Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La Marocaine Belkacem défend les prostituées des FEMEN

4 Mai 2015, 16:58pm

Publié par Thomas Joly

Les profanations, agressions, accusations mensongères et autres délits commis par les différents membres des FEMEN n’ont pas suffi à aliéner au groupe de prostituées internationales ses soutiens à l’extrême gauche et parmi les ennemis de l’Europe.

« Quand elle utilise des mots d’une violence exceptionnelle […] pour s’en prendre à moi, pour s’en prendre à d’autres membres du gouvernement, Marine Le Pen ne fait pas non plus dans la mesure. Elles [les prostituées] étaient sur un balcon privatif, elles s’expriment » a déclaré l’étrangère.

La même justifiait ces derniers mois les agressions des flics républicains contre les défenseurs de la famille et contre les nationalistes : la liberté d’expression est à géométrie très variable vue du Maroc. Elle a également ces derniers mois menacé et empêché de s’exprimer en brandissant notamment des menaces judiciaires de nombreux parents qui refusaient l’enseignement de l’idéologie du genre à l’école.

Source

Voir les commentaires

Longwy : Prison avec sursis pour des racailles qui ont violenté et violé deux jeunes filles

4 Mai 2015, 16:51pm

Publié par Thomas Joly

Les juges rouges de Taubira, obéissant aux lois criminelles de leur République, continuent leurs incitations aux crimes contre les Français en relaxant ou condamnant à des peines insignifiantes des individus qui, pour le moins devraient être expulsés avec leur famille après quelques années de bagne, au mieux devraient servir d’exemple à quelques réverbères de nos villes.

Dix racailles issues de Mont-Saint-Martin, qui sert de quartier envahi à la ville de Longwy, ont été jugées pour avoir commis des viols en réunion contre deux jeunes filles. Le plus jeune des criminels avait 13 ans au moment des faits en 2011, le plus âgé 17 ans.

Les rares médiats locaux à avoir évoqué l’affaire parlent de faits « sordides », de « calvaire », de « contraintes », de « menaces », de « viols en réunion », mais à aucun moment les journalistes ne dénoncent un jugement ignoble, véritable insulte aux deux jeunes victimes, insulte à la France et à son peuple.

Les dix criminels ont battu violemment les deux jeunes filles, les ont forcés à avoir des rapports sexuels, mais pire encore, enregistraient leurs crimes et les diffusaient ensuite à leurs camarades des lycées et collèges qu’ils fréquentaient. Pas un seul élève n’a dénoncé les faits. Une troisième victime a été rackettée de plus par la bande – parmi les faits connus.

Alors qu’ils auraient pu pour certains être jugés aux assises pour mineurs, ils ne l’ont été que devant le tribunal pour enfants (sic) de Briey, comme si les faits ne méritaient pas qu’on s’y attarde, des délits à peine plus graves, voire moins, qu’un excès de vitesse.

Au procès, les criminels, jugés comme de « simples » enfants délinquants ont paradé, niant les viols. Les victimes, traumatisées pour de longues années, n’ont même pas témoigné. Elles ont été contraintes de déménager quand les ignobles racailles vivent toujours sur notre sol, en toute impunité depuis les faits et jusqu’au jugement, et plus encore aujourd’hui.

Sept de ces criminels n’ont écopé que de six mois de prison, totalement assortis du sursis. Les deux racailles âgées de treize ans ont été simplement remises à leurs parents, tandis qu’un dixième a bénéficié d’un non-lieu, des « peines » en tout point conformes aux scandaleuses réquisitions du ministère public.

La presse n’a pas diffusé le nom des différents criminels, ni du procureur, ni du juge.

