Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Pour Bernard Cazeneuve, un bon policier est celui qui n’utilise pas son arme

24 Mai 2016, 05:03am

Publié par Thomas Joly

Pour Bernard Cazeneuve, une bonne police, c’est celle qui ne dégaine surtout pas. C’est ce que l’on déduit de son discours de remise de médaille de la Sécurité intérieure à Kevin Philippy et quatre de ses collègues.

Attaqués dans leur voiture balisée à coups de barres de fer, c’est certain, Kevin et sa coéquipière en ont réchappé de justesse. Il faut dire que les casseurs s’en sont donné à cœur joie, pulvérisant les vitres, donnant des coups de pied et lançant un cocktail Molotov à l’intérieur, les contraignant alors à sortir du véhicule. Parant les coups de ses agresseurs à mains nues, le jeune policier finira par s’éloigner, laissant derrière lui les racailles en furie.

« Solide, grand, fort, mais fort simplement de lui-même et de ses valeurs, non pas fort de son arme », dixit le ministre de l’Intérieur. Il va bien, Cazeneuve ? Non mais, il s’est déjà demandé ce qu’il ferait, lui, armé face à un fou furieux aux intentions très clairement exprimées ? Et que nous chante-t-il là, à parler de « valeurs » quand un policier se trouve aux prises avec des casseurs ? À quoi doit penser le bon flic en situation de danger ? À philosopher, selon le ministre ? C’est cela, le respect du premier flic de France envers les forces de l’ordre qui, chaque jour, risquent leur vie sur le terrain et ne savent que trop bien ce qui les attend, même en cas de légitime défense avérée ?

M’enfin, de quelles valeurs parle-t-il ? Quelles sont donc ces fichues valeurs, au nom desquelles un flic doit bien sagement laisser son arme dans son étui ? Serait-ce celles qui consistent à protéger la vie des criminels en puissance au détriment de la sienne ? À entendre la satisfaction et le soulagement de Bernard Cazeneuve lors de la cérémonie, énoncer qu’« à aucun moment, on ne vous voit porter la main à votre arme », on peut s’interroger. Entre porter une arme et être fortement incité à ne pas s’en servir ou ne pas en porter, quelle différence ?

Car, enfin, un flic sans son arme, c’est comme un pêcheur sans sa canne, un plombier sans ses clefs, un intellectuel sans ses bouquins : comment s’y prendra-t-il pour faire régner l’ordre, confronté, lui, aux armes disproportionnées des racailles gauchistes ? Parce que les policiers morflent sur le terrain. Quelqu’un lui a rapporté, à Cazeneuve, que depuis le début de la chienlit généralisée partout dans le pays, 500 policiers ont été blessés, certains grièvement ? C’est en faisant « un exemple » de la non-utilisation de son arme par un policier qu’il compte les protéger et nous rassurer ? Le policier décoré le sait bien, qui rend hommage à ses collègues qui, « sur le terrain, prennent plus cher que moi. Ce sont eux les héros et pas moi. »

Une chose est sûre, le héros, ce n’était pas le président de la République, invité surprise de ce moment. « La justice passera. La justice doit passer. » C’est beau comme du Hollande. En attendant, les « fils de bonne famille » qui ont attaqué Kevin et son équipière ont sûrement de très bons avocats…

Caroline Artus

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Autriche : la démocratie a parlé, après quelques heures de magouilles, l'écolo l'emporte

23 Mai 2016, 17:29pm

Publié par Thomas Joly

Alors que dimanche, le candidat de droite nationale était en tête assez nettement au 2nd tour de l'élection présidentielle, le long et laborieux dépouillement des 740.000 (!) bulletins de vote par correspondance ont abouti à un miraculeux retournement de situation en faveur du candidat écolo-gauchiste qui se retrouve avec 30.000 voix d'avance.

Nous pouvons être certains que la presse française et internationale n'émettront bien sur aucun soupçon de fraude électorale et salueront à l'unisson « une grande victoire de la démocratie ».

Comme le disait un expert en la matière : « Ce qui compte ce n'est pas le vote, c'est comment on compte les votes » (Joseph Staline)

Voir les commentaires

Compte-rendu de la réunion militante à Marseille du 21/05/16

23 Mai 2016, 05:07am

Publié par Thomas Joly

Compte-rendu de la réunion militante à Marseille du 21/05/16
Compte-rendu de la réunion militante à Marseille du 21/05/16
Compte-rendu de la réunion militante à Marseille du 21/05/16
Compte-rendu de la réunion militante à Marseille du 21/05/16
Compte-rendu de la réunion militante à Marseille du 21/05/16
Compte-rendu de la réunion militante à Marseille du 21/05/16
Compte-rendu de la réunion militante à Marseille du 21/05/16
Compte-rendu de la réunion militante à Marseille du 21/05/16

Samedi 21 mai s'est déroulée à Marseille une réunion militante organisée par Olivier Bianciotto, Délégué départemental du PdF pour les Bouches-du-Rhône, en présence du Secrétaire général, Thomas Joly. Le Cercle National des Combattants a eu l'amabilité de prêter son local pour l'occasion et ce sont plus de 50 militants patriotes qui ont participé à l'événement.

Olivier Bianciotto et Maxime Cochez (Délégué du PdF pour Aix-en-Provence) ont présenté leurs activités militantes et enjoint ceux qui le désiraient de rallier les équipes militantes déjà en place. Thomas Joly a pour sa part fait un point sur l'actualité tant nationale qu'internationale tout en rappelant la nécessité pour tous les patriotes, quelles que soient leurs spécificités, de s'entendre sur l'essentiel, à savoir la lutte contre la colonisation migratoire et l'islamisation de notre pays et de l'Europe toute entière.

L'équipe marseillaise du SEP a assuré la tranquillité de la réunion qui s'est déroulée sans aucun incident.

Voir les commentaires

Mosquée d'Hénin-Beaumont : les militants du Parti de la France dénoncent la trahison du maire FN !

22 Mai 2016, 13:26pm

Publié par Thomas Joly

Mosquée d'Hénin-Beaumont : les militants du Parti de la France dénoncent la trahison du maire FN !
Mosquée d'Hénin-Beaumont : les militants du Parti de la France dénoncent la trahison du maire FN !
Mosquée d'Hénin-Beaumont : les militants du Parti de la France dénoncent la trahison du maire FN !
Mosquée d'Hénin-Beaumont : les militants du Parti de la France dénoncent la trahison du maire FN !
Mosquée d'Hénin-Beaumont : les militants du Parti de la France dénoncent la trahison du maire FN !
Mosquée d'Hénin-Beaumont : les militants du Parti de la France dénoncent la trahison du maire FN !
Mosquée d'Hénin-Beaumont : les militants du Parti de la France dénoncent la trahison du maire FN !
Mosquée d'Hénin-Beaumont : les militants du Parti de la France dénoncent la trahison du maire FN !
Mosquée d'Hénin-Beaumont : les militants du Parti de la France dénoncent la trahison du maire FN !
Mosquée d'Hénin-Beaumont : les militants du Parti de la France dénoncent la trahison du maire FN !

Vendredi 20 mai, les militants du Parti de la France, emmenés par Jean-François Vendeville, membre du Bureau Politique du PdF, ont collé des affiches anti-islamisation et distribué plusieurs milliers de tracts dénonçant la trahison du maire FN d'Hénin-Beaumont (62), Steeve Briois, qui a accordé sans tenter aucun recours le permis de construire à la mosquée Ennsar le 7 mars dernier (voir ici).

Cette trahison prouve que le néo-FN de Marine Le Pen pratique le clientélisme politique et islamique au même titre que les autres partis politiques, alors même que les Héninois et Beaumontois lui ont accordé leurs suffrages afin de préserver leur identité française. Ceux-ci ont d'ailleurs réservé un excellent accueil à nos militants et ils se disent « dégoutés » de l'attitude de leur municipalité face à l'islamisation de leur ville.

Le Parti de la France entend dénoncer toutes les impostures, en particulier celles qui visent à mentir aux patriotes français pour obtenir leurs suffrages et ensuite pratiquer la même politique de collaboration avec l'invasion migratoire et islamique que ceux qu'ils feignent de combattre en période électorale.

Nous avons le droit et le devoir, en tant que Français, de défendre nos traditions, notre culture et notre mode de vie. Avec le Parti de la France, refusons la colonisation migratoire et l’islamisation de la France !

Voir les commentaires

Le Parti de la France manifeste contre l'afflux de migrants à Ouistreham (14) !

22 Mai 2016, 11:08am

Publié par Thomas Joly

Vendredi 20 mai, les militants du du Parti de la France du Calvados ont dit non à la colonisation migratoire à Ouistreham.

Les manifestants, emmenés par Bruno Hirout, le délégué départemental du PdF, ont notamment demandé aux autorités de se saisir du problème des « migrants », et ont réclamé l'expulsion sans délai et sans conditions des clandestins qui occupent Caen et Ouistreham depuis plusieurs semaines.

Cette action symbolique, la première organisée dans le département, est le véritable point de départ de la lutte des autochtones contre l'invasion migratoire, lutte qui n'existe qu'à cause de la lâche inaction des politiques et des autorités du département.

Le Parti de la France du Calvados organisera autant d'actions qu'il sera nécessaire, jusqu'à ce que les pouvoirs publics prennent enfin le sujet des « migrants » à bras le corps.

Notre gouvernement ne s'intéressera-t-il à ce problème que lorsque les riverains excédés sortiront de chez eux pour se faire justice eux-mêmes ?

Le Parti de la France, le seul mouvement politique à prôner l'inversion des flux migratoires, est la seule alternative à l'invasion-colonisation qui menace notre pays.

La seule politique migratoire crédible, c'est celle scandée par les manifestants vendredi soir : « Français d'abord, clandestins dehors ! »

Voir les commentaires

Le Parti de la France se structure à Abbeville (80)

22 Mai 2016, 10:44am

Publié par Thomas Joly

A la demande de Sabrina Le Corronc, Déléguée du Parti de la France pour la Somme, David Martin, qu'elle a nommé Délégué départemental adjoint, a organisé vendredi 20 mai une réunion militante à Abbeville afin d'y structurer le PdF. Cette réunion politique et conviviale s'est tenue en présence du Conseiller municipal d'Abbeville, ex-FN, Yvon Flahaut.

Afin de rejoindre cette nouvelle et dynamique section du PdF, contactez David Martin au 07.81.69.58.73

Voir les commentaires

Black M à Verdun, l’insulte de trop

20 Mai 2016, 17:53pm

Publié par Thomas Joly

Article de François-Xavier Rochette publié dans le n°3236 du journal Rivarol

Nous nous rappelons fort bien du discours de François Hollande en 2014 pour le centenaire du déclenchement de la Grande Guerre prononcé à Notre-Dame-de-Lorette, le 11 novembre. Nous nous en rappelons d'autant plus que nous avions à l'occasion écrit dans RIVAROL un petit papier sur ses déclarations ordurières. Le président fantoche avait commencé son allocution  en citant 5 noms, 5 noms de soldats morts sur le champ de bataille. Tous étaient non français, dont un Tibétain qui stimula l'imagination du gros bêta : Que venait-il faire ici ? Comment a-t-il atterri ici ? Déjà, fallait-il comprendre en écoutant la prose du parasite, que la diversité faisait le monde par son sacrifice. Les commémorations de la Grande Guerre ne sont ainsi devenues par un tour de force extraordinaire qu'un gros prétexte pour chanter la diversité, les couleurs en pratiquant un génocide par la mémoire des Français enracinés morts pour la Patrie éternelle. Un prétexte pour chanter la république synonyme d'universalité et d'incroyance. Et il ne saurait y avoir d'autre patriotisme que celui se revendiquant de la république. Allez comprendre !

« Le patriotisme c’est la République », crachait-il devant un public décérébré. « Ce sont des principes intangibles qui s’adaptent aux mouvements de notre société, la laïcité pour que l’on vive ensemble, la dignité de l’être humain, l’égalité entre les femmes et les hommes. Voilà pourquoi la France lutte de façon implacable contre le racisme, contre l’antisémitisme et contre toutes les discriminations. »

Hollande hors-jeu depuis le départ

Comme si nos glorieux Poilus s'étaient battus dans les tranchées contre l'antisémitisme, comme si la jeunesse qui se plaçait en masse sous la protection de la Vierge et de Jeanne d'Arc (canonisée après le conflit) se battait pour le droit des minarets à s'ériger dans les cieux, comme si Mathurin, père de famille, se sacrifiait dans un orage d'acier pour que sa femme ait un jour le droit d'avorter et de le tromper avec un Guinéen danseur de claquettes. Plus loin, cette tanche censée nous représenter osait encore :

« L’Europe ne sera pas en paix tant qu’elle ne répondra pas aux besoins des peuples (comprendre des migrants) et la planète ne sera jamais préservée tant qu’elle ne se dotera pas des règles et notamment en matière de climat pour permettre aux générations futures d’y vivre. » L'incongruité à tous les étages ! Quel mesquin petit usurpateur ! Que comprendre ? Que le soldat de 20 ans se faisait littéralement « casser la gueule » pour que l'on supprimât les frontières et que l'on annihile la France politique afin de fournir aux descendants de Dreyfus de grosses bagnoles rutilantes qui pollueraient un peu moins que le gaz moutarde qu'ils ingéraient d'une manière antiraciste ?!

Hollande et les individus de son espèce ne sont pas seulement les tenants d'une idéologie destructrice, qui agissent pour des intérêts étrangers au nom d'un cosmopolitisme béat et qui exterminent les Français millénaires en faisant tout pour faire décroître leur fertilité et en favorisant l'envahissement de leur terre. Non, ce n'est pas tout, ce n'est pas tout. Ces hommes sont également fous à lier. Véritables psychopathes au service d'une engeance qui veut entièrement nous croquer, nous avons affaire à des fourmis rouges infestées par le parasite de la douve et qui montent tout en haut du dernier brin d'herbe verte pour offrir l'âme du pays en holocauste au grand bouc qui virevolte sur notre planète et qui les mâchouille. Ce sont des fous ! De véritables forcenés ne prenant plus la mesure de l'intensité de leurs diverses provocations. Il faut réécouter l'amant improbable de Julie Gayet pour s'en convaincre et en particulier ce morceau d'anthologie :

« La France on ne la défend pas derrière des lignes Maginot, derrière des barbelés, derrière des forteresses ». Sympathiques formules, n'est-ce pas, pour rendre hommage à nos ancêtres qui ont combattu l'ennemi derrière les barbelés, dans des forteresses ou contre d'autres forteresses. « La France c’est une économie qui doit être forte ». En le lisant attentivement, plus qu'en l'écoutant parce que nous ne l'écoutons plus, nous nous rendons plus clairement compte de la folie cynique qui habite notre flan. La France, une économie ? Propos diaboliquement désenchantés qui inversent les valeurs, qui tuent symboliquement le pays avec malice en plaçant les intérêts individualistes au-dessus de tout.  « La France, c’est un modèle social qui doit être reconnu et qui doit donc s’adapter ». Cela ne veut rien dire, absolument rien, qui pourrait le nier ? Ce foutriquet aurait pu comparer notre pays sacré à l'efficacité des avortoirs de leur république, l'exercice aurait été de même nature. La France dont il parle n'est pas celle des Poilus, n'est pas la France tout simplement mais en l'occurrence le receptacle de tous ses fantasmes de malade universel, de déraciné fier de l'être, de profanateur professionnel, de mouche à crotte.

« Honorer les morts c’est projeter le pays pour le faire avancer, pour être digne du passé mais surtout fier de ce que nous pouvons construire ensemble, parce que le patriotisme n’est pas une nostalgie, c’est une volonté ; celle de faire entrer la France dans le monde au premier rang en préservant son identité – c’est-à-dire la république sociale. » Traduction : « honorer » les morts, c'est les enterrer une deuxième fois, une énième fois jusqu'à leur oubli irréversible et avec eux, ensevelis si profondément, l'oubli de ce que nous sommes.

Le discours vicié à la base produit hérésie et confusion

Quand on est capable de baver ainsi sur la mémoire de nos ancêtres (morts d'ailleurs pour nombre d'entre eux à cause d'irresponsables de son acabit), tout devient possible dans l'abjection. Quand les faits sont observés sous le prisme de l'idéologie mondialiste, et commentés dans un esprit de haine contre le pays vrai, contre le pays réel, contre la réalité, alors, répétons-le, tout devient cruellement possible. Comme l'organisation d'un concert du rappeur guinéen (qui a insulté les Français à plusieurs reprises dans ses propos si poétiques et dans ses interviews : « Si on doit virer quelqu'un, c'est le Blanc »), Black M, nom de scène de ce bouffon dorloté par la république, Alpha ou Bêta Diallo, qui aurait du être l'invité vedette de la commémoration de la bataille de Verdun le 29 mai prochain. La polémique a battu son plein  pendant trois jours et il faudrait consacrer un numéro entier pour être exhaustif sur ce sujet. La mobilisation des Français qui ont quasiment tous des ancêtres (souvent des grand-pères, des arrières grand-pères) morts pour la France (et non pour Dreyfus), en particulier la mobilisation de la mouvance nationaliste qui n'a pas fait mystère de sa volonté (non mimée) d'agir sur le terrain si la provocation allait à son terme (explosion sur les réseaux sociaux et organisation et mise en place de structures à la vue de tous pour rassembler via le covoiturage un grand nombre de nationalistes furieux le 29 mai à Verdun). Le maire de Verdun, qui était officiellement l'initiateur, le promoteur de la venue espérée du sordide Black M fit donc marche arrière, comme nous l'avons appris vendredi 13 mai en fin de matinée. Le gros media, toujours pressé de faire la promotion du néo-fn qui fait parti du Système, laisse sous-entendre que ce serait le jouet de Marine Le Pen qui aurait  par ses déclarations pratiqué une pression décisive sur l'édile meusien. C'est faux.

Une mobilisation extraordinaire

La mairie de Verdun (qui est une petite ville) a cédé sous l'effet des menaces (de protestation bruyante, très bruyante) provenant de radicaux qui ne cherchaient pas des prétextes conformes pour légitimer devant le Système leur désaccord.

Alors que Ménard, de son côté, pleurnichait sur le mot youpin qu'avait lâché Black M en faisant une reprise d'une chansonnette du sarkozyste Doc Gynéco en Belgique. Le problème, ici, c'est que Black M est l'ami des juifs, ses relations étroites avec le comédien sodaïque (il fut révélé par la série Soda) Kev Adams en témoignant tout comme le soutien qu'il a reçu du mari de Rama Yade et fils de Ben, Joseph Zimet, le responsable, le capitaine Dreyfus de toutes les commémorations du centenaire de la Première guerre mondiale. Il faut rappeler, ce n'est pas inutile, que ce fameux Zimet (qui a toujours fait carrière dans l'ombre des politiques mondialistes), a soutenu jusqu'au bout DSK. Cela en dit long, très long, sur le personnage tout amoureux de l'autre ambitieuse qu'il vénère comme un totem en bois.  De l'autre côté, Florian Philippot mit la larme à l'oeil de Roland Sicard lors de l'émission politique de Télématin le 13 mai. Bouleversant de sincérité, Flo acheva son réquisitoire contre le concert du rappeur en insistant sur son homophobie et en récitant pour une fois les mâchoires serrées les paroles d'une chanson évoquant la maltraitance homosexuelle. Son évocation du pénis coupé d'un homosexuel incontinent émut tous les cloportes travaillant à la télévision. C'est, après l'antisémitisme, la pire des cruautés de l'univers. Mais l'on se gratte le menton en observant tous ces misérables pleurer sur une phrase qui les bouleverse parce qu'elle froisse leur insupportable narcissisme alors qu'ils chantent en riant la décapitation de Louis XVI qui fut bien réelle. Minable encore, la récupération éhontée de l'affaire Black M par l'équipe du néo-fion, Philippot et l'inexpérimentée Marion qui en deux phrases attendrit les jeunots qui ne comprennent ni Maurras ni l'énorme duperie du moment. L'inverti qui prétend avoir lever le lièvre alors qu'une interview du Sieur Alpha Diallo était publié le 9 mai dans le plus gros quotidien régional L'Est Républicain et diffusé par le site FdeSouche avant que Florian daigne évoquer le scandale. Le cas Marion Maréchal est encore plus révoltant. Il y a moins d'un an, la pauvre déclarait dans une interview accordée à la revue Charles, décontractée, les cheveux lâchés pleins de l'odeur de pipe de Cogolin, qu'elle appréciait beaucoup la musique de Sexion d'assaut (l'ancien groupe de Black M qui attaquait les Kouffars, les mécréants) et le rap en général, son caractère antifrançais ne la dérangeant visiblement pas. Si la petite se dit saoulée par les valeurs de la république pour complaire à un public donné, elle ne semble pas en revanche indisposée par la racaille antifrançaise (« C'est le Blanc qu'il faut mettre dehors » déclarait Diallo à la télévision il y a quelques années) qu'elle écoute expressément, avec gourmandise. Aujourd'hui, nous voulons bien croire qu'elle ne trouve pas normal qu'un concert de rap soit donné lors de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun ; elle peut en effet faire la part des choses. Mais de là à revendiquer comme elle l'a fait la victoire de l'anti-blackémisation de Verdun, il faut vraiment faire de la politique en ne croyant à rien, en suivant le petit chemin balisé par le gros media pour elle.

La victoire des radicaux

Nous le disions. Le recul de l'Etat puis de la mairie de Verdun dirigée par un homme qui n'a pas sa place dans cette ville ô combien symbolique est le fait de l'action des nationalistes seuls. Le FN, comme toujours, depuis l'avènement mariniste, a simplement essayé de récupérer le mouvement ou, pis, de l'accrocher à la doxa du Système en parlant inconsidérément d'antisémitisme ou d'homophobie et en relativisant la haine antiblanche qui habite ce bouffon. Cette affaire est encore l'illustration que ce fn sert à canaliser la colère populaire, à éviter que « ça ne pète » et à détourner le mécontentement des vrais Français vers  des thématiques qui ne les concernent pas. Peut-on croire ainsi que nos grands-pères et leurs pères se battaient pour qu'un jour un sombre Zimet salisse leur mémoire ou qu'un homme scandaleux comme Philippot réduise le patriotisme à la défense de ses fantasmes rose-bonbon ? Que ses hommes vivent entre eux dans des salles consacrées à leurs affaires et qu'ils cessent de parasiter tout ce qui est noble et vital, car l'on en crève ! Après les incroyables offensives contre la vie et la famille, après son extraordinaire pusillanimité devant la théorie du genre qui fait obstinément son entrée à l'école, après sa gêne compréhensible face au « mariage » homosexuel, après son silence lors des assauts euthanasiques, après la sanctuaristion de l'infertilité française, la joie abortive, après tout ce qui suit son maçonnisme intégral et son sionisme de soumis, le fn ne craint qu'une chose, celle de froisser ses maîtres, d'aller trop loin dans la critique, ou de critiquer d'une mauvaise manière ce qui est autorisé à être écorné.

Heureusement, les radicaux comme Alexandre Gabriac, Boris Le Lay, de nombreux Rivaroliens et d'anonymes, comme le « rappeur » atypique Kroc Blanc, comme l'agitateur Pierre-Marie P., comme le coruscant Pierre-Nicolas N., comme le dynamique Thomas Joly, ont pris leur téléphone, ont filmé leurs actions, leur protestation et ont fait boule de neige. Une colère non transformée, parfois crue, mais si sincère, si rageuse, qu'elle procure une note d'espoir aux Français non reniés. Hauts les cœurs !

François-Xavier Rochette

Voir les commentaires

La France, championne mondiale de la censure sur Facebook en 2015

20 Mai 2016, 05:38am

Publié par Thomas Joly

Suites à des requêtes gouvernementales, Facebook a été amené à supprimer des milliers de contenus en 2015… Et la France arrive très largement en tête avec 37.990 pages effacées, contre 30.126 pour l’Inde et 6.574 pour la Turquie. Un résultat soi-disant lié aux attentats de Paris et aux pages Facebook dont les contenus ont été jugés comme promouvant les actes terroristes.

Source : http://breizatao.com/2016/05/20/la-france-championne-mondiale-de-la-censure-sur-facebook-en-2015/

Voir les commentaires

Le nouveau chef de l’Armée de Terre des États-Unis est ouvertement homosexuel

20 Mai 2016, 05:26am

Publié par Thomas Joly

Le Sénat a confirmé le choix de l’administration Obama de nommer le premier secrétaire d’armée ouvertement homosexuel, Eric Fanning, dont la candidature est restée longtemps en suspens. Chef civil, il co-dirigera avec le chef d’état-major, le général Mark Milley.

Au cours de sa carrière Fanning a eu diverses charges au Congrès et au Pentagone, y compris celui de sous-secrétaire pour l’Air Force, avant de devenir secrétaire de l’Armée de Terre mercredi dernier, 18 mai 2016. Eric Fannhing a également fait partie du conseil d’administration du Gay & Lesbian Victory Fund, organisation qui milite pour augmenter le nombre de personnes LGBT à « tous les niveaux du gouvernement. »

Les États-Unis ont révoqué seulement il y a 5 ans, la norme « don’t ask, don’t tell » qui interdisait, du temps de l’administration Clinton, aux militaires homosexuels et lesbiennes de parler ouvertement de leur orientation sexuelle.

Avant, les homosexuels étaient au ban des Forces Armées US.Aujourd’hui ils en sont à la tête !

Source : http://www.medias-presse.info/le-nouveau-chef-de-larmee-de-terre-des-etats-unis-est-ouvertement-homosexuel/54665

Voir les commentaires

La déstigmatisation de la pédophilie est-elle en marche ?

20 Mai 2016, 05:24am

Publié par Thomas Joly

« Aucun pays n’est épargné », c’est ainsi que l’on peut résumer la situation mondiale sur la pédocriminalité. Après deux années de recherche, l’ECPAT (une ONG militant pour la fin de la prostitution infantile dans le monde) a publié jeudi dernier un rapport de plus de 150 pages concluant que « les enfants sont plus que jamais victimes d’exploitations sexuelles ». En 20 ans, non seulement le tourisme pédosexuel a énormément augmenté, mais le profil des criminels a également changé.

Fini le typique homme blanc occidental, d’âge moyen, qui pour assouvir son « désir » est prêt à mettre le prix et des milliers de kilomètres. Comme l’écrivent les auteurs du rapport : « Les délinquants pédosexuels peuvent être étrangers ou locaux, jeunes ou âgés […] Aussi, ils présentent des caractéristiques économiques et sociales très diverses. » Ainsi, on retrouve aussi bien des touristes, des voyageurs d’affaires, des migrants, des étudiants, des travailleurs temporaires, des expatriés et même des bénévoles.

Par ailleurs, et bien que moins commun, mais phénomène en croissance, les femmes ne font pas exception. Le rapport cite la ville de Rostov (en Russie), où des femmes âgées de 30-35 ans, à l’occasion de voyages professionnels, louent les services d’adolescents locaux en échange de « scénarios romantiques ». Cette tendance est également observée en Amérique du Sud et en Afrique.

Le rapport avance deux grandes causes à ces bouleversements :

1) Le développement du tourisme de masse jusque dans des zones isolées,

2) Les nouvelles technologies, ouvrant des voies d’exploitation et renforçant l’anonymat des criminels.

Au final, il s’agit d’un rapport détaillé, bien référencé et proposant des pistes d’action intéressantes.

Cependant, j’ai été beaucoup interpellé que le mot « pédophile » ne soit mentionné sur aucune des 157 pages du rapport. À la place, le terme utilisé est « délinquant préférentiel », qui lui-même est opposé à « délinquant situationnel ». Selon le rapport, ce dernier représente la grande majorité des individus impliqués dans le tourisme pédosexuel, mais ils ne sont pas considérés comme des pédophiles. En effet, ces « délinquants situationnels » sont définis comme « n’ayant peut-être jamais fantasmé à abuser sexuellement d’un enfant, jusqu’à ce qu’ils aient eu l’opportunité de le faire ». Pour résumer, si l’individu est dans une situation de « pas vu pas pris », alors il se peut qu’il ressente une « excitation due à la situation » sans pour autant être qualifié de pédophile.

Depuis 2013, l’Association des psychiatres d’Amérique (APA) a statué, dans la DSM (référentiel des maladies mentales), qu’il était nécessaire de faire une différence entre les pédophiles qui ont un désir sexuel avec des enfants et ceux qui posent des actes sur ces mêmes désirs. Ainsi, la pédophilie n’est plus, de facto, considérée comme un désordre psychiatrique mais comme une paraphilie, soit une fantaisie sexuelle. En conclusion, la déstigmatisation de la pédophilie est en marche.

Xavier Scott

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Jean-Vincent Placé, bientôt Colonel dans les forces spéciales

20 Mai 2016, 05:12am

Publié par Thomas Joly

L’ex-sénateur écologiste va intégrer un régiment des forces spéciales de l’armée de terre comme « réserviste citoyen ». Et pas comme simple troufion.

 

Au rapport ! Fraîche recrue du gouvernement et désormais soldat zélé du Hollandisme, Jean-Vincent Placé, secrétaire d’Etat chargé de la réforme de l’Etat et de la simplification, souhaite intégrer le 13e régiment de dragons parachutistes comme « réserviste citoyen », révèle ce jeudi 19 mai L’Opinion.

Contacté par L’Obs, l’ancien sénateur écolo dit vouloir oeuvrer pour le « rapprochement de la société civile et l’armée ».

« J’ai une grande sympathie pour l’histoire de notre pays. Ce régiment est particulier car il est l’héritier des dragons de l’Impératrice Eugénie », précise Jean-Vincent Placé. Considéré comme l’une des unités les plus prestigieuses de l’armée de terre française, le 13e RDP est un régiment d’élite spécialisé dans le renseignement.

Et la promotion de Jean-Vincent Placé au sein des forces spéciales s’annonce fracassante : rien de moins que le grade de « Colonel de la réserve citoyenne ».

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Contre l’extrême gauche radicale, Valls martèle sa détermination contre l’extrême droite

19 Mai 2016, 05:50am

Publié par Thomas Joly

Manuel Valls est interrogé sur RTL par un auditeur (qui n'est autre que Christophe Devillers, Délégué régional du PdF pour la Franche-Comté) sur les dissolutions prononcées à l’encontre de l’extrême droite, suite à l’affaire Méric. Le Premier ministre fait preuve d’une grande mansuétude en bottant en touche au sujet de l’extrême gauche. Il s’interdit même d’en prononcer le nom.

Source : http://www.fdesouche.com/731437-dissolution-de-lextreme-gauche-radicale-valls-martele-son-implacable-determination-contre-lextreme-droite#

Voir les commentaires

Nos ancêtres ? Rien n’a changé, ce sont toujours les Gaulois !

19 Mai 2016, 05:48am

Publié par Thomas Joly

Les fossoyeurs de la France qui sont au pouvoir n’ont de cesse de falsifier la mémoire de notre peuple, voire de la souiller ; à preuve l’épisode tragi-comique de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun où nos « élites » n’avaient rien trouvé de plus symbolique que d’inviter à cette occasion un « rappeur » noir antifrançais.

Cette triste affaire n’est que l’une des nombreuses opérations de harcèlement que mènent nos politiciens de gauche et de droite pour éradiquer de notre mémoire tout ce qui a fait la gloire de notre pays. Ils semblent aussi s’être ligués pour semer la confusion sur les origines de la France afin de mieux la dépouiller de son identité, et c’est ainsi qu’on a pu entendre des déclarations de nos gouvernants qui auraient fait pleurer de rire (ou pleurer tout court) n’importe quel écolier des années 50 ou 60.

Non, les racines de la France ne sont pas musulmanes, comme l’affirmaient Jacques Attali ou Jacques Chirac, elles ne sont pas plus juives, selon les dires de Nicolas Sarkozy, et le ramadan n’est pas « une fête qui fait partie du patrimoine culturel français », comme le prétend le maire de Paris, Anne Hidalgo.

Elles ne sont pas non plus « helléno-chrétiennes » ou « judéo-chrétiennes ».

Les racines sont ce qui nous ramène au plus loin de notre passé et au plus profond de notre vérité et elles ne sont pas fluctuantes. Elles sont le socle immuable de notre croissance.

Les racines de la France sont gauloises, c’est-à-dire émanant du peuple celte qui s’est établi à partir du VIe siècle avant J.-C. sur la totalité du territoire français actuel et une partie de l’Italie du Nord, et qui s’est battu pour son indépendance contre l’envahisseur romain sous la bannière de son héros, Vercingétorix.

Ce substrat ethnique originel a, certes, varié tout au long des siècles qui ont suivi son implantation avec les nombreuses migrations de nos cousins indo-européens qui ont traversé notre territoire et y ont laissé leur trace. Des greffes nombreuses, spirituelles avec le christianisme et la monarchie, techniques et politiques avec les Romains, philosophiques avec les Grecs, ont réussi et ont permis à la France de devenir le phare de l’Europe… jusqu’à la Révolution, qui a détruit une grande partie de notre patrimoine humain, architectural, artistique, spirituel et culturel.

Les universitaires de tous bords (et même du nôtre) évaluent avec condescendance la civilisation celte sous prétexte qu’elle n’a pas utilisé l’écriture (volontairement, pour ne pas figer la mémoire !) et qu’elle n’a pas laissé de grandes œuvres architecturales ou civilisationnelles.

Nous ne sommes pas pour autant les fils d’Homère ou de la Louve.

N’allons pas chercher ailleurs notre héritage, nous n’avons pas à rougir de la spiritualité de nos druides anciens, de la vaillance de nos guerriers, de la créativité de nos artisans et de nos artistes qui ont donné à la France son raffinement et sa place dans le monde.

Pierre-Émile Blairon

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Etats-Unis : des ouvriers portent des couches parce qu’ils n’ont pas le temps d’aller aux toilettes

19 Mai 2016, 05:36am

Publié par Thomas Joly

En raison du manque d’ouvriers « flottants », capables de remplacer leurs collègues pendant des absences, les cadres interdiraient parfois aux employés de prendre une pause. L’ONG Oxfam a rassemblé plusieurs témoignages anonymes.

Les cadences sont telles qu’il leur est parfois difficile de prendre une pause pipi. Aux Etats-Unis, certains employés du secteur volailler ont donc choisi de porter des couches au travail, selon des témoignages anonymes recueillis par l’ONG Oxfam. « La grande majorité » des 250.000 ouvriers « dit ne pas bénéficier de pauses-toilettes adéquates », en « claire violation des lois américaines de sécurité au travail », indique l’étude (PDF en anglais).

Un ouvrier, par exemple, évoque l’expérience de sa mère, qui porte des couches au travail, après avoir été contrainte d’uriner dans ses vêtements. Au Texas, une femme assure que plusieurs collègues de son usine font de même. Mêmes difficultés pour Dolores, ancienne employée dans l’Arkansas, dont les demandes de pause ont été rejetées « de nombreuses fois ». Après avoir essayé de porter une serviette hygiénique, elle a finalement opté pour des couches. « Moi et beaucoup d’autres, nous devions porter des Pampers. »

« Les chefs de ligne refusent aux ouvriers ces pauses parce qu’ils sont sous pression pour maintenir la vitesse de production », explique l’étude. Et « beaucoup d’employés craignent d’être moqués, punis ou virés » en cas d’absence aux toilettes. Ils doivent alors patienter pendant plus d’une heure ou « se précipiter » pendant des pauses de dix minutes. Il leur faut alors traverser rapidement de vastes plateaux d’usine, après avoir enlevé et remis leurs vêtements de protection.

Difficile, toutefois, de confirmer ces témoignages et d’évaluer l’ampleur du phénomène. Oxfam cite une enquête menée auprès de 266 ouvriers en Alabama par l’association antidiscriminations Southern Poverty Law Center, selon laquelle « presque 80% des ouvriers disent ne pas avoir le droit d’aller aux toilettes quand ils en ont besoin », ainsi qu’une autre dans le Minnesota, où « 86% des ouvriers disent avoir moins de deux pauses-pipi par semaine ». 

L’ONG cible notamment quatre poids lourds de la volaille : Tyson Foods, Pilgrim’s, Perdue et Sanderson Farms, qui contrôlent 60% du secteur et emploient plus de 100.000 personnes au total. « Nous sommes inquiets de ces accusations anonymes, a répondu Tyson Foods, dans un communiqué (en anglais). « Bien que nous n’ayons pour l’instant pas de preuves qu’elles soient vraies, nous vérifions que nos réglementations sur les toilettes sont appliquées. »

Source : http://www.contre-info.com

Voir les commentaires

Pour Jacques Toubon, les pieds-noirs étaient des immigrés !

19 Mai 2016, 05:34am

Publié par Thomas Joly

À la lecture du rapport « Les droits fondamentaux des étrangers en France », on comprend mieux pourquoi Jacques Toubon a été désigné Défenseur des droits, sous un gouvernement socialiste, par décret en Conseil des ministres après avis des commissions parlementaires.

Aussi gaulliste que Mélenchon est monarchiste, Jacques Toubon défend sur 305 pages la folle politique migratoire qui conduit la France à la ruine. Libération s’en est même réjoui ouvertement dans un article daté du 9 mai dernier, appelant notre très laxiste gouvernement à prendre exemple sur Jacques Toubon !

« L’idée de traiter différemment les personnes n’ayant pas la nationalité française, de leur accorder moins de droits qu’aux nationaux est si usuelle et convenue qu’elle laisserait croire que la question de la légitimité d’une telle distinction est dépourvue de toute utilité et de tout intérêt », écrit nerveusement l’ancien ministre de la Culture. Oui, cela est usuel car consubstantiel à toute République. Cette citation démontre tout le caractère antirépublicain de ces hommes politiques qui nient la nation.

Une République distingue ses citoyens de ses non-citoyens. Certains droits fondamentaux sont accordés à tous les hommes : le droit à un procès équitable, notamment. Mais la citoyenneté accorde des droits spécifiques, des privilèges, à ses nationaux. Ainsi, le droit de vote n’est pour l’instant offert qu’aux personnes de nationalité française. Ce qui, vous en conviendrez, est parfaitement légitime.

Plus loin, pour tordre le cou à certains « mythes » qui circuleraient sur l’immigration contemporaine, Jacques Toubon devient carrément abject : « Aucune période de l’histoire de l’immigration, aussi intense soit-elle, n’a modifié le socle des valeurs républicains communes. Ni le million de rapatriés et harkis au début des années 60, pas plus que tous les Portugais, Espagnols, Italiens, Algériens, Marocains, Tunisiens, venus – pour travailler – dans les années 60 et 70. Ni les immigrés subsahariens que l’indépendance des États africains a conduits en Europe. »

Sans aucune espèce de décence, le Défenseur des droits confond les pieds-noirs (parfaitement français) et les harkis (qui ont mérité de devenir français par le sang versé) avec immigrés récents. Un délire suffisant pour invalider l’intégralité de ce tissu d’âneries. Les rapatriés, comme leur nom l’indiquait, n’étaient en aucun cas des immigrés.

Logique, au fond, que le Défenseur des droits estime que l’immigration clandestine ne puisse exister que dans l’imagination fertile de cerveaux malades. Jacques Toubon explique, en effet, que le terme « réfugié » est à double tranchant, voire discriminatoire, car il pourrait « inciter à distinguer, une fois de plus, les “bons” réfugiés, ceux qui pourraient prétendre à une protection au titre de l’asile, des “mauvais” migrants, dits économiques ». On rit. Et pour ce qui concerne les différents terroristes rentrés, ou revenus, en Europe par les filières des « migrants » ?

Signe d’une déconnexion totale avec la France historique, Jacques Toubon suggère de faciliter les demandes de titres de séjour pour les prisonniers. Une double peine pour le pays, forcé de recevoir un immigré clandestin doublé d’un délinquant, et parfois d’un criminel. Au moment où la France ne peut plus accueillir d’immigration supplémentaire, ses élites l’offrent sur un plateau à toutes les prédations. L’universalisme de Jacques Toubon est un néant libre-échangiste, surtout pas un humanisme.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires