Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Journées du patrimoine (par Patrick Parment)

20 Septembre 2009, 07:58am

Publié par Thomas Joly

Bien évidemment, on souscrit entièrement à ces journées du patrimoine qui nous rappellent que la France n’est pas née en 1789 et que, comparée à la monarchie, la démocratie par bien des aspects est une catastrophe. On voit bien aujourd’hui où mène le laxisme libéral, à la destruction de cet outil essentiel pour une nation qu’est non pas l’éducation nationale mais l’instruction publique. L’éducation ne se fait plus dans les familles et l’école n’instruit plus. Cherchez l’erreur. « Instruire le peuple, c’est l’améliorer », disait Victor Hugo qui, en son temps, était républicain. Il serait fasciste aujourd’hui.

 

Ces journées du patrimoine sont l’occasion pour beaucoup d’aller admirer le savoir-faire de nos artisans qui, à travers les siècles, ont donné à notre culture et à notre civilisation tout son panache. Châteaux forts, châteaux de la Renaissance et des bords de Loire, Versailles sont le fait d’artisans qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes grâce à la maîtrise d’un savoir-faire qui s’est enrichi et transmis au fil du temps. Or, cette République n’a cessé de rabaisser le travail manuel au profit d’intellectuels des broussailles, ce qui nous vaut aujourd’hui cette batterie d’incapables formés dans le même moule d’institutions pourtant fort peu républicaines au départ, comme Polytechnique.

 

La démocratie arase là où la monarchie élève. Ce n’est pas une opinion mais une constatation.

 

Ces journées sont donc l’occasion de montrer aux jeunes toute la noblesse qu’il y a à travailler de ses mains. De mettre en évidence que la main a du génie et que le génie sans la main n’est rien. J’ai plusieurs amis « Meilleur ouvrier de France » qui ne cessent jamais de m’émerveiller. J’envie cette sûreté du geste qui a demandé des années de patience avant que leur talent n’explose. Mais, pour en arriver là, encore faut-il en donner l’envie. L’envie de s’accomplir dans un métier, l’envie d’apprendre et, plus encore peut-être, de faire comprendre aux jeunes que sans efforts, sans patience et sans investissement personnel, on n’obtient rien. Que la vie, ce n’est pas la télé-réalité et encore moins ces chanteurs à la noix que des chaînes de télé criminelles et débiles fabriquent à la pelle pour faire de l’audimat et remplir leurs écrans de publicité.

 

Notre patrimoine, c’est l’anti-télé-réalité, c’est la vraie vie et c’est surtout la vie quand elle a du sens. Alors, qu’il s’agisse d’un Darcos, d’un Chatel ou d’un Lang, il serait temps de sortir d’une conception comptable de l’instruction où ministère et syndicats jouent à cache-cache sur le dos des élèves et des profs. Car il est déjà minuit passé dans cette Education nationale sinistrée et la relève n’est déjà plus assurée dans ces métiers que ces journées du patrimoine nous donnent à voir.

 

Source

Commenter cet article