Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Esclavage : le CRAN veut déboulonner les « statues de la honte »

27 Août 2017, 12:30pm

Publié par Thomas Joly

Les exigences des extrémistes noirs sont évidemment relayés complaisamment par l'immonde torchon de gauche Libération :

Le Conseil représentatif des associations noires (Cran) réclame le remplacement des « statues de la honte », comme celle de Jean-Baptiste Colbert, auteur du Code noir, à l’Assemblée nationale, par des figures de personnalités ayant lutté contre l’esclavage et le racisme. Il veut également faire débaptiser des rues dans des villes comme Bordeaux ou Nantes.

La poussée de violences de l’alt-right aux Etats-Unis ces deux dernières semaines, nourrie par sa volonté de préserver des symboles racistes et colonialistes comme la statue du général Lee que des manifestants progressistes voulaient déboulonner à Charlottesville (Virginie), ne doit pas faire oublier que la France, elle aussi, possède ses monuments et rues à la gloire de quelques esclavagistes notoires. « La persistance de ces honneurs, malgré l’évolution des consciences et du droit, installe, dans l’esprit de beaucoup de citoyens, une impression de banalisation d’une histoire qui est non seulement aux origines de la mondialisation mais aussi nourrit les mouvements d’extrême droite », déplorait lundi Mémoires & Partages dans un communiqué. L’association installée à Bordeaux a recensé une vingtaine de noms litigieux dans le chef-lieu de la Gironde et plusieurs dizaines au total dans les 17 ports français qui ont participé à la traite de 1,3 million d’esclaves entre le XVIIe siècle et l’abolition de 1848 – les chiffres de ce crime contre l’humanité sont très sous-estimés puisqu’ils ne comptent pas les personnes tuées lors des captures.

Dans les villes françaises naguère dopées par le commerce triangulaire, pas question pour le moment de changer les plaques. « Aucune modification n’est prévue car cela impliquerait au préalable un travail de recherche conséquent », fait savoir la mairie (LR) de Bordeaux, interpellée sur le sujet depuis 2009 par Mémoires & Partages. De son côté, Nantes «ne souhaite pas modifier les noms de rues, précisément parce que cela fait partie de l’histoire et du patrimoine de la ville, aussi funestes soient-ils». La mairie souligne qu’elle a œuvré pour créer de «nombreux lieux de mémoire et le programme d’animation en lien avec la commémoration de l’abolition de l’esclavage».

« Jusqu’ici, à propos de Charlottesville, les commentateurs français ont dénoncé le racisme américain (très important, il est vrai), sans jamais voir la poutre dans l’œil de la France. Que dire de toutes ces rues portant des noms comme Balguerie et Gradis à Bordeaux (ville d’Alain Juppé), Grou et Leroy à Nantes (ville de Jean-Marc Ayrault), Masurier et Lecouvreur au Havre (ville d’Edouard Philippe) ? »

« Vos héros sont nos bourreaux. […] N’y a-t-il pas un lien entre le piédestal où l’on met les esclavagistes et le mépris social que subissent les descendants d’esclaves ? » écrit, dans le texte, le président du Cran, Louis-Georges Tin.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

C’est la fête aux cochons !

27 Août 2017, 12:02pm

Publié par Thomas Joly

En Angleterre, des pompiers ont simplement fait leur boulot en sauvant, il y a quelques mois, la production d’un éleveur de cochons. Pour les remercier, l’agriculteur a décidé de leur envoyer un chapelet de saucisses desdits cochons que les soldats du feu ont mangés au barbecue.

Et là, c’est le drame ! Comment ont-ils osé dévorer les pauvres petites bêtes ? La Toile s’affole, les médias eux-mêmes en parlent… Les monstres !

Et voilà où nous mène toute l’ambiguïté du statut de l’animal entre chose et « être doué de sensibilité » : on flotte tranquillement sur la frontière entre le meurtre et la production… Avec la folie vegan, aujourd’hui, manger un animal devient ni plus ni moins qu’une forme de cannibalisme. D’ailleurs, l’argument phare est bien : « Vous mangez un cadavre. » Si bien que sauver les cochons de la ferme en flammes revient à sauver des personnes à part entière.

Sauf que non, les pompiers n’ont pas sauvé des cochons, mais une production. C’est-à-dire qu’ils ont sauvé le moyen de subsistance de cet être vulgaire qu’est l’agriculteur. En canon, toute la Toile n’hésite pas à dire que ça valait bien le coup de les sauver pour les tuer six mois plus tard. Bien évidemment, les internautes n’hésitent pas à prendre le point de vue du cochon (ce qui ne m’étonne guère entre nous) au lieu de comprendre que l’agriculteur a donné en cadeau une partie de sa production pour remercier les pompiers de l’avoir sauvée… Ainsi, ce n’est pas Babe qu’ils ont sauvé mais la possibilité pour l’agriculteur de vendre le fruit de son travail.

20 Minutes, grand journal s’il en est, n’a pas hésité à dire que les pompiers avaient manqué de tact en publiant la photo du barbecue… Manquer de tact pour avoir fait un gueuleton ?

C’est amusant de voir comment nous inversons les valeurs : aujourd’hui, manger un cochon équivaut à un meurtre de sang-froid, mais à côté de ça, l’agriculteur mériterait le bûcher parce qu’il vit de leur exploitation…

Les pompiers eux-mêmes se sont excusés (ils n’auraient pas dû) en affirmant qu’ils avaient pu « offenser des gens ». On ne peut qu’être surpris : la maman cochon a porté plainte ? Elle a subi un préjudice ? Jean-Dylan, derrière son PC, devant son assiette de bulgur et son iPhone dernier cri, est offensé qu’un cochon soit mort à 1.000 kilomètres de chez lui ?

Toute cette histoire n’a aucun sens. À vouloir donner une personnalité aux animaux alors que, à ce que je sache, ils n’ont pas réussi à théoriser sur le concept de mort, de vie, de naissance, de souffrance (et même de personnalité, justement), on se retrouve avec des chasses aux sorcières idiotes qui visent des non-événements.

Quand même, que les médias réfléchissent deux minutes : ils ergotent depuis deux jours sur le fait que des pompiers ont mangé des saucisses. Et moi, obligé de prendre la plume pour défendre des gars normaux qui mangent, comme des millions de personnes en cette saison, autour du barbeuc ! Un nouveau faux débat qui ruine l’intellect de l’Occident… Manque de protéines, sans doute !

Henri d'Aramis

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La Pologne demande à Macron de « s’occuper de son pays », ravagé par le chômage et le terrorisme

26 Août 2017, 17:12pm

Publié par Thomas Joly

Fidèle au comportement habituel des dirigeants français, Emmanuel Macron a fait montre d’une débauche d’arrogance à l’endroit du gouvernement polonais.

Embourbé dans un chômage de masse sans précédent, le président français a cru bon d’accuser la Pologne d’être responsable de la situation économique de la France en pointant du doigt la question des travailleurs détachés. Un dossier qu’il sait largement symbolique mais utile en termes de communication pour rallier l’électorat FN voire mélenchoniste.

Le nombre de ces travailleurs détachés s’élevait à 285.000 en 2015. Le nombre de chômeurs, toutes catégories confondues, se situe quant à lui à 6,6 millions et à 3,5 millions pour la catégorie « A » (source). Autant dire que le rôle de ces Européens sur le marché du travail français est négligeable.

Pour la présidente polonaise du Conseil des ministres Beata Szydlo, le président français fait preuve d’« arrogance », qu’elle a attribué à son « inexpérience ». « Je lui conseille de se concentrer sur les problèmes de son propre pays », a-t-elle déclaré. Et d’ajouter « Il réussira alors peut être à avoir les mêmes résultats économiques et le même niveau de sécurité de ses citoyens que ceux garantis par la Pologne », faisant allusion à la menace terroriste.

La diversion d’Emmanuel Macron est d’autant plus grossière que son gouvernement continue d’organiser une immigration de masse en provenance d’Afrique, notamment musulmane, malgré le coût net qu’elle engendre pour les contribuables français. Pire, il continue d’exiger des pays d’Europe Centrale qu’ils organisent la colonisation de peuplement afro-islamique chez eux.

Tout porte donc à croire qu’il est plus aisé, en France, de cibler quelques dizaines de milliers de travailleurs polonais plutôt que les masses de clandestins africains qui servent de variable d’ajustement dans le bâtiment ou l’hôtellerie.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Bruxelles : un islamiste somalien tente de poignarder deux militaires en hurlant « Allah akbar »

26 Août 2017, 14:21pm

Publié par Thomas Joly

Deux soldats ont ouvert le feu sur un djihadiste somalien qui venait de les agresser au couteau à Bruxelles. L’assaillant est décédé, tandis que deux militaires seraient légèrement blessés.

Sud Info (source) :

« A 20h15 ce vendredi, un individu isolé s’est précipité sur trois militaires qui patrouillaient à Bruxelles », a indiqué vendredi lors d’un point presse le bourgmestre de Bruxelles-Ville, Philippe Close. « L’homme a été rapidement neutralisé. Un militaire est blessé à la main », a-t-il précisé.

Le caractère islamique de l’attaque est sans équivoque :

L’attaque est considérée à première vue comme terroriste, raison pour laquelle le parquet fédéral a repris le dossier. L’assaillant a crié deux fois « Allahou akbar », avant d’être abattu à l’arme à feu par les soldats.

Le djihadiste a été tué :

L’homme qui a agressé au couteau une patrouille de militaires vendredi soir à Bruxelles est décédé, a indiqué le parquet fédéral. Il s’agit d’un Somalien né en 1987.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Jean-Michel Blanquer : un iconoclaste de l’idéologie dominante

26 Août 2017, 10:16am

Publié par Thomas Joly

Le « discours égalitariste » est « destructeur » : c’est l’idée directrice de l’interview, publiée le 24 août, que Jean-Michel Blanquer a accordée à L’Obs. Tout le contraire de la politique de Najat Vallaud-Belkacem qui, par sa réforme du collège, avait supprimé les classes à options sous prétexte qu’elles accentueraient les inégalités.

Fût-elle sincère, il ne suffit pas d’être sincère pour avoir des idées justes. Sa pensée était gangrenée par l’idéologie égalitariste. Persuadée, comme nombre de sociologues bien en cour sous tous les ministères, que l’école a été façonnée par les élites pour les élites et qu’elle est socialement discriminante.

Jean-Michel Blanquer n’est pas un idéologue. Son expérience lui a donné une bonne connaissance des réalités du terrain. Il constate que ces options accusées d’élitisme ont, dans des collèges d’éducation prioritaire, des effets d’entraînement, de prestige, et favorisent la mixité sociale, puisque les enfants des classes moyennes sont incités à y rester, sans qu’on les y contraigne par la sectorisation.

Pourquoi les enfants des milieux socio-économiques défavorisés seraient-ils privés de culture ? Quelle aberration ! Les idéologues choisissent d’en priver tout le monde. Comme Procuste, ce brigand qui contraignait les voyageurs à s’étendre sur le même lit et coupait tout ce qui dépassait. Quelle hypocrisie aussi ! Car ces réformes sont faites pour les enfants des autres. Les familles bien informées ou disposant de relations s’arrangent pour inscrire les leurs dans de bons établissements, privés ou publics, voire hors contrat.

Le débat n’est pas nouveau. Richard Descoings, directeur de Sciences Po Paris, suscita la polémique quand il décida de supprimer l’épreuve de culture générale au concours d’entrée. Trop discriminant ! Chantre de la démocratisation de son école, il avait déjà inventé la discrimination positive en créant une voie dérogatoire pour des élèves de ZEP. Plutôt que de supprimer la culture générale, n’eût-il pas mieux valu prendre des dispositions pour en donner les bases à tous ?

Jean-Michel Blanquer veut rétablir une « école de la confiance ». Dans la circulaire de rentrée 2011, il écrivait déjà, en tant que directeur général de l’enseignement scolaire (DGESCO) : « La réussite de chaque élève […] suppose aussi un esprit de confiance entre tous ceux qui œuvrent pour l’éducation. » Dans cette interview, il réitère : « On parle beaucoup de la nostalgie de l’école d’autrefois. Mais je pense qu’il s’agit moins d’une nostalgie de l’école telle qu’elle était que d’une nostalgie de la confiance qu’on avait en l’école. »

Ce pédagogisme, cet égalitarisme, qui minent depuis tant d’années le système éducatif, sont précisément la cause principale de son déclin et de la défiance à son égard. Le discours égalitariste pousse à détruire ce qui marche sous prétexte que tous n’en profitent pas. Sans permettre aux élèves des milieux défavorisés de s’en sortir. On préfère la médiocrité pour tous à la recherche de l’excellence pour le plus grand nombre.

Le ministre de l’Éducation nationale propose des pistes nouvelles, qui ne sont qu’un retour au bon sens. S’appuyant sur les découvertes des neurosciences, il remet en cause des « méthodes pédagogiques fragilisantes » utilisées avec « les publics les plus fragilisés ». Il dénonce la méthode globale de lecture et préconise la méthode syllabique, relance les internats, remet en cause des dogmes du collège unique que les plus lucides qualifiaient, dès l’origine, d’« inique ».

Reste à savoir s’il pourra mettre en œuvre ces mesures. Les esprits, à gauche, sont imbibés d’égalitarisme et d’anti-élitisme. Quant à la droite libérale, elle n’aspire, conformément aux directives de Bruxelles, qu’à former une masse d’exécutants dociles.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Fipronil, le vrai scandale : des tonnes de nourriture gaspillées !

26 Août 2017, 10:02am

Publié par Thomas Joly

Des brownies, des muffins, des pâtes, des pommes dauphine, des gaufres par quatre, par six, par douze, des moelleuses poudrées, des molles, des dures… Chaque jour, le ministère de l’Agriculture complète sa liste et entretient cette psychose ridicule autour d’un produit qui, certes, ne devrait pas se trouver dans les œufs, mais dont les traces sont si infinitésimales qu’elles ne présentent strictement aucun danger pour le consommateur.

Comme nous l’avons déjà écrit ici, il faudrait consommer pas moins de vingt œufs quotidiennement pour commencer à ressentir le moindre effet sur le plan sanitaire. Si mal il y a, il est donc dans les têtes, bien implanté par les médias qui font monter chaque jour la mayonnaise avant qu’on n’en retire les pots des frigos. Certains, comme Challenges le 14 août, s’indignent même qu’« aucun rappel de produit n’a[it] été lancé auprès des consommateurs ».

On nage en plein délire. Imagine-t-on les Français vider leurs placards de cuisine et rapporter la marchandise au magasin pour en réclamer le remboursement ? Quel commerçant peut gérer cela sans y laisser son fonds ?

De même, on balance des noms, des marques, quitte à couler l’entreprise. Il est vrai qu’on met les choses au conditionnel : « 250.000 œufs contaminés pourraient avoir été consommés en France. » Ah oui ? Consommés comment, dans quoi, de quelle façon ? Une telle information n’a strictement aucun sens. Seul chiffre tangible : « Les dommages directs causés dans le secteur de la volaille dans lequel a été utilisé le fipronil sont estimés à 33 millions d’euros », ont dit les ministres néerlandais concernés. On attend de voir le bilan de cette psychose estivale sur l’Europe… et encore celui-ci n’est-il qu’économique.

Car il y a un autre bilan, plus grave encore, et celui-là peut bien être très lourd de conséquences.

Le monde est à nos portes, celui des crève-misère qu’on tente en vain de repousser sur leurs rafiots ; celui qui s’entasse dans la « jungle » toujours reconstituée, celui qu’on évacue des portes de Paris. Celui dont on évite de parler parce qu’il se dissémine, se cache, se glisse, s’infiltre, se répand dans nos rues comme une eau sombre. Un soir de cette semaine, j’ai descendu à la nuit tombante cette portion de la rue du Faubourg-Saint-Denis qui va de la gare du Nord à la rue de Paradis, si mal nommée. Passé ce carrefour, les bobos ont envahi les terrasses, mais à cent mètres en amont, on a dressé de hautes barricades autour du petit square et des terre-pleins qui habillent le carrefour Magenta. Des affichettes invoquent pudiquement la « dératisation ».

La vérité est autre : le quartier grouille de migrants qui, chassés de leurs carrés d’herbe, campent à même le trottoir au milieu des immondices et des déjections. Des gens qui ne sont pas tous idiots, loin s’en faut. Des gens qui, sans aucun doute, aimeraient manger des œufs, des gaufres et des muffins au fipronil. Des gens que nos psychoses d’enfants gâtés et gavés ne peuvent que rendre fous. Donc dangereux.

La marque du monde actuel est que nos sociétés sont chaque jour plus inégalitaires, que le fossé qui s’y creuse sera demain un gouffre infranchissable. Nos chères élites si amoureuses de la Révolution française, celles qui en pincent toujours pour Robespierre, ont depuis deux siècles entretenu à dessein ce mensonge de l’Histoire : devant les pauvres affamés par la disette de 1789 et la hausse des prix du pain, la reine Marie-Antoinette aurait lancé cette phrase : « Ils n’ont pas de pain ? Qu’ils mangent de la brioche ! »

Les temps ont changé. On retire aujourd’hui le pain et la brioche parce qu’ils ne sont pas assez blancs, ou pas assez dorés. On jette des tonnes de plats cuisinés parce qu’ils contiennent du cheval et non du bœuf, on assassine « par précaution » des millions d’animaux qu’on a sciemment empoisonnés…

Les bien-pensants ont encore tranché : plutôt des ventres vides mais sains que des traces de fipronil ! Mais prenons garde : ventre affamé n’a point d’oreilles…

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La secte de la République a un nouveau chef

26 Août 2017, 09:45am

Publié par Thomas Joly

Philippe Foussier a été élu Grand Maître du Grand-Orient de France jeudi 24 août, au terme de la première des trois journées du Convent 2017 qui se déroule à Marseille. Son score est de 34 voix (on compte 1 bulletin nul). Il était le seul candidat à la succession de Christophe Habas, dont le rapport d'activité a été approuvé à 93,4%. Élu avec 31 voix, le 1er Grand Maître Adjoint (GMA) est Georges Sérignac. Les 2ème et 3ème GMA sont Xavier Chabois-Chouvel et Gilles Richard. Le Grand Orateur Gérard Cabozon, le Grand Secrétaire aux Affaires Intérieures Philippe Goethals (adjoint Gérard Quenault), le Grand Secrétaire aux Affaires Extérieures Michel Cicile (adjoint Mohamed Aït-Aarab) et le Grand Trésorier Gilbert Lucattini (adjoint Loïc Bertrand).

Initié il y près d’un quart de siècle, Foussier appartient à la Loge République (Paris). Membre de la Fraternelle parlementaire, il a présidé le Comité Laïcité République de 2005 à 2009.

Âgé de 52 ans, il est journaliste (indépendant selon ce blog, ce qui prête à rire). De 1995 à 2017, il a été rédacteur en chef de Communes de France, périodique destiné aux élus locaux. Membre du PS, il a été rédacteur en chef de la revue de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains.

En mars dernier, il avait prononcé une intervention sobrement intitulée "Les Francs-Maçons, gardiens du temple républicain". Il y déclare notamment que "aucune religion n'a le monopole du fanatisme" et ajoute plus tard que... "la laïcité n'a jamais tué". Sic.

Par ailleurs, le Convent a approuvé à 66,66 % le projet d’acquisition d’un immeuble voisin du siège de la Rue Cadet, à Paris, qui permettrait d’agrandir sa surface de 11000 m² à 12200 m² (la négociation reste à effectuer avec le propriétaire), avec la perspective d’ouvrir de nouveaux temples.

Dans un tweet, Philippe Foussier avait trouvé indécent le propos de Mgr Lebrun prononcé lors de l'anniversaire de l'assassinat du père Hamel :

Voir les commentaires

Créteil : un Afghan se jette sur une policière et tente de s’emparer de son pistolet-mitrailleur

25 Août 2017, 19:02pm

Publié par Thomas Joly

Un Afghan de 32 ans, sans motif apparent, alors qu’il quittait le commissariat de Créteil où il avait été placé en garde à vue, a tenté de s’emparer du pistolet mitrailleur d’une policière en faction.

Une autre fonctionnaire est venue prêter main forte à sa collègue et l’individu a été amené au sol, puis maîtrisé par les autres policiers présents.

Jeudi en fin d’après-midi, un individu d’origine afghane qui venait d’être libéré d’une mesure de garde à vue, a fait semblant de ramasser un objet tombé à terre et s’est jeté sur une policière en faction. Il a tenté de lui prendre son arme, un pistolet-mitrailleur. Une deuxième fonctionnaire est arrivée en renfort pour plaquer au sol l’individu.

Quatre autres policiers ont dû également intervenir pour enfin maîtriser l’individu.

Aucun coup de feu n’a été tiré mais les deux policières ont été blessées. Comme de coutume, l'individu serait un « déséquilibré » selon une source policière.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Le maire de Venise : « Si quelqu’un hurle "Allah akbar", nous l’abattrons »

25 Août 2017, 14:24pm

Publié par Thomas Joly

Le maire de Venise a déclaré mardi dernier que Venise abattrait les terroristes [musulmans, NDLR] avant qu’ils ne déclenchent leurs bombes.

« Venise est la seule ville en Europe qui a arrêté quatre terroristes. Ils voulaient placer une bombe sous le pont du Rialto en disant vouloir rejoindre allah. Nous les enverrons directement à allah mais sans faire sauter le pont du Rialto » a déclaré Luigi Brugnaro.

« Si quelqu’un crie "Allah akbar" en courant sur la Place Saint Marc, nous l’abattrons » a-t-il ajouté. Brugnaro, maire sans étiquette, s’exprimait lors de la réunion annuelle de l’influence groupe de laïcs catholiques « Communion et Libération ».

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Charlottesville : le jeune qui a foncé sur la racaille antifa voulait se dégager pour échapper à un lynchage

25 Août 2017, 14:09pm

Publié par Thomas Joly

Dans Présent, Alain Sanders revient sur les événements de Charlottesville en Virginie :

En soulignant, pour commencer, que le jeune exalté, James Field Jr., qui a foncé sur une foule de contre-manifestants hurlant à la mort, a voulu simplement protéger sa vie. Sa voiture, ayant été repérée, elle a été attaquée à coups de battes de base-ball et caillassée (les photos de ce qui reste du véhicule en témoignent). Il a voulu se dégager pour échapper à un lynchage programmé. Avec les conséquences que l’on sait.

En rappelant, pour continuer, que la manifestation organisée pour défendre la mémoire du général Lee, ce Virginien héroïque, avait été autorisée. En application du 1er amendement de la Constitution qui permet la totale libre expression. Une manifestation contre le révisionnisme de la gauche radicale qui « oublie » que le général Lee a été réhabilité en 1888 (réhabilitation confirmée en 1975). S’il y a quelqu’un à condamner dans toute cette affaire, c’est le gouverneur démocrate de Virginie qui a laissé libre cours aux débordements haineux des contre-manifestants (on a des témoignages de policiers en ce sens).

Il y a quelques mois, quatre Afro-Américains ont enlevé, séquestré et torturé un jeune homme, légèrement handicapé mental, au seul motif qu’il était blanc. Après l’élection de Trump, près de Washington, un militant gaucho-démocrate (mais plus gaucho que démocrate) a tiré sur des élus républicains, blessant grièvement un député. La presse, à commencer par la presse française, n’a pas fait le centième du ramdam qu’elle a déclenché pour le drame de Charlottesville.

En 1858, Lincoln, qui a des statues partout, dont une iconique à Washington, déclara : « Je veux affirmer que je ne suis pas, que je n’ai jamais été, pour faire des Nègres des électeurs ou des jurés, ni pour leur permettre d’avoir des bureaux ou pour se marier avec des Blancs. J’ajouterai qu’il y a une différence physique entre la race blanche et la race noire qui, je le crois, interdira à jamais à ces deux races de vivre ensemble en termes d’égalité sociale et politique. Et comme ils ne peuvent vivre ainsi, tant que Blancs et Noirs se côtoieront il devra y avoir une relation de supérieur à inférieur. Et moi, plus que n’importe qui, je suis pour que cette supériorité soit assignée à la race blanche. » Et ce sont les statues de Lee qu’il faudrait déboulonner ? Lee, officier chrétien, qui a décrit l’esclavage comme « un mal moral et politique ». Lee qui avait affranchi tous les esclaves du domaine hérité de sa femme quand l’épouse de Lincoln (et la famille de cette dernière) aura des esclaves jusqu’à la fin de la guerre dite de sécession. Lee qui fut un soldat humain quand des Grant et des Sherman génocidèrent les populations sudistes. Lee dont Eisenhower a dit : « Tout bien considéré, Lee fut aussi noble comme chef que comme homme, sans tache pour autant que je lise les pages de notre histoire. »

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Cachez ces viols qui nuisent au vivre-ensemble

25 Août 2017, 13:56pm

Publié par Thomas Joly

La députée britannique travailliste Naz Shah a « aimé » et « retweeté » un message au contenu pour le moins sulfureux : « Ces filles abusées à Rotherham et ailleurs devraient juste fermer leur gueule. Pour le bien de la diversité ! »

Depuis au moins une quinzaine d’années, les scandales pédophiles éclaboussent la ville de Rotherham, où un réseau de violeurs majoritairement d’origine pakistanaise sévit.

La question de l’origine des agresseurs est brûlante au Royaume-Uni. Mi-août, le député travailliste Sarah Champion a été contrainte de démissionner de son poste de secrétaire d’Etat pour les Femmes et l’égalité du cabinet fantôme de Jeremy Corbyn, après avoir écrit un article dans le Sun dans lequel elle affirmait que la « Grande-Bretagne a[vait] un problème avec les hommes britanniques d’origine pakistanaise qui viol[aient] et exploit[aient] des filles blanches ».

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Vous avez aimé le coiffeur de François Hollande ? Vous aimerez la maquilleuse de Macron

24 Août 2017, 15:13pm

Publié par Thomas Joly

François Hollande dépensait près de 10.000 euros par mois pour son coiffeur.

Emma­nuel Macron a dépensé 26.000 euros en 3 mois en frais de maquillage. Nata­cha M., 40 ans, s’oc­cu­pait déjà de son appa­rence pendant la campagne prési­den­tielle. Contrai­re­ment aux maquilleuses précé­dentes, Nata­cha n’est pas sala­riée du Château et ne travaille pas à temps plein. Ses pres­ta­tions sont exter­na­li­sées et qu’elle est rému­né­rée par factures. Le Point s’est procuré les deux dernières, qui corres­pondent aux trois premiers mois d’Em­ma­nuel Macron à l’Ely­sée : 10.000 et 16.000 euros.

La politique, c'est beau comme un président de la République...

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Carl Lang fera sa rentrée politique samedi 2 septembre à Rungis pour les 10 ans de Riposte Laïque

24 Août 2017, 11:56am

Publié par Thomas Joly

Au nom de l'union des patriotes face à la colonisation migratoire et l'islamisation de notre pays, Carl Lang, Président du Parti de la France, prendra la parole lors de la célébration des 10 ans de Riposte Laïque organisée samedi 2 septembre à Rungis (Espace Jean Monnet).

Un stand du Parti de la France, tenu par Thomas Joly et des militants, sera également à la disposition des participants à cette journée.

Le Parti de la France invite ses militants, adhérents et sympathisants à participer à cette journée de résistance nationale et à s'y inscrire.

La participation est de 30 € et comprend l'entrée, l'apéritif, le repas alsacien et le champagne en fin de journée.

Pour réserver (ne tardez pas !), c'est ici : http://ripostelaique.com/les-10-ans-de-riposte-laique.html

 

Voir les commentaires

15 jeunes marocains attrapent la rage après avoir violé une ânesse

24 Août 2017, 10:10am

Publié par Thomas Joly

C'est une histoire bien sordide qui s'est passée dans la région de Sidi Kacem, au Maroc. 15 mineurs ont violé une ânesse, au début du mois d'août. Mais d'après les médias locaux, les adolescents ont dû être hospitalisés d'urgence : ils auraient attrapé la rage suite à leurs actes zoophiles. 

Selon H24info, les faits se sont déroulés le 10 août dernier. Quinze garçons mineurs, âgés de 7 à 15 ans, ont violé une ânesse, à Sidi Al Kamel. Si le pauvre animal n'a pas pu se défendre, il leur aurait tout de même laissé un « cadeau empoisonné »... En effet, les quinze jeunes garçons auraient été évacués d'urgence à l'hôpital, afin d'être traités contre la rage. Les adolescents n'ont pas réfléchi au fait que violer cette ânesse pouvait mettre en danger leur santé. Interviewé par Chouftv, l'un des auteurs du viol a expliqué son acte par l'ennui : « Si on avait un endroit où on pouvait s'amuser, on n'aurait pas fait ce qu'on a fait avec l'ânesse ».

Si cette histoire peut choquer, cette pratique n'est pas non plus rare dans les campagnes marocaines. «On crie au scandale, pourtant tout le monde sait que dans le milieu rural, les premières expériences sexuelles se font souvent sur des animaux», a déclaré Amal Elbekri, secrétaire générale adjointe du Réseau associatif pour la protection animale, à Telquel. Toutefois ce phénomène existe aussi dans les villes. Aujourd'hui, la zoophilie ne fait pas encore partie des grandes préoccupations du gouvernement. Toutefois, pour certaines associations, il est important de faire changer les mentalités, de sanctionner ces pratiques, et surtout de rééduquer ces zoophiles.

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2017/08/22/2631788-maroc-15-jeunes-attrapent-rage-apres-avoir-viole-anesse.html

Voir les commentaires