Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Sous le masque de la lutte contre « l’austérité », la Marche de l’extrême-gauche vise les patriotes

9 Avril 2014, 09:35am

Publié par Thomas Joly

« Nous n’en pouvons plus de voir la droite et l’extrême droite battre le pavé avec leurs cortèges de haine de l’autre, d’intolérance, de racisme, de sexisme, d’homophobie et d’intégrisme. […] »

C’est par ces mots que commence l’appel à manifester de l’extrême-gauche pour ce samedi 12 avril. Le texte a été signé par 200 personnes, essentiellement des « universitaires » marxistes, libéraux ou gauchistes – essentiellement sociologues et politistes. Parmi les signataires signalons l’humoriste des médiats du système Christophe Alévêque, l’évêque rouge Jacques Gaillot, des syndicalistes CGT, FSU, SUD, SNES, UNEF et un unique membre de FO et surtout de nombreux « associatifs », notamment défenseurs de l’invasion subventionnée par le patronat, sans oublier Sylvain Goldstein du MRAP.

Pour les partis politiques, les staliniens du PCF, du PG et du FG côtoieront les trotzkystes du NPA et les anarchistes d’Alternative libertaire et divers groupuscules. Si le texte s’ouvre par des attaques contre les nationalistes, il se ferme également par un rappel de l’ennemi principal de ces bourgeois, députés européens, journalistes, professeurs d’université, permanents politiques et permanents associatifs, tous intégrés au système : ni la finance apatride, ni l’Europe de Bruxelles, mais « l’extrême-droite ».

« Personnalités morales, acteurs et actrices du monde de la culture et des arts, du monde du sport, responsables syndicaux, associatifs, politiques, nous sommes divers par nos engagements. Mais ensemble, nous voulons construire une dynamique pour une alternative sociale, démocratique, écologique et féministe, fondée sur la solidarité. Nous appelons le samedi 12 avril à Paris à une marche nationale d’espoir à gauche, contre l’extrême droite, pour l’abandon du pacte de responsabilité, pour une juste distribution des richesses. Cette marche ne restera pas sans lendemain. »

Source

Voir les commentaires

Des extrémistes de gauche ont interrompu le journal de 20h de France 2 mardi soir

9 Avril 2014, 09:28am

Publié par Thomas Joly

Une vingtaine de parasites sociaux connus sous le nom d’« intermittents du spectacle » ont pris possession hier du journal de 20h de France 2 et conduit le présentateur David Pujadas à arrêter l’émission. Ils réclament le maintien d’un statut social extrêmement avantageux, leur permettant de vivre de leur « art » et surtout de ne rien faire durant une grande partie de l’année ou de militer contre la France, avec l’argent des travailleurs Français. Une seule banderole a été déployée, portant en évidence un symbole de lutte marxiste.

Source

 

Voir les commentaires

Des publicités géantes recouvrent des façades parisiennes pour l’élection du président… algérien

9 Avril 2014, 08:19am

Publié par Thomas Joly

Signe époustouflant de l’invasion en cours, des publicités géantes en arabe recouvrent les façades d’immeubles parisiens dans le quartier de Barbés, à Paris...

Source

Voir les commentaires

In Memoriam : 9 avril 2012, mort de François Brigneau

9 Avril 2014, 08:11am

Publié par Thomas Joly

François Brigneau (de son vrai nom Emmanuel Allot) est né le 30 avril 1919 à Concarneau.  

Emmanuel Allot est un grand admirateur de Robert Brasillach, qu’il rencontre durant l’Occupation et côtoie plus tard à la prison de Fresnes. Le lendemain du débarquement allié en Normandie, il s’engage dans la Milice. Arrêté à la libération, il est acquitté a l’issue de son procès. Il sort de prison au bout d’un an et se marie à la nièce de Georges Suarez.

Il entame ensuite une carrière dans la presse, en prenant tout d’abord le pseudonyme de Julien Guernec. Il est l’ami du romancier et journaliste Antoine Blondin et tente lui-même une carrière littéraire, étant alors rattaché au courant des Hussards. Il se spécialise un temps dans les chroniques humoristiques rédigées en argot parisien. Il prend le pseudonyme de François Brigneau pour entamer une carrière dans la presse à grand tirage. Lire la suite

Voir les commentaires

Le Libre Journal du Parti de la France du 7 avril 2014 - Invité : Carl Lang

8 Avril 2014, 11:02am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Manuel Valls : « Je souhaite que de l'argent public aille à la construction de mosquées »

8 Avril 2014, 09:28am

Publié par Thomas Joly

Lors de la sortie de son livre « les Habits neufs de la gauche » (Robert Laffont, 2009) Manuel Valls donnait une interview au Nouvel Observateur, supprimée de ses archives car trop compromettante. Nous l'avons retrouvé et publions un court extrait :

Nouvel  Observateur : Comme outil d’égalité, vous proposez un pacte d’intégration…
M. Valls : L’intégration est un terme désuet (…) Le modèle républicain n’a pas réussi à donner une représentativité aux communautés qui font notre diversité. En revanche, il a résisté aux tenants du voile, qui refusaient l’égalité devant la loi et leprincipe de laïcité. Je souhaite une évolution de la loi de séparation de 1905 pour qu’un peu d’argent public aille à la construction de mosquées.

Source

Voir les commentaires

Le cochon, symbole du clivage politique français ? (par Gabrielle Cluzel)

8 Avril 2014, 09:09am

Publié par Thomas Joly

Dans le cochon, tout est bon… pour créer la polémique. Dès le soir des municipales, Najat Vallaud-Belkacem prévenait que, dans les cantines des villes FN, les enfants seraient obligés de manger du jambon. Une semaine plus tard, Marine Le Pen indiquait qu’aucune « exigence religieuse ne serait acceptée dans les villes FN », affirmant que les menus « avec porc » seraient rétablis. Comme si cet animal symbolisait à lui seul le clivage de la classe politique française.

Pour les mairies du FN, il s’agit de donner un signal fort très vite, en tout cas avant les européennes. La question de la cantine, pour laquelle le maire est décisionnaire, pourrait être ce signal-là… d’autant plus « facile », pourrait-on croire, que le Défenseur des droits, Dominique Baudis, a fait savoir dans un rapport l’an dernier qu’aucun maire ne saurait être tenu de « proposer des menus en fonction de la conviction religieuse ».

Et pourtant. Pourtant, même le FN peine à tenir la ligne et, face à la levée de boucliers, a dû, par la voix de Marine Le Pen et de Florian Philippot, temporiser, expliquer qu’il s’agissait simplement « d’interdire l’interdiction du porc », le choix restant toujours possible, puisqu’il y aurait toujours deux menus. Oubliant sans doute que le coût de cette alternative finit par pousser plus d’une mairie, pour faire des économies d’échelle, à mettre en douce sur pied un menu unique acceptable pour tous… donc sans porc. Au grand dam de l’interprofession porcine qui s’en inquiète ouvertement, et a adressé il y a un an une lettre à tous les maires des communes de plus de 3.000 habitants.

La vérité, pourtant, force à dire qu’aucun enfant de confession musulmane, puisque c’est de cela qu’il s’agit, n’est jamais « obligé » de consommer du porc, pas plus qu’un enfant catholique n’est forcé de prendre de la viande le vendredi : il suffit de laisser au bord de l’assiette – pas idéal, mais tant d’enfants le font avec les épinards qui ne sont pourtant proscrits par aucune religion… -, de donner à son voisin ou, mieux, de dire à l’employé qui sert les plats : « Non merci, aujourd’hui, je ne prendrai que des légumes… », et les plats étant variés et ne comprenant pas du porc tous les jours, aucun écolier ne mourrait bien sûr de ce déjeuner végétarien occasionnel… Mais où donc Najat Vallaud-Belkacem a-t-elle vu que, dans les cantines françaises, les enfants étaient « obligés » de manger quoi que ce soit, gavés de force à l’entonnoir, telles des oies du Sud-Ouest : « Tu vas l’avaler, ce jambon ? »

Plus encore qu’il ne symbolise le clivage de la classe politique, le cochon symbolise l’insondable question qui habite nombre de Français : pourquoi le « vivre ensemble » à l’échelle d’une nation serait-il si différent du « vivre ensemble » à l’échelle d’une maison ? La maison France est accueillante, et ouvre grand sa porte ? Mais il faut alors que les invités, surtout s’ils souhaitent s’installer durablement, jouent le jeu. S’ils trouvent que la table n’est pas bonne, si certaines spécialités locales ne leur conviennent pas, qu’ils n’en disent rien. Qu’en gens bien élevés ils prennent garde, discrètement, à ne pas prendre de ce plat qui les débecte, sans le faire remarquer à la maîtresse de maison. Sans exiger d’elle à grand bruit que, la prochaine fois, elle se débrouille pour faire une tambouille plus consensuelle ou pour proposer un plan B. Comment, sinon, celle-ci ne s’en trouverait pas blessée, vexée, pleine de rancœur ? Comment les Français, pour lesquels le cochon fait partie intégrante de l’alimentation traditionnelle, dont la cantine scolaire est un débouché non négligeable pour la filière porcine, ne se trouveraient pas blessés, vexés, pleins de rancœur ? Et comment imaginer « vivre ensemble » dans la rancœur ?

Source

Voir les commentaires

Vers la création de milices populaires ? Des habitants de Châlons-en-Champagne s’unissent contre la racaille

8 Avril 2014, 08:57am

Publié par Thomas Joly

Après une série de vols dans la tour de la rue de Saint-Malo, les riverains font planer l’ombre d’une brigade de surveillance d’un drôle de genre. […] La lettre évoque très clairement la possible création d’une milice. Le courrier est clair. Sans détour. Après trois cambriolages commis en plein jour dans l’immeuble le plus imposant du Mont Saint-Michel, la gronde des riverains fait vibrer les murs. Dans une lettre adressée à l’union, ils menacent de créer « une milice intérieure pour la surveillance des lieux. »

« Le 17 mars, il y a eu des cambriolages au 12e étage. Le 20 mars, on en a comptabilisé un autre à mon niveau. À chaque fois, cela s’est déroulé en pleine journée. J’ai même vu une bande de jeunes descendre. Vous imaginez si les malfaiteurs tombent sur des enfants ou des jeunes femmes ? Quelles auraient été leurs réactions ? Les gens ont très peur. Ce sentiment prend de l’ampleur dans le quartier. Ce n’est pas normal que l’on soit effrayé à l’idée de quitter son domicile. Beaucoup de personnes dans la tour sont prêtes à nous rejoindre » précise un habitant.

« Quoi qu’il en soit, la menace d’une milice est révélatrice de l’état d’esprit général » conclut L’Union.

Source

Voir les commentaires

Large victoire du Fidesz en Hongrie et forte progression du Jobbik

8 Avril 2014, 08:41am

Publié par Thomas Joly

Le Jobbik a réalisé dimanche soir un excellent résultat en Hongrie lors des élections législatives, poursuivant sa progression et son implantation. Le mouvement nationaliste totalise 20,54 % des suffrages, soit 4 points de plus qu’en 2010 lors du précédent renouvellement du parlement (16,67 % en 2010). Le point faible du mouvement demeure la capitale Budapest, où il obtient des moyennes inférieures au reste du pays, contrairement à l’Est où il obtient entre 25 % et 35 %. Le président du Jobbik, Gabor Vona, manque d’emporter un siège au scrutin majoritaire à Gyöngyös, avec 35,86 % contre 37,13 % au candidat du Fidesz ; c’est le meilleur résultat du mouvement.

Ces scores montrent que l’implantation et la conquête des esprits ne sont nullement conditionnées par l’abandon de ses valeurs fondamentales, l’épuration de son parti et le remplacement de ses cadres par des énarques ou des avocats franc-maçons, et l’aplatissement général devant les anti-valeurs du Système comme l’a fait le Front national en France, mais qu’elles sont parfaitement compatibles avec un ligne politique radicale, véritablement anti-système. Lire la suite

Voir les commentaires

Le Rwanda humilie la France et insulte à nouveau nos soldats

7 Avril 2014, 10:33am

Publié par Thomas Joly

Le gouvernement rwandais a renouvelé ses attaques contre la France, affirmant que notre pays était directement impliqué et dans la préparation du « génocide », par un « rôle direct » et dans « son exécution même ». Robert Kagame, le président actuel du pays, a identifié les militaires français comme des acteurs directs de massacres.

« Les puissances occidentales aimeraient que le Rwanda soit un pays ordinaire, comme si rien ne s’était passé, ce qui présenterait l’avantage de faire oublier leurs propres responsabilités, mais c’est impossible. Prenez le cas de la France. Vingt ans après, le seul reproche admissible à ses yeux est celui de ne pas en avoir fait assez pour sauver des vies pendant le génocide. C’est un fait, mais cela masque l’essentiel : le rôle direct de la Belgique et de la France dans la préparation politique du génocide et la participation de cette dernière à son exécution même. […] Interrogez les rescapés du massacre de Bisesero en juin 1994 et ils vous diront ce que les soldats français de l’opération Turquoise y ont fait. Complices certes, à Bisesero comme dans toute la zone dite “humanitaire sûre”, mais aussi acteurs. »

Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, relayant les attaques de son président, a exhorté la France (?) à « regarder la vérité en face ». Ces accusations, qui suivent celles au sujet d’un autre prétendu génocide, vise à la même finalité : parvenir à obtenir des excuses officielles prélude à un vaste racket des Français.

Pour toute réaction, le gouvernement a fait savoir samedi qu’il ne participerait pas aux commémorations dudit génocide qui doivent se dérouler ce lundi. Le gouvernement avait dit regretter « de ne pouvoir prendre part aux commémorations ». Le voyage de la Guyanaise Christiane Taubira, ministre de la Justice en France, a été annulé. Le gouvernement affirmait sa « surprise » face aux « récentes accusations portées à son encontre par le président du Rwanda […] en contradiction avec le processus de dialogue et de réconciliation engagé depuis plusieurs années entre nos deux pays […] Dans ces conditions, Mme Taubira, garde des sceaux, ne se rendra pas ce lundi à Kigali » a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Suite aux messages indignés des autorités rwandaises, le gouvernement socialiste a fait savoir qu’il serait représenté, en la personne de l’ambassadeur de France au Rwanda Michel Flesch. Ce dernier sera donc la caution officielle des attaques contre les militaires français.

L’attitude indigne des autorités sonne comme un nouveau camouflet infligé à la diplomatie « française » après les échecs en Ukraine, en Syrie, au Mali et en Centrafrique notamment, et encore les graves crises diplomatiques avec le Maroc ou le Qatar.

Source

Voir les commentaires

Retour sur la 2e édition du Jour de Colère

7 Avril 2014, 09:29am

Publié par Thomas Joly

Un deuxième Jour de Colère était organisé en France ce week-end. Après le succès parisien de la première édition, les organisateurs avaient fait le pari de plusieurs défilés en province. Après quelques modifications, huit défilés ont eu lieu à Lille, Caen, Nantes, Dijon, Lyon, Bordeaux, Toulouse et Montpellier samedi et dimanche.

Le bilan est très mitigé ; la seule mobilisation vraiment remarquable a été celle de Lyon. Si les nationalistes (plusieurs groupes tels que Lyon nationaliste, Var nationaliste, Toulouse nationaliste, Alsace nationaliste, etc. se sont joints aux  différents défilés) ont joué le jeu de la colère partagée, comme certains mouvement politiques (Parti de la France) et catholiques, cela n’a pas été le cas de nombreuses organisations. Ces dernières affirment ainsi qu’ils sont bien de faux opposants au pouvoir et démontrent leur absence de caractère révolutionnaire. Lire la suite

Voir les commentaires

Le parti d’extrême-gauche EELV veut une loi pour les « transgenres »

7 Avril 2014, 09:19am

Publié par Thomas Joly

Le gouvernement ne compte plus dans ces rangs de ministre EELV, mais le groupe d’extrême-gauche poursuit son travail de sape contre la société française, sous couvert et au détriment de l’écologie. Le député EELV Sergio Coronado a annoncé le dépôt d’une « proposition pour faciliter le changement d’état civil pour les personnes transgenres ».

« Je dépose une proposition de loi permettant que ce débat ait lieu et que les personnes transgenres aient les mêmes droits [sic] que les autres, un accès plus facile [!] au logement, au travail… Ça me semble nécessaire. »

Une évidente priorité face à la maltraitance animale, la pollution des sols ou l’invasion du pays.

Source

Voir les commentaires

Contraceptifs : vers un désastre écologique

7 Avril 2014, 09:10am

Publié par Thomas Joly

En 2009 paraît pour la première fois un rapport sur l’influence des hormones féminines déversées dans l’écosystème par l’intermédiaire des contraceptifs oraux, des traitements substitutifs de la grossesse et des implants chez les animaux (veaux et poulets aux hormones, mais aussi certains anticancéreux et les phytohormones). En gros ce sont toutes les substances hormonales féminines. Une étude était diligentée par la Brunel University, les universités d’Exeter et Reading et le Centre d’écologie et d’hydrologie au Royaume Uni. Elle était soutenue par le Conseil de recherche sur l’environnement et publié dans le journal Environment Health Perspective. Elle est arrivée à la conclusion que ces hormones entraînaient la modification du sexe des poissons au détriment des mâles ce qui affectait les capacités de reproduction de certaines espèces (dysgénésie testiculaire). 1.000 poissons ont été étudiés dans 30 rivières de l’Angleterre. Cette recherche s’étala sur trois années. Dans certains cas 95 % des poissons étaient identifiés comme féminins ; à quoi s’ajoutaient des cas d’intersexualité. L’idée était de connaître les conséquences d’une telle situation sur l’espèce humaine notamment en matière de reproduction. Ce rapport évoquait la disparition programmée de nombreuses espèces du monde animal.

En Espagne, vient de paraître une autre étude afférente à ce sujet. Il est apparu que des poissons mâles se mettaient à pondre des œufs dans les estuaires des rivières. Bien sûr ceux-ci étaient immatures ; ce qui interdisait leur développement. Mais a été mise en avant la nécessité d’étudier les conséquences de cette situation sur l’environnement.

Les écologistes font semblant d’ignorer une situation ne faisant que s’aggraver et qui amènera à un désastre sur des espèces fragiles. Ainsi pourrait s’expliquer la disparition progressive de l’instinct de reproduction chez les tigres. Mais c’est toujours l’idéologie contraceptive qui règne au sein de ces organisations écologistes politiquement récupérées.

Source

Voir les commentaires

Marine Le Pen, chantre de la laïcité : et les racines chrétiennes de la France ?

7 Avril 2014, 08:52am

Publié par Thomas Joly

Marine Le Pen, présidente du Front National recevait la semaine dernière à Nanterre les élus des onze communes gérées par son parti depuis les dernières élections municipales.

Au menu, il a été question des repas servis dans les cantines scolaires de ces municipalités. A ce sujet la présidente du FN a été très claire: « Nous n’accepterons aucune exigence religieuse dans les menus des écoles.« 

Si les médias du système n’y ont vus qu’une énième provocation à l’égard des musulmans, personne ne s’est en revanche inquiété de l’impact d’une telle mesure sur les catholiques. Car si certains musulmans ne mangent pas de porc, certains catholiques ne mangent pas de viande le vendredi…

De plus, communiquer autour de détails organisationnels dans des cantines scolaires, est-ce prioritaire quand pendant ce temps le gouvernement socialiste fait tout pour pervertir les enfants avec l’enseignement de la théorie du genre via les « abcd de l’égalité » dans les écoles ?

Au lieu de cantine, n’eut il pas été préférable de communiquer sur une légitime préoccupation quant aux associations qui sont /seront autorisées à intervenir dans les écoles dépendant de ces municipalités ?

Chacun ses priorités, le Front National a les siennes, Marine Le Pen préférant faire remarquer qu’« il n’y a aucune raison pour que le religieux entre dans la sphère publique, c’est la loi. » Lire la suite

Voir les commentaires

Dijon : Le Parti de la France était dans la rue pour un nouveau Jour de Colère

6 Avril 2014, 08:57am

Publié par Thomas Joly

Dijon : Le Parti de la France était dans la rue pour un nouveau Jour de Colère
Dijon : Le Parti de la France était dans la rue pour un nouveau Jour de Colère
Dijon : Le Parti de la France était dans la rue pour un nouveau Jour de Colère
Dijon : Le Parti de la France était dans la rue pour un nouveau Jour de Colère
Dijon : Le Parti de la France était dans la rue pour un nouveau Jour de Colère
Dijon : Le Parti de la France était dans la rue pour un nouveau Jour de Colère
Dijon : Le Parti de la France était dans la rue pour un nouveau Jour de Colère
Dijon : Le Parti de la France était dans la rue pour un nouveau Jour de Colère

Samedi 5 avril, les militants du PdF Bourgogne étaient présents à la manifestation Jour de Colère et ont donné de la voix tout au long du parcours. Rémy Boursot, Conseiller régional et Délégué régional a pris la parole et a présenté les points essentiels du projet de reconquête nationale du Parti de la France.

Voir les commentaires