Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Bureaucratie sanitaire : plus d’attestation de sortie pour cause de charabia covidesque !

21 Mars 2021, 19:04pm

Publié par Thomas Joly

Alfred Jarry n’aurait pas renié les circonvolutions covidesques plus dignes d’un comité ubuesque de la pataphysique que d’un gouvernement responsable. Exit l’attestation de sortie rédigée en un jargon incompréhensible, même pour un technocrate européen.

Les double-pattes et Patachon du Covid, Castex et Véran, nous avait habitués à leur sabir terrorisant, à base de « gestes barrières », « distanciation sociale » et autres « variant » mais le passage à l’écrit – la langue est impitoyable – a démontré l’inanité de leurs mesures.

Un exemple  pris dans l’attestation de sortie dérogatoire (sic) : « les personnes résidant dans les départements n’étant pas soumis à des mesures renforcées ne peuvent entrer dans les départements soumis à des mesures renforcées au-delà d’un périmètre défini par un rayon de 30 km autour de leur lieu de résidence que pour les motifs signalés par un astérisque sur la présente attestation ainsi que dans le cadre de déplacements de longue distance conduisant seulement à un transit par une zone soumise à des mesures renforcées. » 

Vous avez compris quelque chose ? Nous, on cherche encore… Comment voulez-vous que le zozo issu de la diversité heureuse et qui maîtrise à peine les 300 mots de vocabulaire des chansons de Booba comprenne un charabia pareil?

Admirons également  le motif numéro 8, celui permettant de promener son animal de compagnie pour qu’il fasse ses besoins. Il prévoit une limite d’« un kilomètre autour du domicile », alors que le motif numéro 12 autorise de se promener entre 6 heures et 19 heures « dans un rayon maximal de dix kilomètres autour du domicile ». Le pauvre clébard n’a pas fini de courir !

Remercions cependant le Ciel qui, par une grâce toute spéciale, vient de sauver les Français d’une énième absurdité en allumant une petite lumière dans le cerveau des bras cassés qui nous gouvernent afin qu’ils suppriment ce document délirant.

Dieu sauve la France des technocrates et du Père Ubu !

Source : http://noussommespartout.com

Voir les commentaires

Un musulman modéré, c’est un mahométan qui n’applique pas l’islam

21 Mars 2021, 15:57pm

Publié par Thomas Joly

Quand vous critiquez l’islam, souvent on vous rétorque « Oui certes, mais il y a les musulmans modérés ». J’adore cette expression employée dans la bouche d’adversaires politiques. Ils ne mesurent probablement pas le sens exact de cette phrase, sinon ils ne l’emploieraient pas. Pour eux, un musulman modéré est simplement un musulman qui ne tue pas, n’approuve pas le terrorisme, respecte les femmes, n’essaye pas d’imposer le halal partout où il passe.

Pour nous, un tel musulman – quand il existe – est clairement un musulman qui n’applique pas l’islam. Tant mieux pour nous, certes, mais on voit donc que le bon musulman – à nos yeux – est celui qui renonce au Coran. Partiellement, s’il se considère encore comme musulman ; mais on voit donc que c’est la pratique de l’islam qui pose donc le plus de problèmes. Et que l’apostat total ou incomplet est un meilleur homme.

Que dit-on – par ailleurs – d’un catholique qui ne va jamais à la messe (allez, une fois à Noël pour faire plaisir à la famille ; et à la rigueur à Pâques pour le devoir) qui n’applique jamais les préceptes de l’Église ? On dit qu’il n’est pas pratiquant. Bref un « catholique de papier », baptisé par erreur pour des raisons souvent familiales. Remarquez néanmoins que nos médias s’inquiètent plutôt de ces pratiquants qualifiés assez rapidement de catholiques intégristes.

Employer l’expression « musulman modéré » signifie que l’islam se doit d’être assoupli pour être acceptable, ce qui se traduit par une pratique restreinte des interdits présents dans le Coran et les hadîths. Sinon, on aboutit à l’Afghanistan des talibans, l’Arabie saoudite, le Soudan, Al-Qaïda, Daesh ou Boko Haram (peut-être le pire des représentants de l’islam soit le plus fidèle).

Si on examine très objectivement tous les pays musulmans, on constate que ceux où on vit le moins mal (Tunisie, Maroc, Égypte) sont ceux qui appliquent le moins les préceptes de vie issus du Coran. Et cette non-application vient des dirigeants (souvent des dictateurs), qui sont sans doute assez lucides sur la valeur de leur religion, mais qui n’osent pas y renoncer totalement car ils savent que le peuple reste musulman. Dans ces pays, la pression populaire va dans le sens de plus d’islam, les dictateurs (devenus un mal nécessaire dans ces cas précis) modérant ces demandes. Même Atatürk, grand chef d’État, auteur de la phrase, « L’islam, cette théologie absurde d’un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies », n’a pas osé aller jusqu’à interdire l’islam et s’est contenté d’en limiter le pouvoir politique.

Bref, on le voit donc : un homme s’améliore en renonçant partiellement ou totalement à l’islam. On s’en doutait. Voilà ce que signifie l’expression « musulman modéré ».

Platon du Vercors

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Un pseudo-confinement pour donner des gages aux fanatiques du lobby sanitaire ?

21 Mars 2021, 12:45pm

Publié par Thomas Joly

Il n'y a pas de troisième confinement en réalité. Les restrictions sont théoriques et l'attestation elle-même prévoit deux cents manières de les contourner (elle a même d'ailleurs été supprimée en journée). Beaucoup de commerces restent ouverts (tant mieux) et Darmanin demande aux préfets de dire aux flics d'être le plus pédagogues possible et de « faire preuve de compréhension avant de verbaliser ».

La question que je me pose est la suivante : pourquoi le gouvernement utilise le mot « confinement » et l'assume, alors qu'il est évident que ce qui s'applique depuis samedi ne ressemble en rien à un confinement tel que nous l'avons connu l'année dernière. Du strict point de vue de la communication, il avait la possibilité d'utiliser un autre terme que celui, terrifiant, de « confinement » : il pouvait se contenter par exemple de parler de « nouvelles mesures ». Mais il a décidé d'assumer le terrible mot de « confinement », et c'est cela qui est étrange.

Je persiste à penser que c'est pour donner un os à ronger aux nervis de la dictature sanitaire qui font pression en coulisse. Il n'y a aucune logique à appeler « confinement » quelque chose qui n'est pas un confinement, sauf à vouloir faire plaisir aux gens qui depuis des mois réclament un... confinement.

L'État profond semble se déchirer en ce moment. Certains corps s'opposent à d'autres en coulisses.

Jonathan Sturel

Voir les commentaires

Après l’abandon de la proportionnelle, les élections régionales et départementales reportées ?

20 Mars 2021, 19:55pm

Publié par Thomas Joly

On s’y attendait, mais la nouvelle vient de tomber : Emmanuel Macron renonce à introduire 15 % de proportionnelle aux prochaines élections législatives, mesure figurant au rang de ses promesses de campagne et, depuis, sans cesse ajournée.

On notera qu’à l’exception de Jacques Chirac, opposant historique à ce changement de scrutin, tous les candidats à l’élection présidentielle ont promis l’introduction d’une dose de proportionnelle, Nicolas Sarkozy comme François Hollande, pour ensuite passer cette proposition en pertes et profits.

En France, il s’agit d’un vieux débat. Sous la Quatrième, la proportionnelle intégrale était reine ; d’où l’instabilité chronique du régime. Sous la Cinquième, ce fut le scrutin majoritaire à deux tours, permettant ainsi de dégager des majorités claires. Mais à l’époque, la vie politique était régie par quatre grands partis : les gaullistes, les communistes, les centristes et les socialistes. Les deux premiers firent longtemps bloc sous l’égide du général de Gaulle. Puis François Mitterrand parvint à ramener les communistes dans le giron socialiste, avant le grand reversement d’alliances initié lors du « tournant de la rigueur », en 1983, où il attira les centristes dans son orbite.

Depuis, l’échiquier politique a été largement bouleversé. Le PS est en soins palliatifs, LR sur un lit de réanimation et le PCF aux abonnés absents. Les seuls vainqueurs ? Les centristes au pouvoir qui ont fini par donner corps au vieux fantasme giscardien consistant à unir bourgeoisies de droite et de gauche, tandis que Verts et Insoumis se contentent de fédérer les enfants capricieux des bourgeois plus haut évoqués. Reste le Rassemblement national, premier parti de France, coalition de tous les perdants de cette « mondialisation heureuse », naguère si chère à Alain Minc.

Il est donc parfaitement logique que le parti présidentiel puisse répugner à revenir sur un scrutin majoritaire qui est, pour lui, une sorte d’assurance-vie, puisque parti de notables et d’édiles déjà confortablement élus et réélus. La preuve en est cette confidence relayée par France Info selon laquelle « les principaux responsables de la majorité estiment que les conditions ne sont pas réunies » pour changer le mode de scrutin. Ce qui peut aussi signifier que toutes les « conditions » sont précisément réunies afin qu’on n’y change rien.

Ce statu quo sera-t-il encore longtemps tenable ? Instiller de la proportionnelle, c’est prendre le risque que le RN s’installe pour de bon au Parlement, même si le gouvernement peut encore raisonnablement espérer le contenir, tel que cela s’est vu de 1986 à 1988, quand le Front national disposait d’un groupe de 35 députés, face à l’informelle coalition chiraco-mitterrandienne. Mais il se pourrait bien aussi qu’un jour, grâce ou à cause du maintien du scrutin majoritaire, un RN parvenant à briser le fameux plafond de verre puisse disposer d’encore plus de pouvoir que prévu.

Pour tout arranger – pandémie oblige -, le gouvernement songerait à ajourner les élections régionales et départementales, prévues pour ce mois de mars et déjà repoussées en juin. Ce qui commence à faire beaucoup et fait dire à un président de conseil régional, cité par Le Figaro de ce jeudi 18 mars : « Emmanuel Macron avait inventé les commerces non essentiels, il crée désormais les élections non essentielles. »

Bref, si l’Élysée maintient ces deux élections, il sera taxé d’irresponsabilité sanitaire. S’il les reporte, il prend le risque d’être suspecté de coup d’État larvé, tout comme en refusant un peu de proportionnelle il prête le flanc à de basses manœuvres politiciennes. De quoi aggraver une paranoïa ambiante qui n’avait sûrement pas besoin de ça pour davantage énerver un peuple déjà au bord de la crise de nerfs.

Nicolas Gauthier

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

De la francophonie à la francité

20 Mars 2021, 13:02pm

Publié par Thomas Joly

Ce samedi 20 mars, c'est la journée de la Francophonie.

L'organisation internationale (OIF) qui prétend en être l'expression pourrait être, s'il existait une volonté nationale et un État digne de ce nom, une machine puissante de développement offensif de la langue française dans le monde en même temps qu'une arme de force au service du rayonnement et de l'influence de notre pays.

Hélas ! Regroupant 88 États dont plus de la moitié ne sont ni francophones ni francophiles, ni même liés à nous par un destin commun — les Emirats arabes unis, le Qatar, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Mexique, la Bosnie, par exemple — cette institution molle et sans effet autre que la dilapidation de notre argent public et le reclassement de caciques du régime battus aux élections ou de Hauts-fonctionnaires en mal de sinécure, consacre désormais le plus clair de son temps à la promotion des droits-de-l'homme, du développement durable, de la défense des minorités, des questions climatiques et de l'accueil des réfugiés.

La droite nationale au pouvoir devra procéder à la dissolution pure et simple de cette organisation fantoche et la remplacer par un outil efficace, de rang ministériel, porté par un projet ambitieux au service global de notre langue française, de notre civilisation française, de notre esprit français, de nos intérêts français, culturels, économiques et politiques, de notre grandeur française.

Ce projet, c'est la Francité.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

J'ai reçu ma dose de « Radjaïdjah » !

20 Mars 2021, 10:08am

Publié par Thomas Joly

Une rumeur veut que dans notre sympathique petit microcosme des amis de Synthèse nationale, de Présent, du PdF et de TV Libertés, je sois « un grand voyageur ». Cette réputation flatteuse est, à mon sens, un peu surfaite encore que, c’est vrai, j’ai bourlingué pas mal en touriste engagé et averti de la Nouvelle-Zélande à la Laponie, de Moscou à Denver, de Copenhague à Phnom-Penh, de Barcelone à Ho-Chi-Minh ville, - pardon, Saigon ! -, de Nouméa à Pretoria ou encore de Mexico à « mon » Argentine des Perón, sans oublier ni le Brésil, ni le Proche-Orient « bien compliqué ».

Or, avec l’irruption depuis une bonne année de ce foutu virus chinois dans les deux hémisphères, se déplacer à l’étranger revient à résoudre la quadrature du cercle ! Pour pouvoir sortir de l’hexagone et faire encore quelques petits reportages de « choses vues », J’ai donc dû me résoudre à me faire vacciner ce vendredi 19 mars - date sinistre s’il en est - en espérant qu’elle ne me portera pas la poisse ! Je me suis donc fait injecter le « Radjaïdjah », vous savez, « le poison qui rend fou » comme le dit l’infecte Mitsuhirato en piquant Tintin page 23, dans l’inoubliable album d’Hergé, Le Lotus Bleu édité chez Casterman !

Alors, s’il me pousse des écailles ou des nageoires, ou que je doive faire, moi aussi, mon coming out pour changement de sexe, je vous le dirai !

Sauf nécessité absolue et beaucoup de contacts humains rendus obligatoires par votre profession, il est peut-être urgent d’attendre et d’observer les éventuelles retombées négatives ou positives, de la vaccination au Pfizer sur les cobayes dont, désormais, je suis. Ou, mieux, guetter l’arrivée attendue sur le marché de nouveaux vaccins dont, cocorico, le nôtre, bien enrubanné de tricolore, ou encore le Spoutnik russe. Un comble, la Russie venant au secours de l’Union européenne alors qu’elle fit trembler tout l’occident pendant plus d’une bonne moitié du XXe siècle, quelle revanche ! Quant à l’Astra Zenica, victime d’une mauvaise presse reposant sur d’alarmants constats à vérifier, attendons de voir ses effets sur monsieur Castex « qui s’est jeté à l’eau », et n’en parlons pas par charité chrétienne !

En attendant, le grand Pasteur doit se retourner dans sa tombe en voyant dans quelle mélasse se débat sa patrie.

Jean-Claude Rolinat - Membre du Bureau politique du Parti de la France

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°611

19 Mars 2021, 07:55am

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : Jean Castex et le pape François qui s'en prennent à Marine Le Pen, la Macronie face au Covid, Israël et la pandémie, l'UNEF syndicat anti-Blancs, les émeutes ethniques à Blois, conseils de lecture.

Voir les commentaires

Le 19 mars 1962, la république offre l'Algérie aux terroristes communistes et musulmans

19 Mars 2021, 07:50am

Publié par Thomas Joly

Bruno Hirout, Secrétaire général du Parti de la France : « Le 19 mars 1962, la république offre aux terroristes communistes et musulmans une création de la France : l'Algérie. Aujourd'hui "l'indépendance" est une telle réussite que les Algériens viennent vivre en France, et ils ont le toupet de nous accabler de reproches ! Quelle indécence... Que crève ce régime pourri, que soient expulsés tous ces ingrats, et que revive la France ! »

Voir les commentaires

Décadence : comment abandonner ses libertés sans s’en rendre compte

19 Mars 2021, 07:37am

Publié par Thomas Joly

Il est de plus en plus clair que nous assistons aujourd’hui, éberlués, à la mise sous séquestre de nos libertés fondamentales. Nos libertés sont confisquées, soumises à un chantage sanitaire. Nos biens, notre droit de propriété, seront demain saisi sous couvert de la dette. Tout ce que nos ancêtres avaient acquis, au prix de sacrifices, nous est retiré, sans que nous semblions en mesure de réagir.

Mais tout cela entre dans l’ordre des choses. Les techniques évoluent, les lois qui régissent la vie humaine restent. La liberté ne tient que pour des peuples responsables, qui assument leurs actes, suffisamment éduqués pour savoir ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. Quand des idéologies fumeuses sèment la confusion dans les esprits, plus rien ne tient. Quand le vulgaire vient railler le noble, quand le laid prétend valoir autant que le beau, quand la fainéantise obtient des droits sur les fruits de ceux qui travaillent, quand le narcissisme est érigé en valeur suprême, quand la lâcheté l’emporte toujours sur le courage, quand le vice se pose en vertu, le peuple ne sait plus ce qui est bon, et ce qui ne l’est pas.

Dans le chaos et la confusion qui règnent, les gens se réfugient dans une quête effrénée de plaisirs et loisirs futiles, et oublient tout cela dans des addictions en tous genres. Puisque plus rien ne tient debout, puisque l’avenir est bouché, puisque la société est atomisée, autant vivre pour soi, et dans l’instant présent. Puisque tout est permis, on se permet de faire tout et n’importe quoi. Et quand on se retrouve le nez dans le mur, l’assistanat est là pour nous sauver de nos propres turpitudes : ceux qui, malgré tout, s’efforcent de bien faire se retrouvent ainsi convoqués pour venir au secours de ceux qui se perdent dans des libertés factices et illusoires.

C’est cet homme postmoderne blasé, athée, sans idéal ni valeurs cardinales, perdu dans un océan de relativisme, qui ne sait plus ce qu’il doit faire. Et qui ne fait plus rien, même lorsqu’on lui enlève l’essentiel. Est-il d’ailleurs en mesure de comprendre ce qui est essentiel, et ce qui ne l’est pas ? Se rend-il vraiment compte de ce qui se passe, ou se berce-t-il dans le confort d’illusions qui voudraient que la fête décadente reprendra de plus belle en temps voulu ?

Y a-t-il encore assez de gens réalistes, responsables, déterminés, pour pouvoir arrêter ce désastre ? Telle est la grande question qu’il faut désormais se poser, dont la réponse conditionnera la survie de notre civilisation.

Olivier Piacentini

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Joe Biden multiplie les signes de démence sénile

19 Mars 2021, 07:27am

Publié par Thomas Joly

Un discours de Joe Biden le jeudi 18 mars a été ponctué d’une nouvelle bourde. La vice-Présidente Kamala Harris a été qualifiée de Présidente par le chef de l’État.

Cette gaffe du Président n’est pas la première. En décembre, il avait déjà qualifié à tort Harris de « Présidente élue », également lors d'un discours sur les vaccins contre le Covid-19.

« Je l'ai pris pour instiller la confiance du public dans le vaccin. La Présidente élue Harris a pris le sien aujourd'hui pour la même raison », avait-il déclaré.

Oubli du nom du chef du Pentagone

Il y a dix jours, le Président américain avait de nouveau donné l’impression qu’il souffre de problèmes de mémoire.

En annonçant, le 9 mars, la nomination de deux femmes générales affectées à la direction des commandements militaires américains, Joe Biden avait soudainement perdu le fil de ses pensées.

« Je tiens à remercier l’ancien général. Je continue de l’appeler général, mais mon… le gars qui dirige cette équipe là-bas », s’était-il hasardé en faisant vraisemblablement référence au secrétaire à la Défense Lloyd Austin se trouvant à deux pas de lui.

Les bourdes successives du Président américain et le fait qu’il n’ait donné aucune conférence de presse depuis son investiture, promise pour «les prochaines semaines, avant la fin du mois», versent de l’eau au moulin de ceux qui parlent de son mauvais état de santé, potentiellement d’une incapacité à diriger le pays.

Poutine lui souhaite une bonne santé

Après que Joe Biden a dit penser que son homologue russe Vladimir Poutine était « un tueur », et a promis qu'il en paierait « le prix », ce dernier lui a souhaité « une bonne santé ».

Source : http://fr.sputniknews.com

Voir les commentaires

Reconfinement : un crime d'État contre notre économie et nos commerçants

19 Mars 2021, 07:11am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Éric Zemmour dit la vérité sur les « migrants mineurs isolés » : le CSA extorque 200.000 € à CNews

19 Mars 2021, 07:07am

Publié par Thomas Joly

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a sanctionné ce jeudi CNews, la chaîne d’info du groupe Canal+, d'une amende de 200.000 euros pour « incitation à la haine » et « à la violence ».

Les propos ont été tenus le 29 septembre, lors d’un débat de l’émission « Face à l’info » dédié à la question des migrants mineurs isolés après l’attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo. À l’antenne, Eric Zemmour avait déclaré :  « Ils n’ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu’ils viennent. »

Source : http://lalettrepatriote.com

Voir les commentaires

Macron décide, Castex annonce, les Français subissent

18 Mars 2021, 20:37pm

Publié par Thomas Joly

Débordé par les évènements, incapable de faire face aux circonstances, totalement incompétent dans sa gestion de la crise, infoutu depuis un an que dure la crise de renforcer les capacités hospitalières et d'entamer un redressement de la dérive létale dans laquelle les gouvernements successifs de droite comme de gauche ont laissé, ces trente dernières années, s'enfoncer le système médical et pharmaceutique français, l'Exécutif ordonne un nouveau serrage de vis. Un serrage de vis, complexe dans sa compréhension, inepte dans son principe et hasardeux dans son application, dont vont, une fois de plus, souffrir plusieurs millions de nos compatriotes sommés, quant à eux, de serrer les dents, et des dizaines de milliers de petites entreprises, tous considérés par le pouvoir comme de simples variables d'ajustement.

Condensé de toutes les tares accumulées d'un régime désormais crépusculaire, ce gouvernement doit savoir que les Français ne lui pardonneront ni de les avoir, durant des mois, enfermés derrière les barbelés sanitaires et privés de leurs libertés non seulement fondamentales mais élémentaires, ni les conséquences économiques de ses carences, ni de les avoir humiliés en tant que peuple aux yeux du monde entier.

En 2022, pour cette raison et pour toute les autres - incapacité à maintenir l'ordre et assurer la sécurité, submersion migratoire, effondrement démographique, dégradation morale, iniquité sociale, dislocation nationale, effacement de la France dans le monde - il faudra, d'une manière ou d'une autre, et « quoi qu'il en coûte » pour reprendre une expression chère à Macron, les virer.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Oui à la dissolution de l'UNEF !

18 Mars 2021, 07:35am

Publié par Thomas Joly

Oui à la dissolution de l'UNEF !

Oui à la dissolution de l'UNEF ! Ce n'est plus un syndicat étudiant mais une officine indigéniste, pro-musulmane et anti-française.

Voir les commentaires

18 mars 1871 : la Commune de Paris commence

18 Mars 2021, 07:33am

Publié par Thomas Joly

Il y a 150 ans débutait la Commune de Paris, période insurrectionnelle et meurtrière qui dura 71 jours dans la capitale.

Nationalistes et nationaux ne peuvent qu'être partagés.

D'un côté, le peuple résistant, la foi patriotique, le refus de l'étranger, la volonté sociale, le colonel Rossel. De l'autre, l'anti-chistianisme acharné, les incendies, les exactions, la chienlit révolutionnaire des internationalistes, l'ignoble Louise Michel, les redoutables blanquistes...

D'un côté le mur des Fédérés et l'ombre sanglante de la bourgeoise thieriste, de l'autre le chaos.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires