Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Législative partielle à Valenciennes : Dominique Slabolepszy candidat du Parti de la France !

3 Juin 2014, 08:52am

Publié par Thomas Joly

Article de la Voix du Nord du 01/06/14 :

Il doit aimer les campagnes électorales, Dominique Slabolepszy. Après avoir tenté les municipales, les cantonales et les législatives à plusieurs reprises au cours de sa longue vie, c’est sous les couleurs du Parti de la France qu’il se présente à la députation.

Il fait donc partie des neuf candidats aux législatives partielles des 22 et 29 juin. Dominique Slabolepszy n’a pas tardé à se décider. Pas avant, bien sûr, d’en avoir discuté avec son ami Carl Lang, fondateur dudit parti. Sa remplaçante est une femme, Katy Basseux : lors des municipales de mars, elle était déjà en deuxième position sur la liste de celui que ses proches appellent Slabo.

Connu comme le loup blanc dans le paysage politique valenciennois, copain avec un grand nombre de politiques de tout bord dans l’arrondissement, Slabo est un enfant du pays de Condé. « Un avantage » aux yeux de Carl Lang, venu soutenir « un homme de proximité et de fidélité ». Dominique Slabolepszy ancien secrétaire départemental du Front National a en effet rejoint Carl Lang, lui aussi ancien du FN, dans sa dissidence, survenue au cours des années 2000. C’est, du coup, son troisième parti : il y a bien longtemps, Slabo était à l’UDR.

Infatigable candidat, Dominique Slabolepszy ? Il y a des chances. À 70 ans, l’ancien frontiste, qui fut un temps conseiller régional, entame là son énième campagne. Absolument pas refroidi par ses très maigres scores aux municipales à Valenciennes, surtout la dernière, brouillée par « la présence au dernier moment de Jean-Luc François Laurent (FN) et celle de Didier Legrand », explique-t-il.

Sauf qu’avec le Parti de la France, on a l’impression de voir double. Bref, l’organisation ressemble au front National, s’en approche au niveau des couleurs, des slogans et des postulats mais ce n’est pas le Front National. Pourquoi ? Parce que « Marine Le Pen n’affirme pas son appartenance à la droite, mais fait de la démagogie économique », en tenant « le même discours que Mélenchon ». Pour Carl Lang, son parti représente « la nouvelle droite populaire et nationale » et s’appuie sur un atout, « la défense de la force active de notre économie ».

Pour l’heure, le parti de la France, fondé en 2009 après la rupture de Carl Lang avec le FN ne dispose d’aucun financement public, ni d’aucun député à l’assemblée. Malgré tout, Carl Lang y croit : son parti « a vocation à devenir une grande force politique ».

Voir les commentaires

Soins gratuits pour les clandestins : coût en hausse de 25 % sur un an

3 Juin 2014, 08:44am

Publié par Thomas Joly

Selon un rapport de la mission Santé, les clandestins ont coûté pour le seul poste des soins de santé, via l’Aide médicale d’État (AMÉ), 25 % de plus en 2013 qu’en 2012. Le contribuable français a été volé par le système pour les colons de 744 millions d’euros, 846 en incluant les frais avancés par l’assurance-maladie. Avec cet argent, l’État aurait pu payer pendant un an plus de 63.000 personnes au SMIC pour réaliser des travaux utiles à la France. L’augmentation de l’AMÉ est surtout due aux frais d’hospitalisation.

Cette « aide » est réservée par la République aux seuls immigrés clandestins ; elle permet à n’importe quel Afro-Maghrébin arrivé en France illégalement de bénéficier de tous les soins, totalement gratuitement, alors que de plus en plus de Français sont dans l’incapacité de se soigner correctement et parfois ne peuvent plus se payer des soins vitaux.

À la fin septembre, déjà 278.262 personnes ayant violé nos frontières avaient bénéficié de l’aide.

Source

Voir les commentaires

Rodéos mortels en banlieue : qui sont ces jeunes qui roulent en Ferrari ? (par Marie Delarue)

3 Juin 2014, 08:31am

Publié par Thomas Joly

Soit Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis (93), ville de banlieue sur un nœud ferroviaire, entre Romainville, Bobigny et Bondy. Le vendredi après-midi, les gens ordinaires sont au boulot. Je parle ici de ceux qui se lèvent tôt, ou même qui se lèvent tout court. Et puis il y a des gens pas ordinaires qui, ce jour-là, font la fête, et même qui se marient. Je lis d’ailleurs que ça devient très branché, dans les banlieues, de se marier le vendredi.

