Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Soutien à la presse de combat

25 Novembre 2010, 09:07am

Publié par Thomas Joly

Estrées 31 mars 2010 aTexte à paraître dans le courrier des lecteurs de la prochaine livraison de Rivarol du vendredi 26.11.10 :

 

Suite aux attaques virulentes et aux tentatives de déstabilisation dont Jérôme Bourbon, directeur de Rivarol, fait l’objet depuis quelque temps, je tiens à lui apporter mon soutien plein et entier.

 

On dirait que certains feignent de découvrir que Rivarol est un journal d’opinion, un journal engagé. Or, à quelques semaines d’un tournant historique pour la droite nationale française, il faudrait que le plus vieil hebdomadaire de l’opposition nationale opte pour une position attentiste et prude par mercantilisme ? Une telle attitude serait une injure à l’égard des fondateurs de ce journal qui ont eu, lors d’une époque bien plus dangereuse et incertaine qu’aujourd’hui, le courage de leurs convictions.

 

Rivarol 26 11 10Jérôme Bourbon est un polémiste de talent et n’entend pas devenir l’un de ces éditorialistes insipides qui sévissent dans les médias généralistes, rebelles en peau de lapin toujours soucieux de ne pas déplaire aux maîtres du temps.

 

La presse nationale n’a pas à être inféodée à un mouvement politique aux mains d’un clan familial caractériel prêt à tous les reniements et toutes les compromissions au nom d’un électoralisme consternant au service exclusif d’intérêts personnels. Et c’est son rôle de dénoncer avec vigueur cette duperie ainsi que toutes les basses et viles manœuvres utilisées pour faire taire ceux qui s’élèvent contre les dérives idéologiques, politiques et humaines d’un parti politique en perdition.

 

Bravo à Jérôme Bourbon pour ses prises de position et l’éclairage qu’il donne aux lecteurs de Rivarol sur celles et ceux qui, désormais, sont des adversaires du camp national, de sordides boutiquiers sans vergogne ayant prêté allégeance avec entrain au Système espérant s’y faire une petite place.

 

Thomas JOLY

Secrétaire général du Parti de la France

Commenter cet article