Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

20 morts : « une belle fête » pour le CRIJF

12 Janvier 2015, 06:42am

Publié par Thomas Joly

Sur son compte Facebook, le CRIJF (Conseil représentatif des institutions juives de France) nous a donné l’occasion d’apprendre qu'une marche de deuil après des attaques terroristes qui ont fait 20 morts était une « belle fête »...

Source

Voir les commentaires

Ils n’ont absolument rien à voir avec l’islam (par Thibaut d'Arcy)

12 Janvier 2015, 06:33am

Publié par Thomas Joly

S’il faut en croire les faiseurs de l’opinion dominante – la seule que nous aurions le droit d’exprimer sans nous exposer à la malédiction sociale –, l’islam se divise en deux camps : le camp des terroristes, des radicaux, des fous furieux, des « énergumènes » qui, cela va de soi, n’ont « absolument rien à voir » avec le vrai islam, et le camp des modérés, des pacifiques, des doux, des démocrates qui ont tout à voir avec l’islam authentique, l’islam compatible avec la modernité.

Ceux qui n’ont rien à voir avec l’islam et tuent des innocents au nom d’Allah se comptent sur les doigts de la main, nous dit-on. Les massacreurs du 7 janvier n’étaient que trois. Peut-être quatre, si l’on compte la compagne de Coulibaly. Et même si l’on ajoute à ce quatuor les quelque cinq mille « candidats » ou participants actifs au djihad, la proportion des « illuminés » parmi la communauté musulmane française reste infime, n’est-ce pas ? Les modérés ne sont-ils pas infiniment majoritaires ?

Assurément, si l’on considère comme modéré le petit Abdel, 14 ans, qui déclare à propos de Charb :

Je n’ai aucune pitié pour lui. Il a zéro respect pour nous, les musulmans. Mais ce n’était pas la peine de tuer douze personnes. Ils auraient pu ne tuer que lui.

Ou la jeune collégienne voilée qui répond à son professeur :

Madame, on ne va pas se laisser insulter par un dessin du prophète, c’est normal qu’on se venge. C’est plus qu’une moquerie, c’est une insulte !

Et tous les adolescents de confession musulmane qui ont rechigné ou, pire encore, ont crié « Allah Akbar » lors de la minute de silence de jeudi.

Si l’on pense que le Bilal qui a écrit sur Twitter « Charlie Hebdo sa vs apprendre a dire que le coran c’est de la merde » ou que le Yacine qui a commis un « Perso m’en fou de Charlie Hebdo bien fait pour eux » sont des jeunes gens modérés, parfaitement en accord avec les valeurs démocratiques de la France, alors il est possible, en effet, que la raison l’emporte encore massivement sur le fanatisme au pays de Montaigne et de Voltaire.

Si les musulmans vivant et travaillant sur le sol français qui, apprenant l’assassinat méthodique de dix-sept innocents, n’ont pour d’autre réaction que « Dommage pour le pauvre Ahmed », « On ne va pas pleurer sur des blasphémateurs » ou « Quatre juifs de moins », si ces hommes et ces femmes qui ne ressentent pas la moindre empathie pour leurs compatriotes, et qui se réjouissent de leurs souffrances ou de leur mort, sont eux aussi des musulmans modérés, alors je veux bien croire qu’ils soient de loin les plus nombreux.

Mais évidemment, de cette « modération »-là, nous ne voulons pas. De cette sagesse armée jusqu’aux dents, nous avons raison de nous méfier et de nous défendre. Qui peut dire, aujourd’hui, combien d’Abdel, de Yacine et de Bilal grandissent dans la haine et le mépris de nos valeurs fondamentales ? Un jour viendra – et il sera trop tard – où toutes nos mains n’auront plus assez de doigts pour les compter.

Source

Voir les commentaires

Grand’messe laïciste et antiraciste : casting mondial(iste) inédit pour une manifestation politicienne de rue

12 Janvier 2015, 06:25am

Publié par Thomas Joly

Pour sauver son quinquennat à bon compte, François Hollande n’a pas lésiné sur les moyens. Des millions d’euros ont été dépensés pour organiser une manifestation à Paris dimanche, avec notamment le déploiement de moyens de sécurité extraordinaires. Le rendez-vous est donné à 15 heures sur la place de la République, dans le XIe arrondissement de Paris. Le cortège, censé être silencieux, se dirigea ensuite vers la place de la Nation. C’est François Hollande qui a dirigé cette manifestation politique, un fait quasi unique dans l’Histoire de la République. Il n’y avait eu qu’un précédent, lors d’une autre grande opération de manipulation, organisée par François Mitterrand et le lobby juif à Carpentras en 1990.

Le rassemblement sera placé sous le signe de l’ambiguïté, avec des extrémistes qui défileront pour la défense d’Israël, d’autres pour le droit d’insulter et de dénigrer tout ce qui leur plaît tout en censurant et interdisant tout ce qui leur déplaît, à commencer par les valeurs de la Tradition. Ainsi les représentants de pays islamistes défileront aux côtés de communautaristes pédérastes, de marxistes athées et de libéraux vénérant le dieu Argent. C’est tout le projet du Système que de laisser accroire aux peuples du monde – la manifestation aura très large écho international – que le Système rend possible la coexistence d’entités foncièrement nocives et destructrices avec des impérialismes religieux au nom de valeurs inférieures matérialistes. Lire la suite

Voir les commentaires

« Je te bute à la kalach » (par Javier Portella)

12 Janvier 2015, 06:16am

Publié par Thomas Joly

Avant les « événements terribles de ces jours »… Non, arrêtons la novlangue : avant les premières escarmouches de la guerre qui vient de nous être déclarée – des petits riens, par rapport à ce qui nous attend –, les choses étaient déjà bien claires. La plupart s’entêtaient pourtant à ne pas les voir. Maintenant, tout est devenu limpide, transparent – mais on continuera à fermer les yeux. Une seule différence : le nombre des aveugles va diminuer, et si un sondage était fait en ce moment, ce serait peut-être déjà 30 %, ceux qui penseraient « Keep Calm and Vote Le Pen ».

Après chaque escarmouche, après chaque nouvelle bataille, les aveugles seront certes un peu moins nombreux. Or, ils le seront surtout parmi les braves gens, parmi le peuple, car pour ce qui est de nos prétendues « élites »… Parlons-en, de celles-ci, parlons de ces aveugles « élitaires » au premier rang desquels il faut placer les médias du système. Ce n’est dans aucun d’entre eux que vous apprendrez, par exemple, que les réseaux sociaux se sont enflammés de messages saluant la tuerie de Charlie-Hebdo (« Ces fils de pute ils l’ont bien mérité », « Je suis Muslim et j’aime mon Prophète », etc.). Ce n’est pas non plus dans les médias officiels que vous apprendrez qu’une fois les trois terroristes abattus, les « jeunes des quartiers en difficulté » ont continué à pratiquer « le vivre ensemble » au moyen de messages tels que : « Hommage aux frères qui sont tombés », « Morts en martir »(sic), « Que notre seigneur Allah leur ouvre les portes du Paradis », etc.

Ce n’est ni dans Le Monde, ni dans Libération, ni dans Le Figaro qu’on peut lire de telles choses. On trouve pourtant, dans ce dernier journal, un article sur la façon dont la minute de silence a été suivie dans les établissements scolaires des quartiers « sensibles ». Leur sensibilité était si forte, après la tuerie, que la minute de silence y est souvent devenue… une minute de haine.

« “Je te bute à la kalach”, a lancé, à Lille, un élève de quatrième à son enseignante», peut-on lire dans Le Figaro. Il ajoute : « Dans une école élémentaire de Seine-Saint-Denis, pas moins de 80 % des élèves d’une classe ont refusé cette minute de silence. » Certains se sont mis aussi à raisonner. Par exemple, cet élève de sixième qui a lancé à son prof : « Mais vous ne comprenez pas. Le Prophète, ils n’auraient pas dû le dessiner. Il est au-dessus des hommes ! » Ou cette enseignante qui, sur son compte Facebook, rapporte avoir été accueillie à 8 heures du matin par « Moi j’suis pour ceux qui les ont tués », après quoi elle a demandé à être mutée dans un autre établissement.

Vous retrouverez bien d’autres exemples… à la condition toutefois de ne pas vous attarder sur le titre de l’article : « Charlie Hebdo : ces minutes de silence qui ont dérapé dans les écoles. » Point. Les écoles d’où ? Mais les écoles de l’ensemble de la France, grands dieux ! conclura le lecteur qui, ahuri, ne pourra se remettre du choc qu’en lisant le texte de l’article. « Le dérapage de la minute de silence » (traduction : « Le boycott à la minute de silence ») n’a pas eu lieu, évidemment, dans l’ensemble du pays. Nous n’en sommes pas encore là. Le boycott n’a eu lieu que là où le Grand Remplacement a déjà le plus remplacé.

Le jour où les élèves issus de l’immigration musulmane répondraient avec un respect ému à une telle minute de silence ; le jour où les réseaux sociaux s’enflammeraient avec le mépris profond de cette même immigration pour de tels tueurs ; le jour où des foules de milliers de musulmans descendraient des banlieues pour répudier une horreur d’autant plus grande que les monstres prétendent agir en leur nom : ce n’est que ce jour-là que je pourrais commencer à prendre au sérieux ceux qui prétendent qu’il y a un bon islam profondément opposé au mauvais.

Source

Voir les commentaires

La police de Manuel Valls arrête des colleurs d'affiches du Parti de la France à Paris

11 Janvier 2015, 11:31am

Publié par Thomas Joly

La police de Manuel Valls arrête des colleurs d'affiches du Parti de la France à Paris
La police de Manuel Valls arrête des colleurs d'affiches du Parti de la France à Paris La police de Manuel Valls arrête des colleurs d'affiches du Parti de la France à Paris
La police de Manuel Valls arrête des colleurs d'affiches du Parti de la France à Paris

Cette nuit, lors d'un collage d'affiches à Paris sur le parcours de la « marche républicaine » de cet après-midi, nos militants ont été arrêtés Place de la Nation, interrogés au poste pendant 4h et leurs affiches ont été confisquées sur ordre d'un juge. La République française semble avoir ses priorités...

Voir les commentaires

Pourquoi le Parti de la France ne défilera pas dimanche avec les socialistes et les Imams de l'UOIF

10 Janvier 2015, 16:27pm

Publié par Thomas Joly

Communiqué de Carl Lang, Président du Parti de la France

Le Parti de la France rend hommage et félicite les forces de l’ordre, les unités du GIGN et du RAID qui ont permis une neutralisation rapide des tueurs islamistes.

L’expérience vécue d’une double opération commando doit nous préparer à faire face demain à des actions combinées et multiples sur notre territoire. Dans ce cadre, nous rappelons la nécessité de renforcer considérablement les moyens de nos services de renseignement ainsi que nos forces de police et de gendarmerie afin de relever le défi du terrorisme islamique et des actions révolutionnaires à venir.

Le Parti de la France s’associe et compatit à la douleur de toutes les familles des victimes civiles et policières qui ont été tuées ou blessées durant ces évènements tragiques.

Mais Le Parti de la France refuse de s’associer à la manifestation de récupération politique organisée à l'initiative du parti socialiste qui réunira dimanche en tête de cortège les dirigeants politiques, associatifs et médiatiques qui ont livré notre pays à l’immigration-colonisation et au terrorisme islamiste : Hollande, Valls, Taubira, Harlem Désir, mais aussi Mélenchon, Besancenot ou Juppé, les apparatchiks de la CGT et des associations prétendument « anti-racistes » SOS Racisme, le MRAP, la LICRA ainsi que les imams de l'UOIF...

L'application de leur idéologie fondée sur la destruction de l’identité nationale et des valeurs de notre civilisation chrétienne et européenne ainsi que leur acharnement à imposer au peuple français une politique d’immigration de masse permet aux révolutionnaires islamistes d’agir désormais en France comme des poissons dans l’eau.

Aujourd'hui, répétant comme un mantra « pas d'amalgame », ils refusent de voir la vérité en face et de réaliser que ces islamistes mènent un combat politique et révolutionnaire au nom d’Allah, du Coran et du prophète. En appelant les Français à dénoncer l’islamophobie au lieu de dénoncer l’islamisme révolutionnaire, ces dirigeants politiques servent objectivement les intérêts des ennemis de la France et mettent en danger le peuple français.

Par ailleurs, Le Parti de la France n’oublie pas les persécutions et les assassinats dont sont victimes les Chrétiens d’Orient et ce, dans l’indifférence générale de ceux qui aujourd’hui défilent derrière leur banderole : « Je suis Charlie ».

Les journalistes de Charlie-Hebdo abattus par les tueurs djihadistes sont des victimes de l’islamisme. Cela n’en fait, à nos yeux, ni des héros, ni des saints, ni des modèles. Nous ne sommes pas Charlie, nous sommes Français et nous ferons tout pour le rester malgré les politiques de destruction nationale menées par les partis de la Gauche internationaliste et anti-française.

Contrairement à madame Le Pen qui trépigne d'impatience parce que les socialistes ne lui ont pas envoyé de carton d'invitation, je refuse de défiler derrière ces gens-là et j’appelle tous les patriotes à rejoindre Le Parti de la France.

Voir les commentaires

Carl Lang s'exprime sur les attaques islamistes

10 Janvier 2015, 10:11am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Valls, superhéros d’Israël, mais aussi de l’islam

10 Janvier 2015, 09:40am

Publié par Thomas Joly

« Nos compatriotes, il faut dire les choses clairement, nos compatriotes musulmans ont peur aujourd’hui. L’un de mes meilleurs amis me disait qu’il avait honte d’être musulman aujourd’hui. Il ne faut pas qu’il ait honte » a déclaré Manuel Valls hier, visiblement plus choqué par le fait que des étrangers d’une communauté dont sont issus des tueurs soient « honteux » plutôt que préoccupé par les Français confrontés à un terrorisme étranger, contre d’autres étrangers et des ennemis de la France et faisant des morts innocents.

Source

Voir les commentaires

La France en état pré-insurrectionnel (par Gabriel Robin)

10 Janvier 2015, 09:27am

Publié par Thomas Joly

Les frères Kouachi, Monsieur Amedy Coulibaly, et Mademoiselle Hayat Boumediene partagent quelques points communs : ils ont eu les honneurs des médias compatissants dans leur jeunesse et ils ont été arrêtés par la police à de multiples reprises avant de passer à l’action armée. Les frères Kouachi ont démontré leur maîtrise de l’art du rap dans un reportage diffusé sur France 2, et Amedy Coulibaly a été interrogé par le journal Le Parisien en 2009, date à laquelle il était invité à l’Élysée pour y rencontrer Nicolas Sarkozy. En revanche, nous, Français patriotes, industrieux et honnêtes, ne verrons jamais les caméras de télévision sur les pas de nos portes. Excepté pour être ridiculisés et caricaturés par « Le Petit Journal » et les autres.

Autre ressemblance : ils ont tous bénéficié du laxisme coupable de la justice. Amedy Coulibaly était condamné à cinq ans de prison ferme, en décembre 2013, pour avoir préparé « un projet d’évasion et un attentat de grande ampleur ». Pourtant, il était libre de tuer aujourd’hui. A-t-il finalement été envoyé en stage de slam, de tags, ou de poney, pour se « réinsérer » dans notre société, pour s’y « inclure » ? Car oui, vous le savez, le ministre de la Justice, Christiane Taubira, pense que la répression n’est pas la solution adaptée pour les victimes éternelles. Les seuls à être coupables sont les patriotes, au premier rang desquels figurent les polémistes engagés, soumis à la censure pour avoir prévu ce qui se passe aujourd’hui, soumis à l’injure pour ne pas avoir courbé l’échine face à l’aveuglement d’un pouvoir totalement dépassé par les enjeux contemporains.

Les directs de BFMTV, ou i>Télé auront aussi été l’occasion de découvrir crûment ce que nous savions déjà : un pan entier de la jeunesse soutient les terroristes. Nous avons vu en arrière-plan, rigolards, provocateurs, glissant « quenelles », les supplétifs des forces de la mort ; cette jeunesse qui ne veut pas être française, profondément apatride, décérébrée, ultra-violente, car trop choyée, entretenue. Et nous savons que nombre de minutes de silence ne furent pas respectées dans les lycées, collèges et établissements secondaires français. Tous ces éléments mériteront un examen profond, minutieux, et des solutions concrètes.

Nos analyses sont désormais tristement confirmées par la réalité, et le mur du mensonge n’est plus craquelé, il est brisé. Les patriotes doivent être fiers, car ils sont l’incarnation d’une France lucide et courageuse. Le « vivrensemblisme », la légèreté libertaire ne seront plus ; et nous, de notre côté, essaierons toujours de défendre une idée simple, une idée qui touchera les Français dans leur âme, la seule à même de nous sauver : le vivre français en France. Pour ce faire, il faudra nous redresser, dignement, sobrement, en Français. Et, surtout, ne plus jamais nous arrêter, ne plus jamais écouter les leçons de morale des incompétents et des obscurantistes de l’utopie globaliste.

Source

Voir les commentaires

Quand les valeurs de la République occultent la France (par Aristide Leucate)

10 Janvier 2015, 09:15am

Publié par Thomas Joly

Tandis qu’un attentat ignominieux vient de frapper notre pays, l’on assiste, depuis, à l’interminable et habituel ballet de faux-culs, pleureuses et autres professionnels de la compassion sur commande, qui nous tympanisent avec la « République » et ses inoxydables valeurs prétendument mises à mal par cet acte odieux.

Dans cet embouteillage politique et médiatique, le président de la République lui-même, dans une intervention télévisée de quelques minutes, le soir du drame, a synthétisé l’état d’esprit révélateur de l’incapacité chronique de nos gouvernants à prendre la juste mesure de cet événement funeste comme de ceux, tout aussi tragiques (les « affaires » Merah, Nemmouche, Joué-lès-Tours, Dijon, métro Saint-Michel, etc.), qui ensanglantent notre pays depuis plus de vingt ans. Ainsi, Hollande, à l’instar de ses devanciers, n’a pas manqué de prononcer son inévitable ode à la République « agressée », celle qui véhicule à travers le monde son « idéal de justice et de paix [et son] message de paix, de tolérance ».

Autant de mots affadis, insipides, sonnant faux à force d’avoir été prononcés à tort et à travers contre à peu près tout, le champ lexical s’étant appauvri à mesure qu’il s’étendait indéfiniment à tout ce qui était abusivement fantasmé comme un renversement de régime par les mauvais augures de la gauche antifasciste. Se refusant à toute taxinomie minimale, à tout tamisage (naturellement « discriminant », ô vilain mot !) entre le bon grain et l’ivraie, entre le principal et l’accessoire, le prioritaire objectif et l’infiniment secondaire.

Tout fait ventre « brechtien » pour ces néo-Résistants en retard d’une guerre : le terrorisme (pas seulement islamique), le F-Haine, le racisme, l’antisémitisme, les Manifs pour tous, Zemmour, Dieudonné, Finkielkraut et les autres, les indignés hesséliens, la diversité sportive triomphante… Et toujours ce même message d’une insondable vacuité sur les introuvables valeurs de la République, improbable allégorie qui a fini par obscurcir l’essentiel : la France.

Comme le soulignait pertinemment Philippe Bilger, « si le verbe humaniste et creux demeure le seul langage de notre République, on peut présumer que demain d’autres drames l’endeuilleront […] Notre République ne fait pas, ne fait plus peur. Ses admonestations n’intimident plus personne ».

Mais voilà, depuis quarante ans, LA France, celle du sacre de Reims, de la bataille de Valmy, de Jeanne d’Arc à Clemenceau, de Clovis à de Gaulle, de Du Bellay à Aragon, d’Aristide Bruant à Jean Ferrat, de Villon à Eugène Sue, de Maurras à Pierre Leroux, du mont Saint-Michel à la Cité des Papes, de nos beffrois comme de nos caves voûtées, cette France charnelle et éternelle est conchiée, conspuée, abhorrée, honnie par tous les salisseurs de mémoire portant fièrement la honte en bandoulière.

Depuis hier, ces faces de catastrophe sont stupéfaites de voir leur impuissante « République » rejoindre le charnier de leurs utopies. C’est le prix à payer pour avoir éparpillé notre seul bien commun aux quatre coins de l’oubli.

Source

Voir les commentaires

Amédy Coulibaly avait rencontré Nicolas Sarkozy et a été libéré par Christiane Taubira

9 Janvier 2015, 19:11pm

Publié par Thomas Joly

Amedy Coulibaly, le tueur de policière de Montrouge jeudi matin et preneur d'otages dans une épicerie casher à Saint-Mandé, porte de Vincennes, a rencontré le Président Nicolas Sarkozy en 2009.

En passant, l'homme devrait se trouver en prison depuis 2013 mais libéré il y a deux mois suite à la loi Taubira qui autorise la libération de prisonniers pour les condamnations de allant jusqu'à 5 ans d'enfermement. Merci beaucoup Madame.

 

 

Voir les commentaires

Saïd et Chérif Kouachi, Amedy Coulibaly, Hayat Boumeddiene : mais quel amalgame pourrait-on bien faire ?

9 Janvier 2015, 17:45pm

Publié par Thomas Joly

Combien de ces braves gens peuplent nos banlieues ?

Voir les commentaires

Médiateur gauchiste, journalistes complices, juges et politiciens coupables : comment le système a aidé Chérif Kouachi

8 Janvier 2015, 06:47am

Publié par Thomas Joly

Chérif Kouachi, 34 ans, est le principal suspect de l’attaque contre Charlie hebdo avec son frère, Saïd Kouachi, 32 ans. Ils auraient été aidés par Hamyd Mourad, un islamiste de 18 ans qui s’est rendu hier soir à la police.

Chérif Kouachi et son frère ne sont pas des inconnus. Le premier a été condamné en 2008 à 36 mois de prison, dont 18 ferme. Une peine d’une incroyable légèreté pour une affaire d’association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. Il avait été reconnu coupable d’avoir participé à une filière islamiste aidant au recrutement et à l’envoi de tueurs en Irak.

Ces deux occupants de Paris s’étaient islamisés au vu et au su de tous, à commencer par les autorités. Ils fréquentaient alors une mosquée de la rue Stalingrad, dans le XIXe arrondissement de Paris, l’un des quartiers les plus envahis de la capitale. Ils avaient alors intégré la cellule et s’étaient mis aux ordres de Farid Benyettou – qui n’avait écopé, lui, que de six ans de prison. Connu comme un salafiste appelant au meurtre, ce dernier avait pu durant des années multiplier les provocations – comme organiser régulièrement des prières de rue au début des années 2000, pendant que Nicolas Sarkozy était ministre de l’Intérieur – et pu mettre en place la cellule terroriste.

Le démantèlement de la cellule avait permis à Chérif Kouachi d’échapper au départ : il avait déjà acheté son billet pour la Syrie, d’où il devait rejoindre les groupes de terroristes en Irak. Après sa libération, il serait parti avec son frère dans les rangs des égorgeurs du Front al-Nosra, lié à al-Qaïda, où il a pu patiemment s’entraîner et se préparer à venir commettre des crimes en France.

Une vidéo, publiée à l’époque par France 3, montre la complicité de la totalité de l’establishment républicain, depuis un pseudo « animateur social » croyant au repentir de l’islamiste, en passant par son avocat, Me Vincent Ollivier, mentant éhontément devant les caméras :

« Mon client a été manipulé. Plus l’échéance de son départ approchait, plus il avait peur. Il ne savait plus comment sortir de cette situation. Il fume, il boit. Ce qui l’intéresse, c’est le foot. C’est une cible idéale [sic] pour les prêcheurs islamistes » affirmait-il. Les journalistes n’ont pas été moins complices, comme ceux de France 3 dans la vidéo ci-dessus, ou encore Patricia Tourancheau, qui écrivait en 2005, à propos du « fragile Kouachi » : « Me Ollivier retouche la carrure du tandem Bouchnak-Kouachi : « Le ministère public essaie de les relier à Ben Laden et Zarqaoui. Mais ce ne sont que deux jeunes de 22 ans qui ont pris un billet pour la Syrie, avec un retour. D’ailleurs, Chérif Kouachi ne cesse de remercier la justice de l’avoir mis en prison. Depuis, une boule a disparu de son ventre. » »

« La tentation du Jihad a bien failli le transformer en chair à canon. Le livreur de pizzas ne veut pas mourir à 22 ans » concluait la très inspirée journaliste du journal d’extrême gauche.

Les juges sont tout autant coupables, eux qui lui infligèrent une peine dérisoire, tout comme les politiciens n’ayant jamais pris la mesure des problèmes causés par l’invasion et l’ayant promue, imposée, contre la volonté du peuple français.

Source

Voir les commentaires

Charlie Hebdo : « C’est toute la France qui est touchée ! » Vraiment ? (par Marie Delarue)

8 Janvier 2015, 06:31am

Publié par Thomas Joly

Dans l’adversité, face à l’horreur d’un crime que le monde (presque) entier qualifie d’« épouvantable barbarie », la France se soude. On oublie pour un temps les querelles, les chicayas, la guerre des chefs et celle des partis. Le président Hollande l’assure, « il s’agit d’un attentat » – que pourrait-ce bien être d’autre ? – « contre des journalistes qui avaient toujours voulu montrer qu’ils pouvaient agir, en France, pour défendre leurs idées ». Même Christiane Taubira, qui hier suggérait aux journalistes de « changer de boulot », a déclaré ce matin son amour à la presse : « Vous êtes précieux, vous êtes très précieux ! »

De gauche à droite en passant par le centre et les extrêmes, les politiques n’ont qu’un seul mot : « pas d’amalgame ». Mélenchon – et son staff qui a pris le temps de nouer l’écharpe rouge et d’acheter des roses de la même couleur – arrive rue Appert pour dénoncer un « assassinat politique ». « Le but est de nous diviser », dit-il. Mais cela n’arrivera pas. L’imam de Drancy est là pour l’affirmer lui aussi : « Leur haine, leur barbarie n’a rien à voir avec l’islam. »

Hommes de foi, hommes de bien, hommes de toutes les confessions, journalistes le redisent en écho : le pays « se rassemble dans la douleur », « c’est toute la France qui est touchée ! »

Toute ? Vraiment ?

Robert Ménard s’est exprimé ici quelques heures après l’attentat, disant en homme libre lui aussi ce que l’on essaie de taire. Il écrit : « Non, la rédaction de Charlie Hebdo n’a pas été attaquée par des gens adversaires de la liberté de la presse. Elle a été attaquée parce qu’elle avait osé, courageusement, librement, critiquer l’islam. »

Et force est de constater, à l’appui de cet énoncé, qu’il ne manque pas, sur la blogosphère en ébullition, d’individus pour se réjouir du massacre perpétré à Charlie Hebdo.

Florilège :
• Diazzir : Prier pour les victimes de l’attentat ? Mais il est fou l’imam de Drancy. Ceux qui font ça vous êtes les pires des duper j’vous l’dis.
• Teammaroc : On récolte ce que l’on sème.
• Numero Una : je félicite les 2 qu’ont tuer Charlie Hebdo.
• Sufyan : ils caricaturent le prophète insultent le coran c’était sur que ca arriverais.
• Reda Stion : en espérant que les flics était juif.
• Yacineee Fennec : Perso m’en fou de Charlie Hebdo bien fait pour eux.
• Mootmoot : Oh bordel Charlie hebdo ahahah j’suis trop content c fils de pute de raciste ahahahah j’irai rire sur leur tombe.
• NoVerrattiNoParty : On peut pas souhaiter de mort. Mais c’est bien fait pour Charlie Hebdo. A force de jouer avec le feu on se brûle.
• LeeeeeeePeeen : Mdr le mec qui a fait ca a Charlie Hebdo Cest un ouf ptdr. Il s’est cru dans call of. Bien fait.
• BiTTuuMMe : Bien fait pour vos gueules bande d’enculés.
• S.L. : Ces fils de pute de Charlie Hebdo ils méritaient la mort 100 fois. Bien fais.
• Dzaïri En Folie : 10 morts 5 blessés chez Charlie Hebdo, tôt ou tard vous deviez payé vos caricature.
• Bilel : Ptdr CHEH pr la fusillade Charlie hebdo sa vs apprendre a dire que le coran c’est de la merde.
• Marlo : Charlie hebdo se sont fait attaquer y merite que sa ses fdp la roue tourne.
• Ali ibn Abi Talib : J’ai juste envie d’embrasser le front des deux soldats d’Allah, jazakom Allah khayr mes frères qu’Allah vous récompense x10000.
Etc.

C’est cela, une France soudée dans la douleur ?

Source

Voir les commentaires

Face aux tueurs islamistes, l’État socialiste est incapable d’assurer la sécurité des Français

7 Janvier 2015, 21:19pm

Publié par Thomas Joly

Communiqué de Carl Lang, Président du Parti de la France

Dans un communiqué du 28 septembre 2014 j’écrivais au nom du Parti de la France :
« La guerre de domination et de conquête menée par l’Internationale révolutionnaire islamique en terre d’Islam et dans le monde est une guerre totale : elle est bien entendu, une lutte armée mais aussi une guerre religieuse, psychologique, politique et révolutionnaire. L’objectif politique final annoncé est l’établissement d’un ordre islamique planétaire basé sur la charia et la destruction de tous les ennemis de l’Islam ».

La tuerie des locaux de Charlie Hebdo qui n’est malheureusement qu’un des premiers épisodes de cette guerre totale vient d’illustrer tragiquement la capacité d’action terroriste des islamistes sur notre territoire national. Ce carnage illustre par ailleurs dans le même temps la dramatique incapacité du pouvoir socialiste à comprendre la nature de la menace et sa totale incapacité à faire face aux nouvelles organisations révolutionnaires qui se multiplient et dont les méthodes ne cessent d’évoluer et de s’adapter.

Le processus d’immigration-colonisation voulu et mis en œuvre depuis 1981 par la Gauche a ouvert la voie au phénomène d’islamisation massive de la société française. C’est le fruit de cette politique immigrationiste et d’islamisation qui permet aujourd’hui aux révolutionnaires islamistes de recruter massivement pour le Djihad et d’agir en France comme des poissons dans l’eau.

Le Parti de la France renouvelle comme en septembre dernier ses demandes de mesures d’urgence afin de rétablir la sécurité intérieure.

  • que les moyens affectés à nos services de renseignement et à nos forces spéciales soient décuplés et que le milliard de dollars promis par Hollande au « fonds vert » censé lutter contre le réchauffement climatique, soit affecté intégralement à nos forces armées et de police ;
  • le rétablissement des contrôles aux frontières nationales. Notre sécurité intérieure étant directement menacée, la France doit sortir immédiatement de l’espace Schengen. L’absence de contrôles aux frontières intérieures de l’Union est en effet un cadeau fait à tous les trafiquants d’armes ainsi qu’aux réseaux djihadistes ;
  • l’arrêt immédiat de toute immigration en provenance des pays arabo-musulmans à l’exception éventuelle d’un soutien humanitaire accordé aux Chrétiens d’Orient persécutés. Il est temps d’en finir avec le processus d’immigration-colonisation et d’islamisation de la France ;
  • qu’il soit définitivement mis un terme à la politique d’attribution automatique de la nationalité française pour les étrangers nés en France, véritable politique de destruction de l’identité nationale ;

Si le Président de la République n’est pas capable de prendre les mesures nécessaires et urgentes de sauvegarde nationale et de lutte contre les réseaux et les tueurs djihadistes, le mieux pour la France et les Français est qu’il parte. 

Voir les commentaires