Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La confusion des genres : un pactole inespéré pour les psychanalystes

13 Janvier 2017, 07:23am

Publié par Thomas Joly

La redéfinition des genres, ou ingénierie sexuelle, procède de cette volonté manifeste de perturber la sphère identitaire de manière à araser les différences qui fondaient la complémentarité de l’espèce humaine. Arme de destruction massive, la théorie du genre fait partie d’un vaste arsenal qui s’attaque à pulvériser toutes les frontières constitutives d’une vie en société appelée à atteindre cette dimension qui fonde toute civilisation véritable.

Le gender est le fils spirituel d’un structuralisme français qui allait fournir toute une panoplie de grilles d’analyse utilisées afin de déconstruire les spécificités de l’humanité. Chemin faisant, le langage, les coutumes et les traditions qui fondaient nos cités deviendront suspects. C’est ce qui explique les incessantes réformes de nos systèmes éducatifs et de nos conventions culturelles ; tout cela dans un contexte où nulle frontière ne saurait être tolérée par ce nouveau désordre symbolique érigé en passage obligé vers une mutation du genre humain.

Et voilà que la psychanalyse prend fait et cause pour le gender. Vincent Bourseul, psychanalyste français, vient de nous pondre un essai (Le sexe réinventé par le genre, Éditions érès) destiné à apporter sa pierre à ce combat qui prétend nous libérer du carcan d’une « différence des sexes en tant que croyance ».

Le sexe réinventé par le genre ambitionne, selon son auteur, de renouveler une pratique de la psychanalyse trop normative et pénalisante.

Ne ménageant pas sa peine, ce militant queer est persuadé que « le gender permet de réinventer les sexes et non plus seulement de renouveler la sacro-sainte différence des sexes dont nous nous débrouillons si mal en psychanalyse. Ainsi le genre nous encourage tout simplement à nous en passer, de cette différence des sexes, pour préférer créer le sexe nouveau. »

Tout est dit. Il ne s’agit pas tant de guider la personne confuse que de l’engager dans une cure qui prend toutes les apparences d’une fuite en avant. Cette perpétuelle recherche d’une identité sexuelle imaginaire constitue une véritable mine d’or pour la psychanalyse qui, bientôt, pourrait être mobilisée auprès des préadolescents, dans un contexte où l’école ne sert plus à transmettre des savoirs. Arraché à sa famille par l’État, le futur adolescent deviendra le cobaye d’une ingénierie sexuelle prescrite par les plus hautes autorités.

Bourseul, plus militant que chercheur désintéressé, explique sur son blog du Huffington Post France, le 8 décembre dernier, que « l’identité rend triste, fâche ou suscite la jalousie, car elle ne nous soutient que très partiellement dans notre tentative de raisonner notre expérience d’êtres vivants ». Ainsi, donc, la différence ne serait qu’un facteur de division, alimenté par cette fameuse « haine de l’autre », une excroissance psychologique qui handicaperait l’individu désireux de s’affranchir de cette foutue identité mortifère. C’est mal parti pour que les hommes et les femmes fassent la paix…

Manifestement, l’auteur tente de berner ses lecteurs puisqu’il sait fort bien que l’identité demeure la pierre angulaire de toute communication véritable, par-delà les soliloques qui tiennent trop souvent lieu d’échanges interpersonnels. Il en rajoute en nous prévenant que « divers phénomènes identitaires sont apparus, fascinent et inquiètent. Ils concernent tant les identités sociales que politiques, culturelles, nationales, religieuses ou sexuelles. » N’en rajoutez plus, nous avons compris ! Cette perpétuelle réinvention des identités est devenue le passage obligé vers un transhumanisme qui, désormais, avance en toute impunité.

Patrice-Hans Perrier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Primaire de la gauche : le grand sommeil

13 Janvier 2017, 07:12am

Publié par Thomas Joly

Soldes obligent, si le ticket d’entrée de la primaire de la droite se montait à deux euros, pour celle de la gauche, ce sera -50 % ; soit un euro seulement ! Tout doit disparaître, avant changement de propriétaire et liquidation finale.

Pourtant, il y a primaire et primaire. Celle de la droite consistait à savoir qui aurait la chance de concourir au second tour de la prochaine élection présidentielle, contre Marine Le Pen, si possible. Celle de la gauche est une toute autre affaire, et ce pour deux raisons :

La première consiste à comprendre que les deux seuls candidats “crédibles” de cette même gauche, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, font actuellement la course sondagière en tête, tout en se moquant ouvertement de cette primaire comme de leurs premiers youpalas.

La seconde, découlant de la première, est autrement plus prosaïque : on ne concourt plus à gauche pour savoir qui sera l’éventuel Président ; mais juste pour élire le prochain Premier secrétaire d’un Parti socialiste en perdition. Nous sommes en 2017 ? Ils sont déjà en 2022.

Que la fête commence… C’est sur TF1, chaîne destinée à laisser un peu de temps de cerveau disponible au téléspectateur par ses soins hébété. Ça commence par Nicolas Canteloup, humoriste pas drôle et imitateur si doué que lorsqu’il est censé singer quelqu’un, personne ne sait de qui il s’agit.

Bref, on se croirait dans Hit-Parade, prochain spectacle en stuc et toc, annoncé comme succès incontournable par cette même chaîne de BTP. Des hologrammes… Des fantômes de Claude François, de Joe Dassin, de Mike Brandt, de Sacha Distel ; voire même, de François Mitterrand et de Dalida. Remarquez que pour demeurer dans un semblable registre, nous avons là affaire à des comptables sachant à peu près aussi bien compter que celui de Michel Polnareff.

Parce qu’à part causer d’un argent qu’ils n’ont pas et se disputer à propos de la manière dont ils entendent néanmoins le gaspiller (taux progressif de la CSG ou pas ?) ou de la grippe (quid d’une éventuelle réforme hospitalière ?), l’honnêteté intellectuelle la plus élémentaires nous oblige à dire que ces sept clampins ne tiennent pas exactement le discours que l’électeur serait en droit d’entendre de la part de chefs d’État putatifs.

Pour le reste, on s’attend à ce que cela cause enfin de politique.

En vain pour l’instant. 22 heures 17, Waterloo morne plaine et peau de zobi. Ça redémarre un peu moins de vingt minutes plus tard. Le terrorisme, donc. Globalement, ils sont contre. Et comme ils ne peuvent être partout, au moins sont-ils Charlie ; ce qui ne mange jamais de pain, quitte à défendre des opérations militaires françaises à l’étranger de plus en plus erratiques, tout en tenant Vladimir Poutine et Donald Trump pour enfants cachés de Dark Vador.

Et l’état de la société française ? Peau de Waterloo et morne plaine de zobi. La République, c’est bien et la laïcité, ce n’est pas mal non plus. Quant à l’extrême droite, ça craint velu, semble-t-il. Tandis que la parité vaudrait pour tous et toutes, hormis une Marine Le Pen, qui pourrait bien être la première femme à s’installer à l’Élysée.

Comme il était prévisible, ce sont Benoît Hamon, Arnaud Montebourg et même Jean-Luc Bennahmias, qui s’en sortent le moins mal, rehaussant ainsi un spectacle à peine moins pénible que les coupures publicitaires de TF1 venues allonger, si besoin en était, ce supplice télévisuel.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Dylann Roof condamné à mort, silence des médias et des militants abolitionnistes

12 Janvier 2017, 21:22pm

Publié par Thomas Joly

Le jeune Dylann Roof, qui avait assassiné neuf Afro-Américains à Charleston aux États-Unis, a été condamné à mort hier.

Exceptionnellement, aucun média ni aucune association militant en faveur de l'abolition de la peine de mort ne s'est indigné de cette condamnation à la peine capitale.

Ce qu'il faut en retenir, c'est que les belles âmes abolitionnistes, qui sont remplies de compréhension, de justifications et d'excuses pour les criminels, deviennent impitoyables lorsqu'il s'agit d'un homme blanc ayant commis un crime raciste.

Ceci prouve que ce ne sont pas des abolitionnistes, ce sont juste des gauchistes dégénérés qui sont contre tout ce qui ressemble à l'ordre et à la fermeté... sauf quand l'ordre et la fermeté doivent s'appliquer à leurs ennemis politiques !

En cela, ce sont de bons descendants politiques de leurs ancêtres communistes.

Nous souhaitons à Dylann Roof de trouver la paix au moment de son exécution, lui qui aura avant tout été une victime d'une impossible société cosmopolite imposée par ses gouvernants obsédés par la destruction de l'Amérique blanche.

Source : http://pdf14.over-blog.com

Voir les commentaires

Deux migrants syriens avaient fait d’une Suédoise leur esclave sexuelle enchaînée dans leur cave

12 Janvier 2017, 21:00pm

Publié par Thomas Joly

Après avoir été acceptés en tant que « réfugiés » en Suède, deux migrants syriens âgés de 23 et 28 ans avaient reçu l’aide de volontaires « humanitaires » afin qu’ils ouvrent leur propre entreprise : un café oriental. Dès que les autorités sont venues inspecter l’entreprise, c’est une horrible découverte qui les attendaient dans le sous-sol du magasin.

La police suédoise a en effet découvert qu’une femme suédoise kidnappée était enchaînée dans la cave. La victime violentée était retenue comme esclave sexuelle personnelle et a été violée par au moins 7 Arabes musulmans.

La perquisition a permis la découverte de preuves indiquant que la femme avait été kidnappée sous la menace d’une arme à Malmö avant que 4 demandeurs d’asile musulmans ne la transportent en voiture jusqu’au magasin. Elle a ensuite été enchaînée à une conduite d’eau dans la cave avant que le groupe ne la viole de façon répétée.

Les autorités ont confirmé que dès que la voiture est arrivée au magasin, 3 autres Arabes l’attendaient pour commettre leur agression sexuelle. Les hommes l’ont placée de force sur un matelas, l’ont déshabillée avant de pratiquer un viol « oral, vaginal et anal » sur la victime. A une occasion au moins, la femme a été violée par deux hommes en même temps selon la police.

Un début d’explication peut être le sentiment de frustration que ressentent ces musulmans suite à la colonisation de la Syrie par la Suède. Ou quelque chose d’approchant.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Divisée, la gauche garde intact son poison idéologique

12 Janvier 2017, 19:03pm

Publié par Thomas Joly

Extrait de l'éditorial de Jérôme Bourbon dans le n°3265 de l'hebdomadaire Rivarol

Si les perspectives électorales sont plutôt sombres pour la présidentielle et les législatives, si son immigrationnisme et son antiracisme unilatéral font de moins en moins recette dans l’opinion, la gauche est toutefois loin d’être morte. Son idéologie se love au cœur de toutes les institutions, prédomine dans les media, dans la culture, dans les syndicats, dans la magistrature, dans l’Éducation nationale, dans le monde associatif subventionné, dans le discours de la plupart des dignitaires religieux. A la loge, à l’école, à l’église, au cinéma, à la télévision, dans la chanson, c’est la même idéologie de gauche qui règne en maître. On peut même aller jusqu’à dire que nous vivons dans un pays à la mentalité communiste. La destruction de la famille, de la nation, de l’armée, de la morale, de la religion n’a sans doute jamais été aussi totale qu’aujourd’hui. Même dans la défunte URSS on n’avait pas à ce point détruit et subverti la cellule familiale. Quant à l’antiracisme, comme l’avait justement analysé la regrettée Annie Kriegel, il est depuis les années 1980 l’un des avatars de l’idéologie communiste, comme le furent l’antifascisme dans les années trente et l’anti-impérialisme et l’anticolonialisme dans les années soixante. Au nom de l’antiracisme l’on a démantelé méthodiquement les frontières nationales, détruit les défenses immunitaires des peuples européens, organisé le Grand Remplacement, bref fait du passé table rase comme le professe l’Internationale. Au nom de la lutte contre toutes les formes de discrimination, même les plus légitimes et les plus solidement ancrées dans l’histoire de notre civilisation, l’on a effacé toute distinction entre le national et l’étranger, entre le marié et le concubin, entre l’homme et la femme, entre l’hétérosexuel et l’homosexuel, entre l’enfant légitime et l’enfant adultérin.

La gauche est par excellence le défenseur des perversités morales et des tares sociales. Elle est l’avocate des transsexuels, des drogués, des sodomites, des délinquants, des immigrés clandestins, des sans papiers, des sans patrie, des sans morale, des sans identité, des tire-au-flanc, des parasites, des envieux, des malades mentaux. Loin de défendre l’ouvrier français menacé par la mondialisation, par l’idéologie libérale-libertaire, par le sans-frontiérisme géographique et sociétal, la gauche est le porte-voix de l’immigration, de la contraception, de l’avortement et de l’homosexualité de masse, de tous les lobbies mortifères et contre-nature dont le lobby LGBT (lesbien, gay, bisexuel et transsexuel). Elle fait le jeu de la finance internationale et des cénacles mondialistes. Et de ce point de vue la fausse droite est son fidèle allié, malgré les apparences. Quant aux mouvements populistes, un peu partout en Europe, ils se font eux aussi, chaque jour davantage, les champions des transgressions morales comme si une nation pouvait survivre dans l’immoralité et dans la stérilité générales. La seule voie de salut est pourtant de refuser les mots d’ordre et slogans de la gauche, son vocabulaire (homophobie, parité, discrimination, racisme, xénophobie, droit à l’avortement, mariage pour tous, droit de mourir dans la dignité, etc.), son magistère, son idéologie et de la combattre sans faiblesse. Soit l’inverse de ce que font un peu partout en Occident les partis dits conservateurs qui, selon le fameux principe du cliquet, ne remettent jamais en cause les lois votées, promulguées et appliquées par la gauche, du Pacs au “mariage” homosexuel en passant par l’abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l’homosexualité ou l’institution de lois mémorielles. C’est même parfois la “droite” influencée par la gauche qui prend l’initiative de lois mortifères comme la légalisation de la pilule contraceptive il y a un demi-siècle cette année (loi Neuwirth, 28 décembre 1967) ou la dépénalisation de l’avortement (loi Veil, 17 janvier 1975). Le combat contre le poison idéologique de la gauche est pourtant plus que jamais indispensable. Il en va de notre survie en tant que peuple, en tant que nation, en tant que civilisation.

Voir les commentaires

Najat Vallaud-Belkacem, un ministre si « cocasse »…

12 Janvier 2017, 18:46pm

Publié par Thomas Joly

Une vidéo fait grand bruit, depuis hier, sur les réseaux sociaux. La scène se passe à l’Assemblée nationale, au moment des questions au gouvernement. Virginie Duby-Muller, députée LR de Haute-Savoie, attire l’attention de Najat Vallaud-Belkacem sur la situation critique des lycées d’éducation prioritaire. Une cinquantaine de ces établissements est en effet en grève depuis plusieurs semaines.

Najat Vallaud-Belkacem, sur son siège, s’esclaffe. Se marre. Glousse toute seule. On dirait même qu’elle presse l’arête de son nez entre le pouce et l’index pour empêcher de petites larmes de perler. C’est si désopilant. Quand elle saisit le micro, on entend encore des hoquets, il lui faut quelques secondes pour reprendre son sérieux. Cette pauvre Virginie Duby-Muller est impayable, n’est-ce pas ? Avec ses questions « cocasses », comme les appelle Najat Vallaud-Bekacem, pour justifier son hilarité.

C’est vrai que la situation des ZEP est très amusante, comme celle de toute l’Éducation nationale, d’ailleurs. En même temps, il vaut mieux en rire qu’en pleurer, hein ? À quoi sert de se miner ? Osez dire que vous-même, dans ce domaine, n’avez jamais rigolé ? Prenez la nouvelle façon d’enseigner de la grammaire, telle qu’elle est prévue par la réforme des collèges : les premiers témoignages des profs ayant reçu leur formation ont commencé à filtrer dans Le Parisien ou Télérama.

On y lit, par exemple, qu’un élève pourra peut-être bientôt écrire « le plafond s’émiettent ». « Cocasse », non ? Vous voyez, vous aussi, vous pouffez. C’est, en effet, avec cet exemple que l’on a expliqué aux enseignants qu’il existait « un degré d’acceptabilité des erreurs des élèves, s’ils peuvent justifier la logique de leur démarche ». « À chacun sa vérité », disait Pirandello, jusque dans l’orthographe.

Il y a aussi ce concept de « prédicat », qui recouvrira de son blanc manteau le COD, le COI et les compléments circonstanciels, réputés trop compliqués et reportés, dans l’apprentissage, sine die. Sauf qu’évidemment, on ne pourra plus expliquer les accords des participes, et que l’apprentissage de l’accusatif et du datif en allemand ou en latin deviendra impossible. En même temps, on s’en fout, puisqu’on ne fera plus ces langues-là ! N’est-ce pas cocasse ? Il est écrit que, dans la barcasse de l’Éducation nationale, il n’y aura plus que des gourdasses. Souriez, c’est pour la photo.

Est-il utile, enfin, d’évoquer – on l’a déjà tellement fait – les classements PISA dans les chaussettes, l’illettrisme, le communautarisme, la violence, le harcèlement et le sauve-qui-peut général… Le Monde, journal de droite et catholique s’il en est, se grattait le menton ces jours derniers : et si les réformes de la gauche avaient fait fuir les familles vers le privé ? Oui, je sais, c’est un peu cocasse.

Pour Najat Vallaud-Belkacem, la question de Virginie Duby-Muller fait rire car les lycées de ZEP manifestent, en réalité, leur inquiétude de voir les acquis octroyés par la gauche remis en cause par un éventuel changement de gouvernement. Ils sont tellement contents qu’ils viennent crier avec colère leur bonheur, et cette grève serait en réalité, pour résumer, une déclaration d’amour à l’endroit du gouvernement. Convenez que l’explication est cocasse.

Qu’importe, du reste, le fond de l’intervention. C’est le spectacle de ce gouvernement gouailleur, dominateur, sans pudeur, railleur sur son tas de ruines, comme du haut d’un promontoire, qui suscite l’indignation. Il devrait bientôt en descendre. Les Français – ce n’est pas gentil – risquent de trouver ça cocasse.

Gabrielle Cluzel

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La peine de mort est dissuasive selon les études économétriques

11 Janvier 2017, 07:53am

Publié par Thomas Joly

Voici 10 études économétriques relatant les effets dissuasifs de la peine de mort. Il est établi que la peine de mort demeure la plus dissuasive des peines.

1. Hashem Dezhbakhsh & Paul H. Rubin
From the ‘econometrics of capital punishment’ to the ‘capital punishment’ of econometrics: on the use and abuse of sensitivity analysis
Applied Economics, Vol. 43, Issue 25, pages 3655-3670 (2011)

2. Kenneth C. Land, Raymond H. C. Teske, Jr., & Hui Zheng
The Short-Term Effects of Executions on Homicides: Deterrence, Displacement, or Both?
Criminology, vol. 47, no. 4, pp. 1009-1043 (2009)

3. Paul R. Zimmerman
Statistical Variability and the Deterrent Effect of the Death Penalty
American Law and Economics Review, vol. 11, no. 2, pp. 370-398 (2009)

4. Michael Frakes & Matthew Harding
The Deterrent Effect of Death Penalty Eligibility: Evidence from the Adoption of Child Murder Eligibility Factors
American Law and Economics Review, vol. 11, no. 2, pp. 451-497 (2009)

5. Randi Hjalmarsson
Does Capital Punishment have a « Local » Deterrent Effect on Homicides?
American Law and Economics Review, vol. 11, no. 2, pp. 310-334 (2009)

6. John J. Donohue, III & Justin Wolfers
Estimating the Impact of the Death Penalty on Murder
American Law and Economics Review, vol. 11, no. 2, pp. 249-309 (2009)

7. Ethan Cohen-Cole, Steven Durlauf, Jeffrey Fagan, & Daniel Nagin
Model Uncertainty and the Deterrent Effect of Capital Punishment
American Law and Economics Review, vol. 11, no. 2, pp. 335-369 (2009)

8. Bijou Yang & David Lester
The deterrent effect of executions: A meta-analysis thirty years after Ehrlich
Journal of Criminal Justice, vol. 36, no. 5, pp. 453–460 (2008)

9. Paresh Narayan & Russell Smyth
Dead Man Walking: An Empirical Reassessment of the Deterrent Effect of Capital Punishment Using the Bounds Testing Approach to Cointegration
Applied Economics, vol. 38, no. 17, pp. 1975-1989 (Sept. 20, 2006)

10. Isaac Ehrlich and Zhiqiang Liu
Sensitivity Analysis of the Deterrence Hypothesis: Lets Keep the Econ in Econometrics
Journal of Law and Economics, vol. 42, no. 1, pp. 455-487 (April 1999)

Conclusion. Il s’agit de 10 études parmi tant d’autres. La peine de mort est une sanction nécessaire et exemplaire pour les crimes les plus odieux, qui élimine tout risque de récidive et sauve incontestablement des vies innocentes.

Source : http://lesquen2017.com

Voir les commentaires

« L’énergie criminelle des Maghrébins est alarmante » selon une figure du parti Vert allemand

11 Janvier 2017, 07:33am

Publié par Thomas Joly

Winfried Kretschmann, le seul « premier ministre » vert d’une région en Allemagne (le land de Bade-Wurtemberg), ne se fera aucun ami au sein de son parti avec sa dernière déclaration. Dans une interview au Rheinische Post, il a déclaré que son gouvernement régional serait disposé à soutenir la classification du Maroc, de la Tunisie et de l’Algérie comme pays d’origine sûrs, ce qui faciliterait l’expulsion des demandeurs d’asile rejetés par ces pays.

Kretschmann, expliquant son raisonnement déclare : « L’énergie criminelle que vous trouvez parmi les groupes de jeunes gens de ces pays est alarmante et doit être résolument combattue. »

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Hidalgo : oui aux migrants, non aux automobilistes !

11 Janvier 2017, 07:28am

Publié par Thomas Joly

Anne Hidalgo commence l’année 2017 pied au plancher. Dès le 8 janvier, elle annonçait de nouvelles mesures, avec toujours la même obsession : automobilistes, fuera, dehors !

Dès le 8 janvier, elle nous sortait donc un nouveau projet, dont le point fort serait un tram-bus électrique (bien sûr) qui traverserait Paris d’ouest en est. Prix à payer : circulation automobile fermée sur un kilomètre, de Concorde à Palais Royal.

Elle a décidé, en outre, d’augmenter les amendes pour non-paiement des parcmètres. En 2011, le tarif était déjà passé de 11 euros à 17 euros.

Cette fois, on pourra atteindre 50 euros, et cela sera géré par des sociétés privées.

Elle a enfin confirmé un autre objectif fort : éradiquer le diesel dans Paris pour 2020 !

Belle continuité. En 2017, unilatéralement, elle avait décidé de fermer une partie des berges, entraînant des bouchons monstres, qui polluent encore davantage la capitale. Une décision prise sans concertation, qui entraîne un recours judiciaire de Valérie Pécresse, soutenue par 168 maires franciliens.

En outre, les automobilistes souvent pauvres, possédant une voiture antérieure au 1er janvier 1998, sont désormais interdits de séjour dans la capitale.

Et, comme si cela ne suffisait pas, on leur a fait le coup des numéros pairs et impairs, une journée sur deux, pour lutter contre de prétendus pics de pollution. On attend, avec impatience, d’autres mesures plus contraignantes, par exemple seulement un jour par semaine…

Faut-il parler des tarifs de parking exorbitants de Vinci, qui bénéficie de la privatisation, pourtant fort peu socialiste, qui lui a été attribuée ? Et comme à présent, avec les places réservées aux voitures électriques, on ne peut pratiquement plus se garer, on n’a souvent guère d’autre choix.

Autre record parisien : une voiture se retrouve en fourrière toutes les deux minutes, soit 250.000 par an, dix fois plus qu’à Marseille ou Lyon. Et comme on a fait passer les amendes de 126 à 150 euros, et triplé le prix de la garde quotidienne, en plus des différentes taxes… Là encore, c’est le privé qui gère.

Depuis que les socialistes sont arrivés à la mairie de Paris, on en est à 30 % d’automobilistes en moins, mais manifestement, leur éradication doit s’accélérer.

Hidalgo et ses bobos nous diront qu’il y a des transports en commun, et que les banlieusards n’ont qu’à les prendre. Sauf que ce n’est pas eux qui se font quotidiennement insulter, menacer ou agresser, qui subissent tous les jours les retards des RER A, B ou C, les grèves suite à une agression ou mouvement social, les wagons tagués, les banquettes lacérées, les glaces rayées, les musiques à tue-tête, les communications bruyantes des portables, les pieds sur les banquettes, etc.

Par ailleurs, le maire de Paris, si sensible à la prétendue pollution automobile, paraît beaucoup plus tolérante quand ses amis de Nuit debout, durant de longues semaines, imposent une pollution sonore, toutes les nuits, aux habitants proches de la place de la République, transformant le lieu en un gigantesque cloaque, qualifié par une habitante de « pissotière géante ».

La multiplication des camps de migrants, qu’elle encourage à Paris – quand nos SDF, eux, meurent de froid -, ne paraît pas non plus trop heurter sa grande sensibilité écologique, pas davantage que la saleté (selon l’expression de Bertrand Delanoë) qui gagne Paris.

Finalement, le résumé de la politique d’Hidalgo, c’est « Bienvenue aux migrants, dehors les automobilistes ! »

Pierre Cassen

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Suicide démographique en Italie

11 Janvier 2017, 07:23am

Publié par Thomas Joly

Pour la première fois les naissances sont tombées en 2015 sous le seuil psychologique des 500.000, à peine 400.000 si les deux parents sont italiens. Le taux de fécondité est l'un des plus bas du monde avec 1,37 enfant par femme. Ce n'est pas le record de 1,19 atteint en 1995, mais le même chiffre qu'en 1986. Pour la première fois depuis 1919, la population de la péninsule a diminué l'année dernière. Selon les prévisions de l'ISTAT, pas plus de 495.000 nouveaux nés verront le jour dans la péninsule en 2016. 8 naissances pour mille habitants, contre 10 naissances pour mille dans l'Union Européenne.

Une chute de la natalité qui fait écho à une hausse de 10% de la mortalité en 2015 par rapport à 2014.  Une véritable démographie de temps de guerre pour le pays le plus âgé du monde après le Japon. Et alors même que les jeunes diplômés italiens quittent toujours davantage le pays. Elle produit en effet des classes creuses et les femmes en âge de procréer sont aujourd'hui beaucoup moins nombreuses qu'il y a vingt, trente, ou quarante ans. Environ 25 % des Italiennes n'ont pas d'enfant, tandis que 25 % n'en ont qu'un seul. Une spirale de la dénatalité dont l'Italie aura bien du mal à s'extraire. D'autant plus que les immigrés sur lesquels ses gouvernants comptaient sont de plus en plus nombreux à partir et font eux aussi de moins en moins d'enfants. Certains évoquent d'ailleurs un « suicide démographique », puisque 2% des femmes et 4% des hommes âgés entre 18 et 40 ans déclarent ne pas vouloir fonder une famille.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Youssouf Fofana : retour au XIVe siècle !

11 Janvier 2017, 07:11am

Publié par Thomas Joly

Youssouf Fofana est connu pour être le chef du « Gang des barbares » qui, un jour de 2006, a enlevé puis torturé à mort Ilan Halimi, parce qu’il était juif, et donc présumé riche. Un fait épouvantable pour lequel Fofana a pris « perpète », avec une peine incompressible de 22 ans. Il pourrait donc sortir fin 2028, ce qui est rassurant, au moins jusque-là. Ensuite…

Mais cet aimable garçon n’en était pas à son coup d’essai. Loin d’être une petite frappe de banlieue, il s’adonnait depuis au moins 2002 à un autre genre de sport : des tentatives d’extorsion accompagnées de menaces de mort auprès de quarante-deux personnes, dont certaines suffisamment fortunées pour attirer l’attention du barbare.

C’est ainsi que les patrons d’entreprises telles que Philips, Rolex, Sony, BMW ou Mercedes recevront des menaces mises en scène de manière très particulière. Des lettres leur réclamant des « contributions » allant jusqu’à 500.000 dollars, accompagnées de photographies d’individus cagoulés prises devant le domicile des victimes, de cassettes vidéo mettant en scène des hommes armés ou, pour aller plus loin, de cocktails Molotov dans leur jardin. En l’absence de réponse, les victimes recevaient une relance délicatement tournée :

« Vous venez de recevoir l’annonce du déclenchement de la mort qui prendra effet dans 24 heures après réception. Vous et les vôtres êtes devenus un objectif prioritaire pour notre organisation. »

C’est à l’occasion de l’enquête sur l’assassinat d’Ilan Halimi que les policiers font le lien entre le principal suspect, arrêté en Côte d’Ivoire, et l’auteur de ces menaces, à cause d’une adresse mail du même type que celle utilisée pour appâter le jeune juif. L’instruction dure longtemps et Fofana refuse de s’exprimer.

Il a été jugé par le tribunal correctionnel de Paris ce 10 janvier, et condamné à dix ans de prison. Totalement inconscient, à moins qu’il ne s’agisse de provocation, le prévenu a récusé son avocat, le très médiatique Emmanuel Ludot qui, en dépit de cela, n’a pas manqué de commenter une décision d’audiencement « politique », en regrettant que l’affaire Halimi ait été jugée avant alors que les faits sont postérieurs.

Fofana a refusé d’assister à toute l’audience, après une déclaration préalable qui fait froid dans le dos. Il s’est, en effet, présenté comme un « trader de la terreur ».

Fofana est, hélas, très révélateur de la régression d’une société qui revient, avec de tels faits, à des pratiques qu’on croyait disparues. Il fait immanquablement penser à ces soldats perdus de la guerre de Cent Ans, formant les « grandes compagnies », qui trompaient leur désœuvrement en « chauffant » les pieds des paysans pour leur extorquer leurs maigres avoirs. Nous voici revenus au XIVe siècle… Extorquer par la violence, la menace et la torture, jusqu’à la mort si la victime résiste : Halimi en a fait les frais. D’autres, peut-être, auraient pu subir le même sort.

Youssouf Fofana est français, par le droit du sol. Un « Français » qui, manifestement, n’a pas compris dans quelle civilisation ses parents ivoiriens l’avaient fait naître. Un de plus.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Pour se justifier d'avoir agressé sexuellement une fillette de 8 ans, Slimane se dit victime de racisme

10 Janvier 2017, 07:52am

Publié par Thomas Joly

Autant à cause de son débit, que par ses affirmations formulées à la barre, le tribunal a du mal à le suivre. Voilà le prévenu, un Maghrébin de 41 ans, tour à tour victime d’insultes racistes, de harcèlement, puis révélant qu’il a été agressé sexuellement à l’adolescence. « Festival d’explications les plus surprenantes, sinon fantaisistes, les unes que les autres », tranche le procureur Dietlind Baudoin, en correctionnelle, à Bourgoin-Jallieu.

Slimane Rezig a été condamné à (seulement) un an de prison ferme, et deux ans avec sursis avec mise à l’épreuve, pour une agression sexuelle sur une fillette de huit ans et demi, le 18 novembre dernier à La Tour-du-Pin. Une obligation de soins a été prononcée. Il a interdiction de se présenter dans la commune, d’entrer en contact avec la victime et ses parents, et d’exercer une activité en lien avec les mineurs. Un mandat de dépôt a été délivré. Il comparaissait détenu, purgeant une peine de quatre mois datant de décembre 2015 pour des faits similaires.

Le prédateur sexuel, aurait agi « par vengeance ». Vengeance envers le père de la fillette, qu’il connaissait.

Une justice saine aurait ordonné son émasculation, son emprisonnement pour de longues années puis un renvoi définitif dans son pays d'origine. Hélas, nous sommes en France socialiste...

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Cécile Bourgeon, l'immonde complice du meurtrier de sa propre fille Fiona, pourrait être libérée aujourd'hui

10 Janvier 2017, 07:48am

Publié par Thomas Joly

Celle qui a été la complice du Maghrébin drogué, Berkane Makhlouf, qui a massacré sa fille Fiona en 2013, pourrait être libérée ce mardi.

Scandaleusement acquittée du chef de « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner » de sa fillette de 5 ans, Cécile Bourgeon pourrait sortir de la prison de Lyon-Corbas (Rhône) dès ce mardi. « Tous les voyants sont en effet au vert pour elle », soupire Charles Fribourg, l’avocat de Nicolas Chafoulais, le père de Fiona qui ne sait toujours pas comment sa fille est morte, en 2013, ni où elle est repose aujourd’hui.

Simplement condamnée à cinq ans de prison ferme pour quatre délits dont la « non-assistance à personne en danger », Cécile Bourgeon a déjà purgé les deux tiers de sa peine – 40 mois – en détention provisoire. Au regard des réductions automatiques de peine, elle est donc libérable dès aujourd’hui.

A noter que pendant ce temps-là, le buraliste du Tarn qui s'était défendu en tirant sur un cambrioleur croupit en prison pour 10 ans...

Voir les commentaires

La méthode Trump de taxation des délocalisations est impossible en France à cause de l’Union Européenne

10 Janvier 2017, 07:43am

Publié par Thomas Joly

Donald Trump a dissuadé des géants de l’automobile tels que Ford de délocaliser sous peine d’être taxés. Mais est-ce possible en France ? Non, car l’Union Européenne interdit catégoriquement de taxer les marchandises au sein des 28. Impossible par exemple de taxer nos voitures fabriquées en Slovénie ou en Slovaquie. Quant aux produits fabriqués ailleurs qu’en Europe, il faut que les 28 membres tombent d’accord pour les taxer.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires