Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Pour Jean-Marie Le Pen, l'hommage national à Xavier Jugelé célébrait plus l'homosexuel que le policier

28 Avril 2017, 06:51am

Publié par Thomas Joly

L'ancien président du Front national a critiqué l'hommage national rendu mardi à Xavier Jugelé, le policier assassiné la semaine dernière sur les Champs-Elysées.

"Etonné par la dimension" qu'on donnait à cette cérémonie, selon lui, la Nation a rendu "plutôt hommage, qu'au policier, à l'homosexuel car la participation de son conjoint et le long discours, qu'il a prononcé, institutionnalisaient en quelque sorte le mariage homosexuel, l'exaltaient de façon publique".

Se disant également "choqué", Jean-Marie Le Pen estime que "cette particularité familiale doit être tenue à l'écart de ce genre de cérémonie".

Source : http://www.bfmtv.com

Voir les commentaires

Sans surprise, les islamistes de l’UOIF appellent à voter pour le dhimmi Macron

28 Avril 2017, 06:49am

Publié par Thomas Joly

Lundi, la Mosquée de Paris qui appelait à voter Macron. Mardi, l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), proche des Frères Musulmans, a appelé à voter Macron.

“L’Union des Organisations Islamiques de France appelle tous les musulmans de France, par-delà leurs opinions politiques, à ne pas se relâcher à cette occasion, et à aller voter massivement pour faire barrage aux idées de xénophobie et de Haine et donner au candidat Emmanuel Macron, le score le plus large.”

Depuis 2014, l’UOIF fait partie de la liste des groupes terroristes publiée par les Emirats arabes unis, étant donné ses liens avec les Frères musulmans, organisation reconnue terroriste par de nombreux pays comme l’Égypte, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, ou la Russie.

Source : http://www.suavelos.eu

Voir les commentaires

Accusé de négationnisme, Jean-François Jalkh laisse la place à Steeve Briois pour le poste de Président du FN par intérim

28 Avril 2017, 06:46am

Publié par Thomas Joly

Suite à sa qualification au 2nd tour de l'élection présidentielle, Marine Le Pen a fait le choix d'abandonner, provisoirement, la présidence du Front National. L'inodore et incolore Jean-François Jalkh avait été choisi pour assurer l'intérim mais c'était sans compter l'exhumation par les médias d'une obscure interview datant de 2000 où il met en doute l'utilisation du gaz Zyklon B par les nazis pour exterminer les juifs durant la 2nde Guerre mondiale. C'est assez cocasse quand on sait que c'est ce même Jean-François Jalkh qui s'est chargé de la procédure d'exclusion de Jean-Marie Le Pen au prétexte de propos soi-disant sulfureux sur la 2nde Guerre mondiale.

Ce sera finalement le sémillant maire d'Hénin-Beaumont, Steeve Briois, qui assurera la présidence du Front mariniste par intérim.

Voir les commentaires

La qualification de Macron au 2nd tour met en joie l'Algérie

28 Avril 2017, 06:38am

Publié par Thomas Joly

L’Algérie a accueilli favorablement la qualification d’Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle en France. “Emmanuel Macron est notre ami, c’est un ami de l’Algérie“, a réagi le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, avec un large sourire. “C’est notre ami et c’est suffisant. Nous attendons le second tour“, a-t-il dit, sans citer le nom de Marine Le Pen, qui affrontera l’ancien ministre de l’économie, le 7 mai prochain.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

La consigne des Républicains de faire battre Marine Le Pen ne convainc pas les Français

28 Avril 2017, 06:31am

Publié par Thomas Joly

Les Républicains se sont torpillés eux-mêmes en appelant, dans un réflexe de caste pavlovien, à voter pour Emmanuel Macron. Après l'échec lamentable de François Fillon, ils se décrédibilisent complétement auprès de leur électorat.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Et si l’on superposait la carte des résultats avec celle des mosquées ?

28 Avril 2017, 06:20am

Publié par Thomas Joly

La carte des résultats publiée par le ministère de l’Intérieur a suscité nombre d’analyses. Une, cependant, semble avoir échappé à la sagacité des commentateurs, à moins que son caractère particulier n’ait induit une censure… Pourtant, elle est riche d’enseignements, tant sur la sociologie du vote et son évolution probable que sur les événements civilisationnels que nous allons connaître dans la décennie qui vient.

J’ai donc superposé la carte départementale des candidats arrivés en tête du premier tour et des icônes représentant le nombre de lieux de culte musulman par habitant de chaque département. Quatre niveaux ont été retenus, à savoir, pour une mosquée : moins de 7.500 habitants, entre 7.500 et 12.500, entre 12.500 et 15.000, plus de 15.000 (pas d’icône).

Hélas, je n’ai pas trouvé de données fiables pour l’outre-mer.

Le département ayant le ratio le plus faible est la Seine-Saint-Denis, avec une mosquée pour 3.500 habitants, ce qui est un peu plus que ce que l’on trouve à Damas ; en Vendée, nous avons une mosquée pour 114.000 habitants.

Les données pour les départements de l’Aisne, du Pas-de-Calais et de la Somme apparaissent notoirement insuffisantes. D’une façon générale, il est possible que le nombre de lieux de culte soit trop faible à cause de lieux non déclarés ou déclarés sous une autre appellation ; il n’a pas été tenu compte de la taille des salles, néanmoins le nombre de lieux de culte musulman est nécessairement un bon indicateur de la proportion de population islamique.

La carte parle d’elle-même ! Le vote Le Pen est corrélé avec le nombre de musulmans et, symétriquement, le vote Macron est majoritaire dans les zones où l’islam est très peu représenté.

Voyons les rares exceptions. J’ai déjà évoqué l’Aisne, le Pas-de-Calais et la Somme ; la Corse du Sud est peut-être à mettre dans le même cas, l’Indre n’est pas loin de la limite ; il s’agit aussi de situations particulières évoquées dans les autres analyses.

En Haute-Savoie, Dupont-Aignan atteint presque 6 % qui, ajoutés aux voix de Marine Le Pen, placeraient celle-ci en tête ; c’est aussi le cas en Lozère et encore plus dans l’Orne.

Paris, la Haute-Garonne, l’Isère, le Rhône sont des bobolands, mais avec des zones d’habitation bien séparées et une carte scolaire savamment adaptée ! Les départements de la grande couronne parisienne sont également segmentés géographiquement avec peu de mixité réelle. Je ne suis pas descendu au niveau du canton, mais je suis convaincu que l’on trouverait le même type de situation.

Les autres départements « macronistes » notés avec une icône sont des vieilles terres de l’ancienne gauche pré-terranovienne.

Racisme ou expérience véritable du « vivre ensemble » ?

On nous sert depuis deux jours l’argument que les « bien dans leur peau », les « gagnants », les entreprenants, les voyageurs votent Macron, et même que le taux de faillite est plus faible dans la partie rose ! Très bien, cela signifierait-il que la présence musulmane est une entrave à l’économie, à la réussite ? « Moins il y a de musulmans, mieux on se porte ! » : c’est cela que nous devons comprendre en écoutant Arte, Canal+ et BFM ?

Cette carte a aussi un autre mérite, elle désigne les frontières : à l’Ouest, l’Atlantique est une barrière, côté Espagne, le Pays basque veille au grain, dans les Pyrénées ou les Alpes, la haute montagne bloque, mais au sud, la Méditerranée est une passoire et, à l’Est, c’est l’Allemagne et son hégémonie retrouvée.

Le vote Marine Le Pen, c’est aussi celui de ceux qui ressentent ou voient le danger mortel.

Gérard Couvert

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Après le fiasco de Macron à Whirlpool, il n'est plus donné qu'à 59 % contre 41 à Marine Le Pen dans les sondages

27 Avril 2017, 06:56am

Publié par Thomas Joly

Alors que le 2nd tour de l'élection présidentielle semblait être une formalité pour Macron, les comités de rédaction commencent à se crisper. Après la prestation catastrophique du candidat de l'oligarchie sur le site de Whirlpool hier à Amiens - où Marine Le Pen a reçu un accueil triomphal - le sondage du jour donne Emmanuel Macron à 59 % et Marine Le Pen à 41 %, bien loin du score stalinien envisagé par les instituts de sondages au soir du 1er tour. De plus, le pestilentiel « Front républicain » semble avoir beaucoup de mal à se mettre en place.

Autant d'éléments qui laissent penser qu'une gigantesque surprise à la Trump pourrait avoir lieu le 7 mai prochain...

Voir les commentaires

Laurence Parisot 1er Ministre de Macron ? Elle se déclare disponible et prête à accepter

27 Avril 2017, 06:48am

Publié par Thomas Joly

Dans l'entourage d'Emmanuel Macron, le nom de l'ex-patronne du Medef revient avec insistance pour le poste de Premier ministre. Laurence Parisot assure à Marianne qu'elle est disponible...

C'est une des grandes inconnues de cet entre-deux tours : quel Premier(e) ministre Emmanuel Macron choisira-t-il, si d'aventure il accède à l'Elysée le 7 mai prochain ? Dans l'entourage du candidat, personne ne se risque à un pronostic officiel. Tous affirment que le fondateur d'En Marche n'évoque jamais le sujet, même en présence de ses plus proches soutiens. "Il nous demande de nous concentrer sur la campagne et ne fait aucune promesse de poste", explique un proche collaborateur.

Pour autant, certains noms commencent à émerger sérieusement. Le 3 mars dernier, quand le fondateur d'En Marche a décrit son futur chef du gouvernement en politique chevronné - "Il faudra qu'il ou elle ait une forte expérience de la vie politique, de l'art parlementaire et de la capacité à gouverner les hommes" -, beaucoup dans la petite nébuleuse En Marche y ont vu le portrait robot de Jean-Yves Le Drian. Sauf que, depuis, Emmanuel Macron a précisé accorder sa préférence à une femme, et une personnalité issue de la société civile. Interrogé le 29 mars sur la présence du ministre de la Défense dans le prochain gouvernement, le candidat a semblé écarter cette possibilité : "Je prône le renouveau des visages, il s’applique pour l’équipe gouvernementale de manière très claire".

Depuis, les hiérarques d'En Marche scrutent chaque signe et tentent de peser les atouts et les handicaps de chacun, afin de déterminer l'heureux ou heureuse élu(e). Ces derniers jours, un autre nom se détache nettement. Il s'agit de l'ex-présidente du Medef, Laurence Parisot. "Dans les conversations, son nom revient très souvent", nous confirme un proche du candidat d'En Marche. Expérimentée, la dirigeante a l'avantage de s'être engagée très tôt contre le FN et en faveur d'une politique centriste et pragmatique. En revanche, son CV d'ex-patronne de l'institution patronale risquerait d'ulcérer une partie de la gauche...

Pour l'heure, la vice-présidente de l'Ifop se dit intéressée. Contactée par Marianne, elle ne cache pas sa disponibilité quand on l'interroge sur la possibilité de se voir proposer Matignon : "J'ai plusieurs fois dit que j'étais disponible à faire des choses. J'ai une expérience, je suis crédible. Donc je peux être prête".

Source : https://www.marianne.net/politique/quel-premier-ministre-pour-macron-laurence-parisot-se-dit-disponible?utm_medium=Social&utm_campaign=Echobox&utm_source=Facebook#link_time=1493274653

Voir les commentaires

La gauchiste Audrey Pulvar écartée de CNews pour avoir signé une pétition anti-Le Pen

27 Avril 2017, 06:33am

Publié par Thomas Joly

Audrey Pulvar a été « suspendue de l’antenne » de CNews pour une durée encore indéterminée, selon nos informations. La direction de la chaîne reproche à la journaliste d’avoir manqué à son devoir de réserve et de neutralité en signant une pétition anti-Marine Le Pen.

Audrey Pulvar fait en effet partie avec Zabou Breitman, Julie Gayet, Bruno Solo, Agnès Jaoui ou Françoise Laborde, d’une pétition lancée par Laurence Rossignol, la ministre de la Famille, de l’Enfance et des Droits des femmes intitulée « Féministes, nous ne voulons pas du Front National. Nous votons Emmanuel Macron ! »

Source : http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/tv/audrey-pulvar-suspendue-de-l-antenne-de-cnews-pour-une-petition-anti-le-pen-26-04-2017-6893547.php

 

Voir les commentaires

Accusé d’être « entre les mains de l’UOIF », le camp Macron réplique au FN en citant Camel Bechikh

27 Avril 2017, 06:32am

Publié par Thomas Joly

Accusé par Marine Le Pen d’être « entre les mains » de l’UOIF (l’Union des organisations islamiques de France, issue des Frères musulmans), le candidat d’En Marche ! a répliqué par la voix de son porte-parole.

Au micro de RTL ce mercredi, Benjamin Griveaux a retourné l’accusation à l’envoyeur… en rappelant une rencontre passée entre des militants frontistes et un cadre de l’association proche des Frères musulmans. Il a déclaré : « Moi j’aimerai que Marine Le Pen s’explique sur Camel Bechikh, qui est très proche de l’UOIF et qui a été invité à débattre par le collectif FN "Banlieues patriotes" ».

De fait, ce dernier avait invité Camel Bechikh, responsable associatif membre de l’UOIF dans une web-émission diffusée en octobre. Un comble que Benjamin Griveaux n’a pas manqué de souligner, Marine Le Pen appelant régulièrement à la dissolution de l’association rebaptisée en février « Musulmans de France ».

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Whirlpool : un fait de campagne majeur

27 Avril 2017, 06:18am

Publié par Thomas Joly

Avons-nous assisté à un événement historique ? Quoi qu’il puisse se passer par la suite, les images resteront longtemps gravées dans les mémoires. Alors qu’Emmanuel Macron était en discussion avec les représentants syndicaux du site Whirlpool d’Amiens, à la chambre de commerce de la Somme, Marine Le Pen se rendait concomitamment devant l’usine à la rencontre des salariés, déclarant : « Je suis ici à ma place, exactement là où je dois être, au milieu des salariés de Whirlpool qui résistent à cette mondialisation sauvage, à ce modèle économique honteux. Je ne suis pas en train de manger des petits fours avec quelques représentants qui, en réalité, ne représentent qu’eux-mêmes ».

Marine Le Pen a montré une grande empathie à l’égard de ces ouvriers français, sacrifiés sur l’autel des profits. En effet, le cas Whirlpool est emblématique d’un phénomène plus visible que jamais : la disparition du tissu industriel français. Pourquoi les propriétaires du site Whirlpool d’Amiens souhaitent-ils délocaliser en Pologne alors même que l’usine réalise d’importants bénéfices ? Pour deux raisons bêtes comme chou. D’abord parce que les règles du commerce mondial les y autorisent et que la France ne fait rien pour s’en protéger. Ensuite, parce que les économies réalisées sur les coûts du personnel leur permettront de dégager toujours plus de dividendes pour leurs actionnaires. On le constate depuis des décennies sans que personne n’y trouve rien à redire.

Pour le mentor d’Emmanuel Macron, l’inénarrable Jacques Attali, le sort de ces salariés relève de « l’anecdote ». C’est du moins ce qu’il a déclaré lors d’un entretien accordé à la chaîne LCI. Que sont ces 300 individus, ayant le plus souvent des familles à charge, pour ce monstre froid d’arrogance technocratique ? Très précisément des variables d’ajustement. Il ne connaîtra pas la misère du déclassement, pour lui ou pour sa famille. Peu lui chaut, donc, qu’une usine soit fermée et qu’avec elle, un territoire – en l’occurrence la Somme – continue de péricliter.

Il a même affirmé que « les ouvriers » devraient « se prendre en main » ; à l’image d’un jeune soutien de Macron, Charles Horache, qui a écrit « Ah oui, ils préfèrent Le Pen à Macron parce que, sinon, on va devoir travailler et se laver les cheveux ».

Un tel mépris de classe laisse sans voix. Au-delà, il s’agit d’une preuve d’irrespect à l’égard de cette France sortie des radars, frappée par la récession, le chômage de masse et les conséquences les plus désastreuses de la mondialisation. Contrairement à ce que pense monsieur Jacques Attali, les mesures prônées par Marine Le Pen ne sont pas « démagogiques » mais bel et bien raisonnables. Elle entend garder l’appareil productif en France, refusant d’abandonner pleinement notre pays à la fumeuse théorie de la connaissance qui plombe la zone euro depuis plus de dix ans, date à laquelle a été décidée la stratégie de Lisbonne qui nous conduit dans le mur de la croissance zéro. En outre, elle veut armer la France dans la mondialisation, pour qu’elle soit plus juste et que tout le monde y gagne. Bref, choisir la France plutôt que choisir la finance !

Les salariés ne s’y sont pas trompés, lui réservant un accueil très chaleureux. De l’autre côté, Emmanuel Macron était reçu sous les sifflets. C’est un tournant majeur de la campagne. Peut-on parler d’un imprévu dans l’histoire ? Nous le saurons le 7 mai. Se font face deux candidats assumant des idées politiques chimiquement pures. On pourrait tomber dans le piège du miroir, en jugeant que l’un défend la « droite du travail et la gauche des valeurs » et l’autre « la droite des valeurs et la gauche du travail ». Ce ne serait pas totalement faux mais un peu simpliste. Idem pour le clivage qu’aimerait faire surgir Emmanuel Macron, en opposant son progressisme à la réaction qu’incarnerait Marine Le Pen. Car qui peut décemment croire que l’abolition des frontières, économiques ou civilisationnelles, soit un progrès pour les Français ?

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Compromission des médias : la preuve par l’image

27 Avril 2017, 06:11am

Publié par Thomas Joly

Ce que révèle – enfin ! – cette vidéo est un scandale.

Contrairement aux rumeurs de « fake », il s’agit bien de la main de quelqu’un de l’équipe d’Emmanuel Macron, ce qui est confirmé par Ruth Elkrief elle-même, dans un tweet de justification…

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le 1er mai, la droite nationale non-reniée défile à Paris avec Jean-Marie Le Pen

26 Avril 2017, 06:55am

Publié par Thomas Joly

Le Parti de la France défilera aux côtés de Jean-Marie Le Pen lundi 1er mai pour la Fête du Travail et en l'honneur de Jeanne d'Arc. Ce sera une démonstration de force de la droite nationale face au danger que représente la gauche mondialiste et immigrationniste représentée par Emmanuel Macron, candidat de l'oligarchie cosmopolite.

Rendrez-vous à 10h à l'angle de la rue de Rivoli et de la place du Palais royal.

A 11h, discours de Jean-Marie Le Pen place des Pyramides.

Voir les commentaires

Tous les Robert Ménard de France n’ont qu’un tort : avoir raison trop tôt !

26 Avril 2017, 06:23am

Publié par Thomas Joly

Le Tribunal révolutionnaire ne connaissait qu’une alternative : l’acquittement ou la mort. Il pouvait juger sur simples présomptions, en utilisant des « preuves morales ». Robert Ménard a dû y penser lorsque le successeur de Fouquier-Tinville a requis contre lui, le 8 mars dernier, une peine de 1.800 euros d’amende pour « provocation à la haine raciale ». Le tribunal est allé au-delà, en condamnant le maire de Béziers à 2.000 € d’amende, à des dommages-intérêts et à 1.000 € d’indemnité de procédure pour chacune des associations qui s’étaient jointes à la procédure.

La relaxe n’existe pas, ou presque, devant ce tribunal chargé de juger l’opinion. La XVIIe chambre du TGI de Paris a pour attributions les délits de presse. Composée de magistrats spécialisés, volontaires et politisés, elle sanctionne impitoyablement toute pensée déviante. Bras séculier de l’Inquisition antiraciste, elle veille avec rigueur à l’orthodoxie de la pensée, de la parole et des actes.

Parfois, elle inflige des stages de citoyenneté, sortes de séances d’autocritique à la lumière des « valeurs de la République ». Souvent, elle condamne à des amendes, parce qu’elle en connaît la valeur dissuasive et le poids pour ceux qui, comme Robert Ménard, ne s’enrichissent pas au contact des puissants.

Son crime ? Avoir déclaré, sur Twitter : « #rentréedesclasses : la preuve la plus éclatante du #GrandRemplacement en cours. Il suffit de regarder d’anciennes photos de classe. » Puis, quelques jours plus tard sur LCI : « Dans une classe de centre-ville de chez moi, 91 % d’enfants musulmans. Évidemment que c’est un problème. »

La loi de 1881 sur la liberté de la presse (on ne rit pas) prévoit, en son article 24 : « Ceux qui, par l’un des moyens énoncés à l’article 23, auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d’un an d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende. »

Ce texte, inutilisé lorsqu’un journal satirique publie une caricature de Benoît XVI sodomisant un enfant de chœur, n’a qu’une fonction : empêcher toute critique de l’islam dans notre société démocratique. Il est tellement flou qu’il permet n’importe quelle interprétation. Loin d’expressions de haine outrageante ou d’atteintes à la dignité, les seuls constats d’une réalité visible lui permettent de condamner le déviant, le révisionniste, le suppôt du nazisme et des heures les plus sombres de notre histoire… Déclaré conforme à la Constitution, c’est une arme de guerre terrifiante à laquelle chacun d’entre nous peut être confronté un jour.

On sait comment les « juges » du Tribunal révolutionnaire, et Fouquier-Tinville lui-même, ont fini leur sinistre carrière. Si, ce qu’à Dieu ne plaise, d’autres traditions que les nôtres s’imposent un jour dans la loi française, il ne sera plus temps de juger les « incitations à la haine raciale ». Ceux-là mêmes qui s’érigent aujourd’hui en gardiens du temple s’apercevraient bien vite que tous les Robert Ménard de France n’avaient qu’un tort : avoir eu raison trop tôt.

Le combat de Robert Ménard continue : il a interjeté appel de cette décision inique. Et, avec lui, les millions de Français qui se taisent, mais n’en pensent pas moins…

François Teutsch

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires