Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Richard Descoings et nos gaies élites déjantées (par Nicolas Bonnal)

23 Avril 2015, 05:03am

Publié par Thomas Joly

Journaliste au Monde, ancienne de Sciences Po Paris (j’étais avec elle en conférence d’anglais), Raphaëlle Bacqué se spécialise dans les biographies provocantes, comme celle de Ségolène Royal ou du mystérieux mitterrandien François de Grossouvre, homme des chasses présidentielles abolies. Cette fois, elle récidive avec un sujet plus brûlant encore, celui de Richard Descoings, l’homme qui américanisa Sciences Po en se remplissant les poches, et qui a incarné jusqu’à la caricature la féroce prise du pouvoir par les gays militants en France.

On citera les lignes les plus croustillantes de cet édifiant opus :

« Le fils de bonne famille a ouvert la porte de sa cage avec un emballement impossible à contenir plus longtemps. Il a une fringale d’expériences en tous genres et de sexe. On le voit dans les bars de la rue Sainte-Anne et dans les boîtes du quartier des Halles, il fréquente les “jeudis gais” de l’Opéra Night, le sauna du Continental Opéra, et tous ces lieux de rencontre et de plaisirs qui ont fleuri à la fin des années 1970 et au début des années 1980. »

Ces communautés déjà constituées et conspiratrices savent comment y faire dans nos sociétés dites ouvertes. Cela permet de mieux payer les néo-élites sélectionnées dans telle back-room de discothèque : jusqu’à quarante mille euros mensuels pour un gai compagnon de la SNCF.

« Chez eux, presque chaque soir, se retrouve toute une génération de hauts fonctionnaires homosexuels venus de la Cour des comptes, du quai d’Orsay ou du Conseil d’État. C’est un univers presque exclusivement masculin, soudé par son appartenance à l’énarchie autant que par son sentiment d’être minoritaire. »

L’impayable Christine Lagarde, quand elle ne renfloue pas les tyrans ukrainiens ou ne désosse pas la France avec Clara Gaymard, s’occupe de Descoings presque aussi bien que de Tapie : « Son amie Christine Lagarde, après un week-end à Port-Cros chez des amis communs, où elle l’a vu ivre à tomber par terre, a confié à un proche : “Il faut que nous lui disions d’arrêter, sinon il ne durera pas très longtemps.” »

Raphaëlle Bacqué explique que Richard Descoings est un autoritaire de gauche – pour ceux qui croient encore que le fascisme est de droite : « Les collaborateurs de Richard ont vite compris qu’il vaut mieux ne pas s’opposer à lui. Un début de critique, un soupçon de doute, et l’œil rieur, l’écoute attentive se transforment en indifférence polie, prélude dangereux à l’excommunication […]. »

Enfin, les funérailles du drôle à Saint-Sulpice, temple gnostique de Da Vinci Code, qui montrent où nous en sommes :

« Une demi-douzaine de ministres, les plus grands banquiers et des hauts fonctionnaires en pagaille. Le président Nicolas Sarkozy, retenu à l’étranger, avait téléphoné personnellement à la veuve le matin-même. La moitié de l’équipe de campagne de François Hollande, en pleine bataille présidentielle, s’était déplacée. »

Ah, ce bon Sarkozy… Il était peut-être en train de bombarder la Libye ce jour-là ?

Source

Voir les commentaires

Drame de l’immigration : un islamiste algérien arrêté pour le meurtre d’Aurélie Châtelain ; une église était visée

22 Avril 2015, 18:08pm

Publié par Thomas Joly

Durant une courte conférence de presse en fin d’après-midi ce mercredi, le procureur de la République de Paris a annoncé l’arrestation d’un islamiste algérien, Sid Ahmed Ghlam. Il a été mis en examen pour assassinat en lien avec une entreprise terroriste. Selon les premières recherches des enquêteurs, le terroriste s’est tiré lui-même une balle dans la jambe en agressant Aurélie Châtelain, peut-être dans le but de lui voler sa voiture et ayant échoué. Il aurait programmé un attentat contre une église dimanche prochain. Il aurait alors abattu la jeune femme et mis le feu à sa voiture, plaçant le corps de la jeune femme dans le véhicule.

Le suspect est un Algérien ; il était présent en France à cause du criminel regroupement familial. Il était connu des services de police pour séjour irrégulier en France, mais également dans une affaire de violences volontaires. Ces derniers mois, son islamisation a conduit à son fichage à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Selon la justice, les éléments réunis ne justifiaient cependant pas sa surveillance, une nouvelle tragique erreur des services de renseignements de leur République qui a conduit au tragique drame de la semaine dernière. Son expulsion immédiate ainsi que celle de l’ensemble de ses proches auraient évité ce drame.

Au lieu de cela, il était présent en France, préparant des attentats en effectuant de coûteuses études – payées par le contribuable français – d’informaticien.

Lors de perquisitions, les policiers ont découvert une abondante propagande islamiste, de La Base (el-Qaïda) et de l’État islamique (ÉI) notamment, des indications selon lesquelles il préparait des attaques contre au moins une église de Villejuif, la ville où a été tuée Aurélie Châtelain. Un arsenal a été également découvert : des kalachnikovs chargées, des gilets pare-balles, des munitions, des brassards de police, etc. L’étranger possédait des contacts en Syrie avec au moins un islamiste. C’est cet homme qui lui aurait indiqué d’attaquer des églises en France et l’aurait aidé à préparer l’attaque.

D’autres personnes ont été arrêtées dans cette affaire. Sa mère et sa sœur ont été relâchées, contrairement à sa compagne. Celle-ci serait une Française reniée, invertie à l’islam, arrêté à Saint-Dizier.

Source

Voir les commentaires

Jean-Pierre Avenza rejoint le Parti de la France

22 Avril 2015, 05:49am

Publié par Thomas Joly

Jean-Pierre Avenza rejoint le Parti de la France
Jean-Pierre Avenza rejoint le Parti de la FranceJean-Pierre Avenza rejoint le Parti de la France
Jean-Pierre Avenza rejoint le Parti de la FranceJean-Pierre Avenza rejoint le Parti de la France

Jean-Pierre Avenza, ancien du FN et du DPS, a décidé de rejoindre la dynamique section marseillaise du Parti de la France, menée par Olivier Bianciotto. Il aura en charge d'animer l'action militante et de structurer le PdF sur la ville de La Ciotat.

Voir les commentaires

La parricide Marine Le Pen adoubée par le Time (par Jérôme Bourbon)

22 Avril 2015, 05:48am

Publié par Thomas Joly

Extrait de l’éditorial de Jérôme Bourbon dans Rivarol n°3185 du 23 avril 2015

Pendant que Jean-Marie Le Pen se remet tout doucement de l’accident cardiaque qu’il a subi le 16 avril, conséquence évidente de la trahison des siens, et qui l’a conduit à être opéré du cœur et à être hospitalisé pendant quatre jours, que fait sa fille ? Elle s’est rendue le 21 avril avec son concubin, le très spirituel Louis Aliot, au Lincoln Center à New-York, dans le temple de la globalisation, où elle a été conviée par le magazine américain Time qui lui a accordé une distinction très prestigieuse : elle  est en effet considérée par le périodique comme faisant partie des cent personnalités les plus influentes dans le monde. Time Magazine la considère en effet comme un “leader” au même titre qu’Angela Merkel, que Raul Castro ou que Benjamin Netanyahu. Un choix a priori étonnant alors que Marine Le Pen n’a jamais dirigé aucun exécutif, ni sur le plan national, ni même sur le plan local, qu’elle n’a même jamais encore été en finale de la présidentielle et que ses chances d’être élue à la magistrature suprême en 2017 paraissent à peu près nulles. Ce choix prouve donc à quel point la présidente du Front national est considérée comme faisant partie du Système qui la remercie ainsi de liquider la droite nationale en France, de détruire des décennies d’efforts, de combats et de dévouement. Time Magazine félicite d’ailleurs explicitement Marine Le Pen de s’être « ce mois-ci finalement séparée de son père et de son antisémitisme nocif ». Ce qui pourrait laisser à penser que la mise à mort du fondateur du FN était programmée, préméditée et qu’elle est aujourd’hui froidement exécutée, les interviews à BFMTV le 2 avril et à RIVAROL le 9 étant les prétextes trouvés.

Au moment où elle euthanasie son père et avec lui le Front national canal historique, Marine Le Pen se rend dans le temple du politiquement et du médiatiquement correct. Outre un concert de Kanye West, on pouvait remarquer à ce gala très mondain où étaient conviées trois cents personnalités triées sur le volet les actrices Julianne Moore et Julianna Margulies, le créateur de la série Mad Men Matthew Weiner, le réalisateur Christopher Nolan, les top-modèles Karlie Kloss et Naomi Campbell. Ce n’est pas la première fois que Marine Le Pen-Judas se rend aux Etats-Unis pour faire allégeance aux lobbies et recevoir le prix de sa trahison politique et morale, ses trente deniers. En novembre 2011, alors candidate à la présidentielle de 2012, elle s’était rendue à New York et Washington et avait rencontré l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Ron Prosor, lequel avait reconnu avoir « beaucoup apprécié » (sic !) l’échange chaleureux qu’il avait eu avec Marine Le Pen. En 2004, alors qu’elle n’était presque rien statutairement au Front national, elle était allée se recueillir sur les ruines du World Trade Center, avait dénoncé la politique excessivement anti-américaine de Jacques Chirac par rapport à l’Irak (il faut le faire !) et avait rencontré en grande pompe de puissantes et opulentes organisations sionistes. C’est dire que la carrière de Marine Le Pen a été couvée, préparée, encadrée, accompagnée, favorisée, accélérée par le lobby dont feu François Mitterrand jugeait « l’influence puissante et nocive ». Maintenant qu’elle se sent suffisamment puissante et riche, forte de ses soutiens avouables et inavouables (on sait qu’elle entretient ainsi d’excellents rapports avec la très extrémiste Ligue de défense juive !), elle n’hésite pas à se débarrasser de son père devenu gênant comme d’une vieille chaussette. Elle le congédie comme un laquais. Elle l’appelle d’ailleurs avec mépris « Papy Daniel ». Elle s’est servie de lui quand elle en avait besoin pour pouvoir lui succéder à la tête du mouvement et maintenant qu’il ne lui est plus utile, et qu’il est même encombrant pour sa carrière, elle le jette comme un kleenex usagé, comme l’amant d’une nuit qu’on prie de déguerpir et de ne jamais plus revenir. En 2011, l’année de son élection à la présidence du FN, Marine Le Pen avait déjà eu droit aux honneurs de Time qui l’avait intégrée pour la première fois dans le cercle restreint des cent personnalités les plus influentes dans le monde. C’est dire que l’usurpatrice illettrée est depuis fort longtemps intégrée au Système qui nous opprime et nous détruit.

Voir les commentaires

Provocation de la nomination d’un ambassadeur homosexualiste au Vatican : le représentant de Hollande repoussé

22 Avril 2015, 05:10am

Publié par Thomas Joly

Dans l’affaire de la provocation du gouvernement Valls consistant à nommer – une fois encore, après des faits similaires commis par Nicolas Sarkozy au milieu des années 2000 – d’un ambassadeur homosexualiste au Vatican, l’État papal a confirmé son refus à l’intéressé.

Le diplomate, déviant sexuel assumé, Laurent Stefanini, a été reçu par le pape qui a confirmé en personne son refus de plier devant les provocations répétées du gouvernement Valls. Selon Le Canard enchaîné, le pape François a affirmé n’avoir rien contre lui personnellement mais refuse les méthodes de l’Élysée et du PS concernant autant la destruction de la famille et le sacrement du mariage que la nomination de cet ambassadeur.

Par simple provocation, François Hollande a nommé l’inverti au Vatican en sachant que cela provoquerait une grave crise entre les deux États.

Source

Voir les commentaires

Une nonagénaire sauvagement agressée et violée à Bayonne

22 Avril 2015, 05:06am

Publié par Thomas Joly

Profitant du laxisme généralisé de la justice de Christiane Taubira et de l’absence des forces de l'ordre plus préoccupées à garder des lieux de culte islamistes ou israélites et à traquer les automobilistes sur les routes, les crimes les plus odieux se multiplient en France.

Mardi, le parquet de Bayonne a annoncé l’ouverture d’une information judiciaire pour viol aggravé sur personne vulnérable. Une femme de 94 ans, diminuée par l’âge, a été sauvagement attaquée à son domicile de Bayonne par un dégénéré qui l’a violentée, attachée – pensant à désactiver le système de surveillance qu’elle portait autour du cou – avant de la violer. Le criminel s’est enfui sans avoir été arrêté.

Ni la police ni les médias n’ont diffusé son identité, son portrait-robot ou son signalement. Après ce crime ignoble, la victime a été hospitalisée.

Source

Voir les commentaires

Une Journée nationale des diasporas africaines à Bordeaux

22 Avril 2015, 05:02am

Publié par Thomas Joly

Le Système réprime systématiquement toute valorisation du monde blanc, des créations, de la culture, du génie des Européens civilisateurs, bâtisseurs, créateurs, artistes… Ce n’est pas le cas pour les colons qui sont à l’inverse systématiquement valorisés.

Le journal antifrançais Le Monde fait ainsi une fois encore la promotion de la Journée nationale des diasporas africaines qui se déroule le 25 avril à Bordeaux chez le repris de justice xénophile Alain Juppé.

Source

Voir les commentaires

Afrique du Sud : la « nation arc-en-ciel » broie du Noir (par Marie Delarue)

21 Avril 2015, 05:20am

Publié par Thomas Joly

Le monde riche, disons plutôt le monde blanc occidental où l’on n’a pas trop à batailler pour trouver sa pitance, adore les films animaliers. Ils flattent sa fibre écologiste, et puis surtout on y voit, débarrassée de tout discours socialisant et moralisateur, la vie comme elle est : sauvage.

Les animaux, ma bonne dame, ne se posent pas de questions. Ils ont, grâce à mère Nature, un ordre des priorités qui ne souffre aucune exception : survivre à tout prix et perpétuer l’espèce. La leur, bien sûr. Leur vie, il est vrai, n’a qu’un but : tenir jusqu’à cet acte essentiel qu’est la reproduction et assurer l’élevage de la génération suivante jusqu’à ce qu’elle soit elle-même en mesure de le faire. Aucun animal – ni végétal, d’ailleurs – ne déroge à cette règle, et pour y parvenir tout est bon.

Depuis monsieur Rousseau Jean-Jacques qui avait collé ses enfants à la DDASS (son équivalent de l’époque) pour mieux se consacrer à ses leçons sur l’éducation, nous feignons de croire que la race humaine échappe à ces contraintes. De billevesées en balivernes et de lunes fraternelles en mères porteuses, nous nous berçons d’illusions que la première grave crise économique se charge de balayer.

Ainsi les fadaises sur l’Afrique du Sud, la merveilleuse « nation arc-en-ciel » de saint Madiba, notre merveilleux Nelson Mandela. Un pays d’amour et de tolérance, un laboratoire du rousseauisme en marche dès lors qu’il fut débarrassé de son cancer blanc, tumeur Afrikaner et autres métastases de l’apartheid. Sauf qu’à part les quelques Noirs (généralement du parti victorieux, l’ANC) qui se sont hissés au pouvoir et ont fait main basse sur les affaires, les couleurs dominantes de la richissime Afrique du Sud sont la violence et la pauvreté.

Les crève-misère sont comme les animaux : ils n’ont qu’une obsession, c’est survivre à tout prix. Dans l’ordre des priorités : moi d’abord, mes enfants, ma famille, ceux de mon clan, enfin ceux de mon pays puis, au-delà, ceux de ma religion. Les autres, s’il en reste.

En Afrique du Sud, il n’y a plus de Blancs à chasser. Restent les Noirs. Les autres Noirs. Les voisins de misère du township. Aujourd’hui, ce sont les Nigérians. Depuis trois semaines maintenant, comme ils le furent déjà en 2008, ils servent de gibier pour la chasse à l’homme. Une quinzaine de morts, 5.000 en fuite, poursuivis par des pouilleux comme eux qui les battent à mort, pillent leurs taudis, incendient leurs boutiques. Ah ! Quelle horreur ! disent en se pinçant le nez les BHL de Saint-Germain-des-Prés. Comment cette nation en qui nous placions l’espoir de l’humanité peut-elle ainsi se caricaturer !

Et comment les pouilleux entassés sur des rafiots de fortune peuvent-ils jeter leurs compagnons d’infortune à la mer ? Parce qu’ils sont chrétiens ? Non. Pour se faire de la place. Pour n’avoir pas à partager ce qu’ils trouveront à l’arrivée. Pour se protéger, eux, leur famille, leurs enfants, leur clan, leur race, leurs frères en religion.

Pensez-y bien, vous tous qui tirez les ficelles depuis vos bureaux à lambris : la misère nous renvoie à notre condition animale. Il n’y a pas loin à gratter, la bête est là, toute proche. Struggle for life, c’est la loi de la jungle et celle des hommes aussi.

Pour l’instant, les miséreux s’étripent entre eux. Déjà, ils remontent par milliers via ce cimetière qu’est devenue la Méditerranée. Un jour, qui sait, ils s’abattront peut-être sur les beaux quartiers… à Johannesburg ou Saint-Germain-des-Prés.

Source

Voir les commentaires

Pour stopper l’invasion, la solution de l’UE : encore plus d’invasion

21 Avril 2015, 05:13am

Publié par Thomas Joly

« Nous n’avons plus d’alibi. L’Union européenne n’a plus d’alibi, les États membres n’ont plus d’alibi. Les tragédies de ces derniers jours, de ces derniers mois, de ces dernières années, c’en est trop. On a besoin de mesures immédiates de la part de l’UE et des États membres » a déclaré Federica Mogherini, qui occupe les fonctions dont les destructeurs des nations voudraient qu’elles soient celles de ministre européiste des Affaires étrangères.

Elle a annoncé qu’elle demanderait le renforcement de l’opération Triton, officiellement une mission de surveillance qui n’est en réalité utilisée que pour récupérer les centaines de milliers d’étrangers qui se lancent à l’assaut de l’Europe. Elle veut encore une « meilleure » (sic) répartition des envahisseurs dans les différents pays de l’Union européenne (UE), alors même que nombre d’entre eux ont déjà plus que dépassé le seuil du tolérable.

« La responsabilité de Bruxelles est de donner une impulsion politique » a précisé la dirigeante européiste, qui a commencé sa carrière au sein du très stalinien Parti communiste italien dans les années 1980.

« Il n’y a pas de solution facile, de solution magique. Mais nous avons la responsabilité d’agir ensemble, de façon cohérente […] une obligation morale. C’est notre intérêt, notre crédibilité […] l’Union européenne a été construite autour de valeurs comme la protection des droits de l’Homme » a-t-elle ajouté. Elle ne parlait pas des droits de l’Homme blanc à vivre libre, indépendant et heureux sur sa terre. Lire la suite

Voir les commentaires

Nagui et Richard Berry, ou les ratés du vivre ensemble (par Stephan A. Brunel)

21 Avril 2015, 05:10am

Publié par Thomas Joly

Entre messieurs Nagui Fam et Richard Élie Bengigui, dit Berry, ce n’est ni Yom Kippour ni le grand amour. Ils nous jouent plutôt la haine héréditaire, entre Isaac et Ismaël.

Qu’apprend-on dans la presse « pipole » ? Que pour Nagui, Berry est « un type méprisant, humiliant, irrespectueux, mal élevé », Berry répondant que Nagui se sert de lui « pour faire son buzz étant donné qu’il n’a pas de carrière ».

Il faut dire que c’est du lourd, des deux côtés. Nagui le chéri de la télé, le sourire en banane à chaque émission qu’il anime, un gros cachet à l’appui pour en faire oublier l’inanité. Berry, la gogauche humanitaire, une filmographie à l’avenant, d’Élie Chouraqui à Alexandre Arcady, avec Balasko, l’égérie des sans-papiers comme belle-sœur.

Les socialistes et l’officine Terra Nova ont inventé le mythe du vivre ensemble pour nous obliger à aimer notre prochain, nous donnant comme modèle l’entente supposée entre juifs et musulmans dans les pays arabes, avant la colonisation européenne.

Si une coexistence pacifique fut jadis possible, rien n’interdisait de la reproduire dans nos banlieues difficiles si, entre les deux frères, le Francais xénophobe (et chrétien), que l’on n’appelait encore pas de souche, s’y voyait contraint. Tel a été le postulat d’une intelligentsia de gauche célébrant un âge d’or judéo-arabe tolérant et aux mœurs faciles, rejointe par une droite « Algérie française » enkystée dans son rêve nostalgique de désert (Chirac, Giscard).

Le mythe a été élaboré dès la marche des beurs, récupérée par Désir et Dray pour en faire SOS Racisme, avec son célèbre sigle, fait de la main de Fatima et du jaune de l’étoile juive, « une captation par les feujs de l’antiracisme » (Zemmour) dénoncée par le père Delorme.

Le film L’Union sacrée (1989) d’Arcady, avec Benguigui et Benguigui, musique de Jean-Jacques Goldman, a illustré d’une autre manière cette captation d’héritage.

La banlieue et ses habitants se parent de romantisme rebelle pour une gauche orpheline d’utopie révolutionnaire. L’Institut du monde arabe est érigé en bord de Seine, comme un défi aux tours de Notre-Dame.

La politique de la ville et sa discrimination positive, contraire aux principes d’égalité et d’assimilation républicaine, la politique du logement et sa mixité ethnico-religieuse, imposée aux petits Blancs, explorèrent toutes les possibilités du vivre ensemble, en vain.

L’année dernière à Sarcelles, dont DSK fut député-maire et sur laquelle Michel Wieviorka, le grand expert de la France raciste, posa son regard de sociologue, on a vu ce qu’il en était quand les émeutiers pro-palestiniens incendièrent des magasins aux cris de « Mort aux juifs ». Rappelons que l’essentiel des crimes antisémites en France depuis 1945 ont été commis par des Arabo-Musulmans.

La revue Le Débat, dans son numéro de novembre-décembre 2014, sous la plume de Georges Bensoussan, a déboulonné le mythe du vivre ensemble. Au Maghreb ou au Moyen-Orient, la puissance coloniale retirée, les quartiers juifs se sont vidés de leurs habitants. Le touriste se rendant à Essaouira, au Maroc, constatera de lui-même que le mellah est en ruines.

Le CRIF, par la voix de Cukierman, remerciant Valls de ses dernières largesses, n’en continue pas moins de nous bassiner avec ce vivre ensemble conçu pour culpabiliser les Francais. Nagui et Richard Berry nous en rappellent bien à propos la fumisterie.

Source

Voir les commentaires

Rappel : Thomas Joly à Nieppe (59) le dimanche 26 avril

21 Avril 2015, 05:01am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Carl Lang sur Radio Courtoisie mercredi 22 avril à 18h

21 Avril 2015, 04:54am

Publié par Thomas Joly

Pour écouter Radio Courtoisie, cliquez ici

Voir les commentaires