Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

« Ice and Salt Challenge » : à société moribonde, défis débiles !

4 Février 2017, 09:02am

Publié par Thomas Joly

Dans sa chronique quotidienne sur RTL, Pascal Praud commentait l’autre matin le nouveau défi débile et dangereux qui agite maintenant les cours de collège et les réseaux sociaux : le « Ice and Salt Challenge », soit défi « sel et glaçons ».

Explication : « Des adolescents s’aspergent le bras de sel et appliquent dessus un ou des glaçons. C’est douloureux. Ils se filment. Il faut tenir le plus longtemps possible au risque de se brûler la peau, parfois au second degré. »

Comme le dit ce monsieur, c’est « navrant et affligeant », comme tous les défis imbéciles qui se succèdent et rivalisent de bêtise en réseau.

Sans doute issu d’un milieu d’enfants sages, Pascal Praud pointe du doigt cette « époque qui a remplacé les romans d’aventure par les téléphones portables, les sports de ballon par des jeux virtuels et les cours de latin par des défis sur Facebook ». Sans doute n’a-t-il pas connu la guerre des boutons, la vraie ; les glissades en hiver sur les mares à peine gelées, les bombes artisanales qui explosaient au fond des jardins ou l’escalade des grues de chantier… Les anges gardiens existent, je les ai rencontrés. Ils ont souvent fort à faire avec les enfants et, reconnaissons-le, ils font souvent très bien leur boulot. Papa Maman, si vous saviez…

Mes parents ont quitté ce bas monde en ignorant toutes les âneries que nous avions pu commettre, tout comme leurs parents ignoraient celles qu’ils avaient commises, tout comme nous ignorons celles de nos enfants. À moins que…

Lorsque Pascal Praud déplore « Nos enfants débloquent, aspirés par le néant », ce n’est, au fond, ni plus ni moins vrai qu’hier.

La différence est qu’aujourd’hui, on se met en scène, on se filme, on « partage » sa connerie avec celle du voisin. « On peut rire, on peut pleurer, on peut aussi essayer de comprendre. Et si les moins de 25 ans aimaient se faire mal ? Et si l’autodestruction devenait leur ambition ? À quand l’épreuve du feu façon immolation, à condition de se filmer, bien évidemment », poursuit ce monsieur qui propose, « histoire de changer le cours des choses […] un “grammaire challenge”, et même on dirait “défi de grammaire”, instructif et sans danger ».

Tout cela, en apparence, est bien insignifiant. Faux. Au fond, cela en dit au contraire beaucoup sur notre société, et là, pardon M. Praud, mais vous vous gourez totalement. Vous savez quoi ? La jeunesse s’ennuie, mortellement, au vrai sens du mot. Elle s’emmerde à mourir dans un monde – le vôtre – qui, à chaque instant, lui dresse des barrières, veut l’emmitoufler, la casquer, la prémunir contre tous les dangers de la vie. À chaque coin de rue, sur chaque écran, dans tous les postes, Big Mother prétend lui apprendre à manger, à se moucher, à se torcher, à ne plus penser qu’à son nombril douillet et à chômer tranquille.

Eh oui, Pascal Praud, avec votre challenge de grammaire – et Dieu sait, pourtant, que j’aime la grammaire –, vous n’êtes qu’un éteignoir de plus ! Les adolescents ont besoin de bouger, de vivre, de se jeter des défis PHYSIQUES ! Vous savez, ce truc qui remonte au temps des cavernes : le combat, la lutte, la chasse à l’ours, le duel… bref, ce qui permet d’évacuer la testostérone. Quand on a retiré tout cela, il ne reste plus que les jeux débiles, l’anorexie (vécue comme une extrême maîtrise du corps), pour certains le djihad, et pour la plupart la drogue qui sert à oublier qu’on nous transforme en veaux.

Curieusement, monsieur Praud a oublié qu’il fut un temps, encore assez récent, où l’aventure n’était pas que dans les romans. Où s’offrir le bout du monde ne se résumait pas à l’achat d’un billet d’avion.

Dans un monde qui n’est plus que marchand, où toutes les utopies sont mortes et où il n’y a plus rien ou presque à transgresser, c’est l’ennui qui tue le plus.

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le terroriste du Louvre est un islamiste égyptien arrivé en France le 26 janvier

3 Février 2017, 20:01pm

Publié par Thomas Joly

D’après LCI, les enquêteurs ont mis un nom sur l’assaillant : Abdallah E-H, un ressortissant égyptien de 29 ans inconnu des services de police et de renseignement. Il serait arrivé à Paris le 26 janvier en provenance de Dubaï avec un visa en règle. Il séjournait dans un hôtel du VIIIe arrondissement de Paris.

Voilà où mènent une politique migratoire irresponsable et l'ouverture totale des frontières voulues par nos gouvernants.

Source : http://www.fdesouche.com/817857-louvre-un-militaire-agresse-au-couteau-le-parvis-evacue

Voir les commentaires

Malgré les aveux de sa femme, Fillon va faire distribuer 4 millions de tracts où il se pose en « victime »

3 Février 2017, 19:50pm

Publié par Thomas Joly

La fuite en avant. Le candidat des « Républicains » à l’élection présidentielle française, François Fillon, a décidé de rester dans la course malgré les accablantes révélations qui se succèdent dans la presse au sujet d’emplois fictifs présumés.

Les aveux vidéos de sa femme, diffusés hier sur France 2 lors de l’émission Envoyé Spécial, n’ont pas fait varier l’ancien premier ministre.

François Fillon a opté pour la victimisation à outrance. Aussi a t’il décidé de dénoncer la « chasse à l’homme » dont il serait l’objet par la diffusion de 4 millions de tracts :

Les nombreux électeurs hexagonaux qui vont recevoir ce message y verront, très probablement, une raison supplémentaire de laisser libre cours à leur colère. Difficile en effet pour les classes moyennes et populaires écrasés d’impôts de voir en un politicien carriériste – potentiellement malhonnête – une « victime ».

Cette stratégie suicidaire, jusqu’au boutiste, mène le parti Les Républicains au désastre, par réflexe caporaliste.

Source : http://breizatao.com/2017/02/03/malgre-les-aveux-de-sa-femme-fillon-va-faire-distribuer-4-millions-de-tracts-ou-il-se-pose-en-victime/

Voir les commentaires

Salons de coiffure : Vers une certification professionnelle pour les cheveux bouclés à crépus

3 Février 2017, 06:53am

Publié par Thomas Joly

C’est un mail adressé par erreur à des professionnels de la coiffure qui l’annonce : la création imminente d’une certification professionnelle (CQP) pour les cheveux bouclés à crépus . Et cela en raison de l’augmentation du nombre d’Afro-descendants en France.

« L’Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications de la Branche de la Coiffure et des professions connexes et AGEFOS PME ont mandaté le cabinet Thomas Legrand Consultants afin de construire les outils de mise en oeuvre d’une formation/certification portant sur les cheveux bouclés, frisés et crépus » expliquent Madame la Présidente et Monsieur le Vice-Président de la Commission Paritaire de Pilotage de l’Observatoire de la Branche des métiers la Coiffure et Professions Connexes.

« La clientèle à cheveux bouclés, frisés et crépus représente une proportion importante et croissante de la population. Cette clientèle exigeante et bien informée se tourne vers Internet et se détourne des salons de coiffure faute de service de qualité. En effet, ces spécificités capillaires sont peu prises en compte dans les enseignements dispensés sur le territoire national et ne font pas l’objet d’une formation certifiante. »

L’immigration africaine, vecteur de création du futur CQP

C’est en raison de la population immigrée extra européenne de plus en plus importante en France que ce CQP sera lancé : « En France, 26,6 % de la population est issue d’une première ou bien d’une deuxième génération de migrants (selon les données de l’OCDE) dont 20 % d’afro-descendants (données Conseil Représentatif des Associations Noires, CRAN) » expliquent les responsables qui révèlent que « pour une région comme l’Ile de France (12 millions d’habitants), 2.400 salons afro-spécifiques ou multi-ethniques seraient nécessaires pour couvrir les besoins. Or l’estimation est de 150 salons, dont 30 qualitatifs. En conséquence, seuls 5 % des besoins sont couverts. De plus, le panier moyen de cette clientèle (panier moyen estimé pour prendre soin de sa chevelure) est 5 fois plus élevé que celui de la consommatrice moyenne.»

AGEFOS-PME est un OPCA – organisme paritaire collecteur agréé. Il joue le rôle de collecteur des cotisations obligatoires des entreprises pour la formation, de redistributeur de ces fonds et de conseil pour la formation professionnelle des PME, TPE et de leurs salariés. Dans la foulée de cet e-mail, un deuxième attestant d’une erreur manifeste dans les destinataires a été renvoyé : « Vous avez reçu hier par erreur un e-mail d’information pour une certification qui ne concernait pas votre secteur d’activité. Nous en sommes désolés et vous prions d’accepter nos excuses pour ce désagrément.»

Cet e-mail aura toutefois permis – tout en se basant sur des chiffres officiels et déjà révélés – de confirmer l’augmentation significative des populations d’origine africaine en France, et de façon plus accentuée en Île de France.

Source : http://www.breizh-info.com

Voir les commentaires

Un militaire ouvre le feu contre un islamiste armé d'un couteau au musée du Louvre

3 Février 2017, 06:48am

Publié par Thomas Joly

Un militaire a ouvert le feu au Caroussel du Louvre ce vendredi matin sur un homme ayant tenté de faire usage d’une arme blanche. RTL, qui a révélé l’information, précise que l’agent, qui effectuait une patrouille, se trouvait avec deux autres soldats.

L’homme, qui portait une valise, aurait sorti son couteau après avoir été bloqué par un militaire en faction. Le terroriste a hurlé « Allah Akbar ! » en attaquant le soldat, le blessant à la tête. Il aurait un complice. Le forcené aurait été hélas seulement blessé au ventre. Une équipe de déminage a été appelée sur place.

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a avoué à contrecoeur qu'il s'agissait bien d'un acte terroriste.

Voir les commentaires

Marine Le Pen bientôt mise en examen pour ses assistants parlementaires fictifs ?

3 Février 2017, 06:23am

Publié par Thomas Joly

Marine Le Pen a indiqué que contrairement à François Fillon, empêtré dans le « Penelopegate », elle resterait candidate à la présidentielle si elle était mise en examen dans l’enquête sur l’emploi de ses assistants parlementaires.

Une information judiciaire a été ouverte mi-décembre pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé. Elle fait suite à une enquête conduite depuis mars 2015 par le parquet, qui avait été saisi par le Parlement européen.

Le Parlement Européen va déclencher des retenues substantielles sur son salaire à partir de février pour procéder au recouvrement de sommes liées à l’emploi de Mme Griset, son assistante parlementaire, jugées indues.

Le Parlement européen, qui s’appuie sur une enquête de l’Olaf, l’organisme antifraude de l’UE, considère que le salaire de Catherine Griset n’était pas justifié : elle a été embauchée comme assistante parlementaire accréditée, ce qui implique de travailler et résider dans l’un des trois lieux de travail du Parlement européen, Bruxelles, Strasbourg ou Luxembourg.

Outre Mme Griset, les sommes perçues pour rémunérer également comme assistant Thierry Légier, son garde du corps, devraient aussi faire l’objet d’une procédure de recouvrement ultérieure, pour plus de 41.500 euros.

Pour la défense de Marine Le Pen, son avocat dénonce une pratique courante au Parlement européen de faire travailler pour le parti des assistants parlementaires. Au FN, ce serait une habitude. Outre Marine Le Pen, son père est en train de rembourser 320.000 euros, Bruno Gollnisch 275.000, Sophie Montel 77.000, Mylène Troszczynski 56.000 et Dominique Bilde 40.000. Au total, le montant à rembourser s'élève pour le parti frontiste à 1,1 million d'euros.

A ces soucis judiciaires, s'ajoutent ceux du micro-parti Jeanne, dont les responsables sont tous mis en examen pour escroquerie...

La « normalisation » du néo-FN semble passer par le détournement d'argent public. Une condition essentielle pour intégrer enfin le « Système » ?

Source : http://www.lavoixdunord.fr/112892/article/2017-02-02/meme-en-cas-de-mise-en-examen-marine-le-pen-affirme-qu-elle-resterait-candidate#utm_medium=redaction&utm_source=facebook&utm_campaign=page-fan-vdn

Voir les commentaires

« De bonne foi », un médecin hollandais tue sa patiente

3 Février 2017, 06:21am

Publié par Thomas Joly

Au Pays-Bas, un médecin sera jugé pour avoir réalisé une « euthanasie à l’encontre de la volonté de la patiente ». Le pire, c'est que le Comité régional d’examen a estimé que « le médecin avait agi de bonne foi ».

Par conséquent, il demande à la Cour de ne pas le condamner mais de clarifier les faits et de « confirmer qu’un médecin agissant de bonne foi ne peut être poursuivi s’il euthanasie une personne atteinte de démence ».

La patiente était âgée de plus de 80 ans et souffrait de démence. Placée dans une maison de soins par son mari, elle y montrait des signes de « peur et de colère ». Le médecin a estimé qu’« elle souffrait intolérablement », mais « qu’elle n’était plus en mesure d’exprimer son souhait d’euthanasie ».

Malgré tout, il reconnait qu’elle a tout de même répété à plusieurs reprises dans les jours précédant sa mise à mort : « Je ne veux pas mourir »

A son insu, il a versé un sédatif dans son café puis commencé les injections létales. La patiente a réagi et « lutté désespérément pour ne pas être tué » ; le médecin a alors « demandé aux parents de la patiente de la tenir pour achever son geste ». Sic.

Je pense que ce médecin, atteint visiblement de démence, doit être euthanasié au plus vite...

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Des militants nationalistes interviennent pour défendre l'honneur de Jeanne d'Arc à Lyon

3 Février 2017, 06:14am

Publié par Thomas Joly

Des militants nationalistes interviennent pour défendre l'honneur de Jeanne d'Arc à Lyon
Des militants nationalistes interviennent pour défendre l'honneur de Jeanne d'Arc à Lyon
Des militants nationalistes interviennent pour défendre l'honneur de Jeanne d'Arc à Lyon
Des militants nationalistes interviennent pour défendre l'honneur de Jeanne d'Arc à Lyon

Une trentaine de valeureux militants du GUD, du Comité « Lyon avec Jeanne » et de l'Action française ont fait irruption à l'Opéra de la capitale des Gaules, jeudi soir, pour protester contre la représentation de l'immonde pièce de Roméo Castellucci dénigrant Jeanne d'Arc.

Les forces de police, venues en nombre pour protéger la salle, ont chargé sans ménagement, à coup de matraques et de gazeuses, les jeunes Lyonnais qui, par leur action courageuse, ont sauvé l'honneur de leur ville.

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com

Voir les commentaires

L’audacieux défi de Trump : casser le Big Pharma

2 Février 2017, 06:29am

Publié par Thomas Joly

L’historien Ned Ryun possède un site Internet classé à droite — Nedryun.com — et a créé une organisation ayant pour vocation de former des candidats impliqués dans les gouvernements locaux, les districts scolaires et les législatures étatiques. A ce titre il est remarquablement informé sur le monde conservateur américain. D’autant plus qu’il est le fils de Jim Ryun qui fut médaillé d’argent du demi-fond aux JO de 1968 et pendant onze ans élu Républicain du Kansas au Congrès. Ned a récemment donné à Breitbart.com une interview sur Trump qui éclaire la démarche de celui-ci infiniment mieux que le déferlement d’inepties dont le media nous abreuve depuis des mois. « Je pense, dit-il, qu’il s’est depuis longtemps fait à l’idée que, peu importe l’ampleur de ce qu’il décide, les media le haïront. La Gauche le haïra. Aussi pourquoi ne pas foncer et faire ce qu’il a dit qu’il allait faire ! ». « Nous aurons, poursuit Ryun, un ordre exécutif pour le mur. Un autre pour l’immigration. Un autre pour les pipe-lines. Pour une raison très simple : faire des compromis ne servirait qu’à encourager nos ennemis et décourager nos amis. » Et puis, conclut-il, « il suffit de voir les gens qui l’entourent : les Don McGhan, Pence, Bannon, Kellyanne Conway. Il s’agit sans doute de l’une des administrations les plus conservatrices qu’il y ait eu depuis des générations. »

Le 11 janvier 2017, au cours d’une conférence de presse, Trump prend tout le monde par surprise : « Notre industrie du médicament, déclare-t-il, est un désastre. Nous nous sommes fait avoir de toutes parts. Ils nous fournissent les drogues mais dans une large mesure ne les fabriquent pas ici. Et ce que nous sommes contraints de faire est de créer de nouveaux procédés de fabrication pour l’industrie du médicament parce qu’elle s’en tire à bon compte. Le Big Pharma possède un tas de lobbies, un tas de lobbyists et un énorme pouvoir. » Déjà, pendant les Primaires, à propos des vaccinations d’enfants, il avait protesté : « Les nouveau-nés ne sont pas des chevaux ! », avait-il lancé.

Ce qu’il déclare là est énorme. Aucun de ses prédécesseurs, et surtout pas les Clinton, mais pas plus les Bush, ne se sont jamais attaqués à la puissance des laboratoires pharmaceutiques. Son ancienne adversaire, au-delà de quelques critiques cosmétiques, ayant été littéralement commanditée par Soros et subventionnée par les banques, Wall Street et le Big Pharma : « Il y a, poursuit-il, très peu d’appels d’offres sur les médicaments dont nous sommes les plus gros acheteurs au monde et cependant nous ne participons pas régulièrement aux appels d’offres. Nous allons commencer à le faire. Nous allons économiser des milliards de dollars ». Et de façon toute aussi brutale il fit savoir qu’il entendait détruire le gigantesque monopole de l’industrie pharmaceutique dont on estime que le racket auquel elle se sera livrée aux Etats-Unis au cours des vingt dernières années s’élève à des milliers de milliards de dollars.

EN 2015 LA SANTÉ A COÛTÉ 3.300 MILLIARDS DE DOLLARS À L’ÉTAT AMÉRICAIN

Les chiffres en effet donnent le vertige. Aucun chef d’Etat américain ne pourrait « rendre à l’Amérique sa grandeur » et remettre le train de l’Etat sur son rail s’il ne parvenait d’abord à mater cette puissance supérieure à l’Etat fédéral lui-même : le Big Pharma. Dont beaucoup sont convaincus que le rôle principal est d’abord de crétiniser les esprits et de fragiliser les corps. Mais il s’agit de ne pas être naïf et de mesurer avec lucidité le redoutable adversaire contre lequel il a eu l’audace de se dresser.

Qu’on en juge. Au cours de la seule année 2015, selon un rapport du Centre pour Medicare et Medicaid « la dépense pour les prescriptions de médicaments aura dépassé tous les autres services avec la somme ahurissante de 324,6 milliards de dollars. La Santé en son ensemble aura coûté 3.200 milliards de dollars, soit quelques 10.000 dollars par Américain ». Ce qui représentera bientôt 25 % du PNB américain et est de nature à précipiter le pays dans la banqueroute. En fait Trump n’a aucune chance de sortir l’Amérique du gouffre s’il ne met pas un terme rapide à cette réalité qu’un dollar sur quatre « produit par la totalité de l’économie américaine ira aux sociétés pharmaceutiques, aux centres de traitement contre le cancer, aux hôpitaux, aux médecins et à l’industrie du matériel médical ».

Ce qui donne une toute autre physionomie au projet de nouvelle société exposé au grand dam des esprits forts par celui qui a décidé contre toutes les coalitions irascibles et anachroniques de redonner son âme à l’Amérique. Alors que ses prédécesseurs, les Bush, Clinton et Obama, avaient maintenu l’inflation des coûts, ayant été élus grâce aux milliards de dollars distribués par les monopoles que géraient leurs puissants mécènes. Ce n’est un secret pour personne qu’Hillary Clinton reçut de ces laboratoires des millions de dollars pour ses caisses de campagne — et pour sa propre Fondation — à charge pour elle de maintenir le statut quo au lendemain de l’élection. Au cours de cette élection et de ses Primaires, elle fut de très loin la candidate la plus largement arrosée par le Big Pharma. Tandis que le coût de l’Obamacare explosant —, médicaments, services, assurances —, en moins de deux ans transformait celui-ci en gouffre. En aucun cas la candidate n’entendait remettre en cause l’EPA, l’Agence de Protection Environnementale qui a en charge la Santé. En revanche en y nommant l’ancien avocat général de l’Oklahoma, Scott Pruitt qui, tout au long de sa carrière a combattu la direction de l’EPA, Trump montrait clairement, non seulement qu’il n’entendait pas composer avec la fable du Réchauffement Climatique anthropique, dont Pruitt est un adversaire déclaré, mais que les laboratoires pharmaceutiques allaient décidément cesser de faire les lois comme ils en avaient pris l’habitude depuis des décennies.

Peu de temps après, le président-élu donnait une interview à un des journaux les plus violemment opposés à sa personne, le Washington Post. Sans entrer dans les détails, il y assurait que le plan qu’il allait substituer à l’Obamacare, et qui, avant même d’être connu, suscitait déjà une levée de boucliers aussi bien des Démocrates que de l’Etablissement Républicain resserré autour de son chef parlementaire Paul Ryan, plus que jamais décidé à contrer Trump, « offrirait une couverture à tous les Américains ». Pour y parvenir il laissait cependant entendre qu’il contraindrait les multinationales pharmaceutiques à négocier directement avec le gouvernement le prix des médicaments. « Politiquement ils sont protégés menaça-t-il, et ils échappent à toute sanction. C’est cela qui est en train de se terminer ». Or les media ont peu disserté sur cette information d’autant plus que, aussitôt après, un véritable séisme financier faisait écho aux propos de Trump, repris par le magazine en ligne Fortune.com. Cet avertissement en effet eut pour conséquence la perte sur le marché S&P 500 de quelques 24,6 milliards de dollars par 9 des plus importantes sociétés pharmaceutiques : Johnson & Johnson, Pfizer, Merck, Amgen, Abbvie, Bristol-Myers Squibb, Gilead, Celgene et Ely Lilly. Un sérieux avertissement lancé à cette corporation d’avoir à composer au risque de continuer à subir des coups de boutoirs de la Maison-Blanche encore plus violents s’ils refusent de s’aligner sur le plan que celle-ci s’apprête à dévoiler.

René Blanc

Source : http://www.rivarol.com

Voir les commentaires

François Fillon à la tête d’une candidature en faillite ?

2 Février 2017, 06:12am

Publié par Thomas Joly

François Fillon ? Quelle rigolade, entre ordalie et guignolade. On dirait Pierre Richard, le Pignon de La Chèvre, film hautement jubilatoire de Francis Veber. Le mec est dans les sables mouvants, coule, mais ne bouge pas, car s’il bouge, il coule plus vite encore. Ou, dans le même registre, un autre Pignon, dans un autre film scénarisé par le même Francis Veber et, là, incarné par Jacques Brel, accroché à la gouttière : « Je glisse, monsieur Milan, je glisse ! » Ça, pour glisser, ça glisse. Laisse aller, c’est une valse, comme dirait Manuel.

Comme l’affaire avance à la vitesse d’une série télé américaine – à côté, House of Cards, c’est Chapi Chapo –, tentons de résumer les épisodes précédents, à destination de nos lecteurs les plus distraits : François Pignon glisse de la gouttière vers les sables mouvants. Et le pire, c’est que sa Penelope l’enfonce un peu plus.

En juin 2008, devant les caméras de France 2, pour l’émission À vous de juger, elle assure, à propos de la collaboration d’avec son ex-futur président de mari : « Je n’ai pas de rôle, voilà. Je l’accompagne de temps en temps, comme ça, ça se limite à ça. » Puis, en 2016, elle affirme au Bien public, organe de presse au titre en forme de blague, vu les circonstances : « Jusqu’à présent, je ne m’étais jamais impliquée dans la vie politique de mon mari… »

Le problème, c’est qu’aujourd’hui, il s’agit vaille que vaille de démontrer le contraire. Cité par l’AFP, un proche collaborateur de François Fillon explique que « faire remonter la voix du terrain, la voix des électeurs, la voix de la Sarthe » faisait partie des missions de Penelope. Ce qui peut aussi signifier qu’elle palpait 7.000 euros par mois, juste histoire de passer ses journées au bistrot et d’en faire remonter les ragots de comptoir au palais Bourbon, institution qui, tel que son nom ne l’indique pas forcément de prime abord, n’a rien d’un bar à whisky, fût-ce pour une Anglaise.

Après la mère, les enfants, paraît-il, salariés grâce à l’argent du contribuable en tant qu’avocats, alors qu’ils n’étaient qu’étudiants en droit. Puis, Marc Joulaud, maire de Sablé-sur-Sarthe et éternel dauphin de François Fillon, tout comme ce dernier le fut de Joël Le Theule ; Marc Joulaud, le seul susceptible de dédouaner monsieur et madame Fillon, mais qui persiste à jouer au mort. On en saura sûrement plus dès qu’il aura fini d’être auditionné par la justice, ce mercredi.

Du côté des Républicains, il y a de l’eau dans le gaz et du mou dans la corde à nœuds. Faudra-t-il trouver à François Fillon un remplaçant de dernière minute ? Un Alain Juppé qui a poliment décliné l’invitation ? Un Nicolas Sarkozy, dont la rate doit être actuellement en fin de vie, pour cause d’hilarité persistante ? Les demoiselles de Sens commun, aujourd’hui condamnées à se lapider à grands coups de figues molles pour avoir soutenu ce potentiel turlupin, plutôt que de s’être battues pour leur candidat naturel, Jean-Frédéric Poisson ?

Philippe Gosselin, député LR de la Manche, évoque ainsi l’urgence consistant à « réfléchir à toutes les hypothèses », sachant que « gouverner, c’est prévoir », ou de l’art de dire, avec des mots choisis, que la candidature de François Fillon a du plomb dans l’aile. Dans cette perspective demeure, évidemment, l’option Jean-François Copé : il est moins fort que Fillon dans l’art du pipeau, mais au moins est-il pianiste émérite.

Remarquez, il y a un reproche qu’on ne saurait faire à François Fillon : celui consistant à ne pas avoir le sens de la famille. En espérant, toutefois, que cette dernière lui sera reconnaissante des sacrifices qu’il aura consentis pour elle, quand il sera à la retraite ; ce qui ne saurait tarder.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

L'assassin d'une policière, massacrée à coups de sabre, remis en liberté moins de 5 ans après

1 Février 2017, 06:51am

Publié par Thomas Joly

Le meurtrier d'Anne Pavageau a été remis en liberté. La policière avait été tuée à coups de sabre japonais à la préfecture de Bourges en octobre 2011. Les policiers de Bourges qui viennent d'apprendre la nouvelle sont vent debout contre cette décision qui remonte à juin 2015.

La décision n'est pas récente mais elle n'est arrivée à Bourges qu'il y a quelques jours. Le meurtrier d'Anne Pavageau serait libre depuis juin 2015, soit moins de cinq après son internement. L'information met le feu aux poudres, provoquant la colère des policiers et des proches de la victime.

En octobre 2011, la policière Anne Pavageau, alors âgée de 30 ans, mère de deux enfants, a été tuée à coups de sabre japonais à la préfecture de Bourges . Son meurtrier, Olivier Roson a échappé à toute condamnation puisqu'il avait été déclaré schizophrène et donc jugé irresponsable en août 2013. Il a été interné à l'unité pour malades difficiles de Cadillac en Gironde. Sur décision médicale, il serait déjà sorti.

Olivier Roson aurait enfreint son interdiction de revenir dans le Cher. Il aurait été aperçu à Bourges fin 2016, début 2017. Le parquet de Bourges serait en train de vérifier cette dernière information.

Lorsque le Parti de la France sera au pouvoir, les tarés devront répondre de leurs actes devant la justice au même titre que les criminels réputés « sains d'esprit ». Et les tueurs de flics seront systématiquement condamnés à mort.

Source : https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/bourges-le-meurtrier-de-la-policiere-anne-pavageau-remis-en-liberte-1485885101

Voir les commentaires

Les promesses délirantes que Marine Le Pen va annoncer

1 Février 2017, 06:43am

Publié par Thomas Joly

C’est un document d’une quinzaine de pages qui circule depuis quelques jours dans le cercle très fermé des caciques du Front national. A part Marine Le Pen elle-même, ils sont une poignée à avoir eu entre les mains les 144 engagements que la candidate d’extrême-droite dévoilera le week-end prochain à Lyon. Parmi les happy few, il y a le vice-président du FN Florian Philippot, le directeur de campagne David Rachline, les députés européens Joëlle Mélin et Bernard Monot et le coordinateur du projet Jean Messiha, un haut fonctionnaire de l'Etat en disponibilité.

La version, que Challenges s’est procurée, sera sans doute encore amendée dans les prochains jours, mais les principaux engagements sont là. Découpé en six chapitres, le programme promet « Une France libre », « Une France fière », « Une France prospère », « Une France juste »... Sur la forme, c’est un catalogue de plus de 140 promesses, plus ou moins floues, souvent coûteuses et mal financées. Marine Le Pen ne s’embarrasse guère de l’équilibre des comptes publics. Elle se contente de formules vagues sur l’assainissement des finances publiques et la chasse au gaspillage.

Côté social, une « prime de pouvoir d’achat » serait accordée aux bas revenus et petites retraites jusqu’à 1.500 euros par mois. « Cela aurait l’avantage de toucher tous les ménages modestes, y compris les inactifs et ceux qui ne paient pas l’impôt sur le revenu, sous la forme d’un chèque versé par le trésor public », confie un membre du staff de campagne. Ce sont donc les classes moyennes qui vont encore morfler pour financer tout ça...

Lancées par Marine Le Pen mi-janvier, la proposition de fixer un délai de deux ans aux travailleurs étrangers qui cotisent à l’assurance maladie avant de profiter du remboursement des soins et celle de leur facturer le coût de l’école publique n’ont en revanche pas été retenues. « Ce sont des pistes qui choquent les Français et on a préféré y renoncer », glisse un proche de la patronne du FN.

A rebours des réformes menées depuis 25 ans, Marine Le Pen promet coûte que coûte le retour de l’âge de départ à la retraite à 60 ans, contre 62 ans aujourd’hui, après 40 ans de cotisations, contre 41,5 ans actuellement et 43,5 ans à l’horizon 2035. « C’est une mesure à laquelle elle tient tout particulièrement, confie un élu frontiste. Impossible de la faire changer d’avis sur ce point. » Et tant pis si cela coûterait environ 15 milliards d’euros…

Pour l’heure, pas de trace d’un chiffrage précis du coût de cette longue liste de promesses. Quant aux économies, elles sont rares, de faible ampleur ou très hypothétiques : suppression des conseils régionaux et des intercommunalités, disparition de l’aide médicale d’État, lutte contre la fraude fiscale et sociale, etc. Un flou artistique quasi assumé par l’entourage de la candidate.

En outre, plus un mot sur le rétablissement de la peine de mort, sur l'inversion des flux migratoires ou sur l'abrogation des lois liberticides, et encore moins bien sûr sur le droit à la vie et les parodies de mariages entre homosexuels...

Source : http://www.challenges.fr

Voir les commentaires