Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Fondation pour l’islam de France : « l’Etat abondera à son capital à hauteur d’environ un million d’euros »

30 Août 2016, 06:19am

Publié par Thomas Joly

La première fondation, qui doit être présidée par l’ancien ministre de l’intérieur Jean-Pierre Chevènement, « a vocation à soutenir des projets, dans les domaines de l’éducation, de la culture, de l’engagement des jeunes », a détaillé M. Cazeneuve. « Elle pourra prendre en charge la formation profane des imams, le développement de la recherche en islamologie, être un acteur d’une meilleure connaissance de l’islam à travers ses productions littéraires et artistiques ».

Des entreprises privées ainsi que des personnes physiques désireuses d’opportunités de défiscalisation ont vocation a être approchées. En attendant, l’Etat abondera à son capital à hauteur d’environ un million d’euros, précise l’entourage de Bernard Cazeneuve. De même, la dotation non employée d’un million d’euros faite par l’industriel Serge Dassaut à l’ancienne structure de M. de Villepin lui sera transférée.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Juppé : slogan de velours

30 Août 2016, 06:17am

Publié par Thomas Joly

L’ex-« meilleur-d’entre-nous » nous la joue Bisounours. Sur l’étagère, coincé entre quelques livres de la Bibliothèque verte aux coins jaunis et Martine va voter, un opuscule passe presque inaperçu : L’Identité heureuse. Il s’en dégage un parfum printanier de fleurs fraîchement coupées tandis que des dizaines d’oisillons gazouillent au-dessus du ruisseau d’eau pure qui serpente en chuintant dans le pré à l’herbe tendre. Ah ! que c’est beau, souriant, prometteur… L’Identité heureuse… J’en rêvais… Juppé l’a fait. « …Et ils s’endormirent tranquilles, le sommeil de cinq ans tout juste agité du feulement zéphyrien du temps qui passe… » The End.

« Debout, là-d’dans ! » gronde Dame Réalité qui vient, avec ses gros sabots, patauger dans mon rêve éveillé. Une identité, ce n’est pas « heureux » ou « malheureux », c’est « respecté » ou pas, il n’y a pas à sortir de là. La très grande majorité de mes semblables hurlent cette exigence depuis des années, depuis que, miette après miette, pas après pas, recul après recul, on cherche à lui faire avaler une potion dont elle ne veut pas.

Et puis on ne confie pas son destin à des gens pour qu’ils nous rendent heureux. On est capable de faire cela tout seul. C’est même recommandé. Vous imaginez l’État avec ses grosses paluches pleines de taxes et ses grosses pantoufles remplies de « faites ceci », « faites pas cela », venir vous livrer le Manuel du bonheur, mode d’emploi nécessaire de votre existence individuelle. Chez Orwell ou Staline, oui, peut-être. Mais ici, en France, en 2017, ça ne marchera jamais. Le bonheur, c’est complètement, intimement personnel ; rien de politique, là-dedans. Ce que l’on demande aux gouvernants, c’est de mettre en place les conditions pour que chacun puisse vivre heureux… enfin… le plus heureux possible. Et rien que cela, c’est un énorme travail.

Alain Juppé, dans son interview par Le Figaro, poursuit : « Le rôle de celui qui prétend exercer les plus hautes fonctions, c’est de donner de l’espoir… » Vous, je ne sais pas. Mais moi, j’ai un peu de mal à donner les clés de la maison à quelqu’un qui pense que « l’espoir fait vivre » ; je préfère du concret. Puis, Juppé continue : « … et montrer que la France peut retrouver sa fierté ». Là, j’approuve des deux mains, encore que j’aurais volontiers remplacé « peut » par « doit ».

Eh bien ! le voilà, son slogan de campagne : « Fier d’être Français. » Ça vous a une autre gueule que « L’Identité heureuse », non ? Monsieur Juppé, je vous le dis : on n’a plus envie de raser les murs, plus envie de se faire baffer pour un oui, pour un non, par la XVIIe chambre convoquée par des officines qui pompent nos impôts, plus envie de peser nos mots, nos idées, nos pensées, plus envie de ces destructeurs qui nous bousillent tout à la fois l’éducation de nos enfants et notre vie de travailleur. On veut redresser les épaules, éventuellement bomber le torse, dire « m… » aux empêcheurs de vivre en rond ; en résumé, être Français et fiers de l’être, oh oui ! C’est cela, que nous voulons. Quel slogan ! Et surtout, quel programme !

Yannick Chauvin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Quand les profs d’histoire tuent l’Histoire

30 Août 2016, 06:10am

Publié par Thomas Joly

Quand les profs d’histoire tuent l’Histoire

Connaissez-vous les Clionautes ? Ce vocable moderniste et pompeux regroupe trois ou quatre centaines de professeurs d’histoire-géographie en une association reconnue par le ministère de l’Éducation. Ces messieurs-dames se sont réunis en congrès à Béziers les 25 et 26 août derniers ! Et dans cette ville, si mal-pensante, l’association des Clionautes s’est élevée contre toute « instrumentalisation populiste de l’Histoire ».

Morceaux choisis :

La « famille politique populiste » a « tendance à vouloir réinventer ce qu’il y avait avant, qui était forcément meilleur » et « entretient la suspicion à l’égard de l’école, et en particulier des professeurs d’Histoire ». Enseigner l’Histoire dans la ville dirigée depuis 2014 par Robert Ménard, « ce n’est pas un cadeau ! » a déclaré Bruno Modica, président des Clionautes !

« Le maire de Béziers s’est livré à une série de polémiques autour de la personnalité de Jean Moulin, mais aussi de Charles Martel, de l’Algérie française ou des réfugiés », créant « un climat délétère ». « Les enseignants doivent se poser en sentinelles face à ces comportements. »

Rien que ça ! Décidément, le totalitarisme gauchiste a la vie dure et se croit tout permis !

Car, voyez-vous, la Corée du Nord est une oasis de liberté à côté de Béziers : figurez-vous que Robert Ménard surveille chaque classe d’Histoire en sa ville pour écouter, tancer, corriger chaque prof qui n’enseignerait pas l’Histoire comme il l’entend. Doué d’ubiquité, il est partout à la fois.

Ahurissant ! Nous savons bien que les profs d’Histoire interprètent les faits et les présentent à leurs élèves comme bon leur semble. Certains enseignants gardent encore, et malgré tout, leur objectivité scientifique. Je crois avoir été un de ceux-là. D’autres déforment et falsifient les réalités historiques, en général dans le sens du politiquement correct.

Rappelons à monsieur Modica que, si le climat de Béziers ne lui convient pas, il y a de nombreux postes dans de tranquilles localités « sensibles » ou bien « sous le doux soleil de Tourcoing », comme dit la chanson, ou encore dans ces coûteux et inutiles lycées français implantés dans ces belles démocraties (où ne sévit aucun Robert Ménard), comme le Qatar ou l’Arabie saoudite.

Ces Clionautes représentent bien l’instrumentalisation politique de cette discipline scientifique qu’est, ou devrait être, l’Histoire.

Longtemps, l’Histoire, qui devrait être le temple de l’objectivité scientifique, a été gangrenée par les marxistes de toutes obédiences.

Et monsieur Modica, affirmant que « les enseignants doivent se poser en sentinelles face à ces comportements », incarne parfaitement la continuité de ce totalitarisme qui nie l’Histoire en tant que discipline scientifique, qui tue l’objectivité, essence même de l’Histoire.

Ce sont des propos de militant, tout le contraire de l’exemplarité d’un vrai professionnel de l’Histoire.

Jean-Charles Mignard

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Calais accueille son 10 000ème clandestin officiel !

29 Août 2016, 06:58am

Publié par Thomas Joly

Calais accueille son 10 000ème clandestin officiel !

Communiqué de Kévin Reche, Délégué du Parti de la France pour le Calaisis

Avant de « célébrer » tous ensemble l'arrivée du 10.000e clandestin, il est important de faire un petit retour en arrière.

Octobre 2013, les clandestins commencent à se faire remarquer dans la ville de Calais, notamment en ouvrant de très nombreux squats illégaux. Ils sont alors (seulement) 400. Environ six mois plus tard, en 2014, le nombre d'illégaux dans la ville a plus que doublé et les squats se font de plus en plus fréquents. Ils sont alors environ 1.200.

Profitant de l'inaction gouvernementale et des associations d'extrême-gauche, le nombre de clandestins doublera une nouvelle fois à peine 2 mois plus tard ! Squats, vols et agressions, le cauchemar Calaisien commence. Plus de 2.500 clandestins défilent librement et sans contrôle dans la cité des 6 Bourgeois, encore peuplée à l'époque de 75.000 Calaisiens. Sauf que, à force de laxisme et de laisser-aller de la part du gouvernement et de la municipalité, les clandestins se sont vus accorder tous les droits, faisant fuir plus de 5.000 Calaisiens et de très nombreux touristes anglais et flamands, ce qui conduira inévitablement à la fermeture de commerces locaux.

Bien évidemment, le fort taux de chômage y est aussi pour quelque chose mais n'est pas le motif déclencheur. Aujourd'hui, août 2016, nous « fêtons » l'arrivée du 10.000e clandestin dans la ville ! Ce qui représente tout de même presque 15 % de la population Calaisienne, soit 1 clandestin pour 7 Calaisiens. Une question se pose alors : quel avenir pour Calais et ses habitants ?

Seul le Parti de la France a la volonté d'expulser tous ces pseudo-réfugiés et de rétablir la sécurité des Calaisiens. Avant qu'il ne soit trop tard, donnons-nous les moyens de mettre en oeuvre la libération de la France !

Voir les commentaires

Les Français doivent-ils subir l’agression du voile au restaurant ?

29 Août 2016, 06:52am

Publié par Thomas Joly

Un malheureux restaurateur du Tremblay (93) a osé refuser à deux musulmanes voilées le droit de manger dans son établissement. Bien évidemment, une des deux « discriminées » a filmé toute la scène, qui se retrouvera en quelques minutes sur les réseaux sociaux.

Le cauchemar du propriétaire commençait : son site était hacké, la police intervenait chez lui, le ministre Rossignol le signalait à la DILCRA, un nouveau machin antiraciste mis en place par Valls, le maire communiste de la ville l’enfonçait, de jeunes musulmans venaient lui faire la leçon, de manière menaçante, devant ses locaux… Le malheureux avait beau s’aplatir, s’humilier, demander pardon, son compte est bon, son restaurant est mort et il finira probablement devant un tribunal. Belle provocation réussie, les associations musulmanes qui seront reçues par Cazeneuve (qui s’excusera probablement au nom de la France) vont gémir sur « l’islamophobie » et le racisme de nos compatriotes, et sur le grave traumatisme subi par les deux « victimes ».

Comment ne pas penser à cette propriétaire d’un gîte de montagne, Fanny Truchelut, qui, il y a juste 10 ans, dans les Vosges, avait eu la surprise de voir deux personnes, à qui elle avait réservé une chambre par Internet, se présenter voilées. La propriétaire, qui avait d’autres clients, avait demandé à ces deux femmes de retirer leur voile dans les parties communes de son gîte. Devant leur refus, elle leur avait rendu leurs arrhes. Bien organisées, les « discriminées » s’étaient précipitées voir la LDH et le MRAP, qui les avaient encouragées à déposer plainte, ce qui fut fait. Qualifiée de « raciste » par la presse locale, Fanny finira au tribunal. Elle se fera condamner, dans un premier procès inique, à 8.500 euros d’amendes et de dommages et intérêts, et à 4 mois de prison avec sursis. Elle fit appel, en vain, et finit ruinée, devant vendre en catastrophe un gîte dans lequel elle avait tout investi.

Il y a beaucoup de similitudes entre ces deux histoires : même provocation de militantes voilées, même réprobation unanime de la bien-pensance, et probablement même issue : la mort sociale de deux courageux entrepreneurs qui, naïvement, pensaient qu’ils pouvaient accepter qui ils voulaient dans leur établissement, et donc interdire qui ils ne voulaient pas.

Mais dans la période où le burkini constitue un accès de fixation, et où nombre de nos compatriotes, dans le contexte des attentats musulmans, ne supportent plus ce qu’ils ressentent comme la provocation de trop, est-on condamné, si on va sur une plage, dans un gîte de montagne ou dans un restaurant, à subir ces accoutrements – burkini ou voile – que le Premier ministre qualifie lui-même de « symbole d’asservissement de la femme comme si la femme dans l’espace public était impudique », ajoutant : « Ce sont des signes de revendication d’un islamisme politique qui vise à faire en sorte que, dans l’espace public, on fasse reculer la République. » A-t-on encore le droit, en France, d’aller au restaurant en famille ou entre amis, sans subir cette agression visuelle qui va gâcher ce moment de plaisir ?

Imposer le voile ou le burkini, dans tous les espaces de la société – plages, restaurants ou gîtes de montagne -, est une autre façon, pour les soldats d’Allah, de faire la guerre à la France, en interdisant à nos compatriotes de conserver leur mode de vie dans l’entre-soi, et en leur imposant, massivement et partout, l’uniforme d’un islam incompatible avec nos valeurs.

Bon courage aux restaurateurs…

Pierre Cassen

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Burkini : Les causes profondes de l’alliance entre la gauche et l’islamisme

29 Août 2016, 06:48am

Publié par Thomas Joly

Ce qui frappe le plus, vu de l’extérieur, quant à la situation française actuelle, c’est le traitement médiatique général autour de la guerre contre le monde musulman qui est désormais engagée en Europe. J’utilise volontairement les mots “islam”, “guerre” et “en Europe”.

Négation de la guerre en cours

Ce traitement ultra séquentiel, privé de toute profondeur historique et culturelle, aboutit à l’annonce quotidienne “d’incidents” dont l’industrie politico-médiatique cherche à cacher, précisément, l’unité spatiale et temporelle. Formulé différemment, la guerre n’est pas présentée comme telle précisément parce que chaque affrontement est décrit comme limité à lui-même.

C’est là le but même du fameux slogan “Pas d’amalgame”. Il s’agit de convaincre les masses qu’il n’y a pas de guerre en arguant du fait que les confrontations et incidents ne sont pas liés les uns aux autres.

Comme l’a dit à ce sujet le ministre français de la Défense, le socialiste Jean-Yves Le Drian, les djihadistes en France sont considérés comme “des criminels”. Sous-entendu, des bandits de grand chemin devant être traités comme des criminels de droit commun.

Une telle approche reviendrait à dire qu’il n’y avait pas de guerre en mai et juin 1940 parce que “l’Allemagne” ou “l’armée allemande” ne constituait pas une totalité dirigeant les actes de chaque soldat de la Wehrmacht. Ceux-ci seraient plutôt des “criminels” agissant isolément. Des sujets indépendants. Moyennant quoi, on aurait du faire comparaître des millions de soldats allemands devant les Assises pour chacun de leurs actes.

Subjectivisme

Cette individualisation radicale du conflit actuel traduit une vision du monde dominante en Occident : celle d’un environnement qui est soumis à l’individu, vieux résidu de la pensée cartésienne et kantienne. La perception subjective de son milieu par un individu devient la seule échelle de mesure de la réalité.

On comprend mieux le slogan de Mai 68, “l’imagination au pouvoir”. Littéralement. La subjectivité définissant désormais la réalité vécue, l’optimisme, la bonne volonté et la créativité sont tenues pour les piliers d’une politique pertinente.

Cette vision du monde – rendue effective par l’anonymat de l’urbanisation, l’athéisme qui prive de toute rapport profond à la mort et au temps, l’économie de service hyper spécialisée où l’action isolée domine l’expérience sociale dans le domaine professionnel -, aboutit à cette altération profonde de la perception du réel. Cette gestion du stress par la “bulle de confort personnalisée” pourrait également s’appeler “la méthode Coué”, sans s’y limiter.

Paternalisme de gauche post-colonial

En ces temps où “l’autre” est célébré par l’idéologie dominante, jamais on a été si incapable de comprendre cet “autre”. On ne lui accorde, en réalité, aucune autonomie comme sujet. La gauche hexagonale parle pour les musulmans mais ne les laisse certainement pas s’exprimer librement. Et pour cause, les idéologues de la gauche crépusculaire leur assigne une place bien précise dans son inconscient : celui du gentil colonisé libéré par les chevaliers blancs de l’humanisme rouge/rose.

Au surplus, si on laissait s’exprimer le “franco-algérien” moyen, il y a de grandes chances pour que son discours n’adhère pas aux normes de celui du magistère progressiste.

Le narcissisme de la gauche occidentale est, comme on le voit, parfaitement “colonial” dans ses profondeurs. Seule la situation géographique a changé et le discours s’est simplement fait plus “diplomatique”.

La gauche universaliste occidentale voit l’égalitarisme comme le moyen de détruire les différences pour créer une masse unifiée d’individus soumis à sa tyrannie crypto-théocratique. Il n’y a à ce sujet aucune différence fondamentale entre les écolo-gauchistes, les trotskistes et les socialistes. Tous prétendent à la domination politique, doctrinale et culturelle sur leur prochain.

Ce qui diffère, c’est le moyen de parvenir à la réalisation de ce projet politique et donc de définir les ennemis prioritaires. Quand le NPA ou la Ligue des Droits de l’Homme, mais aussi la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, prennent fait et cause pour le “burkini”, ce n’est pas parce qu’ils se sont récemment convertis à l’islam tendance “Frères Musulmans”. C’est parce que, sous l’emprise de leur autisme idéologique, ils définissent la culture et la population française – et occidentale – comme l’ennemi. Pour eux, l’islam réactionnaire est un moindre mal.

C’est-à-dire un allié conjoncturel acceptable.

Le “droit à la différence” des musulmans n’est ici qu’un outil pour détruire la culture historique de la France, ou de l’Europe, qui est identifiée comme une insupportable manifestation d’une domination culturelle illégitime. “L’autre” n’est donc pas admis par cette gauche pour ce qu’il est – ce qui supposerait d’en finir avec l’idéalisme tiers-mondiste débilitant – mais comme un allié naturel face à “l’ennemi occidental”.

La gauche occidentale veut “décoloniser l’Occident” en le reconfigurant, ce qui passe par une “révolution culturelle” devant détruire tout héritage pré-révolutionnaire. Un suprémacisme idéologique qui n’est qu’un décalque en négatif de ce qu’ils dénoncent chez leur ennemi.

Naturellement, à force de pratiquer une telle proximité avec l’islamisme, nombre de nihilistes de gauche ou d’extrême-gauche deviennent de véritables alliés du suprémacisme musulman. Le terme même “d’impérialisme musulman” serait récusé par cette gauche tant elle a intériorisé l’image idéalisée d’un colonisé du tiers-monde sans défense, incapable du moindre dessein hostile.

Tout étant relatif, la démographie du monde musulman donne à celui-ci l’initiative. La gauche occidentale, dans ce contexte, devient ainsi l’idiote utile de cet impérialisme alors qu’elle croit précisément que les musulmans finiront, à terme, par accepter de se subordonner à sa domination.

“L’autre” n’est que le “moi je” du gauchisme

Paradoxalement donc, c’est en faisant de l’immigré africain la figure idéalisée, divinisée et – paradoxe – déshumanisée du “mendiant libérateur à fort taux de mélanine” que les gauchistes blancs démontrent qu’ils ne le regardent pas pour ce qu’il est. Il n’est pour eux qu’une simple prothèse inanimée, outil de leur névrose narcissique.

La soif de vengeance du monde musulman après des siècles de défaites cinglantes face à l’Occident conflue avec la haine pour leur propre peuple des docteurs de la loi socialistes. “L’autre”, qui n’existe pas pour eux comme je l’ai dit, n’est que le “moi je” de la gauche petite-bourgeoise blanche qui utilise le masque immigré pour agir encore plus hypocritement contre leur propre peuple. Un “moi je” vengeur dont elle exige qu’autochtones comme immigrés se conforment à ses désirs, sans broncher. Bref, la tyrannie du “même”. De leur même.

Seulement six semaines après la boucherie de Nice, et sans la moindre retenue, islamistes et socialistes se livrent à une surenchère politico-médiatique en faveur du “burkini”. Les centaines de morts et de blessés sont déjà consciencieusement oubliés, témoins par trop gênants pour les tenants du dogme “vivre-ensembliste”.

Il ne faut jamais oublier que la gauche réfléchit en termes utilitaires, n’ayant aucune espèce de respect ou de considération pour les individus ou les faits qu’elle considère comme simples contingences de son idéologie. Un manque d’empathie qui traduit une vraie psychopathie collective chez les adeptes de l’église – devrais-je dire de la secte – égalitariste occidentale.

Ainsi donc, les enfants pulvérisés de Nice ou les jeunes éviscérés du Bataclan ont déjà sombré dans l’oubli politique tandis que les “souffrances” d’une moukère sur une plage du sud de la France suscite la ferveur militante des élites de la gauche régressive. Parce qu’en réalité, ses militants s’enivrent de leur propre indignation qui est le seul alcool dont ils retirent un semblant de jouissance. Et cette dramatisation à outrance couplée à une inversion sidérante de la réalité – les autochtones opprimant les islamistes (?!) – est l’excuse pour théâtraliser leur posture narcissique de “bons Samaritains”.

Narcissisme et cynisme en étant les deux ingrédients principaux.

On comprend donc que cette guerre avec le monde musulman – une guerre vieille de 13 siècles dont la seule variable est la ligne de front à travers les époques – ruine soudainement l’aspiration eschatologique de ces trotsko-démocrates post-chrétiens. Ceci pour ne rien dire du “shoot” d’autosatisfaction qu’ils s’envoient de façon ritualisée à chaque fois qu’ils volent au secours de la veuve musulmane et de l’orphelin africain.

Cette guerre rappelle, précisément, que “l’autre”, c’est la guerre. Une guerre qui ruine l’accès à la dose quotidienne de “came moraliste” à laquelle sont addicts nos militants de la fraternité universelle.

Boris Le Lay

Source : http://borislelay.com

Voir les commentaires

Des islamistes font fermer un restaurant à Tremblay-en-France

29 Août 2016, 06:44am

Publié par Thomas Joly

Le ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, a saisi la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme après qu'un restaurateur ait refusé de servir deux femmes voilées dans son établissement. Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête pour "discrimination à caractère racial".

Les faits ont eu lieu samedi à Tremblay-en-France en Seine-Saint-Denis. Deux femmes voilées ont souhaité diner au restaurant Le Cénacle quand le chef cuisinier leur a intimé l'ordre de quitter les lieux. Dans une vidéo, prise pendant l’altercation, une des deux clientes déclare : « On ne veut pas être servies par des racistes ». Propos auxquels le restaurateur réplique : « les racistes ils ne tuent pas les gens ». Plusieurs fois dans la vidéo, il leur demande de quitter le restaurant en expliquant « je suis maître chez moi ».

"J'ai pété un câble", a expliqué le restaurateur, tenant à présenter ses excuses "à toute la communauté musulmane" et aux deux clientes. L'homme a quitté avec sa famille son domicile pour raisons de sécurité, celui-ci se trouvant juste au-dessus du Cénacle. Les abords du restaurant ont été sécurisés par les autorités.

Sera-t-il obligé de vendre son restaurant, qui sera repris par des musulmans pour en faire un restaurant halal ?

Le même soir, dans la même ville, Marwann Muhammad, intervenant au camp d’été interdit aux Blancs (contre lequel le ministre n'a saisi aucune délégation interministérielle...), intervenait à la mosquée. Il est permis de se demander si cette altercation n'est pas le fruit d'une provocation. Les deux femmes voilées ont filmé la scène...

La personne qui a diffusée la vidéo sur Facebook est issue de l'institut salutiste Sounnah. Son compte est assez explicite :

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

La télé reste la 1ère source d'information mais la part d'internet croît

29 Août 2016, 06:41am

Publié par Thomas Joly

La télévision (JT et chaînes d’info) reste la première source d’information de 50% des Français, devant les sites web (20%), les réseaux sociaux (9%, deux fois plus qu’en 2015) et la radio (9%), selon une enquête mondiale du Reuters Institute. Seuls 4% des Français privilégient encore les journaux papier, un des plus faibles taux au monde.

Leur fidélité aux JT fait des Français les consommateurs d’info les plus traditionalistes des 26 pays étudiés, où le web est souvent devenu prioritaire pour l’info. Ils font aussi partie des plus méfiants envers l’info. Mais plus de 40% d’entre eux citent les réseaux sociaux parmi leurs diverses sources pour suivre l’actualité, deux fois plus qu’en 2014.

La confiance en la télévision s'amenuise : la majorité (54%) des 18-24 ans s’informent en priorité en ligne (32% sur les sites web et 22% sur les réseaux sociaux), contre 27% qui citent la télé en premier. A l’inverse, les plus de 65 ans plébiscitent à 60% la télé.

Les trois-quarts des internautes en France et dans le monde préfèrent toujours lire des textes, une méthode jugée plus rapide et plus pratique. Dans les vidéos de news, les publicités placées au début du visionnage agacent.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Crise du lait : des producteurs étouffés

29 Août 2016, 06:40am

Publié par Thomas Joly

Partout dans le monde, le secteur laitier est confronté à une crise d’une ampleur inédite. Aux États-Unis, les revenus des producteurs laitiers ont chuté de plus de 35 % selon le département américain de l’Agriculture. En cause, les effets conjugués d’une diminution générale de la consommation de produits laitiers dans le monde occidental et des exportations au point mort. Par voie de conséquence, les prix du lait ont chuté vertigineusement.

En France, cette crise prend une tournure spécifique, opposant nos paysans au géant Lactalis. Le groupe Lactalis paye le prix du lait le plus bas de toutes les laiteries françaises, alors que le groupe est numéro un mondial dans le secteur des produits laitiers et principale centrale d’achat européenne. L’État est impuissant, comme l’a confirmé Stéphane Le Foll, déclarant : « Est-ce que je peux mettre la pression sur un acteur industriel ? Je ne peux pas. Je ne peux pas négocier les prix à la place des acteurs économiques, ou alors il faut dire qu’on est dans une situation où les prix sont décidés par le ministre. » Il rajoutait peu après que son seul levier d’action était d’inciter à ce que « les gens négocient ». Triste et lucide constat d’échec, d’impuissance d’un ministre dont les fonctions sont essentiellement tributaires de Bruxelles et du « marché ».

Le 5 janvier 2015, le prix des mille litres de lait était aux alentours de 400 euros. Ces mille litres se négocient désormais autour des 250 euros. Nos agriculteurs sont tenus à la gorge, condamnés à la faillite. Représentés par l’industriel Xavier Beulin, actuel président de la FNSEA (principal syndicat du secteur), les producteurs de lait échouent à négocier avec le groupe Lactalis, suffisamment puissant pour s’enferrer dans le mutisme. Malheureusement, nos producteurs laitiers sont cocus, baladés par la FNSEA, abandonnés par le gouvernement et méprisés par la Commission de Bruxelles qui se moque éperdument de leur sort.

Le lait est un nouveau pan de notre agriculture à être détruit après les producteurs de porc, les petits viticulteurs, les éleveurs ovins ou les pépiniéristes… Les céréaliers surnagent, mais jusqu’à quand ? Nous assistons en direct à la mort de l’agriculture française placée sous tutelle de la grande distribution et des gros industriels, eux-mêmes tributaires de Goldman Sachs. Un autre fleuron de notre économie est étranglé par une mondialisation prédatrice.

De son côté, Lactalis en génère de substantiels profits. Si la pudeur invitait récemment son patron, Michel Nalet, à ne pas souhaiter révéler les marges réalisées par le groupe, déclarant vouloir « rester discret sur ses résultats », Marianne nous informait que Lactalis réalise un bénéfice de 1,18 milliard d’euros sur un chiffre d’affaires de 17 milliards. Tout à fait prodigieux… Nous ne pourrons pas relancer une agriculture française compétitive et qualitative sans prendre en compte les changements de paradigmes. Le secteur laitier français est différent des autres secteurs laitiers en Europe, car nous valorisons le lait en le transformant avec des produits qui ont plus de valeur ajoutée. En tout état de cause, il faut soutenir les producteurs. Et, pourquoi pas, suivre leurs consignes de boycott.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Emmanuelle « Jabba » Cosse « n’hésitera pas à réquisitionner des lieux publics » pour les migrants

28 Août 2016, 10:20am

Publié par Thomas Joly

Dans un entretien au Journal du Dimanche, la délicieuse ministre du Logement se dit prête à réquisitionner des lieux publics pour garantir l’accueil des migrants qui arrivent en France.

Outre les gens à la rue, en un an, plus de 15.000 pseudo-réfugiés ont été logés en Ile-de-France, dont la moitié en juillet et en août, indique-t-elle.

« Nous sommes face à un phénomène migratoire sans précédent, avec ces derniers temps 70 migrants arrivant à Paris chaque jour », éructe Emmanuelle Cosse dans le JDD. « L’Etat fait face, prend ses responsabilités, et certaines collectivités aussi. Nous allons par exemple ouvrir prochainement un nouveau centre avec la Ville de Paris. Mais d’autres ne prennent pas leur part », ajoute-t-elle avec gourmandise. « Comme je l’ai dit cet été en lançant un dispositif de soutien aux particuliers qui accueillent des migrants, nous devons organiser une mobilisation générale. Au besoin, je n’hésiterais pas à réquisitionner des lieux publics. »

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Katie Hopkins : « De nombreux hommes musulmans n’ont aucun respect pour les femmes blanches »

28 Août 2016, 10:09am

Publié par Thomas Joly

Tou(te)s les Anglais(es) ne sont pas des collaborateurs de la colonisation migratoire et islamique. Voici un extrait d'une tribune libre publiée dans le Daily Mail par Katie Hopkins, célèbre journaliste anglaise anticonformiste dont les prises de position dénotent avec le politically correct qui règne outre-Manche :

« Cologne est une petite étude de cas pour des scénarios se jouant dans toute l’Europe. C’est une histoire qui se répéte à Calais, à travers l’Allemagne et en France. Et dans les pays africains et arabes où la violence sexuelle est la norme.

Les femmes blanches ne sont rien pour certains hommes islamiques et arabes. C’est la raison pour laquelle nos filles ont été maltraités à Rochdale et à Oxford et la raison pour laquelle des femmes blanches ont été violées à Cologne

Ils nous voient comme des « white trash ». Et nous ne sommes plus en sécurité. Ces migrants sont une bombe à retardement culturelle, élevés dans une autre époque, incompatibles avec la vie moderne. »

Source : http://www.fdesouche.com/

Voir les commentaires

Manifestation islamo-féministe à Londres en soutien au burkini

28 Août 2016, 09:57am

Publié par Thomas Joly

Ce jeudi s’est tenu le premier rassemblement public en soutien au burkini. Où donc ? Pas en Arabie saoudite, pas en Turquie, pas au Maroc ni en Tunisie, deux pays musulmans où le burkini est également interdit sur certaines plages et dans différents parcs aquatiques,… Alors où ? A Londres !

Devant l’ambassade de France à Londres, quelques féministes et quelques musulmanes voilées se sont retrouvées pour une mise en scène destinée aux journalistes venus en nombre. Des viragos londoniennes en maillot de bain ont entouré une jeune femme en burkini dans un grand élan de solidarité. Il ne manquait plus que quelques Femen dépoitraillées pour compléter le paysage.

Est-ce étonnant qu’un tel rassemblement se soit déroulé à Londres ? Il n’est pas inutile de rappeler que le burkini est une marque déposée imaginée par une créatrice de mode de nationalité australienne et d’origine libanaise. C’est en 2004 qu’Aheda Zanetti a créé sa société Ahida et a commencé à commercialiser le burkini, marque qu’elle a déposée dans différents pays à partir de 2006.

Et toute cette polémique est un excellent coup commercial pour cette jeune femme.

Source : http://www.medias-presse.info

Voir les commentaires

Burkini : comment sortir de la dictature des juges ?

27 Août 2016, 13:50pm

Publié par Thomas Joly

Grâce au Conseil d’État – dont les membres habitent des quartiers sans immigrés -, le burkini va bientôt se répandre sur nos plages. Et les femmes en maillot de bain ou en bikini n’y auront bientôt plus de droit de cité qu’au risque d’être harcelées. Car l’islam ignore le « vivre ensemble » et la réciprocité. Il ignore l’individualisme et le relativisme. Il cherche à imposer sa loi et ses règles, à tous et surtout à toutes, en se jouant de nos principes.

La place du burkini n’est donc pas une question de droit, c’est une question politique. Ce n’est pas davantage une question de « laïcité », c’est une question de civilisation.

C’est donc aux politiques et au peuple de répondre à la question suivante : oui ou non acceptez-vous l’islamisation de la France ?

Si c’est non, il faut en tirer les conséquences et dire non au financement des mosquées, non à l’abattage halal, non aux délires sanitaires de l’Aïd, non aux accoutrements salafistes, non aux prêches en langue arabe, non au voile islamique et au burkini.

Cela implique, bien sûr, que le peuple reprenne sa souveraineté et abatte la tyrannie des juges : on attend des candidats à l’élection présidentielle – de Sarkozy à Marine Le Pen – qu’ils nous disent quelles réformes constitutionnelles ils proposent pour reconstruire le pouvoir législatif aujourd’hui accaparé par la Cour européenne des droits de l’homme, le Conseil constitutionnel et le Conseil d’État, toutes institutions sans légitimité démocratique. Et ne nous laissons pas enfumer, cela dépasse de très loin les traités de l’Union européenne ! Le souverainisme sans l’identité, c’est comme une belle à qui manquerait un œil.

Les propos de campagne ne valent rien s’ils ne sont pas accompagnés des réformes constitutionnelles qui rendront leur mise en œuvre possible. Nicolas, Marine, il faut nous dire comment on sort de la Convention européenne des droits de l’homme, comment on échappe à la censure du Conseil constitutionnel, comment on rend possibles les expulsions de clandestins et de délinquants malgré les tribunaux judiciaires et administratifs, comment en met un terme au regroupement familial et à l’immigration nuptiale.

Quant aux Français, sans attendre la fin du spectacle présidentiel, il pourrait prendre le Conseil d’État au mot : il nous dit doctement, depuis les ors du Palais-Royal, que le burkini ne présente pas de « risque de trouble à l’ordre public ». Tout simplement parce que les oligarques du Conseil d’État croient que les Français s’accoutument à l’inacceptable et tolèrent la conquête symbolique de leur espace public. Le Conseil d’État spécule sur la faiblesse des Français. Et s’ils le démentaient ?

Oui, il serait temps que les braves Français entrent en résistance et qu’à l’exemple des Corses de Sisco, ils refusent la privatisation de leurs plages et de leurs rues. Bravo, les Corses qui résistent ! Bravo au maire de Sisco qui maintient son arrêté anti-burkini malgré les gnomes du Palais-Royal! Quand le pouvoir est illégitime (et le pouvoir judiciaire est sans légitimité démocratique !), la désobéissance civile est plus qu’un droit : un devoir.

Les burkinis et les voiles islamiques ont toute leur place : dans les pays musulmans, mais ni en France ni en Europe.

Vous voulez vivre comme en Arabie au VIIIe siècle ? C’est votre droit, mais à condition de retourner dans votre pays d’origine.

Halte à la colonisation islamique ! Le temps de la résistance et de la dissidence est venu. C’est l’affaire de tous.

Jean-Yves Le Gallou

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le Conseil d’État soutient les Frères Musulmans et autorise le port du « burkini »

26 Août 2016, 07:02am

Publié par Thomas Joly

Le Conseil d’État a suspendu l’arrêté municipal pris à Villeneune-Loubet, dans les Alpes-Maritimes, portant sur l’interdiction d’accéder aux plages de la commune à toute personne portant la “burkini”, une tenue de bain considérée par la mouvance islamiste comme conforme à la “charia”, la loi islamique.

Dans son ordonnance, le Conseil d’Etat a estimé que l’arrêté de Villeneuve-Loubet, pris le 5 août, “a porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle.”

“Le juge des référés du Conseil d’État relève qu’aucun élément produit devant lui ne permet de retenir que des risques de trouble à l’ordre public aient résulté, sur les plages de la commune de Villeneuve-Loubet, de la tenue adoptée en vue de la baignade par certaines personnes”, poursuit la plus haute juridiction administrative.

Le Conseil d’État était saisi par la Ligue des Droits de l’Homme et le Collectif contre l’islamophobie en France qui ont déposé un recours devant la juridiction pour contester l’arrêté pris par la mairie de Villeneuve-Loubet.

La Ligue des Droits de l’Homme (extrême-gauche) et le CCIF (Frères Musulmans) à l’origine des recours judiciaires ont noué une alliance stratégique en décembre 2015 (voir ici).

Les deux organisations sont financées par l’oligarque américain George Soros proche de Hillary Clinton (voir ici), des alliés importants des Frères Musulmans au plan international.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Belgique : les écolos veulent « détourner » les colis des petits vieux pour les donner aux migrants

26 Août 2016, 06:58am

Publié par Thomas Joly

L’association Écolo Genappe s’oppose fermement à la distribution de colis aux aînés telle que réalisée annuellement. Cette année, elle propose donc de détourner ces « cadeaux » pour les offrir aux pseudo-réfugiés de la province.

L’opération « Détournement de colis pour seniors » (sic) est lancée. Cette année, les « paquets cadeaux » adressés aux plus de 65 ans de la commune risquent de ne pas atterrir dans les mains de leurs destinataires d’origine. En cause : une initiative du groupe Ecolo… qui en marre. « Chaque année, au mois de septembre, la Ville distribue des « cadeaux » aux seniors. Une opération selon nous vide de sens, et à laquelle nous voudrions en donner », explique la xénophile Anne Beghin, chef de groupe.

Cette année, Ecolo propose donc aux personnes âgées de redistribuer leurs colis, à destination des clandestins qui envahissent la Belgique. « Nous avons eu cette idée l’année dernière, mais nous la concrétisons cette année », développe-t-elle. « Il s’agit véritablement d’une action de détournement. Quatre points de dépôts sont prévus : à Genappe, Vieux-Genappe, Baisy-Thy et Bousval. Une fois collectés, nous nous engageons à redistribuer ces colis, éventuellement reconditionnés, pour les fêtes de fin d’années. » L’initiative vise en premier lieu les immigrés présents sur le territoire de la commune, mais aussi les centres Fedasil de la province.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires