Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

L’amie des criminels, Christiane Taubira, refuse de participer aux obsèques d’Aurélie Châtelain

30 Avril 2015, 10:24am

Publié par Thomas Joly

De nombreux habitants de Caudry ont participé ce mercredi aux obsèques d’Aurélie Châtelain, assassinée par un criminel maghrébin le 19 avril 2015. La basilique Saint-Maxellende était trop petite pour accueillir les plus de mille personnes présentes. Des amis, des voisins, des connaissances, des personnalités se mêlaient dans cet hommage unanime.

Sans surprise, ce sont essentiellement, sinon exclusivement, des Gaulois qui ont pleuré la jeune femme victime de l’invasion. Une Guyanaise devait pourtant s’y rendre : Christiane Taubira. Elle avait elle-même annoncé sa venue avec le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Patrick Kanner. C’est lui qui a annoncé à la place de l’antifrançaise que la fille d’Aurélie Châtelain serait prise en charge par la France comme pupille de la nation, ce qu’un François Hollande en mal de publicité a annoncé par ailleurs aux parents d’Aurélie. Mais l’indépendantiste guyanaise, qui défend de manière habituelle les criminels contre les victimes, ne s’est pas montrée, alors même que des employés du ministère avaient préparé sa venue durant plusieurs heures.

Le ministère de la Justice n’a donné aucune information concernant cette insulte faite à Aurélie Châtelain.

Source

Voir les commentaires

INA : Agnès Saal et Joe le taxi (par Marie Delarue)

30 Avril 2015, 10:17am

Publié par Thomas Joly

Mardi soir, la directrice de l’INA (Institut national de l’audiovisuel) a été brutalement démissionnée par notre ministre de la Culture Fleur Pellerin. La raison : le scandale qui, depuis dimanche soir, s’est ajouté à la liste des affaires qui mettent le projecteur sur les liens glauques entre l’audiovisuel public et l’État.

En quelques semaines, c’est la troisième affaire. Après la vente extrêmement louche de la fréquence de chaîne Numéro 23 et la saga Mathieu Gallet à Radio France, c’est Agnès Saal qui déclenche les ricanements plus qu’agacés du public et des médias. C’est que la dame, en 10 mois de mandat à la tête de cette entreprise publique, a dépensé pour 41.000 euros de taxi. Entre autres choses, sans doute, mais pour l’heure, c’est tout ce qu’on sait et c’est déjà pas mal.

Comme dans quelques affaires qui ont nourri la rumeur ces derniers mois (CGT, etc.), c’est parti d’un courrier anonyme émanant certainement de subalternes écœurés. À la veille d’une réunion des instances dirigeantes, une lettre a été adressée aux administrateurs qui disait : « Plusieurs salariés souhaitent vous alerter d’un grave dysfonctionnement au sein de cette entreprise en vous communiquant des éléments pouvant relever d’abus de biens sociaux. » L’accompagnait un rapport de 68 pages détaillant les dépenses « taxivores » de la patronne, et même des factures détaillées révélant des phénomènes… paranormaux. En effet, comme l’écrit Challenges, « un étonnant don d’ubiquité permettait ainsi à la présidente de l’INA de voyager dans… deux taxis à la fois ».

L’affaire étant révélée dimanche, l’intéressée s’est défendue : « En tant que PDG de l’INA, j’ai une voiture de service avec chauffeur à disposition. Mais, comme je ne peux pas le faire travailler douze à quinze heures par jour ni les week-ends, j’ai également un abonnement aux taxis G7, car je n’ai pas de permis de conduire. Ce dispositif avait déjà existé avant mon arrivée et je l’ai repris. » Repris et augmenté, et même élargi à la famille puisqu’on relève 6.700 euros pour le compte de son fils.

Mais il faut la comprendre, aussi : Agnès Saal a passé sa vie dans la grande distribution.

Passée par l’ENA – promotion « Solidarité », ça ne s’invente pas -, elle a entrepris un joli parcours au ministère de la Culture, est devenue la directrice administrative et financière du CNC (la machine à banquer les films irregardables, la fameuse avance sur des recettes qui ne rentreront jamais), puis elle est retournée veiller à la distribution des subventions culturelles dans les gouvernements Jospin. Après quoi, direction la BNF et le Centre Pompidou avant que sa copine Aurélie Filippetti ne la catapulte « présidente de la commission d’aide sélective à la distribution du Centre national du cinéma et de l’image animée ». Elle espérait mieux : devenir « dir cab ». Elle aura son lot de consolation en avril 2014 : présidente de l’INA. Et là, vous allez rigoler, elle déclare : « En arrivant, j’ai prévenu les équipes que je suis janséniste, et que les séminaires dans les châteaux, les grands restaurants… ne sont pas mon “truc”. » Tout ça pour faire la nique à son prédécesseur Mathieu Gallet, qu’elle ne peut pas encadrer… C’est bête, hein ?

Bref, dans le petit commerce, Agnès Saal connaît le cinéma et la chanson. Un reste des souks, une mémoire génétique de marchand de tapis venue de sa Tunisie natale, peut-être.

Fleur Pellerin l’a donc démissionnée mardi soir : « Prends tes affaires, tire-toi et tâche de te faire oublier un moment. » Oh, pas d’inquiétude pour madame Saal : on va nous la recaser vite fait dans une haute planque ministérielle, la faire rentrer gentiment par la fenêtre là où elle est sortie par la porte.

Il paraît qu’elle a fait des chèques pour rembourser ses taxis et ceux de son fils. Il paraît aussi qu’on l’a virée dare-dare par crainte qu’une enquête ne mette au jour d’autres farces « jansénistes »… Et si l’on regardait les comptes de ses précédents postes ?

Source

Voir les commentaires

Émeutes raciales à Baltimore : l'état d'urgence déclaré

29 Avril 2015, 16:44pm

Publié par Thomas Joly

Après la mort d’une racaille afro-américaine suit à une arrestation, ses congénères ont multiplié les attaques, agressions et pillages ces derniers jours. La situation s’est dégradée fortement  avec des attaques extrêmement violentes. Au moins seize policiers ont été blessés dont au moins un grièvement. Les dégâts sont considérables. Les criminels noirs ont notamment totalement détruit un vaste ensemble qui devait accueillir des retraités ; une pharmacie et un centre commercial ont également été incendiés.

Les trois principaux gangs de voyous du secteur, les Crips, les Bloods et la Black Guerilla Family auraient conclu une trêve pour attaquer ensemble, selon les autorités. Cela pourrait expliquer l’ampleur des violences.

Le gouverneur vient de décréter l’état d’urgence. La garde nationale a été déployée dans les rues de la ville. Même le maire de la ville, également une afro-américaine, a dénoncé les pillages et autres crimes commis par les prétendus « manifestants ».

Pendant que les médias du Système pleurent la mort de criminels noirs tués par des policiers blancs, les crimes racistes antiblancs se multiplient donc aux États-Unis avec la bénédiction, la complicité et le silence des mêmes médias, mais également grâce à la passivité de la prétendue police « raciste » de Barack Obama.

En fin de semaine dernière, des Blancs qui venaient assister à une rencontre de base-ball au stade Camden Yard ont été très violemment attaqués par une horde de noirs hors de contrôle. Les supporteurs agressés ont dû se réfugier dans un restaurant après qu’une manifestation de « protestation » contre les violences policières eut dégénéré en émeute raciale antiblanche. Malgré une des législations sur le port d’arme parmi les plus dures d’Amérique, 210 meurtres ont été commis en 2014 à Baltimore, la quasi-totalité entre afro-américains. La ville est gangrenée par les gangs, sans que cela n’émeuve jamais les médias qui ne s’intéressent qu’à la mort de racailles.

Source

Voir les commentaires

Le tribunal de La Rochelle autorise les délinquants à mordre les policiers

29 Avril 2015, 11:19am

Publié par Thomas Joly

Un individu de 25 ans qui avait mordu un policier lors d’une interpellation à La Rochelle a été relaxé lors de son procès en comparution immédiate. Arrêté par une patrouille de la brigade anti-criminalité (BAC), il s’était rebellé et avait notamment mordu l’un des fonctionnaires. Le mordeur étant de surcroît un délinquant recherché, sa condamnation ne semblait faire aucun doute.

Son avocat a pourtant obtenu la relaxe en affirmant que le contrôle d’identité n’était pas valide, car opéré en dehors de la zone de réquisition du procureur de la République, une version validée par les juges.

Source

Voir les commentaires

Enlèvement de Berenyss : un multirécidiviste en liberté grâce à la « doctrine Taubira »

29 Avril 2015, 11:11am

Publié par Thomas Joly

Cette affaire est encore un résumé de toute la malfaisance de leur régime. L’agresseur présumé de la jeune Bérényss Lemond, enlevée et séquestrée durant plusieurs heures le 23 avril 2015, a été arrêté. Il a été confondu par des traces ADN retrouvées sur les vêtements et les sous-vêtements de la victime. Contrairement à ce qui avait été annoncé, ce dernier élément laisse penser que l’enfant a au moins été victime d’une agression sexuelle. Selon les enquêteurs, elle a passé plusieurs heures au domicile du pédocriminel, avant que celui-ci ne la relâche dans la nature, à plusieurs dizaines de kilomètres de là.

Le criminel arrêté à son domicile à Montzéville (Lorraine) est un agriculteur de 48 ans. Si son arrestation a été si facile et rapide, c’est que les services de police et de justice possédaient déjà son empreinte. Il est en effet déjà impliqué dans plusieurs affaires de viols et agressions sexuelles contre au moins trois enfants, dont deux de ses nièces. Il avait fait l’objet encore de quatre condamnations, notamment pour des violences et des dégradations.

Son empreinte ADN avait été récupérée il y a plusieurs mois, après la plainte déposée au nom d’une enfant agressée. Malgré cela, l’individu, père de famille divorcé, a été laissé en liberté, sans même être soumis à un contrôle judiciaire avec l’obligation du port d’un bracelet électronique. Le régime a donc tout fait pour qu’il récidive. Cela démontre une fois encore le caractère criminel des politiques ultralaxistes mises en place depuis plusieurs décennies et brutalement aggravé par Christiane Taubira depuis 2012.

Ce nouveau crime rappelle que ce n’est pas la prison qui fait les criminels et que ce n’est pas non plus la prison qui conditionne la récidive. Au contraire : la prison et la peine de mort sont les seules armes dont dispose une société pour mettre hors d’état de nuire les asociaux. Ce sont ces armes, à cause de leur idéologie mortifère, dont se privent les gouvernements irresponsables en France depuis des années, privant les Français d’une société sûre et juste.

Le pédocriminel devrait être rapidement être mis en examen pour enlèvement, séquestration et agression sexuelle.

Source

Voir les commentaires

Carl Lang : « Ne soyons pas les spectateurs de la débâcle française »

28 Avril 2015, 18:51pm

Publié par Thomas Joly

Voici l'entretien que Carl Lang, Président du Parti de la France, a accordé à l'excellente revue Synthèse Nationale

Question : Carl Lang, vous avez été à deux reprises le Secrétaire général du Front national et vous avez été exclu par Jean-Marie le Pen pour vous être opposé à sa fille lors des élections européennes de 2009. Comment analysez-vous les récents déchirements entre JMLP et Marine Le Pen à la tête du Front national ?

Nous assistons à l’accélération du processus de normalisation politique et de soumission de Marine Le Pen à la dictature de la pensée unique. En refusant à Jean-Marie Le Pen l’expression de sa liberté d’opinion et de parole, elle espère continuer à s’attirer les bonnes grâces des maîtres de l’information et des médias. Elle a décidé de sacrifier son père sur l’autel de la soi-disant dédiabolisation et c’est pourquoi j’ai parlé d’une tentative d’euthanasie électorale et politique.
Ce que Madame Le Pen et son entourage ne comprennent pas est que la dédiabolisation est un mirage et une course sans fin pour complaire au système idéologique dominant et totalitaire. Après avoir liquidé Jean-Marie Le Pen, il faudra se débarrasser du FN qui est le mouvement de Jean-Marie Le Pen. Mais cela ne suffira pas : il faudra aller encore plus loin dans le reniement et l’allégeance. Après avoir abandonné le discours de droite économique et s’être alignée comme cela est déjà fait sur la bien-pensance laïciste, citoyenne et républicaine et le souverainisme de gauche, après avoir refusé de participer aux manifestations du combat pour nos valeurs de la Manif pour Tous, elle devra finir par abandonner la préférence nationale et la défense de l’identité nationale. En effet celles-ci ne sont pas compatibles avec les soi-disant valeurs de leur république socialiste. Et tout au bout de cette longue marche politique de la honte, Madame Le Pen aura encore un problème : elle s’appelle Le Pen.
Et puis, au-delà de l’aspect politique et du reniement de nos valeurs, nous assistons au lamentable spectacle de l’infamie morale.
Toutes les sociétés humaines se fondent sur le premier socle qui est le socle familial. Dans les sociétés chrétiennes cela s’exprime par le quatrième commandement du Décalogue : « Tu honoreras ton père et ta mère ».
Marine Le Pen doit politiquement tout à son père qui l’a embauchée au service juridique du Front National et imposée dans les instances dirigeantes et ce, contre l’avis de nombreux cadres du Front National durant les années 2000. Lors du Congrès de Nice en 2003, Marine Le Pen qui a été classée 34ème à l’élection du comité central fut nommée vice-présidente du FN et donc membre du Bureau Exécutif par son père. Au congrès de 2007, Bruno Gollnisch voit disparaître la délégation générale dont il était le responsable et se retrouve relégué à une fonction de vice-président exécutif chargé des affaires internationales alors que Madame Le Pen est nommée par son père vice-présidente exécutive chargée de la direction du Front National. J’avais à l’époque résumé la nouvelle situation de la direction par la formule suivante : « Il y a dorénavant une vice-présidente exécutive et un vice-président exécuté ».
Je n’oublie pas non plus la manière ignoble dont notre amie Marie-France Stirbois, militante et élue exceptionnelle a été traitée pour s’être opposée dès le début avec lucidité et courage au double jeu et aux impostures de Marine Le Pen. Marie-France est décédée suspendue du FN mais pas exclue car Jean-Marie Le Pen ne trouvait pas de majorité au Bureau exécutif ou au Bureau politique pour l’exclure. L’ancien président du FN a ainsi épuré de manière systématique, impitoyable et sans aucun état d’âme tous ceux qui osaient contester les ambitions ou les idées de sa fille. Ce n’était plus le Front National et la préférence nationale mais le Front familial et la préférence familiale. Et puis, cerise sur le gâteau, Jean-Marie Le Pen a soutenu ouvertement et totalement sa fille contre Bruno Gollnisch à l’occasion de la grande mascarade du congrès de succession à la présidence du Front National. Chacun se souvient des formules élégantes du style : « il arrive que les dauphins s’échouent sur les plages » ou bien « on ne compare pas une 2 CV à une Formule 1 », etc…
La tentative de mise à mort électorale et politique de Jean-Marie Le Pen par sa fille est, dans ce contexte, particulièrement infâme. Il est bien évident que Jean-Marie Le Pen ne récolte que ce qu’il a semé et qu’il a lui-même creusé le trou dans lequel sa fille veut le jeter, mais la preuve est faite que Marine Le Pen ne respecte rien ni personne, ni même le père à qui elle doit tout. Elle portera toute sa vie l’infâme souillure de ce parricide politique et le discrédit moral définitif qui l’accompagne.
Cela faisait 35 ans que les partis du système rêvaient de se débarrasser de Jean-Marie Le Pen qui avait échappé jusqu’à présent à tous les peletons d’exécution médiatiques. Personne n’aurait pu imaginer que le coup de grâce lui soit porté par sa propre fille. Quelle jubilation pour tous les ennemis de la cause nationale.
 
Question : Quel est selon vous à ce stade la marche de manœuvre de Jean-Marie Le Pen ?
Elle est très faible. La peine de mort électorale a déjà été appliquée car il a dû renoncer par la force à sa candidature en PACA au profit de sa petite fille qui s’est d’ailleurs empressée d’indiquer quelle ne voulait pas d’un « ticket » avec Bruno Gollnisch. Bruno fera ainsi partie de la même fournée que Jean-Marie Le Pen. Ite missa est.
Jean-Marie Le Pen qui est le dos au mur en est réduit à essayer de survivre politiquement en sauvant la présidence d’honneur du parti qu’il a fondé en 1972 et dont il a été le président durant 40 ans. Je pense qu’il dispose d’arguments statutaires et juridiques solides. Par ailleurs la multiplication des mises en examen dans l’entourage de Marine Le Pen devrait l’inciter à réaffirmer son rôle de président d’honneur en exigeant des explications sur ces affaires et la mise en place d’un audit sur le financement des campagnes électorales ainsi que la création sous sa présidence d’honneur d’une commission d’enquête…
Mais je ne connais pas quel est son niveau de détermination et comme disait un célèbre humoriste : « En termes de prédictions l’avenir c’est compliqué ».
 
Question : Compte tenu de l’évolution du FN comment voyez-vous l’avenir de la droite nationale ?
Une chose est acquise aujourd’hui, M. Philippot et Madame Le Pen ne représentent plus les idées ni les valeurs de la droite nationale française. Leur populisme de gauche, leur souverainisme de gauche et leur démagogie électoraliste les ont classés dans le camp de l’imposture. Je pense souvent, puisque Monsieur Philippot se dit Gaulliste, à nos compatriotes pieds noirs qui en 1958 acclamaient de Gaulle en croyant qu’il allait sauver l’Algérie française alors qu’il avait déjà décidé de l’abandonner et de la livrer aux tueurs du FLN en trahissant ainsi tous ceux, militaires et civils, qui s’étaient rangés du côté de la France. Le Gaullisme est décidemment une belle école de l’imposture politique.
Le Front national canal historique dont je faisais partie avec fierté défendait des convictions même si celles-ci n’étaient pas populaires. Marine Le Pen ne défend que ce qui est populaire ou dans l’air du temps et ce, quelles que soient les convictions.
Entre les reniements politiques et personnels, l’allégeance idéologique à la pensée unique, la démagogie grossière et les mises en examen de ses proches, on peut dire que le parti de Madame Le Pen est vraiment devenu un parti comme les autres. Elle est entrée de plain pied dans le système UMPSFN, le système de la bande des trois.
Lorsque j’ai fondé avec de nombreux anciens cadres du Front National le Parti de la France, j’avais indiqué publiquement que je n’avais aucune confiance ni politique ni personnelle en Marine Le Pen. Les faits ne cessent de nous donner raison.
Voilà pourquoi il est plus que jamais nécessaire d’œuvrer à la refondation de la droite nationale et c’est la vocation du Parti de la France. Notre porte est ouverte à tous les nationaux qui veulent défendre nos valeurs européennes et chrétiennes de civilisation, notre identité nationale, le droit du peuple français à rester lui-même et à disposer de lui-même, notre programme de droite économique et notre projet de patriotisme social.
Il est temps que tous ceux qui veulent mener la bataille politique, culturelle et historique de résistance nous rejoignent. Ne soyons pas les spectateurs de la débâcle française.
Nous pourrons ainsi défendre ensemble notre idéal, nos valeurs, nos convictions, nos familles, notre France et notre Europe.
C’est notre devoir et ce sera notre fierté.

Voir les commentaires

Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz

28 Avril 2015, 11:59am

Publié par Thomas Joly

Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz
Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz
Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz
Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz
Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz
Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz
Samedi 25 Avril, le Président du Parti de la France s'est rendu à Metz pour une conférence de presse durant laquelle il présenta la ligne politique du Parti de la France aux journalistes présents et les différences fondamentales par rapport à un Front National devenu aujourd'hui un laquais du Système qu'il prétendait jadis combattre. Carl Lang insista tout particulièrement sur les différences d'un point de vue économique entre les programmes du Parti de la France et celui du Front mariniste. Alors que le premier met en avant la défense des libertés économiques et de l'initiative privée, le second s'enfonce dans un programme économique dirigiste et de type stalinien. Enfin Car Lang fixait le prochain objectif électoral pour les législatives de 2017 non sans avoir fait les deux annonces importantes de la journée :
- La nomination de Dominique Biry en tant que Chargé de Mission du Parti de la France pour la Moselle
- Le ralliement de deux conseillers municipaux de Sarrebourg, Bernard Brion et Nicolas Vidal rejoignant le camp de la véritable droite nationale, le Parti de la France
 
A suivi un déjeuner avec Carl Lang, ce qui fut l'occasion de prendre de nombreux contacts et d'échanger entre camarades de la Moselle, mais aussi de la Meurthe-et-Moselle et de l'Alsace. Ces échanges nous permettrons à l'avenir de coordonner nos actions avec les militants de ces trois départements limitrophes lorrains. Assurément, une très bonne journée militante du Parti de la France
Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz

Voir les commentaires

Pas de larmes pour Serge Atlaoui !

27 Avril 2015, 06:48am

Publié par Thomas Joly

La bien-pensance se mobilise pour Serge Atlaoui, condamné à mort par la justice indonésienne pour trafic de drogue.

Mais qui est ce personnage ? Avant de rejoindre la banlieue de Jakarta en Indonésie, il était soudeur à Metz. Un recruteur lui aurait, selon ses propres dires, proposé « 2.000 euros par semaine », versés au noir, pour installer des machines dans une usine d’Asie du Sud-Est.

« Je me suis bien dit qu’il y avait quelque chose de louche » avoue-t-il. Mais cela ne l’a pas dissuadé de travailler pour un laboratoire de trafiquants de drogue.

Or, au vu des ravages causés par les stupéfiants, comment avoir la moindre pitié pour ceux qui veulent s’enrichir sur cette activité criminelle ? Les trafiquants de drogue sont des assassins. Chaque jour, ils brisent des vies et détruisent des familles. Ils ne méritent aucune clémence.

Source

Voir les commentaires

Dans le n°39 de la revue Synthèse nationale : un grand entretien avec Carl Lang, Président du Parti de la France

27 Avril 2015, 06:40am

Publié par Thomas Joly

Commandez en ligne ce numéro cliquez ici

Abonnez-vous à la revue Synthèse nationale cliquez là

Voir les commentaires

Ramatoulaye, Najat, Jamel : politique et éducation en France occupée

27 Avril 2015, 06:35am

Publié par Thomas Joly

« Il faut un ministère de l’Instruction publique, ou de la Rééducation nationale si vous préférez. On est arrivé à un moment où l’école, vecteur principal en France de l’ascenseur social, ne fonctionne pas. Et Mme Vallaud-Belkacem fait tout ce qu’il faut faire pour empirer la situation. Alors qu’on attend depuis tellement longtemps une réforme du collège, je trouve que sa réforme, inspirée des expériences pédagogiques les plus hasardeuses, est ce qu’il y a de pire en matière éducative. C’est vraiment terrible » a dénoncé l’Africaine Ramatoulaye Yade-Zimet, critiquant notamment la volonté de la Marocaine Najat Belkacem de promouvoir l’Algérien Jamel Debouzze.

« Que les socialistes n’aient pas compris cela ne m’étonne pas, puisqu’ils préfèrent Jamel Debbouze » a-t-elle ajouté.

La Marocaine est l’une des dirigeantes « dont les actes auront les conséquences les plus préjudiciables pour notre système éducatif et donc pour notre pays » a encore asséné l’Africaine, voyant dans les politiques du gouvernement pro-invasion des accents… racistes.

« Penser que ces nouveaux publics de l’école, les jeunes défavorisés, ne sont pas capables de comprendre Racine ou Molière, c’est un crime. Et que cela vienne de socialistes qui se disent républicains, c’est encore pire. […] J’ai vu aussi que Madame Najat Vallaud-Belkacem est d’accord pour l’enseignement du fait religieux à l’école. Deuxième crime. Elle fait tout à l’envers. Que le Premier ministre se joigne à cela, c’est quelque chose encore plus grave. […] On préfère Jamel Debbouze comme on a préféré le rap, les cultures de la rue qu’on a promues comme étant les lieux du savoir. C’est sidérant » a conclu l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy.

Source

Voir les commentaires

Compte-rendu de la 3ème Journée régionale de Synthèse Nationale dans le Nord

27 Avril 2015, 06:31am

Publié par Thomas Joly

Compte-rendu de la 3ème Journée régionale de Synthèse Nationale dans le Nord
Compte-rendu de la 3ème Journée régionale de Synthèse Nationale dans le Nord
Compte-rendu de la 3ème Journée régionale de Synthèse Nationale dans le Nord
Compte-rendu de la 3ème Journée régionale de Synthèse Nationale dans le Nord
Compte-rendu de la 3ème Journée régionale de Synthèse Nationale dans le Nord
Compte-rendu de la 3ème Journée régionale de Synthèse Nationale dans le Nord

Une fois de plus, une minable manœuvre a été tentée cette fin de semaine pour empêcher la bonne tenue de la  journée régionale annuelle de Synthèse nationale dans le Nord.

On se souvient qu'il y a deux ans la salle que nous avions retenue pour la première édition de ces rendez-vous militants nous avait été "sucrée" au dernier moment par le pleutre maire de Marcq-en-Baroeul qui avait lamentablement cédé aux injonctions de l'officine stipendiée SOS-Racisme. En catastrophe, nous avions alors trouvé une salle de remplacement dans laquelle nous avons, depuis, tenu nos journées régionales.

L’an dernier, à la veille de notre deuxième journée, quelques barbouillages nocturnes avaient dégradé les murs avoisinant mais il en faut plus que ça pour nous impressionner.

Cette année les larbins du Système ont sournoisement tenté un stratagème qui a, lui aussi, lamentablement échoué. En effet, vendredi dernier le directeur de la salle a été informé par la police que son local ne correspondait plus aux normes en vigueur (la commission de contrôle avait pourtant récemment apprécié la bonne tenue des lieux) et que, par conséquent, il fallait annuler notre réunion de dimanche. Dont acte, puisque la salle prévue n’est pas autorisée à recevoir une réunion publique, une autre salle voisine qui appartient au même propriétaire, peut, elle, recevoir une réunion privée. Sans que personne ne s’en soit rendu compte, notre réunion qui avait été publiquement annoncée s’est donc privativement tenue.

C'est donc dans une ambiance amicale que s'est déroulée la 3e Journée régionale (Flandre, Artois, Hainaut) de Synthèse nationale ce dimanche 26 avril à Nieppe, près de Lille, en présence d'une centaine de participants, et cela malgré les fourberies du pouvoir socialiste en place.

Ironie du sort, le thème de cette réunion était "La liberté menacée". Les intervenants qui se succédèrent au cours des deux tables-rondes animées par Luc Pécharman purent donc dresser un véritable réquisitoire contre la clique Hollande-Valls-Taubira qui est actuellement sensée gouverner la France et qui semble plus préoccupée par ses obsessions antifascistes que par le bien être de notre peuple. 

Dès l'ouverture le public était au rendez-vous. Plusieurs stands associatifs et politiques l’attendaient, comme ceux du Parti de la France, de Terre et peuple, des associations identitaires flamandes, de Rivarol, d'une librairie nationaliste et bien-sûr celui de Synthèse nationale qui présentait le nouveau numéro (n°39) de la revue. De nombreux nouveaux abonnements furent d'ailleurs enregistrés.

Au cours de la première table-ronde, en tout début d'après-midi, prirent la parole successivement Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France, venu en voisin puisqu'il est un ancien élu de Picardie, Robert Spieler, le fameux chroniqueur de l'hebdomadaire Rivarol qui vient de faire parler de lui en publiant un entretien avec Jean-Marie Le Pen, et Arnaud Raffard de Brienne, essayiste et spécialiste de la désinformation. Lire la suite

Voir les commentaires

Diafoirus a-t-il rédigé les programmes du collège ? (par Jean-Michel Léost)

27 Avril 2015, 06:30am

Publié par Thomas Joly

Ces derniers jours, les médias se sont beaucoup gaussés du jargon qu’on trouve dans le projet de programmes pour le collège. Lundi dernier, le 20 heures de France 2 y a même consacré un reportage. C’est que de se gausser, il y a matière ! En français, par exemple, il s’agira de « mobiliser en réception et en production de textes les connaissances linguistiques permettant d’analyser les propriétés d’un élément linguistique et son degré d’acceptabilité ». En langues vivantes, on va « se familiariser avec des mobilités virtuelles, se préparer à des mobilités physiques » ; ou encore « communiquer pour devenir médiateur entre les cultures ». Mais la médaille revient sans doute à l’éducation physique et sportive. Les élèves devront ainsi apprendre à « se déplacer de façon autonome, plus longtemps, plus vite dans un milieu aquatique profond standardisé » ou à « coopérer pour s’adapter collectivement à la confrontation adverse dans le but de remporter le match » ; on s’exercera aussi au « duel médié par une balle ou un volant ».

Ceux qui connaissent le jargon des IUFM, qui firent depuis 1989 le malheur de l’Éducation nationale, ne s’étonneront guère de ce mélange de cuistrerie, de suffisance et de vanité : ce sont les mêmes, ou ceux qu’ils ont contaminés, qui ont inoculé dans les programmes ce prétendu langage d’expert, propre aux charlatans. Il est vrai que tout le texte n’est pas du même acabit, mais le fait qu’on puisse y relever ces perles est symptomatique. D’ailleurs, ses partisans ne remettent aucunement en cause leur géniale production.

Le syndicat majoritaire des enseignants d’EPS s’indigne de ces attaques qui donneraient à penser qu’« un enseignement se préoccupant du corps (donc considéré comme de bas niveau intellectuel ?) devrait forcément s’écrire dans un langage trivial et non se théoriser ». Et de conclure que « les programmes devraient d’abord être écrits pour les enseignants, [leurs] premiers utilisateurs ». Il semble ignorer que la plupart des professeurs sont les premiers à railler ce langage. Najat Vallaud-Belkacem ménage la chèvre et le chou : « Les enseignants, comme tous les professionnels, utilisent un vocabulaire expert. Toutefois, je souhaite et je demande que les programmes soient lisibles par tous et donc écrits dans une langue que tout le monde peut comprendre. » Le problème, c’est que tout le monde comprend que ces soi-disant experts sont des faussaires. Quant au président du Conseil supérieur des programmes, il a pris les devants en défendant ses petits dans Le Figaro du 16 avril : « [L’utilisation d’un jargon], je dirais qu’il est inhérent à tout milieu professionnel. Nous nous sommes efforcés de le limiter par rapport aux propositions initiales des groupes d’experts. » Ouf ! Grâce à lui, nous aurions donc échappé au pire !

Dans Le Malade imaginaire, Molière critique, à travers le personnage de Diafoirus, ceux qui enrobent leur incompétence d’un langage jargonnant. Les Diafoirus ne sont pas morts : ils sont d’autant plus ridicules qu’ils se prennent au sérieux !

Source

Voir les commentaires

À Peyrelevade (Limousin), les retraités français mis à la porte, remplacés par des délinquants étrangers

25 Avril 2015, 10:10am

Publié par Thomas Joly

Peyrelevade (Limousin), village de 816 habitants, a perdu sa maison de retraite. Les Français qui sont nés, ont travaillé, vécu, versé leur sang pour la France ont été priés d’aller mourir ailleurs. Les bâtiments ne sont pas restés longtemps vides : une soixantaine de délinquants étrangers prétendument « demandeurs d’asile », essentiellement venus d’Afrique, seront hébergés dans l’ancienne maison de retraite reconvertie en centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA). Les étrangers représenteront près de 10 % de la population.

« Le but de créer un CADA sur la commune a été de redynamiser [sic] le bourg et d’occuper l’ancienne maison de retraite » s’est vanté le maire de gauche Pierre Coutaud qui a répondu à l’appel du gouvernement.

Pendant que des millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté sans aide du régime, que les classes moyennes sont pressurées de toute part, ces étrangers qui ont violé nos frontières pourront occuper 2.353 m² de bâtiment découpés en 26 appartements tout équipés – lits, y compris draps et couvertures, frigo, salle de bain équipée, etc. –, avec cuisine et buanderie collective pour permettre la perpétuation des coutumes étrangères. Quand les Français voient leurs véhicules être détruits par centaines chaque semaine en France, ces étrangers auront eux un véhicule à leur disposition. Le contribuable de Peyrelevade a été spolié de 1,2 million d’euros pour refaire à neuf l’ancienne maison de retraite.

Au moins cinq personnes seront payés exclusivement pour s’occuper de ces quelques dizaines d’étrangers par l’association Forum réfugiés Cosi, financée par le contribuable. Lire la suite

Voir les commentaires