Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Pour rétablir l’ordre et la sécurité à Calais : expulsons tous les clandestins !

3 Septembre 2015, 06:10am

Publié par Thomas Joly

Communiqué de Kévin Reche, Délégué du Parti de la France pour le Calaisis

Le déplacement de Bernard Cazeneuve (Ministre de l’intérieur) et de Manuel Valls (Premier ministre) à Calais n’aura fait qu’accentuer le problème migratoire que rencontre actuellement notre ville. En effet, alors que la majorité des Calaisiens attend une réponse concrète et efficace face aux différents problèmes causés par les clandestins, le gouvernement socialiste préfère aider les illégaux à s’installer sur nos terres aux frais des contribuables français.

D’ici 2016, un nouveau camp va naître dans la ville pouvant héberger 1.500 clandestins. Quota qui ne sera pas respecté, comme d’habitude. En tant qu’habitants de Calais, nous sommes les seuls à pouvoir constater l’échec total du projet du gouvernement visant à rétablir la sécurité à Calais en ouvrant le camp Jules Ferry à 400 délinquants sans-papiers. Les riverains résidant Zone des Dunes subissent quotidiennement (dans l’indifférence des autorités publiques) des vols et des effractions. Une insécurité insupportable s’est installée aux abords du camp mettant même en danger la vie d’une mère de famille qui a dû se réfugier plusieurs fois dans sa cave.

La solution : renvoyer ces délinquants dans leur pays ! Par définition, un clandestin a violé la loi française en entrant illégalement sur le territoire français. Le DEVOIR des autorités compétentes est donc de reconduire ces gens chez eux avec la plus grande fermeté. Nous ne pouvons pas nous permettre d’accueillir toute la misère du monde en France.

Calais ne veut pas de ces pseudo-réfugiés.

Calais ne veut pas de bidonvilles de clandestins à chaque coin de rue.

Calais n’a pas vocation à devenir une colonie africaine.

Les Calaisiens ont encore le droit de vouloir vivre en sécurité, chez eux et de dire non à la submersion migratoire !

Voir les commentaires

La Marocaine Myriam El Khomri nommée Ministre du Travail

2 Septembre 2015, 06:58am

Publié par Thomas Joly

Née à Rabat, au Maroc, âgée de 37 ans, Myriam El Khomri est la benjamine du gouvernement. Elle était encore il y a un peu plus d'un an adjointe à la maire de Paris, Anne Hidalgo, en charge de la sécurité et de la prévention. Elle a adhéré au Parti socialiste après le premier tour de l'élection présidentielle de 2002, marqué par l'élimination de Lionel Jospin par Jean-Marie Le Pen.

Voir les commentaires

« Et la Légion n'a pas sauté sur Palmyre » (par Jean-Claude Rolinat)

2 Septembre 2015, 06:20am

Publié par Thomas Joly

Eté 1993… Après une longue route depuis Damas où régnait, déjà, un Assad « droit dans ses bottes » statufié un peu partout - dur en politique mais tolérant pour les Chrétiens - apparaissaient, vaguement, les silhouettes de quelques merveilles archéologiques. Ici et là, couleur de miel, des temples, des portiques, des colonnades  se détachaient sur un fond de ciel d’un azur immaculé. Pas de doute, j’étais ramené 17 ou 18 siècles en arrière, je ne sais plus, à l’époque de la Reine Zénobie.

Eté 2015… Des barbares se réclamant de la religion du prophète Mahomet conquièrent l’oasis de Palmyre, décapitent au passage  bon nombre de ses habitants dont le directeur du site, Khaled Assaad, un vieux monsieur de 82 ans ! Les unes après les autres les splendeurs archéologiques volent en poussière, dynamitées par les assassins de « l’Etat islamique ». Temple après temple – Bel, Baalshamine – la cité antique qui a traversé les siècles sans trop subir jusqu’ici les ravages du temps, risque de s’effondrer dans un immense amas de poussière.

L’Occident ou ce qui en reste, est sourd et aveugle. Pire, il arme sans le vouloir mais pas sans le savoir, ses pires ennemis avec qui il commerce sans honte ni remords via les pétromonarchies du golfe devant qui il se couche. (Voir le triste épisode du souverain Saoudien réquisitionnant pour son usage exclusif une plage du domaine public français, et interdisant aux femmes de faire partie du dispositif policier. Au passage question intéressante, est–ce cela le respect dû à la 4e puissance nucléaire ?!)

Les frappes aériennes contre les criminels de Daesh ne suffiront pas. Il faudra bien aller les déloger « à la fourchette ». Pourtant cet occident semble rester l’arme au pied, attendant peut-être que l’armée syrienne s’effondre ? Point de régiment para à l’horizon pour empêcher ces « fous d’Allah » de détruire ce trésor de l’humanité qu’est la cité de Palmyre. Kolwezi ? Opération oubliée, la légion cette fois-ci ne sautera pas. Certains esprits chagrins diront, qu’après tout, ce ne sont que des « tas de cailloux » qui ne valent pas la peine de risquer la vie de nos soldats. Alors, pourquoi ne pas aider et armer ceux de Bachar Al Assad  et leur faciliter la reconquête de l’oasis avant qu’il ne soit trop tard ?

Honte, oui honte aux dirigeants d’un Occident décadent, aux meneurs d’une OTAN démonétisée, honte à ces chefs d’Etats et de gouvernements qui ne pensent qu’à ouvrir les vannes d’une funeste invasion migratoire - n’est-ce pas Madame Merkel ? - alors que c’est au Proche Orient que tout pourrait et devrait  se régler. Il faudra bien qu’un jour tous ces gens-là, élus dans le cadre de démocraties décomposées, rendent des comptes devant le Tribunal de l’Histoire avec un grand « H ».

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com/

Voir les commentaires

Le ministère de Christiane Taubira épinglé pour l’emploi de 40.500 personnes « au noir »

2 Septembre 2015, 06:10am

Publié par Thomas Joly

Le ministère de la Justice épinglé pour 40.000 personnes qui travaillent au noir. Le rapport des inspections générales des Finances, des Services judiciaires et des Affaires sociales, cité par plusieurs médias et dont l’AFP a obtenu une copie, évalue à près de 50.000 le nombre de ces « collaborateurs occasionnels du service public » employés par différents ministères, dont « 40.500 pour le seul ministère de la Justice ».

Ces employés – interprètes, experts, médiateurs … – qui sont souvent amenés à intervenir quotidiennement, sont considérés comme des prestataires, rémunérés à l’heure : « le ministère de la Justice n’applique aucun assujettissement aux cotisations sociales et assimile les indemnités de ses collaborateurs à des prestations sans pour autant mettre en place les conditions de leur assujettissement à la TVA », selon le rapport, rendu à l’été 2014 et révélé par le Canard enchaîné à paraître mercredi.

Le document, qui souligne que cette pratique est très ancienne, estime qu’en cas de poursuites judiciaires collectives, le coût pour les finances publiques serait « de l’ordre d’un demi-milliard d’euros ». Plusieurs plaintes individuelles ont déjà été déposées, notamment par des traducteurs-interprètes: « Ce sont des personnes qui travaillent exclusivement sur réquisition des autorités de police ou judiciaires. C’est 100% de leur activité professionnelle », affirme leur avocat Me David Dokhan au micro de la radio France Inter, précisant que ses clients n’avaient « pas de bulletin de salaire » et « aucune protection sociale ».

Source : http://www.fdesouche.com/641359-le-ministere-de-la-justice-epingle-pour-lemploi-de-40-500-personnes-au-noir

Voir les commentaires

Respecter la « Charte de la laïcité » ? Allons-y, mais jusqu’au bout, alors ! (par Marie Delarue)

2 Septembre 2015, 06:09am

Publié par Thomas Joly

Dans une France qui, pensait-on alors, devait être Charlie depuis le fond des campagnes jusqu’à la pointe des pompes ministérielles et de la teinture présidentielle, germa l’idée d’une nouvelle religion universelle. Un truc à travers lequel tous les gens du monde voudraient se donner la main : la sacro-sainte laïcité, estampillée Laïcité à la française.

L’enfer est pavé de bonnes intentions. Ou d’hypocrite naïveté, ce qui revient au même.

Cette charte qui compte quinze articles doit être signée en ce jour de rentrée par les parents d’élèves, priés d’y adhérer comme ils adhèrent en principe aux valeurs essentielles de la République. Une « République indivisible, laïque, démocratique et sociale », nous dit l’article 1.

L’article 2 précise la neutralité de l’État relativement aux convictions religieuses, et le 3 assure que tout est possible « dans le respect [des convictions] d’autrui et dans les limites de l’ordre public ». Admettons.

C’est après qu’on commence à rigoler…

Primo, sachant à quels « publics » (mot consacré) s’adresse la charte en question, on se demande combien de parents vont bien pouvoir comprendre quelque chose à ce qu’on leur demande de signer ! Il n’est pas sûr, en effet, que l’article 12 – « Afin de garantir aux élèves l’ouverture la plus objective possible à la diversité des visions du monde ainsi qu’à l’étendue et à la précision des savoirs, aucun sujet n’est a priori exclu du questionnement scientifique et pédagogique » – soit compris par tous, même s’ils lisent le français…

Surtout, on met l’État au défi de s’en tenir fermement à ce qu’il énonce comme principes intangibles. Par exemple, l’article 6 : « La laïcité de l’École […] protège [les élèves] de tout prosélytisme et de toute pression qui les empêcheraient de faire leurs propres choix. » Sur le plan religieux, on veut bien y croire, mais sur celui des idées et de la politique, c’est un mensonge éhonté. Tout comme l’article 8 qui n’est aujourd’hui qu’un vœu pieux : « La laïcité permet l’exercice de la liberté d’expression des élèves dans la limite du bon fonctionnement de l’École comme du respect des valeurs républicaines et du pluralisme des convictions. » Et plus encore l’article 11 : « Les personnels ont un devoir de stricte neutralité : ils ne doivent pas manifester leurs convictions politiques ou religieuses dans l’exercice de leurs fonctions. » Ah ! Ah ! Ah ! Elle est bien bonne…

Plus on y réfléchit, plus on constate que cette charte – sous couvert d’organiser un pluralisme tranquille respectueux des consciences – peut devenir dans son application tout à la fois extrêmement liberticide et mensongère quant à la philosophe qu’elle prétend défendre.

Liberticide car elle pourrait interdire la discussion des grands sujets sociétaux – après le « mariage pour tous », la PMA et GPA pour les couples gay, la réflexion sur le genre, etc. – au motif que toute position serait désormais imputable à des convictions religieuses. Mensongère car la laïcité telle qu’elle est énoncée dans cette charte voudrait qu’on supprimât dès aujourd’hui (un exemple) les menus spéciaux des cantines : demain cochon pour tous, et pas question d’y déroger. Ce qu’on ne fera évidemment pas.

On m’a adressé ce matin le Livret de morale au programme du certificat d’études des années 1900. Frappant : tout l’accent y est mis sur « le devoir » et surtout « la responsabilité », deux principes alors incontournables autour de la très simple définition du « bien » et du « mal ». Car savoir choisir entre les deux est le privilège qui définit l’homme, dit-on alors.

Cela met en lumière le problème auquel se heurte aujourd’hui notre République (et ses voisins n’y échappent pas) : la mondialisation des croyances et des cultes, qui rend justement tout à fait aléatoires les définitions du bien et du mal, du vrai et du faux, de ce qui est juste et de ce qui ne l’est pas, du pudique et de l’impudique, de l’essentiel et de l’accessoire…

Impuissant, le gouvernement s’accroche à sa charte de la laïcité comme un naufragé à sa bouée. Au milieu de l’océan, alors que la tempête menace, c’est sans doute un peu tard.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le Pen éjecté par sa fille : l’enterrement du FN canal historique (par Jérôme Bourbon)

2 Septembre 2015, 06:07am

Publié par Thomas Joly

Question du jour ? Qui a tenu le 16 janvier 2011 dans son discours d’intronisation au congrès de Tours les propos dithyrambiques suivants : « Dans sa fonction de Président d’honneur, son irremplaçable expérience comme sa sereine autorité et la rectitude de sa pensée seront pour nous, seront pour moi, un appui déterminant. J’ai été pendant 42 ans le témoin privilégié de ce combat. J’ai vu la droiture, la noblesse d’âme, la persévérance, la vision et parfois la bravoure avec laquelle il a assumé la direction du Front National, toutes qualités qui permettent aujourd’hui, d’affirmer qu’il s’est incontestablement hissé à la hauteur de l’Histoire. Comme fille, j’ai vu aussi, sous la carapace du chef,  les blessures causées par l’injustice du traitement fait à notre mouvement, à nos militants et donc à lui-même. Nous avons tous une dette à son égard, la mienne est double puisque Président et père, il a largement contribué à faire de moi, non seulement la militante, mais aussi la femme que je suis. Aujourd’hui je voudrais simplement lui dire merci. »

Réponse : Marine Le Pen, celle-là même qui, après avoir suspendu son père le 4 mai dernier du parti qu’il a fondé et présidé pendant quelque quarante ans, l’a finalement exclu le 20 août dernier. On mesure là toute la tartuferie de la benjamine de Jean-Marie Le Pen qui s’est servi de lui pour obtenir la présidence du mouvement et qui maintenant le jette comme une vieille chaussette, lui reprochant des propos qu’il tient pourtant depuis des décennies.

Par crainte de regarder dans les yeux ce père auquel elle doit tout, la vie, le patronyme, si fructueux électoralement et financièrement, le pouvoir, la carrière politique, les mandats électoraux, les fins de mois, Marine Le Pen, moins de quarante-huit heures avant le bureau exécutif chargé d’exécuter le père-fondateur, a fait savoir qu’avec son mentor Philippot elle ne participerait pas directement au peloton d’exécution. Officiellement, disait-elle, pour ne pas nuire à l’impartialité des débats. Alors qu’elle a télécommandé cette exclusion, donnant ses ordres par téléphone, cachée derrière la tenture, comme l’a souligné pour une fois bien inspiré le premier secrétaire du Parti socialiste.

Il est exceptionnel dans l’histoire politique française, européenne et même mondiale que le fondateur d’un mouvement politique soit exclu par le successeur qu’il a lui-même choisi et dont il a fait toute la carrière ; il est sans précédent que ce soit la fille du chef qui poignarde son géniteur sans le moindre état d’âme. Marine Le Pen est hélas bien de son temps. Comme beaucoup d’enfants gâtés et capricieux qui ont tout reçu et qui ne savent rien donner en retour, elle se débarrasse d’un père devenu gênant pour ses ambitions politiques inversement proportionnelles à ses capacités — plus que limitées — et à ses qualités humaines, culturelles et intellectuelles. Quand on voit à quel point elle est incapable d’appliquer les statuts du mouvement qu’elle préside, comment croire que cette femme serait capable de sortir la France de l’euro, de renégocier des traités internationaux ou de maîtriser le torrent migratoire ? L’amateurisme, l’incompétence montrés dans cette affaire en disent long sur la véritable personnalité de Marine Le Pen qui s’acharne avec une hargne terrifiante contre le fondateur du mouvement pourtant âgé de 87 ans et à la santé chancelante.

Pour une fois nous ne pouvons pas donner tort à Christine Boutin lorsqu’elle déclare, indignée : « comment une fille peut-elle publiquement faire ce qu’elle fait à son père alors qu’elle lui doit tout, elle lui doit la vie, elle lui doit le parti, elle lui doit sa carrière politique ? Pour moi c’est la démonstration que Marine Le Pen est en fait une marionnette entre les mains de monsieur Philippot, qui, lui, est en train de changer complètement le parti. Je dis à ceux qui sont tentés de voter FN, et qui sont en particulier des chrétiens, qu’il n’est pas possible de voter FN lorsque l’on a ces convictions religieuses fortes, parce qu’il n’y a aucune des valeurs qui sont défendues, même celles que défendait monsieur Le Pen, qui étaient celles de la famille, qui était celle du respect de la vie par exemple, eh bien tout cela est abandonné par madame Le Pen qui en plus a un programme de gauche. »

Suite de l’éditorial de Jérôme Bourbon dans le n°3200  de Rivarol du 3 septembre 2015

Voir les commentaires

L'Education nationale vous apprendra à « fabriquer du commun » pour atteindre « le Graal de bout de vie »

1 Septembre 2015, 07:29am

Publié par Thomas Joly

Le gouvernement a-t-il prévu dans sa réforme du collège que soit enseignée aux élèves la langue ministérielle ?

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Hongrie : Des milliers de « migrants » musulmans fraîchement débarqués hurlent « Allah Akbar »

1 Septembre 2015, 07:26am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

25% des élèves prennent des menus hallal dans les cantines de Strasbourg

1 Septembre 2015, 07:25am

Publié par Thomas Joly

Laïcité ? En contradiction avec le principe de laïcité, la ville de Strasbourg, dirigée par le maire socialiste Roland Ries, propose jusqu’à quatre menus différents dans les cantines scolaires. Un quart des élèves choisissent le menu Hallal.

Les menus hallal sont préparés « à part et de nuit »

Depuis plusieurs années, la ville de Strasbourg, plutôt que de proposer un seul menu commun à tous ses élèves, laisse un choix de quatre menus différents aux élèves des établissements scolaires municipaux. Sont ainsi proposés, un menu standard, un menu végétarien, un menu hallal et un menu sans porc. Préparés par l’Alsacienne de restauration ces menus entraînent « un surcoût », reconnait la mairie auprès de l’AFP. En cause notamment, les menus hallal sont préparés « à part et de nuit, pour ne pas les mélanger avec les autres menus », explique Eric Wolff, directeur de l’Alsacienne de restauration, à l’Agence de presse.

25% des élèves choisissent le menu hallal

D’après la mairie, la plupart des enfants optent pour un menu classique. Effectivement, entre 65 et 70% d’entre eux optent pour ce menu, contre 25% pour le menu hallal, 5% pour le menu végétarien et très peu d’élèves choisissent le menu sans porc. La municipalité ajoute que si elle trouve un prestataire « adapté », elle proposera aussi un menu « casher ».

Une mesure qui ne choque pas les organisations laïques

Etonnamment, le collectif d’organisations laïques en Alsace-Moselle, ne voit pas de problème à la communautarisation des menus scolaires dans les écoles de la ville. Son porte-parole, Bernard Anclin explique qu’il « n’a rien contre la diversité » des menus et ajoute même qu’il préférerait qu’on appelle « autrement » les menus pour être plus « conforme à la laïcité en milieu scolaire ».

Source : http://www.valeursactuelles.com

Voir les commentaires

Villeneuve-la-Garenne (92) : Ibrahima l’arracheur de colliers intercepté par le mari de sa victime

1 Septembre 2015, 07:10am

Publié par Thomas Joly

Il pensait que s’attaquer à des personnes âgées était sans risque, mais il a eu tort. Ibrahima, un jeune habitant d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) de 20 ans, a été condamnée à un an de prison, par le tribunal de Nanterre, pour vols et tentative de vol avec violence : en tout quatre délits commis à Villeneuve-la-Garenne, au mois d’août.

A chaque fois, il s’en prenait à des dames âgées pour leur voler à l’arraché collier ou sac à main. C’est ce qu’il a tenté de faire samedi 29 août, en croisant un couple qui allait se balader au parc. Il commence à s’enfuir avec le collier en or de la dame à la main, mais il a été rapidement rattrapé par le mari de celle-ci. Les policiers, appelés sur place, l’ont arrêté et placé en garde à vue.

Ils ont fait le rapprochement avec une agression similaire le même jour : une femme de 75 ans qui s’était fait voler son sac à main contenant 800 euros. Il y a aussi le vol de collier en or subit par une femme de 61 ans, vendredi 28 août. Celle-ci a résisté et mis en échec son agresseur, mais elle est tombée et s’est fracturée le poignet, ce qui lui a valu 60 jours d’interruption temporaire de travail. Il a aussi été reconnu par une femme de 70 ans, qui s’est fait voler son collier en or, le 7 août.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

« Les gens du voyage ne sont pas libres de faire n’importe quoi ! » Sans blague ?

1 Septembre 2015, 07:00am

Publié par Thomas Joly

Ce lundi 31 août se sont déroulées les obsèques des trois personnes abattues dans la « communauté des gens du voyage » de Roye, dans la Somme. Abattus par l’un des leurs, un homme de 73 ans qui a également tué le gendarme Laurent Pruvot, 44 ans, membre d’une communauté lui aussi, et père de deux enfants.

Pour exiger que le fils de l’une des victimes, incarcéré à la maison d’arrêt d’Amiens, puisse assister aux obsèques, sa « communauté » a jugé utile de bloquer durant 15 heures l’une des autoroutes les plus fréquentées de France. Le dernier week-end des retours de vacances, celui où nos voisins belges, allemands ou bataves remontent vers le nord de l’Europe.

Une soixantaine de gens du voyage, donc, ont saccagé une portion de l’autoroute A1, brûlant pneus, ballots de paille, palettes, et même des arbres tronçonnés. Sans que personne n’intervienne, ni en amont ni en aval, ce qui est déjà aussi scandaleux qu’ahurissant. Mais il y a pire : ce sont les déclarations officielles qui prétendent justifier une telle lâcheté.

Alors que des centaines de milliers d’automobilistes étaient bloqués depuis la veille au soir, on a ainsi pu entendre le directeur de cabinet du préfet déclarer samedi matin sur France Info : « Nous n’intervenons pas… la situation est tendue, mais on privilégie le dialogue car nous n’observons pas de trouble à l’ordre public. »

Plus scandaleux encore, si c’est possible : les déclarations de « la préfète » Nicole Klein en réponse à l’indignation qui monte. Interrogée dimanche par Le Figaro, elle déclare : « Je peux comprendre l’exaspération des automobilistes, mais il n’y avait pas de vie en danger. En revanche, une intervention aurait pu avoir de graves conséquences sur le plan de l’ordre public sur la ville de Roye. » Elle poursuit : « Dans cette commune de 3.000 habitants, qui a été le 25 août le théâtre d’un drame au cours duquel quatre personnes ont été tuées, dont trois parmi les gens du voyage, et un gendarme, la situation est tendue. Une intervention aurait pu donner lieu à des débordements et mettre en danger une population endeuillée. »

La préfète est claire : dans son esprit perverti, c’est donc l’intervention des forces de l’ordre qui constitue un « trouble à l’ordre public » dont il conviendrait de protéger les habitants de la ville de Roye. Habitants qu’elle amalgame, au passage, aux occupants des roulottes. En quoi la population est-elle concernée ? De quels débordements parle-t-on, de la part de qui, contre qui ? Un peu de courage, madame Klein, dites-nous donc franchement ce qui vous terrorise.

C’est Xavier Bertrand (une fois n’est pas coutume) qui a osé parler vrai lundi matin au micro de RTL : « Les gens du voyage font peur parce que certains d’entre eux sont armés jusqu’aux dents, avec des armes de guerre. Ils sont même à l’origine du trafic. » (Également mouillés jusqu’au cou dans les trafics d’œuvres d’art, de métaux et souvent, aussi, de drogue, mais c’est un autre problème.)

Trois questions au moins s’imposent :
– Il y avait, paraît-il, « tension » depuis les meurtres du 25 août. Avec qui et pourquoi, sachant que ces gens-là se sont entre-tués ? Pour autant qu’on sache, en effet, la mort n’est pas venue de l’extérieur.
– Comment se fait-il qu’on ne les ait pas empêchés de tronçonner des arbres (!) et surtout d’installer leur barrage incendiaire sur l’autoroute, quand on sait que des brigades de surveillance scrutent chaque mètre carré de chaussée ?
– Sur quel ordre venu d’en haut le juge d’application des peines est-il revenu sur sa décision concernant le prisonnier ?

Nicole Klein affirmait ce matin que des poursuites seront engagées contre les auteurs des faits : « Il y aura évidemment des suites judiciaires. Les gens du voyage ne sont pas libres de faire n’importe quoi, n’importe où. » Ce n’est pas ce qu’il nous avait semblé. Et puis, quoi, on va saisir les roulottes pour payer la réparation de l’autoroute A1 ? Et « le déploiement des forces de l’ordre conséquentes » durant toute la journée de mardi, pour respecter les vœux de ces très chers gens du voyage dont les désirs sont manifestement des ordres ?

Qu’en dit le ministre Cazeneuve, si prompt d’habitude à montrer sa triste bobine, mais qui est cette fois demeuré aux abonnés absents ?

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Conférence à Metz le 26 septembre : L'identité européenne est-elle menacée ?

31 Août 2015, 06:45am

Publié par Thomas Joly

Conférence à Metz le 26 septembre : L'identité européenne est-elle menacée ?

Voir les commentaires

Une église luthérienne du Danemark organise le premier « mariage » religieux d’un duo transsexuel

31 Août 2015, 06:42am

Publié par Thomas Joly

L’église luthérienne de Ringsted, à l’ouest de Copenhague, a célébré le premier mariage religieux d’un duo transsexuel. Le parlement danois a approuvé en juin 2012 une loi permettant les « mariages » entre personnes de même sexe dans l’Église luthérienne nationale. Mais jusqu’à présent, il n’y avait pas eu de « mariage » entre transsexuels.

« Pour nous, il est important de ne pas nous marier simplement à la mairie. Nous voulons aussi un mariage religieux, et c’est très agréable d’avoir l’acceptation de l’Eglise », ont déclaré à la télévision publique DR Isabell Storm et Cecilie Mundt, tous deux nés hommes.

Le pasteur luthérien, Henrik Fuglsang-Damgaard, s’est dit « enchanté » de célébrer la cérémonie et d’être le premier pasteur à marier deux transsexuels dans ce pays nordique, où il n’y a pas de séparation entre l’Église et l’État, parce que la Nation est de confession luthérienne.

« Je pense qu’ils ont pris une bonne décision, ils ont suivi ce que ressentent leur cœur et n’ont pas peur de montrer à Dieu et aux hommes qu’ils sont ensemble. Je pense que Dieu se réjouit dans le ciel » a déclaré le pasteur Fuglsang-Damgaard.

L’Eglise luthérienne est profondément acquise aux revendications LGBT. Ce courant protestant milite ouvertement depuis longtemps pour la reconnaissance et la banalisation du « mariage » entre personnes de même sexe.

Un pasteur transsexuel a même été admis dans cette église luthérienne…

Source : http://www.medias-presse.info

Voir les commentaires

Bretagne occupée : des afro-musulmans attaquent les pompiers au cocktail molotov à Brest

31 Août 2015, 06:40am

Publié par Thomas Joly

Vendredi, vers 23h10, les pompiers ont été appelés pour éteindre une voiture en feu, rue Sisley, dans l’enclave afro-musulmane de Pontanézen. Comme à chaque fois qu’ils interviennent dans ce quartier, ils sont arrivés nombreux  – trois véhicules – et accompagnés par des policiers.

Alors qu’ils commençaient l’opération, deux policiers et un officier pompier ont reçu des cocktails Molotov. Quatre projectiles enflammés ont été lancés. Heureusement, ils se sont éclatés sur le sol sans faire de blessés ou de dégâts.

Des renforts de police sont arrivés rapidement. Une dizaine de personnes a détalé à leur vue. Mais deux allogènes, âgés de 15 ans, ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils ne reconnaissent pas les faits.

Lire la suite : http://breizatao.com/2015/08/31/brest-des-afro-musulmans-attaquent-les-pompiers-au-cocktail-molotov/

Voir les commentaires

Adieu vieille Europe, que le diable t’emporte… (par Yann Vallerie)

31 Août 2015, 06:35am

Publié par Thomas Joly

Depuis des mois, gouvernants européens, dirigeants économiques, religieux et patronaux, médias subventionnés se succèdent pour marteler à l’ensemble de nos peuples que l’immigration et Le Camp des saints que nous vivons aujourd’hui est une fatalité et qu’il faut l’organiser car nous serions « humains avant tout ».

Quotidiennement, on lit jusqu’à la nausée qu’il faut absolument accueillir l’autre, le réfugié, le migrant, au nom d’un devoir d’humanité et de solidarité – qui n’incomberait bien évidemment qu’aux Européens.

Avez-vous donc entendu les responsables milliardaires qataris et saoudiens, qui nous colonisent économiquement, appeler à l’ouverture de leurs propres frontières à leurs voisins syriens ou irakiens ?

Non, vous avez simplement entendu Angela Merkel déclarer en toute tranquillité qu’il était bon que l’Allemagne augmente sa population de 1 % en à peine un an, uniquement avec l’immigration, et condamner ceux qui s’opposent à l’installation d’allogènes dans des logements qu’on refuse aux SDF.

Vous avez écouté les déclarations ahurissantes des évêques de France, de Belgique, soutenus par le Vatican, appeler leurs fidèles à accueillir les immigrés, y compris dans leurs propriétés privés, eux qui ne comprennent décidément toujours pas pourquoi leurs églises se vident.

Vous avez vomi ces « écologistes » fous, madame Cosse en tête, qui déclarent que tout le monde pouvait venir chez nous, qu’il fallait leur donner droits, logement, pour TOUT LE MONDE. Vous avez eu des pensées noires en voyant ces nouveaux collaborateurs qui, parmi votre peuple, nourrissent, hébergent, aiguillent les nouveaux colons.

Vous avez jeté à la poubelle les plus grands quotidiens subventionnés – qui ne vivraient plus sans ces subsides de l’État et du contribuable – déclarer qu’il était du devoir des Européens d’accueillir, avec humanité et cuisses écartées, les « immigrés ».

Vous avez bondi contre les grands patrons qui soutinrent dès les années 70 le regroupement familial et appelèrent à faire venir et embaucher des clandestins, dans des pays où le chômage de masse s’installa durablement.

Vous n’avez entendu personne déclarer que certes, nous sommes des êtres humains, mais que nous sommes tout de même des Européens, héritiers d’une civilisation, d’une histoire et de frontières qui existent encore (pour combien de temps ?) et parents d’un futur commun à construire.

Vous n’entendez non plus personne, là-haut, dans les sphères du pouvoir, appeler à la destruction des bateaux, là-bas, avant qu’ils ne se remplissent de leur malheureux passagers, eux qui étaient pourtant si prompts à mener la guerre en Libye ou en Irak, il y a quelques années. Vous ne lisez nulle part qu’il faut détruire physiquement et là-bas, de l’autre côté de la Méditerranée, ceux qui organisent le passage de milliers (millions bientôt) d’être humains.

Vous êtes victimes d’une volonté d’effacement et vous ne réagissez pas. Cette caste dominante veut tout simplement vous éliminer en tant qu’Européens, blancs, en tant qu’héritiers d’une civilisation. Il est temps d’avoir peur, car vous ou vos enfants allez mourir et rapidement. Il est temps de se réveiller.

Car si les décideurs qui organisent cela – croyez-vous que des flux aussi important de population ne soient pas organisés et acceptés – arrivent à leurs fins, ça sera uniquement de notre faute collective ; celle de n’avoir pas su, dès à présent, dire non, se révolter et inverser le grand mouvement de destruction de tous ce que nos ancêtres ont bâti jusqu’ici.

Pour que tout rebascule en notre faveur, il faut toutefois une chose : accepter de vivre un jour en lion plutôt que cent (les derniers) en mouton.

Sinon, « adieu vieille Europe, que le diable t’emporte ».

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires