Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Un clandestin en rétention administrative coûte 690 euros par jour aux Français envahis

29 Octobre 2022, 10:27am

Publié par Thomas Joly

« C’est un chiffre qui m’a fait sursauter. » En commission des lois à l’Assemblée nationale, Dominique Simonnot, Contrôleur général des lieux de privation de liberté, n'a pas caché sa surprise en dévoilant, ce 26 octobre, le coût d’une journée en centre de rétention administrative (CRA) pour un clandestin. À partir d'un rapport de la Cour des comptes qu'elle a pu consulter, elle affirme devant les députés qu’un retenu, c’est-à-dire un étranger en situation irrégulière placé en CRA, coûte en moyenne à l’État 690 euros par jour ! Un montant effarant qui rappelle que la France dépense des millions d’euros dans la gestion de l’immigration clandestine.

Un minimum de 14.000 euros par clandestin

Elle répondait à une question de Timothée Houssin, député RN de l’Eure, et acceptait pour « la première fois » de révéler le montant d’une journée de rétention.

Loin d’être stable, ce chiffre connaît une perpétuelle augmentation. Un rapport de la Cour des comptes de mai 2020 estime ainsi, pour l’année 2018, « que chaque journée de retenue en métropole a représenté une dépense de 622 euros […] en progression de 30 % en un an ». Ce coût prend en compte notamment les frais de fonctionnement et d’entretien du centre de rétention, les salaires des policiers et gendarmes chargés de la gestion des CRA ou encore l’entretien des étrangers en situation irrégulière. À titre de comparaison, le minimum vieillesse pour les retraités de plus de 65 ans aux faibles ressources atteint en moyenne 953 euros par mois, soit... 31 euros par jour. De même, un élève du second degré coûte vingt-cinq fois moins cher par jour à l’État qu’un retenu en CRA.

Pourtant, les dépenses de gestion de l’immigration clandestine ne se limitent pas à la rétention administrative. Un rapport parlementaire, déposé en juin 2019 à l’Assemblée nationale, évalue à près de 500 millions le coût total des expulsions des clandestins. Tout d’abord, à lui seul, un étranger en situation irrégulière coûte environ 14.000 euros dans le cas d’un éloignement forcé. Outre la rétention administrative (5.710 euros), ce montant comprend également, selon Le Parisien : le contrôle et l’interpellation (environ 500 euros), la procédure administrative (800 euros), les frais de défense (1.104 euros), les frais de justice (3.429 euros) et les frais de transport (1.235 euros). Ensuite, le coût moyen « d’un retour aidé est estimé quant à lui entre 2.500 et 4.000 euros », ajoutent les parlementaires. Ces étrangers en situation irrégulière qui acceptent de leur propre chef de rentrer dans leur pays d’origine peuvent bénéficier, entre autres, d’une assistance administrative, d’une prise en charge des frais de transport, d’une aide technique ou encore d’un petit pécule pour le départ (d’une valeur moyenne de 898 euros). À cela s’ajoute, dans certains cas, une aide à la réinsertion dans leur propre pays. La somme versée par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) peut aller jusqu’à plus de 10.000 euros. Il fait bon être immigré clandestin, en France…

À l’ensemble de ces chiffres, il convient d’ajouter les subventions publiques versées par millions d’euros aux associations pro-migrants qui viennent en aide aux clandestins et déploient tous leurs efforts pour leur permettre de rester sur le sol français. Alors que l’immigration irrégulière représente un coût non négligeable, les autorités devraient lutter efficacement contre ce phénomène. Mais, au vu du faible taux d’exécution des OQTF, il semble que la priorité du gouvernement soit ailleurs.

Clémence de Longraye

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Rachat de Twitter par Elon Musk : un espoir pour la liberté d'expression ?

28 Octobre 2022, 19:11pm

Publié par Thomas Joly

Rachat de Twitter par Elon Musk : un espoir pour la liberté d'expression ?

Le rachat de Twitter, après maintes tergiversations, par Elon Musk semble déclencher un torrent de larmes de gauchistes. Ce réseau social, véritable fosse septique woke à ciel ouvert, gagnerait en effet beaucoup à devenir un lieu où la liberté d'expression serait rétablie.

Elon Musk a déjà commencé la grande purge en licenciant les trois principaux dirigeants de Twitter, artisans de la censure partisane qui y règne depuis des années. Il compte d'ailleurs remercier 75 % des employés, pour la plupart de sales gauchistes dégénérés.

Peut-être vais-je retrouver mon compte définitivement suspendu parce que j'avais écrit que je ne souhaitais pas me faire égorger par des gens marrons dans la rue ? Qui sait !?

Thomas Joly - Président du Parti de la France

Voir les commentaires

Emmanuel Macron s’adresse aux Français : la France ne se porte pas au mieux, mais lui va très bien !

27 Octobre 2022, 18:21pm

Publié par Thomas Joly

Pour la seconde fois – la dernière remonte au 12 octobre –, Emmanuel Macron s’adresse aux Français, sur France 2. L’occasion pour lui de confirmer que tout ne va pas au mieux dans notre pays, mais que dans les autres nations européennes, ce serait plutôt pire. Si l’on résume, les Français ne connaissent pas leur bonheur.

Heureusement, l’État est là. Qui dépense donc à tout va ; ce qui provoque l’inflation qu’on sait. Une fois encore, nos voisins européens sont encore plus mal lotis, paraît-il. Un discours vite noyé par une pluie de pourcentages et de statistiques auxquels le téléspectateur de base ne doit pas entraver grand-chose. D’ailleurs, même l’auteur de ces lignes est à la peine…

Bref, pour résumer, ce Président qu’on tenait pour libéral se révèle ce soir encore plus dirigiste que jamais. Il est vrai que l’heure est grave. Mais pourquoi une telle usine à gaz ? Surtout quand on apprend que pour se maintenir à flot, l’État français devra au moins emprunter, l’année prochaine, plusieurs centaines de milliards d’euros sur les marchés financiers alors que les taux d’emprunt ne sont plus négatifs depuis longtemps. Mais « tout en maîtrisant la dépense publique » et en « remboursant notre dette », affirme Emmanuel Macron. La quadrature du cercle, en quelque sorte : à cœur vaillant, rien d’impossible.

Après avoir visionné un reportage consacré à un couple de Français vivant avec un enfant et gagnant 4.000 euros mensuels (exemple pas véritablement emblématique, car ni trop riche ni trop pauvre), le Président se lance à nouveau dans une autre sarabande de chiffres tout en y mêlant dividendes d’actionnaires et gros bénéfices des industries pétrolières. À croire qu’il est en train de passer son diplôme d’expert-comptable. Que déduire de son discours ? Rien, concluront ceux qui ne se sont pas encore endormis.

Ce, d’autant plus que monsieur Trogneux affiche une grise mine, loin de la « dimension christique du pouvoir » qu’il évoquait durant la campagne présidentielle de 2017. À en croire Franz-Olivier Giesbert, dans son dernier éditorial du Point, évoquant « la dépression du Président », Emmanuel Macron serait même « dans le déni », « comme le jongleur qui a perdu ses boules et continue à faire le geste de les lancer en l’air ». Pas faux. Où est passée la rage de naguère ? Il est vrai que depuis, l’homme aura découvert que la France multimillénaire était un peu plus qu’une « start-up nation » et que l’Histoire, par nature, était tragique. Pourtant, les antidépresseurs doivent faire des miracles, Emmanuel redevenant peu à peu Macron lorsque parvenant enfin à s’enivrer de ses propres paroles.

La réforme des retraites ? Hormis le fait qu’il recycle volontiers le plus que vulgaire slogan de Nicolas Sarkozy, « travailler plus gagner plus », nous apprenons qu’il faudra travailler plus longtemps pour éviter de gagner moins plus tard. Et qu’en « concertation avec les partenaires sociaux », il faudra prendre en compte la pénibilité de certains métiers et éviter que les salariés se trouvent virés dès la cinquantaine passée, histoire d’être plus longtemps au chômage avant de faire valoir leurs droits à la retraite. Voilà qui n’a pas tout à fait la saveur de l’inédit.

Sans surprise, les groupes parlementaires ayant proposé une motion de censure contre son gouvernement sont renvoyés au rang des irresponsables. Ne manque plus qu’à stigmatiser ces fameux « extrêmes qui se rejoignent » ; mais nous n’en sommes pas loin. Surtout qu’une autre urgence s’invite dans ce vrai-faux débat, celle donnée pour être « climatique ». Mais qui se révèle tôt être « sino-sceptique », sachant que la majeure partie des voitures électriques et des batteries leur permettant de rouler nous viennent aujourd’hui de Chine. D’où une timide esquisse de « protectionnisme européen » à base de ce lithium dont nos sous-sols regorgeraient. Fort bien, mais seule question : d’où viendra l’électricité ? De cette industrie nucléaire que ses prédécesseurs ont sciemment massacrée pendant des décennies, on imagine, sans que réponse soit véritablement donnée à cette question.

Puis, le gros morceau, l’immigration… « 5,6 % de reconduites à la frontière appliquées, c’est peu », lui glisse son intervieweuse. Mais Emmanuel Macron voit haut : il veut « 100 % ». Mais à condition de poursuivre l’aide au développement des pays concernés. On disait déjà la même chose du temps de Valéry Giscard d’Estaing. Mais pas question, pour autant, de faire « le lien entre immigration et délinquance », prévient le premier des Français, même si c’est un peu vrai à Paris et dans les grandes villes, mais moins ailleurs bien au contraire, toutes choses étant égales par ailleurs.

En revanche, ce dernier admet que la société française « devient de plus en plus violente ». Au contraire de cette émission hypnotique et placée sous le signe de l’autosuggestion, soit dit en passant.

Nicolas Gauthier

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Non au Grand Remplacement à Callac !

27 Octobre 2022, 16:51pm

Publié par Thomas Joly

Non au Grand Remplacement à Callac !

Le Parti de la France appelle tous les Bretons qui le peuvent à participer, samedi 5 novembre, à la seconde manifestation organisée à Callac (22) où le maire gauchiste, avec l'aide de riches ordures cosmopolites, veut installer, de manière autoritaire, pas moins de 70 familles de migrants africains.

Non au Grand Remplacement !

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°680

27 Octobre 2022, 16:32pm

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : le RN qui vote la motion de censure de la NUPES, une dissolution de l'Assemblée nationale qui serait profitable au RN ?, Nicolas Sarkozy soutien d'Emmanuel Macron, Giorgia Melloni à la tête de l'Italie, la Russie cible de l'OTAN, le référendum d'initiative citoyenne, la durée en politique, conseils de lecture.

Voir les commentaires

Joe le sénile se perd dans les jardins de la Maison Blanche

26 Octobre 2022, 16:54pm

Publié par Thomas Joly

Joe le sénile se perd dans les jardins de la Maison Blanche

L'épave sénile à la tête des États-Unis, Joe Biden, a réussi à se paumer dans les jardins de la Maison Blanche après une cérémonie. Ce sont les employés de la propriété qui ont dû ramener le vieux débris à bon port.

Pour rappel, sous sa mandature, Donald Trump a dû faire face à deux procédures de destitution...

Voir les commentaires

Zelensky et sa bombe sale

26 Octobre 2022, 16:53pm

Publié par Thomas Joly

Zelensky et sa bombe sale

La polémique sur une hypothétique « bombe sale » en préparation en Ukraine n'est pas à prendre à la légère. Le fourbe Zelensky est prêt à tout pour faire dégénérer le conflit en guerre mondiale et pourquoi pas nucléaire ; quitte à la déclencher en massacrant ses propres compatriotes à l'aide d'une manipulation sordide impliquant les Russes. Il serait temps que l'OTAN calme sa créature, à moins que ce ne soit elle-même qui l'excite en ce sens...

Voir les commentaires

La France récupère les femmes de djihadistes mais garde ses délinquants algériens

26 Octobre 2022, 09:31am

Publié par Thomas Joly

Jeudi dernier, la France a fait revenir 40 enfants et 15 femmes de djihadistes des camps du nord-est de la Syrie. C’est le second rapatriement de grande ampleur opéré par la France depuis celui du 5 juillet dernier où 35 enfants et 16 femmes avaient été ramenés en France, dont la femme du terroriste Samy Amimour impliqué dans les attentats de Paris et de Saint-Denis. L’enquête a d’ailleurs montré qu’elle partageait totalement la ligne idéologique de son mari.

Avec ce nouveau rapatriement en France, le Quai d’Orsay semble avoir définitivement tourné le dos à la doctrine du « cas par cas » qui prévalait jusqu’en juillet dernier. Rappelons également que la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné, en septembre dernier, la France pour sa lenteur dans les procédures de rapatriement des femmes et enfants de Daech : « Estimant que la France a violé l’article 3.2 du protocole 4 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui stipule que "nul ne peut être privé d’entrer sur le territoire de l’État dont il est le ressortissant", la Cour demande donc à la France de "réexaminer au plus vite" les demandes de rapatriement. "Il incombe au gouvernement français de reprendre l’examen des demandes des requérants dans les plus brefs délais en l’entourant des garanties appropriées contre l’arbitraire" » (20 minutes).

Sachant qu’il reste encore une centaine de femmes et près de 250 enfants dans les camps syriens, Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, a affirmé sur LCI qu’il y aurait encore « quelques mouvements de rapatriements collectifs » qui se feraient progressivement.

Dès le 20 octobre, trois de ces quinze femmes ont été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et placées en détention provisoire, car elles faisaient déjà l’objet d’un mandat d’arrêt. Deux d’entre elles sont aussi mises en examen pour soustraction par un parent à ses obligations légales compromettant la santé, la sécurité, la moralité ou l'éducation de son enfant. Les autres femmes avaient été placées en garde à vue dans les locaux de la DGSI car elles faisaient l’objet d’un mandat de recherche, selon l’AFP citant le parquet national antiterroriste. Lundi 24 octobre, dix d’entre elles ont été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et écrouées. L'une d’elle faisait même l’objet d’une mise en examen pour crime contre l’humanité et génocide. On notera que, parmi ces femmes, figure aussi l'épouse d’un des terroristes du 13 novembre. Les enfants ont été confiés aux services sociaux. De bonnes Françaises, des mères exemplaires… La France est donc si bonne mère qu’elle récupère en son sein ceux-là mêmes qui veulent l’anéantir en tant que France, justement.

Par une bien mauvaise coïncidence, la même semaine, le débat des OQTF presque jamais exécutées et des délinquants étrangers si peu rapatriés de l’autre côté de la Méditerranée battait son plein. Sur BV, Xavier Driencourt, ancien ambassadeur de France à Alger, expliquait que, avec l’Algérie, « seul le rapport de force compte ».

Il ajoute dans FigaroVox que l'Algérie ne souhaitait en aucun cas rapatrier sur son sol ses ressortissants délinquants, ajoutant cela à la longue liste des humiliations subies par la France de la part des gouvernements algériens depuis 1968. Les raisons, explique-t-il, sont multiples : le trop-plein démographique d’un pays où 70 % de la population a moins de trente ans, la volonté de tenir la dragée haute à l’ancienne puissance coloniale – un des ressorts essentiels de la politique algérienne depuis plus de cinquante ans… Les OQTF en direction de l’Algérie ne sont donc pas exécutées par malignité du côté algérien (absence de laissez-passer consulaire) mais aussi, mais surtout, par manque de volonté politique forte du gouvernement français qui disposerait de plusieurs moyens de pressions : la renégociation des accords de 1968 - une urgence qui nécessiterait une grande dose de courage politique - mais aussi le blocage des visas accordés en grand nombre aux pays du Maghreb. Autant dire que cela relève pour l’instant de l’utopie, malgré les rodomontades gouvernementales.

Dans le dossier des femmes et des enfants de djihadistes rapatriés comme dans celui de nos rapports avec l’Algérie, la France montre sa faiblesse, sa passivité. Elle se contente de suivre et de subir les événements. Toujours plus loin dans l’humiliation.

Marie d'Armagnac

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Motions de censure : Borne en a pris pour son grade mais ne tombe pas

25 Octobre 2022, 08:20am

Publié par Thomas Joly

La pièce était écrite mais il fallait bien qu’elle se joue. Parce que c’est le jeu des institutions de la Ve République. Lorsque Gabriel Attal déclarait, ce week-end, que « ceux qui déposent des motions de censure proposent d’ajouter de la crise à la crise », saluant au passage le comportement des LR qui ont refusé de voter les motions de censure déposées par la NUPES et le RN ce lundi 24 octobre, le ministre s’assoie en quelque sorte sur le droit des oppositions. La crise ? C’est la crise internationale, la crise économique, la crise énergétique qui traversent le monde, l’Europe et la France. Implicitement, Gabriel Attal sous-entendrait-il que nos institutions devraient être mises entre parenthèses dans ces circonstances ? Mais puisqu’on parle de crise, il en est une que le ministre des Comptes publics se garde bien d’évoquer : c’est la crise de régime qui sourd alors que nous sommes en tout début d’un nouveau quinquennat et de la législature. Car il s’agit bien de cela : un budget de la nation voté aux forceps du 49-3.

La pièce était donc jouée. Chacun connaissait son rôle, majorité, oppositions et gouvernement, et l’on connaissait par avance le dénouement, les forces en présence étant ce qu’elles sont et les LR ayant annoncé qu’ils ne voteraient pas ces deux motions de censure. Mais au cœur de la tragédie – ou de la tragi-comédie ! -, il y eut tout de même un petit coup de théâtre. Lorsque Marine Le Pen annonça que son groupe voterait la motion de censure déposée par la NUPES alors que, de leur côté, les groupes composant la NUPES avaient clairement annoncé que jamais ils ne voteraient une motion de censure déposée par le RN. La preuve qu’il n’y a pas d’alliance objective, comme certains vont sans doute le laisser entendre, entre les deux oppositions occupant les extrêmes de l’Hémicycle.

Certains diront que Marine Le Pen, en votant la motion de censure de la NUPES, a succombé à sa tendance supposée gauchisante. Mais il ne s’agit pas de cela. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter le discours prononcé par l’ancienne candidate à la présidence de la République. Marine Le Pen a en effet dressé un réquisitoire impitoyable de la situation du pays, fustigeant « la triste épopée solitaire d’un gouvernement usé avant d’avoir servi », décrivant un pays qui n’est « pas gouverné, pas administré, pas géré », un pays qui « n’est plus tenu ». Du côté du RN, on a parlé d’urgence sécuritaire, de « déluge migratoire », du côté de la NUPES (écolos, communistes, LFI, socialistes), d’urgence climatique. Chacun a ses urgences. En votant la censure de la NUPES, Marine Le Pen ne s'est pas ralliée aux « valeurs » de la NUPES mais parce qu’elle se dit prête à repartir devant les électeurs, concluant son discours par ce slogan : « L’urgence, c’est l’alternance ! »

Pour le reste, la pièce de théâtre fut sans surprise.

Les groupes de la majorité vantèrent l’action du gouvernement, saluèrent l’excellence du budget imposé à coups de 49-3. Les oppositions crièrent au déni de démocratie avec, il faut l’avouer quelques phrases chocs. Mathilde Panot : « L’Assemblée nationale n’est pas la photocopieuse de l’exécutif. » Cyrielle Châtelain (écolos) : « Une stratégie de fin de règne, seulement quatre mois après l’élection présidentielle. » André Chassaigne (PCF) sur la pratique du 49-3 : « Une dérobade constitutionnelle. » Boris Vallaud (PS) : « Vous n’aimez les oppositions que lorsqu’elles se présentent à vous la corde au cou comme les bourgeois de Calais. » Du côté des LR, Olivier Marleix, président du groupe, s’attacha à dénoncer l’accroissement de la dette. Et pour justifier son non-soutien aux deux motions de censure, Marleix a argué de leur inutilité pour les Français, précisant cependant que les LR sont prêts à faire face à une dissolution mais qu’une censure, quatre mois après les élections, ce ne « serait pas sérieux ». En revanche, les LR n’hésiteront pas à déposer une motion de censure « si les circonstances l’exigent ». On a sans doute tremblé du côté de la majorité présidentielle.

Et le discours d’Élisabeth Borne ? En gros, la mise dans le même sac de la NUPES et du RN et des clins d’œil un peu lourdingues à tous les autres groupes, majorité et opposition, notamment LR. Pas de surprise, donc. Pas de surprise, non plus, sur les résultats du vote. Motion de censure NUPES : 239 voix. Motion de censure RN : 90 voix. Le groupe RN étant fort de 89 députés, qui est cette 90e voix ? Quoi qu'il en soit, la majorité absolue étant de 289 voix, les motions de censure ont été rejetées. Acta fabula est.

Georges Michel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les entretiens du PdF - n°36 - Jean-Marie Le Pen (23/10/2022)

23 Octobre 2022, 14:45pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Réclamons justice pour Lola !

21 Octobre 2022, 15:02pm

Publié par Thomas Joly

Réclamons justice pour Lola !
Réclamons justice pour Lola !

Le Parti de la France appelle ses militants, adhérents et sympathisants à participer aux rassemblements qui ont lieu dans tout le pays ce week-end pour réclamer justice pour Lola, victime de l'invasion migratoire.

L'heure n'est plus aux marches blanches, aux bougies, aux fleurs et aux nounours mais à la légitime colère du peuple français. Que nous gouvernants sachent que nous ne laisserons pas les nôtres se faire massacrer sans réagir.

Voir les commentaires

Lola : un meurtre sur fond de sorcellerie tribale

21 Octobre 2022, 05:11am

Publié par Thomas Joly

Lola : un meurtre sur fond de sorcellerie tribale

Le crime brutal qui nous endeuille actuellement est le dernier d’une longue liste : tueries au fusil d’assaut en pleine capitale, prêtre égorgé pendant son office, femmes violées, poignardées et démembrées dans nos rues…

Le problème est plus que jamais ces gens que la loi me défend de nommer ici avec les termes que j’utilise dans la vie courante.

La grande majorité d’entre eux croit à la sorcellerie qui est au cœur de leurs affaires psychiatriques.

Il est avéré que le massacre de Lola a sa dimension superstitieuse. Les plupart des gens ignorent le degré de superstition chez ces arriérés, même parmi ceux qui sont présentables.

Il faut que cela soit mis au grand jour.

Quant à la hauteur de vue des professionnels de la politique, elle donne la mesure de leur hypocrisie.

Ces caciques de l’utopie du village global font de la récupération politique en permanence, y compris en important des faits divers qui nous sont totalement étrangers à l’instar de l’étouffement du criminel multi-condamné Georges Floyd, dont la disparition tragique mais non regrettable donna naissance au mouvement Black Lives Matters.

Pour l’assassinat de Lola, jeune française victime d’un assassinat précédé d’un viol et d’actes de torture et de barbarie, ils ne sont sortis du silence que pour nous servir leur catéchisme du vivre ensemble.

Ils sont indécents et seraient bien ordonnés de retourner dans le silence.

Je réitère au nom du Parti de la France les seules solutions adéquates à notre problème :

- Expulsion immédiate de tous les étrangers en situation irrégulière dont la seule présence constitue un trouble à l’ordre public ;
- Rétablissement de la peine capitale qui empêche la récidive ;
- Dissolution des syndicats de magistrats politisés qui sont intégralement responsables de la décadence judiciaire française.

Pierre-Nicolas Nups - Membre du Bureau politique du Parti de la France, Délégué régional pour la Lorraine

Voir les commentaires

Rassemblement pour Lola samedi 22 octobre à Beauvais

20 Octobre 2022, 16:24pm

Publié par Thomas Joly

Rassemblement pour Lola samedi 22 octobre à Beauvais

Présent samedi à Beauvais avec des militants du Parti de la France. Amis picards, je compte sur vous !

Voir les commentaires

Lola : que les ordures cosmopolites la ferment !

20 Octobre 2022, 05:38am

Publié par Thomas Joly

Lola : que les ordures cosmopolites la ferment !

Les vociférations des kapos de la bien-pensance sont insupportables. Alors que ces immigrationnistes fous sont les premiers responsables du calvaire de la petite Lola, ils n'ont que les mots « récupération », « indécence », « indignité » à la bouche parce que des Français veulent exprimer leur colère légitime dans la rue.

En pareille circonstance, ces ordures cosmopolites ne devraient faire qu'une seule chose : fermer leurs sales gueules.

Ce cinéma politico-médiatique, destiné à masquer leur culpabilité, est une insulte à la mémoire de cette jeune fille massacrée par un monstre importé d'Algérie.

Il faudra un jour que toute cette engeance rende des comptes, et notre bras ne tremblera pas.

Thomas Joly - Président du Parti de la France

Voir les commentaires

Le Parti de la France présent à Paris au rassemblement pour Lola

20 Octobre 2022, 05:28am

Publié par Thomas Joly

Le Parti de la France présent à Paris au rassemblement pour Lola

Le Parti de la France sera présent et invite tous ceux qui le peuvent à participer à ce rassemblement.

Voir les commentaires