Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Les entretiens du PdF - N°07 - Invité : François "Batdaf" Galvaire (02/05/21)

2 Mai 2021, 20:32pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Le Parti de la France présent à la manifestation contre la folie sanitaire le 1er mai à Paris

2 Mai 2021, 20:28pm

Publié par Thomas Joly

Le Parti de la France présent à la manifestation contre la folie sanitaire le 1er mai à Paris

Ludovic Lefebvre, Délégué parisien du Parti de la France, était présent samedi 1er mai à Paris, avec des militants, lors de la manifestation contre la folie sanitaire organisée par Les Patriotes de Florian Philippot.

Voir les commentaires

Black Blocs vs CGT

2 Mai 2021, 12:55pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Bonne fête du 1er mai !

1 Mai 2021, 12:43pm

Publié par Thomas Joly

Au nom du Parti de la France, je vous souhaite une bonne fête du travail et de la concorde sociale !

Voir les commentaires

Brigades rouges : la fin d’un déni ?

1 Mai 2021, 09:16am

Publié par Thomas Joly

Il aura fallu plus de trente ans : le 28 avril, la brigade antiterroriste de Paris a arrêté sept ex-membres des Brigades rouges et autres terroristes d’extrême gauche qui s’étaient réfugiés en France. Jeudi, deux autres se sont rendus à la Justice.

Court rappel historique de cette période qui a profondément marqué l’histoire de l’Italie et qui constitue une plaie jamais vraiment refermée, tant sont nombreuses les familles qui ont eu à souffrir, dans leurs chairs, de ce terrorisme d’extrême gauche.

Les différentes factions terroristes des Brigades rouges sont apparues à la fin des années 60, à la faveur des manifestations étudiantes et des grandes grèves ouvrières. Pour beaucoup, ce sont des scissions du Parti communiste italien à qui il est reproché d’avoir abandonné la lutte armée des partisans. Au total, ce seront des dizaines d’assassinats, d’enlèvements et de violences – méthodes mafieuses – qui seront perpétrés contre des serviteurs de l’État, magistrats, policiers, mais aussi hommes politiques, journalistes, patrons. L’affaire la plus retentissante fut sans nul doute, en 1978, l’enlèvement et l’assassinat d’Aldo Moro, chef du parti de la Démocratie chrétienne, retrouvé dans le coffre d’une voiture après 55 jours de captivité. C’est à cette occasion que le général Dalla Chiesa, futur héros et martyr de l’anti-mafia, prendra la tête de l’antiterrorisme italien. Les années 70-80, dites années de plomb, ont ainsi marqué durablement la société italienne.

Et pourtant, comme le rappelle Giorgio Gandola dans le quotidien La Verità, toute la gauche intellectuelle italienne avait les yeux de Chimène pour les terroristes, nimbés d’un romantisme fantasmagorique, quand ils n’étaient que des meurtriers de magistrats ou de policiers, cette gauche qui, aujourd’hui, est faite de « noms connus, de politiciens de premier plan, d’intellectuels qui dissertent d’inclusion et de démocratie ».

En France, ce sont donc dix des quelque deux cents « brigadistes » réclamés par l’Italie qui seront extradés. Mais pas avant de longs mois, voire des années : examens des demandes d’extradition, procédures, appels prendront du temps, près de quarante ans après les faits.

À Paris comme à Rome, on se félicite de cette preuve d’amitié entre Mario Draghi et Emmanuel Macron, à gauche comme à droite, dans une sorte d’euphorie surjouée, à vrai dire un peu factice.

Car c’est oublier à peu de frais que ces demandes d’extradition de terroristes sur la tête desquels pèsent des condamnations allant de 11 ans de réclusion à la prison à perpétuité (c’est dire la gravité de leurs crimes) ont été mises aux oubliettes par les gouvernements français successifs pendant des décennies. En 2019, lors de l’extradition de Cesare Battisti vers l’Italie, ce « petit cadeau de Bolsonaro à Salvini », comme l’écrivait Le Figaro, Matteo Salvini avait relancé ce parcours aux mille obstacles, vis-à-vis de la France.

Celle-ci, toujours à cette fameuse, et fumeuse, doctrine Mitterrand qui voulait que la patrie des droits de l’homme soit celle des terroristes d’extrême gauche pour peu que ceux-ci s’abstiennent de recommencer sur le territoire national, avait toujours refusé : « Il s’agit d’héberger ceux qui ont rompu avec la machine infernale, le proclament et ont abordé une seconde phase de leur vie », déclarait Mitterrand, en 1985, au congrès de la Ligue des droits de l’homme. Aujourd’hui, c’est Jean-Luc Mélenchon, qui ne sait plus comment regagner la faveur populaire, qui supplie Emmanuel Macron de ne pas extrader les brigadistes. Au mépris de toute décision de justice.

Même Nicolas Sarkozy, sous l’influence de Carla Bruni et de sa sœur Valeria Bruni Tedeschi, avait refusé in extremis l’extradition, en 2008, de Marina Petrella, défendue entre autres par Mgr Gaillot et la Ligue des droits de l’homme. Celle-ci avait fui en France après sa condamnation à perpétuité en 1992 : chez nous, elle avait repris des études et travaillait comme assistante sociale. Elle avait été reconnue coupable du meurtre d’un général et d’un commissaire de police, de la séquestration d’un magistrat et de quatre autres agressions.

Marie d'Armagnac

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°616

30 Avril 2021, 16:25pm

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : la tribune des généraux, la nécessité d'une garde nationale, l'attentat de Rambouillet, l'agressivité des immigrés afro-musulmans, le style médiocre de Macron, l'islamo-gauchisme de Mélenchon, la célébration du 1er mai, conseils de lecture.

Voir les commentaires

Tu as la haine de la France ? Bon voyage mon pote !

30 Avril 2021, 15:52pm

Publié par Thomas Joly

Tu as la haine de la France ? Bon voyage mon pote !

Voir les commentaires

Pourquoi les USA risquent de déchanter avec Joe Biden

30 Avril 2021, 14:30pm

Publié par Thomas Joly

Nous l’avons déjà constaté, Joe Biden bénéficie d’un enthousiasme dithyrambique dans la presse française. Pourtant, l’analyse globale de sa politique devrait plutôt inquiéter les commentateurs quant à l’avenir de la première puissance mondiale. Au vu des principales mesures prises dans les domaines essentiels, on pourrait qualifier sa politique de socialo-mondialo-progressiste, à un niveau inédit :

– Politique keynésienne démentielle, avec un plan de relance de 1.900 milliards de dollars, du jamais-vu. De quoi creuser encore d’avantage les déficits publics, affaiblir un dollar déjà fortement atteint. De plus, les sommes seront affectées, pour 400 milliards de dollars, à des chèques directs aux ménages gagnant moins de 75.000 dollars pour les célibataires, 150.000 dollars pour les couples (Le Monde, 10/3/2021). De l’argent qui va pour une bonne partie filer tout droit dans les caisses des industriels chinois, vu le déficit commercial américain avec ce pays…

– Hausse massive des impôts, qu’il s’agisse des impôts sur le revenu, sur les sociétés, et bien d’autres taxes. La « relance » ne se fera donc pas par l’investissement des ménages et des entreprises, mais par la consommation, ce qui a très rarement fonctionné dans l’histoire économique des pays occidentaux.

– Droits des minorités, LGBT, Black Lives Matter : au lieu d’apaiser les tensions qui fracturent la société américaine, Biden choisit clairement son camp, celui des minorités, et entretient ainsi volontairement des foyers de tension majeurs à des fins purement électoralistes.

– Laxisme en matière d’immigration, prévision de régularisations massives de clandestins, Joe Biden va créer un appel d’air gigantesque à l’heure où des centaines de milliers de « Latinos » espèrent gagner le territoire américain.

– Politique très restrictive en matière d’émission de CO2, qui freinera la réindustrialisation du pays amorcée sous Trump.

– Retour de la tension avec la Russie, désignée comme l’ennemi principal. Pendant ce temps, on remet le Parti communiste chinois dans le jeu, on rompt avec la politique intransigeante de Trump. On réagit peu aux agressions à Hong Kong ou Taïwan, pour arracher une participation de Pékin au sommet climat, ce qui suggère que la priorité étant accordée au réchauffement climatique, on fermera les yeux sur bien des avanies…

– En accordant à la Chine un permis d’émettre du CO2 jusqu’en 2030, espérant qu’elle entamera sa transition seulement à partir de là, le sommet climat affaiblit les industries occidentales affligées de contraintes. Ajouté aux hausses d’impôts, on se demande comment espérer une relocalisation industrielle aux États-Unis : le cadeau fait à Pékin en échange de la seule participation de Xi au sommet climat est mirobolant…

In fine, les États-Unis s’apprêtent à supporter une vague de taxes, contraintes et réglementations en tous genres pendant que l’on fait des cadeaux à la Chine.

La presse française s’extasie des mesures prises par Biden : dans quelques années, il lui faudra déchanter piteusement, comme elle l’avait déjà fait avec Obama. Et la chute risque d’être bien plus dure, car si Obama se montrait parfois trop prudent, Biden semble conduire le pays tout droit à sa perte, et à toute vitesse.

Olivier Piacentini

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Emmanuel Macron annonce un pseudo-déconfinement et l'instauration d'un Pass Sanitaire

29 Avril 2021, 15:32pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Castex remplacé par Ferrand après les Régionales ?

29 Avril 2021, 13:01pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Lecointre : un paillasson

29 Avril 2021, 12:58pm

Publié par Thomas Joly

Jean-François Touzé, Délégué général du Parti de la France : « Chef d’état-major des armées, le général Lecointre considère la tribune des généraux et officiers comme une "manipulation inacceptable", et annonce des sanctions par un tribunal militaire. Lecointre est bien du même type de paillasson que son lointain prédécesseur Ailleret, massacreur des patriotes de la rue d'Isly, exécutant docile de la politique d'abandon, et responsable de la répression anti Algérie française dans l'armée. »

Voir les commentaires

Jean-Marie Le Pen, soutien de Thomas Joly pour la législative partielle

28 Avril 2021, 16:41pm

Publié par Thomas Joly

Jean-Marie Le Pen, soutien de Thomas Joly pour la législative partielle

Thomas Joly, Président du Parti de la France : « Pour l'élection législative partielle de la 1ère circonscription de l'Oise qui se déroulera le 30 mai, j'ai l'honneur de recevoir le soutien de celui grâce à qui je suis entré en politique, un visionnaire qui a consacré sa vie à la défense de la France et des Français. »

Voir les commentaires

De Florence Parly à Jean-Luc Mélenchon, le nouveau front anti-national

28 Avril 2021, 14:54pm

Publié par Thomas Joly

Le fait que la ministre technocrate-macroniste Parly réclame des sanctions contre les militaires signataires de cette lettre ouverte, exactement comme en réclame aussi l'histrion islamo-gauchiste Jean-Luc Mélenchon, permet de préciser les contours d'un nouveau front qui est un front anti-national et anti-français.

Les ennemis de la France ne sont pas tous dans le même parti, ne brandissent pas tous les mêmes banderoles apparemment, mais dès qu'une occasion se présente qui leur permet à tous de témoigner de leur volonté profonde de nuire à la France, ils se retrouvent sous le même étendard. Et nous voyons s'organiser des convergences amusantes, comme celle qui en ce moment fait parler d'une même voix Parly et Mélenchon, la Macronie et l'islamo-gauchisme en cravate rouge.

Hélas ils ne le feront pas mais maintenant il faudrait que les signataires de cette lettre déposent une plainte contre la ministre Parly et contre Mélenchon qui depuis des jours les traînent dans la boue en les faisant passer pour des factieux qui appellent à la guerre civile. Car ce sont des accusations extrêmement graves, par ailleurs infondées, qui attentent à leur honneur. Et il y a des lois qui punissent ce genre de faits. Il ne faut pas qu'ils se laissent faire.

Jonathan Sturel

Voir les commentaires

« Haro sur Zemmour ! » Les vieux coups bas usés qui ne marchent plus...

28 Avril 2021, 12:40pm

Publié par Thomas Joly

Alors qu'il n'a pas encore fait part de ses intentions pour la prochaine présidentielle, Eric Zemmour est déjà la cible des attaques insidieuses des thuriféraires du Système. Il faut dire que pour le célèbre chroniqueur, que beaucoup espère voir jouer un rôle politique de premier plan, les accusations coquines émanant d'une obscure militante socialiste d'Aix-en-Provence devraient être considérées comme la preuve de la crainte qu'il inspire à l'ensemble de la classe politico-médiatique aux affaires.

En effet, la présence d'Eric Zemmour à cette élection, au moment où l'on assiste à une « droitisation » (employons le mot pour faire simple) de notre peuple, serait de nature à révolutionner profondément et sans doute durablement le paysage politique français. Zemmour, qui a des idées claires et profondes, tranche singulièrement dans le fade climat actuel. Chaque soir, avec talent et persuasion, il s'adresse à des centaines de milliers de téléspectateurs (plus d'un million, dit-on) qui, grâce à lui, retrouvent l'espoir de voir enfin revivre la France française.

Dès lors, pour les morpions du politiquement correct qui s'accrochent à leurs prébendes, en bons petits domestiques serviles des tenants du mondialisme, une seule priorité : haro sur Zemmour (tout comme hier, ils criaient : « haro sur Jean-Marie Le Pen ») ! Et pour cela, tous les moyens sont bons.

Que s'est-il donc passé ? Faute d'être capables de discuter avec lui (on a vu comment les quelques ministres ou anciens ministres qui ont tenté de l'affronter se sont fait rétamer), les donneurs de leçons ont décidé d'utiliser la vile calomnie en se disant qu'il en restera toujours quelque chose.

Revenons aux faits : une dame Lenfant, dont la notoriété jusqu'à présent ne dépassait pas le banc des élus socialistes d'Aix-en-Provence, s'est subitement rappelée, en voyant fleurir dans sa ville des affiches géantes appelant à la candidature d'Éric Zemmour, que celui-ci aurait été assez audacieux, en 2004 (ou en 2006, elle ne s'en souvient pas précisément), pour la complimenter sur sa robe et lui faire « un bisou » on ne sait pas très bien où. Quel scandale ! Non seulement Zemmour est talentueux, mais en plus il serait charmeur (ce que, généralement, les femmes « normales » apprécient plutôt). Venant d'une groupie du parti de Strauss Khan et de Duhamel, ces révélations, aussi tardives (près d'une vingtaine d'années après) que floues, tombent dans le parfait ridicule. S'ils espèrent faire taire celui qui incarne l'espérance pour un nombre croissant de Français, je crains qu'ils se trompent lourdement... De plus, autre hic à leurs allégations : personne, à part l'accusatrice, ne se souvient de cette odieuse agression traumatisante. À commencer par l’accusé...

Mais le plus grave dans cette affaire (si tant est qu’on puisse parler d’ « affaire »…), c'est qu'elle révèle le niveau bien bas (au ras des caniveaux, comme dirait notre confrère Breizh-info) du personnel politique aux ordres. Incapables de justifier les désastreuses orientations des gouvernements (de gauche, du centre ou d'En marche) dont ils se réclament, ils sont persuadés, en utilisant ces vieilles ficèles usées que sont la délation et la diabolisation, d'avoir trouvé la parade face au vaste mouvement de résurgence nationale et populaire qui, bientôt, balaiera définitivement ces perroquets arrogants et ces perruches malsaines qui forment le parti de la soumission et de la collaboration au pouvoir.

L'élection présidentielle est prévue pour dans un an, mais, dans le registre « coups bas minables », visiblement, ça commence déjà...

Roland Hélie - Directeur de Synthèse nationale

Voir les commentaires

Les 20 ans du Loft : on en est là, à fêter la télé-réalité, cette extraordinaire machine à décérébrer !

28 Avril 2021, 07:43am

Publié par Thomas Joly

Bimbos, blondasses, bombes, kékés gominés, bodybuildés, ultra-tatoués, rien dans la tête et forts en gueule. Bêtise, vulgarité, vide intersidéral…

Voilà, en quelques mots, les qualificatifs qui me viennent pour avoir regardé – jamais plus de dix minutes, après, c’est au-dessus de mes forces – l’une des émissions phares de la télé-poubelle : Les Marseillais à…

C’est un ami qui m’y a incitée ; il a insisté : il faut que tu voies ça, tu comprendras mieux. Comprendre quoi ? Comprendre tous ces pauvres mômes que l’on croise ici, des jeunes qui s’efforcent de leur ressembler : les filles moulées dans leur caleçon trop petit, le ventre à l’air et les seins aussi, qui ponctuent chaque phrase d’un sonore « j’m’en bats les couilles » ; les garçons gonflés aux stéroïdes, des durs qui parlent « chiffon ». Pas question de rater la dernière paire de Nike™.

Ce sont les enfants de la télé-poubelle, celle qu’on fête ces jours-ci avec « les vingt ans du Loft ». Eh oui, parce qu’on en est là, à fêter l’avènement de la plus belle machine à décérébrer inventée depuis l’aube de l’humanité : la télé-réalité.

Une sociologue le dit benoîtement dans Le Monde : la télé-réalité est devenue « un genre à part entière, regardé par des millions de téléspectateurs ». « En 2001 [naissance du Loft], cela choquait que des gens deviennent célèbres après avoir été exposés dans une émission où ils se contentaient d’être oisifs. […] Aujourd’hui, des gens deviennent connus car ils se racontent sur les réseaux sociaux, c’est devenu une profession à part entière. »

Toutefois, comme on est dans la presse de gauche financée par le « grand kapital », on évite de dire que tout cela a fabriqué, pour son malheur, la société la plus consumériste qui soit en vidant les cerveaux pour y caser du temps d’antenne. En revanche, on fustige le « retour de la société de cour du XVIIIe siècle, où un individu peut tomber en disgrâce à tout moment ».

Le Haut Conseil pour l’égalité s’est ému, nous dit-on, de ces émissions pourvoyeuses « de et de stéréotypes ». De fait, dit la sociologue, « il y a une hypervirilité des hommes, qui sont très grands, très musclés, très tatoués. Quand ils se présentent, ils mettent toujours en avant leur force et leur envie de se battre. Les femmes sont présentées par leur capacité à séduire et leurs formes. Le couple, lui, est forcément hétérosexuel. »

Comme il faut se mettre dans l’air du temps – il est à la plainte –, les médias mettent l’accent là-dessus. Tournent donc en boucle les héroïnes du jour : Angèle, Rawell, Rania et Nathanya, héroïnes des « Anges » qui se plaignent, aujourd’hui, de mauvais traitements. Humiliations, insultes, harcèlement de la part des autres candidats et obligation, par la production, de « se mettre en couple contre leur gré avec des participants ». Ainsi Nathanya qui rapporte ces mots de la productrice : « Tu veux sortir avec personne ? Pourtant, t’as passé un casting de salope. »

Il faut croire que ce qui semble une évidence pour toute personne sensée ne l’est pas pour les candidates. Jamais, en effet, n’est abordée dans ces articles critiques la question du volontariat, comme si tous ces pauvres pantins décérébrés se rendaient aux castings la baïonnette dans le dos.

Ce qui n’est pas dit, c’est que la télé-réalité est un business qui rapporte beaucoup d’argent, à la production comme aux « acteurs ». Le salaire des Marseillais, par exemple, va de 7.000 à 13.000 euros, avec une prime à l’ancienneté, à quoi s’ajoutent les posts Instagram facturés entre 500 et 2.000 euros par des marques de vêtements, de baskets ou de produits blanchissants pour les dents, indique Gala.

Dans une société où le savoir est totalement dévalorisé, montrer son cul sur les écrans est devenu le rêve de millions d’adolescents.

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires