Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le retour des Charlie (par Jean-Pierre Pélaez)

6 Janvier 2016, 06:08am

Publié par Thomas Joly

Le veau français, indéfectible gogo toujours prêt à repartir à l’assaut, dès lors qu’on le sollicite, un lumignon à la main et un slogan bébête à la bouche, est de retour, avec les commémorations officielles qui s’annoncent, sponsorisées par le Président Chrysanthème, grand médium en lien direct avec l’esprit du 11 janvier. Déjà, nos médias frémissent, frétillent, bruissent à l’approche de cet anniversaire consacrant l’incurie, l’incompétence et l’imprévoyance de nos gouvernements depuis deux à trois décennies, mais converti par le miracle d’une propagande forcenée en grande fête de l’Unité Nationale républicaine autour du mollasson en chef, impénitent tacticien des grosses ficelles, l’œil rivé sur 2017 et les prochains sondages !

Oui, hélas, le temps passe vite (un an déjà) et l’on commençait à peine à oublier leurs vaillants cortèges que les revoilà : les Charlie sont de retour, ils vont envahir nos places, nos rues, nos édifices et, pendant une à deux interminables semaines, les télévisions, les radios, les journaux, délaissant les vacanciers du ski et la neige qui n’arrivait pas, vont nous rapporter leurs marches et leurs déclarations. Oui, le cauchemar recommence…

Déjà les grands reportages dégoulinant de belles postures, de bien-pensance, de bons clichés rancis sur les bons et les méchants, la lutte de la démocratie contre le terrorisme, le chef de guerre Hollande, protecteur de la France, sont prêts à inonder vos foyers…

Charlie Hebdo, journal autrefois en ruines, aujourd’hui prospère et heureux gagnant d’un fabuleux jackpot, publie pour l’occasion un numéro spécial à la gloire de la laïcité et contre le fanatisme religieux. Les médias nous l’annoncent : un million d’exemplaires qui vont rapporter gros. Qui veut gagner des millions, c’est nous, c’est nous !

Le Président Chrysanthème, sauveur de la planète réchauffée, père protecteur du pays transformé en passoire, va dévoiler des plaques commémoratives, il assistera à la cérémonie d’invocation de l’esprit, après les vœux qu’il adressera aux policiers – les pauvres -, canardés à qui mieux mieux, au bord de la déprime et qui n’en peuvent mais des rondes et des patrouilles un peu partout : ira-t-il aussi au bal annuel des pompiers corses, eux qui viennent de découvrir les joies et les plaisirs du caillassage républicain, jusqu’alors réservé à leurs collègues du continent ? On ne le sait pas encore, mais c’est peu probable, tant il va être pris à Paris pour les commémorations…

Vite, vous tous qui avez dépassé le stade du veau français, le meilleur pour cuisiner le pot-au-feu, vous qui dites « assez, on n’en peut plus, c’est trop ! », éteignez vos télévisions, vos radios, achetez-vous des boules Quies, délaissez vos journaux, au moins jusqu’au 20 janvier, si vous ne voulez pas avoir une crise de foie ! Déjà, il a été mis à mal par les fêtes du Nouvel An et de la Reine Consommation, une indigestion supplémentaire de tartufferies confites et de grasses niaiseries lui serait fatale…`

Les Charlie reviennent, ravis, ahuris, encore plus abêtis qu’il y a un an. Ils arrivent, les petits moutons, ils arrivent, troupeau bêlant et suintant de bons sentiments, ils vont déferler sur la France médiatique. Vite, aux abris !

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les frères Kouachi ont gagné : les gauchistes de Charlie Hebdo n'osent plus dessiner Mahomet

5 Janvier 2016, 06:31am

Publié par Thomas Joly

Pour le numéro « anniversaire » de la tuerie islamiste du 7 janvier dernier, le torchon d'extrême-gauche Charlie-Hebdo n'a rien trouvé de mieux que de représenter l'intégrisme religieux par une caricature du Dieu des Chrétiens. Plus lâche tu meurs...

Voir les commentaires

Lancelot joué par un Noir, souiller la culture européenne est devenu une obsession

5 Janvier 2016, 06:27am

Publié par Thomas Joly

Réécriture de notre patrimoine et de nos contes, la dépossession des références de l'homme blanc est évidente.

Bien évidemment pour ceux qui connaissent un peu l'histoire, Lancelot entretient une relation adultère avec Guenièvre. Le symbolisme est évident : un roi blanc dont la femme le trompe ici avec un homme noir…

Source : http://lesobservateurs.ch

 

Voir les commentaires

Allemagne envahie : série d’agressions sexuelles et de vols par des migrants le soir du réveillon, 80 victimes rien qu’à Cologne

5 Janvier 2016, 06:25am

Publié par Thomas Joly

Selon les témoins, à Hambourg, il s’agit pour la plupart de jeunes étrangers (probablement d’Afrique du Nord) qui se sont mis en bandes pour agresser des jeunes femmes. D’abord seulement verbalement (« salope », « pute »). Puis les victimes ont été encerclées, dévalisées. Les hommes leur ont peloté les seins, les parties intimes. (Bild.de)

Les policiers ont réussi à attraper et appréhender huit suspects parmi la masse. Un policier avec 25 ans de service : « Ils avaient tous des documents photocopiés avec eux, des cartes de séjour pour demandeurs d’asile. » (Express.de)

Elles voulaient joyeusement fêter la Saint-Sylvestre – et ont été agressées sexuellement et dévalisées. Des douzaines de femmes ont été les victimes d’un grand groupe d’agresseurs devant la gare de Cologne. La police se montre choquée par l’ampleur des actes.

Un groupe d’environ 1.000 hommes alcoolisés – ainsi décrits par la police – n’ont pas été impressionnés par la présence de policiers et se sont comportés de façon complètement désinhibée et agressive.

C’est seulement dans le courant de la nuit et durant les jours qui ont suivi que la dimension des violences est devenue claire. Le maire de Cologne, Wolfgang Albers, a parlé lundi de « crimes d’une dimension complètement nouvelle et d’un nombre très massif de délits sexuels ». « Il est totalement inacceptable que de tels crimes aient été commis au milieu de la ville » déclare Albers. Des femmes auraient été tripotées, harcelées, et il est aussi question d’un viol. Selon le chef de la police, les auteurs de ces actes seraient « de type arabe ou nord-africain », ainsi les auraient décrits de façon unanime les témoins. Les hommes auraient entre 15 et 35 ans.

80 victimes de ces actes se sont annoncées à la police. 60 plaintes pour délits sexuels et vols ont été déposées. « Nous supposons qu’il y a d’autres actes qui ne nous ont pas encore été annoncés » dit Albers. Le groupe d’investigation « Nouvel-an » a été renforcé pour identifier les coupables. Entre autres il analyse les vidéos prises par des téléphones portables et des caméras de surveillance.

Source : http://lesobservateurs.ch/2016/01/05/cologne-hambourg-serie-dagressions-sexuelles-de-vols-migrants-soir-reveillon-80-victimes-rien-qua-cologne/

Voir les commentaires

Corse : Gilles Siméoni, fils d’une mère juive polonaise, défenseur d’un « autonomisme antiraciste »

5 Janvier 2016, 06:14am

Publié par Thomas Joly

La Corse a été le théâtre de deux événements majeurs en moins de deux semaines. D’abord la victoire d’une alliance entre nationalistes, incarnés par Jean-Guy Talamoni, et les autonomistes de gauche représentés par Gilles Siméoni, maire de Bastia. Ensuite, la révolte contre les déprédations des immigrés musulmans contre l’ordre social.

Un nationalisme corse « revu et corrigé »

Gilles Siméoni est le fils du chef historique du mouvement national corse : Edmond Siméoni. Figure de la lutte radicale, Gilles Siméoni s’en est émancipé pour adopter une approche électoraliste, orienté vers le centre-gauche. Le « modérantisme » du maire de Bastia a réussi a offrir à la sensibilité nationaliste – dans son versant autonomiste et réformiste – l’accès à des rôles politiques de premier plan.

Malgré la victoire récente de l’alliance entre autonomistes et indépendantistes aux dernières élections régionales, les représailles menées contre une mosquée clandestine d’Ajaccio ont révélé les incohérences des organisations nationalistes corses. Alors que la base militante nationaliste, notamment la jeunesse corse, est largement consciente des menaces induites par la colonisation de peuplement islamique, les élus de l’assemblée régionale se sont distingués par un discours antiraciste similaire à celui de élites politiques françaises.

Sur Europe 1, 4 jours après la révolte d’Ajaccio, le président de la région déclarait : « Le nationalisme peut faire peur mais il faut savoir que le nationalisme corse est aux antipodes de tous les phénomènes de racisme, de xénophobie et d’exclusion. Le peuple corse est un peuple ouvert, généreux et accueillant. Depuis des siècles, les femmes et les hommes de l’île, peu importe leur religion, leur couleur de peau ou leurs origines se sont intégrés. Et il faut que cela continue ainsi. »

Peu importe donc que jamais, durant les siècles passés, la Corse – comme le reste de l’Europe – n’ait eu à affronter d’un phénomène de remplacement rapide et général de sa population, Gilles Siméoni préférait accuser la population révoltée de tous les maux.

En plaçant le « nationalisme corse » aux antipodes du « racisme » et en en faisant une sorte de civisme à la française, Gilles Siméoni dénature un nationalisme ethnique qui n’a jamais été antiraciste.

Les origines plurielles de Gilles Siméoni

Pourquoi Gilles Siméoni a t-il fait de cette dénaturation du nationalisme corse un élément de base de son discours, lui le premier représentant de l’exécutif de l’île ?

Le journal Corse Matin donnait un détail sur sa biographie (lire ici) qui permet de comprendre l’approche multiculturaliste de l’intéressé : « Pourtant, à la maison, Gilles et son frère Marc filent droit. Sa mère, Lucie, issue d’une famille juive polonaise, veille à une éducation stricte, remplie d’amour et d’exigence. »

On peut donc méditer une nouvelle fois sur les déclarations de l’intéressé : « Le peuple corse est un peuple ouvert, généreux et accueillant. Depuis des siècles, les femmes et les hommes de l’île, peu importe leur religion, leur couleur de peau ou leurs origines se sont intégrés. Et il faut que cela continue ainsi. »

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Deux racailles afro-maghrébines violent une jeune fille et diffusent la vidéo de leur crime

4 Janvier 2016, 18:54pm

Publié par Thomas Joly

Depuis plusieurs heures, une vidéo montrant un viol circule sur les réseaux sociaux. Deux afro-maghrébins originaires de Grigny (91) ont en effet abusé d'une jeune fille à Perpignan en l'alcoolisant au préalable puis ont filmé la scène avant de la diffuser sur internet. Au moment de l’arrestation des deux individus (qui s'étaient vantés de leur acte dans la foulée), la jeune fille âgée de 19 ans a également été découverte sur les lieux en état de choc extrême. Ces « chances pour la France » sont actuellement en garde à vue pour viol aggravé. Sur sa page Facebook, l’une des racailles affirmait même, vidéo à l’appui, que son bracelet électronique lui avait été retiré le 10 novembre dernier...

Source : http://www.tvlibertes.com

Voir les commentaires

Pour le Parquet, un islamiste qui fonce sur 4 militaires en criant « Allah Akbar » n’est pas un terroriste

4 Janvier 2016, 17:31pm

Publié par Thomas Joly

Raouf E., le Tunisien à papiers français, âgé de 29 ans, qui a foncé sur 4 militaires français qui gardaient une Mosquée à Valence, a été interrogé samedi à l'hôpital où il est en garde à vue après avoir été touché à un bras et aux jambes de trois balles tirées par les soldats, déployés dans le cadre de l'opération Sentinelle.

Alex Perrin, procureur de la République de Valence a avoué au Dauphiné Libéré : « Des images de propagande djihadiste ont été retrouvées dans le matériel informatique du conducteur en garde à vue ». Ce matériel a été saisi par les enquêteurs du SRPJ de Lyon lors de la perquisition de son domicile à Bron. « Ce sont des images que l'on peut télécharger, ça date de quelques semaines. Mais ce ne sont pas les images les pires, plutôt des slogans belliqueux », a-t-il osé ajouter. Pour le magistrat, « cela montre que c'est quelqu'un de sensible à ça, mais ne prouve pas qu'il ait des connexions avec des organisations terroristes ».

Auparavant, le procureur avait indiqué sans rire lors d'un point de presse que les enquêteurs ne disposaient d'aucun élément laissant penser qu'il s'agissait d'un acte terroriste et qu'en conséquence, la section antiterroriste du parquet de Paris ne s'était pas saisie du dossier.

Alex Perrin, a précisé que l'homme, qui aurait crié « Allah est grand » en fonçant à trois reprises sur les militaires, dont trois ont été blessés, n'était pas connu des services de police. Comme si cela atténuait son geste…

Source : http://lesobservateurs.ch

Voir les commentaires

Bonne année 2016 !

1 Janvier 2016, 00:05am

Publié par Thomas Joly

Bonne année 2016 !

Que l'année 2016 soit celle de la renaissance de la France française dans une Europe européenne ! Gardons foi en l'avenir et mettons tout en oeuvre pour stopper le déclin de notre civilisation et redonner sa grandeur à notre Nation plurimillénaire !

Voir les commentaires

Les ravages du transexualisme

31 Décembre 2015, 14:41pm

Publié par Thomas Joly

Au Royaume-Uni, chaque année, 80 enfants d'école primaire cherchent à changer de sexe.

Aux Etats-Unis, la commission des droits de l’homme de New York City vient de publier des directives concernant les transsexuels : désormais, les employeurs qui feront référence à ces personnes en utilisant le pronom ou le nom correspondant à leur sexe d’origine s’exposeront à des amendes qui pourront atteindre 250.000 dollars.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Le « vivre ensemble » : slogan du nouveau totalitarisme (par Boris Le Lay)

31 Décembre 2015, 14:07pm

Publié par Thomas Joly

C’est un des slogans les plus martelés par la caste politico-médiatique dominante, au point d’être devenu le vade-mecum de la pensée unique. Il s’agit de la défense et la promotion – en plus de la mise en œuvre – du “vivre ensemble”. Mais quelle est sa nature véritable ?

Deux mots, trois mensonges

L’auteur de ses lignes rappellera qu’il a été condamné à 6 mois de prison ferme par une vice-procureur de souche africaine au motif qu’il aurait commis un “appel à la violence contre ce que l’on partage le mieux, le vivre ensemble”. On soulignera au passage que la pauvre femme ne semble guère maîtriser la langue française puisqu’elle éprouve visiblement des difficultés à penser l’abstraction : un “appel à la violence” contre un concept, ici “le vivre ensemble”, n’a absolument aucun sens.

Porter atteinte à ce mystérieux “vivre ensemble” relève donc du crime de pensée et mène à la prison. Quelle est donc cette idole jalouse et colérique qui ne souffre pas qu’on ne se prosterne pas devant elle ?

Comme toutes les formules de nature terroriste, le terme “vivre ensemble” vise à abolir une réalité pour lui substituer un nouvel ordre de choses radicalement opposé.

Ce qui frappe c’est d’abord la banalité de la formule : “vivre ensemble”. Il est d’ailleurs devenu un nom, donc un objet, en lieu et place d’une action. On parle de défendre “le” vivre ensemble et non pas effectivement “de” vivre ensemble. Cette transformation peut sembler anodine mais traduit une fétichisation de ce que cette expression désigne, c’est-à-dire un objet censé concentrer sur lui les désirs désignés comme seuls légitimes par l’État.

Une série infinie de déclinaisons en découle. Dans l’Hexagone, “Rire ensemble contre le racisme” est un des théâtres de la pensée unique se mettant en scène – comme jadis en URSS et dans les démocraties populaires – lors de spectacles soutenus par l’État.

Le propre de la pensée collectiviste est sa dimension grégaire et archaïque, qui vise précisément à abolir l’individu, et par voie de conséquence la divergence et la critique. La dimension incroyablement primitive du terme “vivre ensemble” traduit cette régression.

Peu importe donc ce que nous faisons ou qui nous sommes – sans parler de nos aspirations profondes – nous sommes sommés par l’État de tout faire “ensemble”. Ce qui importe n’est pas ce que nous faisons mais comment nous le faisons et avec qui. Cette réduction du corps social à lui même trahit l’utilitarisme qui le sous-tend. L’Etat veut des individus qui ne s’interroge pas sur leur identité propre et entend prévenir tout questionnement par la réduction des hommes à une masse privée de ses besoins d’accomplissement de soi.

En d’autres termes, les individus ne doivent plus se donner de but autre que de vivre, au sens physiologiquement du terme, et de laisser à l’État le soin de définir les buts supérieurs du corps social. “Vivre ensemble” suppose ici l’abolition volontaire de l’individu, de ses doutes, de ses aspirations particulières.

Mais quel est cet “ensemble” qui se veut volontairement flou mais qui cache à peine le projet recherché ?

D’abord cacher la vérité par l’euphémisme. Cet “ensemble”, c’est en réalité la masse hétérogène qui peuple l’Hexagone et qui n’est qu’un patchwork de races, d’ethnies, de groupes religieux, tous les plus exotiques les uns que les autres.

Ensuite prétendre à la neutralité alors qu’il s’agit de subjectivité radicale. S’il nous faut, selon l’État, “vivre ensemble”, c’est que l’expérience démontre que les pauvres diables que nous sommes ne le font pas. Ou plus exactement, ne le font pas selon l’état d’esprit que l’État a décrété comme juste. Le “vivre ensemble” ne décrit donc pas une simple réalité – des individus et groupes vivant effectivement ensemble dans un espace donné – mais désigne l’appel à une aspiration intérieure, au surplus obligatoire, de volonté de communion avec et entre les groupes précités. Le mot “ensemble” ne désigne pas “un” ensemble, en tant qu’objet, mais un appel à l’édification de cet ensemble, radicalement subjectif.

Enfin, présenter cette subjectivité radicale comme une réalité alors qu’elle n’en a aucune. Puisque cet ensemble n’en est pas un et que loin d’être la description neutre d’un objet le “vivre ensemble” est un projet politique, il nous faut convenir que ce qui est présenté comme une vérité d’évidence n’a aucune espèce d’existence.

Soulignons d’emblée la dimension ontologiquement mensongère du terme “vivre ensemble” : il refuse de nommer ce qu’il recherche,  se veut soi-disant neutre alors qu’il est un projet idéologique radical et enfin prétend décrire ce qui n’existe pas. Comme tout projet politique illégitime, c’est par l’ambiguïté et le mensonge qu’il est mise en oeuvre.

Première observation : le “vivre ensemble” tant vanté par l’État n’ayant aucune existence concrète, son édification justifie précisément qu’on le promeuve.

Largement décrit par le système dominant comme “naturel”, ce “vivre ensemble” n’existe tout simplement pas. Et l’État, parfaitement conscient de cette illégitimité, entend procéder par ruse et effraction, mais aussi par la violence.

Lire la suite : http://breizatao.com/2015/12/31/le-vivre-ensemble-slogan-du-nouveau-totalitarisme-par-boris-le-lay/

Voir les commentaires

Heureusement qu’ils sont là pour nous défendre (par Pierre Mylestin)

31 Décembre 2015, 14:00pm

Publié par Thomas Joly

Heureusement qu’ils sont là, que nous les avons accueillis, par milliers, par millions, pour nous protéger.

À Béziers, des milices islamiques se sont portées bénévoles pour garantir théâtralement la sécurité de lieux de culte d’une souche de population devenue médiatiquement insignifiante, citoyens de seconde zone à la marge idéologique d’une République laïciste, subissant sans mot dire l’humiliation d’être remplacés, poussés sans aucun ménagement, y compris par leur clergé, vers la sortie de leur Histoire, dhimmis dont le chemin de croix ne fait que commencer, piégés entre le marteau de l’État maçonnique et l’enclume islamique.

Heureusement qu’ils sont là pour nous défendre contre leurs coreligionnaires déséquilibrés qui commettent invariablement l’irréparable au nom de leur religion commune, dénaturant le véritable message de celle-ci, message, comme nous le démontre chaque instant du réel, d’amour intégriste, de tolérance radicale et, maintenant, de protection totale.

Et la République de s’extasier devant la magnanimité de ses ouailles, ode au vivre ensemble, en se fendant de flatteries synonymes d’une tacite soumission envers ceux qui, de par leurs dogmes, minoritaires, ne connaissent que les rapports de ruse, ceux de force, dès que la situation le permet ; les chrétiens d’Orient et les habitants des territoires perdus de la République pouvant en témoigner. Et voilà que les belles valeurs de celle-ci, ses piliers – Liberté, Égalité, Fraternité – sont défendus par une cinquième colonne nourrie en son sein, n’aspirant qu’à la détruire, ennemie directe de tout régime mécréant, qu’elle voudra soumettre tôt ou tard, de gré ou de force. L’Histoire ancienne et contemporaine en témoigne également.

Des bénévoles musulmans pour protéger les églises. Et pourquoi pas convertir à l’islam les pompiers pour ne pas se faire caillasser, les profs d’école pour ne pas se faire harceler, les policiers et les toubibs dans les hôpitaux pour ne pas se faire lyncher, les militaires pour ne pas se faire poignarder, buter dans le dos ? Et pourquoi pas, en fin de compte, un Président musulman, pour la paix civile ? Nos enfants apprécieront.

Mais avant cela, imaginons un seul instant que, par malheur, un groupe de bénévoles de souche se porte volontaire pour protéger les mosquées des odieux lancers de lard. Pis : qu’ils en interdisent l’accès aux imams radicalisés, sponsorisés par nos partenaires économiques officiels, dans le but louable de ménager de l’amalgame les pieux tympans des fidèles dits modérés lors de la salat du vendredi. Imaginons, un instant, la réaction des thuriféraires du padamalgam, des officines subsidiées de lutte contre l’islamophobie, les antiracistes, imaginons les banlieues qui s’enflamment…

Hélas, personne n’est plus dupe, car le système organisé de mensonge qui a, durant près d’un demi-siècle, occulté l’ampleur du mal qui nous ronge commence aujourd’hui à pourrir et répandre l’odeur  des nombreux macchabées qui joncheront le futur champ de bataille que sera la France. Quand cette guerre civile surviendra, nous verrons enfin de quel bord les protégés de la République se rangeront, mais encore, nous devinons déjà de quel côté de la tranchée cette même République se rangera. Guerre civile autant inévitable qu’indispensable pour faire le tri entre le bon grain et l’ivraie.

Par le sang la République maçonnique est née ; par le sang elle mourra, que ce soit par la conquête islamique ou la reconquête identitaire. Dans les deux cas, cette vieille putain mourra de sa belle mort.

« Ne pas défendre son propre territoire, sa propre maison, ses propres enfants, sa propre dignité, sa propre essence est contre la Raison » (Oriana Fallaci)

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le rêve de Kahina Amimour : faire comme son mari Samy au Bataclan (par Marie Delarue)

29 Décembre 2015, 11:20am

Publié par Thomas Joly

Samy Amimour s’est fait exploser la sous-ventrière au Bataclan le 13 novembre dernier. C’était pourtant un petit gars très bien, comme nous l’a expliqué le maire UDI de Drancy, Jean-Christophe Lagarde. Un petit gars bien dans une famille bien, qui avait même travaillé à la mairie. D’ailleurs, tout le monde est tombé de sa chaise lorsqu’on est venu l’interpeller un jour d’octobre 2012.

La police l’avait fiché comme un individu en voie de radicalisation et potentiellement glissant sur la voie du terrorisme, cela depuis qu’il fréquentait une mosquée radicale et identifiée comme telle, où les barbus continuaient – et continuent toujours ? – de prêcher la haine. Il faut dire que la police connaissait bien Samy : c’est chez elle qu’il s’entraînait au tir. Pan ! pan ! pan ! Ça ne s’invente pas.

La justice a retiré à Samy Amimour son passeport. Pas longtemps : 4 mois tout rond. Son avocat a fait valoir que la RATP l’avait viré et qu’il avait besoin de ses papiers pour trouver du boulot. Une juge attendrie lui a donc rendu sa carte d’identité début 2013. En septembre, il partait en Syrie. Et deux ans plus tard, il revenait perpétrer son massacre.

Samy avait 28 ans, une épouse nommée Kahina et une petite fille d’un an. Kahina est tombée amoureuse du chauffeur de bus, puis elle l’a suivi dans sa dinguerie mortifère. À 18 ans elle a lâché sa classe terminale pour partir le rejoindre en Syrie, l’a épousé, lui a fait un enfant. Et aujourd’hui regrette de n’avoir pas suivi son mari sur la voie du martyre, mais ne désespère pas d’y arriver.

En poursuivant leurs recherches sur les auteurs du massacre du Bataclan, les enquêteurs ont pu retrouver tous les échanges qu’elle a eus avec un (ou une) proche resté à Paris. Le Parisien les publie ce lundi.

Après Raqqa, le jeune couple s’est installé à Mossoul, dans le fief de l’État islamique. Seule ombre au tableau : les frappes de Bachar et de la coalition : « Au fond, c’est une guerre contre l’islam pure et dure, pas contre le terrorisme », dit-elle. Sinon, c’est le paradis : « J’ai un appart’ tout meublé avec cuisine équipée, deux salles de bains toilettes et trois chambres, et je paye pas de loyer, ni l’électricité et l’eau. La belle vie, quoi ! […] Et toutes les villes que j’ai faites, en Syrie et maintenant en Irak, je n’ai pas vu un seul mendiant ! […] Tu sais pourquoi ? Parce que les biens sont tellement bien distribués équitablement que tout le monde vit bien. » C’est beau comme du Jean-Paul Sartre à son retour d’URSS : « Le citoyen soviétique améliore sans cesse sa condition au sein d’une société en progression continuelle. » Fanatisme, quand tu nous tiens…

Mais dans ce monde en noir et blanc, ils sont les bons et nous sommes les méchants. « Bientôt, inch Allah, la France et toute la coalition vont savoir c’est quoi la guerre chez elle. […] Vous nous tuez, on vous tue, l’équation est simple. » D’ailleurs, elle aimerait bien se charger elle aussi de la tuerie. Ainsi, le 16 novembre, trois jours après les attentats auxquels son mari a participé, elle écrit : « T’es choqué des attentats ? LOL. Un des kamikazes du Bataclan était mon mari Samy Amimour, il s’est fait exploser hamdulillah… » Enfin, ce dernier message : « J’étais au courant depuis le début, et j’ai encouragé mon mari à partir pour terroriser le peuple français qui a tant de sang sur les mains. […] Rien ne sera plus comme avant. […] J’envie tellement mon mari, j’aurais tellement aimé être avec lui pour sauter aussi. » Et surtout nous faire sauter.

Remarque en passant : ni Samy ni Kahina Amimour ne pourraient être visés par une déchéance de nationalité. De plus, croyez-vous que cela ait eut pour lui et pour elle une quelconque importance ?

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Avis à la population, la Gare du Nord n’est plus en France !

29 Décembre 2015, 11:02am

Publié par Thomas Joly

Pour la deuxième fois en moins d’une semaine des messages en arabe destinés aux passagers du RER ont été entendus.

La première fois : http://resistancerepublicaine.eu/2015/12/24/un-chauffeur-du-rer-d-fait-les-annonces-de-la-sncf-en-arabe/

La deuxième fois (témoignage de Christophe) : « Hélas, la RATP continue ces messages en arabe. Aujourd’hui, vers 19h, à la Gare du Nord, une employée de la RATP a fait un message en arabe, puis seulement après (!!!), en français. Le message était d’une grande banalité, c’était pour souhaiter de joyeuses fêtes aux usagers. Mais désormais, nous savons que pour la RATP, les Français sont des usagers de deuxième classe. »

Je vous invite à protester auprès de la SNCF/RATP : http://www.ratp.fr/contact/client

Dialoguer avec un conseiller SNCF : http://aide.voyages-sncf.com/contactez-nous

A signaler aux usagers du RER D : http://portail.sadur.org/

Source : http://resistancerepublicaine.eu

Voir les commentaires

Sortie du n°41 de la revue Synthèse nationale

28 Décembre 2015, 18:27pm

Publié par Thomas Joly

Au sommaire :

- Editorial de Roland Hélie

- Dossier Attentats : Arnaud Raffard de Brienne, Dr Bernard Plouvier, Philippe Randa

- Pour un Front des Patriotes, Pierre Vial

- Un entretien avec Pierre Cassen, Président de Riposte laïque

- Patriotisme français ou Europe aux cent drapeaux, Emmanuel Leroy

- Un entretien avec Les Brigandes, Thierry Bouzard

- Le monde agricole victime de l'ultra libéralisme imposé par Bruxelles

- Les pages du Marquis, Jean-Paul Chayrigues de Olmetta

- Les articles de Pieter Kerstens, Patrick Parment, Charles-Henri d'Elloy, Francis Bergeron

- Les livres passés au crible par Georges Feltin-Tracol

- Témoignage de Roger Holeindre

124 pages, 12 €, à commander ici

Voir les commentaires

Déchéance de nationalité : l'Africaine Rokhaya Diallo se sent-elle solidaire des terroristes ?

28 Décembre 2015, 12:00pm

Publié par Thomas Joly

Bien que la mesure soit avant toute chose symbolique, la déchéance de nationalité pour les binationaux auteurs d’actes de terrorisme sera bien dans le projet de réforme de la Constitution. La fange gauchiste monte au créneau jouant les indignés contre cette mesure pourtant voulue in fine par un président… socialiste !

Rokhaya Diallo, sénégalo-gambienne, l’une des porte parole de cette bien-pensance « anti-raciste » a déclaré : « C’est scandaleux : cela voudrait dire qu’une partie de la population est française sous condition et qu’il existe deux catégories de Français nés en France. Qu’on nous tolère, en quelque sorte. »

Est-ce à dire que Rokhaya Diallo est solidaire des terroristes, les seuls visés par cette mesurette ?

Source : http://www.medias-presse.info

Voir les commentaires