Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

48 heures après le décret de Trump, les premiers passagers musulmans sont refoulés des aéroports américains

28 Janvier 2017, 19:51pm

Publié par Thomas Joly

Seulement 48 heures après la signature d’un décret présidentiel par Donald Trump, les premières informations indiquant que des passagers musulmans ne pouvaient plus entrer aux USA sont parues.

Le journal britannique The Express indique : « L’interdiction de territoire pour les musulmans vient d’entrer en action suite à la signature du décret présidentiel interdisant aux personnes principalement originaires de pays musulmans d’entrer aux USA. »

Le journal cite le témoignage d’un mahométan. Mohammed al-Rawa a indiqué sur Facebook que son père, un musulman, avait déjà été soumis à l’interdiction. « Mon père de 71 ans était au Qatar pour embarquer sur un vol afin de venir nous visiter mais a été renvoyé vers l’Irak. Des agents américains lui ont dit que Trump avait annulé tous les visas. »

Les allogènes tentant de s’infiltrer en Amérique vendredi ont été immédiatement arrêtés. Les demandeurs d’asile qui étaient en route pour rejoindre les USA vendredi, lors de la signature du décret présidentiel, ont été interpellés aux aéroports.

Sans surprise, les organisations islamistes implantées aux USA se mobilisent pour empêcher le gouvernement américain de stopper l’afflux de colons musulmans. Le Council on American-Islamic Relations (CAIR), lié aux Frères Musulmans, a déclaré préparer le dépôt d’un recours au niveau fédéral contre l’interdiction de territoire dès la semaine prochaine.

Démonstration est faite que si la volonté politique existe, tout est réalisable.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Carl Lang et Jean-Marie Le Pen invités de Radio Courtoisie lundi 30 janvier à 12h

28 Janvier 2017, 15:13pm

Publié par Thomas Joly

Carl Lang et Jean-Marie Le Pen invités de Radio Courtoisie lundi 30 janvier à 12h

Invités de Michel de Rostolan, Carl Lang, Jean-Marie Le Pen et René Bouin interviendront sur le thème de « la renaissance de la France, terre des Arts, des armes et des lois » le lundi 30 janvier de 12h à 13h30.

Pour écouter Radio Courtoisie, cliquez ici.

Voir les commentaires

Pendant la messe de Noël à Sisteron, on a commenté des sourates

28 Janvier 2017, 12:35pm

Publié par Thomas Joly

C’est une histoire stupéfiante que Victor Loupan, théologien orthodoxe, a racontée le 13 janvier dernier dans l’émission « Le Grand Débat » sur Radio Notre Dame. Les faits se sont déroulés le 24 décembre dernier, à la cathédrale de Sisteron, où il s’était rendu en famille pour assister à la messe de Noël. À la fin de la messe, le prêtre a annoncé que plusieurs musulmans étaient présents dans l’assistance et les a invités à monter au pied de l’autel. Là, après avoir fait applaudir par les fidèles des hommes dont la plupart étaient vêtus de djellabas, la tête coiffée de la calotte islamique, il leur a donné la parole.

S’en est suivie une scène hallucinante : leur chef, visiblement inspiré par la fête de la Nativité de Jésus-Christ, a expliqué que le Coran contenait de nombreuses sourates relatives au « prophète » Jésus et à sa mère Marie. Puis il a commenté ces sourates, gardant la parole pendant environ dix minutes. Loupan expose qu’il n’a pas pu rester jusqu’au bout et que l’assemblée semblait très gênée. L’affaire a fait grand bruit auprès de l’évêché, dont le vicaire général a expliqué, embarrassé, que ce prêtre était attaché au dialogue interreligieux mais que le moment n’était peut-être pas bien choisi. On ne saurait moins en dire.

Naïveté ? Inconscience ? « Vivrensemble » ? On peut tout imaginer. Mais la question n’est pas là. Une telle initiative, le soir de Noël, fête chrétienne de la Nativité, est plus qu’une faute : c’est une imbécillité sans nom.

Pour les chrétiens, Jésus-Christ, vrai homme et vrai Dieu, est Dieu incarné venu partager notre humanité pour nous faire participer à sa nature divine et nous sauver du péché.

Aux yeux des musulmans, cette foi en Jésus-Christ fils de Dieu est un blasphème. Or, que fêtons-nous à Noël, si ce n’est cette incarnation ? Nous ne fêtons pas l’amitié ou la fraternité entre les peuples, choses tout à fait respectables en soi. Nous ne fêtons pas la paix dans le monde, objectif partagé par tous les hommes de bonne volonté. Nous fêtons la nativité de Jésus-Christ. Oublier cela, c’est supprimer l’essence même de Noël. Inviter des musulmans aux accoutrements de salafistes à exposer la vision coranique de Jésus et de sa mère Marie, c’est relativiser notre foi, c’est renier cette foi. Si Jésus n’est qu’un prophète, comme le soutiennent les musulmans, Noël n’a aucun sens.

En faisant cela, ce prêtre n’a sans doute pas eu conscience un instant de l’importance symbolique de son acte. Pas plus qu’il n’a compris que le dialogue avec les autres religions n’avait pas sa place dans une église où il vient de célébrer le sacrifice de la messe. Mais, plus encore, il a oublié, lors de cette fête, les nombreux chrétiens qui ne mettent jamais les pieds à l’église, sauf deux ou trois fois par an. Ceux-là, pas forcément très instruits des mystères de la foi, ont assisté à ce spectacle incroyable de relativisme. Quel effet une telle scène a-t-elle produit sur eux ? Comment peut-on croire qu’une telle initiative les amènera à la foi, eux qui sont souvent des « tièdes » que l’Église a justement pour mission de réchauffer ?

Décidément, naïveté, inconscience ou bêtise, ce prêtre dont personne ne peut juger des intentions a commis une bourde monumentale. Espérons que l’Église de France, celle du père Hamel, ami des musulmans égorgé au pied de l’autel, comprendra un jour dans quelle impasse elle se fourvoie.

François Teutsch

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Après celle des États-Unis, la visite du FN en Israël tourne au désastre

28 Janvier 2017, 08:50am

Publié par Thomas Joly

Après le désastre du déplacement de Marine Le Pen au Canada (voir ici) et son humiliation à New York où Donald Trump a refusé de la rencontrer, la présidente du FN vient de recevoir un nouveau camouflet, cette fois-ci de la part d’Israël.

Dédiabolisation inopérante

Le Front National tente, de plus en plus désespérément, de prouver sa crédibilité internationale en multipliant les déplacements officiels hors de l’Hexagone. Après l’échec canadien et américain, c’est donc Israël qui a fermement récusé tout contact avec le FN. En cause, le voyage du n°3 du parti, Nicolas Bay, qui ne s’est pourtant pas ménagé lors de sa visite.

Le journal Le Monde a interrogé toutes les personnes rencontrées par Nicolas Bay. Elles ont déclaré ignorer que leur visiteur était un homme politique lié au FN.

Le député européen a donné de l’écho à cette visite surprise grâce à Twitter, en publiant les photos de ses rencontres. Mais entre les légendes de ces clichés et la réalité, l’écart semble considérable. Les représentants officiels que M. Bay se félicite d’avoir vus affirment ne pas avoir su qui il était avant de se retrouver face à lui.

Un colonel de l’armée israélienne, Eyal Furman, a ainsi indiqué avoir quitté les lieux de la rencontre une fois l’identité du convive connue :

Sollicité par Le Monde, Peter Lerner, porte-parole des forces armées, s’est entretenu avec le colonel Furman. « Il est arrivé à ce dîner quand il avait déjà commencé et il n’était pas informé de la présence d’un politicien français. Il a ensuite quitté poliment les lieux quand il l’a appris et il a informé son commandement. »

Face aux interrogations soulevées, le gouvernement israélien a réagi, dénonçant en bloc le Front National, son « idéologie » ainsi que son « histoire ».

Israël continue à refuser tout contact avec le Front national a réaffirmé vendredi un responsable israélien après la visite personnelle dans l’État juif du numéro trois du parti frontiste. « Le gouvernement israélien n’a pas de contact avec le Front national, étant donné l’idéologie et l’histoire de ce parti », a déclaré le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon. « Cette politique n’a pas changé. Le gouvernement israélien n’a pas approuvé de rencontre officielle avec le représentant du Front national », a-t-il ajouté.

Les efforts de Marine Le Pen pour normaliser le FN n’ont donc servi à rien : les organisations communautaires juives hexagonales ainsi que l’État d’Israël demeurent résolument sourdes aux appels du pied de la dirigeante frontiste. Celle-ci avait pourtant été jusqu’à exclure son père de son parti.

Inconsistance et opportunisme

Le mois passé, Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen, avait condamné l’État juif sur la question de l’occupation de la Cisjordanie. « Israël sait très bien que ces colonisations sont condamnées par une grande partie des pays du monde. Je pense que ces colonies ne sont pas utiles à la recherche de la paix, c’est le moins que l’on puisse dire » avait-il déclaré.

Louis Aliot avait pourtant visité des colonies israéliennes en décembre 2011, là aussi à quelques mois des élections présidentielles.

Ces revirements répétés ont probablement convaincu le gouvernement israélien d’un manque de sincérité de la démarche de la direction du FN.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Le Parti de la France présent à la 1ère Fête du Pays Réel

28 Janvier 2017, 08:41am

Publié par Thomas Joly

A l'invitation d'Alain Escada et de Civitas, Carl Lang prendra la parole lors de cette journée à Rungis et Thomas Joly tiendra, avec des militants, le stand du Parti de la France.

Sont déjà inscrits :
Association Catholique des Infirmières et Médecins, ADMP, Atelier des Mamans de l’Ecole N-D de l’Assomption, Cadets de France, Capucins de Morgon, Cercle National des Combattants, Chœur Montjoie Saint Denis, Cours Maria Goretti, Dominicains d’Avrillé, Echoppe Formes et Ombres (objets médiévaux), Echoppe Fron (porcelaine peinte, vins cuits et sucreries), éditions Charlemagne, éditions des Cimes, éditions La Plume du Temps, éditions Retour aux Sources, éditions Saint-Rémi, éditions Sel de la Terre, éditions Sigest, Fédération Haute Savoie de Civitas (avec produits locaux), Foies Gras du Sud Ouest, Librairie Française, Nation, Parti de la France, Peintre Le Baube (tableaux), Renaissance Catholique, Renouveau Français, Rosa Mystica, SOS Mamans, Synthèse Nationale, UNEC

Ont déjà annoncé venir dédicacer :
Pierre-Jean Arduin, Stéphanie Bignon, Yvan Blot, Anne Brassié, Jean-Pierre Dickès, Jean-Arnaud Dollié, Jean-Jacques Doucet, Bernard Gantois, Laurent Glauzy, Pierre Hillard, Youssef Hindi, Roger Holeindre, le dessinateur Ignace, Johan Livernette, Claude Meunier-Berthelot, Philippe Prévost, Marion Sigaut, Jean-Michel Vernochet, Damien Viguier

Thèmes des interventions déjà annoncées :
Union de l’Eglise et de l’Etat : question d’un autre âge ? (abbé Xavier Beauvais) – Revaloriser la France rurale (Stéphanie Bignon) – La culture au service du Bien (Anne Brassié) – Réformer l’instruction (Claude Meunier-Berthelot) – Se libérer des forces occultes (Pierre Hillard) - Familles en danger (Marion Sigaut, Dr Jean-Pierre Dickès) – Immigration, submersion, destruction d’une civilisation (Carl Lang, Jean-Marie Le Pen) – Sauver le Pays Réel (Alain Escada)

Voir les commentaires

Pour Trump, Madonna est « dégoutante » et fait « honte » aux États-Unis

27 Janvier 2017, 06:45am

Publié par Thomas Joly

Le président américain Donald Trump estime que le discours plein de grossièretés de Madonna à l’occasion de la « Marche des femmes  est honteux pour le pays et va même à l’encontre de l’esprit de cette manifestation.

La vieille vedette aigrie a déclaré avoir « pensé des milliers de fois à faire sauter la Maison Blanche » et n’a pas arrêté de jurer comme un charretier.

« Honnêtement, elle est dégoûtante. Je pense qu'elle s'est fait beaucoup de mal. Je pense qu'elle a sapé toute cette cause », a déclaré le président à Fox News. « Elle a fait honte à tout le pays », a-t-il conclu.

L'ex-reine de la pop qui dit vouloir défendre la « dignité des femmes » et qui n’a pas cessé de jurer durant son intervention à la marche des femmes, après avoir promis lors de l’élection une fellation à tous ceux qui voteraient pour Hillary Clinton, a expliqué sur Instagram que ses propos devaient être pris au second degré. Des métaphores bien filées, donc.

Source : http://fr.sputniknews.com

Voir les commentaires

La Maison-Blanche va publier chaque semaine la liste des crimes commis par les immigrés

27 Janvier 2017, 06:33am

Publié par Thomas Joly

Donald Trump durcit le ton vis-à-vis des immigrés, comme il l'annonçait avant son investiture. Leurs crimes vont être inscrits sur une liste, réactualisée chaque semaine par la Maison-Blanche, d'après un décret signé mercredi, rapportent plusieurs sites américains. Les villes qui refusent d'expulser ces personnes seraient elles aussi pointées du doigt.

Réactualisée chaque semaine, la liste des crimes commis par les immigrés aux États-Unis sera rendue publique par le Secrétariat de Sécurité Intérieure et comportera également les noms des « villes-sanctuaires », qui refusent de faciliter l'expulsion des clandestins. Avant son arrivée à la Maison-Blanche, Donald Trump avait promis d'expulser jusqu'à 11 millions d'immigrés clandestins.

Source : http://www.europe1.fr

Voir les commentaires

Sortie du second numéro de la revue « Confrontation »

27 Janvier 2017, 06:28am

Publié par Thomas Joly

Le numéro 2 de CONFRONTATION sera en vente dès la semaine prochaine.

Au sommaire un entretien avec Pierre Cassen, fondateur de Riposte Laïque, une tribune de Carl Lang, président du Parti de la France, les articles de Jean Yves Leandri, Bernard Atlan, S.Andrei, François Deschamps, José Castano, Agnès Claude, et une importante étude sur la Russie face au risque islamique.

Voir les commentaires

L’élection de Trump est aussi importante que la chute du mur de Berlin

27 Janvier 2017, 06:24am

Publié par Thomas Joly

Le « mur de Berlin » symbolisait la chape de plomb que le communisme soviétique faisait peser sur la Russie, communisme dont la doctrine, paradoxalement, prônait un monde sans frontières.

L’espace Schengen des « Européens » qui voulaient s’affranchir desdites frontières a vu s’ériger dans les pays de l’Est des murs pour garantir leur nouvelle liberté retrouvée contre l’invasion migratoire.

Aux États-Unis, Donald Trump s’apprête à poursuivre l’œuvre de ses prédécesseurs (ses opposants « oublient » de préciser que c’est George Bush junior qui a initié le projet en 2006 !) en achevant le mur de séparation entre les États-Unis et le Mexique.

Ainsi, les frontières qui n’avaient pas besoin, autrefois, d’être délimitées par un mur pour être respectées réapparaissent comme autant de barrières bien concrètes contre l’utopie mondialiste, laquelle a succédé à l’utopie marxiste, « l’internationalisme » se muant en « mondialisation» et le « grand capital », cher aux imprécations de Georges Marchais, devenant un « gentil » mais sournois social-libéralisme apatride.

Dans cette grande confusion idéologique, l’Europe artificielle dite « de Bruxelles », « de Schengen », « de Maastricht » ou « de Lisbonne » s’est succédé à elle-même comme une couleuvre à avaler en boucle par les peuples européens ; ces derniers se sont retrouvés d’abord désemparés devant ce gigantesque hold-up ; puis ils ont commencé à prendre conscience de la situation grâce, principalement, aux réseaux sociaux qui ont révélé l’escroquerie.

Pour les anciens dissidents soviétiques, Zinoviev et Boukovsky, l’Union européenne ressemble désormais à l’Union soviétique avec ce que tout cela implique d’obsolète, de totalitaire, de sordide et d’anachronique, puisque le communisme a échoué partout dans le monde.

Pour nos amis dissidents, l’Ordre mondial est une « superstructure » basée aux USA, monstre froid échappant à toute personnalisation et à toute autorité, son seul but étant de « faire de l’argent », par tous moyens, en asservissant le monde. Le Système emploie, selon Zinoviev, une cinquantaine de millions de personnes dans le monde.

Nous, qui lui résistions, n’avions à lui opposer que nos traditions, notre histoire millénaire, notre spiritualité, notre sol et notre sang. Nous avions donc considéré que notre ennemi était, dans sa globalité, l’Amérique.

Et puis, patatras !

Voilà que, avec l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, nous prenons conscience qu’il existe un peuple américain qui nous ressemble, qui est confronté aux même casseurs que l’Ordre mondial a lancés de par le monde, qui détruisent notre cadre de vie, nos structures traditionnelles, nos âmes, la beauté du monde.

L’élection de Trump, sans préjuger de son action future, est aussi importante que la chute du mur de Berlin. Il y a désormais deux mondes qui s’affrontent : celui des peuples traditionnels sur leurs terres et les hordes sataniques de la décadence. Times are changing !

Pierre-Émile Blairon

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Délocalisation de l’usine Whirlpool : la France, dindon de la farce !

27 Janvier 2017, 06:22am

Publié par Thomas Joly

L’usine Whirlpool d’Amiens cessera sa fabrication de sèche-linge le 1er juin 2018. Environ trois cents personnes de plus vont encore se retrouver au chômage en France ! Pourquoi ? Parce qu’au sein même de l’Union européenne, il y a des pays européens émergents.

Ces derniers pratiquent donc, de fait, un dumping fiscal et social avec un coût de la main-d’œuvre quatre fois inférieur à celui de la France !

Et si, encore, les Polonais nous achetaient des avions et des hélicoptères français… Mais non ! Pour des raisons politiques, afin de satisfaire l’Amérique, par peur de la Russie, ils préfèrent acheter américain.

Dans le cas Whirlpool, comme pour de nombreuses autres délocalisations à l’est de l’Europe, les peuples ouest-européens se vident de leur substance économique industrielle, suite à la stupidité des élites françaises qui ont confondu élargissement et approfondissement de l’Europe ! S’il y avait eu un approfondissement intelligent avant un élargissement responsable, lent, contrôlé et très progressif, paradoxalement, les peuples européens seraient aujourd’hui moins hostiles aujourd’hui à l’Union européenne !

Maurice Allais estimait qu’une libéralisation totale des échanges et des mouvements de capitaux n’était souhaitable que dans le cadre d’ensembles régionaux regroupant des pays économiquement et politiquement associés, de développement économique et social comparable. Comparable, voilà le mot clé, ce qui importe, ce que nos élites de pacotille traîtresses et stupides n’ont pas su ou voulu voir !

Autant le Marché commun protectionniste, avec la préférence communautaire, fut une réussite totale et bénéfique pour la France, autant l’élargissement économique à l’Est voulu, il est vrai, par l’Allemagne pour s’assurer des débouchés et organiser sa sous-traitance ne fut pas aussi bénéfique et souvent maléfique pour la France, qui a délocalisé aussi une grande partie de son industrie automobile en Roumanie (Renault) et en Slovaquie !

Mais il faut reconnaître que le problème de l’élargissement européen à l’Est est, effectivement, très complexe avec des discussions sans fin, des avantages et des inconvénients, même pour la France, suite à l’avantage, parfois, de produire à bas prix et de trouver de nouveaux débouchés. Le pragmatisme s’impose en matière de protectionnisme et il ne faut jamais tomber dans le piège de l’idéologie stupide ! Quant au libre-échange mondialiste non européen, lui, il doit être combattu sans aucun doute possible.

Marc Rousset

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Trump va renvoyer chez eux les immigrés criminels et les clandestins

26 Janvier 2017, 18:25pm

Publié par Thomas Joly

Les immigrés ayant commis un crime sur le sol américain seront expulsés du pays. Quant aux pays d'origine de ces derniers, ils seront contraints d'accueillir les personnes expulsées sous menace d'interdiction de visa pour tous les citoyens de ces États, a déclaré aux journalistes le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer.

L'expulsion des migrants clandestins et des étrangers condamnés sera une priorité. Une fois leur peine purgée, ils recevront un billet « sans retour », a-t-il précisé.

« Le département d'État suspendra les visas et aura recours à d'autres instruments pour contraindre les pays à accueillir les criminels qui en sont originaires. Nous y parviendrons », a souligné M. Spicer.

Le durcissement de la politique migratoire avait été l'une de promesse électorale de Donald Trump.

Source : http://fr.sputniknews.com

Voir les commentaires

Sous la présidence Trump, la police neutralise avec fermeté la racaille d'extrême-gauche

26 Janvier 2017, 18:00pm

Publié par Thomas Joly

Ça se passe à Portland (Oregon) où une poignée de militants d'extrême-gauche ont décidé de bloquer la circulation pour manifester leur haine contre le Président Trump. La police a reçu immédiatement l'ordre de mettre hors d'état de nuire les fauteurs de trouble. Ça se passe comme ça dans l'Amérique de Donald Trump, ça se passera aussi comme ça chez nous lorsque le Parti de la France sera au pouvoir.

Voir les commentaires

Donald Trump ordonne la construction du mur anti-migrants et interdit l’immigration de 7 pays musulmans

26 Janvier 2017, 06:32am

Publié par Thomas Joly

Le président américain ne perd pas de temps. Après les premières décisions radicales relatives à son programme économique, Donald Trump va signer de nouveaux décrets présidentiels visant à combattre l’immigration clandestine, notamment musulmane.

Traiter comme une question de sécurité nationale, le président américain dispose en conséquence de larges moyens pour mettre en œuvre son programme. Dans un tweet, le chef de l’état a affirmé qu’il allait « construire le mur » avec le Mexique.

Le Président Trump a signé des décrets présidentiels mercredi incluant une interdiction temporaire de territoire pour la plupart des « réfugiés » et une suspension de visas pour les ressortissants de Syrie et de six autres pays moyen-orientaux et africains. Un autre décret interdira les visas délivrés pour n’importe quelle personne de Syrie, d’Irak, d’Iran, de Libye, de Somalie, du Soudan et du Yémen, ont déclaré les conseillers et experts qui ont demandé de ne pas être nommés.

le Président Trump va également signer un décret relatif à la construction du mur de protection avec le Mexique.

Durant la campagne électorale, Donald Trump avait assuré qu’il empêcherait les djihadistes de s’infiltrer aux USA, soulignant que l’islam « haïssait » l’Amérique et l’Occident. De nombreuses attaques terroristes commises par des musulmans ont en effet frappé le pays ces derniers mois.

« Je ne veux pas de terrorisme dans ce pays », a affirmé le président. Selon lui, les décisions de ses prédécesseurs, Georges W. Bush et Barack Obama, à propos de la situation au Moyen-Orient, ont participé à l’instabilité et à la colère du monde musulman qui ont permis l’émergence du terrorisme. « Le monde est un foutoir […], le monde est en colère », s’est-il exprimé. « Nous n’aurions pas dû aller en Irak (en 2003). Nous n’aurions pas dû nous en retirer de la façon dont nous l’avons fait (en 2011). Le monde est un foutoir complet. »

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Débat Valls-Hamon : petites joutes entre amis…

26 Janvier 2017, 06:25am

Publié par Thomas Joly

Le combat promettait d’être sanglant. Déjà, à l’issue de la première manche, par médias et équipes de campagne interposés, les deux protagonistes en lice pour le combat final de la primaire de la gauche ne s’étaient rien épargné. Invectives, sous-entendus, allusions perverses : tout était bon pour affaiblir le concurrent. Restait à savoir cependant qui, du « petit Ben » ou de « Manu le Barcelonais », enverrait, lors de la dernière rencontre télévisée, son adversaire au tapis et porterait, en même temps, l’estocade finale au club dont ils sont tous deux issus : le Parti socialiste.

Comme dans ce genre d’affrontement, les parieurs étaient nombreux. La cote de Benoît Hamon était, au départ, la plus élevée. Le résultat obtenu lors de la première manche, ainsi que les ralliements d’entre-deux-tours, en faisaient un favori facile même si son style et son programme n’étaient pas sans comporter des failles. Manuel Valls, de son côté, fidèle à lui-même, promettait une lutte sans merci et se battrait jusqu’au bout.

Comme prévu, les hostilités débutèrent à 21 heures sous le contrôle de nos arbitres du système. Et pourtant, c’est une suite de pétards mouillés qui allaient exploser tout au long de la soirée. Ce fut, en effet – du moins les candidats s’y employèrent -, assauts d’amabilités et larges recherches de consensus.

Pourtant, il ne fallait pas s’y tromper. Les divergences, entre ces deux prétendants d’une gauche irréconciliable, étaient bien présentes, même dissimulées derrière des mots, des phrases et même des idées parfois alambiqués et à la limite du compréhensible.

Ainsi avons-nous vu, d’un côté, un Benoît Hamon porteur des idées d’une gauche utopique, une gauche à contre-courant d’une réalité vécue dramatiquement par de nombreux Français. Une gauche qui promet et qui dépense sans jamais dire comment elle financera son rêve. Mais tous les contribuables qui se trouvaient devant leur téléviseur l’avaient déjà compris et ne furent pas surpris d’entendre Manuel Valls qualifier son challenger de « candidat de la feuille d’impôt ».

De l’autre, l’ancien Premier ministre, dont les positions, souvent situées aux antipodes de son adversaire du moment, ne faisaient que nous promettre la poursuite d’un quinquennat laborieux et destructeur. Et pour faire bonne mesure, il se qualifiait lui même de « candidat de la feuille de paie ». Un qualificatif que n’aurait pas renié, en son temps, un certain Nicolas Sarkozy.

Sans doute, au lendemain de ce débat qui s’est révélé confus, loin des préoccupations de tout un chacun et sans véritable vision d’avenir, se trouvera-t-il des commentateurs pour estimer que l’essentiel a finalement été sauvé : la survie de la maison PS.

Et, de fait, la ligne blanche, que nos compétiteurs semblaient avoir franchie en ce début de semaine à plusieurs reprises, a été soigneusement évitée. Sans doute, dès lundi prochain, les deux candidats se retrouveront-ils pour voguer de concert vers de nouvelles aventures électorales. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Comment, au-delà de divergences politiques qui restent fondamentales, ne pas ruiner un avenir qui, à n’en pas douter, devra comporter bien des accommodements. Mais il est vrai que la maison socialiste risque fort d’avoir de nombreuses années devant elle pour rebâtir un projet collectif qui saura préserver les intérêts de tous. Alors, si au terme de ce débat il fallait désigner un vainqueur, la chose serait bien difficile. En revanche, il y a manifestement une grande perdante : la France.

Olivier Damien

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires