Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Désinformation, parti pris, militantisme antinational : la palme revient à Olivier Pecqueux de la Voix du Nord !

10 Juin 2015, 05:06am

Publié par Thomas Joly

Désinformation, parti pris, militantisme antinational : la palme revient à Olivier Pecqueux de la Voix du Nord !

Voir les commentaires

Bamako ? N'Djamena ? Niamey ? Non, Beauvais en 2015...

10 Juin 2015, 05:00am

Publié par Thomas Joly

Bamako ? N'Djamena ? Niamey ? Non, Beauvais en 2015...

Voir les commentaires

Le Parti de la France fait Front à Asnières

9 Juin 2015, 05:54am

Publié par Thomas Joly

Communiqué du Parti de la France

Le Parti de la France sera présent à l'élection municipale partielle d'Asnières-sur-Seine, ces 14 et 21 juin, dans le cadre du FRONT MUNICIPAL pour Asnières, conduit par Henri MASSOL.

Henri MASSOL a su fédérer autour de lui une large et complète union des Patriotes, très représentative des valeurs familiales et nationales qui sont les nôtres. Eric Pinel, membre du Bureau politique du PDF et ancien Député européen, y figure en troisième position. Le Parti de la France appelle donc les Asniérois à se mobiliser et à voter pour la liste FRONT MUNICIPAL POUR ASNIÈRES.

 

Voir les commentaires

Jean-Marie Le Pen apporte son soutien à la liste « Front Municipal pour Asnières »

9 Juin 2015, 05:46am

Publié par Thomas Joly

Dans la municipale partielle d’Asnières, qui doit se dérouler les 14 et 21 juin, Jean-Marie Le Pen a fait savoir qu’il soutenait la liste « Front Municipal pour Asnières » selon un communiqué publié par Henri Massol qui conduit la liste.

Ce soutien du fondateur et président d’honneur du Front national intervient au moment où celui-ci est en conflit ouvert avec sa fille et le vice-président Florian Philippot, dont il dénonce la main mise sur le parti.

Même si le Front national ne présente pas de liste à Asnières (et ne soutient pas celle-ci), cette démarche du fondateur du FN en faveur d’Henri Massol et de sa liste ne devrait pas contribuer à pacifier les esprits…

Sur cette liste, figure en 3ème position Éric Pinel, membre du Bureau Politique du Parti de la France et ancien Député européen. Sur tous les documents de campagne apparaîtra le logo du Parti de la France.

Source : http://www.national-hebdo.net

Voir les commentaires

Rencontre militante du Parti de la France dans le Haut-Rhin le 20 juin

9 Juin 2015, 05:30am

Publié par Thomas Joly

Rencontre militante du Parti de la France dans le Haut-Rhin le 20 juin

Le PdF Alsace organise samedi 20 juin à 11h une rencontre avec ses militants et ses sympathisants à Ferrette (68) en présence de Xavier Codderens, Délégué régional.

Pour tout renseignement veuillez contacter le responsable du militantisme du Haut-Rhin : Joseph Muller au 03.89.07.33.28

Voir les commentaires

En France socialiste, les détenus font du surf

9 Juin 2015, 05:15am

Publié par Thomas Joly

C’est une innovation due aux politiciens du régime. Ont-ils voulu s’assurer, pour le cas quasi impossible où l’un des leurs finirait en prison, qu’il puisse continuer à mener la belle vie ? Corrompu comme Serge Dassault, insulteur et agresseur raciste comme Razzy Hammadi, escroc récidiviste comme Patrick Balkany, voleur condamné comme Jean-Christophe Cambadélis – arrêtons-nous ici, de Jean-Marc Ayrault à Thomas Thévenoud, les égouts du Parlement en vomissent par dizaines –, nombreux sont ceux qui devraient y croupir. Heureusement : Christiane Taubira veille.

Au centre de détention de Plouharnel, en Bretagne, les détenus peuvent s’adonner à toutes sortes de sports-jeu-thérapies : le jonglage, le théâtre, mais aussi le surf. Quand certains Français peinent chaque mois à épargner quelques euros, les prisonniers, eux, bénéficient de « stages et animations toute l’année ». Malgré la crise est-il précisé : il y a des priorités. C’est une journaliste qui le note : dans ces lieux, les hommes sont vite « gagnés par l’ennui et la dépression », eux qui n’ont fait que voler, agresser des grands-mères, commettre des attouchements sexuels ou incendier des voitures.

Les millions de Français rackettés par la mafia républicaine et qui ne peuvent même pas offrir à leur famille une semaine de vacances apprécieront. Avec leur argent, des criminels et des délinquants reconnus coupables et condamnés se voient eux offrir, en plus de cours de philosophie-jonglage – « si on essaye pas et qu’on rate pas, on progresse pas, donc ça valorise aussi tous les parcours […] avec des échecs des réussites, etc., et que les échecs justement, ça permet d’apprendre, de continuer » –, de théâtre, de musique, etc., des cours de surf au grand air.

Car il ne s’agit pas que la prison sanctionne une atteinte à la société non : selon les journalistes, ce qui importe, c’est « leur redonner une vision d’avenir ». Ces détenus sont « en phase de réinsertion », il faut les « préparer psychologiquement ».

Le surf leur apprend que « pour continuer, il faut persévérer ». Car pour les journalistes, il y a encore un autre fait important : ce ne sont pas ce qu’en pensent les victimes ou ce qu’a à y gagner – ou y perdre – la société, mais que les condamnés « retrouvent enfin [leur] liberté ». Et cela doit « empêcher la récidive ».

Source : https://sitejeunenation.wordpress.com

Voir les commentaires

Poitiers : réussite totale de la 1ère Rencontre Charles Martel organisée dimanche

9 Juin 2015, 05:12am

Publié par Thomas Joly

Poitiers : réussite totale de la 1ère Rencontre Charles Martel organisée dimanche
Poitiers : réussite totale de la 1ère Rencontre Charles Martel organisée dimanche
Poitiers : réussite totale de la 1ère Rencontre Charles Martel organisée dimanche
Poitiers : réussite totale de la 1ère Rencontre Charles Martel organisée dimanche
Poitiers : réussite totale de la 1ère Rencontre Charles Martel organisée dimanche
Poitiers : réussite totale de la 1ère Rencontre Charles Martel organisée dimanche
Poitiers : réussite totale de la 1ère Rencontre Charles Martel organisée dimanche

Organisée à l'initiative de l'association poitevine Le Cercle des Chats bottés, présidée par Jacques Soulis, la 1ère Rencontre Charles Martel s'est déroulée dans une ambiance à la fois studieuse et festive ce dimanche à Jaunay Clan près de Poitiers.

Malgré la présence en cette fin de semaine d'une bande de malfaiteurs réunis en congrès dans la capitale poitevine, cette belle réunion nationaliste et identitaire s'est tenue sans aucun incident. Le Cercle des Chats bottés avait parfaitement encadré le magnifique château où les 150 participants se réunirent.

Toute la journée des stands étaient ouverts au public. Notons la présence de Terre et peuple avec son secrétaire général Roberto Fiorini, de Riposte laïque, du Réseau Identités, du Parti de la France, des Editions de Chiré, venues en voisines, les Editions Dualpha et Déterna de notre ami Philippe Randa qui couvrait l'événement pour le quotidien Présent, et de Synthèse nationale. 

Carl Lang a conclu avec beaucoup d’émotion cette riche journée. L’amour de la France transparaissait dans chacun de ses mots, dans sa voix qui tremblait parfois. Il a effleuré les massacres vendéens, continuant sur l’impérieuse nécessité de nous battre car « nous sommes en voie d’extinction de l’intérieur ».

Son final a tiré quelques larmes dans la salle lorsqu’il a lu la lettre d’un poilu à sa mère disant sa fierté de mourir pour la France, lui-même visiblement très ému. Les applaudissements ont été des plus nourris.

