Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Nos ancêtres ? Rien n’a changé, ce sont toujours les Gaulois !

19 Mai 2016, 05:48am

Publié par Thomas Joly

Les fossoyeurs de la France qui sont au pouvoir n’ont de cesse de falsifier la mémoire de notre peuple, voire de la souiller ; à preuve l’épisode tragi-comique de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun où nos « élites » n’avaient rien trouvé de plus symbolique que d’inviter à cette occasion un « rappeur » noir antifrançais.

Cette triste affaire n’est que l’une des nombreuses opérations de harcèlement que mènent nos politiciens de gauche et de droite pour éradiquer de notre mémoire tout ce qui a fait la gloire de notre pays. Ils semblent aussi s’être ligués pour semer la confusion sur les origines de la France afin de mieux la dépouiller de son identité, et c’est ainsi qu’on a pu entendre des déclarations de nos gouvernants qui auraient fait pleurer de rire (ou pleurer tout court) n’importe quel écolier des années 50 ou 60.

Non, les racines de la France ne sont pas musulmanes, comme l’affirmaient Jacques Attali ou Jacques Chirac, elles ne sont pas plus juives, selon les dires de Nicolas Sarkozy, et le ramadan n’est pas « une fête qui fait partie du patrimoine culturel français », comme le prétend le maire de Paris, Anne Hidalgo.

Elles ne sont pas non plus « helléno-chrétiennes » ou « judéo-chrétiennes ».

Les racines sont ce qui nous ramène au plus loin de notre passé et au plus profond de notre vérité et elles ne sont pas fluctuantes. Elles sont le socle immuable de notre croissance.

Les racines de la France sont gauloises, c’est-à-dire émanant du peuple celte qui s’est établi à partir du VIe siècle avant J.-C. sur la totalité du territoire français actuel et une partie de l’Italie du Nord, et qui s’est battu pour son indépendance contre l’envahisseur romain sous la bannière de son héros, Vercingétorix.

Ce substrat ethnique originel a, certes, varié tout au long des siècles qui ont suivi son implantation avec les nombreuses migrations de nos cousins indo-européens qui ont traversé notre territoire et y ont laissé leur trace. Des greffes nombreuses, spirituelles avec le christianisme et la monarchie, techniques et politiques avec les Romains, philosophiques avec les Grecs, ont réussi et ont permis à la France de devenir le phare de l’Europe… jusqu’à la Révolution, qui a détruit une grande partie de notre patrimoine humain, architectural, artistique, spirituel et culturel.

Les universitaires de tous bords (et même du nôtre) évaluent avec condescendance la civilisation celte sous prétexte qu’elle n’a pas utilisé l’écriture (volontairement, pour ne pas figer la mémoire !) et qu’elle n’a pas laissé de grandes œuvres architecturales ou civilisationnelles.

Nous ne sommes pas pour autant les fils d’Homère ou de la Louve.

N’allons pas chercher ailleurs notre héritage, nous n’avons pas à rougir de la spiritualité de nos druides anciens, de la vaillance de nos guerriers, de la créativité de nos artisans et de nos artistes qui ont donné à la France son raffinement et sa place dans le monde.

Pierre-Émile Blairon

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Etats-Unis : des ouvriers portent des couches parce qu’ils n’ont pas le temps d’aller aux toilettes

19 Mai 2016, 05:36am

Publié par Thomas Joly

En raison du manque d’ouvriers « flottants », capables de remplacer leurs collègues pendant des absences, les cadres interdiraient parfois aux employés de prendre une pause. L’ONG Oxfam a rassemblé plusieurs témoignages anonymes.

Les cadences sont telles qu’il leur est parfois difficile de prendre une pause pipi. Aux Etats-Unis, certains employés du secteur volailler ont donc choisi de porter des couches au travail, selon des témoignages anonymes recueillis par l’ONG Oxfam. « La grande majorité » des 250.000 ouvriers « dit ne pas bénéficier de pauses-toilettes adéquates », en « claire violation des lois américaines de sécurité au travail », indique l’étude (PDF en anglais).

Un ouvrier, par exemple, évoque l’expérience de sa mère, qui porte des couches au travail, après avoir été contrainte d’uriner dans ses vêtements. Au Texas, une femme assure que plusieurs collègues de son usine font de même. Mêmes difficultés pour Dolores, ancienne employée dans l’Arkansas, dont les demandes de pause ont été rejetées « de nombreuses fois ». Après avoir essayé de porter une serviette hygiénique, elle a finalement opté pour des couches. « Moi et beaucoup d’autres, nous devions porter des Pampers. »

« Les chefs de ligne refusent aux ouvriers ces pauses parce qu’ils sont sous pression pour maintenir la vitesse de production », explique l’étude. Et « beaucoup d’employés craignent d’être moqués, punis ou virés » en cas d’absence aux toilettes. Ils doivent alors patienter pendant plus d’une heure ou « se précipiter » pendant des pauses de dix minutes. Il leur faut alors traverser rapidement de vastes plateaux d’usine, après avoir enlevé et remis leurs vêtements de protection.

Difficile, toutefois, de confirmer ces témoignages et d’évaluer l’ampleur du phénomène. Oxfam cite une enquête menée auprès de 266 ouvriers en Alabama par l’association antidiscriminations Southern Poverty Law Center, selon laquelle « presque 80% des ouvriers disent ne pas avoir le droit d’aller aux toilettes quand ils en ont besoin », ainsi qu’une autre dans le Minnesota, où « 86% des ouvriers disent avoir moins de deux pauses-pipi par semaine ». 

L’ONG cible notamment quatre poids lourds de la volaille : Tyson Foods, Pilgrim’s, Perdue et Sanderson Farms, qui contrôlent 60% du secteur et emploient plus de 100.000 personnes au total. « Nous sommes inquiets de ces accusations anonymes, a répondu Tyson Foods, dans un communiqué (en anglais). « Bien que nous n’ayons pour l’instant pas de preuves qu’elles soient vraies, nous vérifions que nos réglementations sur les toilettes sont appliquées. »

Source : http://www.contre-info.com

Voir les commentaires

Pour Jacques Toubon, les pieds-noirs étaient des immigrés !

19 Mai 2016, 05:34am

Publié par Thomas Joly

À la lecture du rapport « Les droits fondamentaux des étrangers en France », on comprend mieux pourquoi Jacques Toubon a été désigné Défenseur des droits, sous un gouvernement socialiste, par décret en Conseil des ministres après avis des commissions parlementaires.

Aussi gaulliste que Mélenchon est monarchiste, Jacques Toubon défend sur 305 pages la folle politique migratoire qui conduit la France à la ruine. Libération s’en est même réjoui ouvertement dans un article daté du 9 mai dernier, appelant notre très laxiste gouvernement à prendre exemple sur Jacques Toubon !

« L’idée de traiter différemment les personnes n’ayant pas la nationalité française, de leur accorder moins de droits qu’aux nationaux est si usuelle et convenue qu’elle laisserait croire que la question de la légitimité d’une telle distinction est dépourvue de toute utilité et de tout intérêt », écrit nerveusement l’ancien ministre de la Culture. Oui, cela est usuel car consubstantiel à toute République. Cette citation démontre tout le caractère antirépublicain de ces hommes politiques qui nient la nation.

Une République distingue ses citoyens de ses non-citoyens. Certains droits fondamentaux sont accordés à tous les hommes : le droit à un procès équitable, notamment. Mais la citoyenneté accorde des droits spécifiques, des privilèges, à ses nationaux. Ainsi, le droit de vote n’est pour l’instant offert qu’aux personnes de nationalité française. Ce qui, vous en conviendrez, est parfaitement légitime.

Plus loin, pour tordre le cou à certains « mythes » qui circuleraient sur l’immigration contemporaine, Jacques Toubon devient carrément abject : « Aucune période de l’histoire de l’immigration, aussi intense soit-elle, n’a modifié le socle des valeurs républicains communes. Ni le million de rapatriés et harkis au début des années 60, pas plus que tous les Portugais, Espagnols, Italiens, Algériens, Marocains, Tunisiens, venus – pour travailler – dans les années 60 et 70. Ni les immigrés subsahariens que l’indépendance des États africains a conduits en Europe. »

Sans aucune espèce de décence, le Défenseur des droits confond les pieds-noirs (parfaitement français) et les harkis (qui ont mérité de devenir français par le sang versé) avec immigrés récents. Un délire suffisant pour invalider l’intégralité de ce tissu d’âneries. Les rapatriés, comme leur nom l’indiquait, n’étaient en aucun cas des immigrés.

Logique, au fond, que le Défenseur des droits estime que l’immigration clandestine ne puisse exister que dans l’imagination fertile de cerveaux malades. Jacques Toubon explique, en effet, que le terme « réfugié » est à double tranchant, voire discriminatoire, car il pourrait « inciter à distinguer, une fois de plus, les “bons” réfugiés, ceux qui pourraient prétendre à une protection au titre de l’asile, des “mauvais” migrants, dits économiques ». On rit. Et pour ce qui concerne les différents terroristes rentrés, ou revenus, en Europe par les filières des « migrants » ?

Signe d’une déconnexion totale avec la France historique, Jacques Toubon suggère de faciliter les demandes de titres de séjour pour les prisonniers. Une double peine pour le pays, forcé de recevoir un immigré clandestin doublé d’un délinquant, et parfois d’un criminel. Au moment où la France ne peut plus accueillir d’immigration supplémentaire, ses élites l’offrent sur un plateau à toutes les prédations. L’universalisme de Jacques Toubon est un néant libre-échangiste, surtout pas un humanisme.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Lorsque les différences d’opinion deviennent des pathologies psychiatriques…

19 Mai 2016, 05:23am

Publié par Thomas Joly

C’est avec un humour étrange que les associations Aides et Ex ÆAquo, soutenant également la recherche contre le VIH et les maladies virales, ont inauguré la Journée internationale de la lutte contre l’homophobie et la « transphobie » cette année : un médicament pour traiter cette pathologie psychiatrique nommée « homophobie ». Pour éradiquer vos pensées déviantes, il suffit donc d’appliquer le patch « Homophobiol » et de tatouer sur votre peau un petit arc-en-ciel aux couleurs de la LGBT. Un tel traitement « est indiqué en cas d’apparition des premiers symptômes d’homophobie : insultes, rejet, comportements agressifs, paranoïa aiguë, imitations douteuses, blagues de mauvais goût… » Or, selon le directeur délégué, « le problème reste que ce médicament n’existe pas » ! En concevoir l’idée, c’est déjà lui donner vie.

Dans cette société héritée des Lumières, la politique devient garante du bien et du mal. Science et raison ont remplacé Dieu. Dans chaque situation de crise, les cellules psychologiques prennent en charge les citoyens. Chez le premier médecin généraliste du coin, au moindre sentiment de tristesse, il est facile d’obtenir une ordonnance avec le cocktail antidépresseurs et anxiolytiques – la France est championne dans la consommation de ces drogues. Des recherches, toujours plus nombreuses, affirment que des maladies mentales seraient d’origine génétique – ce qui condamne ainsi d’avance l’individu. Chaque comportement considéré comme déviant, par rapport à une norme déterminée par critères ou questionnaires, est désormais répertorié ainsi que l’atteste l’augmentation inquiétante du nombre de pathologies remplissant les pages du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux américain : le DSM-III-R de 1987 identifiait 292 diagnostics tandis que l’édition de 1994, le DSM-IV, en répertorie 410 !

Dans une interview fin avril, Mathieu Bock-Côté déclare que l’Europe cherche « à fabriquer un nouveau peuple, ayant pleinement intériorisé l’exigence diversitaire ». La culpabilisation et l’émotion savamment dirigées révèlent de plus en plus l’action d’un despotisme éclairé.

Ces constatations ne vont pas sans rappeler un sketch de Dieudonné, « Les racistes anonymes ». Rendre un comportement ou une façon de penser pathologique, c’est autoriser au nom du bien commun l’internement ou la rééducation à des fins thérapeutiques. Déclarer l’autre comme « fou » et donc irresponsable revient à nier ses facultés de raisonnement. Ses propos deviennent forcément inaudibles. Y a-t-il un meilleur prétexte pour discréditer ainsi les arguments de l’opposition ? Dans ses Mémoires d’outre-tombe, Chateaubriand remarquait déjà que « les Français […] n’aiment pas la liberté ; l’égalité seule est leur idole. Or l’égalité et le despotisme ont des liaisons secrètes. » Remplaçons juste « Français » par « républicains », et la citation décrit notre situation actuelle.

Virginie Vota

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Black M a menti, son grand-père n'a jamais combattu en 39-45

18 Mai 2016, 05:51am

Publié par Thomas Joly

Suite à l’annulation de son concert à Verdun, Black M avait communiqué sur sa page Facebook : « Une terre pour laquelle mon grand-père Alpha Mamoudou Diallo, d’origine guinéenne, a combattu lors de la guerre 39-45 au sein des Tirailleurs Sénégalais » avant de dénoncer « une polémique incompréhensible et inquiétante ».

Contacté par téléphone Pascal Guy est formel : historien et spécialiste du Ier Empire, qui a en sa qualité de chercheur a une carte d’accès aux archives militaires de Vincennes : « Il n’y a pas d’Alpha Mamoudou Diallo guinéen incorporé dans les troupes coloniales ».

Le chercheur ajoute qu’après avoir fait des recherches minutieuses avec toutes les orthographes possibles, et en supprimant le prénom « Alpha Mamoudou », seuls deux Guinéens (qui donc n’ont pas « Alpha » dans leur prénom) figurent dans les archives militaire l’un est trop agé née 1888, quand l’autre né en 1905 à été démobilisé en 1941 et n’a donc pas participé à la libération de la France.

Le chercheur explique que ces archives sont publiques et qu’il est possible pour chacun de faire la recherche soi-même.

Les médias auraient-ils pris le post Facebook de Black M pour argent comptant sans la moindre vérification ? Partout, dans presque tous les médias, des journalistes annonçaient sans aucune précaution la qualité d’ancien combattant du grand-père de Black M comme argument pour démontrer l’injustice qui était faite au rappeur.

Source : http://www.fdesouche.com/731255-black-m-aucun-alpha-mamoudou-diallo-guineen-en-39-45#

Voir les commentaires

Vienne (Autriche) : Une « patrouille islamique » lynche un homme tentant de protéger sa femme et sa fille

18 Mai 2016, 05:49am

Publié par Thomas Joly

A Vienne, en Autriche, une patrouille islamique décidée à faire respecter l’application de la charia [La loi islamique, NDLR] a violemment passé à tabac un homme tentant de protéger sa femme et sa fille qui “refusaient de rentrer chez elles” sur ordre des miliciens musulmans.

Le journal britannique The Daily Express rapporte (source) : Un tribunal a entendu le groupe composé de jeunes hommes et se faisant appeler “Les Loups”. Ils s’étaient approchés de l’épouse de la victime, de sa fille et des amies de cette dernière.

Ils avaient déclaré aux filles, âgées de 14 à 16 ans, qu’elles se comportaient de façon “inappropriée” et leur avaient ordonné de “rentrer à la maison”.

Le groupe a notamment dit à l’épouse : “Nous, et seulement nous, allons ramener les filles à la maison. Ce sont les filles de notre pays.”

Terrifiée, la mère a téléphoné à son mari, qui est rapidement arrivé sur les lieux avant d’affronter le groupe. En réponse, ils l’ont sauvagement battu tandis que sa famille regardait la scène, impuissante.

Un passant qui a tenté de venir au secours de la victime a également été attaqué.

Trois individus ont été identifiés et condamnés à des peines de 8 à 10 mois de prison.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Jesse Hugues : « Je suis dégoûté, les Français ne blâment pas l’islam, ils ont plus peur que je promeuve la xénophobie »

18 Mai 2016, 05:43am

Publié par Thomas Joly

Interview intégrale traduite par BREIZ ATAO de Jesse Hughes, chanteur du groupe Eagles of Death Metal qui se produisait au Bataclan lors des attaques du 13 novembre. Elle s’intitule “Capituler devant la mort” et a été réalisée par Gavin Mcinnes (Source : Takimag).

Eagles of Death Metal vient de finir une tournée canadienne et j’ai pu m’asseoir aux côtés du chanteur Jesse Hughes et discuter des attaques du Bataclan à Paris qui ont fait 89 morts chez ses fans. Vous penseriez qu’il veut éviter le sujet, mais il était en fait désireux d’aborder le sujet. Il voit cela comme une catharsis.

Hughes n’est pas satisfait de la façon dont les médiats traitent de l’histoire. Des détails sont enlevés de ses entretiens et des points de vue entiers sont modifiés plus tard qui se trouvent en totale opposition avec ses convictions. Jesse Hughes est membre de l’Église Catholique. Il est pour le port d’arme, pour Trump et pour le droit à la vie. Il reconnait que l’islam est le problème et que le politiquement correct est littéralement en train de nous tuer.

Takimag : C’est difficile de parler des attaques sans donner l’impression de blâmer les victimes, mais c’est impossible de nier que la peur de l’islamophobie et la peur des armes ont mené à de nombreuses morts ce soir là.

Jesse Hughes : J’ai vu la peur tomber comme une couverture sur toute la foule et ils sont tombés comme du blé dans le vent, la façon dont vous le feriez devant un dieu. J’étais totalement conscient dès le tout début. La première chose dont j’avais besoin était de trouver ma compagne. La peur a pris un siège arrière et “où est ma compagne ?” est passé devant. Je pouvais sentir la poudre dans les coulisses et j’ai compris que quelqu’un avait tiré là. J’ai vu un type avec un fusil automatique et quand il s’est retourné vers moi, ses yeux ressemblaient à des billes. Il était totalement défoncé et nous savons maintenant qu’ils étaient sous Xanax et cocaïne. Je l’ai reconnu. Je l’avais vu plus tôt dans la journée et l’avais remarqué en train de nous regarder.

Lire la suite : http://breizatao.com/2016/05/17/attentats-du-bataclan-je-suis-degoute-les-francais-ne-blament-pas-lislam-ils-ont-plus-peur-que-je-promeuve-la-xenophobie-chanteur-des-eagles-death-metal/

Voir les commentaires

La France n’a pas gagné la Première guerre mondiale grâce à l’Afrique et aux Africains

15 Mai 2016, 08:56am

Publié par Thomas Joly

Dans la grande entreprise de réécriture de l’histoire de France par les partisans du « grand remplacement », la Première Guerre mondiale, et plus particulièrement la bataille de Verdun, constitue un argument de poids. Son résumé est clair : les Africains ayant permis la victoire française, leurs descendants ont donc des droits sur nous.

Voilà qui explique pourquoi ces ardents défenseurs du « vivre ensemble » que sont MM. Samuel Hazard, maire socialiste de Verdun, et Joseph Zimet, à la ville époux de Madame Rama Yade, et en charge de la Mission du centenaire de la Grande Guerre, ont voulu mettre le sacrifice de millions de Poilus au service de leur idéologie.
 
Laissons donc parler les chiffres :
 
1) Effectifs français (métropolitains et coloniaux)
- Durant le premier conflit mondial, 7,8 millions de Français furent mobilisés, soit 20% de la population française totale.
- Parmi ces 7,8 millions de Français, figuraient 73.000 Français d’Algérie, soit environ 20% de la population « pied-noir ».
- Les pertes françaises furent de  1.300 000 morts, soit 16,67% des effectifs.
- Les pertes des Français d’Algérie furent de 12.000 morts, soit 16,44% des effectifs.
 
2) Effectifs africains
- L’Afrique fournit dans son ensemble 407.000 hommes, soit 5,22 % de l’effectif global de l’armée française.
- Sur ces 407.000 hommes, 218.000 étaient des « indigènes » originaires du Maroc, d’Algérie et de Tunisie, soit 2% de la population de ces trois pays.
- Sur ces 218.000 hommes, on comptait 178.000 Algériens, soit 2,28 % de tous les effectifs français.
- L’Afrique noire fournit quant à elle, 189.000 hommes, soit 1,6% de la population totale et 2,42% des effectifs français.
- Les pertes des unités nord africaines furent de 35.900 hommes, soit 16,47% des effectifs.
- Sur ces 35.900 morts,  23.000 étaient Algériens. Les pertes algériennes atteignirent donc 17.98 % des effectifs mobilisés ou engagés.
- Les chiffres des pertes au sein des unités composées d’Africains sud-sahariens sont imprécis. L’estimation haute est de 35.000 morts, soit 18,51% des effectifs ; l’estimation basse est de 30.000 morts, soit 15.87 %.

Pour importants qu’ils soient, ces chiffres contredisent donc l’idée-reçue de « chair à canon » africaine. D’ailleurs, en 1917, aucune mutinerie ne se produisit dans les régiments coloniaux, qu’ils fussent composés d’Européens ou d’Africains.

Des Africains ont donc courageusement et même héroïquement participé aux combats de la « Grande Guerre ». Gloire à eux. Cependant, compte tenu des effectifs engagés, il est faux de prétendre qu’ils ont permis à la France de remporter la victoire. Un seul exemple : le 2° Corps colonial engagé à Verdun en 1916 était composé de 16 régiments. Les 2/3 d’entre eux étaient formés de Français mobilisés, dont 10 régiments de Zouaves composés très majoritairement de Français d’Algérie, et du RICM (Régiment d’infanterie coloniale du Maroc), unité alors très majoritairement européenne.

Autre idée-reçue utilisée par l’idéologie dominante : ce serait grâce aux ressources de l’Afrique que la France fut capable de soutenir l’effort de guerre. Cette affirmation est également fausse car, durant tout le conflit, si la France importa six millions de tonnes de marchandises diverses de son Empire, elle en importa 170 millions du reste du monde.

Conclusion : durant la guerre de 1914-1918, l’Afrique fournit à la France 3,5 % de toutes ses importations et 5,22 % de ses soldats. Ces chiffres sont respectables et il n’est naturellement pas question de les négliger. Mais prétendre qu’ils furent déterminants est un mensonge doublé d’une manipulation.

Bernard Lugan

Source : http://bernardlugan.blogspot.fr/

Voir les commentaires

Le chanteur Goldofaf agressé à coups de marteau par 5 racailles d'extrême-gauche

15 Mai 2016, 08:46am

Publié par Thomas Joly

Vendredi soir, à la terrasse d’un café du XVème arrondissement de Paris, le chanteur nationaliste Goldofaf a été violemment agressé par derrière par cinq nervis « antifascistes ». Les agresseurs étaient armés de marteaux et de matraques. Goldofaf devait, comme chaque année, participer au Pèlerinage de Pentecôte qui a débuté samedi matin…

Source : http://www.contre-info.com/

Voir les commentaires

Le curé et l’instituteur : l’agression de Najat Vallaud-Belkacem

15 Mai 2016, 08:39am

Publié par Thomas Joly

Est-ce bien le fait d’une ministre d’opposer deux citoyens français l’un contre l’autre, le curé et l’instituteur ?

C’est là la marque d’une violence inquiétante, d’un orgueil mortifère et d’une tyrannie déclarée. Voici ce que madame Najat Vallaud-Belkacem a déclaré à l’assemblée ce mercredi 11 mai 2016 : « Je retiens [de votre intervention. NDLA : elle répondait à la question de monsieur Alain Suguenot] que dans un fâcheux trouble amnésique vous oubliez que c’est […] d’avoir préféré le curé à l’instituteur pour transmettre les valeurs aux élèves qui a dévalorisé [l’école]. »

Je ne savais pas que j’étais considéré, par la ministre dont le rectorat me paie, comme un curé et non un enseignant d’une part, ni que d’autre part ma religion (qui ne constitue pas l’objet de la discipline que j’enseigne ni les programmes officiels, sauf a priori lorsqu’il s’agit d’aborder la question des relations interculturelles dans l’Antiquité notamment sous Auguste et Néron) dévalorisait l’école, une école dont le concept aujourd’hui exploité par l’enseignement public (jusque dans sa gratuité !) a pourtant été élaboré par les curés décriés (Saint Jean Baptiste de Lasalle au XVIIe siècle) et alors que ce sont ces mêmes prêtres qui ont inventé les ESPE (formation des enseignants).

Cette opposition rétrograde, puisqu’elle ranime les querelles entre les instituteurs et les curés du début du XXe siècle dans des stéréotypes d’un genre par ailleurs tout à fait discutable, ne constitue donc qu’une agression abusive et arbitraire, non une réponse professionnelle à une angoisse légitime.

On serait en droit d’attendre d’un ministre de l’Éducation nationale de sexe féminin ouverture d’esprit, créativité, écoute et apaisement, mais nous n’obtenons qu’idéologie, esprit réactionnaire, mépris et violence : il est au moins certain, madame Vallaud-Belkacem, que vous avez su combattre votre propre déterminisme…

Bertrand Dunouau

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le thorium, la fin de l’escroquerie « verte » ?

15 Mai 2016, 08:30am

Publié par Thomas Joly

Les pays qui ont le plus investi dans l’éolien, énergie « verte », constatent depuis peu que cette énergie intermittente, qu’à ce jour on ne stocke pas, non seulement les ruine mais crée aussi une pollution jamais connue auparavant : l’énergie fossile consommée quand il n’y a pas de vent nourrit des centrales nécessairement souples… de mauvais rendement.

Le Danemark et l’Allemagne par exemple, constatent que polluer, se ruiner pour pouvoir se dire « vert » aux yeux du GIEC, de Greenpeace et des COP, est pour le moins absurde et la réaction contre l’éolien s’y précise. Le lobby éolien mondial, lui, voudrait continuer à engranger les milliards de subsides, Certificats Verts et autres. Avec une petite partie de ses milliards, il attaque vigoureusement les énergies vertes du futur, ne s’embarrasse pas d’objectivité ou de vérité.

Ses attaques contre le thorium en sont une illustration. Ainsi dans divers textes en ligne, on explique que le thorium serait rare, devra être acheté contrairement au vent qui est gratuit. On « oublie » de préciser que ce vent gratuit ne donne son énergie que quand il le veut bien et uniquement grâce à une infrastructure ultra coûteuse. Ils « ignorent » qu’il y a du thorium peu coûteux partout sur la planète et pour toujours. La France en a même « sous hangar » pour des milliers d’années… et des réserves minières en Bretagne !

Dans ce même texte, on prétend que les centrales au thorium ne seront opérationnelles que dans 50 ans, qu’il faut « préserver la planète pendant ce temps d’attente ». On « oublie » de dire que des centrales au thorium sont déjà opérationnelles en Inde et le seront en Chine en 2020. On cite AREVA qui n’arrive pas à terminer ses centrales… lesquelles n’ont rien à voir avec la 4e génération et avec le thorium !

On parle de « problèmes de milieu » alors que les centrales au thorium sont sans le moindre danger : elles consomment les déchets des centrales actuelles, tout le processus est sous contrôle et les sécurités prévues sont passives. Il y a moins de danger de pollution avec une centrale au thorium qu’avec n’importe quelle usine chimique.

En ce qui concerne la menace de prolifération d’armes – argument massue des opposants — le risque est théorique. La gestion par un État non terroriste d’une centrale nucléaire aux sels fondus de thorium évite tout risque de prolifération d’armes nucléaires car il ne s’accumule pas d’uranium 233 fissible et celui qui est dans le réacteur est inutilisable à cause des épouvantables rayons gamma des sels fondus.

Bref, maintenant que l’éolien bat de l’aile, il faut absolument dénigrer les solutions réelles au problème de l’énergie. Le thorium n’est pas la seule solution mais il est écologique, sans danger et peu coûteux. Ni le GIEC ni Greenpeace ni Westinghouse ni le lobby mondial éolien ne pourront empêcher plus longtemps l’apparition rapide des centrales à sels fondus de 4e génération. Ce seront les premiers réacteurs nucléaires civils et, en Belgique, le Centre de Mol permet de tester – grâce à MYRRHA – le fonctionnement d’un réacteur au thorium qui n’a même pas besoin d’un peu d’uranium 235 ou de plutonium 239 pour démarrer. La sécurité verte plutôt que la « paix verte » !

Claude Brasseur

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Festival de Cannes : « Il sodomise un vieil homme pour l’euthanasier sous les yeux de son bébé »

14 Mai 2016, 09:34am

Publié par Thomas Joly

L'art dégénéré ne connait plus aucune limite dans l'obscénité la plus abjecte. Subventionné à hauteur de 129.000 € par la région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées (c'est à dire avec l'argent du contribuable), Rester Vertical du réalisateur dérangé Alain Guiraudie fait frémir de plaisir la fange gaucho-bobo qui se presse au festival de Cannes.

Midi Libre décrit l'étron du pervers ainsi : « Accouchement et sexe féminin filmés au plus près, sodomie avec un mourant : premier Français en compétition, et premier choc sur la Croisette, Alain Guiraudie a présenté jeudi 12 mai Rester Vertical, un film cru et onirique dans la France rurale. »

Culture Box : « Léo et Marie vivront ensemble, quelque temps. Marie tombera enceinte. Accouchera. Accouchement auquel le spectateur est contraint d’assister dans sa totalité. Puis Marie s’en ira, quelques instants après avoir tenter de le masturber sans grand succès. Pour garder sa compagne, rester vertical, semble vouloir nous dire Guiraudie avec malice. Et Léo de poursuivre ses pérégrinations, collé à son bébé, jamais bien loin quand il vivra de soudaines expériences homosexuelles. »

Voir les commentaires