Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La racaille Benzema crache sur nos morts

23 Novembre 2015, 07:10am

Publié par Thomas Joly

Alors que les stades européens ont rendu un vibrant hommage aux 4 coins du Vieux-Continent aux victimes des attentats de Paris, le stade Bernabeu n’a pas dérogé à la règle samedi. Devant 500 millions de téléspectateurs, la Marseillaise a été jouée et respectée par les supporters. On sentait beaucoup d’émotions à Madrid, une ville elle aussi touchée, il y a quelques années, par des attentats.

En revanche, on ne peut pas dire que Benzema semblait ému. Si Evra et Pogba, deux heures plus tard, ont chanté à tue-tête l’hymne français avant le coup d’envoi du classique Juventus-Milan, Benzema a tout fait pour montrer aux caméras ô combien il semblait totalement désintéressé. Le visage fermé, l’oeil hagard, il s’est même mis à cracher un beau gros molard sur la pelouse du Bernabeu en prenant soin de regarder si la caméra était en train de le filmer. Pendant ce temps, ses coéquipiers et le stade Bernabeu applaudissaient. Tous, sauf lui, le seul français présent sur la pelouse ce soir là, en compagnie de Varane, qui lui, a respecté cet hommage.

Source : http://www.focusur.fr

Voir les commentaires

Compte-rendu du déjeuner patriotique à Saint-Just-en-Chaussée du 21 novembre

22 Novembre 2015, 20:15pm

Publié par Thomas Joly

Compte-rendu du déjeuner patriotique à Saint-Just-en-Chaussée du 21 novembre
Compte-rendu du déjeuner patriotique à Saint-Just-en-Chaussée du 21 novembre
Compte-rendu du déjeuner patriotique à Saint-Just-en-Chaussée du 21 novembre
Compte-rendu du déjeuner patriotique à Saint-Just-en-Chaussée du 21 novembre
Compte-rendu du déjeuner patriotique à Saint-Just-en-Chaussée du 21 novembre
Compte-rendu du déjeuner patriotique à Saint-Just-en-Chaussée du 21 novembre
Compte-rendu du déjeuner patriotique à Saint-Just-en-Chaussée du 21 novembre
Compte-rendu du déjeuner patriotique à Saint-Just-en-Chaussée du 21 novembre
Compte-rendu du déjeuner patriotique à Saint-Just-en-Chaussée du 21 novembre
Compte-rendu du déjeuner patriotique à Saint-Just-en-Chaussée du 21 novembre

Samedi 21 novembre, les militants locaux du Parti de la France se sont retrouvés pour un déjeuner patriotique à Saint-Just-en-Chaussée. Cette rencontre politique et conviviale avait pour thème « Éradiquons le terrorisme islamique » et a été organisée suite aux terribles événements survenus à Paris vendredi 13 novembre.

Après les témoignages poignants de deux militants qui ont vécu en direct les attentats du Stade de France et l'abominable tuerie du Bataclan, Thomas Joly, Secrétaire général du PdF, a dressé un bilan sans concession sur les responsabilités de nos gouvernants dans ces actes terroristes et a présenté les propositions du Parti de la France pour se débarasser du terrorisme et pour rétablir la sécurité des Français.

C'est ensuite Daniel Conversano, pamphlétaire nationaliste, qui, avec sa verve et son franc-parler habituel, a tenu des propos très décomplexés sur le degré de haine qu'éprouve une grande partie des musulmans à notre égard.

Après avoir échangé avec les orateurs, les participants ont pu repartir avec du matériel militant.

A noter que Oise-Hebdo a souhaité rencontrer Thomas Joly avant ce repas pour l'interroger sur ce que proposait le Parti de la France en matière de lutte contre le terrorisme islamique et l'invasion migratoire.

Voir les commentaires

Lutte contre le terrorisme… ça phosphore dur à la Commission européenne (par Pierre Bodart)

22 Novembre 2015, 20:05pm

Publié par Thomas Joly

Des fonctionnaires de la Commission européenne sont visiblement tentés d’instrumentaliser les dramatiques événements de ces derniers jours et de faire un énième amalgame douteux entre la détention légale d’armes semi-automatiques par des citoyens respectueux des lois et la détention illégale d’armes automatiques par des terroristes et autres criminels.

Ainsi, il sera présenté très prochainement une proposition de révision de la directive 2008/51/EC sur les armes à feu, contenue dans le MEMO-15-6111, dans le cadre de l’agenda de sécurité établi le 28 avril 2015.

De cette proposition, il ressort une évidente contradiction entre le prétexte invoqué (l’usage d’armes automatiques illégales) et l’objectif réel (la prohibition des armes semi-automatiques légales).

Cette prohibition des armes légales n’a évidemment aucune chance d’avoir le moindre impact sur les risques induits par l’arrivée d’armes illégales au travers des frontières poreuses de l’espace Schengen.

Les détenteurs d’armes légales respectueux des lois – chasseurs, tireurs sportifs, collectionneurs – risquent de devenir les premières victimes collatérales, sacrifiées sur l’autel du simplisme, au nom de la lutte contre le terrorisme par l’influence excessive des personnels non élus de la Commission européenne.

Quant aux citoyens non détenteurs d’armes à feu, ils ne doivent pas rester indifférents : aujourd’hui la mise en place du légitime état d’urgence, demain la prohibition des armes détenues légalement, et après-demain quoi d’autre ?

Pour mémoire : à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le contrôle des armes est considérablement renforcé, le décret-loi du 18 avril 1939 – dans le but d’éviter une insurrection – prohibe les armes à feu. Dans un souci de prohibition totale, le régime de Vichy ira, en 1941, jusqu’à punir de mort la possession d’arme par ses citoyens.

Voilà quelle solution miracle les commissaires européens ont trouvée pour lutter contre le terrorisme et la criminalité…

À n’en pas douter, nous serons mieux protégés si ce texte est adopté !

La balle est désormais dans le camp des députés européens qui voteront ou non ce texte stupide et liberticide…

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Génération Rantanplan

20 Novembre 2015, 07:57am

Publié par Thomas Joly

Lorsqu’une nation est aussi férocement et sauvagement agressée, on s’attendrait à sentir le sol et les murs de la maison commune trembler sous la violence du rugissement de colère et de rage de son peuple, terrifiant cri de la bête blessée relevant la tête dans un violent soubresaut d’orgueil et de courage pour mordre sans pitié la main qui l’a frappé.

Or, depuis vendredi dernier, l’atmosphère n’est saturée que d’un long miaulement femelle, un vaste gémissement tragique et pleurnichard, un immense sanglot fienteux expurgé par des millions de bouches tremblotantes et hagardes, postillonnant spasmodiquement leur incompréhension terrorisée.

« Mais pourquoi nous ? Pourquoi nous ? » répète inlassablement le bobo libéral-libertaire recroquevillé en position fœtale sur la moquette 100% fibres naturelles de son loft rénové du 11e arrondissement. « Pourquoi moi et mes frères, pourquoi mes semblables, ces gens bien éduqués, tolérants, ouverts, antiracistes jusqu’à l’extrême limite du trognon, écolos-sympas et gay-friendly ? ». Entre deux crèmes de jour et un tri sélectif, il s’interroge profondément. Et il a raison. En effet, pourquoi frapper la génération bisounours, celle qui aime tout le monde sauf, bien sûr, les sales fachos et, bien entendu, ses ignobles ancêtres obscurantistes et esclavagistes ? Pourquoi eux, qui ne cessent de répéter que l’Islam est une religion de paix et de fraternité qui a toute sa place en Europe, eux qui étaient prêts à toutes les acceptations et les reptations pour ne pas froisser la susceptibilité de nos hôtes mahométans, glorieux rédempteurs de toutes les vilénies et de toutes les tares d’un Occident criminel ? Pourquoi eux qui ne demandaient pas mieux que de faire de nouvelles pipes aux Muzz et autres minorités de tous poils ? A l’horreur, s’ajoute donc l’injustice. Inimaginable. Insupportable. Si au moins ils avaient liquidé Marine, Zemmour ou Houellebecq, il y aurait une logique, une cohérence. Mais là ? C’est le camp du bien qu’on attaque, ce sont ceux qui avaient tous les brevets de citoyenneté mondiale et d’amour sans frontières qu'on assassine. Scandale dans le scandale, abomination dans l’abomination ! Comment peut-on haïr à ce point des gentils ? Face à cette interrogation déstabilisante, empressons-nous d’ajouter des fleurs dans nos cheveux et allons vite nous trémousser à Bastille sur du John Lennon, transe cathartique et expiatoire pour somnambules trop soudainement éveillés et désirant retourner au plus vite dans les limbes cotonneuses du sommeil médiatico-bien pensant. La narcolepsie, ultime remède au réel. Ressortons aussi les vieux drapeaux « Peace and love » mités, les arcs-en-ciel délavés, et dégueulons d’un amour si général, si global, si diffus, si incantatoire, qu’il devient sans consistance ni objet. On n’aime plus quelqu’un ou quelque chose, on aime tour court. Même ce qui nous tue. J’aime tout parce que je ne suis plus rien. Suicide collectif et festif par overdose d’amour universel.

Source : http://amoyquechault2.over-blog.com

Voir les commentaires

Calais : plus personne ne veut venir à la piscine à cause des migrants qui s'y baignent

20 Novembre 2015, 07:46am

Publié par Thomas Joly

La polémique enfle sur les réseaux sociaux. Et ça parle beaucoup à propos de ces réfugiés de la Jungle venant prendre leur douche et profiter de la piscine.

Beaucoup d’utilisateurs ne viennent plus ou ont décidé d’aller « au bout de leur carte d’abonnement mais de ne plus venir ensuite », déplore une maître nageuse. Pas mal d’enfants ne viennent plus à leurs cours de natation, sous prétexte d’être « contaminés » au contact de l’eau dans laquelle les clandestins se sont baignés… Pendant les heures des scolaires, les enfants guettent l’entrée des bassins, « pour voir s’il y a des migrants ». « Beaucoup d’enfants ne veulent plus venir à la piscine », confirme un professeur à la sauvette. Il est ainsi difficile pour le complexe Icéo de composer entre les utilisateurs méfiants et les pseudo-réfugiés squattant les lieux.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

L’omerta dans les cités face au terrorisme (par Charles Demassieux)

20 Novembre 2015, 07:36am

Publié par Thomas Joly

Une image en dit souvent plus que les apparences qu’elle montre. Ces derniers jours, lors d’une interview, une femme, le visage dissimulé mais dont on devinait aisément qu’elle portait un voile, révélait qu’elle avait autrefois aperçu l’un des tueurs – son voisin – du vendredi 13 novembre avec un sac contenant des armes. Question : pourquoi n’a-t-elle pas prévenu les autorités à l’époque ?

Et si le succès de ces massacres à Paris tenait à un élément qui constitue une pierre angulaire de l’islam : l’Oumma, laquelle unit les musulmans par-delà leurs origines et nationalités ?

L’omerta, autant culturelle que cultuelle, est d’ailleurs la condition sine qua non de tous les trafics qui prolifèrent dans les cités. Il n’est qu’à voir le faible butin de guerre récolté par les forces de l’ordre au cours des descentes de ces derniers jours dans le cadre de l’enquête ayant suivi les attentats.

Certains argueront que c’est la peur exercée sur les habitants qui maintient cette omerta. Quelques-uns, je veux bien le croire, craignent les représailles, mais je reste convaincu que la majorité agit en conscience et par solidarité avec ses frères en religion.

Parce que dans ces zones de non-droit, ce n’est plus la France. Ne parle-t-on pas de « territoires perdus de la République » ? Perdus avec le consentement de politiques démagogiques et inconscientes de ce qui se joue dans ces no man’s land de notre pays.

Ces foyers de délinquance sont aussi, bien souvent, des foyers d’intégrisme islamique ; et si le silence est dommageable dans les affaires de trafic, il est – nous venons de le constater douloureusement – massivement meurtrier quand on parle de terrorisme.

Hélas, comme au non-droit on persiste à opposer le droit, nous avons peu de chances de changer cet état de fait. Tant que nous ne prendrons pas nos responsabilités, d’autres terroristes se financeront par le trafic des cités, y prépareront leurs expéditions sanglantes et s’y réfugieront le cas échéant.

Le Président claironne que nous sommes en guerre, mais il n’attaque pas les positions ennemies. Parce qu’on veut sauver cette sacro-sainte démocratie et agir en conformité avec le droit !

Il faudrait que les décideurs et les juges prennent conscience que cet ennemi-là n’a pas peur de mourir, pourvu qu’il fasse un maximum de victimes. En 2009, un communiqué d’Al-Qaïda adressé aux États-Unis – dont le contenu vaut pour nous – déclarait : « Nous avons préparé pour vous des hommes qui aiment la mort autant que vous aimez la vie. Avec la bénédiction d’Allah, nous viendrons à vous d’où vous ne nous attendez pas. »

Pire : cet ennemi connaît nos us et coutumes et sait comment nous frapper le plus cruellement possible. C’est un monstre que nous avons nourri en même temps que nous nous sommes déshabitués à nous battre. En ce sens, il y a bien une cinquième colonne en France, composée de très nombreux individus. Prétendre le contraire, c’est s’aveugler ou, pire, collaborer avec l’ennemi.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les chances pour la France s’éclatent : des racailles afro-maghrébines effrayent les passagers d’un TER

20 Novembre 2015, 07:32am

Publié par Thomas Joly

Quatre jeunes racailles étrangères ont été interpellées jeudi 19 novembre près de Perpignan après avoir effrayé mercredi soir les passagers d’un TER, dans lequel ils avaient diffusé des chants et prières en arabe avant de proférer des menaces de mort, selon la gendarmerie.

Les suspects sont en garde à vue dans le cadre d’une enquête pour « infractions d’apologie d’un acte de terrorisme » et de « tentative d’extorsion avec menaces de mort », a-t-on précisé de même source. Mercredi soir, les quatre jeunes sont montés en gare de Béziers (Hérault) et ont utilisé le micro du contrôleur du TER pour diffuser, par les haut-parleurs du train, des prières et des chants en arabe. Puis, les quatre hommes, âgés de 19 à 23 ans, ont menacé la vingtaine de passagers de mort et du vol de leur téléphone portable, a-t-on indiqué de même source, ajoutant qu’aucun vol ni agression physique n’avait finalement été à déplorer.

Le contrôleur du train, qui reliait Avignon à Perpignan, a réussi à regrouper tous les passagers dans un seul wagon, les séparant des jeunes. Il a également donné l’alerte. À la gare de Salses-le-Château (Pyrénées-Orientales), où le train s’est arrêté d’urgence, les voyous musulmans sont parvenus à prendre la fuite. Deux jeunes filles qui les accompagnaient sont restées elles sur place et ont été mises hors de cause, a indiqué la gendarmerie.

Un important dispositif de recherches a été mis en place par la gendarmerie de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) et les quatre hommes ont été rapidement retrouvés. Ils ont été appréhendés sans incident, a-t-on précisé de même source.

Source : http://www.contre-info.com/

Voir les commentaires

Le Parti de la France se structure en Haute-Saône (70)

20 Novembre 2015, 07:12am

Publié par Thomas Joly

Le Parti de la France se structure en Haute-Saône (70)Le Parti de la France se structure en Haute-Saône (70)

Christophe Devillers, Délégué régional du Parti de la France pour la Franche-Comté et Délégué départemental pour la Haute-Saône, a procédé à la nomination de deux Délégués de circonscription.

Alde Vinci, ex-militant et cadre du Front National qu'il avait rejoint dès 1973, ex-Délégué départemental du PdF dans le Doubs, a désormais en charge la 1ère circonscription de Haute-Saône (Vesoul-Gray) pour laquelle il portera les couleurs du Parti de la France aux élections législatives de 2017. Pour le contacter : 06 95 76 67 39 ou alde.vinci5@orange.fr

Pierre Pheulpin, 21 ans, ex-militant et cadre déçu du Front National, a rejoint le Parti de la France en avril 2015. Il est désormais Délégué-adjoint de la 2e circoncription de la Haute-Saône (Luxeuil-Lure-Héricourt) où il aura la mission d'y organiser les activités militantes.

Voir les commentaires

Que les familles des victimes du 13 novembre saisissent la Cour de justice de la République ! (par Aristide Leucate)

20 Novembre 2015, 07:10am

Publié par Thomas Joly

« On avait averti sur ce qui allait se passer en Europe il y a trois ans, on avait dit : “Ne prenez pas ce qui se passe en Syrie à la légère.” […] Malheureusement, les responsables européens n’ont pas écouté », confiait récemment, sur Europe 1, le président syrien Bachar el-Assad.

Déclarations éclairant d’une lumière dramatiquement crue l’entretien confié cette semaine par Bernard Squarcini, ancien chef du renseignement français, à notre confrère Valeurs actuelles. Celui-ci rapporte qu’il y a deux ans, un homologue des services secrets syriens lui aurait proposé une liste de djihadistes français combattant en Syrie. Squarcini avait averti son supérieur hiérarchique, lequel en rendit compte au ministre de l’Intérieur de l’époque Manuel Valls. Avec sa morgue habituelle, ce dernier s’était alors claquemuré dans sa tour d’ivoire idéologique, balayant une offre précieuse qui eût vraisemblablement évité les ignominies wahhabites que l’on sait.

N’aurait été la décrépitude de nos institutions, en d’autres temps ces explosives révélations eussent tôt fait d’entraîner la chute de tout un gouvernement. Mais voilà, nos parlementaires de droite et de gauche, anesthésiés par le confort du doux matelas de leurs indemnités mensuelles et les maints avantages afférents, ont succombé aux sirènes piégeuses de « l’unité nationale ».

Il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. En méprisant cette information capitale pour la sécurité intérieure de la France, le Premier ministre endosse mécaniquement la responsabilité des actes sanguinaires du 13 novembre. Ce faisant, la chambre basse devrait s’acquitter de sa mission constitutionnelle élémentaire de contrôle du gouvernement et activer le deuxième alinéa de l’article 49 de la Constitution aux termes duquel « l’Assemblée nationale met en cause la responsabilité du gouvernement par le vote d’une motion de censure ».

Peine perdue. La composition majoritaire tout comme la décomposition idéologique avancée de la soi-disant « représentation nationale » oblitèrent de facto ce scénario. Et puis ne prête-t-on pas cette saillie à Victor Hugo : « Le Parlement ? Il parle et ment. »

Reste alors aux familles des victimes du « vendredi noir » à saisir la commission des requêtes de la Cour de justice de la République, attendu que « les membres du gouvernement sont pénalement responsables des actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions et qualifiés crimes ou délits au moment où ils ont été commis » (article 68-1 de la Constitution). Parce que s’ils savaient, Valls, Taubira et Cazeneuve – voire Fabius – encourraient, a minima, le grief de mise en danger délibérée de la vie de nos compatriotes.

De surcroît, leurs propos irresponsables les accablent : « L’islam est en France pour y rester », déclamait, en juin dernier, un Premier ministre lyrique (lequel, en 2012, inaugurait la mosquée de Cergy dont l’imam est proche des Frères musulmans). « Ce n’est pas un délit de prôner le djihad », assurait sur RTL (5 août 2014) le ministre de l’Intérieur. Quant au ministre des Affaires étrangères, il fustigeait, en décembre 2012, la décision des États-Unis d’inscrire Jabhat al-Nosra, un groupe djihadiste combattant aux côtés des rebelles, sur leur liste des organisations terroristes, alors même que « sur le terrain, ils font un bon boulot ». Quant au garde des Sceaux, elle confessait sa « grande perplexité sur la façon dont des jeunes puissent se mettre à donner la mort », en avouant « devoir comprendre cela » (i>Télé, février 2015).

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Que cette charogne pourrisse en enfer !

19 Novembre 2015, 07:59am

Publié par Thomas Joly

Abdelhamid Abaaoud, « cerveau » présumé des attentats du 13 novembre, a bien été tué durant l'assaut du RAID le 18 novembre dans la ville afro-maghrébine de Saint-Denis (93). Ça n’en fait qu’un de moins mais ne boudons pas notre plaisir.

Voir les commentaires

Vladimir Poutine : « Pardonner aux terroristes, c’est le rôle de Dieu, les envoyer auprès de Lui, c’est mon affaire »

19 Novembre 2015, 07:56am

Publié par Thomas Joly

« Pardonner aux terroristes, c’est le rôle de Dieu, les envoyer auprès de Lui, c’est mon affaire » Ce sont les mots forts du Président de la Russie, Vladimir Poutine, en officialisant l’attentat terroriste djihadiste, qui a touché l’avion qui a explosé en Egypte avec 224 personnes à bord.

La journaliste de l’agence russe RT, Remi Maalouf, a publié sur son twitter ces déclarations, qui se sont répandues rapidement.

Pendant la conférence de presse dans laquelle on a communiqué les conclusions de l’attentat du Sinai, Poutine a averti publiquement les djihadistes « Nous irons vous chercher jusqu’au bout du monde, et là, nous vous tuerons. »

« Sur le vol a explosé un artefact explosif d’une puissance de 1,5k de trilite. Le résultat a été la désintégration de l’appareil en plein vol» informa le chef du Service Fédéral d’Information (FSB, succédant à l’ancien KGB), Alexandre Bortnikov.

Vladimir Poutine a annoncé durant la conférence de presse que la Russie intensifiera ses bombardements en Syrie contre l’Etat Islamique. « Le travail de notre aviation de guerre non seulement doit continuer. Il doit s’intensifier de telle manière que les criminels comprennent que la vengeance est inéluctable. » La guerre ne fait que commencer.

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com/

Voir les commentaires

Rappel : Samedi 21 novembre, à Saint-Just-en-Chaussée (60), déjeuner patriotique, « Éradiquons le terrorisme islamique »

19 Novembre 2015, 07:55am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

N’y a-t-il que 30 musulmans à Paris ?

19 Novembre 2015, 07:53am

Publié par Thomas Joly

C’est le décompte qu’on pourrait être amené à faire puisqu’ils ne furent qu’une trentaine à venir manifester place de la Bastille dans la soirée du 16 novembre, pour condamner les attentats des terroristes islamiques. Et encore n’était-ce qu’un groupe de Bangladais habitant la capitale. Aucun musulman afro-maghrébin n'a jugé bon de se joindre à cette condamnation du terrorisme islamique... Ça vous étonne ?

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Manuel Valls a refusé la liste de tous les djihadistes français combattant en Syrie

19 Novembre 2015, 07:38am

Publié par Thomas Joly

Bernard Squarciny était le patron de la DRCI au moment des faits aujourd’hui reprochés à Manuel Valls. Le Premier Ministre aura certainement une réponse à donner à ce refus de connaître la liste des islamistes français opérant sur le territoire syrien. Mais la vérité ne serait-ce pas qu’à cette époque, les djihadistes étaient encouragés à aller se battre en Syrie? Les multiples déclarations de l’époque ne laissent que peu de place pour le doute, surtout lorsque l’on sait que François Hollande a avoué qu’il faisait livrer des armes aux islamistes, alors même qu’un embargo européen l’interdisait.

Pour de strictes raisons idéologiques, la France s’est privée d’une liste de terroristes dont certains ont sans doute ensanglanté Paris vendredi dernier. C’est dire s’il s’agit là d’une affaire d’État qui doit amener l’actuel Premier Ministre à s’expliquer sur cette terrible faute.

Ceci, alors que dans son discours au congrès de Versailles, François Hollande ne fait plus un préalable du départ de Bachar El Assad et a commencé à coopérer avec les Russes alliés du Président syrien. Peut-être eût-il mieux valu pour la paix des peuples, coopérer avec les Syriens, et alors les mouvements islamistes n’occuperaient pas une grande partie de la Syrie et de l’Irak actuellement, semant jusqu’en France leurs tueries ?

Source : http://www.medias-presse.info/manuel-valls-a-refuse-la-liste-de-tous-les-djihadistes-francais-combattant-en-syrie/43839

Voir les commentaires

Sociologie d’un massacre : une France coupée en deux (par Marie Delarue)

19 Novembre 2015, 07:35am

Publié par Thomas Joly

Il n’y a pas de « génération Bataclan », dire cela est une foutaise. Il y a en revanche, lorsqu’on s’y penche d’un peu près, une véritable sociologie de ce massacre, et ce qu’elle nous dit de la France d’aujourd’hui n’est pas de nature à nous rassurer.

On peut trouver sur les sites des grands médias la liste des victimes du massacre de vendredi dernier, leurs noms, âges, parcours et professions. Dans ce quartier entre Bastille et République, là où Paris s’anime le soir venu, sont morts en masse de jeunes gens sains, joyeux, qui croyaient en l’avenir. Les victimes sont en majorité des graphistes, journalistes, ingénieurs, musiciens et musicologues, agents de labels de disques, gens de médias, étudiants en école d’art, profs de fac… Et pour le pourcentage restant, ce sont les patrons et employés des établissements visés ; dont un certain nombre de « reconvertis », d’ailleurs, passés du monde des cols blancs à la salle de restaurant. Pour résumer : des diplômés, des surdiplômés, des entrepreneurs et des entreprenants… Pas des fils de famille, mais des acharnés du travail et de la méritocratie.

Et en face ? Des ratés. Des losers. De petites frappes passées de la médiocre délinquance au terrorisme, pour l’essentiel des incultes fanatisés. Des mômes qui, pour certains, sont passés devant la porte de l’école sans s’y arrêter, d’autres plus psychopathes que religieux.

Mardi matin, Sébastien, l’un des otages du Bataclan – celui qu’on a pu voir porter secours à cette femme enceinte suspendue à une fenêtre -, racontait sur RTL l’heure qu’il a passée face à ces insondables crétins, sous la menace de leur kalachnikov. Il rapporte d’une voix posée, avec des mots choisis, sans emphase, sans haine, sa plongée dans l’absurde.

Il avait réussi à se cacher quand les terroristes les ont trouvés, lui et les quelques personnes refugiées avec lui. Ils les ont alors emmenés dans la salle pour leur montrer les victimes agonisantes : « Ils ont d’abord discuté entre eux, puis ils nous nous ont expliqué que c’était en réponse aux bombes larguées en Syrie. Que ce n’était que le début, qu’ils étaient là au nom de l’État islamique. Ensuite, ils nous ont demandé si l’on était d’accord avec eux. Je vous laisse imaginer le silence qui a plané à ce moment-là… On a hoché de la tête pour les plus timides et dit oui pour les plus téméraires. »

Puis ils leur demandent du feu… tendent à Sébastien « une liasse de billets ». « Ils voulaient savoir si l’argent avait une importance à mes yeux. J’ai répondu évidemment non… », dit-il, alors il a fallu qu’il la brûle. Ce qu’ils voulaient ? « C’est la vraie question qu’on se pose encore », répond le jeune homme. « Ils voulaient parler à des journalistes… Ils ont eu un négociateur qui les a tenus en haleine, mais tout ce qu’ils ont demandé, c’est que les policiers s’éloignent. » Il en a déduit qu’ils tenaient quand même à leur vie.

Quand on lui demande ce qu’il a appris de ses bourreaux, durant cette heure de tête-à-tête, Sébastien répond : « D’eux ? Pas grand-chose. Qu’ils avaient besoin certainement d’un idéal que le monde occidental dans lequel ils vivaient, puisque c’était des Français, ne leur offrait pas. Ils ont trouvé un idéal mortuaire, un idéal de vengeance, de haine et de terreur… À un moment, finalement, ils ont voulu se sauver en nous prenant en otages, c’était notre chance qu’ils tiennent à leur vie, mais ils ont réalisé trop tard que la vie était importante. »

Quant à lui, il y a découvert la valeur de l’existence : « Moi, j’ai réalisé que chaque moment que l’on vit avec sa famille et ses amis est une bénédiction. J’ai l’impression d’être né une deuxième fois et je vais faire en sorte de bien profiter de cette nouvelle vie qui m’a été offerte. »

On le lui souhaite.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires