Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Ethnopsychologie : Le djihadiste qui sommeille dans chaque afro-musulman

5 Avril 2016, 05:24am

Publié par Thomas Joly

Après chaque attentat, comme après chaque démonstration des ravages de l’immigration extra-européenne, la puissante machinerie médiatique entreprend “d’expliquer” aux masses ce qu’elles vivent. La pornographie sociologique de gauche donne toujours à fond dans ces moments là.

En dépit de ce simulacre, dans les bas-fonds de la société, la réalité est bien différente. Certains égouts collecteurs refoulent une vérité occultée, niée ou minorée.

Célébrations des attentats de Bruxelles

L’un d’entre eux a récemment débordé. Il s’agit du site satirique Nordpresse.be, gentiment situé à gauche. Ce dernier a publié un article intitulé “Le corps d’Allah retrouvé parmi les victimes du métro” (lire ici).

L’article n’est pas très outrancier, il est même plutôt enfantin.

Mais les réactions qu’il a déclenché chez les afro-musulmans sont particulièrement révélatrices : injures, menaces de mort, apologie des attentats perpétrés par l’État Islamique, appels à en commettre d’autres contre les civils, invocation des mannes de Mahomet, malédictions, etc.

Nous ne parlons pas de quelques marginaux, mais d’un consensus absolu, furieux.

J’invite mes lecteurs à prendre le temps de lire ces réactions spontanées, à visage découvert, franches. Elles s’étalent sans le filtre des médiats gouvernementaux et des scribes de la bourgeoisie blanche progressiste habituellement soucieuse de se livrer à son exercice favori : le narcissisme masochiste.

Les profils des commentateurs ne sont pas ceux “d’islamistes radicaux” qu’aiment à décrire les médiats et dont je n’ai de cesse de dire qu’ils ne sont qu’une partie infinitésimale du problème. Vous ne trouverez pas parmi eux de salafistes arborant de barbes fournies et guère plus de femmes en niqabs. Non, vous ne trouverez que des maghrébins à l’orthographe hésitante dont certains sont professeurs dans des lycées, comme l’indiquent leurs profils Facebook, ou des maghrébines abondamment maquillées qui seraient probablement battues au fouet en Syrie.

Les extraits seront parlants :

Abdelkhader Belkhiri · Après faut pas pleurer vous les provoquer est après vous pleuré moi je pleure pour la Palestine 67 ans de massacre Syrie 7 de guerre civile des millions de civils tué parce-que l’Europe la dit non la vérité léo duc gaze pétrole alors arrêté de les faire chien arrêté de les provoquer

Hakim El Sparows · rigoler quand viendrat l heure du jugement dernier vous verrez se que vous avez toujour refuter mais la il sera trop tard.

Majide Hadad · Non sa mère en lisant ça a essayé de se suicider en se poignardant l anus à coup de saucisson pur porc qui lui rappelle son père car pour avoir créer un verrat comme lui son père ne peut être qu un porc

El Commandante · Mais espèce de grod connard. Aucun respect vis à vis des victimes de leurs familles et des musulmans!!!

Tatie Chacha · bande de cons ….rira bien on verra qui rira le dernier

Naïma Belal · Oh mais que cela vous est facile d’attaquer une religions juste pour provoquer les musulmans mais sachez qu’un vrai musulmans ne tombe pas dans ce genre de bêtise humaine tout actes se paie et c’est pas un musulman qui te le fera payer de t’être moquer de son dieu ALLAH sobrano mais ALLAH LUI MÊME TE PUNIRA D’UNE MANIÈRE OU D’UNE AUTRE

Ömer Yalcin · Continuez comme ça, et quand y’aura des attentats en France vous allez tous pleurer vos mères et vous allez dire “mais pq nous ?”bande de chiens vous allez connaitre pire que le 13 novembre et après vous allez pleurer

Ces réactions sauvages, incontrôlées, témoignent d’une fragilité profonde face à toute critique. Cette insécurité psychologique s’explique parfaitement.

Ethnopsychologie du sujet afro-musulman

Que quelqu’un tienne quelque chose pour sacré n’est pas un problème en soi, non plus que le fait que des musulmans soient déterminés à assassiner quiconque se livrerait à un acte “sacrilège”. C’est ainsi qu’est régi l’islam depuis 13 siècles. Il n’y a là rien de nouveau ni de surprenant.

Ce qui pose problème c’est, pour les sociétés européennes, de ne pas le comprendre et de s’acharner à penser que les afro-musulmans sont de même nature que les Européens et qu’ils partageraient une structuration mentale identique.

Cette attitude découle de l’ethnocentrisme des élites ouest-européennes qui pensent que le genre humain est unique et traversé par les mêmes aspirations, gouverné par une même vision du monde. Un genre humain appelé à se modeler sur les standards de ces élites.

C’est cette négation radicale des différences existant entre Européens et afro-orientaux qui est la source première des tensions que nous connaissons. Ceux qui sont conscients de ces déterminismes raciaux et culturels savent que les conflits interethniques sont toujours le fait d’une méconnaissance des différences fondamentales entre les races, groupes ethniques ou religieux.

Les démocrates occidentaux découvrent, avec stupéfaction, que l’immigration afro-musulmane génère… des afro-musulmans ! Et ils semblent pour le moment préférer le déni plutôt que d’admettre que ces masses inassimilables ne s’assimileront pas. Bien au contraire.

Dissonance cognitive

Cette incompréhension est parfaitement éclairée par l’article précité qui ne peut s’adresser qu’à un public d’Européens athées, catholiques – pratiquants ou non – et autres agnostiques. C’est-à-dire l’essentiel de la population belge ou française de souche.

Les auteurs de cet article satirique, comme Charlie Hebdo en son temps, ignorent le fait que l’humour est une production culturelle et qu’à ce titre elle repose sur des représentations conscientes et inconscientes partagées. La satire ne fait pas partie de la psychologie islamique, laquelle est fondamentalement bâtie sur le refus du doute. Car le doute suppose la liberté individuelle, c’est-à-dire une prise de distance critique vis-à-vis du groupe, qu’il soit familial ou tribal.

Rien de tel n’existe dans le monde musulman, surtout sunnite. Tout individu qui doute et adopte un esprit critique est immédiatement perçu comme un ennemi du groupe, un facteur de dissension sociale. Ce manquement aux obligations de cohésion tribale – dont l’islam n’est que la superstructure pseudo-spirituelle –  aboutit invariablement à l’élimination du “fauteur de troubles”.

Ce genre de comportement grégaire ne relève pas uniquement d’une philosophie : c’est un atavisme ethno-racial qui accompagne  l’endogamie et la consanguinité orientales, si cultivées en Afrique du Nord par exemple. Le tribalisme islamo-maghrébin est littéralement le produit d’un mode de reproduction qui conditionne racialement la psychologie de ces populations et s’érige ensuite en culture.

L’islam n’est pas une religion mais une culture aux accents religieux. C’est ainsi que le vivent, en pratique, les afro-maghrébins qui maquillent simplement leurs déterminismes raciaux en pseudo religiosité.

“Humiliation” et “injustice” chez les afro-musulmans

C’est pourquoi, bien que visiblement peu pratiquants, les réactions des commentateurs turcs, maghrébins ou africains sont invariablement les mêmes : enflammées et fanatiques. Ils ne distinguent pas leur être individuel de ce qu’ils nomment “allah” ou “l’islam”, appellations qui désignent indifféremment la superstructure visible du collectivisme nord-africain, africain et oriental.

Toute critique portée contre l’islam n’est pas comprise par eux comme relevant de l’argumentation rationnelle au sujet d’une croyance mais comme une atteinte psycho-affective les visant en tant que personne collective. Ils l’interprètent comme une “humiliation”.

Pour les Européens, la question religieuse se pose en termes rationnels. Typiquement, un débat entre un Européen religieux et un Européen athée vise à répondre à la question”Dieu existe t-il ?”. La question se limite à son objet.

Lorsque la question oppose un Européen et un afro-musulman, la question ne tournera pas autour de l’existence de Dieu mais de savoir si l’afro-musulman soumettra l’Européen à sa volonté. La question se limite au sujet.

Si l’afro-musulman n’y parvient pas – parce que l’Européen demeure athée ou chrétien et récuse les fondements de l’islam – alors il se sent “humilié”, ce qui veut dire chez lui  “dominé”. Or, pour l’afro-musulman, la seule domination légitime est la sienne.

Un Européen qui récuse l’islam face à un afro-musulman et qui l’affirme en toute quiétude est responsable, pour l’afro-musulman, d’une “humiliation”, c’est-à-dire une domination psychologique. Ce qui se traduit par l’accusation enfantine “d’injustice”.

La “justice” chez les afro-musulmans n’a pas le sens, égalitaire, que nous lui prêtons. Chez les africains, nord-africains ou orientaux, la “justice” signifie la domination des autres par son propre groupe, cette domination étant conçue comme allant de soi, naturelle, due.

Criminalisation du mérite personnel

Insistons sur ce point : le mérite est une notion très dévaluée chez les afro-musulmans. Les réalisations personnelles, fruits du talent de l’individu forcément autonome, sont suspectes car renvoient aux propres échecs du groupe. Or le groupe ne pouvant avoir échoué – les afro-musulmans se considèrent comme parfaits, innocents et éternelles victimes des autres – tous les succès d’un individu talentueux sont relativisés. Plus encore, ce dernier est prié de rapidement s’excuser de sa réussite, dont on lui explique au passage qu’il la doit intégralement à tous sauf à lui-même, en redistribuant les fruits de celle-ci.

Le groupe – familial et tribal – exerce sa pression implacable, en usant de la culpabilisation au besoin. Ce mécanisme est important à comprendre car dès lors les afro-musulmans fondent la légitimité sur la seule base de leur appartenance et non sur celles de leur mérite personnel, ils décrètent que ce qui est à vous à vocation à être à eux. A commencer par votre pays, vos femmes, votre argent, etc.

Exactement comme un enfant capricieux qui cherche à commander ses parents et qui estime que tout lui est du.

Hypocrisie fondamentale

Si cette domination est combattue et, mieux, abolie, la réaction est violente, irrationnelle et d’ordre psychoaffective. Ce qui se manifeste par une attitude de victimisation complaisante et hystérique.

L’hypocrisie est le principe de base du fonctionnement social de ces groupes, surtout dans les sociétés européennes où le fonctionnement du corps social repose sur le traitement égalitaire des individus. Les afro-maghrébins comprennent d’instinct que dans un système fondé sur l’égalité et le mérite individuel la rapine en bande organisée est leur seule planche de salut.

Se considérant comme “dominés” – c’est-à-dire dans leur jargon “humiliés” – les allogènes afro-musulmans font mine d’adopter – verbalement – les valeurs des sociétés d’accueil pour mieux délégitimer celles-ci en raison même du fait qu’elles les dominent. Concrètement, c’est l’utilisation de la phraséologie antiraciste, droit-de-l’hommiste et anticolonialiste afin de renforcer les positions du groupe tribal face aux Blancs.

De la même façon, un braqueur algérien, même pris en flagrant déni, continuera de nier et de désigner avec férocité des coupables imaginaires.

Quand les allogènes afro-musulmans utilisent cette rhétorique, c’est pour ruiner précisément l’ordre égalitaire et démocratique qui leur est si défavorable – du fait de leur médiocrité individuelle – et lui substituer la tyrannie raciste et haineuse du collectivisme afro-oriental.

Il faut donc retenir cette règle d’or : avec les afro-musulmans, on est en dessous ou au dessus, jamais à égalité.

“Islam modéré”

Il ne peut donc pas y avoir “d’islam modéré” ou “républicain” car il n’y a pas de modération à un déterminisme psycho-racial dont l’expression politique est le despotisme grégaire.

Il n’y a pas d’acceptation de la critique parce qu’il y a une incapacité au doute. Il y a une incapacité au doute parce qu’il y a chez ces groupes une puissante limitation, pour des raisons génétiques, de la pensée abstraite.

La raison, qui domine normalement l’affect, est considérablement réduite chez ces derniers. Le résultat en est une affectivité difficilement contrôlable dont l’agressivité est une manifestation répandue chez ces populations.

En conséquence, ces masses ne sont pas régies par la raison mais pas la force coercitive. La seule domination qu’elles tolèrent est celle d’une force qu’elles reconnaissent comme supérieure en pratique. Plus on est brutal, plus on est respecté et entendu. Comme l’enfant que l’on corrige par une fessée.

C’est bien pour cela que le mot “islam” veut dire “soumission” et que ce système culturel est radicalement incompatible avec les qualités propres de la race blanche dont l’une des plus essentielles est l’autonomie de l’individu.

Quand on comprend ces mécanismes ethno-psychologiques et la nature profonde de l’islam comme personnalité collective des masses orientales et africaines, on comprend que ce ne sont pas les démocraties occidentales qui ne sont pas compatibles avec l’islam. Elles sont incompatibles avec les afro-musulmans.

Le débat actuel est donc posé à l’envers, se focalisant sur les conséquences.

Le djihadisme comme revanche légitime

Inaccessibles au concept même de liberté et de responsabilité individuelle, ces masses afro-islamiques ne fonctionnent qu’en termes tribaux et collectivistes dans lequel la violence joue un rôle essentiel. Contrairement à l’homme européen, pour qui mérite personnel, équité et liberté sont des valeurs fondatrices de l’ordre social, le collectivisme afro-oriental n’admet que la sujétion par le despotisme et le fanatisme.

Sur ces entrefaites se manifeste le phénomène djihadiste. Alors qu’il devient chaque jour plus clair que les allogènes africains ou orientaux ne veulent ni ne peuvent être assimilés culturellement, surgit le bras “séculier” du collectivisme dont j’ai parlé.

Loin d’être perçus comme des “terroristes” ou des égorgeurs, ce sont bien comme des “justiciers” que les djihadistes sont consciemment et inconsciemment identifiés par les maghrébins et africains. “Justiciers” au sens, vous l’aurez maintenant compris, de ce que peut signifier le mot justice chez ces groupes : la violence comme arme de domination légitime.

Dans ces conditions, la “lutte contre le terrorisme” des élites démocratiques constitue, au mieux, une aimable plaisanterie.

Et pour conclure sur un argument récurrent utilisé par les afro-musulmans afin de se poser en victimes pour échapper, “perfection” et “innocence” obligent, à leurs responsabilités : non, les “musulmans” ne sont pas les premières victimes du terrorisme. Les musulmans sont les premières victimes des musulmans.

C’est l’essence même de leur culture.

Boris Le Lay

Source : http://borislelay.com

Voir les commentaires

Justice à bout de souffle : qui fait les frais de cette situation ubuesque ?

5 Avril 2016, 05:19am

Publié par Thomas Joly

C’est le ministre de la Justice qui le dit : la justice française est « à bout de souffle », avec un ministère qui « n’a plus les moyens de payer ses factures ». Il est intéressant d’entendre monsieur Urvoas effectuer un constat que partagent tous les magistrats, les avocats, les experts et nombre de justiciables. Et il ne s’agit pas là d’une banalité syndicale braillée entre deux slogans : la situation de la justice française est véritablement préoccupante.

Le garde des Sceaux donne quelques exemples : « La direction de l’administration pénitentiaire a 36 millions d’euros de factures impayées pour des hospitalisations de détenus », explique-t-il. Ou encore : « L’État a une dette de 170 millions d’euros » de frais d’interprètes, de laboratoires d’analyses ADN, d’experts, d’écoutes téléphoniques… « Tous ces prestataires privés sont payés au minimum avec quatre mois de retard », déplore le ministre. « Je connais même un tribunal où on n’imprime plus les jugements parce qu’il n’y a plus d’argent pour les ramettes de papier ! »

La réalité est encore plus sombre : l’obligation de transmettre les actes de procédure par voie électronique se double, pour les avocats, d’une copie papier : les greffes n’ont pas les budgets pour imprimer. Dans de nombreux tribunaux, le dossier n’est renvoyé à l’avocat avec le jugement qu’à condition qu’il remette une enveloppe timbrée. Mais cela n’est rien à côté des retards insupportables de l’administration : il faut plus d’une année pour obtenir d’un juge des tutelles une ordonnance autorisant la vente d’une maison appartenant à un majeur protégé – le délai dissuade les acquéreurs qui vont voir ailleurs ; souvent, les jugements signés – indispensables pour les exécuter – ne parviennent aux avocats que plusieurs mois après avoir été rendus. Et il devient pratiquement impossible d’obtenir en temps raisonnable les copies des procès-verbaux de police : les services compétents sont débordés et souvent dépourvus de papier ; quant à la transmission numérique, l’institution n’y est pas prête partout.

À qui la faute ? En premier lieu à l’État qui, depuis 25 ans, considère la justice de la même manière que l’armée : une variable d’ajustement budgétaire. Les politiciens ne débordent pas d’amour envers les magistrats, que Sarkozy a même traités de « petits pois », et ces derniers le leur rendent bien.

En second lieu, à une augmentation vertigineuse du nombre d’avocats qui, faute de spécialisation et de formation suffisante, grossissent chaque année les bataillons des généralistes. Le résultat est, mathématiquement, une augmentation de la demande judiciaire : les affaires familiales – exemple type – représentent 50 % de l’activité des TGI…

Enfin, une mentalité qui reste largement pétrie de fonctionnariat : lorsqu’un avocat se doit d’être hyper-réactif s’il veut conserver sa clientèle, un juge qui n’a pas le temps n’imagine pas toujours de le prendre… Quant aux greffiers et personnels administratifs, en croiser certains dans les couloirs dispense de regarder sa montre. Ceux-là nuisent à l’image de ceux (juges et greffiers consciencieux) qui travaillent dans l’ombre avec des bouts de ficelle sans compter leur temps.

Reste que les justiciables font les frais de cette situation ubuesque. Et que la belle déclaration de monsieur Urvoas risque de finir, comme toujours, au musée des bonnes intentions.

François Teutsch

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les sept Églises et l’islam conquérant

4 Avril 2016, 05:42am

Publié par Thomas Joly

L’actualité est aussi liturgique. En ce dimanche de Quasimodo, on a donné lecture de l’Apocalypse de saint Jean où il s’adresse de Patmos à ses frères des sept Églises, dans l’ordre alphabétique Éphèse, Laodicée, Pergame, Philadelphie, Sardes, Smyrne, Thyatire. Elles étaient toutes incluses dans un quadrilatère irrégulier dont le plus grand côté fait à peu près trois cents kilomètres de long. Aujourd’hui, il ne reste rien des Églises d’Asie Mineure, du Maghreb ni de Libye, et celles d’Égypte, de Syrie et de Mésopotamie se vident à vitesse grand V.

L’islam est conquérant et, à terme, éradicateur. Longtemps, le royaume de France fut le protecteur attitré des chrétientés d’Orient, et comme il était puissant, elles furent tolérées tout en étant soumises. Le parti socialiste national Baas théorisé par le chrétien Michel Aflak leur permit de survivre un peu, mais la politique anglo-saxonne favorisant l’islam confessionnel radical, et conquérant à nouveau avec ses confréries, ses fanatiques, ses terroristes, a mis un terme à ce sursis.

La question est maintenant de savoir ce qui va se passer en Europe. Au Kosovo, dans le Sandjak, en Bosnie, en Albanie, partout les États-Unis ont favorisé l’installation de pouvoirs musulmans. L’Union européenne, à la botte des États-Unis et de l’OTAN, s’ouvre à l’invasion des migrants, lesquels – c’est amusant – passent par Smyrne, qui fut l’une des sept Églises, et par Chios, où se perpétra au dix-neuvième siècle l’un des plus retentissants massacres de chrétiens par la Sublime Porte.

On compare souvent l’invasion actuelle de l’Europe aux grandes invasions : à tort. Elles furent beaucoup moins massives et rapides, et les envahisseurs s’acculturèrent à la proie qu’ils convoitaient parce qu’ils étaient assimilables. L’actuelle invasion ressemble beaucoup plus à ce qui se passa au Proche-Orient au septième siècle : le sol et les villes furent peu ravagés, mais la civilisation fut balayée comme par une bombe à neutrons, et les populations soumises et changées de fond en comble. Telles sont les caractéristiques de l’islam conquérant. Et tant pis pour les sept Églises, et pour les autres.

Martin Peltier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Record mondial : en 2015, 10 000 millionnaires ont quitté la France à cause de son islamisation

4 Avril 2016, 05:40am

Publié par Thomas Joly

Les tensions avec l’islam radical en France ont contribué à l’accélération de l’exode des personnes les plus aisées du pays, selon un rapport récent. L’étude, qui analyse les tendances migratoires des individus fortunés, met en garde contre un phénomène qui pourrait toucher d’autres pays européens dont le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Suède “où des tensions religieuses ont commencé à émerger”.

Le rapport a été réalisé par le New World Wealth, une agence qui délivre des informations relatives au secteur de la richesse globale. L’analyse repose sur une collecte de données auprès d’investisseurs internationaux, de statistiques gouvernementales, des registres des ventes de propriétés, etc.

La France arrive en tête de classement avec 10.000 millionnaires ayant quitté le pays en un an, soit 3 % du nombre total vivant dans l’Hexagone. Parmi les villes impactées par ces départs, Paris arrive en tête avec 7.000 millionnaires qui ont sont partis pour s’installer au Royaume-Uni, aux USA, au Canada, en Australie ou en Israël.

“L’énorme émigration des millionnaires depuis la France est notable, la France étant lourdement impactée par l’accroissement des tensions entre chrétiens et musulmans, surtout dans les zones urbaines. Nous estimons que l’émigration des millionnaires depuis la France va s’accélérer durant la prochaine décennie à mesure que les tensions vont continuer d’augmenter“ avertit le rapport.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Catherine Lemorton réécrit l'Histoire de la Terreur

4 Avril 2016, 05:36am

Publié par Thomas Joly

Catherine Lemorton, présidente PS de la commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale, a fait des déclarations étonnantes.

A Libération, cette pharmacienne favorable aux salles de shoot et qui a fait concevoir ses deux filles par PMA se déclare « très jacobine » et revendique même l’étiquette de «robespierriste». Avec cette contre-vérité historique : « Je rappelle que la terreur blanche a fait plus de morts que la terreur rouge ! »

La terreur blanche aurait fait 300 à 500 morts... Bien loin des centaines de milliers de morts de la Terreur robespierriste...

Catherine Lemorton a pris sa carte au PS après l'élimination de Lionel Jospin en 2002. Mais elle vient de l'extrême-gauche. Elle a un arrière-grand-père « rad soc », un grand-père gaulliste (le paternel), un autre (le maternel) résistant et déporté. Son père cheminot est au RPR. A 16 ans, elle tombe amoureuse de son futur mari, un communiste qui vend l’Huma. Elle se penche sur Marx. A la fac, elle fait ses débuts militants dans une mouvance trotskiste. Ses filles lui sont fidèles : l’aînée de ses filles est au Front de gauche, la cadette chez les Jeunes Socialistes.

Elle cultive les contradictions : si elle apprécie Montebourg, elle n'a pas fait campagne pour lui. Si elle jure n’avoir jamais espéré entrer au gouvernement, certains racontent pourtant l’avoir vue « pleurer de ne pas être ministre ». Favorable au mandat unique, elle redoute la défaite en 2017 et prévient qu'elle ne retournera pas à sa pharmacie. La vie est quand même meilleure à Paris...

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Le scandale de l’abattoir de Mauléon

4 Avril 2016, 05:35am

Publié par Thomas Joly

Pas une semaine ne passe sans qu’un nouveau scandale entache la réputation des abattoirs et – du moins indirectement – de la consommation de viande. Actuellement, c’est l’abattoir de Mauléon qui en fait les frais.

Animaux écartelés, frappés ou reprenant conscience avant d’être mis à mort. Les images de ces abattages bâclés sont à la limite du supportable. De quoi plonger la petite ville du Sud-Ouest dans la tourmente. Figurez-vous que le maire de la commune et le directeur de l’abattoir ont reçu des centaines de courriels injurieux et menaçants de la part d’internautes, bien sûr anonymes, partis en croisade virtuelle au nom de la cause animale.

Trois plaintes ont déjà été déposées par des associations contre l’abattoir de Mauléon. Le porte-parole de l’une d’entre elles, interviewé sur BFM TV, souhaite que chaque abattoir de France ait des caméras allumées toute la journée et consultables en ligne afin qu’un « regard citoyen » s’exerce sur ces établissements. D’autres associations du même acabit surenchérissent, réclamant un durcissement des normes, ainsi qu’une réglementation plus sévère de l’élevage et de l’abattage.

Notons que sur les sites Web de ces associations, il n’est presque jamais fait mention du halal, ni de la cruauté que constituent les abattages rituels. Cette indignation à géométrie variable porte malheureusement un large discrédit sur ces organismes.

Le discrédit est double si on prend en compte le fait que la majorité desdites ONG sont composées de « vegans » et autres antispécistes qui ne verraient pas d’un mauvais œil l’interdiction pure et simple de la viande, alors même que le végétarisme est partagé par seulement 2 % de la population française.

Mais en période d’émoi généralisé et de buzz médiatique, la réalité des faits est, hélas, occultée.

Les abattoirs français manquent cruellement de moyens : étouffés par les normes européennes et l’omniprésente suspicion des belles âmes antispécistes, en manque de main-d’œuvre et de moyens financiers. Beaucoup ont dû mettre la clé sous la porte à cause de scandales similaires ou simplement parce qu’ils avaient fait faillite. La condition sociale des employés reste précaire, et ces derniers sont souvent surmenés.

On ne peut justifier l’injustifiable. Or, les exactions commises dans l’abattoir de Mauléon sont injustifiables. L’instrumentalisation qu’en font certains lobbys dans leur croisade anti-viande nous semble tout aussi injustifiable. Les abattoirs ne sont pas des repères de sadiques. Et on peut être carnivore sans être barbare.

Car ces abattoirs ruraux ont une importance capitale pour l’économie locale, notamment par la création d’emplois qu’ils suscitent et les réseaux paysans qu’ils permettent de maintenir, loin de la viande anonyme et industrielle qui abonde sur le marché.

Nicolas Kirkitadze

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Sortie du nouveau magazine de Terre et Peuple

4 Avril 2016, 05:27am

Publié par Thomas Joly

L'éditorial de Pierre Vial : http://www.terreetpeuple.com/terre-et-peuple-magazine-communaute-6/572-terre-et-peuple-magazine-n-67-printemps-2016/1407-editorial-tp-mag-n-67.html

Le sommaire du numéro :http://www.terreetpeuple.com/terre-et-peuple-magazine-communaute-6/572-terre-et-peuple-magazine-n-67-printemps-2016/1406-sommaire-tp-mag-n-67.html

Numéro à commander 9 €, frais de port inclus.

Chèque à l'ordre de Terre et Peuple.

A envoyer sur papier libre à : Terre et Peuple - BP 38 - 04 300 Forcalquier.

Voir les commentaires

États-Unis : des racailles afro-américaines armées empêchent une manifestation anti-islam à Dallas

3 Avril 2016, 17:02pm

Publié par Thomas Joly

Un groupe de militants noirs, lourdement armés, membres du « Huey P. Newton Gun Club », a protesté contre un rassemblement anti-Islam qui devait se dérouler devant une mosquée de Dallas, samedi 02/04/2016.

Vivement que Donald Trump arrive au pouvoir et débarrasse l'Amérique de toute cette vermine !

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Comme promis, les militants du Parti de la France sont revenus à Pouilly-en-Auxois !

3 Avril 2016, 12:44pm

Publié par Thomas Joly

Comme promis, les militants du Parti de la France sont revenus à Pouilly-en-Auxois !
Comme promis, les militants du Parti de la France sont revenus à Pouilly-en-Auxois !
Comme promis, les militants du Parti de la France sont revenus à Pouilly-en-Auxois !
Comme promis, les militants du Parti de la France sont revenus à Pouilly-en-Auxois !
Comme promis, les militants du Parti de la France sont revenus à Pouilly-en-Auxois !
Comme promis, les militants du Parti de la France sont revenus à Pouilly-en-Auxois !
Comme promis, les militants du Parti de la France sont revenus à Pouilly-en-Auxois !
Comme promis, les militants du Parti de la France sont revenus à Pouilly-en-Auxois !
Comme promis, les militants du Parti de la France sont revenus à Pouilly-en-Auxois !

Samedi 2 avril, Benjamin Lematte, Délégué du Parti de la France pour la Bourgogne, a réalisé, avec une quinzaine de militants, une distribution de tracts sur l'ensemble de la commune appelant à une rencontre l'après-midi même avec les habitants qui refusent la présence des immigrés clandestins installés dans leur cité.

L'accueil fut excellent, bien loin des reportages mensongers de la presse locale et nationale, tentant de faire croire que les Polliens sont tous ravis d'accueillir des dizaines de pseudo-réfugiés africains. Si peu d'habitants étaient au rendez-vous à 14h30, c'est parce qu'un important dispositif de gendarmerie était mis en place à la demande du laquais du gouvernement socialiste, le préfet Éric Delzant, qui avait scandaleusement interdit en novembre dernier une manifestation du Parti de la France (voir ici) ; ce qui n'avait pas empêché le Président du PdF de se rendre tout de même à Pouilly-en-Auxois ce jour-là (voir ici).

Durant 30 minutes, les militants du Parti de la France ont déployé une banderole réclamant l'expulsion des clandestins et scandé des slogans de résistance française et européenne face à la colonisation migratoire. Ils sont ensuite repartis sans aucun heurt avec les forces de l'ordre.

Pour lire l'article du Bien Public, cliquez ici

Voir les commentaires

La chienlit, c’est maintenant…

3 Avril 2016, 10:43am

Publié par Thomas Joly

Vraiment, je suis très, très mal à l’aise quand je vois sur YouTube toutes ces vidéos sur les dernières manifestations contre la loi El Khomri. Si tous ces jeunes, qui ne savent d’ailleurs bien souvent pas pourquoi ils sont descendus dans la rue, ont tous les droits de sécher leurs cours pour manifester – car c’est un droit fondamental de toute démocratie -, il est parfaitement scandaleux de laisser une bande d’énergumènes tout casser, et en premier lieu casser du flic.

Regardez ces vidéos ! Qui casse, qui provoque, qui détruit, qui tape à coups de bâtons, de pavés, de pierres, de cocktail Molotov même sur les gendarmes, CRS et autre flics ? Toujours les mêmes ! Que ce soit à Calais, à Paris, à Nantes. Ceux que le quatuor Hollande-Valls-Cazeneuve-Urvoas, qui a le malheur de diriger notre malheureux pays, laisse agir en toute impunité. Ces bandes de corbeaux noirs, dont les groupes ne sont toujours pas interdits, que sont les antifas, No Border, Black Blocs et autres jeunes venus de banlieue pour se défouler, savent que nos policiers ne leur feront pas grand-chose. Qu’une arrestation est fortement improbable. Qu’une sanction judiciaire ne sera jamais prononcée. Que leur impunité est absolue. Car le pouvoir est faible. Le pouvoir a peur d’une bavure. Le pouvoir n’existe plus.

Cet Etat préfère laisser ses policiers se faire insulter, se faire tabasser, se faire blesser plutôt que de réagir comme il devrait le faire, c’est à dire ordonner aux forces de l’ordre de rétablir l’ordre par tous les moyens : foncer sur les racailles, leur répondre, les arrêter, les mettre à la disposition de la justice en comparution immédiate pour qu’ils soient condamnés à des peines sévères. Au lieu de cela, sur les vidéos, on voit les forces de l’ordre reculer, reculer, lancer quelques faibles jets de gaz lacrymo, quelques coups de boucliers. Et recevoir beaucoup, jusqu’à des projectiles enflammés. Et lorsque par malheur l’un des leurs, qui n’en peut plus de se faire insulter après avoir été aspergé d’œuf, de farine, a son poing qui vient s’écraser sur le nez d’un lycéen indélicat, c’est la garde à vue, son ministre qui le désavoue, le système judiciaire qui se met en branle et la rue qu’on laisse gronder…

Avez-vous vu cette vidéo d’amateur prise à Nantes, le 31 mars, montrant une quinzaine de lycéens et collégiens encapuchonnés venus d’on ne sait où – enfin, si, on le sait sans qu’on puisse l’écrire – se déchaîner sur une Citroën ? Quelques secondes avant, ils avaient mis le feu à une poubelle et autres bricoles. Après avoir défoncé le pare-brise et les vitres à coups de pieds, ils ont réussi à pousser la voiture dans le brasier. Dix secondes plus tard, la voiture flambait et les gamins-voyous de pousser des cris de victoire. Sur la vidéo, on entend distinctement un hélicoptère survolant la scène. Leurs visages sont clairement identifiables, mais quelle autorité oserait les interpeller ? Pour un simple rappel à la loi, sans doute. Et encore…

Voilà l’État de droit dans lequel la France est désormais plongée. L’ordre de nos gouvernants est clair : laisser la jeunesse s’exprimer, casser, détruire et surtout éviter les bavures. Au détriment des biens et des valeurs. Comme ces mêmes gouvernants laissent nombre de banlieues aux mains des dealers et autres islamistes.

Voilà dans quel état la France vit actuellement. Dans cette France que nous ne reconnaissons plus où les vertus régaliennes de l’État ont été abandonnées au profit de la chienlit qu’évoquait jadis le général de Gaulle.

Floris de Bonneville

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Rappel : Roger Holeindre dans la Somme samedi 23 avril

2 Avril 2016, 08:27am

Publié par Thomas Joly

A l'invitation du Parti de la France, dont il est le Président d'Honneur, et du NON (au changement de peuple et de civilisation), Roger Holeindre, Président du Cercle National des Combattants, militant historique de la droite nationale, sera, samedi 23 avril à 12h30, à Ailly-le-Haut-Clocher dans la Somme (entre Amiens et Abbeville) pour un déjeuner-débat où il dédicacera également ses livres.

La participation aux frais est de 25 € (payable sur place)

La réservation est obligatoire au 07.81.69.58.73 ou davidmartin280574@gmail.com

Voir les commentaires

Refusons l’immigration-colonisation ! Libérons Buzançais !

2 Avril 2016, 08:08am

Publié par Thomas Joly

Communiqué du Parti de la France de l’Indre

Le Parti de la France tient à rappeler son opposition et sa détermination à lutter contre le projet immigrationniste  indigne et abject, imposé aux Buzancéens par le gouvernement socialiste  à travers la voix de son représentant, le préfet Alain Espinasse.

Quelques rappels sur ce dessein  insensé : Le 19 septembre, un projet consistant à exiger l’accueil de 80 migrants par la ville de Buzançais, est déposé par l’organisme « Adoma » (ndlr : un opérateur national travaillant éhontément à l’installation des demandeurs d’asile). Ce dossier consiste à contraindre les Buzancéens à recevoir pas moins de 80 migrants : 50 occuperaient l’ancienne caserne de gendarmerie, tandis que les 30 autres accapareraient des logements sociaux. Dans un premier temps, le maire Régis Blanchet ainsi que l’ensemble du Conseil Municipal s’opposèrent unanimement à ce projet délirant. Le bâtiment n’appartenant pas à la mairie mais à l’Etat (dont le préfet Espinasse est le dépositaire dans l’Indre), le maire avait alors décidé d’intenter une action en justice à l’encontre de ce projet, avant finalement de se rétracter dans un second temps, et laissant ainsi libre-voix à l’implantation de ce Cada (Centre d’accueil pour les demandeurs d’asile).

Le Parti de la France tient à apporter son soutien le plus total aux Buzancéens. Nous nous opposerons avec force et détermination contre ce projet immigrationniste imposé par le gouvernement Hollande/Valls. Nous demandons l’application prompte de plusieurs mesures salutaires à appliquer tant au niveau national que local :

- L’arrêt-immédiat de toute immigration en provenance de pays extra-européens .

- La maîtrise de nos frontières et l’instauration de contrôles à ces dernières.

- L’expulsion instantanée de tous les clandestins ayant pénétré sur le territoire national.

- Une inversion des flux migratoires nécessaire à la paix sociale en France et en Europe.

Ce projet faramineux ne sera évidemment pas sans conséquence et aura un coût pour les Buzancéens et les Français. Voici ce que révélait la Nouvelle-République dans un article du 21 mars 2016 : «  L’Etat prend à sa charge les dépenses liées à l’accueil des demandeurs d’asile. Adoma se charge des travaux (ndlr : Certes mais Adoma est une société d’économie mixte, c’est-à-dire une société dont le capital est majoritairement détenu par une ou plusieurs personnes publiques : l’Etat, une collectivité territoriale ou tout autre établissement public. En d’autres termes, l’argent versé à Adoma, c’est le nôtre !). […] Pour Buzançais, une enveloppe de plusieurs centaines de milliers d’Euros a été dégagée (ndlr : en échange de quoi d’ailleurs puisque la commune n’aurait soi-disant rien à payer ?). C’est toujours Adoma qui recrute et paie le personnel (ndlr : Combien ? Et pour quel coût ?). Adoma touche ensuite une dotation de l’Etat à l’année soit 23 € par personne et par jour (cela revient à : 23 x 80 x 365 = 671 600 € /an). D’autre part, une allocation pour demandeur d’asile (ADA) est versée par l’Etat aux intéressés. Elle est d’un montant allant de 8 à 25 €  (donc de 233 600 € (365 x 8 x 80) à 730 000 € ( 25 x 365 x 80) ).  Ajouter à cela les transports qui seront gratuits. Au total, ce sont vraisemblablement plusieurs millions d’euros qui seront consacrés à des individus qui ont pénétré de façon illégale sur le territoire national au détriment des Français.

Nous ne paierons pas pour les clandestins ! Le Parti de la France demande non pas, une relocalisation de ces migrants dans une autre ville ou village français, mais l’expulsion immédiate de ces 80 migrants et le retour dans leur pays d’origine.

Nous ne souhaitons pas être substitués par d’autres populations. Nous ne voulons pas subir ce Grand Remplacement menaçant et profilant, ce bouleversement civilisationnel qu’entraînent ces marées de migrants.  Nous refusons leur « Vivre Ensemble ». Nous ne voulons pas vivre ensemble ! Loin d’être des dénégations racistes ou xénophobes, cette volonté partagée par les Buzancéens est un sentiment simple et sain : Vivre à la Française, avec des Français !

Face au mondialisme et au parti de l’Etranger, prenez le Parti de la France !

Halte à l’Immigration-Colonisation ! Buzançais aux Français !

Voir les commentaires

Malgré Paris, Cologne, Bruxelles et Charlie, continuons de célébrer la diversité !

2 Avril 2016, 07:49am

Publié par Thomas Joly

Il y a quelque chose qui cloche en Europe. Peut-être est-ce cet élan de générosité, de solidarité, de compassion, de passion même et de tristesse qui anesthésie les Européens. Sans doute est-ce ce côté « Bisounours » qui répond aux bombes par des câlins gratuits dans la rue, aussi éphémères que symboliques. Ou bien ses traces de craie qui jonchent les pavés bruxellois qui partiront à la première pluie… Toutes ces actions étonnent et détonnent !

À une certaine époque, lorsqu’un pays était attaqué en son sein, la priorité était de détruire la nation qui avait provoqué ce drame. C’est le rôle, d’ailleurs, de l’État de protéger, tant activement que passivement, le peuple qui l’a institué, quitte parfois à attaquer. Aujourd’hui, la réponse de l’État n’existe pas, et la réponse du peuple désemparé ressemble à un acte de reddition. « Ne me frappez plus ! » semblent dire ces débauches de bons sentiments. Loin d’être des actes de résistance, ils sont au contraire des actes d’asservissements. En témoigne le jeune Strasbourgeois qui est allé tendre un drapeau blanc tout en haut de la cathédrale de Strasbourg, dans un esprit de communion avec les victimes de Bruxelles. Quel symbole ! « Nous nous rendons : France, chrétienté et Europe, nous abandonnons ! »

Pauvre peuple, nourri au sein du vivre ensemble, du « padamalgam » et de l’accueil à outrance. Pauvre peuple européen rappelé sans cesse à la colonisation, le fascisme et le nazisme pour justifier sa régénérescence par l’immigration d’autres populations. Bouffi jusqu’à l’apathie, il se réfugie dans les hommages fugaces, les tendresses passagères et retourne « continuer à vivre », « faire la fête », célébrer la diversité et oublier…

Pendant ce temps, des braves se battent au front contre l’État islamique, arme au poing et fusil en bandoulière pendant que les peuples européens (en exclure le groupe de Visegrád et quelques autres), dans leur société de dépressifs si caractéristique, se complaisent dans un martyrologue macabre et funeste, chérissant les causes dont ils déplorent les effets. Ainsi, des millions de musulmans arrivent en Europe et bénéficient de l’accueil des personnes qui pleurent les morts bruxellois, car l’islam n’est, malgré Paris, Cologne, Bruxelles et Charlie, toujours pas ça !

Quand la Grande Guerre a éclaté, il y a 102 ans, des milliers de soldats sont partis, la fleur au fusil, pour protéger la patrie. Ce n’était ni des va-t-en-guerre, ni des barbouzes, mais simplement des enfants d’une nation qui avaient une haute opinion de leur mère. Aujourd’hui, quand la majorité des enfants d’un pays sont des enfants du monde et rejettent leur terre natale remplie de collabos et de fascistes, comment voulez-vous qu’ils se lèvent pour la défendre alors qu’ils la haïssent tant ? Dans un monde où l’individu est roi, comment voulez-vous qu’ils défendent leur mère ?

Oui, il y a définitivement quelque chose qui cloche en Europe !

Henri d'Aramis

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires