Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Tous les Robert Ménard de France n’ont qu’un tort : avoir raison trop tôt !

26 Avril 2017, 06:23am

Publié par Thomas Joly

Le Tribunal révolutionnaire ne connaissait qu’une alternative : l’acquittement ou la mort. Il pouvait juger sur simples présomptions, en utilisant des « preuves morales ». Robert Ménard a dû y penser lorsque le successeur de Fouquier-Tinville a requis contre lui, le 8 mars dernier, une peine de 1.800 euros d’amende pour « provocation à la haine raciale ». Le tribunal est allé au-delà, en condamnant le maire de Béziers à 2.000 € d’amende, à des dommages-intérêts et à 1.000 € d’indemnité de procédure pour chacune des associations qui s’étaient jointes à la procédure.

La relaxe n’existe pas, ou presque, devant ce tribunal chargé de juger l’opinion. La XVIIe chambre du TGI de Paris a pour attributions les délits de presse. Composée de magistrats spécialisés, volontaires et politisés, elle sanctionne impitoyablement toute pensée déviante. Bras séculier de l’Inquisition antiraciste, elle veille avec rigueur à l’orthodoxie de la pensée, de la parole et des actes.

Parfois, elle inflige des stages de citoyenneté, sortes de séances d’autocritique à la lumière des « valeurs de la République ». Souvent, elle condamne à des amendes, parce qu’elle en connaît la valeur dissuasive et le poids pour ceux qui, comme Robert Ménard, ne s’enrichissent pas au contact des puissants.

Son crime ? Avoir déclaré, sur Twitter : « #rentréedesclasses : la preuve la plus éclatante du #GrandRemplacement en cours. Il suffit de regarder d’anciennes photos de classe. » Puis, quelques jours plus tard sur LCI : « Dans une classe de centre-ville de chez moi, 91 % d’enfants musulmans. Évidemment que c’est un problème. »

La loi de 1881 sur la liberté de la presse (on ne rit pas) prévoit, en son article 24 : « Ceux qui, par l’un des moyens énoncés à l’article 23, auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d’un an d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende. »

Ce texte, inutilisé lorsqu’un journal satirique publie une caricature de Benoît XVI sodomisant un enfant de chœur, n’a qu’une fonction : empêcher toute critique de l’islam dans notre société démocratique. Il est tellement flou qu’il permet n’importe quelle interprétation. Loin d’expressions de haine outrageante ou d’atteintes à la dignité, les seuls constats d’une réalité visible lui permettent de condamner le déviant, le révisionniste, le suppôt du nazisme et des heures les plus sombres de notre histoire… Déclaré conforme à la Constitution, c’est une arme de guerre terrifiante à laquelle chacun d’entre nous peut être confronté un jour.

On sait comment les « juges » du Tribunal révolutionnaire, et Fouquier-Tinville lui-même, ont fini leur sinistre carrière. Si, ce qu’à Dieu ne plaise, d’autres traditions que les nôtres s’imposent un jour dans la loi française, il ne sera plus temps de juger les « incitations à la haine raciale ». Ceux-là mêmes qui s’érigent aujourd’hui en gardiens du temple s’apercevraient bien vite que tous les Robert Ménard de France n’avaient qu’un tort : avoir eu raison trop tôt.

Le combat de Robert Ménard continue : il a interjeté appel de cette décision inique. Et, avec lui, les millions de Français qui se taisent, mais n’en pensent pas moins…

François Teutsch

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Venezuela communiste : du sang et des larmes

26 Avril 2017, 06:09am

Publié par Thomas Joly

Dans un pays classé parmi les dix premiers plus grands producteurs de pétrole et dont les réserves seraient parmi les premières du monde, mais qui est ruiné par une gestion politique, économique et sociale catastrophique, le président Maduro continue de s’arc-bouter sur son pouvoir puisqu’il aura réussi à éviter le référendum révocatoire pourtant inscrit dans la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela.

Au prix du sang et des larmes de son peuple, dont il n’a visiblement que faire, malgré l’amplification de la contestation populaire depuis plusieurs semaines et les manifestations monstres à Caracas mais aussi dans tout le pays aux cris de « No a la dictadura » et « Eleccionnes ».

Des manifestations toujours plus violentes : onze morts dans des affrontements avec les forces de l’ordre et une dizaine de personnes ont également perdu la vie au cours des nombreux pillages…

Selon le dernier sondage de l’institut Venebarómetro, 68 % des Vénézuéliens souhaitent le départ de Nicolás Maduro… Dans un pays non seulement frappé par la pénurie mais aussi la criminalité sous toutes ses formes : plus de 28.000 morts violentes en 2016, selon l’ONG Observatorio Venezolano de Violencia, dans un pays de 30 millions d’habitants qui souligne le délitement de la société vénézuélienne !

Enfermé dans une stratégie de fuite en avant, Maduro cherche — par des manœuvres multiples et dilatoires (appel à la tenue des élections régionales qui avaient été annulées en décembre, déclarations ambiguës sur la reprise du dialogue avec l’opposition, demande d’une nouvelle intercession papale dans ce conflit), et fort de la confiance de l’armée et des principaux cadres chávistes — à gagner du temps et faire face à la fronde populaire (rappelons qu’il avait remporté de justesse l’élection présidentielle en 2013 : 50,62 % des suffrages contre 49,38 % pour Henrique Capriles Radonski, l’un des principaux leaders de l’opposition, qui vient d’être déclaré inéligible pour quinze ans !).

Une stratégie qui repose sur une éventuelle et significative remontée des cours du pétrole qui serait inespérée sur le plan économique et/ou une éventuelle intervention « extérieure » qui serait, elle, inespérée sur le plan politique…

Ceci explique la position très prudente des pays leaders de l’OEA (Organisation des États américains) — Argentine, Brésil et Colombie —, qui « incite » à une élection présidentielle anticipée. Quant aux États-Unis, après la confiscation, la semaine dernière, de l’usine de Valencia du groupe américain General Motors et la multiplication des manifestations, le secrétaire d’État américain Rex Wayne Tillerson a déclaré « suivre les événements avec préoccupation »

Jean-Marie Beuzelin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

L'amant du policier gay et pro-migrants assassiné aux Champs-Élysées : « Vous n’aurez pas ma haine ! »

25 Avril 2017, 06:51am

Publié par Thomas Joly

L'image renvoyée par la cérémonie d'hommage à Xavier Jugelé, le policier victime d'une racaille djihadiste jeudi dernier sur les Champs-Élysées, est profondément déplorable. Entre le discours hippie de l'amant homosexuel et le pseudo-hommage de François Hollande qui, sous sa funeste mandature, peut compter presque 250 victimes du terrorisme islamique, voilà de quoi surmotiver les troupes de l'État islamique déjà présentes en France et en Europe.

On n'éradique pas le terrorisme avec du pacifisme béat et des incantations laïco-républicaines mais en désignant clairement l'ennemi et en lui faisant une guerre sans merci.

Voir les commentaires

Les mélenchonistes dans le texte

25 Avril 2017, 06:44am

Publié par Thomas Joly

Écoeurés par la défaite de leur gourou, qu’ils voyaient vainqueur – ou du moins au second tour – et qui finalement ne termine que 4e, les partisans du Staline de sous-préfecture se lâchent et montrent leur vrai visage pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore.

J’ai déjà parlé dans ces colonnes du forum politique des Cahiers du Football, dont l’orientation politique oscille entre l’extrême gauche et la gauche extrême. Voici la simulation électorale du site : Mélenchon 41 %, Macron 27,5 %, Hamon 14 %… Le Pen 4 % (dont jamais l’un d’eux n’a eu le droit à la parole) et Fillon 1,5 %. L’ouverture aux autres, mais qu’entre soi…

La plupart des zélotes du plus stalinien des trotskystes (et réciproquement) sont des enseignants et se flattent de leur culture. Des diplômés, des intellectuels, comme ce fleuron de l’université française qu’était Pol-Pot…  Jugeons par citations l’intellectuel de gauche dans toute sa splendeur.

L’enseignant de gauche est un modèle d’analyse pointue :  M. Ekraspeck, citation du 24 avril, 9 heures : «  Je pensais vraiment, profondément, que nos amis du bras tendus ne passerait pas le cut si le pays votait en masse, vu que leur bousier n’irait pas au delà des 6 millions de voix. Grosse erreur de ma part, on a 7.7 millions de débranchés du bulbe, et là on est dans la mouise sévère. Pourquoi? Parce que si on leur additionne les suffrages des bordures hystériques LR genre sens commun ou manif pour tous, l’exalté de l’Essonne qui nous fait un splendide 4.7%… (…) Il m’est insupportable d’envisager que les crânes rasés poussant leurs brouettes de potes avides de ratonnades, de saluts nazis et de français de souche, puisse avoir plus la banane qu’hier soir durant ces insupportables et condescendants reportages d’hier à Hénin Beaumont, zone sinistrée de la République ».

L’homme de gauche combat les clichés : M. C.E. Gourcuff, citation du 24 avril, 10 heures 27, au sujet des régions votant Le Pen : « le Nord (Alcolos-chômeurs, qui ont arrêté l’école à 12 ans pour épouser la cousine), l’Est (ancien allemands, vichy, collabos en tout genre),  le Sud-Est (racistes notoires, vieilles carnes brûlées par le soleil et peroxydées par le coiffeur). Rien de bien surprenant ».

L’homme de gauche combat le sexisme : MM. Lotbur, Et Mata Mord et Pariasano, citation du 24 avril, 15 heures 01/15h28/15h29 et 15h30 : « Ben oui, elle a un QI de 33 alors que sa tante n’a que 30. C’est énorme 10%… Et je trouve Marion plus capable d’embarquer les foules et de convaincre son auditoire. Pas sur le contenu bien entendu (heureusement d’ailleurs). En plus, elle a encore 5 ans pour apprendre. Pour casser le plafond de verre, je pense qu’elle s’y prendra bien mieux que Marine. C’est pour cela qu’il vaudrait mieux que Macron s’y prenne bien durant son quinquennat. Sans oublier que MArion est jeune et physiquement désirable, mine de rien, ça joue un peu. Oui, c’est son seul argument… »

L’homme de gauche est démocrate et tolérant : M. Gurney , citation du 24 avril 2017, 15 heures 53 : « J’ajoute une chose : FI ne pourra accéder au pouvoir qu’avec des voix qui ont votées FN hier soir.  Pour commencer à les voler, il faut se mettre à re-diaboliser le FN. Au final la dédiabolisation fait de plus en plus mal.  Quand j’entends ou lis que même les patrons des grandes entreprises commencent maintenant à voir Marine pendant les élections, je commence vraiment à flipper. Putain mais faites en sorte que ça redevienne impensable de dire « je vote FN » ».

L’homme de gauche est tolérant sur le plan religieux : M. PCarnehan, citation du 24 avril 2017, 02 heures 35 (oui, ils postent la nuit aussi, normal quand on peut dormir toute la journée…) : « Un petit mot à propos des échappés du cabanon de Sens Commun, qui viennent de pondre un dernier communiqué, avant de vraisemblablement retourner dans les latrines de l’histoire de France qu’ils n’auraient jamais dû quitter. Ceux que Juppé a justement qualifié de «radicalisés» appellent ce soir à ne pas choisir pour, je cite, « le pourrissement politique d’Emmanuel Macron ». De manière plus feutrée, ils se déclarent peu convaincus par le FN. Marine et Marion Lepen étant, selon les critères de leur weltanschauung, vraisemblablement trop pondérées. Voilà à quelle bande de cinglès nous venons d’échapper. »

L’homme de gauche respecte les immigrés qui sortent des clichés : M. VY Mako, citation du 24 avril 2017, minuit : « Cette Malika Sorel, c’est un peu une illuminée, non? ( pour ceux qui regardent encore France 2). Effectivement, à côté d’elle l’éditorialiste de Valeurs actuelles à côté d’elle avait presque l’air soft (j’ai dit presque). »

Parcourir les forums de gauche est en soi instructif et permet de voir leur vrai visage : la haine, l’ignorance, les préjugés, le racisme de classe.  Que chaque catholique, suivant les recommandations de Jean Ousset dans Pour qu’il règne, s’instruise sur l’ennemi. On en sait jamais assez, on ne s’instruit jamais trop. Et c’est un ancien des écoles des cadres du Partija qui vous le dit…

Hristo XIEP

Source : http://www.medias-presse.info/

Voir les commentaires

Une moukère hystérique vandalise une église à coups de hache en hurlant « vous êtes tous des mécréants ! »

25 Avril 2017, 06:41am

Publié par Thomas Joly

Dimanche matin vers 9h, une Maghrébine d’une vingtaine d’années, seule, habillée d’un manteau noir, se présente à l’office de tourisme de Rennes-le-Château pour demander les horaires d’ouverture de l’église. Elle avait, disait-elle, l’intention de la visiter. L’employée du site lui indique les horaires. La visiteuse décide alors de boire un café puis de déambuler dans les ruelles. Vers 11h15, elle demande à un restaurateur de se laver les mains. Quelques minutes plus tard, elle réapparaît habillée d’une longue cape blanche, d’un voile sur la tête et d’un masque style vénitien sur le visage.

Devant des touristes surpris, la jeune femme se réfugie dans la grotte dite de la vierge, à proximité de l’église, et téléphone longuement en arabe, puis rentre tranquillement dans l’église, sort une hache et se met à frapper sur le célèbre bénitier surmonté par la représentation d’Asmodée. Elle décapite le fameux diable rouge, lui coupe le bras et pose un coran à ses côtés, puis lacère le bas-relief de l’autel de Marie-Madeleine, devant des visiteurs ébahis. Ces derniers donnent l’alerte, le maire, Alexandre Painco, intervient. Il constate les faits et appelle la gendarmerie. Face à la jeune femme étonnamment calme, il lui demande pourquoi elle a commis ces actes. Elle répond posément : « Aujourd’hui, ici, c’est un jour d’élection présidentielle, pendant qu’en Syrie l’Occident bombarde et tue des enfants. Vous êtes tous des mécréants ! Mon mari est là-bas ».

Rapidement sur place, les gendarmes interpellent la jeune femme sans aucune résistance. Un périmètre de sécurité est établi dans le village, et une équipe de déminage arrivée dans l’après-midi se met à l’œuvre. Le maire n’en revient toujours pas : « Cette femme était déterminée et son geste prémédité. Elle a choisi ce jour d’élection, ce lieu précis, pour qu’il ait un impact médiatique important et ainsi porter atteinte à la République française. »

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Encore plus d’attentats : la promesse de Macron qui a séduit les Français !

25 Avril 2017, 06:38am

Publié par Thomas Joly

L’une des dernières déclarations d’Emmanuel Macron avant le scrutin est sans doute l’une des clés de son succès. Au lendemain de l’attentat des Champs-Elysées, il avoue au micro de RTL : « Je ne vais pas inventer un programme antiterroriste dans la nuit. »

À ces mots, le sang de l’électeur ne fait qu’un tour : Macron est l’homme de la situation. C’est lui. Il nous le faut. « Mettre les fichés S en prison n’a aucun sens », précise le candidat. Pourquoi vouloir mettre ces gens-là hors d’état de nuire ?

« La déchéance de nationalité, c’est faire preuve de démagogie », ajoute-t-il. L’auditeur de RTL est au comble du bonheur. Enfin, presque, car le bougre de présidentiable a tout de même sa petite idée sur la manière de ne rien faire. L’inaction ne s’improvise pas. En tant qu’agent d’ambiance du train qui file à toute allure vers le mur, Emmanuel propose diverses activités ludiques pour lutter contre le terrorisme : « D’abord renforcer les moyens du renseignement territorial… » On laisse les fichés S gambader dans la nature et, ensuite, on joue au chat et à la souris avec eux. Plus onéreux peut-être, plus risqué sans doute, mais beaucoup plus amusant ! Pourquoi ne pas organiser un lâcher de radicalisés, puis demander aux agents du renseignement de compter jusqu’à vingt sans regarder ? Les responsables de la radio se demandent s’ils ne tiennent pas là une formule encore plus porteuse que « La Valise » RTL.

Le but, « c’est de pouvoir mieux coordonner et consolider tout cela… » Le brouillard s’épaissit. Faut-il aussi changer le papier peint de la pièce qui héberge la cellule antiterroriste ? La question n’est pas évoquée mais méritera d’être examinée ultérieurement. En attendant, le candidat, plus joueur que jamais, annonce du lourd : « L’un des engagements que j’ai pris, c’est de créer une “task force” anti-Daech qui, 7 jours sur 7, 24 h sur 24, auprès du président de la République, sera en charge de la coordination des services de renseignement. » Ah, la « task force » ! Into the bureau of Élysée. 24 h sur 24. Bye bye, Brigitte ! I sleep with the task force… It is my job, I am sorry my love

Une « task force » qui devrait déboucher ensuite sur une « Task-tu-mérites » avec bataclanisation de la France, courses de camions fous en bord de mer, etc.

En clair, car il faut toujours procéder à une traduction en français normal du charabia macronien : nous continuerons à laisser le ver entrer dans le fruit et, plutôt que l’extraire sans ménagement, nous allons créer une bureaucratie qui tentera de déterminer de quel côté il se trouve.

Des personnes touchées personnellement par les attentats ont sans doute voté Macron… L’élection présidentielle 2017 sera à ranger sur l’étagère réservée au paranormal.

Jany Leroy

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Faire barrage à Emmanuel Macron

25 Avril 2017, 06:16am

Publié par Thomas Joly

Communiqué de Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France et Délégué régional pour la Picardie

Le Parti de la France appelle à faire battre Emmanuel Macron, ancien ministre de François Hollande et candidat de la gauche mondialiste et affairiste.

Même si nos divergences sont nombreuses avec la candidate du néo-Front National, qui a presque tout renié jusque son propre père, il est du devoir de tout électeur de droite de faire barrage au représentant officieux du Parti Socialiste qui s'inscrit dans la continuité du calamiteux François Hollande.

Communiqué relayé par le Courrier Picard du 25/04/17

Un communiqué relayé par le Courrier Picard du 25/04/17

 

Voir les commentaires

Le CRIF appelle sans surprise la communauté juive à voter Macron

24 Avril 2017, 18:03pm

Publié par Thomas Joly

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a lancé dimanche soir un « appel clair à voter pour Emmanuel Macron » face à Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle.

« Au-delà de la satisfaction de voir un candidat défendant les valeurs démocratiques et républicaines en tête », le Crif constate « avec inquiétude », dans un communiqué, que « les candidats des extrêmes représentent plus de 40 % des suffrages exprimés ».

La vitrine politique de la première communauté juive d’Europe, forte d’un demi-million de membres, « appelle à une mobilisation la plus large qui soit pour faire barrage au Front national ».

C'était donc bien la peine que Marine Le Pen multiplie, depuis des années, les courbettes à l'égard de la communauté juive et que Nicolas Bay, Secrétaire général du néo-FN, aille se ridiculiser en Israël...

Voir les commentaires

La Grande Mosquée de Paris appelle « tous les musulmans » à voter Macron

24 Avril 2017, 17:42pm

Publié par Thomas Joly

Dans un communiqué publié ce lundi, la Grande Mosquée de Paris a appelé les musulmans de France à voter pour Emmanuel Macron.

La Grande Mosquée de Paris, dans un communiqué cité par BFMTV publié ce lundi, a appelé les musulmans de France à voter en faveur d’Emmanuel Macron: « avant ce deuxième tour qui s’annonce décisif pour le destin de la France et de ses minorités religieuses, il apparaît que tous les Français doivent impérativement rester unis et rassemblés face à la réalité de la menace incarnée par des idées xénophobes dangereuses pour notre cohésion nationale ».

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Mélenchon a fait le plein dans les banlieues afro-musulmanes

24 Avril 2017, 06:43am

Publié par Thomas Joly

34,03 % dans le département colonisé de Seine-Saint-Denis, 32,61 % à Trappes chez Benoit Hamon, 34,31 % à Mantes-la-Jolie, 36,57 % aux Mureaux, 36,90 % dans les quartiers nord de Marseille, Jean-Luc Mélenchon a cartonné là où les immigrés sont majoritaires.

Voir les commentaires

Annezin (62) : Le Pen en tête, le maire déclare « je ne veux pas consacrer ma vie à des connards »

24 Avril 2017, 06:39am

Publié par Thomas Joly

Marine Le Pen en tête dans sa commune d'Annezin (62), le maire socialiste Daniel Delomez évoque une possible démission et insulte ses administrés : « Il est possible que je démissionne car je ne veux pas consacrer ma vie à des connards. »

Dans la commune d’Annezin, près de Béthune, Marine Le Pen arrive en tête du premier tour avec 38,07 % des suffrages, devant Jean-Luc Mélenchon (19,25 %) et Emmanuel Macron (17,29 %).

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Présidentielle 2017 : le changement, c’est maintenant !

24 Avril 2017, 06:20am

Publié par Thomas Joly

21 avril 2002, 23 avril 2017… Il y a, ainsi, des soirées enchanteresses. Avec généralement le même comique de répétition : vote des pleins pouvoirs, jadis au maréchal Chirac et, ce soir, au maréchal des logis Macron. Avec encore overdose de moraline, valeurs, conscience et éthique. Et métaphores guerrières de circonstance : faire front tout en resserrant les rangs sur fond de mobilisation générale.

Plus sérieusement, ce premier tour de l’élection présidentielle aura au moins présenté la saveur de l’inédit. Un Président entré dans l’Histoire en en sortant ; contrairement à ses prédécesseurs, il n’a pas brigué de second mandat. Pas de candidats communiste ni écologiste en lice ; une première dans l’histoire de la Cinquième. Et deux candidats sortis du chapeau des primaires que les deux grands partis donnés pour être de « gouvernement » ont cru opportun d’instaurer, pour ensuite se vautrer d’importance.

Et, en piste, deux candidats hors normes. L’un issu d’un tout nouveau parti, même si avatar à peine dissimulé du Parti socialiste ; l’autre présidant un mouvement n’ayant plus guère de gages à donner en matière de politique alternative.

Du coup, c’est l’UMPS qui se trouve, au mieux condamnée à une recomposition générale, au pis à l’explosion pure et simple.

À gauche, c’est évidemment la consternation.

Il leur faudra voter pour Macron au second tour, quoique cela puisse ne pas forcément couler de source pour les électeurs d’un Jean-Luc Mélenchon se refusant, pour l’instant, à soumettre ses insoumis(es) à des consignes de vote.

À droite, c’est pire, il va de soi. Fillon appelle à faire barrage au Front national ; il faudra expliquer tout cela aux lecteurs de Valeurs actuelles et aux militants de la Manif pour tous. Remarquez, pour la droite bourgeoise et conservatrice, se faire en permanence gruger dans les urnes est leur ordinaire ; à croire qu’ils aiment ça, les bougres. D’ailleurs, un journal tel que Le Figaro ne devrait pas forcément se faire trop violence pour soutenir le mari de Brigitte Trogneux.

À propos de ce dernier, donné pour vainqueur évident dans quinze jours, l’affaire est-elle véritablement pliée d’avance ? Il lui faudra faire cohabiter les admirateurs de Renaud et de Line Renaud, de Robert Hue et d’Alain Madelin : Goulag et Wall Street, même combat ! En marche ! Vers quoi, au fait ? Ce mouvement a été pensé comme une start-up ; voir le discours d’Emmanuel Macron de ce dimanche, qui fleurait bon les arguments marketing de ces hipsters sous-payés pour faire du contenu sur Internet, histoire de faire le buzz et de vendre des baignoires à porte. Les start-up ? Jeunes pousses surcotées en Bourse, mais ne valant souvent, au bout du compte, dans la vraie vie, que peau de balle et balai de crin.

Au moins les enjeux sont-ils aujourd’hui clarifiés. Ici, deux visions de la France s’affrontent. D’un côté, le peuple ; de l’autre, une caste en perdition, que viennent aujourd’hui rejoindre les demi-soldes de la politique – Christian Estrosi, pour ne citer que le plus emblématique. « La nuit des morts-vivants et autres zombies conservés dans le formol », rappelait Gilbert Collard.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le Parti de la France appelle à faire battre la gauche mondialiste et affairiste incarnée par Emmanuel Macron

23 Avril 2017, 21:21pm

Publié par Thomas Joly

Sur Twitter, Carl Lang, Président du Parti de la France, annonce que le Parti de la France appelle à faire battre le candidat de Hollande et des Rothschild au 2nd tour des élections présidentielles : « Le Parti de la France appelle à faire battre Macron, ancien ministre de Hollande et candidat de la gauche affairiste et antinationale. »

Voir les commentaires

Carl Lang : « Le Parti de la France ne donne aucune consigne de vote pour le 1er tour »

22 Avril 2017, 12:21pm

Publié par Thomas Joly

Voici ce qu'avait déclaré Carl Lang, Président du Parti de la France, il y a quelques semaines :

« Afin de rester médiatiquement compatibles, les 11 candidats répètent à l’envi que l’islam est compatible avec la République et que l’islamisme n’a, bien sûr, rien à voir avec l’islam. L’internationale révolutionnaire islamique n’a donc rien à craindre de la campagne présidentielle française. Les candidats et candidates sont tous islamiquement corrects et islamiquement compatibles.

Il n’est un secret pour personne que je suis en désaccord politique et stratégique avec ce que je considère être une dérive du Front national. L’exclusion de Jean-Marie Le Pen par sa fille a par ailleurs été une ignominie humaine et une infamie politique. Elle a offert au Système la tête de Jean-Marie Le Pen en gage d’allégeance afin de marquer publiquement sa rupture avec ce que fut le Front national.

Au-delà du parricide politique et du reniement de 40 années de combat politique des militants du FN historique, la quête effrénée de normalisation médiatique de Madame Le Pen, ses reculades idéologiques et la soi-disant dédiabolisation ne servent qu’à donner raison à ceux qui ont toujours combattu le courant national.

Lorsqu’on abandonne ses principes et ses convictions, les victoires électorales elles même deviennent des défaites politiques. La victoire aux Etats-Unis de Donald Trump est le contre-exemple parfait de la stratégie de Marine Le Pen.

Il n’y aura pas de candidat incarnant la droite nationale à cette élection présidentielle et madame Le Pen n’aura ainsi aucune concurrence émanant du courant national. Elle est donc en parfaite situation de monopole pour mener sa campagne électorale. Par ailleurs elle bénéficie, comme nous l’avons vu, d’un contexte politique exceptionnellement favorable pour elle. On peut même considérer objectivement que les conditions historiques que nous connaissons ont un caractère unique. Ainsi, elle ne pourra pas dire que la droite nationale et le Parti de la France lui mettent des bâtons dans les roues. Elle est seule en course. Par ailleurs, ni de près ni de loin, elle ne réclame ni ne souhaite notre soutien pas plus que celui de son père.

Concernant le premier tour, les valeurs de la droite nationale n’étant pas représentées, le Parti de la France ne donne aucune consigne et laissera ainsi une totale liberté de vote à ses militants.

Au deuxième tour de l’élection et dans tous les cas de figures, j’appellerai à faire barrage à Macron comme à tout autre candidat de gauche si un tel scénario se présente. C’est la stratégie électorale habituelle du Parti de la France. Je n’ai jamais été un adepte de la politique du pire et je considère que rien n’est pire pour la France que l’idéologie antinationale de la gauche. »

Entretien complet à lire ici.

Voir les commentaires

62 hôtels vendus pour héberger des clandestins, des employés menacés de licenciement

22 Avril 2017, 12:10pm

Publié par Thomas Joly

Le groupe AccorHotels s'apprête à céder 62 hôtels de sa chaîne F1 à une filiale de la Caisse des dépôts, afin de loger des sans-abris mais surtout des pseudo-réfugiés.

D'un côté, AccorHotels, désireux de se séparer des hôtels vétustes et moins rentables de sa gamme hyper économique F1 pour réinjecter de l'argent dans la rénovation des établissements qu'il conserve. De l'autre, l'État, de plus en plus sollicité pour l'hébergement d'envahisseurs étrangers, et qui doit recourir de manière croissante à la réservation de nuitées hôtelières, avec des coûts qui explosent.

Ces deux besoins ont fini par se rejoindre. En mars dernier, la Caisse des dépôts a signé un accord avec le groupe hôtelier portant sur le rachat de 62 établissements en France, avec un potentiel de 6.000 places d'hébergement.

Les hôtels concernés seront affectés au Samu social via le groupe SNI, une filiale de la Caisse des dépôts qui regroupe plusieurs investisseurs. Moyennant quelques aménagements dont la réalisation de cuisines collectives, ils seront transformés en centres d'accueil social et d'hébergement d'urgence pour les sans-abris et les pseudo-réfugiés. Leur gestion a été confiée à Adoma, opérateur historique des foyers de « travailleurs » (sic) migrants et filiale de la SNI.

La cession devrait être effective rapidement, et les nouveaux centres d'hébergement devraient être opérationnels progressivement à partir de la rentrée de septembre. Les négociations d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) concernant les 393 emplois concernés ont démarré début avril, et doivent s'achever courant juin. Un plan de départs volontaires est ouvert et une cellule de reclassement a été mise en place au sein du groupe ainsi qu'en externe, chez Adoma.

Mais pour Gilles d'Arondel, le secrétaire général de FO Accor, le syndicat majoritaire au sein du groupe, cette dernière solution ne tient pas. « On n'est pas sur les mêmes métiers. Passer d'une activité commerciale à un travail social, quand on n'a pas la qualification, cela me paraît compliqué. C'est pourquoi notre priorité est la sauvegarde de l'emploi, avec des reclassements en interne dans d'autres établissements du groupe, à chaque fois que cela est possible ».

Pour l'heure, les principaux concernés avouent être dans l'expectative. « On n'a aucune date de fermeture, on ne sait quasiment rien », se désole ce salarié employé depuis huit ans dans l'hôtel F1 de Gourvily à Quimper, un établissement qui fonctionne avec sept salariés, comme celui de Brest où là aussi, les informations tardent à remonter.

Source : http://lesobservateurs.ch

Voir les commentaires