Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La nouvelle variante du Covid n'est pas plus virulente, nos dirigeants se sont encore excités pour rien

23 Décembre 2020, 11:27am

Publié par Thomas Joly

Entendue hier sur Europe 1, une remise en cause des propos alarmistes de Boris Johnson sur le nouveau variant. D'abord annoncé comme un mal encore pire que l'original qui est lui-même présenté depuis 9 mois comme la nouvelle peste, on apprend grâce à Europe 1 que dans l'entourage de Macron on commence à faire retomber la pression.

Les scientifiques français qui conseillent le président ont épluché les rapports sur ce nouveau variant et n'ont finalement rien vu qui soit de nature à créer une panique particulière, rien qui démontre que la nouvelle souche soit plus virulente que sa version originelle.

C'était bien la peine de faire tout ce foin pour un pétard mouillé. Cela confirme ce que je pense depuis des mois : il n'y a plus de chefs d'État dans nos pays, il n'y a plus d'adultes, seulement une bande d'opportunistes médiocres et sans talent arrivés au pouvoir grâce à l'abaissement du niveau général dans tous les domaines, et grâce aux réseaux qui sont capables de faire de n'importe quelle chèvre un président de la République.

Au final, nous nous retrouvons avec des exaltés, des excités, des névrosés incapables de réagir dignement et proportionnellement, c'est-à-dire tout sauf des chefs d'État.

Jonathan Sturel

Voir les commentaires

Disparition de Michel Bougro

22 Décembre 2020, 20:16pm

Publié par Thomas Joly

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès survenu soudainement aujourd'hui de Michel Bougro, militant francilien du PdF depuis sa création, membre de notre Conseil national.

Le Parti de la France adresse ses condoléances à ses proches et en particulier à Huguette, son épouse, également fidèle militante de notre mouvement.

Voir les commentaires

Trump trahi par l’appareil républicain, ralliement des élites au « Great Reset »

22 Décembre 2020, 11:19am

Publié par Thomas Joly

Pas facile de mettre ses idées en ordre dans une telle confusion et dans un tel flot de désinformation. Pourtant, il vient un moment où il faut se rendre à l’évidence et mesurer quelles vont être les conséquences du rejet de Trump par les siens et surtout du ralliement au Great Reset de tout l’appareil politico-judiciaire américain, aussi bien démocrate que républicain, ainsi que des deux bourgeoisies, conservatrice et progressiste. 

Vendredi dernier, dans la nuit, réunion cruciale à la Maison Blanche. Objet : la stratégie d’ici le 20 janvier, la saisie des machines à voter et la nomination de Sidney Powell en tant que conseiller spécial pour la fraude électorale. Étaient présents plusieurs conseillers de Trump à la Maison Blanche, tous républicains et nommés par lui ; dont son chef de cabinet Mark Meadows ainsi que Pat Cipollone chef du service juridique d’un côté ; ses conseillers extérieurs de l’autre : Sidney Powell, le Général Flynn ainsi que Rudy Giuliani au téléphone. 

La presse dénonce un éventuel recours à la loi martiale et son rejet par les conseillers républicains de Trump. Le Wall Street journal, le New-York Times et derrière eux toute la presse main stream ont immédiatement affirmé que le recours à la loi martiale avait été évoqué par le Général Flynn et qu’il aurait été rejeté par les conseillers politiques de Trump. Vraies ou fausses, ces révélations dues à des fuites, donc à des trahisons parmi les participants républicains, vont avoir un double effet. Celui d’imputer à Trump l’intention de réaliser un coup d’État militaire et donc de susciter la panique et le rejet, mais surtout de rendre publique la trahison des ses propres conseillers et par là, de sonner la retraite dans son propre camp.

Le message est particulièrement clair pour tout le camp républicain : Trump est abandonné de tous, ne soyez pas les derniers à quitter le navire, faites tous allégeance au Great Reset.

La trahison de l’appareil républicain, nouvel avatar après la défection de la Cour Suprême. En refusant la nomination de Sidney Powell, en refusant la saisie des machines à voter, en se rangeant du côté des démocrates, et en poussant Trump à concéder sa défaite, ses conseillers l’ont publiquement abandonné et trahi. 

Un épisode catastrophique, un tweet de Trump en forme de démenti qui finit de jeter le trouble.

La question a-t-elle été évoquée ? Toujours est-il que les assertions de la presse l’ont obligé à démentir. Il est maintenant certain que cet épisode et ce tweet vont déstabiliser l’opinion, cristalliser le rejet de Trump chez les uns et jeter le trouble chez ses supporters qu’il a appelés à une mobilisation massive pour le 6 janvier. C’est donc un épisode catastrophique, dont on voit mal comment l’actuel Président va pouvoir se relever. Dans une telle confusion, trahi par son camp et par tout l’appareil politique et judiciaire du pays, comment poursuivre le combat, comment envisager encore le recours à la loi martiale ? 

Trump trahi par les siens réussira-t-il à fédérer le peuple américain et l’armée autour de lui pour abattre l’État profond auquel s’est rallié l’appareil politique républicain ? Il le faudrait, mais rien n’est désormais moins sûr. 

Confusion totale, incertitude sur la sortie de crise. Il faut se rendre à l’évidence, pratiquement tous les recours légaux ont été rejetés ou mis en échec par la technostructure judiciaire, aussi bien démocrate que républicaine, qui a pris le parti d’écarter définitivement Trump malgré la fraude massive. Il semble donc qu’il n’y ait plus aucune solution judiciaire à ce stade, ni le temps nécessaire pour conduire les recours. 

Vers la guerre civile aux États-Unis ? La question se pose. Réponse en 2021.

Conséquences du ralliement de l’appareil politico-judiciaire républicain au Great Reset et mise en perspective. Aux États-Unis, cet épisode consacre définitivement le ralliement de tout l’appareil politico-judiciaire et des deux bourgeoisies, aussi bien démocrate que républicaine, au projet mondialiste et au Great Reset. Une fois encore les deux bourgeoisies, de gauche et de droite, se rejoignent pour la préservation de leurs intérêts de caste contre le peuple. 

Le phénomène est identique à celui qui s’est produit en France lors de la sortie de la crise des Gilets jaunes, où la bourgeoisie orléaniste s’est ralliée à Macron et au projet mondialiste.

Au-delà, à quelques rares exceptions, le phénomène est mondial. Toute l’Europe suit le même mouvement. Ainsi, les Britanniques, qui avaient voté pour le Brexit en espérant retrouver leur souveraineté, sont en train de subir des évolutions législatives encore pires que celles anciennement venues de Bruxelles ; notamment en matière d’immigration, mais pas seulement. Trahie par sa classe politique, la Grande-Bretagne est littéralement en train de se mettre, par avance, en conformité avec les exigences de Davos.

Great Reset, fusion terminale des deux versants du matérialisme vers un monde totalitaire. La Chine a déjà réussi le prototype de la fusion des deux versants du matérialisme : dialectique par la dictature du peuple et le parti unique pour la masse et hypercapitaliste sous contrôle du parti unique pour une infime minorité. Cette fusion s’est accompagnée de la mise en place d’un contrôle d’État totalitaire : fichage généralisé, données personnelles numérisées, reconnaissance faciale, système d’évaluation par points et droits et libertés en fonction du score personnel. 

De son côté, le Great Reset vise à parfaire ce système et à l’étendre au reste du monde.

Tout est en train de définitivement se mettre en place.

Partout, les bourgeoisies conservatrices rallient le Great Reset afin de préserver leurs intérêts de caste contre les peuples.

Martin Moisan

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Le combat antiraciste, bouée de sauvetage des sportifs en perdition !

22 Décembre 2020, 10:56am

Publié par Thomas Joly

Le sport est un élément central de l’espace social. Il était donc écrit qu’il serait, lui aussi, instrumentalisé et dévoré par tous les pseudo-combats sociétaux qui ont pourri une année 2020 déjà cauchemardesque pour bien d’autres raisons.

Soutien à George Floyd, aux Ouïghours, hostilité à l’égard de Trump : de nombreux sportifs ont sauté dans le train en marche, à coups de hashtags sur Twitter, d’écrans noirs sur Instagram, de poings levés, de minutes de silence et autres incantations réservées aux causes planétaires de la pensée libérale libertaire. On imagine le désarroi de Mohamed Ali, contemplant depuis le ciel le combat de sa vie, l’antiracisme originel, devenir un mot de passe prononcé par des usurpateurs égocentriques pour rester visibles et fréquentables. Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

Tandis qu’Alain Delon, Brigitte Bardot et Gérard Depardieu s’illustrent régulièrement par leurs sorties médiatiques sans filtres, Juliette Binoche, Marina Foïs et Corinne Masiero sont de toutes les pétitions pour les migrants, les combats MeToo et les marches pour le climat. Les premiers sont protégés par leur talent et leur carrière, qui leur confèrent liberté de parole et indépendance d’esprit ; tandis que les seconds doivent payer leur dîme, pour obtenir des rôles dans des téléfilms politisés. Leur fragilité et leur vulnérabilité les condamnent à sucer la roue et aboyer avec la meute, sous peine d’exclusion et de disparition.

Cette clé d’analyse est tout à fait transposable au sport de haut niveau. Tony Parker, Teddy Riner, Zinédine Zidane, Stéphane Diagana, Thierry Dusautoir ont écrit les plus belles pages du sport tricolore et figurent parmi les personnalités préférées des Français, totalement indifférents à la couleur de leur peau. Sans doute parce que l’anticipation dont ils ont fait preuve pendant leur carrière (diplômes, investissements, projets de reconversion) et leur discrétion leur permettent d’exister sans avoir à donner des gages, contrairement à d’autres, qui nous parlent à longueur d’année de races, de racisme systémique et de discrimination.

Ces polémiques racialistes sont le lot des anciens sportifs à la reconversion ratée (Lilian Thuram, Vikash Dhorasoo), ceux dont la carrière pas encore achevée est en déliquescence (Thierry Henry, Jo-Wilfried Tsonga, Demba Ba), les américanisés déconnectés (Tony Yoka, Yannick Noah, Antoine Griezmann), ceux qui tentent de se faire un prénom (Marcus Thuram, Joachim Noah) ; et toute la clique de consultants et chroniqueurs qui, pour conserver leur strapontin à « Stade 2 » ou au « Canal Football Club », doivent souscrire aux vagues d’indignation antiracistes ou feindre l’émerveillement devant le football féminin et le handisport.

Au crépuscule de sa vie, Nietzsche a constaté que « se formait une nouvelle classe d’esclaves, et qu’il fallait veiller à ce qu’elle s’accompagne d’une nouvelle noblesse ». Les idiots utiles du politiquement correct, ces corps rampants, gluants d’obéissance, de tolérance et de conformisme, épousant mécaniquement toutes les lubies et idéologies du moment, sont les esclaves d’aujourd’hui. Ceux qui restent debout et gardent la tête hors de l’eau en seront demain les maîtres.

Jérémy Bouhy

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

« Les capacités de production d'énergie pour entretenir un parc automobile électrique n'existent nulle part »

21 Décembre 2020, 14:35pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

100 % des messages antisémites contre Miss Provence sur Twitter sont le fait d'arabo-musulmans

21 Décembre 2020, 11:20am

Publié par Thomas Joly

La nouvelle première dauphine de l'élection Miss France serait d'origine juive et son élection a manifestement provoqué un flot de messages hostiles dans cette fosse à purin qu'est Twitter. Entraînant forcément un certain nombre de tweets de personnalités politiques qui toutes dénoncent « la haine antisémite ». Une fois de plus, cette clique de politicards prend la pose pour se faire mousser mais ne fait que la moitié du boulot.

Pour être sérieux et crédible, il faudrait préciser que 100 % des messages antisémites contre cette Miss sont le fruit d'arabo-musulmans.

Chaque fois qu'une personnalité politique se plaint de l'antisémitisme, elle valide un schéma de pensée qui aboutit à la réduction de la liberté d'expression en France par l'instauration de lois liberticides. Ce schéma se sert du souvenir de la guerre et des camps pour nourrir l'antiracisme qui, en tant que force d'oppression, accouche de privations et de toujours plus de contrôle de la pensée. Or, ce sont les Français, c'est vous, c'est moi, qui ensuite doivent supporter d'être les citoyens d'un pays qui organise la fin de la liberté d'expression. Par principe, c'est insupportable, y compris pour ceux qui n'ont pas l'intention de diffuser des idées ou des discours antisémites. C'est par principe, c'est en soi qu'il est insupportable d'être le citoyen d'un pays qui organise la fin de la liberté d'expression.

Mais pire encore : ce discours accouche aussi du délire oppressif qui va jusqu'à interdire aux Français de se plaindre de l'immigration, de la refuser. Parce que s'en plaindre, d'après leur équation, revient par ricochets et par associations à ne pas respecter le martyr juif de la guerre. Oui, c'est complètement débile et invraisemblable, mais c'est réellement de cette façon que les élites ont obtenu que nous ne puissions plus critiquer l'immigration sans subir des foudres judiciaires.

Tout ça pour dire que j'accuse tout politicien qui se plaint des messages contre la Miss sans préciser le profil sociologique des coupables, d'être des traîtres qui acceptent qu'en dernière analyse la France devienne une dictature de la pensée dont les premières victimes sont les Français alors que les premiers coupables sont des étrangers.

Jonathan Sturel

Voir les commentaires

« Vous le voyez venir le 3e confinement et la terreur sanitaire permanente ? »

20 Décembre 2020, 19:25pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Projet de revenu universel à l’Assemblée : le massacre des classes moyennes

20 Décembre 2020, 18:36pm

Publié par Thomas Joly

Un groupe de 47 députés, principalement issus de la majorité, vient de dévoiler un embryon de projet de revenu universel, relate LCP. Le principe serait le suivant : on verserait à tous à partir de 18 ans une somme proche de l’actuel RSA et en échange chacun paierait dès le premier euro 32 % de ses revenus à l’État. Les détails manquent, mais quelles que soient les modalités adoptées, les classes moyennes trinqueront. En effet, donner 500 euros par mois aux quatre millions de jeunes de 18 à 25 ans qui ne travaillent pas, coûterait 24 milliards qui seraient financés par l’impôt sur le revenu (IR). Or ce dernier ne rapporte que 76 milliards d’euros. Il faudrait donc au minimum augmenter l’IR d’un tiers. Mais allons plus loin dans l’étude de cet avant-projet de revenu universel.

Actuellement, 90 % de contribuables ont un taux de prélèvement de l’IR inférieur à 9 % et 0,7 % des plus aisés ont en moyenne un taux de 21 %. Passer à 32 % ne sera pas anodin, même si on verse un RSA en compensation. 16,5 millions de foyers fiscaux imposés ont un revenu annuel moyen de 40.000 euros et 21,4 millions non imposés un revenu annuel moyen de 12.479 euros. La masse totale des revenus est donc de 927 millions d’euros. Un taux de prélèvement de 32 % rapporterait 297 milliards d’euros. En soustrayant les 76 milliards de l’impôt sur le revenu actuel (le financement de l’État doit rester le même), il resterait 221 milliards d’euros pour le RSA pour tous auquel on peut rajouter les 11 milliards du RSA actuel et les 10 milliards de la prime d’activité soit un total disponible de 242 milliards.

52 millions de Français sont âgés de plus de 18 ans. Si on partage les 242 milliards entre eux, chacun recevra 4.650  euros annuels soit 387 euros mensuels, somme inférieure au RSA actuel de 565 euros. J’ignore la formule retenue à ce stade de réflexion, mais il existe deux solutions : soit verser 350 euros par mois à chaque Français majeur et compléter jusqu’à 565 euros pour les jeunes et les RSA actuels, soit verser 500 euros mensuels par foyer fiscal et compléter pour les RSA actuels. Nous allons choisir la deuxième solution, qui est en cohérence avec la doctrine fiscale actuelle et est la plus favorable aux classes moyennes. Et nous supposerons que le taux sera uniforme à 32 % (On ne pourra guère le moduler).

Actuellement, un contribuable au revenu moyen de 1.620 euros mensuel paye 770 euros d’IR. Avec la réforme il ne paierait plus que 220 euros. Un contribuable qui gagne 2.000 euros par mois paye actuellement 1.220 euros d’IR. Il paierait avec la réforme 1.680 euros. À 3.000 euros mensuels les chiffres sont actuellement 3.815 d’IR et de 5.520 euros après la réforme ! À 4.500 euros par mois on paye 8.675 euros d’IR en 2020 et après cette réforme 11.280 euros ! Un dernier chiffre : un contribuable ayant un revenu annuel, certes confortable, de 100.000 euros paye 22.910 euros d’IR en 2020, il paierait avec cette réforme 26.000 euros. On retrouve les 33 % supplémentaires évoqués au début pour ceux qui payent l’IR. C’est tout bonnement insupportable et projet doit être jeté à la poubelle.

Christian de Moliner

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Miss France 2021 : une jeune femme qui incarne à la perfection la grâce et l'élégance française

20 Décembre 2020, 08:13am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Adhérez ! Faites un don ! Aidez le Parti de la France à défendre notre peuple et notre Nation !

19 Décembre 2020, 18:35pm

Publié par Thomas Joly

Depuis plus de dix ans, le Parti de la France défend les valeurs salvatrices de la droite nationale qui ne se renie pas et qui ne trahit rien.

Le Parti de la France est bien connu des journalistes politiques qui en parlent dans leurs livres, mais ils s'abstiennent pourtant d'en parler dans leurs médias. Pourquoi cette omerta médiatique ? Pourquoi cette censure ?

Parce que nous sommes des hommes libres, parce que nous ne sommes pas soumis au politiquement correct, parce que nous refusons d'abandonner nos principes dans l'espoir de grappiller quelques minutes d'exposition médiatique.

Il existe une façon de faire voler en éclats cette omerta médiatique, c'est d'aider le Parti de la France à continuer de se présenter aux élections, à continuer de diffuser les saines idées de la droite nationale partout dans le pays via ses sections militantes.

Pour nous aider à casser le carcan du politiquement correct, pour nous aider à rendre la France aux Français, faites un don au Parti de la France ! Adhérez !

De plus, comme vous le savez sûrement déjà, 66 % de votre don vous est remis en déduction fiscale si vous payez des impôts.

Vous pouvez compter sur nous pour porter haut et fort les valeurs du camp national, nous comptons sur vous pour nous appuyer dans cette entreprise.

Bruno Hirout - Secrétaire général du Parti de la France

Pour faire un don ou adhérer (simple : 30 €, soutien : 50 €, honneur : 150 € ou plus), voici la marche à suivre :

  • par chèque à l’ordre de « Mandataire financier du PdF » en adressant votre courrier au Parti de la France, 76 rue de la Pompe, 75016 Paris
  • par virement à l’ordre de « Mandataire financier du PdF » sur le compte bancaire LCL FR46 30002 00453 0000691807 F 22 Paris Anjou

N'oubliez pas d'indiquer vos coordonnées.

Voir les commentaires

Commedia dell'arte : Emmanuel Macron se filme lui-même en isolement !

19 Décembre 2020, 11:14am

Publié par Thomas Joly

Pitoyable mise en scène de Macron.

Depuis l'endroit où il est en quarantaine, il publie une vidéo enregistrée avec son téléphone, façon « selfie », une façon de mettre en scène une fausse réalité dans laquelle personne ne peut approcher le président, un peu comme s'il était carrément radioactif. N'importe quoi.

Sa vidéo est pitoyable parce qu'il surjoue son personnage d'homme malade en parlant lentement et faiblement. On dirait un gamin qui fait du théâtre devant ses parents pour obtenir de rater l'école. Ou un employé qui feint un mal de tête carabiné au boulot pour pouvoir rentrer chez lui et qui se sent obligé d'en faire des tonnes devant les collègues en se tenant la tête et en titubant.

Puis, le naturel reprend le dessus et sa vidéo larmoyante se transforme en spot publicitaire : « Dès que j'ai été testé positif, j'ai entré l'information dans l'application TousAntiCovid ».

Il dit aussi que tout le monde peut attraper le virus, même lui qui respecte scrupuleusement les gestes barrières et la distanciation, alors que toute la presse expose au public qu'il était la veille de l'annonce de sa contamination à la même table qu'un nombre de personnes plus important que celui qu'on nous demande d'observer. Plusieurs photos circulent où nous le voyons souvent à proximité d'autres personnes, sans son masque. Donc non, il n'est pas sérieux de sa part d'oser nous dire ensuite qu'il respecte les gestes qu'il impose aux autres.

Il évoque ses symptômes : il est fatigué et il a mal à la tête. Waouh ! l'horreur, quasiment la peste bubonique ! Est-ce que tout cela est sérieux ? Le président qui en train de subir le quinquennat le plus sportif depuis des dizaines d'années est fatigué ! Incroyable ! La médecine ne comprend pas !

Bon sang mais existe-t-il une seule situation où ce type pourra espérer être crédible un jour ?

Jonathan Sturel

Voir les commentaires

Toujours plus fort : Jérôme Salomon appelle les Français qui le peuvent à manger en extérieur à Noël

18 Décembre 2020, 06:46am

Publié par Thomas Joly

Jérôme Salomon a donné lors d’un récent point épidémiologique quelques conseils aux Français qui comptent dîner en famille pour Noël. Pour lutter contre le Covid-19, le directeur général de la Santé encourage notamment ses concitoyens à manger en extérieur.

« Plus on est nombreux, plus on reste longtemps à l’intérieur, plus on prend des risques. […] Il y a des gens en France qui vivent dans des régions tempérées, qui peuvent même avoir la chance de manger dehors, c’est toujours mieux », a-t-il déclaré.

Source : http://tvlibertes.com

Voir les commentaires

Bon vent Jean-Pierre et merci !

18 Décembre 2020, 06:43am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Tyrannie sanitaire : le professeur Perronne démis de ses fonctions et poursuivi

18 Décembre 2020, 06:18am

Publié par Thomas Joly

Le professeur Christian Perronne, qui depuis plusieurs mois critique la façon qu'ont les autorités de gérer la crise, vient d'être démis de ses fonctions de chef de service par Martin Hirsch, qui annonce également avoir porté plainte contre lui auprès de l'Ordre des médecins.

Pas une tête ne doit dépasser, sinon ils la coupent. C'est ni plus ni moins de l'épuration. Le message que cela envoie aux autres médecins est très clair : défiez-nous et vous êtes mort. Avec ce genre de méthode, la bureaucratie sanitaire de la République s'assure la domestication des médecins avec tout ce que cela implique comme conséquences. Lorsqu'ils seront tous absolument convaincus qu'il est vital pour eux de ne jamais sortir du discours officiel, lorsqu'ils s'interdiront, par peur des représailles, toute possibilité de discuter les décisions prises par la minorité technocratique, alors la France sera définitivement un enfer totalitaire où tout le monde, jusqu'aux médecins, sera transformé en robots dociles.

Pour ainsi créer les conditions de sa suprématie incontestable, la République doit décidément avoir une bien haute opinion de ses capacités à gérer toutes les situations. Ou au contraire une pleine conscience de sa nullité, au point de devoir faire en sorte que personne ne puisse plus la lui reprocher publiquement.

On remerciera l'armée des idiots-utiles de l'anti-complotisme, qui en nourrissant comme ils le font le murmure hostile contre certaines personnalités, favorisent ce genre de dénouement contre elles. Voilà pourquoi je critique l'anti-complotisme militant : parce que c'est une arme dont se sert le pouvoir pour couper des têtes.

Soutien total au professeur Perronne.

Jonathan Sturel

Voir les commentaires