Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Fipronil, le vrai scandale : des tonnes de nourriture gaspillées !

26 Août 2017, 10:02am

Publié par Thomas Joly

Des brownies, des muffins, des pâtes, des pommes dauphine, des gaufres par quatre, par six, par douze, des moelleuses poudrées, des molles, des dures… Chaque jour, le ministère de l’Agriculture complète sa liste et entretient cette psychose ridicule autour d’un produit qui, certes, ne devrait pas se trouver dans les œufs, mais dont les traces sont si infinitésimales qu’elles ne présentent strictement aucun danger pour le consommateur.

Comme nous l’avons déjà écrit ici, il faudrait consommer pas moins de vingt œufs quotidiennement pour commencer à ressentir le moindre effet sur le plan sanitaire. Si mal il y a, il est donc dans les têtes, bien implanté par les médias qui font monter chaque jour la mayonnaise avant qu’on n’en retire les pots des frigos. Certains, comme Challenges le 14 août, s’indignent même qu’« aucun rappel de produit n’a[it] été lancé auprès des consommateurs ».

On nage en plein délire. Imagine-t-on les Français vider leurs placards de cuisine et rapporter la marchandise au magasin pour en réclamer le remboursement ? Quel commerçant peut gérer cela sans y laisser son fonds ?

De même, on balance des noms, des marques, quitte à couler l’entreprise. Il est vrai qu’on met les choses au conditionnel : « 250.000 œufs contaminés pourraient avoir été consommés en France. » Ah oui ? Consommés comment, dans quoi, de quelle façon ? Une telle information n’a strictement aucun sens. Seul chiffre tangible : « Les dommages directs causés dans le secteur de la volaille dans lequel a été utilisé le fipronil sont estimés à 33 millions d’euros », ont dit les ministres néerlandais concernés. On attend de voir le bilan de cette psychose estivale sur l’Europe… et encore celui-ci n’est-il qu’économique.

Car il y a un autre bilan, plus grave encore, et celui-là peut bien être très lourd de conséquences.

Le monde est à nos portes, celui des crève-misère qu’on tente en vain de repousser sur leurs rafiots ; celui qui s’entasse dans la « jungle » toujours reconstituée, celui qu’on évacue des portes de Paris. Celui dont on évite de parler parce qu’il se dissémine, se cache, se glisse, s’infiltre, se répand dans nos rues comme une eau sombre. Un soir de cette semaine, j’ai descendu à la nuit tombante cette portion de la rue du Faubourg-Saint-Denis qui va de la gare du Nord à la rue de Paradis, si mal nommée. Passé ce carrefour, les bobos ont envahi les terrasses, mais à cent mètres en amont, on a dressé de hautes barricades autour du petit square et des terre-pleins qui habillent le carrefour Magenta. Des affichettes invoquent pudiquement la « dératisation ».

La vérité est autre : le quartier grouille de migrants qui, chassés de leurs carrés d’herbe, campent à même le trottoir au milieu des immondices et des déjections. Des gens qui ne sont pas tous idiots, loin s’en faut. Des gens qui, sans aucun doute, aimeraient manger des œufs, des gaufres et des muffins au fipronil. Des gens que nos psychoses d’enfants gâtés et gavés ne peuvent que rendre fous. Donc dangereux.

La marque du monde actuel est que nos sociétés sont chaque jour plus inégalitaires, que le fossé qui s’y creuse sera demain un gouffre infranchissable. Nos chères élites si amoureuses de la Révolution française, celles qui en pincent toujours pour Robespierre, ont depuis deux siècles entretenu à dessein ce mensonge de l’Histoire : devant les pauvres affamés par la disette de 1789 et la hausse des prix du pain, la reine Marie-Antoinette aurait lancé cette phrase : « Ils n’ont pas de pain ? Qu’ils mangent de la brioche ! »

Les temps ont changé. On retire aujourd’hui le pain et la brioche parce qu’ils ne sont pas assez blancs, ou pas assez dorés. On jette des tonnes de plats cuisinés parce qu’ils contiennent du cheval et non du bœuf, on assassine « par précaution » des millions d’animaux qu’on a sciemment empoisonnés…

Les bien-pensants ont encore tranché : plutôt des ventres vides mais sains que des traces de fipronil ! Mais prenons garde : ventre affamé n’a point d’oreilles…

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La secte de la République a un nouveau chef

26 Août 2017, 09:45am

Publié par Thomas Joly

Philippe Foussier a été élu Grand Maître du Grand-Orient de France jeudi 24 août, au terme de la première des trois journées du Convent 2017 qui se déroule à Marseille. Son score est de 34 voix (on compte 1 bulletin nul). Il était le seul candidat à la succession de Christophe Habas, dont le rapport d'activité a été approuvé à 93,4%. Élu avec 31 voix, le 1er Grand Maître Adjoint (GMA) est Georges Sérignac. Les 2ème et 3ème GMA sont Xavier Chabois-Chouvel et Gilles Richard. Le Grand Orateur Gérard Cabozon, le Grand Secrétaire aux Affaires Intérieures Philippe Goethals (adjoint Gérard Quenault), le Grand Secrétaire aux Affaires Extérieures Michel Cicile (adjoint Mohamed Aït-Aarab) et le Grand Trésorier Gilbert Lucattini (adjoint Loïc Bertrand).

Initié il y près d’un quart de siècle, Foussier appartient à la Loge République (Paris). Membre de la Fraternelle parlementaire, il a présidé le Comité Laïcité République de 2005 à 2009.

Âgé de 52 ans, il est journaliste (indépendant selon ce blog, ce qui prête à rire). De 1995 à 2017, il a été rédacteur en chef de Communes de France, périodique destiné aux élus locaux. Membre du PS, il a été rédacteur en chef de la revue de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains.

En mars dernier, il avait prononcé une intervention sobrement intitulée "Les Francs-Maçons, gardiens du temple républicain". Il y déclare notamment que "aucune religion n'a le monopole du fanatisme" et ajoute plus tard que... "la laïcité n'a jamais tué". Sic.

Par ailleurs, le Convent a approuvé à 66,66 % le projet d’acquisition d’un immeuble voisin du siège de la Rue Cadet, à Paris, qui permettrait d’agrandir sa surface de 11000 m² à 12200 m² (la négociation reste à effectuer avec le propriétaire), avec la perspective d’ouvrir de nouveaux temples.

Dans un tweet, Philippe Foussier avait trouvé indécent le propos de Mgr Lebrun prononcé lors de l'anniversaire de l'assassinat du père Hamel :

Voir les commentaires

Créteil : un Afghan se jette sur une policière et tente de s’emparer de son pistolet-mitrailleur

25 Août 2017, 19:02pm

Publié par Thomas Joly

Un Afghan de 32 ans, sans motif apparent, alors qu’il quittait le commissariat de Créteil où il avait été placé en garde à vue, a tenté de s’emparer du pistolet mitrailleur d’une policière en faction.

Une autre fonctionnaire est venue prêter main forte à sa collègue et l’individu a été amené au sol, puis maîtrisé par les autres policiers présents.

Jeudi en fin d’après-midi, un individu d’origine afghane qui venait d’être libéré d’une mesure de garde à vue, a fait semblant de ramasser un objet tombé à terre et s’est jeté sur une policière en faction. Il a tenté de lui prendre son arme, un pistolet-mitrailleur. Une deuxième fonctionnaire est arrivée en renfort pour plaquer au sol l’individu.

Quatre autres policiers ont dû également intervenir pour enfin maîtriser l’individu.

Aucun coup de feu n’a été tiré mais les deux policières ont été blessées. Comme de coutume, l'individu serait un « déséquilibré » selon une source policière.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Le maire de Venise : « Si quelqu’un hurle "Allah akbar", nous l’abattrons »

25 Août 2017, 14:24pm

Publié par Thomas Joly

Le maire de Venise a déclaré mardi dernier que Venise abattrait les terroristes [musulmans, NDLR] avant qu’ils ne déclenchent leurs bombes.

« Venise est la seule ville en Europe qui a arrêté quatre terroristes. Ils voulaient placer une bombe sous le pont du Rialto en disant vouloir rejoindre allah. Nous les enverrons directement à allah mais sans faire sauter le pont du Rialto » a déclaré Luigi Brugnaro.

« Si quelqu’un crie "Allah akbar" en courant sur la Place Saint Marc, nous l’abattrons » a-t-il ajouté. Brugnaro, maire sans étiquette, s’exprimait lors de la réunion annuelle de l’influence groupe de laïcs catholiques « Communion et Libération ».

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Charlottesville : le jeune qui a foncé sur la racaille antifa voulait se dégager pour échapper à un lynchage

25 Août 2017, 14:09pm

Publié par Thomas Joly

Dans Présent, Alain Sanders revient sur les événements de Charlottesville en Virginie :

En soulignant, pour commencer, que le jeune exalté, James Field Jr., qui a foncé sur une foule de contre-manifestants hurlant à la mort, a voulu simplement protéger sa vie. Sa voiture, ayant été repérée, elle a été attaquée à coups de battes de base-ball et caillassée (les photos de ce qui reste du véhicule en témoignent). Il a voulu se dégager pour échapper à un lynchage programmé. Avec les conséquences que l’on sait.

En rappelant, pour continuer, que la manifestation organisée pour défendre la mémoire du général Lee, ce Virginien héroïque, avait été autorisée. En application du 1er amendement de la Constitution qui permet la totale libre expression. Une manifestation contre le révisionnisme de la gauche radicale qui « oublie » que le général Lee a été réhabilité en 1888 (réhabilitation confirmée en 1975). S’il y a quelqu’un à condamner dans toute cette affaire, c’est le gouverneur démocrate de Virginie qui a laissé libre cours aux débordements haineux des contre-manifestants (on a des témoignages de policiers en ce sens).

Il y a quelques mois, quatre Afro-Américains ont enlevé, séquestré et torturé un jeune homme, légèrement handicapé mental, au seul motif qu’il était blanc. Après l’élection de Trump, près de Washington, un militant gaucho-démocrate (mais plus gaucho que démocrate) a tiré sur des élus républicains, blessant grièvement un député. La presse, à commencer par la presse française, n’a pas fait le centième du ramdam qu’elle a déclenché pour le drame de Charlottesville.

En 1858, Lincoln, qui a des statues partout, dont une iconique à Washington, déclara : « Je veux affirmer que je ne suis pas, que je n’ai jamais été, pour faire des Nègres des électeurs ou des jurés, ni pour leur permettre d’avoir des bureaux ou pour se marier avec des Blancs. J’ajouterai qu’il y a une différence physique entre la race blanche et la race noire qui, je le crois, interdira à jamais à ces deux races de vivre ensemble en termes d’égalité sociale et politique. Et comme ils ne peuvent vivre ainsi, tant que Blancs et Noirs se côtoieront il devra y avoir une relation de supérieur à inférieur. Et moi, plus que n’importe qui, je suis pour que cette supériorité soit assignée à la race blanche. » Et ce sont les statues de Lee qu’il faudrait déboulonner ? Lee, officier chrétien, qui a décrit l’esclavage comme « un mal moral et politique ». Lee qui avait affranchi tous les esclaves du domaine hérité de sa femme quand l’épouse de Lincoln (et la famille de cette dernière) aura des esclaves jusqu’à la fin de la guerre dite de sécession. Lee qui fut un soldat humain quand des Grant et des Sherman génocidèrent les populations sudistes. Lee dont Eisenhower a dit : « Tout bien considéré, Lee fut aussi noble comme chef que comme homme, sans tache pour autant que je lise les pages de notre histoire. »

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Cachez ces viols qui nuisent au vivre-ensemble

25 Août 2017, 13:56pm

Publié par Thomas Joly

La députée britannique travailliste Naz Shah a « aimé » et « retweeté » un message au contenu pour le moins sulfureux : « Ces filles abusées à Rotherham et ailleurs devraient juste fermer leur gueule. Pour le bien de la diversité ! »

Depuis au moins une quinzaine d’années, les scandales pédophiles éclaboussent la ville de Rotherham, où un réseau de violeurs majoritairement d’origine pakistanaise sévit.

La question de l’origine des agresseurs est brûlante au Royaume-Uni. Mi-août, le député travailliste Sarah Champion a été contrainte de démissionner de son poste de secrétaire d’Etat pour les Femmes et l’égalité du cabinet fantôme de Jeremy Corbyn, après avoir écrit un article dans le Sun dans lequel elle affirmait que la « Grande-Bretagne a[vait] un problème avec les hommes britanniques d’origine pakistanaise qui viol[aient] et exploit[aient] des filles blanches ».

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Vous avez aimé le coiffeur de François Hollande ? Vous aimerez la maquilleuse de Macron

24 Août 2017, 15:13pm

Publié par Thomas Joly

François Hollande dépensait près de 10.000 euros par mois pour son coiffeur.

Emma­nuel Macron a dépensé 26.000 euros en 3 mois en frais de maquillage. Nata­cha M., 40 ans, s’oc­cu­pait déjà de son appa­rence pendant la campagne prési­den­tielle. Contrai­re­ment aux maquilleuses précé­dentes, Nata­cha n’est pas sala­riée du Château et ne travaille pas à temps plein. Ses pres­ta­tions sont exter­na­li­sées et qu’elle est rému­né­rée par factures. Le Point s’est procuré les deux dernières, qui corres­pondent aux trois premiers mois d’Em­ma­nuel Macron à l’Ely­sée : 10.000 et 16.000 euros.

La politique, c'est beau comme un président de la République...

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Carl Lang fera sa rentrée politique samedi 2 septembre à Rungis pour les 10 ans de Riposte Laïque

24 Août 2017, 11:56am

Publié par Thomas Joly

Au nom de l'union des patriotes face à la colonisation migratoire et l'islamisation de notre pays, Carl Lang, Président du Parti de la France, prendra la parole lors de la célébration des 10 ans de Riposte Laïque organisée samedi 2 septembre à Rungis (Espace Jean Monnet).

Un stand du Parti de la France, tenu par Thomas Joly et des militants, sera également à la disposition des participants à cette journée.

Le Parti de la France invite ses militants, adhérents et sympathisants à participer à cette journée de résistance nationale et à s'y inscrire.

La participation est de 30 € et comprend l'entrée, l'apéritif, le repas alsacien et le champagne en fin de journée.

Pour réserver (ne tardez pas !), c'est ici : http://ripostelaique.com/les-10-ans-de-riposte-laique.html

 

Voir les commentaires

15 jeunes marocains attrapent la rage après avoir violé une ânesse

24 Août 2017, 10:10am

Publié par Thomas Joly

C'est une histoire bien sordide qui s'est passée dans la région de Sidi Kacem, au Maroc. 15 mineurs ont violé une ânesse, au début du mois d'août. Mais d'après les médias locaux, les adolescents ont dû être hospitalisés d'urgence : ils auraient attrapé la rage suite à leurs actes zoophiles. 

Selon H24info, les faits se sont déroulés le 10 août dernier. Quinze garçons mineurs, âgés de 7 à 15 ans, ont violé une ânesse, à Sidi Al Kamel. Si le pauvre animal n'a pas pu se défendre, il leur aurait tout de même laissé un « cadeau empoisonné »... En effet, les quinze jeunes garçons auraient été évacués d'urgence à l'hôpital, afin d'être traités contre la rage. Les adolescents n'ont pas réfléchi au fait que violer cette ânesse pouvait mettre en danger leur santé. Interviewé par Chouftv, l'un des auteurs du viol a expliqué son acte par l'ennui : « Si on avait un endroit où on pouvait s'amuser, on n'aurait pas fait ce qu'on a fait avec l'ânesse ».

Si cette histoire peut choquer, cette pratique n'est pas non plus rare dans les campagnes marocaines. «On crie au scandale, pourtant tout le monde sait que dans le milieu rural, les premières expériences sexuelles se font souvent sur des animaux», a déclaré Amal Elbekri, secrétaire générale adjointe du Réseau associatif pour la protection animale, à Telquel. Toutefois ce phénomène existe aussi dans les villes. Aujourd'hui, la zoophilie ne fait pas encore partie des grandes préoccupations du gouvernement. Toutefois, pour certaines associations, il est important de faire changer les mentalités, de sanctionner ces pratiques, et surtout de rééduquer ces zoophiles.

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2017/08/22/2631788-maroc-15-jeunes-attrapent-rage-apres-avoir-viole-anesse.html

Voir les commentaires

Le président américain dénonce avec force l’organisation terroriste communiste « Antifa »

24 Août 2017, 09:49am

Publié par Thomas Joly

Lors de son meeting de Phoenix (Arizona), le Président Donald Trump a dénoncé avec vigueur l’organisation terroriste communiste « Antifa » pour les violences qu’elle commet depuis un an aux USA.

« Ils ont des masques, des barres de fer, ils ont tout : les "Antifas" ! » a tonné le chef de l’État le plus puissant de la planète.

L’organisation, fondée par les communistes pro-soviétiques en Allemagne, s’illustre depuis longtemps en Europe – ainsi qu’en France et en Bretagne – où elle bénéficie de la protection des autorités et des partis de gauche institutionnels qui s’en servent comme milices de rue.

Depuis la campagne de Donald Trump, elle tente de s’en prendre violemment aux meeting de M. Trump. Des troubles ont encore eu lieu à l’initiative des « antifas » à Phoenix, où ils s’en sont pris à la police.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

« Tous ceux qui ont aimé l'immigration de masse vont pouvoir découvrir les joies de l'islamisme, de la charia, du djihad et du terrorisme »

23 Août 2017, 18:40pm

Publié par Thomas Joly

Carl Lang, Président du Parti de la France, a réagi sur Twitter au chaos ethnique et islamiste qui se répand en Europe occidentale.

Voir les commentaires

10 milliards pour acheter la paix dans les quartiers afro-musulmans, mais l’armée attendra…

23 Août 2017, 11:21am

Publié par Thomas Joly

Pour les sénatrices Annie Guillemot (PS) et Valérie Létard (UDI), la politique de la Ville ne distribue pas assez d’argent dans les 1.514 quartiers prioritaires (comprendre : colonisés). En bref, elles réclament 10 milliards d’euros, en plus des crédits de droit commun.

Telle est la conclusion d’un rapport remis cet été tandis que les Français étaient sur les plages, entre deux attentats. Ils apprendront donc à la rentrée que le Sénat a travaillé pour eux avant de se renouveler partiellement bientôt. Les grands électeurs vont-ils consolider l’effet Macron ? Réponse le 24 septembre.

D’ici là, les préconisations des sénatrices Annie Guillemot (PS) et Valérie Létard (UDI) auront sans doute continué leur petit bonhomme de chemin, d’autant qu’elles étaient ficelées depuis longtemps déjà. En effet, la loi Lamy définissant la politique de la Ville en termes de cohésion urbaine et de solidarité, nationale et locale, envers les quartiers défavorisés et leurs habitants, rien n’est trop cher pour le portefeuille des contribuables. Surtout quand il s’agit de gaver encore la foison des quartiers prioritaires inscrits dans 850 communes.

Appauvrir les contribuables et enrichir les caïds

« C’est plus de 100 milliards d’euros au total qui ont été dépensés pour la politique de la ville, ces trente dernières années. » Voilà déjà pour l’ardoise. Voici maintenant ce que dénonçait le site Contribuables associés, il y a neuf mois : « Cette rallonge budgétaire au bénéfice de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine est symptomatique du désastre. Depuis 40 ans, l’État cherche à éteindre l’incendie qu’il a provoqué en favorisant la construction de logements sociaux sans parvenir à autre chose qu’à appauvrir les contribuables et à enrichir les caïds. La rénovation urbaine des quartiers prioritaires, « le plus grand chantier de notre Histoire », dira Jean-Louis Borloo (ministre de la Ville entre 2002 et 2004), a coûté 48 milliards aux contribuables entre 2005 et 2015. Le budget du ministère est de 438 millions d’euros en 2016. »

Et pendant ce temps, les gouvernants de la France en guerre asymétrique chipotent sur 850 millions pour la Défense nationale

« Ainsi, la réduction de 850 millions € des ressources prévues pour les armées en 2017 est-elle un signal de faiblesse donné à nos adversaires. Elle est perçue comme une baisse de l’effort de Défense en pleine « guerre ». De surcroît, la démission du chef d’état-major des Armées est considérée à juste titre comme une perte de crédibilité du chef de l’Etat, chef des Armées, et une fragilisation générale de notre armée. Les mois à venir pourraient voir se multiplier les actions terroristes sur le territoire national dans des formes nouvelles. L’Etat doit organiser la Nation pour gagner cette guerre qui s’annonce longue et difficile. »

Charité bien ordonnée commençant par soi-même, l’ASAF préconise cependant : « Pour vaincre, les Français ne doivent pas seulement proclamer les « valeurs républicaines » mais surtout retrouver la confiance, faire preuve de courage dans le quotidien et montrer une détermination sans faille dans ce combat permanent pour la liberté. »

Jacques Chassaing 

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Comment faire si votre logement est occupé par des squatteurs au retour des vacances ?

23 Août 2017, 11:09am

Publié par Thomas Joly

Un propriétaire rentre chez lui après des vacances lorsqu’il s’aperçoit que les serrures de son domicile ont été changées et que des gens habitent désormais chez lui. Comment peut-il reprendre possession de sa maison ?

La presse se fait souvent l’écho de ces affaires de squat. Dernière en date : à Nantes (Loire-Atlantique), ce mois-ci, un couple de retraités a découvert que treize personnes vivaient dans l’une de ses résidences annexes. Une situation incroyable mais « courante, surtout en périodes de vacances, durant lesquelles des logements peuvent rester vides », constate Karine Altmann, avocate au barreau de Paris. Étape par étape, la spécialiste du droit immobilier comment se débarrasser de ces « occupants sans droit ni titre ».

« Sont-ils dans les murs depuis plus de 48 heures ou pas ? » est la première question à se poser. Si les occupants sont présents depuis moins de deux jours, il faut réunir les documents qui prouvent que l’on est propriétaire (taxe foncière, acte de propriété, par exemple) et obtenir des voisins, du gardiens des attestations témoignant de la date d’arrivée des squatteurs. Son dossier monté, il faut se rendre au commissariat et les policiers procèderont à l’expulsion.

Au-delà de 48 heures d’occupation, c’est une toute autre procédure, les occupants peuvent invoquer le droit au logement. En 2015, à Rennes (Ille-et-Vilaine), les « invités surprises » avaient placardé ce texte sur la porte d’un domicile squatté illégalement : « Ce lieu est notre domicile ainsi que notre résidence principale… Nous sommes protégés par la loi. »

Dans ce cas, le propriétaire doit se munir des mêmes attestations et justificatifs de propriété précédemment cités et déposer une requête auprès du tribunal de grande instance (TGI) du coin. Dans les 48 à 72 heures, le TGI désigne un huissier qui est habilité à entrer dans le logement squatté pour y prendre l’identité des occupants. « Il n’y a pas de procédure d’expulsion contre X », précise Me Altmann. Il s’agit maintenant de prendre contact avec un avocat spécialisé qui engage une procédure d’expulsion auprès du tribunal d’instance qui doit fixer une date d’audience. En fonction de l’agenda du tribunal, cette étape peut prendre plusieurs semaines.

« En général, le juge ordonne l’expulsion et n’accorde pas de délai car les occupants sont entrés illégalement ». De même, le tribunal n’est pas forcé de prendre en compte la trêve hivernale qui court du 1er novembre au 31 mars, « car nous n’avons pas affaire au locataire classique muni d’un bail ». C’est l’huissier accompagné du commissaire de police et d’un serrurier qui procède à l’expulsion.

Dans tous les cas, Karine Altmann déconseille fortement de déloger ces occupants indésirables par la force. « D’abord, on ne sait pas à qui on a affaire. Ces gens sont peut-être armés. » Sans compter que « si jamais il y a des violences pendant l’expulsion, les squatteurs peuvent porter plainte contre vous ».

Que risquent les squatteur ? « Les occupants sans droit ni titre peuvent être condamnés à payer des indemnités », une indemnité d’occupation mensuelle, par exemple, explique Me Altmann. « Mais ils sont en général insolvables et le tribunal donne la priorité à l’évacuation du logement », conclut la spécialiste du droit immobilier.

Source : Le Parisien via Fdesouche

Voir les commentaires

Robert Ménard étrille Marine Le Pen dans une lettre ouverte

23 Août 2017, 10:37am

Publié par Thomas Joly

Le maire de Béziers Robert Ménard, proche du Front national, appelle les militants du parti à exercer leur droit d'inventaire, ciblant directement sa présidente Marine Le Pen dans une lettre ouverte dont Le Figaro a publié le contenu mardi soir sur son site.

Robert Ménard, qui gravite dans la galaxie FN sans en être adhérent, décrit dans ce texte le "cauchemar" que traverse selon lui un parti réduit à un "champ de ruines" et met en cause ouvertement Marine Le Pen.

"Le problème - personne, dans les rangs du FN, n'ose le dire à haute voix mais beaucoup le répètent en catimini -, c'est qu'après le débat calamiteux, tant sur la forme que sur le fond, qui hante encore nos discussions, on est en droit de s'interroger : si Marine Le Pen a su sortir le FN de l'attitude uniquement protestataire où le cantonnait son père, est-elle aujourd'hui en position de le porter au pouvoir ?", écrit le maire de Béziers.

Il fait ainsi référence à la prestation de la présidente du FN lors du débat d'entre-deux-tours de la présidentielle, qui l'avait opposée à Emmanuel Macron.

Les échecs de la présidentielle (33,9% au second tour) et des législatives (huit députés dont deux apparentés, Gilbert Collard et Emmanuelle Ménard, épouse du maire de Béziers) ont attisé les tensions au FN mais les critiques étaient jusqu'ici restées plus feutrées.

"Si nous jetions par dessus bord nos dirigeants, nos idéologues, nos stratèges en chambre ?", propose Robert Ménard.

Le maire de Béziers, tenant de l'union des droites et opposé à la sortie de l'euro - par opposition à la ligne défendue par Florian Philippot -, appelle par ailleurs à "réécrire" le programme du FN.

Il profite de l'occasion pour épingler Florian Philippot, vice-président du FN "manifestement plus soucieux de son avenir que de celui de son parti", mais aussi Marion Maréchal-Le Pen, plus proche de ses positions, estimant qu'elle a "lâch(é) (le parti) au pire des moments".

Marion Maréchal-Le Pen, députée sortante du Vaucluse, a annoncé le 9 mai dernier son retrait - au moins provisoire - de la vie politique.

Le FN, qui s'était fixé pour objectif de cette année électorale d'arriver au pouvoir ou, à défaut, d'obtenir au moins 15 élus à l'Assemblée nationale pour pouvoir former un groupe parlementaire, a entamé sa "refondation" après cette série de déconvenues dans les urnes.

Les dirigeants du parti, réunis en séminaire fin juillet, ont décidé de procéder à une "grande consultation" auprès de ses adhérents en septembre, dans la perspective d'un congrès prévu en février ou mars prochain.

Source : https://fr.yahoo.com/news/robert-m%C3%A9nard-lance-la-charge-contre-marine-le-194923977.html

Voir les commentaires