Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

L’Afrique souffrirait encore d’un système éducatif colonial…

7 Novembre 2016, 07:21am

Publié par Thomas Joly

Le 21e Salon international du livre, à Alger (SILA), vient de se terminer. L’Afrique, y compris le Maghreb, se sont soulevés de concert contre les dangers de la culture et de l’éducation, fruits d’un système éducatif « colonial ».

En effet, Abdelkader Messahel, ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes, a déclaré : « Nous avons un grand problème d’aliénation par rapport à l’Occident. L’origine de cette aliénation est notre système d’éducation hérité de la colonisation et qui perdure aujourd’hui avec des effets sournois. » Faut-il rappeler à ce ministre que la « colonisation » a pris fin il y a plus d’un demi-siècle ? Qu’attendent-ils, alors, pour se débarrasser de ces « effets sournois » ?

« Il faut se rapproprier l’Histoire, se rapproprier l’école pour qu’elle soit authentiquement africaine. Il faut que nos enfants soient fiers de cette culture. Le rôle des intellectuels est fondamental. L’Afrique aux Africains ! », a souligné Messahel.

De son côté, la Sénégalaise Hulo Guillabert s’inquiète que les programmes scolaires sont conçus, écrits et imprimés en France : « L’Afrique est un continent riche. Nous sommes assis sur un tas d’or et pensons que nous sommes sur un tas de poubelle. Ce n’est pas normal ! Il faut conduire un grand changement de conscience pour que l’Afrique devienne une terre promise pour ses enfants, au lieu d’être l’enfer qui les oblige à fuir vers d’autres cieux. » Hélas les nôtres ! Et, sur ce constat, nous sommes entièrement d’accord : faites tous les efforts nécessaires, tout ce qui est en votre pouvoir pour que des millions de vos enfants ne fuient pas vers l’Occident. Elle poursuit : « Il faut que le système scolaire soit totalement refondé, surtout en Afrique francophone où nous sommes tous le fruit d’un système éducatif « colonial » bien ficelé pour nous aliéner gravement. ». Même remarque que plus haut : pourquoi sont-ils encore aliénés plus d’un demi-siècle après leur indépendance ?

Hulo Guillabert a qualifié de « cancer » les programmes scolaires « caricaturaux » et non conformes aux identités et valeurs africaines : « Le cancer de la géographie européenne, apprise par cœur, du spectre de ces grands rois européens qui hantent l’esprit de nos enfants, alors que les nôtres sont totalement absents. Nos rois sont présentés comme des despotes, sanguinaires et esclavagistes. Il ne faut plus laisser l’Occident éduquer nos enfants de loin. » On serait tenté de dire : mais qu’attendent-ils donc pour prendre en charge l’éducation de leurs enfants ?

Une simple remarque, tout de même : si la Sénégalaise Hulo Guillabert et le Maghrébin Abdelkader Messahel peuvent se parler, s’entendre et se comprendre, c’est bien à l’éducation « colonialiste » française qu’ils le doivent, non !

Et si l’Afrique, y compris le Maghreb, voit nombre de ses enfants honorés par les prix Goncourt, Renaudot et autres – Leïla Slimani et Yasmina Reza ces derniers jours, Yasmina Khadra et Kamel Daoud, ces dernières années et, plus anciennement, Tahar Ben Jelloun, Amin Maalouf, le Malien Yambo Ouologuem, l’Ivoirien Ahmadou Kourouma, le Congolais Alain Mabanckou, le Guinéen Tierno Monénembo, la Rwandaise Scholastique Mukasonga, et j’en oublie -, c’est bien grâce à la culture, transmise par l’éducation de cette « colonisation » française, qu’ils doivent cette reconnaissance de leur talent !

Manuel Gomez

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Theresa “Iron Maiden” May respecte la voix du peuple britannique : une leçon

7 Novembre 2016, 07:15am

Publié par Thomas Joly

« Le résultat a été clair. Il est légitime. Les parlementaires qui regrettent les résultats du référendum doivent accepter ce que le peuple a décidé », déclarait aujourd’hui Theresa May, Premier ministre britannique. Une leçon d’esprit démocratique que feraient mieux d’entendre nos responsables politiques, souvent tentés de mépriser les Français. Effrayés par la démocratie directe depuis 2005, les différents exécutifs qui se sont succédé n’ont plus organisé de référendums. Ils sont censés « représenter » mais s’en éloignent chaque jour un peu plus.

Face aux parlementaires tentés de bloquer le Brexit, après que la Haute Cour a jugé qu’ils devaient être consultés, Theresa May et son gouvernement conservateur se montreront inflexibles, conscients de l’ampleur historique de la tâche qui leur a été confiée. Les parlementaires eurolâtres ne pourront pas empêcher ce que les Britanniques ont souverainement décidé, faisant fi des cris d’orfraie de la communauté internationale, des « pipoles » moralistes et de la classe médiatique. Le processus de mise en œuvre de la sortie de l’Union européenne sera lancé en mars, selon les souhaits de Theresa May.

« Ce n’est pas dans l’intérêt du pays, et cela ne nous aidera pas à obtenir de meilleures conditions pour la Grande-Bretagne. Nous devons maintenant nous concentrer sur la recherche de la meilleure issue. Cela signifie maintenir notre plan et notre ordre du jour, développer notre stratégie de négociation et ne pas mettre toutes nos cartes sur la table », a ainsi jugé celle qui fut députée de la circonscription de Maidenhead (un nom prédestiné).

Déterminée, intelligente, soucieuse des intérêts de la Grande-Bretagne, Theresa May est une dirigeante qui paraît à des années-lumière de ses contemporains européens.

La comparaison avec la France est très cruelle. Alors que nos voisins ont regagné leur indépendance et lancent une politique volontariste de réindustrialisation, notre Président se couvre de ridicule en se confessant à des journalistes, trahissant sans sourciller les secrets d’État les plus sensibles… Comprenons bien que la plupart des candidats déclarés aux élections présidentielles à venir entendent ne surtout rien changer.

Représentativité ? Personne n’envisage d’instaurer la proportionnelle. Insécurité ? Ils ne proposent que des réformettes. Immigration ? À l’exception de Marine Le Pen [et encore...], aucun candidat ne remet en cause la logique migratoire à l’œuvre aujourd’hui. Ces observations valent pour toutes les questions majeures. De leur côté, les Britanniques ont eu la chance d’élire David Cameron, un Premier ministre qui a fait concrètement ce qu’il avait promis en organisant le référendum. Une chance confirmée par la conservatrice Theresa May.

L’une des principales raisons du déclin de l’Occident est que ses élites n’ont pas su, ou pas voulu, entendre le bon sens populaire. Collectivement, les vieux peuples historiques sont sages. Légataires de centaines d’années d’Histoire, ils savent d’instinct ce qui est bon pour leur pays. Maintenant, il serait temps de faire confiance aux Français en organisant des référendums sur les sujets qui les engagent.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Ils aiment les immigrés sans les connaître

7 Novembre 2016, 07:12am

Publié par Thomas Joly

Après avoir démontré que le gauchiste est très généralement un membre de la bourgeoisie défendant en priorité ses intérêts de classe, grâce à « l’armée de réserve du Capital » (l’immigration), et décrit sa lutte éternelle contre la prise du pouvoir par le prolétariat - aujourd’hui naturellement acquis à la cause nationale grâce à sa compréhension du rôle protecteur joué par un état patriote (les ouvriers votent FN) - nous pouvons analyser les autres facettes de l’illégitimité foncière du gauchiste à parler d’un réel qu’il ne connait pas.

L’argument souvent décrié par le gauchiste du « j’ai un ami noir ou arabe », prononcé par le prolétaire pour se défendre d’une accusation de racisme, est assez éloquent ; en effet, le bourgeois de gauche n’a que très peu côtoyé l’extra-européen au cours de sa vie, compte-tenu de sa caste sociale de naissance, que ce soit à l’école, dans les très coûteux établissements d’enseignements supérieurs qu’il a fréquentés ou à son travail de cadre, de banquier ou de fonctionnaire bien placé, sans parler de son habitat très éloigné des banlieues multiculturelles.

Aussi, un simple coup d’œil sur sa liste d’amis Facebook démontre toute son hypocrisie par l’uniformité raciale des relations sociales qu’il entretient. Il n’est ami qu’avec des blancs, ce soi-disant amoureux du tiers-monde ! Le prolétaire, lui, va dans des écoles, et exerce métiers et loisirs de prolétaires… où il est bien plus à même de connaitre et d’échanger avec l’autre partie de la population défavorisée, comme il l’est lui-même. C’est à dire des noirs, des Maghrébins, et des Européens de l’est (polonais, balkaniques, roumains). 
Le prolétaire peut parler du comportement et de la nature des immigrés, car IL LES CONNAIT VRAIMENT.

L’immigré n’est pas un problème pour le riche possédant de gauche, il n’est en aucun cas un concurrent ou une source d’insécurité (puisque le bobo ne le croise jamais ou presque), bien au contraire en divisant le prolétariat et en empêchant toute lutte méritocratique pour le pouvoir et l’influence, il peut garder à jamais sa place de nanti ; en sa qualité de bourgeois, il sait pertinemment que la baisse des salaires (des prolétaires bien sûr) lui fera faire des économies qu’il pourra réinjecter pour son propre intérêt dès lors qu’il en aura besoin dans ses travaux, ses services ou ses biens de consommation au quotidien.  

Sa « haine de soi » n’en est pas vraiment une. C’est un égoïsme bien dissimulé. C’est aussi et surtout un refus de la lutte hiérarchique entre les hommes ; il se sait parfaitement illégitime et faible dans la compétition pour la survie, et n’a aucun intérêt à démarrer une compétition avec ses semblables, c’est pourquoi il renverse le jeu en niant les différences qualitatives entre les êtres dans ses discours, et en rabaissant le prolétaire blanc, lui reprochant par une inversion totale des valeurs toutes les aliénations du Capital dont il est pourtant la clé de voûte contemporaine.

D’où sa haine de la religion (1789 : lui, le bourgeois remplaçant l’aristocratie catholique), et encore une fois c’est assez ironique : pour en revenir à la problématique des migrants, ce sont bien aujourd’hui des familles catholiques et pieuses qui, contrairement aux riches gauchistes, prennent de leur temps et de leur énergie pour les accueillir chez eux, les nourrir et les aider à s’installer en France. Les « affreux religieux » sont les plus ardents défenseurs de la cause immigrationniste. Et pourtant, Mélenchon et toute sa clique continue de les détester viscéralement.

Double voire triple illégitimité dans le débat public du bobo, nous rappelant l’aspect essentiel de l’appartenance de classe comme ciment idéologique, et la lutte constante entre le producteur sédentaire (fermier, salarié, ouvrier) et le nomade parasite et cosmopolite (travaillant à la fonction publique, à la solde de l’Etat avec tous les avantages qui vont avec)…

Les symboles communistes qu’il tend à montrer dans les manifestations et les défilés avec allégresse, c’est bien joli… mais a-t-il seulement et ne serait-ce qu’une fois, vu ou utilisé une vraie faucille ou un vrai marteau ? Je parle des outils qui permettent de travailler, pas de l’image d’Epinal qu’on voit sur les drapeaux rouges.

Cédric

Source : http://suavelos.eu

Voir les commentaires

Succès de la réunion militante à Caen... malgré les gauchistes !

6 Novembre 2016, 12:45pm

Publié par Thomas Joly

Succès de la réunion militante à Caen... malgré les gauchistes !Succès de la réunion militante à Caen... malgré les gauchistes !
Succès de la réunion militante à Caen... malgré les gauchistes !
Succès de la réunion militante à Caen... malgré les gauchistes !Succès de la réunion militante à Caen... malgré les gauchistes !

Samedi soir, à l'invitation du Parti de la France du Calvados, Thomas Joly, Secrétaire général du PdF, a pris la parole devant une trentaine de militants et de sympathisants de la cause nationale.

La soirée ne s'est pas déroulée à l'endroit prévu, car une manifestation d'une dizaine de pro-migrants - quelques étudiants crasseux accompagnant des retraités - a été le prétexte pour le personnel de l'Hôtel Le Crocus (2 rue de la Folie - 14000 Caen), de faire annuler la tenue de notre réunion dans leurs locaux, en affichant ouvertement leur opposition aux idées nationales, ce qui n'est pas l'attitude la plus professionnelle et courageuse que pouvait avoir cet Hôtel, que nous déconseillons bien entendu à tous les patriotes de la région.

Après que les joyeux lurons et leur banderole "solidarité avec les migrant-e-s" aient été expulsés par les forces de l'ordre, c'est donc dans notre local que la soirée a finalement pu se dérouler, avec un retard de quarante-cinq minutes, ce qui n'a pas empêché notre Secrétaire général Thomas Joly de se livrer à un discours enflammé devant un public ravi et gonflé à bloc.

Les participants ont été conquis par un discours très offensif sur le "vivre-ensemble", l'invasion afro-maghrébine et notre projet de création d'une Garde Nationale. Un discours plein de solutions pour notre continent et notre belle Nation, suivi de nombreuses questions témoignant de l'intérêt du public pour nos idées.

A l'issue de cette intervention, chacun a pu se retrouver autour d'un plat traditionnel européen servi sur place.

L'ambiance conviviale de cette soirée "improvisée" au local de la section a été appréciée de tous et a permis de nombreux échanges entre les participants, qui promettent des lendemains radieux pour le nationalisme dans le Calvados !

Pour être tenu au courant de nos prochaines réunions, actions et manifestations, contactez-nous à l'adresse pdfcalvados14@gmail.com !

Source : http://www.pdf14.fr/2016/11/hier-soir-a-l-invitation-du-parti-de-la-france-du-calvados-thomas-joly-a-donne-un-discours-devant-une-trentaine-de-militants-et-de-s

Voir les commentaires

Hébergement, nourriture, formation, emploi : le « pack » d’Emmanuelle Cosse pour les migrants

6 Novembre 2016, 11:28am

Publié par Thomas Joly

Jeudi 3 novembre, à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne), la plantureuse Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable et la Marocaine Myriam El Khomri, ministre du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, ont rendu visite à des pseudo-réfugiés accueillis au sein d’un dispositif d’intégration par l’hébergement, la formation et l’emploi.

En Île-de-France, ce sont 100 migrants, jusqu’alors hébergés en Centres d’hébergement d’urgence (CHU), qui bénéficient de ce programme expérimental. Mis en œuvre par la préfecture en partenariat avec l’Association pour la Formation professionnelle des adultes (AFPA), Pôle Emploi, le Fonds d’assurance formation du travail temporaire (FAFTT) et Humando, une entreprise de travail temporaire d’insertion, ce programme vise à faciliter l’intégration de ces envahisseurs par un accompagnement vers l’emploi.

50 d’entre eux sont accueillis au centre AFPA de Champs-sur-Marne, en Seine-et-Marne, et bénéficient d’une formation linguistique intensive pendant 4 mois ainsi qu’une aide au montage de leur dossier de demande du statut de réfugié. Le centre offre aussi aux stagiaires hébergement et restauration (halal ?) pendant la durée de la formation.

Source : http://www.fdesouche.com/786059-hebergement-nourriture-formation-emploi-le-pack-pour-les-migrants-demmanuelle-cosse

Voir les commentaires

Remontée de Trump : l’oligarchie démocrate joue son va-tout

6 Novembre 2016, 11:05am

Publié par Thomas Joly

Le président Obama, son épouse Michelle, le vice-président Biden, le dépité Bernie Sanders, les paléo-féministes du baby-boom, les rappeurs et starlettes, les « grands » médias, les élites, PAC et Super PAC, tous s’y mettent du haut des remparts : à court de flèches et d’huile bouillante, ils descellent et jettent les pierres du chemin de ronde, espérant écraser la remontée de ceux d’en bas… les « déplorables » de Trump. Il ne manque plus que les Saoudiens et leurs 14 firmes américaines de lobbying…

Les sondages officiels se sont resserrés en une semaine, au point que certains commentateurs, comme Bret Baier, prédisaient vendredi que ni Clinton ni Trump n’obtiendraient les 270 délégués nécessaires, la nomination présidentielle incombant alors à la Chambre des représentants, elle-même en réélection ce 8 novembre.

L’inquiétude se lit dans les yeux des commentateurs, comme d’un Barack Obama déchaîné, sorti de sa réserve présidentielle.

La thématique, après un moment de panique, tente de se structurer suivant la « méthode Clinton » : nier, détourner, massacrer. On en est au massacre.

D’abord celui de James Comey, directeur du FBI, accusé d’infraction électorale parce que s’immisçant dans le processus pour favoriser ses « amis » républicains. Puis des agents du FBI eux-mêmes, surnommés « Trumpland », à cause de leurs relations avec le « tombeur de la mafia », l’ancien procureur puis maire de New York, qui seconde activement Trump. Les acolytes parlementaires de Clinton viennent de demander au ministre de la Justice, autre acolyte – madame Loretta Lynch -, d’ouvrir une enquête contre Giuliani et les agents du FBI pour les « fuites » qu’ils auraient organisées à des fins électoralistes.

Plus grave : Bret Baier, de Fox News, a été mis au pilori pour avoir dit, jeudi, que « ses sources » indiquaient une grande probabilité d’inculpation de Clinton dans l’affaire des courriels, cependant que l’enquête sur les corruptions présumées de la fondation Clinton s’intensifiait. Le Trumpo-sceptique Baier, homme d’establishment lui-même et vivant selon leurs règles, a dû s’excuser publiquement.

Du coup, Fox et les Murdoch sont sous carton jaune, en danger d’avilissement. CNN n’a pas tardé, assurant la promotion du nouveau livre de Megyn Kelly, la journaliste de Fox News spécialiste du féminisme à but lucratif qui avait fait tomber son PDG Roger Ailes (ami de Trump) dans une affaire de harcèlement sexuel. Ainsi le message devient : Ailes = prédateur = Trump = prédateur = Fox = Baier = Giuliani = FBI = Russie = Comey = Trump.

Méga-puissante Russie… CNN rappelle ainsi que le gouvernement américain s’inquiète d’une cyber-attaque de Poutine le jour de l’élection, soit pour truquer les résultats, soit pour semer le chaos dans les transports en commun afin de « supprimer le vote » des électeurs de Clinton.

Reste l’assaisonnement, peu efficace : on ressort le dossier immigration de Melania Trump, de nouvelles affaires sexuelles pour Trump, et le « Bridgegate » de Chris Christie, dont deux proches sont déclarés coupables.

Les dés sont jetés. Deux questions restent en suspens : combien de prolétaires abstentionnistes chroniques vont venir voter pour Trump ? Et combien d’immigrants illégaux auront réussi à se faufiler dans les listes électorales ?

André Archimbaud

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Quand Hollywood nie l’histoire humaine

5 Novembre 2016, 10:33am

Publié par Thomas Joly

Exemples paroxystiques du marxisme culturel ayant court en Occident, les films historiques actuels participent de la réécriture de notre histoire. Révisionnistes, voire purement négationnistes, ces œuvres travestissent nos mythes au nom de l’idéal égalitariste qui impose la discrimination dite « positive ». Chaque film sur le Moyen Âge européen se doit d’avoir son quota d’acteurs de type africain alors que ces sociétés simples étaient homogènes sur le plan ethnoculturel. C’est ainsi, les faits sont têtus, comme le disait le camarade Lénine.
 
Hannah Arendt expose, dans La Crise de la culture, une caractéristique de l’éducation américaine, qui tend aujourd’hui aussi à être notre façon d’éduquer les enfants mais aussi les adultes : « Même en Amérique, le monde dans lequel les enfants sont introduits est un monde ancien, […] construit par les vivants et les morts et qui n’est nouveau que pour ceux que l’immigration vient d’y introduire. Mais là l’illusion est plus forte que la réalité, car elle jaillit directement d’une expérience fondamentalement américaine : que l’on peut fonder un nouvel ordre, et qui plus est le fonder avec la conviction intime d’une continuité historique… »
 
Les images filmés ne sont pas passées au filtre de la critique. Ainsi le spectateur passif prend-il la fiction pour une réalité, son inculture faisant le reste. Demain, nos enfants croiront probablement que Lancelot et Jules César n’étaient pas des Européens puisque les acteurs qui les incarnent sur les écrans ne le sont pas.

La plupart des œuvres de fiction sont, de nos jours, sujettes au politiquement correct, à la pensée unique et à la propagande. Afin de créer le monde tel qu’on voudrait qu’il soit, c’est-à-dire une utopie multiculturelle inédite, il faut que monsieur Tout-le-Monde pense qu’il en fut toujours ainsi. D’où les castings métissés dans des films traitant de périodes où l’ultra-majorité de la population, paysanne et sédentaire, voyait en ses voisins les plus proches des étrangers aux mœurs incompatibles.
 
Double mépris qui s’exerce tant à l’encontre des peuples qui découvrent une histoire, un pays et un mode de vie à la télévision qui ne sont pas les leurs qu’à l’encontre de la fiction cinématographique, salie par l’irruption du faux comme enjeu obligatoire de la création. Pourtant, cela ne semble pas déranger le moins du monde les « décodeurs », les matons de Panurge ou les objecteurs de conscience de l’empire du bien. Du moins, quand cela touche à la réécriture de notre histoire.
 
En effet, gare à ne pas « travestir » l’histoire de cet autre idéalisé. On se souvient, notamment, du scandale qui a éclaté lorsque l’actrice Angelina Jolie a été choisie pour incarner la reine Cléopâtre. Immédiatement, les associations dites antiracistes ont hurlé à l’imposture. Le film n’a d’ailleurs toujours pas vu le jour. Pareillement, Leonardo DiCaprio a été empêché de jouer le rôle du poète persan Djalal ad-Din Muhammad Rumi car Hollywood craignait un procès en « whitewashing »...

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr/

Voir les commentaires

Islamo-gauchisme + islamo-capitalisme = haine de l’identité française

5 Novembre 2016, 10:16am

Publié par Thomas Joly

Quel est le point commun entre Clémentine Autain, Jean-Luc Mélenchon, Edwy Plenel, Roger Garaudy ? À en croire le Premier ministre Manuel Valls, comme le secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen, ils constitueraient l’Axe « islamo-gauchiste » par excellence, soit cette frange infantile du gauchisme folâtrant avec les fous d’Allah, troquant volontiers Le Capital de Marx contre le gros livre vert du Coran.

Dans une tribune rééditée par Le Figaro, cet été, l’historien de gauche Jacques Julliard se demandait « pourquoi et comment une poignée d’intellectuels d’extrême gauche, peu nombreux mais très influents dans les médias […] ont-ils imposé une véritable sanctuarisation de l’islam dans l’espace politique français ? » Et de suggérer que « l’islamo-gauchisme est né du jour où l’islamisme est devenu le vecteur du terrorisme aveugle et de l’égorgement. Pourquoi cette conversion? Parce que l’intelligentsia est devenue, depuis le début du XXe siècle, le vrai parti de la violence. Si elle préfère la Révolution à la Réforme, ce n’est pas en dépit mais à cause de la violence. » Pour être complet, il estimait également que la « haine du christianisme » constituait le second moteur de cette islamophilie crypto-marxiste.

Dans un ouvrage publié ces jours-ci, l’islamologue Gilles Keppel s’en prend, en un semblable élan polémique, aux « idéologues utiles des islamistes », qu’il qualifie d’« autruches de la pensée dénégationniste ». Pour lui, leur « cécité les conduit à minimiser le péril djihadiste de peur de désespérer Molenbeek comme les compagnons de route du Parti communiste s’interdisaient de dénoncer les exactions du stalinisme de peur de “désespérer Billancourt” » (L’Obs, 2 novembre).

C’est bien vu, mais, somme toute, insuffisant. Car Julliard comme Keppel et, dans une certaine mesure, Michel Onfray paraissent reléguer l’islamo-capitalisme – cette autre face de l’islamolâtrie à la mode – dans un impensé politique d’autant plus regrettable qu’il est, chronologiquement, à l’origine de l’islamisation de la France et de l’Europe.

Dans le souci inconséquent d’augmenter ses bénéfices tout en pesant à la baisse sur les salaires des travailleurs indigènes, le grand patronat apatride n’a-t-il pas encouragé, dès les Trente Glorieuses, avec la complicité aveugle des politiques, à ouvrir toujours plus largement les vannes de l’immigration ? Avec, qui plus est, la bénédiction de ces mêmes gauchistes impénitents qui, sous couvert d’antiracisme militant, furent les idiots utiles de ce capitalisme nomade.

Mais surtout, l’exécration commune des identités enracinées rapproche encore davantage le mondialisme financiaro-libéral du cosmopolitisme gaucho-libertaire. Ainsi, à peu de frais, voit-on reparaître, depuis quelques années, ce que Pierre-André Taguieff dénommait « l’antisionisme arabo-islamophile », soit une reviviscence du vieux fond de sauce antisémite qui caractérisa, en propre, la gauche française du XIXe siècle à la collaboration.

À ce compte-là, il serait aisé d’en conclure que le racisme anti-français n’est qu’un avatar de l’antique « haine du Juif », lequel « se voit alors exposé au double reproche de communautarisme et d’être relativement réfractaire au métissage, par les extrêmes gauches, les pseudo-écologistes et autres altermondialistes », selon le psychanalyste Georges Gachnochi.

Pourtant, paradoxalement, notre sort ressortirait bien plus à celui des Palestiniens…

Aristide Leucate

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Tir à boulet rouge-brun sur la triple bouse Bourdin : destruction d'un « mite »

4 Novembre 2016, 07:35am

Publié par Thomas Joly

Déverser sa bile sur les journalistes, c’est un peu comme écrire un pamphlet à l’adresse d’un bébé trisomique qui bave sur votre épaule dans le bus, provoquer en duel le cafard noir qui dévore votre soupe chinoise décongelée, ou encore attaquer en justice un étron canin semi-liquide qui vous a fait glisser sur le trottoir : c’est dérisoire tant l’objet de votre colère est insignifiant, comme sub-existant.

C’est vrai, dans l’histoire de France, il suffit de secouer une chaîne de radio ou de TV et là, il tombe un nombre incalculable de glands définitifs que l’Histoire avec ses crocs blancs et justes, a dévoré, digéré et pété dans l’atmosphère qui ne s’en souvient plus.

Pas une trace.

Rien.

Pas même une odeur.

Certaines flatulences de lapin ont plus de postérité.

Toute personne qui prétend parler du monde est de parti pris par essence, et ce pour deux raisons :
– La première est d’ordre quantitative : le réel se manifeste chaque seconde par une infinité d’événements. Il est donc impossible d’être exhaustif sur le compte rendu fait au sujet de l’actualité de la planète terre. Il faut, ô blasphème, choisir, hiérarchiser et en fin de compte, discriminer parmi tous les phénomènes humains ou non, ce qui doit devenir « information ».
– La seconde est d’ordre qualitative : une fois l’information choisie, elle n’est rien si on ne la qualifie pas. Plus l’information concerne la vie des hommes et des sociétés et plus il est difficile d’être factuel. On peut dire : demain il fera beau à Marseille. En revanche, dites le plus objectivement possible : « Des centaines d’hommes de couleur noir sans papiers français campent sur le boulevard Stalingrad à Paris » et vous trouverez toujours une larve Apathique ou un caca Bourdin pour vous tancer républic-haine-ment : « Comment noirs ? Ce sont des hommes. Papiers ou pas on s’en fout, ils fuient la guerre, et caete prout. »

Si vous m’avez bien suivi, l’objectivité en cette matière consiste en fait à assumer sa subjectivité, c’est-à-dire sa vision du monde, ses idées politiques et ses goûts. Et là, ô miracle tout devient clair : on comprend tout de suite pourquoi Jean-Francis Journalope préfère parler des « migrants » que des patrons de PME, des pompiers, des paysans qui se suicident et pourquoi une Léa Salamescouilles appelle « jeunes » des envahisseurs barbares qui balancent des cocktails Molotov sur la police.

Il n’y a pas plus « idéologique » aujourd’hui au sens de Marx que de nier les idéologies (au sens d’idées politiques) et de se faire l’apôtre virginal de la neutralité.

Des idéologies, depuis la chute du mur c’est terminé ces enfantillages !

L’Histoire ? Elle est morte l’Histoire non ? C’est Fukubidulle qui le dit !

Des complots, où ça des complots, ou ça ? Fasciste ! Nazi !

Au sein d’une dictature totalitaire, il y a deux sortes d’hommes qui se sentent libres :

– Les crétins au sens clinique du terme qui, incapables de comprendre ce que je vous ai magistralement expliqué plus haut, réduisent l’immensité et la complexité du monde à la petitesse et la simplicité d’un torche cul comme Libération ou d’un vide ordure acoustique comme RTL. Pour eux le logo « vu à la télé » est un gage de qualité et tant qu’à 20 heures, le diablotin Pujacrasse n’a pas dit « il pleut », ils ne sentent pas les gouttes d’eau tomber sur eux. Noyés, ils se sentent secs
– Les gamelards, ceux qui en croquent, ceux qui valident le pouvoir soit par conviction soit par intérêt, soit les deux. Pour eux, le monde va comme sur des roulettes, leurs placements rapportent, leurs putes gorgeprofondisent et avalent : tout va pour le mieux. Les clodos peuvent crever, la classe moyenne, cette meute de cochons, peut bien « grogner », ça va pas gâcher leur réveillon.

La France est au dernier stade de nigrescence ?

Que m’importe, mon popotin de catin est confortablement installé à la table dorée des nantis.

J’ai le rond de serviette numéro 666 au dîner du siècle et le numéro 6000000 au dîner du CRIF alors Dupont avec ses problèmes d’insécurité, de chômage, de déculturation, tu comprends, je l’encule en sifflotant l’Internationale.

Bourdin se présente justement comme l’ « homme libre », rien que ça !
Déjà, Jean-Jacques, c’est pas très sympa pour les collègues, car ça voudrait dire que, eux, à l’inverse de toi, ne sont pas « libres », en gros, qu’ils font le tapin et qu’ils taillent de gouleyantes pipes avec leur langue de bois, à longueur de journée, aux maîtres incontestés de ce monde.
C’est pas très sport ça !
Carton rouge !
Bourdarin de Baracon !
Matamore de mes deux !

Vieil eunuque radiophonique qui a l’outrecuidance de dire qu’il est autre chose qu’un pantin au service de l’oligarchie. Tu es le prototype même du gigolo pecnocrate à la solde des blattes technocrates qui n’osent pas montrer leur affreux visage, le parfait faussaire, Monsieur le meilleur ami du peuple parce que (merci maître) tu daignes bien leur « donner » la parole alors que toutes tes orientations politiques (Immigration, Europe…) sont autant de poignards qui chaque jour assassinent des Français.

Liberté d’expression ? Non, c’est plutôt cause toujours comme disait Coluche.

Ton émission est à proprement parler un chiotte pour les cœurs et les cerveaux gaulois qui déversent leurs excréments passionnels et verbaux pour ne pas exploser et risquer de salir les vitres de ta Porsche, joujou qui fait vrouvroum, hochet à essence que la camarilla mondialiste te concède pour tes zélés services.
Alors Bourdin, idiot ou collabo ?
Il y a peut-être une autre réponse, plus psychologique. Peut-être que Mister PAF a mauvaise conscience.
Bichette.

Il n’arrive pas à accepter qu’enfant alors innocent, il collait avec papounet des affiches pour Tixier-Vignancour, le Le Pen de l’époque. Alors, il croit peut-être enterrer ses souvenirs sous le crottin dégoulinant de sa bonne conscience qu’il déverse tous les matins aux oreilles du peuple souffrant.
« Bonne » au sens de bonniche.
Cela va sans dire.

Romain Guérin

Source : http://suavelos.eu

Voir les commentaires

Primaire de la droite et du centre : un autre match nul !

4 Novembre 2016, 07:23am

Publié par Thomas Joly

Quel spectacle ! Quelle ordalie… Quelle idée, surtout, ont eue nos postulants « Républicains » d’aller se fourvoyer dans un tel boutre. Ils sont toujours sept pour cette deuxième saison d’une sitcom finalement sans surprise : Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Bruno Le Maire, Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Frédéric Poisson.

Et cette étrange impression consistant à voir que six de ces personnes – à l’exception du dernier –, ont tous participé à des degrés divers, aux plus hautes fonctions de l’État ; pour ensuite nous expliquer ce qu’ils feraient si d’aventure ils étaient à nouveau au pouvoir. Et entreprendre demain ce qu’ils n’ont pas mis en œuvre hier, on imagine. Voilà qui n’empêche pas de vilaines effluves de partouze consanguine : ils se tutoient tous.

Sarkozy rappelle à ses contradicteurs qu’ils ont tous travaillé sous son autorité. Fillon fait en sorte qu’on n’oublie pas qu’il les gouverna. Copé qu’il dirigea l’UMP. Juppé qu’il fut aussi Premier ministre avant les autres. Le Maire qu’il n’est pas non plus le perdreau de l’année. NKM qu’elle est jeune et finalement moins de gauche que de droite, ou le contraire.

Poisson, on ne le tutoie pas : c’est l’intrus tombé dans le bocal.

Le tout ressemble finalement à une sorte de réunion d’alcooliques anonymes. Où tout le monde s’appelle par son prénom. Ou tout un chacun explique comment et pourquoi il a fauté et de quelle manière il entend se racheter. Après, dans le registre de la contrition, les rapports troubles entretenus par la France, le Qatar et l’Arabie Saoudite, sans oublier nos équipées hasardeuses en Libye et en Syrie. Là, grand malaise sur le plateau, vu que tout le monde en a plus ou moins croqué, hormis Jean-Frédéric Poisson, one more time.

Puis, question apparemment plus cruciale : les rapports avec François Bayrou. Houloulou, pire qu’Halloween, façon citrouille et grandes oreilles… Près d’un quart d’heure de purge sur le sujet. Bayrou or not Bayrou ? Le problème, c’est que tout le monde s’en fout. Ensuite, puisque le téléspectateur le vaut bien, la question lepéniste. Contre le Front national, le front républicain ou celui du ni-ni ? Là, tout le monde se prend plus ou moins les pieds dans le tapis volant. NKM se prend pour Jeanne d’Arc, Le Maire pour Ernest Renan, Copé pour Zorro et les autres pour des Schtroumpfs. Sauf Jean-Frédéric Poisson qui maintient un semblant de dignité dans le débat, same player shoots again.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !

4 Novembre 2016, 07:14am

Publié par Thomas Joly

Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !
Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !
Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !
Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !
Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !
Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !

En début de semaine, une équipe du Parti de la France du Calvados est allée informer les habitants de Bretteville-sur-Laize de son intention de renvoyer chez eux les migrants qui ont été déversés dans cette commune par le gouvernement socialiste actuellement en place.

L'ensemble des riverains rencontrés s'est montré réceptif, voire même enthousiaste, à l'évocation de nos solutions, preuve que nos solutions politiques sont prises pour ce qu'elles sont : de simples solutions de bon sens !

D'ailleurs, nous n'avons toujours pas rencontré la soi-disant majorité pro-migrants dont a récemment parlé le journal militant antinationaliste Ouest-France.

Nous invitons d'ailleurs tous les Calvadosiens et tous les Brettevillais à nous rejoindre, afin qu'ils se retrouvent au sein de notre organisation ancrée dans la réalité, en totale opposition avec les opinions d'une presse mensongère et déconnectée des préoccupations réelles des Français.

Voir les commentaires