Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Émeute ethnique au Val-Fourré à Mantes-la-Jolie (78) : policiers attaqués et mairie caillassée

17 Octobre 2016, 06:25am

Publié par Thomas Joly

Dans la nuit de samedi à dimanche, une centaine d’émeutiers s’en sont pris aux forces de l’ordre et ont tenté de détruire la mairie annexe dans le quartier du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie.

Vers 22h20 dans le secteur des rues Marie-Laurencin et Paul-Gaugin, une voiture de la brigade anticriminalité a essuyé un jet de cocktail Molotov. « L’engin incendiaire a atteint le véhicule mais ce dernier ne s’est pas embrasé », précise une source proche de l’affaire. Une trentaine de racailles afro-maghrébines ont jeté différents projectiles sur les forces de l’ordre. Les policiers se sont repliés et ont appelé du renfort. Au total, une cinquantaine de fonctionnaires ont dû faire face à une centaine d’assaillants.

« Ils ont bombardé la mairie annexe de pierre et toutes les vitres ont été brisées, ajoute une autre source. Mais les policiers ont réussi à les contenir pour éviter que le bâtiment ne soit détruit ». Aucune arrestation n’a pu être effectuée lors de l’affrontement.

Durant la nuit de vendredi à samedi les policiers et les pompiers sont tombés dans un guet-apens. Vers 21h, square du Mantois, les pompiers interviennent pour éteindre un feu de poubelles. En arrivant sur les lieux, quatre hommes leur lancent des bouteilles de verre et des pierres. La police arrive en renfort et essuie aussi des tirs de projectiles lancés dans leur direction et disperse les voyous. Les forces de l’ordre ont constaté que l’appel téléphonique passé aux pompiers était un leurre et qu’il n’y avait pas d’incendie.

La semaine dernière, trente-cinq kilos de résine de cannabis ont été saisis dans ce quartier. « Les violences urbaines sont peut-être en lien avec ça », selon la source policière. La cité du Val-Fourré, où les violences contre la police et les pompiers sont récurrentes depuis plusieurs jours, est connue pour son trafic de drogues.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Étrangers et minima sociaux : la ridicule « désintoxication » du Monde

17 Octobre 2016, 06:06am

Publié par Thomas Joly

Le Monde, tout à ses idéaux pro-migrants, vient de publier six articles pour « désintoxiquer » les Français de leurs a priori anti-étrangers. Or, les chiffres qu’il fournit à l’appui de ses thèses favorables aux immigrés les démolissent, en fait, complètement !

Pour lutter contre le « préjugé » selon lequel « les migrants ne viennent en France que pour percevoir des allocations », ce journal nous apprend que les étrangers extra-communautaires constituent 13 % des bénéficiaires du RSA et 30 % de ceux du minimum vieillesse. Le quotidien de gauche triomphe : voyez ! Les étrangers ne volent pas les minima sociaux des Français.

Mais leur conclusion bizarre laisse perplexe tout observateur de bonne foi car les étrangers hors de l’Union européenne ne représentent que 4,6 % de la population française ! Il y a donc, malgré les certitudes du Monde, un gros problème.

Allons plus loin. Les chiffres sur lesquels je me suis appuyé sont tirés de l’INSEE, de la CAF et des sites gouvernementaux. En cas de doute ou d’imprécisions, j’ai choisi systématiquement l’option la plus favorable aux migrants.

Les étrangers non communautaires qui ont entre 25 et 65 ans et qui perçoivent l’ADA (une aide réservée aux demandeurs d’asile) ou le RSA dit socle (en opposition au RSA activité versé à ceux dont le travail est trop peu rémunérateur) sont 370.000 (j’utilise le taux fourni par Le Monde).

Comme, d’après l’INSEE, on compte 1.670.000 étrangers extra-communautaires dans cette tranche d’âge, 22 % d’entre eux vivent du RSA socle ou de l’ADA. Si on écarte les ressortissants des pays développés (USA, Corée, Japon), ce taux monte à 25 % (contre 6 % pour l’ensemble des habitants de l’Hexagone !).

Si on rajoute les 8 % de clandestins (estimation basse) et les 5 % de ceux qui touchent le RSA activité, on arrive à un taux minimum de 35 à 38 % d’adultes étrangers non communautaires de moins de 65 ans vivant en dessous du seuil de pauvreté (en réalité, sans doute plus : 50 % ?). À comparer au taux national : 13,4 % ! De même, 25 % des étrangers hors Union européenne âgés de plus de 65 ans touchent le minimum vieillesse contre 4,5 % des habitants de l’Hexagone.

Complétons par deux chiffres de l’INSEE qui confirment mes calculs : 45 % des habitants de Tourcoing sont en dessous du seuil de pauvreté. 22 % des actifs immigrés originaires d’Afrique sont au chômage (hors clandestins et allocataires de l’ADA). Les minima sociaux (RSA, ADA) sont fort bas. Les migrants ont une vie extrêmement difficile, peu enviable. Mais prétendre qu’ils constituent une chance économique pour la France est plus que malhonnête car 30 à 40 % des réfugiés originaires d’Afrique ne cotisent pas ou fort peu, tout en percevant des allocations. Un gouvernement responsable doit demander à la Cour des comptes un rapport honnête sur le coût réel de l’immigration. Ensuite, aux Français de décider mais dans la clarté, sans préjugés pro ou anti-migrants !

Christian de Moliner

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Manif pour Tous : Carl Lang, Robert Ménard et Alexandre Gabriac derrière la même banderole réclamant l'abrogation du mariage homosexuel

16 Octobre 2016, 18:53pm

Publié par Thomas Joly

Manif pour Tous : Carl Lang, Robert Ménard et Alexandre Gabriac derrière la même banderole réclamant l'abrogation du mariage homosexuel
Manif pour Tous : Carl Lang, Robert Ménard et Alexandre Gabriac derrière la même banderole réclamant l'abrogation du mariage homosexuel

Dimanche 16 octobre à Paris, les défenseurs de la famille traditionnelle battaient le pavé pour demander l'abrogation de la loi Taubira autorisant les invertis à célébrer des parodies de mariages dans les mairies.

Ce thème fédérateur a rassemblé le Président du Parti de la France, Carl Lang, Alexandre Gabriac (Civitas) et Robert Ménard (maire de Béziers), unis derrière la même banderole.

Voir les commentaires

François Hollande : il nous aura tout fait !

16 Octobre 2016, 11:00am

Publié par Thomas Joly

Il l’a dit, il l’a laissé publier, et maintenant, il le regrette : c’est tout François Hollande, ça ! En tout cas, il a déclenché l’ire des magistrats. Qui ne sont pas près de digérer la vision que porte sur eux le chef de l’État.

Il faut dire que ce dernier, dans Un président ne devrait pas dire ça de Gérard Davet et Fabrice Lhomme aux Éditions Stock, s’est lâché. Sur quasiment tout, y compris sur ce petit monde pourtant proverbialement connu pour être presque unanimement acquis à la cause socialiste. « Une institution de lâcheté », a-t-il confié, « c’est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux » […].

L’USM (Union syndicale de la magistrature) se dit « stupéfaite » et « consternée par ce double discours du garant constitutionnel de l’indépendance de l’autorité judiciaire ». Le Syndicat de la magistrature (rappelez-vous, le mur des cons) regrette « une critique extrêmement pauvre ». Bref, ils se sentent « humiliés », ils se creusent les méninges pour « comprendre la position de François Hollande ».

Car même après avoir été reçus à l’Élysée pour lui demander des comptes, à cet impudent, ils n’ont pas été plus avancés !

Alors, qu’est-ce qu’il a fait, Hollande-Président ? Il a pris son plus beau papier, sa plus belle plume et s’est fendu d’une lettre au Conseil supérieur de la magistrature et aux principaux candidats.

Dans laquelle il « regrette profondément », ses « propos sont sans rapport avec la réalité de [sa] pensée comme avec la ligne de conduite et d’action qu’[il] s’est fixée (sic) comme président de la République, garant de l’autorité judiciaire ». Il les assure de sa « confiance » et de « son plus grand respect ». C’est tout ? Mais des excuses comme ça ou rien… c’est pareil !

S’il s’est payé la magistrature, ce serait juste la faute à une journée de chien, en somme. Une dispute avec Julie au saut du lit, des syndicats qui l’ont agacé toute la matinée, des huîtres à midi qui ne sont pas passées. Alors, à la première question des journalistes sur les magistrats, il n’a pas maîtrisé ses nerfs et leur est tombé dessus à bras raccourcis ?

Enfin, quoi ! François Hollande – qui passe entre 30 et 40 % de son temps avec des journalistes – aurait oublié de relire ce qu’il a dit ? Ou il a parfaitement relu et trouve hilarant de provoquer les membres de la justice ? Ou encore, se sachant hors course présidentielle, coupe-t-il l’herbe sous le pied de son remplaçant ? Ou, au contraire, est-ce un calcul de politicien aux abois qui espère rassembler ?

Car une chose est sûre : à propos de la justice (comme sur l’immigration et l’islam, d’ailleurs), François Hollande n’est pas dupe – ne le savait-on pas ? – et pense comme une écrasante majorité de Français. À savoir que beaucoup trop de juges ne rendent plus la justice mais l’appliquent au travers de leur prisme idéologique. Que beaucoup trop de juges ont érigé les droits de l’homme en religion absolue et se considèrent, en effet, comme les gardiens de la vertu.

Par narcissisme exacerbé, inconséquence, irresponsabilité, cynisme assumé ou encore ivresse du pouvoir, ou un peu tout à la fois, François Hollande nous aura décidément tout fait !

Caroline Artus

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Évêques : syndrome de Stockholm ?

16 Octobre 2016, 10:41am

Publié par Thomas Joly

Ainsi, les évêques de France se lancent dans le grand bain. L’opuscule qu’ils publient s’appelle « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ». On dirait un slogan publicitaire de banque : CIC (« Parce que le monde bouge ») ou BNP (« La banque d’un monde qui change »). Disons-le d’emblée : citoyens non assujettis au devoir de réserve, ils ont parfaitement le droit de s’exprimer. Ils l’ont déjà fait en 1991 – « La politique : l’affaire de tous » – et en 1999 – « Réhabiliter la politique ». Dans ces deux cas, aucune présidentielle n’était en vue. C’est dire que la publication d’aujourd’hui est novatrice.

Cet ouvrage dénonce la façon dont est conduite la France depuis des années, la manière dont les relations se crispent, les exaspérations de toutes parts, l’abandon (par les gouvernants) du souci du bien commun au profit (quasi exclusif) de l’intérêt de leur petite chapelle.

Toutes ces bombes qui font exploser l’idée même de nation conduisent le pays à l’affrontement permanent, au gouffre. Cet ouvrage est, d’abord, le constat de la faillite gouvernementale au sens large.

Si le constat est lucide, la question suivante devrait être « Pourquoi ? » Au chapitre des causes, et au-delà de l’impéritie de la classe politique, on lit : « La revendication communautaire met à mal l’idée d’une nation homogène. » L’islam pointe, là, le bout de son Coran. Mais, par pudeur (?), par prudence (?), on tourne autour du pot, avec des raisonnements à l’eau bénite  ; la solution : « faire des compromis ». Et les évêques de détailler ce mot magique : « Le vrai compromis… c’est, à partir de positions différentes, entrer dans un vrai dialogue où on ne cherche pas à prendre le dessus mais à construire ensemble quelque chose d’autre, où personne ne se renie, mais qui conduit forcément à quelque chose de différent des positions du départ. » On comprend que les deux parties – habitants de toujours et habitants de fraîche date – sont « à armes égales », avec un égal droit à construire quelque chose de nouveau à base de mélange des us et coutumes de chacun (« personne ne se renie »). Voilà le grand bain : on met tout dans le chaudron, on touille avec une longue cuillère et on pense en voir surgir un « vivrensemble » que l’on espère digeste. Bref, disent les Messeigneurs, « il faut repenser le contrat social », et cela passe par l’acceptation « de la différence culturelle » et le refus du « repli sur soi ».

Si l’impératif évangélique de l’accueil s’impose aux évêques comme à tout chrétien, les conséquences politiques et humaines d’une immigration musulmane de masse s’avèrent désastreuses pour l’homogénéité de la nation. Le « compromis » unilatéral a un nom : soumission. La reconnaissance appuyée des religions autres que chrétiennes par les prélats, pape en tête – les évêques prônent « un véritable respect pour ceux qui ne pensent pas comme eux » –, est troublante : elle écorne, chez de nombreux chrétiens, leur fierté de croyant et met à mal leur « credo ». Est-elle un pas vers ce compromis tant désiré qui pourrait bien, hélas, traduire une sorte de syndrome de Stockholm religieux ?

Yannik Chauvin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Réunion militante à Abbeville vendredi 28 octobre à 19h

15 Octobre 2016, 09:00am

Publié par Thomas Joly

Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, animera, à l'invitation de David Martin, Délégué départemental adjoint du PdF 80, une réunion militante à Abbeville vendredi 28 octobre à partir de 19h. L'entrée est gratuite et ceux qui le désirent pourront se restaurer sur place pour un tarif modique.

Réservation obligatoire au 07.81.69.58.73

Voir les commentaires

Saint-Denis (93) : un proviseur et son adjointe violemment agressés par un élève

14 Octobre 2016, 06:42am

Publié par Thomas Joly

Le lycée de l’Enna à Saint-Denis gardait portes closes ce jeudi en fin de matinée. Dans cet établissement situé à 50 mètres du commissariat, le proviseur et la proviseure-adjointe ont été violemment agressés par un élève en tout début de matinée. L’Éducation nationale précise qu’ils ont été « pris en charge par les pompiers ». Le proviseur a eu un bras cassé et son adjointe souffre d’une blessure orbitale.

La jeune racaille, âgé de 15 ans, dont l'origine ethnique n'a évidemment pas été divulguée, élève de seconde, avait été convoqué pour « un recadrage » par rapport à son comportement. Au cours de l’entretien, il a donné un coup de poing au proviseur et frappé son adjointe puis il s’est sauvé. La police est intervenue rapidement au sein du lycée mais le délinquant serait toujours en fuite, bénéficiant sans doute de la solidarité entre étrangers au sein de cette ville colonisée.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Le Parti de la France présent à la Manif pour Tous dimanche 16 octobre

14 Octobre 2016, 06:18am

Publié par Thomas Joly

Carl Lang et les cadres du Parti de la France vous donnent rendez-vous à Paris dimanche 16 octobre à 12h30 devant la sortie RER C (station Avenue Foch) à l'angle.

1/ PLACE DE LA PORTE DAUPHINE (Place Maréchal de Lattre de Tassigny) ;

2/ Boulevard FLANDRIN (à hauteur du n° 91) .

Si retard , rejoindre banderole "LOI TAUBIRA : ABROGATION !"

 

Voir les commentaires

Primaires républicaines, entre purge et suppositoire…

14 Octobre 2016, 06:00am

Publié par Thomas Joly

La primaire des Républicains, évidemment, c’est sur TF1. Avec, en guise d’apéritif dînatoire, Nikos Aliagas qui, après Jean-Luc Godard, donné pour le plus « con des Suisses pro-chinois », à en croire un graffiti situationniste datant de mai 68, demeure un Grec d’expression française parfois aléatoire, et n’est pas le couteau le plus affuté du tiroir, pour reprendre une vieille expression anglaise. Ensuite, Nicolas Canteloup, Laurent Gerra au petit pied, humoriste contrarié, puisque lorsque tentant d’imiter tel ou tel, interdit à l’auditeur de tenter de reconnaître celui qu’il entend caricaturer. En d’autres termes, le ton est donné. C’est du TF1. C’est du lourd. Du très lourd même, surtout quand terminant à près de minuit sonné.

Ensuite, l’émission. Entre bal des guignols ou farandole des faux-culs. Purge et suppositoire.

Ils sont sept. Nicols Sarkozy, François Fillon, Alain Juppé, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé et Jean-Frédéric Poisson. Sept mercenaires ? Non, juste sept couillons ; en désaccord sur les détails, mais en fait d’accord sur l’essentiel.

Nuit de grande turlute giratoire, façon pignolade consanguine où l’on ne parle finalement que de fric, de lignes budgétaires, de baisses d’impôt ou de hausses de TVA, sans jamais aborder les véritables problèmes, identité française et place de la France dans le monde, pour ne citer que ces seuls deux petits détails. Bref, une discussion de comptables pour lesquels deux plus deux feront toujours vingt-deux.

Nuit de morts-vivants politiques donc, indignés des effets des drames dont ils ont engendré les causes. Juppé se plaignant de guerres par lui déclenchées, Sarkozy pleurnichant sur un champ de ruines dont il est par ailleurs l’un des premiers responsables. Tous communiant en la défense d’un néo-capitalisme financier entraînant la France de crise en crise. Mais, tel que l’affirmait une Margaret Thatcher, sujette à un retour en grâce posthume : « There is no other way ». Ce qui, traduit dans la langue de Molière pourrait signifier : « Le capitalisme mondialisé, vous n’avez pas fini d’en bouffer ! »

Bref, les gugusses en question s’étant tous peu ou prou succédés aux affaires, persistent à nous expliquer ce qu’ils feraient au gouvernement si d’aventure ils en avaient les clefs, si d’aventure les neurones leur poussaient durant la sieste, en attendant une éventuelle greffe testiculaire.

Après, et au-delà de ce gadget politique que sont les primaires, de gauche comme de droite, et bidule importé des USA, il n’est pas fatalement incongru de se poser ces quelques questions :

François Mitterrand aurait-il organisé des primaires au PS ? Non. Il était le chef.

Jacques Chirac aurait-il toléré des primaires au RPR ? Non. C’était lui le patron.

Marine Le Pen permettrait-elle ces mêmes primaires au FN ? Allez lui poser la question.

PS : De tous ces piranhas, Jean-Frédéric Poisson n’était pas le pire du bocal.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

L’incroyable business du trafic de faux certificats médicaux pour clandestins

13 Octobre 2016, 06:47am

Publié par Thomas Joly

Une psychiatre a vendu pendant des années de faux certificats médicaux à des sans-papiers. Un trafic qui aurait généré des millions d’euros.

Pour s’assurer un confortable train de vie et assouvir sa passion du jeu, une médecin-psychiatre est soupçonnée d’avoir monnayé pendant plusieurs années des certificats attestant des troubles psychiatriques à des étrangers sans papiers, leur permettant ainsi d’obtenir un titre de séjour provisoire pour raison médicale.

La praticienne peu scrupuleuse a été interpellée, lundi, au domicile qui lui sert aussi de cabinet, boulevard Voltaire dans le XIe arrondissement de Paris. Deux responsables d’association humanitaire ont également été arrêtés à Villejuif (Val-de-Marne) et Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) par les enquêteurs de la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP). Hier soir, les auditions des trois suspects étaient toujours en cours.

Source : http://www.fdesouche.com/777543-lincroyable-pactole-du-trafic-de-faux-certificats-medicaux-pour-clandestins

Voir les commentaires

Les prisons européennes, ces « pépinières pour les djihadistes »

13 Octobre 2016, 06:21am

Publié par Thomas Joly

Une « pépinière pour les djihadistes ». C’est ainsi que le Centre international d’étude de la radicalisation et de la violence politique (ICSR), établi au King’s College à Londres, a qualifié les prisons européennes, qui sont autant de réservoirs de « jeunes hommes en colère » présentant, aux yeux des recruteurs, l’avantage d’être « rapidement prêts à l’emploi ».

L’institut a suivi le parcours de 79 djihadistes impliqués dans des actes terroristes ou qui se sont rendus à l’étranger pour combattre.

Les chiffres ne manquent pas d’inquiéter : 57 % des personnes radicalisées ont transité par la case prison et 27 % ont suivi la voie de la radicalisation au cours de leur incarcération. Ils ne font que confirmer ce que l’on supposait : les lieux de détention sont propices au développement de l’intégrisme.

L’étude souligne que l’émergence de l’État islamique a renforcé les liens entre terrorisme et criminalité.

Pour Peter Neumann, responsable de l’ICSR et coauteur du rapport, « le groupe État islamique représente la brutalité, la force et la puissance que recherchent ces jeunes, souvent d’anciens membres de gangs ».

Si l’analyse rejoint celle du politologue et spécialiste de l’islam Olivier Roy, selon lequel « le problème n’est pas tant la radicalisation de l’islam que l’islamisation de la radicalité », il importe d’y apporter quelque nuance indispensable à la bonne compréhension du phénomène.

Pour nombre de détenus, l’islam représente une planche de salut, un « moyen de rédemption », une manière de se « racheter » une pureté. Seulement, le processus ne signifie en rien un retour à la paix, mais une escalade vers le djihadisme. Combiné à la connaissance des armes, l’expérience sur le terrain et, dans certains cas, l’apprentissage de la guérilla, l’appel au religieux est explosif.

Pour les recruteurs, l’Europe est le nouveau terrain de jeu. C’est dans les ghettos européens, et non plus nécessairement dans les écoles coraniques, que les groupes terroristes recrutent désormais leurs troupes aguerries.

Le constat ne manque pas d’inquiéter. L’urgence est, aujourd’hui, à la surveillance accrue des prisons et à l’empêchement de toute tentative de radicalisation derrière les barreaux, car rien ne semble plus dangereux que des criminels fanatisés et prêts à mener le djihad dans nos villes.

Gregory Vanden Bruel

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Pologne : la campagne pro-avortement financée de l'étranger

13 Octobre 2016, 06:17am

Publié par Thomas Joly

Pour les mouvements pro-vie en Pologne, c’est la menace des violences civiles qui aurait fait reculer la chambre basse du Parlement. Mercredi 5 octobre, la proposition de loi visant à interdire l’avortement a été rejetée par 352 députés contre 58 pour et 18 abstentions. La mesure était pourtant populaire, les sondages lui donnaient raison, mais le pays s’est vu traverser de manifestations brutales, pleines d’animosité et de haine, « Czarny Protest » (« Protestation noire »), qui les ont fait céder.

Si l’on raconte partout comment les femmes, les Polonaises , ont fait « plier » le gouvernement, l’affaire est plus complexe : la fronde aurait été orchestrée et financée de l’étranger – le nom de « Soros » revient encore et toujours

« Les politiciens n’avaient pas le choix », selon Lech Kowalewski, à la tête de « Human Life International ». « Ils ont été mis au pied du mur, à cause de la montée de la violence qui s’est généralisée dans les rues, des deux côtés ». Pour un autre membre du mouvement, c’est clair : « Ce fut une campagne financée par des sources extérieures, en Pologne, pour saper la démocratie et la souveraineté polonaise ».

Dans le viseur : George Soros et d’autres, du même métal.

« L’agression fanatique et la haine que nous avons vu dans les manifestations ont été alimentées et provoquées par l’argent des gens comme George Soros », a déclaré Kowalewski. « Soros veut créer en Pologne un nouveau « Maïdan ukrainien » pour se débarrasser du gouvernement conservateur, sans laquelle il n’y aura pas de réformes positives. »

La propagande se fait principalement à destination des jeunes, via les radios et autres médias susceptibles de les atteindre. Beaucoup de ces derniers ont, en effet, été rachetés par des étrangers, en particulier par le milliardaire mondialiste Georges Soros qui a investi dans le groupe médiatique polonais, « Agora », propriétaire, entre autres du journal « Gazeta Wyborcza » et de la station de radio « Tok FM », deux médias gaucho-libertaires très anti-PiS.

Source : Réinformation.tv via Le Salon Beige

Voir les commentaires

Les Russes veulent-ils sauver Bachar avant l’élection de Hillary Clinton ?

13 Octobre 2016, 06:11am

Publié par Thomas Joly

La bataille pour Alep s’intensifie à mesure que l’on s’approche de la date fatidique du 8 novembre. Les Russes seraient-ils en train de mettre le paquet avant l’éventuelle élection de Hillary Clinton ? En l’absence d’un WikiLeaks sur les emails du Kremlin, difficile à savoir. Ce que nous savons, en revanche, grâce à Julian Assange, entre autres, ce sont les intentions du candidat du Parti démocrate en cas de victoire sur son adversaire Donald Trump.

Le 6 décembre 2015, lors d’une intervention publique à Washington, répondant à la question sur ce qu’elle ferait le premier jour après son élection, Hillary Clinton avait déclaré qu’elle inviterait Bibi Netanyahou à Washington pour discuter d’un renforcement des relations entre leurs deux pays, notamment dans le domaine militaire. Voilà qui a le mérite d’être clair, mais quel rapport avec le conflit en Syrie ? C’est WikiLeaks qui nous donne la clé. Dans un courriel confidentiel de décembre 2012 mais divulgué en mars 2016 dans un lot intitulé « Hillary Clinton Email Archive » de plus de 30.000 courriels, nous apprenons le rôle essentiel joué par Israël dans ce conflit.

« Le meilleur moyen d’aider Israël à traiter la question de la capacité nucléaire de l’Iran est de renverser Bachar el-Assad. »
« Le programme nucléaire iranien et le conflit en Syrie peuvent sembler déconnectés mais ils sont en fait intiment liés. »
« C’est l’alliance stratégique entre l’Iran et la Syrie qui présente un danger pour Israël. »
« Si l’Iran se dotait d’une capacité nucléaire, alors Israël serait impuissant à contrer une agression venue de Syrie. »

J’ai laissé le meilleur pour la fin : « Bref, la Maison-Blanche pourrait apaiser les tensions avec Israël suite à la normalisation de nos relations avec Téhéran en faisant le nécessaire en Syrie. »

Ce qu’il faut en conclure n’est pas rassurant. Si la sécurité d’Israël est au cœur du conflit syrien, cela signifie que l’Occident ne laissera jamais les Russes gagner la partie. Poutine, qui ne peut l’ignorer, doit vraisemblablement estimer qu’il lui faut une victoire militaire avant la fermeture de la fenêtre de tir offerte par la passation de pouvoirs à Washington. Les lecteurs de Boulevard Voltaire se consoleront, car ils sont bien informés. En effet, six mois avant la publication de ce courriel par WikiLeaks, il y a un an, donc, ils pouvaient lire sur leur site favori le texte suivant : « La véritable raison pour laquelle les États-Unis et leurs alliés veulent absolument se débarrasser du dictateur alaouite est aussi limpide que peu avouable, un cas d’école de géostratégie sur fond d’intérêts économiques : cette raison, c’est l’Iran. L’Arabie saoudite, les émirats du Golfe et probablement Israël ont fait du départ d’Assad une condition sine qua non de la normalisation des relations avec le régime de Téhéran, une normalisation ardemment souhaitée par Barack Obama et qu’il souhaite conduire avant la fin de son mandat. En d’autres termes, d’accord pour sortir l’Iran de son isolement, mais un Iran diplomatiquement affaibli et, pour cela, il faut d’abord éliminer son principal allié dans la région. »

Christophe Servan

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires