Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Villeneuve-la-Garenne : des antifas venus prêter main forte pour casser virés par les racailles

27 Avril 2020, 11:12am

Publié par Thomas Joly

Au moins une vingtaine de militants antifascistes sont venus prêter main-forte aux racailles du coin. Des jeunes hommes, d’autres plus âgés, quelques femmes. Ils ont rappliqué à Villeneuve pour apporter leur soutien et leur expérience des batailles rangées avec les forces de l’ordre. Nul besoin d’être un expert en mouvements sociaux pour les distinguer. Ils sont blancs pour la plupart, globalement plus âgés que les jeunes à la manœuvre, et tout dans leur attitude et leur équipement trahit une certaine habitude de la révolte de rue.

Eux aussi veulent en découdre, crient « Mort aux porcs » aux policiers situés cinquante mètres plus loin. Mais l’alliance entre locaux et militants vire assez vite au mariage de la carpe et du lapin. Un jeune du coin, qui fait office de leader, reproche aux « antifas » leur volonté d’aller au contact avec les policiers. « Ce n’est pas vous qui allez vous faire soulever, c’est nous ! », leur lance-t-il. Un autre les soupçonne d’appartenir aux médias honnis. « Mais on n’est pas des journalistes ! On est du bloc ! », répond une militante présente, en référence aux « black blocs ». La tension monte, les noms d’oiseaux fusent. Malgré la médiation tentée par un trentenaire conciliant, un petit groupe d’antifascistes finit par s’en aller : « On se casse d’ici ! »

Source : Le Bondy Blog via Fdesouche

Voir les commentaires

Celui qui fut Weber le rouge est mort

27 Avril 2020, 10:54am

Publié par Thomas Joly

Je ne suis pas de ceux qui rient dans les cimetières et, même si je pense avec Vitellius et Charles IX, que le cadavre d'un ennemi sent toujours bon, je ne me réjouis de la mort de quiconque quand le temps a fait son œuvre. Mais tout de même.

Weber fut un militant révolutionnaire marxiste léniniste acharné, déterminé et enragé, aux côtés de Krivine, au temps des JCR puis de la Ligue. Au début des années 70, il habitait juste a côté de chez moi boulevard Saint Marcel. Tout le quartier était couvert d'autocollants d'Ordre Nouveau dénonçant la présence de celui qui était bien une crapule gauchiste.

Ni sa mutation ultérieure en sénateur socialiste fabiusien, ni son riche mariage qui lui ouvrit les portes des milieux patronaux, ne peuvent faire oublier les imprécations haineuses du directeur de « Rouge » et de l'orateur idéologue et activiste dont nous avons gardé la mémoire.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

« Le pseudo-déconfinement sera partiel, confus, incohérent, chaotique, inadapté, inéquitable et peut-être même provisoire ! »

26 Avril 2020, 11:18am

Publié par Thomas Joly

 

 

Voir les commentaires

Déconfinement : vous avez confiance vous ?

25 Avril 2020, 18:32pm

Publié par Thomas Joly

Les jours passent, on ne parle plus que du déconfinement, que les Français attendent comme le Messie, comme le jour de la libération. Mais plus ça va, moins on comprend à quoi ressemblera notre quotidien le 12 mai. Jean-Pierre Pernaud a hier poussé un coup de gueule en plein JT : « On met des amendes à des promeneurs en montagne, pendant qu'il y a foule en bas des immeubles dans certains quartiers ; les cantines scolaires vont rouvrir, mais pas les restaurants ; les jardineries travaillent, pas les fleuristes ; le retour à l'école n'est plus obligatoire, on parle d'un élève sur deux en classe ». Et j'ajoute : on pourchasse quelques malheureux pèlerins dans un église, pendant qu'on octroie des dérogations aux musulmans pour ramadan ; on verbalise ceux qui n'ont pas acheté assez de nourriture pendant leur sortie autorisée, pendant qu'on laisse ouvert le deal du cannabis sur les trottoirs...

Dans le cas de l'école, les enseignants se demandent en quoi ça va consister, la rentrée repoussée sine die pour la moitié des élèves, ou des rotations en classe, etc... Rien n'est clair, explicite, tout est confus, on ne comprend pas où le gouvernement veut en venir. On subodore en tous cas qu'il a été obligé d'annoncer un déconfinement à brève échéance, vu la pression populaire qui montait, et vu l'état de l'économie. Mais tout ceci se fait à contrecœur, pour des questions politiques et économiques, et en contradiction avec la logique purement sanitaire du confinement, qui aurait exigé un prolongement de quelques semaines de plus. La preuve de tout cela ? Il suffit d'écouter l'inénarrable Monsieur Salomon, qui déplore que seuls 6 % des Français ont été atteint par le virus, donc qu'on est loin de l'immunité collective... Mais dans ce cas, pourquoi avoir opté pour le confinement, si c'est pour redouter une reprise de la pandémie faute d'immunité collective ? On sent que beaucoup au sein du gouvernement sont pris de vertiges face à ce gouffre qui les attend le 11 mai... La fébrilité les gagne, il suffit de voir les mines des Blanquer, Pénicaud, Castaner, Belloubet : il savent qu'ils jouent gros, et bien au delà de leur carrière politique, du jugement que l'on portera sur leur leur action : on parle aujourd'hui de questions de vie et de mort, et donc de responsabilités engagées sur des enjeux vitaux... Ont-ils les reins assez solides pour supporter tout cela, garder la tête froide, prendre les bonnes décisions, au bon moment ?

Il faut dire à leur décharge qu'il est difficile d'agir rationnellement quand on est managé par Macron. Un Macron qui demande aux ministres d'en dire le moins possible sur le plan de déconfinement, qui exige la discrétion absolue, mais ne peut s’empêcher de faire des révélations inopinées quand l'occasion se présente. Gênant ainsi le travail du Premier Ministre. Car dans toute cette panade et ce désarroi, Macron ne perd pas le nord : il faut que lui, et lui seul, recueille les lauriers d'une gestion de crise qu'il espère réussie, en terme de communication, surtout. Sa vraie hantise, c'est de se voir doubler par son Premier Ministre dans l'opinion, alors il ne peut s’empêcher de lui lancer quelques peaux de banane, de temps à autres : et tant pis si les Français n'y comprennent plus rien, le tout, c'est de montrer à tous qui est le chef, le vrai...

Si après tout cela, vous avez encore confiance en Macron et dans ce gouvernement, libre à vous : moi, je ne fais confiance qu'au peuple Français, qui a fait la preuve de sa résilience, de son sens des responsabilités dans une épreuve qu'aucune génération n'avait connu dans le passé. Et j’espère qu'il saura y voir clair, et placer les vrais coupables du désastre annoncé devant leurs responsabilités.

Olivier Piacentini

Voir les commentaires

Les compatriotes de Castaner ne sont pas les nôtres

25 Avril 2020, 14:26pm

Publié par Thomas Joly

Le ministre de l’Intérieur (de la France, j’ai besoin de le préciser) a lancé le ramadan en annonçant qu’il avait une pensée pour ses « compatriotes musulmans qui devront vivre ce mois de partage dans des conditions difficiles ».

Cette déclaration bienveillante en direction des mahométans, qui vient après un silence gouvernemental à propos du Carême, de la semaine sainte et de Pâques, que les catholiques ont dû vivre confinés et sans office, est une preuve supplémentaire de la préférence étrangère, je dirai même de la fascination de l’exécutif français pour tout ce qui est étranger à la France.

Ce gouvernement doit être dégagé, la France doit être désislamisée et elle doit être rendue aux Français, c’est l’un des objectifs de notre combat.

Bruno Hirout - Secrétaire général du Parti de la France

Voir les commentaires

Villeneuve-la-Garenne, pour en finir avec le mythe de la banlieue abandonnée

25 Avril 2020, 10:22am

Publié par Thomas Joly

Un fait divers en plein confinement a enflammé les réseaux sociaux puis les rues de cette commune des Hauts-de-Seine, une énième poussée de violence dans une ville pourtant loin d’avoir été défavorisée.

À la fin du XIXe siècle, Villeneuve est un hameau charmant établi sur les bords de Seine, un lieu où l’on vient facilement depuis Paris avec l’arrivée du chemin de fer. On y compte alors près de trente bistrots et guinguettes. Ce lieu lumineux et pittoresque attire les peintres, et notamment l’impressionniste Alfred Sisley, qui y pose son chevalet en 1872. Caillebotte, Monet, Manet, Signac, Morisot peignent un peu plus loin sur les mêmes berges face à Argenteuil, autre charmante bourgade.

