Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Prenez connaissance de la liste des 52 « genres sexuels » déconnectés du réel publiée par Facebook

18 Mars 2021, 07:17am

Publié par Thomas Joly

Faites attention à votre santé, car le mal de crâne est garanti. Vous pouvez prendre un Doliprane dès à présent avant d’entamer l’écoute de la vidéo ci-dessus. Il est difficile de l’écouter jusqu’au bout, nonobstant le fait que ce soit pas de la faute de l’intervenant… D’un point de vu strictement rationnel et mathématique, toutes ces affirmations sur les « non-genrés » ne signifient rien du tout. À l’avenir, il faudrait créer une IA complètement dézinguée pour que des bots en ligne (ou des robots à l’extérieur) puissent traiter ces non-informations, positivement du moins.

Ces frappadingues tournent en rond et les définitions se ressemblent toutes : de neutre, à non-binaire en passant par les « trans je-ne-sais-quoi » (avec ou sans opération chirurgicale, etc.). Les deux genres réels et indéboulonnables, que sont homme et femme, ne sont même pas décomptés dans ce « document de référence » (sic) publié en 2014 via un des sites à l’avant-garde dudit progressisme (comprendre la dégénérescence et la transgression morale), j’ai nommé State (c’est du niveau de Konbini). Ces barjots se rendent-ils seulement compte du ridicule qu’ils prodiguent à leurs ouailles tombées sous leurs griffes ?

Noyés par leur écriture dite inclusive entre autres (aliénation et barbarie ultime contre la langue de Molière), leur verbiage amphigourique et logomachique, sans queue ni tête (dans tous les sens du terme !), ces dingos, complètement incultes et se croyant pourtant très intelligents, producteurs de concepts « et tout et tout », se croient accessibles qu’à une élite, celle de la tyrannie homosexualiste. La blague !

L’Occident est devenu si décadent, déraciné, antitraditionnel, et si confortable à la fois, que des gens, souvent forts médiocres, faibles et hypocondriaques, s’inventent des problèmes tellement ils n’en ont pas : ainsi sont les soi-disant turpitudes liées à la grossophobie, à la glottophobie et tutti quanti. Je ne crois pas que ce sujet aurait effleuré l’esprit des poilus pour les diverses raisons susmentionnées d’ailleurs (tradition et soucis concrets).

Désormais, plus rien n’existe véritablement en ce bas monde, l’ordre naturel, l’homme, la famille, la nation, la race  et la civilisation sont rangés au rang du néant. Tout cela participe logiquement du tout transhumaniste, technologiste, antinaturel et antisocial que nous dénonçons régulièrement.

Source : http://integralisme-organique.com

Voir les commentaires

Rire contre le racisme : la rééducation par France Télévisions

18 Mars 2021, 07:02am

Publié par Thomas Joly

On le sait, la présidente de France Télévisions a une dent contre les mâles blancs, supposés sexistes, anti-LGBTQI et, bien sûr, indécrottablement racistes. Et leurs femmes aussi, peut-être, puisqu’elles acceptent de partager le quotidien de ces monstres… Alors, cette semaine, grâce à nos impôts, Mme Ernotte a mis le paquet avec une programmation spéciale autour du racisme, en préambule de la Journée contre la discrimination raciale prévue le 21 mars et de la Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme, du 21 au 28 mars. Les masochistes pouvaient donc choisir leur première séance de rééducation sur France 2, ce mardi soir, avec « Rire contre le racisme ».

Pour attirer le chaland, les réalisateurs avaient, en introduction, mis les plus belles fraises sur le dessus du panier. Sketch au cordeau d’Élie Semoun – le veinard a pu ainsi aller se coucher tôt -, suivi de Blanche Gardin, dont le texte rappelait de façon subliminale les limites à ne pas franchir. Oui, on peut rire du « On me dit qu’il y a des juifs dans la salle » de Desproges, parce que c’est ancien, qu’il est mort et qu’il est devenu culte, mais… n’oubliez pas Tex, viré pour une broutille.

Se succédèrent, ensuite, une palette chromatiquement complète de jeunes estampillés humoristes, franchement laborieux mais extraordinaires de courage, puisque entrelardant leurs prestations de piques contre les méchants : bien entendu la famille Le Pen au grand complet (sauf le chien), Sarko, Fillon, Bolloré, Zemmour, Génération identaire et même Balkany ! Télé 7 jours avait pourtant annoncé que « les humoristes se sont lancé le défi de rire de tout »? Sauf de la gauche, apparemment…

Par opposition, l’exhumation de vieux sketchs de Bedos ou de Muriel Robin rappela cruellement le gouffre qui sépare l’archet et le marteau pneumatique : peu de risques de voir ces espoirs du rire du service public faire la réouverture du Stade de France !

Pour la suite de la semaine de rééducation, Télé-Loisirs nous met l’eau à la bouche avec l’annonce de « Il était une fois dans l’ouest… de l’Afrique, sur France 2. Un reportage dans un village du Bénin où musulmans, chrétiens, évangéliste ou adeptes du vaudou jouent à la pétanque ensemble ! » Même si l’on y pratique aussi le lancer de boules, imaginer la même scène à Trappes, Sarcelles ou Rillieux-la-Pape serait effectivement surréaliste.

Heureusement, grâce au replay et au reconfinement qui s’annonce, je vais pouvoir me délecter longuement de ces brillantes productions nationales, républicaines et bonnes pour la planète ; mais quelque chose me dit que Netflix et Amazon Prime ont encore de beaux jours devant eux…

Richard Hanlet

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Passeport vaccinal : pas question !

17 Mars 2021, 20:01pm

Publié par Thomas Joly

Passeport vaccinal : pas question !

Passeport vaccinal, QR code, contrôle soviétique et orwellien des Français : le Parti de la France dit non à cette folie sanitaire ! Reprenons nos libertés !

Voir les commentaires

Quand Joe Biden tente de raviver la guerre froide

17 Mars 2021, 17:31pm

Publié par Thomas Joly

Pour Joe Biden, interrogé par la chaîne ABC, « Poutine est un tueur. Il en payera bientôt les conséquences ».

Quel sens aigu des relations internationales. Quelle vision apaisée du monde.

C'est l'Amérique patricienne de toujours, celle de la modération par le Colt, du dialogue par la winchester ou le char Sherman, de la diplomatie des subtilités par la référence biblique au massacre des Cananéens, et des nuances infinies dans la recherche des équilibres géo-politiques par la pratique du"carpet bombing" sur les populations, du napalm et des frappes massives par missiles.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Corinne Masiero, une certaine idée de la femme et du cinéma français

17 Mars 2021, 14:30pm

Publié par Thomas Joly

Vous ne pouvez pas avoir raté la prestation de Corinne Masiero à la cérémonie des César. Robe « Peau d’âne », costume en tampons usagés, et ce bouquet final, nue et couverte de sang, avec des inscriptions qui visent à défendre la culture. Je ne m’étendrai pas ici, les images ont fait le tour de France (Dieu merci, pas du monde), chacun a pu les voir à sa guise.

Non, ce que je trouve intéressant, c’est l’image de la femme que s’est attachée à véhiculer Corinne Masiero. Première couche : Peau d’âne, « la familia grande » avant l’heure : un conte qui n’a dû choquer personne dans l’assistance, mais enfin, bon. Deuxième couche : les tampons, à la fois chics et respectueux des femmes ; on peut objecter, avec les progressistes, que les règles, c’est beau. C’est un peu comme on veut. Mais enfin bon (bis), dans notre sale monde patriarcal, ce n’est pas encore entré dans les mœurs, les tampons usagés derrière les oreilles. Troisième couche, et après on attaque le squelette : l’actrice à poil, dans son petit costume de chair triste, sur lequel un commentaire qualificatif de ma part manquerait de tact. Du sang, encore, et puis des trucs au marqueur écrits devant et derrière ; pas grand-chose de plus que les Femen. À part, peut-être, une faute d’orthographe sur le haut du dos, puisqu’on écrit « Rends-nous l’art, Jean » avec un « s » à « rends » ; même quand on veut faire un jeu de mots, on fait un peu attention. Vous me direz, quand on en est à corriger les fautes d’orthographe sur le corps d’une femme, c’est que la vision du reste laisse à désirer… mais enfin bon (ter).

Corinne Masiero « assume », à ce qu’il paraît. On n’en attendait pas moins. On s’en serait douté, hein : quand on se met à poil à la télé à 57 ans, c’est qu’on assume. Plusieurs belles leçons de féminité nous sont donc offertes par cette artiste qui assume : d’abord, pour l’image des femmes comme pour beaucoup d’autres domaines de la vie, la République (les femmes à poil pour défendre les intermittents) et l’islam rigoriste (les chauves-souris pour défendre la liberté) semblent être, une nouvelle fois, les deux seuls choix qu’offre l’audiovisuel. Ensuite, la vulgarité ne choque même plus : qu’y a-t-il de révolutionnaire à ne pas respecter les cérémonies ? Comme l’avait superbement observé Will Butler, « ce qui est punk, désormais, c’est d’être conservateur ». Il n’y aurait pas eu plus iconoclaste qu’une soirée smoking-robe longue, qui renoue avec un certain âge d’or, celui où on était plus émoustillé de voir Ava Gardner tout habillée que d’être obligé de supporter des Corinne Masiero à poil.

Enfin, et c’est la leçon la plus importante de cette cérémonie des César, que reste-t-il du cinéma français ? Si on enlève les quotas diversitaires, le militantisme sociétal et l’entre-soi, rien. Pas étonnant que nos films se vendent mal : ils n’ont, le plus souvent, aucun intérêt. Et j’ai la faiblesse de penser que ce n’est pas ce genre de prestation qui nous aidera.

Arnaud Florac

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Assa Traoré invitée à rentrer au Mali

16 Mars 2021, 20:29pm

Publié par Thomas Joly

« T'aimes pas la France, t'aimes pas les Français, rentre au Mali connasse ! » : l'Africaine arrogante et hystérique Assa Traoré se fait remettre en place.

Voir les commentaires

Les rugbymen écossais et irlandais refusent de s'agenouiller pour les afro-communistes de Black Lives Matter

16 Mars 2021, 19:43pm

Publié par Thomas Joly

L’équipe de rugby d’Irlande a été rejointe par son adversaire écossais qui a choisi de ne pas « s’agenouiller » avant le choc des Six Nations.

Au rugby, la tradition veut que les joueurs restent debout pendant un moment de silence avant les matchs, en signe de respect. Cependant, dans des sports comme le football, les joueurs ont choisi de profiter de ce moment de réflexion pour s’agenouiller en signe de soutien au mouvement antiraciste Black Lives Matter (BLM).

Si plusieurs joueurs anglais ont choisi de s’agenouiller pendant les Six Nations, les équipes d’Irlande et d’Écosse avaient jusqu’à présent choisi de rester debout.

Dans le cas de l’Écosse contre l’Irlande, ils ont choisi de ne pas s’agenouiller, et de nombreux fans sur Twitter ont semblé apprécier ce geste.

« Donc, ni l’équipe d’Écosse ni celle d’Irlande ne se sont agenouillées », a écrit l’un d’eux. « Bien joué les gars. Faites un bon match. »

« L’Irlande et l’Écosse ont bien fait. Pas un seul ne s’est agenouillé en signe de soumission à un groupe marxiste », a déclaré un autre.

« Bravo à l’Écosse et à l’Irlande », a ajouté un troisième. « Le sport n’est pas un endroit pour des gestes politiques comme s’agenouiller ».

L’Irish Rugby Football Union (IRFU) a déjà défendu le droit de ses joueurs de choisir la manière dont ils souhaitent montrer leur soutien à l’initiative antiraciste du sport.

L’entraîneur de l’Écosse, Gregor Townsend, avait déjà apporté son soutien, affirmant qu’il soutenait « à 100% » la décision de ses joueurs de ne pas s’agenouiller, tandis que la Fédération anglaise de rugby (RFU) a souligné que la décision dépendait de chaque individu.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Le 16 mars 1986, 35 députés du Front National faisaient leur entrée à l'Assemblée nationale

16 Mars 2021, 07:34am

Publié par Thomas Joly

Le 16 mars 1986, Jean-Marie Le Pen, à l'issue d'une campagne offensive, brillante et intensément militante de Rassemblement national marquée par de nombreux incidents suscités par l'extrême gauche - provocations auxquelles nos hommes de la Direction/Organisation/Meetings (les DOM, SO d'avant DPS) menés par Roger Holeindre répondaient systématiquement avec force et efficacité - fait entrer 35 députés à l'Assemblée nationale.

Quelques uns trahiront très vite. Mais le groupe FN-RN sera, pendant deux années, un modèle d'inventivité, d'assiduité, d'animation et de rénovation, aussi bien sur le fond que sur la forme, d'un hémicycle vermoulu.

Dans le même temps, nos élus dans les Conseils régionaux faisaient massivement leur entrée dans les exécutifs.

En 1986, tout était possible pour la Droite nationale.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Coronacircus : et voilà maintenant le « variant breton » !

16 Mars 2021, 07:15am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Des lois pour mourir dans l’indignité : l’offensive de la majorité sur l’euthanasie

16 Mars 2021, 06:54am

Publié par Thomas Joly

Comme on pouvait s’y attendre, certains dans la majorité tentent de profiter de l’état de sidération des Français liée à la pandémie pour faire avancer en catimini diverses revendications sociétales, symboliques et qui ne coûteront pas cher. Ç’a été le cas avec la bioéthique, avec l’allongement du délai légal de l’avortement. C’est le cas, maintenant, avec l’euthanasie. La ficelle est grosse mais, néanmoins, cela semble toujours fonctionner.

La semaine dernière, alors que la France est fonctionne au ralenti par les mesures liées à la crise sanitaire, que l’économie et la culture s’effondrent, que la précarité explose, que les personnes âgées meurent dans la solitude de leurs EHPAD, le ministère de la Santé n’a pas jugé plus utile que d’annoncer un plan d’accompagnement de la fin de vie.

Cette annonce a eu quelque chose à la fois d’indécent et de choquant, quand on connaît les conditions actuelles de prise en charge en milieu hospitalier, la misère absolue des moyens alloués à l’hôpital public et l’anonymat, la détresse traversés par les patients dans le parcours de soin, détresse considérablement aggravée depuis la pandémie par l’interdiction de recevoir des visites lors des séjours hospitaliers post-opératoires.

Mais puisque les Français sont abreuvés quotidiennement des statistiques sur la mortalité liée au Covid-19, n’y a-t-il pas meilleure idée que de lancer un grand plan « fin de vie » en France ? Le sujet est bien dans l’air du temps ! Il contribuera certainement à faire croire que le gouvernement s’intéresse vraiment au sort des personnes âgées ou des personnes en fin de vie, aux soins palliatifs et à l’humanisation des soins. Mais il faudrait être bien naïf pour le croire.

À peine l’annonce a-t-elle été faite que les lobbies pro-euthanasie se sont engouffrés dans la brèche en déployant leur communication émotionnelle bien huilée, leur pathos, leur droit à mourir et leur dignité inversée. C’est ainsi que, surfant sur la mort programmée de Paulette Guinchard, ancien ministre du gouvernement Jospin, quatre propositions de loi ont été déposées à l’agenda parlementaire sur « l’aide active à mourir » : en réalité, sur le suicide médicalisé.

L’une de ces propositions a échoué au Sénat, tandis que celle d’Olivier Falorni, intitulée « donner le droit à une fin de vie libre et choisie », sera débattue le 9 avril prochain, avec l’appui décisif de la présidente LREM de la commission des lois à l’Assemblée nationale. La majorité ne cache même plus son ambition d’avancer sur ce sujet, tout en réclamant hypocritement un « consensus ».

On se souvient du « consensus » recherché sur la révision des lois de bioéthique. Il n’y eut pas de consensus, mais clairement une majorité hostile. Le gouvernement fut surpris de l’ampleur de l’opposition à ce texte, pour lequel il pensait probablement que les Français se laisseraient manipuler sans réagir.

Mais l’opinion ne se gagne pas à coups de sondages mensongers et de manipulations. Elle se gagne par la voie de la démocratie et, surtout, elle ne peut choisir délibérément d’ignorer la vérité de la conscience humaine.

Sabine Faivre

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Des préjugés, oui mais pourquoi ?

15 Mars 2021, 19:34pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Procès George Floyd : Derek Chauvin sacrifié d'avance ?

15 Mars 2021, 07:41am

Publié par Thomas Joly

Près de neuf mois après la mort de George Floyd le 25 mai 2020, à Minneapolis dans l’État du Minnesota aux États-Unis, le procès de Derek Chauvin, le policier accusé de l’avoir tué, a débuté mardi 9 mars dans cette même ville.

Tout, que ce soit dans les faits, dans les ressentis, ou dans le déroulement du procès, montre qu’il est extrêmement difficile de rendre un verdict impartial et juste.

D’abord, dans les faits. Le policier, dans une vidéo devenue virale, est vu en train de maintenir l’Afro-américain au sol durant neuf minutes sous la pression du genou. Le médecin légiste a conclu à un “homicide involontaire” dû à “la pression exercée sur son cou”. Il a admis également que le quadragénaire était sous l’emprise d’amphétamines, plus spécialement de Fentanyl. Sans rentrer en profondeur sur tous les effets de cette drogue, un nous intéresse en particulier : le plus dangereux, la dépression respiratoire, qui est la cause principale de décès en cas d’overdose. De ce fait, George Floyd était en infraction.

Mais, à contrario, la police a interpellé l’homme car elle le suspectait de vouloir écouler un faux billet de 20 $. Derek Chauvin étant avec trois autres policiers, la question qui se pose est la suivante : était-il bien nécessaire de maintenir l’homme au sol alors qu’ils étaient quatre ? De cet autre fait, la police serait coupable d’abus.

Dans les faits, c’est donc du 50/50 puisque le maintien au sol n’a fait qu’accélérer l’effet du Fentanyl.

Ensuite, dans les ressentis. Le procès ne peut faire abstraction de l’émoi qu’a suscité cette affaire dans le monde entier. En France les manifestations de Black Lives Matter n’ont pas manqué de faire le rapprochement avec l’affaire Adama Traoré, une autre affaire malheureuse que les médias gouvernementaux ont arrangée à leur manière, alors qu’il y aurait sans doute plus à dire. La récente compensation de 27 millions de dollars versés à la famille de George Floyd a certainement biaiser le résultat du procès

Et puis en dernier lieu, dans le déroulement du procès. Puisque la question de racisme est au cœur des débats, la sélection du jury relève du casse-tête : 16 jurés sont retenus à terme, mais qui choisir pour qu’il n’y ait pas une majorité d’Afro-américains ou de WASP au cœur de la procédure ? Ce jury sera-t-il aussi impartial que possible ?

Les prochaines semaines le diront, notamment le 29 mars, avec le début des débats de fond.

Paul Simon

Source : http://noussommespartout.com

Voir les commentaires

Selon le Pr Peyromaure, des médecins pro-confinement saturent volontairement les services de réa !

15 Mars 2021, 07:22am

Publié par Thomas Joly

Au moment où l’on n’entend que des messages alarmistes, qu’ils prétendent que les variants seraient encore plus mortels, que les hôpitaux seraient saturés et les services de réanimation débordés (ils font même du grand spectacle en faisant évacuer les hôpitaux parisiens), un chef de service à l’hôpital Cochin, le professeur Peyromaure, le 12 mars sur CNews, s’interroge : « On a modifié les critères d’admission dans les services de réanimation, je sais qu’il y a des bruits qui courent, et que certaines mauvaises langues disent que dans certaines réanimations on fait rentrer des patients qui pourraient bien rester dans des services conventionnels. Le débat confinement/non-confinement a fait des mécontents, il est tout à fait possible que certains médecins hospitaliers  mécontents saturent à dessein certains services de réanimation. »

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

12 pays suspendent le vaccin AstraZaneca mais la France continue à l'injecter

15 Mars 2021, 07:14am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Commémorations Napoléon 1969-2021 : comment détruire l’histoire de France en 50 ans

14 Mars 2021, 20:30pm

Publié par Thomas Joly

En 1969, la France commémorait le bicentenaire de la naissance de Napoléon. En 2021, elle commémorera celui de sa mort. Mais elle pourrait tout autant commémorer la mort de sa légende, la mort de ses héros, la mort de son histoire épique qui aura été détruite dans le laps de temps qu’aura duré l’existence de l’Empereur.

En 1969, la France entière semblait prise d’une forme d’effervescence napoléonienne aiguë. À Ajaccio, le Président Pompidou commençait son discours en reprenant des paroles de Bossuet, prononcées lors des funérailles du Grand Condé : « Je me sens également confondu par la grandeur du sujet et, s’il m’est permis de l’avouer, par l’inutilité de son travail. » En quelques mots savamment choisis, le grand lettré qu’était Pompidou avait su résumer le sentiment collectif de l’époque face à la stature du grand homme, connu du monde entier, admiré partout pour son génie, mais avec un bilan final plus que contestable pour le pays. En 1969, la France entière n’était pas « napoléonienne », mais elle était patriote. En témoigne cette une de L’Humanité où l’historien marxiste Albert Soboul appelle les militants et sympathisants communistes à participer aux célébrations, au nom du patriotisme… En 1969, c’est la légende de la France que le pays tout entier célébrait, à travers la figure sublime de l’Empereur.

Les temps ont décidément bien changé, dans le ciel de l’Hexagone. Aujourd’hui, médias et bien-pensants passent leur temps à cracher sur Napoléon, dans une forme d’indifférence générale. Et de cracher sur quoi ? Non pas sur son bilan, qui bien sûr est sujet à caution, sur sa politique, que l’on peut contester, sur son bellicisme, qui n’est pas une qualité en soit : non, on le fustige pour cause de « racisme » et de « misogynie ». Le Napoléon de l’époque n’aurait pas été du tout un bon citoyen des années 2020, voilà ce qu’on nous ressasse, comme si l’on pouvait relire une époque lointaine avec nos lunettes d’aujourd’hui. Et, d’ailleurs, les avanies qu’on lui reproche sont fausses, au moins en partie : personne ne nous dit que Napoléon a fini par abolir l’esclavage en 1814, n’a édicté aucune loi raciale (l’esclavagisme n’était donc pas lié, dans son esprit, à une race en particulier). Quant à sa misogynie prétendue, elle ne dépasse en rien celle de nombre de nos politiques actuels. On oublie aussi bien vite le rôle de bâtisseur et d’administrateur de l’Empereur, fondateur de notre État moderne : sans être un « progressiste » à la mode de 2020, il aura apporté, lui, de vrais progrès pour le pays.

À cause des procès en sorcellerie intentés contre lui sur les plateaux télé, toujours par les mêmes, l’Empereur a donc dû attendre, depuis son mausolée des Invalides, que notre actuel Président daigne enfin déclarer qu’il consacrera un peu de son précieux temps à le célébrer. Il doit bien rire, de là où il nous regarde : qu’Emmanuel Macron se force à lui rendre hommage, c’est un peu comme si un joueur de National 3 se pinçait le nez pour faire l’éloge de Maradona au prétexte que sa vie était dissolue… Il viendra finalement, notre Président, certainement poussé par son aile droite, qui verrait cela comme une trahison. Sans doute son discours sera un nouvel exercice de « en même temps », pour éviter de trop fâcher son aile « progressiste », et sans doute le résultat sera bien loin du talent déployé en quelques mots par Pompidou en son temps.

Le plus triste, dans l’affaire, c’est de voir comment certains, largement surmédiatisés par rapport à leur importance dans le pays, s’acharnent à détruire la légende de la France, la patriotisme, et ce, jusque dans un temps où la plupart d’entre nous auraient bien besoin de se voir remonter un moral bleu-blanc-rouge en berne, à cause des mêmes qui crachent sur l’Empereur…

Olivier Piacentini

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires