Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Une « seconde vague » de Covid-19 totalement bidon

17 Juillet 2020, 10:46am

Publié par Thomas Joly

La "seconde vague" de Covid-19 est totalement imaginaire. Une nouvelle fois, le gouvernement se fout de nous.

Voir les commentaires

Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen - N°585

17 Juillet 2020, 10:44am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Interview de Macron : un petit maître en marche vers le néant

15 Juillet 2020, 11:03am

Publié par Thomas Joly

Depuis son élection, Emmanuel Macron a pris l'habitude de prendre de vitesse son Premier ministre fraîchement nommé et d'intervenir quelques jours ou quelques heures avant sa Déclaration de politique générale prononcée devant l'Assemblée nationale. En 2017, il le fit depuis la tribune du Congrès réuni à Versailles en exposant le 3 juillet, veille du discours solennel d'Edouard Philippe, la politique que le gouvernement serait chargé d'appliquer.

Cette pratique institutionnalisée du court-circuitage révèle un caractère faible, tourmenté, chaotique, nettement marqué par une volonté maniaque de contrôle de type obsessionnel et compulsif.

Cette année, c'est en renouant avec la recette réchauffée de ses prédécesseurs de l'interview du 14 juillet, qu'il aurait voulu faire, 24 heures avant le discours de Jean Castex devant la prétendue représentation nationale, la nouvelle démonstration de "qui décide et qui exécute".

Les Français n'auront vu et entendu qu'un Président dépassé et flottant.

Cet entretien télévisé particulièrement vide de sens et de contenu, ne fut, en effet, qu'un long survol semé de profonds trous d'air d'une situation politique, sanitaire, économique et sociale que le Président de la République ne maîtrise en aucune façon.

Approximatif, hésitant, décalé presque égaré, éthéré et lunaire, Emmanuel Macron est demeuré flou et évasif. Il voulait imposer l'idée qu'il était un chef mais nos compatriotes ne s'y trompent plus qui savent d'instinct qu'au delà des parures de la République et des postures, Il n'est qu'un élément parmi d'autres d'un Système global. Les vraies décisions ne sont pas de son ressort.

Macron vient de montrer qu'il avait perdu la main. Le régime va donc se chercher une nouvelle incarnation. Il serait temps que le peuple français se trouve quant à lui une nouvelle voie.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Le 14 juillet est bien une fête nationale. Mais elle ne saurait être la seule

14 Juillet 2020, 09:34am

Publié par Thomas Joly

Le 6 juillet 1880, sur proposition du député Benjamin Raspail, l'Assemblée nationale décidait de faire du 14 juillet le jour officiel et unique de la fête nationale.

Contrairement à ce que beaucoup pensent et ce que voulut faire croire la République triomphante, ce choix ne fut pas dicté par une volonté de rendre hommage à la relativement consensuelle et nationale fête de la Fédération, puisque l'année de référence — 1789 ou 1790 — ne fut pas spécifiée dans le texte de la loi afin de permettre aux libéraux-conservateurs de se rallier à cette décision. C'est pourtant bien le souvenir de la prise de la Bastille, de l'émeute sanglante orchestrée par les révolutionnaires anti-Tradition, anti-monarchie, anti ordre naturel et surtout anti-Dieu qui était ainsi honoré par une décision dont la signification profonde ne doit pas être sous-estimée.

Ce rappel institutionnel d'un événement qui ne fut que le commencement de l'ébranlement national et du chaos des consciences nous est, à nous nationalistes, douloureux.

D'autres dates illumineraient notre fierté patriote et contenteraient nos aspirations françaises, historiques comme spirituelles: le baptême de Clovis à Reims, bien sûr, mais celui-ci ayant eu lieu un 25 décembre ne saurait convenir ; le 15 août, longtemps fête nationale par la volonté de Louis XIII et la consécration de la France à Marie ; le 8 mai, jour de la libération d'Orléans et fête de Jeanne d'Arc ; ou même le 2 décembre, matin glorieux du soleil d'Austerlitz.

Pour autant, dans l'esprit national, le 14 juillet étant devenu, nolens-volens, la fête de l'unité française au même titre que la Marseillaise — chant révolutionnaire mais aussi chant militaire et authentiquement guerrier, symbole de la persistance au delà des âges et des régimes, de la furia francese — ou le drapeau tricolore (on sait ce que valut à la France le refus du comte de Chambord de se rallier au Bleu Blanc Rouge...) sont devenus les marques sigillaires de notre Nation.

Ce 14 juillet 2020, alors que Macron a supprimé le défilé militaire, hommage national à ceux qui servent aujourd'hui mais aussi à tous ceux qui sont tombés pour la France dans des guerres continentales fratricides ou des conflits lointains, nous devons, en pensée aujourd'hui, activement demain, unir nos forces sans nous laisser diviser ni par la nostalgie ni par les querelles dogmatiques ni par les divisions de l'Histoire depuis longtemps transcendées dans les tranchées de 14-18.

Rappelons que le 14 juillet 1941 fut célébré avec la même émotion nationale aussi bien à Vichy ("En pensant à nos morts, à nos soldats prisonniers, à nos ruines, faisons de ce jour un moment de méditation et de recueillement" invitait le Maréchal) qu'à Londres où De Gaulle passait en revue ses encore maigres troupes ou à Alger, et qu'il en fut ainsi pendant les quatre années suivantes, en France occupée comme ailleurs, dans un monde embrasé où de nombreuses et diverses "parts de notre honneur militaire" furent engagées et détenues par ceux qui, à l'ouest, au sud ou à l'est, se battaient comme l'écrira plus tard un grand écrivain mort un 6 février, "sous uniforme français ou sous des draps étrangers".

Pour nous, habités d'une vision sacrée de ce qu'est la continuité historique de la France, le 14 juillet est bien devenue, par la force des choses et la résilience de notre souche ancienne, une fête nationale. Notre fête nationale. Pas celle des piques de la Bastille et de leurs têtes coupées dont celle du gouverneur De Launay, pas celle des bonnets phrygiens, pas celle des sombres arcanes où est née la République, pas celle des soûlards et des racailles qui envahissent chaque année les Champs Elysées.

Non ! Celle de la France immortelle qui sait que le faisceau du licteur ne s'oppose pas nécessairement à la fleur de lys.

Celle de la France charnelle ; celle des bals populaires et des rues pavoisées de notre enfance ; celle des feux d'artifices et de l'éblouissement de nos familles; celle des prises d'armes et des monuments aux morts fleuris. Celle des Te Deum de jadis quand la France, même républicaine et laïque, venait encore se réchauffer dans les nefs de ses Cathédrales au rayonnement de notre gloire et au souffle de Celui qui l'avait permise.

Celle de notre peuple à relever, celle de notre Armée à reconstruire, celle de notre Terre et de nos morts à célébrer, celle de notre destin à accomplir.

Et rien ne nous empêchera, par ailleurs, demain, quand nous serons aux responsabilités d'instituer ou de rétablir, en plus du 14 juillet, d'autres fêtes nationales conformes à la plénitude de notre histoire identitaire.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

L'islamiste enragé Erdogan transforme la basilique Sainte-Sophie de Constantinople en mosquée

10 Juillet 2020, 19:22pm

Publié par Thomas Joly

La décision, prise par Erdogan et validée par son Conseil d’État fantoche, de faire de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople une mosquée est une provocation, un message de leadership adressé au monde islamique et un affront à la civilisation européenne et chrétienne.

Sainte Sophie est certes, depuis 1934, un musée après avoir, hélas, été déjà transformée en mosquée au XVe siècle de notre ère.

Mais la puissance du souvenir de ce que fut le grand empire byzantin et la force de son rayonnement continuent d'en faire un symbole lumineux de notre Histoire missionnée, du destin de notre continent, et de la spiritualité vraie.

L'Europe d'aujourd'hui, celle de tous les abandons et de l'apostasie, s'aplatira une fois de plus devant le diktat du nouveau sultan.

Celle de demain — que construiront les forces nationales tôt ou tard — aura sa revanche.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Ces clusters venus d'ailleurs

10 Juillet 2020, 16:55pm

Publié par Thomas Joly

Plusieurs dizaines de « binationaux » de retour d'Algérie ont été hospitalisés ces derniers jours, tous positifs au coronavirus. Trois sont en réanimation, un est mort. Compte tenu de leur état lors de leur prise en charge dans les services hospitaliers, nul doute qu'ils étaient déjà malades au moment de prendre l'avion. D'autres, bien plus nombreux mais asymptomatiques pour le moment circulent sans contrôle sanitaire sur le territoire national.

Chaque été, des dizaines de milliers de personnes, Français sur le papier, vont et viennent entre la France et une Algérie de plus en plus touchée par le COVID-19 mais que l'Union européenne a incluse sans état d'âme sur la liste des pays autorisés à reprendre les échanges aériens depuis le 1er juillet.

Aucun contrôle avant embarquement ou franchissement de frontière n'étant efficace — il est facile de faire ponctuellement baisser le niveau de température — deux mesures de sauvegarde sanitaire s'imposent à la France : interdire l'entrée du territoire aux ressortissants algériens et plus largement magrébins ainsi que ceux d'Afrique subsahariens qui connaissent eux aussi un accroissement épidémique. Et, puisque la loi inique, basée sur un code de la nationalité que nous changerons dès notre arrivée aux responsabilités, nous y oblige pour le moment, instaurer une quarantaine absolue à tout binational de retour d'Algérie.

Les superclusters venus d'ailleurs doivent être traités sans faiblesse...

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Reprise de la réforme des retraites : Macron baise les mains qui l'ont fait roi

10 Juillet 2020, 05:22am

Publié par Thomas Joly

On aurait tort de voir dans la persistance avec laquelle Emmanuel Macron poursuit son plan de réforme des retraites l'effet de l'esprit diabolique qui préside, nous dit la sagesse romaine, au maintien arrogant dans l'erreur contre lequel nous mettait en garde Saint Augustin dans ses Sermons.

Il serait tout aussi vain de tenter d'y déceler la moindre trace d'une volonté de préserver les équilibres sociaux liés au système des pensions par répartition.

En relançant le débat par un nouveau cycle de négociations qui viennent s'ajouter aux quelques trois années de préparation d'une réforme mal ficelée, anti sociale, inéquitable et non financée, le Président de la République veut tenir une promesse. Non pas celle faite aux Français pendant sa campagne électorale de 2017 de maintenir les niveaux de retraites et d'en finir avec les régimes spéciaux — ce qui serait légitime et aurait dû sens — mais celle, plus discrète, faite aux marchés et aux fonds de pensions anglo-saxons : entamer le processus de transformation du système qui, à terme, devra laisser la place aux assurances privées conformément aux lois non-écrites du globalisme financier planétaire.

En faisant à nouveau de cette réforme une priorité absolue contre l'avis même du MEDEF pour une fois sur la même ligne que les centrales syndicales, et alors que les effets économiques et sociaux de la crise sanitaire ne profilent encore que les premiers contours de leur ombre effrayante, Macron adresse un signal fort aux vrais décideurs internationaux auquel il doit son mandat et dont il espère qu'ils assureront sa réélection dans deux ans.

La méthode Castex qui espère sans doute, en ces temps difficiles, une moindre résistance syndicale, ne sera peut être pas la méthode Philippe. Sans doute ne sera-t-il plus question d'âge pivot, mais le but ultime reste le même : servir son dû au capitalisme mondial.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Moussa, Selim et Mohamed sont les assassins du chauffeur de bus de Bayonne

9 Juillet 2020, 05:49am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

38 degrés en Sibérie : comment l'Église de climatologie lave le cerveau des Français

9 Juillet 2020, 05:34am

Publié par Thomas Joly

Tous les médias mainstream sans exception ont attiré l’attention sur un prétendu record de chaleur « de 38 ° au-delà du cercle arctique », enregistré le 20 juin 2020 à Verkhoïansk en Sibérie et présenté comme épouvantable.

Le but était de faire peur, voire de terroriser et d’amener le contribuable à subir sans broncher de nouvelles ponctions fiscales en les présentant comme indispensables. Au vu du réchauffement cataclysmique qui frappe même les régions polaires qui oserait s’opposer à des mesures écologiques drastiques ? En temps de guerre on fusille les déserteurs.

Or tout est artificiel dans cette annonce qui  n’a absolument rien d’inquiétant. Qu’une région soit située au-delà du cercle arctique n’a jamais voulu dire qu’elle ait nécessairement un climat polaire (climat où les températures dépassent rarement 10 °).

Au milieu de la Sibérie ou du nord de l’Amérique septentrionale, les régions situées loin des océans et au-delà de 66 ° ont souvent des climats hypercontinentaux, marqués par des hivers très froids et des étés très chauds.  C’est le cas de la ville de Verkhoïansk célèbre pour le record de température le plus bas enregistré dans une agglomération humaine (- 69,8 °) mais dont la moyenne de température en juillet est de +23 ° !

Des pointes au-dessus de 30 ° ont souvent été constatées. Le précédent record était de 37,3 ° en 1988.

Donc 38 ° n’a absolument rien d’inquiétant et n’indique absolument pas un quelconque dérèglement climatique. En 1915, Fort Yukon en Alaska situé lui aussi à peu près à la même latitude et est au-delà du cercle polaire a connu un record de 37,83 °.

Si l’information diffusée par les médias mainstream était honnête, si elle n’était pas de la propagande éhontée, jamais on n’aurait mentionné un fait aussi insignifiant. Mais on l’a choisi exprès pour apeurer les foules, dans un contexte où les écologistes et leurs idées (fausses ?) colonisent les médias et l’appareil d’État. Or si le 20 juin la Sibérie était très chaude, nombre de régions de l’hémisphère nord étaient anormalement froides. L’anomalie de température de cette journée a été pour finir de +0.8° par rapport à la moyenne 1940-2010 c’est-à-dire semblable à la différence constatée depuis 15 à 20 ans (celle-ci a tendance à stagner ou à progresser très faiblement en dessous des erreurs de mesure).

Il existe un réchauffement climatique et une augmentation du CO2. Or le gaz carbonique est en 2020 à 480 ppm alors qu’il a été à 1400 ppm pendant plusieurs périodes dans le passé. À ces époques, la vie existait et était même foisonnante. Le CO2 en effet est bénéfique pour la végétation qui s’en sert comme carburant. L’augmentation du CO2 depuis 1940 est un merveilleux bienfait pour l’humanité (ce que ne disent jamais les écologiques !). Les récoltes ont augmenté de 25 %, et si la famine malheureusement sévit toujours au Yémen ou en Somalie, elle pourrait être totalement éradiquée si le Monde était mieux organisé. Or entre 1960 et 2020 on est passé de 3 milliards d’humains à 7,5 !  Même si nous dépassons 12 milliards d’homos sapiens sapiens en 2100 nous arriverons à les nourrir, résultat merveilleux dû principalement au CO2. Ce fait devrait sans cesse être rappelé par les médias. L’occultation du rôle bénéfique du gaz carbonique est une forfaiture.

La température moyenne a crû de 0.8 ° depuis 1940. L’augmentation semble stagner ou du moins n’augmenter que lentement. Néanmoins, le système climatique étant d’une complexité effrayante, rien ne dit qu’un phénomène temporaire n’est pas à l’origine de cette pause.  Qui sait si le réchauffement ne va pas brutalement reprendre ? Aucun modèle ne marchant, on ignore si en 2100 le gain de chaleur sera de +0.8 ° de  +2 ° ou de +5 ° (cette dernière hypothèse semble néanmoins improbable)

Mais il faut cesser les discours cataclysmiques : il fera plus chaud et alors ? Les conséquences seront sans doute surmontables par les humains.

2 ° de plus en Europe couplés à des étés caniculaires seront tout à fait supportables. La péninsule Arabique sera sans doute la région la plus impactée, mais gageons qu’on mettra au point d’ici 80 ans des climatiseurs individuels alimentés par l’énergie solaire. Rappelons que d’après le GIEC lui-même il n’y a aucune augmentation ni du nombre de phénomènes climatiques extrêmes (typhons) ni de leur violence ! Selon les marégraphes, le niveau des mers monte très lentement et en tout cas ne met pas en péril ceux qui vivent sur les côtes. De toute façon les Pays-Bas sont depuis 5 siècles à 2,5 mètres en dessous de la mer. Et il ne faut pas se laisser abuser par les images spectaculaires d’érosion dont nous abreuvent les médias. De tout temps, la côte a reculé dans certains secteurs et a avancé dans d’autres (Sous Saint-Louis, Aigues-mortes qui est à 15 km dans les terres était un port de mer !). Le GIEC s’est ridiculisé en prétendant que Tuvalu serait submergé par l’océan autour de 2000 alors qu’en réalité l’île a augmenté de surface. C’était pourtant une des rares prédictions concrètes de l’organisme gourou des réchauffistes. Enfin pour terminer, le cycle des pluies est très compliqué, se modifie sans cesse même sans que le refroidissement ou le réchauffement ne semble en cause. Il dépend de multiples facteurs qu’on ne comprend pas. Par exemple La Californie a connu une grande et inexplicable sécheresse entre 1500 et 1600 alors que les températures étaient stables. Enfin, on occulte totalement un des grands avantages du réchauffement : de nombreuses terres en Russie, au Canada, en Alaska ou en Écosse auront un climat plus clément et deviendront habitables et cultivables ! Il est difficile de chiffrer ce gain, mais il sera bien plus important et de loin que les pertes induites par le réchauffement.

Le réchauffement n’est en fait qu’un problème mineur de l’Humanité. Le plus inquiétant est la pollution par le plastique des océans. Or les États n’investissent pas pour recueillir les ordures qui flottent sur les océans ou pour les éliminer grâce à des bactéries. Pourtant, il y a une vraie urgence écologique.

Le deuxième problème est l’épuisement inéluctable des métaux pourtant indispensables dans l’industrie et dans l’agriculture. Sans eux notre civilisation va immanquablement s’effondrer. Pour l’instant, notre horizon dépasse rarement 2150. Bien sûr, on peut imaginer que l’Homme exploitera les fonds marins, les astéroïdes ou la lune, mais c’est maintenant qu’il faut préparer la transition. Mais encore une fois, ce souci écologique crucial n’est jamais évoqué. On préfère crier au loup sur un sujet sans intérêt.

Christian de Moliner

Source : http://breizh-info.com

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°584

9 Juillet 2020, 05:25am

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : le nouveau gouvernement Castex (Dupond-Moretti, Bachelot, Darmanin), les meurtres odieux de la gendarme et du chauffeur de bus de Bayonne, la mutualisation de la dette des pays européens voulue par l'Allemagne.

Voir les commentaires

Au-delà d’un visuel, une philosophie

9 Juillet 2020, 05:13am

Publié par Thomas Joly

Le nouveau visuel diffusé par le Parti de la France en dit long sur la philosophie et le positionnement du parti : une famille blanche, nombreuse, qui se tient bien, devant un paysage préservé.

Cette photographie dit tout.

Elle porte ce message puissant et désormais subversif : nous existons !

Cette photographie montre un acte de résistance, dans le contexte actuel de pleurnicherie sur le dos de l’homme blanc qui est sommé de se soumettre ou de disparaître.

Dans une société politique devenue folle où être blanc signifie être odieux et où être fier d’être blanc fait de vous le premier des hitlériens et un adorateur de la shoah, la puissance d’une famille blanche unie est une arme de guerre, une droite (nationale) dans la gueule du politiquement correct.

La multitude des enfants blancs est également le moyen de la seule politique qui vaille : rester maîtres chez nous. Il ne s’agit pas d’un slogan, mais d’une obligation anthropologique et civilisationnelle. Notre mode de vie existe car nous existons. Le jour où nous deviendrons les sujets d’autres peuples, tout ce que nous connaissons car nous l’avons créé, l’amour courtois, l’élégance, la subtilité, le chevaleresque, l’esprit de justice, etc, tout cela sera balayé et ne restera que ce que les autres races seront capables de produire : violence gratuite, domination arbitraire, exactions sans fin.

Des familles françaises qui se tiennent bien, c’est le meilleur moyen de résister à court, à moyen et à long terme à la société cosmopolite et dégénérée et de préparer sa chute prochaine. La famille, c’est le lieu de la transmission, c’est le lieu de la mémoire, c’est le lieu de l’apprentissage. Ce n’est pas un hasard si la république veut s’accaparer nos enfants de plus en plus jeunes, c’est un outil de plus pour lutter contre la famille traditionnelle, c’est-à-dire la lutte contre la France française, contre la France charnelle, contre la France éternelle.

Un paysage préservé, ça ressource, ça détend, ça fait rêver. Une France préservée, c’est possible, si ses dirigeants mettent tout en œuvre pour la garder française, pour foutre dehors tous ceux qui ne veulent que la salir et/ou en profiter.

Faites des enfants, peuplez la France de Français libres, sains et non-reniés, et alors notre monde vivra, notre monde nous survivra et nos enfants l’amélioreront encore !

Bruno Hirout - Secrétaire général du Parti de la France

Voir les commentaires

« Le baccalauréat était moribond ; le virus l’a achevé : il ne représente plus rien »

8 Juillet 2020, 05:56am

Publié par Thomas Joly

 

 

Voir les commentaires

Ghislaine Maxwell aurait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez Jeffrey Epstein

8 Juillet 2020, 05:51am

Publié par Thomas Joly

Un ancien ami de Ghislaine Maxwell affirme qu'elle détiendrait une large collection de vidéos montrant Jeffrey Epstein – mais aussi de nombreuses personnalités très puissantes – en train de commettre des actes pédophiles.

Selon un témoignage exclusif accordé au site britannique du Daily Mail, elle avait accès aux vidéos et aux enregistrements réalisés par Jeffrey Epstein dans ses multiples demeures. « Non seulement Epstein aimait être filmé avec des jeunes filles – il voulait également s’assurer de disposer d'un moyen de pression sur les hommes riches et puissants qui bénéficiaient de ses largesses malsaines », explique ce témoin anonyme au Daily Mail. « Elle avait des exemplaires de ce que possédait Epstein. Ces vidéos pourraient impliquer des personnalités influentes. Si Ghislaine tombe, elle s’assurera d’emporter le plus de monde possible dans sa chute », poursuit cet ancien ami. «Elle sait où sont enterrés les cadavres, et elle utilisera tous les moyens à sa disposition pour tenter de se sauver», affirme-t-il encore.

Ghislaine Maxwell en danger ?

Ces révélations faites par une source anonyme viennent corroborer l’article publié en août 2019 par le journaliste du New York Times, James B. Stewart, à propos d’une entrevue réalisée avec Jeffrey Epstein un an auparavant (en août 2018 donc) durant laquelle il avait affirmé avoir constitué des dossiers contenant des informations personnelles sur ses invités, « dont certaines potentiellement dommageables et embarrassantes sur leurs supposées orientations sexuelles et leur consommation de drogues récréatives », précise l’article.

Sur le site du New York Post, un autre ami de Ghislaine Maxwell s’est lui aussi exprimé sur l’existence de ces vidéos. Christopher Mason, animateur de télévision et journaliste ayant rencontré Maxwell dans les années 1980, assure qu’elle y avait accès. Et redoute qu’elle soit aujourd’hui en danger.

« Plusieurs personnalités très puissantes doivent être très inquiètes. J’espère que Ghislaine ne finira pas comme Epstein. Je suis très soucieux de cela. Je pense qu’elle est en danger. Il y a trop de pouvoir impliqué si elle parle », explique Christopher Mason. Un autre ami interrogé par le site américain fait part de son incompréhension par rapport au choix de Ghislaine Maxwell de rester sur le sol américain (elle a été arrêtée dans le New Hampshire, ndlr) malgré le risque évident d’être arrêtée par les autorités locales. « Je ne comprends pas pourquoi Ghislaine n’a pas quitté le pays. Elle a des amis très puissants et je me demande ce qui l’a poussé à rester aux États-Unis. Elle doit être en possession d’informations extrêmement compromettantes pour avoir fait ce choix », déclare-t-il.

Source : http://cnews.fr

Voir les commentaires

Bolsonaro touché par le Covid et immédiatement guéri avec l’hydroxychloroquine

8 Juillet 2020, 05:45am

Publié par Thomas Joly

Juste après avoir été contrôlé positif au Covid-19, Bolsonaro, le Trump brésilien, a pu tester le traitement à l’hydroxychloroquine préconisé par le Professeur Raoult depuis le début de l'épidémie. Et il a été guéri quasi-immédiatement.

Voir les commentaires

Où sont les genoux à terre et les manifestations pour Mélanie ou pour Thomas ?

8 Juillet 2020, 05:34am

Publié par Thomas Joly

18 secondes au JT de TF1. 18 misérables petites secondes.

C’est le temps consacré au meurtre de Mélanie Lemée, gendarme de 26 ans, originaire de La Ferté-Macé (Orne), heurtée volontairement par un individu défavorablement connu des services de police et fuyant un contrôle de police au volant d’un véhicule pendant un contrôle routier à Port-Sainte-Marie (Lot-et-Garonne).

Un vivre ensemble qui n’existe pas

A peine quelques articles dans les journaux pour Thomas, un jeune de 23 ans poignardé à mort à Sarcelles au mois de mai, par un délinquant dangereux qui venait d’être libéré de prison pour d’obscures raisons.

« La famille de Thomas, poignardé à mort à Sarcelles, «ne veut pas de récupération politique » ose Victor Tassel, journaliste du Parisien, ce même journal qui, récemment encore, dépliait le tapis rouge pour Assa Traoré « l’anti-racisme en mode combat ».

La presse mainstream jusqu’à vomir. Les élites médiatiques et politiques nauséabondes. Et ces blancs, qui meurent, encore et encore, parce que ceux qui dirigent ce pays, nos sociétés occidentales, ont fait de nos territoires des laboratoires d’un « vivre ensemble » qui n’existe pas, et qui ne marche pas, qui plus est lorsque des millions de gens que rien n’unit et ne rassemble sont forcés à cohabiter sur un territoire donné.

Je n’en ai strictement rien à faire que la famille de Thomas ne veuille pas (ou qu’elle subisse des pressions pour le dire) de récupération politique. Car il ne s’agit pas que de ce jeune homme. Il ne s’agit pas que du chagrin d’une famille qui conduira à une énième marche blanche. « Mort pour rien ». Jusqu’au prochain.

Il ne s’agit pas que de Mélanie Lemée, gendarme assassinée dans l’exercice de ses fonctions notamment parce que la presse mainstream et des politiques irresponsables rendent possible, depuis des semaines, une détestation des forces de l’ordre qui confine à la haine, et donc à des actes de ce type. La photo de la jambe arrachée de Mélanie Lemée devrait d’ailleurs être adressée à toutes les rédactions qui ont fait de la famille Traoré la nouvelle incarnation de la résistance en France. Pour l’exemple.

Il s’agit de tous ces hommes, ces femmes, qui depuis des années dans ce pays, se font détruire ou meurent pour une cigarette refusée, pour un simple regard, pour une banale altercation, dans les rues de nos villes gangrénées par une violence gratuite inouïe. De M. Le Chenadec à Marin, en passant par Laura, Mauranne, et tous les autres, anonymes…la liste est trop longue.

De toutes ces jeunes femmes qui se font violer et agresser sexuellement dans les rues de nos villes, et qui ne trouvent comme seules réponses pénales que le laxisme, comme seule réponse politique que la culpabilisation, le « pas d’amalgame », et les clips de sensibilisation orwellien où les prédateurs sont tous blancs, ce qui reflète la réalité comme tout le monde le sait…

Des hommes et des femmes qui meurent, victimes d’individus que la justice a libéré de manière anticipée de prison. Victimes d’individus à qui l’on ne cesse de répéter depuis la tendre enfance qu’ils seraient les « victimes d’un système » et à qui certains aujourd’hui voudrait rajouter en plus la nouvelle excuse du « racisme systémique ».

Lire la suite

Voir les commentaires