Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le 26 novembre, manifestation à Péronne (80) contre l'invasion migratoire !

11 Novembre 2016, 11:12am

Publié par Thomas Joly

Samedi 26 septembre, à 11h, devant la sous-préfecture de Péronne (25 Avenue Charles Boulanger), le SIEL et le Parti de la France organisent un rassemblement pour protester contre l'installation autoritaire par le gouvernement socialiste de migrants à Péronne et dans toute la France rurale en général.

Tous les patriotes attachés à leur identité et à la France des terroirs et des clochers sont les bienvenus pour dire Non à l'invasion migratoire.

Voir les commentaires

En plein JT, Jean-Pierre Pernaut se lâche sur les migrants qui prennent les places des SDF !

10 Novembre 2016, 19:50pm

Publié par Thomas Joly

« Voilà, plus de place pour les sans-abri mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France », a dit Jean-Pierre Pernaut dans son JT de 13h sur TF1 ce jeudi 10 novembre.

La Trumpisation des esprits a commencé !

 

Voir les commentaires

Un animateur de France Inter appelle à l'assassinat de Donald Trump avant son investiture

10 Novembre 2016, 07:55am

Publié par Thomas Joly

La rhétorique agressive du gouvernement français à l’égard du nouveau président américain, Donald Trump, a franchi une nouvelle étape. La radio d’État France Inter a ainsi publiquement appelé à l’assassinat du nouveau chef des États-Unis. Voir la vidéo à partir de 1m23s.

Le contenu de la « chronique » précitée est toujours diffusé en ligne par France Inter et aucune mesure n’a été prise à ce stade contre Pablo Mira, l’animateur ayant lancé l’appel. La rédaction de cette radio d’État a multiplié les injures contre le nouveau président américain.

Cette radicalisation du discours des médias gouvernementaux semble être soutenue par les autorités françaises qui n’ont pas jugé utile de réagir ni de s’excuser.

L’ambassade américaine à Paris n’était pas immédiatement disponible pour réagir à ces propos.

Source : http://breizatao.com/2016/11/10/france-la-radio-detat-france-inter-appelle-a-lassassinat-de-donald-trump-avant-son-investiture/

Voir les commentaires

Extrême-gauche et immigrés dans la rue pour s’opposer à l’élection de Trump

10 Novembre 2016, 07:50am

Publié par Thomas Joly

L’extrême-gauche américaine est descendue dans la rue, aux côtés de cohortes d’immigrés, pour s’opposer à l’élection de Donald Trump à la présidence américaine. A New York, ils ont convergé vers la Trump Tower, l’immeuble personnel du nouveau président américain.

Dans plusieurs autres villes des États-Unis les manifestations se sont parfois accompagnées de violences, de pillages de magasins, de vandalisme.

Source : http://breizatao.com/2016/11/10/usa-extreme-gauche-et-immigres-dans-la-rue-pour-sopposer-a-lelection-de-trump/

Voir les commentaires

L’élection de Donald Trump annonce la libération totale de la parole dans le monde occidental

10 Novembre 2016, 07:39am

Publié par Thomas Joly

« Le Brexit ? Vous n’y pensez pas ! », disaient les bobos médiatiques de toutes les tendances. « Donald Trump ? Il ne passera même pas les primaires du Parti républicain », affirmaient les experts, la bouche en cœur, sur les plateaux de télévision où ils sévissent. Les serpents à sornettes de la tyrannie médiatique se sont plantés sur toute la ligne, satisfaits et bouffis d’orgueil. Incapables de comprendre les changements de paradigmes, ils ont eu tout faux du début à la fin. Donald Trump a littéralement dévoré tous ses adversaires, livrant campagne contre le parti qui le soutenait, contre Hillary Clinton et contre 99 % des médias.

Personnage fantasque, Donald Trump est à l’image des États-Unis : bigger than life. L’auteur de The Art of the Deal (L’Art de la négociation) n’a jamais rien lâché dans l’adversité, y compris quand tout le monde croyait qu’il était perdu. Ses conseillers ont répondu aux attentes d’une majorité d’électeurs déclassés, oubliés et rejetant l’utopie de la fin de l’Histoire. Pour ces derniers, Donald Trump proposait le meilleur projet : une grande Amérique industrialisée, protectrice, sûre de ses valeurs, pleinement inscrite dans la civilisation occidentale et opposée au marxisme culturel à l’œuvre depuis trop longtemps de ce côté de l’Atlantique.

Face à Hillary Clinton qui défendait une Amérique postmoderne et multiculturelle, les équipes de Donald Trump ont voulu opposer une Amérique tirée d’une illustration de Norman Rockwell, sentant bon le hot-dog fumant que les familles dégustent dans les gradins des stades de baseball où s’ébattent les enfants le dimanche.

Les blés mûrs et les buildings de Trump contre les concerts de Beyoncé et Wall Street : une formule gagnante.

Les soixante-huitards, les racistes anti-blancs et autres islamistes sympas peuvent commencer à trembler : Papa Occident est rentré à la maison et va bientôt siffler la fin de la récréation. C’est ainsi, du moins, que Donald Trump a été perçu. À l’origine de cette immense surprise, le dégoût total d’un système perçu comme étouffant. Comme les Européens, les Américains n’en peuvent plus d’être surveillés par le Big Brother de la correction politique qui voudrait interdire les plus minimes écarts de langage.

Exemple édifiant de cette nouvelle morale bourgeoise : les toilettes neutres que l’administration américaine envisageait d’établir, au nom du « droit des personnes de genre fluide à ne pas être discriminées »… Une somme de petits détails qui, mis bout à bout, ont achevé d’ulcérer une opinion déjà chauffée à blanc par la crise économique, l’immigration-invasion d’Amérique centrale et les attentats terroristes islamistes qu’Obama ne voulait pas nommer.

Le même phénomène est observable en France. Il suffit de regarder les mines déconfites des journalistes qui n’avaient rien vu venir et ne comprennent rien au nouveau monde qui se construit. Imaginez donc que l’équipe de Yann Barthès était en pleurs !

Non, l’élection de Donald Trump n’annonce pas la fin du monde mais la libération totale de la parole dans le monde occidental. Le mur du mondialisme, construit après la chute du mur de Berlin, en prend un sacré coup. Seul le monde est multiculturel. Les nations ne le sont pas.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

L'avortement reste une des préoccupations majeures des Américains

10 Novembre 2016, 07:30am

Publié par Thomas Joly

Impensable en France où débattre au sujet de l'avortement est presque interdit.

Présidentielle américaine : l'immigration et l'avortement en tête des recherches sur Google. Les préoccupations des citoyens américains ne correspondent pas toujours aux thèmes de campagne les plus abordés par les candidats à la Maison Blanche. L'outil mis en place par Google News Lab et Pitch interactive permet de d'observer par exemple que l'avortement est régulièrement en première position ces dernières heures. (Source)

Les thèmes les plus recherchés sont souvent les plus tranchés comme le suggère le graphique ci-dessous :

L'avortement fait partie des thèmes les plus polémiques entre les deux candidats. Hillary Clinton est une fervente partisane de ce droit. Elle avait déclaré que "nous avons besoin de protéger l'accès à un avortement légal et sûr, pas simplement dans les principes mais en pratique."  De son côté, Donald Trump est moins clair sur sa position mais il suit la ligne du parti républicain exprimée en juin dernier. "Nous affirmons l'aspect sacré de la vie humaine, et affirmons que l'enfant non né a un droit fondamental à la vie qui ne peut pas être enfreint."  Il serait contre l'avortement légal sauf en cas de viol ou d'inceste selon le Washington Post.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Victoire de Trump : Juppé alerte « les Français » contre « la démagogie », « l’extrémisme » et « le populisme »

10 Novembre 2016, 07:22am

Publié par Thomas Joly

Dans son communiqué de réaction à l’élection de Donald Trump comme 45e président des État-Unis, mercredi 9 novembre, la vieille fripouille d'Alain Juppé ne « félicite » pas le successeur de Barack Obama. Tout juste prend-il acte de son accession à la Maison Blanche.

« Aux Français, je veux souligner tous les risques que la démagogie et l’extrémisme font courir à la démocratie et le caractère vital des choix qu’ils ont à faire. Plus que jamais j’appelle au rassemblement et à la mobilisation tous ceux qui se font une ‘certaine idée’ de la République et de la France. »

« Démagogie », « extrémisme » : Alain Juppé fait un lien direct entre le résultat de la présidentielle américaine et le contexte de celle qui se tiendra en France en mai 2017. Une alerte adressée à l’ensemble des Français donc, mais tout particulièrement à ceux qui seraient tentés par un vote Front national. Voilà qui ne jette pas les bases d’une franche amitié avec Donald Trump, si le maire de Bordeaux devait entrer à l’Élysée.

Sur BFMTV dans la matinée, Alain Juppé a ajouté que « la réponse n’est pas dans le populisme. Le populisme, c’est mentir aux peuples ».

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

L’ambassadeur de France à Washington n’aime pas Trump et le fait savoir…

10 Novembre 2016, 07:16am

Publié par Thomas Joly

Mais qu’est-ce qui peut bien lui délier ainsi la langue ? À 6h02, heure française, alors que les résultats de la présidentielle américaine n’étaient pas encore définitifs, et avant toute réaction officielle de notre gouvernement, l’ambassadeur de France aux États-Unis, un nommé Gérard Araud, a lâché une pestilence tweetesque : « Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige. » Informé aussitôt, le nouveau président américain a réagi : « La France n’est pas contente ? Tant mieux. »

Ainsi, grâce à ce fonctionnaire, les relations franco-américaines prennent un départ boiteux.

Le gugusse n’en est pas à son coup d’essai. Il s’est déjà mis à dos le Maroc en déclarant, il y a deux ans : « Le Maroc est une maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n’est pas particulièrement amoureux, mais qu’on doit défendre. » Fureur à Rabat. Évidemment, Paris a démenti qu’Araud ait tenu ces propos, mais une telle saillie ne s’invente pas. On lui trouve, également, des relents antisémites, exprimés dans une lettre aux expatriés français installés aux USA, lettre postée après les attentats du 13 novembre, et dans laquelle il parle des victimes ainsi : « Hier, des journalistes et des juifs. Aujourd’hui, des citoyens ordinaires. » Le distinguo a, évidemment, fait bondir la communauté juive de France. On rapporte, également, qu’avant de prendre ses fonctions d’ambassadeur aux États-Unis, il aurait déclaré : « À Washington, je serai condamné à dire combien j’adore les États-Unis et combien les Américains doivent faire un tour en Bourgogne. » Condamné ! Rien que cela ! Quelle condescendance ! Quelle classe !

Mais, mon p’tit gars, si tu n’aimes pas la soupe, tu n’es obligé ni de cracher dedans, ni de la boire.

Tes préférences, tes petites idées personnelles, tes amours ou désamours, on s’en fiche complètement. Tu n’es pas payé pour nous raconter ce que tu penses, mais pour porter la voix de la France et représenter ton pays. Tu n’es qu’un haut-parleur, pas un penseur !

Monsieur l’Ambassadeur, lorsque vous tweetez (6 novembre 2019, 14h09) : « Le nationalisme, la passion de ceux qui ignorent l’Histoire », vous rendez-vous compte de l’idiotie de votre propos ? Ne réalisez-vous pas que vous vous faites l’ambassadeur de la bêtise humaine la plus sectaire, la plus crasse ? Vous vous érigez en maître à penser envers des millions de gens qui n’ont pas la chance, la bonne fortune, l’honneur de partager vos vues. Mais, Monsieur l’Ambassadeur, c’est du totalitarisme pur jus, ça ! Du fascisme intégral. Si vous aviez des « guts » – ces trucs que vous haïssez par tweet (15 juillet 2014), demandant à vos interlocuteurs de faire plutôt marcher leur « brain » – si vous en aviez, Monsieur l’Ambassadeur, vous feriez un très acceptable dictateur.

En attendant, vous abîmez la France, mon pays.

Donald Trump est élu. Vous n’aimez pas l’idée ? C’est votre droit ! Alors, partez, fichez le camp, videz les lieux. Mais prenez l’initiative, car je n’imagine pas vos patrons, les Ayraud, Valls ou Hollande, vous sacquer publiquement pour grossièreté. Sinon, ils l’auraient déjà fait depuis belle lurette.

Yannik Chauvin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Victoire de Donald Trump : le réveil du peuple américain

9 Novembre 2016, 07:59am

Publié par Thomas Joly

Communiqué du Parti de la France

Le Parti de la France salue le réveil du peuple américain qui a rejeté la candidate de la gauche mondialiste et de l'oligarchie. Alors même que Madame Clinton était soutenue par 96 % des médias américains, par la plupart des groupes de pression, par l'ensemble des minorités ethniques, par toutes les officines anti-nationales, les Américains ont refusé les diktats de la pensée unique et le politiquement correct incarnés par la candidate du Système.

Maintenant qu'il a déjoué tous les pronostics, Donald Trump se retrouve devant ses responsabilités et devra répondre aux attentes de ces Américains remplis d'espoir après leur spectaculaire rejet de la nomenklatura américaine acquise au mondialisme et au cosmopolitisme.

Voir les commentaires

La révolution blanche a commencé

9 Novembre 2016, 07:57am

Publié par Thomas Joly

Donald Trump a été élu 45e président des États-Unis d’Amérique ce mercredi 9 novembre 2016. Cette victoire, remportée contre la coalition de tous les médias occidentaux, de Wall Street, de la gauche socialiste et marxiste, contre l’argent des pétromonarchies musulmanes, est inédite dans l’histoire contemporaine.

Révolution blanche et populaire

Cette révolution populaire place à la tête de la première puissance occidentale un chef d’État porté par le nationalisme et le rejet du globalisme. Cette révolution refuse l’immigration voulue par la finance internationale et l’élite occidentale, entend combattre l’islam partout où il entend confronter le monde blanc et chrétien.

Cette victoire n’est pas la fin mais le début de la révolution populaire et identitaire qui traverse l’ensemble de notre civilisation. L’oligarchie ne va pas capituler sans tenter de résister, par tous les moyens, à l’effondrement du Système tel qu’il existe depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Tout indique que c’est la mobilisation de l’électorat blanc, des classes moyennes ou populaires, qui a permis de vaincre la candidate de l’oligarchie et des migrants du tiers-monde prenant d’assaut l’Amérique. Cette coalition des parasites du haut et du bas qui vient d’être vaincue.

La population blanche, activement remplacée par une conspiration orchestrée par Wall Street, les médias du système et les grandes corporations, s’est révoltée et entend combattre pour sa survie. Il s’agit bel et bien d’une révolution raciale.

Les ouvriers du Michigan ou du Wisconsin, traditionnellement alignés sur la gauche US, a soutenu Trump. C’est le réveil des travailleurs et contribuables blancs face au pillage organisé par le haut et par le bas à son détriment.

Le camp de la défaite

Pour l’Union Européenne, c’est le coup final : Donald Trump a soutenu le Brexit que cette même élite tente à présent d’annuler. Mieux encore, la résistance identitaire va s’amplifier dans le processus politique des divers pays européens à la faveur de cette nouvelle victoire.

Pour le principal parti de gauche occidental, le Parti Démocrate, l’échec de Clinton annonce une vague de procès qui va exposer, aux yeux du grand public, les innombrables réseaux de corruption dont elle était à la tête. Et avec sa chute, celle de la politique étrangère néo-conservatrice, pro-musulmane, mis en place depuis des années par l’administration Obama.

Pour les musulmans, c’est le début du réveil des hommes de l’Ouest face à leur assaut contre notre civilisation et l’invasion qu’ils entreprennent de conclure, en s’appuyant sur une classe politique ouest-européenne corrompue, dévoyée et soumise.

Pour l’idéologie immigrationniste, c’est une défaite historique. Le monde blanc ne veut pas disparaître et l’a fait savoir en Amérique du Nord. Et maintenant l’oligarchie sait que son temps est compté.

Tout commence

Nous aurons l’occasion de revenir sur la politique étrangère de Donald Trump dont la lutte contre l’islam est un élément central.

Mais plus encore, nous allons continuer de suivre et alimenter cette révolution occidentale car les médias du Système, les divers réseaux financiers, des groupes ethniques hostiles, divers États, vont tout faire pour s’opposer à la victoire de cette révolution identitaire.

Et plus l’oligarchie s’y opposera, plus la rage révolutionnaire grondera. Cela ne fait que commencer, partout.

Source : http://breizatao.com/2016/11/09/la-revolution-blanche-a-commence/

Voir les commentaires

La victoire de Trump, c’est le contraire de la dédiabolisation de Marine Le Pen

9 Novembre 2016, 07:42am

Publié par Thomas Joly

La première à avoir félicité le nouveau président outre-atlantique, est paraît-il la présidente de l’ersatz du Front national. L’original ayant été cofondé par son propre père, Jean-Marie Le Pen, exclu depuis.

Or, en ce jour mémorable, faut-il rappeler à Marine (puisque désormais, sa com de campagne écourte son patronyme) que la victoire de Trump découle de la clarté de ses propos, notamment en matière d’immigration. Il suffit de repasser les vidéos de sa campagne pour être convaincu qu’un discours de vérité paie. Et surtout quand ce discours est en parfaite adéquation avec les aspirations du peuple.

C’est de cet exemple que doit s’inspirer immédiatement son parti. En termes simples, raffermir son discours sur deux axes :  DÉSISLAMISATION et REMIGRATION et leurs corollaires. Et accepter une union équitable des partis et formations patriotiques.

A défaut, elle prend la responsabilité de l’échec pour 2017.

Jacques Chassaing

Source : http://ripostelaique.com/la-victoire-de-trump-cest-le-contraire-de-la-dediabolisation-du-fn.html

C'est d'ailleurs l'avis de Jean-Marie Le Pen :

 

Voir les commentaires

Victoire de Donald Trump : l'Amérique blanche n'est pas encore morte !

9 Novembre 2016, 07:14am

Publié par Thomas Joly

Contre toute attente, Donald Trump remporte l'élection présidentielle américaine. Face à l'oligarchie, les médias quasiment tous pro-Clinton, les lobbies, les minorités ethniques, le show-bizz, etc.

C'est clairement un réveil du peuple blanc américain qui adresse un énorme coup de pied aux fesses de l'Establishment qui le méprise depuis tant d'années.

Voir les commentaires

Révolution raciale : 79% des électeurs américains non-blancs votent Clinton

8 Novembre 2016, 07:42am

Publié par Thomas Joly

Alors que l’élection présidentielle américaine suit sont cours, une étude d’opinion réalisée par la Monmouth University (New Jersey) donne une dimension rarement commentée dans les médias hexagonaux : la décomposition ethno-raciale du vote. Et les résultats de l’étude sont riches d’enseignement.

The Hill (source) : « Trump continue de mieux performer auprès des électeurs blancs. Trump mène, à 54% contre 37%, chez les électeurs blancs, principalement à cause d’un rapport de 59 à 30 pourcents chez les hommes blancs. Il mène avec une plus petite marge chez les femmes blanches. Clinton continue de faire mieux que Trump chez les électeurs non blancs, à 79% contre 13%. »

Avec une démographie blanche passée de 90 % en 1945 à environ 62 % en 2015 (voir ici), le facteur racial est devenu l’élément le plus structurant du vote aux USA. Le Parti Démocrate (gauche) étant devenu le parti des groupes raciaux non-blancs et de la bourgeoisie des grands centres urbains.

Une situation similaire à ce qui se passe en France où 93% des musulmans ont voté pour François Hollande en 2012 (source). Une différence cependant : la censure gouvernement des statistiques ethniques empêchent de mesurer pleinement le phénomène comme sa géographie.

Le Parti Démocrate fait donc de l’accélération de la bascule démographique aux USA son objectif prioritaire afin d’empêcher définitivement tout autre parti de gagner les élections futures. Cette révolution raciale explique pourquoi Barack Obama et Hillary Clinton font de la maximalisation de l’immigration et de la régularisation des clandestins une priorité stratégique.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Michel Onfray, penseur pour dames ménopausées

8 Novembre 2016, 07:34am

Publié par Thomas Joly

J’ai lu Michel Onfray, oui, et je l’ai pris au sérieux. Le problème étant que j’avais alors dix-sept ans, et que ma crise d’adolescence n’en finissait plus : cela aurait du me mettre la puce à l’oreille… Mais enfin ! Je l’ai relu dernièrement, et j’ai compris ! Ce type est le miroir de notre époque, au même titre que Nabilla ou Cyril Hanouna. Une stupéfiante adaptation de la culture aux besoins de l’époque, un marketeur hors pair…

Michel a bien compris ce que d’autres millionnaires des Lettres ont compris bien avant lui ; il connaît parfaitement le cœur de cible de l’édition courante : la retraité divorcée de gauche ex-membre de l’éducation nationale. Et il y va dans la pommade à vanité… « Pensée solaire de Mai 68 », « Jouisseur libertin célibataire », « Hédonisme libertaire », « Corps jubilatoire », « Nietzschéisme de gauche », « Rébellion individualiste », notre philosophe Cohn-Bendien s’y connaît pour conceptualiser – et donc justifier – l’inconséquence morale et la vacuité politique de sa grosse niche de marché : notre chère retraitée divorcée de l’éducation nationale, ai-je dit et répète encore ; celle-la même qui pourrit le marché du roman contemporain à force de publications à son intention, pleines de fadaises gauchistes bien-pensantes ; celle-là même qui se dit féministe en lisant Christine Angot alors qu’elle ne s’est pas faite fourrer depuis dix ans….

Alors oui, le boulot d’Onfray consiste ni plus ni moins qu’à gonfler d’hélium rhétorique et de verroterie sophistique l’ego fragile de vieilles femmes abandonnées à elles-mêmes, c’est là le nœud coulant de son système philosophique libéral/libertaire/athée/hédoniste/mon cul, mais attention : il le fait en rebelle ! Car Michel Onfray est un rebelle, il le dit, le redit et le répète sur les plateaux de télévision ou dans les locaux mis gracieusement à sa disposition par ses amis élus pour son « université populaire ». Il est, en plus d’être leur porte parole, le « rebelle » en chef de ces dames qui hantent les libraires en semaine, y laissant derrière elles comme un parfum ranci de vieille fête de la rose… Sa coupe de cheveux qui se BHLise d’année en année, sa petite bedaine de rock star sur le retour, ses petites lunettes carrées qui font tant « taisez-vous, je pousse, je vais avoir une idée… » Je le soupçonne, in fine, de déployer toute cette énergie télévisuelle et capillaire uniquement pour faire trempette de temps en temps dans une de ses groupies… – Faire trempette, si c’est du joli !

Vous vous demanderez : Mais comment en suis-je arrivé à réduire un « penseur » à un simple marketeur judicieux doublé d’un jouisseur cynique (dans l’acception moderne du terme, très cher Michel…) ? Eh bien, il n’y a pas plus simple : foutez les pieds une fois à son « université populaire », observez autour de vous ; – on est le produit de son public, après tout…

Pour ceux qui veulent aller plus en avant dans la compréhension de notre philosophe-chanteur de charme, je conseille la lecture de sa Politique du rebelle.

Claude Marion

Source : http://suavelos.eu

Voir les commentaires