Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Trois cornichons tiennent un ballon…

15 Novembre 2017, 07:38am

Publié par Thomas Joly

La photo des trois cornichons tenant un ballon pour commémorer les attentats sanglants du 13 novembre vaut à elle seule toutes les analyses et autres chroniques zemmouriennes.

Tout est résumé dans ce cliché. L’air absent de Hollande qui semble tenir un préservatif dans lequel il vient de souffler, la mine enfantine de Macron accompagné de sa maman qui lui a promis une barbe à papa… Il lorgne du côté du vendeur… Ah, ça fait envie. Mais à quelle heure vais-je l’avoir ? Maman, s’il te plaît…

Le marchand de ballons qui se tient sur la droite du cliché tente de convaincre la responsable du trio d’en acheter trois autres… Mais rien à faire. Elle est inflexible. Le budget de l’État ne permet pas de faire de telles dépenses. Derrière, on devine quelques manèges… Marcel Campion ne doit pas être bien loin. Il veut sa grande roue devant le Bataclan. Ah, elle aurait belle allure ! Un stand de pommes d’amour, des statuettes de terroristes… Le créneau festif est évident.

Et ce sont donc ces trois cornichons pitoyables de niaiseries et d’inconséquences que certains appellent l’élite. D’accord. Le gratin de la clientèle qui fréquente « la fête à neuneu ». Dans le cadre d’une fête foraine, l’appellation « élite » est pertinente. Bien habillés, brushing impeccable malgré les tours de grand huit. Quelle tenue ! On dira ce qu’on voudra, ma chère, mais l’ENA, ça vous façonne son homme.

S’imaginer la rigolade des djihadistes devant ce spectacle ridicule vous fait monter une de ces hontes… L’indécence d’une telle cérémonie devrait se dérouler huis clos. Dans un souterrain, dans une cave… Entre cornichons. Tous réunis dans le même bocal. Et tant pis si le lâcher de ballons bute contre le plafond. C’est le geste qui compte. Qu’ils se livrent à leurs pitreries en cachette. De grâce… Ce cliché avoue de manière trop flagrante l’absence de volonté d’en finir avec ces barbaries. L’infantilisme y est trop fort. La décadence trop voyante. L’envie de perdre est là tout entière. Étalée sans pudeur, montrée à tous. Allons enfant de la patrie, le jour de défaite est arrivé… Allez, changeons les paroles de l’hymne et n’en parlons plus.

Jany Leroy

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

L’icône américaine Barbie officiellement voilée par Mattel… Quel symbole !

15 Novembre 2017, 07:36am

Publié par Thomas Joly

Le groupe Mattel vient de sortir la première Barbie portant hijab. Pour éteindre dans l’œuf toute polémique, il est précisé que celle-ci est inspirée de la championne Ibtihaj Muhammad, la première athlète voilée à avoir représenté les États-Unis (aux Jeux olympiques de Rio en 2016.) Une championne sportive ne peut être qu’un symbole de libération de la femme. Une femme en hijab est donc potentiellement une femme libérée. Fermez le ban.

Anecdotique, dites-vous ? Pas sûr.

Voiler Barbie, c’est voiler THE icône américaine. Et pourquoi pas, non plus, la statue de la Liberté ? Même si l’entreprise est en perte de vitesse, 92 % des Américaines ont eu une Barbie entre l’âge de 3 et 12 ans (Times International). Barbie – diminutif de Barbara, fille du fondateur de Mattel – a pénétré dans tous les foyers. En Europe, aussi. Quand j’étais à l’école primaire, une fille sans Barbie était comme une maison sans télévision : une anomalie suspecte.

C’est bien parce que Barbie est un enjeu, parce qu’elle symbolise pour la fillette LA femme, parce qu’elle envahit son imaginaire, parce qu’en lui servant de jouet, elle prête son apparence à l’enfant pour que celle-ci se projette dans sa vie d’adulte, que la Barbie a été au cœur de tant de polémiques féministes. Une Barbie n’est pas « extérieure » comme un poupon, elle n’est pas le bébé de la fillette, elle est la fillette elle-même.

Barbie, depuis son origine, a toujours été une femme de son temps. Enfin, une caricature de femme de son temps. Car un jouet d’imitation doit forcer le trait pour être reconnu. La poupée née dans les Trente Glorieuses, avec son nez court, sa bouche en cœur, ses cheveux blonds crêpés, son décolleté pigeonnant, sa taille exagérément fine, ses jambes vertigineusement fuselées ressemble à Tippi Hedren dans Pas de printemps pour Marnie. Si cette Barbie eut, une fois ou l’autre, la tête couverte, c’était à la façon Grace Kelly, d’un carré Hermès, pour ne pas se décoiffer dans le cabriolet.

Puis on eut droit à Barbie Carrie Bradshaw dans Sex and the City. Toujours la même plastique incendiaire, mais en version moins guindée, et c’est un euphémisme : les escarpins sont devenus cuissardes, les jupes ont rétréci jusqu’à ne plus être que timbres-poste, infiniment compliquées à enfiler sur le plastique mou pour des doigts de fillette. Dans la boîte, on pouvait trouver (entre autres accessoires) le caniche, le roller et parfois un Ken falot.

Est venue ensuite, collant aux évolutions de la société, la diversité, tant dans la couleur de peau, la texture des cheveux, la morphologie que dans les styles de métier. Il ne s’agissait pas de cantonner Barbie à celui d’infirmière, d’institutrice, de princesse ou d’hôtesse de l’air. Même si – les petites filles étant incorrigibles – les Barbie cosmonautes se retrouvent souvent avec une étiquette rouge dans les bacs de soldes après Noël.

Barbie change, la réalité demeure : les fillettes veulent s’identifier. Je coupais, quant à moi, au ciseau à ongles les tignasses trop blondes et bouclées des Barbie pour leur donner un peu de chic français, et écartais les Ken à costume brillant façon chanteur d’ABBA – qui me semblaient faire des maris bien peu fiables – pour chercher dans les caisses de jouets de garçon des G.I. Joe plus virils. Le problème résidait évidemment, parfois, dans les palmes inamovibles, qui nuisaient passablement à la solennité du mariage. Mais, comme dirait Osgood, nobody’s perfect.

Il est évident que les petites filles du Moyen-Orient, évoluant dans un univers de femmes voilées, n’avaient pas besoin d’une « Barbie à Hijab » pour en faire une à leur main, comme moi, enfant, à la mienne. Que cherche donc Mattel par ce tonitruant nouveau modèle ? Flatter un marché à conquérir ? Suivre l’évolution de la société ? La devancer ? L’influencer ?

Au delà des intentions, il y a les faits, qu’on lira peut-être un jour à l’aune de l’Histoire : en 2017 est apparue la première Barbie voilée.

Gabrielle Cluzel

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Harcèlement homosexuel au Front National par « le proche incontournable de Marine Le Pen »

13 Novembre 2017, 07:58am

Publié par Thomas Joly

Scandale à venir au Front National ? Ce 12 novembre, dans C Politique, un reportage sur le harcèlement dans la politique a été diffusé. Dans ce reportage, Mickaël Ehrminger et Alexandre Benoît, anciens assistants parlementaires du parti, affirment avoir été harcelés sexuellement par un proche "incontournable" de Marine Le Pen aujourd'hui député.

Le premier explique : "A chaque fois que je croisais son chemin, il regardait mes fesses avec beaucoup d'insistance, en me disant : "Il te fait un beau cul ce jean, j'aimerais bien le prendre en main, j'aimerais bien que tu viennes chez moi ce soir, j'aimerais bien qu'on t'invite chez nous." La plupart des faits, c'est des remarques insistantes à caractère sexuel, des remarques salaces..." Il ajoute : "Tout le monde est au courant de ses agissements au final mais tout le monde s'en tape parce que c'est le proche incontournable de Marine Le Pen depuis des années. Si vous avez le malheur de dire quelque chose, vous risquez votre place."

Tout comme Mickaël Ehrminger, Alexandre Benoît a été victime du même homme alors qu'il n'avait que 20 ans, et affirme avoir reçu des menaces : "Il se permettait les commentaires les plus graveleux, et aussi des gestes : des mains sur les épaules, des massages. (...) Moi, personnellement, ça a été plusieurs fois, des mains sur les fesses. J'ai dit stop à un moment, il est connu pour ça. Quand on en parle avec d'autres personnes qui sont passées, ou qui ont tourné autour de ce parti, c'est quelque chose qui est connu."

Alexandre Benoit explique ensuite : "Il a contacté mon ami pour faire pression en menaçant de dévoiler des photos à caractère privé si d'aventure, il lui prenait l'envie ou à moi-même de continuer à dénoncer, même anonymement les faits qu'on lui reproche. (...) C'est une photo faite dans le cadre de l'intimité, on sait pas comment ils se la sont procurée et qui de l'aveux de ce député, tourne. C'est plus qu'une pression là."

Source : http://closermag.fr

Voir les commentaires

« Marche des musulmans contre le terrorisme » : ils étaient 25 place de la République...

13 Novembre 2017, 07:50am

Publié par Thomas Joly

« Marche des musulmans contre le terrorisme » : ils étaient 25 place de la République...

Alors qu'ils sont des millions en France, les musulmans qui avaient organisé une « marche contre le terrorisme » à Paris ce lundi matin n'étaient pas plus de 25... Tout est dit.

Source : https://twitter.com/DamienRieu

Voir les commentaires

Varsovie : 100 000 nationalistes polonais dans les rues pour célébrer l’indépendance du pays

13 Novembre 2017, 07:22am

Publié par Thomas Joly

La Pologne nationale s’est rassemblée dans les rues à la faveur du jour de l’indépendance. Plus de 100.000 nationalistes ont défilé dans les rues de la capitale polonaise.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

François, Nicolas, Alain : les has been font leur come-back !

13 Novembre 2017, 07:18am

Publié par Thomas Joly

En une semaine, ils ont fait leur réapparition sur les écrans. Ils ? Les vaincus de Macron, les perdants, les has been – pour ne pas dire les « had been » – de la politique française. Les battus du monde d’avant. Un come-back de tous les instants, sur presque tous les sujets. Et cela nous laisse un sentiment partagé : pitié pour eux, admiration pour ce Président qui les a poliment rangés dans le grenier de la République.

Le premier à revenir, ce fut François Hollande. Après les piques et les conseils adressés à son successeur, qui sut saisir son destin en se faisant le Brutus d’un César déjà moribond, il est de toutes les commémorations : 11 novembre, mais aussi 13 novembre, puisqu’il fut le Président qui « géra » cela. Il multiplie également les conférences, pendant que ses conseillers essaient de nous faire vibrer sur la gestion de l’affaire Merci pour ce moment dans les coulisses de l’Élysée. Réaction des Français ? Elle est catégorique. Les Français ne veulent absolument pas revoir M. Hollande. Dans le sondage Elabe pour Les Échos et Radio Classique, il perd six points en un mois, à 16 % de bonnes opinions ! Et la part des mauvaises opinions à son égard progresse à 71 %. Du jamais vu pour un ancien Président.

Pour le 11 novembre, le Président Macron a pris soin d’inviter également M. Sarkozy. Et, à l’occasion de l’hommage rendu à Clemenceau, M. Sarkozy n’a pas hésité à se comparer au Tigre ! Les temps ont changé, mais pas M. Sarkozy. Cela devrait conduire M. Wauquiez à relativiser les conseils que vient de lui donner son ancien mentor : « Celui qui ne rassemble pas, qui pense qu’une famille politique, c’est une secte, ne peut pas défendre ses convictions. » Le parcours de M. Sarkozy, dans les temps nouveaux du macronisme, n’est peut-être pas le modèle à suivre.

Ce souci des usages républicains, qui honore M. Macron, particulièrement auprès de l’électorat âgé et qui eut la faiblesse de voter un jour pour un Sarkozy ou un Hollande (et cela fait beaucoup de monde), le sert bien au-delà : la photo souligne le contraste, rappelle la jeunesse et la nouveauté de celui qui a tout balayé du monde d’avant. Et le monde d’avant, tel qu’en lui-même, se prête de bonne grâce à marteler le message. MM. Hollande et Sarkozy ? De splendides utilités dans le ballet macronien. De petites lueurs déclinantes qui en font un Roi-Soleil.

Mais nous allions oublier un dernier revenant. Le meilleur pour la fin : M. Juppé. D’après Sud-Ouest, il a été enthousiasmé par le discours de M. Macron sur l’Europe à la Sorbonne et souhaite participer, pour les prochaines élections européennes, à un grand courant pro-européen que conduirait le chef de l’État. Rien d’étonnant du point de vue politique. Rien d’étonnant non plus, d’un point de vue médiatique, que les brumes bordelaises de novembre poussent M. Juppé à vouloir lui aussi capter un peu de la lumière macronienne.

Mais on se demande si M. Macron a vraiment intérêt à ce rapprochement. Deux anciens Présidents, qui incarnèrent chacun, avec leurs défauts, la droite et la gauche d’avant, cela a du sens. Mais M. Juppé, qui ne fut jamais Président et qui n’incarna finalement qu’un gaullisme creux, un centrisme indécis et une béatitude confondante sur les questions d’Europe et d’immigration, est-ce vraiment utile ? N’a-t-il pas déjà donné avec M. Bayrou ? Maintenant qu’il est Président, quelle utilité de ringardiser sa personne et son projet par un Juppé qui n’a cessé de se « bayrouiser » ? N’a-t-il pas pris, avec M. Philippe, un technocrate falot que l’on dit bon gestionnaire, le meilleur de ce qu’il avait à prendre chez M. Juppé ? Pourquoi vouloir aller plus loin dans cette voie ?

À moins que le macronisme ne soit qu’un juppéisme juvénile.

Pascal Célérier

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Les supporters marocains saccagent Bruxelles et piétinent la tombe du soldat inconnu à Paris pour célébrer la victoire de leur équipe

12 Novembre 2017, 11:07am

Publié par Thomas Joly

Les supporters marocains saccagent Bruxelles et piétinent la tombe du soldat inconnu à Paris pour célébrer la victoire de leur équipe
Les supporters marocains saccagent Bruxelles et piétinent la tombe du soldat inconnu à Paris pour célébrer la victoire de leur équipe
Les supporters marocains saccagent Bruxelles et piétinent la tombe du soldat inconnu à Paris pour célébrer la victoire de leur équipe
Les supporters marocains saccagent Bruxelles et piétinent la tombe du soldat inconnu à Paris pour célébrer la victoire de leur équipe
Les supporters marocains saccagent Bruxelles et piétinent la tombe du soldat inconnu à Paris pour célébrer la victoire de leur équipe

Pour fêter la qualification de leur équipe de football pour la coupe du monde, des milliers de Marocains (dont sûrement un bon nombre sont soi-disant « Français ») sont descendus dans les rues de plusieurs villes de France, mais aussi à Bruxelles où ils ont exprimé leur « joie » en saccageant tout sur leur passage et en incendiant des voitures...

Voir les commentaires

Carl Lang étrille France 2 qui préfère rendre hommage à un fusillé plutôt qu'à un combattant mort pour la France face à l'ennemi

12 Novembre 2017, 10:41am

Publié par Thomas Joly

Carl Lang, Président du Parti de la France, a réagi sur twitter suite au choix de la rédaction de France 2 pour la commémoration du 11 novembre.

Voir les commentaires

Vidéos et photos de la conférence-débat à Bruxelles du 11 novembre 2017

12 Novembre 2017, 10:12am

Publié par Thomas Joly

Vidéos et photos de la conférence-débat à Bruxelles du 11 novembre 2017
Vidéos et photos de la conférence-débat à Bruxelles du 11 novembre 2017
Vidéos et photos de la conférence-débat à Bruxelles du 11 novembre 2017
Vidéos et photos de la conférence-débat à Bruxelles du 11 novembre 2017
Vidéos et photos de la conférence-débat à Bruxelles du 11 novembre 2017
Vidéos et photos de la conférence-débat à Bruxelles du 11 novembre 2017
Vidéos et photos de la conférence-débat à Bruxelles du 11 novembre 2017
Vidéos et photos de la conférence-débat à Bruxelles du 11 novembre 2017

Samedi 11 novembre 2017, une conférence-débat s'est déroulée à Bruxelles avec Hervé Van Laethem (Nation), Thomas Joly (Parti de la France), Alain Escada (Civitas), Roland Hélie (Synthèse Nationale) et Frédéric Ranson (N-SA/Flandre).

Voir les commentaires

Ahmed et ses potes agressent sexuellement trois collégiennes, le principal demande aux victimes de s’habiller moins « sexy »

10 Novembre 2017, 07:41am

Publié par Thomas Joly

Au cours de l’automne 2016, trois filles suédoises de 14 ans ont été les victimes d’une série d’agressions sexuelles commises par des jeunes hommes issus de l’immigration. Les abus ont eu lieu dans une école à Malmö.

Seul Ahmed, un jeune homme âgé de 16 ans, a été reconnu coupable de délits. Ahmed avait frappé les filles sur les fesses, touché leurs seins et essayé de tirer une des jupes des filles avec leurs amis.

« La première fois que nous avons parlé avec lui, il a dit que la raison pour laquelle il nous agressait c'est parce que nous étions érotiques et que nous ne nous couvrions pas assez », a déclaré une jeune victime au journal.

Le directeur du collège a indiqué aux jeunes filles qu’elles devraient davantage se couvrir et s’habiller moins « sexy ».

Le 5 octobre 2017, le tribunal du district de Malmö a annoncé le verdict. Ahmed a été reconnu coupable de trois cas d’agressions sexuelles et a été condamné à la peine dérisoire de 50 heures de travail d’intérêt général et ne sera évidemment pas expulsé dans son pays d'origine.

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

Le tag raciste à l'académie militaire était l'oeuvre d'un élève-officier noir

10 Novembre 2017, 07:40am

Publié par Thomas Joly

Fin septembre, le général Jay Silveria, directeur d'une académie militaire américaine, était subitement passé à la postérité. Dans un discours de quelques minutes, il avait dénoncé avec emphase et trémolos des tags racistes visant cinq Noirs de son établissement. Mais quelques semaines plus tard, on découvrait que l'auteur des insultes haineuses n'était autre... que l'une des victimes visée par les messages insultants !

Quand le général Silviera s'est exprimé pour dénoncer les inscriptions racistes à l'Académie de l'armée de l'air de Colorado Springs, imaginait-il qu'il toucherait autant de monde ?

Son discours devant 1.500 élèves-officiers a eu un impact important et a été abondamment relayé par la presse gauchiste nationale et internationale.

Aujourd'hui, on apprend que tout le monde a été mystifié : l'auteur des messages haineux placardés sur certaines portes était en fait l'un des occupants des chambres visées, un jeune Noir donc, qui voulait sûrement lui-aussi avoir son quart d'heure de gloire victimaire.

L'académie assure qu'il avait d'autres problèmes, qu'elle ne le compte plus parmi ses membres. Mais cette découverte jette un froid.

Cela affaiblit la position de tous ceux qui dénoncent hystériquement les prétendus crimes racistes. D'autant que d'autres « manipulations » du même genre ont déjà été relevées ces dernières semaines, dans des universités du Kansas ou du Michigan par exemple.

Tout ceci donne quelques arguments à ceux qui mettent en cause les statistiques montrant que les actions « haineuses » ont augmenté dans le pays depuis l'élection de Donald Trump.

Source : http://rfi.fr

Voir les commentaires

Charlie, Charlie, morne Plenel…

10 Novembre 2017, 07:11am

Publié par Thomas Joly

Nouvelle tempête dans le verre d’eau tiédasse du microcosme médiatico-parisien, révélatrice du climat poisseux de délation tous azimuts (du si délicat « Balance ton porc » aux vraies-fausses fraudes fiscales des « Paradise Papers ») qu’entretient cette pestilentielle camarilla de démocrasseux de la « gôche » hygiéniste et savonarolesque.

Ce petit jeu malsain devait forcément leur p… à la figure. Depuis quelques jours, les co(allah)bos diversitaires défouraillent à tout va et règlent leurs comptes entre eux, comme aux temps révolus de ces Saint-Barthélemy du Mitan qui avaient le mérite de purger la pègre tout en facilitant le travail des condés.

On ne sait par quel bout prendre cette affaire où le vert et le rouge se côtoient de manière si intime qu’à la perversité des connivences se joint bien souvent le vice des désordres intrinsèques. Le prédicateur Tariq Ramadan, petit-fils d’Hassan el-Banna fondateur de la secte islamiste des Frères musulmans (et continuateur intellectuel d’icelui), s’est retrouvé à son tour accusé de viol par d’anciennes étudiantes et des converties salafistes désormais repenties.

Au lèche-babouche a très rapidement succédé le lynchage, sans passer par la case « lâchage ». Mais surtout, les éclaboussures des exploits de notre Sardanapale ès dissimulations (dénommées taqîya en islam) ont également entaché notre Edwy Plenel national qui est au journalisme d’investigation ce que la Tchéka léniniste fut à l’habeas corpus. Notre doulos trotskiste à la moustache stalinienne a été littéralement enchristé par Charlie Hebdo, lequel, fort de sa nouvelle et surnaturelle immunité juridico-financière post-attentats, l’a tout simplement accusé de complicité avec le sieur Ramadan.

Pas de quoi fouetter une chamelle, car il est de notoriété publique que Plenel entretient des relations très proches avec Ramadan dont Eugénie Bastié, dans le mensuel Causeur, nous rappelle qu’en janvier 2015, « le patron de Mediapart et l’intellectuel musulman [ont prêché] sur le “droit à l’insertion pour tous”, et “les difficultés de la Jeunesse Musulmane en France” » lors d’une journée organisée et soutenue majoritairement par diverses associations communautaires islamiques, dont « “Oumma work”, qui met en relation des musulmans et des entreprises acceptant le port des signes religieux ou “France Manassik”, agence de voyages qui organise des voyages à La Mecque. »

Figure de proue de l’« islamosphère », selon les termes du Figaro Magazine (6-7 octobre), Plenel n’a, de plus, jamais caché ses accointances avec Ramadan, allant le décrire comme « un intellectuel très respectable. […] On a parlé trois heures et demie, nous n’avions aucun désaccord sur le fond. […] Encore une fois, je le lis et je l’écoute et je ne vois pas d’ambiguïté » (« Le Petit Journal », Canal+, janvier 2015).

Dhimmi intégral, Plenel ne peut être cochon (et pour cause !) qui s’en dédit, puisque son ouvrage Pour les musulmans (La Découverte, 2014) a tout de même été traduit en arabe par Abdellatif El Korchi, professeur d’histoire à Grenoble, pour Al-Doha Magazine, « revue culturelle qatarie », en vérité « déclinaison pour les intellos arabophones de l’appareil de propagande des Frères musulmans, dont le vaisseau amiral est la chaîne d’information télévisée multilingue Al-Jazira », d’après Luc Rosenzweig (Causeur, juin 2015).

Et puis qu’y a-t-il d’étonnant à ce qu’un dissimulateur professionnel mahométan et un entriste trotskiste professionnel, telles d’invasives mérules, participent de concert à la même entreprise de destruction xénophage des fondements ethnoculturels de nos sociétés occidentales moribondes ?

Aristide Leucate

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

À Ouistreham, même les migrants en ont marre des migrants !

10 Novembre 2017, 07:02am

Publié par Thomas Joly

C'est LE sketch de la semaine, voire du mois !

Des migrants soudanais ont demandé aux associations gauchistes de Ouistreham d'arrêter de leur donner à manger, car ces distributions de nourriture attirent de nouveaux migrants qui créent des "tensions" ! (source : Ouest-France)

Depuis le temps que nous disons que l'aide aux clandestins constitue un appel d'air à tous les rebuts de la planète, voilà que ce sont les Soudanais qui nous donnent raison, là où les journalistes et la gauche ne savent rien faire d'autre que nous accuser de catastrophisme.

Et au-delà de ça, il est révélateur que les migrants soudanais se plaignent des autres migrants, alors que les journalistes et la gauche nous accusent de créer des "fake news" lorsque c'est nous qui rendons publics les témoignages des riverains excédés par les clandestins.

La morale de cette histoire, c'est que la situation ne nous permet plus d'attendre que nos adversaires politiques ouvrent les yeux, c'est nous qui sommes dans le réel, c'est à nous de rendre Ouistreham à ses habitants !

Source : http://pdf14.com

Voir les commentaires

Compte-rendu du procès de Thomas Joly à Beauvais

9 Novembre 2017, 23:10pm

Publié par Thomas Joly

Ce jeudi 9 novembre 2017 se tenait au tribunal correctionnel de Beauvais, le procès de Thomas Joly, accusé d’avoir mis en ligne sur son blog des photos « violentes » de nature à contrevenir à l’article 222-33-3 du Code Pénal qui sanctionne : « l’enregistrement et la diffusion d’images de violence portant atteinte volontaire à l’intégrité de la personne ».

Il s’agissait en l’espèce des images de deux victimes du terrorisme islamique : James Wright Foley, décapité à Raqqa le 19 août 2014 et Hervé Cornara, décapité à Saint Quentin Fallavier en Isère le 26 juin 2015.

Le président du Tribunal rappelle le chef d’accusation à l’encontre du prévenu puis donne la parole à Thomas Joly qui comparait libre, tout en ayant subi six heures de garde à vue le 19 février 2016 pour cette même affaire.

Mais ce dernier n’a pas l’intention de se laisser intimider : il revendique haut et fort son engagement politique en qualité de secrétaire du Parti de la France (le PDF, parti créé par Carl Lang en 2009) auquel contribue son blog qui dénonce notamment le terrorisme islamique. Pour lui, toute cette procédure est le fruit du « politiquement correct ». Quant à la dénonciation à l’origine de la poursuite pénale, elle rappelle nous dit-il les heures les plus sombres de notre histoire… Ce à quoi le Président du Tribunal répond qu’on n’est pas ici dans le politiquement correct mais dans une salle d’audience, au pénal ! Ça commence très fort !

Thomas Joly précise que son blog n’est pas destiné aux mineurs et qu’il n’y a pas que les militants du Parti de la France, qui dénoncent le terrorisme islamique. Il évoque la diffusion massive de la photo du cadavre du petit Aylan Kurdi découvert sur une plage de Turquie le 2 septembre 2015 sans que personne ne saisisse les tribunaux en dépit du caractère émotionnel et violent de cette image, qui a fait le tour de la planète.

« J’ai usé de ma liberté d’expression » dit-il, ce à quoi le juge répond que si la liberté d’expression est un droit fondamental, elle souffre aussi de certaines limites !

Maître Pierre-Marie Bonneau, avocat de Thomas Joly et spécialiste de droit pénal, lui demande alors s’il a reçu une quelconque désapprobation de la part des familles des personnes décapitées, à propos de la diffusion de ces photos sur son blog. Réponse : « non, et si tel avait été le cas, j’aurais immédiatement réagi ! ».

La parole est ensuite donnée au Procureur de la République. Il tente de prouver que l’infraction est constituée : pour lui, pas de doute sur la matérialité des faits, ni sur l’intention de diffuser des images violentes. Il y a bien volonté de choquer et de surcroît sur un site accessible à des mineurs ! Puis il ose opposer le travail d’information de Thomas Joly à celui de la « presse classique » qui elle « se conforme à la Loi » ! Quel euphémisme pour désigner les médias du système ! C’est oublier un peu vite ces vertueux journalistes qui n’ont pas hésité à passer en boucle les images du petit Aylan Kurdi dans le but de vendre à l’opinion publique européenne l’idée d’une ouverture totale des frontières et par voie de conséquence l’acceptation d’une immigration massive !

L’article de Loi 222-33-3 nous dit que « le présent article n’est pas applicable lorsque l’enregistrement ou la diffusion résulte de l’exercice normal d’une profession ayant pour objet d’informer le public ou est réalisé afin de servir de preuve en justice ». En clair, cela voudrait dire qu’il y aurait des « informateurs protégés » et d’autres qui ne le seraient pas, dans ce beau pays de France ! Bref, une liberté d’expression à géométrie variable que la Cour Européenne de Strasbourg n’apprécierait guère !

Le procureur demande deux mois de prison avec sursis et 4.000 € d’amende à Thomas Joly qui, selon lui, a « dépassé les limites ». Murmures dans la salle !

Maître Pierre-Marie Bonneau, du barreau de Toulouse commence alors sa plaidoirie. Pour lui, l’image à elle seule ne véhicule pas un « message » violent. L’image n’a été choisie que pour illustrer, par un banal « copier/coller » un article dont le contenu n’a curieusement jamais été évoqué au cours du procès. Il ne s’agit pas non plus d’un « enregistrement ». Un « message » selon Maître Bonneau est une construction intellectuelle qui ne se limite pas à la simple constatation de l’image. L’image n’est ici qu’une illustration destinée à parfaire une information. D’ailleurs ici l’image ne trahit pas le sens de l’article auquel elle est associée.

Le blog, poursuit-il, s’adresse à des personnes qui s’intéressent à la politique. Il n’a pas vocation à attirer les mineurs. Ce n’est pas un blog de scoutisme destiné à la jeunesse ! De plus, les photos incriminées sont facilement accessibles au grand public et elles le sont encore aujourd’hui à l’heure du procès, ce que le lecteur pourra aisément vérifier, au moins en ce qui concerne celles d’Hervé Cornara (NDLC : j’ai recensé cinq sites en quelques clics permettant d’accéder à cette image).

De plus, l’élément intentionnel n’est nullement démontré. Plusieurs arrêts de la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme), rappellent la nécessité, en matière de liberté d’expression, de prendre en compte la légitimité du but recherché : ici illustrer un article et non vouloir choquer en montrant du sang dégoulinant ! Faut-il préciser qu’aucune accusation d’incitation à la haine raciale n’a été engagée à l’encontre de M. Joly et que son casier judiciaire est parfaitement vide.
Pas de parties civiles à l’audience, ni de demandes de dommages et intérêts. On se demande alors bien qui sont les personnes lésées par les agissements de M. Joly !

En conclusion, Maître Bonneau invite les juges à ne pas se laisser aller dans ce genre de dérive consistant à détourner une procédure pour faire taire celui dont la parole ne plait pas. Il plaide donc la relaxe de son client.

Thomas Joly reprend la parole en dernier, selon l’usage, pour expliquer que tous les partis politiques ont dit qu’on était en guerre contre le terrorisme et qu’il ne croyait pas avoir commis une infraction.

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Vidéo et photos à la sortie du tribunal de Beauvais jeudi 9 novembre

9 Novembre 2017, 20:13pm

Publié par Thomas Joly

Dans la joie et la bonne humeur propres à ceux qui ont raison, moi-même et quelques militants du Parti de la France étions au Tribunal de Beauvais aujourd'hui pour mon audience. Le jugement sera rendu le 23 novembre. Un compte-rendu détaillé de l'audience sera publié sous peu. Mon avocat a fait une brillante plaidoirie.

Merci à tous pour votre soutien, en particulier à ceux qui ont pu se libérer.

Quoi qu'il advienne je serai toujours en première ligne face à l'invasion afro-musulmane et personne ne me fera taire ! Me ne frego !

Vidéo et photos à la sortie du tribunal de Beauvais jeudi 9 novembre
Vidéo et photos à la sortie du tribunal de Beauvais jeudi 9 novembre
Vidéo et photos à la sortie du tribunal de Beauvais jeudi 9 novembre
Vidéo et photos à la sortie du tribunal de Beauvais jeudi 9 novembre
Vidéo et photos à la sortie du tribunal de Beauvais jeudi 9 novembre
Vidéo et photos à la sortie du tribunal de Beauvais jeudi 9 novembre

Voir les commentaires