Voir les commentaires

Roubaix, Tourcoing : la France hors la France (par Gabriel Robin)

9 Juin 2015, 05:01am

Publié par Thomas Joly

Peut-être un jour, entendrons-nous sur les ondes radiophoniques un message : « L’ambassade de France dans le département du Nord vous demande de respecter le couvre-feu en vigueur à Roubaix et à Tourcoing et de ne pas quitter votre domicile après 22 heures. » Car oui, il est difficile aujourd’hui d’imaginer que ces deux villes font toujours partie de notre territoire national, dans l’État de droit républicain. Contrairement à ce que laissent entendre les faussaires du réel, il existe des zones de non droit en France, des zones dans lesquelles il est difficile de circuler librement sans être violenté ou volé.

Des dizaines d’années de laxisme ont permis la création de quartiers entièrement sortis de la nation. Tourcoing et Roubaix, avec d’autres endroits du sud au nord, et de l’est à l’ouest de l’hexagone, représentent cette France hors la France. Il y a un mois, une famille avec quatre enfants s’est vue proposer de déménager du quartier « populaire » du Pile, suite aux multiples menaces et exactions d’une bande de voyous. La mairie et la police, totalement désemparées, n’ont rien trouvé de mieux à proposer à ces honnêtes gens que de déménager. Régler la situation, mettre les bandes en prison, ou bien encore tout simplement appliquer la loi ? Non, cela risquerait d’embraser le fragile équilibre multiculturel du quartier.

Le moindre événement est susceptible de provoquer le courroux de toute une jeunesse, pourtant choyée par les médias et le pouvoir. À Tourcoing, un jeune automobiliste ayant refusé de s’arrêter lors d’un contrôle de police a finalement provoqué la mort du passager avant et se retrouve quant à lui dans le coma (le passager arrière s’est brisé le fémur). Le magistrat a indiqué que la voiture avait fait des embardées « pour empêcher les policiers de se porter à [leur] hauteur », et que « Les policiers ont fait tout leur travail et rien que leur travail. Ils ne sont en rien impliqués. »

Le passager arrière a par ailleurs confirmé aux enquêteurs que le conducteur savait que le véhicule faisait l’objet d’une mesure d’immobilisation pour défaut d’assurance, et qu’il avait refusé de s’arrêter pour éviter de payer une amende. Un scénario qui ressemble fort à la fin du film « Ma-6T va crack-er ». La « jeunesse » du quartier s’est saisie de ce prétexte pour casser, effrayer, brûler. Un prétexte pourtant mensonger, car le meurtrier du passager est le conducteur, donc un des leurs.

Les milliards des « plans banlieues » successifs, comme les multiples réformes de l’Éducation nationale, ne pourront pas combler une fracture beaucoup plus identitaire et morale que sociale. Une partie importante de la population des fameux « quartiers » ne veut plus se reconnaître ni dans la France, ni dans la république, ni dans les valeurs constitutives de notre civilisation. Pour empêcher que le feu ne gagne la France dans son ensemble, il y a quelques solutions simples à disposition : restaurer l’ordre républicain, affirmer ce qu’est la France, appliquer les lois, arrêter instamment l’immigration.

Quand Mouloud Achour tweete que la justice a mal fait son travail en rendant justice aux deux policiers innocents de l’affaire « Zyed et Bouna », il participe, au même titre que Christiane Taubira, à installer la défiance à l’égard des autorités policières et judiciaires, et à entretenir la culture de l’excuse. Ces deux attitudes d’esprit sont les mamelles des émeutes de Tourcoing. On attend d’ailleurs que la grande presse s’en empare…

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Interview de Thomas Joly sur TV Libertés sur la situation à Calais

8 Juin 2015, 20:35pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015

8 Juin 2015, 05:11am

Publié par Thomas Joly

Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015
Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015
Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015
Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015
Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015
Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015
Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015
Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015
Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015
Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015
Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015
Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015
Compte-rendu de la réunion calaisienne du 7 juin 2015

Dimanche 7 juin, suite à la scandaleuse interdiction de manifester à Calais pour dénoncer l'immigration clandestine, une réunion a tout de même été tenue pour permettre aux Calaisiens d'entendre un véritable de discours de résistance face à la submersion migratoire dont ils sont victimes.

Suite à une conférence de presse où un certain nombre de médias ont participé, la réunion a pu débuter vers 15h.

C'est tout d'abord Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, qui a invité les Calaisiens à se regrouper autour de Kévin Reche (leader de Sauvons Calais et Délégué du PdF pour le Calaisis) afin d'exprimer politiquement leur ras-le-bol des « migrants » chaque jour plus nombreux, agressifs et invasifs. Par ailleurs, il est aussi revenu sur le meurtre atroce de la petite Chloé et sur la nécessité impérieuse de rétablir la peine de mort pour les tueurs d'enfants.

C'est ensuite Kevin Reche qui a pris la parole pour faire le bilan de son action sur Calais et pour inciter ses compatriotes calaisiens à le rejoindre dans son combat politique au service de sa ville et des Français d'abord.

Vincent Vauclin, dirigeant de la Dissidence Française, a présenté le plan d'urgence pour Calais dont il est l'initiateur et qui vise à apporter des solutions immédiates pour rétablir l'ordre et la sécurité à Calais.

Daniel Conversano, avec sa verve et son impertinence habituelle, a gratifié l'assistance d'un intermède très apprécié où il a atomisé la classe politique dirigeante et l'idéologie gauchiste, responsables de l'invasion de notre pays.

Enfin, Yvan Benedetti, Directeur de Jeune Nation, a clôturé les interventions, expliquant dans un premier temps l'acharnement politico-judiciaire lorsque l'on brave une interdiction de manifester. Puis il a expliqué que notre Système, qui pourrit tout ce qu'il touche, n'était pas amendable et devait être abattu et balayé afin que renaisse notre pays aujourd'hui envahi, humilié et dirigé par une caste de voyous.

Cette journée s'est déroulée sans aucun incident grâce à un service d'ordre efficace et dissuasif qui n'a pas vu l'ombre d'un crasseux d'extrême-gauche, ces gens-là étant toujours plus courageux derrière un clavier ou un cordon de CRS que dans la rue face aux nationalistes qu'ils exècrent tant...

Voir les commentaires

Liberté d'expression pour les Calaisiens !

6 Juin 2015, 13:11pm

Publié par Thomas Joly

Le recours en référé exigeant la levée de l'interdiction de manifester dimanche 7 juin à Calais du scandaleux arrêté préfectoral a été rejeté par le Tribunal administratif de Lille samedi matin. Cette décision judiciaire s'apparente fort à une décision politique de la part de magistrats d'une mauvaise foi manifeste puisque les points de droits soulevés par Maître Pierre-Marie Bonneau, avocat nationaliste, étaient plus que légitimes.

Toutefois, une grande réunion pour la liberté d'expression des Calaisiens se déroulera tout de même à Calais dimanche à 14h30 afin d'exprimer haut et fort notre volonté de renvoyer chez eux tous les clandestins et de rendre la France aux Français !

Prendront la parole Kévin Reche (Sauvons Calais), Thomas Joly (Parti de la France), Yvan Benedetti (Jeune Nation), Vincent Vauclin (La Dissidence Française), Daniel Conversano (pamphlétaire nationaliste).

Voir les commentaires

Témoignage d’une enseignante en zone occupée

6 Juin 2015, 08:15am

Publié par Thomas Joly

« Face à un élève qui me dit que “son père va venir m’égorger” lorsque je le punis, je suis complètement démunie. […] Ce n’est pas faux de dire que les temps ont changé à l’école. […] Ma classe de CM2 est extrêmement dissipée et même les punitions n’y font pas grand-chose. Plus grave encore, ils les contestent sans cesse. Si je punis deux élèves noirs dans la même journée, j’ai la garantie de me faire traiter de raciste. […] Ils sont cependant très en retard. Je ne peux pas réellement leur enseigner le programme de CM2, leur niveau est identique vois en dessous de celui de mes CE2. […] À quelques mois de la 6e, ils ne savent pas s’exprimer en français. C’est décourageant pour moi, mais c’est surtout très triste pour eux.

Maintenant que j’ai analysé la situation, je vois bien qu’il me faudra encore beaucoup de travail pour être à la hauteur de la tâche. D’ailleurs, je ne vois pas qu’elle étudiant sorti de la fac quelques mois plus tôt pourrait relever un tel défi.

Mes collègues et les directeurs d’école me disent de ne pas laisser tomber, de m’accrocher. Mais moi, je n’en peux plus. Je me surprends même à envisager de changer de métier, à peine ai-je commencé celui d’enseignant qui finalement ressemblance davantage à celui d’éducateur spécialisé. »

« Je suis enseignante : les élèves sont intenables, leur niveau est accablant. C’est l’enfer » (Nouvel Obs)

Source : https://sitejeunenation.wordpress.com/

Voir les commentaires

Pétain condamné de nouveau à mort par l'inénarrable Wallerand de Saint-Just (par Robert Spieler)

6 Juin 2015, 07:55am

Publié par Thomas Joly

 

Wallerand de Saint-Just avait, depuis toujours, été l’avocat de Jean-Marie Le Pen. Il est connu pour ne pas être le génie du siècle, d’où des procès perdus qui eussent pu ne pas l’être. Mais JMLP lui avait toujours gardé sa confiance, ce en quoi il avait certainement eu tort. Saint-Just est aujourd’hui trésorier du FN et tête de liste pour les régionales en Ile-de-France. Il estime que JMLP représente « un obstacle considérable » quant à la bonne marche du Front national. Dans la perspective d’« écarter les obstacles qui pourraient surgir sur cette route (celle de la présidence de la République) », il faut éliminer Jean-Marie Le Pen. Wallerand de Saint-Just considère que les propos réitérés de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz, « détail de l’histoire » de la Seconde Guerre mondiale, peuvent « parfaitement être ressentis comme antisémites ». Avec un avocat pareil, qui se transforme sans honte en procureur, on comprend que le Menhir ait perdu quelques procès…

 

Saint-Just était reçu, il y a quelques jours, par le journaliste de RTL, Jean-Michel Aphatie. Ce dernier, connaissant le courage légendaire du personnage, ne put résister à la tentation de le torturer quelque peu. Il revint sur les propos de Jean-Marie Le Pen, qui avait déclaré que le Maréchal n’était pas un traître. Qu’en pensez-vous, demanda le journaliste ? Houlà ! Achtung, danger ! Le terrain devenait glissant. Wallerand commença à se décomposer. De fines gouttelettes de sueur perlèrent sur son front. La moustache se mit à friser, puis à défriser, au rythme d’une respiration de plus en plus saccadée, la barbe aussi (il porte la barbe depuis quelques temps, car, a-t-il déclaré, « c’est à la mode », genre de réflexions qui en dit long sur le personnage !). Il se mit à bafouiller, et finit par expectorer péniblement : « Je m’en réfère à la décision de justice ». En d’autres termes, il approuve la condamnation à mort du Maréchal. Quelle honte ! Mais Aphatie était satisfait de sa réponse, c’est ça qui compte. Il trouva aussi moyen de préciser, lui qui fut durant vingt ans l’avocat de Jean-Marie Le Pen, qu’il ne l’avait été que pour des raisons techniques (sous-entendu, qu’il désapprouvait le fond). Comment un militant national ou nationaliste sincère peut-il envisager une seule seconde de voter pour de pareils misérables ?

 

Source : http://www.rivarol.com/

 

Ce triste individu est en outre dans le collimateur de la justice pour l'affaire d'escroquerie liée au micro-parti Jeanne : http://www.liberation.fr/politiques/2015/06/03/affaire-jeanne-le-tresorier-du-fn-inquiete_1322285

Voir les commentaires

Sus au piercing chez les flics ! (par François Teutsch)

6 Juin 2015, 07:33am

Publié par Thomas Joly

Place Beauvau, c’est l’inquiétude : les jeunes policiers ne savent pas se tenir, et on voit proliférer tatouages, piercings, barbes, moustaches et cheveux longs. À tel point que le ministère de l’Intérieur souhaite, selon un document de travail interne dévoilé par rtl.fr, rappeler à l’ordre les fonctionnaires.

Amusons-nous à poser une question à l’homme de la rue : un policier tatoué ou affublé d’un piercing vous choque-t-il ? Il y a fort à parier que la majorité répondra par l’affirmative. Nos concitoyens sont, évidemment, sensibles à ce que ceux qui incarnent l’autorité de l’État soient propres, bien coiffés et ne ressemblent pas aux individus de mauvaise compagnie qu’ils ont pour mission d’empêcher de nuire.

Mais la seconde question sera beaucoup plus intéressante : comment justifier que des policiers ne bénéficient pas de la liberté accordée à chacun d’arborer le look qu’il souhaite. Et là, nous risquons d’entendre tout et n’importe quoi, dans un fatras de réponses embarrassées. Et on peut le comprendre : quand les professeurs de nos enfants s’habillent comme leurs élèves, quand les journalistes de la télévision ignorent ce que signifie une tenue correcte, quand le chef de l’État lui-même est incapable de porter un costume bien taillé, cravate droite et pantalon au pli impeccable, pourquoi refuser au flic de la rue la possibilité de porter catogan, anneau nasal ou diam’s à l’oreille ?

La réponse du ministère tient en quelques lignes bien pauvres : les policiers doivent se soumettre aux bases du code de déontologie. L’impartialité, la dignité et la neutralité. Les signes pouvant laisser apparaître l’appartenance à une organisation politique, syndicale ou confessionnelle devraient être ainsi bannis. C’est un peu court ! Porter des cheveux longs n’est finalement qu’un choix personnel qui ne manifeste aucune appartenance politique. Orner son avant-bras d’un tatouage en forme de cœur ne révèle aucune appartenance politique, syndicale ou confessionnelle. Quant à la barbe, l’histoire nous montre qu’elle fait partie de ces fameuses « valeurs de la république » ! Tous les fondateurs du régime la portaient fièrement, de Jules Ferry à Alexandre Millerand. Alors ?

Alors la question, qui peut sembler futile, relève tout simplement de ce relativisme absolu qui nous est imposé depuis des décennies comme une norme indépassable. Le seul mot d’ordre de notre société est « pas de contrainte ». La liberté étant, dans sa définition républicaine, le pouvoir de faire tout ce qui ne nuit pas à autrui, il devient impossible d’empêcher quiconque, fût-il représentant des forces de l’ordre, de s’enlaidir à dessein.

En réalité, si le sens commun saisit parfaitement pourquoi il est normal d’imposer à ces hommes et à ces femmes une tenue impeccable, aucune norme ne peut s’imposer à eux, à l’exception de celle que justifieraient des impératifs de sécurité, de salubrité ou de reconnaissance de la fonction par l’habit. Rien de plus, rien de moins.

C’est ainsi que, si les juges doivent porter la robe parce qu’elle signifie qu’ils habitent leur fonction et que l’homme privé devient, au travers du vêtement, un magistrat impartial, rien ne permet de leur imposer de la porter « proprement ». Et l’exemple peut être multiplié : combien d’avocats mal rasés à l’audience, au piercing agressif ou à la propreté douteuse ? Combien de salariés à l’apparence négligée ? Combien d’ecclésiastiques habillés comme n’importe qui ?

Revenir au sens commun, c’est affaire d’éducation, de respect d’autrui, de retenue instinctive. La personne en relation avec d’autres n’impose pas à eux par son apparence, son mode de vie et ses choix personnels. À une époque qui ne parle – à tort et à travers – que de laïcité, laisser ses excentricités vestimentaires au vestiaire semble impossible. N’allons pas pleurnicher ensuite sur le manque de respect…

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires