Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Dépakine, ligne expresse CDG : en France, la taxe est la réponse ultime à tous les problèmes

2 Septembre 2016, 06:40am

Publié par Thomas Joly

En France, à chaque fois qu’un problème apparaît, une solution unique, pratique et simple est appliquée : celle de la taxe. Cette solution, généralement proposée par un élu d’un bord ou l’autre, permet alors de montrer qu’on agit, de ponctionner les Français, d’amasser du pognon qu’on dépensera en agitation périphérique à la résolution du problème. Ensuite, on constatera que ça ne marche pas et on pourra augmenter la taxe.

C’est simple, ne trouvez-vous pas ?

Évidemment, pour que l’affaire prenne un tour encore plus rocambolesque, il faut et il suffit que le problème soit lui-même créé de toute pièce par l’État, ce qui permet à la taxe créée non seulement de ne pas résoudre le problème, mais — encore mieux — de l’aggraver.

Je prendrai deux exemples de l’actualité récente pour illustrer cette odieuse mécanique traditionnelle en France.

Pour le premier exemple, je vous propose de regarder, rapidement, ce qui va se passer à l’aéroport de Roissy Charles De Gaulle. Le problème est ainsi posé : il faut absolument une ligne ferroviaire reliant l’aéroport à la capitale afin d’amener le flot de touristes de la plate-forme aérienne vers tous ces commerçants et tous ces beaux musées, pour que de touristes ils se transforment en consommateurs et rapportent plein de bons gros euros à une municipalité par ailleurs exsangue. Et puis, au moins, cette belle ligne de transport représente un gros investissement, avec beaucoup de partenaires, d’entreprises plus ou moins privées et plus ou moins acoquinées avec l’État, pleines de petits copains des politiciens locaux qui ont besoin de travailler. Tout ceci sent la bonne opportunité d’autant qu’ainsi, on ne pourra plus dire que la ville et la région ne font rien pour améliorer la situation touristique.

Or, pour financer tout ça, on se rend compte que le ticket de transport (prévu autour de 24€) ne suffira pas. Le problème est posé, le manque de financement est évident, la solution s’impose d’elle-même : taxons les billets d’avions pour financer cette ligne, pardi !

Les plus aguerris d’entre vous comprennent tout de suite le piège : tout se met en place pour faire comprendre à tout le monde que cette nouvelle ligne est la réponse au problème de transport, et que la taxe est la réponse au problème de financement.

Il ne semble pas venir à l’esprit de nos élites que si l’on veut vraiment financer cette nouvelle ligne, peut-être le faire au travers de tickets plus chers serait logique : payent alors ceux qui s’en servent, et non les passagers de Roissy qui paieront plein pot pour un train que beaucoup ne verront jamais. Bien sûr, le prix du ticket aura, dans cette configuration, tendance à exploser, rendant le projet économiquement périlleux. Qui pourra en effet se permettre un ticket à 48€ pour faire 30 km après un vol low-cost à 10€ pour en faire 1000 ? Dans ce cas, on est en droit de se poser la question de la viabilité de cette nouvelle lubie. Le problème n’est plus de savoir comment financer cette ligne, mais surtout, pourquoi.

De même, il ne semble pas plus venir à l’esprit de personne de remettre à niveau les infrastructures déjà existantes ; le RER B, épave puante et omnibus, qui dessert pourtant déjà et la capitale et l’aéroport, n’a semble-t-il d’autre destin que de continuer à aller cahin-caha, entre deux pannes, feuilles mortes ou caténaires en goguette, en parallèle de la nouvelle ligne qu’on s’apprête à construire à grands frais. Améliorer la propreté, la sécurité, la ponctualité, la vitesse, bref, le service rendu d’une ligne qui existe déjà, qui rend déjà le service demandé sur le papier, tout ceci semble impossible à concevoir. Il faut dire qu’implémenter cette stratégie ne représente aucune possibilité de toucher des pots-de-vin, de surfacturer les petits copains, de faire du trafic d’influence ou toute autre pratique maintenant habituelle en France…

Bref, vous l’aurez compris : non seulement, vous aurez votre ligne expresse sur-coûteuse et mal financée, mais vous aurez aussi votre taxe aéroportuaire supplémentaire.

Cet exemple pourrait suffire à lui seul à démontrer la nocivité de l’État et de nos élus lorsqu’il s’agit de subvenir aux besoins des personnes sous leur responsabilité. Rassurez-vous, on peut aussi sortir un autre exemple où à l’incompétence coûteuse, on doit ajouter des atteintes graves à la santé d’autres individus.

Lire la suite : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/01-09-2016/depakine-ligne-expresse-cdg-en-france-la-taxe-est-la-reponse-ultime-a-tous-les-problemes/

Voir les commentaires

14 000 nouveaux envahisseurs ont débarqué en Italie depuis dimanche

2 Septembre 2016, 06:33am

Publié par Thomas Joly

L’Italie a vu débarquer sur ses côtes quelques 13.000 migrants depuis dimanche. Une vague intarissable, favorisée par la météo clémente. L’Italie se prépare à l’« assaut de septembre », c’est à dire l’explosion prévue du nombre de clandestins tentant la traversée de la Méditerranée. 150.000 d’entre eux ont déjà atteint les côtes italiennes depuis le début de l’année.

Les garde-côtes italiens ont annoncé que 1.725 migrants avaient été secourus jeudi au large de la Libye. Ils ont ainsi porté assistance à plus de 14.000 personnes depuis dimanche.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Une ambition pour l’école : apprendre à lire, écrire et jouir !

2 Septembre 2016, 06:25am

Publié par Thomas Joly

Quelle cachottière, cette Najat Vallaud-Belkacem ! Savez-vous à quoi vont s’employer professeurs de SVT et autres éducateurs sexuels – du moins, les plus enthousiastes d’entre eux – à partir de cette rentrée scolaire ? À fabriquer, à partir d’imprimantes 3D, un exemplaire de clitoris afin « d’expliquer le plaisir aux élèves ». C’est ce que nous révèle un article de Libé, jamais en reste pour nous signaler les progrès de l’humanité. En effet, selon un rapport remis en juin par le vénérable Haut Conseil de l’égalité, un quart des filles de 15 ans ignorent en posséder un et 83 % des collégiennes de 4e et de 3e n’en connaissent pas la fonction : nos aïeules doivent bien se bidonner ! Il était donc temps de faire quelque chose.

C’est Odile Fillod, une chercheuse indépendante en sociologie des sciences et de la vulgarisation scientifique, et spécialiste des questions de genre – tout un programme -, qui a eu cette renversante idée d’outil pédagogique « plus régulier, plus symétrique et plus joli qu’en vrai », écrit la spécialiste dans un courriel à Libération. Mazette ! Très enthousiaste, l’Éducation nationale s’est donc jetée sur cette alléchante invention, désirant mettre toutes les ressources à disposition du personnel chargé « d’éducation à la vie affective et sexuelle ». Et ce, dans un but « humaniste », bien sûr. C’est ce qu’on lit sur svt-egalite.fr.

On apprend ainsi que jusqu’à présent, le clitoris était « tabou » ; pire : qu’on faisait « comme s’il n’existait pas ». Et, un comble, les enseignants délivraient « des schémas faux » ! Ce qui nuisait, évidemment, à leur « mission » (aux enseignants). Tout de même, alors que 80 % des garçons entre 14 et 18 ans et 45 % des filles de la même tranche d’âge déclaraient, en 2004, déjà, avoir regardé au moins un film X durant l’année passée, l’Éducation nationale voudrait nous faire croire à l’ignorance de notre belle jeunesse en matière d’anatomie ?

Ce n’est pas tout. Ces fameuses « ressources pédagogiques » doivent permettre d’inviter les élèves à découvrir des documents non plus « réalisés par, et centrés sur des hommes blancs hétérosexuels valides » (sic)… Parce que les documents doivent désormais émaner d’hommes non blancs et invalides ? Sans vouloir jouer les rabat-joie, ne suinterait-il pas de telle directive un certain, disons, racisme d’État ?

Mais revenons à notre nouvelle star de la rentrée : le clitoris grandeur nature. Une Éducation nationale promouvant – appelons un chat un chat – la pornographie à l’école n’outrepasse plus ses droits, elle les transgresse. Une Éducation nationale fourrant son nez dans les fonds de culotte des élèves dont leurs parents lui confient la charge, disons-le tout net, par objet interposé, viole les intimités.

Autrefois, il s’agissait d’apprendre à lire, écrire et compter. Demain, ce sera : lire, écrire et jouir. Au moins, ça rimera.

Aujourd’hui, un « clitoris entier et en taille réelle » dans les lycées et les collèges. Et pourquoi pas un pour de vrai ? En tout cas, qui osera encore dire que l’école ne prépare pas nos jeunes aux grandes études ? Arrivés à Science Po, ils ne seront pas déboussolés d’entendre des conférences intitulées « Éco-orgasme : comment jouir dans le respect de l’environnement ? » ou encore – sur un mode plus historique, mais sans doute tout aussi palpitant – « Histoires des objets de plaisir », conférences données ces dernières années dans la vénérable institution à l’occasion de sa désormais traditionnelle « queer week » (en français), semaine de l’étrange ou quelque chose dans ce genre. Faut reconnaître, l’école, maintenant, c’est le pied. Alors bonne rentrée !

Caroline Artus

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Bruxelles : « À 200 mètres de la Grand-Place, tu es en Arabie Saoudite » dixit un journaliste de Libé !

2 Septembre 2016, 06:17am

Publié par Thomas Joly

Voici ce qu'écrit Jean Quatremer, journaliste gauchiste, correspondant de Libération basé à Bruxelles,  européiste fanatique :

«  Quand tu vas à Molenbeek, tu as un choc culturel et physique. On me rétorque qu’en France, nous avons les banlieues. C’est vrai, mais ici, c’est au centre de la capitale. À deux cents mètres de la Grand-Place, tu es en Arabie Saoudite. Il y a un truc qui ne va pas.  »

«  Heureusement, la Belgique n’est pas un pays violent. Et qui n’est pas dans une situation où les extrémistes peuvent prendre le pouvoir. Mais je ne parierais pas sur le fait que ça dure éternellement. Les peuples changent vite. Et il existe chez vous de vrais dangers avec la ghettoïsation, la fragmentation en communautés.  »

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Il ne marche pas, il court…

2 Septembre 2016, 06:12am

Publié par Thomas Joly

Il ne marche pas, il court, il fonce. Tout lui sourit. Il conquiert les cœurs, de Paris à Orléans, en passant par la Vendée, de la gauche libertaire à la droite libérale (et inversement), de la jeunesse ardente à la maturité prudente, de ceux qui ne croient plus en rien à ceux qui donneraient tout pour croire encore. Emmanuel Macron, nouveau champion télévisuel, vise la première marche du podium dans l’épreuve du marathon électoral. Trois mois, six mois, un an, et il y sera. Il s’y voit déjà, en Sauveur, en Rassembleur.

Il a vu, il a compris. Il sait les maux qui rongent la France : la frilosité, les blocages, les partis, les habitudes. En Marche sera le mouvement des innovateurs et des esprits libres. Emmanuel, de la tribune où il annonce son envol vers des cieux plus propices – lui-même –, déclare qu’il aspire à « des transformations en profondeur de notre système politique, économique, social ». Système politique dont il a « touché du doigt les limites », qui « pousse à des compromis de dernière minute, car le travail d’explication est rarement mené ». Avec EM, accrochez-vous, ça va bouger !

Le sourire impeccable de l’homme du 30 août s’affiche sur tous les écrans, sa voix claire et malicieuse nous devient familière, son style décontracté s’impose, sa présence enflamme les « réseaux sociaux » – et si c’était lui, enfin, l’homme providentiel ? Et si c’était lui, le génie politique qui allait tout casser ? Ne le surnommait-on pas le « Mozart de l’Élysée » ? On se prend à rêver. L’homme est plein d’éloquence, de fougue et de romantisme. Son histoire d’amour avec Brigitte, son professeur de français au lycée, donne des frissons. En outre, il se dégage de lui tant d’optimisme et de confiance en lui-même – comment ne pas succomber ?

Emmanuel a de brillants admirateurs, comme le fondateur de Meetic, le patron de Terra Nova ou Jacques Attali. Il a su séduire une certaine jeunesse dorée ainsi qu’une petite foule d’entrepreneurs, de petits commerçants et tout un nébuleux « électorat social-libéral », plutôt à droite et bien loin des « illettrés ». Et qu’est-ce qui enivre cette petite division de partisans ? L’envie de « voir de nouvelles têtes », de « changer les choses », pour de bon cette fois, et sans ambages. Le vent qui souffle dans les voiles d’Emmanuel, c’est l’espoir qu’il suscite, c’est sa jeunesse et sa désinvolture toute giscardienne.

Beaucoup de bruit pour rien ? Un cabot pétri d’ambition, après les cours Florent, se lance en politique et joue aux Français la comédie bien connue du vrai réformateur. Agitateur surdoué, il hameçonne les médias et occupe l’espace. Malin, il entonne la tirade du « ni droite ni gauche » et de « l’alternative ». Mais son invention, c’est un social-libéralisme convenu et une « ouverture » politique frivole et insignifiante. Cet enfant gâté de la bourgeoisie, ami des financiers et des people, espère-t-il réellement gagner le cœur du peuple ? En Marche… vers la faillite de 2017.

Thibaut d'Arcy

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Menace d’arrivée d’une nouvelle vague de djihadistes depuis la Syrie

1 Septembre 2016, 07:02am

Publié par Thomas Joly

Alors que nos gouvernants inconscients veulent accueillir les "migrants", le directeur d’Europol, Rob Wainwright, a déclaré au journal The Standard, vendredi, que le continent européen et le Royaume-Uni sont sous la menace de l’arrivée d’une nouvelle vague de djihadistes depuis la Syrie alors que l’Etat islamique vient de prendre la « décision stratégique » d’envoyer de nombreux « combattants » vers l’Europe. Il assure que les guerriers d’Allah utilisent de plus en plus souvent des documents falsifiés pour leur permettre de pénétrer dans l’Union européenne, des passeports syriens notamment.

La décision de l’Etat islamique fait suite, selon lui, aux défaites essuyées sur le terrain en Syrie. Rob Wainwright a ajouté qu’un nombre modeste mais croissant de ces combattants se font passer pour des réfugiés pour pénétrer sur le sol européen. 

Selon le directeur d’Interpol, il existe des éléments qui laissent penser que des extrémistes tentent de radicaliser des migrants dans les points d’accueil des réfugiés en Grèce et dans les Balkans. Le journal italien La Stampa vient ainsi de révéler que de faux passeports fabriqués à l’intention de militants de l’État islamique ont été mis au jour dans des camps de réfugiés en Grèce.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Paris occupée : les camps-poubelles de migrants se multiplient dans les rues

1 Septembre 2016, 06:55am

Publié par Thomas Joly

Depuis plusieurs mois, des camps improvisés de migrants se multiplient dans les rues de Paris, dans des conditions sanitaires immondes. Cette situation préoccupe les autorités et les associations, toujours promptes à venir en aide aux envahisseurs. La ville de Paris promet l’ouverture prochaine de camps de transit pour accueillir et orienter ces pseudo-réfugiés.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

À quand l’ouverture de l’hôpital psychiatrique « Allah Akbar ? »

1 Septembre 2016, 06:51am

Publié par Thomas Joly

D’après La Dépêche du Midi, un jeune adjoint de sécurité prénommé Valentin, âgé de 23 ans, a été sauvagement agressé au couteau, mardi 30 août en début d’après-midi, dans un commissariat de Toulouse, rue du Rempart-Saint-Étienne, par un individu qui a tenté de l’égorger.

L’homme a préparé certainement son attaque avec soin puisqu’il est entré dans le bureau en prétextant un dépôt de plainte avant de sauter sur le jeune policier pour essayer de lui prendre son arme. Une lutte s’en est ensuivie. Voyant qu’il n’arrivait pas à s’emparer du pistolet, il a sorti un couteau de cuisine et a frappé le jeune auxiliaire à la gorge. Heureusement, des collègues se sont jetés sur l’assaillant et l’ont neutralisé. Ils ont pu, alors, secourir la victime qui, gravement blessée, a été transportée à l’hôpital.

L’agresseur arrêté, âgé de 31 ans, est d’origine algérienne, a-t-on appris de source syndicale policière. Il aurait attaqué l’adjoint de sécurité, d’après la même source : « Parce qu’il représente la France. » Vous avez remarqué : les deux mots tabous – terroriste et islamiste radical – n’ont été prononcés ni par les policiers ni par les journalistes. Ceux-ci auraient pu au moins se poser la question. Eh bien, non, la seule chose que Luc Escoda, du syndicat Alliance, a précisé est que « l’individu faisait apparemment une fixation sur la DGSI » et « pourrait présenter des troubles psychiatriques ».

Ainsi, sans la moindre enquête, perquisition au domicile de l’agresseur, sans avoir interrogé ses proches, sans avoir vérifié le contenu de son ordinateur, sans avoir fait la liste de ses contacts sur son smartphone, les autorités de ce pays savent a priori que notre agresseur est un cinglé, un maboul, comme on dit dans le Midi. France Info va même plus loin en affirmant : « Selon une source du ministère de l’Intérieur, l’attaque n’a pas de caractère terroriste. »

Le ministère de l’Intérieur n’arrête pas de mettre en garde la population sur de futurs et possibles attentats, et quand une action y ressemble, les médias et l’État commencent par dire : « Ne vous trompez pas, ce n’est pas du tout un acte terroriste ! »

On va bientôt nous expliquer que cet Algérien venait de lire un article sur la DGSI, qu’il se promenait par hasard dans le quartier, qu’il a trouvé un couteau sur le trottoir près du commissariat et s’est demandé ce qu’il pouvait bien en faire, et là, brusquement, il a disjoncté, le Docteur Jekyll du Maghreb est alors devenu un Mister Hyde toulousain.

Moi, en tout cas, je constate une chose : c’est le nombre considérable de musulmans qui présentent des troubles psychiatriques. Entre celui qui a écrasé une douzaine de piétons à Dijon, celui qui s’est attaqué au planton d’un commissariat, celui qui a coupé la tête de son patron et l’a accrochée sur un grillage – j’arrête ma liste là, faute de place -, il y a véritablement de quoi remplir tous les lits d’un hôpital psychiatrique.

Aussi, je me permets de demander aux autorités de ce pays : à quand l’ouverture d’un hôpital « Allah Akbar » ?

J-P Fabre Bernadac

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Enlevée, violée, assassinée et jetée aux alligators par un gang d'Afro-Américains

31 Août 2016, 06:54am

Publié par Thomas Joly

Brittanee Drexel, une adolescente de 17 ans, a été violée, tuée et jetée aux alligators en 2009 en Caroline du Sud. Le FBI est revenu sur ce drame la semaine dernière après les aveux en prison d’un suspect. 

Les faits remontent à 2009 mais la douleur des proches est toujours aussi vive. La semaine dernière, le FBI est revenu sur le meurtre barbare de Brittanee Drexel après qu’un suspect est revenu sur le crime et donné de nombreux détails depuis sa cellule. Brittanee avait 17 ans lorsqu’elle a disparu mystérieusement. Pendant des mois, les autorités de Caroline du Sud ont tout fait pour retrouver la jeune fille. Mais en vain. Les enquêteurs n’ont jamais su précisément ce qui était arrivé à l’adolescente, jusqu’aux aveux de Taquan Brown, condamné à 25 ans de prison pour plusieurs homicides.

Ce dernier a expliqué aux autorités qu’il était présent dans les derniers moments de la victime, indique le New York Post. Il rendait visite à des amis dans leur «planque» qui leur servait à cacher des armes, des drogues ou de l’argent, lorsqu’il a vu Brittanee. C’est à cet endroit que le téléphone de la jeune femme a émis pour la dernière fois. Selon le récit de Taquan Brown, plusieurs hommes ont abusé sexuellement de l’adolescente, dont un certain Da’Shaun Taylor, alors âgé de 16 ans. Toujours selon les aveux du prisonnier, le père de Da’Shaun Taylor, Shaun Taylor, était lui aussi dans la combine. Mais alors que Shaun Taylor et Taquan Brown étaient en train de parler à l’arrière de la maison, Brittanee a essayé de s’enfuir. C’est alors qu’un des ravisseurs a assommé l’adolescente avec un pistolet et a transporté son corps inconscient dans la maison. Là, Taquan Brown a entendu deux coups de feu. La dernière fois qu’il a vu la jeune fille, son cadavre était attaché et en train d’être transporté ailleurs. Le corps de Brittanee n’a jamais été retrouvé, mais d’après l’agent Gerrick Munoz, plusieurs témoins ont indiqué qu’il avait été jeté dans un étang de McClellanville, aux alligators.

Imaginons l'hystérie politico-médiatique et les émeutes raciales si la victime de ces atrocités avait été noire et les tortionnaires blancs...

Source : http://www.parismatch.com/Actu/Faits-divers/Etats-Unis-le-calvaire-de-Brittanee-jetee-aux-alligators-1048606#xtor=AL-23

Voir les commentaires

En Seine-Saint-Denis, l’arnaque de la déradicalisation

31 Août 2016, 06:41am

Publié par Thomas Joly

Un ex-employé de la « Maison de la prévention et de la famille », pilotée par la militante Sonia Imloul, un temps encensée par le ministère de l’Intérieur, raconte dans un livre l’envers du décor.

Au printemps 2014, alors que des dizaines de jeunes rejoignent la Syrie, Sonia Imloul ouvre une structure en Seine-Saint-Denis, avec l’appui du ministère de l’Intérieur. Objectif : offrir un soutien aux familles dont les enfants sont partis faire le djihad et mettre en oeuvre quelques techniques de désendoctrinement des jeunes en voie de radicalisation.

Dans un livre intitulé Cellule de déradicalisation. Chronique d’une désillusion, aux éditions Michalon, Julien Revial, un ex-employé de la structure, raconte son expérience. Qui ne s’avère pas très reluisante… Selon L’Express, qui a lu l’ouvrage, Sonia Imloul se présente tantôt en juriste, tantôt en psychologue, tantôt en policière. Alors que la structure vient d’ouvrir et qu’elle en est à ses balbutiements, le défilé des médias commence. « Un mois après notre emménagement, nous avions déjà reçu cinq organes de presse et seulement deux familles », raconte Julien Revial. Sonia Imloul raconte partout que sept employés sont embauchés par la Maison de la prévention, qui fonctionne « presque 24 heures sur 24 » et qui suit, dit-elle, une trentaine de familles. Une fois encore, la réalité est tout autre : « Nous avons mené au total trois démarches de prévention de la radicalisation », précise Julien Revial. Il ajoute : « [Nos effectifs] n’ont jamais dépassé cinq ou six personnes en nous comptant, Sonia et moi, ainsi que notre unique psychologue stagiaire. »

La Maison de la prévention fait aujourd’hui l’objet d’une enquête judiciaire, mais le ministère de l’Intérieur se garde bien de faire des vagues, car « pour eux, nous étions un laboratoire médiatique bien utile » pour montrer que l’État se mobilisait, peste Julien Revial. En 2015, les subventions publiques, qui n’étaient déjà pas très élevées, ne sont pas renouvelées. On laisse couler ce centre embarrassant… Sonia Imloul, elle, devra certainement répondre d’étranges pratiques, comme cette sous-location à des étudiantes de deux-pièces du fameux appartement. Dont l’adresse était censée demeurer secrète.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Londres occupée : 105 arrestations, plus de 400 blessés au Carnaval de Notting Hill

31 Août 2016, 06:33am

Publié par Thomas Joly

Londres occupée : 105 arrestations, plus de 400 blessés au Carnaval de Notting Hill

Le carnaval londonien, qui célèbre chaque été les cultures caribéennes, a été entaché de nombreux actes de violence. 105 arrestations ont été réalisées au cours de la nuit du 28 au 29 août et 77 personnes ont été hospitalisées.

Cette année encore, les défilés de costumes flamboyants et les performances de samba n’auront pas été les seuls éléments du carnaval à avoir fait parler d’eux. De nombreux incidents, dont certains extrêmement violents, ont en effet éclaté au cours de la 50e édition de la fête caribéenne de Notting Hill, un quartier de Londres, qui se déroule les 28 et 29 août.

D’après l’agence Associated Press, les services d’urgences de la capitale britannique ont fait état de 411 patients traités en raison de blessures diverses, dans la nuit du 28 au 29 août. Parmi ces personnes, 77 ont été conduites à l’hôpital.

Le centre médical d’urgence lié au festival a été débordé par cette flambée de violence, au point que des lits pour blessés ont dû être disposés à même la rue, comme on peut le voir sur les photos postées sur le compte Twitter des ambulanciers de la capitale britannique.

Voir la vidéo : https://youtu.be/Hyk_6otVBTs

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Des camps d'entraînement de l'État islamique au Kosovo et en Bosnie

31 Août 2016, 06:27am

Publié par Thomas Joly

Cinq camps d’entraînement ont été ouverts par l’EI dans le Kosovo. Les plus importants sont situés à la frontière avec la Macédoine, dans le district de Decani ; d’autres, plus modestes, sont dans les environs de Prizren et Pec. Près de 70 familles kosovares ont déjà rejoint ces camps, où d’anciens soldats de l’Armée de Libération du Kosovo enseignent à leurs membres le maniement des armes et le Coran.

Dans la Bosnie voisine, les mêmes causes ont engendré les mêmes problèmes. Ce pays de 4 millions d’habitants a envoyé près de 200 de ses ressortissants au sein de l’EI en Syrie ; en 2013 et 2014, 156 hommes, 35 femmes et 25 enfants ont quitté la Bosnie pour l’EI, 47 en sont revenus. Et la présence potentielle d’un camp d’entraînement djihadiste à Osve, révélée par le journal anglais Sunday Mirror en juillet 2015, a fait la une de la presse européenne. Il y en a d’autres, comme Gorna Maioca, au nord du pays. Ce sont d’anciens villages serbes ou croates, vidés de leur population par la guerre civile, où se sont réinstallées des communautés musulmanes ultra-conservatrices, dirigées par des prédicateurs radicaux. L’épuration ethnique, effectuée à l’époque avec l’indifférence bienveillante de l’UE, se retourne ainsi contre elle en transformant les contrées reculées de la Bosnie en pépinière djihadiste.

Le cancer islamiste se propage dans toute la région, de la Bosnie à l’Albanie en passant par la Macédoine, le Kosovo et le Montenegro. Partout, les Etats sont trop faibles et trop corrompus pour lutter contre le fléau, tandis que l’UE n’a d’yeux que pour le Levant et la Libye, où la situation est très préoccupante. Cependant, les indices alarmants s’accumulent. En juin 2016, l’agence de presse Reuters citait un rapport de l’ONG Atlantic Initiative, basée à Sarajevo (Bosnie). Selon celle-ci, 80 adolescents bosniaques, âgés de 13 à 14 ans, sont entraînés par l’EI en Irak et en Syrie. Avec le risque toujours présent qu’ils reviennent en Europe pour y semer la mort.

Pire, selon les services de sécurité bosniaques eux-mêmes, le pays compte près de 100.000 disciples du wahhabisme, dont plus de 4.000 sont des militants radicaux, prêts à prendre les armes pour le djihad à n’importe quel moment. En Bosnie et pas seulement.

Source : Minute via Le Salon Beige

Voir les commentaires

Débandade

31 Août 2016, 06:22am

Publié par Thomas Joly

Décidément, « démission » aura été le maître mot de la gauche au pouvoir. Dans tous les sens et sur tous les plans.

Devant les défis clairs auxquels le gouvernement français est confronté, ce pouvoir socialiste n’aura eu de réponses que la reculade ou l’évitement. Pour ses électeurs, ces démissions – que les historiens devront un jour détailler – sont de véritables trahisons. Pour le reste du peuple (les 80 % de mécontents), nul étonnement. Mais beaucoup de colère.

Démission devant le chômage (« pas de bol ! »). Démission devant l’avancée de l’islamisation du pays (merci, le Conseil d’État !).

Démission dans la guerre, que l’on ne mène pas, en se cachant derrière le paravent de l’État de droit, qui protège d’abord ceux qui veulent nous nuire.

Et puis il y a les démissions du petit jeu politique, les postures pour prendre date, pour faire carrière, un jour. Et qui frisent l’indécence dans la situation dramatique que nous vivons. M. Montebourg et son petit fan-club avaient bien commencé cette ronde des démissions, en août 2014, puis il y eut Mme Taubira en décembre dernier, et maintenant M. Macron.

Si l’on tente de rehausser le bilan de son passage à Bercy, il suffit de le comparer à celui de M. Hamon à l’Éducation nationale, l’éphémère ministre des vacances : M. Macron, lui, gardera son nom attaché à l’ouverture de quelques lignes d’autocars. Ministre des autocars… Finalement, ces démissions à la fin des vacances sont assez cohérentes.

Il fut un temps où l’on ne se prenait pas pour un présidentiable avec un CV si mince. On se demande, d’ailleurs, si cette démission de M. Macron n’a pas simplement pour but d’effacer cette ligne de son CV : « ministre de l’Économie de M. Hollande, 2014-2016 ». Ils doivent être nombreux, en ce moment, les ministres et les députés socialistes à effacer le nom de Hollande de leurs CV…

Et au jeu des démissions, les paris sont ouverts. À voir M. Valls s’époumoner sur le burkini et le sein nu de Marianne, on se demande s’il ne cherche pas à gagner, outre le grand prix du ridicule, sa démission, et sur un vrai sujet, lui. Il paraît que M. Cazeneuve serait prêt à aller à Matignon pour tenter de finir ce quinquennat. Et après lui, Mme Vallaud-Belkacem, pour tenir jusqu’en avril 2017 ? Car, comme le dit le député PS M. Baumel : « On va essayer de finir le quinquennat comme on peut. » Conseil d’ami : il existe un moyen tout simple d’abréger – la démission !

Mais M. Macron, au fait, on ne sait pas pourquoi ni sur quoi il part, contrairement aux autres. Politique économique ? C’est la sienne. Déchéance de nationalité ou burkini ? Il n’en a jamais pipé mot. La question de l’islamisation ne semble pas le passionner. Peut-être que son professeur de français au lycée ne lui a pas fait jouer des extraits du Mahomet de Voltaire. Dommage… Et puis ces attentats de juillet ont eu l’inconvénient de voler les pages glacées de Paris Match qui devaient lui revenir. Il n’est pas facile de caser un plan média « démission » entre deux attentats. L’Histoire ne se plie pas aux caprices ministériels.

Un heureux, tout de même, avec cette démission qui sent le Sapin pour un gouvernement en pleine débandade : c’est l’ami Michel, qui récupère le maroquin du démissionnaire…

Pascal Célérier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Douarnenez : Les organisateurs de la baignade pro-burkini subissent la vindicte populaire

30 Août 2016, 06:47am

Publié par Thomas Joly

Les organisateurs du festival du cinéma de Douarnenez, proches de l’extrême-gauche, qui avaient organisé une “baignade pro-burkini” ont subi un torrent de protestations les obligeant à faire profil bas.

Le journal socialiste Le Télégramme, ouvertement favorable aux islamistes, s’en émeut (source) :

Relayée lundi dans nos colonnes et chez nos confrères des médias presse, télé et radio régionaux [La presse d’État pro-musulmane, NDLR], l’opération « Douarnkini » a suscité un raz de marée de réactions, donnant un écho démesuré à ce qui ne se voulait qu’un pied de nez un peu potache.

« Je me doutais bien que les grincheux habituels allaient réagir. Je ne suis pas naïve mais un tel déferlement, j’avoue que je ne l’avais pas imaginé », commentait, lundi, Monique Prévost, responsable du Planning familial, à l’origine de ce rassemblement sur la plage des Dames, dimanche après-midi. Une opération imaginée la veille, lors de la soirée de clôture du Festival de cinéma. « Notre idée – nous baigner en jupes longues, foulards ou combinaisons de plongée – ce n’était surtout pas de défendre le burkini. Au contraire ! C’était un pied de nez pour dénoncer ce débat grotesque qui a tout de même conduit des élus à prendre des arrêtés et le Conseil d’État à trancher. À nos yeux, c’est un sujet ridicule, dont on a trop parlé au lieu de s’intéresser aux vrais problèmes ».

Pour décrypter brièvement la phraséologie de l’organe de désinformation qu’est le journal socialiste Le Télégramme, nous résumerons : une poignée de gauchistes sexagénaires – frappés d’autisme et passablement saouls – ont, samedi soir, décidé de se livrer à une énième provocation “antifasciste” au profit des islamistes.

Organisée par quelques vieilles biques ménopausées du planning familial – jadis adepte du droit des femmes à se libérer du “patriarcat” blanc et catholique – celles-ci ont trempé leur graisse flageolante devant des photographes de la presse d’État, présents pour l’occasion.

Pensant marquer des points, c’est au contraire à un torrent de rage que se sont exposés les provocateurs d’extrême-gauche et les plumitifs complices de l’opération. Il ne fait pas de doute que si la foule avait été présente, la vingtaine d’anarcho-communistes précitée aurait été lynchée physiquement et probablement noyée.

Une leçon à retirer

Ce que les archéo-marxistes de Bretagne n’ont pas encore compris, c’est que le degré d’exaspération face à l’invasion migratoire et à l’islam radical a atteint un niveau qu’ils ne soupçonnent même pas.

Se solidariser publiquement de l’islam comme de l’immigration afro-islamique, c’est faire le choix de s’opposer aux masses autochtones. Et s’exposer dès à présent à des conséquences dévastatrices dont nos ennemis vont devoir progressivement faire l’expérience.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

L'effondrement inéluctable d'une Algérie au bord du chaos

30 Août 2016, 06:38am

Publié par Thomas Joly

Bernard Lugan est interrogé par Pierre Saint-Servant dans Présent. Extrait :

BL : L’Algérie est dans une situation sociale et économique très difficile, aggravée par les incertitudes entourant la question de la succession du président Bouteflika. Troisième producteur africain de pétrole, le pays est actuellement lourdement affecté par la baisse des cours du baril, ce qui plombe une économie de rente fondée sur le tout pétrole-gaz et assurant 96 % des recettes.

Sid-Ahmed Ghozali, ancien ministre et président-directeur-général de la Sonatrach de 1966 à 1979 a déclaré à ce sujet : « Je crains un effondrement. Il est inéluctable. Après 53 ans d’indépendance, notre société vit par la grâce d’une richesse épuisable et unique, de surcroît non créée par nous ; l’Algérie est l’un des rares pays, sinon le seul, à se retrouver dans cette si grande et si dangereuse précarité : 99 % de nos importations, y compris le blé de notre pain quotidien, sont payées par les revenus des hydrocarbures ! Qui est responsable de cet état de choses ? Un pouvoir vautré dans l’économie de la rente. »

Présent : Il y a donc une « cocotte-minute » prête à exploser, à quelques heures de nos côtes ?

BL : La situation est en effet lourde de menaces car l’Algérie consacre le quart de ses recettes en hydrocarbures – ses seules recettes –, à l’importation de produits alimentaires de base. Les seules importations de céréales se montent, bon an mal an à trois milliards de dollars. A cette somme il convient d’ajouter le reste des produits alimentaires, soit plus de dix milliards de dollars. Quant aux subventions que l’Etat accorde aux denrées alimentaires importées et aux produits énergétiques, elles représentent 30 % du PIB national. Si la bombe sociale algérienne n’a pas encore explosé, c’est uniquement parce que l’Etat subventionne pour 60 milliards de dollars par an la consommation des « classes défavorisées ». A cette somme colossale, l’on doit ajouter 20 % du PIB consacré au soutien à l’habitat, aux familles, aux retraites et à la santé.

Dans ce contexte lourd d’orages, la clique satrapique qui saigne le pays depuis des décennies a intérêt à ce que la succession présidentielle se fasse dans l’ordre. En cas de chaos, elle sait qu’elle sera la première victime d’une éventuelle déstabilisation politique et que la rue lui réclamera des comptes. C’est pourquoi le noyau de profiteurs gravitant dans l’entourage du président Bouteflika a entrepris d’épurer l’armée et les forces de sécurité de tous ceux qui ne lui ont pas fait allégeance. Son but est de mettre au pouvoir l’un des siens, en s’alliant au besoin aux islamistes qui attendent leur heure.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires