Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Syrie : entretien avec un combattant islamiste français

14 Juillet 2014, 11:59am

Publié par Thomas Joly

Maxime, Français de 22 ans est parti faire le djihad en Syrie aux cotés de l’Etat Islamique. Lorsqu’il parle de partir en opération il est difficile de ne pas penser aux milliers d’irakiens massacrés par cette bande de barbus.

Sans doute que ce jeune con approuve l’exécution de ces gamins syriens par ses « frères ».

Source

Voir les commentaires

Le foot, c’est scientifique : le Noir peut courir moins vite que le Blanc ! (par Nicolas Gauthier)

14 Juillet 2014, 11:50am

Publié par Thomas Joly

Mon Dieu, quel pataquès. Jean-Michel Larqué, ancien complice du défunt Thierry Roland, qui commente, en plein match Argentine/Pays-Bas : « C’est la première fois que je vois un Blanc courir plus vite qu’un Noir. » Il est un fait que le « Blanc » Lavezzi avait pris le « Noir » Indi de vitesse.

D’où ce nouveau psychodrame médiatique dont la France paraît avoir le peu enviable secret. Pourtant, cette même presse a moins joué les coquettes, lorsque saluant le chrono de 9.98 secondes, du sprinter français Christophe Lemaitre, « premier coureur blanc de peau » à être descendu sous les dix secondes dans une course des cent mètres. Voilà qui fut dit, sans la moindre prétention de blesser tel ou tel. Pas un concept ; juste un constat.

Bon, maintenant, comment en finir avec cette hypocrisie ; laquelle renvoie les « Blancs » à leur rôle d’affreux, tandis que les « Noirs » seraient condamnés à celui d’éternelles victimes. Parce que la réalité sportive est aussi rétive aux élégances du politiquement correct. Aux Jeux olympiques, le cent mètres est manifestement l’apanage des Noirs, exception faite de notre Christophe Lemaitre national, évoqué plus avant. Après, puisqu’il faut bien que l’équité ethnique soit de mise, envoyons nos « Blancs » sur un ring catégorie poids lourds contre des « Noirs ». Bonne chance les gars. Pour faire plus vite, autant choisir chez les abonnés au couloir de la mort dans les prisons du Tennessee ou chez les cancéreux en phase terminale ; leur calvaire n’en sera que plus tôt abrégé. Et, pour faire bonne mesure, envoyons aussi ces « Noirs » se mesurer à d’autres « Blancs » en natation ; il faudra des filets pour repêcher les infortunés au fond du bassin…

Dans la foulée, pourquoi ne pas faire de la pédagogie préventive, et tuer la bête immonde dans l’œuf, avant qu’elle ne gangrène le reste de la société ? Et éradiquer toute trace de « négritude » dans notre imaginaire commun ? Et réviser nos classiques cinématographiques, avant tout. Jacob ? Le majordome de La Cage aux folles, pédé comme pas deux et noir comme quatre – sans oublier son petit nom pas vraiment « de chez nous ». Et puis, Michel Audiard, surtout dans ses dialogues du Professionnel, avec notre Bébel national. Principalement lorsque ce dernier, en tête-à-tête avec un potentat africain, lui claque les doigts dans le tiroir de son bureau, alors que le Bokassa de circonstance s’apprêtait à en sortir un flingue. D’où cette fameuse réplique : « Maintenant, on ne pourra plus dire “malin comme un singe”. »

Ces choses dites, il paraîtrait qu’un « Noir » ait pu courir moins vite qu’un « Blanc ». Certes. Et alors ? Et après ? Après, que les racistes de tel ou tel bord en tirent telle ou telle conclusion, c’est leur droit. Il faut bien que les crétins occupent leurs journées.

Source

Voir les commentaires

Il a 6 ans, et les vacances sont pour lui une délivrance… (par Caroline Artus)

11 Juillet 2014, 09:04am

Publié par Thomas Joly

Il a 6 ans, et depuis le mois de février, à l’école Anatole France de Arras, un petit garçon est allé en classe, la boule au ventre tous les matins, terrifié à l’idée de subir un nouvel assaut de son tortionnaire, un autre élève de l’établissement.

Il avait été découvert dans les toilettes, en partie dénudé, du papier toilette dans la bouche et une pastille de javel entre les fesses, son bourreau debout à ses côtés. La maman a porté plainte le 18 février et la direction ayant signalé les faits à l’académie, l’école finira par priver l’agresseur en culottes courtes de récréation, de cantine, de piscine et d’activités périscolaires pendant un mois. Trente « longs » jours à l’issue desquels elle demandera à la mère de la victime son consentement pour qu’il revienne dans la cour. Un mois, c’était plus qu’il n’en fallait pour faire entendre raison à un gamin de moins de 8 ans débordant d’imagination. Sauf que cela ne s’est pas passé ainsi.

Alors que l’auteur des violences sexuelles, depuis sa réinsertion à la récré, est revenu à la charge, menaçant la petite victime de la frapper s’il elle n’acceptait pas de redevenir copain avec lui, fin mai, le vice-procureur, en réponse à la plainte et bien qu’elle ne prétende pas « qu’il n’y a pas eu d’infraction » décide de classer l’affaire évoquant l’irresponsabilité de l’auteur en raison de son âge.

Deux mois de vacances pour le petit garçon, c’est un peu deux mois de sursis – avec une boule au ventre juste un peu plus petite – avant de retrouver le chemin de l’école, laquelle n’offrira sans doute guère plus de garanties pour sa sécurité. Celle-ci, d’ailleurs, n’a pas souhaité commenter l’affaire pour « le bien des enfants » : victime ou tortionnaire, c’est l’application de l’égalité pour tous.

C’est injuste ? Mais non voyons, l’essentiel est de sauver la morale républicaine et laïque : ne pas discriminer. Surtout que lorsqu’on n’a pas 8 ans, estime Elise Bazzolo, vice-procureur de la République du tribunal d’Arras, « il s’agit de la même situation qu’avec un handicapé mental profond. L’enfant ne sait pas ce qui est bien ou mal, et, pénalement, on ne peut le poursuivre ». Avec semblable jugement, Madame le procureur va faire d’une pierre trois coups : se mettre à dos non seulement les parents de la petite victime, ceux de l’auteur de sévices sexuels sordides, mais aussi, par-dessus le marché, les parents d’handicapés mentaux ! L’important, puisqu’on vous le dit, c’est de ne pas stigmatiser.

Alors que les élèves ont de moins en moins de raisons de redouter l’école bienveillante socialiste qui leur consent avec enthousiasme des connaissances au rabais et, en prime, la suppression des « notes-sanction », le petit garçon d’Arras fait partie des 10% d’élèves victimes de harcèlement : moqueries, brimades, insultes, racket, menaces, coups, violences sexuelles. Selon une étude de l’Unicef France, 7% des élèves du primaire et du collège disent ne pas se sentir en sécurité dans leur environnement scolaire. En somme, moins il y a de raisons d’avoir l’estomac en compote en allant en classe, plus les motifs pour stresser sont nombreux ; en 2013, pour le concours de professeur des écoles, il était stipulé que « le devoir de tout enseignant » était, entre autre, d’éduquer les élèves à devenir « des hommes et des femmes agréables à fréquenter. » Zéro pointé en ce qui concerne la terreur de moins de 8 ans.

Il ne reste plus qu’à souhaiter au petit garçon traumatisé la possibilité de changer d’école… Aux plus gênés de s’en aller ?

Source

Voir les commentaires

Les revendications délirantes des dégénérés d’Existrans et autres lobbies « intersexes »

11 Juillet 2014, 08:54am

Publié par Thomas Joly

Le 18 octobre 2014 à Paris, le collectif Existrans a prévu d’organiser une « marche pour les droits des personnes trans’ et intersexes ».

Manifestation groupusculaire et folklorique à ses débuts, cette marche en sera déjà en 2014 à sa… dix-huitième édition !

Mais, puisque la théorie du genre est désormais un sujet de société, le collectif Existrans tentera de donner à l’édition 2014 de cette manifestation une visibilité plus importante que précédemment. Nul doute que, dans le contexte actuel, les médias y collaboreront.

L’an dernier, quelques centaines de personnes avaient participé à cette marche avec des revendications diverses comme « la simplification du changement d’état civil, la démédicalisation et la déjudiciarisation du parcours de transition, la lutte contre la transphobie et la fin des mutilations pour les personnes et les enfants intersexes. » Un discours relativement policé par rapport aux éditions précédentes.

Existrans manifeste pour la première fois en 1997. Ils sont alors à peine une quarantaine de participants.

Existrans se présente comme un collectif d’associations. On y retrouve Act Up, Trans Act, l’Organisation internationale des Intersexués, Bi’Cause, les Panthères Roses,… Homosexualité & Socialisme (HES) participe aussi à ce défilé. Ainsi que le MAG Jeunes LGBT (mouvement d’affirmation des jeunes lesbiennes, gais, bi & trans) dont des militants interviennent depuis l’année 2000 dans les collèges et lycées dans le cadre d’un programme d’intervention en milieu scolaire « contre les LGBTphobies et le sexisme et pour le respect des différences« . Précisons que le MAG Jeunes LGBT reçoit des subventions de la Mairie de Paris, la Région Ile-de-France, l’Union Européenne, l’Office franco-allemand pour la jeunesse ainsi que le Ministère de la jeunesse et des sports.

Dès 2004, ces mouvements parlent de « transphobie ». En 2007, le slogan devient : « QuelLE CandidatE pour la cause trans ? » et traduit le lobbying politique en cours. En 2010, le Conseil de l’Europe adopte une résolution favorable aux « droits des personnes transgenres ».

Ci-dessous, une série de pancartes éditées par les Panthères Roses et distribuées durant la manifestation Existrans de 2008…

Source

Voir les commentaires

Visa pour un gay sénégalais : c’est un ordre ! (par Joris Karl)

11 Juillet 2014, 08:40am

Publié par Thomas Joly

L’État et même l’idée qu’on s’en faisait jadis se délite à une telle vitesse qu’on pourrait presque imaginer une toile de maître dévorée par l’acide. Ça devient taliban tendance général Alcazar, ça devient pierre richardesque, l’État se fait kafka dessus, et ça commence à sentir mauvais.

Parce que ce qui vient d’arriver nous cravache l’encéphale. Les commentateurs, au petit matin et le nez dans le café au lait, parlent à l’unisson de « décision sans précédent ».

On vous résume.

Au cœur de ce scénario foutraque, un couple gay. Du banal me dirait vous, tout le monde est gay de nos jours. Mais l’addition se corse car un des duettistes est sénégalais, l’autre français. Nous avons donc un délicieux couple homo multikulti. C’est swag disent les ados. Pas de bol, le black qui veut se marier avec son gaulois crèche en terre d’Islam, au Maroc plus précisément. Alors ça coince. Parce que là-bas, le mariage entre hommes, c’est que… c’est pas trop dans l’air du temps.

Alors notre bon gars a une idée. Enfin on la lui glisse (l’idée). Demander à la France, pays des droits du gay, un visa, pour aller dire oui à Monsieur ou Madame le maire ou Monsieur la mère on ne sait plus avec tous ces changements. Deuxième giclée de poisse malheureusement : le visa est refusé par l’administration fasciste qui nous rappelle les heures les moins gays (encore que) de notre histoire (commentaire probable d’un site de gauche). Raison invoquée par le Papon de service : « risque de détournement de l’objet du visa ». Alors… devant tant d’injustice, pourquoi pas ordonner à l’Etat français de délivrer le précieux document à notre afro jojo? Ça vous paraît dingue ? On est en 2014, ne l’oubliez pas.

J’oubliais, le demandeur de visa a fait l’objet, en 2007 « d’une obligation de quitter le territoire » et la différence d’âge entre les deux amoureux (35 ans)…fait un peu douter de la sincérité de la démarche…

Mais nous sommes embués de pensées nauséabondes, tout cela n’est pas bien grave finalement. Car, Banco !, le Conseil d’État est allée dans le sens de la modernité triomphante et transfrontalière : il a bien ordonné à la France qu’un visa soit remis à la pauvre victime, sous 24 heures, arguant que ce refus portait « une atteinte grave à l’exercice de sa liberté de se marier, laquelle est une liberté fondamentale ». En plus du visa, 5000 euros seront versés au plaignant afin de régler les frais engagés. Elle est pas belle la life ?

Fin du conte. Le méchant (l’Etat français) s’est fait taper sur les doigts. Les gays vécurent heureux et eurent beaucoup de… je ne sais pas, à vous d’écrire la suite !

Source

Voir les commentaires

12 milliardaires de plus en France… et le livret A ramené à 1 % ! (par Marie Delarue)

11 Juillet 2014, 08:33am

Publié par Thomas Joly

Les Français, on le sait, sont nuls en économie. Et quand ils ne le sont pas, ils s’en vont voir ailleurs si les affaires y sont meilleures. Coulés dans le moule post-révolutionnaire, façonnés par une Education nationale et des médias très majoritairement anti-capitalistes – souvent anti-patrons tout court –, ils ont même fini par oublier les bases de ce qui servait autrefois à « une gestion de bon père de famille ».

Equilibre recettes-dépenses, dette, intérêts, investissements, charge de la dette, inflation, PIB, PNB… tout ça, pour eux, c’est du chinois. Ce que confirmeraient encore cette année les résultats du bac économique, nombre de candidats ignorant eux aussi en ce printemps 2014 le sens des rudiments qu’on vient d’énoncer.

Du coup, l’information du jour prend une autre valeur… Le magazine Challenges vient de publier son classement annuel des grandes fortunes françaises. On y apprend que notre beau pays compte 67 milliardaires en euros, soit 12 de plus que l’an passé. Cocorico. On est bien content. On se dit aussi que ceux-là n’ont pas dû faire leurs études en France mais sûrement chez nos voisins anglo-saxons. Ou bien qu’ils ont été élevés dans le berceau du grand capital et nourris au lait de la finance qui fait des enfants gâtés (et souvent pourris).

Précisément, la fortune des 500 professionnels les plus riches a progressé de 15 % en un an, atteignant 390 milliards d’euros. Soit 1 % de la population qui détient aujourd’hui 25 % de la richesse nationale, contre 23 % en 1970. En tête, le groupe LVMH « dont l’actionnaire, Bernard Arnault, conforte cette année sa place de première fortune française, à 27 milliards, soit 2,7 milliards de plus que l’an dernier ».

« Ces confortables valorisations ne sont pas seulement dues à la bonne santé des entreprises », nous dit Challenges. C’est plutôt que « pour relancer une machine économique qui tourne au ralenti, les banques centrales ont, depuis quelques années, fait tourner leur planche à billets et prêté à taux nul, ou même négatif. Conséquence : nos économies sont submergées de milliards qui vont s’investir de préférence sur les beaux actifs réels, comme les participations dans les sociétés, cotées ou pas, l’immobilier et… les biens de luxe ». L’hôtellerie, par exemple : « Les riches en sont fous ». Hier, c’est le terroir des grands vignobles qui attirait les capitaux, aujourd’hui c’est l’hôtellerie de luxe. Palace, ô mon palace… des étoiles plein les yeux et 5 au moins sur la porte.

Autre nouvelle, moins propre à allumer des étoiles dans les yeux celle-là : on apprend également aujourd’hui de la bouche de Michel Sapin, notre ministre de l’Economie et des Finances, que le taux du livret A va être ramené à 1 %.
Ben oui, quoi, faudrait quand même pas que la ménagère croie pouvoir se gaver avec un rendement à 1,25 % !

Source

Voir les commentaires

Grand rassemblement à Calais le 7 septembre contre la colonisation migratoire

10 Juillet 2014, 10:58am

Publié par Thomas Joly

Le dynamique collectif Sauvons Calais organise dimanche 7 septembre un grand rassemblement Place d'armes pour s'opposer à l'invasion migratoire de Calais, de la France et de l'Europe. Diverses personnalités prendront la parole. Thomas Joly interviendra au nom du Parti de la France.

Voir les commentaires

Les vacances des futures vierges… (par Jany Leroy)

10 Juillet 2014, 10:43am

Publié par Thomas Joly

Selon une enquête du site Rue 89, des femmes en provenance du Maghreb profitent de l’été pour venir en France se faire reconstruire un hymen flambant neuf. Pendant que nos siphonnés de la théorie du genre s’acharnent à déconstruire les stéréotypes homme-femme, dans les cabinets des gynécos on reconstruit tant bien que mal cet attribut de la féminité.

Lors de la nuit de noces, le marié maghrébin exige la preuve éclatante que personne avant lui n’a erré dans les parages. Aucune peinture rupestre, pas d’empreinte digitale. Et compteur à zéro, le terrain se doit d’être absolument dépourvu de tout témoignage d’un quelconque passé sexuel. Même un seul rapport… même une petite fois comme ça pour voir… le futur époux est intraitable. De la Bernadette Soubirou ou rien.

L’une des clientes d’un hyménologue témoigne : « En Algérie une femme qui n’est pas vierge avant le mariage est une traînée ». Allez hop. Personne suivante… Les déconstructeurs de stéréotypes en restent cois mais restent favorables à une immigration porteuse de valeurs en totale contradiction avec leur prêchi-prêcha. Amateurs de paranormal, bienvenue au PS.

L’opération est réalisable en Algérie et coûte de 800 à 1.400 dinars soit 400 à 700 euros selon qu’elle vise à rétablir un état virginal pour quelques jours (hyménorraphie) ou de manière durable (hyménoplastie). Hymen en papier crépon ou en bois ? Le néophyte s’interroge. L’acte réalisé généralement par un homme n’inspire que moyennement confiance à la clientèle locale. La perspective de faire face à un accueil du genre « bonjour salope », « au revoir mademoiselle » encourage les candidates à consulter en France un gynécologue en jupe et talons aiguilles.

Les femmes du Maghreb sont de plus en le plus nombreuses à recourir à cette chirurgie nous annonce la mort dans l’âme Rue 89. Le phénomène s’expliquerait par des mariages de plus en plus tardifs. A 38 ans, la mariée vierge se fait rare… celles dans ce cas sont élevées au rang d’héroïnes. La belle est saluée chaque matin au saut du lit par un bataillon d’imams venus applaudir l’exploit. 37 ans, 128 jours et toujours intacte ! Hymne et cérémonie en grandes babouches…

L’avancée galopante d’un Islam intégriste ne figure pas au rang des raisons invoquées pour justifier cette hymenmania. L’effet conjugué du mariage sur le tard et de la coranisation des esprits eût expliqué sans doute plus complètement ces flopées de futures vierges.

La nouvelle hyménisée enfonce le clou déjà bien rouillé : « Pour les hommes algériens, les femmes sont “toutes des salopes sauf ma mère… et parfois ma sœur quand elle ne sort pas”. Ils sont eux-mêmes victimes d’une société qui leur impose l’absence de la femme. Ce qui pervertit leurs regards sur la femme, puisqu’elle n’existe plus en tant qu’être humain. » Les Don Quichotte de la théorie du genre ont du travail assuré pour des décennies.

Source

Voir les commentaires

Grande fête à la mairie de Paris pour le ramadan malgré l'avis contraire du préfet

10 Juillet 2014, 10:14am

Publié par Thomas Joly

Adepte d'une laïcité à géomètrie variable, la mairesse de Paris a annoncé le maintien, par la municipalité et au sein de l’hôtel de ville, d’une fête pour le ramadan. Cette décision avait pourtant été dénoncée par le préfet : « Après examen de la jurisprudence administrative et consultation de la direction des libertés publiques et des affaires juridiques du ministère de l’Intérieur, il apparaît que votre décision d’organiser une telle soirée à caractère cultuel semble contraire au principe de neutralité des services publics. »

Source

 

 

Voir les commentaires

Vers la fin des FEMEN ?

10 Juillet 2014, 09:28am

Publié par Thomas Joly

Des membres du groupe de prostituées internationales FEMEN passent deux fois en jugement cette semaine, une première pour le groupe qui avait bénéficié, jusqu’à ces dernières semaines, d’un large soutien médiatique, politique, policier et judiciaire. Après avoir été expulsées de leur local, elles sont poursuivies pour leur profanation et des dégradations commises à la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, où elles avaient dégradé une cloche notamment, et à l’église de la Madeleine. Trois personnes sont également jugées pour avoir mis fin aux actions condamnables des racailles. Le tribunal a requis contre les prostituées une amende de 1.500 euros et des amendes allant de 250 à 500 contre les membres du service d’ordre.

Plus grave pour elles, à en croire leurs pages Facebook et si cela n’est pas une provocation, elles ont annoncé que le financier apatride George Soros avait décidé d’arrêter de les rétribuer, pour les punir d’avoir voulu créer un groupe en Israël.

 

Source

Voir les commentaires

L’affairiste Thomas Fabius relâché après avoir forcé un barrage de police

10 Juillet 2014, 09:11am

Publié par Thomas Joly

Il y a avait longtemps qu’un fils de ministre n’avait pas défrayé la chronique des faits divers. Thomas Fabius a été arrêté à Paris pour avoir forcé un barrage de police et accessoirement grillé un feu rouge. Malgré les multiples faits qui lui sont déjà reprochés – il est déjà poursuivi par deux juges du pôle financier du TGI de Paris – il a commis ces nouveaux faits au volant de sa luxueuse Audi décapotable.

Interpellé, le délinquant a été immédiatement relâché sans même être mis en garde à vue après avoir fait savoir aux policiers qu’il était le fils de l’homme du sang contaminé.

Source

Voir les commentaires

Des Américains se lèvent contre l’invasion

10 Juillet 2014, 08:59am

Publié par Thomas Joly

Contre l’offensive sans précédent du gouvernement de gauche en faveur des délinquants étrangers présents illégalement sur le sol américain, la population blanche commence à se mobiliser. Une petite ville de Californie, Murrieta, est devenue le symbole des protestations contre l’invasion des États-Unis. Depuis une semaine, des manifestations y sont organisées par les habitants, auxquels se joignent d’autres Américains de la région. À l’origine, avec l’appui des autorités locales, les manifestants ont empêché l’entrée d’un convoi de 140 envahisseurs dans un centre d’accueil de la police. Le gouvernement fédéral avait envoyé le convoi depuis San Diego, après avoir obtenu autorisé les étrangers à séjourner aux États-Unis, avec un large accès aux avantages sociaux par le simple fait d’avoir mis un pied dans le pays. Le projet du gouvernement est de disperser les étrangers dans les petites communautés locales ; il espérait ainsi éviter de grandes manifestations. La tentative a échoué provisoirement, ajoutant un nouveau point de tension à une situation déjà délicate pour Barack Obama, le président le plus incompétent de l’histoire récente américaine, incapable de faire face aux problèmes essentiels du pays. Lire la suite

Voir les commentaires

Justice bananière : 4 mois de prison ferme requis contre Anne-Sophie Leclere qui avait comparé Taubira à un singe

9 Juillet 2014, 13:45pm

Publié par Thomas Joly

Anne-Sophie Leclere, candidate FN aux élections municipales de sa commune, s’était très maladroitement expliquée lors d'un reportage télé à propos de la publication sur sa page Facebook d'un photomontage de la Garde des sceaux, Christiane Taubira, à côté d’un petit singe.

Naturellement, la direction nationale du Front mariniste s'était empressée de lâcher sa candidate et de la suspendre pour participer au lynchage de la pauvre militante dépassée par les événements.

Poursuivie en justice devant un tribunal guyanais par le mouvement antifrançais "Walwari", Anne-Sophie Leclere a vu un procureur haineux recquérir contre elle une condamnation délirante à 4 mois de prison ferme assortie d’une inéligibilité de cinq ans et d’une amende de 5.000 euros.

Voir les commentaires

Dispersion des cendres de Jean-Pierre Dellac

9 Juillet 2014, 09:53am

Publié par Thomas Joly

Samedi 5 juillet, les proches de Jean-Pierre Dellac, ainsi que des membres du SEP (Service Encadrement Protection, le service d'ordre du Parti de la France) dont il était le Directeur national, ont dispersé ses cendres en mer au large de Granville et lui ont rendu un dernier hommage par la voix de Jean-Marie Lebraud.

En septembre prochain, le Bureau Politique du Parti de la France procédera à la nomination d'un nouveau Directeur national du SEP pour succéder à son fondateur, Jean-Pierre Dellac.

Voir les commentaires

Les éoliennes brassent du vent… et des billets (par Charles Rouvier)

9 Juillet 2014, 09:10am

Publié par Thomas Joly

A tous ces Français qui se demandaient pourquoi diantre on avait fichu ce champ d’éoliennes qui ne tournent jamais entre le perron de leur maison de famille et le paysage, naguère joli, qui lui fait face, le SCPC offre une réponse. Cette réponse, elle est déjà dans le nom complet dudit SCPM : Service Central de Prévention de la Corruption.

Alors ? Vous comprenez vite. Selon le rapport rendu le 3 Juillet par cet organisme public, nos chers élus locaux se rempliraient les poches à défigurer les campagnes françaises. Cela va de la corruption classique à coup de malle remplie de billets jusqu’à des prises illégales d’intérêt, à savoir en l’espèce acheter un terrain, le louer très cher à une société d’éolienne après en avoir fait autoriser l’implantation par la mairie.

L’information est passée quelque peu inaperçue, pourtant il semble que ce qui n’était jusqu’ici que déduction de bon sens soit enfin vérifié dans les faits. C’est important, tout de même. On y voit qu’un maire du Nord de la France pouvait recevoir un loyer annuel de plus de 100.000 euros pour tout juste une dizaine de mâts. Nul doute qu’à ce prix les vents sont plus favorables lorsqu’arrive l’élection.

Décidément, l’énergie éolienne n’est pas si propre qu’on voulait le faire croire : il y a tout juste un an, on découvrait que le secteur européen des éoliennes était entièrement infiltré par la mafia italienne, en particulier la N’drangetta de Calabre. Ce sont maintenant nos petites mairies qui sont touchées par la fièvre de l’or transparent.

Ce qui est inquiétant, c’est le lien entre ces deux informations. Cela fait bien longtemps qu’on sait que les politiciens peuvent être corrompus ; sans remonter à Fouquet, le souvenir de Panama ou de Stavisky, qui avait acheté la moitié de la chambre des députés, hante encore le palais Bourbon. Aujourd’hui bien sûr, planent les affaires Bettencourt… et autres. Mais il y a ici quelque chose de différent.

Là ce ne sont pas de grands noms, des députés, des ministres ayant cédé aux sirènes d’une banque ou d’une énorme industrie peu scrupuleuse et richissime, laquelle est irrémédiablement éclaboussée par le scandale. Non, là ce sont des élus locaux, petits maires, conseillers généraux, de régions, partout en métropole qui commencent probablement et, espérons-le, sans le savoir à participer à un système mafieux avec des méthodes mafieuses, une industrie mafieuse. Un système où une organisation criminelle parasite les institutions de l’Etat, détourne les procédures, pour capter l’argent public par le biais de subventions ou contrats, le réinvestit dans des activités crapuleuses pour le faire ensuite revenir dans le circuit officiel où il sera blanchi.

Ce fut le cas – et ça l’est encore – avec le traitement des déchets, en Italie.

C’est nouveau, et c’est une très mauvaise nouvelle car lorsque la mafia s’implante sur un territoire, l’histoire a jusqu’ici prouvé que rien ne pouvait l’en déloger.

Source

Voir les commentaires