Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le passeur de migrants Herrou blanchi : les juges ont décidé que violer la loi n’est plus un délit !

2 Avril 2021, 06:31am

Publié par Thomas Joly

Cédric Herrou, la madone des migrants, le laquais des bien-pensants, le lèche-babouches des envahisseurs, a gagné. Il est définitivement blanchi.

Il va pouvoir renforcer sa florissante petite entreprise qui va chercher des migrants en Italie, à deux pas de chez lui, et les emmène en France. Le métier de passeur a le vent en poupe. Plus que celui d’agriculteur-oléiculteur, anciennement pratiqué par Herrou.

On ne sait pas combien Cédric Herrou se fait payer. Mais qu’importe si sa notoriété éblouit tous les islamo-gauchistes ? On a la réputation qu’on peut.

Cédric Herrou aurait, pour les juges, appliqué la notion de fraternité, qui est sur tous les frontons de nos mairies, mais ne rime pas avec notre liberté de conserver la France. Ni avec l’égalité car les migrants sont bien sûr plus égaux que d’autres.

La fraternité a bon dos. À ce compte-là, les assassins de Français, les égorgeurs, les auteurs de coups de poignard, pourront invoquer la fraternité : n’est-ce pas une bonne œuvre que d’organiser la rencontre des souchiens, des occupés, des remplacés et de leur créateur, Allah ou un autre ? N’est-ce pas une bonne action envers leurs congénères sectateurs du Coran que de pourchasser l’infidèle ?

Le métier de juge de gôche a aussi le vent en poupe, surtout s’il plaît au pouvoir en place.

Cédric Herrou va pouvoir reprendre ses recherches « herratiques » et peupler la France de plus en plus de migrants.

Peu importent les péripéties juridiques ayant abouti à ce non-sens, le principe de fraternité trouve sa consécration, et désormais le volé, le cambriolé auront fort à faire pour se défendre, les squatteurs ont un boulevard devant eux, les salariés de supermarché pourront distribuer toute la marchandise gratuitement par fraternité, les banquiers piocher dans les comptes par amour du marginal, les pharmacies continuer d’envoyer leurs marchandises au Sahel. La philanthropie sera l’excuse de tout.

On n’a plus qu’à ouvrir entièrement la France à tous les miséreux de la terre, tous les bons à rien, les lève-tard, les profiteurs, les teneurs de murs, les bras cassés, les bouffeurs d’allocations, les tueurs, les islamistes et les autres.

Dans ce dossier, on peut lire dans le Figaro qu’après plusieurs procès, Cédric Herrou avait été relaxé des poursuites dans ce dossier en mai 2020, mais le Parquet de Lyon avait décidé de se pourvoir en cassation. L’avocat général avait soutenu à la première audience que Cédric Herrou avait sciemment soustrait les migrants qu’il transportait aux contrôles de police, ne pouvant ainsi se prémunir de l’« immunité humanitaire ».

Le pourvoi se basait également sur la « contrepartie » obtenue par Cédric Herrou, ses actions servant sa cause militante, écartant une volonté purement humanitaire. Ce mercredi, la plus haute juridiction de l’ordre judiciaire a mis un terme à ce dossier en confirmant la décision de mai 2020.

Il y a donc malgré tout une certaine pagaille chez les juges, qui ne sont pas du même avis. La Cour de cassation comme à son habitude, et le Conseil constitutionnel, se sont montrés frileux, et pour tout dire, lâches.

Il ne faut pas oublier non plus dans le concours de lâcheté le Conseil d’État, qui a décidé qu’il n’était pas obligatoire de nourrir ou de désaltérer un mourant.

Il est temps de mettre de l’ordre dans ces institutions et de leur rappeler nos lois et nos valeurs ainsi que ce qu’est la France.

Plébisciter Herrou qui contrevient à nos lois et dissoudre Génération Identitaire qui les applique, voilà bien toute la filouterie, l’inversion des valeurs, la trahison de la macronerie. En France, on peut donc être condamné pénalement pour avoir défendu la loi et porté aux nues pour l’avoir défiée.

La justice scie la branche sur laquelle elle est assise, qui est l’application de la loi. Tous ces juges ont perdu leur raison d’être et devraient être congédiés.

Sophie Durand

Source : https://ripostelaique.com/herrou-blanchi-les-juges-ont-decide-que-violer-la-loi-nest-plus-un-delit.html

Voir les commentaires

Émilie Koenig, la djihadiste bretonne qui ne « voit pas pourquoi elle devrait aller en prison »

2 Avril 2021, 06:04am

Publié par Thomas Joly

En février dernier, une équipe de France 3 en reportage dans le camp de Roj a pu rencontrer discrètement Émilie Koenig, la recruteuse de Daech emprisonnée depuis 2017 dans un camp syrien après avoir été capturée par les Kurdes : celle-ci a confirmé que ses enfants avaient été rapatriés en janvier dernier, soignés et placés dans des familles d’accueil. « Ma petite, elle est malade. Elle a des problèmes respiratoires. Je ne veux pas les garder avec moi dans ces conditions-là. Mon fils, il doit rentrer en CP en septembre. » On croit rêver… La France, pour cette Bretonne qui aujourd’hui se souvient opportunément de ses origines, c’est tout au plus un distributeur automatique de soins, d’allocations, d’instruction. Comment lui en vouloir, quand la France donne au monde entier ce qui, dans un pays sain, ne devrait être réservé qu’à ses propres enfants ?

Ces jours-ci, dans un entretien accordé à l’AFP, elle expliquait vouloir rentrer en France, retrouver ses enfants, suivre une formation… Un scénario digne de La petite maison dans la prairie version islamiste. « Je ne vois pas pourquoi j’irais en prison. Je trouve que c’est injuste, parce que je n’ai rien fait, je n’ai pas de sang sur les mains. » Ou encore : « Je veux retourner en France, je veux revoir mes enfants, j’aimerais que la France soit conciliante par rapport à ça. »

Comme posture victimaire, on a rarement vu plus indécent.

Car, au fait, qui est Émilie Koenig ?

Fille de gendarme, issue d’une famille nombreuse de Lorient, cette Bretonne deux fois veuve et mère de cinq enfants se convertit à l’islam et se radicalise au contact de son premier mari algérien, emprisonné pour trafic de drogue. « Elle apprend l’arabe, se fait appeler Samra, se voile entièrement et, au contact du groupe islamiste nantais Forzane Alizza, elle commence sa radicalisation », raconte France 3 Bretagne. Commencent alors une série de manifestations et de provocations, de l’agit-prop islamiste : appels au djihad, refus d’enlever son niqab lors d’une convocation au tribunal – le tout théâtralisé, filmé et diffusé sur les réseaux sociaux -, propagande sur les réseaux sociaux, recrutement pour le djihad, puis départ en Syrie en 2012, en laissant deux enfants en France. L’appel à combattre la France et tout ce qu’elle représente était alors bien plus fort que son instinct maternel. Elle apparaît alors dans des vidéos de propagande de l’État islamique.

Le rôle de pleureuse qu’elle joue actuellement pour rentrer en France n’est donc pas très crédible.

Dans le reportage de France 3, elle nie que ses enfants rapatriés, et dont elle n’a aucune nouvelle, puissent être embrigadés par les islamistes. C’est pourtant elle qui, en 2013, avait envoyé un message à ses aînés restés en France : « N’oubliez pas que vous êtes musulmans. Le djihad ne cessera pas aussi longtemps qu’il y aura des ennemis à combattre. ». Elle a également appelé à s’attaquer aux femmes des militaires français en poste au Mali : sa haine de la France n’a aucune limite.

Elle est évidemment très bien connue des services secrets français et américains.

Enfin, depuis 2014, elle est listée par le Conseil de sécurité des Nations unies « comme associée à Al-Qaïda pour avoir concouru à financer, organiser, faciliter, préparer ou exécuter des actes ou activités de l’organisation État islamique d’Iraq et du Levant, inscrite sur la liste sous le nom d’Al-Qaïda en association avec elle, sous son nom, pour son compte ou pour la soutenir ».

Ajoutons que, se heurtant à la « doctrine de fermeté » du gouvernement français qui ne veut pas les rapatrier, plusieurs détenues françaises ont fait une grève de la faim pour être rapatriées et jugées en France plutôt qu’en Syrie.

On les comprend, vu la faiblesse de la réaction française à la menace islamiste sur le territoire français.

Marie d'Armagnac

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Manifestation samedi 3 avril à Beauvais contre la folie sanitaire

1 Avril 2021, 20:22pm

Publié par Thomas Joly

Samedi 3 avril à 10h30, Thomas Joly, Président du Parti de la France, sera place Jeanne Hachette à Beauvais, avec des militants, pour participer au rassemblement organisé par Les Patriotes de Florian Philippot contre la folie covidiste.

Face à la confiscation de nos libertés par la junte sanitaire au pouvoir, l'union de tous les résistants est primordiale. Ne nous laissons ni enfermer, ni museler, ni vacciner, ni priver de relations sociales !

Des rassemblements ont lieu, comme toutes les semaines, dans toute la France, mobilisez-vous ! Ne restez pas spectateurs de la dictature sanitaire !

Liste des rassemblements du 3 avril 2021 : https://les-patriotes.fr/prochaines-manifestations

Voir les commentaires

France calfeutrée, infantilisation au service du pouvoir, que faire ?

1 Avril 2021, 06:52am

Publié par Thomas Joly

La sentence est tombée, avril 2021 sera un mois confiné comme avril 2020 l’avait été.

Il est stupéfiant, au regard de l’Histoire de notre peuple, de voir une clique de fonctionnaires politiques défiler chaque jour devant l’objectif de journalistes serviles pour transformer le pays des Francs en un gigantesque Ehpad au règlement intérieur à la fois strict et incompréhensible.

Il est incompréhensible, en effet, que notre pays soit mis à l’arrêt, c’est-à-dire saboté, et que nos libertés soient suspendues, au nom de la lutte contre une pandémie dont nous n’avons connaissance que par les hommes politiques et les médias subventionnés par eux.

On m’objectera que les services de réanimation sont sous pression, je répondrai qu’ils le sont chaque année, et que le peuple français, ses droits et ses libertés n’ont pas à être otages des luttes politiques ou syndicales entre le monde de l’Hôpital et le Gouvernement.

Il est d’ailleurs notable, que les mesures prises par le pouvoir contre notre peuple depuis plus d’un an maintenant, sont des mesures politiques, des mesures de restrictions, des mesures littéralement liberticides. Or si vraiment notre peuple était décimé par une pandémie, ce que je nie absolument, ce sont des mesures d’ordre médical qui auraient dû être prises et annoncées.

Dans l’énième allocution pathétique d’Emmanuel Macron hier soir, le seul propos qui ressemblait à une mesure médicale était le calendrier d’accès à la vaccination, mais ce propos a tout de suite été ramené dans le champs politique puisque le chef de l’Etat a conditionné un retour à la normale au taux de vaccination de la population, ce qui est d’ailleurs en décalage avec ce que nous enseigne l’actualité, je pense aux reconfinements d’Israël et du Chili malgré des taux de vaccination parmi les plus hauts de la planète. Mais s’il a parlé de vaccination, le président de la République n’a pas évoqué le traitement des malades, ce qui serait à la rigueur la seule chose intéressante, si tant est qu’il soit intéressant que les plus hautes autorités politiques du pays nous entretiennent de la vie des cabinets des médecins et des services hospitaliers.

Mais au-delà de ces considérations politiques, il faut également s’interroger sur le bouleversement moral et intellectuel que la macronie, pour ce qui nous concerne, impose à notre peuple. En effet, chaque citoyen de France est appelé à se comporter comme l’employé modèle de l’entreprise France. Cette mentalité d’employé modèle, mentalité rendue obligatoire par les mesures dites sanitaires, est étendue à l’intégralité de ce qui compose notre vie, et celui qui ne se comporte pas comme l’employé du mois prend de 135 euros d’amende jusqu’à une peine de prison ferme. C’est la fin non seulement de nos libertés, mais également de la responsabilité individuelle, de ce qu’on appelle les choix de vie, de ce qu’on appelle la vie. C’est la fin de la vie et le début du salariat intégral. Je suis un salarié de l’Etat, l’Etat m’oblige à être un employé modèle sous peine d’amende et de prison, je porte mon masque et je ne sors de chez moi qui pour aller au travail ou à la grande surface.

Je me rappelle du cycliste Laurent Fignon, à quelques semaines de mourir d’un cancer, qui déclarait regretter d’avoir mal mangé, ce qui lui avait coûté quelques années d’espérance de vie. Il ne lui est pas venu à l’esprit de poursuivre sa déclaration avec une phrase du genre « c’est pourquoi je demande au Gouvernement d’interdire l’alcool, le sucre et le gras », car c’était un homme libre, avec une mentalité d’homme libre, à mille lieues de l’exemplarité obligatoire qui nous enferme dans un rôle de gentil salarié du Gouvernement soucieux de savoir si tous les autres salariés de France se désinfectent bien les mains au gel hydroalcoolique. Le Gouvernement, en somme, nous infantilise, et c’est très pratique pour rester au pouvoir et ne pas avoir à faire face à trop d’opposants politiques ou en tout cas à des citoyens conscients et organisés.

Ceci étant dit, comment résister à cette infantilisation, à cette obligation d’être le citoyen modèle de La République En Marche ?

Tout d’abord, et c’est impératif, il faut continuer le combat politique : diffusion d’articles sur internet, diffusion de propagande sur les murs et dans les boîtes aux lettres, présentation à toutes les élections possibles, organisation de manifestations, que l’on soit 5 ou 500, une manifestation c’est l’occasion d’expliquer le pourquoi de la mobilisation et de rendre compte de cette mobilisation à nos compatriotes. Il faut également continuer dans chaque section, dans chaque département et dans chaque ville à se voir entre camarades, la camaraderie étant l’un des obstacles principaux à la propagande gouvernementale. Il faut également continuer à lire les auteurs nationalistes et continuer, pour ceux qui en ont les capacités, à délivrer des conférences, quitte à ce que ce soient des cyberconférences, de sorte que les plus jeunes et les moins formés d’entre nous ne tombent pas dans les mains grasses et dégueulasses de l’oisiveté incapacitante. En somme, rester des militants politiques !

Chers amis, haut les cœurs, on les aura !

Bruno Hirout - Secrétaire général du Parti de la France

Voir les commentaires

Mickaël Thérin, nouveau Délégué du Parti de la France en Ille-et-Vilaine (35)

1 Avril 2021, 06:48am

Publié par Thomas Joly

Sur proposition de Jean-Marie Lebraud, Délégué régional pour la Bretagne, Mickaël Thérin, jeune quadragénaire, militant de la droite nationale depuis plus de 15 ans, a été nommé Délégué du Parti de la France en Ille-et-Vilaine par le Bureau politique du PdF qui s'est réuni samedi 27 mars.

Pour suivre et contacter le PdF 35 :

Voir les commentaires

« Il n’y a pas d’avenir dans la soumission à l’Amérique »

1 Avril 2021, 06:24am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Influenceuses : une prostitution enfantine qui ne dit pas son nom

1 Avril 2021, 06:19am

Publié par Thomas Joly

À la Préhistoire, il y a un demi-siècle, les « pubeux » régnaient sur les magazines papier et la télévision. On y rivalisait de spots gentillets et glamour, pas toujours très fins mais parfois très drôles, dont beaucoup sont passés à la postérité sous forme de slogans : « Demain, j’enlève le bas ! », « J’f’rai pas ça tous les jours », « Cachou cachou Lajaunie™, ah ah ! », « T’as craché dans ton Yop™ ? » ou encore « l’ami Ricoré™ » et « l’effet Kiss Cool »…

En remontant dans le temps, on croise les hommes-sandwich (une profession honteusement sexiste), arpentant les rues entre deux planches, vantant côté pile le cirage Kiwi™ et côté face le Zebrasif™ pour astiquer les cuisinières. C’était aussi l’époque des camelots qui, sur les trottoirs des grands magasins, vendaient les chaussettes et les brosses à reluire dans de grands parapluies, des Chamberlain™ dont le nom ne dit plus rien à personne. Ces temps ne sont plus, disparus au profit des écrans.

Avec l’arrivée du numérique ? Tout a changé, les petits métiers comme le reste. Ainsi, tout comme on ne dit plus « prostituée » mais « escort », on ne dit plus « camelot » mais « influenceur ». Notez que les deux professions ont aussi vu leurs cadres rajeunir : l’escort qui drague en string sur son compte Instagram a souvent l’âge d’être au collège et l’influenceur est parfois encore en primaire.

Dans les dernières décennies du siècle dernier, celles de l’avènement de la télé-réalité, l’ambition des adolescents se résumait d’un mot : célèbre. Les sondages en attestent : au détour des années 1990, à la question « Que veux-tu faire plus tard ? », les enfants ne répondaient plus pompier ou policier mais « être célèbre ». Au mieux comme les Kardashian ou Paris Hilton, au pire comme Loana. En trente ans, le rêve est devenu business.

Le journal La Croix a enquêté sur ce phénomène qui, lorsqu’ils n’en sont pas complices, échappe à la plupart des parents, ignorants qui et ce que leurs enfants regardent.

« Avec un peu d’avance sur la France, le Royaume-Uni voit l’audience des influenceurs s’accroître d’année en année. Des écoles de commerce spécialisées ont ouvert et les plus jeunes s’y bousculent », nous dit La Croix. Et de citer une petite Patience de 9 ans dont la dernière vidéo a été vue plus de 40.000 fois sur sa chaîne YouTube « gérée par sa mère ». Un démarrage que la maman « estime lent, puisque certaines d’autres [fillettes] ont été visionnées par plusieurs centaines de milliers de personnes ».

Naguère, on fardait les fillettes pour les concours de « Mini Miss », aujourd’hui, on les « prostitue » sur le Net. C’est le progrès au temps du capitalisme consumériste. Car tout cela rapporte, bien sûr. De la notoriété et du fric. Le marché s’est organisé et l’on voit, maintenant, fleurir des écoles et des agences d’influenceurs : « De nombreuses écoles de marketing proposent des cours pour influenceurs. Les élèves se bousculent au portillon, rêvant d’apprendre à tirer les ficelles pour devenir, un jour, une star du Web. » À Manchester, l’Institut international du développement entrepreneurial et personnel (sic) propose des cours par « des influenceurs internationaux et des experts marketing à la pointe ». Il faut dire que les plus suivis gagnent jusqu’à 150.000 euros par mois, alors ça fait rêver, forcément…

La France est un peu à la traîne. Rassurez-vous, ça ne durera pas. Un papa confie ainsi sa peine au journal : sa fille a ouvert une chaîne YouTube qui compte 10.000 abonnés, c’est-à-dire pas grand-chose dans ce monde du vide. Il n’empêche, « l’adolescente a beau ne pas être une star, elle ne conçoit déjà plus de payer un restaurant », confie son père : « Elle propose au patron de recommander plutôt l’établissement auprès de sa communauté. Personnellement, ça me met mal à l’aise. »

Toutefois, ça ne va pas au-delà du malaise car papa, bien sûr, ne songerait pas à l’arrêter, persuadé qu’il est, lui aussi, que dans ce monde tout se monnaie.

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

À quoi joue Macron ?

1 Avril 2021, 06:07am

Publié par Thomas Joly

J'en viens à me demander : Macron est-il complètement à la ramasse ou est-il un pur génie de la communication ?

Je sens qu'il est en train d'écrire le scénario de l'après-crise, dans lequel il fait office de héros populaire en lutte contre les enfermistes fous de la secte AP-HP qui milite pour enfermer les gens chez eux. Il installe un récit où il fait figure de résistant, un résistant qui n'écoute pas les enfermistes impopulaires.

Je le vérifie en entendant les gens qui disent en substance depuis quelques semaines : « J'espère qu'il ne va pas céder aux enfermistes ». Les mesures de ce soir ne sont pas vraiment contraignantes pour le commun des mortels, c'est donc un petit soupir de soulagement qu'ils ont dû manifester devant leurs téléviseurs, car depuis quelques jours la sauce montait dans les médias qui faisait craindre des mesures beaucoup plus rudes.

Dans quelle mesure Macron laisse monter cette sauce, pour ensuite faire des annonces en-deça des craintes et passer pour un résistant et un relatif libérateur ?

Il n'y a plus grand'chose de strictement sanitaire dans tout ce cirque, par contre le jeu politique bat son plein.

Jonathan Sturel

Voir les commentaires

Élection législative partielle dans l'Oise : Thomas Joly candidat

31 Mars 2021, 15:24pm

Publié par Thomas Joly

Suite au décès soudain du député Olivier Dassault, une élection législative partielle devrait théoriquement avoir lieu dans quelques semaines.

Un obscur neveu du défunt ayant déjà orchestré son parachutage et un candidat de gauche d'origine maghrébine s'étant aussi déclaré, j'annonce à mon tour ma candidature dans la 1ère circonscription de l'Oise que j'habite, que je connais bien et où je concourrai pour la quatrième fois depuis 2002.

Mes axes de campagne seront très simples et se concentreront sur l'essentiel : « Ni dictature sanitaire, ni colonisation migratoire ! »

Reste maintenant à savoir, si cette élection sera reportée voire annulée au prétexte de l'hystérie sanitaire actuelle.

Thomas Joly - Président du Parti de la France

Voir les commentaires

Les annonces prévisibles de Macron

31 Mars 2021, 12:01pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Le meilleur des mondes de Jacinda Ardern

30 Mars 2021, 06:45am

Publié par Thomas Joly

Bien que située aux antipodes d’un Occident plus que jamais porteur de son propre déclin, la Nouvelle-Zélande préfigure certainement l’avenir édifiant souhaité par l’idéologie globalitaire.

Ce cauchemar en cours prend les traits avenants du Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern. Née en juillet 1980, elle gouverne l’archipel austral depuis octobre 2017. La grasse presse officielle aux ordres de l’hyper-classe considère déjà la responsable travailliste comme l’une des personnalités les plus influentes au monde. Elle la compare à Angela Merkel. Élevée dans une famille mormone, la jeune Jacinda abandonne la foi familiale pour l’incroyance quand elle apprend que l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours n’approuve pas l’homosexualité. Elle a toujours montré de la sympathie pour l’idéologie LGBTQXYZ etc. Trois membres de son second gouvernement appartiennent d’ailleurs à des minorités sexuelles. Cette féministe engagée a un compagnon, le géniteur de leur fille, qui joue maintenant au père au foyer modèle.

Ouvertement cosmopolite et multiculturaliste, Jacinda Ardern soutient en septembre 2019 aux côtés des dirigeants des Fidji, de l’Islande, de la Norvège et du Costa Rica (des poids hyper-lourds de la scène internationale) un accord sur le changement climatique, le commerce mondial et la « durabilité » ou comment obtenir sans trop de dégâts le beurre, l’argent du beurre, voire le sourire de la crémière…

En Nouvelle-Zélande, il est habituel que les membres du gouvernement exercent plusieurs fonctions ministérielles à la fois. L’équipe de Jacinda Ardern ne déroge pas à la règle. Tout en étant « Première ministresse » (féminise-t-on ou pas les titres ?), elle occupe les ministères de la Sécurité nationale et du Renseignement, de la Réduction de la pauvreté infantile, des Services ministériels ainsi que duministère associé à la Culture, à l’Héritage et au Patrimoine. Suite à la fusillade dans la mosquée de Christchurch en mars 2019, elle a fait interdire la vente et la détention de fusils d’assaut et d’armes semi-automatiques. Elle a aussi limité la liberté d’expression sur Internet. Cette limitation ne concerne bien sûr qu’un segment particulier de l’opinion publique, celui qui s’oppose à la mondialisation. Elle n’hésite pas à soumettre l’auteur de l’attaque anti-musulmane à des tortures psychologiques propres au sadisme anglo-saxon : on l’empêche de lire la presse, d’écouter la radio et de regarder la télévision en cellule. Il n’a même pas le droit de visite ! Est-il ainsi exclu du champ de l’humanité ? Pourquoi un violeur d’enfants, un trafiquant de drogue, un tueur de personnes âgées ne subissent-ils pas ce même traitement dégradant profondément discriminatoire ?

Ce triste cas de détention se multiplie avec la pandémie de covid-19. Jacinda Ardern s’est tellement surpassée dans l’actuelle crise sanitaire qu’elle peut prétendre au prestigieux Prix Guantanamo de l’assignation à résidence. Malgré son insularité, la Nouvelle-Zélande connaît des périodes répétées, plus ou moins longues, de confinement. Outre le transport aérien, un passeport vaccinal nommé « certificat de santé numérique » disponible sur une application est obligatoire pour prendre le bus, letrain ou le taxi. Le patron du Forum de Davos, Klaus Schwab, en rêve ; Jacinda Ardern le fait !

Bien entendu, grands benêts devant l’Éternel, les électeurs néo-zélandais ont reconduit le Parti travailliste, donc Jacinda Ardern, au pouvoir avec une étonnante majorité absolue en octobre 2020. Il faut reconnaître que l’ensemble du système médiatique local n’a pas mégoté son aide quasi-officielle à la nouvelle diva intercontinentale de la sociale-démocratie épuisée.

Si son chef du gouvernement cache mal son républicanisme, la Nouvelle-Zélande demeure une monarchie dont le souverain n’est autre que la reine Elizabeth II. Jacinda Ardern pourrait néanmoins renoncer à son idéal républicain dans une perspective cosmopolite plus dévastatrice encore. Qu’Auckland se sépare du palais de Buckingham tout en restant une royauté et l’actuelle « Première ministresse » placerait alors sur le nouveau trône un couple de prolétaires réfugiés en Californie : Meghan Markle et Henry Mountbatten-Windsor.

Bonjour chez vous !

Georges Feltin-Tracol

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com/

Voir les commentaires

Pour la France d’Emmanuel Macron, mieux vaut Qatar que jamais ! Et les droits de l’homme ?

30 Mars 2021, 06:32am

Publié par Thomas Joly

Il est des pays où il fait bon vivre ; sous certaines conditions. Voyez le Qatar, ce royaume des mille et une nuits dont l’émir quarantenaire, Tamim ben Hamad Al Thani, peut se reposer sur un confortable tapis de plus de 2,5 milliards de dollars de fortune personnelle, tout en contemplant sa plaque de grand officier de la Légion d’honneur pour services rendus à la patrie des droits de l’homme…

On le sait passionné de sport ; son amour de la France et du bleu, blanc, rouge a fait de lui l’actionnaire unique du PSG, dont le Qatar est devenu propriétaire en 2012 par le biais du fonds souverain Qatar Investment Authority (QIA). Il a aussi pu acquérir en France, au-delà des nombreux palaces et d’investissements immobiliers, deux gigantesques propriétés où il séjourne régulièrement, à Mouans-Sartoux, dans les Alpes-Maritimes, et à Marnes-la-Coquette, dans les Hauts-de-Seine. De quoi distraire ses trois épouses et sa ribambelle princière au pays du « disciple impur » de Brigitte Trogneux, selon les propos mêmes de son cousin, après que notre Président eut appelé à lutter contre les fanatismes, en octobre dernier.

Position intenable d’un « en même temps » droit-de-l’hommiste impuissant face à l’islam conquérant sponsorisé par les Émirats en Europe même ; et contraint aux réalités économiques de la finance. Car, entre la France et le Qatar, c’est d’abord une histoire de gros sous, et donc celle d’un renoncement moral. Il s’agit de notre troisième client parmi les pays du Proche et du Moyen-Orient, derrière l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ; le 33e à l’échelle mondiale et notre quatrième excédent commercial (données de 2018). Les besoins du Qatar en biens d’équipements et de consommation français « demeurent par ailleurs importants du fait de l’avancement des grands projets d’infrastructures liés à la Coupe du monde de football 2022 », concluait, en février 2019, un rapport de la direction générale du Trésor. Une manne épineuse !

Car, selon une enquête du très britannique Guardian, depuis l’attribution de l’organisation de la Coupe du monde de football en 2022 au Qatar, 6.500 travailleurs migrants au moins seraient morts dans les chantiers de construction des infrastructures devant accueillir la lucrative compétition. Depuis 2010, « en moyenne 12 travailleurs migrants de ces cinq nations d’Asie du Sud sont morts chaque semaine », explique le journal. Chiffres glaçants, si l’on peut dire ! Et sans doute sous-évalués, puisque les Philippins, les Kényans, etc., ne sont pas ici pris en compte, et bien que le Qatar n’ait admis que la mort accidentelle de 37 travailleurs migrants.

Un coup dur pour notre partenaire économique. Et peut-être aussi pour certains de nos dirigeants et investisseurs impliqués dans l’attribution de la compétition à l’émirat. Le porte-parole de la FIFA a aussitôt sorti le parapluie : « Grâce aux mesures très strictes en matière de santé et de sécurité sur les sites […], la fréquence des accidents sur les chantiers de la Coupe du monde de la FIFA a été faible par rapport à d’autres grands projets de construction dans le monde. » Rappelons à ce ravi que le Qatar est connu pour sa grande discrimination entre les citoyens du pays et les expatriés zonaux qui y travaillent : syndicats non autorisés, pas de barèmes de rémunération, application de la kafala islamique, qui accorde aux « parrains » des droits discrétionnaires sur leurs employés, etc.

Aussi, après que les joueurs norvégiens, opposés mercredi soir à Gibraltar pour leur premier match de qualification à la Coupe du monde, ont dénoncé cette hécatombe à leur entrée sur la pelouse en arborant un T-shirt floqué de l’inscription « Droits de l’homme, sur et en dehors du terrain », la FIFA a annoncé, ce jeudi 25 mars, qu’elle ne sanctionnerait pas la fédération scandinave. Bizarre, vous avez dit bizarre ? Or, après la Norvège, l’équipe d’Allemagne a mis les pieds dans le plat humanitaire. Les joueurs des Pays-Bas s’apprêtent à dénoncer aussi les conditions de travail des ouvriers sur les chantiers des stades qataris.

Ce samedi, à la veille de son match de qualification face au Kazakhstan, le capitaine de l’équipe de France Hugo Lloris a jugé que les messages de protestation des équipes de Norvège et d’Allemagne contre le Qatar étaient une bonne chose. Et ses coéquipiers donneurs de leçons d’humanisme, qu’en pensent-ils ? Et notre Président ? Bon, en même temps…

Pierre Arette

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Tyrannie sanitaire : sidération et naïveté des masses

30 Mars 2021, 06:30am

Publié par Thomas Joly

Tyrannie sanitaire : sidération et naïveté des masses

Voir les commentaires

Barbara Pompili va nous pomper

30 Mars 2021, 05:51am

Publié par Thomas Joly

Pompili va vous pomper. Dans la compète des jobastrones elle a pris le créneau climatique, c’est vrai que sauver la planète c’est porteur.

Elle dépose un texte de loi qui va sauver le climat, ce dernier a rien demandé mais c’est comme çà. C’est fortiche quand même, toute seule elle sauve la planète. C’est Wonder-Bombasse. Pas toute seule il faut être honnête, elle reprend en grande partie les élucubrations des 150 mongolitos qui ont été tirés au sort lors de la cons-vention machin chose.

Il serait bon de mettre en ligne les noms de ces héros, ils méritent la postérité. En plus ils sont fiers de leur action, c’est légitime.

Ça te barbera nous avait expliqué il y a quelques semaines qu’il faudrait se rationner en matière électrique, à cause du froid en plein réchauffement.

Scientifiquement elle mérite le Nobel, c’est une pointure.

Là ça y est elle est lancée, c’est un TGV alimenté par des éoliennes, parfois il y a des coupures au niveau des connections neuronales.

Les appartements passoires thermiques, 1.000 €/mois pour le chauffage c’est insupportable, elle va y mettre un terme.

Bon Barbara, doit confondre le budget de son ministère avec celui du clampin moyen, 1.000 €/mois faut vraiment y aller, c’est pas le 3 pièces cuisine du smicard amélioré. Au passage vous noterez que la journaleuse n’a pas tiqué devant cette énormité, encore une qui est courant de la vie.

Comme c’est une grande scientifique, elle appuie sa décision sur le fait qu’un ¼ des gaz à effets c’est la faute aux bâtiments. Oui, d’accord, tu sors d’où tes chiffres ma cocotte, c’est étayé par quoi et donne moi la nature et teneur des gaz en question et la façon dont ensuite ils se répartissent dans l’atmosphère.

Et je vais t’expliquer, heureusement qu’il y a un effet de serre, sinon pas de vie sur la planète et pas de Barbara. A la réflexion…

Ensuite, elle a embrayé sur l’interdiction des véhicules polluants en centre-ville, ça va toucher 50 % de la population, pour commencer…

En gros, les gueux, les manants qui ont des véhicules un peu anciens, hors de nos murs. Et vous serez surveillés par des radars, j’ose espérer alimentés par des panneaux solaires, je les veux Bio. Ils n’ont pas de voitures qu’ils prennent des patins à roulettes ou s’entassent dans les bétaillères qui s’appellent transports en commun et surtout qu’ils ne nous importunent pas.

C’est çà la gauche, le peuple elle l’aime d’autant plus qu’il est loin.

Il est normal que toujours les mêmes fassent des sacrifices. C’est pour le bien de l’humanité.

Barbara, je vais te dire plus personne ne va dans les centre-ville, vous emmerdez tellement les gens qu’à force ils ont renoncé et les commerces ont tous fermé, en plus le populo en a rien foutre des spectacles d’art vivant subventionnés.

Ceci dit, je pense que ça ressemble à une atteinte à la liberté de circulation et surtout l’égalité, c’est un peu le retour de l’octroi.

En ce moment c’est le festival de connes, Audrey a une concurrente de poids.

Ça te barbera n’a pas de lunettes mais un muscle et deux cerveaux…elle est donc redoutable.

 

Paul Le Poulpe

 

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Référendum sur l'immigration : une bonne initiative mais insuffisante

29 Mars 2021, 13:28pm

Publié par Thomas Joly

Invitée de l'émission de France 3 « Dimanche en politique », Marine Le Pen a dessiné les contours du référendum qu'elle proposerait aux Français dans les premiers mois de son mandat si elle était élue à la Présidence de la République.

Il s'agirait pour le peuple souverain d'approuver ou non un projet de loi portant sur la politique générale d'immigration, sans doute — Marine Le Pen ne l'a pas précisé — en vertu de l'article 11 de la Constitution qui permet au Chef de l’État de soumettre au référendum tout projet de loi portant sur l'organisation des pouvoirs publics ou sur des réformes relatives à la politique économique ou sociale de la nation et aux services publics qui y concourent.

Le Parti de la France se félicite de cette initiative qui, si la loi était adoptée, permettrait de mettre un point d'arrêt aux dérives de l'immigration légale que ce soit par le biais du regroupement familial qui serait supprimé ou des abus du droit d'asile.

Le PdF se réjouit également que ce projet opère un retour au droit du sang mais regrette en revanche que ne soit pas plus précisément prise en compte la nécessaire réforme du code de la nationalité visant, en particulier, à la suppression de la binationalité.

Nous soutenons donc l'idée et le principe de ce référendum et de cette loi qui devra être accompagnée de mesures fortes et drastiques contre l'immigration clandestine, tout en rappelant qu'il ne réglera pas la question cruciale de la présence sur notre sol d'une population non-assimilée et souvent hostile aux marques de notre civilisation.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires