Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Peine dérisoire pour les trois racailles islamistes qui avaient agressé un Français parce qu'il mangeait un sandwich au jambon

20 Juin 2014, 07:47am

Publié par Thomas Joly

En juin 2013, trois racailles étrangères multirécidivistes avaient agressé un passager dans un tramway de Reims, au prétexte qu’il mangeait un traditionnel jambon-beurre, puis l’un de ses amis qui s’interposait.

Youcef Benabed – jugé dans la foulée pour un dossier d’extorsion –, Florian Piddiu – délinquant multirécidiviste –, Dahim Belfatmi – qui a écopé il y a un mois de 4 ans de prison dans une affaire de drogue, tous les trois 25 ans, n’ont écopé que de six mois de prison, après avoir affirmé à l’audience avoir été agressés par les deux Français.

Source

Voir les commentaires

Inauguration d’une immense mosquée-cathédrale au Danemark

20 Juin 2014, 07:35am

Publié par Thomas Joly

Le Danemark est défiguré depuis hier par une immense mosquée-cathédrale, installée au cœur de Copenhague. Le lieu de culte islamiste est surmonté d’un gigantesque minaret qui domine la ville. La mosquée-cathédrale a été financée par le Qatar – à hauteur de 20 millions d’euros –, dont elle sera une base avancée sous contrôle au cœur de l’Europe.

L’inauguration, symbole de conquête, a été réalisée en présence d’un ministre du Qatar et a été retransmise en directe par la télévision publique qatarie.

Les bâtiments de 6 700 m² abritent tout le nécessaire pour organiser la propagande islamiste au Danemark : un studio de télévision, une école coranique, un centre culturel, mais aussi salles de sport, etc.

Source

Voir les commentaires

Sortie du n°36 de Synthèse Nationale

20 Juin 2014, 07:29am

Publié par Thomas Joly

Pour vous abonner, cliquez ici

Voir les commentaires

Jérémy Mortreux, jeune Français assassiné à Digne par huit Gitans

20 Juin 2014, 07:19am

Publié par Thomas Joly

La France pleure à nouveau l’un de ses fils : Jérémy Mortreux, 30 ans, a été assassiné lundi soir en pleine rue à Digne-les-Bains. Le jeune homme, ancien engagé dans l’armée au service de la France, a croisé la route d’une bande de criminels gitans étrangers connus pour d’innombrables crimes et délits. Malgré leurs méfaits, ils résidaient – et résident toujours ainsi que leurs familles – sur le territoire national, grâce à la complicité active de la justice, de la police et de l’ensemble des services de la République.

Quatre des huit criminels ont été mis en examen pour leur participation présumée à l’assassinat de Jérémy Mortreux, auxquels ils avaient volé préalablement le portable.

Alors que les autorités et les médiats ont multiplié les déclarations pour la mort de deux agents du Mossad en Belgique, aucun n’a évoqué le meurtre d’un jeune Français par une bande ethnique sur notre sol.

Source

Voir les commentaires

Youssouf Fofana : la peine de mort pour tous ? (par Nicolas Gauthier)

20 Juin 2014, 07:10am

Publié par Thomas Joly

Youssouf Fofana, « enfant perdu de la République », comme certains prétendaient à la fin du siècle dernier. Aujourd’hui, on opterait plutôt pour « homme s’étant mis en marge de l’humanité » ; la vraie, pas celle du moribond quotidien du PC.

Inutile de revenir sur le calvaire de sa victime, Ilan Halimi : les faits parlent d’eux-mêmes. Et nous en révèlent encore plus sur certains Français d’aujourd’hui. Fixette sur le fric vite gagné. Exaltation pseudo-religieuse. Le tout mêlé à un amateurisme consternant. Fofana, donc, a écopé d’une peine de prison à perpétuité. Perpétuité relative, sachant qu’elle se limite à vingt-deux années incompressibles. Ce à quoi il faut ajouter sept années de placard supplémentaires, pour « apologie du terrorisme », années auxquelles viennent de s’ajouter quatre autres années de zonzon pour avoir agressé ses gardiens.

Jamais deux sans trois, Youssouf Fofana vient de récidiver en s’en prenant à un autre surveillant. À chaque fois, crâne, il rétorque : « Mettez-m’en encore dix ans de plus, ça ne me dérange pas… »

Au-delà de la personnalité aussi azimuthée que mortifère du gugusse en question, voilà qui pose une question s’invitant, toute seule comme une grande, dans le débat : peine de mort ou pas ? À l’origine, son abolition qui, faisant partie des promesses présidentielles de feu François Mitterrand, ne mangeait pas de pain, puisque concernant un candidat à la machine du bon docteur Guillotin tous les deux ou quatre ans.

Mais il est toujours plus aisé de faire appliquer des mesures sociétales concernant une minorité de citoyens que d’emplir son véritable devoir d’homme d’État, lequel consiste à faire respecter les droits du plus grand nombre. Bref, pour assurer la survie de son double tontonnat, celui qui n’aura pas grimpé que la roche de Solutré nous a au moins légué les radios libres, Canal+ et l’abolition de la peine de mort. Pour le reste, il aura contribué à la désindustrialisation de la France et son abaissement en tant que puissance internationale souveraine.

Après, bien sûr, on peut être pour la peine de mort ou pas. Dans les deux camps, transcendant clivages de gauche et de droite, les arguments ne manquent pas. Il n’empêche que le pis-aller de remplacement, ne serait-ce que d’un simple point de vue humaniste, ne coule pas forcément de source.

En effet, solution à l’ancienne et à la française : condamné à mort, sept jours pour mettre ses affaires en ordre, rédiger son testament, implorer le pardon de sa vieille maman, attendre la grâce présidentielle, et après : couic ! Solution à l’américaine : erreurs judiciaires et décennies à attendre dans le couloir de la mort, ne sachant jamais si le dernier soir précédera l’ultime matin.

Désormais, c’est encore plus barbare. Parce qu’une réelle perpétuité demeure rigoureusement ingérable, pour le prévenu comme pour ses gardiens. Si l’homme enfermé ne conserve pas une petite fenêtre d’espoir, évasion ou remise de peine, la bête devient encore plus fauve qu’elle ne l’était avant de pénétrer cette enceinte en forme de tombeau.

La preuve, donc, par Youssouf Fofana, que rien ne calmera, sauf chemin de Damas inopiné. D’ailleurs, qu’a-t-il à perdre ? Rien. Autrefois, un chef d’État chinois avait eu des mots assez justes sur la question : « L’avantage de la peine de mort est qu’elle interdit la récidive. » C’était Mao, le Grand Timonier. Mais on avait entendu plus niais.

Source

Voir les commentaires

La réaction de Thomas Joly au lynchage d'un jeune Rom en région parisienne occupée

19 Juin 2014, 16:03pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Le Luxembourg rejoint le club des nations dégénérées

19 Juin 2014, 09:42am

Publié par Thomas Joly

Le petit État supposé catholique du Luxembourg a validé hier la destruction du mariage en légalisant les unions de déviants sexuels, leur permettant également d’adopter des enfants. La loi a été adoptée par 56 voix contre 4.

Dans un processus généralisé de décadence, onze pays d’Europe ont déjà détruit ce socle traditionnel des sociétés qu’est la famille : les Pays-Bas (2001), la Belgique (2003), l’Espagne (2005), la Suède et la Norvège (2009), le Portugal et l’Islande (2010), le Danemark (2012) puis la France et la Grande-Bretagne (2013).

Source

Voir les commentaires

Les élections régionales et départementales se dérouleront en… décembre 2015

19 Juin 2014, 09:35am

Publié par Thomas Joly

Contrairement à toutes les traditions établies, le gouvernement a annoncé que les élections régionales et cantonales se tiendraient le même jour en plein mois de décembre, en 2015. Les élections sont donc repoussées de plus d’un an et permettront au Parti socialiste – c’est en tout cas ce qu’espèrent les experts de la rue de Solférino – de limiter ses pertes lors des élections sénatoriales de septembre prochain.

Les élections régionales seront donc organisées avec le nouveau découpage – 14 régions au lieu de 22 et des départements dépossédés de nombreuses attributions – imposé par le gouvernement et très largement contesté. Les deux textes préparant la réforme territoriale et le changement de calendrier électoral ont été validés hier en conseil des ministres et devront maintenant être votés par les deux chambres.

Source

Voir les commentaires

Ce que l’on sait du lynchage du jeune Rom et ce que l’on préfère ne pas savoir… (par Gabrielle Cluzel)

19 Juin 2014, 08:48am

Publié par Thomas Joly

Un récent article du Monde s’intitule « Ce que l’on sait du lynchage du jeune Rom ». Un titre incomplet. Il aurait fallu poursuivre : «… et ce que l’on préfère ne pas savoir ». Car c’est ce que l’on y lit en filigrane, comme dans bien d’autres journaux ces derniers jours.

Ce que l’on sait, c’est qu’il y a actuellement à l’hôpital un garçon de 16 ans entre la vie et la mort parce qu’il a été tabassé.

Ce que l’on sait, c’est que ce n’était pas tout à fait un garçon « sans histoires », puisqu’il venait de toute évidence de cambrioler un logement dans une cité de Seine-Saint-Denis, et qu’il a donc fait les frais de représailles.

Ce que l’on sait, c’est qu’il était rom, et que pour le gouvernement et toute la gauche réunie, l’occasion était trop belle de montrer du doigt le seul, le vrai, l’unique coupable : la stigmatisation. La stigmatisation qui a montré ses fruits lors des dernières européennes.

Bon, eh bien voilà. La séance est terminée. Rentrez chez vous, braves gens, tout ce que vous deviez savoir, vous le savez ; le reste ne vous regarde pas. Voulez-vous bien cesser de soulever le coin du rideau, pour passer votre tête indiscrète ? Allez, circulez ! Le procureur de Bobigny, Sylvie Moisson, chargée de l’affaire, a évoqué selon Le Monde « des circonstances floues », « refuse de donner des détails », « reste très prudente ».

Pourtant, en choisissant, au plus haut sommet de l’État, de médiatiser ce fait divers, certes terrible, mais presque tragiquement banal dans une France en proie à toutes les violences, on devait bien savoir qu’on s’exposait à en médiatiser aussi tous les développements. Impossible donc de crier pouce, bon-là-ça-me-saoule-on-arrête, et puis d’ailleurs, c’est très flou, mieux vaut ne pas donner de détails, restons donc très prudents…

Ce que l’on préfère ne pas savoir, le procureur nous le livre d’ailleurs un peu naïvement, en croyant pourtant jouer finement : elle parle de « représailles » fondées sur « la rumeur » et d’un acte « pas réductible à un antagonisme entre deux communautés ». « Pas réductible » à ça, soit. Mais nier que ce soit le seul élément, c’est déjà le reconnaître, c’est faire l’aveu qu’il y a bien eu affrontement entre deux communautés. La communauté rom, donc, et puis… la communauté qui fait régner l’ordre, un ordre qu’elle a défini, dans la cité sensible « des Poètes » (sic) de Pierrefitte-sur-Seine. Une communauté au sein de laquelle la rumeur dont parle le procureur se propage très vite. Où est-il donc, ce Papy Mougeot atrabilaire et solitaire, « stigmatisant » sans le savoir comme Monsieur Jourdain fait de la prose, figure de l’électeur « populiste » moyen ? Dans les fantasmes de la gauche, et en tout cas pas dans cette affaire. Car si, d’aventure, il habite encore la cité des Poètes, il s’y fait tout tout petit et y rase les murs.

D’autres, en revanche, ne sont pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, ni faire les poches. Comme on l’a déjà vu à Marseille en septembre 2012. L’effrayant spectre « stigmatisation » pétrifie les Français, annihile leur résistance ? Eux s’en battent les cuisses, puisque c’est leur objet, la marionnette qu’on a créée pour eux, qu’ils la rangent dans sa boîte quand ils veulent, et la ressortent à leur convenance. Des années que les Français se grattent la tête, se rongent les ongles, échafaudent, d’un pied sur l’autre, des solutions qui avortent aussi sec pour tenter de venir à bout du « problème rom » ? Eux ne se font pas tant de nœuds au cerveau. La stratégie est basique, cruelle, inhumaine, mais rondement menée.

Source

Voir les commentaires

Des dessins animés montrant des attouchements sexuels servent de matériel pédagogique dans les écoles

19 Juin 2014, 08:41am

Publié par Thomas Joly

Il n’y a pas que la théorie du genre qui nécessite la vigilance des parents. De façon générale, c’est la façon dont l’éducation nationale s’octroie le droit d’imposer aux enfants des « cours d’éducation sexuelle » qui pose problème car les parents ont très peu conscience de ce qui est montré à leurs enfants.

Ci-dessus, vous trouverez quelques extraits de dessins animés considérés comme du matériel pédagogique et diffusés en classe. Le contenu est très significatif. C’est un véritable encouragement à avoir des activités sexuelles dès le plus jeune âge. Tout cela démarre souvent de façon apparemment innocente, comme un dessin animé avec des extra-terrestres. Puis rapidement ceux-ci se font des attouchements sexuels et tout cela est montré en gros plan. Tout est à l’avenant. Il est grand temps que les parents s’en préoccupent.

Source

Voir les commentaires

Samuel Dufour enfin libéré !

18 Juin 2014, 09:17am

Publié par Thomas Joly

Samuel Dufour, qui croupissait en prison depuis plus d'un an pour simplement s'être légitimement défendu lors d'une agression commise par des racailles d'extrême-gauche (lors de laquelle Clément Méric a trouvé la mort), a enfin retrouvé la liberté.

Espérons que le principal accusé par la justice politique de la République socialiste, Esteban Morillo, soit enfin lui aussi libéré rapidement.

Voir les commentaires

Scandale Sárközy-Bygmalion : le « rouage » Jérôme Lavrilleux en garde à vue

18 Juin 2014, 08:41am

Publié par Thomas Joly

Selon Bastien Millot, le fondateur de Bygmalion qui a depuis quitté la direction du groupe, le directeur de cabinet de Jean-François Copé n’était pas en mesure de réaliser et de couvrir les détournements réalisés au profit de l’UMP. Jérôme Lavrilleux avait, lors d’un entretien télévisé, reconnu la véracité des accusations portées contre l’UMP dans l’affaire des comptes de campagne de Nicolas Sárközy en 2012. Il avait endossé l’entière responsabilité des faits. Il n’était cependant pas responsable selon Bastien Millot.

« Jérôme Lavrilleux n’a pas monté tout cela tout seul, ni n’avait les capacités pour le faire, il n’a été qu’un rouage dans une organisation plus large » a-t-il précisé, confirmant les précédentes déclarations de l’actuel patron de Bygmalion, Guy Alves et de Franck Attal qui dirige la filiale du groupe, Event & Cie, largement impliquée dans les détournements.

Jérôme Lavrilleux a été mis en garde à vue hier. Si son avocat a évoqué 10 à 11 millions d’euros détournés, Mediapart, il s’agirait de 17 millions d’euros. Dans un entretien la veille, Jérôme Lavrilleux avait déclaré qu’il assumerait ses responsabilités, demandant – et donc confirmant leur culpabilité – au directeur général de l’UMP Éric Cesari de faire de même ainsi que pour le directeur de campagne Guillaume Lambert, la directrice financière de l’UMP Fabienne Liadzé, mais aussi Franck Attal.

Jean-François Copé a démissionné de la tête de l’UMP dans cette affaire, mais il a conservé son poste de député notamment. Le « rouage » Jérôme Lavrilleux est, lui, toujours député européen.

Source

Voir les commentaires

Le CSA reproche à un chroniqueur de RTL d’évoquer les bandes ethniques qui pillent la France

18 Juin 2014, 08:22am

Publié par Thomas Joly

L’apologie des drogues, des perversions sexuelles de toute sorte, la glorification de l’argent-roi, la vulgarité omniprésente comme la violence et la bassesse n’émeuvent jamais le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). La simple évocation par un chroniqueur de RTL, Éric Zemmour, des «bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d’Africains qui dévalisent, violentent ou dépouillent » a suffi a conduire le CSA à une intervention officielle.

Sommé par l’association communautariste africaine du CRAN d’agir, le CSA a « mis fermement en garde » la station, prétendant que ces propos étaient « de nature à encourager des comportements discriminatoires vis-à-vis des populations expressément désignées, et de pouvoir inciter à la haine ou à la violence à l’encontre de celles-ci » – auquel cas la justice aurait condamné ses auteurs, ce qui n’a pas été le cas.

Le chroniqueur avait rappelé (vidéo ici) que « seules les sociétés homogènes comme le Japon, ayant refusé de longue date l’immigration de masse, et protégées par des barrières naturelles […] échappent à cette violence de la rue ».

Source

Voir les commentaires

La franc-maçonnerie et l'anti-France , une conférence de Johan Livernette

18 Juin 2014, 07:58am

Publié par Thomas Joly

Conférence donnéepar Johan Livernette le samedi 14 juin à Lyon sur l’invitation des Hommes libres et traitant des principaux lobbys oeuvrant à la destruction de la France.

Voir les commentaires

L’appel du 18 juin ou l’histoire d’une imposture

18 Juin 2014, 07:35am

Publié par Thomas Joly

Le texte ci-dessous, de 2010, n’a rien perdu de sa valeur.

« Le 18 Juin 2010 va être célébré le 70ème anniversaire du célèbre appel de Londres de Charles de Gaulle. Or la version officielle, qui va être lue à la BBC, est un faux, comme le démontre le général d’aviation Le Groignec, compagnon de Saint-Exupéry, dans son livre paru en 2004 Philippiques contre les Mémoires gaulliens (Nouvelles Editions latines).

Le texte prétendu être celui de l’appel du 18 Juin commence par cette phrase : « Des gouvernants de rencontre ont pu capituler, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude. Cependant rien n’est perdu …. »

Or, historiquement, Charles De Gaulle n’a pu prononcer cette phrase insultante pour le Maréchal Pétain et le général Weygand pour les deux raisons suivantes :

1° A cette date du 18 juin 1940, ces « gouvernants de rencontre » n’avaient pu capituler, car non seulement l’armistice n’était pas signé, mais les plénipotentiaires français n’avaient pu encore rejoindre les lignes allemandes étant donné les difficultés des communications. Cet armistice ne sera signé que le 22 juin avec l’Allemagne, et le 24 juin avec l’Italie. Par ailleurs on ne peut confondre armistice et capitulation. L’armistice est un acte politique, une suspension d’armes où le vaincu peut négocier certaines conditions, c’est le contraire d’une capitulation où le vaincu doit se soumettre sans condition au vainqueur, ce à quoi De Gaulle a consenti le 19 mars 1962 en capitulant devant le FLN, ennemi vaincu sur le terrain, pour se débarrasser du « boulet algérien ». En demandant un armistice, la France demande et obtient, le 22 juin 1940, que ni la marine, ni l’Afrique française, ne soit livrées à l’ennemi, qu’un tiers du pays reste en zone libre, et que Lyon et Clermont Ferrant soient évacués par l’armée allemande. En cas de capitulation il y aurait eu deux millions de prisonniers de plus, et tout le territoire aurait été occupé : les Allemands, en effet, avaient atteint Valence et se trouvaient à une étape de Marseille lorsque l’armistice a été signé.

2° Devant l’échec total de cet « appel du 18 Juin » auquel n’avait répondu aucun chef militaire de l’armée, de la marine ou de l’aviation, notamment aucun officier de la division que Charles De Gaulle commandait devant Arras en mai 1940 (suprême affront !) aucun homme politique, aucun diplomate français accrédité à Londres ou dans une autre capitale étrangère , aucun gouverneur ou responsable des colonies de l’Afrique française, aucun ministre résidant dans les pays sous protectorat ou sous mandat, Charles De Gaulle va s’affoler, car il se trouve désormais à Londres complètement isolé, en rupture de ban, sans mission officielle. En effet, la guerre continue et le gouvernement français le somme de rentrer en France, sous peine d’être jugé comme déserteur. Alors de Gaulle écrit au général Weygand la lettre suivante à la date du 20 juin 1940 :

« Londres le 20 Juin 1940 Mon Général, J’ai reçu votre ordre de rentrer en France. Je me suis donc tout de suite enquis du moyen de le faire car je n’ai, bien entendu, aucune autre résolution que de servir en combattant... » MEMOIRES DE GUERRE Charles de Gaulle- Edition PLON 1954 tome I – page 269)

Depuis 1958, cette lettre est dans les livres scolaires, car incompatible avec la légende, avec l’Histoire de France revue et corrigée par la falsification gaulliste, en vigueur encore aujourd’hui.

La suite reste entourée de mystère. Car de Gaulle ne dispose à cette date d’aucun moyen de transport pour rejoindre Bordeaux où siège le gouvernement français. Il est probable que Churchill, qui venait de rompre avec la France, refusa de lui donner un avion pour que de Gaulle rentre en France. La dissidence de la « France Libre » est donc née sous la contrainte de l’Angleterre, vérité que s’efforce de masquer l’imposture de la version officielle actuelle. Si de Gaulle avait pu rejoindre Bordeaux, comme il en avait manifesté l’intention le 20 Juin 1940, il n’y aurait probablement jamais eu ni de saga, ni de fabulation gaulliste. En effet, quand un officier français écrit une telle lettre pleine de déférence et d’esprit de discipline à son supérieur hiérarchique le 20 juin 1940, il ne peut être le même que celui qui aurait déclaré le 18 juin, deux jours avant, au micro de Londres, parlant du même supérieur, que ce dernier appartenait à « un gouvernement de rencontre qui a capitulé, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude ».

C’est pourtant ce faux, fabriqué après coup, qui est répandu dans tous les livres scolaires depuis 1958, qui est inscrit dans le marbre au 4 Carlton Garden à Londres, et que nous allons entendre dire et répéter des milliers de fois lors de la célébration officielle du mythe de l’Appel du 18 Juin 1940, pour continuer à entretenir le mensonge de la légende gaullienne de l’homme providentiel. »

Jean-Marie AVELIN, Alain ALGUDO et Geneviève de TERNANT
Président, Vice-présidents et l’équipe de Veritas

Source

Voir les commentaires