Source

Voir les commentaires

Et maintenant, le pétard pour tous (par Yannik Chauvin)

4 Mai 2015, 16:15pm

Publié par Thomas Joly

Cette année encore, la Ligue des droits de l’homme enfourche l’un de ses dadas favoris : l’autorisation du cannabis. « Il est temps que les perceptions sur le cannabis évoluent et que cessent les discriminations dont sont victimes ceux qui en consomment », écrit-elle. Car, en France, lorsque l’on interdit l’usage du cannabis, on discrimine ! Et que fait-on lorsqu’on interdit le vol à main armée, le viol, le meurtre ? On discrimine aussi ? Pour la LDH, fumer du cannabis est un « droit de l’homme ». On croit rêver.

Et elle n’y va pas de main morte, la Ligue des gnangnans : « Il est urgent d’ouvrir les yeux sur la catastrophe sanitaire, sociale et sécuritaire engendrée par une loi adoptée il y a quarante-cinq ans. » En clair : interdire le pétard engendre une catastrophe !

Elle n’a même pas l’ombre d’un doute, la vertueuse Ligue de n’importe quoi. Elle ne dit pas un mot sur les effets pervers de la consommation de cannabis, notamment pour les plus jeunes, martelés à l’envi par les spécialistes des drogues addictives, et notamment Alain Morel, psychiatre : perturbation des fonctions cognitives, de l’apprentissage, de la mémoire, de la perception de l’environnement, de la motivation ; enfermement et altération des relations avec les autres, notamment les parents ; addiction entraînant la nécessité de se procurer de l’argent par tout moyen. L’adolescent pétardier vit dans sa bulle et se fiche de son entourage comme de colin-tampon. Est-ce un « droit de l’homme » que de s’emprisonner ? Est-ce à cette Liligue de favoriser cet enfermement ? Les médecins signalent, également, le risque fort de décrochage scolaire : c’est la défense du « droit d’être un cancre » !

Enfin, quoi ! On nous bassine depuis dix ans avec le principe de précaution : s’il y a risque, il faut y regarder à deux fois. La Ligue des gaugauches a choisi : pas de risque, on fonce ! Et, pendant qu’on y est, créons des réseaux, comme les malfrats : les fumeurs de joints se regrouperaient en « Cannabis Clubs » parfaitement légaux pour produire et distribuer le chanvre. Avec une naïveté de gamins boutonneux, les clowns de la Ligue éthérée prévoient que ces filières seraient « non lucratives » – il faut vivre sur la planète des singes pour croire à ces fariboles – et créeraient des emplois « éthiques et solidaires » : toujours ce jargon de la bien-pensance post-soixante-huitarde.

Mais d’où viennent-ils, ces gens ? Qu’est-ce qui leur prend d’inciter mes enfants à se pétardiser ? Ils n’ont rien d’autre à faire, par les temps détestables qui courent ? C’est ça, leur idée des « droits de l’homme » ? Faire tomber les enfants au fond du trou ? J’ai très envie de prendre les gamins des cinq dirigeants de cette fichue association, de les enfermer dans une pièce et de leur faire fumer joint sur joint jusqu’à ce que, les yeux ensanglantés, ils supplient leurs parents d’arrêter le supplice.

Source

Voir les commentaires

Face à Face du 30 avril 2015 avec le Président du Parti de la France

2 Mai 2015, 11:35am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Quand l’UMP tente de faire croire qu’elle est contre l’invasion

30 Avril 2015, 09:36am

Publié par Thomas Joly

Depuis 40 ans et probablement plus que la gauche, les libéraux-conservateurs sont les responsables de l’invasion en France par l’ouverture des frontières, par le regroupement familial, par la lutte contre l’identité française, la repentance, etc. Tentant d’instrumentaliser une fois encore la colère des Français, les politiciens de l’UMP tentent pourtant à nouveau de faire croire qu’au pouvoir, ils mèneraient une politique différente du gouvernement Hollande et différente de ce qu’a fait la droite durant plusieurs décennies.

« Nous devons stabiliser la situation sur place plutôt que de voir mourir [les envahisseurs] en mer, plutôt que de les voir venir ici pour un eldorado qu’ils ne trouveront pas. Il vaut mieux un camp sécurisé des Nations unies plutôt qu’un bidonville sur le territoire français. […] Je crois qu’il faut absolument dissuader les migrants d’arriver chez nous. […] Je pense qu’évidemment il ne faut pas laisser des bidonvilles se constituer. Il faut pouvoir rapatrier [les envahisseurs] chez eux parce que ces personnes sont en situation illégale. Nous n’avons pas les moyens d’accueillir ces migrants illégaux » a  affirmé Nadine Morano avant d’oser ajouter : « L’Union européenne n’est responsable de rien ».

Elle répondait à François Fillon qui, tout en dénonçant pour une fois les attaques contre l’Europe : « J’en ai assez qu’on accuse l’Europe d’être responsable de cette situation qu’elle subit. Les Européens ne sont en rien à l’origine de la situation à laquelle ils doivent faire face. C’est la guerre en Syrie, c’est le totalitarisme islamique, [les] gouvernements incapables sur une grande partie de l’Afrique qui sont à l’origine de cette situation » proposant d’ouvrir des antennes des consulats européens en Libye pour y repérer les vrais réfugies et les faire venir en Europe.

Source

Voir les commentaires

L’amie des criminels, Christiane Taubira, refuse de participer aux obsèques d’Aurélie Châtelain

30 Avril 2015, 09:24am

Publié par Thomas Joly

De nombreux habitants de Caudry ont participé ce mercredi aux obsèques d’Aurélie Châtelain, assassinée par un criminel maghrébin le 19 avril 2015. La basilique Saint-Maxellende était trop petite pour accueillir les plus de mille personnes présentes. Des amis, des voisins, des connaissances, des personnalités se mêlaient dans cet hommage unanime.

Sans surprise, ce sont essentiellement, sinon exclusivement, des Gaulois qui ont pleuré la jeune femme victime de l’invasion. Une Guyanaise devait pourtant s’y rendre : Christiane Taubira. Elle avait elle-même annoncé sa venue avec le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Patrick Kanner. C’est lui qui a annoncé à la place de l’antifrançaise que la fille d’Aurélie Châtelain serait prise en charge par la France comme pupille de la nation, ce qu’un François Hollande en mal de publicité a annoncé par ailleurs aux parents d’Aurélie. Mais l’indépendantiste guyanaise, qui défend de manière habituelle les criminels contre les victimes, ne s’est pas montrée, alors même que des employés du ministère avaient préparé sa venue durant plusieurs heures.

Le ministère de la Justice n’a donné aucune information concernant cette insulte faite à Aurélie Châtelain.

Source

Voir les commentaires

INA : Agnès Saal et Joe le taxi (par Marie Delarue)

30 Avril 2015, 09:17am

Publié par Thomas Joly

Mardi soir, la directrice de l’INA (Institut national de l’audiovisuel) a été brutalement démissionnée par notre ministre de la Culture Fleur Pellerin. La raison : le scandale qui, depuis dimanche soir, s’est ajouté à la liste des affaires qui mettent le projecteur sur les liens glauques entre l’audiovisuel public et l’État.

En quelques semaines, c’est la troisième affaire. Après la vente extrêmement louche de la fréquence de chaîne Numéro 23 et la saga Mathieu Gallet à Radio France, c’est Agnès Saal qui déclenche les ricanements plus qu’agacés du public et des médias. C’est que la dame, en 10 mois de mandat à la tête de cette entreprise publique, a dépensé pour 41.000 euros de taxi. Entre autres choses, sans doute, mais pour l’heure, c’est tout ce qu’on sait et c’est déjà pas mal.

Comme dans quelques affaires qui ont nourri la rumeur ces derniers mois (CGT, etc.), c’est parti d’un courrier anonyme émanant certainement de subalternes écœurés. À la veille d’une réunion des instances dirigeantes, une lettre a été adressée aux administrateurs qui disait : « Plusieurs salariés souhaitent vous alerter d’un grave dysfonctionnement au sein de cette entreprise en vous communiquant des éléments pouvant relever d’abus de biens sociaux. » L’accompagnait un rapport de 68 pages détaillant les dépenses « taxivores » de la patronne, et même des factures détaillées révélant des phénomènes… paranormaux. En effet, comme l’écrit Challenges, « un étonnant don d’ubiquité permettait ainsi à la présidente de l’INA de voyager dans… deux taxis à la fois ».

L’affaire étant révélée dimanche, l’intéressée s’est défendue : « En tant que PDG de l’INA, j’ai une voiture de service avec chauffeur à disposition. Mais, comme je ne peux pas le faire travailler douze à quinze heures par jour ni les week-ends, j’ai également un abonnement aux taxis G7, car je n’ai pas de permis de conduire. Ce dispositif avait déjà existé avant mon arrivée et je l’ai repris. » Repris et augmenté, et même élargi à la famille puisqu’on relève 6.700 euros pour le compte de son fils.

Mais il faut la comprendre, aussi : Agnès Saal a passé sa vie dans la grande distribution.

Passée par l’ENA – promotion « Solidarité », ça ne s’invente pas -, elle a entrepris un joli parcours au ministère de la Culture, est devenue la directrice administrative et financière du CNC (la machine à banquer les films irregardables, la fameuse avance sur des recettes qui ne rentreront jamais), puis elle est retournée veiller à la distribution des subventions culturelles dans les gouvernements Jospin. Après quoi, direction la BNF et le Centre Pompidou avant que sa copine Aurélie Filippetti ne la catapulte « présidente de la commission d’aide sélective à la distribution du Centre national du cinéma et de l’image animée ». Elle espérait mieux : devenir « dir cab ». Elle aura son lot de consolation en avril 2014 : présidente de l’INA. Et là, vous allez rigoler, elle déclare : « En arrivant, j’ai prévenu les équipes que je suis janséniste, et que les séminaires dans les châteaux, les grands restaurants… ne sont pas mon “truc”. » Tout ça pour faire la nique à son prédécesseur Mathieu Gallet, qu’elle ne peut pas encadrer… C’est bête, hein ?

Bref, dans le petit commerce, Agnès Saal connaît le cinéma et la chanson. Un reste des souks, une mémoire génétique de marchand de tapis venue de sa Tunisie natale, peut-être.

Fleur Pellerin l’a donc démissionnée mardi soir : « Prends tes affaires, tire-toi et tâche de te faire oublier un moment. » Oh, pas d’inquiétude pour madame Saal : on va nous la recaser vite fait dans une haute planque ministérielle, la faire rentrer gentiment par la fenêtre là où elle est sortie par la porte.

Il paraît qu’elle a fait des chèques pour rembourser ses taxis et ceux de son fils. Il paraît aussi qu’on l’a virée dare-dare par crainte qu’une enquête ne mette au jour d’autres farces « jansénistes »… Et si l’on regardait les comptes de ses précédents postes ?

Source

Voir les commentaires

Émeutes raciales à Baltimore : l'état d'urgence déclaré

29 Avril 2015, 15:44pm

Publié par Thomas Joly

Après la mort d’une racaille afro-américaine suit à une arrestation, ses congénères ont multiplié les attaques, agressions et pillages ces derniers jours. La situation s’est dégradée fortement  avec des attaques extrêmement violentes. Au moins seize policiers ont été blessés dont au moins un grièvement. Les dégâts sont considérables. Les criminels noirs ont notamment totalement détruit un vaste ensemble qui devait accueillir des retraités ; une pharmacie et un centre commercial ont également été incendiés.

Les trois principaux gangs de voyous du secteur, les Crips, les Bloods et la Black Guerilla Family auraient conclu une trêve pour attaquer ensemble, selon les autorités. Cela pourrait expliquer l’ampleur des violences.

Le gouverneur vient de décréter l’état d’urgence. La garde nationale a été déployée dans les rues de la ville. Même le maire de la ville, également une afro-américaine, a dénoncé les pillages et autres crimes commis par les prétendus « manifestants ».

Pendant que les médias du Système pleurent la mort de criminels noirs tués par des policiers blancs, les crimes racistes antiblancs se multiplient donc aux États-Unis avec la bénédiction, la complicité et le silence des mêmes médias, mais également grâce à la passivité de la prétendue police « raciste » de Barack Obama.

En fin de semaine dernière, des Blancs qui venaient assister à une rencontre de base-ball au stade Camden Yard ont été très violemment attaqués par une horde de noirs hors de contrôle. Les supporteurs agressés ont dû se réfugier dans un restaurant après qu’une manifestation de « protestation » contre les violences policières eut dégénéré en émeute raciale antiblanche. Malgré une des législations sur le port d’arme parmi les plus dures d’Amérique, 210 meurtres ont été commis en 2014 à Baltimore, la quasi-totalité entre afro-américains. La ville est gangrenée par les gangs, sans que cela n’émeuve jamais les médias qui ne s’intéressent qu’à la mort de racailles.

Source

Voir les commentaires

Le tribunal de La Rochelle autorise les délinquants à mordre les policiers

29 Avril 2015, 10:19am

Publié par Thomas Joly

Un individu de 25 ans qui avait mordu un policier lors d’une interpellation à La Rochelle a été relaxé lors de son procès en comparution immédiate. Arrêté par une patrouille de la brigade anti-criminalité (BAC), il s’était rebellé et avait notamment mordu l’un des fonctionnaires. Le mordeur étant de surcroît un délinquant recherché, sa condamnation ne semblait faire aucun doute.

Son avocat a pourtant obtenu la relaxe en affirmant que le contrôle d’identité n’était pas valide, car opéré en dehors de la zone de réquisition du procureur de la République, une version validée par les juges.

Source

Voir les commentaires

Enlèvement de Berenyss : un multirécidiviste en liberté grâce à la « doctrine Taubira »

29 Avril 2015, 10:11am

Publié par Thomas Joly

Cette affaire est encore un résumé de toute la malfaisance de leur régime. L’agresseur présumé de la jeune Bérényss Lemond, enlevée et séquestrée durant plusieurs heures le 23 avril 2015, a été arrêté. Il a été confondu par des traces ADN retrouvées sur les vêtements et les sous-vêtements de la victime. Contrairement à ce qui avait été annoncé, ce dernier élément laisse penser que l’enfant a au moins été victime d’une agression sexuelle. Selon les enquêteurs, elle a passé plusieurs heures au domicile du pédocriminel, avant que celui-ci ne la relâche dans la nature, à plusieurs dizaines de kilomètres de là.

Le criminel arrêté à son domicile à Montzéville (Lorraine) est un agriculteur de 48 ans. Si son arrestation a été si facile et rapide, c’est que les services de police et de justice possédaient déjà son empreinte. Il est en effet déjà impliqué dans plusieurs affaires de viols et agressions sexuelles contre au moins trois enfants, dont deux de ses nièces. Il avait fait l’objet encore de quatre condamnations, notamment pour des violences et des dégradations.

Son empreinte ADN avait été récupérée il y a plusieurs mois, après la plainte déposée au nom d’une enfant agressée. Malgré cela, l’individu, père de famille divorcé, a été laissé en liberté, sans même être soumis à un contrôle judiciaire avec l’obligation du port d’un bracelet électronique. Le régime a donc tout fait pour qu’il récidive. Cela démontre une fois encore le caractère criminel des politiques ultralaxistes mises en place depuis plusieurs décennies et brutalement aggravé par Christiane Taubira depuis 2012.

Ce nouveau crime rappelle que ce n’est pas la prison qui fait les criminels et que ce n’est pas non plus la prison qui conditionne la récidive. Au contraire : la prison et la peine de mort sont les seules armes dont dispose une société pour mettre hors d’état de nuire les asociaux. Ce sont ces armes, à cause de leur idéologie mortifère, dont se privent les gouvernements irresponsables en France depuis des années, privant les Français d’une société sûre et juste.

Le pédocriminel devrait être rapidement être mis en examen pour enlèvement, séquestration et agression sexuelle.

Source

Voir les commentaires

Carl Lang : « Ne soyons pas les spectateurs de la débâcle française »

28 Avril 2015, 17:51pm

Publié par Thomas Joly

Voici l'entretien que Carl Lang, Président du Parti de la France, a accordé à l'excellente revue Synthèse Nationale

Question : Carl Lang, vous avez été à deux reprises le Secrétaire général du Front national et vous avez été exclu par Jean-Marie le Pen pour vous être opposé à sa fille lors des élections européennes de 2009. Comment analysez-vous les récents déchirements entre JMLP et Marine Le Pen à la tête du Front national ?

Nous assistons à l’accélération du processus de normalisation politique et de soumission de Marine Le Pen à la dictature de la pensée unique. En refusant à Jean-Marie Le Pen l’expression de sa liberté d’opinion et de parole, elle espère continuer à s’attirer les bonnes grâces des maîtres de l’information et des médias. Elle a décidé de sacrifier son père sur l’autel de la soi-disant dédiabolisation et c’est pourquoi j’ai parlé d’une tentative d’euthanasie électorale et politique.
Ce que Madame Le Pen et son entourage ne comprennent pas est que la dédiabolisation est un mirage et une course sans fin pour complaire au système idéologique dominant et totalitaire. Après avoir liquidé Jean-Marie Le Pen, il faudra se débarrasser du FN qui est le mouvement de Jean-Marie Le Pen. Mais cela ne suffira pas : il faudra aller encore plus loin dans le reniement et l’allégeance. Après avoir abandonné le discours de droite économique et s’être alignée comme cela est déjà fait sur la bien-pensance laïciste, citoyenne et républicaine et le souverainisme de gauche, après avoir refusé de participer aux manifestations du combat pour nos valeurs de la Manif pour Tous, elle devra finir par abandonner la préférence nationale et la défense de l’identité nationale. En effet celles-ci ne sont pas compatibles avec les soi-disant valeurs de leur république socialiste. Et tout au bout de cette longue marche politique de la honte, Madame Le Pen aura encore un problème : elle s’appelle Le Pen.
Et puis, au-delà de l’aspect politique et du reniement de nos valeurs, nous assistons au lamentable spectacle de l’infamie morale.
Toutes les sociétés humaines se fondent sur le premier socle qui est le socle familial. Dans les sociétés chrétiennes cela s’exprime par le quatrième commandement du Décalogue : « Tu honoreras ton père et ta mère ».
Marine Le Pen doit politiquement tout à son père qui l’a embauchée au service juridique du Front National et imposée dans les instances dirigeantes et ce, contre l’avis de nombreux cadres du Front National durant les années 2000. Lors du Congrès de Nice en 2003, Marine Le Pen qui a été classée 34ème à l’élection du comité central fut nommée vice-présidente du FN et donc membre du Bureau Exécutif par son père. Au congrès de 2007, Bruno Gollnisch voit disparaître la délégation générale dont il était le responsable et se retrouve relégué à une fonction de vice-président exécutif chargé des affaires internationales alors que Madame Le Pen est nommée par son père vice-présidente exécutive chargée de la direction du Front National. J’avais à l’époque résumé la nouvelle situation de la direction par la formule suivante : « Il y a dorénavant une vice-présidente exécutive et un vice-président exécuté ».
Je n’oublie pas non plus la manière ignoble dont notre amie Marie-France Stirbois, militante et élue exceptionnelle a été traitée pour s’être opposée dès le début avec lucidité et courage au double jeu et aux impostures de Marine Le Pen. Marie-France est décédée suspendue du FN mais pas exclue car Jean-Marie Le Pen ne trouvait pas de majorité au Bureau exécutif ou au Bureau politique pour l’exclure. L’ancien président du FN a ainsi épuré de manière systématique, impitoyable et sans aucun état d’âme tous ceux qui osaient contester les ambitions ou les idées de sa fille. Ce n’était plus le Front National et la préférence nationale mais le Front familial et la préférence familiale. Et puis, cerise sur le gâteau, Jean-Marie Le Pen a soutenu ouvertement et totalement sa fille contre Bruno Gollnisch à l’occasion de la grande mascarade du congrès de succession à la présidence du Front National. Chacun se souvient des formules élégantes du style : « il arrive que les dauphins s’échouent sur les plages » ou bien « on ne compare pas une 2 CV à une Formule 1 », etc…
La tentative de mise à mort électorale et politique de Jean-Marie Le Pen par sa fille est, dans ce contexte, particulièrement infâme. Il est bien évident que Jean-Marie Le Pen ne récolte que ce qu’il a semé et qu’il a lui-même creusé le trou dans lequel sa fille veut le jeter, mais la preuve est faite que Marine Le Pen ne respecte rien ni personne, ni même le père à qui elle doit tout. Elle portera toute sa vie l’infâme souillure de ce parricide politique et le discrédit moral définitif qui l’accompagne.
Cela faisait 35 ans que les partis du système rêvaient de se débarrasser de Jean-Marie Le Pen qui avait échappé jusqu’à présent à tous les peletons d’exécution médiatiques. Personne n’aurait pu imaginer que le coup de grâce lui soit porté par sa propre fille. Quelle jubilation pour tous les ennemis de la cause nationale.
 
Question : Quel est selon vous à ce stade la marche de manœuvre de Jean-Marie Le Pen ?
Elle est très faible. La peine de mort électorale a déjà été appliquée car il a dû renoncer par la force à sa candidature en PACA au profit de sa petite fille qui s’est d’ailleurs empressée d’indiquer quelle ne voulait pas d’un « ticket » avec Bruno Gollnisch. Bruno fera ainsi partie de la même fournée que Jean-Marie Le Pen. Ite missa est.
Jean-Marie Le Pen qui est le dos au mur en est réduit à essayer de survivre politiquement en sauvant la présidence d’honneur du parti qu’il a fondé en 1972 et dont il a été le président durant 40 ans. Je pense qu’il dispose d’arguments statutaires et juridiques solides. Par ailleurs la multiplication des mises en examen dans l’entourage de Marine Le Pen devrait l’inciter à réaffirmer son rôle de président d’honneur en exigeant des explications sur ces affaires et la mise en place d’un audit sur le financement des campagnes électorales ainsi que la création sous sa présidence d’honneur d’une commission d’enquête…
Mais je ne connais pas quel est son niveau de détermination et comme disait un célèbre humoriste : « En termes de prédictions l’avenir c’est compliqué ».
 
Question : Compte tenu de l’évolution du FN comment voyez-vous l’avenir de la droite nationale ?
Une chose est acquise aujourd’hui, M. Philippot et Madame Le Pen ne représentent plus les idées ni les valeurs de la droite nationale française. Leur populisme de gauche, leur souverainisme de gauche et leur démagogie électoraliste les ont classés dans le camp de l’imposture. Je pense souvent, puisque Monsieur Philippot se dit Gaulliste, à nos compatriotes pieds noirs qui en 1958 acclamaient de Gaulle en croyant qu’il allait sauver l’Algérie française alors qu’il avait déjà décidé de l’abandonner et de la livrer aux tueurs du FLN en trahissant ainsi tous ceux, militaires et civils, qui s’étaient rangés du côté de la France. Le Gaullisme est décidemment une belle école de l’imposture politique.
Le Front national canal historique dont je faisais partie avec fierté défendait des convictions même si celles-ci n’étaient pas populaires. Marine Le Pen ne défend que ce qui est populaire ou dans l’air du temps et ce, quelles que soient les convictions.
Entre les reniements politiques et personnels, l’allégeance idéologique à la pensée unique, la démagogie grossière et les mises en examen de ses proches, on peut dire que le parti de Madame Le Pen est vraiment devenu un parti comme les autres. Elle est entrée de plain pied dans le système UMPSFN, le système de la bande des trois.
Lorsque j’ai fondé avec de nombreux anciens cadres du Front National le Parti de la France, j’avais indiqué publiquement que je n’avais aucune confiance ni politique ni personnelle en Marine Le Pen. Les faits ne cessent de nous donner raison.
Voilà pourquoi il est plus que jamais nécessaire d’œuvrer à la refondation de la droite nationale et c’est la vocation du Parti de la France. Notre porte est ouverte à tous les nationaux qui veulent défendre nos valeurs européennes et chrétiennes de civilisation, notre identité nationale, le droit du peuple français à rester lui-même et à disposer de lui-même, notre programme de droite économique et notre projet de patriotisme social.
Il est temps que tous ceux qui veulent mener la bataille politique, culturelle et historique de résistance nous rejoignent. Ne soyons pas les spectateurs de la débâcle française.
Nous pourrons ainsi défendre ensemble notre idéal, nos valeurs, nos convictions, nos familles, notre France et notre Europe.
C’est notre devoir et ce sera notre fierté.

Voir les commentaires

Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz

28 Avril 2015, 10:59am

Publié par Thomas Joly

Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz
Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz
Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz
Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz
Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz
Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz
Samedi 25 Avril, le Président du Parti de la France s'est rendu à Metz pour une conférence de presse durant laquelle il présenta la ligne politique du Parti de la France aux journalistes présents et les différences fondamentales par rapport à un Front National devenu aujourd'hui un laquais du Système qu'il prétendait jadis combattre. Carl Lang insista tout particulièrement sur les différences d'un point de vue économique entre les programmes du Parti de la France et celui du Front mariniste. Alors que le premier met en avant la défense des libertés économiques et de l'initiative privée, le second s'enfonce dans un programme économique dirigiste et de type stalinien. Enfin Car Lang fixait le prochain objectif électoral pour les législatives de 2017 non sans avoir fait les deux annonces importantes de la journée :
- La nomination de Dominique Biry en tant que Chargé de Mission du Parti de la France pour la Moselle
- Le ralliement de deux conseillers municipaux de Sarrebourg, Bernard Brion et Nicolas Vidal rejoignant le camp de la véritable droite nationale, le Parti de la France
 
A suivi un déjeuner avec Carl Lang, ce qui fut l'occasion de prendre de nombreux contacts et d'échanger entre camarades de la Moselle, mais aussi de la Meurthe-et-Moselle et de l'Alsace. Ces échanges nous permettrons à l'avenir de coordonner nos actions avec les militants de ces trois départements limitrophes lorrains. Assurément, une très bonne journée militante du Parti de la France
Compte-rendu de la venue de Carl Lang à Metz

Voir les commentaires

Pas de larmes pour Serge Atlaoui !

27 Avril 2015, 05:48am

Publié par Thomas Joly

La bien-pensance se mobilise pour Serge Atlaoui, condamné à mort par la justice indonésienne pour trafic de drogue.

Mais qui est ce personnage ? Avant de rejoindre la banlieue de Jakarta en Indonésie, il était soudeur à Metz. Un recruteur lui aurait, selon ses propres dires, proposé « 2.000 euros par semaine », versés au noir, pour installer des machines dans une usine d’Asie du Sud-Est.

« Je me suis bien dit qu’il y avait quelque chose de louche » avoue-t-il. Mais cela ne l’a pas dissuadé de travailler pour un laboratoire de trafiquants de drogue.

Or, au vu des ravages causés par les stupéfiants, comment avoir la moindre pitié pour ceux qui veulent s’enrichir sur cette activité criminelle ? Les trafiquants de drogue sont des assassins. Chaque jour, ils brisent des vies et détruisent des familles. Ils ne méritent aucune clémence.

Source

Voir les commentaires