C’est un égoïsme bien dissimulé. C’est aussi et surtout un refus de la lutte hiérarchique entre les hommes ; il se sait parfaitement illégitime et faible dans la compétition pour la survie, et n’a aucun intérêt à démarrer une compétition avec ses semblables, c’est pourquoi il renverse le jeu en niant les différences qualitatives entre les êtres dans ses discours, et en rabaissant le prolétaire blanc, lui reprochant par une inversion totale des valeurs toutes les aliénations du Capital dont il est pourtant la clé de voûte contemporaine.

D’où sa haine de la religion (1789 : lui, le bourgeois remplaçant l’aristocratie catholique), et encore une fois c’est assez ironique : pour en revenir à la problématique des migrants, ce sont bien aujourd’hui des familles catholiques et pieuses qui, contrairement aux riches gauchistes, prennent de leur temps et de leur énergie pour les accueillir chez eux, les nourrir et les aider à s’installer en France. Les « affreux religieux » sont les plus ardents défenseurs de la cause immigrationniste. Et pourtant, Mélenchon et toute sa clique continue de les détester viscéralement.

Double voire triple illégitimité dans le débat public du bobo, nous rappelant l’aspect essentiel de l’appartenance de classe comme ciment idéologique, et la lutte constante entre le producteur sédentaire (fermier, salarié, ouvrier) et le nomade parasite et cosmopolite (travaillant à la fonction publique, à la solde de l’Etat avec tous les avantages qui vont avec)…

Les symboles communistes qu’il tend à montrer dans les manifestations et les défilés avec allégresse, c’est bien joli… mais a-t-il seulement et ne serait-ce qu’une fois, vu ou utilisé une vraie faucille ou un vrai marteau ? Je parle des outils qui permettent de travailler, pas de l’image d’Epinal qu’on voit sur les drapeaux rouges.

Cédric

Source : http://suavelos.eu

Voir les commentaires

Succès de la réunion militante à Caen... malgré les gauchistes !

6 Novembre 2016, 11:45am

Publié par Thomas Joly

Succès de la réunion militante à Caen... malgré les gauchistes !Succès de la réunion militante à Caen... malgré les gauchistes !
Succès de la réunion militante à Caen... malgré les gauchistes !
Succès de la réunion militante à Caen... malgré les gauchistes !Succès de la réunion militante à Caen... malgré les gauchistes !

Samedi soir, à l'invitation du Parti de la France du Calvados, Thomas Joly, Secrétaire général du PdF, a pris la parole devant une trentaine de militants et de sympathisants de la cause nationale.

La soirée ne s'est pas déroulée à l'endroit prévu, car une manifestation d'une dizaine de pro-migrants - quelques étudiants crasseux accompagnant des retraités - a été le prétexte pour le personnel de l'Hôtel Le Crocus (2 rue de la Folie - 14000 Caen), de faire annuler la tenue de notre réunion dans leurs locaux, en affichant ouvertement leur opposition aux idées nationales, ce qui n'est pas l'attitude la plus professionnelle et courageuse que pouvait avoir cet Hôtel, que nous déconseillons bien entendu à tous les patriotes de la région.

Après que les joyeux lurons et leur banderole "solidarité avec les migrant-e-s" aient été expulsés par les forces de l'ordre, c'est donc dans notre local que la soirée a finalement pu se dérouler, avec un retard de quarante-cinq minutes, ce qui n'a pas empêché notre Secrétaire général Thomas Joly de se livrer à un discours enflammé devant un public ravi et gonflé à bloc.

Les participants ont été conquis par un discours très offensif sur le "vivre-ensemble", l'invasion afro-maghrébine et notre projet de création d'une Garde Nationale. Un discours plein de solutions pour notre continent et notre belle Nation, suivi de nombreuses questions témoignant de l'intérêt du public pour nos idées.

A l'issue de cette intervention, chacun a pu se retrouver autour d'un plat traditionnel européen servi sur place.

L'ambiance conviviale de cette soirée "improvisée" au local de la section a été appréciée de tous et a permis de nombreux échanges entre les participants, qui promettent des lendemains radieux pour le nationalisme dans le Calvados !

Pour être tenu au courant de nos prochaines réunions, actions et manifestations, contactez-nous à l'adresse pdfcalvados14@gmail.com !

Source : http://www.pdf14.fr/2016/11/hier-soir-a-l-invitation-du-parti-de-la-france-du-calvados-thomas-joly-a-donne-un-discours-devant-une-trentaine-de-militants-et-de-s

Voir les commentaires

Hébergement, nourriture, formation, emploi : le « pack » d’Emmanuelle Cosse pour les migrants

6 Novembre 2016, 10:28am

Publié par Thomas Joly

Jeudi 3 novembre, à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne), la plantureuse Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable et la Marocaine Myriam El Khomri, ministre du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, ont rendu visite à des pseudo-réfugiés accueillis au sein d’un dispositif d’intégration par l’hébergement, la formation et l’emploi.

En Île-de-France, ce sont 100 migrants, jusqu’alors hébergés en Centres d’hébergement d’urgence (CHU), qui bénéficient de ce programme expérimental. Mis en œuvre par la préfecture en partenariat avec l’Association pour la Formation professionnelle des adultes (AFPA), Pôle Emploi, le Fonds d’assurance formation du travail temporaire (FAFTT) et Humando, une entreprise de travail temporaire d’insertion, ce programme vise à faciliter l’intégration de ces envahisseurs par un accompagnement vers l’emploi.

50 d’entre eux sont accueillis au centre AFPA de Champs-sur-Marne, en Seine-et-Marne, et bénéficient d’une formation linguistique intensive pendant 4 mois ainsi qu’une aide au montage de leur dossier de demande du statut de réfugié. Le centre offre aussi aux stagiaires hébergement et restauration (halal ?) pendant la durée de la formation.

Source : http://www.fdesouche.com/786059-hebergement-nourriture-formation-emploi-le-pack-pour-les-migrants-demmanuelle-cosse

Voir les commentaires

Remontée de Trump : l’oligarchie démocrate joue son va-tout

6 Novembre 2016, 10:05am

Publié par Thomas Joly

Le président Obama, son épouse Michelle, le vice-président Biden, le dépité Bernie Sanders, les paléo-féministes du baby-boom, les rappeurs et starlettes, les « grands » médias, les élites, PAC et Super PAC, tous s’y mettent du haut des remparts : à court de flèches et d’huile bouillante, ils descellent et jettent les pierres du chemin de ronde, espérant écraser la remontée de ceux d’en bas… les « déplorables » de Trump. Il ne manque plus que les Saoudiens et leurs 14 firmes américaines de lobbying…

Les sondages officiels se sont resserrés en une semaine, au point que certains commentateurs, comme Bret Baier, prédisaient vendredi que ni Clinton ni Trump n’obtiendraient les 270 délégués nécessaires, la nomination présidentielle incombant alors à la Chambre des représentants, elle-même en réélection ce 8 novembre.

L’inquiétude se lit dans les yeux des commentateurs, comme d’un Barack Obama déchaîné, sorti de sa réserve présidentielle.

La thématique, après un moment de panique, tente de se structurer suivant la « méthode Clinton » : nier, détourner, massacrer. On en est au massacre.

D’abord celui de James Comey, directeur du FBI, accusé d’infraction électorale parce que s’immisçant dans le processus pour favoriser ses « amis » républicains. Puis des agents du FBI eux-mêmes, surnommés « Trumpland », à cause de leurs relations avec le « tombeur de la mafia », l’ancien procureur puis maire de New York, qui seconde activement Trump. Les acolytes parlementaires de Clinton viennent de demander au ministre de la Justice, autre acolyte – madame Loretta Lynch -, d’ouvrir une enquête contre Giuliani et les agents du FBI pour les « fuites » qu’ils auraient organisées à des fins électoralistes.

Plus grave : Bret Baier, de Fox News, a été mis au pilori pour avoir dit, jeudi, que « ses sources » indiquaient une grande probabilité d’inculpation de Clinton dans l’affaire des courriels, cependant que l’enquête sur les corruptions présumées de la fondation Clinton s’intensifiait. Le Trumpo-sceptique Baier, homme d’establishment lui-même et vivant selon leurs règles, a dû s’excuser publiquement.

Du coup, Fox et les Murdoch sont sous carton jaune, en danger d’avilissement. CNN n’a pas tardé, assurant la promotion du nouveau livre de Megyn Kelly, la journaliste de Fox News spécialiste du féminisme à but lucratif qui avait fait tomber son PDG Roger Ailes (ami de Trump) dans une affaire de harcèlement sexuel. Ainsi le message devient : Ailes = prédateur = Trump = prédateur = Fox = Baier = Giuliani = FBI = Russie = Comey = Trump.

Méga-puissante Russie… CNN rappelle ainsi que le gouvernement américain s’inquiète d’une cyber-attaque de Poutine le jour de l’élection, soit pour truquer les résultats, soit pour semer le chaos dans les transports en commun afin de « supprimer le vote » des électeurs de Clinton.

Reste l’assaisonnement, peu efficace : on ressort le dossier immigration de Melania Trump, de nouvelles affaires sexuelles pour Trump, et le « Bridgegate » de Chris Christie, dont deux proches sont déclarés coupables.

Les dés sont jetés. Deux questions restent en suspens : combien de prolétaires abstentionnistes chroniques vont venir voter pour Trump ? Et combien d’immigrants illégaux auront réussi à se faufiler dans les listes électorales ?

André Archimbaud

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Quand Hollywood nie l’histoire humaine

5 Novembre 2016, 09:33am

Publié par Thomas Joly

Exemples paroxystiques du marxisme culturel ayant court en Occident, les films historiques actuels participent de la réécriture de notre histoire. Révisionnistes, voire purement négationnistes, ces œuvres travestissent nos mythes au nom de l’idéal égalitariste qui impose la discrimination dite « positive ». Chaque film sur le Moyen Âge européen se doit d’avoir son quota d’acteurs de type africain alors que ces sociétés simples étaient homogènes sur le plan ethnoculturel. C’est ainsi, les faits sont têtus, comme le disait le camarade Lénine.
 
Hannah Arendt expose, dans La Crise de la culture, une caractéristique de l’éducation américaine, qui tend aujourd’hui aussi à être notre façon d’éduquer les enfants mais aussi les adultes : « Même en Amérique, le monde dans lequel les enfants sont introduits est un monde ancien, […] construit par les vivants et les morts et qui n’est nouveau que pour ceux que l’immigration vient d’y introduire. Mais là l’illusion est plus forte que la réalité, car elle jaillit directement d’une expérience fondamentalement américaine : que l’on peut fonder un nouvel ordre, et qui plus est le fonder avec la conviction intime d’une continuité historique… »
 
Les images filmés ne sont pas passées au filtre de la critique. Ainsi le spectateur passif prend-il la fiction pour une réalité, son inculture faisant le reste. Demain, nos enfants croiront probablement que Lancelot et Jules César n’étaient pas des Européens puisque les acteurs qui les incarnent sur les écrans ne le sont pas.

La plupart des œuvres de fiction sont, de nos jours, sujettes au politiquement correct, à la pensée unique et à la propagande. Afin de créer le monde tel qu’on voudrait qu’il soit, c’est-à-dire une utopie multiculturelle inédite, il faut que monsieur Tout-le-Monde pense qu’il en fut toujours ainsi. D’où les castings métissés dans des films traitant de périodes où l’ultra-majorité de la population, paysanne et sédentaire, voyait en ses voisins les plus proches des étrangers aux mœurs incompatibles.
 
Double mépris qui s’exerce tant à l’encontre des peuples qui découvrent une histoire, un pays et un mode de vie à la télévision qui ne sont pas les leurs qu’à l’encontre de la fiction cinématographique, salie par l’irruption du faux comme enjeu obligatoire de la création. Pourtant, cela ne semble pas déranger le moins du monde les « décodeurs », les matons de Panurge ou les objecteurs de conscience de l’empire du bien. Du moins, quand cela touche à la réécriture de notre histoire.
 
En effet, gare à ne pas « travestir » l’histoire de cet autre idéalisé. On se souvient, notamment, du scandale qui a éclaté lorsque l’actrice Angelina Jolie a été choisie pour incarner la reine Cléopâtre. Immédiatement, les associations dites antiracistes ont hurlé à l’imposture. Le film n’a d’ailleurs toujours pas vu le jour. Pareillement, Leonardo DiCaprio a été empêché de jouer le rôle du poète persan Djalal ad-Din Muhammad Rumi car Hollywood craignait un procès en « whitewashing »...

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr/

Voir les commentaires