Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Jawad Bendaoud : le logeur est une drôle de logeuse (par Marie Delarue)

24 Novembre 2015, 06:19am

Publié par Thomas Joly

On l’a vu promener sa belle gueule de « bolos » devant les caméras avant que la police ne lui passe des bracelets qui n’étaient pas de platine. Le jeune caïd à lunettes, fines tresses, barbichette et doudoune en cuir a fait le tour du PAF et la joie des réseaux sociaux. Il s’appelle Jawad Bendaoud et c’est un beau spécimen de petite ordure comme on en compte, hélas, en nombre dans cette pauvre ville de Saint-Denis.

Entendant mercredi ledit Bendaoud raconter sa petite histoire sur BFM TV, tandis que les super-flics et l’armée remballaient leur matériel après la fusillade de la rue du Corbillon, la France aimante et compassionnelle lui aurait donné le bon Dieu de tous les croyants sans confession. Un garçon généreux, à l’entendre, si prêt à rendre service qu’il ne s’inquiète pas de savoir qui il dépanne : « J’ai appris que c’était chez moi et que les individus sont retranchés chez moi et… voilà. J’étais pas au courant que c’était des terroristes, moi… On m’a dit d’héberger deux personnes pendant trois jours et j’ai rendu service ; si j’avais su, vous croyez que je les aurais hébergés ? »

C’est vrai, quoi, c’est à vous dégoûter de rendre service ! À qui peut-on se fier, je vous le demande ?

Eh bien, surtout pas à Jawad Bendaoud ! Ce type, pour ce qu’on en sait aujourd’hui, est une petite crapule de la pire espèce. Tout à la fois « bête, violent et dangereux », ont confié les services de la mairie de Saint-Denis au Figaro. C’est que le bonhomme est du genre nerveux. C’est comme ça qu’en 2006 il a tué son meilleur copain à coups de hachoir pour une histoire de téléphone portable. Condamné en 2008 à 8 ans de réclusion pour « coups et blessures ayant entraîné la mort », il est sorti de taule voilà quelques mois. Pour se lancer dans l’immobilier parallèle…

Bendaoud est une logeuse d’un genre particulier. Son job, c’est rabatteur pour marchands de sommeil. Notamment dans l’immeuble délabré où s’étaient retranchés les terroristes qui ont ensanglanté Paris le vendredi 13 novembre. Un immeuble qui compte 38 logements dont 10 squats, et dont la mairie précise qu’il était en principe interdit à la location puisque faisant l’objet, depuis 2012, d’une procédure d’insalubrité avec injonction de faire des travaux. Mais comme souvent dans ces contrées où le DAL et autres défenseurs des droits des mal-logés viennent assez peu fourrer leur nez, les propriétaires n’en ont cure. Car la misère est leur « cœur de cible ».

Ces Thénardier d’un nouveau genre sont bien connus. Il s’agit de trois frères (dont, étrangement, on ne nous donne pas le nom) qui possèdent des dizaines de logements du même type en Seine-Saint-Denis mais que la justice laisse gentiment continuer leur sale racket. La mairie assure avoir pourtant signalé leurs agissements au procureur de la République de Bobigny en 2011 puis en 2013, mais sans aucun effet. Pas plus sous Sarkozy que sous Hollande, donc…

Et Jawad Bendaoud est leur homme de main, au propre comme au figuré. Rabatteur et cogneur, c’est le gars qui encaisse les loyers de façon musclée. D’autant plus peinard qu’il cible « des sans-papiers, des personnes en détresse mais aussi des trafiquants ou consommateurs de drogue qui restent quelques jours ou quelques semaines ». La clientèle rêvée, en somme, c’est-à-dire celle qui paye en liquide et n’ira pas porter plainte pour voies de fait.

Il paraît que le commissariat central de Saint-Denis croule sous les mains courantes contre cette petite frappe qui plastronne dans la rue du Corbillon. Des plaintes de riverains excédés par ses menaces, excédés surtout de le voir perpétrer ses méfaits au vu et au su de tous sans que jamais quiconque n’intervienne. Mais on sait où vont les mains courantes : dans le puits sans fond des affaires inexistantes.

Et si Bendaoud n’avait pas été pris à son propre piège par plus minables et plus dangereux que lui, il serait toujours à faire le kéké gominé dans les rues de Saint-Denis. D’où cette question : à qui profitent ses crimes ? Quelle paix sociale croit-on encore acheter en fermant les yeux sur l’économie mafieuse qui gangrène les banlieues ?

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article