Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La « marche des mamans » ou la victimisation par l’infantilisation

10 Décembre 2019, 06:03am

Publié par Thomas Joly

Oyez, oyez, un nouveau mot rejoint le dictionnaire du politique correct, qui de mince formulaire est en train de devenir aussi gros que le petit Robert : un petit mot charmant, courant, apparemment inoffensif, pour ainsi dire le premier de langue française car la plupart du temps, c’est lui qu’on ânonne avant tous les autres quand on est encore château branlant dans son lit à barreau : maman.

C’est une « maman » que Julien Odoul a interpellée au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Commentant l’événement devant la presse, la présidente PS de la région Marie-Suite Dufay a répété ces cinq lettres par deux fois : « la maman est extrêmement choquée », « les instituteurs sont atterrés parce que l’essentiel du travail qu’ils faisaient avec les mamans, pour les intégrer au travail de citoyenneté, est mis à mal ».

C’est encore une « marche des mamans » qui a rassemblé à Paris un millier de personnes, dimanche, pour protester contre « l’humiliation » dont on fait l’objet 151 jeunes à Mantes-la-Jolie en « marge des manifs lycéennes » il y a un an. Une maman, c’est bien mieux qu’une mère : l’une est charnelle quand l’autre est administrative. Une maman fait des confitures, des câlins et des baisers. Vous rassure la nuit et vous soigne le jour. Vous console contre son cœur et vous serre dans ses bras ronds. S’en prendre à une maman, c’est vraiment dégoûtant.

Et qui dit Maman, dit bébé. Suçant son pouce et agitant ses petites mains potelées. Il ne sait pas ce qu’il fait, le pauvret, ce serait bien injuste de le gronder. S’attaquer à un bébé, c’est d’une grande cruauté.

Bref on voit, l’idée.

Cette “marche des mamans” dont le cortège s’est ébranlée derrière la banderole « Pour l’amour de nos enfants, pour la justice et la dignité », s’apparente à la marche des mères de la place du mois de mai en Argentine. Cela exhale des odeurs de persécution, de dictature et de mères courage prêtes à subir l’une et dénoncer l’autre pour savoir ce qui est arrivé à leur petit, avec un sus une dimension école maternelle : puisqu’il s’agit de “mamans”, on vous dit ! Un scénario mis au point, par l’ultra-gauche (autant de drapeaux antifas que de voiles islamiques sur le parcours), et la « France insoumise » – bruyamment représentée par Danielle Simonnet – qui connaissent leurs classiques. Voilà déjà bien longtemps que la banlieue est l’orgue de barbarie de la gauche, la mécanique est très bien huilée : en tournant la manivelle victimaire, la gauche remonte la banlieue, et pendant que celle-ci, gonflée à bloc, joue sa partition sur le pavé, la gauche n’a plus qu’à tendre son béret et attendre que les voix tombent.

Sans doute doit-on laisser la justice faire son métier et juger seule du caractère approprié de la posture à genoux, mains sur la tête – l’enquête préliminaire de l’IGPN a été classée sans suite, dépôt de plainte a été à nouveau déposé avec constitution cette fois de partie civile – mais ce n’était pas de gentils poupons à peine levés de la sieste qui durant plusieurs jours ont lancé, cagoulés, cailloux et cocktails molotov sur les policiers : pas de doudous ni de biberons, mais des bâtons, des battes de base-ball et du gaz lacrymogène. Les gaillards avaient entre 13 et 21 ans, certains de ces beaux bébés étaient donc depuis longtemps majeurs et vaccinés.

Notez qu’au fond, le vocabulaire ne change rien à l’affaire : suivant le vieil adage “qui aime bien châtie bien”, il n’est pas plus interdit à une maman qu’à une mère d’admonester, gronder, punir, remettre dans le droit chemin, bref, éduquer plutôt que marcher… de Barbès à La République et dans la combine de ses enfants en les excusant.

Gabrielle Cluzel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le Parti de la France demande la démission de Jean-Paul Delevoye

9 Décembre 2019, 06:40am

Publié par Thomas Joly

Après les révélations sur les liens qu'il entretenait avec le secteur des assurances, liens qu'il avait « oubliés » de déclarer auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie politique comme l'aurait voulu la loi, le Haut commissaire en charge de la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, vient de démissionner de son poste d'administrateur de l'Institut de formation des professions de l'assurance (IFPASS).

Au moment où le gouvernement entend imposer aux Français une réforme socialement injuste, aux contours incertains et à l'efficacité douteuse, à l'heure où sont bloqués transports et services publics par les syndicats politisés, et alors que menace une crise sociale majeure aux conséquences économiques lourdes, aucun soupçon de conflit d'intérêt ne peut être toléré.

Le Parti de la France demande au Premier ministre de tirer les conséquences de cette affaire : ce n'est pas de ses fonctions privées que doit immédiatement démissionner monsieur Delevoye, c'est du gouvernement.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Le Parti de la France apporte son soutien à Esteban Morillo et Samuel Dufour

9 Décembre 2019, 06:29am

Publié par Thomas Joly

Soutien total à Esteban Morillo et Samuel Dufour dont le procès en appel débute ce lundi devant les Assises de l'Essonne.

Violemment agressés par une bande d'activistes gauchistes, ces deux jeunes nationaux avaient usé de leur droit légitime de défense, entraînant la mort sans doute accidentelle de l'antifa Clément Méric.

Une juste décision à l'issue de ce procès serait l'acquittement.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

La préfète balance son mari anti-migrants, islamophobe et zemmourien !

9 Décembre 2019, 06:13am

Publié par Thomas Joly

C’est une lamentable affaire dont la préfectorale ne va pas sortir grandie.

Dans la France délatrice voulue par Macron-Avia-Schiappa et l’aréopage des pseudo-Insoumis, une marche de plus vers les égouts vient d’être franchie. Une épouse vient de dénoncer son époux pour quelques tweets commentant la réalité du quotidien vécue par de nombreux Français. Jeter ainsi publiquement l’homme de sa vie en pâture aurait à coup sûr inspiré Courteline ou Brassens (on est tombé bien bas, bien bas) et que pourraient faire un Dieudonné ou un Bigard avec une telle matière !

Pour planter le décor de ce qui risque d’acter la fin d’un grand amour, disons que Christophe Clerc est, jusqu’à nouvel ordre, l’amant légitime de Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc, préfète de son état, dans l’État-Macron, précisément dans le département du Puy-de-Dôme, en Auvergne-Rhône-Alpes. Le journal La Montagne a donné à cette anecdote toute l’envergure nécessaire pour divertir son lectorat, en ces temps de déclin de la presse : « Sur son compte à la portée confidentielle, mais totalement public, le mari de la représentante d’un État « neutre et impartial » affiche à plusieurs reprises ses positions anti-immigration. »

Des tweets inacceptables pour la bien-pensance

Sans vergogne, le mari de la préfète a osé écrire que l’islamisme est dans nos cités en Seine-Saint-Denis et ailleurs dans le pays. « Qu’attendons-nous pour « passer le Karcher » ?

Gonflé, il en en même rajouté une louche : « Un soir de victoire de la sélection algérienne de foot, suivie de scènes de liesse dans les rues de l’Hexagone, le même s’insurge : « Hier Algérie française, aujourd’hui c’est la France algérienne ! » et encore : « Le « peloton d’exécution » pour les « traîtres » de la droite ».

En mars 2018, Christophe Clerc dénonce l’irruption de migrants et de sans-papiers dans la basilique de Saint-Denis. « Ces personnes », écrit-il, « n’ont strictement rien à faire » dans l’édifice.

Fait gravissime, il a relayé un texte d’Éric Zemmour !

« Très en phase avec le courant catholique traditionaliste de Sens commun et de La Manif pour tous – il suit d’ailleurs l’un et l’autre sur Twitter -, le quinquagénaire a également relayé cet été un texte d’Éric Zemmour, une autre de ses références revendiquées. Alors que le polémiste stigmatise « cette droite française si bête », Christophe Clerc surenchérit : une bande de guignols, je ne suis pas loin d’en claquer la porte. Les traîtres devraient être passés par un peloton d’exécution. » source : https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand-63000/actualites/propos-anti-immigres-anti-europe-et-anti-fonctionnaires-quand-le-mari-de-la-prefete-du-puy-de-dome-se-lache-sur-twitter_13700779/

Autre source : https://www.huffingtonpost.fr/entry/la-prefete-du-puy-de-dome-decouvre-atterree-les-tweets-abjects-de-son-mari_fr_5dea3b55e4b00149f73eebb6

