Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Vers une interdiction du Kebab par l’Union Européenne ?

4 Décembre 2017, 07:29am

Publié par Thomas Joly

Une étude scientifique menée en 2012 a suggéré un lien possible entre les phosphates, lorsqu’ils sont utilisés comme additifs alimentaires, et les maladies cardiaques, bien que les données probantes ne soient pas concluantes.

L’utilisation d’additifs phosphatés dans la préparation de la viande, lorsqu’ils sont utilisés pour protéger les arômes et conserver l’eau, est normalement interdite par la législation communautaire. Toutefois, il y a des exceptions et il n’existe actuellement aucune disposition concernant l’utilisation du phosphate dans la viande de kebab congelée.

La commission de la santé du Parlement européen a voté cette semaine contre une proposition de la Commission européenne qui aurait permis l’utilisation d’acide phosphorique, de phosphates et de polyphosphates dans la viande de kebab à base de mouton, d’agneau, de veau, de bœuf ou de volaille. Le Parlement européen au complet devrait se prononcer sur la question lors de son siège à Strasbourg dans deux semaines.

Quel dommage si ces lieux conviviaux et chaleureux, à l'hygiène indiscutable, venaient à fermer. Où se retrouveraient ces jeunes dealers afro-maghrébins si sympathiques ? Comment l'économie souterraine pourrait blanchir son argent ? Comment ferait-on pour faire venir la famille du bled ou faire sortir de taule les cousins grâce à des contrats de travail bidon ?

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

Discours de Noël de Donald Trump : une injure à la christianophobie

4 Décembre 2017, 07:24am

Publié par Thomas Joly

Melania Trump, n’ayant jamais fait mystère de sa foi catholique, avait déjà annoncé la couleur en visitant la cathédrale Notre-Dame de Paris – dont l’indispensable restauration semble plus intéresser les Américains que les autorités françaises –, lors de la visite officielle de son président de mari en France, au mois de juillet de cette année.

Donald Trump, quant à lui, ne dissimule pas cette vérité intangible, à savoir que l’Occident s’est majoritairement – certes, pas exclusivement – construit sur un socle chrétien. Et, contrairement à nombre de ses homologues, il pointe le martyre subi actuellement par les chrétiens, particulièrement dans le monde musulman : « Le christianisme est en état de siège », affirmait-il récemment.

À l’occasion de « la traditionnelle cérémonie d’allumage du grand sapin de Noël devant la Maison-Blanche » (Le Salon beige), Donald Trump a prononcé un discours qui remet en perspective le christianisme. On peut y lire notamment cette évidence :

« Quelle que soit notre croyance nous savons que la naissance de Jésus-Christ et l’histoire de son incroyable vie a changé pour toujours le cours de l’histoire humaine. Il n’y a guère d’aspects de notre vie aujourd’hui que Sa vie n’a pas touchés – art, musique, culture, droit, et notre respect pour la dignité sacrée de toute personne, partout dans le monde. »

Ce discours sur Noël plein de gratitude, qui ne contient pas une once d’invective, est une invitation à partager « la vraie source de joie en ce temps de l’année » (ibid.).

Il n’en fallait pas plus pour que la meute haïssable se déchaîne en un torrent bourbeux. Sur son site, BFM TV titre ainsi un article : « Noël, la vieille obsession de Donald Trump. » Quelques jours plus tôt, le président s’était rendu à St. Louis, où il avait parlé entouré de sapins. Un certain Gilles Paris, pour Le Monde, y voyait une « posture destinée à son électorat ». Seule la horde progressiste sait être sincère, c’est bien connu !

Tout est bon pour salir un homme qui, sans être ni un modèle de vertu ni un idéal politique, a au moins le mérite de rétablir les chrétiens dans leurs droits aux États-Unis, tandis que chez nous ils sont fermement priés de raser les murs.

Ainsi, au sujet des décorations de Noël de la Maison-Blanche présentées par Melania Trump, Le Huffpost nous gratifiait d’un article suintant le mauvais esprit et la petitesse textuelle – comparant lesdites décorations à l’atmosphère des romans de Stephen King –, titré : « Cette effrayante décoration de Noël de la Maison-Blanche vaut le détour(nement). »

Le bon goût de ces gens-là est à ce point sûr qu’ils frôlent l’orgasme devant une déjection abstraite de quelque galerie tendance ! À l’instar d’une Roselyne Bachelot ricanant lourdement sur LCI et proposant de virer la statue de Jean-Paul II à Ploërmel parce qu’elle est « moche ».

Le président américain a fait acte de résistance chrétienne. Qu’il en soit remercié.

Charles Demassieux

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Bataclan : les victimes ont été éviscérées, décapitées, leurs yeux arrachés, et leurs organes génitaux mutilés

3 Décembre 2017, 04:38am

Publié par Thomas Joly

Le gouvernement français a tenté de censurer toutes les informations relatives aux tortures infligées aux victimes des attentats du Bataclan, le 13 novembre 2015. Le but : protéger les musulmans avec lesquels les autorités françaises ont une alliance stratégique.

Parmi les sévices qu’ont subi les civils exécutés par l’État Islamique, on relève des testicules coupées puis mises dans la bouche des victimes, un usage répandu chez les activistes du FLN durant la guerre d’Algérie. Les victimes ont également été éventrées ou décapitées et ont eu, pour certaines, les yeux crevés. Les djihadistes ont filmé les tortures.

Extraits du rapport du député Georges Fenech (disponible ici), président de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats :

Le gouvernement français a activement tenté d’empêcher le filtrage de ces informations afin de protéger l’image de l’islam et des masses musulmanes, tant en France qu’en Europe et au delà.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

La principale musulmane du collège « François Rabelais » (06) veut forcer les élèves à apprendre des chants en arabe

2 Décembre 2017, 12:00pm

Publié par Thomas Joly

Le collège François Rabelais de L’Escarene, dans le département des Alpes-Maritimes (06), est au cœur d’une polémique depuis plusieurs jours. Motif : la colère des parents d’élèves qui voient leurs enfants contraints d’apprendre des chants en arabe.

Pour protester, ces derniers ont diffusé la copie du document.

Cette protestation n’a pas été du goût de la principale du collège, Salima Boussehaba, d’origine musulmane. Cette dernière est donc venue menacer les élèves concernés directement en classe, assurant qu’elle « n’avait rien à cirer » des réactions des parents d’élèves qui s’opposent aux manifestations les plus grossières du prosélytisme arabo-islamique.

On pourra légitimement s’interroger sur les priorités éducatives de l’établissement sous la direction de la responsable précitée, puisque le collège François Rabelais de l’Escarenne affiche des résultats particulièrement médiocres en termes de réussite scolaire. En 2015, le taux de réussite au brevet des collèges était de 71 % contre 86 % pour la moyenne hexagonale (source).

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Philippot règle ses comptes avec son ancienne Madone : « Marine Le Pen est de la faïence dont on fait les bidets »

1 Décembre 2017, 07:58am

Publié par Thomas Joly

Depuis qu'il a quitté le Front national, Florian Philippot ne cesse de critiquer Marine Le Pen. Dans Libération ce jeudi 30 novembre, il se lâche totalement. "On avait Marine, mais on a retrouvé Le Pen", déclare-t-il d'abord. Jusqu'ici, rien de très créatif. Puis, l'ex-numéro 2 du FN lance : "Je la croyais du marbre dont on fait les statues. Elle est de la faïence dont on fait les bidets".

Rien à voir donc avec les mots doux qu'il adressait jadis à celle qu'autrefois il voulait placer à l'Élysée.

Bras droit, ami et confident, il s'est retrouvé sous le feu des critiques après les échecs de la présidentielle et des législatives et a été placé à l'autre bout de la table à Brachay. "C’est là que j’ai compris. Je la connais par cœur. Je la vois encore ricaner comme une sotte", affirme-t-il aujourd'hui. 

Source : http://atlantico.fr

Voir les commentaires

Persécution routière : le gouvernement va abaisser la vitesse maxi à 80 km/h au lieu de 90 sur de nombreuses routes

1 Décembre 2017, 07:56am

Publié par Thomas Joly

Le gouvernement devrait entériner dès le début de l'année prochaine l'abaissement de 10 km/h sur une grande partie du réseau secondaire (nationales et départementales), révèle Le Point. Les deux-voies non séparées passeraient à 80 km/h au lieu de 90 km/h.

Cela va évidemment réduire la marge autorisée pour effectuer le dépassement d'un véhicule lent. L'association 40 Millions d'automobilistes explique ainsi que l'Angleterre, avec une vitesse limitée à 96 km/h sur son réseau secondaire (60 miles par heure) fait face à deux fois moins d'accidents qu'en France.

Cette mesure n'aura naturellement aucun impact sur la sécurité routière mais permettra de verbaliser encore plus d'automobilistes qui n'en peuvent plus de se traîner en pleine ligne droite sur une Départementale ou une Nationale.

A noter que la prochaine trouvaille gouvernementale en matière de persécution des Français sera, dans quelques temps, l'abaissement du taux légal d'alcool à 0,2 g dans le sang pour les conducteurs. Alors même qu'il n'existe aucune étude en mesure de prouver qu'un taux à 0,3 g ait le moindre impact sur les réflexes d'un automobiliste...

Source : http://auto.bfmtv.com/actualite/la-limite-de-vitesse-serait-abaissee-a-80-kmh-sur-le-reseau-secondaire-des-2018-1316893.html

Voir les commentaires

Carl Lang demande le retour au pays des Africains formés en Europe pour développer leur continent

1 Décembre 2017, 07:44am

Publié par Thomas Joly

Voici ce que propose Carl Lang, Président du Parti de la France, pour aider au développement de l'Afrique :

Voir les commentaires

Le maire musulman de Londres exige que Trump soit interdit de visite officielle après qu’il ait diffusé des vidéos dénonçant les crimes djihadistes

1 Décembre 2017, 07:36am

Publié par Thomas Joly

Suite à la diffusion sur Twitter de vidéos djihadistes par Donald Trump visant dénoncer les crimes islamistes, le maire musulman de Londres, le pakistanais Sadiq Khan, a fait savoir que le président américain n’était « pas le bienvenu » en Grande-Bretagne.

Dans un communiqué, l’ancien avocat de membres d’Al Qaeda (lire ici) s’en prend violemment au chef d’état américain, dénonçant son usage de « Twitter pour promouvoir un groupe extrémiste qui existe seulement afin de semer la division et la haine », faisant référence à Britain First, un parti britannique à l’origine de la diffusion des vidéos des exactions djihadistes (voir ici).

Sans surprise, l’édile musulman n’a pas condamné les organisations islamistes se livrant aux exactions filmées, c’est-à-dire l’objet même du message de Donald Trump.

Sadiq Khan a exigé qu’aucun voyage du président américain ne soit permis en Grande-Bretagne. « J’ai déjà appelé Theresa May à annuler sa mal-avisée offre de visite d’état au président Trump. Après ce dernier incident (sic), il est de plus en plus clair que toute visite du président Trump en Grande-Bretagne ne sera pas la bienvenue » a menacé le maire musulman.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Nos universités sont islamisées : en dehors de Céline Pina, qui osera le dénoncer ?

1 Décembre 2017, 07:30am

Publié par Thomas Joly

« Pourquoi l’université est une cible privilégiée des islamistes et de leurs faux-nez, les Indigènes de la République ? », s’interroge ingénument, sur son blog, l’élue socialiste de la région Île-de-France, Céline Pina, par ailleurs auteur, en 2016, d’un brûlot remarqué intitulé Silence coupable et éloquemment sous-titré « Islamistes : ils ne sont grands que parce que nos élites sont à genoux ». Sa dénonciation d’un Salon de la femme musulmane à Pontoise l’avait sortie de l’anonymat puisqu’elle avait dû endurer les griefs bilieux des responsables de son parti.

Et la même de répondre : « Si l’Université est aussi massivement investie, c’est pour la même raison que Tariq Ramadan, qui n’est pas universitaire, se présente comme professeur à Oxford : le titre universitaire notabilise, renforce et donne autorité autant à l’homme qu’à l’idéologie. C’est une arme de légitimation massive », ajoutant que « c’est ainsi que pour crédibiliser leur idéologie, la hisser à la hauteur d’un savoir et lui donner les apparences de la science, les islamistes tentent de noyauter le monde universitaire ».

C’est un fait éminemment constatable que, depuis une vingtaine d’années, nombre d’universités en France sont progressivement investies par un islam à visage voilé. Les modus operandi sont divers, de la petite association étudiante à vocation cultuelle dont on finit par découvrir qu’elle abrite une salle de prière clandestine – comme ce fut le cas, il y a quelques années, à l’IUT de Saint-Denis – à l’intégration, au sein des équipes pédagogiques, de maîtres de conférences dont, pour certains profils, un observateur avisé se demanderait, perplexe – mais finalement peu dupe –, comment l’impétrant a-t-il pu décrocher et sa thèse et sa qualification par le Conseil national des universités (CNU) et son poste au sein de l’université ?

Le phénomène n’est pas seulement local, puisque le ministère de l’Enseignement supérieur, qui est seul habilité à délivrer les diplômes autant qu’à certifier les formations dispensées au sein des universités, doit faire face à la concurrence effrénée et pullulante des instituts mahométans privés de formation (tels l’Institut européen des sciences humaines, émanation des Frères musulmans, l’Institut d’études islamiques de Paris, l’Institut international des sciences islamiques, l’Institut méditerranéen d’études musulmanes d’Aix-en-Provence ou encore l’Institut Avicenne des sciences humaines basé à Lille).

Résultat : l’État se laisse tranquillement déborder, faible de sa résignation comme de son aboulie. Un DU de finance islamique finira par ouvrir à Paris-Dauphine en 2010 quand, un an auparavant, l’Institut européen des sciences humaines de Saint-Denis précité avait obtenu, par arrêté du recteur d’académie de Créteil, la reconnaissance de ses formations initiales en langue arabe et en théologie musulmane.

Le phénomène n’est pas seulement national puisqu’en Suisse, l’université de Fribourg accueille un Centre suisse pour l’islam et la sociét et que l’Institut d’études de la culture et de la religion musulmanes a été créé au sein de l’université Goethe de Francfort, portant ainsi à cinq (avec Erlangen-Nuremberg, Tübingen, Osnabrück et Münster) le nombre d’universités allemandes dispensant des cours de théologie islamique.

Pendant ce temps, comme une bombe explosant en silence, les Étudiants musulmans de France (EMF) viennent de décrocher leur premier siège au sein du conseil d’administration de l’université de Lille. Une victoire idéologique incontestable pour ces islamistes à peine pubères qui ne craignent pas de s’afficher aux côtés des racistes anti-blancs des Indigènes de la Républiques, d’apporter leur soutien au Secours islamique de France ou aux anti-islamophobes du CCIF jusqu’à même faire partie, encore récemment, du bureau national de l’UOIF.

Une chose est certaine : les musulmans ont compris que la conquête politique se gagne d’abord par les batailles idéologiques. La porosité intellectuelle de l’université française permet ce gramscisme islamique.

Aristide Leucate

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Avec la Cour des comptes, quel étudiant en médecine aura encore l’idée extravagante de s’installer en libéral ?

1 Décembre 2017, 07:23am

Publié par Thomas Joly

On ne savait pas les sages de la rue Cambon adepte des champignons hallucinogènes, mais le récent rapport de la Cour des comptes sur l’avenir de l’assurance maladie vaut son pesant de mescaline. Parce qu’il contient à peu près tout ce qui manque pour décourager définitivement les rares étudiants en médecine qui auraient encore l’extravagance de se destiner à la médecine libérale…

On y trouve pêle-mêle la fin de la liberté d’installation, la rémunération « à la performance », plus de contrôles des honoraires libres, des horaires d’ouverture des cabinets plus prolongés, sans parler d’un nouveau fromage pour fonctionnaires appelé « Agence de santé » (le cran au-dessus de « nommer une commission »…).

Il n’est pas inutile de rappeler que les hommes de l’État ont délibérément réduit le nombre de médecins en instaurant, en 1988, le MICA (mécanisme d’incitation à la cessation d’activité), permettant aux praticiens libéraux de prendre avec huit ans d’avance une retraite presque à taux plein, ce que beaucoup firent. Et, cinq ans plus tard, le numerus clausus à l’entrée des études atteignait son point le plus bas avec 3.500, ce pourquoi nous manquons maintenant de médecins quadragénaires dans la force de l’âge, tandis qu’un quart des médecins actifs seront en retraite en 2025.

Mais, en réalité, ce ne sont pas les médecins qui manquent, c’est le temps qu’ils ont à consacrer aux patients ; parce que l’administratif mange 25 % de leur temps de travail, et qu’ils n’ont plus les moyens de le confier à une secrétaire.

Avec des facs de médecine occupées aux deux tiers par des filles, le médecin type d’aujourd’hui est une trentenaire née sous Mitterrand et son ministère du Temps libre, qui a eu vingt ans sous Jospin et ses 35 heures, et ne veut plus travailler comme ses confrères nés sous de Gaulle, voire sous Coty. Et c’est légitime. Elle préfère donc le salariat.

Près de chez moi vient de s’installer, dans un centre de santé municipal, une jeune femme, salariée donc : 4.500 € nets par mois pour 29 heures de travail. Demandez à votre médecin combien d’heures il doit travailler pour qu’il lui reste ça, net imposable, chaque mois ? Et la salariée aura Mutuelle, Carte Orange, Ticket Restaurant®, congé de maternité le jour venu (en libéral : zéro), des arrêts de travail avec indemnités journalières au 3e jour (en libéral, c’est au 90e !), aucun investissement à faire, aucun papier URSSAF, Sécu, RSI, aucune comptabilité à tenir… Voilà pourquoi seuls 9 % seulement des étudiants s’installent en libéral. Alors penser, comme les comptables de la Cour des comptes, qu’on améliorera ce score en obligeant ces jeunes femmes, souvent mères, à visser leur plaque à Mézy-les-Deux-Pognes, où il n’y a plus ni école, ni poste, ni épicerie, ni emploi pour leurs conjoints, relève de la pathologie mentale ; surtout si, en plus, elles doivent garder le cabinet ouvert jusqu’à minuit un jour sur trois.

Quant aux zones « surdotées » en médecins, à part peut-être Cannes, Nice ou le XVIe arrondissement de Paris, on se demande où la Cour des comptes en trouve encore ? Autre perle du président Didier Migaud : « Le fait que les trois quarts des passages aux urgences ne soient pas suivis d’hospitalisation est un bon indicateur de la mauvaise organisation des soins entre la ville et l’hôpital. » Ah bon ? Vous vous cassez un doigt le matin, l’hôpital vous fait une radio à 11 h, vous plâtre à midi et vous sortez à 13 h : c’était un passage inutile ? Certes, un médecin de ville aurait su faire tout ça aussi, à ceci près qu’au tarif de la Sécu, il ne serait pas rentré dans ses frais. Alors que le moindre passage à l’hôpital rapporte à celui-ci 250 €, raison pour laquelle les centres 15 qui y sont généralement situés y drainent un maximum de « bobologie ». Prétexte pour réclamer ensuite du personnel supplémentaire avec l’alibi du « on est débordé »…

Enfin, si ces élucubrations de vieux sages en fin de banquet sont, par leur apparent bon sens, susceptibles d’être naïvement approuvées par une majorité de Français, ceux-ci ne doivent pas oublier que si on commence à assigner d’autorité un médecin à un territoire, on finira inéluctablement par assigner chaque Français à un médecin, ce qui sera la fin du libre choix. Sommes-nous prêts à accepter un système qui fait depuis trop longtemps le malheur des Britanniques ?

Richard Hanlet

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Un des tueurs islamistes du Bataclan présenté comme « martyr » dans une expo subventionnée

30 Novembre 2017, 07:45am

Publié par Thomas Joly

On inaugurait mercredi 29 novembre, place Marianne à Berlin, une installation qui porte le titre de « Musée des martyrs ». On y montre des personnalités de l’Histoire du monde qui sont morts pour leurs convictions. Comme Socrate (469-399 avant J.-C.) et Sainte Apolline d’Alexandrie (3e siècle), ou encore Martin Luther King (1929-1968).

À la fin de la série, on trouve Ismaël Omar Mustafaï, l’un des islamistes de Paris qui ont massacré 89 personnes le 13 novembre 2015 dans la salle de concert du Bataclan.

On apprend par le guide audio qu’il croyait devoir se sacrifier pour lutter contre la culture occidentale. L’original de son billet d’entrée figure parmi les objets exposés.

« Les artistes veulent élargir la notion de martyr », explique Ricarda Ciontos de l’association Nordwind qui dirige l’installation sur le plan artistique. L’association Nordwind est financée par les impôts via le Fonds culturel de la capitale et la Fondation pour la culture de la République fédérale.

Les deux artistes danois, Ida Grarup Nielsen et Henrik Grimbäck, qui ont conçu cette série de martyrs ont déjà montré leur installation l’an dernier au Danemark et ont recueilli de vives critiques. Mais ils n’en démordent pas. Ils veulent montrer, « au-delà de tout jugement de valeur », des gens qui sont prêts à sacrifier leur vie.

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

Une bande de Pakistanais cogne et défigure une Anglaise dans un déferlement de haine raciale

30 Novembre 2017, 07:41am

Publié par Thomas Joly

Nikki Hurst s’est retrouvée avec de sérieuses blessures au visage et une blessure à la tête après avoir été poussée et tabassée au cours de ce que la police qualifie d’agression avec la « circonstance aggravante de haine raciale ».

La femme de 32 ans avait marché à Batley, West Yorks, quand elle a été approchée par trois hommes asiatiques (« asiatique » au Royaume-Uni désigne tous les phénotypes du continent, notamment les très nombreux Pakistanais).

Elle a affirmé avoir été jetée au sol et rouée de coups vers 18h45, le jour d’Halloween, rapporte le quotidien Huddersfield Daily Examiner.

Pendant ce temps, le 1er Ministre, Theresa May, ne trouve rien de mieux à faire que de s'en prendre à Donald Trump parce qu'il ose diffuser sur Twitter des vidéos d'agressions commises par des afro-musulmans.

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

Le héros national croate Slobodan Praljak, qui avait combattu les islamo-bosniaques, se suicide en plein procès

30 Novembre 2017, 07:33am

Publié par Thomas Joly

Le héros national croate Slobodan Praljak est mort après s’être empoisonné lors de son procès imposé par les ploutocraties occidentales. Préférant mourir debout plutôt que de se soumettre, le général croate ayant lutté pour la liberté de la Croatie contre les islamo-bosniaque est sorti par la grande porte.

Agé de 72 ans, Slobodan Praljak a entendu le pseudo-tribunal confirmer sa condamnation à 20 ans de prison pour avoir résisté à la menace islamo-bosniaque entre 1993 et 1994, avant de dire « Je rejette votre verdict », de sortir une fiole et d’en avaler le contenu.

Cet ingénieur devenu directeur de théâtre n’était pas un militaire à l’origine, mais la guerre venue, il a vite gravi les échelons des forces croates. Haut responsable des forces armées de la république croate de Herceg-Bosna qui a combattu les musulmans bosniaques.

Pour de nombreux Croates, Praljak est un héros et sa mort spectaculaire a encore renforcé ce sentiment. La semaine dernière, la présidente Kolinda Grabar-Kitarovic avait rédigé un message d’hommage, lu lors d’une promotion d’un ouvrage en son honneur, « Général Praljak ».

« La contribution du général Slobodan Praljak a été d’une immense importance à la fois pour la défense de la Croatie et de la Serbie contre l’agression grand serbe et pour la survie du peuple croate sur son territoire historique durant la guerre patriotique », avait déclaré la présidente.

Avant l’annonce de la mort de M. Praljak dans les médias croates, la présidente avait interrompu « en urgence » un voyage en Islande. A ses yeux, il incarnait la « vérité qu’il a sans relâche défendue après la guerre ».

L’image la plus symbolique de cette guerre dans la guerre fut la destruction en novembre 1993 du « Stari Most », un pont édifié par l’envahisseur turc musulman à Mostar.

Héros jugé par les laquais de la justice globaliste, Praljak est rentré dans l’Histoire.

Source : http://breizatao.com/

Voir les commentaires

Pour François Ruffin, La France insoumise est incapable de gouverner !

30 Novembre 2017, 06:55am

Publié par Thomas Joly

François Ruffin, député de La France insoumise et palmé à Cannes, cette année, pour Merci patron, documentaire consacré à Bernard Arnault, patron du consortium mondial LVMH, n’est pas forcément le « mauvais garçon » qu’on croit. Parcours assez classique pour un gauchiste : il fait ses classes chez les jésuites, puis chez Daniel Mermet, dont l’émission « Là-bas si j’y suis », fait les belles heures de France Inter, ambiance géopolitique façon poil à gratter.

Désormais, c’est chez les mélenchonistes que ça démange et qu’on se gratte, donc ; soit depuis la mise en ligne de sa dernière vidéo. La phrase qui fait tache et mouche à la fois ? « Aujourd’hui, La France insoumise peut être reconnue comme la force d’opposition. Et, en même temps, je ne suis pas sûr que les gens nous donnent les clefs du pays pour le gouverner. » Pis : « J’éprouve un certain vertige à l’idée qu’on puisse détenir le pouvoir. Je ne nous sens pas prêts. » Immédiatement, Alexis Corbière, le bras droit de Jean-Luc Mélenchon, allume un contre-feu sur Europe 1, assurant que François Ruffin est un « garçon modeste », un « gentil garçon ».

Un « garçon » lucide, peut-être, lorsqu’il avertit : « Le défi qu’on aurait en face de nous, il est colossal. Qui sont les techniciens sur lesquels on va pouvoir s’appuyer ? Ce ne sont pas les technos de Bercy, les inspecteurs des finances, qui vont être pour un programme de transformation avec La France insoumise. […] Il va falloir affronter le Sénat, le MEDEF, les médias, la Commission européenne, la Banque centrale, le Conseil constitutionnel. On va être dans une situation conflictuelle vachement forte avec des gens qui ne seront pas préparés à ce niveau de pouvoir, de responsabilité. »

La vérité oblige à dire que tout cela n’est pas faux. Et même vrai pour tout mouvement prétendant offrir une alternative plutôt qu’une alternance. Cette culture de gouvernement ne s’acquiert pas du jour au lendemain, le Front national en sait quelque chose. En 2007, il y était évidemment plus préparé qu’en 2002. En 2012 plus qu’en 2007. En 2017 encore un peu plus qu’en 2012 ; et pourtant… Domestiquer un système qu’on combat en permanence ? Demander à ses tenants de collaborer à leur éradication programmée ?

Vaste programme et équation d’autant plus impossible à résoudre que les mouvements de type révolutionnaire, de droite comme de gauche, ont renoncé à la lutte armée depuis belle lurette, hormis quelques émeutes de rue dont les fauteurs ont à peu près autant de conscience politique que le chat du voisin. Octobre 1917, c’était il y a un siècle. Et le général Boulanger ne nous rajeunit pas non plus.

L’autre possibilité consiste, évidemment, à subvertir ce même système de l’intérieur, avec les résultats qu’on sait. Les militants d’Occident et du PFN ont infiltré l’UDF et le RPR. Pour donner des Claude Goasguen et des Patrick Devedjian. Leurs homologues trotskistes ont fait de même du Parti socialiste. Avec, au bout du compte… un Harlem Désir et un Jean-Christophe Cambadélis. Plus récemment, ce sont ceux de la Manif pour tous qui tentent encore de « droitiser » la droite. Tout ça pour aboutir sur un Laurent Wauquiez, l’homme qui pétoche plus vite que son ombre…

Certes, il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ou de réussir pour persévérer. D’ailleurs, les activistes de gauche n’ont-ils pas fini par imposer leurs idées sociétales, avec immigrés en vente libre, bébés fabriqués dans le tiers-monde et LGBT mondialisés ? Ceux de droite ne sont-ils pas non plus parvenus à faire de même en matière de sécurité et d’immigration, phénomènes dont personne ne songerait aujourd’hui à prétendre qu’ils soient respectivement « fantasme » ou « chance pour la France » ?

D’un côté comme de l’autre, la bataille des idées est gagnée. De l’autre comme de l’un, cela ne signifie pas pour autant que tel ou tel puisse parvenir aux plus hautes fonctions – les seules qui comptent, à la fin des fins.

Que la question posée par François Ruffin soit bonne ou mauvaise n’est pas le problème, tant elle est légitime et méritait d’être posée.

Nicolas Gauthier

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Donald Trump retweete des vidéos de Jayda Fransen où des musulmans commettent des crimes, les médias s'étranglent

29 Novembre 2017, 07:57am

Publié par Thomas Joly

Donald Trump a relayé aujourd'hui sur son compte Twitter une série de vidéos publiées par une responsable politique britannique d'extrême droite. Ces trois vidéos, tweetées par Jayda Fransen, vice-présidente du parti d'extrême droite Britain First, montrent des exactions commises par des musulmans.

Plutôt que de s'indigner et d'enquêter sur les crimes commis sur les vidéos publiées, la presse internationale s'offusque que le Président américain ose révéler au monde entier ce que les médias omettent de faire par islamophilie pathologique.

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/11/29/97001-20171129FILWWW00193-donald-trump-relaie-des-videos-anti-musulmans-sur-twitter.php

Voir les commentaires