Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Grace à la fermeté des Grecs et au Coronavirus, les envahisseurs migrants retournent en Turquie

28 Mars 2020, 09:29am

Publié par Thomas Joly

Les migrants qui attendaient à la frontière grecque depuis plus d’un mois, dans l’espoir d’entrer en Europe, parfois de manière brutale, ont finalement décidé de quitter la zone vendredi. Déçus du comportement adopté par la Grèce a laissé ses portes fermées, ils ont fait savoir aux autorités turques qu’ils avaient décidé de quitter la zone tampon entre les deux pays.

La préfecture d’Edirne, province à la pointe nord-ouest de la Turquie, a envoyé en bus les migrants et réfugiés dans des centres d’accueil. Une fois la période de quarantaine effectuée, ils seront envoyés dans les régions du pays qui pourront les accueillir.

Source : http://tvlibertes.com

Voir les commentaires

Gestion de la crise sanitaire : et deux comités ! Deux !

27 Mars 2020, 15:03pm

Publié par Thomas Joly

Ça y est ! Nous sommes sauvés. Alléluia ! Grâce soit rendue à Jupiter et son Olympe. Mais, bon sang ! comment n’y avons-nous pas pensé plus tôt ? On se noie dans des questions niaises, idiotes à force d’être futiles. Et la solution était là, tout près, à porter de la main.

Dépister la maladie par des tests généralisés, mais c’est inutile, mon cher, puisqu’il suffit de tester les malades. Et puis, les tests, faut les analyser et ça encombre les laboratoires. En pleine pandémie, vous n’imaginez pas une seconde l’importance que revêt la disponibilité des labos.

La chloroquine ? Mais, mon cher, vous n’y pensez pas ! D’abord, ils viennent de la déclarer vénéneuse ! Si, si, c’est un décret qui vient de paraître. Avez-vous déjà essayé de manger des champignons vénéneux ? Comme disait Coluche, on peut, mais une seule fois ! Ensuite, on n’a pas les bonnes signatures sur les bons CERFA, pour utiliser cette substance – beurk ! – sur de vrais malades. Alors, vous vous doutez bien que l’on répugne à prendre des risques ! Oui, mais sans traitement, on prend des risques pires encore ! Ah ! Ah ! Je soupçonne l’indécrottable sophiste dans cette réflexion primaire ! Sachez, Monsieur, que, dans notre pays, on a le droit de mourir, mais en règle avec la loi, pas autrement.

Les masques ? Mais voyons, réfléchissez : c’est ridicule de faire porter des masques aux gens pas malades. Ah bon ! Je croyais que les masques, c’était comme les ascenseurs : un coup pour monter, un coup pour descendre ; là, un coup pour se protéger si on n’est pas atteint, et un coup pour ne pas contaminer si on l’est. C’est bien ce que je pensais, raisonnement borné ; le masque, ça ne sert que dans un sens, du malade vers les autres ; dans le sens contraire, ça ne sert à rien. Oui, mais, mercredi dernier, le président de la République est allé à Mulhouse. Il s’est baladé dehors. Il portait un masque. J’en déduis qu’il est atteint. Vous confirmez ? Euh… Et si vous contactiez les services de l’Élysée ?

Oh ! Et puis, ça suffit. Puisque l’on vous dit que l’on prend les mesures, les bonnes. Tenez, deux semaines après avoir créé un Conseil scientifique d’experts pour éclairer ses décisions, le Président vient d’en constituer un deuxième auquel il a donné un nom anglo-ronflant : le CARE, pour Comité Analyse, Recherche, Expertise. Or, le premier a foiré ! Il y a eu cette histoire calamiteuse d’autoriser, sous son autorité, le premier tour des municipales ; et voilà maintenant que le Pr Raoult, plus connu sous le nom de « Chloroquine Man », en claque la porte. Les experts n’expertaient pas suffisamment. Alors, on constitue un nouveau comité en espérant que, cette fois, sous la houlette d’un prix Nobel, le truc va marcher. Pour le patron du premier comité, c’est le goudron et les plumes ! Pourtant, le gars reste en poste : le ne se substitue pas, il s’ajoute.

Je ne suis pas rassuré ! Clemenceau, qui était, lui, un homme d’État, a dit : « Quand on veut enterrer une décision, on crée une commission. » À ce train-là, il n’y a pas que les décisions qui vont être enterrées !

Yannik Chauvin

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Refrain en soirée africaine : « Corona : la maladie des Blancs ! »

27 Mars 2020, 10:49am

Publié par Thomas Joly

Sympa. L’argent des Blancs en revanche est bienvenu et on ne s’en moque pas.

Vidéo prise dans une soirée dansante en Afrique :

Ces gros malins ne sont peut-être pas au courant que cette épidémie vient de Chine. En tout cas, ils riront probablement moins dans quelques semaines.

Source : http://www.contre-info.com/

Voir les commentaires

Le ministère de la Parole

27 Mars 2020, 10:27am

Publié par Thomas Joly

« Ne faut-il pas délibérer
La Cour en conseillers foisonnent
Est-il besoin d’exécuter
L’on ne rencontre plus personne »
(Jean de La Fontaine, Conseil tenu par les rats).

Il n’est jamais inutile de relire La Fontaine, lequel a tout dit il y a plus de trois siècles. Proverbes, adages, dictons des siècles passés, d’ici et d’ailleurs, disent tous la même vérité, laquelle se vérifie, hélas, aujourd’hui, dans cette crise du coronavirus : « Le beau parleur fait plus de bruit que de besogne » (proverbe français), « Une longue langue a de courtes mains » (proverbe anglais), « Il faut juger aux mains, et non à la bouche » (proverbe peul).

Qui, dans cette terrible affaire, a-t-il le plus parlé et le moins fait ? Mesdames Buzyn, Ndiaye, Pénicaud, Belloubet ? Messieurs Véran, Castaner, Blanquer ? Édouard Philippe ? Emmanuel Macron ?

Parler, parler toujours et encore, occuper l’espace, le saturer, laisser à penser et laisser croire, faire illusion et tromper son monde. Parler, parler pour ne rien dire, parler sans savoir, parler avant toute chose. Voici le règne des bavards, des phraseurs, des technos déconnectés, des sachants donneurs de leçons coupés du réel, des communicants pris à leur propre jeu.

Le ministère de la Parole, voilà le seul et unique ministère par tous partagés, du Président au secrétaire d’État, qui passent leur temps à parler, venir sur les plateaux chaque soir à l’heure de la soupe pour nous vendre la leur, à grand renfort de coups de menton – ces matamores du renoncement –, de mots grandiloquents, qui claquent, qui font l’Histoire – « nous sommes en guerre », n’est-ce pas –, de poses sévères, de mines compassées, de sermons mielleux, de reproches outrés, d’objurgations – nous « exhorter », n’est-ce pas –, d’accents quoi, gaulliens ? pour se justifier, s’auto-justifier, nier l’évidence, botter en touche, user de la langue de bois, ne pas répondre aux questions posées, éluder, contourner, cacher son ignorance, laquelle apparaît ainsi, pauvres ministres, en pleine lumière. C’est jeu de saltimbanques, de la jonglerie, du mauvais théâtre, et encore usé jusqu’à la corde, dont nul n’est plus dupe. De quoi vous donner envie d’éteindre votre moulin à paroles et de lire… La Fontaine. Se confiner, certes, mais en se bouchant les oreilles.

« Gouverner, c’est prévoir », répétaient Émile de Girardin et Adolphe Thiers, au XIXe siècle, « gouverner, c’est parler » est l’adage du pouvoir macronien. Au-delà de l’imprévoyance, de l’incompétence, de l’amateurisme de ce pouvoir, c’est bien ce ministère de la Parole qui est le plus insupportable. La palinodie des masques n’en est que l’exemple le plus criant. Masques annoncés chaque soir par milliers et millions, et chaque matin espérés, attendus et… absents. Triste palinodie, obscène mascarade entretenue par un pouvoir qui fait justement tomber le sien, de masque.

Monsieur le Président, je sais bien que comparaison n’est pas raison, mais c’est vous qui avez parlé de « guerre ». C’est un mot bien grave. Mercredi soir, vous étiez encore à nous parler devant des tentes militaires à Mulhouse – ne manquait que le treillis kaki –, dans l’attente d’une prochaine allocution déjà annoncée. La veille, votre ministre de l’Agriculture filait la métaphore et en appelait (rien que cela) à « la mobilisation générale », à « l’armée de l’ombre » !

Monsieur le Président, si nous sommes en temps de guerre, que chacun accomplisse son devoir. Le citoyen, celui de se confiner et, quand il le faut, de travailler ; le vôtre et celui de vos ministres, de vous taire. Enfin. Et d’agir.

Raphaël Dargent

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le débat entre Thomas Joly et Thomas Ferrier sur l'Union Européenne

27 Mars 2020, 07:37am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Les responsables d’EHPAD redoutent la mort de 100 000 résidents

26 Mars 2020, 09:12am

Publié par Thomas Joly

Lundi 23 mars, une vingtaine de décès liés au Covid-19 étaient signalés dans un Ehpad des Vosges. Désormais, des situations similaires sont rapportées partout en régions, dans le Grand Est, en Rhône-Alpes, mais aussi à Paris.

Voir les commentaires

Le confinement allégé dans les banlieues afro-musulmanes pour ne pas « mettre le feu »

26 Mars 2020, 08:57am

Publié par Thomas Joly

C’est un extrait du Canard Enchainé qui en dit long sur la capitulation du Gouvernement en banlieue, et sur l’état du pays, mais surtout sur la discrimination favorable à ces populations qui n’entendent manifestement pas respecter la loi et le confinement. Ainsi, ce confinement, toujours d’après le Canard, serait allégé dans les banlieues.

« Ce n’est pas une priorité que des faire respecter dans les banlieues les fermetures de commerces et les rassemblements » indique Laurent Nunez, secrétaire d’État.

Nous vous invitons à lire le papier ci-dessous et à vous rendre compte du scandale. N’hésitez pas à l’imprimer et à le montrer aux forces de l’ordre qui vous contrôlent lorsque vous avez le malheur d’aller faire un achat de produit de première nécessité, ou un footing à 1,3km de chez vous au lieu du km autorisé…

Source : http://breizh-info.com

Voir les commentaires

Le business des rues continue à Paris malgré le confinement

25 Mars 2020, 17:45pm

Publié par Thomas Joly

Malgré l’obligation de confinement, le business illégal continue dans le Nord-Est parisien. Ventes de cigarettes, de cannabis ou de cartes de téléphonie, mais aussi consommation en groupe d’alcool dans l’espace public.

Barbès, place de la Chapelle, rue Marx-Dormoy, porte de Clignancourt, ils sont partout. Vendeurs de cigarettes de contrebande et consommateurs d’alcool, acheté sous le manteau dans de petites échoppes dont beaucoup n’ont pas l’autorisation d’ouvrir en ces temps de pandémie.

Des grappes d’hommes, parfois agressifs, qui ont conservé exactement les mêmes habitudes – souvent délictuelles – qu’avant. En dépit du confinement.

Source : Le Parisien via Fdesouche

Voir les commentaires

Alexandre Simonnot rend hommage à Monseigneur Lefebvre décédé il y a 29 ans

25 Mars 2020, 17:12pm

Publié par Thomas Joly

N’oublions jamais Son Excellence Monseigneur Marcel Lefebvre, rappelé à Dieu il y a aujourd'hui 29 ans. C’est en effet le Lundi-Saint 25 Mars 1991 que Monseigneur Lefebvre, après plus de 60 années de sacerdoce dont 40 d’épiscopat, a remis sa belle âme à Dieu.

Providentiellement, Monseigneur Lefebvre est rappelé le jour de la grande Fête de l’Annonciation, c'est-à-dire le jour de l’ordination sacerdotale de Notre Seigneur Jésus-Christ. Par l’humble « fiat » de la Très Sainte Vierge Marie, Jésus s’incarnera en elle par l’opération du Saint-Esprit et c’est ainsi que le Christ sera ordonné Prêtre par Son Père pour le rachat de nos pêchés et le salut de nos âmes.

Le combat de Monseigneur Lefebvre a été justement, durant toute sa vie, la défense et la préservation du Sacerdoce Catholique.

Né à Tourcoing le 29 Novembre 1905, ordonné prêtre puis sacré évêque, Monseigneur Lefebvre a été longtemps Archevêque de Dakar au Sénégal mais aussi Délégué Apostolique (l’équivalent de Nonce) du Pape Pie XII pour toute l’Afrique francophone. Il a été ensuite Supérieur Général de la Congrégation des Pères du Saint-Esprit puis Archevêque émérite de Tulle.

Docteur en philosophie et en théologie, il participe activement à la préparation du Concile Vatican II mais ses travaux seront sabotés et le Concile deviendra ce que l’on sait.

Ouvertement opposé aux dérives modernistes et libérales de Vatican II, adversaire résolu du communisme et de la franc-maçonnerie, Monseigneur Lefebvre fonde, en 1970, la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X et son célèbre séminaire d’Ecône, en Suisse. Peu connu du grand public, Monseigneur Lefebvre fait une spectaculaire percée médiatique lorsqu’il est « suspens a divinis » c'est-à-dire interdit de sacrements, en 1976, par Paul VI. Mais rien n’arrête cet évêque de fer qui poursuit inlassablement son œuvre.

Sentant sa dernière heure venir, et ne voulant point laisser ses nombreux séminaristes orphelins, il sacre 4 évêques le 30 Juin 1988, ce qui lui vaut d’être « excommunié » par Jean-Paul II.

Fidèle à l’Église de toujours et à la Rome de toujours, Monseigneur Lefebvre est véritablement le sauveur du Sacerdoce, de la Messe et de la Tradition Catholiques.

Monseigneur Lefebvre avait également apporté son soutien à l’action de Jean-Marie Le Pen et du Front National lors de l’élection Présidentielle de 1988. Le Front National a d'ailleurs salué sa disparition dans un communiqué où il a rendu hommage à « un ardent défenseur de la civilisation occidentale et chrétienne ».

Monseigneur Lefebvre avait aussi dénoncé avec virulence l’islamisation de la France, ce qui lui a valu un procès en sorcellerie. Mais il disparaîtra avant que le jugement n’en soit rendu…

Que Monseigneur Lefebvre repose en paix, et que son œuvre, la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, poursuivre son combat au service du Bon Dieu et du salut des âmes, sans aucune compromission avec la fausse Rome moderniste et apostate.

Alexandre Simonnot - Membre du Bureau politique du Parti de la France

Voir les commentaires

La charia dans l'Aisne ?

24 Mars 2020, 14:32pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Comment se laver les mains ? Heureusement que la Commission européenne est là !

24 Mars 2020, 06:56am

Publié par Thomas Joly

La démonstration en vidéo de la présidente de la Commission européenne fera date dans la lutte contre le coronavirus. Après plusieurs semaines de recherche et de concertations diverses, images à l’appui, Ursula von der Leyen nous livre la règle de base pour se prémunir de la pandémie : le lavage de mains.

« Est-ce possible ? » s’est écrié le professeur Raoult. « Mais pourquoi ne pas nous l’avoir dit plus tôt ? »

« Attendez, professeur, ce n’est pas tout. Vous ne connaissez qu’une partie de la découverte. Regardez mieux la vidéo. Que voyez-vous, ou plutôt, qu’entendez-vous ? »

Sous l’effet de la révélation, le professeur tombe de sa chaise, des éprouvettes explosent. « Mais oui, prof, vous avez bien entendu, il faut se laver les mains en chantant. »

Alors que le personnage réprouvé par le Décodex s’apprête à raccrocher sa blouse pour aller se reconvertir dans la mécanique auto, nous le contraignons à revoir encore une fois la séquence. « Mais que faut-il chanter, professeur, écoutez bien s’il vous plaît. »

« Mais bon sang, mais c’est bien sûr ! »

« Eh oui, professeur, il faut fredonner l’ode à la joie de Ludwig van, qui n’est autre que quoi ? Allez, dites-le… »

« L’hymne européen ? »

« Bonne réponse ! Effectivement, pour une bonne protection du virus, il faut se laver les mains en chantant l’hymne européen. Sinon, ça marche pas. »

Au terme de ce tutoriel qui vient montrer l’efficacité des technocrates de Bruxelles contre la pandémie, Ursula von der Leyen montre à la caméra le résultat éclatant de sa découverte. Ses deux mains sont intégralement propres. Dénuées de toute trace de cambouis ou d’huile de friture, les doigts sont tous là, vous pouvez recompter, et surtout, il est très visible qu’aucun virus n’a survécu à l’hymne européen.

Une révélation qui voit le professeur Raoult revenir dans son bureau, l’air préoccupé : « Mais dans ce cas, est-il vraiment nécessaire de se laver les mains ? À l’instar du film Mars Attack avec la chanson qui tuait les méchants extraterrestres, ne suffirait-il pas de diffuser à grande échelle l’hymne européen interprété par Ursula pour en finir avec le coronavirus ? »

Des tests sont en cours. Pour affiner les recherches, une équipe de carabins d’un hôpital marseillais a demandé une vidéo d’Ursula von der Leyen sous la douche. L’avancée de la science est à ce prix.

Jany Leroy

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le confinement, le remède de la France pauvre

24 Mars 2020, 06:34am

Publié par Thomas Joly

La France est-elle trop pauvre pour proposer une protection digne de ce nom à ses citoyens, mais aussi à ses agents qui œuvrent pour le bien public ? C’est la question qu’on peut se poser, compte tenu des appels répétés à la solidarité entre individus, de même que l’aide des entreprises que l’État mettrait bien encore une fois à contribution.

Trop pauvres pour avoir des masques

Les Français semblent avoir complètement entériné l’absence de masques qui sont pourtant la solution idéale appliquée par d’autres pays (riches, évidemment), et qui aurait pu l’être chez nous, évitant le confinement.

Malheureusement, bien qu’Agnès Buzyn ait répété qu’il y en avait « des millions » « dans les stocks de l’État » (ce dont on se fout éperdument puisqu’ils ne sont pas disponibles pour nos bouches contaminantes), Olivier Véran a admis vendredi soir que les stocks de FFP2 étaient de… zéro.

Rassurez-vous, l’État a passé commande hier, ou il y a quelques jours, ou récemment. Peu importe. Le fait est que nous avons vu comment la situation évoluait en Chine en décembre 2019. Et que notre bureaucratie, pauvre voire incompétente, tente de prendre conscience du problème en mars 2020.

Donc, puisqu’il n’y a pas de masques à distribuer aux pharmacies, le message le plus approprié a été : « les masques ne servent à rien. »

Ce message, porté par Jérôme Salomon en personne (Directeur général de la Santé), est la déformation d’une réalité scientifique : le masque ne suffit pas.

Mais il est nécessaire. La pénurie fait dire des choses affreuses…

En Asie, ce genre de message a suscité la consternation. Mais le fier coq gaulois continue à chanter, vaille que vaille…

Sibeth Ndiaye n’est pas en reste, en déclarant elle aussi qu’il n’y aurait pas de masques pour les particuliers « car ce n’est pas nécessaire ».

Voir les commentaires

Terrifiante intervention de l’avocat des 600 médecins qui ont saisi la cour de justice de la république

24 Mars 2020, 06:13am

Publié par Thomas Joly

Me Fabrice di Vizio est l’avocat qui défend les médecins qui se retournent – entre autres – contre l’ex-ministre de la santé, Agnès Buzyn. Il explique de manière vive sur ce plateau qu’on ne peut absolument plus avoir confiance en notre gouvernement.

Revoir également cette intervention de Me Fabrice di Vizio :

Voir les commentaires

En pleine catastrophe sanitaire, Laurence Rossignol cherche à augmenter le délai pour tuer les enfants dans le ventre de leur mère

23 Mars 2020, 06:48am

Publié par Thomas Joly

Satan est à la manœuvre à travers cette femme :

Source : http://ndf.fr

Voir les commentaires