Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Remontée de Trump : l’oligarchie démocrate joue son va-tout

6 Novembre 2016, 11:05am

Publié par Thomas Joly

Le président Obama, son épouse Michelle, le vice-président Biden, le dépité Bernie Sanders, les paléo-féministes du baby-boom, les rappeurs et starlettes, les « grands » médias, les élites, PAC et Super PAC, tous s’y mettent du haut des remparts : à court de flèches et d’huile bouillante, ils descellent et jettent les pierres du chemin de ronde, espérant écraser la remontée de ceux d’en bas… les « déplorables » de Trump. Il ne manque plus que les Saoudiens et leurs 14 firmes américaines de lobbying…

Les sondages officiels se sont resserrés en une semaine, au point que certains commentateurs, comme Bret Baier, prédisaient vendredi que ni Clinton ni Trump n’obtiendraient les 270 délégués nécessaires, la nomination présidentielle incombant alors à la Chambre des représentants, elle-même en réélection ce 8 novembre.

L’inquiétude se lit dans les yeux des commentateurs, comme d’un Barack Obama déchaîné, sorti de sa réserve présidentielle.

La thématique, après un moment de panique, tente de se structurer suivant la « méthode Clinton » : nier, détourner, massacrer. On en est au massacre.

D’abord celui de James Comey, directeur du FBI, accusé d’infraction électorale parce que s’immisçant dans le processus pour favoriser ses « amis » républicains. Puis des agents du FBI eux-mêmes, surnommés « Trumpland », à cause de leurs relations avec le « tombeur de la mafia », l’ancien procureur puis maire de New York, qui seconde activement Trump. Les acolytes parlementaires de Clinton viennent de demander au ministre de la Justice, autre acolyte – madame Loretta Lynch -, d’ouvrir une enquête contre Giuliani et les agents du FBI pour les « fuites » qu’ils auraient organisées à des fins électoralistes.

Plus grave : Bret Baier, de Fox News, a été mis au pilori pour avoir dit, jeudi, que « ses sources » indiquaient une grande probabilité d’inculpation de Clinton dans l’affaire des courriels, cependant que l’enquête sur les corruptions présumées de la fondation Clinton s’intensifiait. Le Trumpo-sceptique Baier, homme d’establishment lui-même et vivant selon leurs règles, a dû s’excuser publiquement.

Du coup, Fox et les Murdoch sont sous carton jaune, en danger d’avilissement. CNN n’a pas tardé, assurant la promotion du nouveau livre de Megyn Kelly, la journaliste de Fox News spécialiste du féminisme à but lucratif qui avait fait tomber son PDG Roger Ailes (ami de Trump) dans une affaire de harcèlement sexuel. Ainsi le message devient : Ailes = prédateur = Trump = prédateur = Fox = Baier = Giuliani = FBI = Russie = Comey = Trump.

Méga-puissante Russie… CNN rappelle ainsi que le gouvernement américain s’inquiète d’une cyber-attaque de Poutine le jour de l’élection, soit pour truquer les résultats, soit pour semer le chaos dans les transports en commun afin de « supprimer le vote » des électeurs de Clinton.

Reste l’assaisonnement, peu efficace : on ressort le dossier immigration de Melania Trump, de nouvelles affaires sexuelles pour Trump, et le « Bridgegate » de Chris Christie, dont deux proches sont déclarés coupables.

Les dés sont jetés. Deux questions restent en suspens : combien de prolétaires abstentionnistes chroniques vont venir voter pour Trump ? Et combien d’immigrants illégaux auront réussi à se faufiler dans les listes électorales ?

André Archimbaud

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Quand Hollywood nie l’histoire humaine

5 Novembre 2016, 10:33am

Publié par Thomas Joly

Exemples paroxystiques du marxisme culturel ayant court en Occident, les films historiques actuels participent de la réécriture de notre histoire. Révisionnistes, voire purement négationnistes, ces œuvres travestissent nos mythes au nom de l’idéal égalitariste qui impose la discrimination dite « positive ». Chaque film sur le Moyen Âge européen se doit d’avoir son quota d’acteurs de type africain alors que ces sociétés simples étaient homogènes sur le plan ethnoculturel. C’est ainsi, les faits sont têtus, comme le disait le camarade Lénine.
 
Hannah Arendt expose, dans La Crise de la culture, une caractéristique de l’éducation américaine, qui tend aujourd’hui aussi à être notre façon d’éduquer les enfants mais aussi les adultes : « Même en Amérique, le monde dans lequel les enfants sont introduits est un monde ancien, […] construit par les vivants et les morts et qui n’est nouveau que pour ceux que l’immigration vient d’y introduire. Mais là l’illusion est plus forte que la réalité, car elle jaillit directement d’une expérience fondamentalement américaine : que l’on peut fonder un nouvel ordre, et qui plus est le fonder avec la conviction intime d’une continuité historique… »
 
Les images filmés ne sont pas passées au filtre de la critique. Ainsi le spectateur passif prend-il la fiction pour une réalité, son inculture faisant le reste. Demain, nos enfants croiront probablement que Lancelot et Jules César n’étaient pas des Européens puisque les acteurs qui les incarnent sur les écrans ne le sont pas.

La plupart des œuvres de fiction sont, de nos jours, sujettes au politiquement correct, à la pensée unique et à la propagande. Afin de créer le monde tel qu’on voudrait qu’il soit, c’est-à-dire une utopie multiculturelle inédite, il faut que monsieur Tout-le-Monde pense qu’il en fut toujours ainsi. D’où les castings métissés dans des films traitant de périodes où l’ultra-majorité de la population, paysanne et sédentaire, voyait en ses voisins les plus proches des étrangers aux mœurs incompatibles.
 
Double mépris qui s’exerce tant à l’encontre des peuples qui découvrent une histoire, un pays et un mode de vie à la télévision qui ne sont pas les leurs qu’à l’encontre de la fiction cinématographique, salie par l’irruption du faux comme enjeu obligatoire de la création. Pourtant, cela ne semble pas déranger le moins du monde les « décodeurs », les matons de Panurge ou les objecteurs de conscience de l’empire du bien. Du moins, quand cela touche à la réécriture de notre histoire.
 
En effet, gare à ne pas « travestir » l’histoire de cet autre idéalisé. On se souvient, notamment, du scandale qui a éclaté lorsque l’actrice Angelina Jolie a été choisie pour incarner la reine Cléopâtre. Immédiatement, les associations dites antiracistes ont hurlé à l’imposture. Le film n’a d’ailleurs toujours pas vu le jour. Pareillement, Leonardo DiCaprio a été empêché de jouer le rôle du poète persan Djalal ad-Din Muhammad Rumi car Hollywood craignait un procès en « whitewashing »...

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr/

Voir les commentaires

Islamo-gauchisme + islamo-capitalisme = haine de l’identité française

5 Novembre 2016, 10:16am

Publié par Thomas Joly

Quel est le point commun entre Clémentine Autain, Jean-Luc Mélenchon, Edwy Plenel, Roger Garaudy ? À en croire le Premier ministre Manuel Valls, comme le secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen, ils constitueraient l’Axe « islamo-gauchiste » par excellence, soit cette frange infantile du gauchisme folâtrant avec les fous d’Allah, troquant volontiers Le Capital de Marx contre le gros livre vert du Coran.

Dans une tribune rééditée par Le Figaro, cet été, l’historien de gauche Jacques Julliard se demandait « pourquoi et comment une poignée d’intellectuels d’extrême gauche, peu nombreux mais très influents dans les médias […] ont-ils imposé une véritable sanctuarisation de l’islam dans l’espace politique français ? » Et de suggérer que « l’islamo-gauchisme est né du jour où l’islamisme est devenu le vecteur du terrorisme aveugle et de l’égorgement. Pourquoi cette conversion? Parce que l’intelligentsia est devenue, depuis le début du XXe siècle, le vrai parti de la violence. Si elle préfère la Révolution à la Réforme, ce n’est pas en dépit mais à cause de la violence. » Pour être complet, il estimait également que la « haine du christianisme » constituait le second moteur de cette islamophilie crypto-marxiste.

Dans un ouvrage publié ces jours-ci, l’islamologue Gilles Keppel s’en prend, en un semblable élan polémique, aux « idéologues utiles des islamistes », qu’il qualifie d’« autruches de la pensée dénégationniste ». Pour lui, leur « cécité les conduit à minimiser le péril djihadiste de peur de désespérer Molenbeek comme les compagnons de route du Parti communiste s’interdisaient de dénoncer les exactions du stalinisme de peur de “désespérer Billancourt” » (L’Obs, 2 novembre).

C’est bien vu, mais, somme toute, insuffisant. Car Julliard comme Keppel et, dans une certaine mesure, Michel Onfray paraissent reléguer l’islamo-capitalisme – cette autre face de l’islamolâtrie à la mode – dans un impensé politique d’autant plus regrettable qu’il est, chronologiquement, à l’origine de l’islamisation de la France et de l’Europe.

Dans le souci inconséquent d’augmenter ses bénéfices tout en pesant à la baisse sur les salaires des travailleurs indigènes, le grand patronat apatride n’a-t-il pas encouragé, dès les Trente Glorieuses, avec la complicité aveugle des politiques, à ouvrir toujours plus largement les vannes de l’immigration ? Avec, qui plus est, la bénédiction de ces mêmes gauchistes impénitents qui, sous couvert d’antiracisme militant, furent les idiots utiles de ce capitalisme nomade.

Mais surtout, l’exécration commune des identités enracinées rapproche encore davantage le mondialisme financiaro-libéral du cosmopolitisme gaucho-libertaire. Ainsi, à peu de frais, voit-on reparaître, depuis quelques années, ce que Pierre-André Taguieff dénommait « l’antisionisme arabo-islamophile », soit une reviviscence du vieux fond de sauce antisémite qui caractérisa, en propre, la gauche française du XIXe siècle à la collaboration.

À ce compte-là, il serait aisé d’en conclure que le racisme anti-français n’est qu’un avatar de l’antique « haine du Juif », lequel « se voit alors exposé au double reproche de communautarisme et d’être relativement réfractaire au métissage, par les extrêmes gauches, les pseudo-écologistes et autres altermondialistes », selon le psychanalyste Georges Gachnochi.

Pourtant, paradoxalement, notre sort ressortirait bien plus à celui des Palestiniens…

Aristide Leucate

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Tir à boulet rouge-brun sur la triple bouse Bourdin : destruction d'un « mite »

4 Novembre 2016, 07:35am

Publié par Thomas Joly

Déverser sa bile sur les journalistes, c’est un peu comme écrire un pamphlet à l’adresse d’un bébé trisomique qui bave sur votre épaule dans le bus, provoquer en duel le cafard noir qui dévore votre soupe chinoise décongelée, ou encore attaquer en justice un étron canin semi-liquide qui vous a fait glisser sur le trottoir : c’est dérisoire tant l’objet de votre colère est insignifiant, comme sub-existant.

C’est vrai, dans l’histoire de France, il suffit de secouer une chaîne de radio ou de TV et là, il tombe un nombre incalculable de glands définitifs que l’Histoire avec ses crocs blancs et justes, a dévoré, digéré et pété dans l’atmosphère qui ne s’en souvient plus.

Pas une trace.

Rien.

Pas même une odeur.

Certaines flatulences de lapin ont plus de postérité.

Toute personne qui prétend parler du monde est de parti pris par essence, et ce pour deux raisons :
– La première est d’ordre quantitative : le réel se manifeste chaque seconde par une infinité d’événements. Il est donc impossible d’être exhaustif sur le compte rendu fait au sujet de l’actualité de la planète terre. Il faut, ô blasphème, choisir, hiérarchiser et en fin de compte, discriminer parmi tous les phénomènes humains ou non, ce qui doit devenir « information ».
– La seconde est d’ordre qualitative : une fois l’information choisie, elle n’est rien si on ne la qualifie pas. Plus l’information concerne la vie des hommes et des sociétés et plus il est difficile d’être factuel. On peut dire : demain il fera beau à Marseille. En revanche, dites le plus objectivement possible : « Des centaines d’hommes de couleur noir sans papiers français campent sur le boulevard Stalingrad à Paris » et vous trouverez toujours une larve Apathique ou un caca Bourdin pour vous tancer républic-haine-ment : « Comment noirs ? Ce sont des hommes. Papiers ou pas on s’en fout, ils fuient la guerre, et caete prout. »

Si vous m’avez bien suivi, l’objectivité en cette matière consiste en fait à assumer sa subjectivité, c’est-à-dire sa vision du monde, ses idées politiques et ses goûts. Et là, ô miracle tout devient clair : on comprend tout de suite pourquoi Jean-Francis Journalope préfère parler des « migrants » que des patrons de PME, des pompiers, des paysans qui se suicident et pourquoi une Léa Salamescouilles appelle « jeunes » des envahisseurs barbares qui balancent des cocktails Molotov sur la police.

Il n’y a pas plus « idéologique » aujourd’hui au sens de Marx que de nier les idéologies (au sens d’idées politiques) et de se faire l’apôtre virginal de la neutralité.

Des idéologies, depuis la chute du mur c’est terminé ces enfantillages !

L’Histoire ? Elle est morte l’Histoire non ? C’est Fukubidulle qui le dit !

Des complots, où ça des complots, ou ça ? Fasciste ! Nazi !

Au sein d’une dictature totalitaire, il y a deux sortes d’hommes qui se sentent libres :

– Les crétins au sens clinique du terme qui, incapables de comprendre ce que je vous ai magistralement expliqué plus haut, réduisent l’immensité et la complexité du monde à la petitesse et la simplicité d’un torche cul comme Libération ou d’un vide ordure acoustique comme RTL. Pour eux le logo « vu à la télé » est un gage de qualité et tant qu’à 20 heures, le diablotin Pujacrasse n’a pas dit « il pleut », ils ne sentent pas les gouttes d’eau tomber sur eux. Noyés, ils se sentent secs
– Les gamelards, ceux qui en croquent, ceux qui valident le pouvoir soit par conviction soit par intérêt, soit les deux. Pour eux, le monde va comme sur des roulettes, leurs placements rapportent, leurs putes gorgeprofondisent et avalent : tout va pour le mieux. Les clodos peuvent crever, la classe moyenne, cette meute de cochons, peut bien « grogner », ça va pas gâcher leur réveillon.

La France est au dernier stade de nigrescence ?

Que m’importe, mon popotin de catin est confortablement installé à la table dorée des nantis.

J’ai le rond de serviette numéro 666 au dîner du siècle et le numéro 6000000 au dîner du CRIF alors Dupont avec ses problèmes d’insécurité, de chômage, de déculturation, tu comprends, je l’encule en sifflotant l’Internationale.

Bourdin se présente justement comme l’ « homme libre », rien que ça !
Déjà, Jean-Jacques, c’est pas très sympa pour les collègues, car ça voudrait dire que, eux, à l’inverse de toi, ne sont pas « libres », en gros, qu’ils font le tapin et qu’ils taillent de gouleyantes pipes avec leur langue de bois, à longueur de journée, aux maîtres incontestés de ce monde.
C’est pas très sport ça !
Carton rouge !
Bourdarin de Baracon !
Matamore de mes deux !

Vieil eunuque radiophonique qui a l’outrecuidance de dire qu’il est autre chose qu’un pantin au service de l’oligarchie. Tu es le prototype même du gigolo pecnocrate à la solde des blattes technocrates qui n’osent pas montrer leur affreux visage, le parfait faussaire, Monsieur le meilleur ami du peuple parce que (merci maître) tu daignes bien leur « donner » la parole alors que toutes tes orientations politiques (Immigration, Europe…) sont autant de poignards qui chaque jour assassinent des Français.

Liberté d’expression ? Non, c’est plutôt cause toujours comme disait Coluche.

Ton émission est à proprement parler un chiotte pour les cœurs et les cerveaux gaulois qui déversent leurs excréments passionnels et verbaux pour ne pas exploser et risquer de salir les vitres de ta Porsche, joujou qui fait vrouvroum, hochet à essence que la camarilla mondialiste te concède pour tes zélés services.
Alors Bourdin, idiot ou collabo ?
Il y a peut-être une autre réponse, plus psychologique. Peut-être que Mister PAF a mauvaise conscience.
Bichette.

Il n’arrive pas à accepter qu’enfant alors innocent, il collait avec papounet des affiches pour Tixier-Vignancour, le Le Pen de l’époque. Alors, il croit peut-être enterrer ses souvenirs sous le crottin dégoulinant de sa bonne conscience qu’il déverse tous les matins aux oreilles du peuple souffrant.
« Bonne » au sens de bonniche.
Cela va sans dire.

Romain Guérin

Source : http://suavelos.eu

Voir les commentaires

Primaire de la droite et du centre : un autre match nul !

4 Novembre 2016, 07:23am

Publié par Thomas Joly

Quel spectacle ! Quelle ordalie… Quelle idée, surtout, ont eue nos postulants « Républicains » d’aller se fourvoyer dans un tel boutre. Ils sont toujours sept pour cette deuxième saison d’une sitcom finalement sans surprise : Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Bruno Le Maire, Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Frédéric Poisson.

Et cette étrange impression consistant à voir que six de ces personnes – à l’exception du dernier –, ont tous participé à des degrés divers, aux plus hautes fonctions de l’État ; pour ensuite nous expliquer ce qu’ils feraient si d’aventure ils étaient à nouveau au pouvoir. Et entreprendre demain ce qu’ils n’ont pas mis en œuvre hier, on imagine. Voilà qui n’empêche pas de vilaines effluves de partouze consanguine : ils se tutoient tous.

Sarkozy rappelle à ses contradicteurs qu’ils ont tous travaillé sous son autorité. Fillon fait en sorte qu’on n’oublie pas qu’il les gouverna. Copé qu’il dirigea l’UMP. Juppé qu’il fut aussi Premier ministre avant les autres. Le Maire qu’il n’est pas non plus le perdreau de l’année. NKM qu’elle est jeune et finalement moins de gauche que de droite, ou le contraire.

Poisson, on ne le tutoie pas : c’est l’intrus tombé dans le bocal.

Le tout ressemble finalement à une sorte de réunion d’alcooliques anonymes. Où tout le monde s’appelle par son prénom. Ou tout un chacun explique comment et pourquoi il a fauté et de quelle manière il entend se racheter. Après, dans le registre de la contrition, les rapports troubles entretenus par la France, le Qatar et l’Arabie Saoudite, sans oublier nos équipées hasardeuses en Libye et en Syrie. Là, grand malaise sur le plateau, vu que tout le monde en a plus ou moins croqué, hormis Jean-Frédéric Poisson, one more time.

Puis, question apparemment plus cruciale : les rapports avec François Bayrou. Houloulou, pire qu’Halloween, façon citrouille et grandes oreilles… Près d’un quart d’heure de purge sur le sujet. Bayrou or not Bayrou ? Le problème, c’est que tout le monde s’en fout. Ensuite, puisque le téléspectateur le vaut bien, la question lepéniste. Contre le Front national, le front républicain ou celui du ni-ni ? Là, tout le monde se prend plus ou moins les pieds dans le tapis volant. NKM se prend pour Jeanne d’Arc, Le Maire pour Ernest Renan, Copé pour Zorro et les autres pour des Schtroumpfs. Sauf Jean-Frédéric Poisson qui maintient un semblant de dignité dans le débat, same player shoots again.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !

4 Novembre 2016, 07:14am

Publié par Thomas Joly

Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !
Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !
Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !
Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !
Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !
Bretteville-sur-Laize : le Parti de la France tracte contre l'installation de migrants !

En début de semaine, une équipe du Parti de la France du Calvados est allée informer les habitants de Bretteville-sur-Laize de son intention de renvoyer chez eux les migrants qui ont été déversés dans cette commune par le gouvernement socialiste actuellement en place.

L'ensemble des riverains rencontrés s'est montré réceptif, voire même enthousiaste, à l'évocation de nos solutions, preuve que nos solutions politiques sont prises pour ce qu'elles sont : de simples solutions de bon sens !

D'ailleurs, nous n'avons toujours pas rencontré la soi-disant majorité pro-migrants dont a récemment parlé le journal militant antinationaliste Ouest-France.

Nous invitons d'ailleurs tous les Calvadosiens et tous les Brettevillais à nous rejoindre, afin qu'ils se retrouvent au sein de notre organisation ancrée dans la réalité, en totale opposition avec les opinions d'une presse mensongère et déconnectée des préoccupations réelles des Français.

Voir les commentaires

Même quand ils ne sont plus en exercice, les Commissaires européens continuent de se goinfrer

4 Novembre 2016, 07:04am

Publié par Thomas Joly

Seize anciens commissaires européens de la Commission José Manuel Barroso, qui ont quitté leur poste en 2014, perçoivent toujours des versements mensuels de plus de 8.000 euros, rapporte l’hebdomadaire allemand Die Zeit.

Cela s’appelle l’allocation transitoire. Elle permet, soi-disant, d’éviter des conflits d’intérêts et d’empêcher les commissaires d’accepter des postes clés dans les secteurs de l’industrie immédiatement après avoir quitté leur poste à la Commission européenne. Le problème ? Ces allocations sont l’équivalent de leur salaire d’antan qui était alors faramineux.

La plupart de ces commissaires concernés ont depuis belle lurette retrouvé de hauts postes extrêmement bien rémunérés « en tant que lobbyistes, gestionnaires ou membres d’autres bureaux politiques. »

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Un pseudo-journaliste pro-migrants se fait frapper et dépouiller par trois d'entre-eux !

3 Novembre 2016, 07:47am

Publié par Thomas Joly

Aux côtés des migrants, plusieurs centaines de manifestants ont participé mercredi à un rassemblement de soutien aux revendications des réfugiés à proximité de la place de la Bataille-de-Stalingrad, dans le XIXe arrondissement de Paris où de mini-campements de fortune sont aménagés à même le sol depuis plusieurs mois.

Alors qu’il couvrait la manifestation sur place comme à son habitude, le journaliste français Remy Buisine a été molesté avant de se faire dérober son matériel. Sur son compte Twitter, il a en effet publié un post dans lequel il explique avoir été victime d’une « agression par trois migrants à l’instant [dans la soirée du 2 novembre] à Stalingrad ». Entre autre connu pour ses vidéos sur l’application Périscope, le reporter ajoute avoir reçu de « nombreux coups sur le visage » et s’être fait voler son téléphone.

On est en guerre. Alors quand un journaliste qui se spécialise dans le reportage pro-migrants devient l’arroseur arrosé on a envie de dire « bien fait pour lui ».

Et si d’autres traîtres à la patrie qui participent aux manifestations pro-migrants se font péter la gueule, on n’ira pas non plus pleurer sur leur sort.

Les clandestins sont en France en toute illégalité. Les illégaux n’ont que deux choses à faire, se cacher de honte d’être là sans autorisation et retourner chez eux dare-dare et ils se permettent de manifester après avoir souillé des quartiers entiers ? Et ils se permettent de manifester pour demander ce que des millions de Français n’ont jamais eu et n’auront jamais, une maison, un toit à eux ?  Que ne vont-ils se battre dans leurs pays pour y construire leurs maisons au lieu d’abandonner femmes et enfants ?

Quelle honte, Rémy Buisine… Et ne venez pas me dire que vous faites votre métier de « community manager » (sic !)… C’est un métier un peu trop orienté, figurez-vous, quand il s’intéresse exclusivement à ceux qui détestent la France…

Source : http://resistancerepublicaine.eu/2016/11/02/le-periscopeur-remy-buisine-se-fait-peter-la-gueule-par-3-migrants-on-va-pas-pleurer/

Voir les commentaires

Paris sans abris : à quand la préférence nationale pour les SDF ?

3 Novembre 2016, 07:44am

Publié par Thomas Joly

C’était au printemps dernier. La réunion d’information sur le centre d’hébergement pour SDF du bois de Boulogne virait à la foire d’empoigne. Les protagonistes prêts à en découdre, la salle était évacuée par les forces de l’ordre.

Le maire Claude Goasguen et les riverains ne veulent pas de ce centre dans leur XVIe arrondissement. Laisser 2.500 migrants sur les trottoirs du XIXe arrondissement, ça ne fait jamais que 2.500 pouilleux au milieu des pauvres… Mais 200 miséreux au milieu des nantis et des tapins du bois de Boulogne, ça, c’est intolérable. Pourtant, en principe, seront logés là des pauvres de chez nous. En majorité des « sans-logis isolés » et des familles dont 20 % de « travailleurs pauvres » qui voient maintenant leur passer devant le nez, direction l’hôtel, les cars de Calais emplis d’Afghans, de Syriens, de Soudanais ou d’Érythréens.

Mais les pauvres, même Français, ça pue. Et ça pue d’une odeur qui ne fait pas bon ménage avec celle de l’oseille.

Le centre devait ouvrir au début de l’été, puis en septembre. La Toussaint est passée et les portes sont toujours closes. Lundi dernier, un cocktail Molotov a été jeté dans l’un des bâtiments.

La bourgeoisie s’encanaille.

Ce 2 novembre, jours des Morts, le président du SAMU social parle dans le Monde d’« une catastrophe qui s’annonce ». Éric Pliez entrevoit une hécatombe dans les semaines qui viennent. Compte tenu de ce que je vous disais la semaine passée – à savoir le nombre de personnes actuellement à la rue -, je crains que ce monsieur n’ait raison. Les morgues vont avoir du boulot. « En 2015, dit-il, 1.600 appels quotidiens [au 115] ont été recensés en hiver, contre 1.100 le reste de l’année. » Mais pourquoi s’inquiéter ? Monsieur Hollande n’a-t-il pas assuré qu’il n’y aurait plus aucun camp dans Paris, et son acolyte Cazeneuve que tous les migrants seraient mis à l’abri ? Il est vrai que les SDF dont on parle ne sont pas des migrants, ou alors des migrants de l’intérieur. Qui ne sont pas sous les projecteurs. Donc, ceux-là peuvent attendre.

Éric Pliez poursuit : « Chaque année, il faut attendre les premières baisses de température pour que l’État communique le nombre de places qui seront à disposition. » Dans sa grande générosité préélectorale, l’État assure qu’il y aura cet hiver 2.870 places supplémentaires. Hélas, ces promesses-là n’engagent, elles aussi, que ceux qui les entendent. En effet, dit Pliez, « ce nombre communiqué aux médias et aux acteurs professionnels et bénévoles, qui laisse imaginer une mobilisation massive, ne correspond jamais aux places réellement disponibles chaque nuit ». Pour la bonne raison qu’elles sont déjà occupées.

Alors le SAMU social avance des solutions : réquisitionner les bureaux inoccupés, déployer des « structures modulaires » dans les friches urbaines (mais pas dans le XVIe), et surtout sortir de cette maladie française qu’est la centralisation « en permettant, pendant l’hiver, d’héberger des personnes hors de leur département de prise en charge ».

En toute logique, aussi, il serait bon de pouvoir placer les personnes âgées dans des EHPAD et les handicapés dans des centres spécialisés… Vœu, hélas, pieux car on sait bien que la France, dans ces deux domaines particulièrement, est totalement à la traîne.

Enfin, la vérité est ailleurs, comme on dit dans les séries américaines, et elle est multiple : manque d’argent, manque de foncier pour bâtir, et surtout manque total de volonté politique. D’autant plus que le sort des SDF « de souche » n’est pas un argument de campagne très glamour en cette période électorale.

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les clandestins de Calais « demain seront Français » et « députés » selon Manuel Valls

3 Novembre 2016, 07:31am

Publié par Thomas Joly

La politique de remplacement de population voulue par le gouvernement français s’accélère. Manuel Valls, lui-même de nationalité espagnole et naturalisé sur le tard, l’a assuré hier.

Le campement, « c’était une image de la France que je ne veux pas voir : des hommes, des femmes et des enfants vivant dans des conditions indignes. Les accueillir, leur donner le droit d’asile, et demain ils seront Français », a-t-il dit en clôturant une cérémonie de remise de prix de la laïcité à la mairie de Paris. « Demain, ils parleront français, demain ils porteront nos valeurs. Demain certains seront députés, membres du gouvernement », a-t-il déclaré sans rire en défendant « le droit d’asile, le droit de protection ».

Source : http://breizatao.com/2016/11/03/les-demandeurs-dasile-de-calais-demain-seront-francais-valls/

Voir les commentaires

L’État détourne un legs pour en faire un centre de déradicalisation

3 Novembre 2016, 07:23am

Publié par Thomas Joly

Le centre de déradicalisation de Beaumont-en-Véron a déjà donné lieu à de nombreux articles parus dans la presse, y compris sur Boulevard Voltaire. L’implantation scandaleuse de ce nid d’islamisme en plein cœur de la Touraine, quand il existe tant de lieux en Île-de-France – certes plus près des lieux de vie de nos dirigeants -, se double désormais d’une question juridique qui, en d’autres circonstances, aurait semblé secondaire.

C’est, en effet, au domaine de Pontourny que cette estimable institution doit s’installer. Dans un château bâti au XVIIIe siècle appartenant à l’Assistance publique, jusque-là occupé par un centre de formation professionnelle pour jeunes filles en difficulté. Un domaine appartenant autrefois à la famille Gréban de Pontourny, que son dernier représentant, Alphonse Marie, décédé en 1896, a légué à Jean-Baptiste Turquet, en précisant que « le domaine doit avoir pour mission une œuvre charitable chrétienne avec obligation du culte catholique, un office par semaine ». En 1902, Jean-Baptiste Turquet en fait don, à son tour, à l’Assistance publique, aux mêmes conditions. Des conditions peu respectées en ce qui concerne le caractère chrétien de l’œuvre. Mais le dernier donateur pouvait-il prévoir ce qu’il adviendrait de son domaine au début du XXIe siècle ?

Le bénéficiaire d’un legs à titre particulier doit en respecter les conditions posées par le testateur. Quel que soit le temps écoulé, il appartient à l’actuel propriétaire de se conformer aux volontés de Marie-Alphonse Gréban de Pontourny. Qui n’a sans aucun doute pas donné son accord pour que, d’institution charitable chrétienne, son domaine devienne un centre d’hébergement d’islamistes en djellaba.

Une association de contribuables de Touraine et Bretagne, qui revendique 1.500 adhérents, a saisi un avocat pour faire respecter les volontés du dernier maître de Pontourny.

Mais seuls les descendants de Jean-Baptiste Turquet pourraient agir judiciairement pour faire respecter la volonté de leur aïeul. Et aucun d’entre eux ne s’est manifesté à ce jour. À défaut, l’action judiciaire est irrecevable.

Il existe de multiples manières de lutter contre l’islamisation de la France. À défaut de convertir les musulmans à l’amour des paysages ligériens – moyen certainement efficace pour en faire d’authentiques Français de désir et de futurs chrétiens –, s’opposer à l’installation de tels nids de frelons en est un. Pour cela, il est indispensable qu’un descendant de Jean-Baptiste Turquet se manifeste et décide d’agir. Votre serviteur n’est malheureusement pas de ceux-là… Mais qui sait, parmi les lecteurs de Boulevard Voltaire, si l’un se trouvait, soudain, concerné par la question… Quant au financement du procès, l’association a mis en place un compte en ligne. Et là, nul besoin d’être un héritier Turquet.

Une fois encore, le régime en place montre qu’il ne respecte rien. Qui s’en soucie ? Aimer la France, manifester son patriotisme, c’est aussi faire respecter son Histoire, son passé, son patrimoine, ses paysages. C’est considérer qu’un lieu, échu à l’État par nécessité et volonté charitable, doit conserver à la fois son âme et la destination qu’en a décidée son donateur. Mais lorsqu’on ose transformer les jardins de Versailles en écrin pour le « Vagin de la Reine », à quoi bon s’ennuyer avec les dernières volontés d’un aristocrate catholique –sans doute royaliste- de la fin du XIXe siècle ?

François Teutsch

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le PdF 13 commémore les victimes de la guerre d'Algérie à Marignane

3 Novembre 2016, 07:16am

Publié par Thomas Joly

Le PdF 13 commémore les victimes de la guerre d'Algérie à Marignane
Le PdF 13 commémore les victimes de la guerre d'Algérie à MarignaneLe PdF 13 commémore les victimes de la guerre d'Algérie à MarignaneLe PdF 13 commémore les victimes de la guerre d'Algérie à Marignane

En ce 1er Novembre, à l'invitation du Cercle National des Combattants, les militants du Parti de la France des Bouches-du-Rhône se sont joints à la commémoration organisée par l'ADIMAD au cimetière de Marignane, dans lequel l'association a fait ériger un monument en hommage aux Français morts pour l'Algérie française.

Ce sont quinze militants du Parti de la France qui, rangés derrière le drapeau du parti, ont pris place aux côtés des anciens combattants et ont répondu « présent  à l'appel du nom de chacun des cent-cinquante martyrs. Des échanges très amicaux ont ensuite eu lieu avec les organisateurs et les participants, se réjouissant de notre présence.

Le Parti de la France remercie l'ADIMAD et le Cercle National des Combattants de leur invitation et s'engage à être présent pour perpétuer le devoir de mémoire auprès des jeunes génération.

Olivier Bianciotto, Délégué départemental du PdF 13

Voir les commentaires

Calais : 80 Afghans musulmans prennent d’assaut une église pour lyncher des migrants chrétiens

2 Novembre 2016, 13:34pm

Publié par Thomas Joly

Si les médias d’État français ont bien rapporté une « rixe » entre migrants clandestins afghans et érythréens hier dans la « jungle » de Calais, ils ont sciemment censuré son origine.

Les afghans musulmans ont en réalité lancé des représailles contre les chrétiens érythréens situés dans l’église catholique provisoire sur fond de confrontations ethniques et religieuses.

Le journal socialiste 20 Minutes ne donne par exemple aucun détail sur le contexte (source) : Les migrants sont actuellement reconduits au sein du centre d’accueil provisoire, selon la préfecture. Ces heurts ont eu lieu à proximité de l’église de la zone sud de la « jungle ». Cette petite église, tout comme deux petites mosquées, n’ont pas encore été démolies « pour permettre aux mineurs encore présents au sein du CAP de s’y recueillir », avait affirmé la préfecture du Pas-de-Calais.

Cette « proximité », que ce média n’explique pas, a pourtant une logique. Encore faut-il ne pas la censurer.

Vers 17h, un migrant afghan faisant une prière islamique recevait un coup de pied par un Érythréen pour une raison inconnue. De 70 à 80 musulmans afghans se dirigèrent ensuite vers l’église de fortune de la « jungle » pour se livrer à des représailles contre les chrétiens s’y trouvant. Ils se sont alors battus avec une centaine d’autres migrants érythréens qui les ont repoussés, les CRS intervenant.

Les Érythréens se sont ensuite installés dans l’église afin d’en assurer la garde.

Vers 18h, les migrants afghans revenaient encore plus nombreux, aboutissant à de violents affrontements nécessitant une deuxième intervention des forces de l’ordre. Les afghans musulmans furent une nouvelle fois repoussés vers le « centre d’accueil provisoire ».

Lors de la deuxième attaque, 11 migrants clandestins dont 10 mineurs ont été blessés. Parmi lesquels 8 Afghans, 1 Érythréen et 1 Gambien. Le calme était revenu à 21h.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires