Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Banquet d'automne du Parti de la France : c'est samedi !

23 Octobre 2014, 18:33pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Intervention de Thomas Joly à la Journée de Synthèse Nationale le 12/10/14

23 Octobre 2014, 18:31pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Vers une concentration de toutes les forces de police de France à Calais ?

23 Octobre 2014, 18:18pm

Publié par Thomas Joly

Après n’avoir rien fait pendant des mois – à la suite de ses prédécesseurs qui n’ont soit rien fait, soit pris de mesures qui ont aggravé la situation – Bernard Cazeneuve a annoncé hier l’envoi de cent policiers et gendarmes en renfort à Calais. Trente seront affectés à la surveillance du centre-ville, et soixante-dix au port. Ils s’ajouteront aux 350 membres des forces de l’ordre déjà présents sur la zone.

La mesure peut réconforter les Calaisiens : provisoirement, elle apportera un peu de tranquillité aux habitants, un peu de sécurité aux commerçants. Cette annonce démontre que loin d’être un « fantasme de l’extrême droite », la situation catastrophique de la ville de Calais soumise à l’invasion, dénoncée par les nationalistes depuis des années, est une réalité qui nécessite des mesures hors-norme. L’envoi d’autant de policiers et gendarmes pour une zone relativement faiblement peuplée le prouve.

Mais cette mesure ne fait une fois encore que s’attaquer qu’aux conséquences : envoyer 100 policiers à Calais parce que mille « migrants » supplémentaires sont arrivés en quelques semaines ne règle en rien le problème. Que fera Bernard Cazeneuve quand ils seront 6.000 ? 10.000 ? Il enverra les renforts policiers disponibles de toute la France en lésant d’autres communes qui, elles aussi, sont déjà sinistrées par un taux de criminalité jamais connu ?

Le problème ne réside pas dans la gestion de la criminalité induite par la présence de milliers de délinquants étrangers à Calais ; le problème, c’est la présence de milliers d’étrangers dont ni la France, ni la Grande-Bretagne, ni aucun autre pays d’Europe ne veulent, ni ne peuvent supporter la charge. La solution ne consiste pas en l’envoi de centaines de policiers supplémentaires, pas plus que dans l’installation de « barrières provisoires » ni de se fixer pour « objectif » de « fluidifier la circulation des camions, d’éviter qu’ils soient assaillis ». La solution, c’est de rendre la France aux Français, d’expulser tous les étrangers indésirables.

Source

Voir les commentaires

Carl Lang était l'invité de TV Libertés mardi 21 octobre

22 Octobre 2014, 12:50pm

Publié par Thomas Joly

Interview de Carl Lang à partir de la 15ème minute

Voir les commentaires

Mensonges électoraux : un Nicolas Sárközy plus à droite que Marine Le Pen à Nice

22 Octobre 2014, 11:13am

Publié par Thomas Joly

Aggravées par l’incompétence totale de l’actuel exécutif, les tares du système apparaissent de plus en plus nettement. Deux ans après l’élection d’un nouveau président à la tête de leur République, celui-ci est déjà considéré par la population comme fini et dépassé – selon un récent sondage, 8 personnes interrogées sur 10 jugent le bilan de François Hollande mauvais. Conscient de ce constat, les principaux candidats de 2017 – Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Sárközy – s’activent et la campagne pour les prochaines élections présidentielles bat déjà son plein, pendant que la France n’en finit plus de sombrer.

L’un des meilleurs prétendants, pourtant éliminé en 2012 justement par les Français qui lui avaient préféré François Hollande, paraît être Nicolas Sárközy. Son retour annoncé est loin d’avoir « créé une dynamique » comme il l’espérait. Sans programme, sans équipe crédible, impliqué dans de multiples scandales politico-financiers, il a décidé d’utiliser sa meilleure arme, qui a déjà fait ses preuves : la démagogie. Devant un public très droitier à Nice, il a prononcé un discours se voulant très radical, tentant de dépasser Marine Le Pen sur sa droite.

« Nos valeurs doivent être défendues face à un islamisme fanatisé qui rêve de semer la terreur en Occident. […] Ceux qui professent ses idées de haine et d’intolérance n’ont rien à faire sur le territoire de la République. […] Refuser le débat sur la question de l’immigration, c’est encourager les peurs. Nous ne pouvons pas mieux intégrer ceux qui sont sur notre territoire si on n’arrive pas à maîtriser les flux migratoires […] Ceux qui sont en situation illégale sur notre territoire ont vocation à être expulsés. Nous, responsables politiques, devons préserver les équilibres de la République. »

« Les Français veulent rester la France. Nous voulons bien accueillir les autres, mais nous ne voulons pas changer profondément ce que nos parents nous ont laissé. Nous voulons que notre langue et notre culture restent ce qu’elles sont. Cette question-là est centrale. […] L’immigration ne doit pas être un sujet tabou mais un sujet majeur, car cela menace notre façon de vivre. »

« Nous ne pouvons plus nous permettre de verser des allocations aux personnes présentes sur notre sol illégalement »

« Nous voulons un nouveau Schengen. Tant qu’il ne sera pas appliqué, nous n’appliquerons plus le système actuel. Il s’agit de refaire des contrôles à nos frontières, où nous le voulons, quand nous le voulons […]. Je veux une vraie politique de l’immigration pour mettre fin au tourisme social dans notre pays » a-t-il déclaré devant ses soutiens, dont le tout récemment rallié Éric Ciotti. Les chiffres démontrent pourtant que, pendant les cinq ans durant lesquels Nicolas Sárközy a dirigé leur République, il n’y a eu aucun changement de politique sur ces sujets.

Dans une ville historiquement marquée à droite – Nice était « la ville la plus pétainiste de France » et avait vu la naissance de la Milice durant la Seconde Guerre mondiale et est l’une des terres où le Front national fait ses meilleurs scores –, Nicolas Sárközy a tenu un discours à l’opposé de ce qu’il a fait durant cinq, favorisant l’islamisation tant par sa politique internationale en participant à l’agression de la Libye, qu’en soutenant les rebelles en Syrie, qu’en France, en acceptant que, durant son quinquennat, plus d’un million d’étrangers viennent en France, que des centaines de lieux de cultes islamistes soient construits, etc.

Source

Voir les commentaires

Christophe de Margerie : une histoire française (par Nicolas Gauthier)

22 Octobre 2014, 11:07am

Publié par Thomas Joly

Depuis la mort de Philippe Pétain, dont le bilan vient d’être récemment, globalement et positivement réévalué par Éric Zemmour, jamais la mort d’un moustachu n’aura suscité autant de larmes et de vagues que celle de Christophe de Margerie, défunt patron de Total.

Il avait fait don de sa personne aux hydrocarbures, comme le Maréchal à la France. Total, première entreprise française. Fleuron hexagonal. Bijou économique de la nation. Et tagada tsoin tsoin et toutes ces choses. Mais, avant que l’on ne mette le grand homme sous terre, il ne serait pas idiot que nos confrères, eux, redescendent sur terre. Car Total n’était plus une entreprise française depuis belle lurette, puisque privatisée en 1993 par Édouard Balladur, alors Premier ministre. Certes, Total battait encore pavillon français ; comme certains bateaux au long cours font de même de celui du Panama.

La nature de ses actionnaires est à même enseigne de complaisance : capitaux chinois et surtout qataris, faisant de cet émirat l’un des principaux décideurs de ce qui est devenu le cinquième groupe pétrolier privé au monde. Plus franco-français, c’est effectivement ardu à dénicher… L’entreprise est d’ailleurs tellement « citoyenne » qu’elle ne s’acquitte pas de l’impôt sur les sociétés dû au Trésor public français. Mieux, il est question qu’en 2017, l’État lui signe un chèque de 80 millions d’euros, au titre du crédit d’impôt compétitivité emploi et du crédit impôt recherche. 80 millions qui, bien sûr, seront piqués dans la poche du contribuable. Bel exemple de civisme et de patriotisme économique… Mais il est vrai que les usines à gaz – ou pétrolifères, en l’occurrence –, pondues par nos brillants technocrates sont tellement bien ficelées qu’il suffit généralement de mensualiser quelques avocats fiscalistes pour en percer les brèches et en contourner les écueils.

Au-delà des querelles de chiffres – Total s’acquitte néanmoins d’autres impôts sur le territoire –, un fait demeure : nos dirigeants, depuis 1983, auront été les premiers artisans de la désindustrialisation, du déclin, voire du suicide français, pour reprendre une terminologie zemmourienne. Car ce fut là le grand legs du gaullo-communisme : une France, seule nation à rivaliser avec les USA et le reste de la planète en ces domaines éminemment stratégiques que sont le nucléaire, le pétrole, l’aéronautique, l’armement, l’automobile, le BTP, le chemin de fer, la recherche spatiale, l’industrie pharmaceutique, l’agriculture et encore doit-on en oublier, dont un modèle social naguère plus que performant et ayant inspiré nombre d’autres nations.

Cela, alors que les cendres du Général commençaient à peine de refroidir, a été minutieusement détricoté, un peu comme ces fils de famille vendant à l’encan châteaux et bijoux de famille. 1983, disions-nous… Jean-Pierre Chevènement veut renforcer cette force industrielle, mais François Mitterrand préfère écouter Jacques Delors, père de l’Europe à douze membres et du mouton à cinq pattes qui, lui, parvient à convaincre le Président de laisser la France grande ouverte aux quatre vents d’une finance déjà mondialisée. Puis, la plate-forme gouvernementale du RPR et de l’UDF, en 1988, gracieusement fournie clefs en main et sur un plateau par la fondation Heritage, notoire épigone de la CIA, laquelle prévoyait le démantèlement programmé de cet outil industriel à nul autre comparable. Édouard Balladur assura alors qu’à l’aide de « noyaux durs », soit des investisseurs patriotes – bel oxymore –, ce qui serait vendu à l’étranger avait vocation à demeurer français.

Les libéraux ont toujours oublié que l’histoire était tragique. L’histoire, elle, se rappellera surtout que ces mêmes libéraux, de droite comme de gauche, sont des naïfs, d’autant plus nuisibles que tragiquement cons.

Source

Voir les commentaires

Le nouveau numéro de Réinfo

21 Octobre 2014, 09:12am

Publié par Thomas Joly

Au sommaire de ce numéro :

  • Ebola. Une pandémie qui met à mal toutes les politiques sanitaires, sociales et migratoires depuis 1974…
  • Corruption. Toute la classe politique y est confrontée. Parce qu’elle est d’abord morale.
  • Politique familiale. Mettre des conditions de ressources aux prestations familiales, c’est confondre politique familiale et politique sociale. Et c’est ouvrir une boite de Pandore.
  • Europe. Pendant que la diplomatie russe marque des points à Belgrade et à Milan, la France et l’Union européenne ne sont que des ombres.
  • 8e journée de Synthèse nationale. Une réussite avec plus de 800 participants, et l’occasion pour Thomas Joly de revenir sur l’engagement du Parti de la France à Calais.
  • Et, pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France pour les 15 jours à venir.

Voir les commentaires

Attaque coordonnée de 400 clandestins contre des camions à Calais

21 Octobre 2014, 09:06am

Publié par Thomas Joly

Présents illégalement en France et tentant tout aussi illégalement de pénétrer en Angleterre, 300 à 400 étrangers ont lancé hier après-midi un assaut contre une file de camions à Calais.

« De 300 à 400 migrants ont voulu monter à bord des poids lourds, et les CRS ont dû faire usage de gaz lacrymogènes pour les disperser. Ils ont même dû appeler à la rescousse des renforts policiers de Calais et de Boulogne-sur-Mer »

a annoncé une source policière. Les forces de l’ordre ont reconnu que plusieurs délinquants avaient probablement réussi à passer les contrôles policiers.

Source

Voir les commentaires

Xavier Raufer : « Les Français issus de l’immigration surreprésentés dans les chiffres de la déliquance »

21 Octobre 2014, 08:54am

Publié par Thomas Joly

À vous croire, le gouvernement mentirait sur les chiffres réels de l’insécurité. Est-ce dû à la seule politique « angélique » de Christiane Taubira ?

Le gouvernement ne ment pas, stricto sensu. Tous mes chiffres proviennent de sources officielles, services de police ou de gendarmerie, offices centraux divers, accessibles à qui les recherche. Mais le gouvernement « vend » comme une vraie baisse, à des journalistes toujours plus incompétents ou complices, de simples effets de déplacement – par exemple entre les cambriolages de résidences principales, en baisse, et des maisons de campagne; et là, ça augmente fort.

Or, la baisse serait réelle si à la fois les cambriolages diminuaient à la ville et dans la France rurale. Sinon, c’est de la poudre aux yeux. Donc, côté officiel, on a de petits mensonges par omission, divers effets de com’ et diversions destinés à berner le public – mais pas de trucage des chiffres eux-mêmes.
Quant à Mme Taubira, on est loin de l’angélisme. Elle est dans l’application fanatique de toutes les pires recettes de la « politique de l’excuse », qui consiste à avoir pour les victimes le plus souverain mépris, et à considérer les criminels comme de pauvres victimes de l’exclusion et du racisme.

Ce que prône madame Taubira a échoué partout ailleurs – récemment, en Grande Bretagne, où les taux de récidive chez les condamnés non incarcérés étaient effarants (voir références plus bas) et cela échoue bien sûr en France. Actuellement, notre pays est au pillage – racailles autour des villes, nomades criminalisés à la campagne – et les force de l’ordre s’épuisent à arrêter des voyous, relâchés dans la foulée. J’ai donné de cela cent preuves – jamais le ministère de la Justice n’a pu objecter à ce que je démontrais.

Suffirait–il de rendre quelques prérogatives aux forces de l’ordre pour que cette criminalité puisse être endiguée ? Le malaise est–il plus profond ?

Il n’y a rien à changer – ni un homme ni un euro de plus. C’est une pure et simple affaire de volonté politique. Prouvons-le. Plus de 80 % des violences insupportables aux Français adviennent dans 26 départements métropolitains. Là, l’essentiel des infractions est le fait de noyaux durs d’individus archi-connus de la police, déjà interpellés, voire condamnés maintes fois.
Dans le respect des règles de droit, mettons ces malfaiteurs hors d’état de nuire et la criminalité s’effondrera. Et qu’on m’épargne le coup de « oui, mais d’autres bandits les remplaceront ». Car la loi des rendements décroissants joue aussi dans ce cas : après deux ou trois « écrémages », les volontaires se font rares… Il y a cent exemples de cela.

Enfin, démanteler ces noyaux durs ne remplit pas les prisons, puisque au maximum, cela concerne quelque trois mille voyous hyperactifs pour la métropole.

À juste titre, la multiplication des crimes et des délits peut susciter nombre de fantasmes, principalement quand des adolescents issus de l’immigration s’y retrouvent surreprésentés. Qu’en est–il exactement ?

Voici les données fournies par « L’Essor de la Gendarmerie » de juillet 2015, toutes issues des statistiques de cette arme. Qui a commis l’essentiel de la criminalité en France métropolitaine sur quinze mois en 2013–2014 ? Je cite les divers rapports remontés du terrain :

• Dans la périphérie des villes : « Néo–banditisme des cités », « Bandes criminalisées des cités » (Île-de-France)… « Banditisme local lié aux pays du Maghreb » (Aquitaine, Midi-Pyrénées)… « Banditisme local issu des cités sensibles » (Centre, Poitou-Charentes, Limousin)… « Bandes criminelles des cités » (Bretagne, Haute et Basse-Normandie, Pays-de-la-Loire)… « Groupes criminels issus des banlieues » (Nord-Pas-de-Calais, Picardie)… « Bandes des cités sensibles » (Alsace-Lorraine, Champagne-Ardenne)… « Banditisme des cités » (Bourgogne, Franche-Comté, PACA)… « Gangs issus des cités sensibles » (Auvergne, Rhône-Alpes). Faut–il un dessin pour saisir qui cela concerne ?

• À la campagne : « Organisations criminelles de langue roumaine »… « Membres de la communauté des gens du voyage » (sédentarisés ou non). Là aussi, c’est clair.

La catastrophe engendrée par les « Taubira britanniques ».

Exemples britanniques de politique à la Taubira : pour 2012 (Angleterre et pays de Galles), sur 1.641 auteurs d’un vol à main armée, seuls 350 ont été incarcérés ; sur 12.309 individus condamnés pour une infraction violente, 988 ont été emprisonnés. Crimes sexuels : 15.900 condamnations, 5.483 incarcérations, etc.
[Source, Daily Express, 20/10/2013] : de juillet 2012 à mars 2013, des individus condamnés à des peines alternatives à la prison (bracelet électronique, travaux d’intérêt général…) ont commis 93.600 infractions (inenvisageables s’ils avaient été incarcérés), une toutes les six minutes ; dont 472 agressions sexuelles, 5.800 infractions violentes et 4.500 cambriolages.

Durant l’année 2012, 56 homicides et 111 viols ont été commis par des condamnés non incarcérés.

Source

Voir les commentaires

Pas de femme voilée à l’opéra… sauf sur la scène (par Marie Delarue)

21 Octobre 2014, 08:39am

Publié par Thomas Joly

C’était le 3 octobre dernier, nous dit la dépêche. Deux touristes du Golfe s’offraient une soirée à l’Opéra Bastille. On ne sait si monsieur portait la djellaba blanche et le torchon à carreaux rouges et blancs sur la tête, mais madame était sous la tente : intégralement voilée. « Assise juste derrière le chef d’orchestre, la femme, au cou et cheveux couverts, avait un voile clair lui couvrant aussi la bouche et le nez », dit Jean-Philippe Thiellay, directeur adjoint de l’Opéra de Paris. Dieu merci pour elle, la loi islamique n’oblige pas à se mettre des bouchons dans les oreilles… (et pas non plus à se voiler, mais c’est une autre histoire).

Bref, les choristes incommodés par ce fantôme au premier rang d’orchestre (bien qu’on aperçoive parfois des choses bien pires dans la pénombre des salles…) ont réclamé l’application de la loi : pas de femme voilée dans les lieux publics. Un contrôleur est donc allé trouver aimablement ces deux touristes, demandant à la dame de choisir entre quitter son voile ou quitter la salle. Le couple a choisi de quitter élégamment la salle et ses places du parterre à 231 euros.

Reste qu’on s’interroge. Si Monsieur et Madame du Golfe sont respectueux de leurs préceptes religieux au point que Madame ne montre que ses yeux, comment se fait-il qu’ils transgressent le tabou de la musique, ce péché de luxure pour roumis dépravés ? Et encore, s’ils avaient voulu voir et entendre L’Enlèvement au sérail, on aurait pu comprendre, mais La Traviata ! Ce qui signifie littéralement « la belle dévoyée », autrement dit l’histoire d’une fille de joie, roman de la passion signé Dumas et mis en musique par Verdi !

Pour ceux qui l’auraient oublié, je rappelle en effet que la belle Violetta dont est amoureux Alfredo se voit évincée par son futur beau-père, l’affreux Germont, qui ne veut pas d’une gourgandine pour belle-fille. Elle en meurt de chagrin. La salle pleure avec elle : « Addio… del passato… » La Dame aux camélias – car c’est elle – s’en va d’une phtisie très galopante dans les bras de son bel amour venu in extremis recueillir son dernier souffle de repentie.

Pour la petite histoire, Giuseppe Verdi voulait en faire un sujet « de son temps », mais le XIXe siècle très puritain – en l’occurrence, l’administration de la Fenice, l’opéra de Venise – le contraignit à transposer l’action un siècle et demi plus tôt.

Le rideau est tombé. Sur la scène et sur la dame du premier rang qui n’aura pas connu la fin de Violetta. C’était pourtant une belle mise en abyme…

Source

Voir les commentaires

Rappel : banquet d'automne du Parti de la France à Paris samedi 25 octobre

19 Octobre 2014, 10:54am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Allocations familiales : sus aux Le Quesnoy ! (par Georges Michel)

19 Octobre 2014, 10:46am

Publié par Thomas Joly

Tout a été dit, ou à peu près, sur la décision des socialistes de moduler le montant des allocations familiales en fonction des revenus. Néanmoins, je voudrais faire quelques remarques « en vrac » concernant cette mesure. Juste histoire de vider mon sac pour me soulager.

On passera rapidement sur le fait qu’avec les socialistes, désormais les enfants de France ne sont pas égaux devant la loi. Je ne suis pas juriste mais il y a sans doute matière à creuser dans cette direction… L’égalité, ce beau principe que les socialistes nous ont servi à l’envi pour faire adopter le mariage des personnes de même sexe, serait donc un principe modulable. On retiendra la leçon pour l’avenir.

On ne « mesquinera » pas sur les chiffres : une économie de 700 millions d’euros, nous dit-on, somme que l’on mettra quand même en regard avec le chiffre de l’aide médicale d’État (AME) : environ un milliard…

On peut s’étonner aussi que la CGT, dont la mission est de défendre les masses laborieuses et prolétariennes, s’insurge contre cette mesure qui touchera une fois de plus les familles de la classe moyenne supérieure – en clair, les « familles Le Quesnoy ». Mais la CGT, qui a des principes, veut peut-être rester fidèle (le vilain mot, par les temps qui courent) à l’héritage du Conseil national de la Résistance, héritage que nos socialistes ont décidé de vendre à la découpe pour faire du cash rapidement.

La CGT a sans doute compris qu’aujourd’hui, si ce sont les revenus au-dessus de 6.000 euros (pourquoi pas 5.999 ou 6.001, on se demande, d’ailleurs), demain ce seront les revenus au-dessus de 5.000 euros et après-demain… Une fois que le principe est renversé, ce n’est plus qu’une question de curseur. On le sait : la capacité de l’homme à s’adapter à la douleur est immense ; il suffit d’y aller progressivement en faisant entendre les voix mélodieuses des dames Touraine ou Rossignol.

La CGT se dit peut-être aussi que, demain, cette modularité des prestations familiales pourrait bien être étendue aux prestations sociales : en clair, plus tu cotiserais à la Sécu, moins tu serais remboursé. Pas belle, la vie ? Allez, soyons fous, encore plus loin, toujours plus fort : plus tu cotiserais pendant ta carrière pour préparer ta retraite, moins tu toucherais à la retraite. Un peu la fête des Fous, si vous voulez : Haroun El Poussah deviendrait esclave et l’esclave calife !

Une dernière remarque. La semaine dernière, j’entendais la gracieuse Barbara Pompili, députée EELV, défendre ce projet. Elle affirmait qu’après tout, le fait d’avoir beaucoup d’enfants relève d’un choix personnel. Dont acte. J’ai cependant une irrépressible envie de dire à cette charmante cigale : heureusement que naguère des couples ont fait ce choix personnel quelque peu lapinesque, pour que leurs enfants puissent bientôt payer les retraites des hédonistes soixante-huitards qui, eux, ont fait un tout autre choix personnel, jadis.

Source

Voir les commentaires

Humour de droite

18 Octobre 2014, 11:14am

Publié par Thomas Joly

« Je serai candidat aux primaires de l’opposition si ce sont des primaires honnêtes » a déclaré François Fillon, associant dans une même phrase UMP et honnêteté, à propos d’un scrutin auquel participera un individu condamné pour corruption et un homme impliqué dans de multiples scandales, pour le compte d’un parti qui compte comme cadres Serge Bloch – dit Dassault –, Patrick Balkany, Manuel Aeschlimann et de nombreux autres corrompus condamnés, mais toujours en poste – et pas tous issus du même groupe ethnoreligieux.

Source

Voir les commentaires

Grande-Bretagne : la police révèle que 75 % des crimes sexuels sont commis par des étrangers contre des victimes blanches et mineures dans 82 % des cas

18 Octobre 2014, 11:07am

Publié par Thomas Joly

Si la République française interdit les statistiques ethniques et par nationalité pour masquer l’étendue des crimes commis par l’occupant, ce n’est pas – ou plus – le cas en Grande-Bretagne. Un rapport de police révèle que dans les Midlands de l’Ouest, 75 % des crimes sexuels qui surviennent dans la rue sont commis par des envahisseurs « asiatiques », c’est-à-dire Pakistanais.

Le caractère raciste de ces crimes ne fait aucun doute puisque 82 % des victimes sont des Blancs âgés 14 et 16 ans. Lire la suite

Voir les commentaires

Après avoir déployé son « plug anal » place Vendôme, Paul McCarthy agressé par un passant

17 Octobre 2014, 13:28pm

Publié par Thomas Joly

LeMonde.fr raconte la scène : Il est alors presque 14 heures, et Paul McCarthy est agressé par un homme qui le frappe trois fois au visage en hurlant qu’il n’est pas français et que son œuvre n’a rien à faire sur cette place, avant de partir en courant. Les personnes qui assistent à la scène sont sidérées. « Cela arrive souvent ce genre de chose en France… ? », nous demande l’artiste, choqué et déstabilisé, mais pas blessé.

Pauvre chochotte, va. Avec tes oeuvres immondes et perverses, tu ne choques personnes, peut-être ?

Source

Voir les commentaires