Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Calais : plus personne ne veut venir à la piscine à cause des migrants qui s'y baignent

20 Novembre 2015, 06:46am

Publié par Thomas Joly

La polémique enfle sur les réseaux sociaux. Et ça parle beaucoup à propos de ces réfugiés de la Jungle venant prendre leur douche et profiter de la piscine.

Beaucoup d’utilisateurs ne viennent plus ou ont décidé d’aller « au bout de leur carte d’abonnement mais de ne plus venir ensuite », déplore une maître nageuse. Pas mal d’enfants ne viennent plus à leurs cours de natation, sous prétexte d’être « contaminés » au contact de l’eau dans laquelle les clandestins se sont baignés… Pendant les heures des scolaires, les enfants guettent l’entrée des bassins, « pour voir s’il y a des migrants ». « Beaucoup d’enfants ne veulent plus venir à la piscine », confirme un professeur à la sauvette. Il est ainsi difficile pour le complexe Icéo de composer entre les utilisateurs méfiants et les pseudo-réfugiés squattant les lieux.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

L’omerta dans les cités face au terrorisme (par Charles Demassieux)

20 Novembre 2015, 06:36am

Publié par Thomas Joly

Une image en dit souvent plus que les apparences qu’elle montre. Ces derniers jours, lors d’une interview, une femme, le visage dissimulé mais dont on devinait aisément qu’elle portait un voile, révélait qu’elle avait autrefois aperçu l’un des tueurs – son voisin – du vendredi 13 novembre avec un sac contenant des armes. Question : pourquoi n’a-t-elle pas prévenu les autorités à l’époque ?

Et si le succès de ces massacres à Paris tenait à un élément qui constitue une pierre angulaire de l’islam : l’Oumma, laquelle unit les musulmans par-delà leurs origines et nationalités ?

L’omerta, autant culturelle que cultuelle, est d’ailleurs la condition sine qua non de tous les trafics qui prolifèrent dans les cités. Il n’est qu’à voir le faible butin de guerre récolté par les forces de l’ordre au cours des descentes de ces derniers jours dans le cadre de l’enquête ayant suivi les attentats.

Certains argueront que c’est la peur exercée sur les habitants qui maintient cette omerta. Quelques-uns, je veux bien le croire, craignent les représailles, mais je reste convaincu que la majorité agit en conscience et par solidarité avec ses frères en religion.

Parce que dans ces zones de non-droit, ce n’est plus la France. Ne parle-t-on pas de « territoires perdus de la République » ? Perdus avec le consentement de politiques démagogiques et inconscientes de ce qui se joue dans ces no man’s land de notre pays.

Ces foyers de délinquance sont aussi, bien souvent, des foyers d’intégrisme islamique ; et si le silence est dommageable dans les affaires de trafic, il est – nous venons de le constater douloureusement – massivement meurtrier quand on parle de terrorisme.

Hélas, comme au non-droit on persiste à opposer le droit, nous avons peu de chances de changer cet état de fait. Tant que nous ne prendrons pas nos responsabilités, d’autres terroristes se financeront par le trafic des cités, y prépareront leurs expéditions sanglantes et s’y réfugieront le cas échéant.

Le Président claironne que nous sommes en guerre, mais il n’attaque pas les positions ennemies. Parce qu’on veut sauver cette sacro-sainte démocratie et agir en conformité avec le droit !

Il faudrait que les décideurs et les juges prennent conscience que cet ennemi-là n’a pas peur de mourir, pourvu qu’il fasse un maximum de victimes. En 2009, un communiqué d’Al-Qaïda adressé aux États-Unis – dont le contenu vaut pour nous – déclarait : « Nous avons préparé pour vous des hommes qui aiment la mort autant que vous aimez la vie. Avec la bénédiction d’Allah, nous viendrons à vous d’où vous ne nous attendez pas. »

Pire : cet ennemi connaît nos us et coutumes et sait comment nous frapper le plus cruellement possible. C’est un monstre que nous avons nourri en même temps que nous nous sommes déshabitués à nous battre. En ce sens, il y a bien une cinquième colonne en France, composée de très nombreux individus. Prétendre le contraire, c’est s’aveugler ou, pire, collaborer avec l’ennemi.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les chances pour la France s’éclatent : des racailles afro-maghrébines effrayent les passagers d’un TER

20 Novembre 2015, 06:32am

Publié par Thomas Joly

Quatre jeunes racailles étrangères ont été interpellées jeudi 19 novembre près de Perpignan après avoir effrayé mercredi soir les passagers d’un TER, dans lequel ils avaient diffusé des chants et prières en arabe avant de proférer des menaces de mort, selon la gendarmerie.

Les suspects sont en garde à vue dans le cadre d’une enquête pour « infractions d’apologie d’un acte de terrorisme » et de « tentative d’extorsion avec menaces de mort », a-t-on précisé de même source. Mercredi soir, les quatre jeunes sont montés en gare de Béziers (Hérault) et ont utilisé le micro du contrôleur du TER pour diffuser, par les haut-parleurs du train, des prières et des chants en arabe. Puis, les quatre hommes, âgés de 19 à 23 ans, ont menacé la vingtaine de passagers de mort et du vol de leur téléphone portable, a-t-on indiqué de même source, ajoutant qu’aucun vol ni agression physique n’avait finalement été à déplorer.

Le contrôleur du train, qui reliait Avignon à Perpignan, a réussi à regrouper tous les passagers dans un seul wagon, les séparant des jeunes. Il a également donné l’alerte. À la gare de Salses-le-Château (Pyrénées-Orientales), où le train s’est arrêté d’urgence, les voyous musulmans sont parvenus à prendre la fuite. Deux jeunes filles qui les accompagnaient sont restées elles sur place et ont été mises hors de cause, a indiqué la gendarmerie.

Un important dispositif de recherches a été mis en place par la gendarmerie de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) et les quatre hommes ont été rapidement retrouvés. Ils ont été appréhendés sans incident, a-t-on précisé de même source.

Source : http://www.contre-info.com/

Voir les commentaires

Le Parti de la France se structure en Haute-Saône (70)

20 Novembre 2015, 06:12am

Publié par Thomas Joly

Le Parti de la France se structure en Haute-Saône (70)Le Parti de la France se structure en Haute-Saône (70)

Christophe Devillers, Délégué régional du Parti de la France pour la Franche-Comté et Délégué départemental pour la Haute-Saône, a procédé à la nomination de deux Délégués de circonscription.

Alde Vinci, ex-militant et cadre du Front National qu'il avait rejoint dès 1973, ex-Délégué départemental du PdF dans le Doubs, a désormais en charge la 1ère circonscription de Haute-Saône (Vesoul-Gray) pour laquelle il portera les couleurs du Parti de la France aux élections législatives de 2017. Pour le contacter : 06 95 76 67 39 ou alde.vinci5@orange.fr

Pierre Pheulpin, 21 ans, ex-militant et cadre déçu du Front National, a rejoint le Parti de la France en avril 2015. Il est désormais Délégué-adjoint de la 2e circoncription de la Haute-Saône (Luxeuil-Lure-Héricourt) où il aura la mission d'y organiser les activités militantes.

Voir les commentaires

Que les familles des victimes du 13 novembre saisissent la Cour de justice de la République ! (par Aristide Leucate)

20 Novembre 2015, 06:10am

Publié par Thomas Joly

« On avait averti sur ce qui allait se passer en Europe il y a trois ans, on avait dit : “Ne prenez pas ce qui se passe en Syrie à la légère.” […] Malheureusement, les responsables européens n’ont pas écouté », confiait récemment, sur Europe 1, le président syrien Bachar el-Assad.

Déclarations éclairant d’une lumière dramatiquement crue l’entretien confié cette semaine par Bernard Squarcini, ancien chef du renseignement français, à notre confrère Valeurs actuelles. Celui-ci rapporte qu’il y a deux ans, un homologue des services secrets syriens lui aurait proposé une liste de djihadistes français combattant en Syrie. Squarcini avait averti son supérieur hiérarchique, lequel en rendit compte au ministre de l’Intérieur de l’époque Manuel Valls. Avec sa morgue habituelle, ce dernier s’était alors claquemuré dans sa tour d’ivoire idéologique, balayant une offre précieuse qui eût vraisemblablement évité les ignominies wahhabites que l’on sait.

N’aurait été la décrépitude de nos institutions, en d’autres temps ces explosives révélations eussent tôt fait d’entraîner la chute de tout un gouvernement. Mais voilà, nos parlementaires de droite et de gauche, anesthésiés par le confort du doux matelas de leurs indemnités mensuelles et les maints avantages afférents, ont succombé aux sirènes piégeuses de « l’unité nationale ».

Il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. En méprisant cette information capitale pour la sécurité intérieure de la France, le Premier ministre endosse mécaniquement la responsabilité des actes sanguinaires du 13 novembre. Ce faisant, la chambre basse devrait s’acquitter de sa mission constitutionnelle élémentaire de contrôle du gouvernement et activer le deuxième alinéa de l’article 49 de la Constitution aux termes duquel « l’Assemblée nationale met en cause la responsabilité du gouvernement par le vote d’une motion de censure ».

Peine perdue. La composition majoritaire tout comme la décomposition idéologique avancée de la soi-disant « représentation nationale » oblitèrent de facto ce scénario. Et puis ne prête-t-on pas cette saillie à Victor Hugo : « Le Parlement ? Il parle et ment. »

Reste alors aux familles des victimes du « vendredi noir » à saisir la commission des requêtes de la Cour de justice de la République, attendu que « les membres du gouvernement sont pénalement responsables des actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions et qualifiés crimes ou délits au moment où ils ont été commis » (article 68-1 de la Constitution). Parce que s’ils savaient, Valls, Taubira et Cazeneuve – voire Fabius – encourraient, a minima, le grief de mise en danger délibérée de la vie de nos compatriotes.

De surcroît, leurs propos irresponsables les accablent : « L’islam est en France pour y rester », déclamait, en juin dernier, un Premier ministre lyrique (lequel, en 2012, inaugurait la mosquée de Cergy dont l’imam est proche des Frères musulmans). « Ce n’est pas un délit de prôner le djihad », assurait sur RTL (5 août 2014) le ministre de l’Intérieur. Quant au ministre des Affaires étrangères, il fustigeait, en décembre 2012, la décision des États-Unis d’inscrire Jabhat al-Nosra, un groupe djihadiste combattant aux côtés des rebelles, sur leur liste des organisations terroristes, alors même que « sur le terrain, ils font un bon boulot ». Quant au garde des Sceaux, elle confessait sa « grande perplexité sur la façon dont des jeunes puissent se mettre à donner la mort », en avouant « devoir comprendre cela » (i>Télé, février 2015).

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Que cette charogne pourrisse en enfer !

19 Novembre 2015, 06:59am

Publié par Thomas Joly

Abdelhamid Abaaoud, « cerveau » présumé des attentats du 13 novembre, a bien été tué durant l'assaut du RAID le 18 novembre dans la ville afro-maghrébine de Saint-Denis (93). Ça n’en fait qu’un de moins mais ne boudons pas notre plaisir.

Voir les commentaires

Vladimir Poutine : « Pardonner aux terroristes, c’est le rôle de Dieu, les envoyer auprès de Lui, c’est mon affaire »

19 Novembre 2015, 06:56am

Publié par Thomas Joly

« Pardonner aux terroristes, c’est le rôle de Dieu, les envoyer auprès de Lui, c’est mon affaire » Ce sont les mots forts du Président de la Russie, Vladimir Poutine, en officialisant l’attentat terroriste djihadiste, qui a touché l’avion qui a explosé en Egypte avec 224 personnes à bord.

La journaliste de l’agence russe RT, Remi Maalouf, a publié sur son twitter ces déclarations, qui se sont répandues rapidement.

Pendant la conférence de presse dans laquelle on a communiqué les conclusions de l’attentat du Sinai, Poutine a averti publiquement les djihadistes « Nous irons vous chercher jusqu’au bout du monde, et là, nous vous tuerons. »

« Sur le vol a explosé un artefact explosif d’une puissance de 1,5k de trilite. Le résultat a été la désintégration de l’appareil en plein vol» informa le chef du Service Fédéral d’Information (FSB, succédant à l’ancien KGB), Alexandre Bortnikov.

Vladimir Poutine a annoncé durant la conférence de presse que la Russie intensifiera ses bombardements en Syrie contre l’Etat Islamique. « Le travail de notre aviation de guerre non seulement doit continuer. Il doit s’intensifier de telle manière que les criminels comprennent que la vengeance est inéluctable. » La guerre ne fait que commencer.

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com/

Voir les commentaires

Rappel : Samedi 21 novembre, à Saint-Just-en-Chaussée (60), déjeuner patriotique, « Éradiquons le terrorisme islamique »

19 Novembre 2015, 06:55am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

N’y a-t-il que 30 musulmans à Paris ?

19 Novembre 2015, 06:53am

Publié par Thomas Joly

C’est le décompte qu’on pourrait être amené à faire puisqu’ils ne furent qu’une trentaine à venir manifester place de la Bastille dans la soirée du 16 novembre, pour condamner les attentats des terroristes islamiques. Et encore n’était-ce qu’un groupe de Bangladais habitant la capitale. Aucun musulman afro-maghrébin n'a jugé bon de se joindre à cette condamnation du terrorisme islamique... Ça vous étonne ?

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Manuel Valls a refusé la liste de tous les djihadistes français combattant en Syrie

19 Novembre 2015, 06:38am

Publié par Thomas Joly

Bernard Squarciny était le patron de la DRCI au moment des faits aujourd’hui reprochés à Manuel Valls. Le Premier Ministre aura certainement une réponse à donner à ce refus de connaître la liste des islamistes français opérant sur le territoire syrien. Mais la vérité ne serait-ce pas qu’à cette époque, les djihadistes étaient encouragés à aller se battre en Syrie? Les multiples déclarations de l’époque ne laissent que peu de place pour le doute, surtout lorsque l’on sait que François Hollande a avoué qu’il faisait livrer des armes aux islamistes, alors même qu’un embargo européen l’interdisait.

Pour de strictes raisons idéologiques, la France s’est privée d’une liste de terroristes dont certains ont sans doute ensanglanté Paris vendredi dernier. C’est dire s’il s’agit là d’une affaire d’État qui doit amener l’actuel Premier Ministre à s’expliquer sur cette terrible faute.

Ceci, alors que dans son discours au congrès de Versailles, François Hollande ne fait plus un préalable du départ de Bachar El Assad et a commencé à coopérer avec les Russes alliés du Président syrien. Peut-être eût-il mieux valu pour la paix des peuples, coopérer avec les Syriens, et alors les mouvements islamistes n’occuperaient pas une grande partie de la Syrie et de l’Irak actuellement, semant jusqu’en France leurs tueries ?

Source : http://www.medias-presse.info/manuel-valls-a-refuse-la-liste-de-tous-les-djihadistes-francais-combattant-en-syrie/43839

Voir les commentaires

Sociologie d’un massacre : une France coupée en deux (par Marie Delarue)

19 Novembre 2015, 06:35am

Publié par Thomas Joly

Il n’y a pas de « génération Bataclan », dire cela est une foutaise. Il y a en revanche, lorsqu’on s’y penche d’un peu près, une véritable sociologie de ce massacre, et ce qu’elle nous dit de la France d’aujourd’hui n’est pas de nature à nous rassurer.

On peut trouver sur les sites des grands médias la liste des victimes du massacre de vendredi dernier, leurs noms, âges, parcours et professions. Dans ce quartier entre Bastille et République, là où Paris s’anime le soir venu, sont morts en masse de jeunes gens sains, joyeux, qui croyaient en l’avenir. Les victimes sont en majorité des graphistes, journalistes, ingénieurs, musiciens et musicologues, agents de labels de disques, gens de médias, étudiants en école d’art, profs de fac… Et pour le pourcentage restant, ce sont les patrons et employés des établissements visés ; dont un certain nombre de « reconvertis », d’ailleurs, passés du monde des cols blancs à la salle de restaurant. Pour résumer : des diplômés, des surdiplômés, des entrepreneurs et des entreprenants… Pas des fils de famille, mais des acharnés du travail et de la méritocratie.

Et en face ? Des ratés. Des losers. De petites frappes passées de la médiocre délinquance au terrorisme, pour l’essentiel des incultes fanatisés. Des mômes qui, pour certains, sont passés devant la porte de l’école sans s’y arrêter, d’autres plus psychopathes que religieux.

Mardi matin, Sébastien, l’un des otages du Bataclan – celui qu’on a pu voir porter secours à cette femme enceinte suspendue à une fenêtre -, racontait sur RTL l’heure qu’il a passée face à ces insondables crétins, sous la menace de leur kalachnikov. Il rapporte d’une voix posée, avec des mots choisis, sans emphase, sans haine, sa plongée dans l’absurde.

Il avait réussi à se cacher quand les terroristes les ont trouvés, lui et les quelques personnes refugiées avec lui. Ils les ont alors emmenés dans la salle pour leur montrer les victimes agonisantes : « Ils ont d’abord discuté entre eux, puis ils nous nous ont expliqué que c’était en réponse aux bombes larguées en Syrie. Que ce n’était que le début, qu’ils étaient là au nom de l’État islamique. Ensuite, ils nous ont demandé si l’on était d’accord avec eux. Je vous laisse imaginer le silence qui a plané à ce moment-là… On a hoché de la tête pour les plus timides et dit oui pour les plus téméraires. »

Puis ils leur demandent du feu… tendent à Sébastien « une liasse de billets ». « Ils voulaient savoir si l’argent avait une importance à mes yeux. J’ai répondu évidemment non… », dit-il, alors il a fallu qu’il la brûle. Ce qu’ils voulaient ? « C’est la vraie question qu’on se pose encore », répond le jeune homme. « Ils voulaient parler à des journalistes… Ils ont eu un négociateur qui les a tenus en haleine, mais tout ce qu’ils ont demandé, c’est que les policiers s’éloignent. » Il en a déduit qu’ils tenaient quand même à leur vie.

Quand on lui demande ce qu’il a appris de ses bourreaux, durant cette heure de tête-à-tête, Sébastien répond : « D’eux ? Pas grand-chose. Qu’ils avaient besoin certainement d’un idéal que le monde occidental dans lequel ils vivaient, puisque c’était des Français, ne leur offrait pas. Ils ont trouvé un idéal mortuaire, un idéal de vengeance, de haine et de terreur… À un moment, finalement, ils ont voulu se sauver en nous prenant en otages, c’était notre chance qu’ils tiennent à leur vie, mais ils ont réalisé trop tard que la vie était importante. »

Quant à lui, il y a découvert la valeur de l’existence : « Moi, j’ai réalisé que chaque moment que l’on vit avec sa famille et ses amis est une bénédiction. J’ai l’impression d’être né une deuxième fois et je vais faire en sorte de bien profiter de cette nouvelle vie qui m’a été offerte. »

On le lui souhaite.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Flamby a ses priorités : « Aucun acte xénophobe, antisémite, anti-musulman ne doit être toléré »

18 Novembre 2015, 19:56pm

Publié par Thomas Joly

Devant les maires de France réunis au Palais des Congrès à Paris, le président de la République a affirmé : « Aucun acte xénophobe, antisémite, anti-musulman ne doit être toléré. Tous les jours, vous vous battez pour que nos différences ne deviennent pas des divergences et des séparations. Par la terreur, Daech veut installer, par ses propres tueries, le poison de la suspicion, de la stigmatisation, de la division. »

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Revanche : Poutine déclenche un déluge de feu sur l’État Islamique pour venger les victimes françaises

18 Novembre 2015, 06:19am

Publié par Thomas Joly

Le président russe Vladimir Poutine a déclenché un véritable déluge de feu sur l’Etat Islamique pour venger les victimes des attentats de Paris.

L’armée russe a ainsi déployé pour la première fois des bombardiers stratégiques de type TU-160, TU-95MS et TU-22 à long rayon d’action en plus de l’aviation tactique déjà employée contre les islamistes en Syrie.

L’aviation stratégique russe opère directement depuis la Russie, d’après les déclaration du ministre de la Défense russe lors d’une réunion présidée par Vladimir Poutine.

Les opérations seraient notamment conduites depuis la base de Mozdok, en Ossétie.

La Russie a aussi employé des missiles intercontinentaux TOPOL-M contre l’Etat Islamique.

Après des années d’hostilité vis-à-vis de la Russie, la France a radicalement changé de position. Suivant un revirement stratégique majeur, Paris coordonne désormais ses opérations aéronavales avec Moscou. Une décision soutenue par le président américain, soucieux d’éviter toute escalade dans la région contre la Russie et l’Iran.

Source : http://breizatao.com/2015/11/18/revanche-poutine-declenche-un-deluge-de-feu-sur-letat-islamique-pour-venger-la-france/

Voir les commentaires

Méditations d’un avocat sur les incroyables priorités de Mme Taubira (par Me Frédéric Pichon)

18 Novembre 2015, 06:05am

Publié par Thomas Joly

Il semble que l’État français ait enfin pris la mesure de l’effroyable tragédie de ce week-end sanglant. Cela n’a pas toujours été le cas. Je ne ferai pas de grands discours mais je me contenterai de trois exemples concrets vécus démontrant l’incroyable irresponsabilité du ministère public dans la dépense d’énergie et de moyens au détriment d’une lutte réelle contre la priorité absolue numéro un en matière de justice et de sécurité : la lutte contre le terrorisme islamique.

Printemps 2013, le parquet de Paris et le préfet vont déployer des moyens pléthoriques pour intimider les opposants au mariage pour tous, à commencer par une garde à vue de 74 veilleurs dont 28 jeunes filles de 18 à 25 ans, cloîtrées dans une cellule de 24 m2 au commissariat de la rue de l’Évangile. Un mois plus tard, les 25 et 26 mai, ce sont 300 jeunes gens qui seront placés en garde à vue dans tous les commissariats de Paris pour délit d’attroupement non autorisé après sommation, occupant la capacité d’accueil maximum des commissariats parisiens, obligeant même certains commissariats de banlieue à vider la racaille pour accueillir des jeunes puéricultrices ou animatrices sociales de 18 ans. Le sens des priorités ! Tout cela à la demande de monsieur Manuel Valls, ministre de l’Intérieur de l’époque, qui suivra les opérations dans les locaux de la réfecture en présence du représentant de la section P12 du parquet de l’époque. 300 plateaux-repas ayant été préalablement commandés et le service des permanences de garde à vue avisé d’une surcharge probable.

Novembre 2013, parquet de Bobigny : quelques militants identitaires au casier vierge collent quelques affichettes sur les horodateurs de la ville de Montfermeil avec le slogan subversif « ni kebab ni mosquée ». Le parquet de Bobigny profitera de cette virée d’adolescents pour engager une procédure applicable aux terroristes avec géolocalisation, prolongation de garde à vue, perquisitions et tutti quanti au prétexte fallacieux d’apologie de terrorisme qui sera in fine abandonné au profit d’une amende pour dégradation. Plusieurs jours de procédure dans une banlieue oh combien sensible et terreau de l’islamisme radical.

Octobre 2015 : cette fois-ci, c’est le parquet de Nanterre qui s’acharne contre des agents de la SUGE (sécurité de la SNCF) pour une altercation avec des dealers très défavorablement connus des services de police, altercation qui se soldera par 7 jours d’ITT à l’encontre d’un agent et 0 jour pour les dealers. Malgré l’absence de la moindre lésion sur les petits voyous, le parquet de Nanterre persistera dans un acharnement à l’encontre de ces agents de sécurité. Malgré une relaxe prononcée par le tribunal dans sa grande sagesse, il aura fallu une après-midi d’audience et trois renvois pour en arriver là.

Quel gâchis, me direz-vous ? Mais il traduit l’acharnement idéologique d’un parquet sinon aux ordres ou tout du moins dans une collusion idéologique avec la bien-pensance médiatique. Or, le parquet, c’est le représentant de la société, c’est-à-dire de vous, de moi, rémunéré par vos impôts. Quelle légitimité, Madame Taubira, avez-vous à donner des leçons de morale dans ces conditions, lorsque vos prisons sont des passoires permettant à des permissionnaires de flinguer du flic, vos projets de loi incroyablement iréniques de naïveté adressant un message de laxisme aux délinquants ? Vous prétendez être Charlie quand vous fichez les opposants politiques inoffensifs mais que vous laissez circuler des criminels auxquels vous accordez les plus larges circonstances atténuantes.

Vous passez votre temps à twitter des messages incompréhensibles, à organiser des meetings pour flatter votre ego sous prétexte de quelques mots malheureux d’une gamine de 11 ans, mais votre justice n’a pas assez de papier ni même d’encre pour recevoir les télécopies.

Pour résume, Madame Taubira, un seul mot pourrait traduire, sans métaphore ni prétendue subtilité auxquelles vous nous avez habitués, le devoir qui s’impose à vous si le mot « devoir » a encore un sens pour vous : « Démission ! »

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires