Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

À l’Éducation nationale, le ministre est interchangeable et il le sait (par Pierre Van Ommeslaeghe)

27 Août 2014, 07:26am

Publié par Thomas Joly

À moins d’une semaine de la rentrée scolaire, le ministre de l’Éducation nationale change. Après la sortie de Benoît Hamon ce dimanche, il est certain que François Hollande ne pouvait pas le garder à ce poste (ni ailleurs au gouvernement). Il n’en reste pas moins que cela fait désordre. Cela ne remet pas en cause la rentrée. Elle est préparée depuis longtemps, et l’expérience et le professionnalisme des personnels sur le terrain suffisent à assurer une bonne rentrée. Mais symboliquement, l’effet est désastreux.

Car cela prouve qu’il n’y a pas vraiment besoin de ministre pour faire fonctionner l’Éducation nationale. On sait depuis longtemps que ce ministère est en réalité une technocratie achevée où ce sont les directeurs d’administration centrale qui font la loi. Les ministres passent, eux restent. Et les ministres le savent. Ceux qui ont tenté d’y remédier s’y sont cassé les dents faute de soutien politique du chef de l’État, les autres y ont renoncé s’ils en avaient eu la velléité. Il n’y a donc pas de direction politique à l’Éducation nationale. Plus exactement, la politique suivie par ce ministère n’est ni démocratique (le peuple n’y a pas sa place) ni républicaine (ce n’est pas l’intérêt général qui y est poursuivi).

Mais la séquence de l’éviction de Benoît Hamon et sa signification sont peut-être plus graves encore. La politique, disait Thomas d’Aquin, est la plus haute des charités car elle est le souci du bien commun. Du moins doit-elle l’être. Particulièrement en ce qui concerne l’éducation puisqu’il s’agit de transmettre le patrimoine intellectuel et moral de la nation aux enfants, pour les insérer dans notre monde commun.

Benoît Hamon avait cette haute responsabilité. Il occupait un poste où il pouvait agir pour le bien commun, du moins pour ce qui lui semblait l’être. Or, à une semaine d’une date importante pour les enfants de France, il a choisi d’aller à l’affrontement avec le président de la République. On peut concevoir qu’il ne soit pas d’accord sur l’orientation de la politique de ce dernier. Mais étant au gouvernement, on peut penser qu’il y avait d’autres manières de lui faire savoir son désaccord, voire d’infléchir cette politique.

On peut aussi penser que, si cet affrontement lui semblait inévitable, il pouvait le différer de quelques semaines, le temps d’assumer cette rentrée qu’il avait préparée. Il a préféré agir comme il l’a fait, sachant que cela serait plus profitable à sa carrière politique. Affichant son mépris des enseignants, des parents, des élèves.

Benoît Hamon manifeste ainsi ouvertement qu’il se moque de l’intérêt de la France, qu’il est prêt à le sacrifier à ses intérêts propres. Il n’est, hélas, pas le seul, et pas seulement à gauche.

Source

Voir les commentaires

Capitulation du gouvernement de « combat » Valls I

26 Août 2014, 08:13am

Publié par Thomas Joly

Un gouvernement né entre le 31 mars (nomination de Manuel Valls comme premier ministre) et le 2 avril (publication du décret sur la composition du gouvernement) pouvait difficilement être crédible. Né comme un poisson d’avril dans les jours qui suivaient la défaite humiliante du Parti socialiste (PS) aux élections municipales, le gouvernement s’est autodissous dans la confusion et le ridicule après 147 jours de « combat » contre du vent.

La disparition de Valls I a été l’occasion de nombreuses moqueries tant à droite (l’UMP évoquant une « démission nécessaire » et la « passivité naturelle » de François Hollande) que dans la presse.

« Son pouvoir [de François Hollande] ne dépasse plus les grilles de l’Élysée. […] Les fidèles sont devenus des mutins qui trouent la coque d’un rafiot qui prend déjà l’eau de toute part » note L’Alsace.

« Tir à la canonnière contre le navire gouvernemental. […] À la soute, les Français, eux, continuent de ramer. Sans cap et sans capitaine »ajoute Le Parisien.

« Dans le bateau ivre qu’est devenu l’exécutif, tout est possible »conclut Le Journal de la Haute-Marne.

Censé incarner l’unité et le combat, Manuel Valls a conduit la gauche à l’échec et la désunion. Dès le jour de sa nomination, Manuel Valls avait été attaqué par la gauche du PS. Le lendemain, EÉLV annonçait son départ du gouvernement. L’attribution des portefeuilles, effectuées dans l’urgence, est l’occasion d’un affrontement entre Arnaud Montebourg et Laurent Fabius ; Manuel Valls arbitrera au profit de ce dernier. En mai, un conflit oppose Ségolène Royal et Arnaud Montebourg puis Michel Sapin. Au fil des semaines, les rangs des députés « frondeurs » s’étoffent, les critiques émanant du gouvernement contre l’exécutif se multiplient : sécurité sociale, pacte de responsabilité, intermittents du spectacle, austérité, tout est sujet à polémique ; couacs, mauvais chiffres économiques, désastre sur le terrain de l’emploi, de la sécurité : pas un seul jour Manuel Valls n’a incarné le « combat » ni « l’unité ».

Source

Voir les commentaires

Londres : « Les Blancs ne sont pas les bienvenus »

26 Août 2014, 08:10am

Publié par Thomas Joly

La police londonienne a constaté un graffiti proclamant que les Blancs ne sont pas les bienvenus (« Whites not welcome »), sur le sol, à l’entrée de l’École primaire « du Prince de Galles ». Certains parents d’élèves ont précisé que ça n’était pas la première inscription de cette nature.

Mais, préférant s’attaquer aux conséquences plutôt qu’aux causes, le conseiller municipal par ailleurs adjoint à l’environnement a sorti sa plus belle langue de bois, assurant tout d’abord que l’inscription allait être effacée de toute urgence… (comme si cela allait résoudre le problème de fond !) Puis, il a réussi à placer le triangle « multiculturel », « harmonieux » et « diversité » dans la même phrase censée décrire la population d’Enfield ; au demeurant une prétendue « harmonie » en contradiction complète avec les faits constatés…

Enfin, le bien nommé Nick De Bois, député d’Enfield Nord, a demandé au conseil municipal et à la police de tout mettre en œuvre pour… effacer cette inscription – Nicolas Sárközy leur prêtera-t-il son Kärcher ? Puis il a noyé le poisson, façon habituelle d’amoindrir la portée des faits : « tout type de graffiti est très choquant pour la grande majorité des gens, surtout quand c’est devant une école primaire et que des jeunes enfants vont donc la voir »… lapalissade en prime !

Source

Voir les commentaires

Races ? Le retour du réel (par Pierre Vial)

26 Août 2014, 07:42am

Publié par Thomas Joly

Les bonnes âmes voulaient s’en convaincre. Avec l’élection d’Obama, l’installation d’un Nègre à la Maison Blanche (quel symbole !) avait fait disparaître des Etats-Unis le problème racial. D’ailleurs il l’avait dit lui-même, c’était acquis, donc pas de souci… Mais l’arbre Obama cachait la forêt. La forêt des réalités raciales. Qui sont venues se rappeler au bon souvenir des utopistes avec l’affaire Ferguson.

Ferguson : une banlieue de Saint-Louis, dans l’Etat du Missouri. Secouée par dix nuits d’émeutes et de pillages. La ville est peuplée aux deux tiers par des « Afro-Américains » (terme plus politiquement correct que celui de Nègres)  alors que la population blanche était encore majoritaire il y a vingt ans. C’est la mort d’un jeune Afro-Américain de dix-huit ans qui a mis le feu aux poudres car il a été tué par un policier (Blanc) après avoir volé dans une boutique dont il avait menacé le vendeur. D’où déclenchement d’une insurrection. Schéma classique (aussi bien aux Etats-Unis qu’en France) : les Nègres se mobilisent immédiatement pour affirmer leur solidarité raciale inconditionnelle avec l’un des leurs, qu’il soit coupable ou non n’ayant aucune importance. C’est ce que le journal Le Monde, ce catéchisme des bien-pensants mondialistes et cosmopolites, est obligé d’appeler « la persistance de la fracture raciale américaine ». Une fracture qui remonte aux origines mêmes d’un pays né au nom d’une idéologie des Lumières dont la base est le refus, la négation des réalités organiques et tout spécialement des réalités raciales. Des réalités dont l’utopie égalitariste devrait venir à bout, selon les zélotes du grand métissage mondial. Mais… Mais « c’est un vaste programme. Notre pays y travaille depuis deux siècles », déclare Obama. Il peut y travailler encore longtemps… Et en vain car refuser la réalité ne l’a jamais et ne la fera jamais disparaître. Dick Howard, philosophe pourtant farouche adepte d’une société multiraciale genre bisounours, doit admettre, dans Le Monde du 20 août, que cela relève des « mirages d’une Amérique postraciale ».

C’est ce qui explique que les partisans du réalisme biologique et du racialisme, dont nous sommes, peuvent avoir à juste titre la conviction que l’Histoire leur donnera raison.

Source

Voir les commentaires

Et John devint Abdel-Majid (par François Falcon)

26 Août 2014, 07:22am

Publié par Thomas Joly

Cinq jours après la diffusion des images terrifiantes de l’exécution du journaliste américain James Foley par un djihadiste « parlant avec l’accent des banlieues populaires de Londres » et présenté par les médias du monde entier comme « John the Executioner », on en apprend davantage sur le bourreau en question. La presse britannique a révélé hier que celui que ses camarades de djihad surnomment « John » en raison de sa nationalité est un jeune homme de 23 ans nommé Abdel-Majid Abdel Bary, fils d’un membre égyptien d’Al-Qaïda qui vivait dans une luxueuse villa d’un quartier huppé de Londres, avant son départ pour la Syrie et l’Irak. On s’était imaginé un pauvre Anglais de souche récemment converti et on découvre un riche Britannique d’origine égyptienne, membre d’une dynastie de terroristes.

Pour les Britanniques, le dévoilement de la véritable identité de « John » fut peut-être une surprise, mais pour les Français, il y a là comme un air de déjà-vu. On se souvient de ce « suspect de type européen » qui avait semé l’effroi à la rédaction de Libé et qui avait été dépeint comme un activiste d’extrême droite pendant trois jours, avant de se révéler être un militant d’extrême gauche nommé Abdelhakim Dekhar. On se souvient également du tueur du Musée juif de Bruxelles qui fut un fasciste de type européen pendant plusieurs jours avant que la police française n’arrête par hasard un certain Mehdi Nemmouche « au profil djihadiste ». On se souvient surtout du monstre de Toulouse « aux yeux bleus » (selon des témoins) qui avait abattu des soldats français musulmans et des enfants juifs, signature évidente de l’extrême droite néo-nazie : Mohamed Merah, donc.

Comment expliquer une telle série ? Par l’aveuglement volontaire des élites occidentales qui projettent leurs fantasmes sur la réalité aussi longtemps qu’il leur est possible de se voiler la face ? Sans doute, mais il y a bien plus : les quelques jours de flottement de l’information sont aussi ceux durant lesquels l’émotion est à son comble. L’assassinat d’enfants juifs, de soldats français, de touristes israéliens, ou l’égorgement d’un journaliste américain déclenchent dans l’opinion publique une violente réaction : un mélange de peur, de haine et de révolte qui doit absolument trouver un exutoire, pour ne pas dire un bouc émissaire. Lorsque tous les élèves de France se sont levés pour observer une minute de silence en l’honneur des victimes de Toulouse, ils avaient dans le cœur la peur ou la haine de cette extrême droite dont les crimes monstrueux n’étaient que la réalisation « des discours de haine du Front national ». Lorsque, deux jours plus tard, on leur a révélé le nom du principal suspect, l’émotion était déjà en partie retombée, et aujourd’hui encore le nom de Jean-Marie Le Pen semble plus sulfureux que celui de Mohamed Merah.

Dans l’affaire James Foley, le flottement au sujet de l’origine du suspect a permis d’éviter que le crime ne soit associé à l’image d’un immigré. Ce sont les petits Blancs londoniens qui ont absorbé la violence du rejet. L’idée selon laquelle l’immigration est responsable de la présence de l’islam en Europe et que l’islam génère chez certains de ses adeptes des comportements criminels n’a pas pu passer dans le champ de l’émotion. Le raisonnement ne s’est pas transformé en sentiment, puis en ressentiment, voire en panique et en réflexe d’autodéfense. Mission accomplie.

Jouons les devins pour conclure : le jour où une bombe explosera dans un café parisien ou un marché lyonnais, l’enquête se portera d’abord sur les Jeunesses Nationalistes ou le Bloc identitaire, puis sur un certain « Godefroi » revenu d’Irak. Au bout de quelques jours – dans le meilleur des cas –, nous connaîtrons la vérité.

Source

Voir les commentaires

Manuel Valls a présenté au Président de la République la démission de son gouvernement

25 Août 2014, 08:44am

Publié par Thomas Joly

C'est la crise en Hollandie après les déclarations du faux rebelle Montebourg. Manuel Valls a présenté au Président de la République la démission de son gouvernement. La composition du nouveau gouvernement Valls sera annoncée dans la journée de mardi.

Voir les commentaires

Arnaud Montebourg et Benoît Hamon entrent en dissidence

25 Août 2014, 08:19am

Publié par Thomas Joly

Dans un entretien au journal de gauche Le Monde, publié trois jours après celui de François Hollande, le ministre de l’Économie Arnaud Montebourg prend le contrepied de son président comme de son premier ministre.

« Il faut donner la priorité à la sortie de crise et faire passer au second plan la réduction dogmatique des déficits, qui nous conduit à l’austérité et au chômage » a-t-il déclaré réclamant une « évolution » des choix politiques de François Hollande et Manuel Valls, fortement critiqués.

« L’Allemagne est prise au piège de la politique austéritaire qu’elle a imposée à toute l’Europe. Quand je dis l’Allemagne, je veux parler de la droite allemande qui soutient Angela Merkel. La France n’a pas vocation à s’aligner sur les axiomes idéologiques de la droite allemande. Je ne peux que remercier Sigmar Gabriel, mon homologue socialiste à l’Économie, qui pousse dans le même sens que nous. » Lire la suite

Voir les commentaires

Les Grosses Têtes : avec Ruquier, on ne gagne pas au change (par Caroline Artus)

25 Août 2014, 08:08am

Publié par Thomas Joly

Les « Grosses Têtes » changent de tête : RTL a décidé de troquer Philippe Bouvard et sa bande pour Laurent Ruquier et la sienne. Si certains sociétaires et grands humoristes actuels tels Bernard Mabille, Jean-Jacques Peroni et Jacques Mailhot continueront de prêter à l’émission leur ton décapant, d’autres tronches font leur apparition.

D’abord, Steevy Boulay, un ancien lofteur aux deux « Gérard de la télévision » : celui, en 2006, du pire animateur ou chroniqueur aux capacités intellectuelles contrariées et, en 2010, celui de l’animateur qui porte bien son nom. Grand ami de Ruquier, une petite tête qui plombera les futures Grosses Têtes ?

Yann Moix, dans un autre registre, n’est pas mal non plus. « Heureusement que l’islam existe […], l’islam nous préserve de beaucoup de problèmes », assenait-il l’année dernière. Profond.

Et Marcela ! Marcela qui ? Mais la Marcela de DSK, pardi ! Nom de famille Iacub. La famille, elle n’aime pas trop. À commencer par les bambinos : « Le pire ennemi des femmes, c’est l’enfant, c’est la famille. » D’ailleurs, elle n’en a pas. Tant mieux. Parce qu’avoir une maman pour qui « l’âme, l’amour, l’estime, rien de cela ne compte ; la jouissance, c’est de la technique », on a connu mieux. Puisque selon elle, faire l’amour, c’est comme faire cuire un œuf, elle préfère avoir un chien. Et, aucun rapport, dans son livre Œdipe reine, elle dévoile ce qui semble être une obsession : la sodomie. On écrit ce qu’on peut. Et on a le droit de regretter Macha Méril.

Il y a aura aussi Michèle Bernier, une indécrottable Enfoirée, et Caroline Diament qui taxait Christine Boutin de catholique intégriste parce qu’elle avait la trouille qu’on l’empêche de faire ce qu’elle veut de son corps. Une courageuse.

Bref, là où la bande à Bouvard mélangeait le macho taciturne et sardonique Kersauson avec l’autodérision de Sim, le mordant de Jean Yanne avec la malice de la sexy Amanda, le désopilant humour de Guy Montagné, la gouaille et la vivacité de Carlos, en plus de toute la diversité d’horizons de tous les autres – Perrin, Bellemare, Perrot, ou Thierry Roland au rire inimitable –, chez Ruquier, on sent bien qu’on va se retrouver dans l’entre-soi confortable de l’idéologie admise. Alors, on invitera aux nouvelles têtes des exceptions qui confirment la règle. De temps en temps. Comme Lorànt Deutsch, un royaliste… mais de gauche.

À la culture certaine, à l’irrévérencieux souvent, à la truculence tout le temps risquent bien de succéder la rareté de la culture, le cru du c.. et, à la moquerie maligne, les attaques faciles et les médisances nuisibles. Là où les Français riaient ensemble toutes convictions politiques et sociétales confondues, la composition de la nouvelle équipe augure d’une uniformité de pensée triste à pleurer. Un outil de propagande pour la majorité au service des minorités ?

Alors, qu’aurait bien pu avoir envie de transmettre Philippe Bouvard – la figure de proue des Grosses Têtes, le routard de la citation aux 84 printemps – à ce successeur qu’il n’a pas choisi ? Rien.

Source

Voir les commentaires

Au pays des droits de l’Homme, les Français sont massacrés dans l’indifférence générale

25 Août 2014, 08:04am

Publié par Thomas Joly

Ils s’appellent Christophe, Yvonne, Julie, Fabienne ou encore Cédric. Ils ont tous un point commun : ils sont Français et ont été victimes de la « diversité », torturés, brûlés ou violés par des immigrés. De récents faits divers sordides donnent un bref aperçu du danger auquel sont exposés les Français au quotidien. Une barbarie ordinaire dans la France multiculturelle… Lire la suite

Voir les commentaires

L’allocation de rentrée scolaire : entre injustice et escroquerie

22 Août 2014, 11:56am

Publié par Thomas Joly

L’allocation de rentrée scolaire, une prestation des allocations familiales, a été versée à près de 3 millions de foyers depuis le 19 août. Son montant varie de 362 € à 395 € par enfant selon les âges, et n’est versée que sous condition de ressources.

On peut toujours discuter du bien fondé de ce type d’aide et de sa réelle efficacité : en effet cette somme étant destinée à équiper l’enfant pour suivre dans de bonnes conditions son année scolaire, on aurait pu reverser cette somme aux établissements en fonction du nombre d’élèves, l’établissement devant fournir le « kit » nécessaire à l’enfant.

La version ARS (allocation de rentrée scolaire) 2014 signée François Hollande est une gabegie : en effet, nul n’est besoin d’apporter la preuve de la scolarisation de l’enfant pour lequel on réclame cette allocation. Une simple déclaration sur l’honneur suffit.

Le problème est que le taux de lycéens non scolarisés (15 à 19 ans) est important : je n’ai pas trouvé les chiffres de 2013, mais simplement ceux de 2005 à 2009. Entre ces deux années, le taux d’enfants scolarisés est passé de 89 % à 84 %, soit un recul de 1% par an. Cela laisse entrevoir les chiffres de 2014…Restons donc sur la base de 2009, qui nous indique que les adolescents déscolarisés grimpent à 16 %.

Sachant que le nombre de lycéens scolarisés pour l’année 2012-2013 était de 2.100.000, on peut en déduire que le nombre de lycéens déscolarisés est de 400.000 au minimum. A 395 € pour cette tranche d’âge, la CAF aura donc versé 158 millions d’euros pour des enfants non scolarisés. Et en ne se basant que sur les lycéens !

Source

Voir les commentaires

Israël : business is business

22 Août 2014, 11:49am

Publié par Thomas Joly

Alors que le gouvernement israélien tente de faire croire que la sécurité des Juifs est menacée en Israël, la population semble avoir bien compris que tout cela ne relevait que de la volonté de propagande de guerre la plus mensongère.

À Kiryat Gat, à seulement quelques kilomètres de Gaza, les policiers ont ainsi découvert qu’un abri antiroquette avait été transformé en tripot et en plantation de cannabis. L’abri recelait des planches de jeu, des jetons, de l’alcool et un kilo de cannabis prêt à l’emploi.

Source

Voir les commentaires

Ce n'est pas la crise pour tout le monde : + 30,3 % de dividendes versés aux actionnaires

22 Août 2014, 11:44am

Publié par Thomas Joly

La France est devenue la championne des versements de dividendes aux actionnaires. Au deuxième trimestre de 2014, les entreprises cotées en bourse dans le monde ont versé 318 milliards d’euros, un chiffre en hausse de 11,7 % sur un an.

En France l’augmentation atteint 30,3 %, à 30,7 milliards d’euros. C’est la plus forte hausse à travers le monde. Le principal pourvoyeur de dividendes est un assureur, le groupe Axa.

Source

Voir les commentaires

Marchandisation des enfants : les pédophiles se frottent les mains

21 Août 2014, 09:28am

Publié par Thomas Joly

Abandonner un enfant que vous avez adopté, mais dont vous ne voulez plus, et le revendre à de nouveaux parents,  c’est déjà une réalité sordide aux États-Unis

Internet regorge de forums spécialisés en commerce d’enfants. Un marché à deux vitesses. Une adoption internationale se négocie 20.000 dollars en moyenne. Un enfant que les parents adoptifs mettent à la revente se négocie au rabais environ 3.500 dollars, plus frais d’agence, déductible d’impôts si vous êtes citoyen américain.  Aux Etats-Unis, on appelle cela le « rehoming » . Des centaines d’agences privées en ont fait leur activité très lucrative. On y vend des enfants, mais en seconde main, comme une simple voiture d’occasion.

Les parents adoptifs qui veulent se débarrasser d’un enfant postent une annonce en ligne avec une description de l’enfant (âge, physique, caractère,…). Une simple procuration chez le notaire suffit à transférer l’enfant d’un couple de parents à un autre.

Yahoo et Facebook n’ont aucun problème de conscience à se faire les complices de ce marché en hébergeant les annonces de ces parents indignes.

Ce marché existe déjà depuis cinq ans. On estime qu’un enfant y est vendu chaque semaine. Certains enfants sont revendus plusieurs fois. Généralement, les parents adoptifs revendeurs se mettent aussitôt en quête d’un autre enfant comme s’il s’agissait d’un simple jouet qui n’a qu’un temps.

Le scandale atteint les sommets de l’abject lorsqu’on constate les exemples nombreux de pédophiles qui rôdent sur ce commerce et choisissent en toute facilité la proie qu’ils vont légalement acheter. Les cas de parents adoptifs ayant des penchants violents ou de lourds problèmes psychiatriques sont également fréquents.

Il serait facile d’en conclure qu’il s’agit d’une preuve de plus de la décadence américaine. Mais la France n’a-t-elle pas déjà commencé à emprunter le chemin de la marchandisation de l’enfant ?

Le 26 juin dernier, la Cour européenne des droits de l’homme, saisie contre l’Etat français, a imposé de reconnaître le lien de filiation entre les parents français et les enfants acquis dans d’autres pays par l’entremise d’une gestation pour autrui (GPA). A ce stade, la gestation pour autrui reste interdite en France mais la filiation issue de la GPA est donc reconnue. Une incohérence qui ne tiendra pas longtemps. D’autant que, contrairement au discours officiel du parti, ils sont nombreux parmi les ténors socialistes à être partisans de la légalisation de la PMA et de la GPA.

Source

Voir les commentaires