Syndicalistes et fonctionnaires : des paresseux et des incompétents

Extraits : « Les syndicalistes ? « Toujours aussi menteurs », tranche-t-il en 2016, alors que son épouse était en poste à Tarbes. L’Europe ? « Je ne sais plus très bien si l’on doit parler d’Union ou de secte. » (juin 2019)

« Incompétents »  et « fainéants », le 18 janvier 2019, quelques semaines après l’arrivée du couple à Clermont-Ferrand, Christophe Clerc signe même une charge virulente contre… les fonctionnaires… » intégralité de l’article à retrouver dans les éditions papier payantes de La Montagne du vendredi 6 décembre 2019.

La préfecture du 63 tousse

Contactée par le quotidien, la préfète du Puy-de-Dôme est « atterrée » par le contenu des messages postés par son mari. « Je ne découvre pas qu’il est de droite, mais je ne partage pas du tout ses positions. Sur le fond, les tweets que vous me lisez me révulsent… »

Cependant, une phrase rapportée de la représentante de l’État ne va pas manquer d’intéresser les odieux patriotes du RN, du Parti de la France, DLF… et les contributeurs de Résistance Républicaine et Riposte Laïque : « Ce qu’il relaie me semble abject, mais ce sont des choses proférées par des partis politiques autorisés, qui relèvent du débat public ».

Lire la suite sur Riposte Laïque

Voir les commentaires

La droite bourgeoise, ce radeau de la méduse de la politique française

9 Décembre 2019, 06:08am

Publié par Thomas Joly

Selon un sondage réalisé en milieu de semaine dernière auprès de 1.037 personnes, par l'Institut Yougov pour le compte du Huffington Post, Emmanuel Macron a vu en un mois — de novembre à décembre — les opinions favorables à son endroit grimper de 18 points auprès de l'électorat LR, portant sa popularité à 44 % d'opinions favorables à droite. Forte hausse également au sein de l'électorat RN avec 12 points supplémentaires par rapport au mois de novembre, soit 15 % d'opinions favorables.

L'incapacité des Républicains à incarner une ligne droite explique en partie cette envolée. Tout comme y participent les incohérences stratégiques, tactiques, politiques et comportementales de Marine Le Pen. L'habileté, le talent et l'art consommé de la triangulation du locataire de l’Élysée ont fait le reste.

Mais l'essentiel est ailleurs. Cette étude montre, s'il en était besoin, la versatilité d'un électorat bourgeois à sensibilité conservatrice mais pas trop, droitiste mais modérée, libérale mais progressiste, patriote mais universaliste. À entendre un discours de Macron devant les cercueils de treize de nos soldats honorés dans la cour des Invalides, la droite bourgeoise fond et s'émeut. À contempler la posture « résistante » du Président de la République face au chantage syndical, l'électorat bourgeois frissonne, impressionné par tant de fermeté d'apparence. À vouloir croire à la détermination de l'exécutif dans la conduite des réformes, l'électorat bourgeois frémit devant l'expression d'une si mâle audace. Aux paroles vides de Macron feignant de donner la leçon au monde entier et à l'Union européenne en particulier, l'électorat bourgeois applaudit et fait la claque.

Prêt à se donner, comme il l'a toujours fait, au plus menteur et au plus cynique, l'électorat bourgeois est un sable mouvant où s'enlisent régulièrement les espoirs de relèvement national et européen comme l'ont montré jadis ses successifs engouements gaullistes, giscardiens, balladuriens, chiraquiens, sarkozistes. Toutes les impostures le séduisent. Tous les pièges dressés fonctionnent et l'attirent. Son acédie chronique lui interdit tout engagement durable.

La vraie droite nationale, populaire et sociale sait que le noyau de la reconstruction française est ailleurs.

Qu'elle soit républicaine, macroniste ou conservatrice, la droite bourgeoise est toujours le radeau de la méduse des éternels naufragés de la politique.

Même si un jour, comme l'ont fait d'autres forces nationales dans l'Histoire au moment de conquérir le pouvoir, nous saurons jouer du soutien supplétif, passif et auxiliaire de tel ou tel.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Le Parti de la France dévoile la construction d'une mosquée à Abbeville !

7 Décembre 2019, 14:08pm

Publié par Thomas Joly

Samedi 7 décembre, à Abbeville (80), Thomas Joly, Président du Parti de la France, accompagné de militants locaux, a dénoncé le permis de construire accordé par la mairie (au 2, impasse du Chemin des Postes), dans la plus grande discrétion le 14 novembre dernier, à une association musulmane (« Ici la Paix ») pour bâtir une mosquée.

L'information avait jusqu'alors été soigneusement dissimulée par la municipalité et la presse locale. Pour rappel, en 2013, la mairie socialiste avait procédé à la scandaleuse destruction de l'église Saint-Jacques...

Le Parti de la France sera aux côtés des Abbevillois dans les prochaines semaines pour dire « Non » à l'implantation d'un lieu de culte islamique dans cette ville de la Somme qui a vu, ces dernières années, le nombre d'immigrés afro-musulmans se multiplier.

Grâce à l'action du Parti de la France, la presse locale en parle enfin et la municipalité a été obligée d'avouer : https://actu.fr/hauts-de-france/abbeville_80001/abbeville-lassociation-musulmane-prevoit-batir-une-mosquee_29984641.html

Voir les commentaires

Cocorico ! La France sacrée championne du monde des prélèvements !

6 Décembre 2019, 06:48am

Publié par Thomas Joly

Pour la seconde année consécutive la France détient un bien triste record. Celui d’être le pays où la pression fiscale rapportée au PIB est la plus importante de l’ensemble des pays de l’OCDE.

La France est le pays de l’OCDE où le ratio impôt (versements obligatoires sans contrepartie aux administrations publiques) sur PIB est le plus élevé. Et c’est même un double record puisque pour la deuxième année consécutive, notre pays détrône le Danemark !

Source : http://valeursactuelles.com

Voir les commentaires

Sortie du livre « Pour une Synthèse nationale » de Roland Hélie

6 Décembre 2019, 06:45am

Publié par Thomas Joly

Au moment où Synthèse nationale s’apprête à franchir un nouveau cap et afin de comprendre le chemin parcouru depuis la création de notre revue, il nous a semblé utile de publier un nouveau bilan de notre action.

Ce livre rassemble tous les éditoriaux de Roland Hélie publiés dans les 52 livraisons de Synthèse nationale parues à ce jour. Vous y trouverez aussi un historique, année par année, de notre organisation.

À travers cette suite de prises de positions et ce récapitulatif de notre action, vous pourrez ainsi juger le bien-fondé de notre démarche politique.

Pour une Synthèse nationale, Roland Hélie, 2019, 320 pages, 24 euros + 5 euros de port. Sortie le 13 décembre 2019

Pour le commander, cliquez ici 

Voir les commentaires

Saint Nicolas, témoignage de la profondeur de notre histoire européenne

6 Décembre 2019, 06:27am

Publié par Thomas Joly

Témoignage de la profondeur de notre histoire européenne, la Saint Nicolas n'est pas seulement la fête des enfants sages, ni un simple hommage à Nicolas de Myrhe, saint évêque de Lycie.

Elle est aussi un rappel de la présence d'Odin toujours accompagné de ses deux corbeaux « qui voient tout », et de son cheval Sleipnir, tout comme saint Nicolas est accompagné de deux Zwarte Pieten et de son cheval.

N'oublions pas qui nous sommes, d'où nous venons et de quoi nous sommes faits.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Débat sur la réforme des retraites : le naufrage de Darmanin et de Sibeth N'Diaye

6 Décembre 2019, 06:14am

Publié par Thomas Joly

Toujours aussi avisé, le gouvernement a envoyé hier soir Darmanin et N'Diaye pour défendre la réforme des retraites sur le plateau de France 2. Il est vrai que Delevoye étant déjà carbonisé, on fait avec ce qui reste en magasin…

Pour ceux qui soutenaient encore cette réforme, une chose est sure : après avoir entendu les deux ministres répondre aux questions du panel de Français, de Martinez et des autres, il y a de fortes chances qu'ils n' y croient plus du tout.

Face à des Français très bien informés, ce sont les ministres qui ont fait figure d'amateurs. On aurait dit deux Séraphin Lampion, assénant slogans et plaisanteries de mauvais gout pour placer le produit…

Darmanin a multiplié les blagues balourdes, les suppliques du style « moi je vais vous faire du mal ? », les évocations incessantes de sa mère, femme de ménage de profession, pensant faire larmoyer dans les chaumières.

N'Diaye a passé son temps à contourner les questions dans un style ampoulé, énumérer les approximations, réclamer de la confiance, quand le gouvernement est passé maitre dans l'art de rouler la contestation (voir le « grand débat »)… On sentait vraiment les deux embarrassés, peu convaincus de leurs propres arguments.

Dans ce naufrage, c'est Martinez, sourire jusqu'aux oreilles, qui s'est régalé : on ne l'avait jamais vu à pareille fête, reprenant de volée chacune des erreurs, approximations, omissions et contre-vérités des deux ministres.

Si c'est avec ça que le pouvoir espère redresser la barre…

Olivier Piacentini

Voir les commentaires

Le gnome Greta Thunberg : « Le climat change à cause du racisme, du colonialisme, du patriarcat »

6 Décembre 2019, 06:08am

Publié par Thomas Joly

La jeune autiste suédoise, Greta Thunberg, l’égérie écolo des sphères financières, le pantin désarticulé manipulé par des forces politiques dont elle n’a pas même un début de commencement d’idée de leur puissance, celle qui ne va pas à l’école et n’apprend rien, si tant est que l’on apprend encore quelques chose dans les écoles de la modernité et du progrès fabriques d’idiots utiles du système, est de tous les combats idéologiques de la gauche bien-pensante passée du rouge au vert. Il en va de la déconstruction de l’Occident et de la culpabilisation de l’homme blanc, en marche depuis la seconde guerre mondiale, et dont les élites mondialistes, vautrées dans un sentiment des plus masochistes, sont si friandes.

La dernière trouvaille de Thunberg pour alimenter sa lutte environnementale si déconnectée des véritables préoccupations de la génération au-dessus d’elle, le monde de ceux qui travaillent et triment pour vivre, voire survivre, et faire vivre tous ces adolescents en mal de notoriété, et enfants gâtés de la post-modernité, est de relier changement climatique et racisme. Faire cause commune avec l’indigénisme, cette surenchère de l’anti-racisme, cette nouvelle mode médiatique du politiquement correct…

« Après tout la crise climatique ne regarde pas seulement l’environnement. C’est une crise des droits humains, de justice et de volonté politique. Les systèmes d’oppression coloniale, raciste et patriarcale l’ont créée et alimentée. Nous devons tous les démanteler. Nos responsables politiques ne peuvent plus se soustraire à leurs responsabilité » a déclaré, dans une tribune publiée sur le Project Syndicate, cette pythie des temps modernes, interprète de la divinité des athées Gaïa. Et il se trouve dans le monde occidental déchristianisé, matérialiste et vide de sens, sans repères culturels et identitaires, des adultes débiles, et d’autres subversifs, des jeunes fragiles sans avenir et idéologiquement dociles, pour observer scrupuleusement les directives de cette froide jeune fille, au visage sans expression et à la colère enfantine, agent de recyclage des slogans de la gauche progressiste. Le millénarisme apocalyptique de Greta Thunberg épouse les idées radicales et extrémistes du marxisme sociétal, celui de l’anti-racisme, de l’anti-colonialisme, de l’anti-patriarcat.

Et voici donc les trois « anti » politiquement corrects qui viennent à la rescousse du combat écolo anti-changement climatique, on ne voit pas trop sur quelles bases scientifiques… Mais on voit bien par là que le combat de l’activiste suédoise n’est autre que l’agenda politique de la révolution mondiale totalitaire en marche…

Source : http://medias-presse.info

Voir les commentaires

« C'est insupportable que des syndicats communistes prennent les Français en otages et instaurent la chienlit »

5 Décembre 2019, 06:32am

Publié par Thomas Joly

Thomas Joly, Président du Parti de la France, s'exprime sur les blocages de ce 5 décembre.

Pour rappel, le communiqué de Jean-François Touzé, Délégué général du PdF :

Ambigüe, incomplète, inéquitable, bancale, la réforme du système de retraites concoctée par Jean-Paul Delevoye sous l'impulsion à la fois molasse et hasardeuse d'Emmanuel Macron doit être combattue.

Elle doit être combattue parce que la mise en place d'un système par points dont personne ne peut aujourd'hui présumer de la valeur aura inévitablement pour effet d'entraîner une baisse du niveau de retraite de nombreux Français.

Elle doit être combattue parce que le plan Delevoye ne donne aucune assurance quant au financement futur des pensions.

Elle doit être combattue parce qu'elle relève d'une simple velléité comptable et non d'un projet socialement juste, économiquement pérenne et nationalement efficace

L'universalité des retraites et la fin des régimes spéciaux (mais quid des régimes autonomes ?) vont certes dans la bonne direction, mais ces mesures de bon sens et de justice que la droite nationale n'a cessé depuis des décennies de réclamer ne sont mises en avant par le gouvernement que pour masquer le caractère punitif pour de très nombreux Français de la réforme.

Pour autant, les nationaux ne peuvent en aucun cas soutenir le mouvement de grèves massives et attentatoires à nos libertés qui se prépare à partir du 5 décembre. Une fois de plus, Marine Le Pen en prenant le parti des syndicats politisés de gauche et d'extrême gauche se fourvoie, confondant l'accessoire et l'essentiel, et privilégie ce qu'elle croit être sur le court terme son intérêt partisan au détriment de celui, dans la longueur et la profondeur du temps, de la France et des Français.

Les Syndicats rouges, par idéologie autant que par défense de leurs privilèges organisationnels et catégoriels, se préparent à bloquer le Pays et à prendre, une fois de plus, les Français en otages pour une période indéterminée à l'approche de Noël. Pour contrer cette manœuvre inacceptable, le Parti de la France demande que soient prises dès le 5 décembre des mesures de réquisition et appliqué un vrai service minimum dans les transports et les services publics.

Nous demandons aussi que la question vitale de la réforme des retraites soit soumise à référendum (loi constitutionnelle de 1995 étendant le champ référendaire aux questions sociales et économiques) afin que, loin d'être tranché par une classe politicienne et syndicale clanique, le nœud gordien des retraites soit défait par le peuple tout entier.

Si cette réforme devait être rejetée par les Français — et tout porte à croire qu'elle le serait — un plan nouveau, courageux et responsable, de sauvegarde de nos retraites tant sur le plan du niveau des pensions que sur celui du financement du système, excluant les régimes spéciaux, consolidant la répartition tout en permettant la complémentarité volontaire, pourrait, grâce à la légitimation populaire acquise, être adopté dans la concertation dans le cadre législatif.

Voir les commentaires

Le 5 décembre, journée d'hommage aux morts pour la France en Algérie

5 Décembre 2019, 06:21am

Publié par Thomas Joly

Le 5 décembre est censé être une journée d'hommage aux morts pour la France en Algérie.

Alors honorons le souvenir de nos soldats tombés dans les djebels, de nos civils massacrés par la sauvagerie des fellaghas et de tous les combattants, militaires et civils de l'Algérie française. Honneur à nos armées qui avaient gagné cette guerre sur le terrain mais furent trahies à la fois par un pouvoir félon, une gauche et une extrême gauche collaborationniste du FLN, et une opinion publique indifférente et manipulée. Et honneur à ceux de l'OAS.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Un « office national contre la haine » : encore une instrumentalisation de l’antisémitisme par le pouvoir ?

5 Décembre 2019, 06:11am

Publié par Thomas Joly

La profanation du cimetière juif de Westhoffen dans lequel 107 tombes ont été maculées de croix gammées a semé la consternation en Alsace, où une série d’actions similaires ont été perpétrées ces derniers mois. Christophe Castaner a saisi cette occasion pour annoncer la création, au sein de la gendarmerie, d’un « office national de lutte contre la haine » (dont il faudra définir les contours) qui sera, notamment, chargé de cette enquête. Outre le fait que notre législation concernant la lutte contre l’antisémitisme est déjà suffisamment pourvue, cette décision évoque évidemment des arrière-pensées politiciennes, voire électoralistes, évidentes de la part d’un calculateur politique comme Christophe Castaner.

En effet, les citoyens ont déjà à leur disposition tout un arsenal législatif leur permettant de contre-attaquer. Deux infractions en matière d’antisémitisme figurent dans le Code pénal et la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, le délit de diffamation et le délit d’injure avec une connotation antisémite. Il existe une troisième infraction, peut-être un peu moins connue, qui est la provocation à la haine raciale, dont l’antisémitisme fait partie, et, enfin, une quatrième et dernière infraction qui est également punie par le Code pénal : le négationnisme issu de la loi Gayssot de 1990. De plus, la loi contre les contenus haineux sur Internet destinée à retirer certains contenus haineux sous 24 heures des réseaux sociaux, plates-formes collaboratives et des moteurs de recherche sera examinée par le Sénat dans le courant du mois de décembre.

Toute profanation de cimetière, qu’il soit juif, chrétien ou musulman, est abjecte par nature évidemment, mais cet effet d’annonce prêterait presque à sourire si le sujet n’était pas si grave. Car oui, il y a bien une résurgence de l’antisémitisme en France, qu’Emmanuel Macron lui-même constate et déplore, une « résurgence sans doute inédite depuis la Seconde Guerre mondiale ». La Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) nous indique qu’après deux années de baisse en 2016 et 2017, le nombre de faits à caractère antisémite a fortement augmenté en 2018 (+74 %). S’agissant des faits à caractère raciste et xénophobe, une baisse de 4,2 % a été constatée et les actes anti-musulmans atteignent, cette année, leur plus bas niveau depuis 2010. Aujourd’hui, l’antisémitisme n’est pas l’apanage (loin s’en faut) de l’extrême droite, mais souvent le fait de l’extrême gauche et des islamistes. Mais le déni reste la règle parmi les intellectuels complaisants et aveugles à l’antisémitisme musulman que l’on peut qualifier d’islamo-gauchistes. Sous la pression des députés de LFI, une commission d’enquête parlementaire sur les groupes d’extrême droite à été mise en place… mais pas sur les groupes d’extrême gauche comme, par exemple, les Black Blocs. Si ce n’est pas du déni parlementaire !

Alors, quel est le but de la création de cet office national ? Rassurer la communauté juive, probablement. Mais la volonté réelle de lutter contre ce phénomène issu de l’islam radical le serait encore plus. Des actes, des actes… En réalité, la ficelle est un peu grosse. Il s’agit, bien évidemment, de laisser penser et d’essayer de prouver que les auteurs de ces actes sont des groupes d’extrême droite qu’il faut mettre hors d’état de nuire et d’ensuite essayer de faire le parallèle avec le Rassemblement national. On se souvient d’Emmanuel Macron allant se recueillir à Oradour-sur-Glane durant la campagne présidentielle, tout en mettant en garde contre le retour de la peste brune… Plus anciennement, on se souvient de la profanation du cimetière juif de Carpentras, en 1990, les accusations proférées contre le FN et Jean-Marie Le Pen, alors que les auteurs étaient des enfants de la bourgeoisie locale. Et s’il s’agissait, pour Westhoffen, d’une provocation d’islamistes radicaux ? Castaner pourrait bien s’en mordre les doigts. À moins qu’il ne cherche à instrumentaliser également la gendarmerie qui, de toute façon, risque fort de se trouver accusée soit de racisme anti-musulman soit de laisser-aller et de travestir la vérité.

Philippe Franceschi

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

« Notre pays attire les Black Blocs étrangers car ils s’y savent en toute impunité ! »

5 Décembre 2019, 06:02am

Publié par Thomas Joly

Alexandre Langlois, syndicaliste policier, réagit à la venue annoncée de 1.000 casseurs à la manif de ce 5 décembre : « Cela décourage les gens de venir manifester. » Il fait le point sur les moyens mobilisés par la préfecture de police et s’inquiète de la stratégie du préfet Lallement.

La manifestation intersyndicale prévue jeudi aura bien lieu à Paris. Elle fait partie des 245 points de manifestations recensés par le ministère de l’Intérieur. Le préfet de police de Paris annonce la venue de 1.000 casseurs. Ces casseurs pourront-ils être neutralisés avant qu’ils ne commettent les violences dont on les accuse d’avance ?

Le syndicat VIGI préconise d’interpeller toutes ces personnes et de leur interdire l’accès à la manifestation avant qu’elles commettent des dommages. Sur les manifestations, comme celles des gilets jaunes, de la loi Travail ou encore de la Manif pour tous, des gens viennent désorganiser les manifestations et ne sont quasiment jamais interpellés.
On se demande ce que M. Lallement entend par casseurs. S’il considère qu’une dame de 60 ans qui n’est pas dans le même camp que lui est une casseuse, alors il va y avoir de nombreux casseurs. Si ce sont réellement des casseurs tels les Black Blocs, qui viennent commettre des actions criminelles et délictuelles pour de vrai, on retrouve toujours un noyau dur de 300 à 400 personnes sur les grosses manifestations parisiennes, connues des services de renseignement.
Des personnes viennent toujours profiter de ces manifestations pour se déguiser en noir et se donner une dose d’adrénaline. Par conséquent, on trouve tout et n’importe qui dans ce Black Bloc.
Notre pays attire les Black Blocs étrangers pour la simple et bonne raison qu’ils peuvent agir en toute impunité chez nous. Ce phénomène peut aussi gonfler les chiffres.
Sur le mouvement des gilets jaunes, il a été possible de faire des interpellations préventives pour des motifs divers et variés. On aimerait que le préfet de police Lallement applique la même sévérité pour des personnes qui causent réellement des dommages et des destructions.

Comment explique-t-on cette impression d’impunité de ces militants d’extrême gauche ?

Je ne donnerais pas d’étiquette politique. On ne sait toujours pas qui est derrière ces Black Blocs. Par rapport au Code pénal, j’ai juste parlé de criminels et de délinquants. Chacun fera son analyse. Ces personnes-là peuvent agir en toute impunité à chaque fois. Nos collègues sur le terrain n’ont pas ordre de les interpeller quand ils se présentent devant eux. Depuis plusieurs années, quand les CRS, les policiers et les gendarmes mobiles ont enfin l’ordre d’intervenir, ces personnes lâches s’enfuient très rapidement et laissent les manifestants prendre les coups à leur place. Par conséquent, les gens n’ont plus envie de manifester, craignant pour leur sécurité.
25 personnes ont été mutilées depuis le début du mouvement des gilets jaunes. C’est quand même un record, en France, pour des gens qui n’ont rien fait. Si ces gens commettaient des agressions, jetaient de l’acide ou des pavés, ce serait dans le cadre de la légitime défense. Mais dans ce cas précis, ces gens n’ont rien fait. En revanche, cela permet de faire de « jolies images ».
Lors d’un acte des gilets jaunes sur la place de la République, trente délinquants avaient crié aux policiers « Suicidez-vous ». Mes collègues sur place m’ont témoigné qu’ils n’avaient pas eu l’ordre de les interpeller. Autant il est idiot de traiter ces personnes par du maintien de l’ordre, autant, dans une opération de police judiciaire, c’est très efficace. Qui sont ces personnes ? Pourquoi ne les interpelle-t-on pas ? Seules les personnes dans la salle de commandement ont ces réponses.
Ce soir-là, M. Castaner avait déclaré « Je vais tout mettre en œuvre pour retrouver ces personnes ». Les services de police judiciaires sont déjà submergés de travail pour qu’on leur rajoute le travail qui aurait dû être fait en cinq minutes l’après-midi. On donne dans la posture politique et la communication politique. En revanche, d’un point de vue opérationnel, on frôle le niveau zéro. Cela aggrave même la situation et complique le travail des policiers sur le terrain.

La préfecture prend-elle cette manifestation au sérieux ? A-t-on une idée des effectifs qui seront déployés jeudi ?

La préfecture de police prend cette manifestation très au sérieux. Si le préfet de police obtient gain de cause, 55 unités de gendarmes mobiles et CRS seront sous ses ordres. Cela fait quasiment la moitié des forces disponibles sur le territoire. Au début, il en voulait la moitié, mais on lui a dit qu’il n’y avait pas uniquement Paris en France. Six canons à eau seront déployés, dont deux de la préfecture de police et ceux des compagnies de CRS. Beaucoup de matériel sera déployé. Les unités vont être déployées, mais la vraie question est de savoir comment elles vont être utilisées.
Certains de nos collègues sur le terrain sont très professionnels, mais encore faut-il qu’ils soient dirigés de façon cohérente par des professionnels.
Le préfet de police Lallement a dit qu’il serait lui-même dans la salle de commandement et qu’il contrôlerait tout par l’intermédiaire des caméras de surveillance et des caméras tactiques, et qu’il donnerait lui-même les ordres. Vu ce qui s’est passé sur ses précédentes opérations de maintien de l’ordre, on peut craindre le pire, non pas parce que mes collègues ne sont pas bons sur le terrain, mais parce qu’ils sont mal dirigés.

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires