Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le Parti de la France participera au déjeuner-débat avec Jean-Marie Le Pen le 5 septembre à Marseille

29 Août 2015, 14:50pm

Publié par Thomas Joly

Dans le cadre de la nécessaire union de la droite nationale et patriotique, les cadres régionaux du Parti de la France de la PACA participeront au déjeuner-débat avec Jean-Marie Le Pen samedi 5 septembre à Marseille.

Seront notamment présents Jean-Claude Frappa, Délégué régional du PdF et Délégué départemental pour les Alpes-Maritimes, Didier Monnin, Délégué départemental du Var, Olivier Ballet, Délégué départemental du Vaucluse, Olivier Bianciotto, Délégué du PdF pour Marseille, Jean-Pierre Avanza, Délégué du PdF pour La Ciotat.

Voir les commentaires

L'Afrique pillée par des escrocs franco-israéliens

29 Août 2015, 11:22am

Publié par Thomas Joly

Arnaque à l’israélienne : « Allô, Président ? Ici Jean-Yves »

Il y a du nouveau sur les tentatives d’escroquerie dont a été victime, fin juillet et jusqu’à la mi-août, le ministre français de la Défense. Jeune Afrique révélait en effet début août que des escrocs basés en Israël avaient téléphoné à plusieurs chefs d’État africains en se faisant passer pour Jean-Yves Le Drian.

Les escrocs franco-israéliens qui, se faisant passer pour le ministre, ont tenté d’arnaquer plusieurs chefs d’État africains en leur réclamant entre 5 et 9 millions de dollars chacun afin de contribuer à la libération d’otages français dont la capture aurait été tenue secrète, ont frappé fort.

Ont ainsi été approchés les présidents Macky Sall (Sénégal), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Paul Biya (Cameroun), Ali Bongo Ondimba (Gabon), Ismaïl Omar Guelleh (Djibouti), Joseph Kabila (RD Congo), Catherine Samba-Panza (Centrafrique) et Hage Geingob (Namibie).

Encore ne s’agit-il là que de la liste de ceux qui ont pris la précaution de vérifier (comme Bongo Ondimba) ou de faire vérifier (comme Biya, via Martin Belinga, son directeur de cabinet) la véracité de cette histoire en appelant Le Drian.

« Notre crainte est que d’autres soient tombés dans le panneau, soupire-t-on dans l’entourage de ce dernier. Car, dans ce cas, ils n’oseront pas l’avouer. » Le groupe d’escrocs, qui a pratiquement pignon sur rue en Israël, opérait via des numéros de téléphone, des adresses électroniques et des comptes bancaires hong-kongais dont la validité n’excédait pas vingt-quatre heures.

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com/

Voir les commentaires

Trierweiler, une bourgeoise à Calais qui s’encanaille avec les migrants

28 Août 2015, 06:46am

Publié par Thomas Joly

C’est dur la vie d’ancienne première dame de France. Comment continuer d’exister quand on s’est fait larguer par un minable Président de la République, pour une actrice de seconde zone ? On peut essayer le suicide, avaler trois comprimés, sauter par la fenêtre du rez-de-chaussée, mais cela marche une semaine, pas davantage.

On peut partir en Inde, au nom de l’humanitaire et de la lutte contre la faim, en descendant dans un cinq étoiles

On peut aussi aller en Afrique du Sud, dans un orphelinat, danser avec les enfants, et, ô surprise, voir ces images immortalisées.

On peut écrire un livre, Merci pour ce moment, en mettre plein les dents au salopard qui vous a larguée, et gagner occasionnellement 1,3 million d’euros de droits d’auteur, cela aide à continuer à faire de l’humanitaire en descendant dans les palaces.

On peut essayer de faire monter en mayonnaise un repas avec Alain Delon, mais ce mufle ne se vante même pas d’avoir été plus loin, au contraire, il dément !

On peut picoler à la soirée d’anniversaire de l’inévitable Jean-Luc Romero et du Tout-Paris, mettre une patate à la femme de Sapin, traiter son mari de « gros porc », mais cela ne fait pas longtemps le buzz

Alors, quand on veut exister, il ne reste que l’humanitaire, et nos migrants. Cela tombe bien, on en a à Calais, c’est pas loin de Paris. Alors, vite, on appelle la presse, et on se fait photographier au milieu de ces malheureux, que la France se doit de mieux accueillir. Cela a toujours été le fantasme des grandes bourgeoises (de Calais) que de s’encanailler avec la populace. Mais rassurons-nous, Valérie n’ira pas aussi loin que la reine Margot, immortalisée par Isabelle Adjani.

Trierweiler se contentera d’une photo beaucoup plus respectable, quoique bien suggestive, si on en croit le regard de l’homme. Faut-il envisager une douce romance avec le beau Pachtoune, qui ne sera peut-être pas aussi mufle qu’Alain Delon ? Sachant que Valérie est toujours salariée à Paris-Match, en voilà de beaux projets de page une qui doperaient les ventes…

Mais surtout n’attendez pas de cette femme de gôche qu’elle vienne prendre des nouvelles de l’habitante du 99, chemin des Dunes, nommée Nadine Guerlach, dont la fille a raconté ce que signifiait pour elle le calvaire des 3.000 clandestins qui rentrent chez elle comme dans un moulin.

Les histoires de sans-dents n’intéressent absolument pas Valérie Trierweiler, bourgeoise de Calais, prête à livrer son pays à l’immigration… tant que le concept est médiatiquement à la mode et qu’elle n’en subit pas les conséquences dans sa vie quotidienne.

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Meurtres en direct en Virginie : une fable pour aujourd’hui (par François Falcon)

28 Août 2015, 06:41am

Publié par Thomas Joly

Certains faits divers sont uniquement anecdotiques ; d’autres témoignent des tensions qui travaillent les sociétés humaines ; d’autres, enfin, ont valeur de fables au sens où l’entendait Jean de La Fontaine, c’est-à-dire qu’ils sont porteurs d’une leçon de morale. C’est le cas de l’assassinat en direct des deux journalistes américains Alison Parker et James Ward par un ex-collègue mercredi 26 août à Moneta en Virginie. Résumons cette fable.

Il était une fois un monde médiatique américain, relayé par tous les médias occidentaux qui, pendant des décennies, a encouragé toutes les minorités possibles et imaginables – minorités ethniques, minorités culturelles, minorités cultuelles ou encore minorités de goût sexuel – à cultiver leur sentiment victimaire, à pousser toujours plus loin leurs revendications et à traduire de plus en plus agressivement leur mépris de la majorité.

Il était une fois un monde médiatique américain, relayé complaisamment par ses homologues français qui, depuis des années, couvrent avec délectation chaque affaire dans laquelle un délinquant noir a été tué par un policier blanc, encourageant de facto les émeutes raciales qui s’ensuivent, y compris lorsqu’elles entraînent des crimes. Il était une fois un monde médiatique occidental qui, depuis un an, c’est-à-dire depuis la mort du jeune Afro-Américain Michael Brown dans la ville de Ferguson au Missouri, lance d’une certaine façon des appels subliminaux à la haine raciale antiblanche.

Aujourd’hui, ce monde médiatique occidental pleure – avec les larmes et l’âme de crocodile qui le caractérisent – la mort de deux confrères assassinés en direct par un ancien collègue noir et homosexuel qui a filmé et longuement justifié son exploit avant de se suicider : dans un fax de pas moins de 23 pages, notre héros moderne explique qu’il a souffert de discrimination raciale et sexuelle lorsqu’il travaillait au sein de la chaîne locale de Virginie avec ses victimes. Vester Lee Flanagan se dit même convaincu que son licenciement s’explique par cette discrimination. Pour son ex-employeur, le problème était seulement qu’il était très difficile de travailler avec un tel paranoïaque.

La morale de cette fable (chacun l’aura compris), c’est que ceux qui encouragent indirectement les déséquilibrés aux complexes victimaires finissent par se mettre eux-mêmes en danger. L’attentat de Charlie Hebdo avait déjà délivré une telle leçon aux médias officiels faussement rebelles, mais il semble qu’elle n’ait pas été retenue. Le sera-t-elle cette fois ? Pour l’heure, les journalistes se contentent d’une énième campagne contre la vente des armes à feu aux vtats-Unis. Aucun d’entre eux ne s’avise de savoir qui ou ce qui a armé psychologiquement le tueur.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

RSI, Pôle Emploi : les dégâts de l’universalité (par Éric Verhaeghe)

28 Août 2015, 06:32am

Publié par Thomas Joly

Pendant que les fonctionnaires prenaient soin de ne pas se fondre eux-mêmes dans la sécurité sociale universelle qu’ils inventaient pour le commun des salariés, ils ne renonçaient à aucune des ambitions qu’ils avaient affichées pour la société française. Mettre en place un immense système contrôlé par l’État et investissant tous les champs de la protection sociale devenait, à mesure que les années avançaient, une sorte de Graal et d’obsession dictant l’ensemble de la doctrine en vigueur dans la technostructure.

À de nombreux égards, cette ambition prométhéenne de la noblesse d’État a traversé l’imaginaire de ses membres dès 1945 et s’est imposée comme une sorte d’atavisme dictant, réforme même minuscule après réforme même minuscule, l’orientation qui devait être donnée aux textes législatifs ou réglementaires préparés par les différents départements ministériels à la manœuvre. Il est fascinant de voir avec quelle constance cette doctrine s’est imposée, que les gouvernements soient de gauche ou réputés libéraux.

En réalité, ce sont les gouvernements les plus libéraux, officiellement en tout cas, qui ont, ces dernières années, mené les réformes les plus étatistes au titre de l’universalité de la Sécurité sociale. L’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy, en 2007, assez curieusement, a marqué une étape inespérée dans l’histoire de cette expansion constante de l’État. Ce chantre prétendu du libéralisme a en effet réussi deux réformes, préparées avant son arrivée il est vrai, mais toujours par des majorités se réclamant de sa doctrine, dont les concepteurs de la Sécurité sociale avaient rêvé en 1945 : l’intégration de l’assurance chômage et des indépendants dans la sphère de la protection sociale contrôlée par l’État.

Ces éléments d’histoire récente constituent les meilleurs témoignages du sens politique qu’il faut donner au projet de la technostructure qui a vu le jour en 1945, après avoir enjambé les réticences de Vichy au « collectivisme » social qui se dessinait. Car, quelles que soient les idéologies dont se revendiquent les élus en France, les réformes qu’ils mettent effectivement en œuvre répondent chaque fois (même de façon minime) à un objectif de pérennisation, de consolidation ou d’expansion du champ étatique dans le domaine social. De ce point de vue, il existe bien en France aujourd’hui une idéologie développée par la technostructure, qui se substitue à la pensée politique ordinaire, et qui permet à cette classe sociale d’étendre sa domination sur l’ensemble de la société.

Dans le cas de Pôle Emploi et du RSI, ces victoires de la technostructure sur la résistance opiniâtre de la société française fournissent des exemples éloquents de l’antagonisme profond qui oppose les intérêts de la technostructure et la protection des assurés : l’universalisation de la Sécurité sociale, faux nez de son étatisation, s’est en effet mise en œuvre au détriment des catégories concernées, et même au détriment de l’intérêt général. C’est précisément ce point qui en rend l’examen tout à fait intéressant.

Lire la suite : http://www.contrepoints.org/2015/08/28/219575-rsi-pole-emploi-les-degats-de-luniversalite

Voir les commentaires

Les immigrés ne sont pas les bienvenus en Israël

28 Août 2015, 06:30am

Publié par Thomas Joly

Depuis quelques jours, à la suite d’une décision de la Cour suprême qui a ordonné le 11 août que les demandeurs d’asile détenus depuis plus d’un an soient relâchés sous deux semaines, Israël a libéré plus d’un millier d’immigrés clandestins africains préalablement rassemblés dans des camps dont le plus important est le centre de rétention de Holot.

Ces immigrés sortent du camp avec 64 shekels (16 dollars), un sandwich et une couverture, ainsi que leur bagage de départ et sont laissés libres face au désert du Néguev (sud). Ils ont l’interdiction de pénétrer à Tel-Aviv ou à Eilat. Mais, malgré cet interdit, une vingtaine d’entre eux ont déjà été arrêtés à Tel-Aviv.

1.178 personnes ont été libérées mardi et mercredi.

Il faut préciser qu’ils étaient « détenus » dans un centre ouvert, libres la journée, avec pour seule obligation de rentrer au centre à 22h au plus tard, moyennant quoi ils avaient droit à un pécule mensuel de 600 shekels.

L’immigration est un sujet prioritaire en Israël. Le ministre de la Justice, Ayelet Shaked, a diffusé récemment une vidéo montrant l’agression d’une passante par un homme de couleur noire avec la mention « la vie insupportable des habitants du sud de Tel-Aviv ». Une controverse a suivi prétendant que la vidéo avait en fait été filmée en Turquie.

Israël compte pourtant bien moins d’immigrés que n’importe quel pays européen. 53.000 immigrés seraient entrés illégalement mais recensés. Une estimation de l’immigration clandestine calculée sur plusieurs années et qui n’est pas affectée par un afflux récent et accéléré comme c’est le cas en Europe.

Source : http://www.medias-presse.info

Voir les commentaires

Un James Bond noir et/ou gay ? À quand Magloire ou Vincent Mc Doom ? (par Nicolas Gauthier)

28 Août 2015, 06:21am

Publié par Thomas Joly

Conséquence d’une mondialisation galopante ? La niaiserie des ligues de vertu antiracistes ne connaît plus de frontières. Ainsi, l’acteur Pierce Brosnan qui, à quatre reprises, endossa le smoking de l’agent 007, assure, dans un entretien accordé au magazine américain Details, qu’il verrait d’un assez bon œil un James Bond noir ou gay.

Il a même son idée sur l’éventuel casting : l’Anglais Idris Elba. Interrogé sur la question, un autre James Bond, Roger Moore, estime qu’un tel personnage ne saurait être incarné que par un « Anglais anglais », avant de se rétracter devant le tollé médiatique qu’on imagine. Il est un fait qu’Idris Elba est Anglais, mais aussi un peu fruit des amours d’un père sierra-léonais et d’une mère ghanéenne ; ce qui n’est pas un crime en soi, mais qui nous éloigne singulièrement des origines helvético-écossaises du plus célèbre agent de Sa Gracieuse Majesté. Bref, tout cela est très con.

Un peu comme si, au nom de la diversité heureuse, on proposait à Steevy Boulay de reprendre le rôle de Shaft, naguère immortalisé par Richard Roundtree dans Les Nuits rouges de Harlem, de Gordon Parks, symbole de la « blaxploitation » des seventies du précédent siècle. Ou à envisager un remake du Blacula de William Crain avec un Justin Bieber endossant la cape vampirique de Mamuwalde, le suceur de sang africain… Ça serait effectivement tout aussi con.

Après, un James Bond qui serait de la jaquette flottante, comme on aurait dit au bon temps d’Audiard ? Voilà qui ne serait pas forcément raccord avec les épisodes précédents. Adieu, James Bond girls ? Bienvenue aux James Bond boys ! Remarquez que, de par sa lignée écossaise, 007 est déjà adepte de la jupe ; pardon, du kilt. Nonobstant, il y a sûrement un concept à creuser : Louboutin à réaction, rouge à lèvres avec missile intégré, plug anal piégé et sac à main plein à ras bord de gadgets de destruction massive (crème de nuit au polonium, gloss façon Gloc1 et pince à épiler transformable en canon à confettis(. Avec un tel arsenal, James Bond ne sera jamais trop aidé et pourra donc exceller à défendre ce Commonwealth, dont Her Majesty The Queer demeure l’emblématique symbole.

Ces choses dites, ce révisionnisme jamesbondesque flaire un peu le lobbying à petit bras. On nous parle de compétitivité et d’économies d’échelle ? Pourquoi ne pas fusionner ? Cette simple idée, en passant : pourquoi pas un 007 présentant un surcroît de mélanine et qui jouerait aux jeux de l’amour tout en inversant les rôles ?

On dit qu’un Magloire ou qu’un Vincent Mc Doom auraient quelques trous dans leur actuel planning. Cela permettrait, effectivement, de faire d’une pierre deux coups. Et aux bondophiles hexagonaux de pouvoir enfin applaudir aux exploits d’un 007 français. Qu’en penserait le défunt Ian Fleming ? C’est une autre histoire.

1. Le pistolet Glock, de fabrication autrichienne, est une des armes favorites des espions et terroristes en tous genres, puisque réputée indétectable aux rayons X.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Meurtres racistes anti-blancs en direct aux États-Unis

27 Août 2015, 06:55am

Publié par Thomas Joly

Un afro-américain, frustré par son licenciement d'une chaîne locale de Virginie, a assassiné en direct, à coups de révolver, une journaliste et un caméraman blancs.

Justifiant son acte par un long texte décousu et victimaire, Vester Lee Flanagan ne cache pas sa haine du Blanc et son délire de persécution en tant que noir et homosexuel...

Barack Obama et Hillary Clinton (candidate Démocrate à sa succession) n'ont rien trouvé de mieux que de relancer leur obsession visant à désarmer les honnêtes citoyens (dont les armes sont déclarées) pour le plus grand bénéfice des gangsters (dont les leurs ne le sont pas).

Voir les commentaires

Migrants : pour la patronne des écolos, tout le monde peut venir (par Christian de Moliner)

27 Août 2015, 06:50am

Publié par Thomas Joly

Mme Cosse, présidente de la nébuleuse écologiste EELV, a fait très fort. Prenant l’exemple du Liban où le nombre de réfugiés dépasse le quart de la population, elle en conclut que, la France étant un pays extrêmement riche (sic), elle a de fortes capacités d’accueil et peut accueillir tout le monde. Donc, tous ceux qui souhaitent s’installer chez nous le pourraient !

Cela me laisse pantois. Si la France comptait proportionnellement autant de réfugiés que le Liban, nous en aurions 16 millions ! Vous imaginez le chaos… Ensuite, prendre l’exemple sur le pays du Cèdre est vraiment malvenu. Le Liban n’a pas les réfugiés à sa charge. Ce sont des organismes dépendant de l’ONU qui s’efforcent de les loger (sous des tentes), de les nourrir et de les instruire – précisons : dans des conditions précaires. Les 225.000 descendants de Palestiniens chassés par la guerre de 1948 s’entassent dans des camps sordides qui échappent totalement au contrôle du gouvernent libanais. Ces réfugiés, qui ont l’interdiction de s’installer hors de ces camps, viennent seulement, après 60 ans de présence, d’obtenir les droits civiques de base, c’est-à-dire l’autorisation de travailler et l’accès à la Sécurité sociale. On ne leur a donné ni le droit de vote, ni la nationalité libanaise.

La présence des Palestiniens (la première vague de réfugiés) a, du reste, engendré la terrible guerre du Liban. Guerre qui n’est pas tout à fait terminée et qui connaît de temps à autre des résurgences sanglantes. Depuis, le nombre de réfugiés a été multiplié par 5 en 4 ans ; les Palestiniens doivent maintenant se serrer dans leurs minuscules enclaves pour faire place aux nouveaux venus. Le conflit syrien s’est exporté, puisque les diverses factions de réfugiés pro ou anti-Assad se font la guerre sous l’œil impuissant de l’armée libanaise.

Mais revenons à la France. Bien entendu, pour Mme Cosse, ce n’est pas l’ONU mais la France qui devra loger les réfugiés dans des habitations décentes, les nourrir et leur verser des allocations (RSA), comme si nous ne connaissions pas chez nous des « poches » de pauvreté. Comment notre budget et notre Sécurité sociale à l’agonie pourront-ils le supporter ? Faudra-t-il, comme cela est arrivé à Paris, où des migrants ont pris sans vergogne les repas préparés pour des personnes âgées, réorienter les aides actuelles vers les nouveaux venus, au détriment de ceux qui sont nés et/ou ont travaillé sur le sol français ?

Mais sans doute Mme Cosse ne va-t-elle pas assez loin ! Comme les tarifs des passeurs sont élevés et que la traversée vers l’Europe est périlleuse, offrons à quiconque en fait la demande un billet d’avion pour venir s’installer chez nous. Mieux : comme l’éloignement de sa terre natale est préjudiciable à un être humain, pourquoi obliger un réfugié économique à venir chez nous ? Pourquoi ne pas lui verser directement chez lui le RSA ?

Mme Cosse n’est malheureusement pas isolée. Combien de « bien-pensants » vivent, comme elle, dans un monde utopique déconnecté du réel ?

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

L’affaire des « Mistral » : « Garçon, l'addition ! » (par Jean-Claude Rolinat)

27 Août 2015, 06:39am

Publié par Thomas Joly

Dans le domaine politique le cœur de l'été, en général, est propice aux mauvais coups. Août 2015 n'aura pas fait exception. Récapitulons les péripéties de l'affaire de deux Mistral.

Négocié sous la mandature de Nicolas Sarkozy, le contrat de vente des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC)1, est l’une des  (rares !) actions bénéfiques de ce quinquennat avec la négociation facilitant le cessez-le feu entre la Géorgie et la Russie. Mais pour le plus américanophile de nos présidents de la Vème République, le plus soumit aux intérêts de la thalassocratie américaine, François Hollande, l’embargo sur les deux Mistral achevés et partiellement payés, était une manière  d’obéir à « la voix de son maître ». Prétextant l’annexion de la Crimée – est-ce un crime que de rentrer chez soi et de recouvrer une sorte  d’Alsace-Lorraine ? -  il a délibérément fait capoter cette vente qui assurait non seulement du travail aux chantiers  de Saint-Nazaire, mais participait au prestige et au rayonnement de la France  dans le savoir-faire de notre pays dans le domaine naval. Les conséquences de cet embargo,  puis l’annulation unilatérale de ce contrat, sont multiples et toutes au désavantage de la France. Un manque à gagner évident, des dommages et intérêts à verser, la parole de notre pays qui n’est  pas honorée  -un mauvais signal envers d’autres  clients  - difficulté de revendre  à un bon prix ces deux mastodontes, la Marine nationale, dotée de trois unités de ce type, n’en ayant pas besoin. Sans compter que tout acheteur potentiel2, sachant que le vendeur est pressé de s’en débarrasser, exercera une pression à la baisse sur le prix de vente. Sans oublier non plus les néfastes retombées sur le commerce local privé de la présence des 400 marins russes qui se formaient au fonctionnement du « Sébastopol » et du « Vladivostok ».

Examinons maintenant, poste par poste, le montant de la « facture » pénalisant notre pays par la seule volonté de Hollande :
- Remboursement des arrhes versées : 896 millions d’euros
- Défraiement pour l’entretien des équipages, l’agrandissement des bassins en Russie pour accueillir les deux navires et l’adaptation navale des 32 hélicos KA-52 embarqués : 100 millions d’euros,
- « Dérussification » des deux bateaux pour les rendre vendables aux normes NATO (OTAN) : 200 millions d’euros,
- Dédommagement de la DCNS (constructions navales) : 250 millions d’euros,
- Gardiennage quotidien des deux unités (entretien, « chauffe » des moteurs, manœuvres etc…) : 1 à 5 millions par mois,
- Pertes pour les chantiers pour l’entretien annuel des deux « Mistral » russes : entre 20 et 30 millions d’euros par an.

Excusez du peu…Quant aux deux autres bateaux envisagés, aux navires câbliers et aux ravitailleurs qui étaient susceptibles d’être commandés, ils passent à la trappe : pour la  potentialité  d’un marché de 500 millions d’euros .

Comme l’écrivait le quotidien PRESENT, « la servilité de Paris face à Washington va donc nous coûter deux milliards d’euros »… Au bas mot ! Sans oublier que les manuels de technologie – confidentiels mais contractuellement transférés au client – vont permettre aux chantiers russes de fabriquer ces mêmes navires et, pourquoi pas, d’en… exporter ! L’Elysée a beau minimiser les retombées financières de l’affaire et tenter d’enfumer l’opinion pendant la période de la « bronzette », les chiffres sont là, cruels ! Ils ne vont pas améliorer notre balance commerciale, sans compter les dommages collatéraux pour nos exportateurs de produits fermiers vers la Russie, victimes à leur tour d’un embargo utilisé en représailles aux stupides sanctions imposées à Moscou par l’Union européenne. Dans une entreprise normale, un VRP comme Hollande serait licencié sans indemnités. De plus, gageons que les Prudhommes lui donneraient tort ! Nous, actionnaires de la maison « France »,  n’avons pas encore cette opportunité.  Le refus de vente des deux « Mistral », une décision pire que celle prise par de De Gaulle  à l’encontre d’Israël dans les années soixante à propos de 50 Mirage V J, restera dans les annales des ventes d’armes françaises comme un incroyable fiasco.

Electeurs français, amis du Parti de la France, patientons encore deux petites années, et nous présenterons à « Monsieur petites blagues » à notre tour, la facture  des « mauvaises blagues » !

  1. La France arme 3 BPC dont le « Mistral » n° L-9013, tête de série, lancé en novembre 2004, opérationnel en juin 2005.
  2. On a parlé du Canada et de l’Egypte avec, pour ce dernier pays, un éventuel financement Saoudien. Problématique avec la chute des cours du pétrole !

Voir les commentaires

Najat Vallaud-Belkacem assassine l’école publique française (par Gabriel Robin)

27 Août 2015, 06:38am

Publié par Thomas Joly

« La conception du paradis est au fond plus infernale que celle de l’enfer. L’hypothèse d’une félicité parfaite est plus désespérante que celle d’un tourment sans relâche, puisque nous sommes destinés à n’y jamais atteindre », écrivit un jour Gustave Flaubert à Louise Collet. Ainsi en est-il du rêve de Najat Vallaud-Belkacem, son utopie sera le cimetière de ses ambitions. En souhaitant créer un paradis éducatif d’obédience sociétaliste, tout à fait inatteignable – en plus d’être dangereux -, elle a parachevé le travail de ses prédécesseurs de « droite » et acté la destruction de l’école de la République.

Au nom du dieu Égalité, Najat Vallaud-Belkacem et ses sbires pratiquent la politique de la tabula rasa. Tout doit être sacrifié sur l’autel de l’égalitarisme, tant la vérité historique que ce qui fait le sentiment d’appartenir à un peuple enraciné. Elle ne hait pas la France, elle la nie. Elle ne hait pas notre histoire, elle pense qu’elle est finie. Jamais, depuis qu’elle est ministre, Najat Vallaud-Belkacem n’a parlé de l’apprentissage, de la transmission des savoirs, et même des savoirs. L’essentiel, pour ces gens, n’est pas d’instruire mais de rééduquer les élèves pour en faire des êtres jetés là, des enfants de personne. Il faut égaliser les jeunes pousses de force, toutes les têtes qui dépassent seront raccourcies par la guillotine Terra Nova. Le but recherché n’est donc pas de donner l’égalité des chances et de réinstaurer la primauté du mérite individuel, mais bien de créer des êtres indifférenciés, sans qualités ni mérites particuliers.

On pourra au moins reconnaître deux mérites à Najat Vallaud-Belkacem : elle a dévoilé sans artifices le projet du sociétal-libéralisme, et elle a, par ses outrances, permis l’émergence d’une force contestataire. En effet, nous avons appris, ces derniers jours, que quatre membres du Conseil supérieur des programmes ont donné leur démission ; en raison de désaccords politiques (et humains) profonds avec les équipes du ministre.

Il faut dire que le ministère est prêt à tout pour bâtir son paradis artificiel. Annie Genevard, membre démissionnaire, indiquait au journal Le Point : « Nous avons appris (les membres du CSP) que le cabinet de la ministre intervenait dans nos travaux en amont et sans que la plupart des membres le sachent. Quand, lors d’un déjeuner au ministère, je me suis étonnée de cet interventionnisme, le directeur de cabinet de Najat Vallaud-Belkacem m’a répondu en citant Edgar Faure sur “l’indépendance dans l’interdépendance”. » Le cabinet du ministère ne veut pas d’opposition. Les instances indépendantes dont il se prévaut, tel le Conseil supérieur des programmes, n’ont en réalité aucun pouvoir et ne servent qu’à donner un cachet « scientifique » aux nouvelles mesures.

Parmi les mesures qui ont été envisagées, deux d’entre elles témoignent de la psychose qui s’est emparée du ministère. Le premier projet du programme de français recommandait la parité entre les auteurs femmes et les auteurs hommes ! On peut sans peine imaginer les difficultés qu’aurait pu entraîner un tel délire. Mais ne vous y trompez pas : sans changement radical de direction, une telle absurdité reviendra sur le tapis. L’autre mesure envisagée préconisait de convier les familles d’enfants de « migrants » dans les salles de classe, pour qu’ils parlent leurs langues d’origine devant les élèves, sommés de les écouter les yeux fermés ! Un véritable cauchemar multiculturel antirépublicain, et anti-France. Nous ne pouvons plus les laisser faire, autrement ils détruiront la France à jamais.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Émile Cavasino rejoint le Parti de la France

26 Août 2015, 06:59am

Publié par Thomas Joly

Émile Cavasino, Conseiller municipal de L'Isle sur la Sorgue, ex-Secrétaire départemental du Front National pour le Vaucluse, a décidé de poursuivre le combat national auprès de Carl Lang et du Parti de la France.

Voici ce qu'il déclarait en juin dernier lorsqu'il claquait la porte du FN : « Je suis dégoûté par l’attitude de notre direction départementale et nationale qui purge automatiquement tous les militants proches de Jean-Marie Le Pen, sans aucune considération pour les services rendus. »

Voir les commentaires

Roye (80) : Carnage lors d'un réglement de compte entre gitans

26 Août 2015, 06:51am

Publié par Thomas Joly

Au moins quatre personnes, dont un nourrisson de six mois, ont été tuées, mardi 25 août, par un homme armé lorsqu’il a ouvert le feu sur une aire occupée par la communauté des gens du voyage, à Roye, dans la Somme.

Trois des victimes – un homme, une femme et un bébé de 6 mois – ont été froidement abattus, selon la préfecture. Un gendarme est également mort après avoir été blessé lors de l’intervention des forces de l’ordre.

Les trois blessés graves sont l’homme qui aurait ouvert le feu, un autre enfant en bas âge et un gendarme, tous hospitalisés au CHU d’Amiens. L’enfant gravement blessé était en arrêt cardiaque en début de soirée et a été mis sous assistance ventilatoire, précise la préfecture.

Selon le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, le tireur présumé, « passablement ivre », est entré dans le campement et « a tué froidement un bébé de six mois (…) un homme d’une quarantaine d’années [et] sa belle-fille » avant que les gendarmes ne s’interposent, la gendarmerie se trouvant près de l’aire où séjournaient les gens du voyage.

Le suspect, qui était armé d’un fusil de chasse, « fait partie au sens large de la communauté des gens du voyage », a ajouté le procureur de la République d’Amiens, Bernard Farret.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Pouilly-en-Auxois (21) : 90 studios « en parfait état, tout confort » pour les clandestins

26 Août 2015, 06:50am

Publié par Thomas Joly

Calais subit toujours de plein fouet l’afflux de ces milliers de clandestins qui tentent de trouver refuge en Angleterre.

Pourtant, certains de ces parasites renoncent à la Grande-Bretagne au profit de la Bourgogne. A Pouilly-en-Auxois, un immeuble leur est entièrement consacré, cela grâce à Adoma, une société de service public qui s’occupe des logements des travailleurs migrants.

Extrait Audio :

Un ancien HLM de près de 90 studios, en parfait état, tout confort, qui accueille depuis plusieurs mois des migrants, parmi eux Mahamat, un soudanais de 28 ans : « La France, c’est ce qu’il y a de mieux pour moi, je peux enfin dormir, il y a des medecins, j’ai de quoi manger, de quoi boire, je suis vraiment bien ici, j’ai fait une demande pour des papiers français » [...] La sécurité, mais surtout le repos, c’est en effet ce qui plait le plus à Mahamat [...]

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Toulouse : Hocine, condamné pour la 37ème fois, ressort libre du tribunal

26 Août 2015, 06:40am

Publié par Thomas Joly

C’est un vol inexpliqué mais qui s’ajoute déjà à une impressionnante liste de délits. Hocine, un « Toulousain » de 46 ans, a été condamné, lundi après-midi, par le tribunal correctionnel pour avoir volé trois paires de lunettes et du maquillage, vendredi, dans des magasins du centre-ville.

Un butin a priori dérisoire sauf que ces vols interviennent après 36 condamnations recensées depuis 1988. Un casier judiciaire extrêmement fourni et dont la moitié des mentions concerne des affaires de vols.

Hocine vit chez ses parents dans le quartier du Mirail. Il touche une allocation adulte handicapé mais ne peut expliquer les motivations de son geste. Face à la lecture de son passé judiciaire, le parquet décide de le déférer.

Aujourd’hui, Hocine suit un traitement à base de Subutex pour soigner sa toxicomanie qui pourrait être à l’origine de son comportement. Perturbé par deux décès survenus dans sa famille ces dernières années, dont celui de son épouse, Hocine reconnaît que « ces événements peuvent en partie expliquer (mon) attitude. »

Hocine est finalement condamné à 4 mois de prison dont deux mois avec sursis avec l’obligation de se soigner. Il est ressorti libre du tribunal au grand soulagement de sa mère.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires