Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Comment réindustrialiser, quand on fait tout pour faire fuir les investisseurs ?

3 Mai 2021, 17:31pm

Publié par Thomas Joly

Rappelez-vous, c’était il y a un an : face à la pénurie de masques, de tests, de pièces détachées et même de principes actifs du paracétamol, Macron et le pouvoir reprenaient à leur compte l’émotion de la population et promettaient de tout faire pour retrouver une souveraineté industrielle. Car les risques de pénurie ont démontré que les dégâts de la désindustrialisation, largement minimisés par les suppôts du mondialisme, allaient bien au-delà des pertes d’emplois : ils remettaient en cause la survie même de nos économies. Or, que voit-on, depuis ? Des usines Peugeot ont dû fermer pour cause de pénurie de semi-conducteurs importés d’Asie. Les risques de pénurie se multiplient à tous les niveaux. Les relocalisations sont restées lettre morte, au stade de l’incantation.

Normal, à bien y regarder, tout est fait pour que rien ne se passe, et même que le mouvement de délocalisation se poursuive. Car la fuite de nos industries n’a jamais été le fruit du hasard. Elle tient à la socialisation excessive de nos sociétés, qui rend le coût du travail prohibitif, surtout pour les industries à faible valeur ajoutée : textile, acier et bien d’autres. Elle tient au fiscalisme, qui place nos impôts de production bien au-dessus de ceux de nos concurrents, y compris l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Espagne. Elle tient au droit du travail liberticide, aux réglementations en tous genres qui paralysent l’initiative et rendent la vie des entreprises impossible. Elle tient à la bureaucratie galopante, qui freine l’activité de ceux qui produisent.

Qu’est-ce qui est fait, depuis un an, pour susciter le retour des industries sur notre territoire ? Rien. La dette publique augmente et laisse augurer un prochain matraquage fiscal. Qui viendra investir en sachant qu’il sera mobilisé pour payer les quarante ans d’errements budgétaires de nos gouvernements ? Les services publics et les infrastructures fonctionnent de moins en moins bien : on paie, et en plus pour des services qui ne répondent plus. L’ordre public n’est plus assuré. Nous avons atteint, en 2020, le chiffre faramineux de 64 % de dépenses publiques par rapport au PIB : la production privée est confisquée, essentiellement pour renflouer des caisses sociales en faillite. La France est toujours engluée dans la crise pandémique, quand bien d’autres pays en sont sortis depuis longtemps : pourquoi viendrait-on investir dans un pays où rien ne marche, à part les services de recouvrement fiscaux ? En plus, la France s’est, à la suite de Biden et des autres pays européens, astreinte à des contraintes suicidaires en matière d’émissions de CO2, quand la Chine est laissée libre de faire ce qu’elle veut jusqu’en 2030… Et en plus, les politiques de sanctions commerciales face à la concurrence déloyale de la Chine sont mises au ban : il faut affronter, sans aucune protection, la concurrence asiatique, lestés de tous les boulets que je viens d’énumérer…

Des industriels qui viendraient investir en France, dans ces conditions, passeraient pour des sadomasochistes, voire des kamikazes. La priorité du gouvernement en faveur des industries est aussi sérieuse que celle évoquée pour la lutte antiterroriste : on s’en tient aux discours et aux effets d’annonce. En réalité, on se moque bien de redresser notre industrie : quand on daigne en parler, ce n’est que pour donner le change aux angoisses de l’opinion. En sous-main, on organise le démantèlement de notre économie.

Olivier Piacentini

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le RN berné par son candidat maghrébin

3 Mai 2021, 14:59pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Hommage traditionnel à Sainte Jeanne d'Arc dimanche 9 mai à Paris

3 Mai 2021, 11:11am

Publié par Thomas Joly

Hommage traditionnel à Sainte Jeanne d'Arc dimanche 9 mai à Paris

Dimanche 9 mai à 11h, le Parti de la France participera à l'hommage traditionnel à Sainte Jeanne d'Arc place des Pyramides à Paris. Bruno Hirout, Secrétaire général du PdF, prendra la parole ainsi qu'Yvan Benedetti.

Voir les commentaires

Les entretiens du PdF - N°07 - Invité : François "Batdaf" Galvaire (02/05/21)

2 Mai 2021, 22:32pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Le Parti de la France présent à la manifestation contre la folie sanitaire le 1er mai à Paris

2 Mai 2021, 22:28pm

Publié par Thomas Joly

Le Parti de la France présent à la manifestation contre la folie sanitaire le 1er mai à Paris

Ludovic Lefebvre, Délégué parisien du Parti de la France, était présent samedi 1er mai à Paris, avec des militants, lors de la manifestation contre la folie sanitaire organisée par Les Patriotes de Florian Philippot.

Voir les commentaires

Black Blocs vs CGT

2 Mai 2021, 14:55pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Bonne fête du 1er mai !

1 Mai 2021, 14:43pm

Publié par Thomas Joly

Au nom du Parti de la France, je vous souhaite une bonne fête du travail et de la concorde sociale !

Voir les commentaires

Brigades rouges : la fin d’un déni ?

1 Mai 2021, 11:16am

Publié par Thomas Joly

Il aura fallu plus de trente ans : le 28 avril, la brigade antiterroriste de Paris a arrêté sept ex-membres des Brigades rouges et autres terroristes d’extrême gauche qui s’étaient réfugiés en France. Jeudi, deux autres se sont rendus à la Justice.

Court rappel historique de cette période qui a profondément marqué l’histoire de l’Italie et qui constitue une plaie jamais vraiment refermée, tant sont nombreuses les familles qui ont eu à souffrir, dans leurs chairs, de ce terrorisme d’extrême gauche.

Les différentes factions terroristes des Brigades rouges sont apparues à la fin des années 60, à la faveur des manifestations étudiantes et des grandes grèves ouvrières. Pour beaucoup, ce sont des scissions du Parti communiste italien à qui il est reproché d’avoir abandonné la lutte armée des partisans. Au total, ce seront des dizaines d’assassinats, d’enlèvements et de violences – méthodes mafieuses – qui seront perpétrés contre des serviteurs de l’État, magistrats, policiers, mais aussi hommes politiques, journalistes, patrons. L’affaire la plus retentissante fut sans nul doute, en 1978, l’enlèvement et l’assassinat d’Aldo Moro, chef du parti de la Démocratie chrétienne, retrouvé dans le coffre d’une voiture après 55 jours de captivité. C’est à cette occasion que le général Dalla Chiesa, futur héros et martyr de l’anti-mafia, prendra la tête de l’antiterrorisme italien. Les années 70-80, dites années de plomb, ont ainsi marqué durablement la société italienne.

Et pourtant, comme le rappelle Giorgio Gandola dans le quotidien La Verità, toute la gauche intellectuelle italienne avait les yeux de Chimène pour les terroristes, nimbés d’un romantisme fantasmagorique, quand ils n’étaient que des meurtriers de magistrats ou de policiers, cette gauche qui, aujourd’hui, est faite de « noms connus, de politiciens de premier plan, d’intellectuels qui dissertent d’inclusion et de démocratie ».

En France, ce sont donc dix des quelque deux cents « brigadistes » réclamés par l’Italie qui seront extradés. Mais pas avant de longs mois, voire des années : examens des demandes d’extradition, procédures, appels prendront du temps, près de quarante ans après les faits.

À Paris comme à Rome, on se félicite de cette preuve d’amitié entre Mario Draghi et Emmanuel Macron, à gauche comme à droite, dans une sorte d’euphorie surjouée, à vrai dire un peu factice.

Car c’est oublier à peu de frais que ces demandes d’extradition de terroristes sur la tête desquels pèsent des condamnations allant de 11 ans de réclusion à la prison à perpétuité (c’est dire la gravité de leurs crimes) ont été mises aux oubliettes par les gouvernements français successifs pendant des décennies. En 2019, lors de l’extradition de Cesare Battisti vers l’Italie, ce « petit cadeau de Bolsonaro à Salvini », comme l’écrivait Le Figaro, Matteo Salvini avait relancé ce parcours aux mille obstacles, vis-à-vis de la France.

Celle-ci, toujours à cette fameuse, et fumeuse, doctrine Mitterrand qui voulait que la patrie des droits de l’homme soit celle des terroristes d’extrême gauche pour peu que ceux-ci s’abstiennent de recommencer sur le territoire national, avait toujours refusé : « Il s’agit d’héberger ceux qui ont rompu avec la machine infernale, le proclament et ont abordé une seconde phase de leur vie », déclarait Mitterrand, en 1985, au congrès de la Ligue des droits de l’homme. Aujourd’hui, c’est Jean-Luc Mélenchon, qui ne sait plus comment regagner la faveur populaire, qui supplie Emmanuel Macron de ne pas extrader les brigadistes. Au mépris de toute décision de justice.

Même Nicolas Sarkozy, sous l’influence de Carla Bruni et de sa sœur Valeria Bruni Tedeschi, avait refusé in extremis l’extradition, en 2008, de Marina Petrella, défendue entre autres par Mgr Gaillot et la Ligue des droits de l’homme. Celle-ci avait fui en France après sa condamnation à perpétuité en 1992 : chez nous, elle avait repris des études et travaillait comme assistante sociale. Elle avait été reconnue coupable du meurtre d’un général et d’un commissaire de police, de la séquestration d’un magistrat et de quatre autres agressions.

Marie d'Armagnac

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°616

30 Avril 2021, 18:25pm

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : la tribune des généraux, la nécessité d'une garde nationale, l'attentat de Rambouillet, l'agressivité des immigrés afro-musulmans, le style médiocre de Macron, l'islamo-gauchisme de Mélenchon, la célébration du 1er mai, conseils de lecture.

Voir les commentaires

Tu as la haine de la France ? Bon voyage mon pote !

30 Avril 2021, 17:52pm

Publié par Thomas Joly

Tu as la haine de la France ? Bon voyage mon pote !

Voir les commentaires

Pourquoi les USA risquent de déchanter avec Joe Biden

30 Avril 2021, 16:30pm

Publié par Thomas Joly

Nous l’avons déjà constaté, Joe Biden bénéficie d’un enthousiasme dithyrambique dans la presse française. Pourtant, l’analyse globale de sa politique devrait plutôt inquiéter les commentateurs quant à l’avenir de la première puissance mondiale. Au vu des principales mesures prises dans les domaines essentiels, on pourrait qualifier sa politique de socialo-mondialo-progressiste, à un niveau inédit :

– Politique keynésienne démentielle, avec un plan de relance de 1.900 milliards de dollars, du jamais-vu. De quoi creuser encore d’avantage les déficits publics, affaiblir un dollar déjà fortement atteint. De plus, les sommes seront affectées, pour 400 milliards de dollars, à des chèques directs aux ménages gagnant moins de 75.000 dollars pour les célibataires, 150.000 dollars pour les couples (Le Monde, 10/3/2021). De l’argent qui va pour une bonne partie filer tout droit dans les caisses des industriels chinois, vu le déficit commercial américain avec ce pays…

– Hausse massive des impôts, qu’il s’agisse des impôts sur le revenu, sur les sociétés, et bien d’autres taxes. La « relance » ne se fera donc pas par l’investissement des ménages et des entreprises, mais par la consommation, ce qui a très rarement fonctionné dans l’histoire économique des pays occidentaux.

– Droits des minorités, LGBT, Black Lives Matter : au lieu d’apaiser les tensions qui fracturent la société américaine, Biden choisit clairement son camp, celui des minorités, et entretient ainsi volontairement des foyers de tension majeurs à des fins purement électoralistes.

– Laxisme en matière d’immigration, prévision de régularisations massives de clandestins, Joe Biden va créer un appel d’air gigantesque à l’heure où des centaines de milliers de « Latinos » espèrent gagner le territoire américain.

– Politique très restrictive en matière d’émission de CO2, qui freinera la réindustrialisation du pays amorcée sous Trump.

– Retour de la tension avec la Russie, désignée comme l’ennemi principal. Pendant ce temps, on remet le Parti communiste chinois dans le jeu, on rompt avec la politique intransigeante de Trump. On réagit peu aux agressions à Hong Kong ou Taïwan, pour arracher une participation de Pékin au sommet climat, ce qui suggère que la priorité étant accordée au réchauffement climatique, on fermera les yeux sur bien des avanies…

– En accordant à la Chine un permis d’émettre du CO2 jusqu’en 2030, espérant qu’elle entamera sa transition seulement à partir de là, le sommet climat affaiblit les industries occidentales affligées de contraintes. Ajouté aux hausses d’impôts, on se demande comment espérer une relocalisation industrielle aux États-Unis : le cadeau fait à Pékin en échange de la seule participation de Xi au sommet climat est mirobolant…

In fine, les États-Unis s’apprêtent à supporter une vague de taxes, contraintes et réglementations en tous genres pendant que l’on fait des cadeaux à la Chine.

La presse française s’extasie des mesures prises par Biden : dans quelques années, il lui faudra déchanter piteusement, comme elle l’avait déjà fait avec Obama. Et la chute risque d’être bien plus dure, car si Obama se montrait parfois trop prudent, Biden semble conduire le pays tout droit à sa perte, et à toute vitesse.

Olivier Piacentini

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Emmanuel Macron annonce un pseudo-déconfinement et l'instauration d'un Pass Sanitaire

29 Avril 2021, 17:32pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Castex remplacé par Ferrand après les Régionales ?

29 Avril 2021, 15:01pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Lecointre : un paillasson

29 Avril 2021, 14:58pm

Publié par Thomas Joly

Jean-François Touzé, Délégué général du Parti de la France : « Chef d’état-major des armées, le général Lecointre considère la tribune des généraux et officiers comme une "manipulation inacceptable", et annonce des sanctions par un tribunal militaire. Lecointre est bien du même type de paillasson que son lointain prédécesseur Ailleret, massacreur des patriotes de la rue d'Isly, exécutant docile de la politique d'abandon, et responsable de la répression anti Algérie française dans l'armée. »

Voir les commentaires

Jean-Marie Le Pen, soutien de Thomas Joly pour la législative partielle

28 Avril 2021, 18:41pm

Publié par Thomas Joly

Jean-Marie Le Pen, soutien de Thomas Joly pour la législative partielle

Thomas Joly, Président du Parti de la France : « Pour l'élection législative partielle de la 1ère circonscription de l'Oise qui se déroulera le 30 mai, j'ai l'honneur de recevoir le soutien de celui grâce à qui je suis entré en politique, un visionnaire qui a consacré sa vie à la défense de la France et des Français. »

Voir les commentaires