Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Éducation nationale et OMS d’accord pour… une partouze à la maternelle ?

27 Octobre 2016, 09:37am

Publié par Thomas Joly

Non, ce n’est pas le titre d’un film porno. Voici les faits : le réseau Canopé, organisme Théodule de l’Éducation nationale, diffuse comme outil pédagogique une brochure de l’Organisation mondiale de la santé disponible ici [PDF] et traitant de « Standards pour l’éducation sexuelle ».

En page 38, pour la tranche d’âge des 0 à 4 ans, il y est mentionné que l’enfant doit recevoir une information sur « le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps, la masturbation enfantine précoce et la découverte de son propre corps et de ses parties génitales ». Les compétences visées étant que l’enfant puisse « devenir conscient de son identité sexuelle ; parler des sensations (dés)agréables dans son propre corps ; exprimer ses propres besoins, désirs et limites, par exemple en “jouant au docteur” ». Notons que l’acquisition de ces compétences implique un nécessaire passage à l’acte. En groupe ?

Encore une fois, il convient de dénoncer avec la plus grande vigueur (même si cette expression est galvaudée du fait de son utilisation récurrente par des ministres inopérants) l’intrusion de l’État dans le domaine de l’intime.

L’idéologie sous-jacente n’est même pas camouflée : déposséder les familles des tâches éducatives. Les régimes totalitaires ont toujours tenté de soustraire, par tous les moyens, les enfants à l’influence des familles pour en faire leurs choses. La République actuelle ne fait pas autre chose.

Ce document émane de l’OMS ? La belle affaire ! Les machins onusiens ne bénéficient pas d’une infaillibilité pontificale ou autre, il n’est que de voir le négationnisme de certaines décisions de l’UNESCO pour s’en convaincre. L’OMS est, semble-t-il, noyautée par certains lobbies, mais chut ! Le dire est sans doute trop polémique.

Il existe un article 227-22 dans notre Code pénal qui réprime la corruption de mineur. Commis en bande organisée et/ou envers un mineur de moins de 15 ans, la sanction est de 10 ans de prison et un million d’euros d’amende.

Est-il un procureur doté d’un peu de courage en France, au moins assez pour assumer le statut de magistrat et l’indépendance qu’il devrait impliquer pour se retourner contre des services de l’État, malgré la caporalisation du parquet ? Est-il un député capable de porter le fer avec assez de détermination pour demander à traduire les in fine responsables (mais sans doute pas coupables) devant la Haute Cour ? Je suggère deux ministres : celui de l’Éducation nationale au premier chef, diffuseur de cette brochure, et celui du Quai d’Orsay, qui laisse des instances onusiennes commettre de tels délires sans que la France en claque la porte avec la virulence voulue.

Rémy Mahoudeaux

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Tags anti-flics à la Sorbonne : une « étudiante en philosophie » arrêtée

27 Octobre 2016, 09:10am

Publié par Thomas Joly

Une étudiante en philosophie a été interpellée mercredi 26 octobre à Paris par la police judiciaire parisienne et placée en garde à vue. Elle est soupçonnée d’être à l’origine de tags anti-police découverts à l’intérieur de l’université Panthéon-Sorbonne le 11 octobre.

C’est l’antenne parisienne du syndicat Alliance Police nationale qui avait publié les photos de ces tags, provoquant un tollé au sein de la profession, quelques jours après l’agression de quatre policiers à la Grande Borne, dans l’Essonne.

Une enquête avait été ouverte pour dégradation de biens publics et incitation à la haine. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avait porté plainte. Le parquet de Paris avait pris l’affaire très au sérieux en saisissant les enquêteurs de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la PJ parisienne. L’enquête avait d’abord été ouverte pour dégradation de biens publics mais les faits avaient été requalifiés plus sévèrement pour incitation à la haine.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

La Grande-Bretagne et le Brexit : pour l’instant, c’est « tout bénef »

27 Octobre 2016, 09:00am

Publié par Thomas Joly

À la stupeur de (presque) tous les politiques et autres sondeurs et analystes avisés, les Britanniques votaient le 23 juin dernier la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne à 51,9 % de majorité.

On avait joué à se faire peur – David Cameron le premier –, mais sans y croire vraiment. Une petite chaleur, un coup pour voir, en somme. Sauf qu’ils ont vu. « L’élite » a bien tenté de faire comme si, pétitionné pour qu’on ne tienne pas compte des résultats, laissé planer l’idée qu’on pourrait revoter… Espéré qu’on allait laisser pourrir et passer à autre chose : le bon peuple n’a pas de mémoire, c’est connu. Il n’y a qu’à demander à Sarkozy, l’amoureux transi des référendums : si le résultat ne va pas dans votre sens, oubliez-le !

Puis Cameron est parti, Theresa May est arrivée avec son ministre spécial Brexit et il semblerait qu’on s’achemine à pas lents vers la sortie effective des Anglais de l’Union européenne, dans laquelle ils n’étaient d’ailleurs jamais vraiment entrés, si ce n’est pour en tirer profit. Preuve qu’ils sont moins bêtes que les autres.

Depuis ce 23 juin 2016, la livre sterling n’a cessé de chuter : 20 % en 4 mois, dont 6 % encore au début d’octobre. Cris d’orfraie des bien-pensants qui pointent le renchérissement des produits de consommation. Certes, mais la dévaluation a aussi des effets positifs. Elle présente même « de nombreux avantages », dit le ministre du Brexit, David Davis.

Déjà, le pays a vu les touristes affluer cet été, et les exportateurs se taillent des parts de marché qu’ils n’espéraient plus.

Même Mervyn King, l’ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre, s’en réjouissait dans les colonnes du Monde Économie (13/10) : « La chute de la livre est un changement bienvenu. Je me rappelle qu’avant le référendum, quelqu’un a dit : le danger du Brexit est de se retrouver avec des taux d’intérêt plus élevés, des prix immobiliers plus bas et un taux de change plus bas. Je me suis dit : ce serait le rêve. Ça fait trois ans qu’on essaie d’obtenir ça. »

Un bon moyen, selon lui, de rééquilibrer l’économie du pays.

Mais il y a mieux encore, car la dévaluation, c’est le « double effet Kiss Cool ». On apprenait ainsi, ce matin sur RTL, que la dévaluation de la livre a déjà entraîné, pour l’Union européenne, un manque à gagner de 1,8 milliard d’euros. Simple à comprendre : la Grande-Bretagne continue de verser sa contribution, d’un montant inchangé, en livres sterling : « Elle verse toujours autant d’argent mais ça ne vaut plus grand-chose. Les financiers ont calculé ce manque à gagner impressionnant : 1,8 milliard d’euros. Le paradoxe, c’est que l’Europe, elle, donne toujours ses subventions en euros, même aux Anglais, et ces aides européennes transformées en livres sterling rapportent donc de plus en plus outre-Manche. »

Et voilà Margaret Thatcher exaucée au-delà de ses espérances. Elle qui, dans les années 80, ne cessait de réclamer « I want my money back » aura obtenu gain de cause, et même mieux encore. Conclusion : « À l’heure de quitter l’Europe, la Grande-Bretagne n’aura jamais été aussi bien servie. » On comprend, dès lors, qu’ils ne se pressent pas trop…

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Chaos à Calais : Les clandestins afro-musulmans ont incendié tout ce qu’ils pouvaient

26 Octobre 2016, 09:12am

Publié par Thomas Joly

Scènes dantesques à Calais où les clandestins afro-musulmans ont livré tout ce qu’ils pouvaient à l’incendie.

Les images de la chaîne qatarie Al Jazeera donne une idée de l’agressivité et de la détermination de l’envahisseur.

Voir les commentaires

Les prétendus « réfugiés syriens » de Calais sont en réalité des envahisseurs Africains

26 Octobre 2016, 09:01am

Publié par Thomas Joly

Le mythe des « femmes et enfants syriens fuyant la guerre » a du plomb dans l’aile. Toutes les images en provenance de Calais démontrent, pour les rares naïfs, qu’il s’agit en réalité de masses d’africains ou d’orientaux, essentiellement musulmans.

Source : http://breizatao.com/2016/10/24/calais-les-refugies-syriens-chers-aux-medias-detat-sont-en-realite-des-africains/

Voir les commentaires

Rappel : réunion militante à Abbeville vendredi 28 octobre

25 Octobre 2016, 09:26am

Publié par Thomas Joly

A l'invitation de David Martin, Délégué départemental adjoint du PdF 80, en présence de Sabrina Le Corronc, Déléguée départementale, Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, animera une réunion militante ouverte à tous vendredi 28 octobre à partir de 19h à Abbeville.

Réservation obligatoire au 07.81.69.58.73

Voir les commentaires

Poisson, plus plancton que requin

25 Octobre 2016, 09:16am

Publié par Thomas Joly

Les combats des personnalités de gauche contre les personnalités de droite sont d’une banalité navrante.

La droite fait une annonce, la gauche dénonce des propos en référence aux-heures-les-plus-sombres, la droite s’excuse en pleurant d’avoir réveillé la bête immonde, la gauche gagne. Bilan : personne n’a retenu la déclaration initiale (souvent vraie) et son auteur est devenu nauséabond.

Jean-Frédéric Poisson, la seule personnalité de droite dans les primaires qui s’annoncent, n’a pas fait exception. Après avoir énoncé une lapalissade dans une interview à Nice Matin, à savoir : « La proximité de madame Clinton avec les super-financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l’Europe et la France », le candidat malheureux s’est vu attaqué par le sympathique CRIF et la non moins sympathique Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM pour les intimes), le répertoire classique y est passé : « antisémitisme », « dérapage »

La première réaction du trublion était intéressante: il semblait balayer les allégations de ses adversaires d’un revers de la main. Mais, sous la pression de la Haute Autorité, seule à avoir le pouvoir de l’exclure de la primaire, il a décidé de se coucher, et même de ramper aux pieds de ses maîtres. Ce qui donne la communiqué suivant : « Je vois bien que les propos que j’ai prononcés ont provoqué de l’inquiétude et de la peur chez beaucoup de personnes membres de la communauté juive en France. J’en suis désolé. Je leur demande pardon pour ça. »

Parce que le CRIF serait représentatif de la population juive ? L’antisionisme serait-il donc intrinsèquement un antisémitisme ?

Le maniement du discours en public est désormais un jeu de démineur, tous les mots sont potentiellement minés et, chaque jour certains termes rejoignent la liste des interdits. La réduction du vocabulaire au strict minimum n’est pas sans rappeler la fameuse novlangue d’Orwell dont le but est d’empêcher, à terme, toute réflexion.

Poisson avait l’occasion de se muer en requin, de dénoncer ces pratiques politico-médiatiques odieuses. De prendre le peuple à témoin de la mascarade, à grand renfort de journaux avides de polémiques. Il aurait dû dire, tel Jésus lors de son procès : « Si j’ai mal parlé, explique-moi ce que j’ai dit de mal ; et si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? » Sa défense était pourtant simple : oui, il existe des lobbies sionistes aux États-Unis ; oui, madame Clinton s’y soumet. Peut-être la Haute Autorité serait-elle allée jusqu’à l’exclusion. Mais tout le monde aurait saisi la supercherie, le mythe démocratique aurait peut-être été démystifié et la popularité de Poisson aurait fait un bond. Il serait devenu victime.

La meilleure défense, c’est l’attaque, M. Poisson. Le paillasson est fait pour s’essuyer les pieds, pas pour remporter une élection.

Thomas Valmenier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Marine Le Pen sponsorisée par les Émirats arabes unis ?

25 Octobre 2016, 09:04am

Publié par Thomas Joly

Le Front national recherche-t-il des fonds auprès des Émirats arabes ? C’est Mediapart qui l’affirme et l’information commence à être reprise sur des sites arabophones.

Le Front national souhaite disposer de 12 millions d’euros pour la campagne présidentielle de Marine Le Pen. Or, Florian Philippot vient de confirmer lundi matin sur LCI que « les banques françaises ne prêtent pas ».

C’est dans ce contexte que, selon Mediapart, le Front national a développé depuis 2014 des relations avec les Émirats arabes unis que l’on retrouvaient déjà derrière le voyage de Marine Le Pen en Égypte le 28 mai 2015. Plusieurs sources affirment que ce voyage égyptien aurait été financé par des fonds émiratis.

« S’il faut aller emprunter à l’étranger, nous irons emprunter à l’étranger, il n’y a aucune exclusive à ça. Que ce soit en Russie en Argentine ou aux États-Unis. Et pourquoi pas au Moyen-Orient », avait déjà déclaré Wallerand de Saint-Just, trésorier du FN, sur France 3 pendant « les estivales de Fréjus », le 18 septembre.

Source : http://www.medias-presse.info

Voir les commentaires

La nouvelle trouvaille d’Hidalgo : offrir au privé la gestion des parcmètres parisiens

25 Octobre 2016, 08:56am

Publié par Thomas Joly

C’est la nouvelle trouvaille d’Anne Hidalgo pour tondre les Parisiens : offrir au privé la gestion des places de parking en surface. En sous-sol aussi, me direz-vous, mais il y a longtemps que les entreprises privées règnent sur ce secteur qu’elles ont d’ailleurs construit.

Deux choses, pour commencer. Bien que madame Hidalgo ait clamé durant sa campagne des municipales en 2014 qu’elle n’augmenterait pas les impôts durant toute son mandat, elle multiplie tout ce qu’elle peut prélever pour tenter d’éponger les dettes de la capitale. Car Paris, comme le pays, est face à un trou colossal du fait de la gestion calamiteuse et éminemment clientéliste de son prédécesseur Delanoë. Ce que madame Hidalgo ne pouvait, d’ailleurs, ignorer vu qu’elle était son premier adjoint depuis 2001 ! À peine arrivée, elle reconnaissait donc qu’il manquerait au moins 400 millions d’euros pour boucler le budget. Mais quels mensonges ne ferait-on pas pour devenir calife à la place du calife ?

Alors, depuis qu’elle s’est installée à l’hôtel de ville, elle grappille : relèvement de 20 % de la surtaxe d’habitation sur les résidences secondaires et autres biens meublés non loués, puis une nouvelle hausse en octobre suivant, et enfin l’annonce que ce taux d’imposition sera multiplié par 5 en 2017. Elle a aussi majoré les droits de mutation sur les ventes immobilières de 3,8 % à 4,5 % au 1er janvier 2016, puis réduit les abattements sur les résidences secondaires. Vendu également quelques bijoux de famille, mais cela, ça ne marche qu’une fois, alors que les impôts… c’est jackpot tous les ans !

Côté stationnement, Anne Hidalgo a augmenté les tarifs de 180 % en janvier 2015. Mais voilà, l’argent rentre mal. Alors, cette épouse de l’ancien directeur de cabinet de Martine Aubry, hollandaise fervente, retraitée de l’inspection des finances et socialiste jusqu’au trognon, a décidé de déléguer au privé le marché des parkings.

Si je souligne son socialisme indéfectible, c’est pour rappeler qu’Hidalgo et ses amis passent leur temps à cracher sur l’entreprise privée et annoncent vouloir renationaliser à tour de bras, depuis les banques jusqu’au secteur productif. Ce qui nous a valu, voilà quelques semaines, la tragi-comédie autour d’Alstom.

Hélas, la réalité s’impose : la mairie de Paris est incapable d’assurer la gestion et le contrôle des 140.000 places de parking payantes en surface. Le manque à gagner avoisinerait les 300 millions d’euros, dit madame le maire.

Il serait intéressant de savoir pourquoi. On a une petite idée : pour payer, il faut une carte, en vente dans les bureaux de tabac. Sauf que c’est dimanche midi et qu’on va déjeuner chez tata Georgette avec le baba au rhum. On peut aussi payer avec son smartphone, mais il faut avoir chargé l’appli, ou bien appeler au 01 74 18 18 18 et donner son numéro de carte bancaire, sa plaque, l’arrondissement et la durée de stationnement. Mais tonton René n’a pas de smartphone.

Enfin, comme le pointait déjà un rapport de la chambre régionale des comptes d’Île-de-France en 2012, il faut signaler « le manque de travail et de résultats des agents de surveillance de Paris » (alors au nombre de 1.900), essentiellement en raison d’un taux d’absentéisme de… 15 %. Un record.

Donc, le privé. Sans doute Indigo, la filiale de Vinci qui gère déjà le stationnement à Madrid.

« Le prestataire devra moderniser les pratiques de contrôle, en utilisant notamment des moyens numériques et automatisés, par exemple pour la lecture des plaques d’immatriculation », a dit le maire au JDD. Au 1er janvier 2018, paiement électronique et surveillance par des véhicules mouchards à l’aide de caméras embarquées.

Efficacité et surtout rendement sont donc les nouvelles mamelles d’Anne Hidalgo, sachant que les amendes vont sans doute passer de 17 à 36 euros. C’est vrai ça, qu’y a-t-il de plus simple à tondre qu’un automobiliste parisien ?

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Démantèlement de la « Jungle » de Calais : « ils » arrivent dans nos villages !

24 Octobre 2016, 10:13am

Publié par Thomas Joly

C'est aujourd'hui que débute l'opération médiatico-électorale du gouvernement socialiste visant à démanteler la « Jungle » de Calais, bidonville ignoble où grouillent près de 10.000 clandestins désirant envahir l'Angleterre.

Plutôt que de renvoyer chez eux ces individus entrés illégalement sur notre territoire, nos gouvernants ont choisi de les ventiler dans toute la France, en particulier dans des zones rurales, jusqu'ici préservées par la colonisation migratoire.

L'immigration pour tous, c'est maintenant !

Voir les commentaires

Viktor Orban : « Les peuples qui aiment leur liberté doivent sauver Bruxelles de la soviétisation »

24 Octobre 2016, 10:06am

Publié par Thomas Joly

Lors de la commémoration de la révolte anti-communiste de 1956, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a comparé l’UE à l'Union soviétique, plaidant pour une maîtrise des frontières et le triomphe de l’tat nation pour faire face à l’immigration de masse.

« Les peuples qui aiment leur liberté doivent sauver Bruxelles de la soviétisation, de gens qui veulent nous expliquer comment nous devons vivre dans nos propres pays ».

Il a rappelé que les vrais garants de la liberté en Europe étaient la chrétienté et l’État nation.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Constitution d'un fichier ethnique à France Télévisions, pour plus de diversité à l'écran bien sûr !

24 Octobre 2016, 09:58am

Publié par Thomas Joly

France Télévisons annonce pour début novembre le lancement d’un « guide expertise », annuaire de personnalités issues de la diversité à destination des journalistes et producteurs d’émissions.

Imaginée et mise en place avec le Club du XXIe siècle, réseau qui milite pour la valorisation de la diversité, cette plateforme interne, appelée « Experts Plus » a recensé 150 personnalités, toutes issues des minorités visibles, qui sont à même d’être invitées dans les JT et les émissions de débat.

Cette initiative veut montrer le grand remplacement sur les plateaux où, lors des débats politiques ou de société auxquels sont conviés experts économiques, chercheurs ou acteurs de la société civile, ce sont encore majoritairement des hommes blancs qui s’expriment à l’écran. Sic.

Le bilan diversité 2015, qu’a publié la direction de France Télévisions en juin chiffrait ainsi à 12 % la proportion de non-Blancs dans l’information sur France 2 et à 10 % sur France 3.

Il est vrai que la télévision manque de diversité. Mais il ne s'agit pas de diversité ethnique : il s'agit de diversité idéologique. La plupart des intervenants sont adeptes du multiculturalisme et du mondialisme. On le voit hélas à chaque échéance électorale...

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Leonardo DiCaprio, le loup du théâtre du Chatelet

24 Octobre 2016, 09:51am

Publié par Thomas Joly

Le célèbre acteur Leonardo DiCaprio était au théâtre du Chatelet, lundi 17 octobre, pour présenter, en avant-première, auprès de Ségolène Royal et d’Anne Hidalgo, la sortie de son film documentaire Before the Flood (Avant le déluge), film qui appelle à agir contre le réchauffement climatique. En cette occasion, Ségolène Royal a salué son long engagement pour cette cause et Anne Hidalgo n’a pas hésité à confier qu’elle était fan de cet acteur, s’affichant en selfie à ses côtés.

Probablement n’avaient-elles pas lu le journal The Hollywood Reporter du 14 octobre. Un article d’Alex Ritman titrait : « Leonardo DiCaprio poussé à arrêter son rôle sur le changement climatique auprès de l’ONU. » Qu’a-t-il donc fait pour qu’on lui intime cet ordre ?

Cet acteur du sauvetage de la planète serait, en fait, impliqué dans un scandale de corruption, instruit par le département de la Justice américain. Il aurait été interrogé par le FBI l’été dernier pour qu’il s’explique sur son rôle dans une affaire de blanchiment d’argent portant sur 3,5 milliards de dollars. Suite aux liens qu’il a noués avec certaines personnalités impliquées dans cette affaire, en août dernier il avait dû se retirer d’un gala organisé pour récolter des fonds pour la campagne de Hillary Clinton, cette affaire pouvant nuire à la candidate.

Une association de lutte pour la sauvegarde de la forêt vierge en Malaisie (fondation Bruno-Manser) lui a adressé une lettre ouverte afin qu’il restitue l’argent qu’il a reçu du fond malaisien 1MDB.

La fondation de l’acteur, qui œuvre pour la protection de la diversité, la conservation des océans et des espaces naturels ainsi que pour la sauvegarde du climat, aurait reçu plusieurs millions de dollars. On savait déjà que le sauvetage de la planète n’a pas de prix, mais le directeur exécutif du fonds Bruno-Manser est allé jusqu’à affirmer que l’acteur aurait touché indûment 25 millions de dollars correspondant à son cachet pour son rôle dans le film Le Loup de Wall Street et que cet argent proviendrait du pillage du fonds malaisien.

La star, qui se dit athée, avait été reçue par le pape en janvier dernier pour parler de défense de l’environnement, suite à l’encyclique du souverain pontife appelant les puissants à agir pour sauver la planète. Le même mois, il avait même reçu le Crystal Award, lors du Forum économique mondial à Davos en Suisse, pour son engagement en faveur de l’environnement, ce qui démontre au passage les liens entre le monde des affaires et le sauvetage de la planète contre les méchants pollueurs-payeurs que nous sommes. Mais en mai dernier, lors du Festival de Cannes, les journaux américain Fow News et allemand Bild s’étaient déjà émus des trajets de la star en jet privé entre New York et Cannes. Alors que, durant la cérémonie des Oscar, il n’avait pas hésité à affirmer « Le changement climatique est réel. Il se produit à l’heure actuelle, c’est la menace la plus urgente à laquelle notre espèce doit faire face » – passage de son discours que tous nos médias avaient promptement diffusé -, nos lanceurs d’alerte n’avaient pas réagi devant les 10.000 tonnes de fioul dépensées pour faire deux fois l’aller-retour transatlantique durant le festival.

Ils n’ont pas réagi, non plus, devant le probable scandale qui s’annonce. Peut-être auraient-ils dû déroger aux consignes, cela aurait pu éviter à notre ministre et à notre maire de Paris quelques déclarations, photos et selfies qui pourraient s’avérer, à l’avenir, plutôt embarrassants…

Marc Le Menn

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Voyages scolaires : forment-ils réellement la jeunesse ?

23 Octobre 2016, 09:28am

Publié par Thomas Joly

Pour reprendre la métaphore journalistique, le marronnier qui ombrage aujourd’hui la cour des écoles est le voyage scolaire. Comme chaque année, à pareille époque, tombe le calendrier des voyages organisés par l’immense majorité des établissements libres ou publics, de l’école primaire jusqu’aux lycées. (Dieu merci, on n’a pas encore prévu de promener les enfants des maternelles !)

Et de rentrée scolaire en rentrée scolaire, le catalogue des destinations s’élargit (Auschwitz reste quasi obligé, New York bien fréquenté, la Chine très tendance), le temps qu’y consacrent les enseignants s’accroît et ce, d’autant plus qu’ils y trouvent là un dérivatif aux difficultés de leur métier.

Que la profession d’enseignant prête à l’ennui, voire au découragement, on le conçoit ! Qu’un jeune déculturé aille rencontrer son semblable au village-planète, on l’admet ! Que les plus beaux sites ou les plus beaux paysages échappent à des regards uniquement concentrés sur des tablettes ou des iPhones, on ne le sait que trop ! Mais que ces voyages introduisent dans la communauté éducative des ferments de discorde et une discrimination, c’est évidemment insupportable.

Nous avons l’exemple d’une classe de terminale à laquelle est proposé un voyage à New York. En sus d’autres financements associatifs ou publics, il est demandé aux élèves, donc à leurs parents, une participation supérieure à 800 €.

Naturellement, tous ne pourront suivre et la classe va se retrouver divisée : les deux tiers arpenteront, la tête en l’air, les trottoirs de cette ville-monde si peu représentative de la culture américaine, tandis que le dernier tiers reprendra, tête baissée, le chemin des cours et des études.

En matière de ségrégation par l’argent, on ne fait pas mieux, même si la tête de ceux qui restent risque, après tout, d’être aussi pleine et mieux faite que celle de ceux qui partent… Mais le problème, malheureusement, n’est pas là. Jamais ne sont mesurés l’efficacité, le rendement pédagogique de tant d’efforts. Comme avec l’enseignement professionnel, l’Éducation nationale (et son clone l’enseignement libre) court après des chimères. Voilà qu’avec le voyage scolaire, elle se met en quête de faire découvrir le monde à une génération, qui, la première sans doute dans l’histoire des hommes, aura toutes les possibilités de voyager vite et loin… et ne s’en prive déjà pas !

Est-ce que ces voyages renforcent les savoirs de nos « chères têtes blondes » ? Est-ce qu’elles en reviennent plus férues d’histoire ou de géographie ? Est-ce qu’elles mesurent l’étrangeté de l’étranger, et la spécificité de leur pays ? Rien n’est moins sûr ; nul ne le sait. L’essentiel n’est, d’ailleurs, pas de passer des frontières mais de passer le temps. L’école est, pour ses servants comme pour ses usagers, trop ennuyeuse pour qu’on ne l’agrémente pas de ces voyages prétextes, de ces voyages bidon qui ne servent à rien, dévalorisent le principe même du voyage et privent à jamais ces adolescents et futurs adultes de l’émotion et du plaisir qu’on ressentait à chercher l’inconnu au-delà de l’horizon.

Finalement, le voyage est chose trop sérieuse pour le confier à des pédagogues en mal d’ennui ou à des collégiens sans curiosité !

Jean-Paul Charbonneau

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires