Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Pour NKM, les climato-sceptiques sont des « connards ». Que fait Guy Bedos ? (par Gabrielle Cluzel)

8 Octobre 2015, 05:17am

Publié par Thomas Joly

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, les climato-sceptiques sont des « connards ». C’était lundi soir, dans « Le Grand-Journal » de Canal+ animé par Maïtna Biraben. NKM était interrogée sur le livre Climat Investigation de Philippe Verdier, chef du service météo de France Télévisions, livre dont elle ne pense que du mal, bien que, de son aveu même… elle ne l’ait pas lu.

Les climato-sceptiques ont peut-être raison. Ils ont peut-être tort. Là n’est pas la question. La seule question, la vraie question, est de savoir comment un ancien ministre, vice-présidente d’un des partis les plus influents du pays, ayant prétendu récemment à devenir maire de Paris, peut avoir assez de désinvolture, de mépris et d’immaturité pour dénigrer un bouquin dont elle avoue elle-même ne pas connaître le contenu, et injurier gratuitement son auteur en même temps que tous ceux qui partagent l’avis de celui-ci ?

Sans doute s’est-elle laissée emporter par l’ambiance du plateau, les ricanements du public dans son dos, les incitations à « se lâcher » des animateurs, comme ces premières de classe rosissantes que les redoublants du dernier rang poussent à proférer des vannes salaces et qui, flattées d’être enfin l’objet de leur attention, n’osent rien leur refuser. Mais NKM n’a plus de cartable Tann’s dans le dos ni d’agenda Hello Kitty. Elle aspire aux plus hautes fonctions de l’État.

Que celui qui n’a jamais proféré ce mot-là derrière son volant, quand un chauffard vient d’assortir sa queue de poisson d’un doigt d’honneur, lui jette la première pierre. Son « président » Nicolas Sarkozy, lui-même, n’a-t-il pas lancé un « Casse-toi, pauv’con », relevé par deux pigistes de passage, à un homme qui refusait sa main tendue ? Sauf que la parole de NKM était publique, sauf que personne ne l’a prise en traître, sauf que personne ne l’a préalablement insultée.

Voici donc comment NKM conçoit le débat : la réduction ad connarum, façon Bedos, sans s’embarrasser de chercher à connaître l’argumentaire d’en face.

Voilà donc comment NKM conçoit l’exemplarité en politique : sûr que les lycéens, après l’école devant leur écran, n’en ont pas perdu une miette, et sont partis faire leurs devoirs en conséquence – « Stendhal est un connard. Pas besoin de lire son bouquin pour le savoir ». Puisque ce sont là des méthodes de polytechnicienne, on aurait bien tort de s’enquiquiner.

Voilà donc comment NKM conçoit le vivre ensemble avec « l’autre », celui « qui ne pense pas comme nous » : dans l’invective grossière. Quand les Français, eux, devraient se faire des bisous partout.

Dans les familles politiques, comme dans toutes les familles, il est des étiquettes qui vous collent à la peau : chez Les Républicains, par exemple, Nadine Morano serait la fille vulgaire à l’intelligence sommaire, et NKM la grande liane futée, classe et déliée. Parfois, pourtant, on peut se demander qui, des deux, est réellement la poissonnière.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Vladimir Poutine veut le chef de l’Etat Islamique « vivant » ou « exposera son cadavre » s’il est tué

8 Octobre 2015, 05:06am

Publié par Thomas Joly

Vladimir Poutine a demandé à l’état-major de l’armée russe de ramener le calife de l’Etat Islamique « vivant ». Au cas où il serait tué, Abu Bakr Al Baghdadi, le chef de l’EI, devra voir son cadavre exposé et photographié.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Angela Merkel en burqa à la TV allemande devant le Reichstag hérissé de minarets

7 Octobre 2015, 05:39am

Publié par Thomas Joly

La chaine allemande ARD, en diffusant des images du Reichstag hérissé de minarets devant lequel apparaît Angela Merkel en Burqa, a ajouté sa petite pierre au mur de contestation qui grandit contre la politique immigrationiste d’Angela Merkel.

Ce n’est pas la première fois que la dirigeante allemande est affublée d’une burqa tant sa politique pro-islamique a depuis longtemps attiré l’attention des observateurs.

L’Allemagne a encore, ces derniers jours, révisé à la hausse le nombre d’immigrés clandestins  qu’elle s’apprête à accueillir sur son territoire, les faisant passer de 800.000 à 1,5 million désormais, selon le quotidien allemand Bild. La fatalité de l’invasion est agitée devant les européens comme on leur a présenté la fatalité de l’expansion de l’Etat islamique avant que la Russie en quelques jours les fassent régresser et même fuir par milliers vers la Jordanie.
La population allemande se révolte de plus en plus en dépit du renforcement des mesures répressives contre les récalcitrants au Grand remplacement.

Ce photomontage de la chancelière allemande en burqa, entourée de minarets, devant le siège du parlement allemand réduit en mosquée, a été diffusé dans le cadre de l’émission « Bericht aus Berlin » (Message de Berlin) le 4 octobre avec le titre Angst vor einem Verlust der Werte (crainte de la perte d’identité) sur la chaîne de télévision ARD.

La chaine a été accusée de propager l’islamophobie et d’encourager les partis d’extrême-droite. L’image illustrait le sujet de l’avenir des valeurs allemandes dans le contexte de la submersion migratoire musulmane à laquelle est confrontée la population allemande. 

« Comment la vie va-t-elle changer ? Comment doit-on réagir si les immigrés ont des problèmes avec l’égalité, avec les droits de la femme et la liberté de parole ? », s’est exclamé le présentateur avec le Reichstag hérissé de minarets et Angela Merkel en burqa, en fond d’écran.

Les responsables de l’émission « Bericht aus Berlin » ont déclaré sur Facebook que « l’image était en adéquation avec le sujet présenté par Rainald Becker qui accompagnait le reportage sur les valeurs de notre société. Le présentateur parlait des progrès de la société occidentale — de la liberté de parole et de l’égalité. Ces valeurs étaient le sujet du photomontage. La chaîne voulait illustrer des contradictions en lançant ainsi une discussion. L’usage d’images polémiques n’est pas interdit par la loi. Nous réfutons fermement toute accusation d’incitation à l’islamophobie ».

Après avoir été largement favorables à l’immigration, les Allemands à l’épreuve des faits sont maintenant minoritaires à l’accepter. C’est ce que reflète un sondage  Infratest Dimap réalisé début octobre. 47% craignent l’afflux des clandestins désormais. La côte de popularité de la chancelière suit le même chemin, à la baisse. Même si elle est encore très loin des courbes d’impopularité de François Hollande. 

Source : http://www.medias-presse.info

Voir les commentaires

Rappel : Rassemblement contre l'installation de migrants à Albert samedi 10 octobre

7 Octobre 2015, 05:25am

Publié par Thomas Joly

Le collectif Sauvons Albert et le Parti de la France organisent un rassemblement à Albert, place de la mairie, samedi 10 octobre à 15h, pour protester contre le projet d'installation de plusieurs centaines de migrants dans la ville.

En effet, Stéphane Demilly, maire UDI de la commune, s'est précipité pour faire savoir au Ministère de l'Intérieur qu'il était prêt à accueillir dans sa ville des pseudo-réfugiés, sans bien sûr consulter ses administrés. Il serait même question d'installer à Albert plusieurs centaines de clandestins. Ce qui entraînerait, comme à Calais, un désastre sécuritaire, social, identitaire et sanitaire.

Les Albertins et les Français ont encore le droit de refuser d'accueillir toute la misère du monde et de vouloir rester maîtres chez eux !

Le 10 octobre prochain, disons NON aux migrants à Albert ! NON à la colonisation migratoire !

Voir les commentaires

L'Union Européenne offre 1 milliard d’euros pour la Turquie

7 Octobre 2015, 05:13am

Publié par Thomas Joly

Lu dans la Lettre de l'Expansion :

1Source : http://www.lesalonbeige.fr

Voir les commentaires

« La race je m’en fous » : Philippe de Villiers à gauche de Morano

7 Octobre 2015, 05:11am

Publié par Thomas Joly

Lamentables propos de Philippe de Villiers (et assumés, puisqu’il les reprend sur son site et ses comptes sur les réseaux sociaux), qui poursuit son jeu de faux-rebelle, sur l’antenne de LCI.

Le héraut d’une certaine droite faussement « dure », est interrogé sur la polémique Nadine Morano (vilipendée par les médias pour avoir dit que la France était un pays de « race blanche »).

Défendant d’abord la liberté d’expression de l’ancien ministre, il tient ensuite à se prémunir de toute polémique avec les cosmopolites en déclarant grossièrement « la race je m’en fous » !

Après ce terrible aveu, il ajoute, de façon très républicaine ces assertions aberrantes : « La France c’est pas une race, c’est pas une ethnie la France. C’est une culture. […] C’est ce qu’on a dans le cœur ».

Bien sûr, la France est une ethnie et bien sûr, il y a un lien entre race et culture. Et bien sûr, la destruction de la diversité humaine par le métissage est un pilier du projet mondialiste.

Bref, Philippe de Villiers, par pitié, cantonnez-vous strictement à vos romans historiques !

Source : http://www.contre-info.com/

Voir les commentaires

Pourquoi l’Occident souhaite la défaite des Russes en Syrie (par Christophe Servan)

7 Octobre 2015, 05:04am

Publié par Thomas Joly

La fermeté disproportionnée avec laquelle la Turquie a réagi à l’incursion d’un chasseur Su-30 dans l’espace aérien turc (une incursion d’à peine quelques secondes) laisse perplexe. Cet incident a même provoqué une réunion d’urgence des ambassadeurs des États membres de l’Alliance atlantique, d’où il est sorti un communiqué particulièrement dur où figurent les expressions « condamnation ferme », « danger extrême » et « attitude irresponsable ». Ce n’est pas le ton que l’on emploie à l’égard d’une puissance étrangère avec qui l’on entend combattre un ennemi commun, même si cette entente est de circonstance. Ce sont les propos d’un adversaire qui fait tout pour vous mettre des bâtons dans les roues. Explications !

Russes et Occidentaux ont naturellement intérêt à éradiquer le cancer Daech avant qu’il ne se propage dans le Caucase et en Europe, c’est difficilement contestable. En revanche, en Syrie, il est manifeste que ces deux puissances poursuivent des buts opposés. Les Russes veulent garder Bachar el-Assad, l’Occident veut s’en débarrasser. Une opposition qui aurait pu être réconciliée – surtout au regard du péril que représente l’État islamique – si les deux parties jouaient franc-jeu, mais ce n’est pas le cas. Si la Russie est parfaitement transparente dans ses motifs – 1) le clan Assad est l’allié des Russes, une alliance qui remonte à la guerre des Six-Jours et c’est à sa demande qu’elle intervient sur le théâtre d’opérations syrien ; 2) il n’y a pas de commandant Massoud en Syrie, Bachar est la seule alternative aux islamistes radicaux -, l’argument ou plutôt l’alibi humanitaire des Occidentaux n’est que pure façade. Comment peut-on encore ignorer en 2015 que, lorsqu’il s’agit de servir leurs intérêts stratégiques, les États-Unis n’ont que faire des droits de l’homme, une realpolitik ouvertement assumée lorsqu’en 1996 Madeleine Albright, alors secrétaire d’État de Bill Clinton, déclara sur CBS News que la mort d’un demi-million d’enfants irakiens était un prix acceptable pour se débarrasser de Saddam Hussein.

La véritable raison pour laquelle les États-Unis et leurs alliés veulent absolument se débarrasser du dictateur alaouite est aussi limpide que peu avouable, un cas d’école de géostratégie sur fond d’intérêts économiques : cette raison, c’est l’Iran. L’Arabie saoudite, les émirats du Golfe et probablement Israël ont fait du départ d’Assad une condition sine qua non de la normalisation des relations avec le régime de Téhéran, une normalisation ardemment souhaitée par Barack Obama et qu’il souhaite conduire avant la fin de son mandat. En d’autres termes, d’accord pour sortir l’Iran de son isolement, mais un Iran diplomatiquement affaibli et, pour cela, il faut d’abord éliminer son principal allié dans la région.

Tout cela, Vladimir Poutine ne le sait que trop, comme il n’ignore pas que l’Occident ne redoute rien plus qu’une victoire éclair de la Russie, même plus – ô scandale – que la chute de Damas aux mains de l’État islamique. Pourquoi prendre des risques, alors ? L’hypothèse la plus probable est qu’une fois la Syrie pacifiée, il acceptera de monnayer le départ de Bachar el-Assad contre un règlement à son profit de la question ukrainienne. C’est un coup de poker. Le risque est qu’entre-temps, l’Occident humilié se raidisse et commette l’impensable : qu’il entre en guerre ouvertement contre Assad et son allié russe à la faveur d’un incident de frontière savamment provoqué.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Laurent Joffrin, nouveau juge de Nuremberg-sur-Seine (par Silvio Molenaar)

7 Octobre 2015, 05:01am

Publié par Thomas Joly

L’heure doit être grave : l’un des fleurons de la bien-pensance consacre ses cinq premières pages (Libération du 5 octobre) à décortiquer, sous la plume de Laurent Joffrin, « la rhétorique des polémistes réacs ». Pour ne citer que trois d’entre eux : Alain Finkielkraut, Michel Onfray, Éric Zemmour.

« Au lieu d’avancer à visage découvert », affirme Joffrin, « de dire clairement qu’on est conservateur, traditionaliste, nationaliste ou anti-musulman, on prend un détour, on joue au billard […] On ne défend pas le racisme, on accuse l’antiracisme, comme l’a encore fait Alain Finkielkraut que l’on interrogeait sur la lamentable sortie de Nadine Morano » […] Avouez ! Mais avouez donc ! semble intimer un Laurent Joffrin fulminant devant le refus d’un Alain Finkielkraut hypocrite d’effectuer son « coming out » raciste…

Une dialectique glaçante qui n’est pas sans rappeler celle, de stalinienne mémoire, de L’Aveu d’Arthur London. Au chapitre « L’emprise de l’islam tu stigmatiseras », le juge de Nuremberg-sur-Seine plaide la cause de ses amis persécutés : « L’islam, c’est la grande affaire. C’est l’obsession autour de laquelle tournent nos penseurs passéistes : ils ont peur des musulmans. »

Hélas pour Laurent Joffrin, un certain nombre de « lecteurs déprimés » et « d’électeurs angoissés » (Laurent Joffrin dans le texte – traduire : Français ne partageant pas le point de vue de monsieur Joffrin) ont pris connaissance, il y a peu, d’une « Lettre à un Français sur le monde qui vient ». Il en ressort que la gangrène réactionnaire semble avoir gagné le Maghreb. Le Figaro du 16 septembre dernier consacrait en effet un article à l’écrivain algérien de langue française Boualem Sansal, habitant l’Algérie, et auteur de la lettre en question. Concernant l’islam qu’il connaît, qu’il côtoie, un islam inconnu sans doute de notre juge de Nuremberg-sur-Seine, voici quelques extraits de cette lettre.

« Je vous le dis franchement, je crains pour vous, vous me semblez si peu préparés, pour ne pas dire indolents. Je ne sais trop non plus si vous vous rendez compte que vos gouvernants qui sont d’une pusillanimité indescriptible vous poussent carrément dans le cauchemar […] Il faut se souvenir que tout ne se dit pas, les mots sont dangereux de nos jours, ils nous reviennent à la figure, les gens les entendent à l’envers, ils voient des amalgames et des phobies là où tout est simple et juste réalité. Le fait est que nous sommes tous, et vous en particulier, pris dans le piège de la taqiya. Ce fichu mot n’est pas traduisible, il est mystérieux comme la mort, sachez qu’il a à voir avec la ruse de guerre sainte et qu’il y a des siècles de malice et de magie derrière cette chose. Par un jeu subtil d’insinuations, d’accusations suggérées et de menaces voilées, de dénonciations vagues, d’incantations fiévreuses et de cris pleins d’un étrange silence, les champions de la taqiya nous inoculent le virus de la culpabilité et voilà qu’aussitôt montent en nous la honte de penser, la peur de dire et le refus d’agir » (…)

Il y a une indéniable délicatesse dans les mots de Boualem Sansal, aux antipodes des insultantes accusations de racisme de Joffrin à l’encontre d’Alain Finkielkraut. Mais peut-on en demander plus à quelqu’un étant à l’intuition ce qu’est l’éléphant au magasin de porcelaine ?

Et le plus inquiétant reste à venir : « Alain Juppé a qualifié dimanche de catastrophe la vision de ces intellectuels » (Le Figaro du 5 octobre). No comment.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Déferlante migratoire : viols et pédophilie ne peuvent plus être cachés

6 Octobre 2015, 05:52am

Publié par Thomas Joly

Le sujet reste tabou parmi les médias francophones du Système. En Allemagne, par contre, plus moyen de le cacher. Chaque semaine, de nouvelles révélations sont publiées dans l’un ou l’autre journal allemand à propos de la recrudescence des agressions sexuelles liée à l’arrivée massive de migrants. Des agressions sexuelles dont les victimes sont fréquemment des enfants ou de très jeunes adolescents.

C’est le site du journal Der Spiegel qui a publié des informations à ce sujet, corroborant ainsi tout ce que Médias Presse Info a déjà écrit sur ce grave problème.

Der Spiegel s’est concentré sur le cas du grand centre d’accueil pour réfugiés de Hesse. La semaine dernière, au moins 15 femmes et enfants y ont été abusés sexuellement, selon ce que sait l’administration. La police confirme que le viol, la prostitution forcée et la maltraitance des enfants sont constatés dans ce camp. Aucune recension n’est faite à l’échelon de toute l’Allemagne, mais « de nombreux viols » ont été signalés à Giessen et des problèmes similaires sont reconnus à Munich.

Spiegel Online a donc publié un entretien Johannes Wilhelm Rörig, Commissaire du gouvernement fédéral allemand pour les abus d’enfants. Celui-ci confirme à son tour que le risque de violence sexuelle est particulièrement élevé dans les camps de réfugiés. Les agressions sexuelles peuvent provenir des « réfugiés » mais aussi du personnel des camps, selon Johannes Wilhelm Rörig qui signale la grande facilité avec laquelle des bénévoles peuvent se voir confier la responsabilité d’enfants sans être soumis à aucune vérification.

Par ailleurs, pour Johannes Wilhelm Rörig, il ne fait pas de doutes que beaucoup de victimes d’agressions sexuelles dans ces camps n’en parlent pas à la police. Ce serait encore plus le cas parmi les enfants. Au final, cet entretien ne nous apprend rien que nous ne savions déjà mais a l’avantage de se distinguer de l’autocensure qui règne dans les médias francophones mainstream.

Source : http://www.medias-presse.info

Voir les commentaires

Les Africains sont-ils exactement comme nous ? (par Marie Delarue)

6 Octobre 2015, 05:48am

Publié par Thomas Joly

J’ai connu, voilà une dizaine d’années, une femme qui était reporter mode dans un grand magazine féminin. Son journal l’avait envoyée suivre le Festival international de la mode africaine à Niamey. Le FIMA est l’une de ces manifestations obscènes qui plaisent tant à nos élites, où l’on fait défiler les stars faméliques des podiums sous le nez de Nigérians tout aussi faméliques ; les premières parce qu’elles ne veulent pas bouffer, les seconds parce qu’ils n’ont rien à bouffer.

La dame prit goût à l’Afrique. Aux Africains, surtout. Cette vieille soixante-huitarde s’était mise à pratiquer le tourisme sexuel avec assiduité, pensant racheter par son ventre accueillant le colonialisme de ses ancêtres. Du moins c’est ce qu’il m’avait semblé comprendre.

En vérité, elle connaissait l’Afrique comme BHL connaît les terrains de guerre : par les hôtels et surtout les boîtes de nuit où elle levait ses amoureux d’un soir ou d’une semaine. En vertu de quoi elle clamait haut et fort que « les Africains sont exactement comme nous ». Et quand on lui demandait sur quoi elle se fondait pour l’affirmer, elle répondait : « Ils vont en boîte. » (sic)

La semaine passée, j’ai fait la connaissance d’Aboubakar chez l’un de mes amis. Aboubakar est burkinabé, la trentaine. Fils d’un grand marchand d’art, marchand d’art lui-même, il parcourt l’Europe entre collectionneurs et galeries.

Au moment de se quitter, comme il d’usage avec les amis africains, on parle de la famille. Sans ironie, je le précise.

« – Combien as-tu d’enfants, maintenant ? lui demande mon ami.
– J’ai deux épouses et neuf enfants.
– Tu as fait de bonnes affaires, cette fois. Vas-tu t’acheter une nouvelle femme ?
– Oui, mais je vais attendre un peu… À 40 ans, j’en prendrai une troisième et à 50 une quatrième, mais je ne compte pas aller au delà de cinq.
– Pourquoi ?
– Mon père avait sept femmes, ça coûte cher…
– Et combien as-tu de frères et sœurs ?
– Nous sommes quarante-neuf. »

Si la vie ne lui fait pas de méchantes farces, Aboubakar aura cinq épouses. À moins que l’un de ses frères ne décède et que sa propre position dans la fratrie ne lui impose de racheter ses femmes. Auquel cas, il devra s’endetter, et si d’aventure il lui arrive aussi malheur, alors il transmettra les dettes à ses propres enfants, qui seront endettés pour la vie.

Je ne sais pas si Aboubakar va en boîte de nuit. Peut-être. Ou pas. Ce dont je suis sûre, c’est qu’il n’est pas « exactement comme nous ». Qu’il n’a pas la même culture, les mêmes mœurs, la même conception de la famille. Et l’électricité que monsieur Borloo veut amener sur le continent africain n’y changera sans doute rien.

Au sommet de la francophonie, en novembre dernier, on a tenu des propos dérangeants. Dit par exemple que « notre intérêt et celui de l’Afrique, c’est aussi de chercher à réduire une démographie galopante », et que « tous les beaux schémas de décollage économique risquent d’être anéantis par la surpopulation qui aura des conséquences dramatiques en Afrique mais aussi en Europe et dans le monde ».

De 200 millions dans les années 1950, la population africaine atteint aujourd’hui le milliard. Elle doublera dans les 35 prochaines années et sera sans doute de près de 4 milliards de personnes à la fin du siècle. Car Aboubakar, aussi occidentalisé soit-il, va continuer d’acheter des épouses et de faire des enfants. Parce que c’est sa culture, parce que c’est sa conception de la vie, tout simplement.

Pour mémoire, le Niger plus haut cité détient le record mondial de fécondité : 7,6 enfants par femme en 2012. Et rien pour les nourrir.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Arles : une cinquantaine de « jeunes » agressent deux policiers (par François Teutsch)

6 Octobre 2015, 05:35am

Publié par Thomas Joly

La presse est unanime. À la virgule et au guillemet près, elle reprend en chœur la même présentation d’un fait divers qui doit être, à leurs yeux, moins important que le foot, les propos nauséabonds de Morano ou, bien sûr, le coming out d’un prélat romain. Rien de grave, juste un incident dans une banlieue d’Arles.

La presse donc, qui titre (typographie respectée par Boulevard Voltaire) « Arles : “guet-apens” contre deux policiers » (Le Figaro), « Arles : deux policiers blessés dans un “guet-apens” dans une cité » (Le Parisien), « Arles : un “guet-apens” tendu à deux policiers » (Le Dauphiné et les DNA), et ainsi de suite. Même le site Fdesouche reprend cette typographie. Le texte de l’article vient directement des ordinateurs de l’AFP. Seuls quelques sites, comme Atlantico ou, de manière plus surprenante, FranceBleu.fr, titrent sans guillemets et rédigent leur propre article.

Ce qui s’est passé à Arles dimanche soir est malheureusement banal : des policiers de la BAC violemment pris à partie par une bande de délinquants alors qu’ils intervenaient sur un incendie de voiture en appui à leurs collègues de police secours. Deux d’entre eux ont été agressés et ont dû se battre à mains nues, ce qui leur a valu d’être blessés. Leur véhicule a été brûlé. On vous le disait, des faits très banals. Hélas !

Ce qui est remarquable dans cette affaire, c’est la manière dont les faits sont narrés par la presse. L’usage des guillemets dans le titre a pour effet immédiat de jeter le soupçon sur la réalité du guet-apens. Si le mot est entre guillemets, c’est qu’il doit être pris avec précaution. Il ne correspond pas nécessairement à la vérité, et le journaliste ne le reprend pas à son compte. L’AFP utilise les guillemets, donc la presse lui emboîte le pas puisqu’elle achète son article et n’y change pas une virgule. On voit comment est faite l’information.

La seconde particularité – habituelle – de cet article, c’est qu’à aucun moment les « jeunes » ne sont décrits. On imagine volontiers qu’aucun journaliste ne s’en est approché. Cela n’empêche qu’une petite enquête de voisinage, ou auprès des policiers, permettrait d’en savoir plus. Il s’agit peut-être de jeunes bourgeois désœuvrés, entre deux soirées d’école de commerce et la messe du dimanche ; de hordes fascisantes identitaires, du genre à dérouler des banderoles sur les lieux publics pour le seul plaisir d’être interpellés ; de militants homophobes complaisamment pris en photo sous toutes les coutures (Cyrillus). Pourquoi donc la presse ne le dit-elle pas ?

La réalité, nous le savons, c’est que ces « jeunes » sont tous issus de l’immigration. Il n’est donc pas question de le dire, pour ne pas stigmatiser des populations défavorisées, pour ne pas pointer du doigt des personnes, pour ne pas susciter de sentiment de racisme, de réflexe xénophobe.

Les naïfs que nous sommes pensaient que l’inexistence des races empêchait toute expression de racisme. Que la nationalité française dont bénéficient tous ces jeunes supprimait toute tentation de xénophobie. Que les milliards dépensés dans une politique de la ville ubuesque faisaient de ces quartiers des havres de paix, de « vivre ensemble » – quel joli mot ! – et de sociabilité multiculturelle pacifiée.

Le silence est, à lui seul, une information. Plus grand monde n’est dupe. Et l’habituel chœur des vierges effarouchées se lamentera, en décembre prochain, du résultat des élections…

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Plus Paris est dégueulasse, plus Hidalgo fantasme

6 Octobre 2015, 05:29am

Publié par Thomas Joly

Ce reportage de l’excellent site Delanopolis, animé par Serge Federbusch, est accablant pour le maire de Paris, Anne Hidalgo. Sa ville est de plus en plus dégueulasse, tout simplement, par le laxisme de toute l’équipe municipale, sa politique immigrationniste et son mépris pour les derniers quartiers populaires qui demeurent dans la capitale.

Certes, il serait cruel de faire porter la responsabilité de cette spectaculaire détérioration de la plus belle ville du monde à la seule Hidalgo. Quelques jours après sa retraite, Bertrand Delanoë découvrait lui aussi l’ampleur du désastre.

Mais le moins qu’on puisse dire est que depuis le départ de « Notre-Dame de Paris », les choses ne se sont pas améliorées…

On pourrait penser que, devant un tel bilan, alourdi par une dette abyssale, la grande prêtresse de « Je suis Charlie » (sauf pour les dessins de Ri7) ferait preuve d’une grande modestie, et ne chercherait pas à se mettre trop en avant.

Cela serait sans compter sur le carriérisme forcené de cette dame, et son avidité du pouvoir. A la tête de la plus grande agence de communication de France (rien que 300 salariés parisiens payés pour vendre la meilleure image de son maire), elle se voit, si on en croit Le Canard Enchaîné, un destin national, rien de moins…

Reprendre l’aile gauche du parti, en menant une politique qui exclut les populations les plus pauvres de Paris (sauf quand elles sont migrantes clandestines) et en interdisant bientôt aux voitures de pauvres le droit de pénétrer dans la capitale serait révélateur de l’imposture du parti dit socialiste.

Comment peut-on, par ailleurs, rêver de devenir présidente de la République en transformant Paris en ville poubelle ?

Source : http://ripostelaique.com/plus-paris-est-degueulasse-plus-hidalgo-fantasme.html

Voir les commentaires

Le nouveau numéro du journal de réinformation du Parti de la France

5 Octobre 2015, 05:42am

Publié par Thomas Joly

Au sommaire :

 

Retour sur le massacre fiscal français… Dans un ouvrage récent « Le massacre fiscal » aux Éditions du Moment, Manon Laporte, avocate fiscaliste s’intéresse à l’augmentation considérable de la charge fiscale tous impôts confondus, qui a frappé depuis 2011 l’ensemble des particuliers et des entreprises françaises, droite et gauche au pouvoir mélangées. L’ensemble de ces hausses représentant l’augmentation ou la création de près de 103 impôts, taxes ou cotisations sociales et atteint 48 milliards d’euros. Bienvenue en absurdie.

 

• Budget 2016. À peine dévoilé, déjà enterré par le Haut Conseil des finances publiques. Non seulement le budget est faussé, insincère et irréaliste, mais il est en plus injuste et partisan. Il y a ceux qui paient et ceux qui touchent…

 

• Réforme urgente des lycées. En 2011, 30 % des jeunes de 17 ans ne savaient pas lire correctement… Le taux est identique en 2014… Pour 10 %, c’est même une incapacité totale à l’appréhension d’un texte, dit simple. Pour 4,1 %, c’est de l’illettrisme pur et simple. Et pourtant, chaque lycéen coûte près de 40 % plus cher qu’un lycéen des autres pays de l’OCDE…

 

• Finie la comédie, la Russie entre en piste en Syrie, pour appuyer le gouvernement légal syrien. Il n’y a plus d’un côté les gentils djihadistes soutenus par Fabius et le méchant Daesh. Il n’y a plus que des terroristes désignés comme cibles. Et c’est beaucoup plus efficace quand on collabore avec les services légaux syriens. Mais attention, la désinformation de masse est en marche !

 

• La CEDEAO, la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest tente d’exister, malgré les ingérences de la France et des États Unis. Les échéances présidentielles dans deux des pays membres, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, attise bien des appétits.

et, pour finir, nous détaillerons l’actualité du Parti de la France, avec les prochains rendez-vous dans nos différentes fédérations.

Voir les commentaires

Les prochains rendez-vous du Parti de la France

5 Octobre 2015, 05:35am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Sécurité rentière : les pistes du gouvernement pour intensifier le racket

5 Octobre 2015, 05:33am

Publié par Thomas Joly

Le gouvernement va encourager la pose de boîtes noires dans les voitures pour enregistrer les données de conduite des automobilistes. Ces boîtiers vont enregistrer la vitesse ainsi que les freinages des automobilistes pour permettre de déterminer les responsabilités en cas d’accident. Pour que les conducteurs ne se sentent pas piégés, le gouvernement veut créer une cartographie des vitesses autorisées intégrées aux smartphones, pour connaitre à tout moment la vitesse maximale, rapporte Le Monde.

Le gouvernement souhaite aussi expérimenter l’usage de drones pour détecter les « conduites à risques », mais il n’a pas opté pour la généralisation de l’abaissement de la limitation de vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes nationales, comme le préconisait la Ligue contre la violence routière.

Cinq cents nouveaux « vrais » radars vont être installés sur les routes françaises dans les trois ans à venir, portant leur nombre à 4.700. En plus de ces radars classiques, 10.000 leurres seront mis en place dans le même temps. Ces faux appareils seront les premiers en France.

L’objectif est de multiplier par quatre les « zones radars » qui existent dans le pays, à l’aide de vrais ou faux appareils.

C’est bientôt la fin des passe-droits pour les procès verbaux dans les entreprises. Actuellement, lorsqu’un salarié est flashé pour excès de vitesse avec un véhicule d’entreprise, il paie son amende mais ne se voit pas retirer de points. Une pratique que le ministère de l’Intérieur veut supprimer à travers la tenue d’un carnet de bord par l’entreprise, où chaque conducteur sera clairement identifié, sous peine d’une amende de 650 euros.

Source : http://www.contre-info.com/securite-rentiere-les-pistes-du-gouvernement-pour-intensifier-le-racket#more-39443

Voir les commentaires