Bref, vendredi dernier, à Noisy-le-Sec, un père de famille ordinaire était à son boulot. Stationné avec sa camionnette de chantier, il y chargeait des gravats quand une Porsche, qui faisait la course avec un coupé Mercedes dans une rue à la vitesse limitée à 30 km/h, lui est grimpée dessus. Grimpée, c’est bien le mot juste puisque le malheureux a servi de tremplin au bolide pour atterrir dans le tas de gravats. On ne fait pas le poids contre une Porsche lancée à toute allure. Le malheureux n’a pas eu le temps de voir la mort venir.

L’assassin et son ami chauffard, des gens sans doute pas ordinaires, étaient de noce. On ne sait pas le nom des mariés, pas non plus le nom des chauffards – et pourquoi ne le sait-on pas d’ailleurs ? –, mais on a une idée du contenu de leur boîte crânienne : de la bouillie pour kéké, du bling-bling de bas étage, de la frime en veux-tu en voilà, des diams en verroterie, de la Rolex de bazar. Bref, c’était assurément deux c… de la pire espèce.

Comme la mode est aux mariages le vendredi, elle est aussi aux cortèges de frimeurs : des dizaines de voitures dont des bolides dont on fait ronfler les moteurs jusqu’à la limite de la rupture avant de se lâcher pour un rodéo dans la ville.

Excédé par cette surenchère de connerie criminelle, le maire Laurent Rivoire a bien tenté d’y mettre fin : « On a fait ce qu’on pouvait il y a deux ans en faisant signer une charte de bonne conduite à tous les mariés quand ils déposent leur dossier en mairie. Les époux l’avaient signée. Dans la charte, il est demandé de respecter les horaires et le Code de la route dans la ville », a-t-il dit au Parisien. Et après ? Pas de sanctions pour les contrevenants ?

Monsieur le Maire, franchement : pensez-vous vraiment qu’une « charte » soit susceptible de freiner ces abrutis pathologiques, des gens qui n’ont aucun respect d’autrui et ne connaissent sans doute même pas le sens du mot ? Et puis, surtout, dites-nous donc qui ils sont, ces jeunes capables de dépenser en un week-end ce que ne vous rapporte pas votre mandat en une année, simplement pour frimer dans une grosse cylindrée. Il y avait, paraît-il, ce jour-là dans la noce des Ferrari, Lamborghini, Porsche, etc. Renseignement pris, le prix moyen d’une location de ces bolides est autour de 3.000 euros pour le week-end, assorti d’une caution de 10.000 à 15.000 euros.

Qui s’offre cela ? Pas vous, pas moi. Pas non plus l’ouvrier qui chargeait sa camionnette et laisse trois orphelins. Qui alors ? Des jeunes des cités qui vivent du RSA ?

Source

Voir les commentaires

Mehdi Nemmouche, un Français comme vous et moi ? (par Gabriel Robin)

2 Juin 2014, 09:41am

Publié par Thomas Joly

Mehdi Nemmouche, Français âgé de 29 ans, est soupçonné d’avoir tué quatre personnes au Musée juif de la ville de Bruxelles. L’individu se serait rendu en Syrie en 2013, probablement pour participer au djihad. Plusieurs contributeurs de Boulevard Voltaire, dont moi-même, avaient souligné le danger mortel que représentaient ces jeunes radicalisés partis s’aguerrir en Syrie. Il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour qu’un de ces psychopathes ne passe à l’action meurtrière.

Notre gouvernement, ridicule comme bien souvent, a pris les devants du problème par l’intermédiaire de son ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Dans un tweet du 26 mai 2014 devenu rapidement célèbre, celui-ci tend une main vers ces jeunes égarés : « Aux jeunes qui partent en Syrie, je veux dire qu’il y a 1.000 combats à mener dans la République, pour la France ». Ce discours transcendant aurait certainement convaincu messieurs Merah et consorts de renoncer à leurs sombres projets. Surtout que, désormais, le gouvernement a mis en place un Numéro Vert anti-djihad à la disposition des apprentis terroristes.

De qui se moque-t-on ?

Les djihadistes n’ont que faire de la « République » socialiste, ni même de la France ! Ils ne se sentent pas français, ils haïssent notre pays et sa culture et se fichent éperdument des bonnes intentions universalistes de Christiane, Najat et Bernard.

D’ailleurs, les commentaires sur le susnommé Nemmouche dans les médias étaient, comme bien souvent, empreints d’euphémismes. Le suspect est présenté comme un Français, « originaire » de Roubaix. Son ancienne avocate, Maître Soulifa Badaoui, s’est d’ailleurs complaisamment étalée à la télévision, elle parle d’un jeune homme « intelligent et vif d’esprit, respectueux des règles et respectueux des autres, de son avocat et des juges ». L’expert psychiatre qui l’avait auditionné dans le cadre d’une affaire de droit commun classique estimait même qu’il était d’« un niveau intellectuel légèrement supérieur à la moyenne ». Bientôt, on nous expliquera que c’est la faute de la société, de ces méchants Français qui ne lui ont pas donné sa chance. L’islam n’a rien à voir là-dedans, pas plus que la faillite totale de l’intégration des populations étrangères…

Cette culture de l’excuse n’a que trop duré, nous en avons assez. Aucun Français n’est responsable des meurtriers fanatisés, la France non plus. Et il est temps d’affirmer que l’identité légale n’a rien à voir avec l’identité réelle et vécue. Mehdi Nemmouche n’a de français que sa carte d’identité, rien de plus.

Source

Voir les commentaires

Norbert Tarayre lucide

2 Juin 2014, 09:29am

Publié par Thomas Joly

« Il n’y a plus de tabou en France, mais on ne peut parler de rien. Si tu dis le mot arabe et que t’es blanc, t’es raciste. Si tu dis le mot juif et que t’es blanc, tu es antisémite. On ne peut plus rien dire. Limite t’es gêné quand tu dis une blague » a déclaré Norbert Tarayre, cuisinier, ancien participant du jeu télévisé Top Chef, invité le 31 mai dans l’émission Salut les Terriens.

Source

Voir les commentaires

L’héritage des Européens selon les communistes de l’Éducation nationale

2 Juin 2014, 09:01am

Publié par Thomas Joly

A la question « qu'est-ce qu'être européen aujourd'hui ? », voici ce que répond le manuel : « c'est fondamentalement être des héritiers » :

- des Juifs (placés en premiers et associés à la « liberté de choix » « illustrée pour la première fois » dans le mythe adamique ;
- des Grecs réduits à la notion de « rationalité » dans une perspective maçonnique ;
- des chrétiens réduits à la notion « d’égalité de tous les êtres humains » très éloignée du catholicisme historique ;
- des Arabes qui nous auraient appris « la solidarité communautaire. »

Voilà de quoi l’Européen est l’héritier selon le manuel d’endoctrinement des éditions Vuibert au Concours Professeur des écoles.

Source

Voir les commentaires

En Centrafrique, la sauvagerie est de retour (par François Jourdier)

2 Juin 2014, 08:44am

Publié par Thomas Joly

On peut craindre de voir un jour Paris accusé injustement, comme au Rwanda, d’avoir favorisé l’épuration confessionnelle en Centrafrique.

Après un certain calme depuis le début de l’opération Sangaris, la situation est en effet désolante, marquée par des drames à répétition. Le 25 mai, trois jeunes musulmans qui se rendaient à un match de football de « réconciliation » sont massacrés. La presse locale précise que « leurs organes sexuels et leur cœur ont été retirés ». Le 28 mai, l’église Notre-Dame-de-Fatima est attaquée et au moins une quinzaine de chrétiens, dont l’abbé Paul-Émile Nzalé, sont massacrés par des assaillants venus du PK5, dernier quartier musulman de Bangui. En représailles, les chrétiens s’en prennent alors à une mosquée.

Rien ne semble désormais arrêter l’escalade.

Les Français, qui n’étaient que 1.600 au début de leur mission, pour un pays plus grand que la France, ont cherché d’abord à s’interposer entre les communautés. Désormais, les 2.000 soldats français et les 5.800 soldats africains de la MISCA (Mission internationale de soutien à la Centrafrique) sont vilipendés par une partie de la foule au côté de Catherine Samba-Panza, la présidente de transition, qui est perçue comme la protégée de Paris.

Ce qui est navrant, c’est qu’en Centrafrique, il n’y avait pas, avant l’arrivée de la coalition rebelle musulmane Séléka, de conflits interreligieux.

Jusqu’à la colonisation française, les populations de cette région servaient de vivier humain aux esclavagistes musulmans venus du Soudan : elles se convertirent donc massivement au christianisme. Les Centrafricains de souche sont à 95 % chrétiens et animistes, les 5 % restants vivant dans l’extrême nord-est du pays. Les musulmans de Bangui étaient alors pour la plupart des étrangers, surtout des commerçants tchadiens ou maliens qui étaient acceptés. Lire la suite

Voir les commentaires

Eric Judor à Roland Garros préfère soutenir les blacks

1 Juin 2014, 12:05pm

Publié par Thomas Joly

Imaginons un instant l'émoi si un "comique" blanc déclarait qu'il préfère soutenir les joueurs de tennis blancs...

Source

Voir les commentaires

L’arroseur arrosé : quand des « renois » attaquent les anti-FN… (par Gabriel Robin)

1 Juin 2014, 11:56am

Publié par Thomas Joly

Les  « marches contre le FN » organisées jeudi 29 mai 2014 n’ont eu qu’un très faible succès, réunissant difficilement quelques milliers de protestataires à travers la France. Nous étions donc bien loin des longues files de 2002. Le gros des troupes était constitué d’adolescents boutonneux, les fameux « babtous fragiles », ainsi que les caricaturent les jeunes durs de la diversité banlieusarde. Ce « monôme de zombies » (pour paraphraser le titre d’un admirable éditorial de Louis Pauwels dans Le Figaro des années 80) était cornaqué par quelques professeurs « engagés » à l’unisson d’organisations « antifascistes ». Le cortège était pourtant censé être « apolitique ». Curieux, pour une manifestation qui appelait à protester contre un parti qui a réuni 25 % des voix au cours d’un scrutin démocratique… Mais passons.

Le plus amusant restait pourtant à venir. Nous avions déjà eu droit au bide « Leonarda » et aux lycéens portant des jupes sur ordre de l’académie de Nantes, ces « marches contre le FN » pouvaient donc paraître fort classiques. Mais l’époque est riche en rebondissements délicieux : pas un jour sans une nouvelle rigolade, pas un jour sans que la gauche autoproclamée progressiste ne se fracasse la tête contre le mur du réel.

Le « buzz » Internet du vendredi suivant la manifestation consista en la réaction d’une jeune marcheuse, que je prénommerai ici Bécassine. Notre sainte laïque, opposée aux propagateurs d’idées nauséabondes qui souhaitent réguler l’immigration et assurer la sécurité des Français, s’insurgea pourtant contre les casseurs qu’elle désigna dans son message comme étant « rebeus » et « renois ». Voici ce que Bécassine disait sur la page Facebook « Face à l’extrême droite : tous unis pour la solidarité » : « Je tiens à remercier la BAC qui est restée bien sagement le cul dans ses camions pendant que des jeunes se faisaient casser la gueule par des enfoirés de casseurs (pour la plupart renois ou rebeus, il faudrait m’expliquer là ?? Inutile de leur demander s’ils ont lu le programme du FN). »

Ah ben, on aurait menti à Bécassine ? Les slogans n’auraient-ils pas été entendus par les « renois » et les « rebeus », les fameux « Tous ensemble, tous ensemble, hey, hey » et autres « Nous sommes tous des enfants de bactéries, première, deuxième, troisième génération » ?

Il semblerait que la jeunesse de France ne joue pas la même partition. Les généreux lycéens remplis de bons sentiments et de générosité se font casser la gueule par ceux qu’ils souhaitent défendre. Ils sont, pour eux, des « babtous fragiles » portant des jupes et bons à être délestés de leurs habits de marque et des boulettes de shit qu’ils trimballent dans leurs porte-monnaie. Rien de plus que des idiots utiles et des victimes. Victimes d’associations gauchisantes qui les manipulent et de ces « damnés de la terre » qui les frappent et les ridiculisent. Peut-être y réfléchiront-ils à deux fois avant de manifester à nouveau contre les beaufs qui votent Front national.

Source

Voir les commentaires

3 %…

31 Mai 2014, 12:29pm

Publié par Thomas Joly

L’institut OpinionWay a réalisé un sondage sur les préférences des sympathisants socialistes pour le futur candidat du PS en 2017. Le résultat est humiliant pour le président de leur République, qui obtient à peine 15 %, loin derrière Manuel Valls, 40 %, et devancé même par Martine Aubry (16 %). Il est talonné par Ségolène Royal (11 %).

Les Français sont encore plus sévères : seuls 3 % des personnes interrogées souhaitent que François Hollande soit le candidat du PS. Un pourcentage qui était déjà le sien durant les primaires du PS en 2011, avant que les turpitudes de Dominique Strauss-Kahn n’éliminent l’immondialiste de la course.

Source

Voir les commentaires

Mariage d’étrangers à Noisy-le-sec : un travailleur tué lors d’un rodéo automobile

31 Mai 2014, 12:20pm

Publié par Thomas Joly

Il est de « tradition », dans beaucoup de mariages d’étrangers en France, surtout maghrébins, de faire de tapageurs cortèges de voitures (grosses cylindrées et coupés sport). Drapeaux étrangers au vent, les rues et parfois même les autoroutes elles-même sont de plus en plus souvent bloquées.

Ce vendredi après-midi à Noisy-le-Sec, près de Paris, ces pitreries inciviles ont pris un tour tragique : une mercedes et une porsche louées, qui rivalisaient de vitesse, ont percuté un travailleur. Emboutissant le camion dans lequel l’ouvrier manipulait des gravats, l’un des véhicules a tué ce père de famille de 40 ans.

Source

Voir les commentaires

Quand la « bourgeoisie barbare » hait le « populo rebelle »… (par Nicolas Bonnal)

31 Mai 2014, 12:05pm

Publié par Thomas Joly

Le récent « tsunami » ne doit pas nous affoler outre mesure : le système en a vu d’autres dans notre vieille République depuis le boulangisme, et il n’y a qu’à relire Démosthène ou bien Sorel pour savoir que la démocratie déçoit toujours, mais qu’elle a la vie dure.

Ceci dit, le système actuel a un gros défaut : il hait vraiment le populo rebelle, et il le montre trop. La bourgeoisie barbare en place ne sait plus argumenter, elle ne sait plus que rejeter avec dégoût. En démocratie, c’est un défaut ; ou alors, il faut supprimer les élections (dissoudre le peuple, c’est déjà fait ou presque en région parisienne ou londonienne, par exemple).

Tout le monde a bêlé contre le tremblement de terre et tout le reste. On a cherché les causes et le bon expert patenté incrimine pêle-mêle la bêtise, l’ignorance, le chômage – qui est là depuis quarante ans… —, les incompréhensibles psychoses (« Vous avez déjà vu un immigré, vous ? »), les grandes peurs des Jean qui grognent des campagnes et ne lisent pas assez le barbant Barbier. BHL a dit avoir moins peur des extrémistes en Ukraine que chez nous. Il a raison : là-bas, ils tuent, ergo ils font moins peur.

C’est que notre système un peu limité en matière argumentative est légèrement manichéen et simplificateur. Quand il s’agit de la diplomatie, on dit que l’attaque de l’Irak, c’est le bien, que Poutine, c’est Hitler, que la Libye, c’est le paradis après Kadhafi. Quand il s’agit d’économie, on dit que les gens d’ici sont ignares, pas high-tech, qu’ils ne parlent pas l’anglais, que les Français sont incurablement retraités et fonctionnaires — car nos journalistes tous subventionnés ne sont pas des fonctionnaires ! Quant aux cousins anglais, ils parlent peut-être l’anglais mais ils votent aussi pour Farage.

Schopenhauer a expliqué un jour pourquoi le meilleur et « ultime stratagème » est la grossièreté.

Si l’on s’aperçoit que l’adversaire est supérieur et que l’on ne va pas gagner, il faut tenir des propos désobligeants, blessants et grossiers.

Le discours des journalistes de la gauche subventionnée accuse son ennemi d’être un ignare, un crétin, un bigot, un fascisant raciste. L’ennemi, ce « petit », est un primaire et un imbécile qui n’a pas retenu sa leçon. Paradoxe terminal, le jeunisme des post-soixante-huitards aux affaires se met à vomir les jeunes parce qu’ils votent trop à droite ou qu’ils sont trop catholiques. Pas assez d’avortements ?

Et c’est là que le bât blesse enfin, surtout depuis l’intrusion d’Internet qui permet au troupeau insulté de s’instruire. On peut se passer du Figaro, on peut couper sa télé (les analphabètes sont ceux qui osent la regarder encore) et l’on se rend alors compte que la nullité argumentative, les injonctions fascisantes, les dérives oligarchiques, les imprécations du marché déluré se tiennent toutes la main.

C’est le nouvel ordre mondial. Et qu’est-ce qu’on répond ? Théorie de la conspiration !

Source

Voir les commentaires

Aujourd'hui c'est l'Ascension

29 Mai 2014, 10:52am

Publié par Thomas Joly

L’Ascension du Seigneur désigne le moment où Jésus a été élevé au ciel, après avoir été mis sur la croix. Ce quarantième jour marque dans la théologie chrétienne la fin de la présence physique de Jésus sur la Terre, après sa mort et sa résurrection. Mais Jésus n’abandonne pas pour autant les hommes : il leur envoie son Esprit Saint le jour de la Pentecôte, et intercède sans cesse en leur faveur auprès de Dieu le Père (He 9, 25). Dix jours après l’Ascension au ciel de Jésus, lors de la Pentecôte, les Apôtres se rendent compte qu’ils sont l’Église et partent prêcher l’Évangile.

Voir les commentaires