Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Il était une fois… un joli conte de fées migratoire (par Joris Karl)

28 Octobre 2014, 11:49am

Publié par Thomas Joly

Que ferait Charles Perrault en l’an de grâce et de coups de com’ 2014 ? Il s’appellerait peut-être Malik Perrault, et n’écrirait sans doute plus de contes, ou alors, rappeur médiatique, s’adonnerait-il au culte du « vivre ensemble » au pied des tours ?

Il pourrait alors s’inspirer de cette bluette migratoire que le Journal de Saône-et-Loire (édition du 27 octobre) relate avec tendresse à ses lecteurs médusés.

« Samedi, les gendarmes de Louhans ont eu la surprise de voir arriver à la brigade un joueur appartenant au club phare de la ville accompagné d’un adolescent. Ce dernier, d’origine africaine, âgé de 15 ans, explique alors aux militaires qu’il est arrivé la veille sur la ville », raconte la journaliste.

Le jeune Africain dit avoir pris l’avion avec des adultes et pris le train avant d’être abandonné devant le stade de foot de la ville. Aventure littéralement sidérante où toute notre époque absurde est résumée. Comment ce mineur étranger a-t-il pu être littéralement livré comme ça, sans le moindre contrôle ? Est-ce une nouvelle méthode, plus brutale que les autres, des passeurs de l’immigration ?

L’image est caricaturale à souhait, à la fois comique et effrayante : l’ado black livré en patûre à d’éventuels recruteurs. L’eldorado européen, le foot comme moyen d’entrer dans la « forteresse » Europe. Sauf que là, la filière a choisi un club qui fut professionnel… il y a très longtemps ! Louhans-Cuiseaux était en effet pensionnaire de la deuxième division dans les années 80. Il a, depuis, chuté dans les profondeurs du football amateur. Quoi qu’il en soit, le jeune homme « voulait » jouer au foot. Aveu stupéfiant enfoncé à vif tel un clou rouillé dans un monde hurlant. Les gendarmes n’ont pas dû en revenir.

Le cas de Louhans risque de se multiplier. Le grand basculement s’accélère, et dans nos rues déambulent des jeunes hommes venus d’ailleurs, quasi téléportés par la mondialisation. Le pays n’arrive plus à suivre, la réalité devient dadaïste, on érige un plug anal et on abandonne Calais à son sort. Au petit matin, les autochtones découvrent l’histoire de cet apprenti footballeur la langue pétrifiée. Il n’y a plus de mots. L’État agonise, dont les dernières troupes jouent à faire semblant de vivre. Déjà, des associations d’aide aux sans-papiers vont se mobiliser pour accueillir l’amateur de ballon rond. Le conte de fées finira bien. Enfin, pas pour tout le monde, sans doute.

Source

Voir les commentaires

Maxence Buttey, conseil municipal FN inverti à l’islam

27 Octobre 2014, 11:14am

Publié par Thomas Joly

La direction du Front national a annoncé la suspension provisoire de ses rangs de Maxence Buttey, un individu qui s’est inverti à l’islam en juillet dernier. Ce n’est pas l’inversion qui a choqué le parti d’extrême droite, qui n’a reproché à Maxence Buttey que d’avoir fait du prosélytisme au sein du Front national, diffusant des vidéos islamistes auprès des cadres du parti.

Maxence Buttey a été élu en mars dernier conseiller municipal de Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis occupée.

Source

Voir les commentaires

Échec de sa tournée : Yannick Noah n’a plus la banane

27 Octobre 2014, 11:06am

Publié par Thomas Joly

Il fut lent, mais le réveil des Français est là, et touche désormais même les idoles hier les plus consensuelles. Si l’échec artistique et commercial de la pièce de Bernard-Henri Lévy était attendu, celui de l’album et de la tournée Franco-Camerounais Yannick Noah l’était beaucoup moins. Promu depuis des années par les médias, Yannick Noah, malgré les affaires liées aux impôts, à la drogue – et la médiocrité de ses productions – obtenait jusqu’ici un certain succès lui permettant de vivre sa vie de millionnaire. Il est même arrivé à plusieurs reprises, dans les sondages truqués des « personnalités préférées des Français », en tête.

Mais de tout cela, c’est bien fini… Adieu rhino, zébu, gnou : la tournée de Yannick Noah est un désastre, à tel point que pour certaines dates, les places sont bradées, comme à Bordeaux et à Nice.

« J’ai dû prendre des positions qui n’ont pas forcément été entendues, comprises » tente-t-il de se justifier.

Mais s’il a perdu la banane… « Je garde la patate, j’essaye de garder le soleil à l’intérieur ! » Les drames des troubles de l’identité…

Cela explique-t-il son étonnant soutien apporté vendredi à la télévision son compatriote Dieudonné ? « Il est censuré. Il y a des gens qui ont estimé qu’il n’était plus drôle, donc il est censuré. Et moi je trouve qu’il est très fort. […] Je ne suis pas d’accord sur certaines positions, c’est évident, dès que ça devient ou antisémite ou raciste… Mais ça va te faire marrer : les gens me disent “Vous avez vu Dieudonné, ça vous a fait rire?”. Je dis non. Je déteste quand ils se fout des nègres. Il fait vingt minutes sur les Camerounais, c’est horrible ! »

Source

Voir les commentaires

Les patriotes quimpérois contre l'édification d'une mosquée dans leur ville

27 Octobre 2014, 10:48am

Publié par Thomas Joly

L'association Quimper Résistance organisait samedi 25 octobre une manifestation pour s'opposer à l'édification d'une mosquée à Quimper (comprenant un gigantesque minaret). Le Parti de la France participait bien sûr à cette initiative de résistance nationale face à l'islamisation de notre pays. Marie-Anne Haas, Déléguée départementale du PdF pour le Finistère, était bien sûr en tête du cortège. A noter que, sur ordre direct du sémillant secrétaire général du néo-FN, les militants du Front National étaient formellement interdits de participer à ce défilé !

Voir les commentaires

Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France

26 Octobre 2014, 15:47pm

Publié par Thomas Joly

Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France
Compte-rendu du banquet d'automne du Parti de la France

Samedi 25 octobre, une centaine de militants se sont retrouvés dans une brasserie parisienne pour le banquet d'automne du Parti de la France en présence de nombreux cadres du mouvement. On notera également la présence remarquée de Dominique Morel, Conseiller municipal d'Issoire, de Dominique Chalard, Conseillère municipale de Lempdes, ainsi que de Pierre Sidos, fondateur de l'Œuvre Française et figure historique du nationalisme français.

Myriam Baeckeroot, trésorière du PdF, s'est chargée de l'accueil et de la présentation des différents orateurs. C'est tout d'abord Thomas Joly, secrétaire général, qui est intervenu sur les activités militantes et l'implantation locale du Parti de la France. Puis Gilles Arnaud, réalisateur des différentes vidéos et journaux du PdF, a indiqué à l'assistance la mise en place d'un pôle communication dont il aura la charge. Ce fut ensuite au tour de Roger Holeindre, Président du CNC, membre du Bureau politique du PdF, de prononcer un discours vibrant dont il a le secret. Enfin, Carl Lang, Président du PdF, s'est livré à une analyse sans concession de l'actualité politique nationale et internationale en fixant les grands axes du mouvement. Toutes les interventions seront très prochainement diffusées.

A l'issue du banquet, nouvelles affiches, autocollants et tracts ont été massivement distribués aux militants qui en faisaient la demande.

Voir les commentaires

Banquet d'automne du Parti de la France : c'est samedi !

23 Octobre 2014, 18:33pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Intervention de Thomas Joly à la Journée de Synthèse Nationale le 12/10/14

23 Octobre 2014, 18:31pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Vers une concentration de toutes les forces de police de France à Calais ?

23 Octobre 2014, 18:18pm

Publié par Thomas Joly

Après n’avoir rien fait pendant des mois – à la suite de ses prédécesseurs qui n’ont soit rien fait, soit pris de mesures qui ont aggravé la situation – Bernard Cazeneuve a annoncé hier l’envoi de cent policiers et gendarmes en renfort à Calais. Trente seront affectés à la surveillance du centre-ville, et soixante-dix au port. Ils s’ajouteront aux 350 membres des forces de l’ordre déjà présents sur la zone.

La mesure peut réconforter les Calaisiens : provisoirement, elle apportera un peu de tranquillité aux habitants, un peu de sécurité aux commerçants. Cette annonce démontre que loin d’être un « fantasme de l’extrême droite », la situation catastrophique de la ville de Calais soumise à l’invasion, dénoncée par les nationalistes depuis des années, est une réalité qui nécessite des mesures hors-norme. L’envoi d’autant de policiers et gendarmes pour une zone relativement faiblement peuplée le prouve.

Mais cette mesure ne fait une fois encore que s’attaquer qu’aux conséquences : envoyer 100 policiers à Calais parce que mille « migrants » supplémentaires sont arrivés en quelques semaines ne règle en rien le problème. Que fera Bernard Cazeneuve quand ils seront 6.000 ? 10.000 ? Il enverra les renforts policiers disponibles de toute la France en lésant d’autres communes qui, elles aussi, sont déjà sinistrées par un taux de criminalité jamais connu ?

Le problème ne réside pas dans la gestion de la criminalité induite par la présence de milliers de délinquants étrangers à Calais ; le problème, c’est la présence de milliers d’étrangers dont ni la France, ni la Grande-Bretagne, ni aucun autre pays d’Europe ne veulent, ni ne peuvent supporter la charge. La solution ne consiste pas en l’envoi de centaines de policiers supplémentaires, pas plus que dans l’installation de « barrières provisoires » ni de se fixer pour « objectif » de « fluidifier la circulation des camions, d’éviter qu’ils soient assaillis ». La solution, c’est de rendre la France aux Français, d’expulser tous les étrangers indésirables.

Source

Voir les commentaires

Carl Lang était l'invité de TV Libertés mardi 21 octobre

22 Octobre 2014, 12:50pm

Publié par Thomas Joly

Interview de Carl Lang à partir de la 15ème minute

Voir les commentaires

Mensonges électoraux : un Nicolas Sárközy plus à droite que Marine Le Pen à Nice

22 Octobre 2014, 11:13am

Publié par Thomas Joly

Aggravées par l’incompétence totale de l’actuel exécutif, les tares du système apparaissent de plus en plus nettement. Deux ans après l’élection d’un nouveau président à la tête de leur République, celui-ci est déjà considéré par la population comme fini et dépassé – selon un récent sondage, 8 personnes interrogées sur 10 jugent le bilan de François Hollande mauvais. Conscient de ce constat, les principaux candidats de 2017 – Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Sárközy – s’activent et la campagne pour les prochaines élections présidentielles bat déjà son plein, pendant que la France n’en finit plus de sombrer.

L’un des meilleurs prétendants, pourtant éliminé en 2012 justement par les Français qui lui avaient préféré François Hollande, paraît être Nicolas Sárközy. Son retour annoncé est loin d’avoir « créé une dynamique » comme il l’espérait. Sans programme, sans équipe crédible, impliqué dans de multiples scandales politico-financiers, il a décidé d’utiliser sa meilleure arme, qui a déjà fait ses preuves : la démagogie. Devant un public très droitier à Nice, il a prononcé un discours se voulant très radical, tentant de dépasser Marine Le Pen sur sa droite.

« Nos valeurs doivent être défendues face à un islamisme fanatisé qui rêve de semer la terreur en Occident. […] Ceux qui professent ses idées de haine et d’intolérance n’ont rien à faire sur le territoire de la République. […] Refuser le débat sur la question de l’immigration, c’est encourager les peurs. Nous ne pouvons pas mieux intégrer ceux qui sont sur notre territoire si on n’arrive pas à maîtriser les flux migratoires […] Ceux qui sont en situation illégale sur notre territoire ont vocation à être expulsés. Nous, responsables politiques, devons préserver les équilibres de la République. »

« Les Français veulent rester la France. Nous voulons bien accueillir les autres, mais nous ne voulons pas changer profondément ce que nos parents nous ont laissé. Nous voulons que notre langue et notre culture restent ce qu’elles sont. Cette question-là est centrale. […] L’immigration ne doit pas être un sujet tabou mais un sujet majeur, car cela menace notre façon de vivre. »

« Nous ne pouvons plus nous permettre de verser des allocations aux personnes présentes sur notre sol illégalement »

« Nous voulons un nouveau Schengen. Tant qu’il ne sera pas appliqué, nous n’appliquerons plus le système actuel. Il s’agit de refaire des contrôles à nos frontières, où nous le voulons, quand nous le voulons […]. Je veux une vraie politique de l’immigration pour mettre fin au tourisme social dans notre pays » a-t-il déclaré devant ses soutiens, dont le tout récemment rallié Éric Ciotti. Les chiffres démontrent pourtant que, pendant les cinq ans durant lesquels Nicolas Sárközy a dirigé leur République, il n’y a eu aucun changement de politique sur ces sujets.

Dans une ville historiquement marquée à droite – Nice était « la ville la plus pétainiste de France » et avait vu la naissance de la Milice durant la Seconde Guerre mondiale et est l’une des terres où le Front national fait ses meilleurs scores –, Nicolas Sárközy a tenu un discours à l’opposé de ce qu’il a fait durant cinq, favorisant l’islamisation tant par sa politique internationale en participant à l’agression de la Libye, qu’en soutenant les rebelles en Syrie, qu’en France, en acceptant que, durant son quinquennat, plus d’un million d’étrangers viennent en France, que des centaines de lieux de cultes islamistes soient construits, etc.

Source

Voir les commentaires

Christophe de Margerie : une histoire française (par Nicolas Gauthier)

22 Octobre 2014, 11:07am

Publié par Thomas Joly

Depuis la mort de Philippe Pétain, dont le bilan vient d’être récemment, globalement et positivement réévalué par Éric Zemmour, jamais la mort d’un moustachu n’aura suscité autant de larmes et de vagues que celle de Christophe de Margerie, défunt patron de Total.

Il avait fait don de sa personne aux hydrocarbures, comme le Maréchal à la France. Total, première entreprise française. Fleuron hexagonal. Bijou économique de la nation. Et tagada tsoin tsoin et toutes ces choses. Mais, avant que l’on ne mette le grand homme sous terre, il ne serait pas idiot que nos confrères, eux, redescendent sur terre. Car Total n’était plus une entreprise française depuis belle lurette, puisque privatisée en 1993 par Édouard Balladur, alors Premier ministre. Certes, Total battait encore pavillon français ; comme certains bateaux au long cours font de même de celui du Panama.

La nature de ses actionnaires est à même enseigne de complaisance : capitaux chinois et surtout qataris, faisant de cet émirat l’un des principaux décideurs de ce qui est devenu le cinquième groupe pétrolier privé au monde. Plus franco-français, c’est effectivement ardu à dénicher… L’entreprise est d’ailleurs tellement « citoyenne » qu’elle ne s’acquitte pas de l’impôt sur les sociétés dû au Trésor public français. Mieux, il est question qu’en 2017, l’État lui signe un chèque de 80 millions d’euros, au titre du crédit d’impôt compétitivité emploi et du crédit impôt recherche. 80 millions qui, bien sûr, seront piqués dans la poche du contribuable. Bel exemple de civisme et de patriotisme économique… Mais il est vrai que les usines à gaz – ou pétrolifères, en l’occurrence –, pondues par nos brillants technocrates sont tellement bien ficelées qu’il suffit généralement de mensualiser quelques avocats fiscalistes pour en percer les brèches et en contourner les écueils.

Au-delà des querelles de chiffres – Total s’acquitte néanmoins d’autres impôts sur le territoire –, un fait demeure : nos dirigeants, depuis 1983, auront été les premiers artisans de la désindustrialisation, du déclin, voire du suicide français, pour reprendre une terminologie zemmourienne. Car ce fut là le grand legs du gaullo-communisme : une France, seule nation à rivaliser avec les USA et le reste de la planète en ces domaines éminemment stratégiques que sont le nucléaire, le pétrole, l’aéronautique, l’armement, l’automobile, le BTP, le chemin de fer, la recherche spatiale, l’industrie pharmaceutique, l’agriculture et encore doit-on en oublier, dont un modèle social naguère plus que performant et ayant inspiré nombre d’autres nations.

Cela, alors que les cendres du Général commençaient à peine de refroidir, a été minutieusement détricoté, un peu comme ces fils de famille vendant à l’encan châteaux et bijoux de famille. 1983, disions-nous… Jean-Pierre Chevènement veut renforcer cette force industrielle, mais François Mitterrand préfère écouter Jacques Delors, père de l’Europe à douze membres et du mouton à cinq pattes qui, lui, parvient à convaincre le Président de laisser la France grande ouverte aux quatre vents d’une finance déjà mondialisée. Puis, la plate-forme gouvernementale du RPR et de l’UDF, en 1988, gracieusement fournie clefs en main et sur un plateau par la fondation Heritage, notoire épigone de la CIA, laquelle prévoyait le démantèlement programmé de cet outil industriel à nul autre comparable. Édouard Balladur assura alors qu’à l’aide de « noyaux durs », soit des investisseurs patriotes – bel oxymore –, ce qui serait vendu à l’étranger avait vocation à demeurer français.

Les libéraux ont toujours oublié que l’histoire était tragique. L’histoire, elle, se rappellera surtout que ces mêmes libéraux, de droite comme de gauche, sont des naïfs, d’autant plus nuisibles que tragiquement cons.

Source

Voir les commentaires

Le nouveau numéro de Réinfo

21 Octobre 2014, 09:12am

Publié par Thomas Joly

Au sommaire de ce numéro :

  • Ebola. Une pandémie qui met à mal toutes les politiques sanitaires, sociales et migratoires depuis 1974…
  • Corruption. Toute la classe politique y est confrontée. Parce qu’elle est d’abord morale.
  • Politique familiale. Mettre des conditions de ressources aux prestations familiales, c’est confondre politique familiale et politique sociale. Et c’est ouvrir une boite de Pandore.
  • Europe. Pendant que la diplomatie russe marque des points à Belgrade et à Milan, la France et l’Union européenne ne sont que des ombres.
  • 8e journée de Synthèse nationale. Une réussite avec plus de 800 participants, et l’occasion pour Thomas Joly de revenir sur l’engagement du Parti de la France à Calais.
  • Et, pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France pour les 15 jours à venir.

Voir les commentaires

Attaque coordonnée de 400 clandestins contre des camions à Calais

21 Octobre 2014, 09:06am

Publié par Thomas Joly

Présents illégalement en France et tentant tout aussi illégalement de pénétrer en Angleterre, 300 à 400 étrangers ont lancé hier après-midi un assaut contre une file de camions à Calais.

« De 300 à 400 migrants ont voulu monter à bord des poids lourds, et les CRS ont dû faire usage de gaz lacrymogènes pour les disperser. Ils ont même dû appeler à la rescousse des renforts policiers de Calais et de Boulogne-sur-Mer »

a annoncé une source policière. Les forces de l’ordre ont reconnu que plusieurs délinquants avaient probablement réussi à passer les contrôles policiers.

Source

Voir les commentaires