Villeneuve-la-Garenne, qui compte alors un peu plus de 3.000 habitants, se détache de Gennevilliers et devient une commune indépendante en 1929. Le bourg prospère, avec notamment deux usines automobiles, une usine à gaz, des ateliers de chantier naval et de nombreuses cultures maraîchères.

Mais c’est dans l’après-guerre que la commune se transforme à toute allure : de 1954 à 1965, un programme immobilier incroyable entraîne la construction de près de 8.000 logements, essentiellement des barres juxtaposées les unes à côté des autres. La population est multipliée par six en quinze ans.

Parmi ces constructions, il y a la fameuse « Caravelle », immense ensemble de 1.630 logements qui se remplit rapidement de 6.000 nouveaux habitants. La période est heureuse. On a du mal à l’imaginer aujourd’hui, mais toutes ces constructions sont prisées, l’habitat est moderne et confortable et la population qui y habite est de qualité ; les familles de cadres y sont nombreuses. Tout bascule à partir des années 80 avec l’arrivée d’une immigration massive et continue ; ces nouvelles populations font inexorablement fuir les familles d’origine qui partent souvent s’établir dans les petites communes paisibles du Val-d’Oise voisin.

En deux ou trois décennies, la métamorphose de la population est totale. Il n’y a, dans les faits, plus aucune mixité. 75 % des habitants sont d’origine maghrébine ou africaine, les Français de souche sont essentiellement les personnes âgées. Dans les écoles primaires et les deux collèges, il n’y a plus aucun Blanc, à part les profs. Politiquement, la ville est une originalité. Noyée dans la ceinture rouge communiste, elle vote sans exception, depuis 1953, pour des maires de droite aux municipales. En 65 ans, elle ne connaît, en fait, que deux maires : Roger Prévot (UDF) et Alain-Bernard Boulanger (LR).

Alain-Bernard Boulanger est une personnalité intéressante. Issu d’une vieille famille locale, sociologiquement aux antipodes de sa population mais fin et cultivé (il lit 250 livres par an), il sera unanimement apprécié pour son volontarisme et son dévouement. Élu en 1999, il entreprend un immense projet sur trente ans de remodelage complet de la ville.

L’objectif est d’en finir avec la cité-dortoir pour en faire une ville aérée, équilibrée et commerçante. Fin politique, il travaille avec les ministres de tous les gouvernements, entretient d’excellentes relations avec tous les préfets et obtient tous les financements (considérables) nécessaires. Pas d’idéologie, pas de lutte des classes, pas d’arrière-pensée électoraliste, pas de valises de billets, les dossiers avancent et vite.

En quinze ans déjà, 75 % de la ville est transformé : les milliers de logements HLM sont rénovés, des rues sont percées, des avenues et squares sont aménagés, des zones d’activité sortent de terre, le tramway arrive, un grand centre commercial ouvre ses portes. Alors, le discours habituel et convenu sur la banlieue défavorisée à l’abandon est, ici, particulièrement insupportable, les habitants d’ici ont tout : 72 % d’entre eux sont dans des logements sociaux aux loyers dérisoires et refaits à neuf, des quartiers ouverts et réaménagés, un bassin d’emploi hyper dynamique en recherche de main-d’œuvre, un tramway et un hôpital tout neufs, d’immenses parcs verdoyants, des gymnases, stades et piscine, 165 boutiques toutes neuves. Que faire de plus ?

Si ghetto il y a, c’est parce que le mythe du vivre ensemble a fait long feu et que l’huile ne s’est jamais mélangée à l’eau. Mais la France a été généreuse et bonne fille avec ses immigrés. C’est pourquoi l’ingratitude des incendiaires de Villeneuve-la-Garenne (et d’ailleurs) est particulièrement répugnante.

Antonin Poncet

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Masques : comment Jérôme Salomon peut-il mentir ainsi aux Français ?

25 Avril 2020, 10:02am

Publié par Thomas Joly

Une vidéo édifiante des mensonges du Directeur général de la Santé.

Source : http://lalettrepatriote.com

Voir les commentaires

« La gauche veut saisir l’épargne des Blancs »

24 Avril 2020, 18:46pm

Publié par Thomas Joly

L’incroyable caricature communiste Gilles Raveaud, qui est un professeur d’économie et un collaborateur du très gauchiste torchon Alternatives Economiques, a émis le souhait que l’épargne des Européens soit saisie pour être redistribuée.

L’épargne, c’est ce que mettent de côté les gens qui se retiennent de dépenser, c’est de l’argent qu’ils ont gagné. Leur prendre cet argent, de base, c’est du vol, le vol du fruit de leur travail. Mais le redistribuer, cela ajoute l’injustice au vol, car il serait redistribué à ceux qui ne se sont pas retenus de dépenser et à ceux qui n’ont pas travaillé.

Qu’une politique sociale existe, cela est autre chose et cela se discute. Mais toucher à l’argent que les Français mettent (légalement) de côté, c’est une odieuse intrusion et les promoteurs de cette idée ne peuvent pas être considérés autrement que comme des voleurs.

Bruno Hirout - Secrétaire général du Parti de la France

Voir les commentaires

Les ministres vont-ils offrir un mois de salaire « par solidarité » ? Rien de moins sûr…

24 Avril 2020, 14:41pm

Publié par Thomas Joly

Sibeth Ndiaye, c’est une « warrior », a dit le ministre de l’Intérieur, qui ne tarit pas d’éloges à son sujet. Une femme qui compte et ne s’en laisse pas conter. Indémontable. Inébranlable. Une femme qui porte haut le verbe du gouvernement, sans peur, sans filet aussi.

Christophe Castaner l’a dit au magazine Elle : « Sibeth est une warrior. Vous lui mettez une claque, elle redresse la tête. »

Je sais ce qui vous étonne, parce que, moi aussi : en ces temps de guerre, le ministre de l’Intérieur a donc du temps à perdre avec une revue pour dames !

Elle est très critiquée, cette pauvre Sibeth. C’est qu’elle ne trouve rien à redire aux émeutes de banlieue, la mignonne : « Nous considérons qu’à ce stade, ces agissements demeurent de faible intensité. Ils sont localisés, limités et, donc, aujourd’hui, il n’y a pas lieu d’avoir des inquiétudes. » C’est la version moderne de « Tout va très bien, Madame la Marquise, On ne déplore qu’un tout petit rien, Un incident… Une bêtise… », pas la peine de s’inquiéter.

Ancienne de la campagne de DSK, devenue secrétaire nationale au PS par la grâce de Martine Aubry, en voilà encore une entrée en politique par la porte de l’UNEF, cette pépinière d’hommes et femmes à tout faire. Les années Hollande lui ont ouvert les allées du pouvoir et c’est, sans conteste, son jovial profil atypique qui lui a valu sa place de porte-parole du gouvernement. Née sénégalaise de parents eux-mêmes très impliqués en politique, Sibeth Ndiaye, qui a conservé sa double nationalité, n’a été naturalisée française qu’en 2016, et si son mari s’appelle Patrice, leurs trois enfants répondent aux prénoms de Youmali et Ingissolyn pour les jumelles, et Djimane, leur petit frère. Voilà, plus encore que la coiffure à la Jackson Five, ce qu’on appelle un « marqueur social ».

Elle parle beaucoup, Sibeth Ndiaye. Normal, c’est son job. Elle le fait et le fait bien, non qu’elle réponde aux questions qu’on lui pose ; c’est plutôt qu’elle est parfaitement rompue à cet art très politique qu’est la langue de bois.

Ainsi, mercredi dernier, dans ce show hebdomadaire que sont les questions de la presse au gouvernement, lorsqu’un journaliste lui a demandé « Est-ce que les ministres français, à l’instar de leurs homologues autrichiens, bulgares ou marocains, vont verser un mois de salaire symbolique ? », ah ça, elle a répondu. Mais à côté !

A énuméré toutes les promesses mirifiques qui s’empilent de jour en jour, tous ces milliards déposés sur nos paillassons comme les cadeaux de Noël devant la cheminée : « Vous le savez, depuis le début de la crise, nous avons été extrêmement attentifs à ce que les personnes les plus vulnérables, en France, puissent bénéficier d’un dispositif d’aides spécifiques », et d’égrener les places offertes aux SDF, le prolongement de la trêve hivernale jusqu’au 31 mai, les chèques-service pour la banque alimentaire… « Nous avons également fait le choix d’accorder une aide exceptionnelle de solidarité aux familles les plus fragiles. Ce sont quatre millions de ménages et près d’un milliard d’euros qui vont être redistribués à ces familles, dans le courant du mois de mai, avec, au fond, cette certitude que le confinement fragilise d’autant plus ceux qui sont déjà fragiles et creuse les inégalités », a dit la porteuse de bonnes paroles.

Et donc, pour vos salaires mirobolants ? Allô, y a quelqu’un ? Biiiip. La ligne est coupée.

Trois petits tours et puis s’en va, Sibeth est déjà repartie. Rendez-vous mercredi prochain, même endroit, même heure.

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Des policiers diffusent l’enregistrement de l’ordre d’éviter toute confrontation avec les émeutiers

24 Avril 2020, 09:48am

Publié par Thomas Joly

C’est un véritable scandale d’État qui va dans le sens du rôle d’assistante sociale endossé par Christophe Castaner concernant les banlieues, tel qu’il l’a fait ressentir dans son intervention chez Bourdin hier. Les policiers ont reçu l’ordre d’éviter toute confrontation avec les émeutiers qui attaquent, brûlent, pillent dans les quartiers.

Écoutez la vidéo ci-dessous, elle parle d’elle-même.

A faire écouter aux policiers et aux gendarmes qui vous demanderont votre autorisation de sortie et voudront vous verbaliser pour un oui ou pour un non. Une telle vidéo, dans un pays sain d’esprit, devrait entrainer la démission immédiate (et des sanctions) pour le ministre de l’Intérieur, il n’en est bien évidemment rien, et la presse mainstream le soutient et le protège.

Voir les commentaires

Des banlieues en éruption et des policiers qui font irruption… dans une église ! Quand cessera ce cirque ?

23 Avril 2020, 18:46pm

Publié par Thomas Joly

Échange nocturne surréaliste, digne de l’Ancien Régime une heure moins le quart avant la Révolution, sur une page Facebook dédiée aux habitants de Versailles… question intriguée : « Vous entendez ces détonations au loin ? » Réponse candide : « Ce sont les Grandes Eaux du château, non ? » Sauf que le spectacle tant prisé des touristes, qui se termine traditionnellement, dans le parc, par un feu d’artifice au-dessus du bassin de Neptune a été évidemment, coronavirus oblige, annulé cette année.

N’ont pas été annulées, en revanche, de toute évidence les festivités des cités, qui n’entendent pas, elles, se priver de leurs Menus-Plaisirs.

C’est donc dans la très bourgeoise ville de Versailles, rue Hector-Berlioz, près du stade, au sein du quartier sensible de Jussieu, qui jouxte celui très résidentiel de Montreuil, que les policiers, appelés pour des blocs de béton déplacés et des poubelles en feu, sont tombés dans un guet-apens : ils ont essuyé des tirs de mortier (les feux d’artifice !), tandis qu’un véhicule était incendié et qu’une entrée de parking commençait, elle aussi, à être la proie des flammes (source policière).

Un bilan moins grave, me direz-vous, que dans d’autres banlieues – 26 voitures brûlées et 9 interpellations rien que pour la région parisienne -, mais qui montre l’avancée du phénomène et devrait sonner comme une alerte rouge dans la tête de tous ceux qui se croient loin de « tout ça », la cote immobilière prohibitive ceignant leur « chez-eux » tenant sans doute lieu, dans leur esprit, de barrière sécurisée. Il y a encore peu de temps, certaines villes cossues étaient en effet totalement épargnées ; aujourd’hui, la mixité sociale à marche forcée a porté ses fruits et certains y verront, du reste, une forme de justice immanente pour un électorat trop candide : toutes les forces de l’ordre le confirmeront, personne ne peut s’imaginer « à l’abri ».

Pour y mettre un terme, on ne compte plus sur Christophe Castaner, bien plus efficace dans la traque et la verbalisation des autres Versaillais, ceux qui ont déserté la ville pour rejoindre leur résidence secondaire – dûment achetée, pourtant, à la sueur de leur front, avec la conviction naïve qu’en tant que propriétaire, ils pourraient en profiter à leur guise -, mais sur la figure barbue quasi christique sur son lit de douleur – la vidéo postée par son avocat tourne en boucle dans les médias – du délinquant multirécidiviste par lequel l’émeute est arrivée, et qui aujourd’hui « appelle au calme » ses troupes improvisées en même temps qu’il porte plainte. Ce saint homme peut vraiment être loué, seul lui peut nous sauver !

« Fort avec les faibles, faible avec les forts ! » Cette pleutre devise devrait être décidément frappée sur le fronton du ministère de l’Intérieur. On apprend de la bouche de Monseigneur Aupetit, sur Radio Notre-Dame, qu’un prêtre qui célébrait sa messe dans le VIIIe arrondissement de Paris (Saint-André-de-l’Europe) avec, en tout, 7 personnes pour l’assister, a vu la police débarquer en armes dans son église, ce qui est formellement interdit, sauf demande expresse du curé lui-même. L’archevêque de Paris, d’un tempérament pourtant plutôt pacifique, a fortement réagi : « Il n’y avait pas de terroristes ! Il faut garder la tête froide et arrêter ce cirque ; sinon on va […] aboyer très fort. »

Dans cette crise du coronavirus, le gouvernement ne peut guère se prévaloir de beaucoup d’exploits. Il aura quand même réussi ce prodige de mettre en pétard une population éduquée depuis son plus jeune âge à battre sa coulpe, tendre l’autre joue et se faire instrument de paix. Chapeau, l’artiste ! Sans compter que si Emmanuel Macron persiste, avec un brin de condescendance, à ne pas envisager de reprise du culte avant le mois de juin, à l’instar de commerces aussi indispensables à la vie intérieure que les salons de coiffure ou les bars à ongles, la gronde pourrait monter…

Gabrielle Cluzel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le Ramadan : un faux jeûne et des orgies de bouffe jusqu'à en dégueuler

23 Avril 2020, 14:27pm

Publié par Thomas Joly

C'est aujourd'hui, 23 avril 2020, que débute le fameux Ramadan des occupants.

Se faisant un devoir laïco-républicain d'ignorer voire de dénigrer les fêtes catholiques, nos dirigeants se surpassent chaque année en matière de célébration du Ramadan, présenté de manière fallacieuse comme un jeûne spirituel sacré alors qu'il n'en est rien.

Chaque soir, les musulmans rompent le pseudo-jeûne et bâfrent littéralement au cours d'orgies de nourriture. Au point parfois de finir à l'hôpital pour indigestion ou de violents troubles de diabète. A cela s'ajoute un énorme gâchis de nourriture qui finit à la poubelle.

Habituellement, pendant ce mois du Ramadan, beaucoup de musulmans s'affranchissent de leurs obligations professionnelles ou scolaires, voire réclament un « aménagement » de leur emploi du temps. En cette période de confinement (que la plupart ne respectent d'ailleurs pas), ce ne sera pas nécessaire...

Enfin, les actes de délinquance se multiplient étrangement durant cette période pourtant censée être une sorte de recueillement spirituel...

Voir les commentaires

Laboratoires P4 : Protection ou Péril ?

23 Avril 2020, 11:19am

Publié par Thomas Joly

L’émergence du SRAS-CoV-2 est-elle le résultat d’une sélection naturelle ou de manipulations génétiques au sein d’un laboratoire P4 ?

Le seul fait de s’interroger sur le rôle possible du laboratoire P4 de Wuhan dans l’émergence du SRAS-CoV-2 déclenchait, encore récemment, une riposte immédiate contre les « révisionnistes » des informations officielles : « fake news » ! Faut-il, pour autant, éluder la question ?

Les laboratoires P4 (« Pathogène classe 4 ») sont des laboratoires de haute sécurité autorisés à manipuler des micro-organismes hautement pathogènes, tels que les virus de la variole et des fièvres hémorragiques. Il en existe une trentaine dans le monde, certains étant rattachés au ministère de la Défense, notamment l’USAMRIID (U.S. Army Medical Research Institute of Infectious Disesases) de Fort Detrick (Maryland, USA), l’institut Vektor de Koltsovo (Russie) et le P4 français de la Direction générale de l’armement (DGA), à Vert-le-Petit (Essonne). Ces derniers effectuent des recherches dites duales (civiles et militaires) présentées comme uniquement défensives, notamment la recherche vaccinale.

Concernant les manipulations de virus pathogènes, trois étapes à haut risque ont été franchies, ces vingt dernières années, dans des laboratoires de virologie moléculaire.

En 2001, l’université de Canberra publia dans le Journal of Virology les résultats de travaux portant sur le virus de la variole murine (mousepox), virus inoffensif pour l’homme. Ces travaux visaient à stériliser les femelles de rongeurs afin de protéger les cultures australiennes. On introduisit le gène codant pour l’interleukine-4 dans le mousepox, l’interleukine-4 ayant la propriété de stériliser les femelles de souris et de rats en entravant le développement embryonnaire précoce. Dans la nature, le virus est transmis par contact oro-nasal. Mais l’interleukine-4 a également la propriété d’inhiber le système immunitaire. Il se trouve que le virus modifié tua, en quelques jours, toutes les souches de souris infectées, y compris celles qui résistaient naturellement au virus de la variole murine. S’il s’était échappé du laboratoire, ce nouveau virus aurait pu exterminer, sur tout le territoire australien, diverses espèces de rongeurs, y compris le lapin. À l’issue de cette expérience, le risque d’utilisation d’un tel virus par des bioterroristes fut aussitôt évoqué. Le Pr Ronald Jackson déclara : « On peut à coup sûr imaginer que si un fou mettait de l’interleukine-4 humaine dans le virus de la variole humaine, virus proche de la variole des souris, il en accroîtrait la létalité de façon très importante. Quand on voit les conséquences de ce qui est arrivé avec les souris, je ne voudrais pas être celui qui ferait cette expérience. »

En 2003, le Pr Mark Buller (université Saint-Louis, Missouri) reprit les expériences australiennes de 2001 sur les poxvirus. Les travaux furent effectués dans un laboratoire P3 sur le virus mousepox. Mark Buller parvint à créer un virus encore plus dangereux que la construction australienne en modifiant le site d’insertion du gène de l’interleukine-4 dans le génome du mousepox et en utilisant différents promoteurs. Le nouveau virus se révéla capable de tuer la quasi-totalité des souris infectées, même lorsqu’elles étaient préalablement vaccinées contre la variole murine ou traitées par un antiviral, le cidofovir. Franchissant une étape supplémentaire, l’équipe de Buller inséra également le gène de l’interleukine-4 dans le virus de la forme bovine de la variole (cowpox), susceptible d’infecter les humains. Le New York Times révéla ces études, précisant que le Pr Buller travaillait en étroite collaboration avec les chercheurs de l’USAMRIID, cité plus haut.

En 2012, le Pr Ron Fouchier (Centre médical Erasmus, Rotterdam, Pays-Bas) et le Pr Yoshihiro Kawaoka (Département de virologie, Wisconsin, USA) ont réussi à accroître la contagiosité et la virulence des virus influenza A/H5N1 et H1N1 responsables d’épidémies de grippe. Ces travaux ont suscité de vives polémiques sur les risques liés à de telles manipulations et sur l’opportunité de les publier.

Rappelons que Paul Berg (prix Nobel de chimie) proposa, dans les années 1970, un moratoire international sur les manipulations génétiques des micro-organismes afin de pouvoir « en évaluer les dangers potentiels » et présida, en 1975, la conférence d’Asilomar visant à définir les règles de sécurité en matière de génie génétique et les moyens de surveillance des laboratoires de biotechnologie. Cette conférence décréta un moratoire sur les techniques de génie génétique qui fut rapidement levé.

Dans les années 2000, un rapport sur le risque bioterroriste du Pr Didier Raoult mit en évidence que de nombreux laboratoires français autres que P4 n’étaient pas en conformité avec la loi pour manipuler des organismes pathogènes. L’astrophysicien britannique Sir Martin Rees, surnommé le « prophète de l’apocalypse », fit le pari, à la même époque, que, d’ici 2020, une « bio-erreur » ou une « bio-terreur » aurait tué un million de personnes ! Le pari de la « bio-erreur » est-il gagné ?

Dr Patrick Barriot

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

BFMTV parle de la campagne anti-confinement du Parti de la France

22 Avril 2020, 11:03am

Publié par Thomas Joly

BFMTV :

Cette volonté d'en finir avec le confinement s'est, ces derniers jours, très largement répandue sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, depuis début avril, le hashtag #StopConfinement a été utilisé dans près de 64.000 messages, apprend-on sur le site Keyhole. Parmi les plus assidus, plusieurs cadres d'un parti d'extrême-droite, le Parti de la France, fondé en 2009 par d'anciens membres du Front national dont Carl Lang. A plusieurs reprises, leur président, Thomas Joly, a d'ailleurs utilisé le terme "séquestration"

Voir les commentaires

« Thomas Joly répond à vos questions » - N°5 - 21 avril 2020

21 Avril 2020, 19:53pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires