Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Mélenchon fasciné par la Terreur et Robespierre

10 Octobre 2016, 06:28am

Publié par Thomas Joly

La chaîne Toute l’histoire propose « Et si c’était vous ? », un nouveau magazine présenté par Gérard Miller confrontant une personnalité politique à un évènement historique. Pour le premier numéro, diffusé ce dimanche, Jean-Luc Mélenchon s’imagine le 27 juillet 1794, la veille de l’exécution de Robespierre.

Le leader du Front de gauche a une passion pour la Révolution française et en parle avec ferveur : « Je me sens si profondément français grâce [la Révolution française]. Elle accouche de principes qui permettent à l’humanité universelle de communier dans une unité républicaine. Vous voyez, j’en suis tout rempli encore ».

Lui qui aurait aimé avoir 20 ans à cette période pour « être présent dans les événements révolutionnaires », connaît très bien cette Histoire. Questionné sur le contexte actuel, il fait un rapprochement entre les deux époques. « Je trouve que notre temps est extraordinaire. Nous allons au-devant de défis colossaux tels que nos routines seront bousculées. La Révolution doit nous donner du courage et de l’audace » ajoute-t-il avec passion.

S’il n’explique pas concrètement ce qu’il aurait fait, il raconte les événements de la terreur avec brio et ponctue ses récits de conseils qui sonnent résolument actuels. Au sujet de la violence utilisée lors de cette période, il dira : « Ma recommandation est de ne jamais recourir à la violence et de recourir aux méthodes, plus lentes, de la démocratie. Mais quand il n’y a pas de perspective politique, la violence peut paraître comme une solution. Mieux vaudrait recourir aux solutions politiques tant qu’il en est encore temps car sinon la violence est inéluctable. »

Après plus de 40 minutes de discussion où Jean-Luc Mélenchon décrit avec conviction les derniers instants de Robespierre avec son passage à la tribune lors de son dernier rapport puis à la Conciergerie, Gérard Miller intervient. « Je me demandais ce que vous auriez dit à ce moment-là, à la Conciergerie. Et bien là c’est clair : appeler à l’insurrection. Si ça avait marché, ça aurait certainement changé l’Histoire de France », s’amuse le psychanalyste.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Le financement du culte musulman « dé-voilé » !

10 Octobre 2016, 06:15am

Publié par Thomas Joly

Concernant le financement du culte musulman et de ses ministres du culte, il ressort du rapport d´information n° 757 du Sénat (session extraordinaire de 2015-2016) une sensation de nébuleuse non maîtrisée par l’État français.

Il apparaît, en effet, d’une part que la communauté musulmane est sous forte influence des pays d’origine, et d’autre part que ses ministres du culte ont des statuts diversifiés. Le tout dans un maelström sans réelle instance représentative de cette communauté.

Un des principaux éléments qu’ont mis au jour les travaux de la mission d’information tient à la place et l’influence – jusqu’alors méconnues ou sous-estimées – que les « pays d’origine » (en l’occurrence l’Algérie, le Maroc et la Turquie) ont dans l’organisation du culte musulman en France.

Première inquiétude à la lecture du rapport : on constate que les imams, en France, sont pour la plupart étrangers (seuls 20 à 30 % auraient la nationalité française).

Par ailleurs, la France accueille de façon temporaire, au moment du ramadan, plusieurs dizaines d’imams « psalmodieurs » en provenance du Maroc et d’Algérie. M. Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, a indiqué devant le Sénat que, chaque année, nous faisons ainsi venir 299 « psalmodieurs ou récitatrices » dans le cadre d’accords bilatéraux passés notamment avec le royaume du Maroc et l’Algérie. Ces psalmodieurs occasionnels, dont le visa est limité à la période du ramadan, ne sont soumis à aucune exigence de maîtrise du français.

Plus inquiétant encore : le rapport souligne un financement étranger qui suscite des interrogations.

Par exemple : le Royaume saoudien, majoritairement d’obédience wahhabite avec sa lecture radicale du Coran, « a participé au financement de huit mosquées françaises : les aides ont varié entre 200.000 et 900.000 euros par projet ».

Au total, le Royaume saoudien a versé 3.759.400 euros. Par ailleurs, l’Arabie saoudite finance le salaire d’environ 14 imams exerçant dans des mosquées en France, dont le prosélytisme sera à l’évidence fortement teinté du radicalisme wahhabite. Pour sa part, l’enveloppe budgétaire allouée par le Maroc se monte à 6 millions d’euros en 2016. Cette enveloppe est en hausse : elle n’était « que » de 4 millions d’euros en 2013.

Autre aspect économique : la communauté musulmane constituée en association gérant un lieu de culte peut, aux termes de la loi de 1905, bénéficier à ce titre d’avantages spécifiques, en particulier la possibilité de recevoir des libéralités et des dons bénéficiant d’une réduction fiscale. Voire se constituer sous la forme d’association loi de 1901, ce qui permet de combiner plusieurs objets sociaux. (Souvent, les mosquées sont gérées par des associations dites « mixtes », à vocation culturelle et cultuelle.) Elles peuvent donc bénéficier, en toute légalité, de la réduction fiscale de l’article 200 du Code général des impôts, qui prévoit que les dons « officiels » à certaines catégories d’associations, dont les associations cultuelles, bénéficient d’une réduction d’impôt équivalente à 66 % du montant de leur don.

Pour le reste , à Gennevilliers par exemple, l’association cultuelle aurait récolté environ 1,3 million d’euros au cours du ramadan. Ces dons sont réalisés le plus souvent de façon manuelle, en espèces, rendant impossible toute traçabilité de leur provenance.

Enfin, en termes de ressources, le chiffrage issu d’une étude effectuée par le cabinet d’étude Solis évaluait à approximativement 5,5 milliards d’euros le marché du halal en 2010. Il est clair, si j’ose dire, que l’on ne peut qu’être approximatif, tant la nébuleuse est immense.

Pour conclure, on est en droit de s’étonner que ce rapport n’ait pas essayé ou osé soulever le « voile » sur des ressources économiques liées aux trafics occultes de stupéfiants.

Peu de cultes, en France, sont entachés d’une telle opacité, mais honni soit qui mal y pense !

Richard Pascal

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Stéphane Ricard, nouveau Délégué du Parti de la France pour la circonscription de Creil-Méru

10 Octobre 2016, 06:07am

Publié par Thomas Joly

Stéphane Ricard a accepté d'animer les activités militantes du Parti de la France dans la 3e circonscription de l'Oise qui comprend les villes colonisées de Creil et de Méru. Pour contacter ce nouveau Délégué du Parti de la France afin de l'aider dans sa tâche : 06.45.67.46.40 ou stephane.ricard17@orange.fr

Voir les commentaires

Viry-Châtillon : 2 policiers gravement brûlés par des cocktails Molotov

9 Octobre 2016, 10:05am

Publié par Thomas Joly

Une agression d'une violence inouïe. Deux policiers souffrent de très graves brûlures, après avoir été ce samedi la cible de cocktails Molotov. Chacun dans leur propre véhicule, les deux agents ont été atteints par des projectiles incendiaires alors qu'ils étaient stationnés à Viry-Châtillon, dans l'Essonne, dans un quartier sensible. Deux autres policiers appelés en renfort ont eux-aussi été visés par des projectiles incendiaires.

"Une quinzaine d'individus ont assailli les voitures de police vers 15 heures", a expliqué à BFMTV un représentant du syndicat Alliance 91. Visés par des cocktails Molotov, les policiers ont été empêchés de sortir de leur véhicule par des jets de pierre. Les brûlures sont tellement importantes que les deux agents ont dû être soignés sur place, avant de pouvoir être transportés vers un hôpital. L'un des policiers serait brûlé à plus de 30% au niveau des mains. D'autres policiers arrivés en renfort dans une deuxième voiture "ont essuyé eux aussi des jets de cocktails Molotov", a poursuivi la source policière. Eux sont légèrement blessés.

Deux voitures étaient présentes, stationnées pour sécuriser une caméra de surveillance, implantée dans le quartier de la Grande Borne. Cet équipement de surveillance a été installé sur ce carrefour qualifié de dangereux et où de nombreux vols de voitures ont eu lieu. Le week-end dernier déjà, des incidents avaient éclaté entre la police et des jeunes racailles afro-maghrébines qui veulent détruire cette caméra, rappelle Le Parisien.

"On est en guérilla civile avec ces individus extrêmement bien organisés", dénonce, Claude Carillo du syndicat Alliance 91. "Il semblerait que c’est un groupe bien organisé qui a décidé d’aller tout à fait volontairement attaquer ces policiers avec ce qui peut être assimilée à une arme de guerre", complète Nicolas Comte, du syndicat SGP Unité Police FO.

Pour l'heure, aucune interpellation n'a eu lieu. Le ministre de l'Intérieur assure que tous les moyens sont mis en oeuvre "pour retrouver et interpeller les auteurs de ces actes intolérables". Bernard Cazeneuve a exprimé sa "profonde indignation", et condamne, dans un communiqué, "avec la plus grande fermeté ces actes d'une extrême gravité".

Source : http://www.bfmtv.com/societe/viry-chatillon-2-policiers-gravement-brules-par-un-jet-de-cocktail-molotov-1045750.html

Voir les commentaires

Le Portugais Antonio Guterres, nouveau secrétaire général de l’ONU, sosie laïc du pape François

9 Octobre 2016, 09:42am

Publié par Thomas Joly

Ils étaient 8 candidats à la succession de Ban Ki-moon à la tête de l’ONU. A l’heure de la crise migratoire qui sévit en Europe, c’est le candidat à la tête de Haut-Commissariat pour les réfugiés qui a eu la faveur du Conseil de Sécurité et qui va donc être le nouveau Secrétaire Général de l’ONU : Antonio Guterres. Portugais, socialiste, proche de milieux maçons, cet ancien premier ministre du Portugal, âgé de 67 ans, a une vision politique hyper-mondialiste et se bat pour que l’ONU ait un rôle prédominant dans la gouvernance du monde.

Certains milieux catholiques s’extasient devant cette élection au seul fait que Antonio Guterres se soit prononcé personnellement contre l’avortement. C’est voir un peu court ou ne pas voir très loin ! En effet, il avait malgré tout organisé en 1998 un référendum pour la libéralisation de « l’interruption volontaire de grossesse » (IVG), finalement abandonné du fait d’une grande abstention.  De plus, cet apparatchik des temples onusiens a le profil convenu et conforme au politiquement correct en vigueur. Autrement, ne nous leurrons pas, il n’aurait pas été élu !

Il a fait pression sur l’Europe pour qu’elle ouvre grandes ses portes aux soi-disant « réfugiés », vrais clandestins envahisseurs venus chercher un futur économique et matériel plus confortable dans les contrées nordiques ; il a également soutenu le droit d’asile pour les LGBT persécutés. Pareillement lors de son entretien à la candidature pour le poste de Secrétaire Général, il a considéré positivement l’idée d’une Global Taxe (taxe mondiale) pour financer des projets humanitaires dans le monde. Or, le droit à l’avortement mondial est un des projets « humanitaires » majeurs de l’ONU ! Ce droit serait ainsi financé, à travers la Global Taxe, par tous les pays membres, tuer l’enfant à naître étant considéré une avancée progressiste et un droit inaliénable pour toutes les femmes de la planète.

Antonio Guterres est, en laïc, le sosie du pape François : ils se rejoignent tant dans leurs idées pseudo-humanistes que dans leurs contradictions. Anti-avortement d’un côté, promoteurs de la culture de mort de l’autre en soutenant les LGBT et leurs revendications sous couvert de miséricorde ou de persécutions ; paladins de la liberté absolue pour toutes les cultures et les religions sur des sols étrangers et militants de la destruction des identités nationales en favorisant l’afflux de migrants clandestins sur le sol européen ; partisans d’une « humanité nouvelle », fraternelle, aimante, apatride et nomade et véritables pourfendeurs de toutes politiques en faveur de la communauté fraternelle nationale, politiques qu’ils surnomment « xénophobie » !

Après un entretien en 2013 entre les deux hommes, Guterres, qui se définit comme « un constructeur de ponts », s’était exclamé, conquis par l’hôte du Vatican : « L’Église catholique a toujours été une voix très importante dans la défense des droits des réfugiés et des migrants. Une voix de tolérance, de respect de la diversité dans un monde indifférent, si ce n’est hostile envers tout ce qui est étranger. »

Pour continuer, sur la ligne idéologique bergoglienne, dans une dénonciation radicale de tous les nationalismes, seul mal qui existe sur la terre à éradiquer au plus vite : « En Europe, comme dans les pays en voie de développement, il y a une nouvelle irruption de xénophobie. Le pape François non seulement indique quelle doit être la juste doctrine pour la communauté chrétienne, mais il en est un témoin personnellement. Outre les prises de positions et l’Exhortation apostolique Evangelii gaudium, l’échos le plus fort a été sûrement celui de sa visite à Lampedusa où il a parlé avec ceux qui ont souffert dans leur pays, en Syrie comme en Érythrée, et ont souffert, à nouveau, pour arriver en Europe. Et puis, la visite au centre des réfugiés d’Astelli des jésuites de Rome. C’est un engagement personnel qui amplifie sa voix, lui donne une autre signification, une autre force. Et pour nous tous qui combattons pour les droits des réfugiés c’est un énorme soutien et un stimulant. »

Les deux hommes sont fait pour s’entendre et collaborer ensemble.

« La paix, la justice, la dignité humaine, la tolérance et la solidarité sont gravées dans la charte et nous lie ensemble. Ces valeurs sont centrales dans toutes les cultures et toutes les religions du monde et elles sont reflétées dans les livres saints – du Coran aux Évangiles et à la Torah, des Upanishad au canon de Pali… » a déclaré Guterres, mots qu’auraient tout aussi bien pu déclamer François.

L’un, chrétien de gauche, à la tête de l’ONU, l’autre, marxiste chrétien à la tête d’une église conciliaire devenue une véritable ONG humanitaire universelle, il est fort à craindre qu’avec ces deux fortes personnalités et leurs charismes, les migrations et la globalisation font faire des pas de géant pour le plus grand avantage de la construction maçonnique d’une nouvelle tour de Babel, reflet « de notre humanité commune ».

François-Guterres, ce sont les deux faces d’une même médaille : celle de la mondialisation soutenue par un pseudo christianisme générique réduit à un universalisme humanitaire indispensable pour la gouvernance mondiale.

Il reste cependant encore un pas à franchir : à quand l’élection de François, pendant religieux d’Antonio, comme Secrétaire général d’une ONU des religions, idée chère au juif Shimon Perès ?

Voir les commentaires

Vraie guerre froide ou guéguerre tiédasse ?

9 Octobre 2016, 09:36am

Publié par Thomas Joly

Cependant que le Premier ministre norvégien, Erna Solberg, s’éclatait au Pokémon lors d’un débat parlementaire (Volkskrant, 5 octobre), deux General Dynamics F-16 de la force aérienne royale norvégienne furent acteurs d’un énième épisode du feuilleton initié au sortir de la Seconde Guerre mondiale par l’URSS et le « monde libre ». « Exercices » grandeur nature, où chacun teste les capacités de réaction de l’autre, et qui se déroulent sans interruption, de l’aube de la guerre froide à nos jours de guerre tiédasse (depuis les chutes « du mur » et « du communisme »).

Il est remarquable que, côté russe, un même bombardier à long rayon d’action, le Tupolev Tu-95 « Bear », équipé de quatre turbo-propulseurs munis chacun de deux hélices contra-rotatives, y participe sans interruption depuis sa mise en service en 1956 : soixante bougies ! Chaque amateur d’aviation digne de ce nom connaît ces prises de vues sur lesquelles figurent tout ce que l’Occident possède d’intercepteurs depuis un demi-siècle, en compagnie de l’un de ces Tu-95 « Bear » pris en flagrant délit de survol d’eaux… internationales ou de bâtiments alliés en manœuvre. « Deux bombardiers russes interceptés par quatre Rafale au large de la Bretagne » (information d’abord rendue publique par le ministère de la Défense) titre, avec force trémolos, Le Figaro du 4 octobre, comme si des Spitfire avaient intercepté deux Heinkel He 111 en route vers Londres au plus chaud de la bataille d’Angleterre.

L’affaire commença précisément au large de la Norvège d’Erna Solberg et son Pokémon, le 22 septembre, pour s’achever du côté de Bilbao le même jour. Deux Tupolev Tu-160 « Blackjack » décidèrent de tester l’OTAN pour une balade contournant l’Irlande par l’ouest, puis l’Angleterre, pris en charge alors par deux Eurofighter Typhoon, et à descendre vers le sud où ils furent pris en charge par quatre Rafale à « une centaine de kilomètres des côtes bretonnes » (dixit Le Figaro), poursuivant ensuite leur balade vers l’Espagne, accompagnés de deux F-18 espagnols, puis effectuant un demi-tour au large de Bilbao.

Renseignements pris auprès de gouv.fr, concernant un « arrêté du 8 juin 2009 portant réglementation de la circulation aérienne militaire, version consolidée au 7 octobre 2016 », il apparaît (chapitre 2 de l’« Application des règles de vol CAM au-dessus de la haute mer ») que : « l’espace maritime comporte deux portions distinctes : la haute mer qui ne relève d’aucune souveraineté nationale et la mer sous souveraineté […] La haute mer s’étend vers le large à partir d’une distance de 12 milles nautiques (22 km environ) des lignes de base du territoire de l’État considéré »

Considérant que cela se produit des centaines de fois depuis des décennies, sans faire la une… Si la vraie guerre froide, (MAD : Mutual Assured Destruction) connut bien quelques brûlots franchement « limite », la guéguerre tiédasse actuelle doit plutôt être replacée dans le contexte syrien, voire ukrainien. Ainsi en Syrie (vraie guerre), à en croire nos médias, les bombardements russes semblent ne cibler qu’hôpitaux et civils (c’est ballot), contrairement aux américains et français, toujours d’une précision militaire exemplaire : normal, les politiques américaines et russes s’opposent dans la région.

C’est dans ce contexte que la France décide de rendre publique « l’interception de deux bombardiers russes au large de la Bretagne », ce qui doit se produire des centaines de fois en temps normal sans que cela perturbe la vie des huîtres à Cancale ou les Pokémon d’Erna Solberg en Norvège. Paraît même que Chirac aurait dit un jour : « Ça m’en touche une sans faire bouger l’autre. » On ignore s’il s’agissait de guerre froide ou de soupe tiède.

Silvio Molenaar

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Trump accuse le gouvernement d’avoir accéléré les naturalisations

8 Octobre 2016, 09:38am

Publié par Thomas Joly

Donald Trump a accusé vendredi l’administration américaine d’avoir accéléré les procédures de régularisation de sans-papiers pour leur permettre de voter à l’élection présidentielle du 8 novembre. « Ils laissent les gens affluer pour qu’ils puissent aller voter (…) Ils ont reçu l’ordre d’en haut d’accélérer ces procédures pour que les gens soient naturalisés à temps pour l’élection », a affirmé le candidat républicain, lors d’une rencontre avec les représentants du National Border Patrol Council, un syndicat de douaniers.

« On nous dit que la vérification des antécédents est en quelque sorte court-circuitée et qu’elle n’est pas faite comme il faudrait pour que ces gens restent naturalisables », a-t-il ajouté.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Le djihad au RSA de Farouk Ben Abbes

8 Octobre 2016, 09:23am

Publié par Thomas Joly

On ne demande pas aux élus de se sentir l’âme romaine ou de se montrer fermes face aux dangers qui nous menacent, on sait trop bien qu’ils ne sont pas équipés pour cela. Toutefois, les Français sont en mesure d’attendre de leur part un peu de bon sens, voire un peu d’hypocrisie électoraliste en leur montrant qu’ils ne les méprisent pas totalement. Chaque jour qui passe apporte sa nouvelle goutte d’eau au vase des reniements de la France qui menace de déborder. Aujourd’hui, nous apprenons que l’islamiste Farouk Ben Abbes perçoit toujours le RSA.

Rappelez-vous, je vous racontais l’histoire de ce sombre individu, il y a quelques semaines à peine, alors que les médias dévoilaient que l’homme allait être indemnisé par la justice au titre d’un préjudice moral…

Âgé de 31 ans, ce « Belge » vit à Toulouse dans le quartier de la Reynerie, bien connu pour son insécurité chronique et, depuis longtemps, déserté par les Français d’origine européenne. Société parallèle au cœur de la Ville rose, le quartier vit d’aides sociales et de trafics illégaux. Nul doute que Farouk Ben Abbes n’y sera pas importuné, tant il ressemble au voisin idéal, au « grand frère » que tous les « jeunes » rêveraient d’avoir…

Fin juillet, monsieur Ben Abbes bouclait son dossier de demande de RSA auprès de la caisse d’allocations familiales de la Haute-Garonne, noyautée par les gauchistes de toutes obédiences, comme l’intégralité des services publics de cette ville.

Mi-septembre, le conseil départemental lui signifiait l’octroi de son RSA avec, cerise sur le gâteau, effet rétroactif au premier juillet. Dame République est si généreuse avec ses enfants. Enfin, ceux des autres.

« Il remplissait toutes les conditions, notamment celle d’être ressortissant de l’Union européenne. Sa dangerosité supposée ne fait pas partie des critères prévus par les textes », déclarait une « source proche du dossier ». En effet, Farouk Ben Abbes est le public cible du RSA : voyou, islamiste notoire, Belge de papiers, résident permanent d’une zone de non-France.

Le revenu de solidarité active est une mesure contribuant à l’assistanat généralisé qui pèse lourdement sur le budget des départements, dont les aides de l’État fondent chaque année. Dirigé par les socialistes depuis de nombreuses années, le département de la Haute-Garonne avait vu sa gestion sévèrement critiquée dans un rapport rendu public par la Cour des comptes en novembre 2013. Cela n’est guère étonnant quand la priorité semble de verser l’argent des contribuables à des personnalités reconnues comme dangereuses qui n’ont rien à faire sur le territoire national.

Quelques remèdes sont impératifs pour en finir avec la gabegie : réserver le RSA aux seuls nationaux, enquêter pour trouver les fraudeurs, suspendre son versement en cas de profils dangereux ou condamnés par la justice. L’évidence même…

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Des militants du Parti de la France à la journée « portes ouvertes » de la mosquée de La Ferté-Bernard (72)

7 Octobre 2016, 18:09pm

Publié par Thomas Joly

Dans un désormais habituel exercice de taqiya (dissimulation auprès des kouffars de ses véritables objectifs), la communauté islamiste de La Ferté-Bernard (72) a ouvert les portes de sa mosquée le week-end dernier pour célébrer l'extension en construction.

Des militants du Parti de la France étaient présents, ainsi que Louis Noguès, Conseiller municipal du Mans, et ont apporté quelques précisions sur la véritable nature de l'Islam et du Coran, donnant lieu à un dialogue tendu mais courtois avec les occupants des lieux. Naturellement, les autres visiteurs, acquis à l'invasion et à l'islamisation de leur commune (maire et curé compris), furent peu sensibles aux arguments de bon sens de nos militants.

Malgré l'hostilité manifeste de quelques fidèles agacés, des tracts du PdF rappelant les versets les plus agressifs et conquérants du Coran, ont pu être distribués à la sortie du lieu de culte mahométan.

On notera la magnifique photo d'illustration de la presse locale où apparait une militante portant un T-Shirt « Charles Martel 732 » du plus bel effet pour l'occasion. Le journaliste n'ira pas jusqu'à mentionner la présence de nos militants, dhimmitude et partialité obligent...

Voir les commentaires

Calais : une seule solution, l'expulsion !

7 Octobre 2016, 06:49am

Publié par Thomas Joly

Communiqué de Kévin Reche, Délégué du Parti de la France pour le Calaisis

Le mot « réfugiés » ne représente pas les milliers de clandestins de Calais. Certains (une infime minorité) fuient véritablement leur pays en guerre. Pour les autres, la très grande majorité, ce sont des migrants économiques entrés illégalement en France. Autrement dit, des clandestins. Des jeunes hommes environnant la trentaine d'années en pleine forme physique (ils ont quand même réussi à parcourir des milliers et des milliers de kilomètres avant d'arriver ici) qui auraient dû rester dans leur pays et se battre pour lui, plutôt que de le quitter et d'abandonner leur famille. Une question se pose alors : il s'agit de clandestins ou de lâches déserteurs ? Ces hommes, puisqu'à Calais ce sont bien des hommes et non des femmes, sous prétexte qu'il y aurait une guerre dans leur pays fuiraient en France dans l'espoir d'atteindre l'Angleterre. En attendant, ils se retrouvent bloqués à Calais et mènent leur guerre ici car l'Angleterre n'en veut pas. Et elle a raison !

Il n'existe pas 36.000 solutions pour remédier à ce fléau. Nous pouvons constater que l'éparpillement des clandestins à travers l’hexagone n'arrange en rien la situation des Calaisiens et des Français. L'accueil des pseudos-réfugiés ne peut pas se faire. À cette heure, l'expulsion totale et définitive des milliers de clandestins installés de force à Calais semble être le dernier moyen de résoudre ce problème qui pourrit la vie des Calaisiens et des personnes de passage dans la ville depuis bien trop longtemps. Le visage de Calais a changé depuis toutes ces années et ce n'est pas fini. Il est temps de mettre un terme à cette immigration dévastatrice et de prendre véritablement le parti de la France.

Voir les commentaires

A l’approche des élections, le nombre des naturalisations par décret pourrait dépasser de 45% celui de l’an dernier

7 Octobre 2016, 06:25am

Publié par Thomas Joly

Le nombre des naturalisations par décret pourrait dépasser de 45% celui de l’an dernier. Les heureux élus sont très majoritairement originaires du Maghreb et d’Afrique subsaharienne. Simple coïncidence à l’approche des élections ?

Selon nos informations, les naturalisations progressent à un rythme sans rapport avec celui constaté ces dernières années. Depuis début 2016, les naturalisations par décret ont déjà augmenté de 18 %, avec 40.198 bénéficiaires. Entre 2013 et 2015, elles avaient progressé de 17 % et le total des naturalisations d’environ 16 %, alors qu’il avait été divisé par deux entre 2010 et 2012.

Le Quai d’Orsay reçoit par ailleurs, actuellement, environ 1.000 dossiers par semaine à traiter de la place Beauvau. Le ministère des Affaires étrangères intervient dans ce processus parce qu’il s’occupe de l’état-civil des Français et qu’une majorité des étrangers qui demandent à être naturalisés sont nés à l’étranger.

Qui sont les nouveaux Français ? Sans surprise, Eurostat observe qu’ils viennent très majoritairement d’un pays extra-européen. C’est le cas pour 78 % d’entre eux. Les statistiques fournies par l’organisme européen indiquent également que les pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) arrivent en tête devant la Turquie, le Sénégal et le Portugal.

Tous ces dossiers sont donc reçus par la sous-direction de l’accès à la nationalité française du ministère de l’Intérieur, qui les « approuve » (ou non) et les adresse au service central de l’état civil du MAE pour « réalisation » de la partie état-civil.

Fait rarissime, ce service a déjà un stock de 10.000 dossiers en attente, acceptés par le ministère de l’Intérieur.

Source : Causeur via FdeSouche

Voir les commentaires

Air France, la prochaine cible des islamistes ?

7 Octobre 2016, 06:11am

Publié par Thomas Joly

Un avion d’Air France sera-t-il la prochaine cible de terroristes islamistes ? À lire les tentatives de sabotage par des employés de Roissy révélées par un fonctionnaire du renseignement au Canard enchaîné et relatées par Le Point, c’est une hypothèse effrayante malheureusement… réaliste.

La radicalisation des musulmans chez Air France et de la société ? Elle date des années 2000 : radicalisation par dérive communautariste et noyautage des syndicats par des islamistes ; refus de toucher des caisses d’alcool et même d’en passer commande. Exigence de repas halal et de salle de prière, au point qu’en 2013, la CGT finit par relever de leurs mandats les responsables de ce clientélisme. Pour en arriver où, 16 ans plus tard ?

À des pannes récurrentes sur des « moteurs relais », des toboggans d’évacuation trafiqués heureusement non utilisés ; à Israël rayé de la carte ou le Maroc remplacé par « khalifat » sur le système de géolocalisation visible par les passagers à bord, à « Allah Akbar » tagué sur une quarantaine d’appareils, ou encore au refus d’un agent de sol de guider un avion au prétexte que le pilote était une femme ! De « nombreux incidents » auxquels doit faire face Air France depuis ces derniers mois…

Des milliers d’agents ou de sous-traitants désormais sous surveillance. 73 se sont déjà vu retirer leur badge de sécurité, une dizaine sont sous très haute surveillance. Rassurant !

Pas de principe de précaution radicale pour les salafistes connus pour leur radicalisme ? La compagnie s’en sépare mais ils vont bien quelque part, ces salafistes licenciés ! Où ? Et il est passé où, d’ailleurs, l’individu suspecté d’avoir traficoté ce qui permet aux pilotes de contrôler les réacteurs ? Au Yémen… en France ?

Elle peut aussi les « déplacer » à des « postes peu exposés », apprend-on.

Au nettoyage, par exemple, qui aurait cependant permis à un individu assigné à ce poste, pour un vol Paris-Amsterdam de bidouiller l’informatique afin de passer les annonces… en arabe. Un « bug », expliquera Air France. Très drôle.

Le fils de Donald Trump prônait récemment, à propos de l’accueil de réfugiés, l’application du plus élémentaire principe de précaution en prenant pour exemple un bol de bonbons parmi lesquels trois seraient empoisonnés : « En prendriez-vous toute une poignée ? » et déclenchait, évidemment, un tollé.

Et pourtant. Attendu que, jusqu’à preuve du contraire, tous les actes terroristes commis en France ces derniers mois l’ont été par des musulmans. Attendu que, depuis des années, un communautarisme de plus en plus agressif sévit dans les compagnies aériennes (mais pas que). Attendu que l’Arabie saoudite, par exemple, ne s’embarrasse pas des individus impliqués dans le terrorisme… embaucher sans plus de précaution autant de musulmans dans des secteurs aussi risqués que les transports est-il bien raisonnable ?

Pardon, mais s’il n’est pas inscrit sur leur front « je suis un terroriste », il n’est pas davantage inscrit qu’ils ne le sont pas !

« Rumeurs infondées », « fausses informations », personnel et passagers en « sécurité absolue », se défend Air France. Bien sûr. Allez, « bon vol » quand même !

Caroline Artus

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Recommandation à la presse : ne pas dire que les terroristes sont musulmans

6 Octobre 2016, 06:49am

Publié par Thomas Joly

Dans un rapport de l'ECRI, organe du Conseil de l'Europe chargé de lutter contre le racisme, il est recommandé aux journalistes de ne pas donner la religion (musulmane) des terroristes.

Pourquoi ne pas aller encore plus loin et, dans un souci d'égalité, modifier la religion des terroristes qui deviendraient ainsi « catholiques » ?

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Censure : Le gouvernement veut pouvoir poursuivre les internautes pour des écrits vieux de plusieurs années

6 Octobre 2016, 06:38am

Publié par Thomas Joly

L’abolition progressive de la liberté d’expression par le gouvernement français, notamment au motif de la lutte contre les “discriminations”, s’accélère. Celui-ci veut en effet supprimer de facto la prescription pour les contenus diffusés sur le net, exposant de fait les internautes à des poursuites pour leurs écrits sans regard pour leur date de parution.

Parmi les trois principaux piliers, il y a d’abord la prescription. Un article ne peut être attaqué que dans les trois mois qui suivent sa parution, la règle s’applique aussi à Internet. Le Sénat entend aujourd’hui faire commencer la prescription sur Internet trois mois « à compter de la date à laquelle cesse la mise à disposition du public du message ». Or les articles ne sont (quasiment) jamais retirés des sites d’information. « Les infractions de presse deviendraient de fait imprescriptibles », résume MBigot. Le Conseil constitutionnel a pourtant déjà tranché en 2004 : il ne peut pas y avoir de différence de régime entre presse écrite et numérique.

En réalité, le gouvernement a déjà aboli dans les faits le principe de liberté d’expression en pénalisant les opinions qu’il estime incompatible avec l’idéologie socialiste officielle. Il a également partiellement aboli le principe de prescription en l’étendant à un an pour les opinions qu’il a décrété illégales.

Cependant, les efforts de censure ne sont jamais suffisants. Il est donc désormais question d’abolir dans les faits – mais non explicitement – la prescription. C’est-à-dire la durée pendant laquelle un écrit peut-être attaqué en justice. Le projet gouvernemental vise à imposer pour internet une prescription qui démarrerait à partir de la date où un contenu est retiré d’internet. Ce n’est qu’une fois un contenu retiré par son auteur, que la durée des trois mois commencerait. Pour un écrit “papier”, ce délai est de trois mois à compter de la parution.

Une telle mesure va donc faire exploser le nombre de procès pour délits d’opinion puisque virtuellement tout ce que contient internet sera passible de poursuites, sans plus aucune limite dans le temps.

En filigrane, il s’agit en réalité de permettre au gouvernement de poursuivre indéfiniment les auteurs de contenus diffusés en ligne dont les discussions deviennent de plus en plus craintes par la nomenklatura. Et ce des années, voire des dizaines d’années après leur publication.

A cette abolition de la limite dans le temps de l’action répressive gouvernementale s’ajoute déjà l’absence de limites spatiales : le gouvernement français s’est en effet arrogé le droit de poursuivre tout contenu en langue française ou qu’il estime être réalisé à destination d’un public résidant en France. Ceci indépendamment de l’endroit où vivent les auteurs ou leur pays d’appartenance.

Techniquement donc, le gouvernement français peut déjà poursuivre un citoyen américain s’exprimant en français sur internet avec un citoyen belge vivant n’importe où pour un propos qu’il jugerait déviant. Qu’il le fasse ou non dépend uniquement de lui et non pas d’une limite juridique.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires