Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Politique de la ville : 50 milliards d’euros pour la France hors la France

6 Mai 2016, 08:50am

Publié par Thomas Joly

Mardi 3 mai 2016, l’Observatoire national de la politique de la Ville (ONPV), dont la présidence a été confiée à Jean Daubigny, ancien préfet d’Île-de-France, a remis à Hélène Geoffroy, secrétaire d’État chargé de la Ville, son premier rapport annuel. Créé en janvier 2016 à l’initiative de Patrick Kanner, actuel ministre de la Ville, l’organisme a chargé ses 47 membres d’observer la situation socio-économique et urbaine des « quartiers prioritaires » et d’évaluer l’efficacité des politiques publiques qui leur sont consacrées.

Depuis un peu plus de dix ans, ce sont environ 50 milliards d’euros qui ont été consacrés à la politique de la ville. Des dépenses considérables qui n’ont pourtant rien changé à la situation des quartiers concernés. Au contraire, il semblerait que la situation se soit dégradée fortement. Certains ensembles urbains sont des zones de non-droit et même, plus précisément, des zones de Non-France.

Pas moins de 600 quartiers ont bénéficié des opérations du programme national de rénovation urbaine, achevé aux trois quarts. L’Agence nationale pour la rénovation urbaine a dépensé 7,5 milliards d’euros en réhabilitations de logements et en démolitions. Tout dirigeant responsable ferait machine arrière, surtout avec un déficit annuel évalué à 80 milliards d’euros. Pas les socialistes, semble-t-il.

En effet, l’État ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, comme le démontre la loi de 2014 qui a vu les « quartiers prioritaires de la politique de la ville » remplacer les « quartiers en contrats urbains de cohésion sociale » et les « zones urbaines sensibles ». Que cache ce jargon administratif ? Des quartiers qui comptent en moyenne plus de 10.000 habitants, dont 20 % de la population est de nationalité étrangère, qui seront arrosés de milliards d’euros supplémentaires jusqu’en 2024, au moins ! L’Agence nationale pour la rénovation urbaine a notamment fixé comme « objectifs incontournables » de « favoriser la mixité fonctionnelle ». Mixité, on s’en doute, qui ne sera pas sociale mais bien enthno-culturelle.

Ces quartiers dits « populaires », d’où les Français de souche se sont enfuis, chassés par l’insécurité, ont reçu des aides considérables que de nombreuses petites villes de province rêveraient à peine d’obtenir. Pour quels résultats ? Des destructions constantes. Les immeubles sont rénovés, puis finissent immanquablement dégradés à nouveau, au cours des trois années qui suivent. Personne n’entretient les immeubles qui se dégradent. Les parties communes sont peintes à la bombe aérosol, les jardins sont vandalisés, les parkings occupés par les bandes…

Le gouvernement envisage de ne plus investir principalement dans l’habitat, mais aussi de financer massivement les associations de quartiers, parfois communautaristes, le plus souvent animées par un esprit anti-France revanchard, voire haineux. Nos dirigeants sont si impuissants qu’ils continueront à accentuer la fracture française, produite par l’immigration. L’« apartheid social » décrit par Manuel Valls est une séparation civilisationnelle. Ils le savent mais ne veulent pas l’admettre.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Antoine Griezmann, l’anti-Ribéry

6 Mai 2016, 08:41am

Publié par Thomas Joly

Mardi soir, sur le terrain du Bayern de Munich, se déroulait la première demi-finale de la Coupe d’Europe des clubs, que les « modernes » appellent la « Champions League ». Il y avait, au départ, un Français dans chaque équipe : Franck Ribéry pour les Allemands, et Antoine Griezmann pour les Espagnols de l’Atlético Madrid.

Tout le monde connaît le premier, et ses nombreux « exploits ». Un langage de racaille qui fait le bonheur des imitateurs, la grève en Afrique du Sud, en 2010, en solidarité avec son coreligionnaire Anelka, les prières musulmanes sur le terrain, l’affaire Zahia, un fils appelé « Glaive de l’islam », et même la construction d’une mosquée à l’intérieur du stade du Bayern… Bien évidemment, comme son complice Benzema, il n’a jamais daigné desserrer les dents au moment des hymnes nationaux. Il est aujourd’hui en fin de carrière, à 33 ans.

Peu de personnes connaissent Antoine Griezmann. Il a juste 25 ans, et c’est un rescapé du football français version multiculturelle. Il est blanc, plutôt frêle, beau, intelligent, bien élevé, et surtout talentueux. Pourquoi un rescapé ? Parce que, dans le football formaté qu’impose la direction technique nationale (DTN), il faut d’abord avoir un gabarit impressionnant pour intéresser les détecteurs de jeunes talents.

Rappelons la sordide polémique déclenchée par l’inévitable Plenel, relayée par « l’antiraciste » Thuram, en 2011. Le directeur technique national de l’époque, François Blaquart, s’était ému. À cause des problèmes de double nationalité, l’équipe de France formait de nombreux jeunes d’origine africaine qui, une fois la majorité atteinte, choisissaient leur pays d’origine pour devenir internationaux, au détriment des intérêts de notre équipe nationale.

D’autre part, le DTN s’était interrogé, à une époque où Barcelone dominait le football européen avec ses petits gabarits (Messi, Iniesta et Xavi), de l’importance donnée, dans les clubs de formation, aux joueurs d’origine africaine, sélectionnés essentiellement à cause de leurs qualités physiques. Le lynchage médiatique avait suivi ces déclarations pourtant empreintes de bon sens.

Antoine Griezmann est pourtant la preuve vivante de ce que disait Blaquart en 2011. Aucun club français n’a voulu le prendre, il y a 10 ans, dans son centre de formation, car il était jugé trop frêle. La mode, comme le disait Guy Roux, c’était « 80 % Africain, 10 % Maghrébin et 10 % Gaulois ». Pourtant, le Real Sociedad le repère, à 14 ans, et le fait venir en Espagne. Il devient à 20 ans la vedette du club et franchit un nouveau palier en signant au prestigieux Atlético de Madrid. En deux années, Antoine est devenu la vedette de l’équipe, l’homme qui respire le football qu’on aime. Il a une technique exceptionnelle, voit le jeu plus vite que les autres et a toujours le geste juste.

Le contraste était saisissant, ce mardi, entre la classe d’Antoine et sa bonne éducation, et l’attitude d’un Ribéry, surexcité, qui n’arrêtait pas d’engueuler ses partenaires, de protester auprès de l’arbitre, et d’être bien évidemment au centre de tous les points chauds du match.

Et que croyez-vous qu’il arriva ? Archi-dominé, l’Atlético de Madrid n’a eu qu’une seule occasion. Antoine Griezmann se retrouva seul devant Neuer, considéré comme le meilleur gardien au monde. La tête bien haute, sans trembler, il le fixa intelligemment et marqua le but, qualifiant son équipe.

Antoine était qualifié pour la finale, et Franck, malgré ses cinq prières par jour, était éliminé…

Pierre Cassen

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Patrick Balkany s'offre un bain de foule

4 Mai 2016, 05:50am

Publié par Thomas Joly

Voulant se joindre aux manifestants contre la loi du Travail, Patrick Balkany s'est fait bousculer et hué en pleine rue. Au coeur d'innombrables affaires de corruption, le député des Hauts-de-Seine a été aussitôt chassé par les manifestants sous les huées et les quolibets : "Escroc !", "Voleur !" ou encore "Allez, dégage !", ont-ils criés avant de scander en choeur "Balkany en prison ! Balkany en prison !"

Pas fier, le maire de Levallois-Perret s'est réfugié auprès des forces de l'ordre les plus proches...

Voir les commentaires

Action du Parti de la France contre l'installation de pseudo-réfugiés à Buzançais (36)

4 Mai 2016, 05:27am

Publié par Thomas Joly

Les militants du PdF ont organisé une action militante surprise à Buzançais (36), paisible bourgade où le gouvernement socialiste veut implanter un « centre d'accueil pour les demandeurs d'asile » (Cada) dans le but d'accueillir une centaine de clandestins dès l'été prochain. Retrouvez tous les détails en cliquant ici.

Le Parti de la France n'abandonnera pas les Buzancéens et d'autres actions sont à venir afin d'empêcher la colonisation migratoire de nos campagnes.

Voir les commentaires

La mort de Claude François au programme des collégiens…

4 Mai 2016, 05:21am

Publié par Thomas Joly

« Les programmes doivent faire sens aux yeux des élèves, pour qui ils constituent un facteur important de motivation » (ministère, 3 avril 2014) : « faire sens », tel est le leitmotiv des nouveaux pédagogues, ceux qui ont inspiré, sous toutes les majorités, les réformes que subit l’enseignement. Et pour « faire sens », quoi de mieux que de mettre les élèves en rapport avec le concret ? C’est ainsi que, dans le cadre des nouveaux programmes du collège, un manuel de physique-chimie pour les élèves de troisième fait le buzz ces jours-ci : le décès de Claude François sert de base à une démonstration.

Un beau sujet d’EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires), que le ministère définit comme « des moments privilégiés pour mettre en œuvre de nouvelles façons d’apprendre et de travailler les contenus des programmes ». Pour associer physique et sciences de la vie et de la Terre, sur le thème « Corps, santé, bien-être et sécurité », Cloclo servira donc de cobaye pour l’étude de l’électricité. C’est un bon choix pour un EPI, qui se doit d’être multidisciplinaire. Jugez-en plutôt.

Comme beaucoup d’élèves ne connaissent plus Claude François, il faudra que le professeur de musique leur en parle. Le professeur de lettres mettra en scène le chanteur et ses Clodettes, tandis que le reste de la classe jouera le rôle des fans. Le professeur de technologie montrera comment fixer correctement des appliques. Le professeur de SVT expliquera que, s’il faut se laver, il faut éviter de toucher en même temps des fils électriques. Espérons que le professeur de physique ne demandera pas un volontaire pour pratiquer l’expérience de l’électrocution. À moins qu’il ne se fasse assister d’un intervenant extérieur, un des nombreux sosies de la vedette. Un EPI avec cinq professeurs ! C’est vraiment l’idéal !

Soyons sérieux. Qu’un professeur de physique, expliquant les propriétés de l’électricité, fasse allusion à la mort accidentelle de Claude François, pourquoi pas ? On peut illustrer un cours par des exemples empruntés à l’actualité, récente ou passée : mais ce qui est important, c’est la connaissance, une connaissance assimilée et susceptible d’être utilisée avec discernement dans une autre occasion. Malheureusement, la connaissance n’est guère prisée actuellement : elle est suspecte, forcément ennuyeuse, rébarbative, tandis que le courant passant dans un corps humain, ça chatouille les esprits.

Vouloir « faire sens » à tout prix, c’est confondre la pédagogie avec la démagogie, c’est tomber dans ces extravagances de mauvais goût. C’est aussi mépriser les élèves, jugés d’emblée incapables de curiosité naturelle pour la connaissance pure : ils ne sauraient s’instruire qu’en s’amusant, en découvrant par eux-mêmes. Les plus extrémistes des partisans de ces méthodes estiment même que le summum de la formation d’un enseignant serait qu’il ne sût rien et apprît avec ses élèves. C’est avec ce genre d’aberrations qu’on en arrive à des programmes et des méthodes qui déconstruisent les savoirs au lieu de les construire, qui abaissent les esprits au lieu de les élever.

Il paraît que l’éditeur concerné va ôter l’exercice incriminé. Mais d’autres manuels chercheront eux aussi à « donner sens ». La seule solution sera alors de les boycotter. Et si Najat Vallaud-Belkacem s’entête à maintenir l’insupportable réforme du collège à laquelle François Hollande, à l’issue de la première journée de la refondation de l’école, a porté sa caution, les professeurs devront dans leurs classes défendre la transmission de notre culture et de notre patrimoine, le sens de l’effort et de la rigueur, l’émancipation des élèves par le savoir. Seule conception qui ait du sens et prépare les élèves à construire librement leur avenir.

Jean-Michel Léost

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La « loi Travail » entre fatum, fantasme et fantôme

4 Mai 2016, 05:04am

Publié par Thomas Joly

Difficile, pour un gouvernement prétendument socialiste, de devoir passer entre les fourches caudines du libéralisme de marché en réformant le Code du travail. Pis : il est encore plus malaisé, pour un gouvernement nominalement de gauche, de s’attaquer à une forteresse aussi imprenable que ce monument archétypique où sont consignés la plupart des « acquis » sociaux, excepté ceux contenus dans le statut de la fonction publique.

À l’heure où Hollande, en perte de vitesse, prépare frénétiquement sa réélection, en dispensant, tant et plus, la manne et la rosée aux banlieues, aux fonctionnaires, aux intermittents du spectacle, etc., l’examen parlementaire de la loi Travail compte comme une étape (sans doute la dernière de ce désastreux quinquennat) à ne surtout pas rater. L’Élysée et Matignon ont contre eux une poignées de nervis d’extrême gauche (les « Nuit debout ») qui, à défaut de tenir le haut du pavé idéologique, s’essayent à les desceller pour les balancer sur les CRS-« SS », tout en entretenant la purulence d’un abcès de chienlit au cœur de la capitale.

Et puis il y a les syndicats dits « représentatifs », la CGT en tête – qui vient de reconduire son secrétaire général, l’archéo-stalinien Philippe Martinez. Cette même CGT qui défraye encore la chronique pour une nouvelle affiche dirigée contre la « loi Travail ». Ainsi, sur son compte Twitter, le syndicat a-t-il relayé, le soir du 1er Mai, une affiche « Loi travail, stop à la répression ! » sur laquelle on peut voir des policiers marcher sur un sol maculé de rouge figurant du sang. Pour anachroniques (ou d’arrière-garde) qu’elles soient, les campagnes de communication de la centrale de Montreuil ont au moins le mérite de renouer, de façon aussi symbolique que subliminale, avec le vieux syndicalisme révolutionnaire de ses origines.

Et que dire de ces frondeurs qui font effectivement peser sur Matignon une hypothèque que seul un recours à l’article 49-3 sera en mesure de lever, achevant de décrédibiliser, aux yeux de son propre camp, sinon d’une partie de son électorat encore captif, un Premier ministre dont la réputation d’autoritarisme atrabilaire n’est plus à faire ? Quant au patronat, il semble abandonner ce petit monde en rase campagne, quand l’opposition LR-UDI-FN aiguise déjà ses couteaux de boucher.

Myriam El Khomri, ministre docile et à peu près incompétente (rôle de commande qu’elle interprète sans se forcer), va incontestablement servir de fusible et, une fois sa loi soigneusement expurgée de ses scories (taxation des CDD, accords collectifs d’entreprise, assouplissement des licenciements, etc.), s’en retournera dans un anonymat d’où elle n’aurait jamais dû sortir.

Finalement, que restera-t-il de cette « loi Travail » ? Trois mots : fatum, fantasme et fantôme.

Le fatum, ou notre destin résolument voué au Grand Remplacement lorsque les entreprises devront réserver, en leur sein, des salles de prière islamiques. Le fantasme de s’inscrire dans le sillage des lois sociales de 1936 et 1981. Enfin, le fantôme d’un PS grand-bourgeois, encalminé dans ses déconstructions sociétales et arrimé au clientélisme de son prolétariat de substitution. En subsumant le socialisme sous les oripeaux arc-en-ciel d’une gauche progressiste, moderniste et oligarchique, ce, bien avant le congrès d’Épinay, ses sectateurs l’ont plus que trahi. Ils l’ont enterré.

Aristide Leucate

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Allemagne : Le Congrès fondateur du parti anti-immigration décide que « l’islam n’a pas sa place en Allemagne »

3 Mai 2016, 05:53am

Publié par Thomas Joly

Le parti “Alternative pour l’Allemagne” tenait son congrès fondateur ce week-end à Stuttgart. L’occasion pour le parti de droite nationale d’inscrire l’opposition à l’islamisation dans son programme.

“L’islam ne fait pas partie de l’Allemagne”

Le manifeste adopté par les 2000 congressistes présents affirme que “l’islam ne fait pas partie de l’Allemagne”. Une prise de position en forme de réponse à Angela Merkel, au plus bas dans les sondages, qui avait affirmé que “l’islam faisait partie de l’Allemagne”.

Le parti entend ainsi interdire les minarets, les appels à la prière, les voiles ou encore remettre en question l’impôt qui finance les activités religieuses en Allemagne.

Le parti est désormais représenté dans 8 États régionaux sur 16 et aborde les élections législatives de 2017 avec 14 % des intentions de vote.

“Patriotisme libre et sain”

Le chef du parti, Jörg Meuthen, a présenté l’AfD dans son discours d’ouverture comme représentatif d’un “conservatisme moderne et d’un patriotisme libre et sain”, ajoutant que la culture de l’Allemagne était ancrée dans les valeurs “chrétiennes et occidentales” et non pas l’islam.

Les membres du parti ont également approuvé un engagement à défendre les frontières allemandes, la sortie de l’euro ou encore le rétablissement du service militaire obligatoire. Ils ont également condamné “l’idéologie du multiculturalisme” et réaffirmé les valeurs de la famille traditionnelle comme de la culture nationale allemande.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

La mère d’une des victimes du 13 novembre refuse que « ses impôts servent à défendre celui qui a assassiné sa fille »

3 Mai 2016, 05:48am

Publié par Thomas Joly

Elisabeth Boissinot a perdu sa fille le 13 novembre dernier. Chloé, 25 ans, est morte sous une rafale de balles à la terrasse d’un bar du 11e arrondissement. Six mois après, Elisabeth Boissinot, originaire de la Vienne, est en colère.

Elle a publié un texte sur sa page Facebook pour protester contre les conditions d’incarcération de Salah Abdeslam à Fleury-Merogis et refuse que « (s)es impôts servent à défendre celui qui a assassine (s)a fille. »

Elle écrit également, en précisant qu’elle avait écrit au Président François Hollande : « Allons-nous continuer à ne pas avoir d’honneur, à nous laisser berner par ces musulmans intégristes. Allons-nous oublier les 130 victimes et les blessés, leurs familles, leurs enfants… Allons nous nous incliner devant des lois qui favorisent les assassins… Allons nous leur payer leurs avocats, leur donner le confort (parfois) de leur cellule, leur entretien… Allons-nous encore une fois baisser la tète, ne pas réagir ? »

La mère de Chloé paye elle-même son avocat. Elle doit être assistée par un avocat en tant que partie civile et payer ses honoraires.

Source : http://lesobservateurs.ch

Voir les commentaires

Ségolène Royal : « La France va faire don de 2 milliards à l’Afrique… pour la croissance de l’Europe »

3 Mai 2016, 05:33am

Publié par Thomas Joly

Voici ce qu'a déclaré la calamiteuse Ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer : « Ce sont nos voisins de l’autre côté de la Méditerranée, donc nous avons l’ardente obligation de faire des transferts de technologie. Sur les 10 milliards d’euros qui vont à l’Afrique, la France en met 2 sous forme de dons. »

Source : http://www.fdesouche.com/725625-segolene-royal-la-france-va-faire-don-de-2-milliards-lafrique-pour-la-croissance-de-leurope

Voir les commentaires

Belgique colonisée : Sun Cops, la nouvelle association de policiers musulmans

3 Mai 2016, 05:25am

Publié par Thomas Joly

Des policiers d’origine allochtone ont décidé de créer une association nationale appelée Sun Cops Belgium. L’association sera présentée à la commissaire générale Catherine De Bolle avec pour objectif « de promouvoir dans le corps de police et le public, une politique de diversité encore plus importante puisque chargée d’assurer une visibilité, une reconnaissance et une défense des employés d’origine allochtone de la police belge ».

En réalité, Sun Cops est une initiative de policiers musulmans et sent bon le communautarisme. L’un de ses fondateurs précise d’ailleurs à la presse : « Les policiers allochtones sont en guerre contre Daech. Ce n’est pas apparu que pour Daech, nous sommes des traîtres et des apostats. » Cette allusion à l’apostasie montre bien que, dans l’esprit de Sun Cops, l’expression « policiers allochtones » est un cache-sexe pour parler de policiers musulmans. 

Et l’un des fondateurs de Sun Cops d’ajouter : « Nos sommes une minorité mais quand même des centaines. Vous avez des policiers allochtones comme inspecteurs de quartier comme vous en avez jusque dans les Unités spéciales. Et il y a un effet boule de neige. Nous sommes nombreux à avoir convaincu des jeunes de quartier à entrer dans la police, y compris des jeunes filles, et ils deviennent des policiers exemplaires ».

Après l’association des policiers homosexuels (Rainbow Cops Belgium), voici l’association des policiers de confession musulmane. De quoi augmenter la méfiance des citoyens à l’égard de la police et faire douter de l’impartialité de policiers à la démarche communautariste.

Source : http://www.medias-presse.info

Voir les commentaires

Le FN favorable à l’IVG : comme ça, c’est clair !

3 Mai 2016, 05:22am

Publié par Thomas Joly

La déclaration tonitruante de Sophie Montel – députée européenne, conseillère régionale de Bourgogne-Franche-Comté – à la tribune du banquet organisé par le FN le 1er mai en a laissé plus d’un sans voix.

Après avoir évoqué les dangers induits pas les flux migratoires pour la condition féminine, elle a rendu hommage à Olympe de Gouges et soudain déclaré : « Nous sublimons (sic) la femme, nous défendons la libre disposition de son corps, nous défendons la sanctuarisation (sic) de la contraception et la non-remise en cause de l’avortement. […] Le machisme, le traditionalisme, le conservatisme se trouvent chez les adversaires. »

Passons sur la forme, sur cet enfilage de perles éculées, de lieux communs ampoulés que même une stagiaire de Femme actuelle hésiterait à coucher sur le papier, sur ce morceau de bravoure au service d’un féminisme idéologique dont il apparaît un peu plus évident chaque jour qu’il crève, la bouche ouverte, de ses contradictions – son insondable démagogie envers l’islam n’étant pas la moindre.

Passons sur le choix d’Olympe de Gouges – grande figure pour la franc-maçonnerie féminine (une fédération de 200 loges porte son nom) que Ségolène Royal rêvait de panthéoniser -, comme si, pour tromper l’adversaire, il fallait absolument courir, langue pendante et queue frétillante, derrière ses égéries… et finir surtout par se tromper soi-même.

Passons même sur le fond, que l’on pourrait pourtant démonter point par point, les stériles « sanctuaire », « contraception » et « avortement » de madame Montel n’abritant que des idoles tyranniques, devant lesquelles, à l’échelon individuel, les femmes sont aujourd’hui forcées de se prosterner, quelles qu’en soient les conséquences pour leur santé physique et psychologique – tu parles d’une « sublimation » ! – et qui, à l’échelon collectif, sont évidemment les premières responsables de ces flux migratoires que prétend fustiger madame Montel. Il n’y a remplacement exogène en Europe que parce que le remplacement endogène, des parents par les enfants, n’a pas lieu. Et une comparaison entre les chiffres de l’avortement et de l’immigration illustre bien ce phénomène de vases communicants.

Passons sur tout cela, car le simple aspect tactique laisse déjà pantois : la presse bruit de cette ligne de fracture entre un FN conservateur dit « Front Marion » et un FN chevènementiste dit « Front Philippot ». Jusqu’à dimanche, les responsables du parti pouvaient encore nier, colmater la brèche, parler d’un fantasme des médias, ménager la chèvre et le chou, rassurer la carpe et le lapin par des non-dits et un statu quo pragmatiques, Marine Le Pen n’ayant pas trop de tout cet électorat hétéroclite pour la porter à l’Élysée. « On ne sort de l’ambiguïté qu’à ses dépens », disait le cardinal de Retz. Par le discours sans équivoque sus-évoqué, le FN risque d’en faire l’expérience à ses dépens.

On me souffle que Sophie Montel est à l’origine d’un collectif consacré à la protection animale. C’est tout à son honneur. Dommage qu’elle ne fasse pas preuve de la même aménité à l’endroit des petits d’hommes. Et qu’elle renvoie du FN une image de caniche toiletté tenu en laisse par le politiquement correct.

Gabrielle Cluzel

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

En France, mieux vaut casser du flic que critiquer l’islam !

3 Mai 2016, 05:15am

Publié par Thomas Joly

Dans un excellent article paru sur Boulevard Voltaire, Floris de Bonneville imaginait le discours que tiendrait François Hollande s’il se comportait vraiment en président de la République, suite aux agressions graves des forces de l’ordre qui se déroulent en France depuis plusieurs semaines.

Récemment, après la publication d’une affiche anti-flics de la CGT, le ministre de l’Intérieur s’était senti obligé de défendre ses hommes en rappelant qu’en 2015, 18.000 policiers et gendarmes avaient été blessés en service. Cela représente tout de même 50 membres des forces de l’ordre mis hors de combat chaque jour.

Sans doute par pudeur, Cazeneuve n’a pas ajouté que les seules forces organisées qui attaquaient la police étaient les racailles islamisées et les milices gauchistes.

On pourrait attendre, quand 150 des nôtres ont été exécutés par des soldats d’Allah en 2015, que l’appareil d’État, sa police, sa justice, son armée mettent toutes leurs forces pour éradiquer la menace islamiste. Pour cela, le gouvernement devrait permettre aux forces de l’ordre de protéger efficacement les Français, en arrêtant d’avoir 50 blessés tous les jours. Il devrait, d’autre part, donner des consignes à la justice pour qu’elle cesse de persécuter ceux qui, en expliquant ce qu’est réellement l’islam, permettent aux Français de comprendre pourquoi, depuis le 11 septembre 2001, 29.000 attentats mortels ont été commis au nom de ce dogme.

Mon expérience m’amène à constater qu’on est loin de ces priorités, dans la France de Hollande-Valls-Cazeneuve. Depuis deux mois, qu’ai-je vu, dans la mouvance du combat contre l’islamisation de la France à laquelle j’appartiens ?

Caroline Alamachère, rédactrice d’un site de réinformation, a été condamnée, le 10 mars dernier, par la 17e chambre, à 8.000 euros de dommages et intérêts à verser à une directrice d’école catholique, et à une amende de 1.500 euros. Son crime : avoir protesté contre le fait que, dans cette école, les élèves avaient dû apprendre par cœur une sourate du Coran.

Alain Jean-Mairet, président (suisse) d’un site répondant du droit helvétique, a été condamné par la même instance à 5.000 euros d’amende et à payer 3.000 euros à la LICRA. Son crime : avoir, sur ce site, autorisé un apostat de l’islam, tunisien, à publier un texte très critique sur les dérives sexuelles qu’autorisent les textes sacrés de l’islam. L’argument avancé : à cause d’Internet, l’article était disponible en France ! Notre pays s’est donc autoproclamé police mondiale contre l’islamophobie.

Le 14 avril dernier, j’ai été victime d’une perquisition en mon domicile. Sur commission rogatoire d’un juge parisien, les policiers m’ont « confisqué » mon téléphone portable et mon ordinateur. Mon crime ? Je suis suspecté (sans le début de la moindre preuve) d’être le misérable qui aurait envoyé un tweet représentant Anne Hidalgo, à genoux, en train de lécher une babouche musulmane, le jour où elle commémorait le ramadan, dans sa mairie. J’ai donc dû puiser dans mes économies pour me rééquiper au plus vite.

Quelques jours après, la dessinatrice Ri7 était convoquée par la même juge, et se voyait mise trois fois en examen ! Son crime : avoir été l’auteur du dessin incriminé, et qu’il ait été repris dans trois articles sur Riposte laïque !

Je conclus donc de tout cela que, dans la France socialiste, c’est bien d’être Nuit debout ou antifa. On peut casser du flic, on peut manifester, même pendant l’état d’urgence, on peut occuper la place de la République trois semaines durant en toute impunité, la transformer en dépotoir et en urinoir géant, vandaliser les boutiques, symboles du capitalisme et de l’exploitation, et aller se coucher tranquillement, à l’aube, sans être inquiété, en retrouvant son ordinateur à la maison.

Et en plus on est bichonné par les médias et invité sur les plateaux de télévision.

Je crois bien que je vais redevenir gauchiste : c’est nettement moins dangereux que de lutter contre l’islam !

Pierre Cassen

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le 8 mai, le Parti de la France honorera Jeanne d'Arc

3 Mai 2016, 05:04am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Carl Lang est le mieux placé pour fédérer la véritable droite nationale selon Bruno Larebière

2 Mai 2016, 05:39am

Publié par Thomas Joly

Bruno Larebière, journaliste indépendant, ancien rédacteur en chef de Minute, est interrogé sur Atlantico. Extrait :

Atlantico : Jean-Marie Le Pen n'est pas éternel. Sa fille étant spirituellement déshéritée, quels seront les héritiers de la ligne politique originelle du FN ? Marion Maréchal-Le Pen, qui tente de maintenir les liens entre les deux bords ? L'un des membres de sa garde rapprochée (Bruno Gollnisch, Carl Lang) ? Une nouvelle figure comme le très polémique Henry de Lesquen ?

Bruno Larebière : « Si l’on prend votre question comme celle de la possibilité que l’extrême droite soit fédérée sur le plan électoral, c’est Carl Lang, ancien secrétaire général du FN qui a fondé le Parti de la France (PDF), qui me semble le mieux placé pour réussir cette synthèse. On aura une première occasion de la mesurer avec les élections législatives de 2017, où il est probable qu’il présentera un nombre de candidats suffisant pour partir en quête du financement public et lancer véritablement son parti.

Si on ne peut pas exclure des candidatures dissidentes de ces dissidents du Front national, Carl Lang est le seul à avoir une personnalité reconnue, en raison de son absolue fidélité militante, et à tenir un discours qui fait consensus dans le "camp national", en plus de disposer de la structure qui lui permettra de partir au combat électoral. »

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Réinfo du 2 mai 2016

2 Mai 2016, 05:19am

Publié par Thomas Joly

Au sommaire :

 

Traitement spécial pour manifs de gauches. Les manifestations et les rassemblements nuit debout, qui tournent systématiquement à l’émeute, ont droit à un traitement bien moins répressif que les manifs pour tous. Alors qu’ils sont l’occasion de plus de dégradations et d’actions violentes, ils bénéficient d’une certaine indulgence qui illustre bien, la fin de l’état de droit.

 

Rapport 2016 de RSF. Reporter sans frontière sort son rapport sur la liberté de la presse où la France recule de 7 places. L’occasion aussi pour cette organisation, de dénoncer les dérives autoritaires et liberticides des gouvernements, y compris celui de la France. Des médias sous influence, même RSF est bien obligé de le constater.

 

Législation sur les armes. La Commission européenne part en guerre contre les derniers civils possédant une arme à feu. Collectionneurs, tireurs sportifs et chasseurs sont donc concernés. Une décision prise dans l’émotion déconnectée du pays réel, alors que dans le reste du monde, face au terrorisme, des mesures inverses sont mises en place.

 

Victoire du FPÖ en Autriche. Les élections présidentielles en Autriche ont confirmé la réalité des forces désormais présentes en Europe. Une droite nationale face à des mondialistes sans patrie. Une élection qui nous démontre également s’il en était besoin, que la conquête du pouvoir doit se faire, dans le respect d’un idéal et de ses valeurs, sans les lâches reniements d’une utopique dédiabolisation.

Et pour finir, l’actualité du parti de la France, les dernières nominations et les prochains rendez-vous du mouvement.

Voir les commentaires